banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Les bons coups font les bons amis. [Rin Shibuya]  (Lu 170 fois)
Hanabi x Yasuhiro
Humain(e)
-

Messages: 24



Voir le profil
Fiche
« le: Août 31, 2017, 02:51:01 »

De temps en temps, Hanabi aimerait bien que Yasuhiro se trouve une autre occupation que de la surprendre à longueur de journées pour lui péter les fesses. Ce n'est pas qu'elle n'aime pas ça, c'est juste qu'il faut un peu de variété dans la vie pour rompre la monotonie du quotidien. Il y a cette petite salope au lycée, connue de tous pour sa perversité assumée et son endurance devenue légendaire. Cette fille, Rin Shibuya, est au centre de son attention depuis un petit moment, elle fera un défouloir idéal pour son Yasu', ainsi qu'une nouvelle copine de baise. Sans parler des nouvelles perversions qui les attendent à son contact. Comme d'habitude, c'est sa petite Foufie qui se charge de jouer les éclaireuses. Sa maîtresse lui a ordonné de créer un blog cochon pour relater leurs aventures il y a peu et une interview de la célèbre Rin sera un bon moyen de le faire connaître au sein du lycée.

Kumiko se pointe donc, avec sa feuille pleine de questions écrites par sa maîtresse et qu'elle a interdiction formelle de lire avant le début de l'interview. Elle va les découvrir en même temps que celle qu'elle vient interroger. Connaissant sa maîtresse, les questions auront spécialement été préparées pour être embarrassantes et elle appréhende presque autant qu'elle s'impatiente. Elle s'imagine déjà devoir poser des questions indiscrètes ou même lui demander de mimer certains gestes, elle va probablement passer pour une tordue et ... et ... Aaaah, pourquoi ça tombe encore sur elle ? Choupette n'a qu'à écarter les cuisses pour satisfaire Yasuhiro elle, pourquoi c'est toujours Foufie qui doit se taper les choses bizarres ou embarrassantes ? Bon après, c'est vrai que Choupette n'est pas une lumière et qu'elle n'en serait tout simplement pas capable ... Pense-t-elle pour se glorifier intérieurement.

Quoi qu'il en soit, elle vient d’apercevoir Rin au détour d'un couloir et cours un peu pour la rattraper. Elle ralentit en arrivant à sa hauteur et lui fait coucou de la main : "Bonjour Rin, je m'appelle Kumiko, du club de journalisme et je me demandais si tu accepterais une petite interview pour mon blog ?". À cause de brouhaha, l'esclave n'entend pas bien la réponse de Rin mais, elle part du principe que n'ayant aucune raison de refuser elle a probablement accepté. Elle lui prend donc la main pour l'emmener un peu à l'écart de la foule des élèves, lui expliquant : "Allons trouver un endroit plus calme pour discuter.". Elles sortent du bâtiment et se dirigent vers l'un des bancs disposés à l'extérieur où Kumiko l'invite à s'asseoir en lui expliquant : "Voilà, ici on sera tranquilles. Je vais te poser quelques questions.". Sur ces mots elle sort sa feuille tout en l'invitant à s'asseoir sur le banc, pour la suivre immédiatement après.

"Alors ... De quelle couleur est ta petite culotte aujourd'hui ?", ça commence bien ...
Journalisée
Rin Shibuya
Avatar
-

Messages: 117


Little Slut ♥


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Septembre 02, 2017, 11:42:23 »

Habituellement, quand un élève n'a pas cours de la matinée, il évite généralement de se rendre au lycée et profite autant qu'il le peux. Ce n'était pas le cas de Rin bien entendu. D'une part, avec une mère enseignante dans ce même lycée, même succube, elle devait se montrer un minimum sérieuse, raison pour laquelle la lycéenne avait tout de même de bonne notes, même sans être au top du classement. Et puis surtout, la jeune succube ne profitait pas de sa matinée sur la console ou à papoter, mais profitait de son temps libre pour baiser. Beaucoup. Et faire le plein d'énergie par la même occasion.

Ainsi, ce matin là, elle avait déjà passée deux heures à se faire sauter dans une classe vide, par quelques élèves. Une bonne dizaine a vrai dire, qu'elle avait pompée jusqu'à les vider complètement de leur énergie et les envoyer dans les bras de Morphée. Encore une belle petite aventure qu'elle allait poster sur son blog, photos à l'appuis. Il fallait dire aussi que ce dernier l'avait rendue très populaire au sein du complexe Mishima, que ce soit le lycée ou la fac. Pour les lycéens comme les étudiants, y figuré était presque perçu comme une fiertés.

Rin venait à peine de sortir de la salle de classe, désertée par les garçons bien avant elle - le temps qu'elle termine d'avaler tout le sperme qui traînait - qu'elle se fit alpaguer par une autre fille, plutôt mignonne pour tout dire. Mais avec le brouhaha général, elle n'entendit pas grand chose à part "journalisme" et visiblement, quand elle lui demanda de répéter, elle non plus ne compris rien. La belle blonde l'attira alors dans un endroit plus calme, en extérieur plus précisément, où elle s'assirent sur un banc, dans un coin discret de la cours. Pas trop exposé, mais où quiconque passerait à proximité les verrait à coup sûr.

- Voilà, ici on sera tranquilles. Je vais te poser quelques questions. Alors ... De quelle couleur est ta petite culotte aujourd'hui ?

Rin la regarda quelques instants, interloqué, avant de pouffer doucement. Alors c'était ça... Le club de journalisme s’intéressait à sa personne - enfin, après près de deux ans à bloguer sur ses aventures - et lui avait envoyé une investigatrice.

- Oh, et bien pour te répondre, je ne porte pas de culotte, donc je ne vais pas pouvoir répondre à cette question. Pour une journaliste, tu ne fait pas beaucoup de recherches. Si tu avais été sur mon blog, tu saurais que je porte ceci à la place ♥

Rin souleva sa jupe et lui montra, en guise de culotte, le bas transparent d'un micro bikini, qui couvrait tout juste le bas de sa vulve mais laissait son clito accessible. Celui-ci était par ailleurs bien érigé, à force d'avoir été sollicité depuis le début de la journée. Rin souleva ensuite le haut de son serafuku pour lui montrer qu'elle portait également le haut du bikini, avec assez de tissu pour couvrir ses tétons, également en érection, mais transparent pour les laisser visible.

- Tu as d'autres questions ? Ah au fait, tu peux répéter ton nom s'il te plait ? Je n'ai pas bien entendu tout à l'heure.
« Dernière édition: Septembre 02, 2017, 12:10:26 par Rin Shibuya » Journalisée

Hanabi x Yasuhiro
Humain(e)
-

Messages: 24



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 04, 2017, 07:59:56 »

Elle fait des recherches d'habitude, lorsqu'elle sait quelles questions elle va poser et qui elle va aller interviewer à l'avance. Voilà qu'elle passe déjà pour une idiote dès la première question et le pire c'est qu'elle ne peut strictement rien répondre à cela, Rin a raison. Déjà que sa façon de l'aborder a été ridicule elle aussi, elle a paniqué et lui a sauté dessus dès quelle l'a croisé plutôt que d'attendre un meilleur moment. Hanabi dit que c'est son côté nerveux et maladroit qui fait une partie de son charme mais, Kumiko déteste ça elle. Elle n'a jamais été capable de faire comme Choupette, juste profiter sans penser à rien, même si Choupette est une idiote. Ça doit être reposant, pense-t-elle.

Quoi qu'il en soit, la réputation de perverse totalement assumée de Rin n'est pas usurpée et Foufie a beau être le jouet préféré de sa maîtresse, elle garde tout de même une certaine timidité, une certaine pudeur. Alors quand celle qu'elle est venue interviewer soulève sa jupe pour lui montrer de visu le petit bout de tissu, le rouge lui monte aux joues. Elle est vraiment obligée de lui montrer ça ? Non, elle le fait exprès, c'est dans sa nature d'aguicher de la sorte.

Ainsi, lorsque son nom lui est demandé, Kumiko commet une erreur grossière et embarrassante : "Foufie ..." et se plaque immédiatement la main sur la bouche, comme lorsqu'on vient de dire une énorme connerie. Merde, c'est sorti tout seul, pense-t-elle alors. Lorsqu'elle est excitée ou embarrassée, elle a l'habitude que ce soit avec sa maîtresse et d'être appelée par son nom de chienne. Elle se met à bafouiller nerveusement : "Heu ! K-Kumiko, Kumiko, Kumiko ... C'est mon nom !", son embarras se lit sur son visage. Elle tente de se rattraper en passant à la suite, question suivante : "Je ... J'ai d'autres questions oui ! Hum ...", elle regarde alors sa feuille et ... "Est-ce que je peux prendre des photos de tes sous-vêtements ?". Les deux questions vont ensemble et il est à présent évident qu'elle les découvre au fur et à mesure.

Pourtant, pour convaincre, elle sort son téléphone portable en le montrant du doigt, une façon comme une autre de demander : "Je peux ?". En réalité, elle ne pense qu'à une seule chose : "Ne me pose pas de question sur le nom, s'il te plaît.".
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox