banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: The Mar-Vell's Legacy [America Chavez]  (Lu 1227 fois)
Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juillet 09, 2017, 06:59:28 »


La Lune est le satellite naturel de la Terre, un satellite qui a toujours fasciné les êtres humains. Au 20ème siècle, beaucoup de gens étaient sûrs qu’il y avait, sur la Lune, des cités lunaires, un peuple qui y vivait. On se rappelait encore des romans de Jules Verne décrivant la fascination des humains de l’époque pour cet astre lunaire. Finalement, la Lune s’était avérée être un corps stellaire dénué d’oxygène, et sans la moindre trace de vie… Ou presque. Car il existait bien, sur la Lune, une zone particulière, non-naturelle, très particulière : la « Zone Bleue ».

Invisible depuis l’extérieur, la Zone Bleue se trouvait sur la partie non visible de la Lune, dans un grand cratère. Quand Neil Armstrong et son équipage s’étaient posés sur la Lune, ils avaient découvert cette zone. Elle était classée confidentielle, et les rapports de l’équipe d’Armstrong sur le cratère avaient été classifiés par le S.H.I.E.L.D. La Zone Bleue restait une grande inconnue aux yeux du public, faisant toutefois l’objet de multiples fantasmes. Cette zone particulière était un dôme, un dôme où il y avait de l’air, et une atmosphère permettant d’y respirer.

La Zone Bleue abritait les ruines d’une très ancienne cité, la Ville Bleue. Cette grande ville ravagée avait été examinée par les scientifiques et les agents du S.H.I.E.L.D. Elle datait d’une époque extrêmement lointaine, et impliquait deux grandes races extraterrestres bien connues des agents du S.H.I.E.L.D. : les Krees et les Skrulls. Les premiers étaient des êtres bipèdes à peau bleue à la tête, actuellement, d’un grand Empire galactique, qui était régulièrement en conflit avec la Terre, par sa manie à agir sur le sol terrien sans aucune autorisation. Jadis, les Krees de la Ville Bleue avaient mené des expérimentations sur différents humains, à l’époque de la Préhistoire. Ils leur avaient implanté des cellules krees, et avaient fait d’eux les ancêtres des Inhumains.

Mais, à l’origine, la Zone Bleue avait été fondée par les Skrulls. Ces derniers étaient des extraterrestres hostiles, à la peau verte, dotés d’une technologie très avancée, et capables, surtout, de modifier leur patrimoine génétique. Ils avaient notamment utilisé leur technologie pour créer des clones des super-héros, ou pour s’approprier leurs pouvoirs, créant ainsi des super-Skrulls, des Skrulls dotés de pouvoirs surhumains qu’ils manipulaient avec plus ou moins de succès. Les Skrulls étaient venus sur la planète natale des Krees, et avaient vu que ces derniers partageaient leur monde avec une autre race, les Cotatis. Des plantes intelligentes. Les Skrulls avaient proposé aux deux races une compétition technologique, le gagnant bénéficiant de l’aide des Skrulls.

Plusieurs colons des deux espèces s’étaient rendues sur la Lune, afin de créer chacun une cité très avancée. Les Skrulls avaient créé la Zone Bleue, et les Krees avaient conçu la Cité Bleue, pendant que les Cotatis avaient créé un impressionnant complexe souterrain, avec un écosystème très développé. Impressionné de voir ce système sur un corps stellaire n’abritant aucune forme de vie, les Skrulls avaient félicité les Cotatis. Furieux, les colons krees s’étaient retournés contre les Cotatis et les Skrulls, déclenchant une guerre interne qui avait ravagé la Zone Bleue.

« Voilà pour t’expliquer le contexte, America. »

Les deux femmes survolaient la Zone Bleue dans un vaisseau spatial fourni par le SWORD, une navette dont la forme ressemblait au fameux Quinjet du SHIELD, mais adapté pour circuler dans l’espace. C’était la première véritable mission de la jeune America Chavez au sein du SHIELD, et, pour son baptême du feu, Coulson avait autorisé la demande de Carol, consistant à se rendre sur la Lune.

« Mais il n’y a pas que la Cité Bleue ici… On trouvera peut-être des réponses dedans, mais, ce qui m’intéresse, c’est cette structure, là-bas. »

Sur le bord du cratère lunaire dans lequel la Cité Bleue avait été construite, il y avait une sorte de citadelle futuriste, avec de la lumière, et une plateforme d’atterrissage.

« C’est la citadelle de Uatu. »

Uatu était le représentant d’une autre race extraterrestre, les Watchers. Une race qui faisait partie de l’une des races les plus évoluées de l’Univers, mais qui se refusait à intervenir dans le développement des autres espèces. Les Watchers observaient l’évolution de certaines espèces jugées cruciales pour le sort de l’Univers… Ce qui incluait la Terre.

« Si quelqu’un a pu voir et enregistrer ce qui m’est arrivé, c’est bien Uatu… Mais Uatu est par principe neutre. »

En théorie, du moins… En pratique, Uatu avait souvent agi contre les ordres de sa race, en aidant discrètement les humains. Si Carol et America venaient le voir, c’était pour résoudre le grand mystère entourant la vie de Carol.

Cette dernière était originairement une pilote de l’armée américaine, et avait entrepris de tester un avion expérimental en volant à très haute altitude. Hélas, il y avait eu une chute d’astéroïdes qui avait endommagé l’avion, ce que l’armée avait toujours nié. Les astéroïdes avaient disparu, l’avion s’était crashée, et, pour d’étranges raisons, Carol avait réussi à survivre. Elle s’était réveillée dans un hôpital militaire, et l’armée l’avait accusé d’une erreur de pilotage. D’où lui venaient ses pouvoirs ? Elle n’en savait malheureusement rien. C’était pour ça qu’elle était venue ici, afin de comprendre ce qui avait bien pu se passer.

« Pas trop intimidée, America ? » lui demanda-t-elle finalement tout en se posant sur la plateforme.

Uatu ne viendrait pas les accueillir, mais le Watcher savait déjà qu’ils étaient là.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 39


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juillet 09, 2017, 10:36:38 »


Cela faisait à présent un très long bout de temps qu’America vagabondait ci et là, à la recherche d’aventures. Elle avait quitté sa dimension dans l’espoir de devenir une superhéroïne, d’appartenir à ce petit groupe de gens très spéciaux. La jeune femme en avait vécu, des péripéties, depuis. Elle avait croisé des gens extraordinaires, et des gens moins extraordinaires. Sa route l’avait mené à croiser celle de plusieurs personnes, et organisation, dont le SHIELD. Oui, le SHIELD ; cette nébuleuse structure Terrienne qui était là pour protéger les habitants de leur planète des menaces d’ordres méta humaines. America avait découvert tout cela dès la première fois qu’elle avait mis les pieds ici, à vrai dire. Le SHIELD l’avait rapidement remarqué et mis la main dessus. Bien heureusement cela ne fut pas spécialement hostile mais, depuis lors, elle fut ... Sous surveillance. Ou plus précisément, on la fit coopérer avec l’agence, devenant ainsi une de leur rookie, sans pour autant être une agente !

America était un électron libre qui n’appartenait à personne, encore moins à un groupe qui, si ses buts étaient louables, ses méthodes l’étaient moins. Néanmoins cela lui avait permis de connaitre pas mal de monde, dont une femme se faisant appeler Carol Danvers. Une méta-humaine disposant de pouvoirs assez impressionnants, il fallait se l’avouer. America et elle durent, au travers le SHIELD, parfois coopérer ensemble pour mener une mission à bien. Et, en ce jour, c’était exactement ce qui se passait. Sauf que le contexte était légèrement différent. En effet, quand le SHIELD avait informé la jeune femme qu’elle allait devoir accompagner Carol dans une expédition pour la lune, cela n’avait pu que l’emballer ! Oui, on pouvait être une voyageuse inter dimensionnelle et trouver la lune toujours aussi fascinante !

De ce qu’on lui avait dit, Carol devait partir sur la lune pour se rendre dans une zone bien spéciale, qu’on nommait la Zone Bleue. Carol avait besoin de réponses sur elle-même, sur ses pouvoirs, et l’idée d’aller voir Uatu – une sorte d’alien surveillant la Terre, selon les mots d’America – pour tenter de soutirer des informations. Tout ceci résultat donc en sa présence à bord de ce Quinjet amélioré pour le vol spatial, assise sur le siège à côté de celui de Carol, qui pilotait. Etant une pilote militaire de carrière, on pouvait lui faire confiance pour ce genre de tâche. Il y avait eu un silence en cabine pendant un petit moment, avant que la pilote finisse par raconter l’histoire de la Zone Bleue, afin qu’America saisisse mieux le contexte de cette opération. Puis, finalement, elles arrivèrent à destination et se posèrent sur une plateforme, appartenant à la citadelle de Uatu.

Carol, coupant les moteurs, demanda même à sa comparse si elle n’était pas trop intimidée. Ce à quoi l’intéressée eut un petit rictus, avant de se lever pour se diriger vers l’arrière du Quinjet. « Eh bien, fouler un nouveau sol ça impressionne toujours ! Mais, ils auraient pu faire un effort sur la déco quand même. » Répliqua-t-elle, regardant par le hublot. Elle croisa les bras puis regarda sa partenaire, surtout sa tenue, avant de lever son regard vers le sien. « T’auras pas froid comme ça ? Je crois qu’en fait c’est ton costume qui m’impressionne le plus. » Dit-elle, avant de marquer un silence. Puis un sourire taquin vint illuminer son faciès. « Ca va, je plaisante ! Bon, si j’ai bien compris t’es venue chercher des réponses sur ce qui t’es arrivée ? Et si j’ai toujours bien compris, Uatu est neutre et risque de pas cracher le morceau ... On fait quoi si ça arrive, du coup ? » Déclara-t-elle, désirant savoir si Carol avait un plan de secours au cas où !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juillet 10, 2017, 07:21:57 »

Le Quinjet se posa sans aucune difficulté. Elles traversèrent le dôme pour se poser, et America commenta son étonnement quant à sa tenue. Carol la regarda pendant quelques secondes sans rien dire, puis esquissa un léger sourire. America n’appartenait pas au S.H.I.E.L.D., ni encore aux Avengers. Elle était une sorte d’héroïne au statut neutre, et cette mission avait aussi pour but de voir ce que, à terme, elle ferait. Il n’y avait aucune obligation de rejoindre un groupe quelconque, mais c’était toujours préférable. Le S.H.I.E.L.D. serait plus rassuré si America décidait de rejoindre les Avengers, par exemple, mais il était hors-de-question de la forcer. Carol, elle, se redressa, s’extirpant de son fauteuil, et se dirigea vers la sortie.

« Eh bien, je t’enverrai l’adresse de mon tailleur, dans ce cas. »

Il fallait bien admettre que son costume était assez ouvert au niveau des cuisses et des jambes. Il y avait des choix esthétiques, mais aussi purement pratiques. Carol se déplaçait plus librement ainsi, et avait rejeté l’idée d’une mini-jupe, estimant que ça faisait un peu trop lycéenne. Alors, à défaut, elle se contentait de ça. La réaction d’America était sans doute assez déplacée, mais elle savait que la jeune femme à la peau sombre n’avait pas sa langue dans sa poche. America enchaîna donc sur le sujet de leur mission, et Carol soupira.

« On se débrouille pour que ça n’arrive pas. »

C’était une façon détournée de dire que, en cas de refus de la part de Uatu, Carol n’avait tout simplement aucune autre piste. Elle avait déjà épluché tous les rapports, et avait utilisé son statut au sein du S.H.I.E.L.D. pour mener une enquête. Il était désormais acquis qu’il lui était arrivé quelque chose. Les données du rapport la concernant avaient été falsifiées, tout comme l’expertise de son avion. De même pour les débris de l’appareil, qui avaient également disparu. Quand Carol avait connu son accident, le S.H.I.E.L.D. était passé entre les mains de Norman Osborn, et le HAMMER était intervenu pour récupérer les débris de l’avion. Malheureusement, les débris avaient disparu. Le rapport disait qu’ils avaient été transférés sur un site confidentiel, mais, quand Carol s’y était rendue, elle n’avait rien retrouvé. Il y avait donc des éléments qui lui échappaient, et de même pour la période suivant sa convalescence. Elle était tombée dans le coma pendant plusieurs semaines, et aurait dû être, pendant tout ce séjour, à un hôpital militaire. Mais, quand elle s’était rendue à cet hôpital, et avait consulté les statistiques, elle avait réalisé qu’elle avait été transférée préalablement depuis un autre site, là aussi géré par le HAMMER, de sorte que les militaires n’avaient pas posé trop de questions... Et cette autre site n’était pas répertoriée dans les données du S.H.I.E.L.D.

Son enquête était donc au point mort, et c’était bien là la raison pour laquelle, un peu en désespoir de cause, elle s’était décidée à aller voir Uatu. Les deux femmes sortirent donc du vaisseau, et avancèrent sur le sol, sans combinaison spatiale. Le Quinjet en avait, au cas où, mais la Zone Bleue était bien étanche, et elles purent donc respirer sans difficulté, tout en s’avançant vers la citadelle grisâtre. Une sorte de gros sablier se trouvait en son centre.

« Je ne sais pas grand-chose sur Uatu, expliqua Carol. Sa citadelle est toujours ouverte, mais ce n’est pas pour autant qu’il nous aidera. »

Les deux femmes entrèrent, et purent rapidement voir que les couloirs étaient très grands, et hauts de plafond, ce qui s’expliquait par la grande taille de Uatu. Le Watcher appartenait à une race d’individus bipèdes grands. Carol et America marchèrent un peu dans ce couloir, voyant à droite et à gauche quelques grands tableaux terriens. Michel-Ange, Monet, Renoir... Carol en reconnaissait vaguement quelques-uns, puis elles rejoignirent un escalier intérieur, qui menait vers une grande terrasse, un balcon où une silhouette massive avec une cape bleue se tenait là, leur tournant le dos.

Miss Marvel se racla la gorge, et se rapprocha, ne sachant pas trop comment s’adresser à lui. Coulson lui avait dit d’être « naturel ».

« Salutations, Uatu. Moi et America venons demander ton aide.
 -  Je sais. Je vous ai vu approcher. »

Uatu se retourna alors, et un sourire sembla se dessiner sur ses lèvres.

« Je vous souhaite la bienvenue au sein de ma citadelle. »

Le regard de Uatu se porta alors sur America :

« Toi... Tu viens d’un endroit où aucun de mes congénères ne s’est jamais trouvé. Je le regrette. »
« Dernière édition: Juillet 11, 2017, 01:08:40 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 39


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 10, 2017, 10:18:57 »

On se débrouille pour que ça n’arrive pas. Ah ! Ça c’était le genre de plans qui plaisaient à America, dans certaines circonstances. Cela dit elle ne connaissait pas vraiment Uatu, et le débriefing qu’elle avait reçu à propos de la race des Watchers fut peut-être un peu trop bref. Tout ce qu’elle savait était qu’il s’agissait d’un alien puissant, observant tout ce qui se passe sur Terre. Il observe, il enregistre, donc, il a des traces de tout ! Y comprit – logiquement – sur ce qui était arrivé à Carol. America n’était pas aussi curieuse que sa comparse sur ce coup, sans doute car cela ne la concernait pas directement, en revanche, elle était toujours là pour filer un coup de main. Il fallait en échange supporter son caractère. Néanmoins, elle avait promis de se tenir droite devant Uatu ; pas question de faire une seule remarque sur la taille de son crâne, par exemple.

Carol avança ensuite qu’elle n’était pas sûre que Uatu l’aidera. Mieux valait tenter que ne rien faire ... C’était visiblement la seule piste viable. America acquiesça puis, suivit donc de près sa camarade qui dès lors guida le binôme vers la citadelle en forme de sablier. « J’en ai vu des maisons mais là, j’avoue que c’est très atypique. » Commenta-t-elle, levant le regard pour observer toute la structure. Elle n’allait pas trop parler, elle devinait que cela allait finir par agacer Carol qui en plus, était en train de jouer sa dernière carte pour retrouver son passé. America espérait sincèrement que cela allait payer ! Il n’y avait qu’un moyen de le savoir, en tout cas ... Et le duo s’aventura enfin à l’intérieur de la structure. De grands couloirs, haut, et décorés de multiples tableaux aux inspirations et références diverses.

America n’était pas encore une experte de la culture Terrienne, et voir ainsi un Renoir ne lui parla pas beaucoup. Néanmoins son regard curieux et intrigué par les lieux vagabondait ci et là, pendant qu’elle suivait Carol qui semblait savoir où se diriger pour trouver l’heureux propriétaire. Elles finirent par monter un escalier qui les conduisirent sur une terrasse, donnant un superbe panorama sur les plaines lunaires, et une vue imprenable sur la Terre. Mais, le seul problème était que cette magnifique vue était obstruée par quelque chose de grand et d’imposant ; Uatu en personne. America devina instantanément que c’était lui car il correspondait à la description qu’on lui avait donné. Il leur donnait dos mais, quand Carol s’exprima, il finit par se retourner.

Et à la grande surprise de la jeune femme, l’alien s’adressa à elle après l’avoir salué elle et Carol. America croisa ses bras et eut un petit rictus au coin des lèvres, avant de répliquer. « Oh ... Vous ne ratez pas grand-chose, Uatu. Observer la Terre vous serait sans doute moins ennuyeux qu’observer mon monde, je vous l’assure. » Répliqua-t-elle, tâchant de ne pas provoquer d’échauffourées. « Mais je pourrai vous y conduire, si jamais vous y tenez ... Un jour ... Si vous le voulez ... » Dit-elle, s’arrêtant alors d’elle-même, sentant qu’elle devenait peut-être un peu trop bavarde. Elle se tût, et laissa donc Carol mener les négociations ! Elle au moins ne risquerait pas de tout faire capoter avec une langue qui fourche ...
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juillet 11, 2017, 01:43:14 »

« Sûrement... Ça doit être la raison pour laquelle aucun de mes semblables ne s’est jamais rendu chez vous. »

Carol resta silencieuse quelques secondes, le temps de tiquer. Est-ce que Uatu venait de faire... Une blague ?! Carol crut même avoir halluciné pendant un moment, puis Uatu se mit à marcher.

« J’ai surpris votre conversation avec l’agent Coulson, Miss Danvers. Je sais ce que vous voulez.
 -  Ah...
 -  Mais, comme vos supérieurs vous l’ont dit, il m’est impossible d’interférer, de quelque manière que ce soit, dans l’activité de la civilisation dont j’ai la responsabilité de l’observer. »

C’était une réponse classique, et prévisible. Mais, pour autant, si Uatu avait refusé de les aider, il l’aurait dit d’emblée. Visiblement, le contact prolongé avec les humains (et très probablement celui avec Stark) avait tendance à rendre Uatu taquin, et enclin à une forme d’humour subtile et spatiale. Il s’avança à travers le couloir, et fila par une coursive, rejoignant une grande pièce cylindrique avec une sorte d’hologramme tridimensionnelle en son centre, représentant la Terre. Une longue pièce cylindrique, comme si elles étaient à l’intérieur d’une balle géante. Des panneaux s’allumèrent ici et là, vibrant doucement.

« Je... On ne vous demande pas d’intervenir pour le destin de l’humanité, Uatu, mais seulement...
 -  Toute intervention, même la plus minime qui soit, peut avoir des conséquences considérables. Un simple murmure, un simple hochement de tête, peuvent faire pencher le poids d’une destinée. Mais vous connaissez ça, n’est-ce pas ? Un battement d’ailes de papillon en Amazonie... »

Miss Marvel croisa les bras.

« Alors, pourquoi nous conduire dans cette pièce ?
 -  Parce que j’ai réfléchi. J’ai vu ce qui vous est arrivé, et, naturellement, j’ai enregistré cet évènement dans mon journal. »

L’hologramme centrale se mit à évoluer, et des images apparurent. Carol eut un serrement au cœur en revoyant l’avion expérimentale. Elle volait très haut dans l’atmosphère, à plus de cent kilomètres, et avait dépassé le record, historique, de l’avion spatial privé SpaceShipOne, qui avait atteint 111 996 mètres. Elle flottait littéralement dans un espace indescriptible, à mi-chemin entre l’espace et le ciel, quand les astéroïdes l’avaient frappé.

« Les astéroïdes qui ont heurté votre avion n’étaient pas de simples astéroïdes. Vous avez été irradiée par des molécules spéciaux se trouvant dessus.
 -  Co-Comment ça ?
 -  Du sang, précisa Uatu. Un sang très particulier, dont on retrouve encore des traces dans les ruines de la cité. C’est d’ailleurs de là que sont venus les astéroïdes qui vous ont heurté. »

Carol écarquilla les yeux, comprenant que, non seulement elle avait bien été victime d’un accident, mais qu’il n’avait rien de banal.

« Mais les agents de Cap Canaveral n’ont pas retrouvé les débris des astéroïdes...
 -  Parce qu’ils sont arrivés trop tard, tout simplement. Mais peu importe... Ce que je voulais vous dire, c’est que le sang qui s’est retrouvé sur vous venait d’un Kree très particulier, qui avait adopté une apparence humaine sur Terre... Le Docteur Walter Lawson...
 -  Lawson ?!!
 -  Connu chez les Krees comme étant... Le Capitaine Mar-Vell. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 39


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 11, 2017, 08:35:52 »

America faillit sourire quand Uatu, sans prévenir, sortit ce qui semblait être une blague. Une blague ! Venant de la bouche d’une créature comme lui. Cela avait de quoi donner le sourire. Mais la jeune femme se montra juste amusée, sans sourire à pleine dents. Il cachait bien son jeu ... Et qui savait ce qu’il pouvait bien cacher d’autre ! America prit bien cette petite boutade au sujet de son monde natal, qui ne pouvait pas plaire à tout le monde. Une dimension protégée du Multivers lui-même, ça avait de quoi faire râler pas mal de monde. L’humour était la seule chose qui leur restait ... Grand bien leur face ! En attendant, America resta silencieuse et croisa ses bras, regardant Carol et Uatu à tour de rôle. Carol qui semblait être comme si elle passait un examen ! America s’imaginait bien la pression qu’elle avait en attendant la réponse du Watcher.

Et quand ce dernier confirma qu’il ne pouvait pas interférer directement, ce fut une première mauvaise nouvelle. Mais, les apparences pouvaient être trompeuses. La jeune femme observa Carol tenter de convaincre malgré tout Uatu, avançant alors qu’elle ne demandait pas non plus grand-chose. Une petite joute qui mit quelque part mal à l’aise America, se doutant que ça devait être encore pire pour sa camarade. Ne pas avoir de réponses sur soi était une chose terrible ; ça l’était encore plus quand on les avait portées de main, mais qu’on n’avait pas le droit d’y toucher. Elle était donc du côté de la jeune femme, restant silencieuse néanmoins. L’alien finit par les conduire ailleurs, dans une autre salle, bien plus grande et haute.

Une salle en forme de cylindre, avec un plafond ... Très haut. America leva sa tête et tira même la capuche orangée de son costume afin de mieux y voir. (Ouah ...) Pensa-t-elle, toute seule dans sa tête. Elle fut si absorbée par l’architecture des lieux qu’elle ne fit pas attention à la première partie du dialogue entre Uatu et Carol. Mais elle revint vite dans la course, au moment où il révéla que du sang Kree était présent sur les astéroïdes ayant touché l’avion de Carol. Donc, cette dernière fut infectée par celui-ci, ce qui était une potentielle explication de ses pouvoirs. Du sang Kree ? Oui, mais pas n’importe lequel ! Selon les dires d’Uatu, il provenait du Capitaine Mar-Vell. America regarda l’alien puis entrouvrit ses lèvres, elle était aussi surprise que Carol d’apprendre l’origine de ces dites molécules. « Donc ... Les pouvoirs de Carol proviennent de ce type ? Qu’est-ce qu’il avait de si particulier ? » Demanda-t-elle.

America n’avait encore jamais vu de Kree. Elle avait pas mal voyagé mais, elle était loin, très loin d’avoir tout vu ! Les Krees faisaient donc parmi des choses qu’elle n’avait encore jamais vus ni appréhender. C’était donc une très belle occasion d’en savoir plus sur eux !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juillet 12, 2017, 07:41:28 »

Le Docteur Walter Lawson... Pour Carol, ça n’avait aucun sens !

« Lawson... Il a fait partie du programme expérimental. C’est grâce à lui que j’ai été choisie comme pilote. »

Lawson travaillait à l’époque au Cap Canaveral, comme scientifique. Il avait participé à la conception de l’avion, et s’était insurgé du sexisme ambiant qui régnait encore dans l’US Army et dans la NASA. L’avion expérimental de Stark avait été un programme conjoint entre l’armée et la NASA, de sorte que le lancement avait été décidé à la fameuse station de Floride. Carolm s’était déjà fait connaître auparavant au sein de l’armée pour son fort caractère, et avait déjà été suspendue. Lawson avait fait partie de ceux qui avaient permis sa réintégration. C’était un scientifique, mais aussi un soldat, de sorte qu’il avait eu son mot à dire.

« Les Krees sont par définition des êtres bipèdes à la peau bleue. Toutefois, il en existe certains qui présentent une peau beige, et qui sont les descendants des Krees lunaires, notamment : les Krees ‘‘roses’’. Peu nombreux, ils présentent l’avantage de pouvoir se mélanger plus facilement aux humains.
 -  Mais quel est le rapport avec le Docteur Lawson ? demanda Carol, avant de réaliser qu’elle venait de couper Uatu.
 -  Comme vous le savez, les Krees ont mené des expériences sur vos ancêtres, à l’époque de la Préhistoire. Nous avions désapprouvé ces expérimentations, mais elles ont permis, à terme, de créer une race particulière : les Inhumains. L’émergence des Inhumains a inquiété le dirigeant des Krees... »

Dirigeant dont l’immense visage apparut sur la sphère de Uatu : l’Intelligence Suprême ! Une créature gigantesque, qui permettait de contrôler l’intégralité de l’immense Empire kree.

« L’Intelligence Suprême redoutait que les Inhumains ne soient utilisés par ses rivaux pour mener un putsch. Il a donc fait appel à l’un des siens, un Kree rose, le capitaine Mar-Vell. Une légende dans l’Empire kree, qui s’est rendu sur Terre. Le hasard a voulu que le Docteur Walter Lawson meure d’un accident de voiture lors de son arrivée. Mar-Vell n’avait rien à y voir, mais il y avait, entre lui et Lawson, une étonnante ressemblance physique, qui lui a permis de prendre son identité. »

Là encore, les images défilèrent, et montrèrent la voiture de Lawson, roulant le long des côtes de la Floride, le volant tenu par un homme éméché. Carol fronça les sourcils. Elle avait toujours vu en Lawson un exemple, car il avait un passé d’alcoolique. Et, presque du jour au lendemain, il avait totalement changé de comportement. Quand il était arrivé au Cap Canaveral, c’était parce que son alcoolisme avait été découvert à son ancienne affectation. Mais, visiblement, l’alcool avait tué Lawson, et Mar-Vell l’avait ensuite remplacé.

« L’homme que vous avez connu a toujours été Mar-Vell. Peu à peu, il a pris goût à la vie humaine, en oubliant même sa mission initiale. Le colonel Yon-Rogg, des Krees, l’a convoqué pour insubordination. Une rencontre a eu lieu sur la Zone Bleue entre Mar-Vell et Yon-Rogg. Je ne sais pas exactement ce qui s’est dit, n’ayant pas pour tâche d’observer les Krees, mais il y a eu un affrontement. Maintenant, et c’est là la fin de mon long raisonnement... La pluie de météorites qui a heurté votre vaisseau n’était pas accidentelle. »

Cette fois, Carol ne put s’empêcher d’être surprise, et écarquilla les yeux sous la stupeur.

« Comment ça ?!
 -  L’avion expérimental avait subi quelques modifications par Mar-Vell. Il y avait notamment, à l’intérieur, une espèce de balise kree. Je vous épargne les détails techniques, mais elle a, en gros, agi comme un aimant. C’est Mar-Vell qui a généré depuis la Lune une pluie d’astéroïdes, et les astéroïdes qu’il a lancé disposaient, outre de son sang, de traces magnétiques qui permettaient de diriger les astéroïdes vers son aimant. Mar-Vell avait précisément choisi le jour du lancement pour rencontrer ses supérieurs, comme s’il s’attendait à se faire attaquer. »

Carol n’avait plus jamais revu Lawson depuis le jour du lancement, en vérité. Il n’avait d’ailleurs même pas été là lors du lancement. Maintenant qu’elle y repensait, cette disparition avait étonné ses collègues, car Lawson avait travaillé comme un dingue. Carol et lui s’étaient rapprochés lors de cette mission, et, avec le recul, Carol se rappelait très bien de leur soirée dans la base, à travailler jusqu’à la nuit... Et de la fois où ils s’étaient embrassés aussi. En d’autres circonstances et en d’autres situations, les choses auraient pu être différentes.

« Mais... Pourquoi a-t-il fait ça ?
 -  Parce qu’il estimait que vous étiez la plus apte à lui succéder, peut-être ? Je ne sais pas... Mais c’est tout ce que je pouvais vous dire.
 -  Est-ce qu’il est... Mort ?
 -  Il est retourné sur Terre en étant blessé suite au combat.
 -  Et ?
 -  Le reste ne me concerne plus. Je vous ai raconté la manière dont les Krees ont interféré avec les humains, vous en particulier. Pour le reste, c’est à vous d’en juger. »

Finir ainsi, de manière si abrupte, était frustrant... Mais Uatu ne comptait visiblement pas en dire plus.

Désormais, Carol savait où aller : dans l’appartement de Walter.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 39


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Juillet 12, 2017, 10:13:19 »

Les choses étaient de plus en plus concrètes et avérées. America, silencieuse, écoutait donc ce qu’avait à dire Uatu. Ce dernier apporta mine de rien pas mal d’information qui permirent, notamment, de comprendre d’où ou plutôt de qui provenait les pouvoirs de Carol. Un Kree rose répondant au nom de Mar-Vell. Capitaine Mar-Vell, pour être complet. America pensa un moment que cela sonnait bien comme un nom de code, avant de se rendre compte de l’étymologie des prénoms Krees. En tout cas des réponses vinrent et éclairèrent peu à peu quelques zones d’ombres sur cette affaire. Bien entendu elle ne savait presque rien ; après tout, c’était Carol qui avait connu Mar-Vell, qui avait travaillé avec lui, etc.

America ne s’était pas attendue à ce que les pouvoirs de Carol proviennent d’un Kree. En plus, d’un Kree réputé au sein de son peuple ! Qui avait une mission sur Terre. Qui avait remplacé quelqu’un qui par un heureux hasard lui ressemblait fortement. Tout cela faisait bien trop de coïncidences ... A croire que Carol était prédestinée à obtenir tous ces superpouvoirs. Néanmoins, savoir que Mar-Vell était donc à l’origine de l’accident de Carol n’allait pas aider en soi. Ou tout du moins que partiellement, aux yeux d’America. Car si à présent Carol savait que c’était lui qui était responsable de son accident, et de l’obtention de ses pouvoirs, il restait encore une énorme zone d’ombre ; son coma.

Tout son dossier qui avait été effacé. Les rapports, et tout le mystère autour de cette affaire. Pourquoi cacher toutes ces choses à Carol ? C’était bien là toute une autre paire de manche. Et il fallait trouver la raison ! America resta les bras croisés, à écouter Uatu faire ses révélations. Il termina en faisant comprendre que Mar-Vell avait été tué lors de son passage sur la Lune, où il dut voir ses supérieurs pour insubordination. Il avait donc anticipé sa mort, en s’assurant que Carol – la personne en qui il avait sans doute le plus confiance sur Terre – hérite de ses pouvoirs. Mais dans quel but ? Pourquoi la faire hériter ? Avait-elle une mission secrète ? Tout cela manquait bien d’informations aux yeux d’America.

Néanmoins, Uatu ne semblait plus disposé à répondre. Il avait fait ce qu’il pouvait, et il était clair qu’à présent, Carol ne pourrait plus rien lui soutirer. Mais elle avait déjà réussi à en savoir beaucoup ! Du moins, c’était ce que percevait America. « Donc ... On fait quoi, maintenant ? On mène l’enquête pour savoir le reste, ou va faire un pique-nique ? ... » Demanda-t-elle à Carol. Cette dernière savait à présent d’où venait ses pouvoirs et qui était la personne à l’origine de tout ceci. Est-ce que cela allait changer quelque chose ? Peut-être bien. America ne pouvait, pour le moment, que rester spectatrice. C’était du ressort de Carol, mais quoiqu’elle décide, la jeune miss America la suivrait et l’appuierait. Partenaires jusqu’au bout, comme elle aimait à le dire !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Juillet 15, 2017, 11:27:46 »

« Lawson ? Vraiment ?
 -  Uatu a été catégorique, Coulson.
 -  Ça, c’est incroyable. J’ai connu un peu le Docteur Lawson… Oh, je n’irais pas jusqu’à dire qu’il était un grand ami, mais il a travaillé sur la révision de Lola une fois… Alors, il aurait été un Kree infiltré ? »

Depuis l’autre côté de la console, Coulson devait digérer les informations que Carol venait de lui apporter. Elle et America avaient quitté la citadelle de Uatu après les révélations de ce dernier. Elles auraient pu se rendre dans la Cité Bleue pour essayer de retrouver des indices sur le combat entre Mar-Vell et les siens, mais Carol avait préféré sauter dans le Quinjet, et partir directement pour la Terre, en recherchant l’adresse de Walter Lawson. Pour ça, elle avait contacté Phil Coulson, en profitant pour lui faire son rapport. Assis sur un fauteuil en cuir, ce dernier l’avait silencieusement écouté, pendant qu’elle lui expliquait que ses pouvoirs étaient d’origine kree, et avaient visiblement été transmis par le Capitaine Mar-Vell.

Coulson avait donc écouté. Il restait encore des zones d’ombre. Ce n’était pas Mar-Vell qui avait enlevé Carol, et avait fait disparaître toutes les traces de l’incident. Fallait-il y voir, là aussi, la main des Krees ? Était-ce leur manière d’effacer toutes les pistes susceptibles de remonter à eux ? Mais, dans ce cas, pourquoi avaient-ils choisi de laisser Carol sur place ? La jeune femme avait de toute manière rapidement évacué la piste des Krees. Si Uatu n’avait rien dit là-dessus, c’est qu’il s’agissait de l’œuvre d’humains. Un second mystère qui se rajoutait au premier.

« Il faut comprendre qui m’a fait ça…
 -  L’enquête est en cours. Ce qu’on sait, c’est qu’il s’est écoulé plusieurs jours entre ton crash et le moment où les secours sont venus te récupérer. Les rapports des militaires, que tu connais très bien, précisent qu’ils t’ont récupéré alors que tu errais dans le désert, blessée et affaiblie. Je n’en sais pas plus. »

Son avion s’était écrasé dans les gorges de l’Utah.  La reconstitution des faits avait permis de démontrer que Carol avait, pendant la chute de l’avion, réussi à enclencher le fauteuil éjectable. Son parachute s’était enclenché en plein vol, mais elle ne s’ne rappelait plus. La théorie officielle était qu’elle avait atterri à côté des restes de l’avion, et avait erré dans cette région désertique et dangereuse, avant que les soldats ne la retrouvent. Un véritable miracle, selon eux, car il s’agissait d’une région désertique, avec de profondes crevasses, où on pouvait mourir sans que personne ne le remarque. Pour s’en convaincre, il suffisait de voir le film 127 Heures, qui se déroulait dans cette région, et relatait le périple d’Aaron Ralston, tombé dans l’une de ses gorges, et obligé de s’amputer de l’avant-bras pour réussir à sortir de la gorge dans laquelle il était tombé.

La dernière adresse connue de Lawson arriva rapidement. Après Cap Canaveral, Lawson avait été réaffecté à la NASA. Son adresse situait donc à Washington DC. Fort heureusement, le Quinjet pouvait autant voler dans l’espace que dans l’atmosphère terrienne, et, tout en se rapprochant de la planète bleue, Carol se retourna vers America.

« Tu devais juste voir avec moi la citadelle de Uatu, America… Et je n’ai pas spécialement envie de t’impliquer dans mon histoire, vu qu’elle ne te concerne pas vraiment. Alors, je te laisse décider si tu veux que je te dépose au S.H.I.E.L.D., ou si tu veux encore m’accompagner. »

Mine de rien, les deux femmes ne se connaissaient pas beaucoup. America venait d’arriver récemment au sein du S.H.I.E.L.D., et Coulson y avait surtout vu l’occasion de lui permettre de voir la Lune, et, surtout, Uatu… Car tout super-héros devait, un jour ou l’autre dans sa carrière, voir Uatu. Carol ne voulait tout simplement pas impliquer America dans une histoire qui, somme toute, était très personnelle.

À elle de voir, donc…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 39


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Juillet 16, 2017, 03:46:15 »

La visite chez Uatu prenait fin. America avait donc vu pour la première fois de sa vie un des représentants de la race des Watchers, dont elle ignorait toujours tout à leur sujet. Si ce n’était que certains d’entre eux étaient capables de faire preuve d’une forme d’humour. Mais était-ce tout ? Non, bien sûr. America avait deviné qu’Uatu était quelqu’un de très important et puissant, rien que par le savoir immense dont il disposait. Il observait tout ce qui se passait sur Terre, par conséquent, il savait tout. C’était d’ailleurs pour cela que Carol était venu le voir à la base. Mais il avait un principe de neutralité, de non-interférence qui l’empêchait de coopérer comme la jeune femme l’aurait désiré. Néanmoins, la petite aide qu’il fournit fut suffisante pour apporter une nouvelle piste à Carol. Et puis dorénavant, elle avait un début de réponse ; ses pouvoirs étaient d’origines Krees, et plus précisément, provenaient d’un individu bien particulier ; Capitaine Mar-Vell.

Tout ceci étant dit leur séjour sur la Lune prenait fin. Après leur courte entrevue avec Uatu le binôme regagna le Quinjet puis mit le cap vers la Terre. La prochaine destination de Carol étant l’appartement de Walter – Capitaine Mar-Vell. America restait bien silencieuse pour le moment, ne désirant pas trop gonfler la jeune femme plus que cela. Après tout, elles ne se connaissaient que depuis peu alors, America ne pouvait pas se permettre d’être trop personnelle non plus. Même si elle était quelqu’un de très tactile et franc, ce qui avait tendance à émousser ce genre de barrière. Le silence régnait donc en cabine, jusqu’à ce que Carol n’établisse une communication avec un des agents les plus connus du SHIELD ; Phil Coulson.

Sans doute pour lui faire son rapport. La jeune femme expliqua ce qui s’était dit avec Uatu, et ce qu’elle avait donc apprit. America connaissait Coulson par le fait qu’il fut le premier agent du SHIELD auquel elle fut confrontée. Ce fut notamment lui qui permit son introduction auprès de la directrice Hill, puis ensuite, auprès des Avengers. Sans Coulson, America n’aurait jamais fait la connaissance de tout ce beau monde, et surtout de Captain America ! Bref, Coulson était quelqu’un d’important et America était plutôt contente de l’entendre soutenir Carol dans sa démarche. America resta en retrait, assise sur siège du copilote, sans rien dire. Puis, quand la communication se termina, elle vit Carol s’adresser à elle.

Elle lui laissait le choix de la suite ; l’accompagner, ou la laisser. America voyait bien dans quel esprit Carol lui disait ceci et ne put que comprendre. Mais, elle n’avait pas grand-chose à faire – enfin, techniquement si car elle était au SHIELD, mais sans l’être pour autant. America n’aimait pas à se dire qu’elle jouait avec eux mais, dans les faits, c’était ce qu’elle faisait. Pour l’heure ni les Avengers ni le SHIELD avait besoin de ses services, cela dit. Alors, elle regarda Carol puis croisa ses bras. « Je risque de m’ennuyer si tu me laisse avec Coulson ... C’est un chic type mais, voilà. Les bagnoles et les collections de matos d’espion, ce n’est pas mon truc. Alors si je peux rester et te filer un coup de main, je le fais ! » Répondit-elle, affirmant alors son désir de rester avec Carol, afin de l’aider dans son histoire, même si elle était personnelle.

Ne savait-on jamais ! Peut-être aura-t-elle réellement besoin d’aide tôt ou tard.
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Juillet 16, 2017, 07:49:47 »

Carol ne put que sourire devant la réponse très spontanée d’America, et la regarda brièvement :

« Ainsi donc, tu n’es pas fan de Lola ? Ne va jamais le lui dire en face, Coulson se vexerait... »

Tous les jeunes avaient droit à des explications sur le bijou de Coulson, Lola. Sa Chevrolet Corvette rouge capable de voler était le petit bijou de Coulson. La voiture lui avait été donnée par Nick Fury Sr. en personne, à une époque lointaine. Mais America était du reste bien décidée à la suivre. Carol ne voyait aucune raison de la repousser, d’autant plus qu’elle avait entendu parler des performances de la jeune femme, et qu’elle savait qu’elle affrontait des ennemis dangereux. Elle hocha donc la tête. En, soi, elle était un peu gênée d’embarquer America dans ce qui, somme toute, relevait d’une affaire très personnelle, mais, puisque la jeune héroïne n’y voyait aucune objection...

« Alors, on reste ensemble ! »

Le Quinjet continua à avancer, et rejoignit ensuite Washington. Carol se posa dans un coin tranquille, à proximité de la capitale, tout en recevant l’adresse de Lawson. Les deux femmes y allèrent ensuite. Lawson vivait dans un suburb de Washington, ces longues rues bien connues des films américains, avec des rangées d’immeubles à gauche et à droite. Les deux femmes se posèrent sur le trottoir, attirant des regards surpris, notamment d’une bande de jeunes adolescents qui zonaient sur un perron, probablement occupés à dealer de la drogue.

« J’imagine mal un scientifique de la NASA vivre dans un tel quartier... »

Coulson lui avait appris que Lawson n’était pas locataire, mais propriétaire. Toutefois, l’immeuble où il vivait était en forme de copropriété, et il était poursuivi par son syndic pour le règlement des charges de copropriété. Néanmoins, l’homme ne s’était jamais rendu aux audiences du Tribunal, et avait été condamné par défaut. Le syndic devait maintenant réfléchir à un moyen de l’expulser. Carol et America entrèrent dans le hall, et s’attardèrent près de sa boîte aux lettres, pleine à craquer. Il y avait des avis de passage d’Huissiers, des prospectus publicitaires, des courriers multiples du syndic... Dont certains remontaient déjà à plusieurs années.

Faisant fi des quelques badauds qui les photographiaient, Carol se retourna vers America.

« On dirait qu’il n’est pas revenu ici depuis l’incident de Cap Canaveral... »

Carol grimpa les marches menant à son appartement. La porte était bien évidemment fermée à clef, mais, puisque personne ne voyait... Elle appuya un peu, et la força, rentrant sans problème à l’intérieur.

Elle débarqua sur un petit loft, avec une pièce centrale comprenant une cuisine américaine, et des portes menant à la salle de bains ou à la chambre.

« Bon... Il n’y a plus qu’à espérer trouver quelque chose, maintenant... »

Dans la chambre, Carol vit un grand poster du Capitaine Mar-Vell. Pour le reste, il n’y avait rien de particulier... Si ce n’est des coupures de presse montrant Mar-Vell en compagnie d’autres héros renommés, qui, si Carol les trouvait (ou America), leur fourniraient indéniablement une autre piste à explorer...

...La Justice League !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 39


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Juillet 16, 2017, 09:33:56 »

America était ravie de voir que Carol accepte son aide. Quête personnelle ou pas, elle n’était pas du genre à laisser tomber les gens. Même si Carol était clairement une grande fille pouvant se débrouiller seule. La nouvelle recrue du SHIELD avait soif d’aventures, et surtout, envie de se rendre utile. Aider Carol était donc le meilleur moyen de faire les deux à la fois, d’autant plus que cela lui permettrait de se rapprocher d’elle encore plus. C’était que mine de rien Carol était une femme assez taciturne et peu encline à se révéler. America trouvait cela dommage car elle était sûre qu’il s’agissait d’une femme très intéressante. Néanmoins, pour le moment, la seule chose qu’elle pouvait faire était de la suivre et de l’aider. Ainsi donc le Quinjet se dirigea vers Washington DC, là où vivait le docteur Lawson après sa mutation à la NASA.

Le Quinjet se posa un peu à l’écart de la ville et nos deux superhéroïnes finirent le chemin jusqu’à la ville. America remarqua que le quartier en question n’était ... Pas vraiment le lieu où on pouvait imaginer un scientifique vivre. Quoiqu’il en soit les deux femmes s’aventurèrent, non sans attirer quelques regards. Leur accoutrement sans doute, voir deux femmes habillées ainsi, cherchant à pénétrer dans un immeuble, ça devait attirer plus d’une curiosité. America suivit Carol qui finit par trouver l’immeuble où vivait Lawson. Sa boite à lettre était criblée de courriers, ce qui n’était pas étonnant. Néanmoins la jeune femme ne connaissait pas vraiment la situation du monsieur avant sa mort, seule Carol le savait. Elle n’était pas vraiment au courant de toutes ses histoires judiciaires et de syndics ... Ce qui aurait été amusant ; un Kree se débattant avec des problèmes si typiques des Terriens ...

En tout cas, le binôme trouva rapidement l’appartement et, la porte fermée à clé ne fut pas vraiment un souci pour Carol, qui l’ouvrit sans grand mal. Il s’agissait d’un petit loft avec un salon en guise de pièce centrale. America se sépara momentanément de Carol pour fouiller un peu de son côté mais, ne trouva pas grand-chose d’intéressant. Des photos, des bouquins, rien de bien transcendant. Ce fut néanmoins sa comparse qui trouva quelque chose de plutôt intéressant ; une photo de Lawson en compagnie d’autres superhéros. Plus précisément des coupures de presses, le montrant avec des membres de la Justice League. La Justice League ... En regardant cette coupure, America fronça légèrement des sourcils puis regarda sa camarade.

« Celle-là. » Dit-elle, pointant son index vers une femme, présente sur la photo. « Je la connais. Il s’agit de Wonder-Woman ! Elle fait partie de la Justice League. Enfin ... Quand c’était le cas quand on s’est croisée pour la dernière fois. Une brave femme ! Tu penses que leur bande peut nous aider sur cette affaire ? Ils doivent connaitre Mar-Vell, pour avoir posé avec lui, non ? » Dit-elle alors. Si le but était alors de rendre visite à la Justice League, America pourrait alors tenter de se débrouiller pour convaincre Diana de les conduire à eux. Mais ... Encore fallait-il mettre la main sur Diana ! Quoiqu’à ce sujet, America avait peut-être une petite carte dans sa manche ; après tout était-elle capable de voyager dans le Multivers !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Juillet 16, 2017, 09:55:41 »

Ainsi donc, le Capitaine Mar-Vell avait été un super-héros ? Caorl observa le cliché. L’article, du Daily Planet, datait déjà d’il y a quelques années. Mar-Vell y posait en compagnie de Superman, de Green Lantern, et de Wonder Woman, le journaliste vantant les mérites de l’équipe, qui avait réussi à empêcher un satellite de s’écraser en plein milieu de la métropole. America lui avoua alors connaître Wonder Woman. Carol, qui connaissait le dossier de l’Amazone, hocha la tête.

« J’ai cru lire ça, oui... Tu as de sacrées fréquentations, America. Mais nous avons sans doute une piste, oui, et... »

Carol se tut brusquement. Des bruits de pas se firent entendre dans le vestibule, et elle retourna dans la pièce de vie, en voyant un homme approcher, avec une grosse moustache, et un ventre proéminent, un crâne dégarni.

« Vous n’êtes pas Lawson ?! »

Carol, avec sa tenue, pouvait facilement passer pour une pin-up, et vit le regard de l’homme loucher brièvement sur ses formes. En réponse à sa question, elle brandit sous son nez sa carte de membre des Avengers.

« Nous faisons partie du S.H.I.E.L.D.
 -  Dans cet accoutrement ? Vous vous foutez de moi ?! »

Miss Marvel serra les dents, et fit flamboyer ses yeux, amenant le mystérieux individu à se calmer.

« Commencez par me dire qui vous êtes, Monsieur, et pourquoi vous êtes entré dans une propriété privée...
 -  Woow, on se calme, blondinette ! Je ne veux pas de soucis, moi ! Je suis Floyd Perkins... Je fais partie du syndic ! »

Floyd avait entendu quelqu’un entrer dans l’appartement, et était venu voir, convaincu qu’il s’agissait de Lawson. Carol comprit rapidement que ce vieil homme faisait partie de ces insupportables retraités qui passaient leur temps à espionner les voisins, et à les poursuivre en justice pour n’importe quelle raison, même la plus stupide qui soit.

« Ça fait des années que Lawson ne répond plus ! Et je dois bien admettre que je suis un peu inquiet... Il payait toujours rubis sur ongle, auparavant, et il a disparu du jour au lendemain... »

Carol hocha la tête, guère surprise. Walter Lawson était un homme très droit, qui payait toujours le parcmètre, et considérait comme normal de se soumettre aux lois, et de répondre de ses dettes. C’était aussi ce qui expliquait pourquoi le syndic avait tardé à réagir. Floyd semblait sincère, mais Carol se doutait aussi qu’il voyait surtout un trou dans le budget du syndic avec ce copropriétaire défaillant.

« Elle travaille vraiment pour le S.H.I.E.L.D., cette gamine ? demanda brusquement Floyd en désignant America.
 -  Ça ne vous concerne pas. Sachez juste que le Docteur Lawson est impliqué dans une enquête du S.H.I.E.L.D...
 -  Ça, c’est la meilleure ! Eh bien, peu importe où que soit le Docteur Lawson, pensez à lui dire qu’il reste redevable d’un grand-nombre de dettes ! »

Miss Marvel aurait cru ne croiser de tels phénomènes qu’à New York... Mais au moins avait-elle la confirmation que le voisinage n’avait plus aucune nouvelle de Lawson. Tout concordait pour dire que l’homme avait disparu du jour au lendemain, et, quand Floyd finit par partir, Carol se retourna vers America.

« Qu’est-ce que tu en penses ? J’ai peur que Lawson soit bel et bien mort... »

C’était une perspective très inquiétante pour Carol, et on pouvait deviner qu’elle avait un jour tenu beaucoup à cet homme...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

America Chavez
Créature
-

Messages: 39


My punch in your face


Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Juillet 16, 2017, 10:58:23 »

Alors que le binôme réfléchissait sur ce cliché et ce qu’elles pouvaient bien en tirer, elles finirent par entendre quelqu’un. America se retourna et vit un bien curieux personnage, avec une grosse moustache, une bedaine et un crâne presque chauve. Le genre de personne tout droit tirée d’un mauvais film de comédie. La jeune femme plissa un peu son regard en le voyant, surtout quand il se mit sur la défensive, demandant alors au duo de décliner leur identité. Il était vrai qu’elles n’avaient pas vraiment la tenue d’agentes du SHIELD mais, l’habit ne faisait pas le moine ! Du moins c’était ce que pensait America. Cette dernière regardait le bonhomme, jusqu’à ce qu’il confirme ce qu’elle craignait ; il ne les croyait pas.

Carol dut le convaincre d’une autre manière, car même en présentant sa carte, cela ne parvint pas à le convaincre. Après cette petite démonstration il finit par se calmer et déclina son identité. Floyd Perkins, qui était visiblement membre du syndic de cet immeuble. Il était là car il avait entendu les deux femmes entrer dans l’appartement, surement. Néanmoins la situation semblait se calmer un peu et l’homme finit par alors par parler, expliquant que ça faisait un bon bout de temps que Lawson ne donnait plus de signe de vie. Des années ... America toqua un peu sur cet intervalle de temps qui lui semblait bien grand. Il continua en ajoutant qu’il était surpris de cette situation, lui qui fut si habitué aux bonnes manières de Lawson vis-à-vis de ses dettes.

Peut-être bien, America ne le connaissait pas après tout. En revanche, elle fut moins complaisante quand il la désigna sous le doux sobriquet de gamine. America fronça des sourcils et croisa ses bras, regardant alors le monsieur d’un œil pas vraiment ravi du compliment ... De quoi se mêlait-il déjà ? Et en plus, non, America n’était pas une agente du SHIELD ... Ou tout du moins, pas officiellement. Son statut était un peu compliqué, du moins à ses yeux. Elle ne dit rien car, cela n’aurait servi à rien de répondre à ce pauvre homme qui devait déjà bien subir les affres d’une vie quotidienne malheureuse, au point d’espionner ses voisins à la loupe.

En tout cas, quand il finit par partir, America put sentir l’inquiétude dans la voix de Carol. Lawson devait avoir compté pour elle, vu tout ce qu’elle faisait rien que pour le retrouver, et comprendre toute cette histoire. Mais était-il mort ? Probablement, aux yeux d’America. Le contraire serait bien peu probable ... Il était parti sur la Lune pour y affronter ses supérieurs. S’il pensait en revenir vivant, il n’aurait pas choisi Carol comme son héritière. Il n’aurait pas fait tout ceci. Mais s’il est encore vivant alors, il doit être très, très affaibli. C’était comme ça qu’America voyait les choses. Cette dernière perçut néanmoins que cet homme comptait pour Carol. « C’est probable ... Ouais. Ce serait te donner de faux-espoirs d’affirmer le contraire mais, tant qu’il n’y a pas de corps, il n’y a pas de crime comme on dit. » Répondit-elle, expliquant à sa façon qu’elle pensait tout de même qu’il y avait une chance qu’il soit en vie.

Tout était possible, après tout !
Journalisée

Carol Danvers
E.S.P.er
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Juillet 17, 2017, 12:30:47 »

Après la discussion avec Perkins, le duo allait maintenant pouvoir retourner au Quinjet. Carol sourit quand America lui expliqua que, tant qu’il n’y avait pas de corps, il fallait conserver espoir.

« Si tu savais à quel point ce que tu dis est vrai... »

Combien de fois avait-on eu des individus supposés morts revenir à la vie ? Oui, sur ce point, America avait parfaitement raison. Tant que le cadavre n’avait pas été retrouvé, l’espoir était encore possible. En tout cas, le duo avait fait tout ce qu’il y avait à faire ici. Carol referma la porte, et demanda à une équipe du S.H.I.E.L.D. de venir placer l’appartement sous scellés. Des agents mèneraient des investigations approfondies ici, mais, pour l’heure, les deux femmes avaient une autre piste. Elles sortirent donc de l’immeuble, puis quittèrent le suburb, et retournèrent dans la forêt, où le Quinjet les attendait toujours.

« Bon... Après cette petite escale... Direction la Watchtower ! »




«  La Watchtower a été approuvée par l’ONU. »

America connaissait sans doute l’histoire, mais Carol s’amusait toujours à la raconter. La Justice League s’était formée de manière totalement imprévue, quand les forces de Darkseid avaient envahi la Terre. Prudent, Darkseid s’était renseigné sur les systèmes défensifs terriens, et avait attaqué en priorité le S.H.I.E.L.D., détruisant les systèmes défensifs. À l’époque, le S.H.I.E.L.D. était encore peu développé. La Justice League avait émergé, des super-héros n’ayant rien de commun ensemble, mais qui s’étaient regroupés pour repousser Darkseid. Leurs noms étaient depuis légendaires. Superman, Batman, Wonder Woman, Flash, Cyborg, Aquaman, et Green Lantern... Les membres fondateurs s’étaient ensuite regroupés pour surveiller la Terre et la protéger contre toutes les menaces venant du cosmos.

Leur QG était la Watchtower, une station spatiale futuriste qui avait été fondée à l’aide de la technologie kryptonienne de Superman, et d’importants fonds privés. L’ONU avait donné son aval, ce qui faisait de la Justice League une véritable organisation apolitique, puisque n’étant pas liée au S.H.I.E.L.D., contrairement aux Avengers. Carol avait obtenu l’autorisation d’atterrir, et, tout en se rapprochant, vint désormais à satisfaire sa propre curiosité.

« Comment est-ce que tu as croisé la route de Wonder Woman, au fait ? J’ai lu dans ton dossier que tu la connaissais, mais... Je me suis toujours demandée comment. Elle s’est rendue dans l’Utopian Parallel ? »

Avec leur enquête, il fallait bien qu’elles apprennent à se connaître aussi un peu, et ce genre de moment était idéal pour ça.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Tags:
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox