banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Deux loups sur la même brebis [PV Dana Sidorova]  (Lu 500 fois)
Predators
Legion
-

Messages: 8



Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 04, 2017, 02:25:39 »

C’était une soirée peu comme les autres au centre-ville; presqu’aucune voiture ne passait, la ville ayant fermé la majorité des routes pour le Midori No Hi, la fête de la nature. Les bourgeons commençaient à se faire plus présents en ce début de mois de Mai, le printemps voulant tranquillement reprendre sa place, réchauffant les cœurs de tous, et on pouvait le sentir avec les festivités, écologiques, qui se tramaient un peu partout en ville… Excepté à une certaine batisse, ou les dures labeurs se faisaient bien présentes en ce jour de fête.

Ça faisait une bonne heure que l’équipe predators se tenait devant une carte, en silence, laissant au bourdonnement du plafonnier au dessus de leur tête et de la longue table grise envahir la pièce. Le contrat qu’on leur avait fourni avait semblé si facile aux premiers abords; un simple scientifique que leur client voulait rencontrer de façon informelle… Un simple snatch and grab comme avait si bien dit Uroi. Cependant, le laboratoire ou ils devaient extraire le vip était sous la mer… Vous savez ce fabuleux endroit, ou l’île-état avait décidé de foutre un parc d’attraction et un musée? Honnêtement, pour les touristes, c’est merveilleux, beaucoup rêverait de voir un tel endroit, mais pour un kidnapping, un endroit comme celui-là ou il n’y a qu’une seule entrée/sortie, la tâche devient rapidement ardue.

Le chef du groupe se balança vers l’arrière, le dossier de sa chaise l’arrêtant mollement, et posa ses mains sur sa chevelure brune, poussant un long soupir de consternation.

Je ne vois vraiment pas comment on peut entrer et ressortir ni vu ni connu, encore moins avec la tête de l’équipe de recherche du laboratoire… On a même passé une semaine à regarder les caméras du site, ce mec ne va même pas à la surface!

Tous prirent un air plus débité que la seconde d’avant. Sado avait raison, aucun moyen d’entrer sans se faire voir. Le laboratoire avait même des sonars qui empêchaient les sous-marins de s’approcher trop près du site sans se faire repérer… Et ses foutus sonars étaient sur un relai indépendant… Impossible de pirater le relai car il n’émettait absolument aucune onde en dehors du laboratoire, il ne faisait que recevoir…

Quelques minutes passèrent une nouvelle fois dans le silence jusqu’à ce que Matari redressa la tête.

Ce n’est pas tout le système qui est indépendant, celui des ressources humaines est envoyé sur le serveur d’une firme externe! Je peux faire entrer n’importe qui dans leur base de données d’employés, il suffit juste de trouver un plan pour le faire sortir!

Concocter un plan, c’est comme écrire un livre. On peut y passer des jours sans jamais se sortir du syndrome de la page blanche, mais quand on trouve une parcelle d’idée, c’est comme ouvrir les valves d’un barrage. Sous les mots de Matari, Sado se leva d’un bon, et se mit à faire les cent pas.

D’accord, voici ce qu’on va faire. Met Ashida et moi dans la base de données des employés, moi en tant que concierge. Les concierges ont tous les accès, surtout dans un laboratoire, il faut que tout soit impeccable, Ashida sera un infirmier. Ashida, trouve-nous un poison à donner au vip, il faut qu’il se sente mal et qu’on ait besoin de l’évacuer, mais ça ne doit pas le tuer. Uroi, tu vas devoir voler une ambulance, le plus tôt possible. On va l’évacuer par ambulance et faire croire à une embuscade à ce moment. On détruit l’ambulance et on retrouve nos corps calciné avec nos ID dans les décombres. On va aussi avoir besoin de trois cadavres, donc un petit tour à la morgue va s’imposer pour toi, Ashida.

Pour sa part, durant la phase de préparation, Sado allait faire un tour au parc d’attraction. Il devait s’assurer de ne pas avoir d’ennui, mais surtout d’avoir un plan de contingence, si le tout ne marche pas comme prévu.

Centre d’attractions sous la mer / Sadotoru

Sado n’en revenait pas. Cet endroit était une petite bulle sous la mer, mais c’était tellement spacieux qu’ils y avaient construit une grande roue, des stands d’adresse et de multiples manèges si hauts que juste à les regarder d’en bas lui donnait le vertige. La cupidité humaine ne cessera jamais de l’impressionner. Mais bon il n’était pas là pour les manèges, mais bien pour faire du repérage. Avec son appareil photo, Sado fit quelques prises d’agents de sécurité, mesures protectives et portes blindées, le tout camouflé par ce qu’un touriste aurait pu considérer digne d’être dans une photo. Dans son sac pour l’appareil photo, il avait également dissimulé un pistolet qu’il venait d’acheter d’un vendeur d’armes indépendant, déjà monté avec le suppresseur d’attaché dessus. Une fois s’être assuré que personne n’était dans les parages et d’être dans l’angle mort des mesures de sécurité, il sortit rapidement l’arme et la dissimula sous une roche, creusant un petit trou pour qu’elle ne paraisse aucunement.

Ce n’était qu’une mesure de sécurité, un au-cas-ou, et n’avait aucun remord à la laisser là s’il n’en avait pas besoin. Remords qu’il aurait eu s’il y avait caché son arme favorite.

Centre-Ville/ Uroi

Pour avoir l’ambulance, Uroi avait fait appel à quelques contacts qu’il lui restait dans le cartel chinois. Uroi n’aimait pas faire de mal aux gens innocents, mais il devait arriver à ses fins, et s’il pouvait faire une pierre deux coups, c’était une victoire pour lui, autant sur le plan spirituel que le plan professionnel. Il avait donc demandé quelle équipe d’ambulanciers travaillait pour les japonais; mieux vaut avoir des médecins et des ambulanciers de leur côté, il fallait bien quelqu’un pour amener les Yakuzas aux bons docteurs. On lui donna quelques noms, des noms qu’Uroi traqua pendant leurs travaux et remarqua que les numéros des ambulances qu’ils conduisaient n’apparaissaient sous aucune bannière médicale. Étrange, mais un coup de chance pour les Predators, personne ne remarquerait la disparition de deux ambulanciers et une ambulance qui n’apparaît dans aucun registre. Excepté le crime organisé, mais ceux-ci vont juste blâmer une autre faction.

Alors qu’ils répondaient à une urgence, des Yakuzas qui s’étaient fait attaquer dans une ruelle, merci à nos amis du cartels, Uroi s’avança tranquillement et sorti une arme de son holster de hanche. Les deux para-médics reçurent une balle chacun avant de tomber au sol, mort sous le coup. Aucune hésitation à avoir, c’était deux sacs à merde, de toute façon. Avant que la police ne débarque, Uroi se hissa dans le véhicule blanc, après s’être assuré qu’il soit vide, et ira le conduire jusqu’à une planque dont lui seul connaît la localisation.

Morgue/ Ashida

La partie d’Ashida s’était remplie très vite. Matari lui avait fait un faux badge de police fédérale et un mandat pour rapatrier trois cadavres, il n’avait eut qu’à le présenter à la réception et ces derniers étaient pressés d’obtempérer. Personne n’ose réellement contredire un mandat, on lui avait même fourni un véhicule pour les transporter et on avait chargé les précieux corps pour lui.

Tout ce qu’il eut fait, c’était de se prendre un coca diète de la machine et les regarder à l’œuvre, content de l’avoir facile, pour une fois.

Pour le poison, il avait simplement prit une petite plante surnommée l’herbe du diable; le Datura Stramoine. Ils n’avaient qu’à l’introduire dans un plat que le scientifique mangerait ou quand il viendrait à la clinique, mais pour l’instant, il se contenterait de l’amener au QG.


QG / Matari

Un seul firewall pour toute une base de données d’employés d’un site hyper sécurisé… C’en était une véritable honte! Ça avait prit dix minutes à Matari pour entrer dans le système, ajouter les noms et les photos des deux infiltrés et il était en train de leur imprimer leur cartes à puces. Les deux mains jointes derrière la tête, il regarda l’imprimante 3D nextgen faire les cartes et une autre machine créer les puces en se disant qu’il était si bon d’avoir tout le budget qu’on voulait pour acheter quoi que ce soit.

Pour le système de caméras, Matari l’avait déjà infiltré une semaine auparavant, pour trouver un point d’attaque sur le scientifique.

Désormais, toutes les phases de préparation étaient accomplies. Il ne restait qu’à accomplir la mission.
Journalisée
Dana Sidorova
E.S.P.er
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Août 03, 2017, 01:35:04 »

Cette mission pue : se fut l'une des premières réactions de Dana quand elle entendra parler de cette mission dans l'Underground et pourtant elle a fini par céder. Par appât du gain, il ne faut pas se leurrer mais aussi pour une autre raison, plus particulièrement quand elle a commencé à glaner des informations sur la corporation qui gère ce soit disant parc d'attraction. Chaos Corp, une société pas des moindres qui a réussi bien des années en avance, à construire un complexe sous marins sans l'appui du moindre gouvernement. Logique quand on sait que le lieu, malgré qu'il soit proche du Japon, se situe en eau internationale. Alors si le parc d'attraction est fait pour attirer le pigeon et donc attendrir le gogo qui s'inquiéterait de voir un tel complexe se construire à côté de chez lui, il n'a pas fallu longtemps à Dana pour glaner des informations moins reluisantes. Si l'exil fiscal est en premier sur la liste pour la simple et bonne raison qu'il y a la pub sur le site même de la société et même un pop-up sur la page même qui ventait le parc d'attraction, les infos récoltés par son hacker seront un peu moins reluisante. Expérience, enlèvement mais bien sûr ceci ne sont que des rumeurs et gare à ceux qui les lancent : Dana a même l'impression qu'elles sont là que pour occupé l'armée d'avocats qu'à la Chaos Corp. Après tout un procès pour diffamation en vu de réclamer des dommages et intérêts est toujours quelques choses de bon à prendre, même pour une société de cette taille.

Non ce qui lui a éveillé un peu son intérêt, c'est que la société semble mettre un point d'honneur sur l'eugénisme. Sur le moment, Dana aurait pu croire à un piège en vue de l'attirer mais la théorie est vite tombé à l'eau pour deux raisons. La première est l'employeur, un géant du minerai, semble plus intéresser par l'homme en question qu'une ESPER parmi tant d'autres : le monsieur est un expert en nanotechnologie concernant la solidité des métaux pour les infrastructure sous marine. Autant dire que le cas Dana Sidorova, son employeur s'en bat les steaks. La seconde est que le piège aurait trop grossier : si la Chaos Corp. a une armée d'avocat derrière elle, ce n'est certainement pas le nombre de personnes ayant suffisamment de plomb dans la cervelle pour monter quelques choses d'un plus sophistiquer pour la piéger. Il ne faut pas croire, à la Chaos Corp, soit tu as un BAC+5 minimum, soit tu es balayeur. Et encore pour le dernier cas, Dana n'en mettrait pas sa main à couper.

Si une certaine compagnie de mercenaires s'est retournée le cerveau pour entrer et surtout sortir de ce foutu dôme sous marin, ça sera le cas pour Dana qui devra travailler aussi en équipe. Elle aussi à demander à ce que l'on lui fournisse une liste des employés, le hacker de l'équipe, un certain Strange que la mercenaire ne connaitra qu'à travers un écran, rapportera les mêmes défauts si ce n'est qu'ils font un check up de sécurité toutes les semaines à la même heure et qu'il aura lieu dans deux jours. Et pourtant c'est de ce check-up que partira tout le plan.

Son plan est simple, se faire passer pour la femme d'un riche trader, interesser pour ouvrir un compte, qui passerait plus de temps à dilapider l'argent de son mari et à le tromper qu'à jouer la femme au foyer. Leonard Gareda, son complice, aura au moins le mérite d'avoir des autorisations VIP en plus d'avoir une fausse identité en béton armée et de faux compte, son employeur ayant jouer de ses contacts. Du côté du Dana, c'est simple, se fondre dans la foule pendant que Leonard s'occupe des petits arrangements, prendre l'identité d'une des employés de la sécurité qui a la même stature qu'elle, une certaine Jane Mc Douglas. Si les caméras ne manquent, planquer le corps d'un agent de sécurité dans le placard de sa chambre est chose assez simple : au moins là il n'y a pas de caméra. La technologie aidant, elle utilisera un appareil de modification facial pour la remplacer, une identité qu'elle ne pourra pas garder bien longtemps malgré tout. Et pourtant, même en faisant cela, elle ne pourra qu'approcher sa cible, ne pourra toujours pas agir. C'est là que rentre en compte le check-up de la sécurité, Strange s'étant débrouiller pour que le programme de sécurité du dôme bug de lui même lorsque l'ingénieur informatique entrera le protocole habituel, risquant de lui faire perdre quelques heures pour le remettre à jour.

C'est là que Dana entrera en scène, approcher et se débrouiller pour que sa cible s'éloigne quelques peu des laboratoires, la kidnapper, faire en sorte qu'elle finisse dans la soute de la limousine et partir comme si de rien n'était au moment où la sécurité sera débugger. Au moment où ils se rendront compte du kidnapping, il sera déjà trop tard et le groupe sera à la surface. Ceci dit, Dana a un petit doute, elle pense que le délai risque d'être trop juste pour s'éloigner de l'île artificiel et sait qu'il y a des hélicoptères dessus. Mais elle improvisera, elle et Leonard seront à la surface, ils pourront mieux gérer que dans un dôme. Et au pire un hélicoptère, ça se vole.

Et voilà que Dana était dans la limousine, maquiller comme une voiture volée en train de regarder un peu les outils qu'elle avait dans la partie caché de son sac à main. Le chauffeur, juste Sam, qui est aussi dans l'affaire, se contente de rester muet tout en jetant un oeil dans le rétroviseur. Si ça devait dégénéré à la surface, c'est lui qui risque de voler un hélicoptère mais il espère, comme tous les membres du groupe, ne pas devoir passer par là. Car pénétrer dans le centre est une chose relativement simple, l'infiltrer aussi mais en sortir c'est une autre paire de manche.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox