banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Gage de bonne foi [Mia Okimi]  (Lu 884 fois)
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 327



Voir le profil
Fiche
« le: Juin 11, 2017, 02:46:26 »

« Tâche d’être à la hauteur, Doutzen. Cette femme est une cliente très importante pour ton père.
 -  Je le sais très bien. »

Dans sa belle robe rouge, Doutzen portait également de longs gants rouges, des bottes avec des collants, et, sous cette dernière, un élégant corset. À côté d’elle, Olga Gurluchenko caressa ses cheveux d’une main, tout en lui répétant des consignes qu’elle savait déjà. Doutzen se pinça les lèvres, et se retourna. Le magnifique ascenseur s’élevait le long de la façade de l’immeuble, un magnifique gratte-ciel de luxe situé au cœur de Seikusu, et qui filait vers les appartements privés de la riche cliente. Cette dernière avait fait mander spécialement une limousine noire depuis la maison de Reto pour la conduire jusqu’ici.

Il y a quelques jours, Reto Kroes, le père adoptif de Doutzen, avait reçu la visite d’une riche femme locale, Mia Okimi. La PDG d’Okimi Medicals était une femme influente, connue tant pour sa beauté que pour sa fortune. Riche et puissante, Doutzen ignorait pourquoi elle était venue voir Reto, mais elle savait que leur entretien avait été plutôt long. Doutzen était régulièrement passée pour leur amener des plats, et, vers la fin de la réunion, Mia Okimi avait, tout en récupérant un verre de saké donné par Doutzen, palpé ses fesses. Reto lui avait ensuite expliqué qu’elle allait sous peu aller chez Mia Okimi, afin de la satisfaire personnellement. Mia avait sûrement un manoir quelque part en ville, mais c’était dans son penthouse que Doutzen se rendait.

Olga la guidait. La femme était une prostituée russe arrivée depuis peu à Seikusu, et qui était autant une amante intensive de Reto qu’une formatrice de Doutzen, améliorant ses talents en matière de bondage et de domination sexuelle. Doutzen s’était déjà rendue dans des endroits très élégants et très riches. Elle n’était donc pas impressionnée outre mesure. En revanche, ce qui la surprenait, c’est que, à chaque fois, Reto l’envoyait en mission, faire son Petit Chaperon Rouge. Elle avait donc, non seulement pour tâche de sustenter la cible, mais aussi d’obtenir diverses informations. Or, ici, son rôle était juste de servir Mia, de faire tout ce que la cliente lui demanderait, et de lui être agréable.

*Je me demande bien ce qu’elle est pour que Reto ne cherche pas à la piéger d’une manière ou d’une autre…*

Intriguée, Doutzen n’allait cependant pas chercher à contrevenir aux instructions de son Maître. Au moins, Mia était très belle, bien plus belle que les personnes que Doutzen allait habituellement voir. Elle conserverait juste sa curiosité dans un coin de sa tête, pendant que l’ascenseur atteignait le dernier étage.

Ce dernier s’ouvrit sur un simple vestibule, avec une seule porte, menant au seul appartement de l’étage, celui de Mia.

Mia Okimi était bien la PDG d’Okimi Medicals, mais elle était, surtout, d’une part, la digne représentante de la branche japonaise d’une confrérie secrète, les Illuminatis, et, d’autre part, l’hôte d’une démone, Zaërith. Or, Zaërith était une démone travaillant pour une puissance sombre dont la simple évocation aurait suffi à emplir Doutzen d’une terreur sans nom… Le Roi Cramoisi. Et Zaërith avait choisi de se réincarner dans le corps de cette humaine pour mener à bien une mission cruciale et centrale… Retrouver les traces de la Septième Rose, l’une des Treize Sphères de Maerlyn. Récupérer ces Treize Sphères était l’objectif principal du Roi Cramoisi, son obsession. Il en possédait déjà six, et la Septième Rose était l’une des plus puissantes. Une Sphère magique chargée de magie rose, qui avait été emmenée sur Terre.

Les informations glanées par le Roi Cramoisi et par son organisation, la Monarchie de la Rose, lui avait permis de déterminer que la personne ayant déplacé la Septième Rose de Terra à la Terre avait fait partie des fondateurs de Seikusu. Dès lors, il était logique de soupçonner que la Septième Rose se trouve quelque part dans la ville, mais elle pouvait aussi avoir été déplacée ailleurs. Or, parmi les familles ayant fondé cette ville, il y avait notamment une famille russe… Les Petrovski. Et c’était bien pour ça que Mia était en réalité venue voir Reto Kroes. Elle était venue lui proposer une alliance entre les Illuminatis et le clan des Petrovski, qui constituait une redoutable mafia russe, mais, derrière ce marché, Mia cherchait surtout à en savoir davantage sur les Petrovski, et à fournir au Roi des informations précises sur l’emplacement de la Septième Rose.

Que venait faire Doutzen dans toute cette histoire ? Pas grand-chose, en soi… Et tout en même temps. Reto l’avait utilisé comme gage de sa bonne foi. La rencontre entre lui et Mia avait mal commencé, car Mia savait tout sur lui, sur ce qu’il faisait avec Doutzen, ainsi que sur sa nature réelle. Troublé, Reto avait été sur la défensive, avant de progressivement se détendre.

« Il est très important que tu fasses bonne impression, tu n’as pas intérêt à échouer. »

Olga, qui avait accompagné Doutzen, sonna à la porte. Elle ne comptait pas rester, mais juste introduire Doutzen. Elle disposait, en outre, d’une mallette comprenant un certain nombre de « jouets », même si elle ne doutait pas que Mia dispose déjà de tout un équipement adapté à recevoir Doutzen.

Autant dire que cette dernière allait passer une sacrée soirée ici…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mia Okimi
Avatar
-

Messages: 72



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juin 22, 2017, 09:08:24 »

Aujourd’hui n’était pas un jour comme un autre. Non, ce n’était pas une énième rencontre professionnelle pour signer des contrats juteux, rapportant plein d’argent. Non, ce n’était pas non plus une réunion du conseil d’administration, ni une réunion secrète des Illuminatis. Aujourd’hui, il s’agissait de quelque chose bien plus sérieux et important. Pour comprendre cela, il fallait se remémorer les derniers jours précédents tout ceci. Mia Okimi était une femme d’affaire très entreprenante en apparence. La digne héritière de l’empire Okimi, l’un des leaders de la biomédecine, spécialisé dans les innovations médicales. Tant d’un point de vue chimie que technologique ; Okimi Medicals avait, depuis la dernière décennie, lourdement investi dans la recherche sur les implants et les prothèses bioniques. On se doutait bien que derrière ceci il y avait un Œil, invisible, qui décidait pour des raisons qui lui était propre.

Mais au sommet de cet Œil, siégeait Mia en toute circonstances. Tout ceci était une histoire très compliquée, alors même que l’on ne mêlait pas encore la propre histoire de Mia. Cette femme qui, en réalité, était une ancienne et très puissante démone, s’étant liée à une entité dont la puissance et l’influence dépassent tout entendement ; le Roi Cramoisi. Zaerith était son vrai nom, son nom démoniaque. Le sang du Roi Cramoisi coulait dans ses veines, lui octroyant des pouvoirs certains, mais la liant éternellement à cette entité en contrepartie. La démone s’était incarnée sur Terre à plusieurs reprises, à plusieurs époques, pour façonner une infime partie de l’Histoire de celle-ci … Afin qu’elle desserve ses propres desseins. Le but final était de retrouver un ancien artefact, caché dans ce monde, sur cette planète. Zaerith avait pour mission de le retrouver, et c’était précisément pour cela, qu’elle s’était approché d’un homme récemment.

Par un moyen comme un autre, dont elle seule avait le secret, elle avait appris qu’un homme répondant au nom de Reto Kroes détenait de potentielles informations cruciales au sujet de cet objet tant convoité. Sans entrer de nouveau dans des histoires complexes et anciennes, cet homme était lié à l’une des familles ancestrales qui s’étaient chargées de cacher et dissimuler la Sphère – cet artefact – pour ensuite la protéger. Inutile d’en attendre plus, Mia avait saisi l’occasion en vol. Ce genre de personne étaient bien trop rares pour les laisser filer. Ainsi donc, en bonne femme d’affaire, elle s’était approchée de lui et était venue négocier. Les négociations n’avaient pourtant pas démarré de bon pied … L’aggressivité en matière d’affaire de Mia se retrouva confronter à la méfiance de monsieur Kroes, qui était parti sur la défensive.

Mais au bout d’une longue discussion, les deux personnes s’en étaient enfin convenu d’un accord. Mia voulait une alliance entre les Petrovski, une puissante famille de Seikusu, fondatrice de la ville et surtout ancêtre des gardiens de la Sphère, et entre les Illuminatis. Un tel contrat ne pouvait être refusé autant par l’un que par l’autre … Et comme gage de bonne foi, l’homme avait envoyé sa fille à Mia, ce soir, afin … De tout simplement lui prouver quelque chose. Doutzen Kroes, la jeune dame, allait donc devoir répondre aux moindres désirs de sa maitresse d’un soir, et peut-être plus, si Mia était satisfaite. Le moment attendu arriva alors, alors qu’on sonna à la porte du grand penthouse de Mia, situé au dernier étage du QG d’Okimi Medicals. Une des rares domestiques ouvrit soigneusement la porte et fit entrer Olga et Doutzen. Elle conduit les deux femmes auprès de sa maitresse, qui était confortablement installée dans un grand sofa, dans un salon très épuré et large, devant un téléviseur aussi large que fin.

Le luxe dans toute sa splendeur … Mia se leva soigneusement et sourit légèrement face à son invitée, qui fut rapidement introduite par Olga. « Laissez-nous. Et posez la malle ici, je vous prie. » Dit-elle, en coupant Olga, d’une voix ferme. Quand sa domestique et Olga disposèrent, enfermant Mia et Doutzen seules dans ce grand penthouse, la maitresse des lieux sourit brièvement à son invitée. « Soit la bienvenue dans ma demeure, jeune fille. » Déclara-t-elle d’une voix douce, mais gardant une certaine fermeté. Mia avait préparé – étrangement – deux coupes de champagnes, qu’elle avait posé soigneusement sur la table basse du salon. Elle invita Doutzen à prendre assise sur le confortable sofa, avant qu’elle-même ne s’assoit à côté. Mia, en bonne hôte, offrit l’une des deux coupes à Doutzen, avant de lever la sienne, comme pour trinquer. « Tu es plus belle que je l’imaginais. Ton père n’a donc pas menti … C’est effectivement, un gage de bonne foi. » Dit-elle, avec un sourire et un regard énigmatique. Elégamment, Mia bu une première gorgée, avant de laisser passer un petit silence, jaugeant son invitée. Puis, elle lui posa une question. « Présentes-toi, ma chère. Fait comme si je ne savais pas déjà qui tu es, et que tu devais … M’impressionner. » Déclara alors Mia, amusée, un sourire en coin.

Elle avait tout un beau programme pour cette jeune fleur, dont elle allait se faire un plaisir de cueillir.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 327



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juin 24, 2017, 12:51:28 »

Reto partait du principe qu’une alliance se concrétisait toujours dans le sexe. Et c’était à ça que servait Doutzen. Elle se retrouva finalement seule avec Mia, dans un grand salon luxueux et très évolué. Elle savait qu’Okimi Medicals était une puissante keiretsu japonaise, se trouvant dans plusieurs secteurs, et en pointe sur la technologie. La firme était notamment en pointe sur le concept des robots sexuels. Doutzen ne savait pas ce que la femme avait prévu, et resta donc silencieuse, rougissant légèrement. Elle portait sa délicieuse tenue de Chaperon Rouge, se composant d’une robe rouge de soirée, de longs gants, également rouges, et de bottes en cuir à talon, là encore, en rouge. C’était une couleur qui lui allait bien, faite pour stimuler les passions et éveiller le désir.

Mia était seule, magnifique, dans une superbe orbe chinoise, et Doutzen sentit son rythme cardiaque s’accélérer. Oui, Reto l’avait rarement envoyé en mission auprès de clientes si belles. Et, outre sa beauté, il se dégageait de Mia un charisme certain, une puissance redoutable. Doutzen, pour le dire simplement, se sentait intimidée face à elle. Elle s’assit donc sur le canapé, et Mia la rejoignit rapidement. Elle avait un parfum très agréable, et tendit à Doutzen une coupe de champagne. Certes, la lycéenne était mineure, mais... Eh bien, elles allaient sûrement faire, ce soir, des activités bien plus immorales et illégales que simplement boire. Elle attrapa donc la coupe, et Mia ne tarda pas à lui demander de se présenter.

Reto avait été clair. Il ne s’agissait pas de mentir, de jouer un rôle, ou d’essayer de la piéger. Pour ce soir, elle allait juste jouer la variante moderne et délurée d’une geisha... Soit faire la pute, pour le dire simplement.

« Je... Je m’appelle Doutzen Kroes. Je suis la fille de Reto, qui m’a adopté après que mes parents m’aient vendu comme esclave au clan des Petrovski. »

Aucune hésitation dans sa voix, aucune once d’amertume. En voulait-elle à ses parents naturels ? Oui, bien évidemment, mais elle avait eu le temps de se faire à cette idée. Reprenant son inspiration, elle but une gorgée, et poursuivit :

« Je suis déléguée de classe au lycée Mishima, où j’ai d’excellentes notes. Parallèlement, je suis des cours de théâtre et j’ai une professeur particulière, qui travaille dans une agence ayant pour but de former de jeunes acteurs au monde du théâtre, d’agir en tant qu’intermédiaire pour leur trouver des contrats, ce genre de choses. »

Il s’agissait d’Aoki Kou. Là encore, Doutz’ fit quelques précisions :

« Kou-san, ma manager, est également l’une de mes amantes régulières. Je dois vous avertir, Madame, que... Je ne suis pas une petite fleur fragile. Enfin... Vous pouvez me faire subir tout ce que vous voulez. Je sais pourquoi je suis là, et, même si j’y suis obligée, ça ne veut pas dire que je ne vais pas apprécier d’être entre vos mains. »

C’était sans doute une précision inutile à faire, mais elle ajouta malgré tout :

« Vous pouvez me faire ce que bon vous semble... Tant que ça n’implique pas de me mutiler, ou de me tuer. Il faut encore que je serve à Reto, après tout. Ce soir, je suis votre esclave... Par obligation, mais aussi par plaisir. »

Elle n’allait pas mentir, et prétendre qu’elle n’avait pas envie d’être sexuellement torturée par cette femme... Parce que c’était en réalité exactement ce qu’elle voulait !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mia Okimi
Avatar
-

Messages: 72



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 06, 2017, 09:25:56 »

Ecouter cette petite fut une surprise assez étonnante pour Mia. Ainsi donc était-elle malgré tout bonne élève, mais aussi et surtout, avait-elle conscience de ce qu’elle venait faire ici, ce soir ? Servir Mia, jouer à la petite poupée sexuelle, se laisser porter par les moindres désirs de la patronne d’Okimi Medicals ... Un sourire en coin naquit sur les lèvres fines de la femme, alors que Doutzen vint à terminer ses dires. « Je vois. » Répondit-elle simplement. Elle regarda la jeune femme puis prit une gorgée de sa coupe, réfléchissant à ce qu’elle allait bien pouvoir faire de cette femme. S’en servir de jouet sexuel ? Surement. Ça n’allait pas manquer de cela ce soir mais, Mia n’aimait pas qu’on prenne le taureau par les cornes avec elle. Et puis, le discours de Doutzen était bien triste au fond ... Ses seules aspirations ne résidaient donc qu’à servir son père et, pour ce soir, Mia ?

La femme voulait gratter un peu pour voir si réellement il n’y avait pas d’autres moyens de la mettre à profit. « Tu penses instinctivement que je vais me servir de toi comme d’un petit jouet sexuel, n’est-ce pas ? Ton père aurait-du te prévenir, je ne suis pas comme les autres. » Répliqua-t-elle, finissant sa coupe, avant de soigneusement la poser sur la table basse. Mia croisa élégamment ses jambes enveloppées dans le nylon de ses bas, se penchant un peu sur le côté pour tourner son buste vers Doutzen. Elle reposa sa tête sur sa main, dont le coude était posé sur le dossier du canapé. D’une main nonchalante mais assez délicate, elle effleura du bout de son index la cuisse de Doutzen, dessinant de fines arabesques, remontant petit à petit jusqu’à sa joue. « La première chose que tu vas faire, jeune femme, c’est de ne plus citer ton père devant moi. Tant que tu es officiellement mienne, considères que tu me sers moi et non Reto. » Déclara-t-elle ensuite.

Mia n’avait pas besoin d’un quelconque tour de magie pour sentir la tension sexuelle qui régnait en ce moment-même. Doutzen avait sans doute envie que Mia se déchaine et qu’elle la torture sexuellement. Si c’était ce qu’elle désirait réellement, alors elle allait l’avoir ... Mais, pour autant, la femme d’affaire avait envie de s’amuser un peu avant. « Bien, en deuxième lieu, tu vas vite apprendre qu’il ne faut ... Surtout pas ... » Dit-elle, approchant lentement son index des lèvres pourpres et sensuelles de Doutzen. Elle parlait d’une voix très calme et sereine, mais qui dégageait une forte impression vicieuse, et perverse. « Me contredire. Si par exemple, je désire que ce toi qui me torture toute la nuit, tu vas devoir le faire ... Sinon, j’ai bien peur pour ton avenir une fois sortie de chez moi. » Dit-elle alors. Mia ne l’avait pas encore dit mais, si l’idée saugrenue d’utiliser un peu de sa magie lui venait à l’esprit, Doutzen n’avait évidemment pas intérêt à râler.

Dans l’esprit Mia, plein de choses se bousculèrent, en voyant cette belle plante assise à côté d’elle. Se jeter sur elle et lui faire sauvagement l’amour pendant des heures et des heures, ou bien au contraire, faire en sorte que Doutzen ressorte d’ici émoustillée de la douceur et de la passion que lui aura apporté cette femme en une nuit. D’autres idées un peu plus farfelues lui traversèrent même l’esprit mais, il fallait faire le tri. Néanmoins, elle finit par s’écarter lentement. Mia rabattu ses jambes et s’allongea élégamment dans le reste du canapé, tendant alors une de ses jambes à la belle Doutzen. « On va continuer de parler, toutes les deux mais, on ne va pas chômer pour autant. Baise mes pieds et ne t’arrêtes que lorsque je te dirai de le faire ... Ou quand tu dois me répondre. Vas-y lentement, prend le temps d’apprécier ce que je t’offre ... » Dit-elle, remuant doucement ses petits doigts.

C’était donc le début de cette soirée ! Mia attendit sagement de sentir le visage de Doutzen contre sa plante pour laisser échapper un délicat soupir de satisfaction, avant de poursuivre sur les questions. « Que penses-tu réellement de tout ceci Doutzen ? » Commença-t-elle, tout en la regardant s’occuper de son premier pied.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 327



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juillet 09, 2017, 01:19:21 »

Doutzen voulait juste être honnête, et restait silencieuse quand Mia lui affirma qu’elle n’était pas comme les autres. Ça, honnêtement, c’est toujours ce qu’on lui disait, alors elle avait appris à se fier sur les actes plutôt que sur les paroles. Néanmoins, elle reconnaissait à Mia une beauté indéniable, et un charisme incroyable, que Doutzen ne retrouvait effectivement pas partout. La plupart de ses clients étaient plutôt ordinaires, et, en soi, le simple fait que Reto ne lui ait pas ordonné de voler quoi que ce soit ce soir tendait à confirmer le statut très particulier de Mia Okimi. Doutzen ne savait donc pas trop sur quel pied danser avec elle, surtout quand elle se mit à avancer que les rôles pourraient s’inverser ce soir.

« H-Hein ?! »

La jeune femme se pinça immédiatement les lèvres, se sermonnant pour cette question-réflexe. Elle exprimait sa plus profonde surprise.

*Elle n’est pas sérieuse, tout de même, ce n’est pas à moi de la dominer ! Moi, je suis le Petit Chaperon Rouge !*

Les rôles étaient distribués ainsi, ce n’était pas à elle de « torturer » les autres ! Doutzen avait surtout le profil d’une soumise, même si elle était très intelligente. Mia semblait visiblement la perturber, et commença à s’étaler le long du canapé, laissant ses pieds nus se poser sur les genoux de Doutzen, puis lui ordonna d’agir, de s’occuper de ses pieds, tout en lui parlant d’elle. Les joues rouges, Doutzen déglutit lentement, et se laissa tomber à genoux, afin d’avoir plus facilement accès aux pieds de la femme.

*Je dois être totalement honnête avec elle…*

Mia lui avait dit d’oublier Reto pour ce soir, ce qu’elle comptait faire… Mais c’était bien parce que, à la base, Reto lui avait dit de faire tout ce que la femme voudrait. Elle était l’esclave et la fille de Reto avant d’être celle de Mia, ce qui ne l’empêchait pas d’apprécier sa présence ici. La beauté de Mia, sa richesse affichée, ce haut niveau de culture qui se dégageait d’elle… Mia appartenait clairement à la haute société, aux pontes de cette ville. Les lèvres de Doutzen allèrent donc naturellement se poser sur les orteils de Mia, les embrassant et les léchant l’un après l’autre. Elle avait des pieds propres et délicats. Doutzen avait embrassé de nombreux pieds au cours de son existence, et savait que, s’ils étaient tous semblables, il existait aussi d’infimes différences.

Pendant quelques instants, elle s’attarda donc uniquement sur ce pied, léchant les orteils, fourrant notamment le gros orteil dans sa bouche, et aplatit ses lèvres dessus, le léchant, avant de planter ses dents sur l’ongle, la partie dure de l’orteil, tirant et mordillant délicatement dessus, pendant que sa langue filait sur la plante de l’orteil, et le relâcha ensuite, pour s’attaquer aux autres. Avec sa langue, elle s’amusait à lécher la partie blanche de l’ongle, puis s’attaquait ensuite au reste de l’orteil.

Pendant ce temps, Mia lui posa une question très ouverte, et Doutzen, un peu surprise, releva la tête.

« Eh bien… À première vue, je dirais que vous avez des pieds très doux, et très bien entretenus. Je ne sens aucun poil, j’ai l’impression de lécher la peau d’un bébé, pour être honnête… Mais quelque chose me dit que votre question ne portait pas juste sur la qualité de vos pieds. »

Doutzen déposa une série de baisers sur le pied de la femme, et l’écarta ensuite, afin de pouvoir lécher sa plante, glissant dessus, et racla brièvement sa peau avec ses dents.

« Je sais ce que je suis, Mia… Je ne suis pas une jeune écervelée. Je viens d’Europe de l’Est, d’un village qu’on ne trouve même pas sur une carte. Mes parents m’ont vendu à la Mafia. J’aurais pu me retrouver strip-teaseuse droguée dans un club de strip-tease pourri à Berlin ou en pleine Sibérie, mais Reto avait d’autres projets pour moi. Je ne regrette pas ma situation. Enfin… Je le regrettais, au début, mais j’ai appris à tirer avantage de ma condition. »

Elle aurait pu encore parler longtemps, mais elle ne voulait pas trop en dire pour le moment, et se contenta donc de rajouter :

« Mon grand rêve, c’est de devenir une actrice… Comme Marilyn Monroe. Et ce que je fais, ça m’y aide. C’est curieux à dire, mais je sais que je n’aurais jamais eu aucune chance de percer dans mon village natal, alors que, ici… Enfin… Je sais que vous ne voulez pas que je parle de lui, Maîtresse, mais Reto m’encourage à devenir actrice. »

Pour le reste, elle attendait de voir les prochaines questions de Mia, et retourna lécher et embrasser son délicieux pied…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mia Okimi
Avatar
-

Messages: 72



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 19, 2017, 09:23:28 »

Mia s’amusait, pour le moment. Voir cette petite jeune lui obéir car son père – ou maitre – le lui avait ordonné, c’était là pour elle une parfaite occasion pour s’amuser. La riche femme d’affaire était donc là, allongée élégamment dans son canapé, avec une jolie et jeune femme en train de baiser ses pieds. Mia ne comptait pas la lâcher de sitôt et se donnait même le pari de se faire manquer par Doutzen quand elle partira d’ici, à sa manière bien entendu. Une façon comme une autre de rendre les choses plus excitantes et amusantes. Mia écouta donc chacun des mots sortant de sa bouche, alors qu’elle la regarda d’un regard fier, mais joueur, en train de baiser ses délicats pieds. Délicats car, ils étaient aussi doux et lisse que la soie. Sa peau par ici semblait presque aussi fragile mais aussi pure que de la porcelaine.

Mia se pinça légèrement la lèvre quand elle sentit les lèvres de Doutzen se poser sur son gros orteil, avant qu’elle ne dérive vers la plante de son pied, se mettant à la lécher, et à l’embrasser. Néanmoins elle fit particulièrement attention à la révélation que lui fit son jouet du soir ; elle rêvait de devenir actrice. Faisait-elle donc tout ceci pour ça ? Acceptait-elle cette situation par soucis de devenir une nouvelle Marylin Monroe ? Mia ne savait pas si ça paierait, elle ne pouvait que l’espérer. Mais en attendant elle allait bien en profiter. Quand Doutzen faisait mine de reculer son visage, la femme d’affaire levait son doucereux pied pour offrir sa plante à son visage, l’incitant à revenir le lécher et s’occuper de lui.

« Une actrice, donc. » Répliqua-t-elle en premier lieu, laissant passer un grand moment de silence, pendant lequel on entendait que les lèvres de Doutzen se poser sur les pieds de Mia, et les très faibles gémissements sortant des lèvres de cette dernière. Comme Doutzen ne pouvait s’en occuper que d’un à la fois, la patronne prit quelques libertés et dirigea son pied libre ailleurs. Elle glissa sensuellement très lentement contre la robe rouge de Doutzen, caressant ses fines et harmonieuses courbes du bout de son pied. Elle finit par l’amener lentement, mais surement, entre ses cuisses mais toujours contre sa robe. Elle se mit à doucement la caresser, remuant contre son corps et le tissu très fin de sa tenue du soir, tandis qu’elle prenait toujours autant plaisir à sentir les baisers affluer sur sa seconde patte.

« Reto t’envoies faire le petit chaperon rouge chez une puissante femme d’affaire, avec qui il est sur le point de tenir un juteux business. Tu es une Marylin Monroe spéciale, je trouve ... As-tu déjà joué dans un vrai film ? » Lui demanda-t-elle, d’une voix quelque peu couverte de mystère. « Si c’est le cas, alors grand bien t’en fasses. Et sinon ... Es-tu réellement sûre que ce que tu es en train de faire, de me faire, ça t’aide ? » Conclut-elle, accompagnant sa question en faufilant son pied libre sous sa belle robe, se mettant à appuyer et caresser sa fine culotte du bout de ses doigts de pieds, jusqu’à même suivre le relief de ses lèvres intimes au travers le tissu avec le plus gros d’entre eux.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 327



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Juillet 20, 2017, 08:51:31 »

Cette femme avait vraiment un corps magnifique. Doutzen avait vu des corps de toute nature. Des gros, des laids, des maigres... Mia avait toutes les proportions requises, une silhouette de rêve, légèrement athlétique, mais surtout gracieuse et agréable. Et sa peau était d’une douceur incomparable. Doutzen léchait et suçait ses pieds avec amour et délectation, remontant parfois jusqu’au tendon d’Achille, pour redescendre ensuite, alternant entre baisers appuyés et léchouilles. Elle lui montrait tout son talent, sous le regard ravi de Mia, qui l’écouta parler. Doutzen ne comptait rien lui cacher, et faisait preuve, envers elle-même, d’une grande lucidité. Il ne fallait pas être sorcier pour comprendre que la jeune fille, outre sa grande beauté, était aussi très intelligente, suffisamment pour pouvoir comprendre qu’elle n’avait aucun intérêt à mentir à la magnifique Japonaise.

Elle sentit alors Mia relever l’une de ses jambes, la pliant, permettant ainsi à Doutzen de s’avancer, pendant que l’autre fila le long de son corps, et se glissa entre ses cuisses, venant faire frémir Doutzen. La jeune femme se pinça les lèvres en soupirant, mais n’arrêta pas pour autant de lécher et d’embrasser l’autre pied de la femme. Avec certaines clientes, elle avait parfois dû les lécher pendant des heures. Sous le règne de Reto, Doutzen avait accompli bien des choses qui auraient même pu faire rougir des actrices pornographiques. Et, pendant qu’elle continuait à lécher ce pied, Mia résuma ce qu’elle avait dit, et lui posa de nouvelles questions.

« Non... Pas encore, Maîtresse. Je... Je suis inscrite auprès d’une agence de management qui donne des cours et propose des contrats. Je... Je vais participer à une série cet été. Trois fois rien, mais... Il faut bien commencer quelque part. »

Pourquoi autant de curiosité à son égard ? Qu’est-ce que Doutzen représentait aux yeux de Mia ? La femme cherchait-elle juste à l’amadouer, ou à jouer un rôle ? La jeune Doutzen ne pouvait, pour l’heure, qu’émettre des suppositions. Ou peut-être qu’elle plaisait juste beaucoup à Mia, ce qui, en réalité, était prometteur. Vu la fortune et l’influence de cette femme, si Doutzen rentrait dans ses bonnes grâces, ça ne pourrait que l’aider à améliorer sa carrière. Comme elle l’avait dit préalablement, elle était loin d’être une petite idiote naïve, et savait très bien comment le monde marchait. Son « innocence », pour l’appeler ainsi, cette innocence naïve et candide qui amenait les gens à voir le bon côté des gens, n’existait plus chez Doutzen, qui faisait preuve d’un réalisme froid et intéressé. Reto lui avait montré à quoi le monde ressemblait vraiment... Et Doutz’ l’avait, non seulement accepté, mais aussi embrassé.

Elle n’était donc pas à plaindre, et rajouta ensuite, pour répondre aux interrogations de Mia :

« Sinon... Eh bien, oui, ça m’aide. Vous êtes une femme puissante, Maîtresse, et influente. Alors... Peut-être qu’un jour viendra où vous aurez votre mot à dire. Et, sinon, dans tous les cas... Je passerais au moins une excellente soirée à vous servir, vous, votre corps, et vos fantasmes, qui, j’espère, seront aussi osés et dépravés que l’est votre beauté. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mia Okimi
Avatar
-

Messages: 72



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Août 03, 2017, 02:30:56 »

Le rationalisme et la lucidité de Doutzen amusait Mia. Voir cette femme si jeune et pourtant si sûre d’elle, ça la faisait rire en son for intérieur. Sans doute que Reto, depuis qu’il avait pris Doutzen sous son aile, l’avait formé à la dure vie. Il lui avait montré le monde réel, tel qu’il était, et cela se voyait au comportement de la jeune dame. Elle devait sans doute penser savoir comment les choses marchaient, comment faire pour parvenir à ses fins. Quel dommage était de penser que le monde se résumait alors à celui qui l’entourait. Mia, elle, avait une vision bien plus étendue de la chose et au final, le monde que Doutzen percevait comme réel et dur, n’était qu’une blague par rapport à la réalité, la vraie. Peut-être que Reto l’avait mise au courant au sujet de son partenariat avec Mia ? Peut-être que non. Quoiqu’il en fut la directrice d’Okimi Medicals était satisfaite de la voir lécher son pied pour le moment, et elle continuait d’ailleurs à la provoquer un peu, en caressant son entrejambe.

Mia décida alors de forcer un peu plus avec son pied contre sa petite culotte, afin de provoquer quelques réactions chez sa proie du soir. Néanmoins Doutzen dit quelque chose qui fit sourire Mia ... Et qui la fit réagir à son tour. « Nous verrons cela, jeune femme. Tu vas effectivement me servir ce soir, et assouvir toutes mes envies sexuelles ... Mais, pour espérer qu’un jour je puisse avoir mon mot à dire sur ta carrière, il va falloir plus que du sexe. » Déclara-t-elle. Ce que Mia voulait dire par là était qu’elle ne cherchait pas la satisfaction purement physique, quand on désirait s’attirer ses faveurs. Il fallait, en quelques sortes, que Doutzen en vaut le coup. Il fallait tout simplement qu’elle ne soit pas juste intéressée, et surtout, qu’elle soit suffisamment intelligente pour comprendre le monde que lui présenterait Mia.

Car Mia, si elle prendrait quelqu’un sous son aile, ce ne serait pas par charité. Il y aurait bien évidemment un intérêt, qui coïnciderai directement ou indirectement avec ses réelles aspirations. Mais, il était trop tôt pour parler de tout ceci. L’heure était au plaisir, au sexe, et Mia était bien décidée à en profiter. Elle dégagea ses pieds, faisant un petit sourire satisfait à Doutzen. « Bien. Nous allons passer aux choses sérieuses ... Mais avant, on va faire un peu d’essayage. Suis-moi. » Dit-elle, en se levant. Elle tourna des talons puis se dirigea vers son grand dressing, accompagnée de Doutzen. Cette pièce était presque une chambre à elle-seule et pourtant, il y avait une autre petite porte. Qui menait à un second dressing, bien plus petit, mais offrant des tenues moins conventionnelles.

Des harnais, des combinaisons en latex, des fouets ... C’était là où Mia stockait tout son attirail BDSM. « Voilà comment on va faire ; pendant que moi je vais enfiler ma tenue, toi, tu vas te déshabiller et rester sagement ici. A mon retour, tu pourras choisir ta tenue, et on passera à la suite. » Déclara-t-elle. « N’hésite pas à regarder ... Si tu as un petit coup de cœur, tu pourras le prendre. » Ajouta-t-elle, laissant une petite marge de manœuvre à Doutzen. Ceci étant à présent dit, Mia partit choisir sa tenue, qu’elle ne montra guère à son amante du soir, et partit se changer ailleurs, laissant l’intimité à Doutzen pour se déshabiller – elle n’avait pas le droit d’enfiler la moindre tenue pendant l’absence de Mia. Celle-ci, de son côté, avait donc choisit une tenue en cuir très moulant, composée de ; bas en latex mat avec un effet satiné, porte-jarretelles et body de la même matière et texture, une paire de haut-talon noir, un petit habillage au niveau des épaules et, pour finir, de longs gants noirs, toujours de la même consistance, lui remontant jusqu’aux coudes. Mia enfila tout ceci de son côté puis revint à Doutzen, ses talons claquants au sol.

Elle contempla son corps nue, et un mince sourire orna ses lèvres. « Tu es une belle femme, de toutes évidences. » Dit-elle, faisant un petit compliment avant la suite.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 327



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Août 06, 2017, 02:51:23 »

Tenue de Doutzen :



« Plus que du sexe » ? Que voulait-elle dire par là ? Doutzen était intriguée... Mais elle avait au moins décidé d’être honnête. Elle ne comptait pas désobéir au Loup, elle qui était un bon petit Chaperon Rouge. Alors, elle était curieuse. Bien sûr, elle avait dit ça par politesse. En réalité, Doutzen n’attendait pas grand-chose de Mia. Les deux femmes ne vivaient pas dans les mêmes cercles, et elle doutait sincèrement que le monde du showbiz puisse intéresser la PDG d’une entreprise pharmaceutique. En attendant, elle continuait à la caresser avec ses pieds, en appuyant plus intensivement sur sa culotte, faisant gémir Doutzen, qui se pinça les lèvres suite à ce contact onctueux.

Et puis, Mia décréta qu’il était temps de passer à autre chose... De « passer aux choses sérieuses ». Doutzen sourit lentement, et hocha la tête.

« C’est une excellente idée ! »

En tout cas, Mia était vraiment bizarre. Extrêmement belle, ça oui... Mais il y avait un je-ne-sais-quoi chez elle qui ne manquait pas de perturber Doutzen. Qu’est-ce que la femme lui cachait ? La question méritait sincèrement d’être posée, car elle ne savait pas encore comment aborder la chose. Mais, en tout cas, elle la suivit sans difficulté, arrivant dans un immense dressing, où Mia lui fit une proposition... Plutôt simple à comprendre. On arrivait dans des domaines qu’elle connaissait mieux, et la femme sourit, avant d’hocher la tête.

« Très bien, Maîtresse... »

Pendant que Mia se changeait, Doutzen, elle, se déshabilla rapidement. Elle retira ses longs gants rouges, ses bottes, sa robe de soirée, la faisant tomber au sol, et ôta ensuite ses sous-vêtements, jusqu’à finir toute nue, debout, jambes légèrement écartées. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Doutzen était vraiment très belle. Un joli corps qui se développait très bien, avec une belle poitrine, un sexe parfaitement épilé. Elle regarda nerveusement autour d’elle, voyant quantité de robes, de tenues, etc... Des ensembles qui devaient coûter une fortune, et qui ne faisaient, en somme, que confirmer l’opulence de cette femme. Doutzen se pinça les lèvres, devant bien admettre qu’il y avait... Une sorte de réconfort, de plaisir profond, à vivre ainsi dans la richesse, entourée de belles choses.

Doutzen regarda donc, comme Mia le lui avait invité, et entendit soudain cette dernière revenir. Elle se retourna... Et ne manqua pas de sourire, en rougissant, devant la magnifique robe que la femme avait enfilé. Elle sourit en entendant les talons claquer sur le sol, et se pinça les lèvres en voyant les longs gants de la femme. Mia lui avoua qu’elle était belle, et Doutzen rougit en souriant pudiquement.

« Je vous retourne le compliment... Je ne sais pas où mettre de la tête, tout votre corps me fait envie, Maîtresse ! »

Elle sourit encore, et se retourna alors, en se raclant la gorge.

« Je... Je pense que celle-ci m’ira très bien, Maîtresse ! »

Doutzen désigna une sorte d’élégante tunique noire en cuir avec un corset. Elle l’enfila alors, recevant l’approbation de sa Maîtresse, et, comme elle le pensait, la tenue lui allait très bien !

« Ah... Comment me trouvez-vous ainsi, Maîtresse ? »

Elle tourna le dos, permettant de voir que la tenue moulait à la perfection ses fesses rebondies.

« Je suis sûre que n’importe quel réalisateur de films pornos m’embaucherait avec une telle tenue ! Pas vous ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mia Okimi
Avatar
-

Messages: 72



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Septembre 21, 2017, 09:16:07 »

La tenue qu’avait choisi Doutzen était très belle, et lui allait comme un gant. Mia appréciait les belles choses que la vie offrait, que ça soit matériel ou immatériel. Doutzen était une véritable petite poupée, une femme très sensuelle et belle. Mia savait reconnaitre cette qualité, et ce n’était pas parcequ’elle était sa Maitresse d’une nuit qu’elle ne la complimenterait pas. Elle la trouvait resplendissante dans ce body en cuir, et elle le lui avait fait savoir. « Maitresse te trouve splendide, Doutzen. Je me demande à quel point cette tenue ne t'étais pas destinée, vu comment elle te vas ... » Répondit-elle, avec un léger sourire satisfait aux lèvres. Cette nuit elle allait en apprendre davantage sur Doutzen, au moyen du sexe. La luxure était un vice typique des créatures comme Mia, mais il avait une grande qualité cachée ... Il rapprochait. Mia allait découvrir Doutzen en privée, et elle saurait alors si elle est digne ou non, de sa sympathie.

Quelle était la suite du plan, à présent ? Mia resta quelque peu silencieuse et mystérieuse sur cette partie. Elle roula langoureusement des hanches, claquant ses talons au sol, alors que lentement elle tourna autour de Doutzen. Ses mains glissèrent doucement sur son corps, autant sur ses épaules, que jusqu’au bout de ses bras, effleurant ses doigts par les siens. À quelle sauce allait-elle manger cette jeune donzelle ? C’était la question qu’elle se posait. Il était évident que Doutzen avait fortement envie d’une soirée à thème, où le BDSM jouerait un rôle clé. Mia restait silencieuse alors que, tel un serpent, elle glissait sur sa proie. Sa main, d’un geste lent et langoureux, finit par glisser le long de son dos jusqu’à ses fesses, qu’elle se mit à caresser. Dans le dos de Doutzen, Mia finit par pencher son visage par-dessus son épaule, venant approcher ses lèvres de son oreille.

« Comprend une seule et unique chose à partir de cet instant et jusqu’au bout de la nuit, Doutzen. Tu es mienne. Tu m’appartiens. Je te possède, toi, ton corps ... Et ton esprit. Tu seras ma poupée de chair, et je te ferai subir tout ce qui me fera envie ... » Lui susurra-t-elle à l’oreille, d’une voix incroyablement suave et vicieuse. Sa main quitta sa croupe pour venir glisser à nouveau sur son corps. Mia la fit venir entre ses cuisses où, par-dessus son body en cuir, elle se mit à caresser sa zone intime du bout de ses doigts. Elle pressa suffisamment la tenue pour que Doutzen ressente la pression de ses doigts contre son sexe, mais pas assez pour lui procurer de réelles et bonnes sensations. « Mais rassures-toi, on commencera en douceur. » Finit-elle par déclarer, retirant sa main. Mia se déplaça devant elle afin de lui faire face, puis lentement, d’un geste sensuel, vint placer sa main sur sa joue puis, elle continua sa route vers sa nuque.

Collant son corps au sien, épousant les formes de sa poitrine par la sienne, Mia finit par empoigner la chevelure d’or de son amante, d’une main ferme. Cependant, elle le fit de façon à provoquer une douleur parfaitement dosée, de manière à arracher des frissons et des sensations vives, sans déclencher une douleur banale et sans saveur. Elle ne tira pas non plus, trouvant cela ... Trop vulgaire et peu distingué à son gout. Mia avait donc empoigné la chevelure de Doutzen, mais finit par la faire se baisser un peu dans un premier temps. Suffisamment pour qu’elle puisse pencher sa tête en arrière, avant de venir coller ses lèvres aux siennes, puis d’enfoncer langoureusement sa langue. Un premier baiser forcé, puisque Mia maintenu la tête de Doutzen en place malgré elle. Elle se régala du gout et de la douceur de ses lèvres, jouant de sa langue, raclant sa bouche et échangeant les salives.

Cependant, elle mit fin à l’étreinte et finit par forcer Doutzen à se mettre à genoux. « À genoux devant ta Maitresse, jeune femme. » Dit-elle d’une voix ferme mais, non dénuée d’une certaine sensualité. Mia sortit alors une cravache et commença à caresser le délicieux corps de son esclave avec. Le bout de la cravache glissa sur sa poitrine, sur son cou, puis finit sur sa joue et son menton. La femme d’affaire fit relever la tête de Doutzen en appuyant sur son menton, afin qu’elle puisse la regarder dans les yeux. « Tu disais que mon corps te fait envie ? Montre-le-moi. Tu n’as le droit ... Qu’à une seule chance, Doutzen. » Dit-elle toujours de son ton autoritaire, sans se débarrasser pour autant de cette sensualité si caractéristique.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 327



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Septembre 23, 2017, 02:25:42 »

Doutzen savait bien choisir. Elle avait l’habitude, dans ce genre de soirées, de porter des tenues que les clients lui offraient. Mais elle devait bien admettre qu’Okimi-sama avait un choix... Très impressionnant. Une gamme diversifiée et variée, témoignant de la passion de la femme pour le sexe, mais aussi pour la domination. Impossible de ne pas le voir, et, debout, Doutzen se mordillait les lèvres, serrant nerveusement les mains, en voyant sa Maîtresse se déplacer lentement autour d’elle. Son élégante tenue moulante serrait agréablement le corps de sa Maîtresse, crissant à chacun de ses pas, et le claquement de ses talons ne manquait pas d’exciter sensiblement la jeune femme. La jeune femme ne pouvait pas nier que cette situation l’excitait énormément. Elle avait déjà vraiment pris son pied en couchant avec des clients, l’un de ses meilleurs souvenirs étant une séance avec un couple, qui avait joué un jeu de rôles avec elle, en se prenant pour ses parents. Elle avait passé toute la nuit à coucher avec eux deux, et avait fini exsangue, au gré d’orgasmes multiples, de morsures, de claques, de gifles, de fessées appuyées... Doutzen revint à la réalité, en clignant des yeux, quand la femme se glissa dans son dos.

« Hmmmm... »

La jeune blonde se mit à gémir encore, sentant sa Maîtresse se coller dans son dos, lui expliquant que, ce soir, elle allait être sa poupée de chair. La belle Doutzen déglutit lentement, sans rien dire, commençant à sentir son corps réagir aux caresses et aux provocations de la femme. Okimi-sama maîtrisait parfaitement sa partition, et Doutzen était, peu à peu, en train de se dire que cette nuit allait dépasser celle du couple pervers. Elle ne saurait dire pourquoi, mais cette femme l’excitait énormément, et ce n’était pas que lié à sa beauté transcendante. C’était comme si elle percevait, au-delà de la beauté, un talent inné pour le sexe. C’était particulièrement agréable, et Doutzen se sentait très impressionnée.

Son cœur battait follement la chamade, et elle gémit encore quand les doigts de sa Maîtresse caressèrent ses cuisses, appuyant sur son sexe, lui arrachant même un soupir plus fort que les autres... Puis elle finit ensuite à genoux, et couina quand la femme tira sur ses cheveux, avant de se coller contre elle, fléchissant également les genoux.

« Hmmm... !! »

La tête partant légèrement en arrière, Doutzen répondit du mieux qu’elle le pouvait au baiser appuyé de sa Maîtresse, écartant ses lèvres, et remontant sa langue pour titiller celle de la femme, répondant ainsi à ses délicieuses avances. Ensuite, Okimi-sama lui demanda de lui montrer sa dévotion. Cette dernière déglutit lentement, et la regarda. Sa Maîtresse s’était redressée, se tenant devant elle, et Doutzen réfléchit un peu. Autant dire que sa proposition était très énigmatique, et, finalement, elle répondit de la meilleure façon qui lui semblait.

Sa bouche se posa sur un collant, et elle l’embrassa. Elle décolla ensuite ses lèvres, et les posa encore, puis commença à lécher le collant en cuir, frottant son visage dessus.

« Tout en vous me fait envie, Maîtresse, hmmm... Tout ! »

Et ça, elle était bien décidée à le lui montrer, ce qu’elle commençait à faire en léchant ses collants, s’attardant ensuite sur les fines lignes des jarretelles, puis en embrassant encore la texture, sans s’attaquer à la peau, se contentant de sentir contre ses lèvres le contact du cuir, son odeur exquise...

« J’aime tellement ça, je vous trouvais déjà magnifique dans votre robe chinoise, Maîtresse, mais... Han, le cuir est tellement merveilleux sur vous ! »

Comment pouvait-on, en ce moment, douter une seule seconde de la dévotion de la jeune femme à l’égard de celle qui allait devenir, au moins pour cette nuit, sa Maîtresse ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mia Okimi
Avatar
-

Messages: 72



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Octobre 22, 2017, 03:22:43 »

Cette jeune femme était, indéniablement, très douée dans son rôle. Mia ne perdait jamais de vue qu’elle n’était, cependant, que le gage de bonne foi de Reto. En d’autres termes elle savait que Doutzen jouait un minimum la comédie pour plaire et satisfaire sa maitresse du moment. Etait-ce reprochable, en soi ? Non, Mia n’était pas idiote au point de penser qu’une femme comme Doutzen se mettrait, du jour au lendemain, à se soumettre à elle. Mais cela n’allait pas empêcher la puissante femme d’affaire à s’intéresser à elle, à tenter de voir sa vraie personnalité, sa vraie personne, et voir si elle était réellement intéressante. Auquel cas, Doutzen aurait tout à y gagner ... Infiniment plus qu’avec Reto. Mais il était encore beaucoup trop tôt pour faire des conclusions. Là, elle se plaisait à la voir toute soumise, à genoux devant elle en train de lécher ses beaux collants opaques.

Elle tirait un certain plaisir à assujettir les gens, à les voir ramper à ses pieds et, en quelques sortes, la vénérer même si le terme était fort. Là, voir une Doutzen aussi soumise qu’un petit chat, en train de la lécher et de lui faire des beaux compliments, avait quelque chose de ... Satisfaisant. Un mince sourire ornait les sensuelles lèvres de la femme, qui toisait son esclave du soir du regard, la prenant d’en haut. Petit à petit elle se surprenait à aimer la sensation de cette langue filant sur sa cuisse, au travers le collant. Elle se surprenait à aimer ça, à sentir des choses, et même à se pincer doucement la lèvre. « Tu es douée pour les compliments ma chère. Et si tu continues sur cette voie, je pourrai même penser que tu es douée ... Tout court. » Déclara-t-elle, penchant sa tête sur le côté, lascivement.

Il était impossible pour Mia de ne pas voir le goût voire le fétiche que Doutzen éprouvait envers le cuir et le latex. La façon dont elle embrassait son collant, dont elle frottait son visage dessus et même dont elle en humait savoureusement l’odeur ... C’était des plus évidents. Et ce petit vice amusa Mia qui en sourit légèrement, en coin, trouvant Doutzen encore plus charmante comme ça. Au moins ne cachait-elle pas ses goûts. Mais, l’amour du cuir était-il le seul fétiche dont elle disposait ? Elle avait toute la nuit pour le découvrir. Mia laissa faire son esclave pendant un petit moment, sans rien dire, continuant de caresser son corps du bout de sa cravache avant qu’elle ne s’écarte. Regardant Doutzen de manière énigmatique, Mia plia sa belle jambe, faisant crisser le cuir de son collant, avant de poser son pied sur une élégante chaise à côté. La jambe pliée en angle droit, Doutzen était pile à la bonne hauteur pour faire ce que Mia s’apprêtait à lui ordonner.

« Lèches ma chaussure. Je veux ensuite sentir ta langue rouler contre mon pied, et mes doigts ... » Dit-elle sous forme d’ordre. Mia, dont le pied était sensuellement enveloppé de son collant, quelque peu réhaussé par son talon haut, faisant tout pour attiser un désir bien particulier chez Doutzen. Si elle réussissait cette première étape, elle aurait une première récompense !
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 327



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Octobre 22, 2017, 05:18:13 »

Difficile de savoir jusqu’à quel point Doutzen jouait la comédie, et jusqu’à quel point elle était sérieuse. Reto l’envoyait régulièrement faire des tâches de ce genre, où elle se soumettait avec volontiers à des clients plus ou moins pervers, et plus ou moins beaux. Mentir, interpréter un rôle, c’était sa spécialité. Elle pouvait donc comprendre les hésitations de Mia. Doutzen était-elle sincère quand elle l’appelait « Maîtresse » ? Mais pouvait-elle à ce point jouer ce rôle ? Quand on voyait avec quelle passion elle léchait les collants de la femme, avec quelle intensité son regard se posait sur le corps de Mia, ou avec quelle insistance elle s’attaquait à ses collants, les léchant et les mordillant avec envie, tout en elle transpirait la sincérité et le désir. Et, somme toute, Mia n’aurait pas tort de le penser. Pas tort du tout, même.

Reto avait certes envoyé Doutzen en gage de bonne foi, mais elle ne jouait aucun rôle. Là, dans sa tenue en cuir, elle était tout simplement très excitée, et elle adorait lécher les belles jambes de sa Maîtresse. Elle aurait pu le faire pendant des heures encore, mais Mia était bien décidée à tester davantage sa soumission. La femme s’écarta donc, et Doutzen resta à genoux, rougissant et se mordillant les lèvres en observant encore une fois la somptueuse beauté qui se pavanait devant elle. Son cœur en battait lentement la chamade, et Doutzen s’en pinçait les lèvres.

*Elle est vraiment magnifique...*

Une agréable chaleur pointait dans le corps de Doutzen, qui avait envie d’en faire davantage avec elle, avec sa Maîtresse, magnifique, belle, riche, puissante... Elle remplissait tous les critères que Doutzen aimait ! Jadis, effectivement, Doutzen avait été loin d’être une femme consentante, voyant avec horreur ce que Reto lui infligeait. Mais, honnêtement, qui aurait été contre l’idée de se soumettre ainsi à cette puissante femme ? Mia finit par s’asseoir, et lui présenta son pied, en lui ordonnant, tout simplement, de s’y attaquer. Doutzen se pinça les lèvres en souriant, détaillant ce pied. Elle voyait le talon, mais aussi les orteils de la femme.

*C’est d’ailleurs sûrement ça qu’elle veut que je lèche, car je ne vois pas comment je peux lécher ses doigts en m’attaquant à son pied...*

Doutzen se rapprocha donc, toujours agenouillée, et commença par renifler cette chaussure. Le cuir, le latex... Ces textures dégageaient une odeur assez incomparable, absolument onctueuse et savoureuse. C’était un vrai régal que de s’y plonger, de s’en imprégner, et de les sentir au plus près. Les orteils étaient visibles à travers le nœud papillon, et Doutzen commença d’ailleurs par là, léchant et embrassant les ficelles du nœud, tirant doucement dessus, mais sans le rompre, avant de descendre ensuite, léchant le collant. Elle sentait les rebords de la chaussure à droite et à gauche, entourant ce magnifique pied dont elle lécha brièvement les orteils, avant de directement s’attaquer à la chaussure. Doutz’ en lécha les bords, et remonta dessus, filant sur cette dernière, jusqu’au talon, qu’elle lécha à son tour, le fourrant dans sa bouche, et le mordillant en soupirant.

À quatre pattes, elle se mouvait en glissant avec ses genoux et en déplaçant ses mains, gémissant et soupirant en agissant ainsi. Elle continua à lécher les bords de la chaussure, déposant des baisers dessus, puis retourna ensuite lécher le pied, à travers le collant, appuyant dessus avec sa langue, sentant ainsi des plis se former tout autour.

« Mmmhm... ! »

Mia allait pouvoir constater que Doutzen était effectivement une grande fétichiste, qui embrassa ensuite la plante de sa chaussure, léchant encore et encore, recouvrant l’ensemble de sa salive. Elle retournait régulièrement à l’assaut du pied, et s’efforça de glisser sa langue dans l’espace entre son pied et la chaussure, dégageant un petit creux de quelques centimètres dans lequel sa langue s’enfonçait, caressant la peau de la femme. Plus mutine, elle retournait ensuite embrasser le collant, et le mordillait entre ses dents, tirant un peu dessus, pour le lécher ensuite, imprégnant sa bouche du goût du latex, son nez de son odeur...

...Des sensations absolument fantastiques !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mia Okimi
Avatar
-

Messages: 72



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Novembre 22, 2017, 03:33:40 »

Pendant que Doutzen léchait donc sa chaussure et son pied, Mia la toisait du regard. Véritable maitresse jaugeant sa petite esclave, la patronne de la puissante firme Nippone resta muette, mouveant doucement son pied pour mieux venir le frotter contre la langue de sa petite poupée du soir. Il était évident à présent que Doutzen avait un net penchant fétichiste, que ce soit pour toutes ces jolies et délicieuses matières qu’elle portait en ce moment, ou tout simplement, pour ses pieds. Peut-être était-ce un subtile mariage des deux ? En tout cas, Mia adorait ce que son esclave lui faisait. Elle la regardait et restait silencieuse, dévorant la jeune blonde du regard pendant que celle-ci se laissait aller, déployant sa langue partout sur sa chaussure et son pied, là où c’était possible.

Elle se pinça la lèvre en voyant une telle scène. Ça avait quelque chose de particulièrement excitant et gratifiant, de voir quelqu’un lui lécher les pieds ainsi. Mia se savait puissante et influente, mais … Ca faisait toujours du bien de voir de belles jeunes femmes se soumettre devant elle. Elle imaginait à quel point Doutzen devait apprécier les sensations, notamment l’odeur mélangé du cuir de sa chaussure et du latex de son collant. La patronne laissa donc faire pendant encore un peu de temps, avant de se décider à provoquer un peu son amante du moment. Lentement, elle glissa ses doigts sous son body puis commença à effleurer sa propre féminité, caressant son bourgeon puis pénétrant doucement sa fine fleur. Devant le nez de Doutzen, Mia commença à se faire plaisir, tout en ne rompant guère le contact visuel.

Elle était sûre que Doutzen aurait bien eut envie que ça soit sa langue à la place des doigts de Mia, mais c’était justement le but. La femme commença à soupirer, à se mordre la lèvre sensuellement tandis que ses joues rougirent progressivement. « Hmm … » Gémit-elle doucement, sentant finalement ses doigts commencer à s’imbiber de mouille. Quand elle estima en avoir assez, Mia ordonna subitement à Doutzen de s’arrêter. Sans lui parler, toutefois. Juste avec le bout de son pied, de sa chaussure, elle vint le placer sous le menton de son amante puis lui fit fermer la bouche et lever la tête. Ensuite, elle le fit glisser plus en bas, venant lentement frotter son intimité contre son body en cuir. Mia la regarda intensément avant de finalement se relever, debout devant une Doutzen à genoux.

Toujours sans un mot, la femme d’affaire se pencha légèrement puis, les doigts imbibés de mouille, se mit à caresser les lèvres de Doutzen. D’un geste lent et délicat, avec néanmoins cette apparente autorité, Mia se mit à masser les belles lèvres de la blonde, avant de forcer son majeur et son index entre celles-ci. La maitresse des lieux imposa à Doutzen de lui lécher les doigts, alors qu’elle se mit à les faire entrer et sortir lentement, sensuellement, de sa bouche. Sa mouille ne tarda guère à se mélanger à la salive de l’actrice en devenir. C’était un petit jeu innocent qu’effectuait Mia, avant de passer à quelque chose de plus concret. Quand elle fut satisfaite, elle retira ses doigts, avant de poser ses mains d’une part et d’autres de ses cuisses, désignant de son index son entrejambe. « Viens chercher ta première récompense, jeune femme. Mais fais attention … Je ne veux pas que tu tires ou force ma tenue. » Dit-elle, imposant à Doutzen de ne rester alors qu’à la surface de son body en cuir.

En d’autres termes, elle n’allait pouvoir que sentir et effleurer l’intimité de sa maitresse que de manière superficielle et en surface !
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 327



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Novembre 24, 2017, 09:41:17 »

Mia était vraiment une femme magnifique. Elle correspondait à tout ce que Doutzen aimait, en réalité. La puissance, l’autorité, la domination, la beauté... Une femme forte, qui n’avait pas froid aux yeux, et qui la dominait avec une assurance tranquille et une certitude absolue. Chaque seconde passée en sa compagnie rappelait d’autant plus à Doutzen son statut d’inférieure, et la belle blonde aimait cette sensation délicieuse. Elle avait toujours aimé les femmes avec un fort caractère, celles qui arrivaient à se hisser dans un monde très masculin, et à le renverser. Doutzen aimait donc beaucoup lécher cette femme, qu’elle respectait déjà énormément. Elle laissa Mia jouer avec elle, et entendit des bruits spongieux au-dessus de sa tête, ce qui lui permit de constater que, tout en étant léchée par la jeune fille, sa Maîtresse se masturbait.

*Mais je suis là pour ça, moi, pourtant...*

Doutzen ne le dit pas ouvertement, bien sûr, car elle se doutait bien que Mia avait une idée derrière la tête... Ce qu’elle put constater quand la femme approcha son pied de son propre sexe, venant la caresser, relevant son menton auparavant avec son pied. D’une dextérité exceptionnelle, Mia était un mélange de grâce, de sensualité, et d’autorité, un savant et détonant cocktail, qui l’amena à fourrer dans la bouche de la jeune femme ses doigts décorés de sa fine mouille.

« Hmmm... »

La jeune blonde goûtait à tout cela avec un plaisir croissant, et ferma les yeux en savourant ce liquide sucré, ce fin nectar. Mia lui donna ensuite ses instructions, et Doutzen hocha la tête en se mordillant les lèvres.

« Très bien, Maîtresse... » déclara-t-elle d’une voix sourde, comme écrasée par le désir.

Elle se mit sur les genoux, et approcha son visage de la culotte de la femme... Ou, plutôt, du bas de son justaucorps. Elle avait tout à fait compris ce que la femme voulait, et ses mains se posèrent sur les cuisses de Mia, en appui, puis sa langue partit à l’assaut, sa tête se logeant entre ses jambes. Là, Doutzen se mit à lécher, en fermant les yeux, sentant encore, contre ses lèvres, le goût du cuir, une texture qu’elle aimait tout particulièrement, presque autant que le latex. Fétichiste à souhait, Doutzen ne pouvait qu’apprécier et envier les idées de sa Maîtresse. Et, comme Mia avait dû le remarquer en jouant avec elle avec son pied, Doutz’ était également très chaude par ce qu’elle subissait.

Yeux clos, elle continua à lécher l’entrejambes de la femme, sentant ses lèvres intimes à travers son justaucorps, tant ce dernier moulait bien la peau de la femme. Sa langue filait de haut en bas, appuyant dessus, et Doutzen tirait parfois avec ses dents sur le justaucorps, très délicatement. Rien qui, bien évidemment, ne soit susceptible de le déchirer, car Doutzen était une bonne esclave. Toutefois, elle prenait aussi des initiatives, et c’est ainsi que, tout en léchant l’intimité de sa Maîtresse, elle déplaça ses mains, et vint en poser chacune sur les belles fesses de Mia, les malaxant, et s’en servant aussi comme appui, tout en continuant à donner des coups de langue.

« Mmmhmmm... !! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox