banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Venez jouer avec nous !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Il était une fois, deux paumées [Zussha]  (Lu 488 fois)
Ayumi Sayako
E.S.P.er
-

Messages: 82

avatar


Voir le profil
Fiche
« le: Août 21, 2017, 11:16:24 »

Nouveau téléphone portable, nouvelle vie. Enfin nouvelle vie, la sienne est un peu détruite mais l'idée est là, Ayumi revit : après tout elle fait parti de cette génération qui, du moment qu'elle n'a plus de réseau, éprouve tout de suite un manque. La prochaine fois elle pensera à jeter son téléphone portable avant de s'envoyer en l'air dans une rivière, ce n'est pas encore étanche ses machins là.

Pourquoi se rémore-t-elle ce passage. Déjà, elle vient de rajouter la carte SIM à son appareil. Ensuite, elle passe une nouvelle fois dans ce parc, en sens inverse pour gagner du temps. Il n'est pas loin de 20 heures, sait que le lieu n'est pas toujours bon à fréquenter mais c'est toujours mieux que de prendre le métro à cette heure-ci. Après tout à Seikusu il se passe toujours des choses louches. Et vous savez quoi ? Ce soir, la japonaise se dit que peu être, elle aurait dû prendre le bus. Oui, il y a les lampadaires mais elle a cette impression d'être suivie, observée. Peu être est ce dû à son instinct mais depuis quelques temps, elle n'en a tout simplement plus. Et sa façon de voir la vie fait qu'elle ne se trompe pas. Si son don lui montre une fenêtre de notification comme quoi elle est observée, c'est que la personne qui est censé être discrète à raté son jet de discrétion. C'est comme ça que les personnes normalement constituées raisonnent ? Plus le temps passe, plus comme elle commence à se poser réellement des questions.

Attendant un point d'ombre, Ayumi piqua un sprint pour prendre l'individu de vitesse et de sortir du chemin de pierre à grande enjambées pour glisser sur ses jambes sur une petite pente. Cela ne tarda pas empirer puisqu'en s'improvisant championne de glisse, il ne faut pas s'étonner à ce qu'une liane traîne là où il ne le faut pas. Bref, ça sera le trou noir après un vol planée.

Emergeant, Ayumi resta couchée, fouillant sa poche. Vu l'heure il semblerait qu'elle ne soit rester sonnée qu'une petite dizaine de minutes. Elle remarquera aussi qu'elle n'a aucun réseau. Malgré cela, quelques bruits de buissons se feront assez vite entendre, pour voir deux grosses masses approchés à une douzaine de mètres, plus large et plus haut qu'un individu normal. Elle a un doute, peur que ce doute soit réel.

"Observation..."

Les orcs, ou orques, humanoïdes à l'aspect repoussant et aux mœurs barbares, forment un peuple imaginaire appartenant au sous-genre médiéval-fantastique de la fantasy.

Ah si, elle a bien vu. Par contre sur ce que ça vient foutre à Seikusu, c'est une autre histoire puisqu'il n'a l'air d'être bien imaginaire. Vivement le niveau suivant parce que les définitions wikipedia, Ayumi s'en passerait bien. Au moins elle a une explications sur les rumeurs de disparition dans le parc avec des orcs qui viennent pécher les inconscientes qui rentre tard le soir. Après tout le croquemitaine ou ce genre de conneries, c'est has-been et un orc c'est tellement plus virile.

La suite sera un peu flou, allumant son portable pour voir plus clair, cela se résuma à une course poursuite dans une végétation dense qu'Ayumi ne reconnait pas. Elle aura confirmation qu'elle n'est plus trop en ville en tombant nez à nez avec une ruine, ou à moins qu'entre temps l'office du tourisme se soit décidé de construire en une nuit à attrape nigaux pour tourisme. Déjà à bout de souffle et à entendre des cris incompréhensibles à l'arrière, elle n'aura d'autres choix que de rentrer dedans. Perdue pour être perdue, un peu plus un peu moins elle n'était plus à ça près.

Citation
Nouvelle compétence apprise : Langage orc lvl1
Quelques notions de cette langue. Vous êtes capable de savoir quand l'individu vous menace ou non.

S'enfonçant, plusieurs cris d'orcs se feront entendre au loin, marquant une certaine hésitation dans leurs voix. Encore un truc inutile : Ayumi ne comprend rien du tout et ne comprendra jamais rien si ce n'est de savoir quand un orc hésite (c'était à dire presque jamais) et quand un orc menace (c'est à dire presque toujours). Elle finit par arriver devant un énorme trou, entouré de plusieurs pilier avec des inscriptions.

Citation
Nouvelle compétences : Connaissance des runes lvl 1
C'est encore insuffisant, percevrez.

Depuis quand cette "malédiction" fait de l'humour ? Si elle ne comprend pas, elle n'a pas besoin d'avoir une foutue fenêtre de notification pour lui dire et pourtant, toujours éclairé de son portable, elle venait de perdre quelques secondes à regarder des inscriptions pas très rassurantes. Une voix roque se fit entendre, lui prenant la main qui n'éclairait pas. Une de ses brutes venait de l'attraper snas qu'elle ne l'entende arriver. Trois autres formes s'approcheront un peu plus en arrière, un peu hésitante à cause de la présence des piliers. Le premier réflexe d'Ayumi fut surtout de taper "là où ça fait mal", pour se libéré le bras. Un coup de masse finit par sortir, un coup qui aurait pu lui broyer plusieurs os vu le bruit et les quelques éclats de pilier qui ont volé, arrachant une partie d'un monolithe qui tenait encore debout par on ne sait quel miracle. Si Ayumi a esquivé le coup, elle se retrouva malgré tout sur le cul, son téléphone portable glissant à plusieurs mètres. Si elle n'a rien compris que ce que baragouinait la créature devant elle, elle comprendra quelques mots comme femelles. Les datsim, ce n'est plus ce que c'était.
Journalisée
Zussha
Créature
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Août 22, 2017, 01:31:19 »

Le pilier frappé par l'orc s'est mis à vibrer fortement, des flashs de lumière aveuglants fussent de la partie arrachée par sa masse. Puis, tout s'arrête soudainement, laissant place à un silence de mort. Les agresseurs semblent paniqués, ils savent très bien que ces lieux servent a sceller des êtres trop puissants pour être facilement tués. Déranger leur sommeil est systématiquement une mauvaise idée. Ces ignorants ne savent pas qui est enterré là bien sûr, ils savent juste que ces endroits sont dangereux et hésitent à s'en approcher en temps normal. Les orcs se massent en bordure de forêt, inquiets, scrutant le trou pour voir quel genre d'être s'apprête à en sortir. Ils ont complètement oublié Ayumi qui peut ramasser son portable et prendre une longueur d'avance.

Émergeant de son profond sommeil, la dragonne est incapable de bouger, figée au milieu d'un lac de lave solidifié. Malgré sa force, elle ne peut pas briser une telle prison, surtout vu l'état de fatigue extrême dans lequel elle se trouve après six-cents années à se faire pomper tout son pouvoir magique par ces piliers. Les cinq autres piliers pompent toujours sa magie, accélérant le rythme pour compenser la perte de l'un d'entre-eux. Si la dragonne ne réagit pas très vite, elle se ré-endormira, peut-être pour six-cents années supplémentaires. Elle est incapable de briser sa prison ? Très bien, dans ce cas, elle va la faire fondre. Partout autour du corps du dragon, de petites étincelles apparaissent, elles crépitent de plus en plus vite, fusionnant les unes avec les autres pour finalement former une espèce de "soupe" incandescente. Un plasma de près de 30000°C commence à faire fondre sa prison de lave, le temps presse. Vu de l'extérieur, le sol se craquèle, une épaisse fumée sort des fissures ainsi créée. On entrevoit un lac en fusion en-dessous, diffusant une lumière orangée intense. Le sol s’effondre graduellement, creusé par dessous, laissant entrevoir une gigantesque masse mouvante cherchant à s'extraire de ce bourbier infernal. Une énorme patte griffue sort du brasier, avant d'aller frapper le sol encore ferme que la créature veut rejoindre. Les énormes griffes s'enfoncent dans le sol et le déchire en tractant le poids du mastodonte, les orcs eux, paniquent et fuient en criant dans leur langue : "Dragon ! Dragon !". D'énormes ailes s'élèvent puis, s'abattent vers le sol brutalement, provoquant un souffle qui dégage toute la fumée, laissant voir un énorme dragon rouge qui tente de s'extraire de là avec grand peine. Mais, Zussha est en difficulté, elle ne peut déjà plus utiliser ses flammes, la lave se solidifie à nouveau, doucement. Sa queue caudale et ses pattes arrières sont toujours fermement ancrées dans le sol, impossibles à dégager.

Les orcs sont peut-être idiots mais, pas au point de ne pas voir les difficultés du dragon à s'extraire du sol, autant prendre l'humaine et filer. Ce sera toujours ça de pris. D'autres orcs émergent de la forêt, ils tentent d'encercler Ayumi pour filer en vitesse avec elle, pendant que le dragon se débat avec ses propres problèmes. Ils parviennent à la coincer dans une zone en bordure de forêt un peu plus loin, ne sachant pas exactement où elle se trouve dans la zone. L'humaine a le choix entre se faire capturer par les orcs dans la forêt ou bien descendre dans le trou où se trouve le dragon. En espérant qu'il ne s'en prendra pas à elle. Au moment où ce choix s'impose à elle de manière de plus en plus pressante, Zussha utilise sa tête pour résoudre son problème efficacement. Avec ses griffes, elle arrache un bloc de roches partiellement fondues du sol, puis le lance en direction d'un des piliers restant. Ce dernier est littéralement arraché du sol par la puissance de l'impact, produisant des éclairs blancs pendant quelques secondes avant de se taire à jamais. La dragonne réitère l'opération pour démolir les autres piliers et s'enveloppe à nouveau de plasma pour enfin dégager ses pattes arrières et sa queue. Elle s'extrait maladroitement du lac de lave, considérablement affaiblie et s'effondre sur le flanc, avant de se transformer en jeune-femme aux oreilles pointues et aux yeux rouges.

La dragonne reste ainsi, épuisée, vidée, elle a besoin de temps pour être à nouveau d'attaque après une telle lutte pour se libérer de sa prison. Pourtant, malgré son état, les orcs n'osent pas approcher, tous savent à quel point les dragons sont des êtres dangereux et impitoyables. Au moindre regain d'énergie pour le dragon, ils y passent tous sans la moindre chance de survie. Aucun n'est prêt à prendre ce risque et finalement, ils abandonnent la poursuite, en apparence, peut-être ont-ils simplement pris une position plus discrète pour observer sans risque et attraper l'humaine plus tard. Quoi qu'il en soit, Zussha est à terre, haletante, à peine capable de bouger et pestant dans une langue inconnue de la jeune-fille.
« Dernière édition: Août 22, 2017, 08:06:32 par Zussha » Journalisée
Ayumi Sayako
E.S.P.er
-

Messages: 82

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Août 22, 2017, 04:17:11 »

Voir les orcs hésités avaient déjà titiler la curiosité de la jeune fille mais comme la situation ne s'y prétait guère, elle en avaient surtout profité. Quand elle a vu plusieurs pilliers, pas besoin d'être de ce monde pour savoir qu'ici, par le passé, il y a eu lieu un évènement pas très clair, surtout quand les racailles et autres tagueurs préfèrent s'abstenir de faire de taguer les pilliers en question pour marquer leur territoire. Alors quand il y a eu un bout des inscriptions qui a voulé à coup de masse en vue d'annéantir tout espoir sportif d'Ayumi, autant dire que la boulette de l'orc, ça s'est su sur dix kilomètres à la ronde.

Pour la première fois, Ayumi et les orcs auront un point commun : s'enfuir des ruines. Le second point commun, c'est que les deux partis savent qu'un dragon réveillé, c'est souvent du pied gauche. Ou de la patte gauche. Avant ou arrière ? Cela a vraiment d'importance ? Tout ce qu'Ayumi sait, c'est qu'il n'est pas aussi petit et mignon que Spyro le dragon.

Et pourtant, la situation se tassa, la fureur du dragon commençant à se calmer malgré quelques rochers qui s'écrasaient par ci par là. Si les orcs n'ont pas trop l'intention de s'approcher de la tanière, ils voient en Ayumi une prise facile et toujours bonne à prendre. Justement le bonne à prendre, elle s'en passerait bien puisque si sa capture devait se faire, c'était soit être offerte au chef, soit faire connaissance avec toute la tribu.

"Toi...suivre...si...vivre."

Apparu en même temps que sa fenêtre de notification niveau 2. Merci le niveau 1 qui ne sert à rien si ce n'est débloqué la dites compétence, le niveau 2 au moins sert à peu près à quelques choses. Pourtant ça la sensation de comprendre une langue qu'elle ne sait pas parler et qu'elle n'a jamais entendu fait un drôle d'effet, l'autre moitié des mots étant incompréhensibles. Ca ne changera pas le fait qu'elle snobera l'ordre de l'orc en commençant à sprinter vers le trou.

Pour une fois elle remercia son don car même si elle devait se planquer à quelques mètres d'un dragon, elle ne paniquerait pas, son don de "gameuse" lui remplaçant la peur par l'analyse comme le ferait n'importe quel personnage de jeu vidéo. Comme quoi réagir comme une autiste pouvait parfois avoir de bons côtés. Ce qu'elle trouva dans le trou sera moins terrible qu'elle ne l'aurait cru puisqu'en se glissant un peu dans le trou, il n'y avait que la présence d'une jeune femme avec quelques attributs draconique. C'est moins terrible que ce qu'elle ne pensait mais c'est le dragon : c'est écrit au dessus de sa tête. Pas de chance, Ayumi est rentré pile poil dans son champs de vision au moment où elle descendra et niveau discrétion, on repassera. La dragonne s'adressera même à elle, chose que son "système" ne tarda pas à identifié comme la langue de l'Empire. Pas un mot de compréhensible si ce n'est encore plus de question pour Ayumi.

Les orcs ne la suivront pas, pas suicidaires malgré un code de guerrier très strict. Après tout affronter un dragon il y a moins de chance de survie que de sauter d'une falaise. Ayumi parla à son tour, en japonais avant de passer à l'anglais en sachant très bien qu'elle ne risque pas d'être compris. Pour le moment, ce qui semble être une dragonne ne représente pas beaucoup de danger, certainement bien moindre puisqu'un ordre beugla à la surface. Jetant un œil à la surface, au loin quelques torches sont visibles à une cinquantaine de mètre, un orc du même gabarit que les autres étant présents mais habillé différemment commençant à frapper l'un de ses congénères avant de montrer la direction du trou. Même si c'est encore trop éloigné pour voir affiché un quelconque statut, Ayumi l'identifia comme le shaman de la tribu. Pas besoin d'être devin pour savoir qu'il à la fois les fouettes de la situation mais en tant que représentation spirituel de la tribu, c'est son devoir de jeter un oeil à la situation avant d'en conseiller le chef, qui vu le bouquant, ne devrait pas tarder à arriver. Pour le moment, le pauvre semble surtout galéré à trouver du volontaire à l'accompagner mais si il devait y voir une dragonne sous forme humaine à peine capable de se relever, nul doute qui ne prendrait pas de risque de lui laisser le temps de souffler. Après tout on parle de dragon, ça mettrait le feu à une région entière ses bestiaux là.

Maintenant, Ayumi a plusieurs choix. S'enfuir en partant du principe que si elle ne retrouve pas son chemin, elle risque d'être une parfaite étrangère qui tournera mal ne semble pas être une solution à long terme. Rester ici et finir en vide couille pour des orcs n'est pas une solution envisageable. Traîner le dragon hors du trou pour le laisser récupéré ne serait ce qu'un quart d'heure ? Ayumi n'est pas normalement constitué pour porter un individu faisant visiblement son poids hors d'un trou béant.  Trouver un accord avec la dragonne pour qu'elle se remette plus vite est une solution plus qu'hasardeuse pour la suite des événements mais au moins, il y a une part du hasard là où les autres, Ayumi en connait la finalité.

Ayumi baragouina quelques mots, la barrière de la langue étant ce qu'elle est les seules choses compréhensibles seront "orc" et "vivre", bien que le dernier mot soit dit en orc avec un accent haché au couteau. Seuls les gestes sont plus compréhensibles puisqu'ils sembleraient que quelques courageux se décident de venir ici quand elle montra la direction de la surface du doigt. Ne sachant pas trop quoi et surtout la finalité de la chose, Ayumi se contenta de sortir sa paire de clef pour se l'enfoncer dans la paume de sa main au point d'en saigner. Ce n'est pas si la douleur chez elle n'était présente qu'un bref instant et ne représentait que quelques points de vie. Ayumi sait que la magie existe depuis maintenant quelques temps, elle ne sait pas si c'est vraiment utile (à défaut que ça soit risqué) mais si ça peut l'éviter de se transformer en sac à sperme par ses orcs, elle prend. Par contre, jeune idiote ou non, Ayumi sait très bien qu'elle s'apprête à faire une énorme connerie quand elle lui collera la plaie au niveau de la bouche.
« Dernière édition: Août 23, 2017, 05:05:40 par Ayumi Sayako » Journalisée
Zussha
Créature
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Août 23, 2017, 06:51:34 »

Seules les roches incandescentes et la lumière des torches éclairent la silhouette de la dragonne, bien moins imposante dans sa forme humanoïde et à terre. Son corps est à bout, elle le sent et n'essaye même pas de se relever. Son pouvoir de régénération va faire son œuvre mais, il a besoin de temps, de beaucoup de temps. Heureusement, depuis qu'elle a détruit les piliers, ses réserves de pouvoir magique se remplissent à toute vitesse. Ce qui signifie qu'elle est apte à faire face aux ennemis communs, tout ce qui ne la force pas à se déplacer du moins. Quoi qu'il en soit, elle a un peu de temps devant elle pour analyser la situation, maintenant qu'elle est débarrassée de tout danger immédiat. Déjà, elle est entourée par une forêt, dont certains arbres semblent très vieux et ça ce n'est pas bon signe du tout. Lors de la bataille où elle a été vaincue, cette zone entière avait été rendue stérile par les combats. Une zone stérile n'est pas seulement une zone sans végétation, c'est une zone où toute la vie des sols a été détruite. Il faut au moins trente ou quarante ans pour réhabiliter un terrain stérile par la main de l'Homme, alors naturellement ... Puis, il a fallu que ces arbres poussent, certains doivent être centenaires ... Depuis combien de temps est-elle coincée là-dessous au juste ? Au moins deux-cents ans, minimum, autant dire que toutes les personnes qu'elle devait protéger sont mortes depuis longtemps. D'un côté elle se sent soulagée d'un lourd fardeau, la guerre semble enfin finie, d'un autre côté elle a peur de ce qu'elle découvrira en rentrant à la capitale.

La question qu'elle se pose en revanche, c'est : par quel miracle l'un des piliers a-t-il cessé de fonctionner ? Elle a déjà eu l'occasion d'étudier ce genre de systèmes magiques à l'académie militaire impériale, ce sont des magies stables, conçues pour durer des milliers d'années parfois. De plus, elle a clairement senti les piliers restant tenter de compenser la perte du premier. Ce genre de système de sécurité montre bien que ce n'était pas du travail d'amateur, ceux qui ont construit ça savaient très bien ce qu'ils faisaient. Les chances pour qu'il y ait eu un dysfonctionnement sont proches de zéro, le pilier n'est pas tombé en panne. Donc, quelqu'un l'aurait détruit ? Intéressant. Hasard ou volonté de la libérer elle en particulier ? Tout cela l'intrigue, elle a beaucoup de questions à poser à son bienfaiteur, si elle le retrouve.

Sortant brusquement la dragonne de ses pensées, une jeune-femme se dirige vers elle. Comme elle ne semble pas hostile, Zussha ne réagit pas et la laisse venir, peut-être a-t-elle quelque chose d’intéressant à lui dire, bien qu'elle semble plutôt fuir ces espèces de créatures brandissant des torches. Elle se dit que si cette petite n'est déjà pas capable de se défendre contre ces minables, c'est qu'elle ne doit pas être bien dangereuse. La jeune-fille s'arrête devant elle, les habits qu'elle porte sont étranges, elle n'a jamais rien vu de pareil, sans parler de son espèce de pierre magique avec laquelle elle fait de la lumière. Sa langue est totalement incompréhensible pour la dragonne, qui se focalise sur ses gestes et ses expressions pour tenter de deviner ce qu'elle veut. Elle lui montre l'endroit d'où les créatures viennent, c'est vrai que c'est évident au fond. Elle n'a plus de solutions pour s'en sortir par elle-même et elle comptes sur la seule variable inconnue de l'équation pour la tirer de ses emmerdes ? Ce n'est pas idiot, pense Zussha et même plutôt courageux, elle aime bien cette petite. Soit ! Néanmoins, avant qu'elle ait pu faire quoi que ce soit, l'humaine se mutile la main et la lui tend. La dragonne la regarde un instant, se demandant pourquoi elle a fait quelque chose d'aussi stupide. Peut-être son sang a-t-il quelques vertus ? Mais elle ne va pas s'abaisser à ça et répond, toujours dans une langue incompréhensible pour l'humaine : "Tu me prends pour une vampire ou quoi ?". Puis, elle repousse sa main, elle va se charger des trouble-fêtes toute seule.

Tout autour des deux femmes, une bonne cinquantaine de petits familiers de feu apparaissent, des rats et des oiseaux, entièrement constitués de flammes. À peine apparaissent-ils qu'ils se dispersent dans une sorte de cône pointé vers les orcs. Les oiseaux s'envolent au-dessus de la cime des arbres et les rats foncent sur les orcs visibles. Lorsqu'ils les atteignent, ils explosent au contact, révélant par la même que tous ces petits êtres sont autant de bombes prêtes à exploser. Les oiseaux ciblent ceux qui fuient, les rats débusque les plus lents et ceux qui se cachent. À chaque explosion, un orc meure et ils mourront tous jusqu'au dernier. Ce sort a été conçu spécialement pour ça alors, ce ne sont pas des créatures de leur niveau qui vont en réchapper. Le combat est à sens unique, la dragonne n'ayant à aucun moment montré le moindre signe d’inquiétude.

Ses familiers vont continuer à traquer les survivants, jusqu'à ce que la zone soit entièrement nettoyée. À présent, elle n'a plus que des questions, qui ne trouveront pas leurs réponses avec quelqu'un qui ne la comprendra pas de toute façon. Raison pour laquelle elle décide de commencer petit, montrant son propre visage du doigt en regardant la jeune-fille habillée bizarrement : "Zou-cha". Autant commencer par se présenter, elle insiste bien sur la prononciation pour que l'autre femme comprenne qu'il s'agit de son nom. Ensuite, elle tend son doigt vers l'humaine, comme pour lui poser la question : "Et toi, qui es-tu ?". Elle répète l'opération pour qu'elle comprenne bien puis, attend sa réponse.
Journalisée
Ayumi Sayako
E.S.P.er
-

Messages: 82

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Août 24, 2017, 12:21:14 »

Le sang n'a pas l'air d'être son trip. Après tout il était dit que dans certaines cultures les dragons aimaient bien avoir leur lot de jeune vierge, peu être est ce pour une raison. Après c'est sûr, Ayumi n'ait pas ce que l'on peut appeler une vierge, ou alors cette situation aurait dû se passer quelques semaines plus tôt avec que toute sa vie ne dérape. Donc oui, si l'hybride dragonne n'a pas voulu de son sang, ce n'est pas qu'Ayumi a compris qu'elle n'était pas un vampire, c'est plutôt qu'elle a senti qu'elle n'était pas vierge. Sur le recul, la japonaise dira aussi que c'est stupide mais sur le moment, elle a autre chose à penser: trouver quelques choses pour ne pas finir en serpillière à sperme aux orcs.

Il semblerait que Zuusha soit une invocatrice ou une mage avant d'être avant tout un dragon qui crame les villages qu'ils croisent. Quoique dans les deux cas, c'est proche du feu, le résultat reste grossièrement le même si ce n'est que l'une des solutions est bruyantes que l'autre. Ayumi sentit tout  de même de la magie malgré qu'elle reste une pure néophyte suite à une autre mésaventure. Elle a vu aussi qu'à la "surface", y a eu une réponse du même genre mais que ce s'est vite calmer. Le shaman a dû se manger quelques piafs avant de passer l'arme à gauche. Autant dire que le combat a été à sens unique. Le reste ça reste surtout des cris car il semblerait que le dragon n'ait pas l'intention de laisser partir le moindre survivant. Ce genre de réaction ne choqua guère Ayumi, si ce n'est que ça risque d'être le cas aussi pour elle si la conversation devait mal se dérouler. La question, elle l'a compris assez rapidement malgré la barrière des langues et "Ayumi" fut sa réponse.

Puisque les cris semblent se finir, Ayumi montra l'extérieur du trou, toujours en baragouinant des mots incompréhensibles, pour lui demander si elle voulait en sortir. Maintenant que la tension à l'extérieur à baisser, elle peut bien essayer de la trainer à l'extérieur. Ca prendra du temps mais elle y parviendra. En attendant, Ayumi estime qu'il ne vaut mieux pas s'éterniser dans ce trou. Pour elle, être dans un monde inconnu, c'est avant tout l'analyser pour mieux se décider de la suite des événements. Zuusha a l'air particulièrement puissante, même pour la norme des créatures qui règnent sur ses terres mais dans son état actuel, le mieux serait de faire profil bas quelques temps. Par contre la suite, autant l'idée de looter les orcs lui a traversé l'esprit, autant le feu pour récupérer ce qui reste sur les corps ça sera un peu la misère. Quand elle sera à la surface, tout ce qu'elle put récupéré sont des capes de voyage pas trop cramer et quelques dagues, le reste étant de toute façon trop lourd puisqu'un bon orc ne peut pas se promener sans son arme à deux mains, souvent une hache si on veut taper dans le cliché.

Ayumi posa tout de même quelques questions, montrant la sortie la plus proche des ruines. La solution de se planquer dans les dites ruines auraient pu être envisageable mais avec les dégâts qu'à provoquer le réveil du pied gauche d'un dragon, même les géôles ont elles aussi souffertes. Ayumi se rappelle vaguement d'un bruit de rivière lors de sa fuite, voit à peu près dans quel direction elle est mais c'est surtout un gémissement d'un orc enteressé sous des gravats qui la feront hésiter à sortir immédiatement. Il n'a pas participé à la petite escale puisqu'il semblerait qu'il se soit pris un rocher qui est tombé des ruines. Bref, pas de bol, ce n'est pas une mort honorable pour un guerrier de mourrir aussi bêtement. Eloignant la hache de celui ci malgré qu'elle soit hors de portée, Ayumi commença à s'adresser, malgré que ça soit assez bancale.

"Civilisation humaine plus proche ?" Malgré une petite hésitation de parler une langue qu'elle n'est pas censé connaitre.
"Rien à dire à femelle... cause de tout, de grand malheurs. PAS TOUCHER !"

Ne serait ce que l'avoir éloigné de son arme l'a mis dans une fureur, une fureur qui n'aura rien de bien impressionnante au vu du rocher qui lui a écraser les jambes, toujours en lui coinçant.

"Tu préfères crever ici et laisser traîner ce dragon dans les parages ? Mourir de façon conne est une chose et ta tribu risque de connaître le même sort." Le ton est plus grave et si la menace n'est pas direct. Pas sûr qu'il ait tout compris, des mots japonais remplaçant certains mots orcs qu'elle ignorait toujours. Étrangement, il ravala sa salive en comprenant où elle voulait en venir, avec un point de vue qui se défendait. Que ce foutu lézard aille cramer des villes ailleurs, tant que son village survit il aura au moins fait quelques choses de sa vie.

"Suies la rivière au Nord, civilisation humaine à trois jours d'ici. Foutue fe-"

Allait on entendre un remerciement d'Ayumi ? Au lieu de cela c'est surtout un rocher sur le visage qu'il se prendra, de façon assez froide. Pourquoi un tel comportement ? Si d'autres orcs devaient rentrer dans ses ruines pour savoir ce qui s'est passé, malgré qu'il soit devenu un invalide il y avait les risques qu'il cite la direction dans laquelle elle comptait se diriger. Un risque de moins, certes froid mais pourtant calculer car les morts ne parlent pas (ou à moins de nécromancie mais ceci est une autre histoire). Un comportement qui la laissait un peu dubitatif puisque malgré que ça soit son premier meurtre, elle n'a rien ressenti. Après tout, quel personnage de jeu vidéo s’inquiéterait d'un mort ? C'est surtout ce genre de penser qui fit quelques peu froid dans le dos à Ayumi, pas le fait d'avoir abréger les souffrances d'un orc. Il y a de quoi s'inquiéter mais le moment n'est pas au question : il faut s'éloigné de ce lieu, quitte à se reposer une fois la rivière atteinte.
« Dernière édition: Août 24, 2017, 06:07:51 par Ayumi Sayako » Journalisée
Zussha
Créature
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Août 24, 2017, 04:38:02 »

C'est avec la satisfaction du travail bien fait que Zussha constata, par les bruits de ses explosions, que niveau magie elle s'en sort toujours très bien. Ce n'est pas évident de se concentrer dans son état mais, vu les circonstances c'est déjà bien. Seul bémol, il lui a fallu trois familiers morts inutilement avant d'avoir le chaman avec un quatrième. Alors, il faudra qu'elle soit vigilante sur ce point. Elle met fin au sort l'esprit serein, cette zone est totalement vidée de toute présence orc à présent, ces derniers n'ayant clairement pas le niveau pour leurrer ses familiers ou les tenir en respect. La dragonne reporte donc son attention sur la jeune-fille qui lui a apporté ces incapables, elle semble calme pour quelqu'un de faible qui vient de se faire poursuivre par une véritable petite armée. La mort de ses poursuivants ne semble pas lui faire quoi que ce soit, c'est une bonne chose, au moins elle ne se retrouve pas avec un boulet sentimental qui fera les pires bourdes par principe, à priori. Bien que la mage ne comprenne toujours pas un mot aux dires d'Ayumi, elle comprend au moins ses signes, ainsi que la proposition de l'aider à sortir de ce foutu trou. Très bien ! Elle a déjà passé bien trop de temps ici de toute façon alors, toute bonne volonté est appréciée. Capable à présent de se tenir debout à côté de l'humaine, elle passe son bras par-dessus ses épaules en marchant doucement. L'opération a bien pris quelques temps mais, rien d'insurmontable, seule la dernière étape fut un brin plus délicate lorsque la pente est devenue plus rude.

Apportant involontairement des données à l'appareil d'Ayumi, elle passe quelques minutes à pester sur le fait que de son temps on ne laissait pas proliférer la racaille comme ça. La fin pourrait même être partiellement compréhensible pour cette dernière : "... l'Empire ... rebelles ... ménage ... laisser-aller ... ridicule.". L'humaine va vite comprendre que la dragonne adore râler quand quelque chose lui déplaît. Pourtant, c'est aussi cette sale habitude qui va lui permettre de mieux comprendre sa langue à force. Et elle va continuer, pendant toute la petite séance de loot d'Ayumi, continuant à abreuver son appareil de plaintes, d'insultes et de jugements. Seule la vision d'un survivant orc la fait taire, la dragonne redevenant plus sérieuse, s'appuyant sur un arbre le temps que l'humaine gère la situation. Avec les tons employés, Zussha arrive à deviner les rôles de chacun, Ayumi pose des questions, l'orc résiste, elle le menace, l'orc cède ... Puis, elle le tue froidement. Cette attitude confirme son premier à-priori, Ayumi n'est pas un boulet qu'elle va devoir trainer par gratitude, elle sait prendre soin d'elle-même et agir intelligemment en zone de conflit. Tuer le dernier témoin, à qui on a demandé des renseignements importants, c'est juste la base quand on ne peut pas l'emprisonner. Un bon point supplémentaire pour l'humaine, elle commence à bien aimer cette petite.

Les deux femmes continuent à marcher par la suite. Comme c'est Ayumi qui a les informations, c'est aussi elle qui décide où elles se rendent et par quel chemin, pour une dragonne qui a tout sauf l'habitude de se faire materner de la sorte c'est rapidement frustrant. Sans parler de la frustration supplémentaire d'être en présence d'une femme qui a peut-être des réponses à ses questions mais, qui ne la comprend pas assez pour y répondre. Alors elle parle, parle, parle, en espérant qu'elle finisse par comprendre suffisamment de mots pour pouvoir lui répondre pour de bon : "Je te l'ai déjà dis mais, j'espère que tu finiras par comprendre que de mon temps on ne laissait pas tous ces bandits vagabonder et emmerder les voyageurs comme ça. Il fallait bien protéger les marchands pour faire tourner le commerce alors, au moindre signe de dissidence on bombardait sans se poser de question, rapide et efficace. Il faut dire qu'on avait mieux à faire que de perdre du temps avec les voleurs de grand chemin, ceux qui gèrent ce domaine depuis mon départ doivent vraiment être incompétents.". Zussha a soupiré de dépit avant de poursuivre sur un autre sujet : "Bon, encore une fois, si un jour tu arrives à me comprendre, j'aimerais bien savoir comment le premier pilier a cessé de fonctionner et si tu y es pour quelque chose ? J'aimerais bien aussi savoir où on va et la couleur de tes sous-vêtements aussi ? ". Puis, elle prit une pause, trouvant le temps long. C'est tellement plus rapide de voler, surtout quand on ne peut pas réellement discuter.
Journalisée
Ayumi Sayako
E.S.P.er
-

Messages: 82

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Août 25, 2017, 10:49:37 »

Ayumi est songeuse pour beaucoup de raisons. Pas déboussolée pour un sou après avoir tué son premier individu, ça surprend. Nul doute qu'il y a un an voir même un mois elle serait incapable de raisonner correctement. Un peu embêtée aussi : elle n'est plus sur Terre donc pas de GPS sur le téléphone.  Et enfin, en regardant rapidement son statut et la perte de ses quelques points de vie, elle a aussi vite vu que tué des gens étaient plus rentables que de faire des quêtes comme aller faire les courses pour remplir le frigo ou passer la demie-journée au studio d'enregistrement. Dans un sens, vu le côté excitant de ses quêtes, ça parait plutôt logique. La pensée pourrait faire froid dans le dos mais comme elle est proche de passer au niveau 3, dans un monde inhospitalier pour une gamine qui n'a que comme arme ses jambes pour courir, on peut dire qu'il y a à peine une incitation à ce qu'elle continue. Tout ce que verra la dragonne, c'est la voir faire de temps à autres quelques mouvements dans le vide, là où en réalité, ou plutôt dans sa réalité, elle naviguait et quitter quelques écrans.

Elle laissa la dragonne s'exprimé, en sachant pertinemment bien que sa capacité d'adaptation finira par faire son travail. Comprendre, répondre, il ne suffit que de quelques minutes. Le niveau 2 dans une telle compétence, elle a appris à ses dépends que ça s'obtient assez facilement, le prochain niveau étant souvent bien plus lent à obtenir. Non, sérieux, elle aurait se pencher sur les avantages d'un tel don au lieu de pester sur sa malédiction pour avoir foutu sa vie sociale en l'air. Au moins elle aurait pu se défendre.

"C'est noir quand je porte des pantalons comme aujourd'hui."

Ayumi a compris une bonne partie du dialogue, plus exactement au "de mon temps", quittant la fenêtre comme quoi la langue de l'Empire venait de changer de niveau. Elle a aussi préféré dire "pantalon" au lieu de jean, ne connaissant pas la comparaison dans la langue de l'Empire. Quand à l'accent, il est mauvais, ça sent la japonais à plein nez mais pour une interlocutrice qui ne connait même pas l'existence du Japon, ça ne donne que quelques mots qui sonnent parfois étrangement. Comme Zussha emploie le tutoiement, par principe elle l'utilisera aussi. De toute façon les formules de politesse, dans la langue de l'Empire, ne semble pas encore assimiler pour un niveau aussi bas.

"Je te rassure, je ne suis pas une voyageuse. Disons que je me promenais dans le parc d'un pays qui n'existe pas dans ce monde quand, visiblement, quelques orcs qui n'avait rien à faire là ont voulu me kidnapper et j'ai dû passer par le portail qu'ils ont emprunté pour venir dans mon monde quand je me suis enfuie. Comme raisonnement, je vois que ça et pourtant je ne suis que moyennement comme convaincu par celui-ci."

Ca ne sert à rien de s'apitoyer sur son propre sort, ce qui est fait est fait, Ayumi sait qu'elle est dans la merde et va devoir s'adapter. A croire que la personne qui l'a maudit a fait en sorte de donner un petit coup de pouce au Destin pour qu'elle oublie sa petit vie tranquille entre les études et son petit boulot si bien adapté qu'elle pouvait en faire une bonne partie en restant cloitré dans son appartement. Elle changea assez vite de sujet, les dimensions/plan/monde ne devant que concerner une certaine catégorie de mage, certainement ceux spécialisé dans le cramage à grande échelle.

"L'un des orcs a voulu me briser quelques côtes pour éviter que je ne cours trop vite. Il m'a loupé et il a touché le pilier. Au point où j'en étais, je comptais de toute façon saboter les inscriptions dans l'espoir qu'il se passe quelques choses alors le résultat aurait été le même et m'a pris seulement de vitesse. Quand on voit des colonnes avec des inscriptions magiques formant un cercle, je sais que c'est fait pour sceller quelques choses."

Belle façon d'enjoliver un événement. Alors oui, l'idée lui a traversé pendant une fraction de seconde et non, Ayumi n'avait aucun moyen de saboter les dites inscriptions, n'étant pas du genre à se promener avec ne serait ce qu'un couteau à cran d'arrêt dans la poche. Mentir plus est un risque qu'elle ne prendra pas, la japonaise ignore les capacités exactes de la dragonne à déceler les mensonges mais tant que la dragonne pense qu'elle doit être ne serait ce qu'un minimum redevable, l'essentiel est là. Plus l'arrangerait mais elle se contentera que de cela : on ne berne pas les dragons comme à DD3.5 !  Donc non : elle ne prendra pas de risque à mentir, du moins aussi de façon aussi direct ! Après tout, ce n'est pas tout à fait un mensonge.

La nuit est silencieuse, même pas un bruit d'animal puisque leurs instinct leurs a fait comprendre qu'il fallait fuir après avoir entendu un dragon rugir. Au moins ça permettra d'entendre le bruit d'un courant d'eau, la rivière se faisant assez vite entendre. L'orc n'a pas menti, il a voulu à tout prix éloigné ce lézard de sa tribu. Une bonne chose au moins. Si le duo force la marche, nul doute qu'ils finiront par croiser un chemin de terre emprunté de temps à autres par des marchands. Mais de nuit, le trajet pour l'atteindre risque d'être assez ardu, surtout que Zussha ne semble pas s'être totalement remis. Sinon autant dire que le voyage à dos de dragon remplacerait bien vite le terme "à vol d'oiseau" !
Journalisée
Zussha
Créature
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Août 26, 2017, 05:50:40 »

La dragonne est surprise qu'Ayumi soit tout à coup capable de parler sa langue, certes avec un accent lamentable mais, tout de même. Ce n'est pas le genre de choses qu'on apprend en quelques minutes normalement. Il faut des mois d'efforts pour être capable de tenir une véritable conversation dans une nouvelle langue. Alors, la seule explication possible c'est qu'elle dispose de capacités particulières pour apprendre plus vite ou pour traduire ce qu'elle dit. En tout cas c'est intéressant pour Zussha, qui aura peut-être besoin d'une traductrice si la langue de ces terres a beaucoup évolué depuis qu'elle y a vécut. Ironie oblige, il a fallu qu'elle entende sa petite blague sur sa couleur de ses sous-vêtements et qu'elle réponde à cela en premier. Enfin, l'essentiel c'est qu'elle ne s'arrête pas là et réponde aussi aux vraies questions. Chose qu'elle semble vouloir faire. Zussha l'écoute parler de sa propre mésaventure, soit l'histoire d'une fille d'un autre monde qui a été enlevée par des barbares, ramenée de force dans celui-ci. Ça ferait une bonne base pour écrire un roman d'aventure, pensa-t-elle. En tout cas, ça explique les vêtements et attitudes étranges de la jeune-fille. Néanmoins, cela veut aussi dire qu'Ayumi n'a pas d'informations pour elle sur l'évolution de ce monde-ci et ça, ça ne l'arrange pas du tout.

Comme l'humaine semble vouloir en venir au cœur du sujet, Zussha la laisse parler sans la couper, écoutant avec attention ses paroles. Même si c'est aussi à cause de son accent foireux, qui rend certaines phrases difficilement compréhensibles. La dragonne doit donc faire un effort de compréhension pour bien saisir l'intégralité de ses propos. Elle lui parle des orcs voulant la blesser pour l'emmener plus facilement, de leur maladresse avec le premier pilier, avant de partir dans le romantisme de comptoir. Peu soucieuse de l’ego de la petite humaine, la dragonne pouffe de rire sans chercher à se retenir. Une humaine infoutue de gérer quelques brutes mais, qui serait capable de réécrire simultanément six assemblages de runes et sorts de haut niveau ? C'est une mauvaise blague ? Même la dragonne, pourtant elle-même mage de haut niveau, n'en serait pas capable tant ce domaine est éloigné de ses propres compétences. Ne résistant pas à l'envie de donner une petite leçon d'honnêteté, elle répond tout en se moquant ouvertement d'Ayumi : «Toi saboter les inscriptions ? Et comment tu aurais fait ça ? Hein ? Tu n'es même pas capable de gérer quelques sous-fifres, alors tu n'aurais certainement pas détruit un des piliers à toi seule. La seule option qu'il te restait, c'est de faire appel à six mages spécialisés dans les sceaux et barrières magiques pour qu'ils réécrivent simultanément les six jeux de runes et à un spécialiste de la télépathie pour la transmission instantanée des informations. Même avec tout ça, ça leur aurait probablement demandé plusieurs essais, sur plusieurs jours, le temps de comprendre comment l'ensemble fonctionne exactement. Même si par miracle tu étais une experte de ce genre de magie sans avoir jamais foutu le pied sur ce monde avant, tu n'aurais pas pu le faire seule de toute façon. Car oui, ce genre de piliers de scellement compare en permanence ses informations avec celles des autres, même en modifiant cinq piliers sur six avec succès, le dernier possédant les informations antérieures impose les siennes et réécrit immédiatement l'ensemble. La seule solution c'est de détruire chaque sort ou rune indépendamment et simultanément, sans déclencher de piège ou de système de restauration … Même-moi j'en serais incapable, par contre, j'ai la puissance de feu pour les démolir.». La dragonne laissa quelques secondes à Ayumi pour qu'elle se rende bien compte de l'absurdité de ses propos puis, elle reprit : «La réalité c'est que, si tu n'avais pas été poursuivie et si cet orc ne t'avais pas loupé, je serais encore en train de dormir là-dessous. Tu serais juste partie sans te soucier de ces vieilles ruines et j'aurais fait pareil à ta place. J'ai passé l'âge qu'on me raconte des histoires pour m'endormir.».

La dragonne regarde le ciel nocturne, laissant Ayumi dire ce qu'elle veut en réponse à sa petite leçon. Quelque chose lui dit qu'elle ne va pas en faire tout un plat, elle semble suffisamment mature pour reconnaître son erreur et passer à autre chose. Elle ne peut s'empêcher de penser que le trajet est bien plus court par les airs mais, c'est encore un peu tôt. Il lui faut une bonne nuit de sommeil pour pouvoir emporter Ayumi en volant et elle trouve qu'elles se sont déjà suffisamment éloignées du lieu du combat. Elle a tapoté l'épaule d'Ayumi, avant de dire : «Trouvons un endroit où dormir dans les environs, il fait déjà nuit et j'ai besoin de me reposer. Si tout va bien je pourrais nous emmener là où tu veux aller par les airs, ce sera bien plus rapide. Tu veux aller où d'ailleurs ?». Même s'il n'y a que de la forêt à perte de vue, elles trouveront bien un rocher pour s'abriter ou quelque chose du genre. Alors, comme les chances de rejoindre un véritable abri semblent proches de zéro, autant qu'elles s'arrêtent ici. Même si des survivants orcs traînent dans les parages, Zussha peut simplement laisser quelques familiers de feu patrouiller. Ses oiseaux n'embraseront pas la forêt tout en leur garantissant un périmètre sans intrus. «Au fait Ayumi, si tu cherches à t'éloigner de la zone du combat, ce n'est pas la peine, je laisserais des familiers patrouiller, ils ne laisseront entrer personne. Tu les as déjà vu à l’œuvre.», A-t-elle dit, comme pour contrer d'avance les éventuelles objections de l'humaine. Pour sa part, elle scrute les alentours pendant qu'Ayumi regarde où elle met les pieds.

Tout à coup, Zussha aperçoit quelques chose à travers les arbres et envoie l'un de ses oiseaux de feu l'éclairer. Apparaît alors dans la nuit une vieille tour de guet, sûrement le vestige d'un avant-poste militaire ou d'une frontière. Le poste d'observation est partiellement détruit mais, les pièces où vivaient les gardes en-dessous semblent avoir été épargnées. La dragonne tape à nouveau sur l'épaule de sa traductrice, pour ensuite pointer du doigt la structure : «Arrêtons-nous là-bas, on ne trouvera pas mieux que ça par ici.». Elle compte sur Ayumi pour la porter encore jusque là-bas, espérant qu'elle n'aura pas à se retaper pareille corvée.
Journalisée
Ayumi Sayako
E.S.P.er
-

Messages: 82

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Août 27, 2017, 04:15:12 »

Les runes ont une protection contre ce genre de chose ? Dans un sens ça lui semble logique sinon le premier couillon avec une dague pourrait les saboter. Les explications elle les écouta, malgré que quelques mots soient encore assez flou comme antérieures, simultanément ou restauration, Ayumi arrivant tout de même à comprendre la phrase après s'être retourné une seconde fois le cerveau. Et oui, Zussha serait encore en train de dormir si elle n'avait pas été poursuivi par des orcs puisqu'elle serait en ce moment même, bien au chaud chez elle le dos allongé sur son lit à faire ses derniers réglages de son nouveau téléphone portable. Là, elle n'a même l'application boussole et heureusement que la lumière est une application qui se trouve déjà dessus sinon elle serait trainée par les cheveux jusqu'au village après s'être assommée elle-même contre un arbre durant la fuite!

"Je n'ai pas le niveau."se contenta de dire pendant que la dragonne pouffait de rire. Elle n'avait rien à dire d'autre, Zuusha avait raison sur ce point et pourtant la phrase peut avoir deux sens. Pour Zuusha, Ayumi n'y connait rien et pour Ayumi, comme sa vie se résume à des niveaux, même la fuite, autant se contenter de ça. Au moins la leçon elle en comprit une chose : soit tu as le niveau pour désactiver une rune magique, soit tu sors tu sors le pain de semtex, Zuusha étant un pain de semtex sur pattes.

"Oui, ce n'est pas une mauvaise idée, je risque de tomber assez rapidement à cours de batterie de mon côté et ma dernière virée nocturne dans les bois remonte à des années avec ma soeur."

C'était avant qu'elle prenne son indépendance et passe ses week end à geeker. La suite est une bonne question et ça sera au bonheur la chance. Au moins la chance lui a permis de croiser un dragon qui a l'air d'être tout aussi paumé qu'elle et qui, si on lui cherche des noises, crame tout ce qu'il y a de vivant à cent mètres à la ronde. Si pour la discrétion c'est raté, au moins elle avait la sécurité pour un certain temps jusqu'à ce que les emmerdes, les vrais, arrivent sur le groupe plus vite que l'on ne pourrait le croire. Mais en attendant, on n'en était pas encore là.

"Où je dois aller ? Je ne connais rien de ce monde. Je dirais la civilisation avec "on verra bien" une fois sur place. Ma capacité permet de m'adapter rapidement mais je ne m'attendais pas à devoir apprendre à l'utiliser en situation réel."

Première fois qu'elle parle de sa capacité, et surtout qu'elle en parle sans en rajouter une tonne comme quoi elle se tape des noms au dessus de la tête de ses interlocuteurs H24. Un avant poste en ruine finit par se voir, laissant sous entendre que la route ne doit pas être bien loin mais Ayumi n'avait de toute façon aucune envie de continuer de nuit. Partiellement envahi par la végétation car à l'orée du bois, la salle de repos des gardes semblent n'avoir pas été trop touché. Tout ce qui est bois est dans un piteux état, les affres du temps l'ayant fait pourrir mais la pièce est à l'abri du vent et d'une partie de l'humidité, une bonne chose puisqu'il s'agira du seul confort présent dans ses lieux. Quand à la faune, il y a quelques araignées un peu plus grosse que la moyenne mais en voyant la lumière du portable approché, elle ne se montreront guère courageuse en se montrant soit discrète, soit en entrant entre deux pierres fissuré dans le mur. Ou à moins que ça soit l'instinct animal qui prenne le dessus en sentant la présence de Zuusha ? La question n'a pas vraiment d'intérêt pour des animaux d'aussi petites tailles.

Ayumi mit par terre les quelques manteaux de voyage qu'elle a pu récupéré sur les orcs au sol, ça sera toujours mieux que de dormir sur du sol. Elle posera la dragonne ici, avant se malaxer l'épaule. Elle examina un peu la pièce, ne trouva rien de bien interessant en papier puisque le temps à fait son passage mais récupéra quelques pièces que la jeune fille devina comme des pièces en argent. Comme c'est tout ce qu'elle trouvera, elle se mit à l'aise, en s'asseyant en tailleur en face de la dragonne.

"Observation" Dit-elle, sans trop prêter attention à la dragonne, quitte à paraître un peu plus bizarre qu'elle ne l'est déjà.

Citation
Monnaie en argent couramment utilisé sur Terra. Celle-ci montre la tête d'un ancien empereur d'Ashnard.

Par contre ce qu'est Ashnard, elle peut s'assoir dessus. Elle montra la pièce à Zussha, peu être qu'elle connait les têtes dessus. Après tout, c'est souvent utilisé pour les empereurs où autres.

"Tu connais cette monnaie ? Ashnard ça te dit quelques choses ?"
« Dernière édition: Août 29, 2017, 10:32:04 par Ayumi Sayako » Journalisée
Zussha
Créature
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Août 29, 2017, 09:26:14 »

L'humaine a clairement parlé de ses capacités pour la première fois, s'adapter rapidement, en effet, apprendre une langue en dix minutes c'est de l'adaptation rapide. Dommage que ça n'ait l'air qu'intellectuel ... Quoi que ... Est-elle capable de faire la même chose pour ses aptitudes physiques ? Si c'est bien le cas alors, son pouvoir pourrait à terme devenir excessivement puissant si elle s'entraine convenablement. Zussha resta pensive un moment, trouvant cette petite de plus en plus intéressante. Elle parle aussi d'apprendre à l'utiliser en situation réelle, comme une débutante d'un quelconque art martial qui appréhende un combat sérieux et imprévu. Si elle s'est vraiment retrouvée plongée d'un coup dans toute cette histoire, force est de constater qu'elle se débrouille merveilleusement bien vu sa situation. Elle peut difficilement faire mieux.

La chose qui l'inquiète c'est qu'elles se dirigeons toutes deux à l'aveugle et vu le temps qui s'est écoulé, la dragonne ne veut pas retourner à la capitale avec elle. Elle a peur de n'y trouver qu'un champ de ruines abandonnées depuis des lustres. Elle se voit mal marcher à nouveau dans ces rues sans vie, revoir les endroits où elle a grandi et vécu en compagnie de cette étrangère. C'est quelque chose qu'elle doit faire seule, histoire de pouvoir pleurer tranquillement. Cela dit, encore faudrait-il savoir vers où se diriger. En tout cas, pour l'heure elles se dirigent vers un abri pour la nuit. Avant d'entrer, Zussha laisse cinq oiseaux de feu virevolter autour de la vieille tour, histoire d'être sûre d'avoir la paix. Elle n'est pas d'humeur à se réveiller en pleine nuit pour buter d'autres orcs.

Sans surprise, le bois à l'intérieur est complètement pourri, on a presque peur qu'il cède sous nos pas, hors de question donc d'explorer le deuxième étage. Si l'humaine se blesse en crapahutant dans les ruines, ce sera à la dragonne de la porter et elle aime autant éviter. Ayumi dépose des manteaux volés aux orcs à terre et dépose son ainée dessus, délicate attention qu'elle apprécie : "Merci Ayumi". Puis, comme prévu, l'humaine s'aventure dans la tour délabrée et comme une mère inquiète la dragonne ne peut s'empêcher de lui dire : "Ne va pas à l'étage hein, le bois risque de céder et je ne tiens pas à me prendre une poutre.". Bien sûr, une pauvre poutre pourrie ne risque pas de la blesser, même dans son état.

L'humaine fouille à droite et à gauche, prenant ça et là des objets trouvés. Pour finalement venir s'asseoir face à sa partenaire de fortune pour lui montrer ses trouvailles : des pièces de monnaies. Évidement, comme la petite Ayumi n'est pas de ce monde, son premier réflexe est de demander à une native du coin si elle reconnait ces pièces. Malheureusement, Ashnard ne lui dit rien et elle ne reconnait pas la monnaie ou le portrait qui s'y trouve. Elle n'est par conséquent d'aucune aide, comme prévu. "Je ne reconnais rien. Nous ferions mieux de dormir, il est trop tard pour explorer quoi que ce soit." La dragonne s'est couchée sur les manteaux, sa température corporelle supérieure à celle des humains le protégeant mieux du froid, elle ne ressent pas le besoin de se couvrir ou de faire un feu. Zussha souhaite bonne nuit et ne pense pas à cette instant que se blottir contre elle puisse être une réaction logique du point de vue de l'humaine.
Journalisée
Ayumi Sayako
E.S.P.er
-

Messages: 82

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Août 31, 2017, 12:00:08 »

Ayumi savait tout au plus le nom du pays que ses deux pièces provenaient mais le pire reste qu'elle ne connait pas la valeur exact. Est-ce la valeur d'un repas ? d'une chambre ? D'un cheval ? Elle n'en sera strictement rien et ce n'est pas avec des prix fictifs qu'elle a vu dans des jeux vidéo qu'elle va être beaucoup aidé : c'est le genre de détail qui change d'un jeu à un autre ! La japonaise sait très bien que le jour où elle marchandera, elle se fera arnaquer. C'est limite déconcertant de savoir à l'avance ce qui va se passer le jour où elle les sortira de sa poche là où beaucoup sauterait de joie pour quelques piecettes.

Il n'y avait rien d'autres à trouver à cette étage là et les dires de Zussha confirmeront les pensées de la japonaise. Ayumi est peu être un poid plume mais elle ne tient pas à passer à traverser le sol. Inutile de s'attarder sur un lieu qui a déjà été fouillé à plusieurs reprises : si il y a un poste de garde ici, même en ruine, il y a eu par le passé une route une route souvent emprunté dans les environs.

Elle rejoindra assez vite la dragonne, se couchant près d'elle. Ayumi se rendra bien assez vite compte que les températures ne sont pas les mêmes que le Japon en pleine été et ce n'est pas sa malhereuse résistance au froid de niveau 1 obtenu pendant une baignade nocturne imprévu (toujours en plein été) qui allait vraiment la protéger du froid. Ayumi commença à greloter assez vite. Instinctivement, elle commença à se coller près de la dragonne où la température semblait un peu plus importante, surtout dans la direction où elle respirait.

"Ca va peu-être paraître déplacée de ma part mais près de toi, il fait plus chaud. Pardonne moi si je me montre trop collante mais j'ai froid."

Mêlant le geste à la parole, son corps commença à se blotir sur celui de la dragonne et si sa paire de seins toucha les siens, ceux d'Ayumi ont largement de quoi jalouser ceux de Zussha. Si sa première cuisse ne fera qu'effleurer celle de l'hybride, la seconde passa carrément au dessus de l'autre pour ne faire qu'un. Quand au visage d'Ayumi, il resta sur l'épaule, ne laissant qu'échapper un petit souffle frais qui remonta au cou de la dragonne.
Journalisée
Zussha
Créature
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Août 31, 2017, 10:23:35 »

La dragonne fut un peu surprise par la réaction de sa partenaire d'infortune, ne trouvant pas la température particulièrement basse. Elle se mis donc à rougir un peu, commençant à penser qu'Ayumi cherche des prétextes pour se rapprocher d'elle. Comme elle semble assez inexpressive, Zussha ne sait pas trop si elle doit interpréter ce rapprochement comme de premières avances ou non. Elle reste perplexe un moment, se demandant quoi faire, puis décide de faire un petit test pour vérifier les intentions de l'humaine. Elle pose sa main sur ses cheveux, les caresse tendrement, lui embrasse le front et lui répond : "Pas de problème, bonne nuit Ayumi.". Après ce geste tendre, elle la serre dans ses bras en écrasant sa poitrine contre la sienne. Elle sent l'odeur de ses cheveux, s'amuse à y faire circuler son souffle chaud. Ses cuisses bougent légèrement aussi, caressant celles de l'humaine, lentement, avec douceur. Son cœur se met à battre un peu plus vite, elle se sent excitée tout à coup et c'est là qu'elle se rend compte que c'est elle qui est en train de lui faire des avances.

Elle s'immobilise un moment, réfléchissant à ce qu'elle ressent. Cela fait si longtemps qu'elle n'a pas touché une autre femme, qu'elle n'a plus pu goûter à cette douce étreinte. Et puis, elle apprécie Ayumi, elle est calme, débrouillarde, tout en ayant besoin d'être protégée, elle ... Zussha ne sait plus trop, plus elle tente d'analyser la situation et moins elle la comprend. La dragonne a bien une idée pour en avoir le cœur net. Il faudrait juste, juste un peu, essayer, goûter, sans s'emballer bien sûr, juste pour goûter, pour voir. Enfin, elle croit.

Ne tenant plus, la dragonne recule un peu sa tête et relève le menton de l'humaine avec ses doigts. Elle la regarde dans les yeux et elle est encore plus près d'elle que quand elle la portait sur son épaule. C'est une question qu'elle veut lui poser, une question bête, juste pour, être sûre. Mais, au lieu de cela elle se tait et approche ses lèvres des siennes, les effleure, les pressent puis, ouvre la bouche pour glisser sa langue. Elle s'est emballée, elle n'a pas posé sa question et son corps l'a posé à sa place. Zussha ne regrette rien, même si elle devait la repousser et la regarder bizarrement, elle ne regrette rien du tout. Après ce baiser, la dragonne se retire pour finalement la poser : "Ayumi ? Je peux ?". Bon ok, c'est avant qu'il faut demander la permission, elle le sait ! C'était un délicie- hum, malencontreux incident.
Journalisée
Ayumi Sayako
E.S.P.er
-

Messages: 82

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Septembre 01, 2017, 10:48:57 »

Ayumi ne meurt pas non plus de froid. La japonaise a froid, c'est un fait et elle risquait de passer une nuit plus à grelotter qu'à dormir. Par contre maintenant qu'elle y réfléchissait, un familier de la dragonne aurait pu faire l'affaire aussi si elle lui avait demandé. Peu être était-ce dû au fait qu'elle ne s'y connaisse rien en magie, ou peut être que ses dernières semaines elle a un peu trop profondément changé pour plus apprécier la chaleur d'un corps que de chercher une autre solution. Une question qui restera sans doute sans réponse.

Si Ayumi comptait vraiment dormir, ne pas laisser indifférente la dragonne était un risque, ou plutôt une réaction assez logique. D'abord, elle s'attendait qu'après le baiser sur le front cela allait s'arrêter là, là où un individu voulant profiter de la situation se serait contenter de la peloter. Petit détail qu'avait prévu d'une certaine manière Ayumi pour s'acheter la protection de l'individu mais visiblement Zussha semblait faire preuve de plus de délicatesse que la jeune fille ne l'aurait cru puisqu'après avoir lever le menton pour la regarder dans les yeux, c'est pour l'embrasser. Ayumi ne fut pas très combative sur le moment, ouvrant à son tour la langue pour l'enrouler autour de celle de la dragonne, ne lui volant rien du tout. C'est donc un baiser qui dura pas moins de sept secondes, où Zussha pouvait se rendre compte que la miss embrassait divinement bien. Après s'être "entraînée" avec une certaine sirène toute une nuit, il ne fallait guère s'étonner que son système ait le vice de lui octroyer une telle compétence.

Sa réponse ne sortira pas de sa bouche mais ça sera les gestes qui parleront à sa place. Remontant un peu plus, Ayumi glissa son corps sur celui de sa partenaire sans la moindre gène, lui embrassant le cou avant de remonter jusqu'à son lobe de son oreille droite. Quand à sa jambe, elle se frotta un peu plus, se faufilant un peu plus vers l'intérieur de la cuisse de Zussha. Arrivée au lobe, avant de le sucer c'est quelques mots doux qu'elle glissa.

"Ta langue a bon goût... Son goût est aussi ardent que la chaleur que dégage ton corps."

Ce goût, parlons-en, Ayumi a l'impression que ça a réveiller ses plus bas instincts car autant un baiser passionnel est toujours agréable, celui-ci l'a plus exciter qu'autres choses, la rendant, disons, toute choses car c'est cette impression qu'elle donnera lorsqu'elle commença à sucer le lobe de la dragonne, passant sa langue sur l'oreille pendant que ses mains se promènent sur son dos au niveau des reins.
Journalisée
Zussha
Créature
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Septembre 03, 2017, 05:25:44 »

Zussha fut tout de même soulagée qu'Ayumi soit aussi réceptive à ses avances, ses muscles se détendirent pendant leur baiser et quel baiser, son meilleur depuis longtemps. Sans compter les six-cents ans de sommeil bien entendu. La dragonne se laissa aller, à l'écoute de ses envies, appréciant de sentir l'humaine glisser son nez dans son cou. Son baiser dans le cou, tandis qu'elle commence doucement à lui grimper dessus pour aller lécher le lobe de son oreille. Tout s'enchaine le plus naturellement du monde, chacune prenant sa place. Elle a envie, juste pour une nuit, de se retrouver à nouveau en-dessous, de se laisser dominer en douceur. Elle ne considère pas Ayumi comme une maîtresse potentielle bien sûr, c'est, différent. Juste une envie spontanée de se faire chouchouter par une belle femme, de s'offrir à elle pour cet instant. La jambe de sa partenaire s'invite entre ses cuisses, la caressant avec tendresse.

Comme pour inviter sa nouvelle amie à prendre le dessus, Zussha roule légèrement sur le côté, de manière à être complètement sur le dos. Ses bras accompagnent sa partenaire, sa main se poasant sur sa tête pour qu'elle n'arrête pas de lui lécher l'oreille. En riant, la dragonne lui répond : "Bon appétit, Ayumi.". Puis, elle pose sa main sur son front, éloignant doucement sa tête sa tête de son cou. Son autre main vient lui caresser la joue alors que la première descend elle aussi sur sa joue opposée. Les joues légèrement rosies, un doux sourire illuminant son visage, la dragonne la regarde droit dans les yeux en se mordillant la lèvre inférieure. Ses mains glissent vers l'arrière de sa tête, elle ses suspend à son cou, l'attire à elle, tend ses lèvres et l'embrasse à nouveau avec passion. Ce second baiser est moins timide que le premier, elle y va franchement, passionnément. Pendant ce temps, sa jambe libre pars caresser les reins de son amante de ce soir. Zussha fait tout pour la presser contre elle, la garder près d'elle, l'étreindre de sa douce chaleur.

Après quelques secondes, elle rompt le baiser en haletant et en pressant son front contre le sien, ses lèvres encore entrouvertes. Elle lui susurre alors : "Si ma belle infirmière s'occupe aussi bien de moi je vais vite guérir.". Son autre jambe remonte entre les jambes d'Ayumi, caressant l'intérieur de ses cuisses pour l'exciter davantage. Elle n'attend que d'être prise, dominée le temps que durera cet instant. Elle veut être sa friandise pour ce soir, et d'une certaine façon aussi, la remercier. Même si elle souhaite avant tout un peu de douceur et de plaisir.
Journalisée
Ayumi Sayako
E.S.P.er
-

Messages: 82

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Septembre 14, 2017, 07:19:25 »

Ayumi comprit bien assez vite ce à quoi voulait exactement Zussha. Ses six cents dernières années à jouer les marmottes fait qu'elle veut être dorloter et chouchouter ce soir. Faute de confort, ça sera dans ce vieux avant poste militaire avec l'humidité ambiante que cela se fera et si cette séance pour réchauffer ne suffit pas pour cette nuit, cela ne surprendrait même pas Ayumi d'être la première à être au courant avec une notification suivi d'un changement de statut ou ce genre de chose ou elle ne sait quoi d'autres. Elle n'a pas été chez un médecin depuis six mois pour le savoir...

Alors que Zussha roula sur le dos, Ayumi l'accompagna, lui embrassant de nouveau le cou, sa main gauche voyageant de son bas du dos à la queue de la dragonne, lui caressant les écailles. Une drôle de sensation de toucher à des écailles de dragon rouge, encore plus à toucher ce genre d'attribut chez cette race. La japonaise n'y prêta pas plus attention, son autre main remontant la robe de Zusshapour lu ôter alors que ses baisers commençait à descendre.

"Je n'ai peu être pas mon diplôme mais il va falloir que je t'examine de plus près alors."

C'est donc peu être par jalousie qu'elle s'occupa de ses seins, commençant à jouer de la langue autour des tétons avant de les sucer. Un petit avant goût le temps que Zussha retire sa robe en la passant par dessus ses épaules, sa main de nouveau libre se contentant de déboutonner son jean. Ceci fait, Ayumi commença à descendre plus bas, s'occupant du nombril avec la ferme attention de finir, toujours plus bas, s'arrêtant à l'entre-cuisse où elle commença caresser de sa langue l'intérieur de la cuisse de sa partenaire, pour mieux examiner ses sous vêtements à elle. Les siens sont noirs mais qu'en est il de la dragonne ? Et surtout en possèdent-elle vraiment ? Beaucoup de question en suspens.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox