banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: La rencontre tant attendue (PV Sophiana Caldo)  (Lu 366 fois)
Yuka Sasaki
E.S.P.er
-

Messages: 15



Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 19, 2017, 02:06:35 »

Yuka arpentait les chemins sinueux et goudronnés menant aux alentours de Seikusu. Elle marchait tranquillement, smartphone en main, observant ses mails et ses messages à tour de rôle, esquivant un éclairage public de temps en temps, une poubelle ou même des passants qui marchaient dans la direction opposée à la sienne.
La jeune fille se sentait plutôt bien. Ses résultats au sein de son lycée avaient été plutôt concluant et elle en était plutôt fière, malgré le fait qu'elle subissait encore des moqueries de la part de ses camarades. Néanmoins, elle était plus forte que de simples insultes ou moqueries et préférait les ignorer aussi sèchement qu'elles venaient à elle.
Le chemin était calme. Les oiseaux chantaient, loin, haut dans le ciel azur. Pas l'ombre d'un nuage. Le soleil frappait fort en cette période de l'année et Yuka le savait. Néanmoins, cela ne l'empêchait pas de porter son fameux sweat-à-capuche grisâtre qu'elle traînait partout avec elle ainsi que de porter un jeans et ses converses, comme si la chaleur ne la gênait pas. Sa chevelure rose n'était pas masquée par l'ombre de la capuche et quelques mèches de cheveux volaient à cause d'une légère brise qui permettait de refroidir légèrement le corps de la jeune fille et qui apportait également une vague de froid sur son front légèrement transpirant.


Cela faisait désormais de longues minutes que Yuka marchait, se rendant à son club pour y pratiquer son activité favorite, l'escalade. Alors qu'elle parcourait tranquillement le chemin, elle se mit à longer une forêt. Elle passait souvent devant pour se rendre à son club et cet endroit lui inspirait beaucoup de chose, notamment le calme et l'harmonie. Elle finit par lever les yeux de l'écran de son smartphone, se mettant à regarder un chemin serpentant dans la forêt et s'y enfonçant. Elle s'étonna elle-même de s'arrêter ici alors que d'habitude, elle n'y jetait qu'un rapide coup d’œil. Quelque chose attira son intention, à chaque fois qu'elle s'arrêtait au début de cette voie. Un panneau. Enfin, plus une sorte de pancarte de bois, avec un mot marqué en japonais.

Clinique... lut la jeune fille en plissant légèrement les yeux, étant relativement loin de la pancarte.

Elle s'en approcha puis fit tourner son regard vers le chemin. Elle resta un long moment devant ce dernier, observant ce qui pouvait l'être. Les arbres dont le feuillage flottait au vent qui devenait légèrement plus puissant, le chemin qui serpentait entre ces derniers, se frayant un chemin à l'intérieur même de la forêt. Yuka se frotta les cheveux, hésitante. Une clinique en pleine forêt ? C'était relativement impossible. Bizarrement, elle s'était toujours posé cette question, mais n'avait jamais vraiment essayé de savoir si cela était vrai ou non. Elle finit enfin par hausser les épaules et à s'engager sur la voie qui menait à la clinique, en espérant y découvrir cette fameuse bâtisse. Et bizarrement, chaque fois qu'elle passait devant, elle sentait comme... une boule dans son ventre. C'était assez inhabituel à expliquer.

Elle marcha durant... Cinq minutes peut-être. Elle regardait de temps en temps son smartphone. Il indiquait "Aucun réseau disponible". Preuve donc que cette forêt était comme coupé du monde.
La jeune fille savait ce qu'il y avait après la forêt. Un ravin. D'ailleurs, elle pouvait apercevoir l'immense montagne qui dominait la forêt et le ciel. Pas étonnant. Tout le nord de Kyoto n'était fait que de forêt et de montagne et c'était d'ailleurs pourquoi son club se trouvait là-bas. Elle reprit sa marche, suivant le chemin sinueux qui menait à la clinique, s'attendant presque à une vieille cabane délabrée et abandonnée depuis des années.
Alors qu'elle était en train d'arranger la musique sur son appareil pour faire passer le temps durant la marche, elle leva les yeux et se stoppa net. Devant elle, se dressait une immense clinique, faite d'acier et de verre, reposant sur le flanc de la falaise. Le complexe était moderne, ultra moderne même. Les nombreuses verrières présentes sur la façade du bâtiment permettaient à Yuka d'apercevoir l'intérieur de la clinique. Elle était étonnamment surprise par la découverte qu'elle venait de faire. Elle qui pensait, il y a encore deux minutes, qu'elle ne trouverait qu'un vieux cabanon. Elle se sentait petite face à la structure qui imposait.


Elle ravala sa salive, avançant lentement vers la porte d'entrée du bâtiment. Elle sorti son smartphone, prenant quelques photos au passage, n'en croyant toujours pas ses yeux qui fixaient chaque recoin du complexe pour en observer la beauté. S'en était presque futuriste. Elle pénétra alors lentement et timidement dans le hall d'entrée, ne voulant pas vraiment parler en apercevant le personnel médical s'occuper des patients. D'ailleurs, elle remarqua que chaque personne était.. Des femmes. Elle ne voyait que des femmes dans les couloirs. Elle se sentait petite, mais également, apaisée. Il y avait quelque chose ici qui l'apaisait, sans savoir ce que c'était. Elle jeta des coups d'œil de partout, ne sachant plus vraiment pourquoi elle était ici et pourquoi elle était entrée..
« Dernière édition: Juillet 19, 2017, 10:33:55 par Yuka Sasaki » Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 172



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Juillet 23, 2017, 06:15:30 »

Même dans un lieu aussi calme, les infirmières passent plus leurs temps à courir qu'autre chose, allant d'un couloir à l'autre pours s'occuper des patients. La réputation de la clinique fait qu'il y a beaucoup de cas graves qui arrive en son sein, mais aussi des cas normaux.

Yuka pourra voir qu'il y a plusieurs panneaux avec différent corps de la médecine, une vraie diversité pour un tel complexe, on comprend pourquoi il est réputée au Japon. Pendant que la jeune fille regarde l'agencement des lieux, la secrétaire au comptoir s'approche d'elle pour l'interpeller la jeune fille qui semble perdue.

Bonjour mademoiselle, vous cherchez quelque chose ?

On peut dire que la tenue de Yuka semble faire penser qu'elle se cache ou essaye de se faire discrète, ce qui peut amener à une certaine méfiance de la part de la secrétaire rousse, aux jolies formes. Celle-ci, quand elle vu les yeux et la chevelure de l'inconnue marque un temps d'arrêt, comme si elle avait reconnue quelqu'une, avant de poser une question.

Vous.. cherchez peut-être votre mère ?

Pendant ce temps, je ne me doutais pas de la présence d'une de mes filles dans mon établissement, occupée à une opération du cœur précis pour vérifier d'elle même comment retirer la tumeur qui rend les battements irréguliers de l'homme trentenaire.
Journalisée

Yuka Sasaki
E.S.P.er
-

Messages: 15



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juillet 23, 2017, 09:05:04 »

Yuka observait l’endroit, perdu. Elle n’était pas à l’aise dans cet endroit. Elle regardait, avec ses yeux azur et avec un air gêné, les infirmières qui allaient et venaient dans la clinique pour s’occuper des patients. Bizarrement, la jeune fille n’avait jamais vraiment entendu parler de cette clinique. Néanmoins, elle voyait très nettement que cette dernière était assez populaire au nombre de personnel présent et aux nombres de patients qui attendaient dans la salle d’attente.

Tandis qu’elle observait les différents panneaux montrant les différents corps de médecine, ce qui montrait sa diversité et le fait qu’il était fréquenté apparemment, elle fut interpelée. Yuka se retourna pour faire face à une jolie secrétaire aux cheveux roux et aux jolies formes. Pendant un long moment, Yuka fixa la poitrine de la femme devant elle avant de secouer la tête, les joues légèrement rouges, ce qui avait du mal à fuiter à la rousse.

Bonjour mademoiselle, vous cherchez quelque chose ?

Yuka resta perplexe. Elle était venue oui, mais pour chercher quoi. Elle rougit légèrement, de honte principalement avant de balbutier quelques mots.

Heu… Hum.. Je.. Je.. Enfin.. Barbouilla-t-elle en frottant légèrement ses deux index entre eux.

La rousse ne fut pas dupe. Elle était méfiante. Méfiante envers Yuka qui avait du mal à se justifier de sa présence ici et surtout à cause, sans doute, de ses vêtements qui étaient par des endroits en lambaux. On aurait pu la prendre pour une fouteuse de trouble, bien que ce n'était pas le genre de la jeune fille. Un blanc s’en suivit pendant quelques secondes avant que Yuna ne décide de tourner les talons pour partir. Du moins, c’est ce qu’elle voulait faire quand la secrétaire l’interpella de nouveau, un peu plus surprise que méfiante.

Vous… Cherchez peut être votre mère ?

Yuka se stoppa nette. Sa mère ? Sa deuxième mère était ici ? Elle se retourna de nouveau vers la rousse, qui la fixait étrangement, comme attendant une réponse de sa part. La jeune lycéenne inspira et expira fortement, plusieurs fois de suite. Oui, c’était donc ça. C’était donc ça ce sentiment d’apaisement et de sécurité. Ce sentiment qu’elle avait à chaque fois qu’elle passait devant le chemin de terre. C’est parce que, dans un sens, elle était liée à cette clinique. Mais peut-être se trompait-elle ? La probabilité que sa deuxième mère soit ici était nulle, voire inexistante. Était-ce vraiment une bonne idée d’aller plus loin ? La sortie est tout près, lui tendant les bras. Plusieurs questions fusaient dans sa tête mais elle crispa les poings, résolue.

Oui ! Oui, je cherche ma mère ! Dit-elle avec conviction, le regard presque confiant.
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 172



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Juillet 31, 2017, 10:11:04 »

La secrétaire sourit doucement en entendant la jeune fille lui répondre positivement. Elle lui fait signe de la suivre et passe derrière son comptoir, composant un numéro de téléphone.

Il fallait tout de suite vous presentez, mademoiselle Caldo. Je suis nouvelle et n'ai vu que vos deux soeurs pour le moment.

Elle porte le téléphone à son oreille et patiente un instant avant d'afficher un léger sourire à la jeune fille puis écrit quelque note sur un bout de papier. Dans la salle d'opération, je reste très concentrée sur cette opération délicate et minutieuse. Je ne tressaille même pas quand le téléphone dans la salle se met à sonner à côté de moi, dont une de mes assistante s'empresse de décrocher.

Qu'y a t'il ?

Oui, désolée de vous dérangée, c'est Eleanor. J'appelle car je suis devant une des filles du Docteur Caldo. Que suis-je censée faire ?

Je soupire doucement en l'entendant, restant quand même fixer sur le cœur que j'opère tout en écoutant puis répond.

Comme à chaque fois, Eleanor, tu la fait montée à mon appartement. Elle devra, cependant, patienter que je finisse mon opération et elle peut faire comme chez elle.

Bien, Docteur, je l'y emmène.

Je reprend tranquillement l'opération, confiante. La secrétaire raccroche et s'approche de Yuka, souriant doucement.

Votre mère est en opération et m'a demandée de vous conduire jusqu'à son appartement.

Elle lui fait signe de la suivre et entame la marche dans le couloir de droit, laissant le comptoir à sa congénère. Elle roule des hanches devant la jeune fille, réflexe ou pas, elle même ne le sait, jusqu'à arrivée devant un ascenseur dont elle appelle directement.

J'allais oubliée, votre mère a aussi dit que vous pouviez faire comme chez vous, pour patienter.

La porte de l'ascenseur, privée apparemment, s'ouvre et Eleanor laisse passer l'adolescente avant de rentrer à son tour. Elle se place devant un petit clavier dont elle tapote une sorte de code, assez long, puis la porte se referme et la montée commence, lentement, laissant les deux femelles seule à seule.

Comment vous appelez vous d'ailleurs ? Je veux dire votre prénom.

Elle tourne légèrement la tête, pour lui parler et la regarder de ses yeux émeraudes, un léger sourire en coin.
Journalisée

Yuka Sasaki
E.S.P.er
-

Messages: 15



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Août 01, 2017, 10:13:15 »

En voyant la secrétaire sourire, Yuka était surprise. Elle s'attendait presque à être refoulée mais non, ce n'était pas le cas. La rousse demanda à la jeune fille de la suivre et c'est ce qu'elle fis, l'observant alors passer derrière son comptoir pour y saisir un téléphone fixe et composer un numéro.

Il fallait tout de suite vous présentez, mademoiselle Caldo. Je suis nouvelle et n'ai vu que vos deux sœurs pour le moment. dit la jolie secrétaire rousse, tandis qu'elle portait le téléphone à son oreille tout en adressant à Yuka un charmant sourire.

Cette dernière souriait faussement mais énormément de questions se bousculaient dans sa tête. Les morceaux du puzzle commençaient à former une image précise de la situation. La secrétaire l'a appelé "Caldo" donc, ça serait son deuxième nom de famille. "Caldo", cela ne disait rien à Yuka. Elle n'avait même jamais entendu parler de ce nom.
Donc, sa deuxième mère s'appelait Caldo et surtout... Elle avait deux autres filles ? La jeune fille avait deux sœurs dont elle ne connaissait absolument pas l'existence. Rien du tout. Nada !

Yuka serra légèrement les dents à l'entente de cette nouvelle. Elle n'était pas en colère, juste frustré. En entendant cela, elle se demandait si au final, sa deuxième mère, cette "Caldo" ne l'avait tout simplement pas laissé, voir complètement oublié.
La jeune fille écouta la conversation téléphonique entre la secrétaire et la personne au bout du fil. Cette dernière, après une courte discussion, hocha la tête.

Bien, Docteur, je l'y emmène.Répondit-elle en raccrochant alors l'appel avant de se tourner vers la jeune fille en lui souriant agréablement et en s'approchant d'elle. Yuka fit aussi un léger sourire en réponse.
Votre mère est en opération et m'a demandée de vous conduire jusqu'à son appartement.Dit la rousse en faisant signe à Yuka de la suivre.

Yuka était septique mais fini par la suivre. La jolie rousse entama alors une marche dans un couloir qui était à leur droite, laissant l'accueil à l'une de ses collègues. Tandis qu'elles marchaient, Yuka suivait des yeux le roulement de hanche de la secrétaire en ayant le rouge aux joues, ayant rarement vu cela dans sa vie. De jolies hanches, un joli corps, une jolie frimousse. Tout ce qui pouvait faire rougir la jeune fille. Les deux femmes continuèrent leur chemin jusqu'à un ascenseur, que la secrétaire appela directement. Elle tourna son regard vers Yuka, qui était anxieuse à l'idée d'entrer dans l'ascenseur.

J'allais oubliée, votre mère a aussi dit que vous pouviez faire comme chez vous, pour patienter.Dit la rousse en affichant toujours ce léger et doux sourire qui commençait à faire rougir Yuka à force de le voir.

La porte de l'ascenseur fini par s'ouvrir, laissant entrevoir un ascenseur à usage - sans aucun doute - privatif. La rousse laissa passer Yuka avant de s'engager elle-même dans l'ascenseur. Une fois à l'intérieur, Eleanor - qui était le nom de la secrétaire - tapota sur un clavier, un code, assez long et dont Yuka n'arrivait à retenir aucun chiffre, même en voyant la secrétaire faire, avant que les portes se ferment et que l'ascenseur engagea une montée, lente, laissant les deux femmes seules, dans un silence assez dérangeant avant que la jeune femme ne brise la glace.

Comment vous appelez vous d'ailleurs ? Je veux dire votre prénom.

Yuka rougit à la demande, ravalant sa salive avant d'ouvrir la bouche, en répondant avec le sourire à la secrétaire qui la fixait également.

Je m'appelle Yuka mademoiselle. Sasaki Yuka. Enfin... D'après vous, ça serait Caldo mais pour être honnête, je ne connaissais pas l'existence de ce deuxième nom de famille..

La secrétaire fixa Yuka, sans vraiment comprendre. Avait-elle embarquée la bonne personne à bord de cette ascenseur ? Yuka vit que la rousse avait quand même un léger doute en entendant la réponse de la jeune fille.

A..Attendez ! Enfin.. Oui, mon nom est "Sasaki" et non pas "Caldo" mais.. C'est normal, je crois... A vrai dire, c'est.. Enfin, ça va être la première fois que je vais rencontrer ma deuxième mère... Je.. Enfin.. Je ne l'avais jamais vu avant et je ne savais même pas qu'elle existait.. Ni elle, ni mes deux autres sœurs..

La réponse avait l'air de fonctionner. Yuka vit la secrétaire continuer de sourire en coin, toujours en la fixant de ses yeux émeraudes qu'elle trouvait à croquer. La jeune fille rougissait énormément et tortillait ses doigts à l'intérieur de ses manches, un peu trop longues pour elle.

Hum... Du coup, vous.. Enfin... Vous connaissez ma mère depuis longtemps ? Enfin j'veux dire... Elle travaille depuis longtemps ici ? Demanda t-elle à la rousse en souriant.

C'était la seule discussion qui venait à l'esprit de Yuka pour faire passer le temps dans cet ascenseur, dont la montée lui semblait extrêmement longue, presque interminable.
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 172



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Septembre 27, 2017, 03:47:19 »

Eleanor la fixe un long moment après cette révélation puis tourne la tête pour regarder devant elle avant d'affiche un léger sourire et, subtilement, déhancher son fessier bombé avec lenteur et sensualité comme pour voir sa réaction à cette petite parade nuptiale.

Vous savez, votre nom ne mettait pas utile pour savoir que vous êtes sa fille. Il se passe tellement de choses ici et il n'est pas dur de voir que vous êtes sa fille comparée aux autres

Il n'est pas dur de voir que la jeune secrétaire est assez coquine au final, sa voix devenant plus sensuelle et ses gestuelles plus aguicheuse. Elle ne se gène pas pour que ses déhanchements soient plus visible dans sa jupe moulant où l'ont peut voir un string fuchsia qui s'offre à Yuka. Elle tourne délicatement la tête vers celle-ci, remarquant qu'elle bouillonne d'envie en matant son cul envoûtant.

Je dois vous être serviable, mademoiselle, et vous pouvez me punir si je ne suis pas assez excitante à vos yeux, c'est le rôle d'une bonne servante après tout..

Elle se penche légèrement vers l'avant et, sans que Yuka lui demande, relève sa jupe au dessus de ses fesses, écartant les jambes pour offrir la meilleur vu possible. Elle lui laisse même le temps de la lorgner, ses fesses blanches et rondes, décorées par un string en dentelle rose dont une ouverture laisse voir sa féminité nue, bien humide et bien ouverte. Rien qu'en regardant, on peut voir qu'Eleanor s'est déjà fait prendre violemment aujourd'hui.

Je suis toute à vous, mademoiselle, votre mère m'a déjà essayée.. il est donc normal que ses filles aussi, surtout si elles ont d'aussi grosses queues qu'elle...

Elle appuye sur le bouton "Arrêt" de l’ascenseur, les laissant toutes les deux, seules, à l'étroit avec des envies lubriques bouillonnant. Elle vient, ensuite, écartée ses lèvres chaudes de mouille pour y laisser un liquide visqueux et blanchâtre coulée le long de ses cuisses, la faisant trembler de désir avec un gémissement de plaisir sensuel.

S'il vous plait, mademoiselle, abusez de moi... de toute les façon possible et que vous voulez...

Journalisée

Yuka Sasaki
E.S.P.er
-

Messages: 15



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Octobre 29, 2017, 04:17:49 »

Yuka venait de détourner le regard. Elle sentait les yeux de la secrétaire l'observait, la fixer. Un moment. Un très long moment. Puis elle détourna le regard, ce qui fit soupirer intérieurement Yuka, mais c'était sans savoir ce qui allait se dérouler par la suite. Lentement et sensuellement, Eleanor se mit à déhancher subtilement son joli fessier bombé. Yuka fut surprise et ne pus détourner le regard de cette légère parade, très aguicheuse. Elle ne comprenait d'ailleurs pas la raison pour que la secrétaire de sa mère fasse cela, même si elle appréciait la vue qui lui était offert.

"Vous savez, votre nom ne mettait pas utile pour savoir que vous êtes sa fille. Il se passe tellement de choses ici et il n'est pas dur de voir que vous êtes sa fille comparée aux autres."

Yuka comprit très rapidement que la secrétaire était jeune, très sexy et également très coquine. Sa voix devenait de plus en plus sensuelle et ses gestes étaient là pour attirer Yuka dans la danse. Ses déhanchements étaient de plus en plus visible et sa jupe très moulante montrait peu à peu un string fushia. Elle rougissait de plus en plus. Elle avait envie de toucher ce très joli fessier, mais quelque chose la bloquait. Étais-ce parce que cette femme travaillait pour sa mère ou juste parce que la situation était bizarre.

"Je dois vous être serviable, mademoiselle, et vous pouvez me punir si je ne suis pas assez excitante à vos yeux, c'est le rôle d'une bonne servante après tout..."

"A... Étais-ce parce que cette femme travaillait pour sa mère ou juste parce que la situation était bizarre. Madame.. Vous.. Enfin... Vous n'êtes pas ma servante, vous n'avez pas à.. Oh merde..."

Eleanor n'attendit pas et se pencha en avant et releva sa jupe, ce qui fit rougir encore plus la jeune fille de 16 ans. La secrétaire écarta les jambes et laissa le plaisir à Yuka d'examiner et de lorgner sur les belles fesses rondes et blanches qui lui étaient offertes avec plaisir, ainsi que la féminité d'Eleanor, bien humide et bien ouverte qui montrait très clairement que la jeune femme s'était déjà faite prendre aujourd'hui et Yuka devina rapidement par qui, rien qu'à la parade que lui offrait Eleanor.

"Je suis toute à vous, mademoiselle, votre mère m'a déjà essayée.. Il est donc normal que ses filles aussi, surtout si elles ont d'aussi grosses queues qu'elle..."

"Mais.. Mais.."

Yuka n'eu le temps de protester que la femme appuya sur le bouton d'arrêt de l'ascenseur. La machine se bloqua, dans les airs alors qu'il montait, laissant les deux femmes seules, à l'étroit. L'une était une soumise avec une envie dévorante et l'autre, une pauvre fille de 16 ans dont la tête était ampli de question, mais dont la chaleur montait progressivement dans son corps d'adolescente. Eleanor finit par achever Yuka en écartant ses lèvres chaudes de mouille, laissant un liquide visqueux et blanchâtre coulée le long de ses cuisses, faisant trembler de désir la jeune secrétaire tandis qu'elle poussait un gémissement sensuel de plaisir.

"S'il vous plaît, mademoiselle, abusez de moi... De toutes les façons possibles et que vous voulez..."

Yuka resta figé, ne sachant quoi faire. De toutes les façons possibles et que vous voulez... Elle ne savait pas quoi faire, ni comment réagir, ni même d'ailleurs comment ça allait ce passer ! Et pourtant, elle était là, dans un ascenseur avec une secrétaire nympho et chaude comme la braise. Elle rougit fortement, balbutiant ses mots en essayant de trouver quoi dire.

"E.. Eleanor.. Écoutez.. Hum.. Vous.. Enfin.. Vous n'êtes pas obligé de faire ça pour.. Être une bonne servante.. Et puis, vous n'êtes pas.. Ma servante. S'il vous plaît... Rhabillez-vous et..  Continuons de monter.. D'accord ?"

C'était une sensation bizarre pour Yuka. Et puis, vu comment était Eleanor, elle avait l'impression que seul un chibre pouvait la soulager... Elle bouillonnait de plus en plus et priait pour que la secrétaire se rhabille et remette en fonction l'ascenseur pour finir cette montée qui était de plus en plus longue.
« Dernière édition: Octobre 29, 2017, 07:26:01 par Yuka Sasaki » Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox