banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: La rencontre de deux vices ~ Pv Sophiana Caldo~  (Lu 136 fois)
Sins
Dieu
-

Messages: 13



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juillet 06, 2017, 05:01:12 »

Terra,

Notre Terre promise, la bouée de sauvetage des anciens dieux terriens. Cette terre nous avait permis de non seulement survivre, mais également de prospérer, chacun trouvant son compte, mais moi bien plus que les autres. J'avais finalement trouvé un éden, le paradis du vice, chacun des péchés étant encouragé, et non puni. Même les créatures de ce nouveau monde transpirait les péchés; les démons eux même marchaient parmi les mortels, laissant libre court à toutes leurs pulsions.

Satisfaite, je passai la main sur le bol d'ivoire, rempli d'eau, passant le bout de mes doigts dans l'image d'un groupe d'hommes qui se battaient entre eux à la sortie d'une taverne, et l'eau changea de réflection. Je vis ensuite un couple s'en donner à coeur joie dans une ruelle, à quelques mètres d'une artère principale, tout près d'un marché populeux. Je passai une dernière fois mes doigts dans l'eau crystalline.

Enfer, palais de la luxure.

De toutes les dimensions que comporte notre univers, c'est l'un de mes endroits préférés. J'y avais passé de bons moments comme invitée d'honneur chez le roi, mais apparement ce n'est pas bien vu  pour un dieu de fricoter avec les démons en enfer, même si techniquement je représente ce qui les anime, encore plus que les mortels. Dans tout le désordre de ce royaume des enfers, je remarquai une dame aux cheveux roses. De sa réputation, j'eu tôt fait de reconnaître la princesse de la luxure, Sophiana. Son géniteur m'avait brièvement parlé de cette dernière, qu'elle était sa digne fille et que je devrais la rencontrer un jour.

Le reflet de l'eau changea une nouvelle fois, renvoyant mon visage sur sa surface. Je me déplaçai doucement vers mon manoir, ma robe violette en soie presqu'entièrement transparente, qui laissait entrevoir mes dentelles, dansait paresseusement avec la brise. Je passai des colonnes de marbre blanc, qui faisaient office de séparation entre la cour extérieure et intérieure, puis rejoignis un ensemble de terrasse entièrement composé de pierre blanche d'inspiration grèque antique, excepté pour les coussins brodés rouges, sur les canapés blancs. Sur une petite table étauent apposées des victuailles; fruits, noix, viandes séchées en tout genre ainsi qu'une imposante carafe de vin. Je pris une grappe de raisins de son bol et me remplit un verre de vin avant de poser mon fessier sur une méridienne. M'allongeant sur le côté du canapé, le coude tenant ma coupe de crystal contre la tête, je souris à la demi-démonne qui se tenait à quelques mètrss de moi, encore un peu abasourdie. Je venais tout juste de la convoquer, mais comme je n'aime pas attendre je l'ai simplement arrachée à son royaume pour la rencontrer en cet instant.

-Bonjour, chérie. Je suis Sins, la déesse des péchés. Ton papa m'a beaucoup parlé de toi, et je voulais te rencontrer personnellement. J'espère ne pas t'offenser en te convoquant ainsi... As-tu faim? Tu peux prendre ce que tu veux de la table, l'alcool également!

Je lui souris doucement puis pris une gorgée du liquide rouge. Si cette hybride était la moitié de ce que j'eus entendu d'elle, la journée va être intéressante!
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Juillet 06, 2017, 09:32:16 »

Ayant fini mon travail de doctoresse sur Terre, enchaînant les problèmes futiles de ce monde dont les opérations sont banales comparer à ce que j'ai pu faire sur Tekhos ou même au front contre les formiens, mais même si c'était plus simple avec les terriens, plus rapide, le boulot est d'autant plus nombreux et les week-end où je partais de ce monde était le seul moment où j'avais un repos totale. Cette fois-ci, je partais pour le palais de mon père, au royaume de la luxure où il en est le dirigeant, j'avais empruntée un des portails, dont j'avais le secret, cachée dans mon appartement, pour accéder au domaine du démons aux seize mains. Je revêtis ma tenue de princesse démoniaque, une longue robe noire en soie légère, ouverte sur le coté droit pour laisser ma cuisse nue jusqu’à sa hanche mais ne laisse pas voir sur entrejambe. Le haut de sa robe est tout aussi séduisante que moi, laissant mon ventre visible par un losange, les cotés fait en fil d'or, dont les sommets s'étirent vers son pubis et la falaise que crée mes monts très plantureux, ceux ci étant piéger dans un beau décolleté décolleté plongeant, lui arrivant juste au-dessus pointes rosées mais il n'y a pas que du tissus qui les cachent, deux mains en or massif soutiennent et agrippent sa lourd poitrine, les pouces vers l’arête de celle-ci.

Une fois mes talons hauts, montrant mes pieds nus, misent, je pénètre dans le portail pour me retrouver dans ma chambre princière, chez mon géniteur, et y sortit pour aller le voir dans sa chambre, ayant pris l'habitude de se souhaité les retrouvailles en copulant comme des barbares, ce qui pouvait prendre des jours parfois à crier et me faire remplir dans cet relation incestueuse, ce qui ne me déplaît pas pour autant, je ne m'en lassais pas du tout et c'est ce qui me fit accélérer le pas dans les couloirs de la demeure, faisant bondir mes seins à chaque pas, perdant aussi quelques secondes à embrasser les gardes à l'apparence de démons, ainsi qu'amants, laissant leurs mains me parcourir les courbes, puis perdis une heure à copuler avec trois d'entre eux, trop exciter de revoir leur princesse de luxure que pour se contrôler. Finissant à califourchon sur l'un, couché sur lui, le deuxième à genoux derrière moi et le dernier aussi mais avec sa pine bander devant ma bouche, puis, une fois en place, ils me pénétrèrent ensemble, m'offrant du plaisir horriblement puissant lors de cette double pénétration vaginale pendant que j'étais forcé à sucer un beau chibre jusqu’à la gorge. Après ce temps, jouissance et orgasme atteint, ils me lâchèrent avant de se prosterner pour me remercier une fois que je me suis levée, ventre légèrement bombé par toutes la semence déversée dans ma chatte bien entraînée, remis ma robe correctement avant de repartir comme si c'était normal, ce qui est le cas, reprenant ma route en étant bien remplie.

Tout aurait pu n'être que routine mais en passant dans un tournant de couloir, en un clignement d'yeux, je me retrouvais dans un palais plus lumineux, au décor rappelant ceux de la Grèce Antique, tout les détails que mon regard captait est étrangement similaire aux écrits de ce temps. Je reste néanmoins sur mes gardes, sans bouger, avant de tourner rapidement la tête vers mon interlocutrice, dont le corp est digne de sa tenue ainsi que des lieux, qui avoue m'avoir convoqué en prétextant qu'elle connaissait mon père.

Que fais-je ici et qui êtes vous ? Où suis-je surtout ? Je ne vous connais absolument pas, moi.

Je suis sur ma défensive et je ne m'en cachait pas, même mes bras de démon, assez long et invisible sont de sortis, la seule vu, que la déesse peut avoir d'eux, est leurs ombres qui se compte aux nombres de huit et sortant de mon dos. Je ne suis pas aussi stupide non plus et je me doutais que la puissance de l'inconnue égale ceux des dieux car, eux seuls, peuvent convoquer sans effort un démon de la sorte mais cela ne m'empêche quand même pas d’être prête à attaquer celle-ci si elle fait une action de travers envers ma personne.
Journalisée

Sins
Dieu
-

Messages: 13



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juillet 08, 2017, 05:34:17 »

Quel genre d'être de la création peut invoquer un démon sans rituel ni sacrifice? Un être vachement puissant, immortel et à qui il ne vaut mieux pas montrer les griffes. Je ne pus cependant m'empêcher de sourire à la jeune femme, dont la puissance semblait s'être accentuée, aussi avec les ombres de bras qui ondulaient sur le marbre. Le vent se mit à souffler avec une force qui fit danser nos cheveux, sifflant entre les colonnds blanches; les gardiens de l'Olympe avaient porté leur attention sur ma demeure, l'hostilité de la démonne les forçant à signaler leur présence. Si elle montrait les dents une nouvelle fois, ces derniers se présenteraient. Et je ne veux pas de leur présence chez moi. Je pris une nouvelle gorgée, puis répondit à ces questions.

-Comme je t'ai dit, je m'appelle Sins. Tu es chez moi, au sommet de l'Olympe. Pour ce qui est de la raison de ta présence: j'avais envie de connaître la future reine de la luxure, étant donné que votre royaume me rend si puissante. Au fait, tu devrais te calmer un peu. Les gardiens te regardent et n'aiment pas l'hostilité que tu dégages.

Les gardiens avaient été créés, lors de notre arrivée sur Terra, dans le but de protéger les dieux qui trouvaient refuges sur le mont. Presque tous de mes frères étaient faibles et devenaient les proies de la faune de ce nouveau monde, ma foi hostile. Lorsque deux dieux s'affrontaientles gardiens les laissaient se battre jusqu'à ce qu'un prenne véritablement avantage. À ce moment, ils apparaissaient pour prêter main forte au dieu perdant et mettre un stop au combat. Ce sont l'une des rares espèces qui peuvent donner du fil à retordre à un dieu. Mais à 1 contre 1, nous gagnons toujours. Le ciel se faisait de plus en plus sombre et des nuages porteurs de pluie, qui ne se rendent généralement jamais au-dessus de la montagne, se pointèrent, laissant tomber quelques gouttes de pluies, comme un avertissement d'un orage imminent.

Je me levai de ma méridienne et alla apporter une coupe de vin à la femme, encore sur ses gardes.

- J'ai simplement envie d'apprendre à te connaître, et qui sais, peut-être devenir copines!

Je me retournai vers le petit ensemble extérieur en faisant rouler mes hanches, lui laissant une jolie vue. Je pris un raisin de sa grappe avant de croquer dedans et me retourner avec un petit clin d'oeil

-... Et plus si affinité...
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Juillet 08, 2017, 11:11:38 »

Mes yeux se lèvent vers les cieux devenant grisâtre quand je me suis mit sur la défensive et prête à attaquer, je ne ressent rien qui se dégage de la déesse aux formes attrayantes. Je réfléchissais à ce que ça pouvait être, un système de défense ? Un autre dieu cacher ici ? Ces questions qui me taraude sont vite résolus par les paroles de Sins et me rassure sur le lieux où je me trouve, me calmant doucement pour arborer un sourire plus doux, mes bras démoniaques revenant à leurs origines.

Je préfère être sûr d'où je me trouvai et ne vous inquiétez pas, ils ne viendront pas.

Je prend délicatement la coupe, en éraflant la main de la charmante déesse, du bout des doigts, tout en la remerciant d'un hochement de tête avec un regard séducteur envers elle, lorgnant sa poitrine à peine cachée. Je la regarde s'éloigner dans un déhanchement aguicheur, un beau spectacle pour mes yeux turquoises qui n'hésita pas à les fixer longuement avec un lèchement de lèvre. Je me laisse tenter et m'approche un peu plus d'elle, sans lâcher les galpes de rêve de celle-ci, qui me vit la mater quand elle se retourne.

Je ne suis pas gênée et lui même d'autant plus en la regardant dans les yeux, buvant une gorgée de ma coupe de champagne. Je n'ai jamais connu de vrais dieux mais je savais qu'il était très mal vu, pour eux, de se tenter aux démons même pour la déesse de l'amour, Aphrodite, c'est ce qui me perturbais d'ailleurs, elle semblait plus s'en foutre et n'hésite pas à mettre ses formes en valeur pour me chauffer. La princesse du Royaume de Luxure comblant les vices d'une déesse olympienne, c'est un défi que je ne peux refuser.

Attention de ne pas être amoureuse, Zeus risquerait de ne pas apprécier, et... je suis plus pour la polygamie et les vices en tout genre.

Je m'approche encore, faisant exprès de marcher lentement pour que mes seins balochent un peu dans ma robe, me mettant devant elle tout en prenant un raisin que je glisse délicatement dans ma bouche, comme si c'était un téton, puis le mange avec un fin sourire.

Mais je ne comprend pas trop en quoi la futur reine de luxure intéresse une déesse olympienne. Déesse de je ne sais quoi, au passage.

Surtout une déesse qui a l'air plus désireuse du plaisir que je vais lui apportée entre ses cuisses qu'autre chose.
Journalisée

Sins
Dieu
-

Messages: 13



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juillet 13, 2017, 10:44:38 »


La démonne était désormais tout près de moi, avalant sensuellement un raisin qu’elle avait pris dans son bol,  mentionnant peu avant le nom de Zeus. Comme si on lui appartenait toute. Un court moment, je fis une moue un peu agacée, avant de lever le menton et le sourcil droit en l’entendant dire qu’elle ne savait pas de quels pouvoirs je possédais. Cette gamine, elle en a encore beaucoup à apprendre si elle souhaite reprendre les rênes du royaume infernal de son paternel. Un petit sourire en coin apparut à mes lèvres roses venu le moment de lui dévoiler qui j’étais, pour la troisième fois

-Vous les démons, vous avez une grande gueule, mais pas d’oreilles. Très bien, petite princesse fragile, je vais te dire qui je suis…

Le ciel s’alourdit à nouveaux, alors que je me reculai de quelques pas en la regardant, mon petit sourire prenant de plus grandes proportions, jusqu’à montrer mes dents blanches. La pluie se mit à battre la demeure avec force, nous détrempant toutes les deux, nos robes respectives moulant notre corps parfait. Soudainement, comme si elles venaient de la pluie, une succession d’images se firent voir par la démone : Trois hommes blancs battaient un noir dans une ruelle, quelque part au Japon; Un noble ashnardien mangeait à pleine joie, se gavant comme un porc; un esclavagiste se pavanait à Nexus comme un paon, trois chaînes partaient de sa main pour venir se refermer sur un collier en acier, traînant trois magnifiques esclaves; Un américain dormait dans un hamac alors que des ouvriers illégaux mexicains entretenaient sa maison; Une femme comptait ses millions, alors que ses proches n’arrivaient pas à manger; Lesdits proches, qui complotaient pour voler l’argent de la femme avare.

Pendant que la jeune femme aux cheveux roses portait son attention sur le « vidéo », j’avais disparut pour arriver dans son dos, si près que ma poitrine était écrasée contre ses omoplates. Je lui susurrai à l’oreille, une main contre sa gorge.

-Je suis l’envie de manger quand tu n’as plus faim, je suis celle qui te met en colère, celle qui t’apporte la fierté après un bon coup, celle qui t’empêche de distribuer ta fortune… Celle qui t’as fait baiser avec les trois gardes il y a à peine quinze minutes, mais aussi qui te donne encore le goût de jouir un peu plus, maintenant. Je suis Sins, la déesse des péchés et du vice. Dis toi, je suis un peu ta déesse…

Ma main droite toujours contre sa gorge, je me saisis d’un de ses seins avec mon autre main, le serrant avec force et finissant par pincer son mamelon au travers de sa robe détrempée. D’un simple mouvement de doigt, je fis sortir son sein de sa prison, laissant la pluie courir sur son mont mis à nu, tout en continuant de le masser avec vigueur.
On pouvait entendre le tonnerre à présent. Chaque dieu peut contrôler son climat autour de sa demeure… Excepté quand les gardiens se trouvent dans les parages. Je mordis son lob d’oreille avant d’y soupirer.

-Dis moi, petite démone, es-tu prête à te donner à moi, désormais…?
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Juillet 14, 2017, 04:27:25 »

Je la vit se reculer de quelques pas après son insulte puérile, que je ne perd pas de temps pour l'ignorer simplement, la regardant faire enfin une présentation digne d'une déesse olympienne pendant qu'elle faisait s'assombrir le ciel, à nouveau, puis repose mon regard sur son visage souriant grandement en lui offrant une même sourire.

La pluie s'abat d'un coups sur nos corps plantureux, les détrempant et plaquant le tissus sur nos courbes généreuses pour offrir, à chaqu'une, nos mensurations sous nos regards voyageurs, surtout moi. Je me lèche les lèvres en scrutant le moulage de la divinité avant que ma vue s'obstrue, me faisant plisser les yeux. Les images sont nets, comme une vrai vidéo, je ne lâche pas une miette de cette indice que m'offre la sublime déesse, enregistrant les moindre détails de chaque événements, avec un léger mordillement de lèvres pour la scène avec les trois chiennes en laisse. Je ne reste pas immobile pour autant et porte ma coupe à mes lèvres pulpeuse pour en boire une lampée du divin nectar rouge s'y trouvant, un légers sourire à chaque vices qui passe, amusée de certains par moment.

Mais il n'y pas que mes seins qui ont été mouler pour révéler mes pointes se durcissant sous la froideur de la pluie qui longeait ma peau et le tissu, mon sexe mou était aussi sculpté dans mon robe humidifier. Il n'avait pas encore pris sa vigueur, étant pas excitée à ce point, mais cela n'allait pas tarder...

A peine la vidéo fini, je n'eu le temps de me rendre compte qu'elle n'était plus sous mes yeux, que je sentit sa main venir me prendre la gorge, forcé d'appuyer l'arrière de mon crâne contre son épaule et savourer sa lourde poitrine câliner mes omoplates, profitant de ma position pour me susurrer enfin quelle déesse elle est. Ce qui n'est pas trop tôt, même si elle m'excite de plus en plus, au point où ma robe commence un peu à se faire soulever par mon chibre en début d'érection, il lui aura fallu du temps pour faire sa présentation de déesse, avec le nombre de dieux et déesses olympiens... Sans compter tout les autres dieux des mondes réunis, on dépasse les milliers, surtout niveau Enfer, Sins n'est pas la seule déesse du vice. Soit dit en passant, elle est plus la déesse des humains que des démons, même si elle peut être beaucoup plus puissante que moi.

Comment dois-je vous appelez alors ? Déesse, Maitresse ou... Sins ?

Je couine fortement quand elle me choppe un sein, moelleux, rond, ferme et gros, elle a de quoi s'amuser et en profite clairement, affolant mon mamelon avec des doigts pinceurs qui m'offre de doux soupires d'aises. La pluie ayant rendu les sensations plus sensibles, il ne faut pas longtemps à mon beau chibre pour déformer ma robe détrempée de toute sa grandeur et grosseur, laissant la déesse admirée les détails de celui ci. Une fois mon sein mis à nu, dans des rebondissements de liberté, me donnant le reflexe de coller mes fesses aguicheuses à son bassin, mes mains s'accrochant à ses hanches.

Ce serait... un honneur, Déesse... Je n'ai jamais eu de dieux pour me comblée et j'en serai ravie... queee... vous me visitiez.

Je relève lentement la robe de celle-ci pour pouvoir y glisser mes mains et caressée la peau nue de ses hanches délicate.
Journalisée

Sins
Dieu
-

Messages: 13



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juillet 14, 2017, 09:16:25 »

Je souris en constatant que la démone répondait de manière positive à mes avances, elle avait glissé ses main sous ma robe, s'emparant de mes hanches, les aggripant. Une petite odeur, qu’un être autre que moi n’aurait probablement pas senti, me parvint aux narines. Odeur que je compris la provenance en laissant mon regard passer outre sa magnifique poitrine; un imposant chibre commençait à se mouler dans la robe déjà bien serrée de la fille aux cheveux roses. Ma main sur sa poitrine descendit doucement, caressant son ventre et vint frotter la bosse qui avait fait son apparition. Ma main caressa de haut en bas la hampe, la plaquant contre son ventre.

-Je suis en effet ta Déesse, appelle-moi comme tel, petit jouet. Je vois que tu as un beau jouet, ici bas. On va pouvoir s'amuser ensemble

À ses mots, la démone pu sentir ma hampe s'agrandir entre ses fesses, la sensation étant agréable sur ma personne. Ma main sur sa gorge la força vers l’arrière, lui volant un baiser langoureux, presque bestial. Je lâchai donc sa gorge pour descendre vers sur sa poitrine, libérant son autre sein, pour le malaxer à son tour. L’autre main continuait sa besogne sur la verge, faisant des allées et retours énergiques, ou plutôt frénétiques, puis je m’arrêtai un instant, le temps de faire tomber sa robe, libérant la queue d’étalon que cette chaudasse aux gros seins possédait. Recommençant mon massage sur son sein, l’autre main passa sur la hampe doucement, la frôlant de toute sa longueur.

-Il y a à peine 10 minutes, tu étais prête à m’attaquer… Mais maintenant, tu es bien dure, dans ma main. Tu es une vraie petite  salope, pas vrai?

Je passai soudainement de douces caresses à une masturbation vigoureuse, faisant retirer quelques sons de la bouche de ma nouvelle croyante. D’un petit sourire, je la regardai avec un sourcil en l’air, tout en continuant à pincer ses tétons, mes cheveux mouillés coulaient sur elle.

-Dis-moi, la petite chienne… Elle appartient à qui?

Je stoppai ma masturbation nette, puis ma main glissa une dernière fois vers la base de la queue, allant jouer avec son intimité, caressant ses lèvres et son clitoris. Entre-temps, je pouvais sentir ma queue grossir de plus en plus, me sentant un peu inconfortable... J'avais hâte de la prochaine étape!
« Dernière édition: Juillet 14, 2017, 09:48:00 par Sins » Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Juillet 15, 2017, 09:00:27 »

La simple discussion, ce qui était prévue, passe à des attouchements sexuels sur ma personne, de la part de cette déesse du vice, qui semble plus proche de la Luxure que des autres. Je sent la perversité qu'elle dégage, rendant mes gémissements plus intense à son oreille, mais ils ne peut se stopper et s'intensifie quand elle me caresse la longue de cette tige avant de me la plaquer contre mon ventre, me faisant couiner de plaisir sur le coup.

S'amuser de toute les façons possible, ma Déesse..

A mon grand plaisir, mes fesses s'écartent un peu quand le pénis divin s'y loge, non sans forcé, pour être emmitouflé entre mes miches bombés, que je sert pour le piéger alors que la sensation me faire frémir d'envie. Mes gémissement fut, presque, étouffer par l'appendice buccal de la déesse joueuse, qui m'embrasse aussi langoureusement que bestialement, nos langues se percutant dans leur danse. Une danse que je n'interromps pas quand elle me met dans ma tenue d'Eve pour revenir me tripoter aussi dignement que la salope que je suis, remettant son chibre entre mes fesses, la sentant encore grandir avec une envie folle qui chauffe mon bas ventre, entretenue par de subtile caresse le long de ma bite.

Il faut bien que je sois digne du Royaume d'où je viens..

Elle passe, d'un coup, à de douce caresses frissonnantes à une branlette fougueuse, la surprise me faisant gémir comme une chienne, sans compter mes têtons qu'elle harcèle de pincements pour en rajouter une couche. Tout ces actions commence à me donner des réflexes pervers, gardant mes fesses serrées autour du mandrin grandissant sans cesse, j'entame une fellation passionné sur toute la longueur de cette belle sucette, frottant ma rondelle dessus jusqu'au gland. Cela m'excite de plus en plus, promettant de bons cris de nos part.

A... a.. a personne... Déesse... mmmmh... cette queue... elle est si... si... grosse... je.. je crois... que je ne.. tien plus...

Et c'est ce qui arriva, Sins vint à me caresser mes pétales humides, gonflées par l'excitation, perlant sur les doigts de celle-ci, me faisant accélérer la masturbation que je lui procure sur cette engin qui en devient un montre. Sans plus attendre, je me cambre un poil en avant, remontant mon anus jusqu'au gland de ma partenaire divine, et m'empale vivement les fesses dessus. Je reviens coller mon cul, dans un long cris de plaisir, à ses hanches, ayant tout son monstre dans ma rondelle écartelée. Je suis tremblante dû au plaisir d'un tel engin en moi et me redresse pour revenir mettre l'arrière de ma tête sur son épaule, ce qui provoque un long gémissements de plaisir de ma part.

C'est... c'est si bon, Déesse, ... de... de vous sentir en moi.. de la sorte..

Comme toute bonne perverse, ma position favorise ce genre de pratique sexuelles, les cuisses écartées et genoux légèrement fléchis, mon dos formant une courbe délicate pour permettre de meilleur prise. Mon poids est répartie entre mes talons et mes fesses, bien empalée sur cette queue, ainsi que mes mains qui lui a saisi le fessier pour retenir. Cela me permet aussi de débuter de petits sautillements sur la hampe de mon amante, déclenchant de léger cris de plaisir de ma part, et faisant balocher mes nichons, légèrement, dans tout les sens, enfin, celui de libre.
Journalisée

Sins
Dieu
-

Messages: 13



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Juillet 16, 2017, 11:01:14 »

L'ambiance commençait à s'échauffer, la pluie tropicale qui s'abattait sur nous n'aidant pas à nous refroidir. Les petits couinements qui sortaient de la bouche de l'hybride, sous mes caresses intimes, n'aidaient en rien mon érection, ou l'aidait grandement, dépendamment de quel point de vue on s'y situe. À un certain point, Sophiana avait levé ma robe, éliminant ainsi le seul obstacle entre son rond fessier et mon barreau de chair, dur et luisant d'excitation. Une fois mon mandrin bien coincé entre ses fesses, la fille aux cheveux roses entâma une série de longs va et viens sur ce dernier, m'arrachant des gémissements se satisfaction.

Cette démonne était douée pour faire plaisir à un membre en érection, mais pas necéssairement pour un égo comme le mien; soit elle avait envie de me défier, soit elle était si excitée qu'elle n'avait aucune idée de la situation dans laquelle elle était, de me dire qu'elle n'appartenait à personne, mais je n'essayais pas de lui soutirer des informations, et elle comprendrait vite son erreur.

Quelques interminables instants plus tard, elle décida de prendre les choses en main, et s'enfonça elle même ma queue de divinité dans son cul de démon avec force, nous arrachant toutes deux un cris de plaisir, ainsi que des frissons, ressemblant plus à des spasmes, incontrôlés. Ce plaisir me fit accélérer les caresses sur son intimité, y insérant mes doigts à l'occasion avant de ressortir faire quelques visites humides sur son membre mouillé par la pluie. Je la laissai faire quelques délicieux allée retours sur ma hampe, nous arrachant tantôt tour à tour, tantôt à l'unisson, des gémissements et cris de plaisir. D'un coup, mes deux mains lachèrent leur occupation et vinrent maintenir fermement en place les hanches de la démonne, l'empêchant de bouger, ma bite toujours enfoncée dans son gros intestin. Je mordis son lob d'oreille avant de lui susurrer

-Que tu me dises que tu n'appartient à personne me peine grandement, petite chienne... Ne suis-je pas ta Déesse? Je suis la déesse des vices, et vous avez reposé votre empire sur l'un des miens...

Si Sophiana était pleine de libido et contrôlée par la luxure, il m'en était rien de moi. La luxure ne me dirige pas, c'est moi qui la contrôle.

- Rien ne se passera de plus, avant que tu ne répondes à ma question... et dis toi qu'il n'y a qu'une seule véritable réponse... Sophiana Caldo, fille du démon à Seize mains.... petite chienne de luxure, à qui appartiens-tu?

Comme pour l'inciter à répondre, une de mes mains se défit son emprise sur la hanche de la démone, et attrappa la queue bien dure de cette dernière, recommençant de petites caresses, insupportables pour n'importe quelle hampe bien prête à pénétrer. Pour inciter un peu plus la réponse, je me mis à très légèrement onduler les hanches, faisant bouger mon chibre à l'intérieur d'elle... pour moi c'était frustrant, je n'imagine pas pour elle!

Je voulais la tourmenter un brin. Des images se mirent à défiler dans la tête de Sophiana; toutes les positions que nous pouvions pratiquer, nous y étions. La vision de mon joli minoi déformé par sa bite entre mes lippes, moi qui baise sa paire de seins sauvagement tout en glissant sa bite entre mes fesses, un joli 69, nos cris de plaisir étouffés par les barreaux disproportionnés et pour finir un facial de mon sperme chaud coulant sur ses seins.

Du coup, je pus sentir sa queue se durcir, le liquide clair se mit à couler le long de son membre et sortir d'entre ses lèvres. Je passai mon doigt sur le long de sa queue, en recueillant une partie du liquide visqueux et le porta à ma bouche. Après avoir léché doucement mon index, je lui murmurai à l'oreille une nouvelle fois:

-Alors, qui est ta maîtresse...? Qui a la chance d'avoir une bonne petite chienne en chaleur comme toi? 
« Dernière édition: Juillet 17, 2017, 02:09:35 par Sins » Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Juillet 17, 2017, 03:55:46 »

Même si les vas et viens que je fais sur le sexe sont petits, mais rapides, j'en reste pas moins à crier et gémir avec un si gros barreau dans mon anus, tapotant mes fesses rebondies sur les hanches de celle qui me tien en joue avec sa puissance, ses mains baladeuse en rajoutent d'avantages à mon plaisir, me faisant mouiller abondamment sur les doigts curieux, qui s'amusent avec mes lèvres intimes, nichons se trémoussant sous mes sautillement, mais elle tout d'un coup net en me piégeant les reins de ses mains puissantes. Je lâche une grognement de frustration et de plaisir, restant empaler sur ce gros gourdin sans savoir bouger, la regardant du coin de l'œil avec une respiration chaude et excitée.

De.. de quoi ? Mais.. c'est pas ce que je v.... mmmmmmnnnnh...

Je me met à me tortiller légèrement en subissant les caresses sadique, mais très douce, sur ma hampe, un supplice pour moi qui vient juste d'être frustrer dans ma monter de plaisir, n'osant plus bouger tellement que je frémis longuement avec quelques soupires d'aises, mais la torture ne s'arrête pas là, elle se met à bouge son chibre de haut en bas dans mon rond fessier, m'arrachant des couinements d'aise ainsi que de supplication face à cette "maltraitance".

St.. je..  mais... c'est...gnnnnnnh...

Ma tête s'appuye fortement sur l'épaule de ma tortionnaire, les images qu'elles m'envoyent sont tout aussi excitant que ses caresses, caresses qu'elle continue de ma faire subir sur sa hampe et les parois de mon colon, élargie par son dôme de chair. Elle essaye de me briser, mais pourquoi ? Je suis empalée sur sa queue, m'offrant à elle, et elle essaye de me briser ou, peut-être de m'exciter encore plus, ce qui marche en tout cas. Mon sexe lâchant de petites gouttes de pré-sperme qui longe ma verge, qui a pris sa taille maximale de cinquante centimètres, ma geôlière les récupérant sur son doigt pour gouter à ce fin liquide déjà bien chaud, l'entendant se lécher le doigt puis me murmurer à l'oreille.

Malgré la situation, mon cerveau reste très lucide, comprenant que cela n'a que pour but de me soumettre à sa croyance, ce qui est assez con, vu que tout être est empreint aux vices. Elle doit être une des déesses olympiennes qui n'a pas besoin de prière pour de la puissance, un peu comme Hadès ou même Aphrodite. Mais là, je suis trop excitée pour pouvoir faire autant de causette futile pour un truc si logique, alors Déesse, qui est l'imbécile en ce moment ?

Vous... vous... Déesse.. c'est vous... à qui j'appartiens...

Je déhanche mes fesses pour recevoir du plaisir, me faisant gémir doucement de plaisir et supplice d'en avoir plus, visant précisément l'orgueil de sa tortionnaire pour qu'elle voit que je peux me donner du plaisir sans elle, de quoi la provoquer sexuellement.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox