banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: The Mar-Vell's Legacy [America Chavez]  (Lu 2162 fois)
America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Juillet 17, 2017, 09:15:28 »

Le duo de choc mit dont le cap vers leur nouvelle destination, qui fut la célèbre Watchtower appartenant à la Justice League. La gagnant grâce à leur Quinjet amélioré, la petite équipe avait donc en tête d’aller voir ces justiciers qui, pour une fois, n’avaient rien à voir avec le SHIELD ou les Avengers. Ils étaient à part, comme dans un tout autre monde. C’était curieux de voir une telle particularité mais, America en avait vu, des choses. Plein de phénomènes la surprenait encore mais, dans le registre, voir une immense tour flotter dans l’espace était un paysage de rêve face à un trou dévorant votre monde sous vos yeux. Néanmoins elle était grandement curieuse de la voir en vraie car, c’était malgré tout quelque chose qu’elle n’avait encore jamais fait ; aller sur une station spatiale habitée par des superhéros.

Sur le chemin Carol lui raconta alors l’histoire derrière la Watchtower, son affiliation à l’ONU, son indépendance vis-à-vis du SHIELD, etc. America avait déjà entendu l’histoire mais, elle n’était pas très bonne élève dans ce genre de choses et un petit cours de rattrapage était le bienvenu. Carol fut une très bonne professeure puisqu’en l’espace de quelques minutes elle parvint à lui faire apprendre l’histoire de la station spatiale par cœur. America savait donc désormais que cette structure découlait d’un affrontement terrible ayant eu lieu sur Terre contre Darkseid, un ... Alien très puissant et belliqueux, venu pour tout détruire. C’est ce qu’elle retint et au fond, elle était convaincue que c’était plutôt bien résumé. La Terre de cette dimension lui avait survécu, ce qui d’ailleurs ne fut pas le cas dans toute les autres dimensions ... Malheureusement.

Mais, America n’allait pas lancer la discussion sur le Multivers et ses infinies possibilités. Elle était très contente de faire ce bout de chemin aux côtés de Carol et de l’aider à retrouver son passé. Mais, la justicière finit alors par poser une question à America, qui relevait alors d’une pure curiosité. Comment avait-elle connu Diana, alias Wonder-Woman ? America sourit mutinement puis tourna son regard félin vers Carol. « Non. C’est plutôt moi qui suis venue chez elle ... Enfin, pas Themiscyra, il ne faut pas abuser. Non, on s’est croisée dans un autre monde, similaire à la Terre mais, différent aussi. Un monde genre ... Narnia ! Mais qui s’appelle Terra. J’sais pas si t’as vu le film mais, c’est ça en fait. Je l’ai aidé à combattre quelqu’un, ou plutôt un homme qui appartenait à un groupe obscur. Attend que je me souvienne du nom ... Ouais, c’est ça ; la Monarchie de la Rose, disait-elle. On a foutu quelques bastos à ces types, et apparemment, ça lui a bien servi. » Raconta-t-elle alors, faisant quelques petits gestes avec ses mains et bras, plus de manière mécanique qu’autre chose.

« Enfin, voilà. Ces crétins me sont tombés dessus et, le hasard a fait que Diana était là pour les chopper, et du coup, on s’est croisé et on leur a cassé quelques dents. Du moins, à l’un de leur boss. Je crois, ouais. » Finit-elle, faisant un large sourire à Carol. Oui, elle n’était pas peu fière de sa rencontre avec Wonder-Woman ! Les souvenirs lui montaient à la tête, et elle revoyait alors tous ces combats, toute cette énergie et ce concentré de badasseries – comme elle le disait souvent – qu’elle et Diana avait vécues ensembles. « Sinon, son petit nom c’est Diana. Ouais, comme la princesse ! J’aime plus l’appeler comme ça que Wonder-Woman, c’est quoi cette manie de se donner des surnoms, anglais de surcroît, hein ? Vous avez genre des dizaines voire des centaines de langues sur votre planète ! » Dit-elle alors. Si à la base Wonder-Woman se serait rendue sur l’Utopian Parallel, nul doute qu’elle aurait peut-être trouvé des similitudes entre ce monde et le sien. Peut-être qu’un jour elle aura l’occasion d’y faire un tour ! America serait bien prête à lui proposer une excursion en échange de voir un jour Themiscyra ... Si elle venait à se faire rebâtir.

America soupira, toute nostalgique des bons moments passés avec Diana. Elle tourna ensuite sa tête puis, posa une question en retour. « Bon, à mon tour. Comment as-tu connu Lawson ? Vous étiez plutôt proches, à ce que j’ai cru comprendre ... Tu l’aimais ? » Demanda alors America, faisant honneur à sa criante franchise !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 254



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Juillet 18, 2017, 08:21:17 »

Terra... La Monarchie de la Rose... Tout ça lui parlait, en réalité.

« Inutile de t’embêter à me la présenter, je connais Terra. J’y ai déjà été. »

Après tout, si le S.H.I.E.L.D. disposait d’une cellule sur place, à Seikusu, c’était bien à cause de la présence de Terra, et des multiples Portails situés dans la région de Seikusu, qui avaient amené les autorités à prendre le taureau par les cornes, et à s’inquiéter de cette résurgence de phénomènes métahumains. Carol avait donc déjà eu l’occasion de voler dans le ciel de Terra, et elle connaissait, dans les grandes lignes, le fonctionnement de cette Terre jumelle, bien plus liée à la leur que n’importe quelle autre Terre parallèle du cosmos. America avait donc rencontré Diana là-bas, en affrontant les séides de la Monarchie de la Rose.

« Le nom de cette organisation revient de plus en plus dans les rapports du S.H.I.E.L.D... Ils sont liés à des criminels qui se trouvent sur Terre. »

C’était une organisation terroriste à la structure et aux objectifs encore méconnus. America et Wonder Woman avaient donc choisi d’affronter ensemble une bande, et, suite à cela, elles étaient devenues des copines. Carol pouvait admettre cette version. Même si America était encore une rookie, elle savait que la jeune fille avait le pouvoir de voyager à travers les dimensions, et, Terra étant la dimension la plus proche, elle avait sûrement déjà dû s’y rendre.

America s’interrogea ensuite sur le choix des surnoms, ce qui amena carol à légèrement sourire.

« Les super-héros ne sont pas que l’apanage des Anglo-Saxons... Mais, comme l’anglais est une langue internationale sur Terre... Et puis, de la part d’une fille qui s’appelle America, laisse-moi te dire, tout à fait entre nous, que tu es mal placée pour critiquer cette situation. »

Comme pour lui montrer qu’elle plaisantait, Carol se mit à doucement sourire. Leur vaisseau continuait son lent rapprochement vers la Watchtower, mais, comme elle venait du S.H.I.E.L.D., il fallait d’abord que Cyborg, qui gérait la surveillance de la tour, se renseigne auprès du S.H.I.E.L.D. pour savoir si ce Quinjet n’avait pas été détourné. America désira ensuite se renseigner sur Lawson.

Carol se pinça les lèvres pendant quelques secondes, replongeant dans ses souvenirs.

« Comme tu as dû le comprendre, je l’ai connu à Cap Canaveral. Je... J’ai eu un parcours militaire assez compliqué. L’armée américaine a toujours été... Relativement sexiste, ce que je n’ai jamais supporté. Ça, et... Homophobe. »

À l’époque, il existait, au sein de l’US Army, au regard de l’homosexualité, une règle implicite, une sorte de doctrine qui avait eu cours pendant les années 1990’s : DADT, pour « Don’t Ask, Don’t Tell ». Officiellement, DADT visait à faciliter l’insertion des homosexuels dans l’armée, mais en leur interdisant de dire qu’ils étaient homosexuels. Autrement dit, au moment de s’inscrire, il n’était plus nécessaire de préciser l’orientation sexuelle dans les formulaires d’admission, mais, en contrepartie, l’intéressé devait se montrer discret.

« Je ne suis pas une de ces féministes tarées qui va lutter contre le manspreading et voir du machisme partout... Mais j’ai eu affaire à de véritables situations d’humiliation, et je me suis toujours battue contre ça... Quitte à casser des gueules. C’est ce qui m’a valu plusieurs rétrogradations, jusqu’à me retrouver chef de la sécurité à Cap Canaveral... Et autant te dire que des terroristes, on en voit rarement de ce côté de la Floride. »

Elle passait donc ses journées à vérifier si telle out elle personne enfilait bien ses chaussures de sécurité, ses lunettes de protection, ou rendait bien tel ou tel matériel emprunté...  Soit faire la chieuse de service, pour parler poliment.

« C’est comme ça que j’ai rencontré Lawson. Il était très impliqué dans divers projets, et c’est lui qui a milité, activement, pour que je retrouve mon poste au sein de l’US Air Force. Je lui dois beaucoup... Surtout de m’avoir redonné confiance dans les hommes. »

À cette époque, Carol n’était pas encore très sûre de son orientation sexuelle, de son attirance pour les femmes ou pour les hommes, et Lawson lui avait montré qu’elle était bisexuelle.

« Je n’irais pas jusqu’à dire que je l’aimais passionnément, mais... Peu à peu, il y a eu quelque chose entre nous. »

Au point qu’ils avaient fait l’amour, mais ça, elle le gardait pour elle. America n’avait pas non plus besoin de tout savoir dès le début !

Estimant en avoir dit assez, Carol se retourna vers la femme :

« Et toi ? L’Utopian Parallel... Ça n’est composé que de femmes, c’est ça ? Est-ce que ça te manque ? Et... Hum... Comment vous faites pour... »

Cherchant ses mots, un peu gênée, Carol approcha l’index de sa main de l’index de l’autre main, et, quand ils se touchèrent, elle les fit légèrement tournoyer, comme pour mimer un geste connu chez les humains... Mais peut-être moins chez les Utopiens.

« ...Pour la reproduction... ? » finit par achever Carol.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Juillet 18, 2017, 10:41:24 »

La discussion continuait donc et ce fut au tour de Carol de passer sur le grill ! Parceque, peut-être que c’était America qui était l’étrangère, la nouvelle-venue à ses yeux mais, pour l’intéressée, c’était bien l’inverse. Le monde dans lequel vivait Carol était bien étrange de son point de vue. Mais elle s’intéressait surtout, dans l’immédiat, à Carol en elle-même et sa relation vis-à-vis de Lawson. Cela l’aiderait à mieux saisir le personnage et comprendre pourquoi cela lui semblait si important. Et Carol se mit donc à parler, s’ouvrant petit à petit à la curiosité de sa coéquipière. America croisa ses bras mais ne quitta pas du regard sa camarade, écoutant ce qu’elle avait à dire. Et, cela ne faisait que confirmer ce qu’elle pensait déjà.

D’une part sur son monde, et sur comment la société de celui-ci fonctionnait. Notamment sur son humour qui pour le coup, lui rappela celui qu’Uatu avait fait preuve plus tôt. America esquissa un sourire pincé, même si elle percuta un peu de temps après que son prénom était, sur Terre, le nom d’un pays, qui avait pour langue nationale la langue internationale. Un pays qui avait une histoire assez tumultueuse et compliquée, ce qui justifiait les remarques et le comportement de certaines personnes quand elle déclinait son identité. Néanmoins elle comprit la boutade de Carol et trouva cela, effectivement, ironique. Mais, ça n’avait rien à voir ! Elle, elle venait d’un autre monde et n’était pas au courant de toutes ces petites subtilités qui constituaient la société des Humains.

Après cela Carol décida néanmoins d’en revenir à la question de base. Elle se confia un peu et America l’écouta avec un grand intérêt. Elle et Lawson étaient donc bien proches, et ce pour différentes raisons auxquelles elle n’aurait pas pu deviner. A vrai dire, en venant sur Terre, America n’avait strictement aucune notion d’homophobie, de sexisme, ou d’autres choses du genre car, chez elle, ça n’existait tout simplement pas. Le fait qu’il n’y avait qu’un seul sexe aidait beaucoup, voire énormément. Pour elle d’ailleurs c’était la norme ainsi, et elle avait eu un peu de mal à appréhender la biologie et la physionomie humaine, sur Terre. Elle avait cru comprendre que sur Terre, les gens n’acceptaient pas toujours la différence et se battaient bien souvent sur des questions de genre, de sexe, de couleur, etc. C’était bien trop compliqué et futile pour elle, même si, elle imaginait que tout ceci avait des raisons, historiques, culturelles, etc. Ce n’était pas son monde, donc elle n’avait pas à tout comprendre.

Carol et Lawson furent proches, et la jeune femme connut plusieurs déboires à l’armée. Sexisme, mais aussi rétrogradations à cause de diverses raisons, liées à ce sexisme. Elle n’avait pas eu une vie facile vis-à-vis de sa carrière. Lawson était la seule personne qui l’a aidé, qui a combattu pour qu’elle retrouve son poste, et sa carrière même. Naturellement elle lui était redevable, mais à ses dires, il était bien plus qu’un simple collègue. Il lui avait redonner confiance dans les hommes ! America n’étant pas née de la dernière pluie, comprit ce cela voulait dire, et ce que cela disait entre les lignes. Elle hocha légèrement de la tête, acquiesçant mais laissant Carol poursuivre, toute intriguée et prise par son discours. America semblait captivée, et elle l’était. Après tout, plus elle en apprenait mieux elle se sentait ; car la Terre, ses habitants, tout ça, c’était encore quelque peu inconnu à ses yeux. Et surtout, apprendre à connaitre Carol était très plaisant et agréable.

America finit par comprendre, ou du moins avoir une image, de la relation liant Carol et Lawson autrefois. Elle sourit doucement à sa dernière phrase à son sujet, voyant où elle voulait en venir. Après ce petit épisode, la superhéroïne ne laissa néanmoins pas America en reste et se défendit en lui posant une question, pour contre-attaquer. Et ce n’était pas une petite question ... America plissa ses yeux au début, ne comprenant pas vraiment pourquoi Carol ... Désirait savoir comment on se reproduisait chez elle. Il fallait comprendre quelque chose de crucial ; America avait vécu l’écrasante majorité de sa vie dans l’Utopian Parallel, entourée donc de femmes exclusivement. Pour elle, c’était ça la norme, c’était la normale. C’était son monde, là d’où elle venait et là d’où elle s’était construite. Recevoir une question sur la reproduction des gens de son monde lui semblait ... Triviale. Pourquoi une question aussi triviale ? Mais, elle finit par se rappeler que les choses étaient bien, bien différentes ici sur Terre, et cela justifiait donc la question de Carol.

America eut un court mais cristallin rire. « Ca me manque beaucoup, mais partir, c’était ma décision. Je reviendrai un jour, peut-être ... » Dit-elle en premier. « Et oui c’est vrai que chez vous, vous avez des hommes, enfin, des femmes plates avec des poils et un ... Truc, tu sais. Eh bien, crois-le ou non mais, c’est un peu comme chez vous. Les Utopiennes sont unisexes. Comment on dit ci ... Ah, je l’avais entendu récémment en plus ... » Dit-elle, plissant ses yeux vers le plafond, se remémorant le terme en question. « Ah, hermaphrodite ! Voilà, on est toutes hermaphrodites, si je reprends vos termes. Un seul sexe, chacune est capable de tout faire. Tu comprends pourquoi j’ai un peu de mal avec vous, du coup, et vos histoires de sexisme ... » Finit-elle par dire, se rendant à peine compte que ça devait être un peu déroutant pour Carol. Mais, elle avait voyagé et elle avait dû en voir, des choses encore plus surprenantes !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 254



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Juillet 19, 2017, 12:54:58 »

« Oh... »

Oui, bien sûr, ça semblait logique. Carol avait lu les quelques rapports figurant sur l’Utopian Parallel. Rien que le nom était tout un programme. L’Utopian était une dimension particulière, paisible, unisexe. Dès lors, on ne pouvait pas dire qu’il n’y avait que des femmes, car, pour le dire, il aurait fallu qu’il y ait des hommes. Les habitants de l’Utopian auraient été des femmes sur Terre. Carol soupçonnait que, dans cette dimension, les différences sexuelles, soit n’existaient pas dès la base, soit s’étaient estompés avec le temps. En tout cas, le fait qu’elles soient hermaphrodites tendait à confirmer cette théorie, celle d’une évolution des sexes pour une sorte de fusion, avec une prédominance du beau sexe, étant le sexe chargé de porter la reproduction.

« Je... Je vois. »

Elle hocha la tête, sans trop savoir quoi dire de plus.

« Je crois que j’aurais aimé vivre dans une société où on n’est pas jugée en fonction de notre sexe, ou de notre couleur de peau. Notre monde va te sembler bien fade en comparaison, America. Il a des hauts et des bas. »

Plusieurs déclics se firent entendre alors, et une voix annonça qu’elles avaient l’autorisation de se poser. De fait, l’un des docks de la Watchtower s’ouvrit, et Carol enclencha les machines, se rapprochant de l’entrée.

« Ah, au fait... On appelle ça une barbe. Du moins, si tu fais référence à ce que les hommes ont sur le menton... »

Les poils devaient être très peu présents sur l’Utopian Parallel, de quoi fasciner America... Et amuser Carol. Elle manœuvra en tout cas le Quinjet, et se posa sur le sol. La grande baie se referma, et des lumières s’allumèrent, éclairant un quai propre et argenté. Rapidement, les deux femmes sortirent. Quelqu’un se tenait là pour les accueillir, et, sans trop de surprise, il s’agissait de Wonder Woman.

« America ! Quelle joie de te revoir ! »

Les deux femmes se livrèrent alors à une accolade, la Princesse amazone venant serrer le corps de la jeune femme contre le sien pendant quelques secondes, avant de se retourner vers Carol. Cette dernière la salua rapidement, tout en se déplaçant.

« C’est très gentil à vous de nous recevoir.
 -  C’est normal. Ce n’est pas parce que nous n’appartenons pas aux mêmes groupes que nous devons être des rivaux. »

Diana était la voie de la tolérance et de la sagesse. Récemment, l’ONU l’avait même nommé Ambassadrice de la Paix, signe de sa grande popularité.

« Alors, que deviens-tu, America ? Tu castagnes encore à tout rompre ? Et... Pourquoi venez-vous ici, donc ? Les informations du S.H.I.E.L.D. n’étaient pas très claires... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Juillet 19, 2017, 07:35:12 »

Mis à part Wonder-Woman, la jeune femme n’avait encore jamais croisé d’autre membre de la Justice League. Ci et là, notamment des rapports appartenant au SHIELD, elle avait vu quelques noms se glisser. Superman, Batman, Flash ... Elle ne les connaissait pas mais, se doutait à l’avance qu’ils devaient être du même monde que Diana. Ils formaient après tout un grand groupe de justicier indépendant, qui possédait une base spatiale. Ce n’était pas rien ! America était toute fascinée par l’endroit, par le fait que c’était en orbite et que c’était peuplé de superhéros et héroïnes. Elle brûlait d’impatience de voir tout ce beau monde mais, il y avait encore un petit temps d’attente ; il fallait que Carol se pose sur le dock qui venait de leur être assigné. D’ailleurs, la femme semblait plutôt bien assimiler ce qu’America venait de lui dire au sujet de son monde natal. Elle l’informa ensuite que les fameux poils qu’on retrouvait sur les hommes, ici, s’appelaient tout simplement barbe.

America acquiesça et nota ça dans sa tête. C’était donc comme ça que ça s’appelait ... Un mot qui sonnait d’ailleurs assez peu féminin à son gout, ce qui était adéquat pour le coup. Le duo finit donc par rejoindre la Watchtower et finit par sortir par la soute arrière du Quinjet. La piste s’était allumée et elles étaient visiblement dans un hangar. On leur avait donné un accès mais, encore restait-il à justifier la raison de leur présence. America savait qu’elles étaient là pour leur demander des informations sur Lawson, vu qu’il avait posé avec eux. Si cela se trouvait, il s’agissait juste d’une photo sans grande valeur. Mais, c’était dur à croire cela, surtout dans un tel contexte ; il y avait forcément un rapport.

Carol et America descendirent et, quelqu’un fut là pour les accueillir. Quand les yeux de la jeune femme se posèrent alors sur Diana Prince, venue en personne les réceptionner – sans doute par mesure de sécurité – un sourire éclaira son faciès. « Hey, Diana ! » Répondit America, qui comme d’habitude, avait sa façon de parler et d’agir. Elle s’approcha donc de la femme puis se laissa serrer contre elle, lui rendant bien la pareille en passant ses bras dans son dos. Une accolade amicale qui dura juste le temps nécessaire, après quoi, elles se séparèrent. Ca faisait très plaisir de revoir Diana ; une femme comme elle, une guerrière si vaillante et surtout qui foutait de si beaux pruneaux, c’était presque la perfection incarnée selon America.

Diana accueillit donc les deux superhéroïnes. Carol la remercia, suivit juste après par America qui en fit de même. Et ce qu’elle dit alors était bien vrai ; ce n’était pas parcequ’elles appartenaient à un autre groupe de gens qu’elles devaient être rivales. Au final, leur but était le même, au fond ... Et cela n’empêcha nullement Diana de demander à America de ses nouvelles, si elle castagnait toujours à droite et à gauche mais, surtout, pour demander les raisons de leur présence ici. « J’aimerai mais, depuis que le SHIELD m’a à l’œil, je dois faire attention où vont mes poings. Les petits gens de la Monarchie me manquent car eux, je pouvais les bastonner à volonté ... Enfin. On est là, c’est pour une enquête – très importante – que mène Carol. » Déclara-t-elle, avant de regarder sa partenaire. Avait-elle donc perdu les bonnes manières ? Elle n’avait pas présenté Carol à Diana, même si c’était probable qu’elles avaient déjà entendu parler de l’une comme de l’autre.

« Où ai-je la tête ... Diana, je te présente Carol ! Elle fait partie du SHIELD. Et Carol, je te présente Diana, alias Wonder-Woman comme tu t’en doute ou mieux encore ... » Dit-elle, se glissant furtivement à côté de la princesse Amazone. « L’Ambassadrice de la Paix ! » Déclara-t-elle alors. Les présentations faites, Carol avait maintenant toute la liberté et le loisir d’exposer les raisons de sa venue et celle d’America ici, à la Watchtower.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 254



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Juillet 20, 2017, 10:38:38 »

« Oui, j’en ai un peu entendu parler... Félicitation pour votre statut, Princesse amazone.
 -  Oh, ce titre est gratifiant... Mais je n’y attache pas plus d’importance que ça. Il s’agit avant tout d’une récompense honorifique, ce n’est pas comme si je dirigeais vraiment une ambassade. »

Dans les faits, elle ne disposait même pas d’un bureau. En réalité, si Diana ne se vantait pas beaucoup de ce titre, c’était avant tout parce qu’il avait été fait pour permettre à l’ONU de se rapprocher de la Justice League, et était surtout une manœuvre politique destinée à amener Themiscyra à rejoindre l’ONU. « Ambassadrice de la Paix », ça ne voulait concrètement pas dire grand-chose, si ce n’est que Diana était plus légitime à faire des discours appelant à la tolérance, et à la fin des conflits. Mais les deux femmes n’étaient pas venues jusqu’ici pour entendre parler de ça.

Néanmoins, avant de s’expliquer, Carol laissa Diana les guider dans l’une des salles principales de la Watchtower, un confortable salon avec de grandes baies vitrées... Et où Carol put voir que tous les autres membres de la Ligue étaient là.

Superman, Batman, The Flash, Cyborg, Aquaman, et Green Lantern... Toute la Justice League était au complet. Les plus grands héros que la planète n’ait jamais porté, tous réunis dans une même pièce. Ceux qui avaient vaincu Darkseid, et tant d’autres menaces. Même Carol pouvait sentir son cœur palpiter.

« Nous avons vu votre vaisseau rejoindre la base de Uatu, expliqua alors Cyborg.
 -  Et se poser ensuite près de Washington, compléta Batman. Il n’a pas été trop difficile, ensuite, d’établir les liens manquants. »

Un courant d’air se fit alors sentir, et un éclair apparut à côté des deux femmes.

« Woow ! Sexy, la combi’ ! s’exclama Flash. Sérieusement, les filles, si je peux vous donner un conseil... Participez à une compétition de costumes mouillés, je suis sûr que ça existe ! »

Carol le regarda sans rien dire pendant quelques secondes... Puis sourit.

« Tu es encore plus désespérant que ce qu’on dit sur toi, Flash...
 -  Ah ! Je savais qu’on disait des choses sur moi ! Vous voyez, les gars, je suis célèbre !
 -  Toute célébrité n’est pas bonne à prendre... Mais, pour vous répondre, je recherche effectivement des informations sur un homme... »

Elle leur parla alors du docteur Walter Lawson, mais, encore une fois, la Ligue avait une longueur d’avance.

« Mar-Vell est un membre de l’ancienne Justice League, expliqua Superman.
 -  L’ancienne... ? s’étonna Carol.
 -  Nous n’avons pas toujours été dans une tour spatiale si voyante, fit observer Batman, sans rentrer davantage dans les détails.
 -  Mar-Vell était un ami, qui a participé à bon nombre de conflits spatiaux et galactiques, et qui était tiraillé entre son sens du devoir kree, et l’amour qu’il ressentait pour la Terre... Et pour vous, Capitaine Danvers.
 -  P-Pour moi ?
 -  L’histoire de Mar-Vell est complexe. Ce que vous devez en retenir, c’est qu’il vous aimait, Capitaine Danvers, et que, à votre manière, vous lui avez montré que les Terriens méritaient mieux que de servir de terrains de chasse et de cobayes expérimentaux pour les Krees ou pour les Skrulls.
 -  Quant à Lawson... Le vrai Lawson... Il était un agent double travaillant pour une cellule de l’AIM en Floride, l’Organization, qui comptait s’infiltrer à travers Cap Canaveral pour en dérober des technologies. »

Toutes les informations défilaient à toute allure, et Carol absorbait tout ça. Le vrai Lawson, un traître ?! Pourquoi pas... C’était une raison supplémentaire pour ne plus avoir de sympathie pour lui. Le vrai Lawson avait même été jusqu’à concevoir un robot tueur, le Cyberex. Une histoire qui avait concerné de près la Ligue, car la cellule terroriste avait accusé le nouveau Walter Lawson (donc, Mar-Vell) d’être un traître.

« Alors... Mar-Vell a vraiment travaillé au sein de la Ligue ? s’étonna-t-elle.
 -  Nous avons combattu ensemble, confirma Superman. Nous défendions la Terre contre les menaces venant de l’extérieur. Il a aussi collaboré avec les Avengers, mais sans jamais vraiment se mettre en avant. Ensemble, nous avons affronté de multiples armées et tyrans galactiques.
 -  C’est un homme qui a une très grande réputation au sein du Green Lantern Corps, confirma Hal Jordan. Un exemple d’altruisme et de bravoure...
 -  Il y a quelques années, les Krees et les Skrulls se sont battus sur Terre. Une guerre spatiale... Qui a été soigneusement dissimulée par le S.H.I.E.L.D... C’est là que Mar-Vell a fait le choix de protéger la Terre contre les Krees, son propre peuple, et est devenu un traître à leurs yeux... »
« Dernière édition: Juillet 24, 2017, 07:44:06 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Juillet 24, 2017, 06:53:03 »

La Justice League était une grande inconnue pour America, qui était un peu une petite touriste, au milieu de tout ces superhéros. Si depuis le début elle se montrait confiante, la poitrine bombée et toute sûre d’elle, c’était parcequ’elle n’était qu’avec Carol seulement. Mais là, elle était entourée de plein d’autres personnes ... Déjà que Carol à elle-seule était impressionnante et pouvait faire passer America pour une petite minette, là, c’était assez impressionnant. Après leur petite présentation, Diana les guida vers la salle principale de la station. Il s’agissait plutôt d’un énorme salon futuriste, avec de grande baie vitrée donnant sur le vide sidéral, et offrant une vue imprenable sur la planète bleue. Inutile de dire que les yeux d’America étaient émerveillés ! Mais elle le fut encore plus quand elle se rendit compte que toute la Justice League était là, au grand complet.

Superman, Batman, toute l’équipe ... Et même ceux qu’elle ne connaissait pas encore. Comme ce bonhomme en rouge qui se téléporta à côté d’elles, en un courant d’air. Cependant à ses dires, America devina quelle place il devait occuper dans l’équipe ; celui du boulet. Mais, c’était sympathique et plein de bonne volonté ... Elle se permit de sourire en coin. America ne portait même pas de combinaison moulante en plus ! C’était bien l’une des rares héroïnes sur Terre à porter des vêtements qui ne lui moulait pas vraiment le corps. Là, avec sa tenue orange et bleu, difficile de faire mieux que Carol ou Flash ... Car en matière de moulant il n’était pas vraiment en reste. « Compétition de costumes mouillés ? Wah, t’as l’air de connaitre ton affaire toi ! » Lui répondit-elle avec un sourire jaune, regardant alors son costume rouge et tout moulant.

Puis Carol rappliqua par la suite. Après tout, il fallait bien tenir bon face à ce Flash. Apparemment c’était son nom d’héros, d’ailleurs. Flash. Sans doute par rapport à sa vitesse, pensa America. Puis, les choses sérieuses reprirent. Carol balança ce qu’elle savait sur Lawson, mais, à la surprise générale, il s’avérait que la Justice League en savait davantage ! Mar-Vell était donc un des leurs, autrefois. A tour de rôle, les membres de la Justice League expliquèrent ce qu’ils savaient et surtout, qui était Mar-Vell. Ils expliquèrent aussi qui était son double – ou plutôt la copie originale, celle dont Mar-Vell avait pris l’identité. America resta quelque peu en retrait, prenant le temps de bien assimiler tout ce qui se disait. Mar-Vell avait même bonne réputation auprès des Green Lantern ! America tourna son regard vers l’homme ayant pris la parole à ce moment, le remarquant juste à ce moment.

Un Green Lantern en chair et en os ! Avec tout ce qu’on disait sur leur groupe, ça faisait drôle de voir un de leur membre en vrai. La discussion amena finalement au moment où Mar-Vell avait trahit les siens pour défendre la Terre, ce qui commençait à rejoindre les faits relatés par Uatu. America commençait à saisir plus sérieusement de quoi tout cela en retournait. Il y avait eu une guerre ici, sur Terre, entre deux espèces alien, et le SHIELD avait dissimulé tout ça ... C’étaient leurs méthodes, il n’y avait rien de nouveau là-dedans aux yeux d’America. En revanche, personne ne se souvenait de cette guerre ? Ou alors elle était mal renseignée. Néanmoins, avec tout ce bavardage elle estimait que le point crucial – à son avis – était savamment esquivé. Elle se racla gorge puis prit la parole, contre toute attentes. « Ok, c’est cool mais, loin de moi l’idée de vous couper – surtout pas vous Superman – mais ... Peut-il être encore en vie malgré tout ce qui s’est passé ? Vous avez le moindre indice, un truc qui pourrait confirmer ça ? » Demanda-t-elle alors, venant selon elle, à l’essentiel.

Car si Mar-Vell était encore en vie, alors ça serait la clé à bien des réponses pour Carol. Sans doute.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 254



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Juillet 25, 2017, 08:34:22 »

« La guerre Kree-Skrull avait plusieurs raisons. Il y avait le cas de ces Inhumains, que certains Krees, comme Ronan l’Accusateur, voulaient tourner en armes pour renverser le pouvoir.
 -  Ronan l’Accusateur ? »

Cyborg chargea une image holographique, montrant un homme très musclé, recouvert de vêtements verts, et portant une sorte de masque de fer, avec un long marteau. Curieusement, cette silhouette rappela à Carol celle du Docteur Fatalis. Superman leur expliqua que Ronan était un aristocrate kree, né sur la planète Hala. Un individu brillant, qui avait fait des études de droit, et était devenu le Procureur Général de l’Empire kree, disposant d’un poste à hautes responsabilités. Un extrémiste radical, qui avait voulu renverser le pouvoir kree, l’Intelligence Suprême, l’estimant trop faible pour pouvoir diriger l’Empire kree.

« C’est Ronan qui a envoyé Mar-vell sur Terre, afin de se renseigner sur les Inhumains, et de pouvoir, à terme, utiliser les Inhumains dans sa lutte contre l’Intelligence Suprême. Mais Ronan avait d’autres projets que les Inhumains, et a ordonné à Mar-Vell d’utiliser les ressources technologiques de la Terre pour créer un émetteur omni-ondes, une arme de destruction massive à l’échelle cosmique. Mar-Vell ignorait alors la portée de cette arme...
 -  Quand les Skrulls ont entendu parler de cet émetteur, ils sont venus sur Terre, reprit Cyborg. Mar-Vell s’est retrouvé impliqué à la fois dans un conflit interne, entre les partisans de Ronan et ceux de l’Intelligence Suprême, et dans une guerre entre les Krees et les Skrulls. »

Tandis que le groupe parlait de ce conflit oublié, America en revint au vif du sujet, leur demandant si Mar-Vell était actuellement toujours en vie.

« Nous n’avons plus aucune nouvelle de lui. Après la guerre, Ronan a pris conscience que les Terriens et leur évolution rapide pouvaient, à terme, constituer une menace supplémentaire pour les Krees. Il a donc mené des recherches sur l’évolution humaine pour tenter de l’inverser. Quand Mar-Vell l’a appris, il est allé le confronter...
 -  Dans la Cité Bleue de la Lune, expliqua alors Diana. Uatu vous a dit qu’il y avait, dessous, un important complexe scientifique, n’est-ce pas ? Ronan espérait y trouver les bases de ses recherches, et, de fait, il aurait bien failli réussir à développer un virus régressif pour l’humanité... S’il n’y avait eu Mar-Vell pour le stopper. »

C’est là que les informations de la Justice League se recoupaient avec celles que Carol avait appris, à savoir que Mar-Vlel s’était rendu sur la Luen pour affronter les Krees. Et, au terme de cet affrontement, son sang s’était retrouvé sur des météorites.

« Le plan de Ronan était d’utiliser des astéroïdes pour diffuser un virus dans l’atmosphère. Mar-Vell a réussi à empêcher Ronan d’envoyer la plupart des astéroïdes, mais il y a un lancement qu’il n’a pas pu empêcher à temps... Tout ce qu’il a pu faire, c’est remplacer la cellule de Ronan par la sienne, son virus par son sang... Et il a reconfiguré le lancement pour qu’il touche un émetteur qu’il avait glissé dans ton avion.
 -  Quoi ?!
 -  L’émetteur agissait comme une balise. Quand vous vous êtes envolée dans la stratosphère, l’émetteur a attiré l’astéroïde. Mar-Vell savait que seule vous piloteriez ce vaisseau. Il voulait vous faire don de son pouvoir... Son héritage.
 -  Alors, il est... Mort ? »

Un léger silence s’instaura autour de l’assemblée. Elle recevait encore une fois beaucoup d’informations, mais se laissait le temps de digérer ça plus tard, voulant juste, pour l’heure, avoir confirmation que Mar-Vell était toujours en vie... Puis Superman baissa brièvement la tête, manifestement gêné.

« Nous n’avons pas retrouvé son corps. Nos recherches ont permis de montrer qu’il est reparti vers l’Empire Kree... Il y a des années de cela. Nous avons tenté de mener une mission de sauvetage, mais les Krees surveillent jalousement leur territoire, et, après la guerre avec les Skrulls, sont particulièrement nerveux.
 -  Nous n’avons pas réussi à le recontacter » conclut Batman.

Ils ignoraient donc s’il était mort ou en vie... Mais savaient où il était parti : chez lui.

Chez les Krees.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Juillet 27, 2017, 07:33:38 »

Donc, ils ne savaient pas si oui ou non Mar-Vell était en vie. Ceci déçu quelque peu America qui aurait espérer que la Justice League aurait encore un coup d’avance là-dessus mais, cette fois-ci, non. En revanche ils livrèrent une information très importante ; il était retourné chez lui, chez les Krees ! Bonne ou mauvaise nouvelle, cela restait à déterminer. Car s’étant retrouvé au milieu de deux conflits à la fois, ce n’était pas sûr qu’il fut bien accueilli. Et, vu que cela datait de plusieurs années, on pouvait tout envisager. Si cela se trouvait il était encore en vie en revenant à l’empire Kree mais, au cours de ces quelques années, il aurait très bien pu mourir. Une hypothèse très peu probable, il fallait l’admettre, mais tout était possible après tout.

Carol se remettait de tout ce flux d’information, et ça ne devait pas être évident pour elle. Il était clair que l’enjeux était de taille, autant dans l’optique de retrouver son passé et les pièces manquantes du puzzle, autant pour des raisons plus émotionnelles ... Mar-Vell et elle étaient proches. Mais à présent elles savaient qu’il était reparti chez lui, et il ne restait plus qu’à espérer qu’il y soit resté pendant toutes ces années ! C’était cool de voyager de la Lune vers la Terre puis vers la Watchtower mais, il fallait bien qu’un moment elles tombent sur la bonne destination. America écouta le reste de la conversation jusqu’au moment où Superman conclut.

Elle décroisa ses bras puis, s’exprima à nouveau. « Nerveux ou pas, ils vont devoir nous laisser entrer ! Pas question d’arrêter maintenant. » Déclara-t-elle. « Et s’ils ne veulent pas, on passera par l’issue de secours ! » Ajouta-t-elle, se retournant vers Carol. America ne savait pas si cela figurait sur son dossier au SHIELD mais, elle avait un pouvoir bien pratique ; celui de créer des portails au travers le Multivers. Cela lui permettait normalement de voyager de dimension en dimension mais, aussi, de pouvoir se déplacer ailleurs dans l’univers, avec quelques limites bien entendu. Regardant Carol, elle s’approcha d’elle. « Enfin, c’est toi qui décide bien sur ... Tu serai prête à t’aventurer chez les Krees ? » Lui demanda-t-elle, pour être sûre.

Si Carol était réellement sûre d’elle et de son coup, alors America allait lui servir de taxi avec grand plaisir ! C’était toujours quelque peu excitant pour elle d’utiliser ses pouvoirs, en particulier celui-ci. America regarda l’assemblée, afin de voir si eux aussi, avaient quelque chose à dire en plus.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 254



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Juillet 28, 2017, 09:31:06 »

Aller chez les Krees... C’était.. Si soudain ! Quand America lui proposa si elle ovulait y aller, Carol la regarda pendant quelques secondes, avant de répondre rapidement :

« Euh... À la base, je voulais juste me renseigner sur ce qui m’est arrivée, je ne pensais pas partir à l’autre bout de la Galaxie... »

Mais avait-elle une autre solution ? Allait-elle vraiment s’arrêter maintenant ? Maintenant qu’elle avait une piste sérieuse, elle sentait, jusque dans son for intérieur, qu’elle devait se rendre là-bas, au sein de l’Empire kree, et retrouver Mar-Vell. Elle devait comprendre ce qui lui était arrivé, pourquoi son corps avait évolué, et, surtout, comprendre ce qui était arrivé à Mar-Vell. Elle n’aurait su dire pourquoi, mais elle se sentait encore extrêmement proche de lui. Les Avengers, la Justice League Of America... Mar-Vell avait participé à bien des organisations, et, à en voir les images de la Justice League, avait participé à bien des batailles héroïques.

Pour autant, l’Empire kree restait un endroit dangereux. C’était un Empire technologiquement très avancé, un Empire spatial vaste, l’un des plus puissants de la galaxie, mais qui avait perdu en influence récemment. En réalité, l’Empire kree commençait, petit à petit, à sombrer dans la décadence, un peu comme l’Empire romain à son époque.

« Les Krees n’aiment pas beaucoup les Terriens. En fait... J’ai cru comprendre qu’ils vous considéraient comme leurs serfs. Ils n’ont pas apprécié que vous preniez votre indépendance. »

Difficile de dire s’ils étaient des alliés ou des ennemis, mais ils avaient en réalité déjà fait quelques coups bas envers les humains. Carol entendit ainsi parler de la Maximum Security, un épisode tendu entre les relations terriennes et les autres races de la galaxie. Prenant peur de l’évolution des humains, ces races avaient décidé de faire de la Terre une prison cosmique de haute sécurité, et y avaient envoyé tous leurs pires criminels. Une décision qui avait été approuvée par les Krees, qui en avaient profité pour nommer Ronan l’Accusateur garde-chiourme de la prison Terre... Et en avaient profité pour balancer sur Terre Ego, sous une forme embryonnaire.

En réalité, la volonté du Conseil Intergalactique, par ce biais, était de limiter et de ralentir considérablement l’évolution des humains, humains qui, en quelques siècles, avaient fait ce que les autres espèces évoluées avaient  mis en plusieurs millénaires.

« Les Skrulls étaient les principaux investigateurs de cette mesure, mais les Krees les ont soutenu. L’Intelligence Suprême qui gouverne l’Empire kree est amorale. Elle ne raisonne que sur la logique, en visant à la préservation de son propre peuple. Pour elle, votre peuple est une menace.
 -  Ne vous attendez pas à un voyage de santé, résuma le Chevalier Noir. L’Intelligence Suprême a très peur des humains, non seulement pour les raisons évoquées par Superman, mais aussi parce que la Terre attire une force cosmique qui a bien failli détruire l’Empire kree...
 -  Le Phénix. »

Carol avait entendu parler du Phénix, une force cosmique surpuissante, qui était, d’une manière très étrange, étroitement liée aux mutants. Les Krees avaient perdu plusieurs planètes et des flottes entières dans le passé, en tentant de vaincre le Phénix. Et, outre cela, les Krees avaient beaucoup perdu suite à leurs affrontements avec les Skrulls, et surtout lors de la Annihilation War. Une guerre cosmique qui avait vu les grandes forces de la Galaxie se regrouper pour faire force à des hordes immenses menées par Annihilus, un conquérant cosmique, et venant d’une autre dimension. Bien que les Skrulls aient été les plus touchés par les hordes infinies d’Annihilus, les Krees avaient perdu énormément de troupes.

« En réalité, du peu que nous en savons, la situation politique est très instable. L’autorité de l’Intelligence Suprême est énormément contestée par Ronan et les siens. Ce voyage risque d’être dérangé. J’aimerais bien vous accompagner, mais... Ma seule présence ne ferait qu’envenimer les choses. »

Miss Marvel hocha lentement la tête.

« Tu es vraiment sûre de vouloir m’accompagner, America ? Je ne veux pas te mettre en danger, tu sais... Et puis, de toute manière, il faut que j’en parle à mes supérieurs. Je ne vais pas me lancer dans un tel voyage sans une autorisation. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Juillet 30, 2017, 01:01:32 »

Aller chez les Krees n’allait pas être une partie de plaisir. Aux dires de Superman et Batman, la situation politique là-bas était très tendue, ne facilitant pas une mission d’infiltration. Pourtant il fallait bien y aller, car si Mar-Vell était encore en vie, ça serait bien là-bas. S’il y avait une petite chance, un mince espoir que tout ceci réussisse, alors il fallait tout tenter. C’était comme ça que raisonnait America, en tout cas. Carol ne semblait pas vraiment sûre, et malgré tout, c’était compréhensible. Oui à la base elle n’était pas partie pour se rendre chez les Krees. Mais, ça faisait partie du métier, ce genre d’imprévus, non ? Quand elle déclara qu’elle devait en parler à ses supérieurs, America fit une légère moue. Carol se soumettait bien trop à la hiérarchie à son goût, surtout pour une affaire qui devait être personnelle, à la base.

Quant au fait que si America désirait la suivre ou non, la réponse était déjà toute trouvée. « Je suis une grande fille, Carol ! Le danger ça fait partie du métier, alors c’est pas ça qui va me freiner. » Dit-elle, confirmant donc son soutien envers Carol. Elle ne l’abandonnera pas en route, elle pouvait en être sûre et certaine. Il était certes dangereux de s’aventurer chez les Krees, surtout avec un climat politique pareil, mais, que pouvait-on y faire ? Ni Superman ni aucun autre membre de la Justice League n’allait pouvoir les accompagner, d’ailleurs. Cela laissait donc Carol et America bien seules pour cette mission. Néanmoins, à deux, elles allaient tout défoncer, pour rester dans des termes qu’aurait bien dit la jeune femme. C’est vrai ; après tout, elles formaient potentiellement un duo de choc ! Il ne restait qu’à voir ce qu’elles donnaient en combat, en équipe.

Mais de ça, America était confiante. Plusieurs minutes s’égrainèrent alors que plusieurs détails furent mis au point, laissant la jeune héroïne bien silencieuse. En vérité, elle songeait à quelque chose qui n’avait que peu de rapport avec la situation courante. C’était peut-être la dernière fois qu’elle voyait Diana, qu’elle avait l’occasion de lui parler. Et elle se souvenait bien que lors de leur dernière rencontre, elle n’avait malheureusement pas pu lui dire au revoir correctement. Cela lui était resté sur le cœur, au fond, et elle comptait remédier au problème maintenant que Diana était là. Elle attendit sagement que les discussions se terminèrent pour frapper fort dans ses mains, avant de prendre la parole. « Bien, messieurs ... À présent que tout semble plus ou moins prêts, et en attendant que Carol se débrouille avec ses chefs, j’aurai une petite faveur à vous demander. » Dit-elle, l’air de rien. « Ok je ne devrai pas vous demander ça mais ... Est-ce que Diana et moi pouvons rester seules, un moment, s’il vous plait ? » Demanda-t-elle, sachant pertinemment que sa demande pouvait paraitre bizarre et soudaine.

Mais, il s’agissait d’America ! Elle parlait franchement, sans grand détour, tout en tâchant de rester un minimum polit. Elle leur fit un grand sourire pour accompagner sa demande, peut-être que cela passerait mieux ainsi ? Quoiqu’il en soit, quand la salle de réunion fut vide, America accourra près de la porte et s’assura qu’elle soit verrouillée. Puis, elle se retourna vers Diana, qui devait surement se demander à quel jeu elle était en train de jouer. « J’aurai dû te prévenir Diana mais, en fait, ça m’est venu sur le coup. Désolée. » Dit-elle en premier lieu, s’approchant d’elle. L’amazone pourrait remarquer que les joues d’America avaient rougies, alors qu’elle était maintenant en face d’elle. America saisit ses poignets et leva son regard dans le sien. « C’est peut-être la dernière fois qu’on se voit, et je me rends compte que j’ai pas eu le temps de te dire au revoir, la dernière fois. Alors ... Je corrige le tir aujourd’hui. J’espère que t’apprécieras ... Sinon, je comprendrai. » Déclara-t-elle, faisant un doux sourire à la femme. Puis, America s’avança et vint déposer un petit baiser sur ses lèvres, furtif, rapide, afin de tester Diana, voir si elle était d’humeur à cela, ou non.

Oui, America avait fait vider la salle rien que pour ça ... Rien que pour être en toute intimité avec une femme qu’elle appréciait grandement.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 254



Voir le profil
Fiche
« Répondre #26 le: Juillet 30, 2017, 07:16:46 »

« Bizarrement… Je m’attendais à ce que tu dises ça, America. Et je t’en remercie. »

Même si cela embêtait toujours Carol, c’était la décision d’America, et ce n’était pas Carol qui allait revenir dessus. En définitive, elle allait laisser le soin à Coulson d’en décider, mais il s’agissait plus de faire son rapport qu’autre chose. America était libre de ses gestes. Et puis, il fallait qu’elle donne ces nouveaux éléments au S.H.I.E.L.D., et que l’enquête reprenne. Certes, il y avait toute l’histoire liée aux Krees et à Mar-Vell, mais, au-delà de ça, il y avait le volet terrien. Quelqu’un avait dissimulé l’incident, quelqu’un lui avait dissimulé ses pouvoirs. Il n’y avait donc pas que les Krees et Ronan en cause, et, rien que pour ça, elle avait besoin du S.H.I.E.L.D., afin de découvrir ce que le HAMMER avait fait, et pourquoi l’organisation avait délibérément effacé toutes les traces de l’accident.

America demanda alors à être seule avec Diana. Si la demande les surprit, Superman finit par hausser les épaules.

« Comme vous voulez.
 -  Je vais en profiter pour vous guider auprès de la salle de communications, Miss Marvel, glissa Cyborg.
 -  Très bien. Merci à vous, en tout cas. Et… On se retrouve tout à l’heure, America. »

Vu qu’elles avaient combattu ensemble, America voulait sûrement parler à Diana de ce qui s’était passé. La Princesse amazone n’était guère surprise, en réalité. Elle avait impressionné America. Ensemble, elles avaient affronté de multiples ennemis, dans des dédales montagneux, remonté toute une filière, affronté des monstres, et avaient fini par assiéger un lourd camp fortifié dans les montagnes, près de ruines antiques abritant des monstres et les prisonniers de la Monarchie. Une aventure véritablement épique, en réalité.

Le groupe partit donc, et America verrouilla ensuite la porte. Elle se retourna ensuite, faisant face à Diana, qui s’était adossée sur la table de réunion. L’Amazone portait aujourd’hui habituelle tenue rouge et bleue, avec un corset en armure, et une belle culotte étoilée. Un ensemble particulièrement sexy, qui avait défrayé la chronique à l’époque, quand Wonder Woman, qui était alors la mère de Diana, s’était présentée ainsi.

America lui avoua ensuite que, la dernière fois, elles s’étaient séparées très rapidement.

« Oui… Il fallait soigner tous ces prisonniers, on devait agir vite… »

La jeune femme n’avait pas eu le temps de la remercier. En réalité, les deux femmes, pendant leur séjour, s’étaient rayyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy pprochées, en ce sens qu’America lui avait parlé de l’Utopian Parallel, et elle de Themiscyra. Et, entre les deux, il était évident que les deux puissances se ressemblaient étroitement. America lui avait même expliqué que les femmes de l’Utopian Parallel étaient naturellement hermaphrodites, et qu’elle ne comprenait pas en quoi cela était choquant pour les habitants de cette dimension.

En tout cas, America fit comprendre ses intentions en embrassant brièvement Diana. Cette dernière sourit alors, et pencha la tête sur le côté.

« Tu as congédié les plus grands héros de la planète… Juste pour ça ? » sourit-elle.

Autant dire qu’America avait bien du cran ! Diana aurait pu s’en offusquer, bien sûr, mais, en réalité, le toupet de cette jeune femme lui plaisait autant que le goût délicieux de ses lèvres. Elle caressa ses épaules, et répondit alors à son baiser.

« Mais tu as raison, je ne suis pas non plus ravie de la manière dont nous nous sommes quittées… »

Diana sourit une nouvelle fois, et caressa le ventre d’America avec sa main, glissant sur son nombril, se rapprochant doucement de son sexe. Une lueur amusée brûlait dans les yeux de l’Amazone, qui vint multiplier les propositions indécentes :

« Surtout que je reste toujours fascinée de voir le potentiel des femmes de l’Utopian Parallel… Tu n’as pas tari d’éloges sur elles, après tout… »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #27 le: Août 01, 2017, 03:11:55 »

Il était vrai que durant leur rencontre, à certains moments, elles eurent beaucoup échangé sur leur nation respective. Themyscira et l’Utopian Parallel. Deux univers, deux peuples. Pourtant un point commun les rapprochait ; ils étaient tous les deux constitués exclusivement de femmes. Même si la nation de Diana avait connu un bien funeste sort, cela n’empêcha pas America de se sentir, pour le coup, un peu plus proche de l’amazone. Ce point commun fut très déterminant dans leur relation et contribua notamment à faire d’elles des amies, au bout de leur périlleuse aventure. Quand elles parlèrent des gens de leur peuple, l’une comme l’autre n’avait pas tari d’éloge. En particulier America qui avait bien finit par aborder la question de l’anatomie, et en toute logique des choses, sur les méthodes de reproductions au sein d’un peuple exclusivement féminin.

Sa réponse fut que chez elle, à l’Utopian Parallel, toutes les femmes étaient hermaphrodites. Toutes les femmes pouvaient donner naissance mais aussi, la provoquer. De cette façon, la notion même de genre était très superflue là-bas, puisqu’il n’y avait toujours eu qu’un seul et même genre, mettant tout le monde à pied d’égalité. America avait toujours trouvé cela normal et formidable, et ce ne fut qu’en voyageant dans d’autres mondes qu’elle s’était aperçut qu’aux yeux du reste du monde, ça pouvait paraitre étrange. Même si elle ne comprenait sincèrement pas pourquoi ça choquait les gens d’entendre parler d’un peuple purement hermaphrodite. Cela ayant été dit, et pour en revenir au présent, America fut bien contente de voir que Diana était partante pour sa petite idée d’au revoir.

La jeune femme l’avait embrassé, puis avait fièrement hoché de la tête quand Diana lui avait demandé si réellement, elle venait de congédier tous ces superhéros juste pour ça. L’amazone sembla néanmoins sur la même longueur d’onde, et posant doucement sa main sur son ventre, glissant lentement vers son intimité, elle déclara être fascinée de voir le potentiel des personnes venant de l’Utopian Parallel. « C’est vrai, c’est vrai. J’ai pas arrêté de dire que nous sommes très spéciales, sans jamais t’en avoir donné la preuve. Mais, ça sera également une bonne occasion de voir ce que les amazones de Themiscyra ont dans le ventre ... » Répondit-elle, elle aussi curieuse. America ondulait doucement son ventre pour répondre aux caresses de Diana, et se mordilla la lèvre quand la princesse amazone commença à faufiler sa main plus en bas. Lentement mais surement elle s’approchait de son sexe, du centre d’où partout toutes ces furieuses sensations qui commencèrent à envahir America.

La jeune femme sourit à Diana, puis posa ses mains sur ses douces joues, avant de rapprocher sa tête pour l’embrasser de nouveau. Mais cette fois-ci ce n’était pas furtif. Cette fois-ci, America y mettait tout son cœur, plongeant langoureusement sa langue à la recherche de celle de Diana. Ses lèvres cajolèrent tout tendrement les siennes, profitant de leur douceur et leur goût, tout en offrant le sien. Puis, petit à petit, alors le désir montait graduellement, America finit pousser Diana par les épaules, suffisamment pour qu’elle finisse le dos couché contre la table de réunion. Elle bondit puis se plaça à califourchon, offrant ainsi une vue imprenable à son amante. « Par quoi désires-tu commencer Diana ... On y va en douceur ou bien, je te montre direct de quoi une Utopian est capable ? » Dit-elle avec un sourire provocateur, laissant clairement sous-entendre que la seconde option allait inclure un membre bien dur et rigide ! America étant originaire de l’Utopian Parallel, elle était donc hermaphrodite également.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 254



Voir le profil
Fiche
« Répondre #28 le: Août 06, 2017, 03:04:00 »

Après ce premier baiser, la messe était dite. Diana était-elle opposée à se rapprocher plus intimement d’America ? Sûrement pas ! Elle n’avait jamais été aussi sage que ce que les gens pouvaient penser d’elle, et son séjour à Terra n’avait pas changé grand-chose à cela. L’Utopian Parallel, dont elle n’avait jamais entendu parler avant de croiser America, n’avait pas manqué de l’intéresser. Une dimension parallèle unisexe ne pouvait, somme toute, être composée que de « femmes », puisque c’était le sexe féminin qui portait la vie. Pour America, tomber sur la binarité sexuelle n’avait donc pas dû manquer de la surprendre. Et, au-delà de l’amusement, Diana estimait que l’existence de cette dimension parallèle soulevait beaucoup de questions sur les sexes, et sur l’évolution de la race humaine. Mais, au-delà de ces questions fondamentales, c’était pour l’heure une autre question fondamentale qui avait amené America à s’enfermer avec elle.

La jeune femme posa ses mains sur les épaules de Diana, et renversa l’Amazone, qui se retrouva couchée sur le dos, allongée sur la table de la salle de réunion. Un léger soupir s’échappa de ses lèvres, tandis que ses battements cardiaques s’amplifièrent, s’accélérant en voyant la belle femme à la peau sombre se mettre à califourchon sur elle. America avait beau être une femme, elle avait une silhouette qui était à la fois fine et charpentée. Diana avait déjà eu l’occasion, lors de leur bataille sur Terra, de voir ses abdominaux, et de constater la présence de solides muscles... Soit un argument supplémentaire pour la belle Diana, qui posa ses mains sur les hanches d’America, les caressant, sentant, sous la tenue, sa belle peau, tendre, qui n’attendait qu’à ce qu’on la caresse.

America lui fit alors une proposition une des plus indécentes entre, soit la manière douce, soit la manière forte. Diana, toujours amusée, répondit en deux temps. Au début, elle déplaça ses mains, et les posa sur les fesses de la femme, les malaxant, et appuya fermement dessus, forçant ainsi America à se rapprocher d’elle, et remonta alors sa main, la posant sur ses cheveux. America était courbée vers elle, leurs seins se caressant, ce qui permit à Diana d’approcher ses lèvres des siennes.

« Hmm... Laisse-moi y réfléchir comme il se doit... »

Elle l’embrassa alors, pendant quelques instants, plus fougueusement que tout à l’heure, car sa langue alla se glisser dans la bouche de la femme, remuant avec celle de la jeune femme. Une main sur ses cheveux, l’autre continuait à masser ses belles fesses, ce solide cul musclé qui allait à ravir à la femme. Diana se pressa contre elle pendant de longues secondes, avant de rompre finalement le baiser, et sourit alors :

« Ça me semble évident, non ? Baise-moi... À la manière d’ujne Utopian. Vu ton caractère, je te vois mal y aller doucement, non ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 43


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #29 le: Août 06, 2017, 07:43:04 »

Qui l’eut cru qu’en venant sur la Watchtower, cela finirait en d’heureuses retrouvailles avec Diana ? Certainement pas America qui, comme elle l’avait si bien dit, avait fait cela sous le coup d’une inspiration subite. Elle n’avait pas prévu de faire l’amour à son ancienne camarade en venant ici mais, maintenant qu’elle y était, c’était une belle façon de lui dire au revoir ! Ou tout du moins de se rattraper pour la dernière fois. Elle était donc à califourchon sur le corps de l’amazone, qui était allongée sur la table de réunion. L’Utopian finit par se coucher contre elle, apposant son buste contre le sien. Leur poitrine respective se lovèrent entre elle alors que Diana, en un geste fougueux, vint chercher un nouveau baiser auprès de son amante.

Mais America sentit bien vite que ce baiser était bien plus appuyé et vorace que le premier, retranscrivant à la perfection la tension sexuelle régnante entre les deux femmes. Elle y participa activement, jouant copieusement avec les délicieuses lèvres et langue de son amante. America s’offrit à elle et sentit un certain plaisir l’envahir quand Diana se mit à caresser ses hanches et son solide fessier ! Il était vrai qu’elle avait un corps alliant la finesse d’une belle femme, et la solidité d’une guerrière. Quand elle était réellement en activité, on pouvait voir le relief de sa fine musculature apparaitre sur ses abdominaux ou encore sur ses bras. America alliait ces deux aspects, et visiblement, pour le grand plaisir de Diana.

Mais la princesse amazone finit par rompre le baiser, et indiqua alors désirer qu’on lui fasse l’amour à la manière d’une Utopian. Un sourire amusé orna les lèvres d’America, qui comprit bien entendu ce que cela voulait dire. « Disons qu’il y a un début, une apogée et une fin à tout, Diana ! Même chez nous, on commence en douceur afin de se préparer. » Dit-elle, expliquant alors simplement qu’il fallait un minimum de préliminaires. Mais, même durant ceux-ci, elle ne comptait pas faire les choses à moitié ou être passive ! Ô que non, America ne mangeait pas de ce pain. L’Utopian se redressa puis, apposant bien son fessier contre l’entrejambe de Diana, elle glissa ses mains vers le buste de Diana, piégé dans son corset. Mais elle préféra d’abord offrir un beau spectacle à Diana avant de s’occuper à proprement parlé d’elle.

Pour se faire, America posa ses mains sur son propre haut – son espèce de hoodie orange et bleu marin – puis tira dessus. Elle le retira purement et simplement en le jetant avec hâte, le plus loin possible, révélant au passage qu’il ne s’agissait pas d’une seule pièce comme on pouvait l’imaginer. Elle resta simplement en soutien-gorge, et avec la partie basse de son attirail, sans la ceinture. America eut un petit rictus malicieux aux lèvres, puis vivement, saisit Diana par les mains et l’attira à elle, afin de la faire se redresser. Son visage arriva pile poil au niveau de sa poitrine ! Pendant que Diana aurait toute la liberté et le loisir de goûter à cette belle poitrine, America n’allait pas chômer ; ses mains passèrent dans son dos, et elle commença ainsi à dégrafer son corset ... Tout en prenant son temps. Car après tout, elle ne désirait pas voir le visage de Diana se décoller de sa poitrine de sitôt !
Journalisée


Tags:
Pages: 1 [2] 3 4 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox