banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Secret de famille. [PV:Sayori & Motoko Yukihiro]  (Lu 259 fois)
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 149



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juillet 14, 2017, 02:02:01 »

Sayori et Motoko Yukihiro ainsi que Asuka et Yûko Kiyamasa, quatre jeunes filles qui peuvent paraitre normal dans l'école de Mishima, mais mes connaissances sont rarement normaux. Sayori et Motoko sont des Yakuza, ayant connu leurs parents lors d'une discussion sur le faite que je me sois installée sur "leur" territoire pour me faire payer des frais de protection... La blague... je leur ai montrée qu'il n'y avait pas besoin et qu'il me suffisait de très peu pour les rayer de la Terre, ce qui a donné une bonne entente entre les Yakuza et moi, qui peuvent être très généreux au final. Mais, en revenant sur les jumelles, elles sont devenues meilleurs amies avec Asuka et Yûko, aussi Yakuza ainsi que mes propres filles.

Car oui, en preuve de notre alliance, j'avais accepter de corrompre un flic un peu trop encombrant pour eux, ce que je fit et réussi en baisant avec celui-ci en échange de son silence et sa généreuse aide envers les Yakuza. Cet ébats offrit deux jeunes filles qui grandissent plus vite que le communs des mortels dû à leur sang de démone, ce qui fait qu'elles sont vite indépendantes et intelligentes, vivant dans mon appartement.

Mais ce n'est pas l'heure des explications futiles, j'ai surpris une conversation entre Asuka et une tierce personne aux sujets de toilettes leurs appartenant dans l'école Mishima, s'y servant pour abuser des jeunes filles avec leur groupes. J'étais quand même fière de savoir que mes filles me ressemblent autant et, c'est avec une idée lubrique, que lorsqu'elles partent en cours, je décide d'y aller secrètement pour gouter aux plaisirs qu'offre ce groupe.

Il est 10 heures du matin, profitant que les élèves soient en cours, je pénètre dans l'enceinte du bâtiment, à la recherche de ces toilettes leurs appartenant. Ce qui ne fût pas dur, au final, il suffisait juste de trouver une pièce éloignée des classes et marquer "Yakuza" dessus, cela me fit sourire doucement avant que je ne rentre dedans pour m'y enfermer et attendre ce fameux groupe.

Il n'y a qu'une toilette avec quatre cloisons, y compris la porte, d'où 6 trous ont été creuser dedans pour permettre de passer des sexes dedans. Impressionnant, c'est donc ça qu'elles font ? Attirer une victime dans ces toilettes, l'enfermant surement dans la cabine puis l'obliger à sucer pour pouvoir sortir. Pourquoi je sent que mes filles sont derrières cette idée ? Je ris doucement et m'installe sur la cuvette, baissant ma jupe, n'ayant aucun besoin, mais voulant qu'elles ne sachent pas qui je suis dés le début, puis attend patiemment.
« Dernière édition: Juillet 14, 2017, 05:01:06 par Sophiana Caldo » Journalisée

Sayori & Motoko Yukihiro
Humain(e)
-

Messages: 54


Jumelles Futanari


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juillet 14, 2017, 06:08:01 »

Encore une journée bien chiante à Mishima. Motoko était clairement en train de se faire chier, à écouter les paroles incessantes de son prof de japonais, gribouillant des trucs sur son cahier, avachie sur sa chaise au fond de la classe. Est ce qu'il pouvait pas juste fermer sa grande gueule 5mn ? Elle ne supportait plus sa voix et jurait qu'elle allait le coincer un jour au coin d'une rue pour le réduire au silence, si elle ne craquait pas avant. Une belle japonaise qui ne l'ouvre que pour donner des explications intéressante serait bien plus agréable que ce type trapu avec sa calvitie, qui racontait des inepties inintéressantes. Se penchant sur le coté, elle vit sa sœur Sayori, au premier rang, qui prenait des notes. Celle-ci était bien plus sage et sérieuse que sa jumelle, toutefois, elle savait faire la différence entre ce qui était utile et qui ne l'était pas. Enfin si, ce que leur prof disait était utile, mais il fallait juste lui rappeler un jour qu'il était prof de langue, pas prof d'histoire. Savoir que l'écriture des Kanji avaient évolués une première fois durant l'ère Meiji était intéressant, mais les faits historique de cette période étaient inappropriés pour ce cours. Soufflant de lassitude, Motoko pris son portable et regarda ses SMS.

Heureusement pour Motoko, son calvaire pris fin avec la sonnerie annonçant la fin du cours. Elle fut donc l'une des premières élèves à sortir et attendit non sans une certaine impatience que sa petite sœur sorte à son tour. A peine Sayori franchi t-elle le pas de la porte, que son aînée lui pris la main et l'entraina bien loin de la foule, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'élèves autour d'elles.

- Oneesan, je sais que t'aime pas les cours, mais c'est pas la peine de me serrer aussi fort.

- Désolée p'tite sœur, Asuka m'a envoyée un SMS. Notre cabine s'est refermée sur une nouvelle proie et on s'est données rendez-vous pour jouer avec.

- Je suis vraiment obligée de participer ? C'est pas mon truc tout ça...

- Tu dis toujours ça, mais tu change vite de discours une fois ta queue bien raide.


Sayori rougis et détourna le regard, se laissant toujours traîner par une Motoko au sourire goguenard. Elles marchèrent ainsi jusqu'à une aile abandonnée de l'établissement et grimpèrent jusqu'au 3e étage, avant d'arriver devant les cabines de l'étage. Les sœurs Kiyamasa étaient déjà là. Asuka, la cadette était nonchalamment appuyée contre le mur en pianotant sur son portable, tandis que son aînée, Yûko, avait déjà sortie sa queue et se branlait en attendant ses copines.

- Putain, vous voilà enfin ! J'ai une envie folle de me vider dans la bouche de cette petite pute !

- Du calme grande sœur, tu vas la baiser...

- Ouais... Ouais, j'vais la faire hurler cette salope...

- Bon, maintenant qu'on est là, si on allait se présenter à notre nouvelle victime ?


Les quatre filles entrèrent donc dans les toilettes désaffectées et avisèrent les trous aménagés, recouvert de caoutchouc. Un système simple qui leur permettait d'y glisser leur queue et empêchait les victime de voir de l'autre coté. Elles purent entendre comme des sanglots étouffés de l'autre coté. Oui, elles allaient bien s'amuser. Ce fut Motoko qui annonça leur présence en frappant contre la porte.

- Hé toi ! j'imagine que tu te demande ce que tu fais enfermée dans ces chiottes puantes ? Tu as fait quelque chose de mal... De très très mal, qui nous as mis en colère... Mais on veux bien passer l'éponge si tu es une gentille fille... Et pour ça, rien de plus simple.

Motoko souleva sa jupe et baissa sa culotte, tout comme Asuka. Yûko fut toutefois la première à glisser sa queue raide dans le trou, très vite suivit par les deux autres. Comme d'habitude, celle de Motoko était énorme et pulsait de manière inquiétante.

- Tu vas sucer nos bite salope ! Tu vas les sucer et nous faire gicler, peut importe les moyens. Dis toi que tu restera enfermer là tant que tu y mettra pas du tient !

- On est pas pressées nous, on a tout notre temps... Mais je te conseil d'obéir... Ta maman pourrait s’inquiéter de ne pas te voir rentrer ce soir...


Sayori ne participait pas encore elle. Pour le moment, elle se contentait de dessiner sur sa tablette graphique, avançant sur son doujinshi. Mais elle pouvait néanmoins sentir son propre sexe commencer à grossir dans sa culotte. Si voir une pauvre fille se faire abuser ne l'excitait pas, voir les trois autres futa au contraire, commençait à l’émoustiller...
« Dernière édition: Juillet 15, 2017, 02:18:10 par Sayori & Motoko Yukihiro » Journalisée

Membres du Futa Sixe (Explicite)
Akiko & Megane -- Motoko & Sayori -- Asuka & Yûko
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 149



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juillet 15, 2017, 02:52:24 »

L'attente fut longue quand même, mais, quelques minutes après la sonnerie, du mouvement se fait entendre devant l'entrée de la pièce. Je peux déjà savoir qu'il y a Yûko, toujours aussi impatiente de baiser, et Asuka, tapant à toute vitesse sur son GSM, mais elles sont rejoints par deux autres pas, dont une semble plus être trainée dans l'affaire. Ça nous fait quatre comparses, quatre futa apparemment alors qu'il y a six trous dans les parois, cela me suffira de toute façon.

La porte s'ouvre et je commence mon petit manège de victime, me mettant à simuler des sanglots pour camoufler ma présence voulue dans cette situation et la voix féminine, inconnue, se fit entendre pour me faire passer pour une vilaine fifille qui les ont fâchées. Je me retenais pour ne pas rire, je l'avoue, puis me repris directement pour reprendre une voix de jeune pucelle apeurée.

Mais... je ne vous ai rien fait... je.. je le promets... pitié... je... je...

Et la simulation perdit la place face à ma stupéfaction, voyant d'abord la belle verge dure d'Yuko, juste devant mes yeux, suivi de Asuka, à côté d'elle et de ma tête, en même temps que l'énorme queue de l'inconnue, qui me fit agrandir les mirettes et ouvrir la bouche à sa vue. Mon cœur bat très rapidement sous l'excitation de telles queues, mais celle de l'inconnue me tente à la folie, j'en salive d'avance, tout en ayant mon chibre qui s'en dresse à son maximum, ma mouille coule à flot dans la cuvette et son odeur peut déjà bien se faire sentir.

Je suis excitée, et ne voulais plus me faire passer pour une autre la, et empoigne les pénis de mes filles fermement, leur offrant une branlette vigoureuse, ralentissant après quelques secondes pour leur masser le gland avec délicatesse et précision, voulant leur donner un massage très plaisant, puis reprend une masturbation experte de leur deux beau mandrin, rythmant ses vas et viens entre délicatesse et fougue. Pendant ce temps, ma bouche ne reste pas inactive.

Je caresse doucement la plus grosse des trois, avec mes lèvres, de toute sa longueur, de là-bas jusqu'au gland, humant l'odeur de celle-ci dans mes gémissements d'excitation. Au bout de quelques remontées lentes, je viens laper rapidement le gland de Motoko de ma langue baveuse et chaude, enfonçant mon bout légèrement dans son urètre avant de la sortir et d'englober le dôme de chair avec mon appendice buccal afin de la masser en la compressant doucement puis la met enfin en gueule. Je le suçote avidement, mes lèvres le scellant dans ma caverne buccale, le fouettant à une vitesse folle, le lubrifiant avec ma bave abondant puis, d'un coup, entame des vas et viens sur toute la longueur de la bite vertigineuse, débutant des bruits salaces dignes des plus pervers Hentaï, engloutissant entièrement celle-ci jusqu'à ma gorge sans aucun soucis à un rythme modéré, tournant ma tête vers la droit puis la gauche après.

Je savoure clairement cette bite vertigineuse de ma bouche experte, ce que Motoko peut sentir, je ne suis pas à ma première fellation.

Et je n'hésite pas à le lui faire sentir, mais il faut bien que les deux autres y goûtent aussi. Il y a plus de risques avec mes filles, m'ayant senti les sucer, elles risquent de me reconnaître, mais, au moins, elles seront toutes sur de bien baiser.

Je.. je... c'est tellement de bonnes... de bonnes bites... je les veux... je les veux en moi... je les veux toutes...

J'ai repris ma voix de pucelle, mais très excitée, avant de lâcher la queue d'Yuko et d'empoigner la queue trempée, bien baveux, de Motoko, mettant à la branler aussi vigoureusement que celle d'Asuka, pendant que j'enfonce la verge raide d'Yuko en bouche et la pomper sauvagement, lèvres serrer ainsi que les parois interne de mes joues dessus. J'ai tout resserré sur son pénis pour lui offrir une de mes meilleures pipes baveuses, alternant avec celui d'Asuka toutes les dizaines de vas et viens, sauvage.

Je... je crois... que... que... que j'aime... ç-ça... je veux que... que... vous me baisiez... mes... Maitresses...

Je relâche les beaux dards de mes filles et reviens m'attaquer à l'inconnue avec de grands coups de langues rapides sur son gland, tout en la masturbant rapidement d'une main vive et ferme.
Journalisée

Sayori & Motoko Yukihiro
Humain(e)
-

Messages: 54


Jumelles Futanari


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 15, 2017, 03:41:29 »

Asuka et Yûko se mirent à gémir de concert lorsque la mystérieuse fille empoigna leur bite pour commencer une masturbation experte. Etant donné le doigté et la dextérité dont elle faisait preuve, ce devait être loin d'être sa première fois avec des queues. Motoko n'était pas en reste, se crispant contre le mur, se cambrant délicieusement vers arrière, lorsqu'elle se mit à sucer son gros chibre avec gourmandise. A entendre les bruis pervers dans la cabine, cette fille devait se régaler. On était loin de la petite élève craintive d'il y a quelques secondes à peine. les deux sœurs se prirent par la main et se regardèrent, avant de se rouler une pelle magistrale, leurs langue tournoyant ensemble entre leurs lèvres, avant de s'éloigner l'une de l'autre, encore reliées par un mince filet de salive. La mystérieuse fille cessa vite de sucer le sexe de Motoko pour aller s'occuper des deux autres filles.

- Je.. je... c'est tellement de bonnes... de bonnes bites... je les veux... je les veux en moi... je les veux toutes...

- Hmmm... Haaaaa... Cette fille... Elle est diablement perverse en fait... ♥

- Oui... Une vraie salope... Ce doit pas être la première fois... Putain, elle cache bien son jeu en fait ♥

- Une vrai démone, oui...


Les deux sœurs se regardèrent en souriant, certaines de l'identité de cette fille. Ce n'était pas la première fois qu'elles jouaient avec leur mère. A force, elles savaient la reconnaître même sans la voir, elles avaient déjà dû baiser avec elle les yeux bandés après tout. Mais plutôt que de le révéler à leur amie, elles décidèrent d'entrer dans le jeu de leur génitrice, gardant la surprise pour Motoko. Celle-ci se tourna alors vers sa sœur jumelle pour voir ce qu'elle faisait. Sayori avait fini par lâcher sa tablette et se branlait, les yeux fermés et soupirait délicieusement. Son membre était aussi gros que celui de son aînée.

- Hey, p'tite sœur ! Viens t'amuser avec nous au lieu de rester dans ton coin. Je t'assure que cette fille est loin d'être une innocente lycéenne...

- Hmm... Si... Si tu l'dis... Haaaa...


Sayori rejoint donc sa sœur, se plaçant à coté d'elle et enfonça son sexe dans le trou. Sophiana verra donc une bite identique à celle dont elle s'occupait, juste à coté de celle-ci. Un membre délicieusement tendu et veiné, duquel coulait déjà un peu de pré-sperme.

- Je... je crois... que... que... que j'aime... ç-ça... je veux que... que... vous me baisiez... mes... Maitresses...

- Fait nous d'abord gicler, salope, et on en reparlera ♥

- Haaa... Haaaa... Hummmm...


Visiblement, elle n'avait pas tardée avant de sauter sur celle de Sayori. Durant les minutes qui suivirent, ce ne fut plus qu'un concert de soupirs et de gémissements. Les toilettes étaient emplis de sons féminins et de bruits luxuriants, en partit couvert par ceux, humides, de déglutissons et de salive. Les filles de Sophiana comme les deux jumelles, se caressaient et s'embrassaient langoureusement, les vêtements tombant rapidement au sol, finissant ainsi toutes nues. Yûko fut la première à gicler, envoyant son sperme dans la gorge de sa mère en très grande quantité, sa sœur la rejoignant très vite en arrosant généreusement le corps de sa mère. Les deux jumelles en revanche, n'avaient toujours pas jouis, endurantes comme elles étaient.
Journalisée

Membres du Futa Sixe (Explicite)
Akiko & Megane -- Motoko & Sayori -- Asuka & Yûko
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 149



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juillet 16, 2017, 02:10:17 »

En proie à cet envie avide de bites suintantes et aussi dur que le fer, je n'en laisse aucune en manque de ma salive, les gobant à tour de rôles, leurs faisant sentir ma gorge serrer autour leurs belles queues, déglutissant, et les branlant en même temps, savourant leur goût et odeur qui m'enivre, encourager par les insultes et sons de plaisir qui leurs sont arrachés de la bouche. Chacune peuvent sentir leurs mandrins dégouliner de ma bave, chauffer à blanc pour ma bouche qui en est un fourneau de lubricité.

La quatrième jeune fille, qui semble être la petite-sœur de la première inconnue, se décide enfin à participer et de me montrer la belle bite, similaire à celle de sa sœur, des filets de pré-sperme coulant de ce gland majestueux, preuve qu'elle se branlait avant de me faire l'honneur de la nettoyer, ce que je fit en récoltant ces filets pour les avaler avant d'insérer ce long membre dans mon gosier, allant et venant vigoureusement tout en branlant Yûko et Asuka comme une furie, sentant leurs sexes bouillir dans mes mains.

Mes filles commencent à se crisper et frémir, les connaissant, je sais qu'elles vont jouir et je ne compte pas un tel gaspillage, lâchant la queue de la "petite-sœur" pour engloutir la hampe de Yûko jusque dans ma gorge, ouvrant mon chemisier pour mettre mes seins à nus, et attrape le sexe d'Asuka que je branle vers eux de toute mes forces. Il n'eut pas fallu plus pour me faire arroser les gros nichons et remplir le gosier de semences chaudes, laissant des gémissements de plaisir m'échapper ainsi que les bruits salaces des gorgées de spermes que j'avale sans hésiter. Je reste en position jusqu'à la dernière giclé sur et en moi avant de retirer ma tête et lâcher la bite, je me lèche les lèvres avec un soupire de satisfaction.

Mmmmmmh.. c'est si bon... quant à vous...

Je tourne mon regard vers les deux monstres palpitants de désir, ma voix étant devenue provocante et très chaude, je viens coincer le gros chibre de Motoko entre mes deux coussins de chair généreux que je sert avec mes coudes, tout en massant le gland de Sayori pendant que je masturbe sa sœur, trempant son sexe dans le sperme sur mes deux obus.

Quel dommage de ne pas me souillée violement... et dire qu'il y a un mur qui nous sépare, vos spermes vont être gâchés...

J'augmente la vitesse de ma masturbation mammaire tout en les provocants, léchant le gland de Motoko et branlant vigoureusement celui de sa petite-sœur, suivant le rythme de mes seins.
Journalisée

Sayori & Motoko Yukihiro
Humain(e)
-

Messages: 54


Jumelles Futanari


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 17, 2017, 07:49:04 »

- Hmmm... Haaaaa... Haaaaaaaaa...

- Haaaaaaaaaaanouuuuuiiiiiii !!!


Les deux jeunes Futa qui venaient de jouir ne retinrent nullement leurs cris de jouissance, ce qui ne fit qu'exciter plus encore les deux jumelles, qui se masturbaient en s'aidant du trou duquel sortait leur queue. Les deux filles de Sophiana jouirent généreusement sur leur mère durant de longues secondes, avant de se calmer. Leur sexe débanda un peu, mais redevinrent vite dure lorsqu'elles se caressèrent entre elle, se délogeant du mur pour se tripoter plus librement, l'une contre l'autre.

- Mmmmmmh.. c'est si bon... quant à vous...

La femme dans la cabine coinça alors la queue de Motoko entre ses seins, et Sayori lâcha un couinement surpris lorsque son chibre se fit également attraper. Tandis que l'a cadette était recroquevillée sur elle même en couinant de plaisir, l’aînée elle, profitait pleinement des sensations qui lui étaient offertes, en se malaxant sensuellement les seins, soupirant délicieusement.

- Quel dommage de ne pas me souillée violemment... et dire qu'il y a un mur qui nous sépare, vos spermes vont être gâchés...

- Ta gueule salope et fait ton taff... T'inquiète pas pour notre foutre, on a de la réserve...

- Hiii... Hiiii.... Haaaaaa... Hyaaaaa !! O... Onee-chan... Qu'est ce que tu... Haaaaaan !!


Avec un sourire qui en disait long, Motoko venait d'enfoncer un doigt entre les fesses de sa sœur et le remuait vivement, amusée par ses couinements, partagés entre embarras et plaisir. Avec un tel acharnement dans son cul et sur son vît, elle ne tarda pas à éjaculer copieusement en se cambrant contre la paroi, envoyant de puissants jets de sperme dans toute la cabine, arrosant littéralement la femme à l’intérieur, ainsi que les murs. Son orgasme dura de très longues minutes, repeignant très vite la petite pièce en blanc crémeux. Motoko se mit très vite à jouir a son tour, expulsant hors de son membre la même quantité de semence, à la même cadence. les deux sœurs ne arrentèrent d'éjaculer qu'au bout de 5 longues minutes et, contrairement à leurs copines, leur sexe était toujours aussi raide et dur.

Lorsque la femme lâcha leur sexe, Sayori bascula en arrière et s'écroula au sol, son chibre palpitant furieusement, la respiration saccadée. Motoko elle, se retira le plus simplement du monde, enjambant sa sœur pour déverrouiller la porte. En l'ouvrant, elle vit donc une femme aux cheveux roses et avec de gros seins, nue et recouverte de sperme de la tête aux pieds. Elle était loin d'être une élève.

- Mais... T'es qui toi ?

- C'est... Haaaaa... Haaaaa... C'est notre... Hmmmmm... Mamaaaaaan ♥


La brune se tourna vers ses amies, encore de leur coté. Yûko était en train de prendre sa petite sœur en levrette et celle-ci était en pleine extase.

- On vous laisse faire connaissance avec notre salope de mère, on vous rejoindra après. maman à l'air d'adorer vos queues ♪

L’aînée des jumelle souris de façon pervers. Elles allaient encore bien s'amuser, visiblement... Faisant le tour de la femme pleine de foutre, elle la pousse alors du pied en avant, vers le sol, avant de se positionner derrière elle, agrippant ses hanches couvertes de sperme.

- Puisque t'es qu'une grosse salope adoratrice de bites, je vais pas me gêner ♥

Elle poussa son gland gonflé de sang contre le petit puis secret de la femme... et pénétra son fondement, s'enfonçant entièrement d'un seul coup, aidée par la semence qui devait bien lubrifier, en lâchant un soupir de satisfaction. Faisant quelques vas et viens pour s'habituer à son intérieur, Motoko ne tarda pas a accélérer le rythme plus sauvagement. Sayori elle, repris ses esprits, observant sa sœur baiser la femme... et pu voir qu'elle aussi avait un membre masculin entre les cuisses. Un membre tellement long qu'elle se demandait comment une telle chose pouvait être possible...
« Dernière édition: Juillet 17, 2017, 09:33:21 par Sayori & Motoko Yukihiro » Journalisée

Membres du Futa Sixe (Explicite)
Akiko & Megane -- Motoko & Sayori -- Asuka & Yûko
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 149



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juillet 22, 2017, 09:51:47 »

Les choses s'engrangent à une vitesse folle, quelques masturbations et coups de langues ont suffit à faire jouir les deux grosses verges que je dorlotais dans ma main et mes seins moelleux. Rapidement, je me retrouve couverte par le liquide de cette douche de débauche gluante, gémissante de satisfaction quand elles me réchauffent le corps avec leurs foutres virils, ouvrant la bouche pour en avaler.

Je m'étale le foutre délicatement sur mon corps, l'utilisant comme une lotion de massage que je n'hésite pas à gouter sur mes gros nichons ainsi que mon monstre de chair tendu. Je lève mon regard vers les sexes disparaissant des trous de la paroi, entendant une d'entre elles tomber au sol avec une respiration très rapide tandis que l'autre s'avance et ouvre la porte pour se rendre compte que je ne suis pas une petite étudiante perverse.

- Mais... T'es qui toi ?

- C'est... Haaaaa... Haaaaa... C'est notre... Hmmmmm... Mamaaaaaan ♥

Je lâche une sourire très pervers en voyant la grosse verge de Motoko, encore bien palpitante et dressée d'envie, ce qui me fit lécher les lèvres comme une chienne devant un os.

On vous laisse faire connaissance avec notre salope de mère, on vous rejoindra après. maman à l'air d'adorer vos queues ♪

Mes filles m'avaient donc reconnues, rien de plus normal avec le nombre de fellation que je leur ai fait quand elles avaient les yeux bandés, il est donc normal qu'elles reconnaissent mes pipes expertes et elles ont vite devinées que les énormes engins de leurs amies m'intéressent grandement. Déjà que j'étais toute choses avec leurs bites, mais là, j'en raffole.

Je suis une mère célibataire.. qui raffole des grosses bites bien arrogantes..

On se regarde de façon pervers, léchant mes lèvres pour la provoquée, et ne la lache pas jusqu'à ce qu'elle m'oblige à être à quatre pattes au sol afin de me saisir les hanches dans l'intention de me tringler comme une putain. Je m'offre à elle volontairement, adoptant une posture de chienne en chaleur pour de meilleur prise à mon assaillante, écrasant mes seins souillés sur le carrelage des toilette devant tout le monde et relevant ma croupe.

- Puisque t'es qu'une grosse salope adoratrice de bites, je vais pas me gêner ♥

Oooooh oui... baise la grosse salope de mère que je suis... ❤

A peine eu le temps de finir ma phrase que je redresse lentement ma tête, dans un long gémissement de plaisir intense, quand je sent le gros serpent tendu s'irriger fièrement dans mon puits étroit, la lance de chair se plantant dans mon colon qui se resserre dessus automatiquement, un délice pour la lancière sexuelle qui prend son temps pour y être installé confortablement en ma croupe généreuse.

Baisez moi... baisez moi avec vos grosses... haaan... mmmh.. queues si délicieeeeuuuuuseeee !!! ❤

Sans attente, ma tortionnaire de plaisir entame des frappes rapides, et vite sauvages, entre mes deux miches rebondies, me faisant aller d'avant en arrière devant sa jumelle qui me lorgne la verge avec stupeur. Celle ci, au passage, a le gland qui frotte sur le carrelage au rythme imposée de celle qui me chevauche avec tant de vigueur, appréciant me faire gémir et couine sous ses coups de butoir. Même si il est dur, je lorgne le monstre palpitant de la demoiselle allongée, léchant mes lèvres pour signifier un désir puissant de me faire tringler par cette belle bite, me saisissant mon propre chibre pour me l'astiquer fougueusement.

Il est si bon de se faire sodomiser de la sorte, en plus d'être couverte de trois spermes différents, mon intimité ruisselle sa cyprine abondamment, dû à mon excitation, mais aussi aux couilles pendantes de Motoko qui la lattent violement, donnant des clapotis bien vicieux et plus des claquements de peau pervers, parsemé de nos gémissements intenses de quatre d'entre nous.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox