banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Dishonored [PV Emilie Kaldwin]  (Lu 198 fois)
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Messages: 184

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« le: Août 02, 2017, 08:23:36 »

--- INTRODUCTION DE DELILAH COPPERSPOON ---


Cela fait tans d'années que je ne suis pas venue ici...

Quand je regarde la cours du château de mon père, quand je vois le kiosque où est désormais enterrée ma sœur, je me souvient de ces journées où nous nous amusions ensemble. Comme j'étais heureuse alors...

Pourquoi Jessamine... pourquoi as tu mentis ce jour là... t'es tu jamais rendu compte de ce que tu m'as fait ? T'es t'il arrivée de te demander ce qui m'étais arrivée avant qu'un assassin ne vienne voler ma vengeance en te tuant le premier ?

Mélancolique, Delilah détourne le regard du tombeau de sa soeur pour se méler aux invités de la commémorations. Aujourd'hui, tout le gratin de Dunwall s'est rassemblé au palais de l’Impératrice pour "fêter" la mort de sa mère.  Si ça ne tenais qu'a elle, oui, Delilah en ferait véritablement une fête, un moment de réjouissance et de célébration. Mais il n'est pas encore temps de changer le calandrier des fêtes royaume, avant cela, il lui faut déjà s'emparer du trône.

Des voix s'élèvent dans la foule, elle se fend en deux pour laisser passer le cortège de la famille royale. Emilie, la fille de sa soeur et nouvelle Impératrice, salut l'assistance et entre dans la salle du trône.
La sorcière doit bien reconnaître que la jeune femme est d'une grande beauté, et que la nature l'a dotée de beaux atouts qui ne laisse personne, y comprit elle, indifférente...

Inconsciemment, elle fait la moue de manière dédaigneuse, imaginant déjà le plaisir qu'elle va prendre avec ses adeptes sorcières quand elle tiendra entre ses griffes la belle petite Impératrice encore toute innocente...

Quelques minutes plus tard le Duc arrive, toujours vétu de son costume militaire d'un blanc écru et accompagné de ses soldats mécaniques. Elle fait un signe au capitaine de la garde corrompu qui commence à ouvrir les portes de la salle du trône.

Confiante, Delilah Copperspoon avance et s'apprête à reprendre ce qui lui revient de droit.

--- INTRODUCTION D'EMILIE KALDWIN ---


Spoiler  
[Version française à regarder a partir de 1:03 mais avec quelques commentaires du créateur de la vidéo -_-] https://www.youtube.com/watch?v=HfiCHCJKcOE


--- Quelques minutes plus tard dans le bureau où est enfermée Emilie Kaldwin ---

Très vite la jeune impératrice remarque que rien n'a été laissé au hasard, les fenêtres ont été condamnés et leur verre est trop épais pour être brisé. Il n'y a aucune passage secret, aucune arme, rien qui puisse lui permettre de se défendre jusqu'au retour de la femme maléfique qui vient de lui voler la couronne des Îles.

Après une interminable attente, une clef tourne dans le serrure de la porte et celle-ci s'ouvre devant Delilah, la monstrueuse sorcière qui a pétrifiée son père sous ses yeux et corrompu sa garde.
Pleine de morgue et de condescendance, l'étrange femme au teint blafard se campe au milieu de la pièce et croise les bras pour toiser sa prisonnière.

- Impératrice Emilie Kaldwin... Fille de la défunte impératrice Jessamine Kaldwin... la femme qui m'a tout pris... c'est ironique tu ne trouve pas ma chérie ? Que toi comme moi ne puissions plus nous venger du meurtrier de nos mères pour la même raison ? Celui qui a plongé son couteau dans le coeur de ta mère est mort, et en la tuant il m'a privé de ma vengeance. Heureusement moi, j'ai toujours un lot de consolation... et quel lot tu fais ma belle petite batarde...
Journalisée

Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 874



Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #1 le: Août 03, 2017, 12:11:49 »

Dunwall

Cette commémoration annuelle avait de moins en moins de sens, au goût d’Emily Kaldwin. Héritière de Jessamine Kaldwin, la défunte Impératrice, elle ne comprenait pas comment pouvait-on fêter la mort de sa mère chaque année ainsi. C’était une insulte à sa mémoire, un manque de respect certain, qui d’année en année, révoltait toujours plus la nouvelle Impératrice. Le monde avait bien changé depuis que la conspiration qui avait fait tué sa mère, avait été déjouée par Corvo Attano, père d’Emily. Ce nouveau monde était ... Terrifiant. Un monde où la confiance était de moins en moins présente, de moins en moins courante.

Un monde qui imposait une lourde pression sur les épaules d’Emily, qui si elle faisait son possible pour assurer le rôle de sa défunte mère auprès du peuple, était malheureusement toujours la cible d’odieuses conspirations et intrigues. Depuis quelques temps, une série de meurtre se perpétuait contre les ennemis de la couronne, au plein jour. De quoi tâcher la réputation d’Emily, que l’on prenait alors pour une dictatrice, pour une femme injuste et employant de sales moyens pour faire taire ses opposants. La réalité ? Ni elle ni son précieux protecteur n’y était pour quelque chose. Il s’agissait de l’œuvre de quelqu’un d’autre, qui leur faisait porter le chapeau, sans doute dans le but de déstabiliser la couronne.

A quoi rimait bien tout ceci ? Emily, à force, était tiraillée entre l’envie de céder et de partir loin, à l’autre bout du monde, et l’envie de faire tuer toutes ceux et celles qu’elle soupçonnait de traitrise. Être Impératrice impliquait de grandes responsabilités et une grande pression, et elle s’en rendait compte en ces temps troubles. La commémoration annuelle avait lieu, et Emily sentait quelque chose de malsain dans l’air. Comme si ... Quelque chose ne tournait pas rond. Cette journée n’était jamais une bonne journée mais, cette fois-ci, c’était différent. Tout se dénoua quand les portes de la salle du trône s’ouvrirent ... Et tout commença à s’effondrer, alors. Delilah Copperspoon, que tout le monde croyait morte, fit son entrée et fit alors une révélation scandaleuse ; elle était la sœur de Jessamine Kaldwin. Bien entendu ni Emily ni Corvo n’en crurent une seule parole, mais tout s’enchaina dès cet instant.

Ce jour-là, l’Impératrice Emily fut déchue, et ce fut le règne de Delilah qui commença. On avait réduit au silence la jeune femme et l’avait enfermé dans un bureau. Sans arme, sans espoir ... Elle était enfermée, n’ayant aucun moyen de s’échapper. Après un long, très long moment, qui parut une éternité pour Emily, la porte s’ouvrit et Delilah entra. Une brusque envie de lui cracher dessus s’éprit d’elle, mais dans la configuration actuelle, elle ne pouvait pas le faire. « Je ne suis le lot de personne, encore moins le tiens ! » Répliqua Emily. Elle ne comptait pas laisser cette femme insulter la mémoire de sa mère bien longtemps. Qu’elle soit réellement sa sœur ou pas, cela n’allait pas l’empêcher de mettre un terme à ses agissements, et ce manière définitive.

Du moins, c’était ce qu’elle pensait ...
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Messages: 184

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Août 04, 2017, 05:55:50 »

En la voyant se rebeller ainsi et lui tenir tête, Delilah esquisse un sourire machiavélique et inquiétant.  A la lueur des torches à la graisse de baleine, son teint blafard lui donne une expression perverse et moribonde.

- Et bien et bien ma petite Emilie... ce n'est pas une manière de parler à sa tante... Surtout quand celle-ci vient pour te délester de tes ennuis et faire de toi une jeune femme heureuse et épanouie...

Oui, tu vas t'épanouir ma belle petite rose en bouton. Je t'ai coupée de ton arbuste, je t'ai mise dans une jolie cloche de verre, et maintenant je vais t'abreuver de douleur et de plaisir jusqu'à ce que tu rampe à pieds pour quémander ta ration de sexe.

Se promet elle intérieurement.

- Cela fait des années que tu te morfond dans ce rôle qui ne te va pas, qui n'a pas été fait pour toi... Réjouis toi, je suis là pour m'occuper du royaume, et de toi, tu n'as plus aucun souci à te faire pour maintenant ou pour l'avenir, tout va devenir beaucoup plus simple.

Elle se rapproche d'elle jusqu'à la frôler ses seins avec les siens, et lève une main délicate pour caresser son visage et le contour de ses lèvres.

- Avec moi, tu vas pouvoir courir dans les jardins, rencontrer de nouvelles personnes, de nouveau eaux lieux, t'amuser, oublier tous les soucis de la vie d'impératrice.

Ho oui ma petite salope de nièce, tu courras dans les jardins quand j'aurais fait de toi une pony girl harnachée à ma calèche, tu vas rencontrer toutes amies et elles vont te baiser, tu vas découvrir tout les bordels du royaume et ce sont leurs clients qui s'amuseront avec toi, et enfin je vais te sifoner l'esprit avec la magie de l'Outsider jusqu'à ce qu'une pensée aussi complexe qu'un souci te soit totalement étrangère...

Sur ces mots et ces pensées, elle se penche en avant pour l'embrasser sur les lèvres.
Journalisée

Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 874



Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #3 le: Août 05, 2017, 08:58:01 »

Les yeux d’Emily se froncèrent, et son regard s’empli de hargne alors qu’elle entendait les paroles viciées de sa tante. Delilah pouvait dire ou prétendre ce qu’elle désirait, rien ne prouvait à l’héritière que c’était vrai. Même si elle n’était pas du genre à rejeter tout en bloc ... En vérité, au moment où Delilah s’était déclarée dans le hall, après s’être annoncée sœur de sa défunte mère, Emily l’avait plutôt bien accueillie ; elle lui avait même proposé de rester aussi longtemps qu’elle le désirait, si jamais ses dires étaient vrais. Quelle belle naïve fut-elle de penser que Delilah était venue en paix. La voilà qu’elle venait de faire un push, en complicité avec des notables de sa propre cours. Une trahison abjecte et impardonnable, qui avait produit la situation courante.

Comme retrouvailles en famille, on avait connu mieux. Sans parler du fait qu’Emily en voulait à Delilah d’avoir fait pétrifier son père, qui à l’heure actuelle, était toujours là dans le hall, immobilisé. Elle devait le sauver, faire quelque chose ... Mais elle ne pouvait rien faire, pour le moment. Delilah osa s’approcher de la jeune héritière, son buste frôlant le sien, et son souffle percutant chaudement son visage. Bien entendu Emily y était un peu insensible sur le moment, bien trop remontée et juste hostile envers sa tante. Delilah poussa le vice jusqu’à poser sa main sur sa joue, lui caressant le visage et les lèvres avant de lui assurer qu’elle allait lui offrir une vie meilleure, sans les soucis que son rôle d’Impératrice incombait. Emily avait toujours eu du mal et avait depuis peu été très partagée au sujet de son rôle. Mais était-ce une raison pour tout abandonner maintenant ? Non.

Puis sa tante approcha son visage et tenta alors de l’embrasser. Un geste qui la surprit et qui ne fut pas vraiment attendu. Comment pouvait-elle penser un seul instant qu’Emily aurait ne serait-ce l’envie de sentir son souffle contre elle ? Alors de la un baiser, Delilah se faisait de douces illusions. Emily repoussa la femme par les épaules, l’éloignant d’elle, lui offrant une mine hostile. « Tu as fait pétrifier mon père, tu as volé mon titre et mon honneur, et maintenant tu crois que je vais céder à tes caprices pervers ? Tu te trompes sur mon compte Delilah. Tu es peut-être ma tante, mais ça ne veut pas dire que je marcherai dans ton sens. » Déclara-t-elle, fièrement.

Non, Emily n’allait pas se laisser faire aussi facilement, c’était le moins que l’on pouvait dire. Malgré tout, malgré tout ce qui venait de se passer, elle ne désirait pas non plus tuer Delilah car ... Le mal était fait ; elle était de sa famille, quoiqu’on en dise. Bien malheureusement.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Messages: 184

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Août 06, 2017, 08:31:14 »

Delilah recule et manque de trébucher sur le tapis mais se ratrappe avec une vélocité et une dextérité incroyable, comme si son corps ne pesait rien. Elle se redresse et sourit de manière cruelle et perverse à Emilie.

- Huhu... ma pauvre petite... tellement perdue et inconsciente du monde qui l'entoure...

Son regard devient noir, l'humeur blanche de ses yeux se couvre d'encre. Soudain, Emilie sent des picotements à ses pieds. Quand elle regarde ce que c'est, il est trop tard, un étrange roncier noir et sang serpente autour de ses chevilles, laboure ses vêtements et remonte le long de ses cuisses pour emprisonner son corps tout entier. En quelques secondes, ses branches se sont étendues de toute pare autour de son corps et ses lianes couvertes d'épine lui lient les poignets et les chevilles pour l'obliger à se tenir droite, les bras en crois et les jambes écartés devant Delilah.

Sur leur passage, les ronces n'ont fait qu'égratigner la peau diaphane de l'ancienne impératrice. Mais elles ont en revanche découpés ses vêtements sur de longues portions qui laissent apparaître ça et là un pied nu, une cuisse, quelques poiles et un bout de ses lèvres pubiennes, son nombril délicat, un de ses seins délogé de son soutien-gorge.

Delilah s'approche alors à nouveau d'elle sans qu'elle n'y puisse rien.

- Tu n'as pas le pouvoir de te soustraire à mes jeux pervers... tu vas vite t'en rendre compte...

Elle ouvre grand la bouche, tire la langue et passe un de ses doigts dessus pour récolter sa propre salive.

- Au contraire, tu vas y participer...

Ajoute t'elle en badigeonnant les lèvres d'Emilie avec sa salive, en prenant bien  soin d'éviter de prendre un coup de dent. La sécrétion de sa tante à un gout floral et musqué, très fort, probablement à cause des baumes de sorcière dont elle doit sans doute se couvrir le corps. Emilie d'étranges petits picotements dans ses lèvres et découvre avec horreur en se les léchant qu'elles se sont gonflées de sang pour grossir.

- Au début tu vas me détester... tu vas refuser... tu vas vouloir que j'arrête...

Continue Delilah en faisant descendre son doigt vers le téton dévoilé d'Emilie pour le badigonner à son tour de sa salive démoniaque. A nouveau la prisonnière sent un fourmillement naître dans son sein et voit cette fois sous ses propres yeux la transformation s'accomplir. Son téton se met à gonfler et se tuméfier à mesure que le sang y afflue jusqu'à ce qu'il prenne une teinte rouge sombre, presque noire.

- Mais je continuerais... encore et encore... jusqu'à ce que tu change... alors... tu finiras par aimer ça... et tu feras tout ce que je te demanderais pour que je continue... tu m'aimeras ma petite nièce... tu m'ai...

Elle descend vers son nombril...

- ...me...

Elle descend jusqu'au petit trou dans son pantalon qui dévoile le haut de sa vulve et glisse sont doigt à l'intérieur pour venir badigeonner sa fente.

-...raaaaa...
Journalisée

Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 874



Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #5 le: Août 19, 2017, 04:22:01 »

L’héritière était une femme digne et se tenant toujours debout. Il n’était pas son genre de plier l’échine devant la première difficulté ; sinon elle serait depuis longtemps partie pour le bout du monde, en oubliant le poids de ses responsabilités. Mais elle ne l’avait pas fait, elle avait affronté le monde réel, et maintenant ... Cela venait de lui couter son père, et sans doute, son propre corps. Delilah ne s’avéra pas seulement une femme corrompue et malfaisante, mais aussi une perverse au sens sexuel du terme. Vanessa en fit les frais alors qu’elle la repoussa. La magie noire de la sorcière lui couvrit les yeux de noir, alors que des ronces apparurent aux pieds d’Emily. « Que ?! » S’exclama-t-elle subitement, tentant de se débattre. Mais elle n’y parvint pas malgré tous ses efforts. Les ronces étaient solides et épaisses, et déchirèrent ses vêtements ci et là, sans pour autant toucher sa peau.

Emily finit paralysée et était offerte en pâture à Delilah, qui s’approcha. « Ne fait pas quelque chose que tu pourrai regretter, Delilah. » La menaça Emily, lui jetant un regard noir. Mais cela ne suffit pas à convaincre sa tante, qui léchant le bout de son doigt, vint appliquer sa salive corrompue sur ses lèvres. Au départ Emily ne sentit que du dégout, mais rapidement, elle sentit son sang affluer et ses lèvres se mettre à piquer. En passant sa langue dessus elle s’aperçut qu’elles avaient légèrement gonflé. Qu’est-ce que cette sorcière était en train de lui faire ? Emily tentait de bouger, de gesticuler mais les ronces étaient trop solides, trop rigides pour lui permettre cela. Impuissante, elle sentit et constata avec horreur que Delilah appliqua le même traitement à son téton dehors, qui fut sorti de son soutien-gorge par les ronces. « A-Arrêtes ça ! » Lui ordonna Emily, en vain.

Son téton en gonflant procura des sensations interdites à la jeune femme, qu’elle réprima immédiatement. Mais quand la sorcière descendit le long de son corps, susurrant que sa nièce finirait par l’aimer de force, Emily serra des dents. Surtout au moment où Delilah, privant la femme de toute dignité, appliqua sa salive sur sa fente intime. L’afflux de sang fut terrible et déchira Emily de part en part, qui eut beaucoup de mal à contenir toutes les perverses sensations que cela lui procura. Elle devait résister, refuser, se battre contre cette femme qui avait visiblement décidé d’employer le sexe et le charme pour faire plier son échine. Emily sua et gémit, avant d’étouffer sa voix pour ne pas en faire profiter Delilah. « N-N’y ... N’y comptes pas, Delilaaa-ah ! » Dit-elle en rougissant.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Messages: 184

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Août 24, 2017, 06:19:32 »

Voyant qu'Emilie frissonne et rougit sous le traitement qu'elle lui inflige, Delilah sourit d'un air malicieux et libidineux. Elle regarde sa jeune nièce comme un prédateur s'apprettant à mordre sa proie, Emilie reconnait ce regard, elle l'a déjà vue chez quelques uns de ses courtisant les plus assidus, le désir, le désir charnel, intense et dévorant, difficilement contenu sous un verni de civilité mais qui cache une animosité et une perversion sans limite.

- Regretter... Arrête ? N'y compte... pas ? Que d’exigences irréalisables votre majesté impériale... Fait donc taire ta stupide petite voix intérieur et suis la voix de la raison, écoute ton corps.

Ajoute Delilah en se penchant toute entière sur Emilie pour venir lécher le sein encore propre de la jeune noble. Comme une véritable prostituée de bordel, elle ouvre grand la bouche pour laisser sortir une grande portion de sa langue et coiffer totalement le téton de la belle avant de remonter vers sa gorge. A nouveau, la transformation s'opère et vrille le corps de la jeune femmes de nouvelles sensations extatiques.

- Regarde toi... ton corps est plus raisonnable que ta tête, ton corps me répond et accepte mon présent pour te couvrir de grace, pour combler tes désirs les plus inavoués...

Elle descend légèrement sur ses genoux pour arriver à hauteur du ventre d'Emilie et fend les restes de son chemisier pour dévoiler totalement son buste jusqu'au pantalon. Elle passe à nouveau sa langue sur les reins de la belles, lui lèche les hanches et remonte vers son nombril pour s'y enfoncer délicatement.

Emilie sent un fourmillement étrange dans ses tripes, elle le sent descendre vers son utérus et lui échauffer les sens, comme si la salive de sa tente était peuplée de petits serpents qui se glissent dans sa chaire pour aller mordre l'intérieur de son corps, là où se cachent ses nerfs les plus sensibles.

- J'ai de grands projets pour toi, ma nièce, tu remplaceras bientôt ta mère dans tout ce que je comptais entreprendre avec elle, si j'avais pue l'atteindre avant qu'un autre ne la tue... Savais tu que les Kaldwin sont devenu l'élite régnante des îles parce qu'ils étaient des sorciers et des sorcières de mère en fille, de père en fils ?

Elle recommence à descendre, les ronces se crispent et écrasent plus encore les membres d'Emilie pour  l’empêcher de se débattre à mesure que le visage de Delilah se rapproche inexorablement de la braguette entre-ouverte de son pantalon.

Elle écarte les pans de tissu pour atteindre la braguette et la descend délicatement dans un long bruit de "zip", révélant peu à peu l’étoffe mouillée de sa culotte blanche.

- Mais pour reveiller ce don familial... il faut d'abord avoir été souillée par le grand vide, et sentir sa noirceur serpenter en soit...

Ses ongles glissent sur le tissu immaculé et le fendent. Au mépris des récriminations d'Emilie, Delilah lui arrache son dérisoire rempart. Là, elle admire la vulve gonflé de désir de la jeune prisonnière, et récolte une petite goute de mouille le long de son index pour le gouter du bout de la langue.

- Encore jeune et acide... inexpérimenté et délicat comme un bouton de rose en pleine éclosion... je suis arrivée au bon moment pour reprendre ton éducation ma nièce.

Elle fait glisser le pantalon le long des jambes d'Emilie, les ronces le déchiquettent petit à petit jusqu'à ce que la belle se retrouve jambes nue, uniquement vêtue de ses bottes montantes. Une fois fait, elle penche son visage jusqu'à frôler les lèvres pubiennes de la jeune femme de son nez et prend une grande inspiration.

- C'est merveilleux n'est ce pas ? Te rend tu compte ? J'ai reussi à te faire mouiller et rougir rien qu'en passant un peu de ma salive sur ta ravissante petite vulve. Imagine ce qui va se passer, quand je vais la visiter, avec ma langue...

Et sans attendre la réponse d'Emilie, la sorcière ouvre à nouveau grand la bouche pour en sortir sa longue langue serpentine et referme sa bouche toute entière sur le sexe de la jeune femme. La prisonnière sent soudain l'appendice de Delilah s'infiltrer entre les muscles de sa vulve pour serpenter jusqu'à son vagin. Sur la route, elle glisse le long d'une petite membrane, délicate et nervurée. Surprise, la sorcière interromp son baiser.

- Voila une merveilleuse nouvelle ma chérie, et je suis un peu surprise, entreprenante comme tu es, je pensais que tu aurais expérimenté les plaisir de la chaire avec un de tes petits courtisants... Hô mais non... une bonne impératrice doit rester vierge jusqu'au Mariage... sans quoi quel seigneur d'une lointaine contré voudrait d'une dévergondée pour épouse... ne t'en fais pas... je vais préserver ton petit trésor pour te le prendre de la meilleur façon qui soit...

Pendant qu'elle parle, Emilie sent agir la salive de sa tente sur la chaire sensible de son sexe. Son organe se gonfle de sang, elle sent son petit mont de vénus grossir et gagner en altitude, son urètre se referme nerveusement pendant qu'une nouvelle vague de fourmillement se repend en elle comme une myriades de parasites.

Delilah tiens son terrible engagement, elle s'accroupie totalement pour passer sous les jambes d'Emilie et lui écarte délicatement les fesses pour révéler la plissure parfaite de son anus.

- Lààààà... voila... parfait... que dirais tu de découvrir le plaisir par ton ravissant petit cul ?

Et sur ces mots elle commence à lui lécher les plis de l'anus pour les couvrir de sa salive maudite, instantanément, le muscle de la jeune femme se contracte et gonfle de désir. Mais la sorcière insiste, elle darde le petit trou au centre du bout de sa langue qu'elle raidie pour pouvoir s'y enfoncer, petit à petit, centimètres après centimètres. Chaque nouvelle zone de son fondement touché par sa bave se met à son tour à se gorger de sang et devenir extrèmement sensible, si bien que Delilah est obligée d'insister, de forcer le passage. Heureusement, sa langue est suffisamment petite pour que cela ne procure que du plaisir.

Au bout de quelques minutes de cette torture, alors que l'anus encore vierge d'Emilie commence à se détendre, la jeune impératrice déchue sent que sa tente passe à la vitesse supérieure... elle sent la pulpe de ses pouces et de ses index venir masser les rebords de son muscle anal pour le détendre et s'y enfoncer...
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox