banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: L'Appel de la Magie [Effy Swann]  (Lu 723 fois)
Sha
Dieu
-

Messages: 746



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juin 06, 2017, 01:08:54 »

Prologue

« Vous me décevez, Flagg, et je n’ai pas pour habitude de songer à la déception quand je pense à vous.
 -  Il faut une première pour tout. »

L’orbe magique émettait des lueurs rouges sanguinolentes, dansant dans la pénombre de la pièce. Les reflets rougeâtres glissaient sur le corps de l’homme, plongeant son visage dans la pénombre, dévoilant néanmoins ses longs cheveux noirs, légèrement sales.

« Jandice Barov est bien décidé à récupérer ce livre.
 -  Et pas vous personnellement ?
 -  J’ai toute confiance en Jandice pour mener à bien cette tâche. La personne qui l’a volé n’est pas bien dangereuse.
 -  Vous vous moquez, Flagg ! » gronda la voix.

Le rouge dans l’orbe brilla intensivement, et, même si loin de lui, Flagg put sentir la colère et la haine insondable de son interlocuteur.

« Notre voleur arrive à déchiffrer certaines des incantations de ce livre. Savez-vous ce que cela signifie s’il arrivait à en percer le secret des autres pages ? Ces sortilèges sont miens, je n’accepte pas de les partager !
 -  Comme je vous l’ai dit, Jandice est très compétente. Et suffisamment motivée. Elle aurait tout simplement mal pris que je m’occupe de cette tâche. L’Agamemnon est magiquement marqué, ce n’est qu’une question de temps. »

Un léger silence plana dans la pièce. Difficile de cacher quoi que ce soit au Roi en personne, et, en l’occurrence, le Rois avait que le Magicien lui dissimulait ses véritables intentions. Mais ainsi allait leur alliance. Les deux avaient mutuellement besoin l’un de l’autre. De là à dire qu’ils étaient des amis, c’était un pas que personne n’oserait franchir.

« Méfiez-vous, Flagg, je n’aime pas vos manigances. »

Le Magicien serra alors les lèvres en sentant une vive douleur dans la paume de sa main. Il l’observa, et fronça les sourcils en voyant une marque rouge se former dessus : le symbole du Roi Cramoisi. Le Magicien finit par serrer le poing, lorsque la marque disparut enfin.

« N’oubliez pas qui je suis... Et, pour votre information, je n’ai aucune confiance en vos amantes. Récupérez ce livre. Que nous n’ayons pas à nouveau cette conversation. »

L’orbe s’éteignit ensuite, laissant Flagg baigner dans l’obscurité. Pendant un moment qui sembla interminable, l’homme n’eut aucune réaction, se contentant de fixer l’orbe sans rien dire... Puis un léger sourire étira ses lèvres.

« Vous aussi... N’oubliez pas qui je suis. »



C’était un immeuble assez miteux. Rien à voir avec le luxe dont les deux femmes étaient habituées.

« Alors, elle vit là-dedans, notre voleuse ?
 -  C’est un homme, précisa l’autre.
 -  Quelle différence ça fait ? Elle est chez elle, je sens sa présence... »

Croire qu’elle pouvait échapper à La Theuggia... Quelle insolence ! N’avait-elle pas pris conscience que La Theuggia était partout ? Avec l’artefact que la femme avait volé, un livre magique extrêmement puissant, les deux femmes avaient été déployées pour la traquer. Les deux étaient des tueuses d’élite, des beautés fatales que La Theuggia employait pour neutraliser leurs ennemis. La première, Kimberly, revenait d’une mission en Russie où elle avait dû s’occuper d’un Parrain d’une mafia russe. La deuxième, Iko, revenait, elle, d’une mission sensible dans l’une des régions les plus explosives du monde, la Syrie, où elle avait dû sécuriser d’anciens artefacts dans un temple enfoui exploité par les fondamentalistes de Daesh.

Alors, déployer de telles tueuses pour un simple fugitif, c’était un excès de luxe... Mais Iko et Kimberly n’étaient jamais contre l’idée de traquer quelqu’un, et, surtout, de lui infliger une leçon digne de ce nom. Car leur proie avait trahi La Theuggia. Ce n’était pas juste la mort qu’il fallait lui infliger, mais s’assurer que son agonie soit longue et douloureuse.

« Bon... Tu ouvres le bal ? »

Dans un sourire sardonique, Iko fit flamboyer ses mains, des flammes bleues se formant le long de ses poignets. Elles se tenaient sur un toit, face à celui où se trouvait leur cible, et elle bondit en avant, faisant un impressionnant saut de plus d’une dizaine de mètres, puis se posa sur le toit en face... En frappant violemment ce dernier, provoquant une puissante onde de choc, défonçant le toit en provoquant un épais cratère.

L’onde de choc provoqua une série de vibrations qui se répercutèrent dans tout l’immeuble.

C’était un moyen comme un autre de s’annoncer.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Effy Swann
Humain(e)
-

Messages: 16


Petite sorcière


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juin 07, 2017, 03:48:19 »

Sur l'écran, Aoki hésitait à embrasser Jin. Pourtant, il venait de la sauver de ses agresseurs. Aoki était pourtant amoureuse de Jin (cela faisait trois bons épisodes qu'elle ne cessait de le minauder à ses deux amies et de toute façon tout bon fan du drama le savait depuis l'épisode 12) mais elle ne craignait que cet ancien mauvais garçon ne finisse par la dédaigner un jour ou l'autre. Seulement, Jin en vint la saisir par le bras avec fermeté, pour l'attirer à lui tandis que la pluie commençait à tomber sur Tokyo. Et il déposa enfin ses lèvres sur les siennes, baiser attendu depuis une éternité qui fit crier un peu Effy de satisfaction devant sa télé. C'était plus fort qu'elle : ce genre d'histoire à l'eau de rose et au jeu très mal calibré était son péché mignon, une des choses qu'elle préférait au Japon. Les soap américains ne sucitaient pas autant de ferveur chez elle... Trop téléphoné à son goût -même si les dramas nippons souffraient du même handicap.

Alors que le générique de fin se lançait et qu'un bandeau annonçait dans la foulée l'épisode suivant, Swann se leva pour aller chercher quelques friandises à la cuisine. Le loft était relativement grand et ce soir sa coloc' était de sortie. Au moins ne piquerait-elle pas ses bonbons fluos bien chimiques ! Effy sifflota l'ending du drama tout en farfouillant dans les placards, avant de revenir vers le canapé les bras pleins. Elle s'apprêta à sauter par-dessus l'accoudoir du vieux canapé qu'elle venait de quitter dans un frisson lui remonta l'échine et la mit instantanément sur la défensive. Cette sensation, la petite sorcière ne la connaissait que trop bien !

- Magie..., souffla-t-elle.

Ses réflexes prirent instinctivement le pas sur tout le reste. Effy avait passé deux mois de tranquillité loin de la Theuggia et des sbires de Jandice, mais ne s'était pas endormie sur ses lauriers. Elle jeta les bonbons et fonça vers sa chambre comme une fusée et mit la main sur l'Agamemnon au moment même où Iko creva le toit de l'immeuble avec une telle violence que cela en fit trembler tout la structure.
Effy ne perdit plus une seule seconde à partir de là et attrapa son fidèle sac à dos et enfila à la va-vite une veste et ses Doc Martens. Toujours prête à partir ! Dans un short en jean très court et un débardeur lâche sous sa veste, l'apprentie sorcière se rua hors de son logement et saisit son livre pour prononcer une formule sans cesser de galoper dans les escaliers. 

- Gol Yata !

Son corps fut enveloppé d'ombres mouvantes qui la couvrirent tout à fait en moins de 3 pas avant de se dissoudre en quelques volutes cendreux qui laissèrent place à la première apparence à laquelle Effy avait pensé en prononçant les mots magiques : celle d'un voisin ordinaire. Il lui suffirait de prendre un air affolé (ça ne serait pas tellement dur, vu qu'elle l'était pour de bon) et de fuir à toutes jambes. La Theuggia devait encore être dans les étages supérieurs, il y avait de bonnes chances pour que le plan fonctionne. Vu le peu de temps dont elle disposait et l'affolement qui l'empêchait de réfléchir sur le long terme, ce plan semblait parfait. Effy réfléchirait à tout le reste une fois dans une relative sécurité.

Pour le moment, monsieur Hamato en qui elle s'était grimée filait dans les escaliers sous prétexte d'aller prévenir les secours. Encore deux étages et elle serait hors de ce guêpier. Deux étages à faire en moins de 5 minutes, avant que son sort ne se lève de lui-même...
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 746



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juin 12, 2017, 12:37:09 »

Iko se mit à descendre les escaliers, utilisant ses perceptions magiques pour repérer la trace d’Effy. Difficile de croire qu’une telle novice ait pu réussir à voler à La Theuggia un livre aussi puissant. Elle comprenait mieux l’embarras de Jandice en la matière, et pourquoi elle avait fait appel à deux de ses plus efficaces mercenaires. C’était sa réputation qui était en jeu, car se faire voler l’Agamemnon par une gamine était un spectacle relativement humiliant. Iko descendit donc rapidement, rejoignant rapidement l’escalier, pendant que Kimberly avait, elle, sauté du toit en face pour atterrir sur le sol, et se rapprocha du rez-de-chaussée. Leur plan était, en réalité, relativement simple, l’une venant par le haut, l’autre par le bas. Pour elles, Effy n’était pas une grande menace, juste une gamine ayant eu une chance incroyable en parvenant à s’emparer d’un livre particulièrement puissant, et qu’il fallait donc récupérer au plus vite.

Kimberly s’approcha rapidement du hall d’entrée, et ouvrit la porte à l’aide de la magie, sans utiliser l’interphone. Elle arriva au milieu des boîtes aux lettres, et entendit des bruits de pas précipités descendant l’escalier. L’explosion provoquée par Iko avait fait fuir de multiples riverains, et elle savait qu’Effy allait se mélanger dans la foule... Mais les deux femmes étaient, elle aussi, des magiciennes. Kimberly vit donc les riverains descendre à toute allure, et ferma les yeux, utilisant de ses cercles de perception pour repérer ceux dotés de pouvoirs magiques. Bien sûr, il était possible d’utiliser des sortilèges pour se dissimuler plus efficacement, mais Kimberly perçut rapidement l’aura d’Effy.

*Jeune et inexpérimentée, avec un livre surpuissant entre les mains... C’est presque un service d’intérêt général que je rends...*

Sa main se crispa sur son pistolet quand elle vit sa cible descendre, sous les traits d’un voisin. Une transformation physique parfaite, mais insuffisante pour tromper les sens aiguisés de Kimberly. Elle pointa son arme sur sa cible, et tira sans la moindre once d’hésitation. Une balle magique fusa vers Effy, et la heurta à l’épaule. Ce n’était pas un tir ordinaire, et, de fait, il n’y avait aucune douille qui était sortie du pistolet. La détonation fit néanmoins hurler les badauds proches, qui regardèrent la femme en écarquillant les yeux, pendant que la balle magique rendait à Effy sa véritable apparence.

« Ne nous tuez pas !
 -  Au secours ! »

Des gens commencèrent à la bousculer, et Kimberly grommela. Sa balle avait pour conséquence d’endommager les capacités magiques d’Effy, agissant, en définitive, comme un sortilège. La proie ne pouvait pas s’échapper, ni monter, mais il lui restait encore l’option de descendre, et de filer dans les caves, pendant que Kimberly, agacée, repoussait certains riverains, déclenchant des ondes d’Air autour d’elle, en renversant plusieurs. Le temps qu’elle arrive à repousser ces humains énervants, sa cible avait filé, ce qui la fit pester.

Iko apparut alors, et fronça les sourcils.

« Où est-elle passée ?
 -  Notre petite souris se terre dans les caves... »

Kimberly avait toujours été une meilleure pisteuse qu’Iko, et les deux femmes descendirent donc dans les caves. Kimberly et Iko regardèrent autour d’elles.

« Petite, petite, petite... Tu penses pouvoir nous échapper ? Ce n’est pas bien de voler, ni de trahir. Je suppose que tu te demandes pourquoi tu ne saignes pas après mon coup de feu... Mais ta vision doit s’obscurcir, tes paupières devenir plus lourdes, tes pas plus lents. Ce n’est pas un tir destiné à tuer, mais à perturber, à désorienter, et, finalement, à neutraliser. Je te conseille de te rendre, cela évitera que tu souffres inutilement. »

Les deux femmes remontaient le long des couloirs étroits. Paradoxalement, le fait d’avoir tiré sur Effy la rendait plus difficile à tracer par le biais de la magie.

« Tu ne pensais tout de même pas réussir à t’enfuir après avoir volé notre livre, n’est-ce pas ? Rends-toi service, et soumets-toi à nous... »
« Dernière édition: Juin 12, 2017, 09:31:23 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Effy Swann
Humain(e)
-

Messages: 16


Petite sorcière


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juin 12, 2017, 02:21:27 »

Difficile de ne pas la voir. Dans ce flot de personnes affolaient qui cherchaient à gagner la rue pour s'échapper de l'immeuble frappé par la terrible providence, cette femme était la seule à se tenir à contre-courant avec l'assurance d'un rapace qui avait déjà verrouillé ses serres sur sa proie. Effy connaissait les envoyés de la Theuggia, depuis le temps. Celle-çi était différente des sous-fifres qu'elle avait déjà combattu ou fuit, elle le sentait. Peut-être que ses sens magiques lui envoyaient un avertissement, ou que l'Agamemnon réagissait à ces émanations de sorcellerie ? Swann ne se risqua pas à essayer de savoir et préféra compter sur la qualité de son camouflage -absolument parfait, en temps normal. Ceci étant, cette traqueuse ne pouvait être abusée si facilement.
Comme au ralenti, Effy la vit lever l'arme qu'elle tenait à la main et la viser sans l'once d'une hésitation, lui faisant écarquiller les yeux de surprise. Démasquée si facilement !

Un claquement résonna dans l'air, abreuvant l'affolement des gens qui évacuaient l'immeuble. Effy sentit une vive douleur à l'épaule alors qu'elle butait contre le mur contre lequel l'impact l'avait fait reculer. Comme à la fin d'un rêve, son déguisement en vint à s'évanouir en de petites étincelles bleuâtres qui montèrent paresseusement dans l'air avant de s'évaporer, la laissant à la merci de la tueuse. Ce qu'elle venait de prendre n'avait rien d'une balle et, en un sens, c'était encore pire. La petite sorcière sentit ses réseaux magiques internes s'effrondrer dangereusement et une partie de sa magie lui être inaccessible.
Toutefois, elle n'était pas sans ressources.
Petite souris fuyarde qui comptait un certain nombre de talents appris sur le tas, Effy se reprit immédiatement et fonça vers le seul chemin qui lui était encore ouvert. Descendant à la volée les marches qui s'ouvraient à deux pas d'elle, Swann se refugia dans la pénombre salvatrice des caves.

Le sous-sol de l'immeuble avait cela de particulier qu'il avait été mal pensé. Plusieurs couloirs, certes petits, s'entremêlaient au fil des alcôves qui amorçaient les portes des caves des particuliers. Effy connaissait l'endroit pour y avoir fait des repérages, mais se souvint trop tard que la sortie de secours était bloquée de l'autre côté par un amas d'ordures... Pour sortir, il n'y avait plus d'autres solutions que de repasser par l'entrée dans laquelle avançait déjà la tireuse et un second larron. La situation déjà catastrophique trouvait le moyen d'empirer encore !
Recroquevillée dans l'embrasure d'une porte, la petite sorcière se maintenait l'épaule et luttait désespérément contre l'engourdissement qui la saisissait de plus en plus. Heureusement, une des tueuses parlait beaucoup. Cela permettait à Swann de se concentrer sur quelque chose de concret pour ne pas s'endormir, mais ça lui rappelait aussi qu'elle était faite comme un rat et que chaque pas des envoyées de Jandice les rapprochaient de sa capture.

Essayant de contrôler sa respiration, Effy rassembla au mieux ses esprits. Sa magie la boudait, et elle ne savait pas assez bien se battre pour espérer neutraliser les traqueuses. Que faire, alors ? Se rendre ? Espérer pouvoir les berner en tentant de se faufiler dans les ombres du sous-sol pour passer derrière elles et remonter ? Non. ça n'aurait fonctionné que dans un dessin animé crétin, ça. Se mordant la lèvre de dépit, Swann sentit monter l'envie de pleurer qui annonçait sa défaite lorsque son sac à dos se mit à luire. Rapidement, sachant que la lueur la trahirait, elle ôta son sac et en sorti l'Agamemnon qui dégageait cette étrange lumière violacée.
Effy s'en étonna. Quand de nouveaux sorts apparaisaient, la lumière du livre était rougeâtre ! Le plus vite possible, elle ouvrit le grimoire et fit tourner les pages jusqu'à trouver celles qui l'intéressaient. Sous ses yeux, l'encre qui formait des mots incompréhensibles devenait parfaitement lisible. L'Agamemnon voulait-il lui venir en aide ? Swann n'avait plus de magie, se sentait terriblement faible et ses ennemies étaient à deux pas. Le livre refusait peut-être la capture, lui aussi. Ou peut-être était-ce autre chose ? Car si elle pouvait déchiffrer clairement la formule, elle en ignorait les effets jusqu'à utilisation.
Tant pis, c'était quitte ou double.

- Fa-ah zul, asmatori guil...

Elle entendit Iko et Kimberly approcher. Sautant comme un foutu kangourou malgré tout, manquant de se ramasser à la réception au vu de son état, Effy se rua (enfin, se traîna) dans un autre couloir en serrant le livre contre elle sans dire un mot. Alors qu'elle avait débuté l'incantation, il fallait l'achever. Collé à son buste frêle, l'Agamemnon pulsait comme un coeur dans une poitrine, pressé que sa porteuse accomplisse la volonté qu'il lui imposait.
Comprenant la volonté de son grimoire, la petite sorcière reprit la lecture entre deux souffles, acculée dans un cul-de-sac.

- ...kyulad xirij, SHA !


Un flash de lumière pourpre aveugla les trois protagonistes et surprit tellement Effy qu'elle en fit tomber l'ouvrage sur le sol dans un bruit mat. Le temps que ses yeux acceptent de nouveau de la laisser voir quelque chose, la cave s'était transformée. C'était étrange... Un peu comme si les flaques d'ombres de ce sous-sol chichement éclairé commençaient à se mouvoir d'elles-même, rampant à la surface des murs, du sol et du plafond pour engloutir tout l'endroit. Seul point de repère de ce cauchemar naissant, l'Agamemnon qui en cet instant paraissait être une gueule ouverte au palais nimbé d'un poupre sombre, dont la gorge exhalait les ténèbres environnantes.

Soudain, l'évidence frappa Swann comme une claque dans la figure. Elle venait d'invoquer quelque chose. Elle en était certaine. Restait à savoir quoi. Néanmoins, la gamine avait d'autres soucis : ses jambes se dérobaient sous elle alors que l'effet de la magie de suppression de Kimberly achevait de la saper complètement. Le sort lui avait tout pompé, y compris ses dernières forces.
Comme terrassée, Effy se retrouva finalement incapable de bouger et face contre le sol, impuissante alors qu'Iko et sa comparse arrivaient pour régler leur affaire.

- J-je m'enfuirai encore, grogna-t-elle. Jamais plus je... je ne me plierai à la Theuggia... Jamais !

En guise de dernière bravade, elle dressa son index tremblant à l'attention des deux tueuses, leur accordant un fuck insolent.

- Transmettez le...le message à Jandice et Flag'g... pétasses...

Voilà. Sa course s'arrêtait là, dans cet océan d'ombres noires et mouvantes alors qu'elle était tombée à terre et s'étalait sur le sol miteux d'une cave japonaise. Pour une petite paumée, Effy estimait avoir fait tout de même une nique resplendissante à toute une organisation. Ça valait bien un sourire de satisfaction face à la mort !
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 746



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juin 19, 2017, 01:12:38 »

Gaspiller deux redoutables mercenaires comme elle pour cette petite souris... Peut-être était-il temps que Janice prenne sa retraite, si elle gaspillait autant les ressources de La Theuggia ? Certes, leur secte était influente, mais même elle commençait à s’effondrer. Le monde du 21ème siècle ployait sous de nouvelles menaces. Le S.H.I.E.L.D., ces héros costumés... On ne pouvait pas se permettre de gaspiller les talents d’Iko et de Kimberly pour une mission aussi simple. Comment est-ce que cette gamine avait bien pu faire pour prendre un livre aussi puissant que l’Agamemnon ? Que Flagg n’ait pas tué Jandice pour une telle erreur était tout simplement incompréhensible.

Les deux femmes s’avançaient donc, quand elles perçurent un pic magique. Elles comprirent instantanément de quoi il s’agissait... Des problèmes potentiels ! Leur fuyarde était en train d’utiliser le livre !

« Mais comment est-ce possible ? Tu lui as tiré dessus, elle ne devrait pas être en mesure de...
 -  Je sais ! »

Mais elles sentaient bien la magie monter. L’Agamemnon avait beau être un livre magique, il fallait tout de même avoir des pouvoirs magiques pour en déclencher les sorts. Or, avec le tir qu’Effy avait reçu, elle aurait normalement dû être incapable de réunir suffisamment de mana pour réussir à lire le livre. La seule explication était que leur proie disposait d’un potentiel magique bien plus grand que ce que les deux femmes pensaient. Elles se hâtèrent donc, retrouvant rapidement Effy, alors que celle-ci terminait son incantation.

Immédiatement, Kimberly pointa son arme vers Effy, et tira à nouveau... Mais la balle disparut dans une volute d’ombres, et une vaste fumée noire vint recouvrir le couloir pendant quelques secondes, s’échappant du livre.

« Qu’est-ce que c’est que ce truc, bordel ?!
 -  Elle a dû foirer son invocation. Je l’ai eu, je te dis ! »

La fumée disparut, et les deux femmes se rapprochèrent. En signe d’ultime protestation, Effy leur fit un doigt d’honneur, et les deux tueuses sourirent.

« Elle a encore du mordant, la petite...
 -  Ne t’inquiète pas, tu lui transmettras toi-même. Mais, avant ça, elle nous a chargé de te transmettre un avant-goût de ce qui t’attend.
 -  Tu as lu Harry Potter, non ? Nous avons baptisé ce sortilège en son honneur... Endoloris ! »

Les doigts des sorcières se mirent à crépiter, et des arcs magiques frappèrent alors Effy. Endoloris était un sortilège de magie noire, visant à déclencher chez la victime une douleur terrible, en s’attaquant à tout son système nerveux. Ça manquait de spectaculaire, mais c’était tout aussi efficace.

Soudain, alors que le sortilège fonctionnait depuis quelques secondes, un puissant souffle se fit entendre. Iko et Kimberly sentirent alors une nouvelle perturbation magique, et, sous leurs yeux ébahis, de la fumée recouvrit Effy... Et l’emporta ailleurs, laissant toutefois le livre sur place.

« Mais qu’est-ce qui vient de se passer ? »

Effy dut sentir toute sa souffrance disparaître, tandis qu’elle tombait, tombait dans une sorte de puits sans fond, entourée de nuages et de points brillants qui tournoyaient autour d’elle comme des étoiles. Malgré une forte sensation de vitesse, elle ne ressentait aucun vertige, et entendait surtout, tout autour d’elle, de multiples murmures. Elle pouvait hurler sous la panique, et ce serait tout à fait compréhensible...

Sa course termina soudain contre des racines, dans un environnement très noir, très sombre, où elle était face à un immense arbre. Devant elle, des fées et des espèces de dryades, toutes à la peau sombre, l’observaient... Mais le spectacle le plus fascinant était sans aucun doute cet arbre, qui était en fait un visage, immense, dont les cheveux s’envolaient dans les airs, comme autant de branches immenses qui constituaient le ciel.

Un monde onirique, le monde de Sha !

« Humain... Tu as commis le plus grand des blasphèmes en venant m’invoquer à l’aide d’un livre maudit. »

Un courant d’air traversa ce monde, et Effy put constater que, là où elle se trouvait, elle était sur l’eau. Une eau où elle ne tombait pas, pouvant marcher dessus.

« Je suis Sha, je suis l’Ombre, et ceci est mon monde ! Tu m’es... Familier ! »

Les fées virevoltèrent autour d’Effy, et l’une se rapprocha lentement, l’observant, semblant voir à travers ses yeux, comme pour plonger dans les tréfonds de son âme.

« Oui... Stefan Swann, ton âme ne m’est pas inconnue. Jadis, j’ai juré de te protéger, toi... Et Sha tient toujours sa parole, et veillera toujours sur ses sorcières. »

Malgré le côté magistral et fortement intimidant de cette scène surréaliste, au plus profond d’elle, Effy devrait ressentir une sorte de sérénité, de béatitude, et de confiance... Comme si elle avait le sentiment d’être dans un sanctuaire, un lieu sacré où rien ne pourrait jamais lui arriver.

Un foyer.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Effy Swann
Humain(e)
-

Messages: 16


Petite sorcière


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Août 15, 2017, 12:18:59 »

Endoloris.
Un mot seul avait été suffisant pour que la traqueuse puisse allumer un feu d’enfer dans son réseau nerveux. Quand l'arc électrique frappa Effy, l’image d’une ligne à haute tension crépitante sous un afflux d’énergie trop important s’imposa à son image. Elle eut peur que sa peau fonde comme du caoutchouc trop chauffé puis ses pensées furent noyées dans un océan de douleur. Elle hurla en se tordant violemment sur le sol crasseux, semblable à la petite araignée du livre sur laquelle le professeur testait le même sortilège qu'elle subissait. Alors elle allait mourir comme ça, comme un clodo sur son morceau de béton, après avoir raté son dernier sort ? A ses hurlements, elle associa quelques larmes qui tenaient plus du dépit que de la douleur.
Game over.

Tout s'arrêta soudainement. La mort était si douce… Swann ouvrit les yeux et se découvrit entrain de chuter dans l’espace. Ni haut, ni bas. Aucune cohérence là-dedans et une vitesse telle qu'elle déformait la lumière des étoiles autour d’elle. Effy évoluait dans le cosmos comme un météore fou, un satellite secoué par un ouragan cosmique qui murmurait de mille voix à ses oreilles. La petite sorcière se plaqua les mains sur les oreilles en fermant fort les yeux et poussa un nouveau cri qu'elle espérait suffisant pour couvrir cette cacophonie stellaire.
Était-ce cela, la mort ? Une chute éternelle dans la folie ? Un interminable délire sous acides ?

Si elle cessa de crier, ce fut uniquement parce qu'elle avait un peu de terre dans la bouche. Effy cligna des yeux plusieurs fois et ses mains lâchèrent ses lobes pour tâter le sol, bien réel, sous elle. La sorcière se releva péniblement en clignant des paupières, cherchant à s’habituer à partir pénombre profonde qui régnait autour d'elle. Ses mains agrippèrent une racine, la laissant interdite.
Peut-être pas autant que la vie onirique mais teintée de pétrole qui la dévisageait dans un silence pesant, formant une première ligne devant un visage dans un arbre (ou un arbre qui était un visage ? Elle ne savait pas du tout à quoi s'en tenir) dont les yeux aiguisés comme des lames de rasoirs la scrutaient jusqu'au fond de l'âme, lui sembla-t-elle.

C'est un peu comme si Grand-mère Feuillage de Pocahontas avait succombé au Côté Obscur… pensa-t-elle.

Sha, avait dit la voix. Le dernier mot de la formule qu’Effy avait tenté d’utiliser dans les caves. L’Ombre. La petite sorcière trembla légèrement, mais la peur naissante fut remplacée par l’émerveillement quand elle comprit qu'elle marchait sur l’eau.  A bien y regarder, ce monde obscur offrait bien délicatesses oniriques. Il fallait passer la première impression. La fée qui la dévisagea lui arracha un sourire malgré tout et Effy se retrouva à loucher pour la regarder, tirant même un petit bout de sa langue rosée pour se faire.

La voix de Sha en vint à emplir de nouveau l’air, s’adressant à elle par son véritable prénom. Effy ne supportait pas cela. En temps normal, n'importe qui en aurait eu pour son compte d’insultes et de doigts d’honneur, mais ici c'était différent. Et ce n'était pas parce que l’Ombre l’intimidait -elle n’était plus très sûre de ça d’ailleurs- mais parce que son âme lui soufflait que ça n'avait rien de grave. Sha avait des mots apaisants. Le savait-elle ?
Effy avait passé des années à fuir, à survivre à des gens sans jamais se sentir en sécurité nulle part. Ici, on la protégerait. Ici, toute son âme baignait dans la félicité. Rien ne l’atteindrait jamais, lovée entre les racines bienfaisante de Sha. C'était à présent une certitude absolue.
Ses yeux s'en trempèrent de larmes sincères et il lui fallut quelques minutes pour se remettre de cette explosion d'émotions.
Lorsque son coeur cessa de trop bondir dans sa poitrine, Effy essuya ses joues et adressa à l’arbre le plus resplendissant des sourires.

Délicate, Swann vint enrouler ses doigts autour d'une des racines qui serpentaient à ses pieds. Elle ignorait si Sha en ressentirait quelque chose, mais c'était une façon de se montrer douce et reconnaissante envers elle. Un peu comme si elle avait étreint ma main d’une

- Mère… pardonne moi… je ne savais pas ce que je faisais. Jamais je ne t'aurai insultée si j'avais été moins ignorante.

La sincérité transpirait dans sa voix. Désireuse d’apaiser Sha et de lui offrir la douceur que son sanctuaire lui donnait, Effy frotta tendrement sa joue contre la racine qu'elle tenait, puis continua.

- L’Agamemnon m’a dévoilé la formule et j'ai espéré qu'elle m’aiderait à lutter contre les…

Effy se figea soudain et abandonna la racine jusque là câlinée pour tâter le sol autour d’elle. Son visage apaisé avait mué en un masque de panique. Le livre ! Le livre n'était pas là ! Soit il était tombé dans le lac à la surface duquel elle se trouvait en parfaite suspension, soit (et c'était bien ça le plus effrayant) il était resté dans les caves avec les envoyées de la Theuggia.
L’idée lui était insupportable.
Swann se releva d'un bond.

- Mère ! L’Agamemnon ne doit pas retomber entre les mains de la Theuggia !  C'est leur clé pour invoquer Fla’ag !

Le livre maudit, comme Sha l'avait désigné avec tant de dégoût et de colère. Effy se disait bien qu'en l’évoquant ainsi, elle blasphémait à nouveau et cette fois sciemment… mais la divine maîtresse allait découvrir que sa protégée, aussi, tenait toujours sa parole.
Effy baissa la tête, pénitente.

- Je me suis juré de tenir le livre loin de leurs mains, Mère. Je t'en supplie, aide moi à accomplir ma mission ! Renvoie moi là-bas si il le faut, et banni moi pour t’insulter ainsi.

Elle se tordait les doigts et se mordait la lèvre inférieure, honteuse de son audace.

- C'est le paradis ici, tu sais, Mère. Je ne me suis jamais sentie aussi bien que dans ta demeure. Ces pauvres minutes en ta compagnie ont plus de sens que ma vie toute entière. Mais je ne peux pas laisser ces gens déchaîner l’enfer sur Terre sous prétexte que ma place à moi est ici.

Effy fut incapable de relever la tête après cela. Elle se sentait terriblement ingrate envers sa Mère. Venait-elle de cracher sur la main tendue la plus sincère qu'elle avait croisé ? Swann avait conscience que son rôle était minime. Flaag était probablement bien assez puissant pour se passer de l’Agamemnon et de Jandice pour parvenir à ses fins, la petite sorcière n'en doutait pas. Elle n'était même pas un caillou dans la botte de ce titan qu'elle appréhendait mal. Peut-être même s’inventait-elle ce fardeau, en vérité.
Ce n'était pourtant pas une raison de lui mâcher le travail.

Toutefois, elle regrettait déjà son audace. S’était elle interdit, par fierté, les portes de son Eden ?
Silencieuse, Effy attendit que Sha s’exprime.
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 746



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Août 19, 2017, 03:09:22 »

Le monde de la magie connaissait quelques livres très puissants, et dont la lecture était interdite par la plupart des organisations magiques existantes, que ce soit les cercles et les loges de magiciens, ou les sectes de sorcière. Sha elle-même avait profité de son retour à la vie pour se moderniser, et avait rédigé un décret listant la livre de ces grimoires interdits qu’il fallait retrouver, et enfermer dans des pièces spéciales. Ces livres étaient en effet puissants, et, même sans les lire, ils influaient sur ceux qui en étaient proches. Le Necronomicon, le Darkhold, le Malleus Maleficarum (le véritable Malleus, et non le célèbre pamphlet de Sprenger et Institoris contre les sorcières)… Ou encore l’Agamennon. Tous ces livres étaient, de près ou de loin, liés à une magie particulière : une magie sombre dépassant la magie noire classique, la magie des Grands Anciens… Une magie si puissante qu’elle pouvait atteindre les Dieux mêmes. L’Agamennon était un livre dangereux, mais, ce qui surprenait surtout Sha, c’était que ce jeune homme agissant comme une femme puisse avoir pu en lire des pages… Car, aux yeux des non-initiés, les mots de l’Agamennon étaient illisibles.

Devant Sha, Stefan Swann expliqua qu’il devait impérativement retourner sur Terre pour récupérer ce livre infernal, afin d’éviter qu’il ne tombe entre les mains des ennemis. Ici, les pensées de Swann n’échappaient pas à Sha, qui sut rapidement de quoi il y retournait. La Theuggia… Flag’g… Jandice Barov. Effy avait rejoint La Theuggia, sans trop réaliser ce qu’il faisait… Sha revint finalement à Effy, qui semblait s’impatienter sur place.

« La vervue… »

Sha semblait plonger en pleine réflexion, comme si de lointains souvenirs lui revenaient en mémoire.

« Nous nous connaissons… Effy. Depuis bien longtemps, même… Tu étais… La femme qui me guidait, celle qui avait des visions. »

La vervue était un don magique très particulier, qui permettait à ses utilisateurs de se doter de visions extrasensorielles. Ils voyaient d’autres lieux situés dans l’espace et dans le temps. Un don rarissime, et très difficile à contrôler et à appréhender. Et, en ce moment, Sha n’avait plus aucun doute sur la nature d’Effy Swann. Jadis, cette femme l’avait servi, et c’était sûrement pour ça qu’elle avait pu l’invoquer. Mieux, Sha soupçonnait que ce n’était pas sans raison qu’Effy soit un homme se sentant davantage femme qu’autre chose.

« Jandice Barov, La Theuggia… Jadis, cette secte me rendait hommage, mais… Maintenant, La Theuggia sert les intérêts de la Monarchie de la Rose, et Barov… C’est une puissante sorcière, trop puissante pour toi, Effy. Tu as besoin de moi. Tout comme Barov a besoin de toi… Car personne ne connaît mieux les ouvrages maudits que toi, Swann… »

Des ondes de choc se firent alors entendre, comme si une force supérieure était en train de mettre fin à ce rêve.

« N’aie pas peur, Effy, je te retrouverais partout où tu es… » glissa Sha comme ultimes mots.

De nouvelles ondes de choc… Puis le noir revint.

Effy se réveilla alors… Dans une chambre d’hôpital, en pleine nuit. Le General Hospital de Seikusu, un CHU moderne et bien équipé… La jeune femme était sous perfusion, avec une blouse médicale. Visiblement, dans le monde de Sha, le temps avait défilé bien plus rapidement que ce qu’on pouvait croire.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Effy Swann
Humain(e)
-

Messages: 16


Petite sorcière


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Août 31, 2017, 01:57:54 »

Les bips informatiques des machines médicales attenantes ponctuèrent ses tentatives d'ouvrir les yeux. Dieu que ses paupières étaient lourdes ! Effy parvient toutefois à ses fins, se redressant sur ses fesses comme si elle avait été montée sur ressorts. Elle regarda à droite, puis à gauche, puis se regarda. Une chambre javellisée et impersonnelle, une aiguille dans le dos de la main, une blouse sous laquelle elle était probablement nue... la nature de l'endroit dans lequel la petite sorcière se trouvait ne faisait aucun doute. L'hôpital ! Comment était-elle arrivée là ? Et depuis combien de temps était-elle évanouie, à la merci des deux Traqueuses de la Theuggia ? Et surtout, avait-elle rêvé sa rencontre avec Sha ? Tout ça lui revenait seulement en mémoire à l'instant, le temps que son cerveau se remette un peu mieux de son passage dans le brouillard.
Effy se passa une main sur le visage puis sauta hors du lit en titubant. Ses jambes semblaient être du coton, mais leurs forces revenaient vite. Quand à son épaule touchée par le projectile lors de la bataille de l'immeuble, elle était en écharpe. Pas idéal, mais au moins Effy était-elle soignée.

<Faut que je me tire d'ici... Je verrai après cette histoire avec Sha. Il faut que je me reprenne avant que les deux autres tarées ne me mettent la main dessus.>

La jeune femme n'eut aucun mal à retrouver ses affaires dans un placard. Elle se changea rapidement, se ruant sur son sac à dos pour le découvrir désespérement vide. L'Agamemnon n'était pas là ! Impossible ! Effy tenta son possible pour contenir la vague de panique qui commençait à l'envahir. Le grimoire avait disparu ! Précipitamment, la sorcière tenta le sort qui la liait au livre. En temps normal les quelques mots faisaient apparaître l'ouvrage maléfique entre ses mains. Pas cette fois.
 La nouvelle la divisa et elle se mit à réfléchir rapidement.

<Aucune construction normale ne peut contenir l'Agamemnon si je l'appelle. Si il ne vient pas, c'est qu'il est dans une structure magique, ou entourée de sorts. Probablement encore au Japon, même en ville, j'ai bel et bien ressenti son écho dans mon énergie... Si les filles de la Theuggia l'ont prit, je dois absolument le récupérer. Pour ça, il va me falloir un peu de matériel.>

Il était possible de tisser un sortilège pour tracer le livre, Effy le savait. Elle avait anticipé cette situation, comme un Batman de la magie noire voulant prévoir tous les coups. Mais Swann n'avait rien du Dark Knight. Il lui fallait retourner chez elle pour prendre les ingrédients nécéssaires à son tissage. Bon. C'était un plan très vague, mais c'était un plan tout de même. Juste ce qu'il fallait à Stefan pour ne pas céder à l'abattement et la panique.
Dans un cliquetis sec, Effy déploya la lame de son cran d'arrêt. Le bruit la rassurait, autant que l'éclat de l'acier. Sans l'Agamemnon et les sorts que le grimoire lui conférait, Effy se sentait démunie. Toutefois, la sorcière ne manquait pas de ressources pour autant. Le couteau retrouva sa cachette dans la botte montante de sa propriétaire qui, une fois fin prête, coula hors de la chambre comme un félin. Filer sans se faire voir, premier objectif de sa quête vers le grimoire.

Se faufilant comme une ombre dans les couloirs de l'hôpital, elle parvint sans trop de mal à éviter les quelques infirmières du service de nuit pour se diriger vers un escalier de secours après un bref arrêt devant un plan d'évacuation du bâtiment. Une fois descendue de deux étage, Effy prit son portable pour contacter Victoria, son amie et colocataire(*). Juste un SMS pour lui dire de ne pas s'inquiéter et d'éviter de rentrer les prochains jours alors qu'elle était partie en week-end. Effy invoqua l'excuse bidon d'un début d'incendie à leur étage, et prétendit aller dormir elle-même ailleurs le temps que les experts fassent leur travail.
Elle détestait mentir à Victoria, mais il fallait la tenir hors de cette histoire à tout prix. Ne pas laisser Jandice lui mettre la main dessus. Même Sha avait dit que Jandice était trop puissante pour elle. Cependant, ce n'était certainement pas pour cela qu'Effy renoncerait à la combattre.

Serrant les dents, Swann descendit les marches quatre à quatre, bien décidée à s'enfuir de l'hôpital pour se rendre chez elle. Les questions se bousculaient dans son esprit, mais leurs réponses pouvaient encore attendre. Le grimoire, lui, ne pouvait pas.


----


(*)Voir The Arcanist
Bien que ce soit un OS, il compte dans la chronologie des aventures d'Effy et se place avant ce même rp.
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 746



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Septembre 04, 2017, 01:11:21 »

La Theuggia… Un ordre de sorcellerie qui avait su survivre aux circonvolutions du passé, pour évoluer, et devenir une secte sinistre servant les desseins de la Monarchie de la Rose, et, en définitive, le Roi Cramoisi. Un nom qui revenait de plus en plus aux oreilles de la Déesse, et qui provoquait en elle une profonde inquiétude, inexplicable, mais palpable, et importante. Elle avait peur de cet être, sans même savoir pourquoi. Les réponses se trouvaient quelque part dans le brouillard nébuleux que constituait son passé chaotique, mais dont les souvenirs ne lui revenaient que par bribes.

*Ce que je sais à coup sûr, c’est que c’est ce Flagg qui a provoqué mon bannissement, et a participé à la discorde entre les Dieux…*

Ce que Sha avait progressivement découvert, notamment en se rapprochant de Sanguilia*, mais encore en retrouvant l’une de ses anciennes sorcières, Mélisandre Swann**, c’est que les Olympiens étaient devenus fous. Jadis, quand les Grands Anciens avaient été vaincus, Zeus et sa famille s’étaient chargés de protéger la Terre et Terra, deux mondes parallèles-pivots  au sein de cette grande carte multidimensionnelle que représentait le Multivers. Une tâche très importante, qu’ils avaient acquitté pour le mieux, jusqu’au jour où leurs divisions internes et leurs propres défauts avaient fini par les trahir. En l’occurrence, les Olympiens, après la chute des Grands Anciens, avaient regroupé les traces nuisibles qu’ils avaient laissé derrière eux, comme des esprits maléfiques uniquement voués à la corruption, les enfermant dans une boîte magique posée au cœur de l’Olympe, la boîte de Pandore.

Sha savait qu’Héra, en succombant progressivement à sa jalousie contre les amantes de Zeus, s’était fait manipuler par Flagg, et lui avait permis d’ouvrir la Boîte de Pandore. Et les esprits contenus dans la Boîte avaient corrompu les Olympiens, les isolant. Et, derrière tout cela, il y avait la main persistante du Roi Cramoisi, qui avait utilisé les Olympiens et la jalousie d’Héra pour sceller Sha, et continuer à affaiblir les Dieux, ceux qui, jadis, avaient pu réussir à vaincre les Grands Anciens en parvenant à faire fi de leurs oppositions pour s’allier. Une telle chose serait-elle possible désormais ?

*D’une manière ou d’une autre, je dois retrouver Effy. Peut-être que ça ne me servira à rien, peut-être que la voir, étudier son livre, m’aidera à en savoir davantage… Mais, dans tous les cas, elle est l’une de mes sorcières, et il m’incombe de la protéger.*

Du peu que Sha avait cru comprendre, l’Agamemnon n’avait pu s’ouvrir qu’en sa présence, de sorte que, même si la Theuggia récupérait le livre, la secte allait sûrement rechercher encore Effy. C’est pour ça que Sha avait pris ses dispositions. Son esprit étant relié à celui d’Effy depuis qu’elle avait visité le sien (le monde onirique qu’Effy ayant vu n’étant, somme toute, qu’une représentation très élaborée, et quelque peu grandiloquente, de la psyché de Sha), elle savait précisément où elle était, et déploya l’une des siennes.

Sur Terre, Effy descendait les marches menant vers le hall d’entrée de l’hôpital. Ce soir, il n’y avait pas grand-monde de ce côté-ci… Mais, tandis qu’elle descendait, la porte située à hauteur du rez-de-chaussée s’ouvrit brusquement sur plusieurs individus.

« Quel service ?
 -  Réanimation. Chambre 313. »

Soit… Le numéro de la chambre d’Effy. La Theuggia ! Ils montèrent précipitamment les marches. Un petit groupe d’hommes, rien à voir avec les deux sorcières qui avaient attaqué Effy plus tôt. De simples exécutants, mais qui maîtrisaient des sorts de magie élémentaire basique, et qui comptaient bien ramener Effy au bercail. La jeune femme ne put donc, en toute logique, que repousser chemin, pour chercher une autre porte de sortie.

Toutefois, alors qu’elle s’aventurait dans les couloirs, un autre groupe tomba sur elle, lui coupant la route, alors qu’ils étaient en train d’interroger (et d’effrayer) une infirmière. Ils la regardèrent silencieusement, et s’approchèrent alors, leurs mains se mettant à s’illuminer.

« Vous n’avez pas le droit d’être là ! s’exclama l’infirmière.
  -  Ta gueule, salope ! »

L’un des ennemis tendit sa main vers elle, et envoya une onde d’Air qui envoya l’infirmière heurter douloureusement le mur. Ils se rapprochèrent ensuite d’Effy.

« Dame Barow souhaite vous récupérer, Mademoiselle Swann. S’enfuir n’était vraiment pas intelligent. Pensiez-vous vraiment avoir une chance ? Vous appartenez corps et âme à la Theuggia ! »

Ses issues semblaient bloquées, et un homme lança vers elle une série d’arcs électriques, afin de la neutraliser… Quand une silhouette débarqua brusquement devant Effy, brandissant un wakizashi qui se posa sur la trajectoire des éclairs, et les réfléchit.

« Hey, les mecs ! Vos mères ne vous ont jamais appris de ne pas attaquer les filles à trois ?! »

Une élégante femme en combinaison violette particulièrement moulante venait d’apparaître devant Effy… Et, avec le temps que la jeune femme avait passé avec l’esprit de Sha, peut-être pouvait-elle ressentir la présence de Sha sur cette femme, une présence très marquée, sur tout son corps, mais également dans le creux de ses hanches, au sein de son ventre… Devant la menace, Sha avait déployé celle qu’elle considérait comme étant sa plus puissante sorcière, la redoutable Kiriko Hattori.

« Reste derrière moi, petite, dit-elle à Effy, j’ai pour mission de te ramener auprès de notre Déesse. »

Les mystérieux agresseurs attaquèrent alors à nouveau, et le premier d’entre eux lança une boule de feu, que Kiriko coupa en deux avec son arme. Ses yeux se mirent alors à s’illuminer, et Kiriko fit appel aux pouvoirs de l’une de ses précédentes incarnations, lançant une puissante onde de choc qui frappa les ennemis. C’était le pouvoir redoutable de Kiriko : elle pouvait puiser dans ses anciennes incarnations pour obtenir, non seulement un morceau de leur personnalité, mais aussi – et surtout – leurs pouvoirs magiques.

Elle se retourna ensuite vers Effy, pour se présenter :

« Je m’appelle Kiriko, Effy. Ma Déesse m’a chargé de te protéger pour te ramener à elle. »



* : Cf. RP « Après l’effort »
** : Cf. RP « Libération ».
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Effy Swann
Humain(e)
-

Messages: 16


Petite sorcière


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Septembre 07, 2017, 08:41:22 »

Cernée !
Comment avait-elle put se faire avoir comme une débutante de la fugue ? Sa rencontre avec Sha lui occupait encore l'esprit, peut-être. Ou alors, elle n'était pas bien remise de son séjour sur le brancard. Toujours était-il que chercher des explications ne l'aiderait en rien à se sortir de ce mauvais pas. Les hommes de la Theuggia sonnèrent une infirmière dont Effy n'eut pas le loisir de se préoccuper du sort. Une fois le corps de la nurse affalé contre un mur à la façon d'une poupée désarticulée, l'agresseur se tourna vers Swann, prêt à accomplir son oeuvre. S'humectant nerveusement les lèvres, la petite sorcière roulait des yeux pour chercher une possible issue. Mais les sbires de la Theuggia semblaient retenir les leçons, à présent. Eux qui étaient autrefois si aisés à berner avaient aujourd'hui penser à lui couper absolument toute retraite ! Effy serra les dents et fit jaillir la lame de son cran d'arrêt pour l'ériger en ultime barrière, prête à en découdre jusqu'au bout. Jamais la Theuggia ne pourrait se vanter de l'avoir capturée facilement !

- Dame Barov souhaite vous récupérer, Mademoiselle Swann. S’enfuir n’était vraiment pas intelligent. Pensiez-vous vraiment avoir une chance ? Vous appartenez corps et âme à la Theuggia !
- Ni mon âme ni mon corps ne vous appartiennent, salauds ! Je vous enverrai pourrir dans les Limbes !

La réplique amusa son interlocuteur plus qu'autre chose, qui fit crépiter des éclairs dans la paume de sa main qu'il tendit vers Effy. Rien, aucun moyen de contrer ça ! Juste à espérer qu'elle ne soit pas trop sonnée après le choc pour pouvoir se débattre quand ils voudraient s'emparer d'elle. La sorcière se ramassa sur elle-même, bandant ses muscles en imaginant que, peut-être, elle pourrait aller au-devant de l'impact et l'éviter...
Comme un chaton bagarreur, Effy montra les dents et serra les mains sur sa ridicule lame alors que les éclairs se mirent à étinceler dans le couloir.

KA-KOOOM ! Les arcs crépitants furent littéralement interceptés par une lame courte japonaise brandie par une femme en justaucorps violacé. Effy cilla. Une héroïne venait de la sauver, comme dans les films ? Était-ce Wonder Woman, ou Miss Marvel, ou...ou n'importe qui d'autre ?
Non, impossible. Sans connaître ces super-héroïnes, Swann doutait qu'elles eut dégagé autant de l'aura de Sha. Et cette femme, elle, en débordait. Effy ressenti une vague pointe de jalousie qu'elle ne fut pas sûre de comprendre, mais qu'elle chassa tout aussi vite. La sauveuse, quant à elle, agit avec une redoutable efficacité. Sa lame fendit une boule de feu, et ses pouvoirs envoyèrent au tapis les sbires en costard de la Theuggia.

- Je m’appelle Kiriko, Effy. Ma Déesse m’a chargé de te protéger pour te ramener à elle.
- Je n'irai nulle part, même pas chez Mère, sans avoir retrouvé l'Agamemnon !


Effy saisit le poignet de Kiriko et l'entraîna dans sa fuite sans attendre, reprenant un nouvel escalier de secours après avoir avalé quelques mètres du couloir où l'escarmouche s'était déroulée. Sans lâcher la ninja (elle semblait l'être, et Swann avait du mal à comprendre pour le moment en quoi cette fille était magicienne), la petite sorcière expliqua sa situation.

- Le livre est sûrement resté dans la cave de mon immeuble après mon affrontement avec les deux traqueuses de la Theuggia, dit-elle entre deux souffles. Mais si elles l'ont récupéré, je dois pouvoir tisser un sortilège de poursuite avec le matériel que j'ai chez moi. Et je remonterai la piste, avec ou sans toi !

Hors de question d'abandonner l'Agamemnon aux mains de ses anciennes propriétaires ! Effy ne pouvait pas imaginer ce que Flagg ferait de la puissance contenues dans les pages scellées, sûrement capable qu'il était lui d'en lire le contenu avec facilité. Stefan se sentait investi d'une mission envers le grimoire et n'y renoncerait pas, d'autant que Kiriko semblait être la plus redoutable alliée qui aie jamais croisé sa route. Pour tout dire, l'envoyée de Mère semblait trempée dans un tout autre métal que les sorcières qu'Effy avait put croiser jusque là, qu'elles soient dans son camp ou dans celui de Jandice.

Leur descente dans les escaliers achevée, Effy ouvrit la porte de secours à la volée et déboula sur le parking du personnel de l'hôpital avec la main de Kiriko dans la sienne. Alors qu'elle tentait de se repérer et finit par choisir ce qui semblait être une sortie discrète un peu plus loin, elle expliqua la situation à la ninja.

- La Theuggia a envoyé au Japon deux femmes, deux traqueuses. Rien à voir avec ces gus dont tu t'es débarrassée là-haut. Une d'elles tire des projectiles qui sapent l'énergie magique. Si Barov a lancé après moi de meilleures pièces de son échiquier, on est pas au bout de nos peines. Et ce n'est que le début. Si Jandice comprend que j'ai de l'aide de haut niveau, elle répliquera de façon adéquate.

Et Jandice gardait dans son jeu des cartes puissantes, Effy le savait parfaitement. Jusque là, ses pires adversaires avaient été des crétins trop sûrs d'eux et des maigres pouvoirs conférés par leurs études ou la "générosité" de la maîtresse de la secte. Pourtant, Swann avait comprit depuis longtemps déjà que restaient dans l'ombre d'autres magiciennes à la solde de Barov, autrement plus redoutable. Nul doute que Kimberly et Iko étaient le signe avant-coureur d'une menace de plus en plus présente. Jandice, sûrement, allait devoir rendre des comptes sur son incapacité à récupérer l'Agamemnon jusque là.
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 746



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Septembre 11, 2017, 01:14:58 »

En réalité, quand Effy avait appelé Sha, et que cette dernière était intervenue pour l’aider, la Déesse était, à ce moment, occupée à faire l’amour avec Kiriko. Quand sa rencontre avec Effy s’était terminée, Kiriko en avait été naturellement informée, et, dès qu’elle avait appris qu’une sorcière renégate cherchait à attaquer Sha, et qu’il fallait récupérer une autre sorcière, elle s’était spontanément dévouée pour la retrouver. C’était l’une des raisons expliquant que Sha en personne ne soit pas intervenue. Ça, et aussi le fait que, de toute manière, Kiriko serait plus efficace qu’elle, et qu’elle avait surtout besoin de méditer, de se replonger dans ses souvenirs, ou dans ses grimoires, afin d’obtenir des informations plus poussées sur Jandice Barov, la Theuggia, ou l’Agamemnon.

Kiriko était donc partie sans attendre vers l’hôpital, usant de sa magie pour tracer la signature d’Effy, chose facile, puisqu’Effy s’était rendue dans le monde de Sha, et avait été reliée inconsciemment à cette dernière. La Celkhane était intervenue au pile moment, et, alors que le duo filait, Effy revint sur l’injonction de Kiriko. Aller chez Sha ? Peut-être, mais pas avant d’avoir retrouvé son bouquin. Elle affirma qu’il devait encore se trouver dans sa cave, tout en lui parlant des deux personnes qui l’avaient envoyé à l’hôpital, dont une qui avait le pouvoir de tirer des balles magiques agissant comme des siphons, privant l’utilisateur de sa magie.

« Jandice est une traîtresse, rétorqua Kiriko. Si je la vois, elle comprendra qu’on ne trahit pas impunément la Déesse ! »

Il y avait chez Kiriko un amour débordant pour Sha, qui conférait presque au fanatisme ou à l’adulation. Sha l’avait déjà mis en garde contre de telles pulsions, en lui rappelant qu’un amour excessif pouvait être dangereux. Kiriko avait plus ou moins retenu la leçon. Dans le cas de Jandice, ses chances de survie semblaient néanmoins bien réduites si elle croisait la route de Kiriko.

Au sein de l’hôpital, un léger chaos régnait. Partir d’ici était l’option la plus sage, car les autorités ne tarderaient pas à arriver, et une fille en combinaison violette dotée d’un wakizashi ne risquait pas de passer inaperçue. Les deux femmes passèrent donc par le parking souterrain pour sortir, mais, plutôt que de rejoindre la rue, Kiriko marcha vers le parking réservé au public.

« Ma Déesse souhaite aussi que je lui amène ce fameux livre, expliqua Kiriko. Alors, je vais t’accompagner, mais ne te mets pas en danger. S’il y a encore des sales mâles qui nous tombent dessus, ou des sorcières traîtresses, je m’en occupe ! »

Des « sales mâles »... Le culte de Sha n’était pas sexiste en soi (même s’il fallait reconnaître qu’il était quand même très féminin, les sorciers étant bien moins nombreux que les sorcières), mais Kiriko venait de Caelestis, une nation connue pour son fort sexisme à l’égard des hommes, ce qu’on retrouvait encore chez la jeune femme. Elle se rapprocha en tout cas d’une élégante voiture de sport, une Lamborghini Aventador violette au style futuriste, avec des traits dorés le long de sa carlingue. Kiriko l’ouvrit, et fit signe à Effy de grimper dedans.

Le culte de Sha avait des ressources sur Terre également, et, quand Sha avait emmené Kiriko ici, elle l’avait conduit près d’une alliée, où elle avait pu récupérer cette superbe voiture. Elle aurait pu prendre une moto, mais, comme elle savait qu’Effy était blessée, Kiriko avait opté pour un véhicule moins dangereux. La Lamborghini comprenait un ordinateur de bord avec un GPS, et Kiriko fit signe à la jeune femme de mettre ses coordonnées, tout en démarrant. La voiture bondit en avant, et, rapidement, Kiriko se retrouva hors de l’hôpital.

Pour rejoindre plus rapidement l’appartement d’Effy, le GPS suggérait de prendre l’autoroute, ce qui convenait d’autant à Kiriko qu’elle ne respectait guère les limitations de vitesse.

« Comment une jeune fille comme toi s’est retrouvée en possession de l’un des livres interdits ? » demanda soudain Kiriko.

Après tout, la sorcière ignorait toute l’histoire, elle avait juste foncé dans cette situation pour Sha sans vraiment se poser de questions !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Effy Swann
Humain(e)
-

Messages: 16


Petite sorcière


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Septembre 19, 2017, 10:42:23 »

Effy n'était pas certaine d'avoir confiance en Kiriko. Non pas qu'elle n'en avait pas été digne ou qu'elle doutait de son affiliation avec Sha (que Swann ressentait sans pouvoir se l'expliquer) mais elle la trouva vite fanatique. Quelle différence entre cette ninja sexy et les tarés qui se livraient aux pires rituels dans le seul espoir d'être remarqués par Flagg, qu'ils révéraient comme des forcenés ? Swann avait eu sa dose, merci bien. Que Kiriko voue un culte à Sha plutôt qu'à Flag'g ne l'en rendait pas moins dangereuse : au moindre petit écart, le ton risquerait de monter. Et, de fil en aiguille... La petite sorcière remisa cette idée dans un coin de sa tête. Douter de sa seule alliée n'allait pas aider les choses à se faire, n'est-ce pas ? Pour le moment, elle avait besoin de la force que possédait Kiriko. Swann s'en voulu de sa propre faiblesse mais ne fit montrer de rien, emboîtant le pas de l'étrange kunoïchi sans mot dire.

<"Sale mâle" ?> pensa-t-elle. <Ce n'est peut-être pas le moment de baiser mon froc...>

Raison supplémentaire de se défier de Kiriko, donc. Heureusement, comme tous les autres, elle était pour le moment abusée par l'apparence de sa protégée.

Le duo se retrouva sur le parking du public, Effy jetant des coups d'yeux nerveux à droite comme à gauche. Au moins elle fuirait en bagnole pour une fois, un modèle ordinaire qui se perdrait aisément dans la circulation urbaine, et...
Elle se stoppa net devant la supercar qui semblait surgir de Tron, abasourdie. Elle n'avait jamais vu d'aussi près de caisse comme ça mais surtout, surtout ! Ca n'avait absolument RIEN de discret ! Swann monta dans l'engin un peu à contre-coeur, désolée d'être aussi peu furtive, et se contenta d'obéïr pour entrer l'adresse de son immeuble. Le GPS indiqua la direction à suivre pour rejoindre leur destination à l'exact opposé de la ville.

L'Aventador poussa un rugissement animal et sorti en trombe de l'hôpital, Effy s'autorisant à se détendre un peu dans le siège en cuir. Elle y reposa sa tête, puis tourna la tête vers Kiriko qui l'interrogea. Question légitime, sûrement.
La petite sorcière regarda d'abord la route défiler, puis se décida à fournir la réponse attendue.

- Je l'ai volé à la Theuggia en Amérique du nord à la suite d'un sabbat durant lequel j'ai eu la vision de Flagg. Je voulais empêcher ces sorcières d'aider à l'invocation de ce... ce fou furieux. Comme j'avais gagné la confiance d'un peu tout le monde, je n'ai pas eu de mal à m'emparer de l'Agamemnon. Le conserver jusque là a été autrement plus compliqué. Depuis, je passe mon temps à fuir en me démenant pour qu'une situation comme celle d'aujourd'hui ne survienne justement pas.

Effy se tut, ramassant ses jambes contre elle comme pour se protéger du monde. Elle vivait mal les événements, bien qu'elle s'était toujours attendue à ce que la Theuggia cesse de la prendre à la légère. Ne pas se savoir à la hauteur face à des Traqueuses n'avait rien d'étonnant, pourtant Swann peinait à l'avaler. Que n'était-elle aussi puissante que Kiriko ! Elle soupira longuement, abattue.

- Et toi, alors ? Tu es qui pour Mère ? Son ninja d'intervention, genre SWAT de la magie ? Elle se força à sourire, voulant rendre leurs contacts plus agréables. Tu la connais depuis longtemps ? Et tu as quoi contre les garçons ? C'est Mère qui ne les aime pas ?
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 746



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Septembre 24, 2017, 10:59:35 »

La Lamborghini filait rapidement, un moteur qui rugissait sur place. Avec un tel véhicule, respecter les limitations de vitesse n’était pas facile. Évidemment, une telle voiture n’avait rien de discret, mais... Kiriko elle-même n’était pas spécialement discrète. Enfin... Elle avait été formée pour être une espionne et une meurtrière, mais Sha ne l’utilisait jamais pour ce genre de tâches. Elle était bien plus une mage-guerrière qu’une kunoichi. L’infiltration n’était donc pas son fort. Elle écouta donc la jeune Effy lui parler de la Theuggia, qui s’était infiltrée dans cette fameuse secte ayant trahi le culte de Sha, et avait voulu invoquer Flagg. Un nom qui amena les doigts de Kiriko à se crisper sur le volant. Elle ne connaissait qu’un seul Flagg, et elle le haïssait plus que tout au monde. Néanmoins... Ce qu’Effy disait n’avait pas de sens. Elle allait le lui signaler, quand Effy la bombarda de questions.

« Ohlà, ohlà, une question à la fois, ou je ne vais pas m’en sortir ! »

En tout cas, le moins qu’on puisse dire, c’est que Kiriko était très autoritaire ! En fait, elle était autant autoritaire avec les autres que soumise face à sa Déesse, un curieux paradoxe !

« Je suis la première femme de Sha, fit-elle, en insistant bien sur le terme ‘‘première’’. Et je porte son bébé... Mais, au-delà de ça, Sha et moi nous nous aimons d’un amour millénaire. À chaque fois que je meure, je renais sous une nouvelle forme, et reste amoureuse de Sha. »

Un amour millénaire, en effet, qui transcendait et dépassait la mort. Mais il y avait plus que ça, comme Effy l’avait peut-être ressenti à l’hôpital.

« Mes pouvoirs... Pendant longtemps, je croyais n’en avoir aucun, mais j’ai découvert... Hum... Je ne sais pas trop comment l’expliquer, je viens d’une nation évoluée où la magie est considérée comme du folklore, je n’ai pas été éduquée dans les arts occultes. Ma Déesse m’a expliqué que j’étais une Source un peu particulière, mais je n’ai pas trop compris. En gros, l’amour et le lien que je partage avec ma Déesse sont si forts qu’ils permettent à mes anciennes personnalités d’émerger, et de puiser dans leurs pouvoirs et leurs capacités. »

Kiriko n’était pas une Source au sens classique du terme, dans le sens où, contrairement à Flagg, elle ne pouvait pas être en lien avec ses autres Convergents, mais son pouvoir tenait quand même de cette très étroite catégorie, dans le sens où elle pouvait remonter dans le passé, et ramener à elle d’anciennes incarnations, lui permettant ainsi de disposer de multiples pouvoirs magiques. Accessoirement, on pouvait aussi comprendre l’idolâtrie de Kiriko à l’égard de Sha. Qu’était-elle, simple jeune femme, pour pouvoir lutter contre un tel héritage ?

Dehors, le ciel commençait à s’assombrir dangereusement.

« Donc... Je la connais depuis très, très, longtemps ! Personne n’a réussi à nous séparer ! À chaque fois, Sha me retrouve, ou je la retrouve, et j’ai toujours été là pour elle ! Je ne sais pas ce qu’est ton SWAT, mais... Ma Déesse ne m’envoie que pour les missions les plus difficiles. Donc... Avec moi, tu es sûre que tout ira bien, si quelqu’un nous embête, je le tue ! »

Et surtout si c’était ce sale Flagg ! Lui... Rien que d’y penser, Kiriko avait des envies de meurtre et de violence extrême. Mais elle était bien décidée à satisfaire toute la curiosité d’Effy, et évoqua donc un sujet déplaisant pour elle : celui des mâles.

« Je viens d’une nation où les mâ... Les hommes... Sont mal vus. J’ai été éduquée comme ça. Ma Déesse me dit que ce n’est pas bien, et que je dois être plus tolérante, et tout ça, tout ça, mais... Bah ! Y sont trop poilus, de toute manière, beurk ! »

Kiriko secoua la tête. Des éclairs zébrèrent alors le ciel, et elle enclencha les essuie-glaces, un peu curieuse. Quand elle était venue à l’hôpital, il faisait beau... La pluie ne pouvait pas tomber aussi vite, tout de même.

« Mais bref, je ne comprends pas ce que tu dis... Pourquoi la Theuggia voudrait invoquer Flagg ? Ce sale mage est libre comme l’air. S’il voulait venir voir la Theuggia, il n’avait qu’à se déplacer, il n’y a qui le retient. Tu es sûre que ce rituel visait à l’invoquer ? Parce que, de ce que Sha m’a dit, c’est... »

La radio s’alluma brusquement, sans prévenir, tandis qu’un éclair s’abattit violemment sur la Lamborghini. Kiriko manqua perdre le contrôle de son véhicule, et la voiture heurta le garde-fou du périphérique. Kiriko réussit à rétablir le contrôle de son véhicule. Et, alors qu’une musique de J-Pop défilait à la radio, cette dernière s’éteignit brusquement par une série de crachotements et de neiges...

« Nous interrompons... KRRRRRRRRRRRR... Tous nos programmes... KRRRRRTTTT... ‘Diteurs... KRRRRRTTTT... L’histoire tragique de deux jeunes femmes qui ont été surprises par une tempête tropicale particulièrement violente qui a touché la baie de Seikusu... KRRRRTTTTT... Lamborghini violette... KRRRRTTTTT...
 -  Qu’est-ce que... ? »

Kiriko tenta d’éteindre l’autoradio, mais la voix éraillée et joueuse, masculine, continua à venir. Une voix qu’Effy pouvait peut-être identifier... Mais, dans tous les cas, Kiriko sentit dans son être profond qui était là. Effy ne s’était pas trompée en soupçonnant que La Theuggia mettrait tout en œuvre pour récupérer leur livre.

« Accident tragique... KRRRRTTT... Elles ont cru pouvoir lutter contre la tempête, contre leur destin... KRRRRTTT... Et une Déesse sent bien seule, maintenant, pour élever ses putains de chiards, pas vrai, Kiriko ?
 -  Flagg... !
 -  Donne-moi la fille... Sois une gentille fille, petite pute violette, et donne-là moi... Enfin, la fille... On se comprend !
 -  Va crever ! Je te tuerai mille fois pour ce que tu as fait à ma Déesse !
 -  J’aime les femmes pleines de passion, sincèrement... Mais une autre fois, chérie. Je ne plaisante pas. Donne-moi ce que je veux, et je m’en irais. »

Des éclairs supplémentaires continuèrent à s’abattre sur le bitume. Kiriko tapa alors violemment avec le poing sur l’autoradio intégré à l’ordinateur de bord, mettant fin au rire sardonique de Flagg. Toutefois, dans leur dos, plusieurs voitures les poursuivaient, en roulant également à tombeau ouvert.

« Bon... Pour être honnête, ma Lamborghini n’est pas une voiture ordinaire. Elle a été enchantée... Tu as déjà joué à un jeu vidéo ? C’est pareil... »

Kiriko appuya sur plusieurs boutons, et, à l’arrière de la Lamborghini, à côté des tuyaux d’échappement, une sorte de canon magique se forma, avec une caméra permettant de visualiser cela sur une tablette, que Kiriko récupéra dans la boîte à gants.

« Explose-moi ces fumiers qui nous collent au cul ! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Effy Swann
Humain(e)
-

Messages: 16


Petite sorcière


Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Décembre 14, 2017, 10:47:13 »

Effy écouta Kiriko sans jamais l'interrompre, avide de comprendre les liens tissés dans cette étrange histoire qui la dépassait encore de beaucoup. Toutefois, lorsque la ninja évoqua sa grossesse, le regard de la petite sorcière glissa discrètement vers son ventre. Il ne lui semblait pas y voir de rebond caractéristique de la gestation ! Est-ce que c'était tout récent ? Ou simplement une image pour dire... pour dire quoi ? Kiriko n'avait pas l'air du genre à faire des métaphores pour se donner un genre. La chose l'intrigua donc sérieusement mais Effy préféra ne rien en montrer pour le moment et remonta les yeux. Elle s'arrêta une seconde sur les seins moulés dans le justaucorps, puis revint finalement au beau visage de l'envoyée de Sha.
Ainsi, elle était amoureuse de Sha ? Elle évoquait un lien fort qui traversait le temps. Les âges. Du moins, c'est l'impression qu'en eut Effy. Comme si l'histoire de Kiriko n'était ni de nature à la surprendre ni à la pousser à la remettre en cause. Une sensation étrange. Peut-être que c'était leur lien respectif avec Sha (pour négligeable que fut celui de la petite sorcière) qui provoquait ce sentiment ? Kiriko était la femme de confiance de Mère. Alors Effy s'en remettrait à elle.
C'était un peu facile pour quelqu'un qui, comme elle, évitait de se lier aux autres. Facile et rapide. Mais pourquoi pas ? Une telle alliée serait une bonne chose dans sa lutte.

- Tous les hommes ne sont pas poilus, tu sais, fit remarquer Swann dans un sourire plein de malice.

Elle s'en voulait de cacher la vérité à Kiriko à son propos, mais ce n'était pas le bon moment pour l'évoquer. Quel intérêt, de toute façon ? Pour l'heure, les acolytes avaient des sujets autrement plus importants à évoquer que la nature de leurs appareils génitaux respectifs. Se promettant de faire preuve de sincérité avec Kiriko dès que l'ambiance le permettrait, Effy passa sur le sujet.

- C'est ce qu'ils voulaient à l'époque. Je n'étais pas parmi les fidèles qui connaissaient les détails. Et tu sais, pour les naïfs qui débarquent dans ce monde, l'invocation d'un puissant personnage c'est un classique toujours efficace.

L'éclair coupa court à la discussion, autant que l'embardée violente que fit la Lambo sur la route. Kiriko rattrapa vite la trajectoire et Effy se massa la tête qui avait cogné contre la vitre de sa portière en grommelant après un gémissement. Elle allait adresser un reproche à Kiriko quand le poste de radio se fit augure maléfique, lâchant la voix crachotant de Flagg dans les enceintes de la supercar. Swann n'eut aucun mal à reconnaître l'intonation si particulière et les images hallucinées du Sabbat lui revinrent en mémoire à la vitesse d'une balle de fusil, provoquant chez elle un tremblement intempestif. En un mot comme en cent, Effy était terrifiée.
Mais Kiriko avait de la colère et de la détermination pour elles deux. Elle refusa de remettre Effy à Flagg, lui promettant au passage de le tuer mille et mille fois. Son poing écrasa l'autoradio comme un éclair pulvérisait le macadam à quelques mètres des roues de la Lambo' et elle dévoila son va-tout : le canon caché. Effy marqua une tronche carrément dubitative puis finalement émerveillée, la chose suffisant à la tirer de son effroi.
Un large sourire aux lèvres, elle se saisit de la tablette.

- Ne viens pas chialer quand j'aurai buté ton high-score.

Il ne fallut qu'une poignée de secondes à Effy pour s'adapter à la lecture de l'image sur la tablette, ainsi que de l'interface qui s'y superposait pour le contrôle du canon qui ornait le cul de l'Aventador. Quelques rapides tests une fois l'Ipad prit en main à la manière d'une manette de console et Swann fut maîtresse de l'appareil. Face à leurs poursuivants, la gueule du canon s'orienta une fois, puis deux, en réponse aux sollicitations que faisait Effy. Elle se désintéressa alors de la route, boucla sa ceinture et plaça son bras blessé de façon à ne pas avoir à trop l'utiliser, ni d'en souffrir selon la conduite forcément périlleuse de Kiriko. Malgré les difficultés de cette dernière à maintenir le véhicule sur la route, Swann se remettait entièrement à ses talents. En échange, elle allait faire montre des siens.
 
Le premier tir fusa sans sommations, s'écrasant à droite du premier véhicule de poursuite, qui mit un coup de volant pour esquiver -pas très utilement, le canon ayant frappé relativement loin de son capot. Swann ne sembla pas s'inquiéter du score et recommença à tirer, pour un résultat toujours aussi pauvre dans la même zone. Le troisième tir fut tout aussi stérile en conséquences, mais totalement décalé comparé aux deux premiers. Seulement, il avait forcé un poursuivant plus lointain que le premier véhicule à donner un coup de volant... Qui l'avait envoyé directement dans les deux cratères creusés par les premiers tirs ! L'essieu se rompit dans le nid-de-poule et le choc à cette vitesse envoya la caisse dans le décor dans un bond, la faisant s'écraser dans la glissière de sécurité avec une violence inouïe. L'impact décala le véhicule qui alla frapper le cul d'un autre, provoquant un carambolage qui immobilisa les deux et gêna le reste de la poursuite.
Effy n'eut plus qu'à tirer dans les carcasses immobiles pour provoquer une belle explosion qui boucha la bretelle de route pour de bon, ne laissant que trois de ces espèces de Cadillac customisées coller aux fesses de l'Aventador pourpre. De là, ce fut un jeu de massacre.
Les tirs de canon magiques illuminèrent la route, rebondissant parfois sur un élément de carosserie mais empêchant presque toujours les poursuivants de passer. Aucune voiture ne fut en mesure de remonter la piste et l'une d'elles explosa même après un tir nourri.

De tous les magiciens présents sur cette portion d'autoroute, Effy était probablement la plus faiblarde de toute. Mais lorsqu'il était question de jeux de tirs, c'était le reste du monde qui s'inclinait ! Chacun sa spécialité, même si Swann n'aurait jamais pu imaginer que la sienne servirait un jour dans sa lutte contre la Theuggia.

- Donne moi un bon gros canon à plasma et un angle de tir et PSHOUUUU ! Plus de Flagg.

Si seulement ça pouvait être aussi simple...
Journalisée
Sha
Dieu
-

Messages: 746



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Décembre 18, 2017, 02:07:30 »

Les voitures qui les poursuivaient n’étaient pas habitées. Kiriko sentait de la magie en émaner. Elle regarda son rétroviseur, et l’image sur ce dernier se mit à zoomer, ce qui lui permit de confirmer sa théorie : personne ne pilotait les voitures. Elle se pinça les lèvres, en se demandant si Flagg pilotait les voitures à distance, ou si les voitures elles-mêmes étaient enchantées, comme sa Lamborghini. Évidemment, ce canon plasma qui se forma à l’arrière de la voiture était la preuve évidente que la voiture avait été sacrément customisée. Sha lui avait mis un revêtement violet pour aller avec la combinaison moulante de sa femme, mais lui avait aussi mis plusieurs améliorations, faisant de cette voiture l’Aston Martin de James Bond du 21ème siècle. Tenant le volant, Kiriko regardait régulièrement Effy, un peu troublée. Elle pensait que c’était une fille, mais elle ressentait une aura particulière à son égard, ressemblant davantage à celle d’un homme. Kiriko avait grandi pour haïr les hommes, endoctrinée ainsi par les Celkhanes, qui répétaient à loisir que le sexe masculin était par nature violent, belliciste, guerrier, et dominateur. Et, même si sa Déesse ne cessait de lui dire de lutter contre ses préjugés, Kiriko avait encore du mal à franchir le pas.

Toutes ces considérations ne résolvaient toutefois pas le problème actuel. Si Sha avait customisé sa Lamborghini, les Cadillac l’étaient tout autant. Kiriko vit ainsi une voiture cracher une pluie de missiles, tandis que d’autres déclenchèrent des mitrailleuses lourdes sur le devant, transformant l’autoroute en zone de guerre. Kiriko appuya sur un autre bouton, et la Lamborghini lâcha une série de leurres dans le ciel, déviant les missiles qui explosèrent à droite et à gauche. Les balles, quant à elles, heurtaient régulièrement la Lamborghini, mais chaque contact faisait briller le revêtement violet, comme si un bouclier magique protégeait la voiture.

« La merde, ils sont collants ! »

Kiriko braqua sur la gauche, évitant une roquette qui fila tout droit depuis le devant d’une voiture, en ligne droite, et alla exploser contre la rampe de sécurité, provoquant une épaisse explosion qui fit trembler le volant. Kiriko crispa ses doigts dessus, raffermissant ainsi son emprise, et poursuivit sa folle élancée. Effy contre-attaqua, et, sans que Kiriko ne comprenne trop comment, ses tentatives provoquèrent un carambolage monstrueux en déstabilisant l’une des voitures.

Effy se débarrassa donc des Irenic, et Kiriko lui sourit, puis tendit sa main.

« Bravo, ma belle ! Ces enfoirés ne savaient pas à qui ils avaient affaire, haha ! »

Néanmoins, tout ça semblait quand même être un peu trop facile… Et, tandis qu’elle se faisait cette réflexion, ses phares éclairèrent une silhouette se tenant au milieu de l’autoroute. Un individu plongé dans la pénombre, mais les lumières du phare se réfléchirent quand même sur un pin’s brillant accroché à sa poitrine, représentant un smiley jaune en train de sourire. Kiriko vit alors les yeux de l’homme devenir d’un rouge vif.

« Merde, fais… »

Elle n’eut pas le temps d’enchaîner qu’elle sentit alors une forte pression s’exercer sur son volant. Elle tenta de le retenir, mais ce dernier se braqua soudain sur la gauche, pendant que le frein à main se soulevait brusquement. Autant dire que la voiture n’apprécia guère, et fit une sérieuse embardée, puis une série de tonneaux meurtriers. Kiriko ne contrôlait plus rien, et sentit la voiture passer par-dessus la rambarde de sécurité de l’autoroute, pour s’écraser dans la forêt. Plusieurs arbres furent renversés sous le passage de la voiture folle, qui termina sa course contre un énorme chêne.

Une telle chute aurait été meurtrière pour n’importe qui, mais, même si Flagg avait su prendre contrôle d’une partie de la voiture, le reste avait tenu, notamment les airbags de sécurité, qui s’étaient enclenchés de partout. Kiriko se retrouva donc juste sonnée, et très légèrement blessée. Du sang coulait de son front, mais la Lamborghini était malheureusement totalement foutue. La tête à l’envers, elle retrouva lentement la vision. Les airbags, une fois leur office terminé, se retirèrent, et elle commença peu à peu à reprendre ses esprits.

« E… E-Effy… ?! »

C’était comme si un concasseur était en train de jouer au tam-tam dans sa tête. L’image ne voulait rien dire, mais Kiriko était sous le choc, après tout ! Clignant encore des yeux, elle détacha sa ceinture de sécurité, et commença à ramper hors de la voiture. Son estomac lui donnait l’impression d’être retourné, et elle était très désorientée.

Et elle avait aussi le sentiment que Flagg était loin d’en avoir fini avec elles… Mais, pour l’heure, Kiriko se rapprocha de la portière côté passager, afin d’aider éventuellement Effy, si cette dernière avait du mal à sortir de la carcasse de la voiture.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox