banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Le Miracle Espagnole a besoin d'aide! (Sophiana Caldo)  (Lu 554 fois)
Sofia Mila Guerrero
Humain(e)
-

Messages: 32



Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 04, 2017, 05:11:45 »

C’était une journée ensoleiller qui n’annonçait rien de mal. Mila était entrain de faire son jogging de la journée en ville, bouteille d’eau en main alors qu’ellle continuait son exercice. De rue en rue, elle regardait les alentours, tentant d’apprendre d’avantage son environnement un peu mieux. Étant encore relativement nouvelle dans la ville, elle aimait toujours trouver de nouvelle boutique, restaurant et endroits touristique. C’est la beauté d’être dans un endroit nouveaux , plein de chose donne l’impression de première fois, de découverte et quasiment d’aventure. Sauf que l’aventure, elle allait en reçevoir un peu plus que voulu.

En effet, alors qu’elle se promenait, elle vit des gens dans une allée qui entourait une fille qui semblait être incapable de se défendre.  Il y avait au moins 7 hommes et certains avaient commencer à toucher la demoiselle qui était maintenant plaquer contre le mur. Mila arrêta son jogging, pris une gorger d’eaux et avança vers le groupe , motiver à intervenir. Elle était une combattante ayant appris l’honneur,le respect et l’importence d’aider les autres. Laisser une situation de la sorte se dérouler devant elle était inacceptable,  un déshonneur envers sa famille, ses entraîneurs et elle-même.

Hey, vous voulez attaquez une femme ? Eh bien je suis partante !

La surprise fut évidente du coté du groupe masculin qui ne semblait pas s’attendre à ce genre d’intervention.  Un des membres du groupe alla vers Mila, l’air arrogant.  Il n’était pas particulièrement impressionent, clairement le genre de personne qui tentait d’avoir de l’air fort à cause de l’avantage du nombre.

Oh, une autre belle jeune femme se propose à rejoindre le groupe ? Petite salope, tu pense pouvoir intervenir et sauver la pauvre dame en détresse ? Agenouille toi et ouvre la bouche, je vais peut-être te pardonner pour ton insolence !

Sofia le regarda droit dans les yeux avec fureur, n’aimant pas se faire parler de la sorte.

L’idiot du groupe a décider de s’avancer ? Mon beaux, je vais te donner quelque chose que tu ne vas jamais oublier !

Avant qu’il ne puisse réagire, elle lui envoya un coup de poing en plein visage, lui brisant le nez et l’envoyant au sol.  Le reste du groupe laissa tomber l’autre femme au sol et porta leur attention sur elle.

Je m’appelle Sofia Mila Guerrero, combattante d’art martiaux et surtout, une personne qui déteste les imbéciles qui s’attaque à plusieurs à une pauvre innocente ! Vous voulez de l’action ? Eh bien je suis là !

Elle crache au sol et commence à avancer vers eux en les insultants avec des mots espagnoles. Un de membres du groupe se sépare du reste et l’attaque, elle bloque facilement son coup de poing et le projecte au sol avec une technique de Judo. Par la suite deux des hommes foncent vers elle, Mila s’envoya rapidement vers la gauche et frappe celui qui partait de ce coté au visage avec son coude, parie le bras de l’homme de droite avant de lui donner un coup de pied.  Il restait quatre homme devant elle et celle qui était en danger au début en profite pour s’enfuire, laissant Mila contre les quatre.

Moi et vous, il est temps de montrer ce que vous avez dans le ventre, espèce de AH !

Elle fut incapable de finir sa phrase, l’homme qu’elle avait frapper avec son pied ayant plonger vers elle, attraper son pantalon et le fit descendre, rendant visible à tout le monde la petite culotte rose que Mila portait. Paniquant un peu, elle tenta de remonter son pantalon de jogging noir, laissant le temps à deux des hommes de foncer vers elle et l’envoyer durement contre le sol. Ils l’aggripèrent et la relevèrent, l’envoyant dos contre le mur. Les quatre hommes étaient proche d’elle, un qui semblait le patron du petit groupe déposa sa main sur la gorge de Mila.

Écoute moi bien petite pétasse, on vas te faire regretter d’être intervenu !

La phrase fut suivi d’un coups de genoux qui la plia en deux. Deux des autres hommes en profitèrent pour agripper son chandail et lui enlever , la laissant dans les sous-vêtements rose. Entourer, humilier, elle n’avait plus aucune idée quoi faire. Le patron sorta un couteaux de son chandail et le pointa vers elle.

Tu fait un mouvement et on te tue, compris ?!

La situation était maintenant hors de son contrôle et elle tentait désespérément de trouver une solution.
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 172

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juillet 04, 2017, 10:28:28 »

Il n'était pas rare de me balader en pleine journée, dans les rues de Kyoto alors que je suis censée être à l'hôpital en ce moment même mais je ne peux m'empêcher d'observer les humains dans leur quotidien tellement pathétique mais étrangement amusant, se querellant ou s'aimant par çi.. par là.. des discussions bénins dans un simple café autour d'un thé, deux chauffeur qui s'insultent pour un emboutissement de bagnoles mais ce qui m'amuse le plus, c'est de voir comment se comporte les mâles avec les femmes, certains les traitent comme des reines mais la plupart du temps, elles sont rabaissées à un niveau inférieur à eux même si j'avoue avoir déjà vu l'inverse.. dans les émissions pornographique BDSM.. super images de la terriennes, en gros.

De plus, les viols sont assez courant de ce que j'ai remarquée, ayant eu une vingtaine de cas en trois mois, c'est beaucoup trop surtout que dix de ces femmes ont décrit un même groupe de ravisseurs qui n'hésite ps à commettre ce genre de méfait en pleine journée, à chaque fois dans des ruelles isolées où les passages sont très rares mais très peu cacher, des endroits parfait pour des viols sans que personnes ne puissent s'en douter et c'est justement dans un de ses endroits où je me dirigeais, habillé en basket et shorty serré, T-shirt tout autant serré qui montra mon nombril, de quoi les attirés si ils y sont présent.

Je marche innocemment dans la rue avant de me faire heurté le flanc droit par une jouvencelle en panique qui tomba sur le sol, du au choc qui me fit légèrement reculé pour ma part, avant de se redresser aussitôt  et de me tenir les mains, en larmes. Ses vétements étaient un peu déchirés et son visage a quelques bleus, signes de maltraitance.. je ne sais pas pourquoi mais il me semble que je ne suis pas venu pour rien.

Aidez moi.. par pitié.. je.. appelez de l'aide.. un.. un .. groupe d'hommes s'en prend à une femme qui m'a sauver... et.. et..

Je pose mon doigt sur ses lévres et lui adresse un sourire trés calme malgré la gravité de la situation.

Calmez vous, mademoiselle, je vais régler la situation mais je veux que vous alliez à mon hôpital et que vous passiez un examen et soin complet offert de ma part, le docteur Caldo.

Même ma voix est très calme, un calme olympien même, alors que je lui tend la carte de mon hôpital, sorti de la poche de mon shorty, et me dirigea vers les lieux où le crime se passe. La jeune femme allait me mettre en garde mais ne fit rien en voyant mes caractéristique Neko et allât à l’hôpital dont je lui venait de parler pendant que je m'enfonça dans cette ruelle, me rapprochant doucement des voix masculines ainsi que d'une voix féminine, un bruit de déchirement de tissu, signe de déshabillement forcé.

J'arrive pile au moment où le mâle alpha finissait sa menace avec son cure-dent et ayant à peine eu le temps de me voir du coin de l’œil, que sa tête se retrouva entièrement encastré dans le mur en brisque, à l'opposé de la jeune espagnole complètement dépassée par la situation dont elle s'était fourrer de son plein gré. Le chef, si je puis dire ainsi, resta la tête dans le mur, son corps pris de spasme et du sang coulant abondamment du trou, où sa tête y était sûrement écrasée, jusqu'au sol, créant une belle marre de ce vin amer mais je continua à m'avancer, à mon aise, vers les malfrats encore vivants.

Alors..les puceaux... on ne trouve pas une femme consentante pour votre première fois avec vos petites quéquettes et votre virilité oublier à la naissance ?

Je les provoquais ouvertement, voulant qu'ils s'en prennent à moi, je voulais m'amuser un peu quand même, prenant d’ailleurs un ton bien moqueur et hautain ainsi qu'un large sourire comme la plus grande des connasse.

Journalisée

Sofia Mila Guerrero
Humain(e)
-

Messages: 32



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juillet 06, 2017, 05:24:18 »

Elle voyait sa vie défiler devant elle, les articles de journaux parlant d’une jeune espagnole retrouver morte après avoir été violé dans une ruelle, une fin misérable, pathétique et sans honneur, c’était tout simplement horrible. Elle aurait dut réfléchir d’avantage avant d’attaquer un groupe d’homme, mais comment pouvait-elle deviner qu’un d’entre eux allait tout simplement lui enlever son pantalon comme si de rien était ? C’était ridicule ! Il n’en changeait pas moins que l’erreur fut faîte et qu’elle en payait gravement le prix. Elle s’attendait à se faire enlever sa petite culotte n’importe quand, sauf qu’un grand bruit se fit entendre et elle vu l’homme être éjecter tête contre le mur. Du sang se mit à couler au sol où le corps était,surprennent Mila. Qu’est-ce qui pouvait avoir causer ce genre d’impact ? Qui pouvait être suffisamment puissant pour causer ce genre de chose ? La réponse était ...une femme, qui semblait tout à fait normal. Bah, excepter pour un détail : Elle était MAGNIFIQUE, de toute beauté ! Mila en bavait quasiment,  c’était une beauté rare, avec des formes incroyable. Elle en oublierait quasiment qu’elle était en sous-vêtement, dans une ruelle, avec des hommes qui voulait la tuer. Quasiment, mais pas totalement. Elle se décala du mur et entendit la femme insulter les brigands comme si de rien était, sur la grosseur de leur queue. Définitivement, elle était très confiante en ses capacités, elle semblait s’amuser de la situation, ayant le sourire le plus arrogant du monde. Être une ennemie de cette femme, Mila aurait probablement voulut lui arracher la tête, mais en ce moment, elle était celle qui lui sauvait la vie.

Les trois hommes qui étaient à coté du patron avant qu’il ne soit éjecter un peu reculèrenent sur le coup et semblaient tenter de se motiver mentalement à attaquer. Frustrer de se faire insulter, ce fut suffisant pour les motiver totalement. Celui du centre sortit à son tour un couteaux et fonça vers elle, le bras avec l’arme dans les airs, voulant viser la tête de celle qui venait de tuer son patron. Celui le plus à gauche n’avait pas d’arme , mais enlevant sa chemise pour se donner plus d’aisance de mouvement aux niveaux des bras. Il était clairement le plus muscler des hommes présent et mit les poings devant son visage comme un boxeur. Il avançait moins rapidement que l’autre mais était bien déterminer à trouver une faille chez Sophiana. Le dernier se passait la main dans le pantalon , bander le plus qu’il le pouvait.

Tu crois que nos queues sont petite ? Je vais t’y faire goûter sale pute, tu vas t’étouffer avec la mienne !

Définitivement en colère, il fonçait tête baisser vers elle, sautant au dernier moment pour tenter de l’atteindre avec son genoux.

Les trois hommes derrière elle, y compris celui qui avait descendut le pantalon de Mila, était en train de se relever. Celui-ci fut justement le premier debout et avance vers la nouvelle arrivante, mais Mila, frustrer de ce qu’il avait osé faire, l’attaqua avec un coup de pied directement dans l’entrejambe, l’envoyant au sol immédiatement .  Les deux autres étaient maintenent sur pied. Le premier saignait du en après le coup de poing alors que le deuxième avait mal au dos après la prise de judo, mais ils étaient bien déterminer à se venger. Ils foncèrent vers Mila en même temps, mais elle intercepte les deux en sautant et donnant un coup de pied aux deux, les faisant reculer. Ne voulant pas leur donner le moindre temps de rempos, elle attaqua celui qui saignait d’un coup de coude en pleine tête qui fit tomber l’homme, le dernier en profita pour se coller à elle le plus possible et fit passer sa main dans la culotte de Sofia, qui poussa un petit crie de surprise. Il passait sa main  droite sur la vulve de la demoiselle et de la gauche , tenta d’aggriper les cheveux de la combattante, qui réussit à bloquer et lui donner un coup de tête directement sur le nez par la suite. L’homme arrêta les touchers qu’il faisait et Mila en profita pour le lancer par dessus elle , le faisant arriver très proche de Sophiana.  Les trois que Mila affrontaient tentait de se relever à nouveaux, tandis que les trois autres attaquèrent l’infirmière quasiment en même temps.
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 172

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 06, 2017, 07:02:46 »

Oh.. j'ai tellement peur que j'en mouille ma culotte... oh mais.. j'en ai pas !

Le premier, qui fonça sans réfléchir sur moi, se fit stopper en plein élan par une main puissante lui tenant le poignet porteur du couteau mais le plus étrange pour lui, c'est qu'il est un plus d'un mètre de moi et que cette fameuse main n'avait de visible que son ombre sur le sol de la ruelle, c'est carrément un long bras qui est relié à mon dos. Le poignet du premier commença a serré et tourna sur lui même avant d'être arracher dans un bruit assourdissant de brisage d'os horrible, usant de la main, juste après, pour coller des gifles monumentale au propriétaire de celle-ci.

Arrête de te frapper ! Arrête de te frapper !

Je m'amuse totalement de la situation et termine les claques avant d'enfoncer entièrement la main dans la gorge du premier.. oui, oui.. sans passer par la bouche, le laissant s’effondrer, peut-être agonisant, mais pendant tout se temps, le pseudo boxeur ne parvenait plus à respirer, une autre main invisible lui a chopper brutalement le visage avant de le soulever du sol aisément, serrant de plus en plus son crâne jusqu'à lui éclater la tête à en éclabousser tout autour de sang, le corps tombant lourdement au sol. Quant au troisième, plus pervers que le deux, à été d'office surélevé du sol, à deux mètres, tenu par l'entrejambe qui est écrasé par une troisième main puis se fit jeté très brutalement contre la pierre rougit par le sang de ses congénères. Vu la brutalité du choc, ses os ont du être complètement démolis mais le plus choquant est les parties génitale de celui-ci qui flotte dans les airs avant d'être broyer et lâcher sur le corps agonisant de son propriétaire.

Pendant tout ce temps, je restais sans bouger, amusée, mais ne portais aucun regard à ses assaillants, observant la véritable victime se défendre plutôt bien malgré la tenue quasiment dénudée qui peut affaiblir quiconque mais elle, non.. elle doit être une combattante de base et, même avec un des violeurs qui la tripote dans la culotte , elle parvient à l'envoyer valser à mes pieds, c'est d'ailleurs le seul moment où je quitte l'inconnue du regard, lui portant un regard haineux.

Faible.. et même ce mot n'est pas assez pour décrire des hommes... vous ne servez qu'à procurer du plaisir aux femmes quand elles le veulent.

Le mâle se fait soulever d'un coup, quatre bras lui tenant les poignets et chevilles bien écartées, ne lui laissant plus d'occasion d’échappatoire quelconque face à moi, qui prend un plaisir malsain à le punir comme il se doit. Le processus est très lente et intolérable pour le criminel qui se fait écartelé les membres, les bruits de déchirement de chair suivis de craquements d'os bruyants jusqu'à ce que son buste tombe lourdement au sol, séparé de ses quatre qui se font lancés sur les criminels encore vivants.

Ennuyant, vous n'aviez pas de quoi faire les malins.. et puis.. vous arrêterez de violer des femmes pendant des mois.
Journalisée

Sofia Mila Guerrero
Humain(e)
-

Messages: 32



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juillet 07, 2017, 07:13:59 »

Cinq hommes étaient morts depuis l’arriver dans cette ruelle, tous de façon particulièrement brutale et sans pitié. Mila ne comprenait pas comment elle était capable de faire ce genre de choses, les adversaires de la magnifique femme ne se rendant même pas à elle avant de soudainement être projeter dans les airs et mourir, c’était surnaturel, totalement impossible à imaginer pour une simple humaine comme Mila, qui n’as jamais vu de démon ou de terranide. Comment quelqu’un pouvait avoir autant de pouvoir ? Elle semblait en présence d’une personne qui surpassait les limites humaine, une sorte de super-héros, même si Sophiana semblait particulièrement sadique. Faire éclater les parties intime d’un des agresseurs fut un message particulièrement clair pour les deux derniers encore en vie,celui ayant descendu le pantalon de Mila et l’homme qui avait le nez briser. Les deux avaient réussit à éviter la colère de la démone en affrontant Sofia pendant toute la bataille , l’espagnole étant une très bonne combattante mais n’avait pas de super pouvoir, mais elle était quand même capable de les dominer sans grand problème. Ses entraînements la rendait bien plus rapide et forte que des gens normaux comme eux. Ils  étaient entrain de réflechir à quoi faire après avoir reçut les membres du dernier homme mort sur eux. Celui ayant reçu un coup de pied dans l’entrejambe tente de s’en aller, se retournant, mais reçu un coup de pied directement à l’arrière du genoux, le faisant rester sur place en douleur. L’autre homme voulut intervenir mais son coup de poing fut arrêter par l’espagnole qui dévie le coup de sa main gauche avant de lui envoyer une droite directement sur son nez briser. L’homme crie de douleur et tombe au sol.

Vous pensez vraiment que je vais simplement vous laisser partir ? Après ce que vous vouliez faire ? Oh non, Sofia Guerrero a d’autre plan pour vous !

Le premier était encore debout, mais sa jambe lui faisait mal, sans compter la douleur au niveaux de sa verge et de ses testicules encore souffrant du coup de pied. Mila lui saute dessus et le plaque au sol, avant de lui enlever sa ceinture de pantalon. L’homme est trop surpris pour se déprendre et reste au sol. Mila lève le chandail de l’homme par la suite, avant de donner un grand coup de ceinture directement au ventre de l’homme qui plie en deux dut à la douleur. Le deuxième tente de se relever en se tenant le visage, mais Mila la frappe avec la ceinture sur sa main qui protégeait son nez, avant d’enrouler la ceinture autour de son poing et le frapper directement au visage. Une fois de plus il tombe au sol, poussant un cri de souffrance.

Si vous ne voulez pas que je vous envoie mourir contre cette magnifique femme, vous m’écoutez ! Enlever vos pantalons !

Les deux hommes étaient surpris, mais voyant Mila préparer la ceinture, ils écoutèrent et enlevèrent le vêtement en question.

Parfait, maintenant enlever le caleçon !

Trop surpris, les hommes prirent du temps à obéir et les deux furent victimes de coup de ceinture jusqu’a ce qu’ils font ce qui leur était demander. Les deux ont maintenant leur queue à la vue des deux femmes.  Sans être particulièrement impressionnent, celui avec son nez encore intact en avait une plus grosse. Mila s’approcha donc de celui avec la plus petite, ceinture en main.

Nous ne sommes pas suffisamment belle pour mériter mieux ? Je devrait peut-être demander à mon amie qu’elle te fasse disparaître !  Masturbe-toi , je veux la voir grandir !


L’homme s’exécute , effrayer de se faire frapper d’avantage. C’est ainsi qu’il se masturbe au sol, totalement dominer  par une fille en sous-vêtement qu’il avait prévu violer, mais qui au final était entrain de l’humilier. Il fit de son mieux et banda un peu plus, sans toutefois égaliser l’autre homme.

Tu me déçois vraiment, enlève ton chandail et met toi sur le ventre. Maintenant !

Une fois sur le ventre, Mila le frappe avec la ceinture sur le dos. À dix reprise, avant d’arrêter.Elle tourne son attention vers le dernier agresseur restant, qui était encore au sol, bander, effrayer. Elle lui sourie avant de s’agenouiller devant lui.


Pour toi, j’ai quelque chose de différent, on vas bien s’amuser !


Elle commence à monter sur lui, lentement, sensuellement, avant d’arriver visage contre visage. Elle passe tranquillement sa main sur les joues de l’homme, avant de lui envoyer brutalement un coup de coude en plein visage, suivit de plusieurs autres. Il se fait frapper à répetition sans pouvoir réellement se défendre, étant en-dessous d’elle. Mila arrête après un grand nombre de coup, ayant fait saigner son agresseur et l’ayant quasiment rendu inconscient. Elle traîne ensuite les deux hommes jusqu’à ce qu’ils soient au pieds de Sophiana. Ils sont rendu trop faible pour se défendre. Elle se met à genoux entre les deux et prend leur queue dans ses mains, l’air amuser, en regardant celle l’ayant sauver.

On vas jouer à un petit jeux les gars, juste pour s’amuser ! Du moins, cette charmante dame et moi ! Donc, les règles sont très claire ! Je vais vous masturbez du mieux que je peux pendant 5 minutes, ce qui devrait vous faire plaisir ! Sauf que si, vous éjaculez, je donne à ma magnifique sauveuse de faire ce qu’elle veux de vous, donc si vous ne voulez pas mourir ou lui servir de défouloir, eh bien...bonne chance !

Elle commence à masturber les deux hommes en gardant son regard sur Sophiana. Elle était très belle, une combattante incroyable et elle avait un petit coté sadique très excitant, Mila était sous le charme de cette femme, même si elle lui faisait aussi très peur. Elle changeait son rythme , y allant de plus en plus vite,avant de ralentir, y aller doucement, avant de recommencer. Elle ne quittait pas la démone des yeux, voulant en quelque sorte l’impressionner. Après 3 minute, celui avec le nez casser ne put retenir son orgase, envoyant du sperme un peu partout, y compris les doigts et visage de Mila. Environ 20 secondes avant la fin, le deuxième poussa un gémissement avant de lui aussi éjaculer, en envoyant même sur les souliers de Sophiana. Mila se lève ensuite, regardant ses doigts recouverts de sperme, un peu gêner , avant de regarder à nouveaux l’autre femme.

Eh bien, ils ont échouer, je te laisse faire ce que tu veux !

Elle tentait d’avoir l’air confiante, mais en réalité elle était un peu gêner et méfiante. Est-ce que Sophiana allait réellement être contente de son travail ? Était-elle actuellement de son coté ou elle avait aussi prévu tuer Mila par la suite ? Elle avait agi par désir de plaire à Sophiana, mais elle n’était pas du tout dans son environnement, au point où elle n’avait même pas encore fait quoi que ce soit avec le sperme sur ses mains, le laissant dégouliner, n’étant pas certaine de ce qu’elle devrait faire. Avec les deux hommes au sol, elle attendait de voir ce que la princesse des Enfers allait faire.
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 172

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 07, 2017, 11:49:50 »

Sofia guerrero, ce nom ne met pas inconnu, je crois même que c'est à ma clinique que j'en ai entendu parler.. mais à quel sujet ?.. La façon dont elle se présente aux deux derniers mâles encore en vie est assez ressemblant au catcheurs voulant en finir avec leur adversaire, sa force et son agilité a porté des coups ainsi en est une preuve aussi. Ça la rendait très sexy de combattre aussi violemment, en petite tenue, l'air de rien, cela m'excitais bien mais pas au point de perdre le contrôle de mes pulsions même si mes regards, peu discret, se perdent sur les courbes de la combattante acharnée.

Je reste sans bouger en détaillant les mouvements de chacun d'entre eux, leur expressions faciales, le sadisme et la domination que montre la belle espagnole m'émoustille un peu plus pour la tekhanne que je suis, le faite que j'ai massacrer ces types, devant elle, sans aucune retenue, aurait plus inspirée la victime que plutôt l'effrayée et semble même vouloir m'impressionner en essayant d'être la plus sadique possible. La petite m'amuse, les claquements de cuir sur la chair nue, en plus des gémissements de douleur, me font sourire grandement, de toutes mes dents blanches, rendant mon sadisme deux fois plus terrifiant, tout mes bras démoniaques sont de sortis pour cet occasion, se mouvant lentement tout autour de moi, leurs ombres se voyant et se comptant au nombre de huit, assez long apparemment.

Les deux assaillants, nus et soumis à présent, lui servent de défouloir et, l'arroseur arrosé tout comme le chasseur chassé, ils prirent le rôle, bien approprié, de victimes faces à la femme qui allait leur servir de garage à queues forcé. Je vois clairement leur peur dans les yeux, mais cela ne me surprendrai pas que ce soit ma présence qui agis sur leur mental.. après tout, j'avais massacrée leur cinq complices sans leurs laisser l'occasion de me toucher tout en riant de ce que je leur faisais subir. Enfin bon, pour l'instant, c'est la plantureuse espagnole qui mène la danse sur les criminels, traumatisés, à mon grand plaisir.

Une fois à mes pieds, je les fixais en montrant mon envie de meurtre en leur personne mais ma camarade me surpris sur son mini-jeux, une sorte de roulette russe mais sans arme, seulement avec deux bites et la règles de se retenir de jouir avant les 5 minutes imposées ou c'est la mort. Je pencha ma tête sur le coté, en la voyant à genoux entre les deux membres dressés, malgré la situation, j'étais perplexe et me demandais si elle n'essayait pas de les sauver plutôt mais cette idée fut vite balayer quand je vois comment elle s'y prend pour les branler, faisant clairement en sorte qu'ils jouissent, sur elle. Il est clair qu'elle veut  essaye m’impressionner dans cette branlette russe, gardant mon regard turquoise dans les yeux marrons et admiratifs de la dominante en herbe qui se pris une giclée de semence en plein visage, ce qui me fit lécher les babines et pointer les mamelons à travers mon T-shirt blanc, suivit de la seconde éjaculation dans son autre main ainsi que sur mon pied, ne me faisant pas réagir et resta fixer sur la brunette.

Les deux hommes avaient perdu le jeu et c'était à moi d'agir à présent, leur transperçant l'épaule droit de chacun, avec un bras l'un à l'autre avec de me pencher en avant, arborant un sourire malicieux. Je lèche le sperme sur le visage de Sofia, qui, dans son regard, cherchait mes impressions sur ce qu'elle a fait et si ça me plais, tel une soumise voulant rendre fière sa maîtresse. Une réponse lui parviendra de ma part, gardant toutes la semence dans ma bouche, en venant embrassée celle-ci langoureusement, laissant ma salive, ayant de la semence, se mélanger à la sienne pendant que nos langues se câlinent et jouent ensemble dans ce baiser surprise.

Pendant ce temps, les deux mâles se font littéralement transpercés de part en part grâce a mes mains démoniaques évitant les poings vitaux  pour leur offrir une mort lente et agonisante. J'embrasse toujours langoureusement la sadique en herbe, lui offrant un baiser mémorable, glissant mes vraies mains sous sa poitrine ou, plutôt, sur le dessous de ses mamelles encore protégées par du tissus, soupesant celles-ci.
Journalisée

Sofia Mila Guerrero
Humain(e)
-

Messages: 32



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Juillet 14, 2017, 03:04:45 »

Mila attendait désespérément la réaction de Sophiana, espérant vraiment lui avoir plus ! Cette situation était totalement ridicule, elle avait faillit être violer, il y avait du sang partout, mais elle ne pouvait quitter cette bombe sexuelle qui se tenait devant elle ,dans toute sa splendeur et sa cruauté. Mila n’avait jamais connut quelque chose de la sorte, cette sensation de se soumettre si facilement à quelqu’un et de vouloir l’impressionner , elle se sentait franchement sale au fond d’elle-même, mais elle ne pouvait s’en empêcher, ce mélange de séduction et de pouvoir que  la démone avait était tellement envahissant, Mila ne pouvait s’empêcher de se soumettre de la sorte.  La femem aux cheveux rose se penche vers elle, Sofia sentit son cœur battre de plus en plus fort, le mélange d’inquiétude et d’excitation était à son paroxysme, quand Sophiana lui lèche le visage , la lavant de tout se sperme qui avait tacher ses joues et sa bouche, faisant frémir Mila sur le coup. La sensation d’avoir la langue de cette femme se promener contre son petit visage était incroyable, elle commence même à rougir en se laissant faire.  Les deux hommes étaient maintenant dans les airs et criaient de douleurs, cherchant de trouver un moyen de s’échapper, sans la moindre issue.

Non, pitié, j’ai quasiment réussit, je peux vous faire plaisir !

Je peux faire mieux, j’ai seulement été surpris !

Sa ne servait à rien, les bras de Sophiana avait déjà commencer leurs travail, tuant petit à petit les deux hommes, versant leur sang au sol et sur les deux femmes. Dut à la position des deux personnes au moment d,être soulever, le sang tombait surtout sur Mila, qui ne réagissait pas beaucoup. Le sang tombait sur elle, coulait sur ses épaules et la descendait sur son corps. Mais elle ne faisait rien pour bouger ou l’enlever, trop occuper à admirer celle qui lui avait sauver la vie. La princesse l’embrasse alors, mélangeant sperme et salive dans une combinaison qui envois Mila dans un autre monde, là où le plaisir est la seule chose qui compte. Elle laisse Sophiana totalement mener le mouvement, bougeant sa langue seulement pour continuer ceux de la puissante personne, profitant du moment au maximum. Le sang continuait de tomber sur elle, salissant les cheveux de la combattante, créant une flaque autour d’elle, donnant l’impression qu’elle même saignait, même si elle n’avait aucune marque. Normalement elle aurait été terrifier et aurait tenter de s’enfuir, mais elle était sous le charme de Sophiana, voulant toujours un peu plus de son attention. Elle continuait de l’embrasser, quand elle sentit les mains, les vrai, de la démone lui toucher la poitrine et elle panique un peu sur le coup, arrêtent son baiser. Elle se recule, l’air gêner, et tente de trouver ses mots.

Je...on ne peux pas faire sa ici… on pourrait…

La belle espagnole semble abandonner son idée de demander de changer d’endroit, poussant un soupire d’abandon avant d’envoyer ses mains à l’arrière de son dos et détacher son soutien-gorge, le laissant tomber dans la flaque de sang, montrant sa poitrine à Sophiana.  Sofia regarde ses doigts,voyant qu’il y avait encore beaucoup de sperme dessus et les lèches, gardant la foutre dans sa bouche. Elle vas très rapidement vers la princesse, quasiment en lui sautant dessus et l’embrasse vigoureusement, avec énergie. Alors que le baiser de celle au cheveux rose était contrôler, bien fait et avec expertise, celui de Mila est fougueux,énergique et totalement désespérer, manquant de précision mais compense avec beaucoup de passion. Elle met ses mains dans le dos de Sophiana et descend jusqu’au fessier de la dame, le touchant à travers les vêtements. Elle n’osait pas passer les mains sous les vêtements avant d’en avoir l’autorisation, donc elle continuait de la sorte, totalement soumise à la puissance de sa sauveuse. Elle la dévorait du regard, sentant la température en elle monter de plus en plus, bouilloner. Elle n’avait jamais sentit quoi que ce soit de la sorte, l’impuissance qu’elle ressentait l’excitait. Elle n’avait jamais eux l’impression d’être inférieur à quelqu’un, elle se croyait parmit les meilleurs, mais il y avait quelque chose de fantastique à juste sentir, voir et admirer la puissance de quelqu’un d’autre.

Mila regarda la femme de haut en bas et voit le sperme ayant tacher les pieds de Sophiana et s’agenouille dans le sang.

Par ma faute, vos souliers ont été salit, laisser moi me faire pardonner !

Elle se met à quattre patte, ayant maintenant les jambes et les mains recouverte de sang, avant de lécher les souliers de plusieurs petits coup de langue, comme une chienne, enlevant toute trace de sperme avec sa langue.
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 172

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Juillet 15, 2017, 06:26:42 »

Après l'effort, le réconfort, cette phrase n'a jamais eu autant de sens qu'en ce moment, nos corps arrosés de cette liqueur vitale pendant que j'embrasse cet combattante humaine langoureusement, nos langues se rencontrant pour partager le sperme que j'ai récolté sur le visage de la jeune femme, soumise à moi, chose naturelle chez les humains face à quelqu'un de plus puissant, la peur et la passion, l'effroi et le désir. Une combinaison qui prend vite son sens dans ce genre de situation où l'humain est dévoilé dépendant de cette sensation d'infériorité qui plaît tant aux démons de tout types, tout comme les dieux, et je comprends mieux pourquoi les divinités en sont éprises de cette domination, pour la plupart, involontaire. La fière combattante s'est mise, toute seule, en position d'esclave de mon désir, elle me veut tant qu'elle me craint, émerveillée par ma puissance et la beauté que je dégage, sentant que son désir de débauche augmente pendant notre ébat buccal perdure alors que mes mains viennent peloter les seins généreux de la "victime" en proie à cette douce folie que dégagent les démons de tout type.

Ma nouvelle "soumise" se recule d'un coup en se relevant, gênée de la situation et du lieu qui pourrait être vu de tous, bégayant quelques mots qui me fit sourire doucement, laissant de côté mon air arrogant, la coupant dans une voix sensuelle, mais un peu amusée.

On pourrait nous voir ? Tentant, non ?

Il n'eut fallu pas plus pour convaincre la jeune femme de prendre le risque de se dépraver en "public". Elle est assez sexy couverte de sang, cela me donne des idées de ce que je vais faire d'elle, tout comme bon démon que se respecte, mais cela ne risque pas de la déranger au vu de la nudité qu'elle me dévoile et le sperme qu'elle se met à lécher. Je la réceptionne dans mes bras pour partager ce baiser sauvage et passionné avec elle, mêlant encore nos langues pour rendre le roulage de pelle au plus vicieux possible, la laissant me caresser les miches pendant que je lui en agrippe une, d'une main ferme, alors que mon autre main lui soupèse et caresse son sein gauche avec envie et tendresse. Le baiser prend son temps et je déguste la salive, les lèvres ainsi que la langue souillée de la femelle, en proie à la luxure envers moi, ses mains descendent sur ma croupe, mais n'osent pas plus, elle joue vraiment le jeu d'être soumise à ma volonté. Comme si tout cela ne suffisait pas comme preuve, elle finit par se reculer d'un pas et me regarder en long et en large, mais je n'eus le temps de lui dire quoi que ce soit qu'elle commentait le sperme sur mes pieds.

Elle se mit à genoux devant moi, ses genoux dans le sang encore chaud, avant de se mettre à quatre pattes et de me laver les pieds du foutre des cadavres, encore tenu en l'air par mes bras démoniaques, ce qui ne tarde pas à me faire frémir d'envie, provocant mes pointes qui se durcissent à vue d'œil sous mon haut et, quand Sofia redressera son regard sur mon shorty, mon chibre dur sera apparut, déformant celui-ci, trempée par la mouille de mon excitation. Elle pourra admirer la proéminence de celui sur chaque détail, mais, étant piégé dans cette prison en jeans noirs, elle ne peut pas en savoir la taille exacte, seulement le deviner, mais elle sera surement aussi attirer par ma poitrine qui se dévoile dans un rebondissement quand je retire mon T-shirt, le jetant plus loin pour me la masser avec envie.

Ta servitude me touche, petite humaine, et je me vois très bien t'offrir un généreux cadeau..

Je m'agenouille devant elle, une fois mes pieds propres, et lui redresse la tête afin d'y plonger ma langue entre ses lèvres, jouant avec sa langue tout me laissant doucement aller vers l'avant, obligeant ma "proie" à s'allonger dans le sang encore chaud pendant que je l'embrase avec une passion enivrante, la belle bosse de mon shorty épousant son intimité encore voilée par sa culotte souillée de différents fluides. Je la frotte et appuye contre celle-ci, dirigeant mes lèvres pulpeuses à son oreille et susurre d'une voix envoutante :

Abandonne ton corps à moi, laisse toi tenter par ma volonté, appartient-moi et je te ferai découvrir des choses succulentes, qui dépasse ton stade d'humaine..

Je lui lèche le lobe de l'oreille sensuellement avant de descendre sur son cou, allant vers son téton droit que je suçote passionnément, reprenant ma descente au bout de quelques secondes, longeant son nombril et atteint sa culotte. Je lui agrippe le bord du tissu protecteur avec mes dents et l'arrache avec un coup sec de la tête, vers la droite, recrachant le tissu dans le sang, afin de lui goûter l'intimité par de longues léchouilles sur ses lèvres humides, titillant sa perle de plaisir avec le bout de ma langue, puis remonte ma langue sur le chemin dessiné précédemment, et revient lui susurrer à l'oreille, frottant ma bosse contre sa fleur mise à nue :

Un monde de plaisir où tu seras belle et puissante comparée au commun des mortels... il te suffit juste de me dire "Oui, Maitresse.." et de me mordre la chair pour te gaver de mon sang, de là, mon monde s'ouvrira à toi...

Ma position lui donne facilement accès à mon cou, recevant le plaisir de mon corps se frottant contre le sien, une situation embarrassante où elle se retrouve prise au piège, mais comment résister à de telle promesse pour une combattante aussi fière qu'elle ? Mes mains, trempées dans le sang des cadavres, viennent lui souillée ses cuisses écartées dans des caresses délicates et aguicheuses.
Journalisée

Sofia Mila Guerrero
Humain(e)
-

Messages: 32



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Août 08, 2017, 09:55:27 »

Sophiana avait répondu au baiser exactement comme Mila l’aurait voulu, avec la même fouge et énergie qu’elle. Si la démone aurait été moins enjouer, la combattante aurait été effrayer de ne pas être capable d’avoir l’attention de son interlocutrice. C’est ce qui l’avait aider à aller au point d’enlever le vêtement cachant sa poitrine, la volonté de vouloir impressionner l’incroyable femme. Non pas l’impressionner par sa volonté ou sa force, mais par son obéissance et sa façon de faire. Après tout, une femme forte comme Sophiana n’avait probablement aucunement besoin d’une personne lui tenant tête, mais une personne prête à la satisfaire et la servir ? Tout le monde voudrait ce genre de chose ! C’est avec cette mentalité qu’elle avait aussi lécher les bottes de la démone. Peut-être que les hommes l’auraient fait aussi, mais seulement sous la menace de mourir si ils refusaient, tandis qu’elle le faisait de son propre choix, montrant qu’elle était déterminer à lui faire plaisir. Mila avait toujours eux ce petit coté de servir les gens, une de ses inspirations pour continuer sa carrière dans le monde du combat est d’entendre la foule et les voir réagir, savoir que sa performance rendait les gens heureux de la sorte était toujours quelque chose de très agréable. Elle n’avait jamais vraiment penser grand-chose de cette attitude, il était normal de vouloir plaire au public si on voulait avoir des offres de combats et des sponsors. Mais si elle prennait bien le temps d’y penser, elle avait toujours insister un peu plus que les autres sur se coté du business, elle signait des autographes pendant plus longtemps, elle parlait d’avantage à son public, elle allait même à faire quelque petit mouvement exagérer par moment pour attirer l’œil, même si elle ne voulait pas l’admettre. Avait-elle toujours eux un petit coté soumis sans même sans rendre compte ? Cette volonté de vouloir satisfaire le public était peut-être simplement sa façon de vouloir être l’objet du public ? Elle n’y avait jamais penser avant ce moment.

Elle était en train de finir de lécher tout le sperme qui avait tacher les pieds de la démone, quand elle lève la tête pour voir la réaction de cette femme. Elle put voir une forme s’être former dans le pantalon de Sophiana, grosse, sans toutefois être parfaitement visible. Mila rougie en voyant ce qui était clairement la forme d’une verge .Elle ne s’attendait pas à ce genre de chose, cette personne étant définitivement pleine de surprise. Sofia se concentre à terminer son travail sur les souliers avec vitesse et énergie, quand Sophiana enlève son chandail, révélant la très grosse poitrine de celle-ci. Mila en était quasiment jalouse, ses seins étaient de bonne taille et forme, mais loin de pouvoir réaliser. Mais en même temps, c’était quasiment plaisant, de voir à qu’elle point la dominante était tout simplement supérieur à celle agenouiller.  Aussi, de voir qu’elle était rendu au point de vouloir se caresser était très excitant, sans oublier qu’elle bandait, démontrant que Mila faisait un très bon travail. L’espagnole souriait, quand la démone se met à genoux à son tour après l’avoir féliciter ,rendait la combattante très heureuse de son travail. Elle parlait même d’une récompense, peu importe ce que sa pouvait être, Mila voulait définitivement savoir ce que c’était.

Un cadeaux ? Je en sait pas si je suis digne de-

Elle ne fini pas sa phrase, la langue de Sophiana rentra dans sa bouche pour un nouveaux baiser , que Mila accepte avec plaisir. Elle sentit la démone aller vers l’avant et ne fit rien pour l’arrêter, s’envoyant dos et tête dans le sang et la saleté qui parcourait le sol. Elle avait maintenant la démone par-dessus elle et se sentait incapable d’agir de quelconque façon, totalement sous l’emprise du moment présent. Elle sentait la bosse contre son intimité, légèrement protéger par le jeans de Sophiana et la petite culotte souiller de sang et de mouille de Mila. Le baiser exquis pris fin, pendant que la démone se frottait contre l’espagnole et lui parlait à oreille. Elle lui parlait d’abandonner, de tout simplement  lui appartenir, Mila s’imaginait agir de la sorte et même si elle hésitait à tout simplement devenir un jouet pour quelqu’un, sa la faisait mouiller d’avantage.

Je ne sais pas si je le peux….mais je le veux !

Elle se laissait facilement tenter par cette personne, malgré la scène lugubre dans la-quelle elles étaient. Sophiana lui lèche le lobe d’oreille, donnant un frisson à la rouquine qui pousse un petit soupire de plaisir. Elle sentit ensuite la langue descendre son corps, avant de se rendre à son sein droite. Elle regarde avec envie Sophiana, qui suce avec expertise le téton. Mila utilise ses mais pour parcourir le corps de Sophiana du mieux qu’elle peux, exciter comme une folle. Celle au cheveux rose continue de descendre, ayant maintenant la tête devant la petite culotte de sa compagne du moment. Mila ravale sa salive, sa gêne commençant à revenir sur le coup.Elle voulu parler, mais la princesse lui arrache avec les dents son seul vêtement qui lui restait, de façon quand même très sexy .

Ah!Si brutale...j’aime beaucoup !

Elle avait commencer sa phrase en ayant l’intention de demander à ce que Sophiana ralentisse, mais en la voyant de la sorte, elle ne pouvait renier le fait que sa l’excitait.  Alors qu’elle était en plein moment d’hésitation , elle sentit la langue contre sa fente et pousse un petit crie de plaisir immédiatement. Les coups de langues étaient précis et expérimenter, ne laissant aucune chance à Sofia .

Fantastico !

Elle adorait au point de temporairement en perdre son japonais et ne put s’empêcher d’exprimer son plaisir en espagnole.  La démone arrête son manège, remonte le même chemin pour reparler. Toute hésitation que Mila avait eux pendant la descente était maintenant chose du passer.

Mordre ?...je suis espagnole pas vampire...mais…

Elle regardait le cou de Sophiana d’un air intriguer. Tout ce qu’elle avait besoin de faire était de la mordre pour avoir le droit à la puissance et toute la force qu’elle pourrait désirer ? Sa sonnait comme de la folie, mais elle venait de la voir tuer des gens avec des espèces de bras invisible et elle avait clairement une aura spécial.  Peut-être qu’elle disait vrai ? Que Mila allait réellement devenire plus qu’une simple humaine ? Uns eul moyen de le savoir.

Oui maîtresse...je veux devenir plus forte...plus belle...je veux vous appartenir !

Criant les derniers mots, elle mort la démone comme demander, suffisamment fort pour avoir du sang dans sa bouche. Elle se sentit soudainement très étrange,même souffrante, ayant des spasmes. Elle s’aggripe avec toute les forces possible à l’autre femme.

Mai...maîtresse ?...J’ai ...mal !...je...AH !

Elle sentit une sensation dans son ventre et son bas du corps. Elle regarde pour voir qu’elle mouillait énormément. Elle dépose sa main par-desus son initmité pour la cacher, mais le contact entre sa main et sa fente lui envoie une décharge d’excitation à travers le corps.

AH!maîtresse! Qu’est-ce qui se passe ?!

Elle continuait de mouiller et d’être exciter comme jamais auparavant. Elle se colle contre la démone en tremblant un peu.

Faîte quelque chose pitié, je...je veux baiser ! Mon corps est à vous, utilise le !
Journalisée
Sophiana Caldo
Avatar
-

Messages: 172

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Septembre 05, 2017, 02:45:21 »

Après un temps d'hésitation, l'espagnole viens enfin mordre mon cou pour déguster mon sang. Je ne peux m'empêcher de lâcher un fin gémissements de bonheur quand je sent les dents de l'humaine pénétré dans ma chair et la sentir aspirer mon liquide vitale, me faisant lui saisir les hanches et dandiner mon bassin pour que ma queue frotte contre l'intimité bouillante de ma nouvelle chienne.

L'effet de mon sang fut rapide, les plaintes d'envie de la combattante commençant à être plus importante et très excitante. Je m'hôte mon shorty pour libérer mon colosse de chair tendue et palpitant, se percutant à la chatte humide de ma soumise, m'offrant un long frisson de désir. Les mains palpant ses hanches comme un chat faisant ses griffes sur son arbre fétiche, me préparant à ce qui vas suivre.

Écarte bien les cuisses, ma grosse salope, que je te baise parfaitement jusqu'à ce que tu n'en puisse plus... cris.. supplie moi.. décrit moi tout ce que tu ressent.. car je vais te remplir sans cesses dans le sang et la crasse de cette ruelle..

Je sourit en redressant mon buste, les mains encrées dans les hanches du Miracle espagnol, le bout de mon dard se plaçant contre sa vulve qui demande à être remplie par lui, l'appuyant doucement contre pour faire s'impatienter ma chienne qui s'en tortille d'avantage. Les secondes passent alors que je joue avec son envie, jusqu'au moment où je pénètre sèchement ma verge, entièrement, dans son intimité, frappant le fond de son utérus sans douceur et me donne un soupire long de bien-être, sentant ma queue au chaud et serrer à l'intérieur. Le bas ventre de Mila est déformé par la masse de queue s'y étant bien loger, palpitant fougueusement.

Mmmmh.. t'es bien confortables, petite chienne, je vais bien prendre plaisir à te fourrer.

Je glisse mes mains sur ses fesses rondes et les agrippent, dans un claquement de peau assez fort, et la surélève pour augmenter les sensations, bougeant mon bassin pour que mon glaive triture son intérieur vaginal. Sans plus attendre, je débute les hostilités lui portant des coups de bassin long et sec, heurtant l'entre cuisse avec mes hanches à chaque aller puissant que je lui donne, lâchant de bons gémissements de plaisir alors que j'admire la petite humaine prendre son pied et me raconter ce qu'elle ressent.

Tu es si bien gauler, une bonne chienne comme... haaaan.. on en fait plus !

Les paroles et cris de ma soumise semblent me faire effet, me donnant de l'élan pour accélérer mes vas et viens entre ses cuisses, frappant de plus en plus fort, allant plus vers le haut pour que le point G soit titillé allègrement. Mon regard reste figée sur la lourde poitrine de l'espagnole en trans et excitante à souhait, celle ci gigotant dans tout les sens au rythme de mes coups de queue fougueux et brutaux.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox