banniere
 
  Nouvelles:
LGJ accueille un nouvel Administrateur ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3] 4 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: The Mar-Vell's Legacy [America Chavez]  (Lu 2033 fois)
Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 252



Voir le profil
Fiche
« Répondre #30 le: Août 07, 2017, 11:56:05 »

Diana allait donc se détendre. Pour elle aussi, cette situation était inattendue. Elle ne s’attendait vraiment pas à ce qu’America se lâche avec elle de cette manière, mais ce n’est pas comme si ça la dérangeait. Souvent, à force de voir en Diana une icône, on en oubliait qui elle était vraiment... Une femme. Et America avait indéniablement des talents exquis, dont il lui tardait de les voir à l’œuvre. La belle femme à la peau sombre retira alors une partie de ses vêtements, après les premiers échanges, offrant à Diana une vue magnifique sur ses hanches, son torse musclé, et non moins harmonieux, ainsi que ses seins. Une belle paire qui pointait fièrement le long d’un soutien-gorge noir.

« Hmmmm... Encore plus belle que ce que j’imaginais... »

Wonder Woman lui fit un sourire plein d’amour, tout en sentant la main d’America appuyer sur sa tête, l’approchant de ses seins, la jeune femme s’attaquant ensuite à son corset. Diana, de son côté, fléchit légèrement les genoux, afin que son visage se retrouve plus facilement à hauteur des seins de la femme. Sa langue glissa dessus, caressant et léchant l’un des seins à travers le bonnet, avant qu’elle ne s’approche davantage. America avait dit vouloir y aller doucement... Ce qui, au demeurant, ne dérangeait pas Diana plus que ça. Au contraire, elle trouvait même ça plutôt excitant.

Sa langue remonta le long de ce sein, sentant le téton à travers le tissu du soutien-gorge. Elle approcha ensuite ses dents, raclant le bord du soutien-gorge, et tira dessus, étirant le tissu, tout en soupirant lentement. Elle continua encore à tirer, relâcha la pression, et embrassa encore cette partie, décalant finalement sa tête pour s’attaquer à l’autre sein. Diana savait y faire avec sa langue, et le montrait à America, agissant exactement comme il le fallait pour la stimuler.

« Hmmm... »

America avait un corps musclé, solide... Elle lui promettait d’excellents moments de plaisir, et c’est en suivant cette idée, excitante, que Diana finit par tirer pour de bon sur le soutien-gorge, l’arrachant, et le fit tomber au sol. Son souffle précipité caressa ensuite les seins de la femme, puis elle les embrassa, les léchant, toujours en se focalisant sur les tétons.

« Ils sont très beaux, America... »

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Diana les appréciait beaucoup, de sorte qu’elle s’empressa d’y retourner, et de les embrasser encore !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #31 le: Août 07, 2017, 05:54:26 »

Le moins que l’on pouvait dire était que les deux femmes se plaisaient ! C’était un très bon début pour ce qui les attendait. America gémissait onctueusement face aux baisers de son amante qui se déposèrent sur sa poitrine, au travers son élégant soutien-gorge noir. Diana y allait avec douceur mais aussi avec une certaine poigne, une certaine fougue qui plaisait énormément à America. Cette dernière quant à elle se pinçait langoureusement la langue et souriait sincèrement, ressentant un bien-être certain à sentir Diana s’occuper ainsi de ses seins. Elle estimait toute la chance qu’elle avait en ce moment-même ! Elle était néanmoins toujours en train de batailler un peu pour dégrafer le corset de Diana dans son dos. Mais plus elle trainait des pieds, plus l’amazone allait pouvoir s’occuper de sa poitrine ... C’était l’effet recherché !

Après avoir pressé sa langue contre son téton au travers le tissu, et après l’avoir provoqué avec ses dents, la princesse décida finalement à tirer le sous-vêtement pour le faire tomber. La fine pièce glissa sur le corps harmonieux d’America, contre sa douce peau halée, avant de tomber au sol. « Heureuse qu’ils te plaisent Diana ! » Répondit la jeune héroïne. Diana, une fois le buste de son amante libérée, approcha ses lèvres et les posèrent sur l’un des seins d’America, qui gémit doucement au premier contact. « Haaa ... » Sortit-elle finement de sa bouche, en un doux et cristallin soupir. America finit par détacher l’attache dorsale du corset de Diana mais, au lieu de le lui retirer, elle laissa ainsi, gardant une main dans son dos tandis que l’autre remonta lentement, prenant le temps de caresser sa peau et son corps, jusqu’à sa chevelure.

America rougissait et sentit le plaisir pointer jusqu’au bout de ses petits tétons qui durcissaient face aux assauts de Diana. L’amazone pressait ses lèvres et sa langue dessus, autant sur l’un que sur l’autre, arrachant de furieuses sensations à America qui en devenait progressivement mièvre. Le pincement de lèvre, son regard affectueux et ses joues toutes rouges trahissaient son état d’excitation, d’autant plus qu’elle pinça doucement la chevelure de Diana. « Continues ... Hmm ... » Gémit-elle doucement, sentant ses seins et tétons se faire apporter beaucoup de bien. America commençait à ressentir cette petite douleur qui signifiait que les efforts de Diana payaient bien ! Cependant après de longues minutes à être amenée toujours plus loin dans le plaisir et l’extase, America décida de reculer un peu, puis de descendre des genoux de Diana. Debout, alors que l’amazone était toujours assise au bord de la table, l’Utopian se blottit contre elle, sentant les jambes de l’amazone se serrer contre ses hanches.

Elle retira donc le corset de Diana, libérant ainsi sa poitrine à son tour, puis le laissa tomber par terre, jusqu’à côté de son soutien-gorge. America lui sourit puis, se pencha à son tour pour venir poser ses lèvres sur son buste. Ses lèvres donnèrent un généreux baiser sur sa peau, puis dérivèrent vers sa poitrine, où elle déposa une première attention sur l’une de ses pointes roses. « Toi aussi tu cachais bien ton jeu à ce que je vois ! » Dit-elle pour faire écho au compliment sur sa beauté, que lui avait adressé Diana un peu plus tôt. Ainsi donc, America allait passer un petit moment à embrasser et lécher la savoureuse poitrine de Diana, passant sur son sein, puis sur l’autre, tout en caressant de sa main celui laissé pour compte à chaque fois. Elle s’amusait même à pincer la pointe entre son pouce et son index, ne laissant ainsi pas beaucoup de répit à son amante.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 252



Voir le profil
Fiche
« Répondre #32 le: Août 08, 2017, 11:45:16 »

America avait de beaux seins, et s’attaquait lentement au corps de Diana, comme pour pouvoir davantage la savourer. C’était une chose que Diana pouvait comprendre. À force de côtoyer les Terriennes, Diana savait qu’elle était plutôt belle. La première fois qu’elle avait quitté son île, et avait vu les autres femmes, elle avait pour la première fois réellement pris conscience de la notion de « beauté »... En voyant la laideur. Des femmes grosses et grasses, ou tellement maigres qu’une armure aurait été plus lourde qu’elles. Diana avait pris conscience que les conditions de vie sur Themiscyra permettaient aux Amazones d’être à la fois belles et fortes. Quand elle était retournée sur son île, elle avait observé ses sœurs différemment. Avec le temps, elle avait réussi à comprendre et à accepter les différences culturelles, et même à avoir un regard critique envers sa propre île.

Et, alors qu’elle jouait avec les seins d’America, et que cette dernière lui retirait lentement son corset, comme pour savourer davantage ces quelques instants, elle soupira lentement, avant de se redresser. Elle sourit en voyant America regarder ses généreux seins, cette dernière lui avouant qu’elle aussi cachait bien son jeu... Ce qui ne manqua pas de la faire sourire.

« Vraiment ? Je trouve pourtant que mon corset les met bien en valeur... »

À sa manière directe et brutale, America lui rappelait certaines de ses sœurs sur Themiscyra. Les Amazones n’étaient pas des femmes à qui on contait fleurette. Elles se battaient les épées à la main, étaient fortes, endurantes, et guerrières. Des femmes fortes... Comme America. Son physique était également digne de celui d’une Amazone, et elle commença ensuite à s’attaquer à ses seins. Diana se mit à soupirer en sentant les lèvres et les mains de la femme, qui glissèrent sur son corps, et crispa ses doigts sur ses cheveux, gémissant à nouveau.

Diana se pinça les lèvres, et se redressa, enroulant ses cuisses autour de la taille d’America, et gémit longuement.

« Haaaa... Ouiii... Encore, America, hmmm... »

Il y avait définitivement bien trop longtemps que quelqu’un ne s’était pas occupé de ses seins comme il le fallait ! Diana aussi avait beaucoup de temps à rattraper !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #33 le: Août 09, 2017, 04:49:45 »

Sous sa langue et ses lèvres, America sentait que Diana n’avait pas reçu ce genre d’attentions depuis un petit moment. Sa voix, sa chaleur, c’était un tout qui lui donnait ces indications subtiles, qui allaient guider la jeune femme. Pour le moment elle s’attaquait à sa poitrine, taquinant du bout de sa langue l’une de ses petites et dures pointes rosées. Ses lèvres cajolaient le sein tout autour tandis que sa main libre effleura, du bout de ses doigts, l’autre de ses seins. Diana avait un corps magnifique, très bien proportionné, qui donnait de belles et furieuses envies à America. D’ailleurs, elle n’oubliait pas le but de tout ceci qui était – certes de rattraper la dernière fois – mais aussi de montrer à l’amazone comment une Utopian faisait l’amour. Tout ceci servait à la préparer ! Caché par le bas de sa tenue qui était toujours là, America était doucement en train de se rigidifiée, en bas.

Clôturant ses paupières et se laissant bercer par les douces mélodies que produisaient les gémissements de Diana, America continua à embrasser et lécher sa poitrine. La peau de l’amazone était assez douce malgré son métier, et cela ne plu que d’avantage à l’héroïne qui s’en régala. Son visage appuyait contre son buste alors qu’elle embrassa le creux de sa poitrine, cette partie entre les deux monts de Diana. America était silencieuse, elle était occupée à procurer du plaisir à son amante et cela demandait concentration ! Mais après avoir bien fait rougir et gémir Diana, il était temps de passer aux choses sérieuses. La jeune femme se recula, posant ses mains sur les cuisses de la princesse amazone. « Quelle femme tu fais, Diana ! » Lui dit-elle tout sourire, caressant ses cuisses du bout de ses ongles.

Elle glissa ses mains sur sa peau mais finit par quitter son corps. Il était temps pour elle de montrer à Diana comment les Utopian se faisaient l’amour ! Pour se faire, America ondula sensuellement du bassin – offrant un petit spectacle à Diana – puis retira le bas de sa tenue, ne restant ainsi qu’avec ses bottes et jambières. Quand la pièce de sa tenue tomba au sol, Diana pourrait alors voir un beau membre gorgé de sang pointer entre les cuisses d’America. « J’ai cru comprendre que chez les Terriens, c’est les hommes qui ont ça, et uniquement eux ? » Dit-elle. Quand elle était venue ici, il était vrai que le concept même de genre l’avait un peu déboussolée, elle qui était habituée ... À aucun genre, puisqu’il n’y en avait qu’un seul par défaut à l’Utopian Parallel. Cela étant dit, America bandait donc très fortement. Elle s’avança vers Diana puis, lui faisant un sourire taquin, la repoussa par les épaules afin de la faire s’allonger de nouveau sur la table.

Ça serait plus pratique ainsi pour la débarrasser du superflu en termes de vêtement ! Avec soin, l’héroïne posa ses mains sur le bas du costume de Diana, et se mit à le tirer, glissant le long de ses belles et longues jambes. Quand les deux femmes furent donc préparées, America s’approcha puis posa ses mains sur ses cuisses, les caressant tendrement. Son sexe frôlait l’intimité de la noble amazone, juste de quoi l’émoustiller un peu. « Prête ? » Demanda-t-elle, d’un ton taquin. Peut-être que Diana avait une objection ? Ou une idée de dernière minute ? Elles n’étaient pas trop pressées, après tout.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 252



Voir le profil
Fiche
« Répondre #34 le: Août 11, 2017, 11:07:18 »

CAROL DANVERS

« Est-ce que vous pourriez me parler davantage de Mar-Vell ? »

Superman et Carol déambulaient ensemble dans les couloirs de la Watchtower, longeant une série de baies vitrés permettant de voir la surface de la Terre, éclairée en partie par le Soleil, qu’on pouvait voir au loin, formant un spectacle féérique, et dont Carol n’arrivait pas à se lasser. Elle se rappela les astronautes affirmant qu’on pouvait voir, depuis l’espace, certaines constructions humaines… Comme la Grande Muraille de Chine. Mais la réalité était qu’on ne pouvait voir la Grande Muraille, depuis l’espace, qu’à l’aide de puissants projecteurs… N’en déplaise à William Stukeley, un antiquaire anglais du 18ème siècle qui avait certifié que, au vu de sa taille, la Grande Muraille devait être visible depuis la Lune.

Néanmoins, cette question n’empêchait nullement Carol de profiter de la vue, jusqu’à ce que Superman ne vienne l’interrompre dans sa contemplation. La Watchtower ne comprenait pas que quelques super-héros costumés, mais aussi tout un équipage. Légalement, la Justice League était un peu similaire au SHIELD, une ONG disposant d’une reconnaissance officielle par l’ONU, et lui permettant, à ce titre, d’avoir des ambassadeurs, mais aussi une existence juridique, et donc de recruter du personnel. La tour se composait donc également de techniciens et d’ingénieurs, qui semblaient tous honorés de travailler pour la Ligue, et venaient de multiples pays différents.

« Vous parler de Mar-Vell… J’en serais ravi, Madame Danvers. Par bien des aspects, vous lui ressemblez beaucoup.
 -  Ah bon ?
 -  Il a toujours aimé l’espace, expliqua le Kryptonien. Avant de rejoindre la Terre, il avait déjà réalisé bien des aventures, mais ne s’est jamais arrêté pour autant. Que les gens ne le connaissent que peu n’a rien d’étonnant. Pourtant, il a sauvé la Terre contre bien des menaces. Il s’est battu contre Thanos, notamment… Et c’est lors de cette quête que Mar-Vell a embrassé la paix au lieu de la guerre. »

Les Krees avaient toujours été un peuple relativement violent et belliciste. C’est ce qui expliquait sans doute aussi pourquoi, à l’origine, les Skrulls avaient choisi les Cotati, plutôt que les Krees.

« Thanos, le Titan fou, voulait détruire toute trace de vie dans l’Univers, et, en cherchant un moyen de l’arrêter, Mar-Vell est entré en contact avec une entité supérieure, Eon. Une entité chargée de surveiller l’évolution des méta-humains de la Terre, et qui a offert à Mar-Vell la capacité de rejeter l’amour de la guerre kree, en lui proposant d’embrasser la paix, faisant de lui, non plus un simple Kree ou un simple héros, mais le ‘‘Protecteur de l’Univers’’… Et je réalise que toute cette histoire, maintenant que je la prononce, fait très hippie. »

Carol ne put que sourire. Superman était comparé par certains comme un Dieu invincible, mais elle savait qu’il y avait toujours eu, en lui, une profonde humilité. Il n’avait jamais accepté le rôle que certains auraient aimé lui confier, et avait toujours systématiquement rejeté le fait de se voir comme autre chose qu’un protecteur ou qu’un exemple à suivre.

« Je suis sûr que vous le retrouverez, Carol. Mar-Vell a vu en vous quelque chose de particulier.
 -  Oui… Je ne sais pas trop quoi… » dit-elle, la mine assombrie.

La main de Superman se posa soudain sur son épaule, l’incitant à relever la tête.

« Vous êtes bien plus forte que ce que vous pensez. »

Elle haussa les épaules. Pour l’heure, Carol ignorait si elle en devait en vouloir à Mar-Vell ou non. Après tout, s’il ne lui avait pas fait ce « cadeau », son avion ne se serait jamais écrasé, et son honneur n’aurait jamais été bafoué… Mais, d’un autre côté, elle ne se serait jamais retrouvée dans la Watchtower.

Et, surtout, elle n’aurait pas sombré dans l’alcoolisme…



WONDER WOMAN

Pendant que Carol se renseignait sur l’homme qui avait fait d’elle Miss Marvel, Diana, elle, se renseignait sur les particularités de l’Utopian Parallel, et souriait devant le membre veineux de la femme. Elle savait qu’America venait d’une dimension très particulière, où il n’y avait qu’un seul sexe, présentant les attributs du sexe féminin… Et aussi masculin. Les Utopiennes pouvaient en effet se doter d’un sexe, et America avait été étonnée, en arrivant sur Terre, de découvrir qu’il existait des sexes différents, et que, sauf très rares exceptions liées à des difformités de naissance, une femme ne présentait pas de pénis.

« Oui, en effet… Les femmes n’ont pas de verges… Enfin, normalement. »

Diana savait que, avec la magie rose, et la technologie chirurgicale, il était possible de doter les femmes de verges, de changer de sexe. Le transsexualisme était une réalité du 21ème siècle, aussi bien sur Terre qu’à Terra, où, à Tekhos, on utilisait depuis loin des techniques expérimentales pour transformer les hommes en femmes, ou pour doter les femmes de verges. L’hermaphrodisme était une notion qui se développait considérablement, et, en voyant la belle America, musclée et élégante, avec une belle verge, elle salivait sur place.

Allongée sur la table de réunion, elle savait maintenant ce qui allait suivre. Les deux femmes s’étaient caressées et embrassées, et suffisamment palpé pour pouvoir, dorénavant, passer aux choses sérieuses. Diana se pinça donc les lèvres, et laissa la femme la déshabiller, dévoilant son bourgeon, finement épilé, et déjà légèrement humide. Elle sourit encore, les joues rougies par le désir, pendant qu’America se rapprochait, sa queue venant frotter contre son intimité. La jeune femme lui demanda alors si elle était « prête », et Diana sourit en retour :

« Évidemment… Baise-moi bien fort, America, n’oublie pas que je suis particulièrement endurante. »

Elle était bel et bien prête, et resserra ses jambes autour des cuisses d’America. Allongée sur la table de réunion, Diana n’attendait plus que la trique de son amante…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #35 le: Août 12, 2017, 06:09:50 »

Pendant que Carol s’affairait à des choses bien sérieuses et sans doute à parler avec les plus grands superhéros de la Terre, sa comparse elle, rattrapait un peu le temps perdu avec une autre grande superhéroïne. La jeune femme était très excitée et emballée à l’idée d’avoir les faveurs de Wonder Woman en personne, et elle comptait bien y faire honneur ! Ce n’était pas tous les jours que ça arrivait, après tout. D’autant plus que cette fois-ci était très spéciale car elle allait faire l’amour à la manière de chez elle, à la manière des Utopiennes. C’était un raccourci pour dire qu’elle allait bien prendre Diana avec son petit plus, comme on pourrait le dire. Bien qu’à ses yeux, ça n’avait rien d’un petit plus, c’était tout à fait normal. America était donc devant Diana, qui était bien installée sur la table de réunion. Elle était prête à lui procurer plein de sensations et de frissons, et un sourire malicieux se dessina au coin de sa lèvre quand l’amazone déclara être endurante.

Elle posa fermement ses mains sur les cuisses de Diana afin de prendre un bon appui, puis s’avança. Son sexe coulissa tendrement en l’amazone, pénétrant tendrement sa belle féminité. « Hmmm ... » Gémit America face à la délicieuse sensation que cela procura. Elle rougit et se pinça la lèvre, avant de se retirer un peu puis de réitérer toute l’opération. Ainsi de suite elle commença donc ses vas et viens, tout ça en gardant son regard bien braqué sur le visage de Diana afin d’en percevoir toutes les traces que cette pénétration lui laisserait dessus. Elle y alla d’abord à basse allure, allant et venant lentement mais non sans une belle poigne. America ne rentrait pas doucement, ses coups étaient secs, forts, mais lents pour le moment. Puis elle augmenta petit à petit la vitesse, laissant à son corps le temps de s’habituer, afin qu’il ne fasse pas un faux-démarrage.

« Qui l’aurai cru, Diana ? Haaaa ... » Couina-t-elle, tentant de taquiner un peu sa comparse au sujet de la situation. Oui, qui aurait cru que nos deux protagonistes, autrefois se battant côte à côte contre la Monarchie de la Rose, seraient maintenant en train de faire l’amour ? Surtout vu la manière dont elles s’étaient quittées. America ne comptait pas laisser filer une telle opportunité, en tout cas. Après un rapide moment, la voilà qu’elle labourait copieusement Diana, son bassin ondulant très sensuellement, au rythme de ses terribles coups de butoirs. Sa trique venait inonder avec beaucoup de poigne la suave féminité de la princesse amazone, ne lui laissant pas ou peu de répit ! America comptait bien montrer assez rapidement à sa comparse ce qu’une Utopienne valait au lit, et elle commençait donc avec une belle cadence, rapide et puissante, qu’elle parvenait à maintenir sans problème !

Mais nul doute que ça allait rapidement augmenter en intensité et en force d’ici peu, à nouveau. En tout cas America était très excitée et honorée de pouvoir être l'une des amantes de Diana ... Un vrai petit privilège ! Son corps était très agréable, voire même l'un des plus agréables qu'America n'ai jamais vu ou touché. Son plaisir et son extase augmentaient très rapidement à mesure que sa trique chauffait à force de la pénétrer avec une telle hargne, et c'était un très bon signe.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 252



Voir le profil
Fiche
« Répondre #36 le: Août 15, 2017, 02:34:16 »

CAROL DANVERS

« En réalité… Je ne vous ai pas encore tout dit sur Mar-Vell, Officier Danvers. »

Carol le regarda brièvement. Les deux étaient assis sur un canapé. Elle n’aurait jamais cru être si proche de Superman jadis. Carol n’avait jamais vraiment cru dans la bonne étoile des super-héros, mais, petite, elle était déjà très impressionnée par certains de ces hommes. Et, de tous, Superman était le plus impressionnant. Elle se rappelait encore des reportages où on le voyait sauver un Boeing en train de tomber, ou foncer dans des immeubles en feu sans crainte, les flammes semblant lécher son corps sans lui faire quoi que ce soit. Elle se rappelait également de ces interventions lors des cyclones qui dévastaient des régions entières. Même si Superman était originaire des États-Unis, c’était le monde entier qu’il défendait, avec ses talents exceptionnels. Homme ou Dieu ? La question avait longtemps été au cœur des débats le concernant. Superman suscitait autant de hantise que de respect. Qui pourrait s’opposer à lui si, un jour, il décidait de prendre le contrôle ? Lui, si pur, si droit, si humble… Comment pouvait-il ne pas se dire que le monde serait mieux avec lui le dirigeant plutôt qu’avec les politiciens habituels, corrompus, incompétents, dangereux ?

Elle était sûre que la question devait parfois le tarauder.

« Qu’est-ce que vous avez encore à me dire sur lui ?
 -  Mar-Vell s’est fait connaître du grand public pour la première fois la Sentinelle Kree #459 a été réactivée à distance par Ronan l’Accusateur, et a attaqué Cape Canaveral. »

Superman lui expliqua que, pour assurer la défense de l’Empire, les Krees avaient créé un programme de Sentinelles. La Sentinelle #459 avait été envoyée sur Terre il y a plusieurs centaines de milliers d’années pour protéger un groupe de savants krees pendant que ces derniers menaient des expériences et des prélèvements sur la population locale. C’est d’ailleurs cette expédition qui créa les Inhumains, en effectuant des modifications génétiques sur une tribu locale. La Sentinelle #459 s’était réactivée bien des éons après, avec l’apparition des Inhumains, dans une base souterraine. Les Quatre Fantastiques, en percevant ce signal, s’étaient rendus sur place, alors qu’ils étaient en voyages de vacances, et la Sentinelle les avait attaqués.

Ils avaient réussi à la vaincre, et l’armée avait ensuite récupéré #459, la mettant dans un laboratoire de Cape Canaveral pour l’étudier.

« Yon-Rogg, un capitaine kree, et supérieur de Mar-Vell, l’a réenclenché à distance, dans l’espoir que, non seulement #459 détruise la base, mais tue aussi Mar-Vell. Il a réussi à la vaincre, à éviter un désastre… Et s’est fait connaître sous le nom de ‘‘Captain Marvel’’.
 -  Je… Je n’ai jamais entendu parler de cette histoire, avoua Carol.
 -  Elle a été classifiée et archivée. Si vous faites des recherches publiques, vous trouverez peut-être quelques vieilles archives mentionnant un incident à Cape Canaveral.
 -  Mais… Pourquoi vous me racontez ça ?
 -  Parce que c’est comme ça que j’ai entendu parler de lui. Je me rendais à Cape Canaveral, mais, le temps que j’y parvienne, Mar-Vell avait déjà neutralisé la Sentinelle. C’est comme ça que je l’ai connu. Je suppose que lui et moi partagions des traits en commun… Tous les deux des extraterrestres vivant sur ce monde. »

Carol ne trouva rien à ajouter, et se pinça les lèvres.

« Mais, reprit l’Homme d’Acier, le plus important, c’est qu’il m’a souvent parlé de vous. Mar-Vell hésitait souvent à retourner chez les Krees, ou à rester sur Terre… Et, la principale raison qui le faisait hésiter, c’était vous.
 -  Oh… »

Les joues de Carol s’empourprèrent, sans qu’elle ne sache vraiment quoi dire.

« Il m’aimait vraiment… »



WONDER WOMAN

Diana serra les dents en sentant ce membre coulisser en elle, avant de se glisser dans son corps. Un frisson la traversa de part en part, et elle soupira encore, sa tête heurtant la table de réunion. Elle se rappelait encore du moment où elle avait vu un sexe masculin pour la première fois. Un simple contact, au début, quand elle avait soigné Steve Trevor. Puis, la première fois qu’elle en avait vu un… Autant dire que Diana avait été très surprise ! Elle n’avait encore jamais vu d’homme, et on ne lui avait jamais parlé d’un sexe masculin ! Depuis lors, le trouble était passé, et elle avait même eu l’occasion de les sentir de très près… Mais le Multivers recélait de merveilles inattendues, comme America, qui s’enfonça en elle en soupirant.

« Oh bon sang, haaaa… Par Artémis ! »

C’est ce qu’on pouvait appeler sans se tromper une grosse queue, un calibre bien plus épais et bien plus volumineux que de simples doigts ! Diana avait sincèrement eu peur, la première fois, en se demandant comment un tel engin pouvait rentrer en elle. Et puis… Elle avait compris que la Nature était bien faite. America s’enfonça donc en elle, et des cris de plaisir s’échappèrent du corps de Diana, qui se tortilla sur la table de réunion, le temps de s’accommoder à ce membre. Après sa longue aventure sur Terra, elle n’avait pas eu l’occasion de satisfaire les besoins de son corps. Or, Diana avait grandi à Themiscyra, et, si on apprenait aux filles à se battre, on leur apprenait aussi à écouter les humeurs de leur corps, et à les satisfaire. Après tout, Themiscyra avait grandi à partir de l’héritage grec, sans l’influence de la morale chrétienne. Le sexe n’était donc pas tabou chez Themiscyra, sans pour autant que l’île ne ressemble à un bordel ambulant.

Diana aimait donc le sexe, et le sexe avec America s’avérait très intense, et… Terriblement agréable ! Elle soupirait longuement, et finit par agir. America allait vite comprendre que Diana n’était pas du genre passive ! Ses jambes se bandèrent, et elle les serra brusquement autour du bassin de la femme, avant de se relever, posant une main sur sa nuque, et se hissa ainsi, ses fesses en appui sur le rebord de la table, ses lèvres partant à l’assaut de celles d’America.

« Hmmm… Oui… En-Encore, America… Ohhh… Il y avait… Tellement longtemps que… Haaaaa… »

Elle soupira encore, avant de reprendre des forces :

« Le corps d’une femme… On n’imagine pas à quel point ça nous manque… Jusqu’à ce qu’on en trouve un… »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #37 le: Août 19, 2017, 03:21:46 »

Le corps d’une femme pouvait effectivement manquer cruellement, parfois ! America ne pouvait qu’être d’accord et l’exprimer par un baiser encore plus passionné. Diana s’était redressée et pendant que l’Utopian continuait de la labourer, l’amazone avait plongé ses lèvres dans les siennes. Les deux femmes partirent dans une étreinte très sensuelle et charnelle, les langues se faisaient copieusement l’amour au milieu d’un baiser hautement langoureux. Mais America ne dérogeait pas à sa mission, et son bassin continuait de s’abattre de plus en plus fortement et rapidement ! La superhéroïne était très heureuse en ce moment même et cela se sentait. Néanmoins en voyant son amante bouger et ne pas rester passive lui donna quelques idées.

« Tu n’as pas idée ! » Répliqua America, avant de revenir furieusement l’embrasser. Les lèvres de Diana étaient tout simplement succulentes, voire addictives ! Diana était une femme très belle et qui s’avérait excellente amante, au plus grand plaisir d’America qui était bien décidée à honorer les faveurs que Diana lui accordait. Sentant que les cuisses de Diana étaient bien serrées autour d’elle, et que ses bras l’étaient aussi, la jeune femme posa ses mains sur les belles fesses de Diana et, tout en les massant très généreusement, la souleva d’un coup. Avoir la force d’une superhéroïne, ça devait bien servir dans le sexe aussi, pensa-t-elle. America souleva donc Diana qui était maintenue à présent au-dessus du sol, suspendue comme un koala à elle.

L’Utopian avait ralenti son rythme entre ses cuisses, mais ce n’était que pour mieux revenir après ! Elle regarda Diana dans les yeux puis, après un énième baiser, se déplaça et la plaqua fermement au mur. Il n’y avait pas besoin de parler ; son regard s’exprimait déjà assez pour elle. America sourit puis recommença ainsi à la labourer, bien plus fermement et fortement qu’auparavant. Elle avait passé la vitesse supérieure et ses coups de butoir étaient bien plus solides qu’avant ! « Haaa ! » Gémit-elle-même en rougissant, serrant des dents alors qu’elle se concentra pour maintenir le cap. Tout son corps remuait, du haut en bas. Tout son corps bougeait et s’articulait pour s’enfoncer aussi fortement et rapidement que possible en Diana, afin de lui montrer ce qu’une Utopian avait dans le ventre !

Vu la position et surtout ce qu’elle était en train de faire, un baiser ne serait pas pratique. Mais voir le visage – et le corps – de Diana d’aussi près lui donnait de belles envies. Ainsi, elle plongea son visage contre son cou et, en de langoureux et sensuels coups de langue, se mit à l’embrasser et le lécher copieusement. Ses mains toujours posées contre ses fesses, la maintenant au-dessus du sol, America les massa mais les griffa de temps à autre aussi, écartant chaque rive de l’autre, puis les rapprochant ensuite. À force de ce rythme soutenu, quelques perles de sueurs commencèrent à humidifier et faire luire la peau douce et sombre d’America. Et le relief de ses fins muscles commença même à se voir, de la même manière quand elle était en pleine baston ! Le spectacle dura fort bien longtemps, avec une America aussi tenace et endurante qu’un taureau. Mais au bout d’un certain temps la soupape finit par lâcher, et l’Utopian, en un cristallin et puissant râle, finit par jouir.

Elle se crispa complètement et enfonça au maximum son membre qui se mit dès lors à palpiter, à vibrer. America cracha une belle cartouche blanche, puis une poignée d’autres qui se succédèrent en un temps record. Tout son corps frémit pendant son orgasme, qui la déchirait de part en part. Sa trique elle continuait de libérer sa crème par salves, jusqu’à ce que ses belles bourses finissent par s’épuiser. Après ce tsunami, la pression retomba doucement. L’Utopian était un peu essoufflée, mais un sourire béat et satisfait orna ses lèvres, alors qu’elle leva son regard vers celui de Diana. Là encore, elle ne dit rien ... Mais agit, venant lentement poser ses lèvres sur celles de son amante. Pas de baiser hargneux et fougueux, mais une étreinte lente, langoureuse et douce. « Hmmm ... » Ronronna-t-elle doucement, clôturant ses yeux, en appréciant ce baiser.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 252



Voir le profil
Fiche
« Répondre #38 le: Août 19, 2017, 10:44:05 »

CAROL DANVERS

« Ce qui vous est arrivé sur Terre n’est pas lié aux Krees. »

Batman était sûr de son affirmation. Visiblement, le Chevalier Noir avait mené sa propre enquête, et ne déméritait pas de sa réputation. Après sa conversation avec l’Homme d’Acier sur Mar-Vell, Carol avait décidé de voir ce que la Ligue savait sur ce qui lui était arrivé… Après l’accident. Uatu et les révélations de la Ligue avaient permis de combler une grande partie des blancs sur les évènements antérieurs à l’accident, mais il restait encore la question des évènements postérieurs à celui-ci, et des quelques jours de sa vie qui avaient disparu.

« Vous en êtes sûr ? »

Pour seule réponse, Batman la regarda en fronçant les sourcils, pivotant légèrement sur son siège. Carol se sentit légèrement rougir derrière ce regard acéré et déterminé. Elle comprenait mieux, tout d’un coup, pourquoi l’homme avait une telle réputation. Batman était le seul homme sans pouvoir au sein de la Ligue, et, pourtant, personne n’avait jamais douté de sa place. Il faisait même partie de la Trinité, avec Superman et Wonder Woman… Les trois héros légendaires de la Terre.

« Superman ne vous a pas dit ? sembla s’étonner le Chevalier Noir. Le Docteur Lawson, celui qui a été tué, et dont Mar-Vell a pris l’identité… Il était secrètement un agent double travaillant pour une cellule de l’AIM basée en Floride. »

Carol cligna des yeux à plusieurs reprises. Le Docteur Lawson avait été recruté par le Général Bridges pour travailler au sein de la base, et notamment sur un projet de missile balistique très spécial. En réalité, le plan du Docteur Lawson et de la cellule d’AIM était de s’emparer des plans du missile afin de perfectionner un robot tueur fabriqué par la cellule floridienne : Cyberex. Quand Mar-Vell avait pris l’identité de Lawson, il s’était confronté à ces gens, et avait réussi à détruire leur complexe de Floride, et à détruire Cyberex.

Quel était le rapport entre Cyberex et ce qui était arrivé à Carol ?

« Votre avion s’est écrasé dans l’Océan Pacifique. Officiellement, la carcasse n’a jamais pu être retrouvée, mais, le temps qu’un navire de la Navy vienne vous chercher, plusieurs jours s’étaient écoulés.
 -  Je sais… J’ai été retrouvée à la dérive, sur une petite île rocheuse, entourée de débris.
 -  Mais l’organisation que Mar-Vell a affronté, cette cellule de l’AIM en Floride, a été remplacée. J’ai mené mon enquête. Au moment du lancement de votre avion, eux aussi observaient le lancement.
 -  Que… Qu’est-ce que vous voulez dire ? »

Batman resta encore silencieux pendant quelques secondes.

« Qu’ils pourraient être liés à votre situation actuelle… »


WONDER WOMAN

L’avantage de coucher avec une femme dote de pouvoirs surnaturels, c’est qu’on pouvait opter pour des positions acrobatiques, et diablement efficaces. Très rapidement, coucher avec Diana à même la table de réunion ne suffisait plus à America, qui la souleva, en la maintenant par les fesses. En soupirant, Diana enroula ses cuisses autour de la taille d’America, posa une main sur sa nuque, et dansa avec elle, remuant en harmonie avec sa queue, qui lui labourait le corps, et s’enfonçait lourdement en elle.

« Hmmm… Haaaa… !! »

Diana se mettait à gémir, sans chercher à retenir ses cris de joie.

« Par Héra, haaa… »

Ses ongles se crispèrent contre la chair d’America, tandis qu’elle continuait à onduler sur place. La femme se pressa contre elle, mordillant son cou, l’embrassant. Diana se mit à gémir, et répondit à son baiser, plaquant ses lèvres aux siennes, nichant ses doigts contre ses cheveux, ce qui eut pour effet de ralentir doucement le rythme des pénétrations. Elle se tortilla en sentant la queue de la femme se maintenir en elle, un membre bien gros et assoiffé, et les mouvements reprirent ensuite.

Les fesses de Diana heurtaient régulièrement le rebord de la table de réunion, provoquant des petits claquements qui accompagnaient les coups de reins.

« Hmmmmmmmmmmmm… !! »

Diana mouillait contre la femme, sa cyprine coulant le long de leurs cuisses… Et elle sentit alors son amante se répandre en elle, lâchant de multiples filaments de sperme. America se relâcha ensuite, avec un sourire épanoui sur les lèvres… Et Diana retomba au sol, reposant ses pieds à terre, son corps proche du sien, un sourire épanoui sur les lèvres.

« Ne me dis pas qu’une Utopienne n’est pas capable d’en faire plus… Peut-être devrais-je relancer ton énergie, non ? »

C’est qu’après un tel orgasme, la queue d’America avait bien dégrossi… Et, tout en disant cela, Diana la repoussait déjà un peu, en venant elle-même se glisser à genoux, déposant une série de baisers supplémentaires, tout en se rapprochant petit à petit de son sexe. Elle termina finalement sur son nombril, embrassant délicatement ce dernier, pour embrasser ensuite la zone située juste sous dessous, son menton venant appuyer sur le chibre de son amante.

« Hmmm… ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #39 le: Septembre 02, 2017, 04:37:54 »

Durant leur escapade contre la Monarchie de la Rose, Diana et America avaient appris à se connaitre en situation extrême. Elles s’étaient vues sous leur vraie jour ; au cœur d’un combat acharné contre un ennemi puissant. Ce fut une excellente base pour leur relation car à partir de ces évènements, l’une savait ce que valait l’autre. Et elles se tinrent en haute estime depuis. America respectait et admirait beaucoup Diana Prince, pour toutes ses innombrables qualités. Wonder-Woman était une femme courageuse, forte, ayant un puissant sens de l’honneur et de la vie. Elle était une femme inspirante même pour America qui pourtant, n’était pas connue pour être une tendre ou se laisser impressionner. Mais, avec la Monarchie de la Rose, elle avait trouvé une femme digne pour se laisser impressionner ; Diana. Depuis lors, l’Utopienne n’éprouve que de bonnes et nobles choses envers l’amazone, en l’espoir que cela soit réciproque.

Néanmoins, elle était finalement là, à besogner Diana de toutes ses forces. A la faire crier, à la faire jouir, à lui apporter du plaisir sous forme brut ; de gros coups de butoirs ! America ne voyait aucune raison de se retenir sa force puisque Diana était une métahumaine comme elle. Donc, l’Utopienne y mettait toute sa force et après un certain temps, elle se mit à jouir en elle. Sa semence fila longuement et rapidement en Diana, alors qu’America cria de joie à cause de l’orgasme qui la frappa à ce moment. Qu’est-ce que ça pouvait être bon ... Rare fut les fois où America ressentie autant de bien-être, autant d’extase au moment de jouir. Parceque Wonder-Woman était une amante d’exception, alors forcément, tout le plaisir qui en découlait était bien plus intense que la normale. Les deux femmes s’abandonnèrent l’une à l’autre et jouir de concert ! La mouille de Diana abonda et vint arroser la queue de Mac’, qui se libéra copieusement en elle en retour.

Après une telle tempête, son sexe avait malheureusement un peu dégrossi. C’était souvent comme ça quand on venait de jouir, d’ailleurs. Néanmoins ce n’était apparemment pas dans les plans de Diana ne restait là-dessus. Elle finit à genoux et se mit à embrasser le corps d’America. Cette dernière sourit doucement et ronronna à la sensation de ces lèvres sur sa peau, surtout sur son nombril. Surtout quand Diana se dirigea outrageusement vers son sexe, entre ses cuisses, et quand sa proposition indécente survint à ses oreilles. « Hmm, tu peux toujours essayer ... Qui sait ? » Répondit-elle avec un clin d’œil. Pour appuyer ses dires, l’Utopienne posa une main dans la chevelure de Diana, se mettant à la caresser, et à appuyer légèrement tout en ondulant sensiblement son bas-ventre.

Il était fort probable qu’en fin de compte, cela suffît à relancer la machine ... Et permettre un second round !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 252



Voir le profil
Fiche
« Répondre #40 le: Septembre 03, 2017, 11:01:29 »

CAROL DANVERS

« Je ne comprends pas... »

Carol connaissait l’AIM. Cette organisation terroriste était née au sein de l’HYDRA, et avait été créée pendant la Seconde guerre Mondiale par le fondateur d’HYDRA, Wolfgang von Strucker. Mais, peu à peu, AIM avait fait sécession d’avec l’HYDRA, et avait développé ses propres objectifs. C’était une redoutable organisation terroriste, qui voulait instaurer une technocratie mondiale. En soi, AIM ne ovulait pas renverser les États, mais faire en sorte qu’il existe, au-dessus des pouvoirs politiques, un pouvoir réel, scientifique. L’AIM était dotée de scientistes considérant que seule la Science devait guider l’Homme, et répondre aux questions sociales et aux problèmes que l’humanité rencontrait.

« L’AIM est une organisation puissante, sur laquelle je dispose malheureusement de peu d’informations. Mais, ce que je sais, c’est qu’ils sont très intéressés par le patrimoine extraterrestre, notamment par les Krees. »

Il ne fallait pas oublier que les Krees avaient modifié le patrimoine génétique humain, afin de créer les Inhumains. Pour le Chevalier Noir, c’était donc une piste très sérieuse. Mais qu’est-ce que l’AIM avait bien pu lui faire ? Et d’où venaient les présomptions de Batman ?

« Votre avion s’est écrasé dans le Pacifique. »

En menant des enquêtes, Batman avait découvert que, près du crash du vaisseau, il y avait un navire en partance depuis l’Amérique Centrale, plus précisément depuis le canal de Panama, et qui faisait route à travers le Pacifique vers le Japon. Le canal de Panama, l’une des constructions les plus difficiles jamais entreprises, était un important canal qui permettait de relier l’Océan Atlantique et l’Océan Pacifique, faisant de ce canal un enjeu majeur des eaux internationales, mais aussi un point de chute central. Or, de l’autre côté du canal de Panama, il existait une petite île, l’île de Barbota, qui avait été récemment rachetée par un riche scientifique, Andrew Forson, afin de servir, officiellement, de centre de recherche indépendant pour les grands enjeux écologiques et environnementaux du 21ème siècle... Mais qui était en réalité la base centrale de l’AIM, A.I.M. Island.

Le Chevalier Noir expliqua à Carol que ce navire marchand était en réalité originaire de cette île, et que, pour lui, ce n’était pas un hasard s’il s’était retrouvé là quand le vaisseau de Carol s’était crashé.

« Mais... Comment auraient-ils su où et quand je me serais crashée ? Tout a été si vite, si confus...
 -  C’est pour cela qu’il reste encore des zones d’ombre à éclaircir. J’aurais bien aimé en savoir davantage, mais je manque de temps et de ressources. L’AIM est une organisation puissante. »

Carol en savait quelque chose. Elle était l’un des plus redoutables ennemis du S.H.I.E.L.D., surtout depuis que Forson en était devenu le nouveau Scientifique Suprême. C’était un homme aussi fourbe qu’intelligent... Mais au moins Carol avait-elle une nouvelle piste, ce qui, somme toute, était mieux que rien.



WONDER WOMAN

Qui aurait cru que Diana puisse oser entreprendre de telles choses ? Les gens l’imaginaient toujours comme une femme sage (ce qu’elle était), et ils associaient la sagesse à la chasteté (ce qu’elle n’était pas), oubliant ainsi que Themiscyra n’avait jamais été versée par la morale religieuse, chrétienne, mais bien par l’héritage grec... Or, l’hédonisme était né en Grèce. Pour Diana, il n’y avait donc aucune différence entre le fait d’être sage et celui d’aimer les plaisirs charnels. Et là, face au membre tendu d’America, il fallait bien admettre qu’il... Ouvrait l’appétit de Diana.

Souriant légèrement, cette dernière le caressa délicatement avec sa main, utilisant l’autre pour flatter les bourses de la femme. Elle sentit le sexe de la femme grossir légèrement, et aventura ensuite ses lèvres, léchant délicatement ce membre, le parcourant de sa langue, offrant sur ce membre veineux une série de baisers et de caresses délicieuses.

« Je ne vais pas qu’essayer, America... Je vais réveiller le feu qui bouillonne en toi, ma chérie. »

Diana sourit encore, et déposa un nouveau baiser, avant de commencer à lécher plus avidement ce membre, descendant jusqu’à ses testicules, qu’elle léchait également, toujours avec un certain appétit, et avec une indiscutable soif. Elle embrassa donc les testicules, puis remonta encore... Et, tandis qu’elle s’attaquait à ce gourdin, elle pouvait le sentir enfler, grossir, se durcissant également. Difficile, dans ces conditions, de prétendre pouvoir lutter contre le délicieux traitement de Diana, ce qui amena naturellement cette dernière à esquisser un léger sourire.

« Alors... Tu veux toujours faire ta blasée en prétendant que ça ne te fait aucun bien ? »

Qu’elle ose... Qu’elle ose seulement !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #41 le: Septembre 10, 2017, 02:48:38 »

Il était vrai qu’on n’était pas habitué à voir l’Ambassadrice de la Paix se livrait à de telles activités. Pourtant c’était quelque chose de naturel, d’humain même. Pourquoi penser que Diana était une femme chaste ? Il n’y avait normalement aucune raison de le penser. Mais c’était sans doute à cause de son côté sage, de son côté héroïque et courageux qu’on avait cette image d’elle. En tout cas America était très heureuse de découvrir que non, Diana n’était pas si chaste que cela ! Car l’avoir en train de flatter son entrejambe, la sentir en train de lui faire grand-bien, ça n’avait juste pas de prix. L’Utopienne soupirait et couinait de bonheur alors que les lèvres et la langue de Diana parcouraient son membre qui redevint à force bien tendu et rigide.

Mais visiblement son petit air blasé – volontairement créé – semblait avoir l’effet escompté. Diana répondait à la provocation et cela arracha un petit rire cristallin à America qui continuait d’onduler très légèrement du bassin. « Qui a dit que ça ne me faisait aucun bien, chérie ? » Répondit-elle en rougissant, tout en se pinçant la lèvre. De sa main elle continua de caresser les cheveux de l’amazone, avant que cette dernière ne se mette à le lécher plus copieusement. « Haaa ... » Soupira alors America qui sentit un beau frisson l’envahir, qui la fit serrer des dents. Bientôt sa queue sera accueillie par la sensuelle bouche de Diana qui fit des vas et viens dessus, l’enfournant bien au chaud entre ses lèvres.

America ne rêvait pas ; Wonder-Woman en personne était en train de lui offrir une petite gâterie ! Plus ça allait, plus cette petite excursion avec Carol devenait de plus en plus intéressante et cool. Elle avait pu corriger le tir avec Diana et ainsi lui témoigner toute son affection, ce qui avait conduit à toute cette scène entre les deux femmes. Indéniablement elles se plaisaient, et s’étaient suffisamment marqué l’une et l’autre pour qu’au final, elles décident de faire l’amour pour se dire au revoir. Plus Diana filait sur sa queue et plus America couinait, rougissant de toute part et se mettant à pénétrer la gorge de l’amazone par elle-même. « Hmmmm ... C’est booon ! » Gémissait-elle joyeusement au gré de cette fellation.

Diana lui procurait un bien fou et tout son corps en était impacté. America sentait sa belle queue se faire aspirer et pomper, et petit à petit cela l’amena au bord. Néanmoins elle était endurante et jouir n’était pas pour maintenant, malgré tout le bien et toutes les sensations qu’elle ressentait. America couinait dans tous les sens et avait finalement perdu la capacité de parler à proprement parler ! Elle se contentait d’onduler son bassin, de caresser la chevelure de Diana et témoigner de son état par ses soupirs cristallins. Bientôt, elle jouirait à nouveau ... Et ça n’en sera que plus copieux que la dernière fois !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 252



Voir le profil
Fiche
« Répondre #42 le: Septembre 18, 2017, 12:55:51 »

Diana soupira lentement, se pinçant les lèvres devant cette belle verge. Un magnifique membre qui se dressait devant elle, et dont elle s’occupait avec envie et avec appétit. Ses lèvres s’entrouvrirent, et elle commença à avaler ce chibre avec envie, filant d’avant en arrière. Il était rare de voir Diana dans une telle situation, s’adonner à de tels plaisirs. Yeux clos, elle filait le long du vit de la femme, glissant sur sa hampe de chair avec appétit, sentant son membre grossir petit à petit, se durcir contre ses lèvres. Peu à peu, America, qui avait eu l’air assez sceptique sur l’efficacité d’une telle scène, se laissa aller.

« Hmmmm... »

Wonder Woman n’était bien évidemment pas contre les fellations, et était en train de le montrer à America. Si America s’était montrée dubitative, elle était maintenant comblée, et sa queue, bien dure, avait gagné en taille et en intensité. Diana avait posé ses mains sur ses cuisses, et commençait à pomper énergiquement son dard, d’avant en arrière, avant de sentir les mains de la femme se poser sur ses cheveux, les gémissements et les soupirs d’America accompagnant les mouvements buccaux de Diana.

L’Amazone continuait à s’attaquer au membre de la femme, la sentant encore gémir, et elle continuait à la titiller, encore et encore, l’approchant doucement de l’orgasme. America grognait encore, mais Diana ne comptait pas la faire jouir trop vite. Tout en crispant ses lèvres sur sa queue, et en aspirant l’air entre elles, elle continuait à remonter d’avant en arrière, et déplaça ses doigts, caressant et grattant les testicules de la femme. Des femmes hermaphrodites, Diana en avait déjà vu sur Terra, et, si elle avait été surprise, elle avait rapidement su les apprécier à leur juste mesure. Oui, Diana n’était pas sans réserver quelques surprises, elle qu’on imaginait être une femme très sage et très chaste.

Au bout de plusieurs minutes, Diana s’arrêta, et retira sa bouche de la queue de la femme, un fin filet de salive reliant ses lèvres à son chibre. Elle sourit alors, et déposa un bref baiser dessus.

« Je ferais mieux de m’arrêter, tu risques de jouir en moi... »

Diana laissa alors passer quelques secondes, avant de rajouter, mutine :

« Mais... Peut-être que c’est ce que tu souhaites ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #43 le: Septembre 24, 2017, 11:41:39 »

Diana lisait en America comme dans un livre ouvert. Déjà qu’elle faisait un travail remarquable avec sa bouche, parvenant à faire fondre comme neige au soleil la belle Utopienne, l’Amazone devina très précisément ses envies suivantes. Jouir. America sentait son sexe en feu, tout gonflé et sur le point de craquer grâce à cette fellation des plus somptueuse qu’il soit. Ça faisait un bien fou et Diana se débrouillait comme une vraie cheffe, en la matière ... America était complètement à sa merci, le sexe bien au chaud dans sa bouche. L’Amazone décida toutefois de le retirer et leva son regard, avant d’insinuer quelque chose. La jeune femme hermaphrodite avait évidemment très envie de jouir ; mais avait-elle envie de le faire de la manière dont Diana venait de lui faire part ? Absolument.

« Ne t’arrêtes pas en si bon chemin ... On m’a dit que t’étais une dure à cuire mais, pas une méchante ... Ça serait bien cruel ... » Répliqua America, détaillant ainsi son point de vue. Si Diana décidait de se retirer complètement et de laisser la pauvre America dans cet état, cette dernière en retirerait un souvenir bien étrange. Diana la justicière, mais ça deviendrait également Diana la bourrelle, vu qu’à ce stade, ça serait de la torture sexuelle. Mais la jeune femme doutait que l’Amazone soit de ce genre, et sa question devait surement être rhétorique. Ainsi donc, l’Utopienne lui sourit puis hocha simplement de la tête pour témoigner son avis sur la question. Jouir en Diana serait très, très exquis et, d’un certain point de vue, un privilège.

Ce n’était pas tous les jours qu’une femme comme Wonder-Woman vous proposait de jouir en elle, après tout ! America était en plus une fan, depuis sa dernière escapade avec elle, alors la sensation de récompense et de plaisir n’en était que décuplée ! Ainsi dit, l’Utopienne sentit son membre se faire de nouveau enfourné et, après quelques vas et viens, la délicieuse délivrance pointa son nez. En un cri cristallin, en un soupir délicat du bout de ses lèvres, la jeune femme se crispa et s’enfonça au plus profondément que possible, avant qu’elle ne cède. Elle sentit son sexe vibrer et ses testicules se mettre à éjecter une importante quantité de foutre. Une sensation de bien-être la frappa, et l’emporta dans un monde où le plaisir était le maitre mot, dans un monde où seul l’extase et le plaisir régnait.

En d’autres termes, America eut un bel orgasme, qui la fit copieusement jouir en Diana. America soupira d’aise et de bonheur juste après, quand la pression retomba peu à peu. « Haaaa ... Hmm, c’était si bon, ça faisait depuis longtemps ... » Dit-elle, un sourire ravis et serein aux lèvres. Elle savait que Diana était une femme courageuse, de confiance, d’honneur et de discipline. Une femme en or, une véritable héroïne ... Mais à présent, elle la savait aussi très bonne amante, et elle se jurait de plus rester sans nouvelle d’elle trop longtemps. Quand l’Amazone se releva, America se jeta très tendrement dans ses bras, les enroulant autour de sa nuque tandis que ses cuisses vinrent s’enrouler autour de ses hanches. Pendu comme un Koala, son corps nue frottant le sien, l’Utopienne plaqua très furieusement ses lèvres contre les siennes et l’embrassa de toutes ses forces. « Hmmmmmmm ! » Ronronna-t-elle alors que sa langue remuait contre la sienne pendant un long, très long et fougueux moment.

Le baiser finit par se terminer, et America remit pied à terre, mais resta blottie contre Diana, en train de lui faire un câlin. « T’es une amie en or, Diana. T’es ... T’es ma superhéroïne. » Lui avoua-t-elle d’une voix affectueuse.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 252



Voir le profil
Fiche
« Répondre #44 le: Septembre 25, 2017, 07:51:03 »

Diana la provoqua un peu, juste pour le plaisir, avant de retourner s’attaquer à son sexe. Elle comptait la faire jouir, bien évidemment. L’inverse serait... Trop cruel, même pour elle ! Elle n’avait jamais entendu parler de l’Utopian Parallel avant de rencontrer America, et la description que cette femme avait faite de cet univers n’avait pas été sans lui faire plaisir. Après tout, entre Themiscyra et l’Utopian Parallel, c’était la même utopie féminine qui s’était réalisée. C’était même encore plus prononcé dans le monde d’America, qui n’avait visiblement pas eu tous les secrets de Themiscyra. L’Amazone retourna donc s’attaquer à son chibre, pompant généreusement son dard avec ses lèvres, entendant encore America gémir, se crisper, soupirer, approchant progressivement du plaisir suprême. Diana pouvait sentir, à l’épaisseur de la verge d’America, combien cette femme était proche du plaisir suprême, ce qui ne fit que la motiver davantage. Sa langue partit à l’assaut, titillant ce membre, s’enroulant sur la partie inférieure de cette membrane, tandis que ses joues se creusaient en absorbant l’air.

« Hmmmm... Mmhhmmmh... »

On pouvait entendre les bruits de succion tout autour de la pièce. Ses mains se posèrent finalement en appui sur les fesses de la femme, et elle continua à filer d’avant en arrière, enchaînant els gorges profondes, maintenant le membre assoiffé d’America au fond de sa bouche pendant plusieurs secondes, jusqu’à sentir le souffle lui manquer, avant de la retirer, et de recommencer, recouvrant sa verge de sa salive, tout en malaxant ses belles fesses musclées. Impossible, pour America, de pouvoir résister à terme ! Tout son corps se tendait, sa queue trahissant son désir, de même que ses gémissements... Puis le plaisir irradia finalement dans le corps d’America, qui se relâcha dans la bouche de Diana.

Cette dernière écarquilla les yeux, avant de sentir le sperme jaillir en elle, les mains d’America venant nerveusement se crisper sur ses cheveux, maintenant la tête de Diana en place pendant qu’elle venait se vider dans sa bouche. Wonder Woman ferma les yeux, silencieuse, crispant ses mains sur ses fesses, pendant que son amante jouissait assez généreusement en elle. Une fois ceci fait, l  passion se dissipa, et Diana prit quelques instants pour avaler ce sperme. Elle se releva ensuite, sourire aux lèvres, les joues rougies... Et America bondit alors contre elle. Diana la réceptionna, non sans sourire, et posa sa main sur sa nuque, l’autre en appui sur son bassin, répondant à son baiser.

Cette passion fiévreuse qui avait amené America à jouir, elle était... Si bonne, si excitante ! America ne manqua d’ailleurs pas de la remercier pour ce qui venait de se passer, et Diana sourit brièvement en retour.

« Oh, mais ce n’était qu’un prélude, America... La prochaine fois, ce sera dans ma chambre, et on pourra vraiment... Baiser ! »

Voir Diana employer un mot aussi grossier... C’était bien la preuve que l’Amazone cachait bien son jeu ! Diana l’embrassa encore. En d’autres circonstances, elle l’aurait conduite dans sa chambre, mais... Wonder Woman savait qu’America n’était pas venue là juste pour s’envoyer en l’air avec elle. Ce n’était qu’un moyen de concilier le travail et le plaisir.

« Moi aussi, je dois te remercier, America... Je n’entretiens pas assez mon corps, et... Disons que ça a été très plaisant de te faire l’amour. »

Sa bouche se posa dans le creux de son cou, l’embrassant tendrement.

« Quand tu reviendras de chez les Krees... N’oublie pas de faire un détour ici, et... Cette fois, je te garderais pour toute la nuit. »

Une invitation pareille... Ça ne se refusait pas, non ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Tags:
Pages: 1 2 [3] 4 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox