banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une rencontre qui date. [PV Mélinda Warren]  (Lu 525 fois)
Maki Nishiki
Créature
-

Messages: 24


Prétendant Mao


Voir le profil
FicheChalant
Description
Futur vilain, qui ne demande qu'à croître et apporter la pureté perdu des Humains. 

Possesseur du grimoire de Senko.
« le: Mai 13, 2017, 12:52:58 »

Le réveil vint à sonner, plaquant sa main dessus pour le faire taire. Je me lève de mon lit, les yeux encore mi-clos. La même routine s’installait. Je pris mon temps sous la douche, vidant le ballon d’eau chaude, avant de sortir, portant juste une serviette autour de ma taille, tandis qu’une seconde préparait la chose la plus longue, la coiffure. Heureusement, j’avais reçu dans ma chambre d’hôtel ma tenue pour le lycée. Je devais avouer que les tenues féminines sont sympathiques. Je jette un coup d’œil sur le calendrier.

- Hum … la tenue d’été devrait suffire pour une première journée, autant ne pas la jouer trop prude. J’en connais en haut qui doivent se fendre la poire.

Ce fut à la suite d’un soupire que je commence à me coiffer, nouant bien en évidence le ruban sur le côté supérieur gauche de ma tête. Je n’avais aucune information sur le pourquoi de deux initiales. L’idée première était que j’étais sans doute promis à un parti, mais cela ne collait pas, sinon ma « mère » n’aurait pas pris « soin » de me placer ici. Dans tous les papiers, je n’avais pas une seule photo d’elle, il avait fallu écumer internet pour pouvoir avoir une image sur cette femme. Cette fois ce fut le téléphone portable qui se mit à sonner, je n’avais pas le temps pour penser à des choses sans grandes importance. J’enfile ma tenue de lycéenne et pars vers l’arrêt de bus.

Le chemin n’était pas difficile, en soi. Une fois sorti de l’hôtel, je n’avais qu’à traverser la rue pour rejoindre, cinquante mètre plus loin, un arrêt de bus. Avec ma carte certifiant que j’étais lycéenne, je pouvais prendre le bus comme bon me semble. Je n’étais pas surpris du monde qu’il y avait, venant à être emporté par un coup de frein contre une personne. Je vins à m’incliner très légèrement, autant que l’espace me le permettait.

- Pardon.

Une fois les excuses présentée, je vins à prendre place près d’une des portes. J’étais le fruit de regard, certaines lycéennes semblaient étonnées de voir une nouvelle tête. Il faut dire qu’avec mon aspect jeune, elles devaient penser que je sortais à peine du collège.  Être vu comme une petite nouvelle ne me dérangeait pas, même si je savais d’avance ce qui allait se passer quand je serais dans la salle de classe. 

Je fus le dernier à sortir du bus, esquivant la masse immense de lycéens. Sans plus tarder, je me présentais à la salle des professeurs, donnant une lettre, qui résumait le fait que c’était mon premier jour dans un établissement scolaire.  Le professeur en charge de la classe où j’étais inscrit, me fit des louanges sur le fait que j’avais eu une bonne intuition en allant directement à leur salle.  Louange que je ne pris pas pour argent comptant, ce n’était pas grand-chose pour moi et cela semblait logique, enfin bref.  Il vint à me guider vers la salle de classe et marquait mon prénom et mon nom. Aucun mot n’avait été dit sur le fait que j’étais un homme et quand il me dit de me présenter j’eus quelques secondes de silence. Comme je devais me comporter en lycéenne, j’allais devoir communiquer en conséquence.

- Je me nomme Maki Nishiki. J’ai toujours étudiée chez moi et ne suis pas habituée à étudier dans un lycée et dans une classe, aussi …

Je vins à courber le dos pour faire une salutation.

- J’espère bien m’entendre avec vous et compter sur vous pour m’aider à bien m’intégrer.

Le professeur se mit à désigner une place qui se trouvait au milieu de la pièce, trop loin des fenêtres, trop loin des radiateurs et pile au centre de tous le regard.  Le cours qui vint à débuter était sur l’Histoire du Japon, un cours assez plaisant en somme. Comme ce n’était pas un cours chiant, il passa très vite et au moment où la cloche sonne midi, tout le monde vint à sortir leurs bentos.  Je savais bien que j’avais oublié quelques choses. Dans un profond soupire, je vins à prendre mon porte-monnaie. Je pris la direction de la cafeteria pour aller manger, prenant une quantité de nourriture assez importante pour mon gabarit.  Mon corps était affamé, je m’étais rendu compte hier soir que mon organisme consommait beaucoup. De ce que le grimoire disait, cela pouvait être la cause d’un grand pouvoir magique latent, qui, faute d’être contrôlé, puisait dans les réserves du corps.  Je n’avais pas encore totalement comprit le principe, mais les faits étaient là, mon budget nourriture risquait d’exploser.

A côté de ma réflexion, j’avais sorti mon téléphone pour calculer les dépenses futures. Au moins une chose qui ne change pas avec mon ancien moi, la prévoyance.  Ma vie en tant que Maki était enviable, l’argent que je recevais chaque mois était conséquent. Ayant largement de quoi manger tous les jours dans les meilleurs restaurants et me faire plaisir à côté. J’allais cependant, devoir compter combien ce nouveau corps consommait au mois, pour faire des courses en conséquence.

Je me rendis compte que personne ne se mettait à côté de moi. Ils ont peur ou quoi ? J’espère qu’il n’y a pas déjà de sale rumeur sur mon compte, sans quoi je vais avoir du mal à étudier tranquillement.  Je m’attendais au contraire et recevoir une nuée de question. Est-ce que le fait de sous-entendre de venir d’une famille aisée les intimiderait ?  Peut-être. Bon il me reste encore un peu de temps avant que le prochain cours ne commence, le temps de bien me remplir la panse.  Le plus dure étant de manger avec délicatesse, alors que mon ventre voulait être plein. 
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3189



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Mai 14, 2017, 11:03:02 »

Un nouvel élève au lycée, ça n’avait pas de quoi remuer des foules… Du moins, pour Mélinda. Surtout que l’individu en question était un garçon. Pour autant, elle ne comptait pas négliger la chose, ou la mésestimer. La vampire n’était pas sur Terre pour prendre des vacances, et ne se déguisait pas en lycéenne pour le simple plaisir de suivre des cours idiots. Non, elle était avant tout là pour recruter, pour agrandir sa propre famille, bien consciente que les clients ashnardiens étaient très friands de jeunes adolescents dans la fleur de l’âge. Mais il y avait aussi une demande pour les hommes, surtout ceux qui étaient androgynes, et que bien des femmes aimaient humilier et soumettre. C’est, au demeurant, ce qui l’avait incité à diffuser l’annonce. Grâce à ses contacts au sein du secrétariat, notamment Shani Stevens, Mélinda avait appris qu’un nouvel élève allait arriver.

En conséquence, elle avait obtenu son maigre dossier scolaire. Maki Nishiki. Il s’appelait ainsi, et, sur la photographie officielle, celle figurant sur son dossier scolaire, il portait un ruban bleu… Qu’il avait encore affiché ce matin.

« Et tu es sûre de le connaître ? répéta-t-elle à nouveau.
 -  Ma mémoire n’est pas encore défaillante à ce point, Maîtresse, et je vous certifie l’avoir vu il y a des années. »

À l’entrée du lycée, Mélinda s’entretenait avec l’une de ses esclaves, qui était arrivée en moto. Masae n’était plus au lycée depuis quelques années, et était maintenant étudiante à l’université de Seikusu, mais ça ne l’empêchait pas d’être l’esclave de Mélinda, et ce depuis plusieurs années maintenant. Quand la vampire avait diffusé les informations qu’elle avait sur le nouveau, elle ne s’était pas attendue à ce que Masae lui réponde par SMS qu’elle le connaissait… Mais c’était pourtant ce qui s’était passé, et la vampire, en conséquence, avait demandé à ce qu’elle vienne la voir à la sortie des cours, afin de s’entretenir avec elle sur le contenu de ses informations.

La question centrale, c’était de savoir quoi faire de ce nouveau. Le laisser en paix ? Ou venir l’aborder ? Mélinda n’était pas la seule prédatrice du lycée, après tout. À Mishima, il était rare que les lycéens restent longtemps sans être abordés par l’un des clans qui, discrètement, régnaient sur le lycée. Mishima était tout, sauf un lycée ordinaire, c’était une véritable zone de chasse, où des intérêts contradictoires se confrontaient régulièrement.

« J’étais sa nourrice… Quand ses parents s’absentaient le soir, ou rentraient tard du boulot.
 -  Ah vraiment ? »

Masae acquiesça. Tout ça ne la rajeunissait pas vraiment, mais elle ne se plaignait guère de sa nouvelle existence. Mélinda hocha donc la tête, tout en se pinçant les lèvres.

« Alors, il me semble logique que tu te rapproches de lui. Je n’ai rien ressenti de particulier le concernant, mais c’est un bel androgyne. »

Ce seul argument était, en soi, suffisant pour l’amener à se rapprocher de Maki. Il ne restait maintenant plus qu’à attendre qu’il sorte. Et, lorsque Mélinda le vit, Masae se rapprocha naturellement de lui.

« Coucou, Maki ! Tu te rappelles de moi ? Je suis très heureuse de te revoir ! Je suis Masae ! Ton ancienne nounou ! »

C’était une approche… Spéciale.

Mais ça restait une approche malgré tout.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maki Nishiki
Créature
-

Messages: 24


Prétendant Mao


Voir le profil
FicheChalant
Description
Futur vilain, qui ne demande qu'à croître et apporter la pureté perdu des Humains. 

Possesseur du grimoire de Senko.
« Répondre #2 le: Mai 15, 2017, 02:27:29 »

 Pendant mon trajet vers la salle de cours, je me fis bousculer par un mec, suivis de sa bande. Ils me regardèrent avec leurs sourires de vainqueur. On pouvait dire que j’étais d’office catalogué comme « une lycéenne sans défense ». J’aurais pu lui sauter dessus et utiliser mon bouclier frontal pour l’écraser au sol, même si avec ce corps je n’étais pas lourd. Mais d’une part, je ne devais pas trop attirer l’attention, d’autre part, je n’en avais pas grand-chose à faire que l’on me considère comme faible. Le cours de l’après-midi était sur les mathématiques, même si cela n’était pas ma tasse de thé, je vins à me faire remarquer, à mn grand désarroi. Comme j’étais censé venir d’une famille assez aisée, il fallait que je puisse démontrer une certaine connaissance avancé sur les cours. Bon ce n’étais pas difficile en soit, car ce cours je l’avais bien assimilé avant d’avoir ce corps et cette identité. J’espère juste que les prochains exercices et cours ne sont pas identiques, sinon je risque de m’ennuyer. 

Je reçu une boulette qui vint taper l’arrière de ma tête, avant de faire un lobe et stopper sur mon bureau, tout doucement, je vins à lire. Il s’agissait de question banale, mais c’était déjà le signe que des personnes s’intéressaient un peu. Je devais répondre avec mes doigts, montrer le numéro de la question, comme si je le comptais sur les phalanges et tapoter de l’index une fois pour « oui » et deux fois pour « non ». Le système de communication était sommaire, mais cela eut au moins le mérite de m’occuper pendant un petit temps.  Quand la sonnerie se mit à retentir, je vins à ranger mes affaires. J’entendais des filles discuter entre elles pour savoir quel magasin elles allaient pouvoir faire avant le couvre-feu du dortoir. Pour moi la question ne se posait même pas. J’avais laissé, pour cette journée, le grimoire dans ma chambre d’hôtel. Sauf un sorcier puissant, le grimoire est censé pouvoir être invisible à tous sauf son contractant, c’est-à-dire, moi.

Je fis une halte aux casiers, venant à ouvrir le mien pour trouver une lettre, que je n’ouvris pas tout de suite, cela pouvait attendre que je sois rentré. Dans le meilleur des cas cela devait une personne qui avait eu le béguin pour moi, dans le pire un avertissement. Que cela soit l’un ou l’autre, le temps ne pressait pas. Je mis mes chaussures de ville et vint à sortir du bâtiment, entendant alors une voix m’interpeler et parler de nourrice.

Je me tourne vers la femme qui me parlait et vint à avoir un visage surprit et les joues un peu empourpré en voyant que cette femme ne portait aucun soutien-gorge. Je devais me ressaisir vite. Elle me parlait à moi et nul doute qu’il devait à présent avoir tous les regards sur nous deux, ce qui me mettait un peu mal à l’aise. Je ne parle pas du fait que cette ancienne nounou avait des formes très appréciables, venant à me questionner si mes « parents » n’avaient pas aussi fait une sélection à l’apparence des candidates. La surprise légèrement passé, je plis un peu mon buste.

- Je suis contente de te revoir Masae.

Je ne pouvais pas trop parler, voulant éviter les boulettes. Je ne savais pas si cette nounou m’avais connu depuis longtemps ou pas. Je me mis à enrouler mon index autour d’une mèche. Ses cheveux longs sont au moins pratiques pour ça, je n’ai pas à lever trop le coude pour entortiller ma chevelure autour de mon doigt.  Sa présence soulevait des questions, hasard ou pas ? Il fallait en savoir un peu plus sur elle, sans pour autant démontrer le fait que je n’avais certainement pas tous les souvenir que cette nounou avait de moi.

- Tu m’attendais ?

Commençons par une question simple et  arrête de regarder sa poitrine. Bon dieu, pourquoi les tenues de motard sont aussi moulant. 
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3189



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Mai 21, 2017, 01:32:01 »

Revoir Maki rappelait à Masae des souvenirs lointains. À l’époque, elle était au collège, et faisait quelques heures de baby-sitting pour pouvoir avoir un peu d’argent de poche, aider financièrement ses parents, et, surtout, épargner assez pour avoir son propre logement lors de ses études. Au Japon, les enfants apprenaient très tôt la valeur du travail, non seulement parce que le travail était central au pays, mais aussi parce que, suite à la crise, les parents n’avaient plus forcément les moyens de subvenir aux besoins financiers de leurs enfants. Masae avait donc fait la nounou, et avait déjà, à l’époque, été surprise par le caractère androgyne de Maki. D’ailleurs, la première fois, elle l’avait pris pour une fille, avant que ses parents ne lui expliquent qu’il s’agissait bien d’un garçon.

Visiblement, avec les années, cette ambiguïté n’avait nullement cessé. Maki avait de longs cheveux violets, une silhouette fine, et une attitude assez maniérée, qu’il manifesta notamment en entortillant son doigt le long de plusieurs mèches de cheveux. Ça, c’était une pose très féminine ! Masae lui sourit donc, ayant rejoint ce dernier à l’entrée du lycée, sans s’offusquer des quelques regards concupiscents qu’on lui jetait. Il fallait bien admettre que sa combinaison de motarde était plutôt bien réussie, et moulait à la perfection ses formes, déjà très agréables à regarder. Masae avait une belle poitrine, et n’avait pas mis de soutien-gorge, n’en ressentant pas le besoin dans cette tenue... Ni même de culotte. C’était plus simple pour sa Maîtresse de cette façon.

Face à elle, Maki, en parlant de lui au féminin (« contente »), lui demanda simplement si elle l’attendait.

*Hm... Bon, on n’a jamais été proches, lui et moi, mais... Je m’attendais à un peu plus d’enthousiasme.*

Elle l’avait gardé pendant quelques mois, généralement en fin de journée, en attendant que ses parents reviennent du travail, ou quand, en soirée, ils partaient au restaurant ensemble. Elle se rappelait d’un garçon plutôt sage et bien élevé, avec des parents qui faisaient attention à ce qu’il soit bien éduqué, lise beaucoup de livres, et suive des programmes culturels pour enfants à la télévision.

« Non, je passais par là voir une amie, et elle m’a parlé d’un nouveau lycéen. Puis j’ai vu ta photo, et je t’ai reconnu... Grâce au ruban, surtout. Tu portes toujours le même qu’il y a des années, tu sais ? Ou alors, c’est un modèle similaire... »

Masae ne savait pas trop, et, honnêtement, ce n’était, pour elle, qu’une manière d’engager la conversation. À l’époque, elle ne vivait pas à Seikusu, et avait déménagé ici pour ses études, précisément grâce à l’argent obtenu par ses multiples petits boulots, qui, au fil des ans, lui avait fourni un bon petit pécule pour envisager de se loger dans une autre ville afin de suivre de meilleures études.

« Enfin... Tu as déménagé à Seikusu, toi aussi, donc ? Tu es là depuis combien de temps ? Tu t’y plais ? » enchaîna-t-elle ensuite.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maki Nishiki
Créature
-

Messages: 24


Prétendant Mao


Voir le profil
FicheChalant
Description
Futur vilain, qui ne demande qu'à croître et apporter la pureté perdu des Humains. 

Possesseur du grimoire de Senko.
« Répondre #4 le: Mai 21, 2017, 02:42:55 »

J’écoutais attentivement cette nounou et elle se mit à parler d’une amie. Mon regard se posait irrémédiablement sur cette jolie brune, venant à légèrement la saluer en courbant le buste. Je n’avais pas grand-chose à dire cette lycéenne et continuais d’écouter les dires de Masae, faisant cette fois une remarque sur le ruban. Je ne pus m’empêcher de tourner un peu le regard vers le ruban et le toucher.  J’allais venir à répondre, quand elle se mit à poser d’autres questions. Je me devais de toute répondre au mieux, en espérant qu’elle n’ait pas une excellente mémoire.  Je ne pus empêcher une prise un peu plus ferme sur la hanse de mon sac de cours.

- Ce n’est pas un modèle similaire, j’y prends grand soin. 

Si c’était elle qui avait fait ce ruban, elle serait certainement ravie d’apprendre que j’y tenais, pas pour une quelconque valeur sentimentale, mais parce qu’il s’agissait d’une pièce du puzzle qu’était ma nouvelle vie.  Il ne restait plus qu’à répondre aux autres questions. Heureusement que j’avais cherché à savoir tout ça avant d’aller en cour.

- Je loge à l’hôtel Ozen depuis …

Je mis mon index droit sur le côté droit de mon mention, faisant mine de réfléchir. Je voulais marquer le fait que je n’étais pas dans le dortoir et je savais, après quelques recherche, que l’hôtel Ozen était un hôtel très réputé et sans doute le meilleur de la ville. 

- Cela fait deux jours que je suis arrivée à Seikusu et je vins de finir ma première journée au lycée.  Je ne saurais dire si je m’y sens bien, devant encore m'habituer à vivre de ... cette façon.

Je fis quelques pas pour m’approcher de la nounou, afin de demander tout bas, comme sachant que mes propos étaient déplacés.

- Comment faisais-tu pour travailler avec autant de monde autour. Je dois avouer avoir eu des difficultés à tout entendre à cause des piaillements à côté de ma place.

Une fille de ma classe, celle qui m’avait lancé la boule de papier avec les questions, se mit à me dire au revoir. Je voulus faire de même en levant la main, mais mon sac vint à glisser, tombant au sol et répandant le contenu, dont la lettre.  Je vins à poser un genou au sol et ramasser mon cartable.  Bon, je devrais certainement ce soir un peu plus travailler les coordinations avec ce corps.  Une fois relevé, je me mis à me racler la gorge, comme pour souligner implicitement à la nounou que cette maladresse n’avait jamais eu lieu. 

- Est-ce que cela te dérange de me présenter à ton amie ? Je pourrais avoir besoin d’une ainée comme précepteur en cas de notions mal assimilée.
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3189



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Mai 22, 2017, 12:48:03 »

« Euh... Ben... C’est la vie au lycée, tout simplement. »

Est-ce que Maki avait suivi des cours particuliers avant de rejoindre le lycée ? Masae savait que les Japonais faisaient très attention à l’éducation de leurs bambins, mais, pour autant, ils estimaient aussi importants de les sociabiliser. Toutefois, il n’était pas impossible d’imaginer que Maki ait pu suivre des cours privés. En tout cas, elle était étonnée d’apprendre que ses parents le laissaient à l’hôtel. N’avaient-ils pas prévu qu’il dorme dans le dortoir du lycée ?

*Je ne suis même pas sûre que ce soit légal... Enfin, Maki n’est même pas majeur, après tout !*

C’était vraiment très curieux. Masae n’était pas un génie, mais elle n’était pas non plus idiote, et elle commençait déjà à repérer les quelques imprécisions dans les explications de Maki. Pour autant, elle ne pouvait pas deviner la véritable vérité, et cherchait juste, pour le moment, à le cerner davantage.

Maki lui parla alors de sa Maîtresse, arrachant Masae à ses réflexions.

« Hein ? Oh... Euh... Oui, je suis sûre qu’elle sera ravie de te voir. C’est Mélinda Warren, lui expliqua-t-elle, elle est très populaire au sein du lycée. »

La jeune motarde se rapprocha ensuite. Apprendre que Maki avait conservé le même ruban depuis des années était en revanche plutôt amusant, mais guère troublant. En voyant le duo se rapprocher, Mélinda, elle, fronça légèrement les sourcils. Plus Maki se rapprochait, et plus elle constatait à quel point il était très efféminé. Avec sa longue chevelure violette et son ruban dans les cheveux, il était parfait pour Vanillia, sa femme, qui aimait beaucoup les hommes androgynes.

*Qui sait, je peux peut-être lui offrir ce cadeau...*

Connaissant sa femme, ça devrait forcément lui plaire, d’autant que Maki était plutôt mignon. Masae fit rapidement les présentations, et Mélinda le salua à la japonaise, en se courbant légèrement en avant, puis lui sourit ensuite chaleureusement.

« Alors, comme ça, tu es à l’hôtel ? C’est curieux, je croyais que les élèves n’habitant pas la ville pouvaient bénéficier d’une chambre au dortoir... À moins que ce ne soit que temporaire ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maki Nishiki
Créature
-

Messages: 24


Prétendant Mao


Voir le profil
FicheChalant
Description
Futur vilain, qui ne demande qu'à croître et apporter la pureté perdu des Humains. 

Possesseur du grimoire de Senko.
« Répondre #6 le: Mai 22, 2017, 03:01:57 »

J’hochais de la tête, faisant mine de comprendre que ce mode de vie était normal, pour mon moi passé ça l’était, mais pour mon moi présent, cela ne devait pas l’être. Elle semblait se poser beaucoup de question, je pourrais certainement jouer sur ses questions pour que je puisse en savoir plus, sans dévoiler mes lacunes. Je me mis à l’écouter au sujet de cette dénommée Mélinda, venant naturellement à la regarder. Ainsi elle était très populaire, cela était tout aussi bien un avantage qu’un inconvénient. La moindre boulette allait irrémédiablement m’attirer les foudres de ses fans, tout comme la côtoyer pouvait avoir le même effet. J’allais devoir bien penser à comment présenter cela quand on viendra à me questionner.

La lycéenne aux yeux d’émeraude me détaillait. Avait-elle quelques choses contre mon apparence ? Se sentait-elle menacée par ma récente présence sur son territoire ? Je n’étais clairement pas hostile. Son apparence trahissait clairement des origines étrangères, elle était donc plus à même de garder sa popularité à cause de son exotisme. Elle avait un regard qui me faisait frissonner, comme si on venait d’appliquer un glaçon à l’arrière de la nuque. Une autre chose vint à trahir son origine non-japonaise, sa façon de courber le dos, même si le geste était fluide, j’arrivais à voir qu’elle n’était pas habituée, comme moi à ce genre de pratique. Je rendis le salut par le même geste.  Je me relève et entendait la camarade de lycée venir à souligner quelques points épineux. Je n’avais pas pensé à une chose aussi simple, bien plus occupé à réfléchir comment me comporter. Cependant, je ne devais pas perdre de temps à répondre, jouant la carte de la demi-franchise. Je ne pouvais que faire des suppositions sur les raisons d’une telle situation.

- En effet je loge à l’hôtel Ozen. Ma mère doit être au courant en ce qui concerne le dortoir ou, tout du moins, la personne qui a été chargée de mon inscription. La décision semblait hâtive et, si je peux énumérer une supposition, la vie en hôtel ne serait qu’une transition, ayant étudiée uniquement à domicile sous la surveillance de précepteur. Nul doute que si ma famille avait eu une maison secondaire dans cette ville, j’y aurais été conduite. 

Je pris un petit temps de pause, avant de continuer, supposant que ma famille était assez riche et que je devais être habitué à un peu de luxe.

- La situation actuelle n’est guère difficile, bien que cela change beaucoup de chose, notamment le fait de prendre le transport. Jusqu’à aujourd’hui je n’avais pas utilisé les transports en commun.

Jouer la différence sociale était dangereux, mais cela me permettrais certainement d’attirer la sympathie. Je ne savais pas comment cette Mélinda allait réagir. Je me dis que poser des questions à cette aînée serait intéressant.

- Excusez une certaine curiosité Mélinda-senpaï. Logez-vous dans les dortoirs ? Quelques chose me dt que non, mais peut-être m'avancerais-je un peu trop vite sur des conclusions hâtive..

Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3189



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Mai 25, 2017, 04:36:45 »

Mélinda saluait rarement à la Japonaise. Franche et directe, elle avait plutôt l’habitude des baisers, mais elle savait combien les Japonais étaient sourcilleux sur le contact corporel, voulant le limiter à une sphère intime. Dès lors, il était hors-de-question, pour une première rencontre, de se laisser aller à une familiarité qui aurait pu paraître mal placée. La vampire ne savait encore rien sur Maki, et ce dernier ne tarda pas à l’aborder. Il lui expliqua que son séjour à l’hôtel n’était que provisoire, le temps que sa mère, vraisemblablement, trouve un moyen de le loger dans les dortoirs. C’était étonnant, mais, de là à en tirer des conclusions... Observatrice, la vampire conserva néanmoins, dans un coin de son esprit, cette question.

Maki avoua ensuite n’avoir jamais pris les transports en commun, ce qui, là encore, laissa Mélinda perplexe. Au Japon, ces objets horribles où on s’entassait comme dans des boîtes de sardines étaient pourtant très utilisées, ce qui l’amena encore à se demander si le jeune homme n’était pas issu d’une famille fortunée. Mais, dans ce cas, pourquoi venir étudier au lycée Mishima, et non dans un établissement privé plus prestigieux ?

« Je vois... L’avantage d’avoir des parents aisés, n’est-ce pas ? »

Une question rhétorique, qui n’appelait pas vraiment de réponses. Il y avait, chez Maki, un je-ne-sais-quoi qui dérangeait Mélinda, mais qu’elle n’arrivait pas encore à s’expliquer. Était-ce dans la manière dont il s’exprimait ? Possible... Son intuition lui soufflait qu’il y avait quelque chose d’anormal, mais elle soupçonna rapidement que cela venait des quelques incohérences dans son discours, comme sur le fait d’être riche, et d’être dans un établissement public à la renommée douteuse. Mais bon, ceci mis à part, Mélinda avait déjà vu des phénomènes bien plus exceptionnels que ça.

Le jeune lycéen l’arracha alors à sa réflexion, et, tout en se montrant parfaitement courtois et respectueux, lui demanda si elle logeait dans les dortoirs, ce qui ne manqua pas de la faire sourire.

« Oh non. Vois-tu, mes parents aussi sont très riches, mais vivent à l’étranger. Alors, je loge dans leur manoir. Ils ont estimé important de me sociabiliser en m’inscrivant dans un établissement public. Tu as dû remarquer que je n’avais pas le profil d’une Japonaise, mais mes parents ont toujours aimé ce pays. Ils y ont leur résidence principale. Pour autant, du fait de leur travail, ils voyagent fréquemment. Des majordomes s’occupent de moi, mais je suis quelqu’un de très autonome. »

Elle ne mentait pas sur toute la ligne. Évidemment, la vampire ne pouvait pas avouer à un jeune inconnu ce qu’elle était vraiment, qu’elle avait tué ses parents, et que personne ne la dirigeait, qu’elle était bien la propriétaire réelle de ce manoir, et que tout le reste était une supercherie légale qu’elle avait inventé pour que personne ne vienne l’embêter.

« Un peu comme toi, non, si je comprends bien ? » demanda-t-elle ensuite, un léger sourire sur le coin des lèvres.

Ce regard vert perçant, cette longue chevelure, cette franche assurance... Beaucoup de gens ne connaissant pas Mélinda en étaient souvent déstabilisés, car, tout en ayant une silhouette agréable, et même angélique, cette franche détermination dans le regard jurait avec le reste, donnant le sentiment qu’elle était trop belle pour être honnête... Le tout en exerçant un magnétisme certain. Mais est-ce que Maki se laisserait prendre au jeu ?

Pour l’heure, il était encore un peu trop tôt pour s’avancer en ce sens.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maki Nishiki
Créature
-

Messages: 24


Prétendant Mao


Voir le profil
FicheChalant
Description
Futur vilain, qui ne demande qu'à croître et apporter la pureté perdu des Humains. 

Possesseur du grimoire de Senko.
« Répondre #8 le: Mai 31, 2017, 08:46:55 »

Elle me regardait encore avec ses yeux, comme pour  essayer de sonder mon âme. Je ne pouvais pas revenir sur mes dire, cela ferait encore plus d'interrogation. D'autant, que je ne savais pas pourquoi ma nouvelle mère m'avait mit ici, alors qu'à même pas quelques kilomètre se trouvait une meilleure école. Une punition ? Une situation familiale complexe ? Tout donnait à ce que j’appartienne à une famille assez aisée, les virements mensuelles et le fait de loger au meilleur hôtel en était les preuves les plus flagrante. Je ne répondais pas à cette question qui n'avait pas besoin de réponse, ce n'était qu'une mise au claire sur le fait que nous étions tous les deux d'une classe plus riche que les personnes normales. Je fus très attentif à ses dires. Des parents en voyage, une richesse et un manoir rien qu'à elle, cela aurait put être le même schéma, hors, pour mon cas, je n'avais ni réel demeure, ni de majordome attitré, si ce n'est ceux de l’hôtel. C'est là que je sentais toute la difficulté d'un rôle dont je n'avais jamais acquit tout les rouages. Cette Mélinda était une vraie riche, étant née avec une cuillère d'argent dans la bouche, là où moi je devais m'informer, grappiller les moindres informations pour faire bonne figure.

La situation était un peu plus difficile que prévue, si elle avait été une femme normale, cela aurait été plus facile, je ne devais pas faire trop de dérapage, sinon elle se douterait qu'il y avait un soucis. Je retenais cependant ses informations, si je pouvais m'en faire une alliée, cela serait un point fort. Il allait falloir la brosser dans le sens du poil. Vint la question qui vint à me serre la gorge, en plus de ce regard et cet aura, qui semblait peser lourdement sur mes épaules. Je devais répondre quelques chose et vite, mais quoi.  Il fallait rebondir ce qu'elle avait dit précédemment, si je n'étais pas capable de répondre bien à une femme riche, qu'en serait-il quand je deviendrais un seigneur démoniaque.  Je laissais un petit rire sortir de ma bouche, essayant de placer mon index devant, comme pour signaler la situation assez comique.

- Allons, allons. Il serait présomptueux de ma part de comparer ma situation, assez instable, avec la votre.

Il fallait que je continue de parler pour me sortir un peu de cet étaux. Punaise, la vie de riche ce n'est guère reposant au final.

- S'il est vrai que je dois me débrouiller par les méthodes plus ... conventionnelle dirons-nous. J'ai encore beaucoup à apprendre. 

Je ne pouvais pas trop me la jouer. J'avais cru lire quelque part que demander l'invitation chez une personne était mal vue. Mieux valait en rester à des échanges simples et attendre qu'elle fasse le premier geste, même si cela ne me plaisais guère d'être comme une simple marionnette.  La cloche se mit à retentir, me faisant un brin sursauter, mais quel couillon je fais.  D'un autre côté cela était la distraction parfaite dont j'avais besoin, ne ressentant plus cette pression autour de mon gosier. 

Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3189



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Juin 06, 2017, 12:56:50 »

Au sein du lycée, Mélinda était connue pour être l’une des lycéennes les plus riches de l’établissement. Une femme qui, en d’autres circonstances, aurait pu rejoindre sans problème une prestigieuse école privée. Que Mélinda soit à Mishima était, en soi, une preuve qu’il y avait quelque chose d’anormal chez elle... Ça, ainsi que cette beauté surréaliste. La vampire, fort heureusement, en avait pleinement conscience, et jouait volontiers de son charme, de ce magnétisme qu’elle exerçait sur les autres. Maki en était assez confus, et, quand il se mit à parler, ce fut pour dire... Pas grand-chose. Il commença par se rabaisser, en disant qu’il n’était pas digne de se comparer à elle, assertion curieuse, qui ne manqua pas d’étonner la vampire, dont les sourcils se haussèrent imperceptiblement.

Maki glissa ensuite une nouvelle phrase, encore plus énigmatique que la première, en expliquant qu’il allait devoir se débrouiller par des méthodes plus « conventionnelles ».

*Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ?*

Mélinda réfléchit quelques secondes... Pour en arriver au constat que ce que Maki avait dit ne voulait absolument rien dire. Il rajouta qu’il avait encore des choses à apprendre, et un léger silence vint à planer après ses explications. La vampire le regardait sans rien dire, un peu déstabilisée.

« Hm... D’accord. Des choses à apprendre... C’est pour ça que nous sommes au lycée, pas vrai ? »

Difficile de savoir comment rebondir. Mélinda se pinça donc les lèvres, réfléchissant pendant quelques secondes, et enchaîna, rebondissant sur ce que l’homme avait dit :

« Et qu’est-ce que tu souhaites apprendre, dis-moi ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maki Nishiki
Créature
-

Messages: 24


Prétendant Mao


Voir le profil
FicheChalant
Description
Futur vilain, qui ne demande qu'à croître et apporter la pureté perdu des Humains. 

Possesseur du grimoire de Senko.
« Répondre #10 le: Juin 10, 2017, 01:54:06 »

Le silence qui survint après mes propos n'étaient pas vraiment bon signe, à moins que j'ai réussi à l'acculer quelques part ?  Il ne faudrait pas trop que je m'amuse à faire ça, car elle doit avoir des moyens de rendre la pareille. Une phrases assez banale, pour des lycéens, mais il fallait tenir compte que je n'avais pas côtoyé jusqu'à maintenant, devant donc partir du postulat que la jolie rousse avait totalement raison, même si elle pouvait aussi bien dire des bêtise. Personnellement je n'avais pas apprit grand chose, ce n'était que du recrache de cours, le bourrage de crane c'est pas tellement de l'assimilation de connaissance plaisante. 

Vint une question qui était intéressante, que pouvais-je bien souhaiter apprendre, en tant qu'enfant unique élevé loin de l'école et des camarades moins aisé, je pouvais faire énormément de demande.  Il y en avait une que je pouvais demander, aisément, du fait que Mélinda en avait parlé précédemment. Mais mieux valait commencer par quelques choses de plus vague et venir à se resserrer sur ce qui m'intéressais. L'avantage avec c corps c'est que cela pourrait être plus facile à expérimenter qu'avec l'ancien que j'avais.

- Et bien je ne cache pas que beaucoup de mots me sont assez inconnue, comme le "sho" "shooping" ou encore cette histoire de karaoké. Mais ce qui me surprends le plus, en écoutant les autres femmes dans ma classe c'est cette histoire de maid-café. Si je traduit bien il s'agirait d'un café de servante. J'avoue avoir de grande difficulté à comprendre comment on peut arriver à simuler les gestes et les propos d'une majordome qui a été éduqué toute sa vie. Excusez mes propos suivante Masae, mais j'avoue avoir du mal à comprendre la pensée des personnes moins bien lotis, ils devraient moins perdre leurs tant dans des enfantillages et plutôt se concentrer sur leurs études, non ? Comprendre ne serait-ce que cet histoire de maid-café serait certainement un apprentissage important. Mais je doute que dans cet établissement on puisse apprendre ce genre de chose, après tout ce sont des bâtiments du Savoir et non celui des futilités.

Je savais que mes propos pouvaient être dure, mais si je venais d'une catégorie sociale plus haute, cela pouvait se comprendre. J'étais l'archétype de l'enfant unique qui avait passé sa vie à étudier et non celui rêvant de s'échapper de sa cage dorée pour s'amuser avec les autres. La cloche vint à sonner encore une fois.

- Que direz-vous de continuer cette discutions autre part ?

Si aucune n'avait d'idée, je devrais les amener dans ma chambre d'hôtel, cela serait assez large, mais tout de même assez vétuste. 
Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3189



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #11 le: Juin 12, 2017, 12:29:39 »

Le mot « shopping » lui était inconnu ? Voilà qui était très étonnant ! De la part d’un Terrien, Mélinda aurait cru que ce mot faisait partie de ses mots privilégiés. Non, il y avait définitivement quelque chose d’anormal chez ce jeune homme. Mélinda n’arrivait pas encore clairement à l’identifier, mais elle savait que Maki ne raisonnait pas normalement.

*Ou peut-être qu’il est juste à côté de la plaque…*

Qui sait ? En tout cas, Mélinda avait eu pour habitude de se fier à son instinct, et c’était bien son intuition qui lui parlait dans le creux de l’oreille. Honnêtement, si Masae n’avait pas été la nounou de Maki, la vampire aurait cru que, comme elle, il venait de Terra. Car c’était bien Alice, son amie, et Princesse de Sylvandell, qui l’avait interrogé sur certaines pratiques terriennes évidentes pour les locaux, mais beaucoup moins pour les habitants de Terra. Et la manière dont Maki réagissait lui rappelait vraiment ça. Il y avait donc un mystère.

Maki insista ensuite sur les maids cafés, expliquant qu’il était intrigué par les personnes qui travaillaient à l’intérieur. Mélinda resta silencieuse, fronçant légèrement les sourcils en essayant de comprendre ce que l’homme voulait dire, ou, plutôt, ce qu’elle pouvait deviner de lui à travers ses interrogations. Finalement, Maki proposa d’aller ailleurs, et Mélinda sourit alors.

« Eh bien, il y a justement un maid café à proximité. Si le sujet te fascine autant… Nous n’avons qu’à y aller. »

La vampire se retourna, et fit signe à Maki de la suivre. Normalement, elle aurait dû rentrer chez elle, mais Mélinda savait comment faire varier ses plans. Elle récupéra son téléphone portable, et envoya plusieurs SMS. Elle avait encore du mal à se faire à la technologie numérique, mais la vampire était plutôt têtue. Elle envoya donc un message au manoir, pour annoncer qu’elle ne rentrait pas, puis un autre, ensuite, à destination du maid café.

Maintenant que Mélinda avait des bénéfices, elle avait commencé à étendre son influence, et ce maid café, même s’il ne portait pas son nom, était en réalité détenu par l’une de ses esclaves, et, en conséquence, lui appartenait donc. Elle s’avança donc, d’une démarche souple et pesée, laissant Maki la suivre, jusqu’à rejoindre le café.

« Voilà… Tu vas pouvoir poser toutes tes questions sous peu, Maki ! Je suis une cliente habituelle du café, j’ai droit à une salle spéciale. Tu es naturellement invité. »

Quand Mélinda entra, une maid ne tarda pas à se présenter rapidement, en s’inclinant respectueusement devant elle.

« Bonjour, Maîtresse. Bonjour, Maître. Que désirez-vous ? »

La jeune femme, qui répondait au doux nom de Katsuo, rougit légèrement, son cœur battant la chamade devant sa Maîtresse. C’était là bien une maid, mais avec un uniforme des plus particuliers, ce qui ne devrait pas manquer de surprendre Maki… Du moins, normalement.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maki Nishiki
Créature
-

Messages: 24


Prétendant Mao


Voir le profil
FicheChalant
Description
Futur vilain, qui ne demande qu'à croître et apporter la pureté perdu des Humains. 

Possesseur du grimoire de Senko.
« Répondre #12 le: Juin 23, 2017, 12:50:16 »

Je vins à plier légèrement le buste, venant à compléter ce geste par un remerciement oral. 

- Je vous remercies de bien vouloir user d'un peu de votre temps pour m’instruire.

je me mis à suivre cette demoiselle, ne sachant pas trop quel maid café elle allait me présenter, j'avais simplement entendu parlé de certain, mais je n'avais pas mit les pieds dans un seul, j'avais autre chose à faire à l'époque et  ... je me consacrais à autre chose.  Cela allait donc être une première pour moi d'entrer dans un maid-café, le fait d'avoir cette apparence rendrait la situation plus intéressante, même si j'avais déjà une certaine idée des couac qu'il pouvait y avoir, du fait de la situation de la personne que j'incarnais.  Je voyais que Mélinda avait visiblement un peu de mal avec le téléphone, sans doute préférait-elle le contact humain à l'usage d'outil pour une communication interposée ou alors n'avait-elle pas une bonne dextérité / pratique de cet appareil.

J'observais l'enseigne du maid-café choisi par Mélinda, la façade était attrayante par ses couleurs et la proposition des menus. Dès que je mis un pied à l'intérieur une des maids vint à notre rencontre pour nous saluer, mon visage devint rapidement rouge. Elle avait une tenue des plus explicites et sexy, je n'eus pas trop à me forcer pour que la rougeur soit visible.  Je vins à me racler la gorge, comme pour reprendre mon sérieux, tout du moins essayer. 

- Bonjour. C'est maîtresse s'il vous plait.

La spécification était importante, je devais normalement être une transsexuelle ou une shemale, donc me définir au féminin, même si c'était un exercice des fois complexe. Les dieux s’étaient amusés,il fallait que je me donne un peu en spectacle pour les divertir. Si je pouvais leurs tordre le cou je le ferais avec joie, mais pour l'heure restons-en  à la situation initiale.   Je laisse Mélinda parler, observant chaque recoin, laissant voir des maids, toutes dans des tenues aussi sexy. Je comprenais un peu plus l'attrait que ce genre de lieu pouvait avoir, comprenant aussi du coup comment des lycéens pouvaient se retrouver à sec rapidement s'ils sont des clients réguliers. 

Journalisée
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3189



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Juillet 03, 2017, 12:50:39 »

« Pardonnez-moi, Maîtresse ! » s’excusa la femme en se courbant fortement.

Katsuo était une esclave bien éduquée. Elle ne simulait pas sa servitude. Après tout, le personnel travaillant au sein de cet établissement n’était composé que d’esclaves lui appartenant corps et âme. Katsuo leur sourit donc, et Mélinda ne tarda pas à parler :

« Mon amie et moi désirons un massage, chienne. »

La jeune esclave rougit, et hocha la tête, avant de se redresser, et d’inviter le duo à la suivre. Elle s’avança ainsi le long d’un couloir, et les guida dans une agréable pièce, avec un fauteuil dans un coin, et une table de massage en cuir en plein milieu. La vampire sourit alors, et se retourna vers Maki. Sa main se redressa alors subitement, et vint caresser le visage de la femme, attrapant plusieurs de ses mèches de cheveux pour tirer dessus, caressant ensuite délicatement sa joue.

« Katsuo va commencer par toi, je vais vous regarder... Mais, ici, les massages sont très particuliers. Il faut que tu te déshabilles intégralement.
 -  Vous pouvez vous changer derrière le paravent, Maîtresse, et mettre une serviette, si vous le souhaitez. »

Mélinda, elle, alla s’asseoir sur le fauteuil, et croisa élégamment les jambes.

« Comme tu veux, Maki. Je t’offre ce massage. Tu vas voir, Katsuo peut faire des prouesses magiques avec ses mains, tu ne regretteras pas du tout son invitation... »

Et elle lui sourit à nouveau, tendrement, gentiment... Mais avec de la malice brûlant dans les yeux.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maki Nishiki
Créature
-

Messages: 24


Prétendant Mao


Voir le profil
FicheChalant
Description
Futur vilain, qui ne demande qu'à croître et apporter la pureté perdu des Humains. 

Possesseur du grimoire de Senko.
« Répondre #14 le: Juillet 07, 2017, 06:35:40 »

Je fis un geste de la main, après que la maid se soit excusée.

- L'erreur est humaine, évitez cependant de les cumuler.

Le pardon était une chose que je trouvais normal, si j'avais vécu dans une vie confortable, savoir montrer un peu de considération envers les serviteurs et les servantes était le minimum pour s'attirer le respect et avoir des sous-fifre de qualité. Je vins à hausser un sourcil en voyant Mélinda se mettre à finir sa phrase par une insulte, mais ne dis rien. La servante semblait apprécier d'être traitée ainsi, même si cela n'était pas à mon goût. Je vins à observer les murs pendant le trajet, cela semblait rester sobre et je dois dire que je ne m'attendais nullement à trouver un espace massage dans un maid-café.

J'hochais de la tête en entendant ma senpaï se mettre à me donner des explications, venant à écouter les détails par la servante.

- Je ne suis pas sûr de comprendre ce que vous dîtes par "particuliers", mais je m'en remets à ses mains. Si cela semble si bienfaisant comme vous le dîtes, je n'ai guère de raison de refuser. 

Je regarde la servante.

- Veuillez m'aider je vous prie.

Je me mis derrière le paravent, laissant la servante m'aider à me dévêtir. Cela pouvait être compréhensible, avoir une bonne pour me mettre en tenue adéquate, là où je n'avais plus de servante à portée de main, était une opportunité irrépressible, un habitus qui revenait à la charge.  Une fois mit en tenue d'Eve, avec une serviette autour de mon corps, je vins à suivre les conseils de la servante pour me mettre dans la bonne position, non sans rougir légèrement.

- Je m'en remet à vous.

Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox