banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: The pit  (Lu 383 fois)
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Messages: 184



Voir le profil
FicheChalant
« le: Avril 27, 2017, 01:19:59 »

"Putain de Terra"

Se dit Rachele en regardant derrière elle. La ville au loin n'était plus qu'un point minuscule et ils avaient reussi à fuir. Mais l'amertume de la défaite donnait à cette journée un gout de fiel.

Venir sur Terra avait été une bonne idée pourtant. Profiter de la naïveté et de l'absence de connaissance technologique des habitants de ces terres aurait du permettre à la Famille de créer un nouveau commerce, de nouvelles sources de revenus pour le Rachele's.

Mais cette expédition avait tournée au désastre dès qu'ils avaient franchi le portail entre les mondes. Ici, aucune des lois de la Terre ne s'appliquait, Rachele et ses gangsters l'avaient compris à leurs dépents et avaient été obligés de s'échapper d'une ville qui les avaient immédiatement reconnu comme ce qu'ils étaient: des criminels.

Ils étaient maintenant coincés sur ce monde, incapable de braver les milices magiques du nexus pour retrouver le portail. Heureusement, une de ses étrange informatrices lui avait dit qu'un portail vers la Terre se trouvait dans le marécage de Fangevers. Sans ce douter du piège que lui tendait en fait une séide des être répugnants qui vivent labas, Rachele et ses hommes s'introduit au plus profond d'une étrange creuvace pour l'atteindre.

Mais aucune trace de portail, au mieux quelques anciens arches de pierre brisés par le temps. Ne voulant pas accepter la défaite, Rachele et ses hommes s'enfoncent toujours plus loin dans le marécage, assourdissant du vacarme de leurs armes le silence des lieux à chaque fois q'un insect à le malheur de sortir de son trou. Jusqu'à ce que l'endroit devienne plus sinistre encore et que le sol se couvre d'une boue épaisse, noire et nauséabonde.

Préférant ne pas salir sa superbe robe crême, son veston noir à gants, et ses ravissants talons hauts, elle ordonne à ses hommes de sonder les lieux et de chercher une issue en s'installant sur un monticule de terre qui semble solide.
« Dernière édition: Avril 27, 2017, 09:53:57 par Rachele Florenza » Journalisée

Shia Kijima
Humain(e)
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Avril 29, 2017, 02:54:59 »

C'est un univers humide et vaseux ou seules les élus de ce relief inhospitalier avait le droit de vivre, les créatures qui furent les maîtres du monde en plus de l'avoir forger depuis près de vingt-mille ans sur Terre et qui sont les humains ne pouvait malheureusement qu'être que de passage pour soit: Échapper a leurs semblables ou faire du tourisme. Les marais n'est pas un endroit fréquentable ni donner a tous pour y s'approprier ce territoire qui restera (des millions d'années s'il le faut) inexploitable ni inaccessible. Une Personne règne en maîtresse par contre, elle fut d'origine humaine autrefois mais maintenant, c'est une lombric humanoïde, elle passe son temps a s'accoupler avec les siens dans une orgies boueuse en mettant bas a des nouveaux-nés mesurant plus de trente centimètre quand ils sortent de sa fente, bien que son abdomen peut recueillir cinq a dix portée, il est inimaginable de savoir ce que peut ressentir leur mère quand elle se sent gondolé avec le remue-ménage des bébés vers se bousculant de l'intérieur en se frayant une place et quel forme de torture ça peut représenter pour leur génitrice... Au bas-mot, elle se serait entourés depuis six mois déjà d'un petit groupe comprenant dix-huit adultes de plus sept mètre et demi de long et de jeunes adolescents mâles par dizaines de deux mètres, une petite armée mais comme son logis est réduit pour y vivre, il a fallut agrandir le terrain de près d'un kilomètre afin que ses acolytes ne se dévore pas entre eux par manque de proie qui se faisait rare quand le climat devient tempéré.

*Que faire de mieux ce weekend ?... Aller a la chasse ?*

L'ancienne mexicaine s'était déplacer vers le Sud de Nexus avec cinq Lumbricina adulte qui pourrait la protéger et une équipe de d'ados au nombre de quatre qui voulait découvrir le terrain s'estimant assez fort pour se débrouiller a leur tour quand ils grandiront. La foret équatoriale des marais fut un paradis pour miss Kijima, durant sa migration elle tomba sur des cadavres de cerf, cela malheureusement pouvait pas suffire a nourrir sa troupe, donc elle ne que fut la seule qui s'en nourrit, elle sortit de sa gangue de boue en essuyant d'un revers de sa main ganté, la terre molle qui lui masqua le visage avec les cheveux humide, elle se toucha le ventre et d'après son estimation de petit résident en elle, elle en avait qu'un pour le moment, c'est déjà bon signe car si elle en avait plusieurs en ce moment, elle serait rester au nid et donc pas en état de se mouvoir. Pendant qu'elle qu'elle se rassasiait après avoir extrait un espèce de tube digestif plus ou moins en état de décomposition avancé, elle perçut plusieurs craquement de branchages de brindille au sol... Comme si un groupe important d'être vivant bougeait dans sa direction sur plus de cent mètre. La végétation des brouissailles et buissons touffus des hautes herbes ne lui permit pas une meilleur visibilité afin d'identifier de quoi qu'il pouvait bien s'agir. Trois ados espiègle surgirent du sol tête enfoncés sous terre avec seul la dentition conique qui émergea de la surface avec de petit grognement (similaire a des bruissements d'herbes), elle leur donna les restes des viscères quelle avait en main. Elle leur caressa la surface spongieuse de leur chair et leur demanda de partir en éclaireur voir ce qu'il peut bien s'agir et si il s'agissait d'une proie, ne pas attendre de passer a l'attaque et l'engluer de sécrétion si elle montre des signes de résistance et la dévorer vivante car dénicher des chairs fraîche en cette saison n'est pas a rigoler dans cet foret. Une occasion unique pour ses nouveau petit d'apprendre a chasser et elle mettra sa main a couper qu'elle avait soixante-dix pour chance de tomber sur une milice (donc des hommes) et que le seul moyen de comprendre la raison de leur présence sur son territoire est celle-ci: Un ou des détenus sont en cavale dans la nature et le premier bouffon d'inspecteur a du lancer une mise a prix pour la tête si quelqu'un serait capable de ramener le prisonnier mort ou vif en allant directement dans les marécages.

Hmm.. Amusant. Ces insectes sont aveuglés par l'appât du gain qu'ils n'ont pas réfléchit a deux fois avant de s'aventurer sur ma propriété.. Allez-y mes cocos, régalez-vous, c'est votre mère qui vous régale cette fois !

Comprenant l'ordre de leur maîtresse, les vers plongèrent tête sous la surface meuble humide et partiellement liquide a causes des fortes pluies, pendant que les trois éclaireurs se dirigèrent sur le front pour passer a l'offensive, la mexicaine choisit de les suivre et ne souhaita pas rester en retrait et voudrait juste comment se débrouilles ses progénitures bien entendue, elle n'y alla pas seule, le restant de sa famille se joignit en arrière et restèrent a ses cotés, elle ne savait pas si la petite équipe s'en sortira ou non, c'est pourquoi elle ordonna a deux gros Ténia de les rejoindre en renfort, ce qui donnera un total de cinq robuste vers qui iront prendre d'assaut ces humains pitoyable ainsi même dépasser par le nombre et en arme, ils ne pourront contre la force brute, le mucus qui compose leur chair qui est collant et gluant au toucher et notamment avec l'environnement marécageux ou ces imbéciles ont la malchance de s'y trouver car au marais fétides qui coupe toute retraite en arrière avec la terre boueuse et qui risque d'aspirer un imprudent (comme dans la baie du Mont Saint-michel), ces nigauds n'ont nulle part ou aller ni même être en mesure de remporter cette bataille perdue d'avance.

Elle pouvaient alors au loin les mugissements rauque de ses bestioles qui sont partis combattre et la détonation de plusieurs armes a feu tirés dans le tas, il serait difficile de dire qui est rester en vie ou non ou dans quel camp qui a perdue qui... Elle décida néanmoins de se déplacer sous terre, elle plongea comme dans une piscine suivie par ses comparses en s'accrochant sur l'un d'eux pendant que les meneurs dirigea la manœuvre de mouvement de fouisseur, les autres restèrent aux aguets guettant un signe de leur maîtresse pour se ruer sur les éventuels survivants, elle pu voir que les hommes continuait de tirer sur un de ses jeunes qui avec le sang vert dégoulinant fut recroqueviller sur le sol sans signe de vie... Les plus gros avait apparemment réussi a en fourrer deux hommes dans leur bide mais en raison de leur masse et de leur lenteur, ils subirent le même sort que leur frère et moururent sous les balles a haute vélocité de leur armes de poing. Shia qui fut triste de voir la scène de ses enfants mourir sans rien pouvoir faire pour leur venir en aide s’énerva et elle ne fut qu'à présent gorgé de haine et de fureur, les quelques hommes semblèrent soigner les quelques blessés restant dans leur troupe et les plus aguerris rechargèrent leur armes mais ce coup-ci, il n'y aura pas de quartier et ce fut les gros vers qui passèrent tous a l'assaut, eux aussi avait sentis le désespoir de leur proches mort et ce ressentiment fit place a la colère pour être sure qu'ils ne ne vont pas se faire prendre. LEes vers restèrent terrés sous la surface meuble a leur pied et se rua à la surface de tous leur poids en déchiquetant des bouts de chair humaine avec leur bouche conique garnie de dent pointue en touchant un bras ou des jambes sur le passage. Shia attendit que calmement le silence se tasse, les humains nombreux au début ne devrait plus qu'être une poignée maintenant et la petite escouade restante ne va surement pas faire long feu... 

   
Journalisée

Rachele Florenza
Humain(e)
-

Messages: 184



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Avril 29, 2017, 08:18:44 »

Tout est allé si vite. Au début, Rachele n'avait entendu que des cris étouffés, quelques détonations dans le lointain. Probablement d'autres insectes que ses éclaireurs ont du tuer sur leur passage, se dit elle pour se rassurer.

Puis les cris se rapprochent, jusqu'au moment où la boue poisseuse du marécage se met à bouger comme si elle était vivante, glaçant le coeur de Rachele d'une peur animale. D'énormes vers aux gueules érissées de crocs percent la surface de la terre gluante et s'abattent avec violence sur ses hommes.

Dans un concert de hurlements et de détonations, un farouche affrontement débute entre les hommes et les bêtes.

Même si leurs armes parviennent à en tuer quelques uns, d'autres surgissent toujours de partout. Rachele s'illustre et attire sans le savoir, l'attention de la Maitresse des vers en n'en tuant plusieurs de son simple pistolet doré.

Petit à petit, les hommes de Rachele se retrouvent à cours de munitions et se font lentement dévorer de toute pare. A chaque fois, les vers procèdent de la même façon, ils encerclent leur victime et l'immobilise petit à petit en s'enroulant autour des membres ou en les avalants.
Puis il leur gobe la tête pour en sucer la cervelle, provoquant des spasmes et des cris étouffés. Parfois, un vers plus gros que les autres se joint à la mêlée pour engloutir un homme tout entier, son corps formant alors une bosse gesticulante sous la masse visqueuse de leur peau.



Un à un, les hommes de Rachele se font engloutir dans leurs estomacs gloutons, la mafieuse réfugiée sur son monticule de terre solide continue de leur tirer dessus jusqu'à ce que le "clic" de son arme lui indique qu'elle a utilisée son dernier chargeur.

Refusant d'abandonner et de finir comme ses hommes, la belle Sicilienne pousse un cris de frustration, jete son arme dans la boue et déguène un coutelas pour affronter les monstres qui se massent autour d'elle comme ils l'ont fait pour les autres.

Elle porte de grands coups pour les blesser, esquive leurs cros qui arrachent des lambeaux entiers de sa robe, révélant au passage le galbe parfait de ses seins et la beauté d'un téton.

Soudain, la terre sous ses pieds se met à remuer et se liquéfie, un jeune vers en sort et avale son pied jusqu'au mollet. Rachele pousse un cris de peur plus que de douleur vue que le monstre n'a pas de croc pour la macher, en revenche, le sentiment de sucion sur ses ortueil et la voute sensible de son pied, ainsi que l'étrange bave de l'animal qui imprègne sa peau, fait palpiter son coeur et fait naitre une étrange chaleure au creux de ses reins.

Elle essai de frapper l'animal, mais alors qu'elle arme son poing, un autre jeune vers surgit dans son dos et avale son avant bras et l'arme toute entière.

La jambe gauche et le bras droit emprisonnés dans la gangue de chaire de ses enfants, Shia peut admirer la chef de ceux qui ont tuée sa progéniture gesticuler desepérément pour sauver sa vie à mesure que les vers géants se massent autour d'elle...
Journalisée

Shia Kijima
Humain(e)
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juin 05, 2017, 03:25:07 »

La foret, les tourbières est le domaine inviolable de miss Kijima, tous ce qui ose empiéter sur son territoire ne devient qu'un casse-croûte pour la reine des Lumbricinas et sa famille. Une journée humide et banale comme d'habitude mais qui en fut perturbée par l'arrivée inattendue d'une escouade d'humains... Qui sont ces gens d'ailleurs ? Un groupes d'hommes bien armés avec une femelle en robe blanche sembla les mener mais il faut savoir que les marais n'est pas le meilleur des endroits pour livrer une bataille ! De costauds gaillard avec pleins d'armes sur eux aurait surement fait  des ravages si le combat avait lieu dans une ville ou dans un bâtiment mais ici, il faut abandonner tout espoir d'en ressortir vivant, si un homme à encore une conscience qui lui dit de faire demi-tour, il faut savoir l'écouter et ne pas s'y risquer d'avancer, qui s'y frotte s'y pique comme on dis. Le sort fut sceller pour les gardes-du-corps de la jolie demoiselle, il eut un peu de pertes dans les deux camps mais la mexicaine est la gagnante car elle a remporter la bataille grâce a sa tribu de carnivores, non seulement les plus gros se sont sacrifiés pour permettre de faire barrage pendant que les ados ont pu élaborer une tactique d'approche mais en plus de ça, ils ont pu être rassasiés, jamais ils n'ont pu avoir une pareille occasion de s'offrir un festin de chair fraîche a s'en éclater la panse ! Shia sortit tranquille de sa gangue de boue et se pencha sur les corps mise en pièce par ses enfants (contrairement a eux, elle ne se nourrit que des fluides et organes de ses proies et non de gros gigot de viandes), les semelles de ses bottes à talons écrasèrent un foie humain, elle se pencha pour le récupérer et le mangea en aspirant les sécrétions organiques qui en sortit quand elle le mâchonna comme une éponge avec ses dents. Elle s'arrêta a cinquante centimètre de la jeune femme anonyme qui lutta désespérément pour rester en vie, paniqué par l'horreur et l'angoisse qui se lu sur son visage.

Te voilà bien seule a présent ma chérie, ta garde rapproché a succomber sous les assauts de mes chiens, il n'y a plus personne pour t'aider maintenant. Rassure-toi, tu ne va pas mourir tout de suite, car comme tu a massacrer mes enfants... Il faut que tu paye pour ça. Je ne suis pas en mesure de pouvoir les ramener a la vie mais Toi. 

Les vers cessèrent de la submerger et lui laissèrent le champs libre L'un lui bloquant le bras et l'autre la jambe voulurent insister pour l'amener sous terre et lui faire sa peau pour la bouffer en vitesse comme le ferait des piranhas affamés sous l'eau. Shia leur caressa tendrement la peau afin de les calmer et s'avança en écrabouillant un cerveau humain sortant de la boite crânienne d'un des hommes de mains mort de la belle miss, elle fut peine a voir, si les vers avait déjà commencer le travail, elle serait surement morte des suites de ses blessures a l'heure qu'il est mais fort heureusement que ce n'est pas le cas parce que la mexicaine avait empêcher cela d'arriver car elle avait besoin d'elle vite fait. La colère fut quand même présente pour miss Kijima, grâces à ses gènes d'arénicoles, elle pouvait "traverser" les corps ou la matière organique d'un être vivant comme un fantôme et savoir là ou elle pourrait arracher l'organe, du coup sa proie ne ressentait pas de douleur car c'était indolore. Shia plongea alors sa main ganté et boueuse dans le ventre de la princesse blanche et s'amusa a jouer avec ses tripes en les malaxant de l'intérieur ou en faisant des petits moulinets comme si elle chercha a les extirper de force comme le ferait un zombie. Elle dut savoir que ses acolytes sont juste a coté d'elles et qu'au moindres gestes, il lui arracheraient la peau du dos. La main se promena d'abord vers son estomac et bien qu'étant hésitante avec envie de le ratatiner mais elle du opter par quelque chose de moins grand (l'estomac est plus grand que sa main), elle plaça sa main ganté entre les canaux de circulation sanguine du cœur et se mit a l'agripper doucement et tout en la regardant droit dans les yeux avec l'opulente poitrine de la misse anonyme qui la regarda faire sans mot dire. Shia émit un ricanement sinistre en retirant sa main et en léchant le sang avec sa langue.

Tu va me donner un beau bébé vers bien gluant et visqueux depuis ton cul galbé ma chérie mais pas tout de suite. Avant ça,
 je vais te punir et t'humilier avant de te baiser violemment, dés que tu aura accoucher de mon bébé, tu crèvera ensuite.


Shia lui avait bien fait par de son sérieux et de ses intentions et bien qu'elle aura aimer vouloir faire sortir un gourdin de son intimité, elle n'en avait malheureusement pas cette possibilité de le faire... Pas de soucis pour ça ! Elle ramassa par-terre les restes d'un bas-du-corps ensanglantée d'un garde de la pétasse blanche, les jambes furent bouffer de moitié avec les cuisses et l'on ne voyait presque les ossements broyés sur les membres manquants. La mexicaine arracha le tissu qui masqua l'intimité de la dépouille en décomposition et fit brandir fièrement la queue du mort de bonne taille qui bougea fébrilement et y enfonça de force dans la bouche de la patronne inconnue afin qu'elle découvre ce qui l'attend en commençant par l'humiliation de cette salope et qu'elle puisse sucer la bite de l'un de ses comparse décédé jusque ce que l'organe éjacule au fond de sa gueule. Les monstres, pendant ce temps dévorèrent ce qui restait des cadavres des hommes le temps que leur maîtresse finit de jouer avec sa poupée vivante.
Journalisée

Rachele Florenza
Humain(e)
-

Messages: 184



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juin 05, 2017, 07:38:29 »

Partagée entre horreur et panique, Rachele crois d'abord qu'elle délire en voyant l’opulente mexicaine aux lèvres de bimbo surgir de la boue comme une déesse païenne.

A son contact, les bêtes cessent de sucer les membres de la mafieuse dans l'espoir de les lui dévorer pour se contenter de les maintenir en place. Rachele continue de se débattre et de donner des coups de coutelas dans le vide jusqu'à ce que la femme-vers s'approche d'elle et la domine de toute sa hauteur. Elle arrête alors de frapper, pétrifiée par la peur, un des vers en profite pour saisir son poignet et  tenir sa main entière dans sa ventouse buccale.

- Te voilà bien seule a présent ma chérie, ta garde rapproché a succomber sous les assauts de mes chiens, il n'y a plus personne pour t'aider maintenant. Rassure-toi, tu ne va pas mourir tout de suite, car comme tu a massacrer mes enfants... Il faut que tu paye pour ça. Je ne suis pas en mesure de pouvoir les ramener a la vie mais Toi. 

Rachele déglutie et une goûte de transpiration coule sur sa tempe.

- Que... quoi ? Je... je ne comprend pas ce que vous voulez dire... pitié... je suis désolée, je ne savais pas... laissez moi partir... je suis riche, je vous donnerez tout ce que vous voudrez...

Mais la créature des marais reste sourde à ses suppliques et elle approche sa main ganté du ventre de la jeune femme, désormais totalement visible suite au combat dans la fange.

- Non... ne me touchez pas... pitié je... haaaaa...

Les yeux de Rachele s'écarquillent d'horreur et de surprise et sa bouche s'ouvre dans un grand râle de douleur quand elle voit les doigts de Kijima s'enfoncer dans son nombril jusqu'au poignet.
Sa main se referme sur ses intestins et les malaxes de manière pernicieuse et habile, poussant leur contenu vers le bas avec une pression impitoyable.

- Gniiii...

Gémit Rachele en tentant de serrer les cuisses.  Elle sent que cette créature la transperce et contrôle son ventre comme si elle n'était qu'une poupée de tissu.

- Ho nan pitié pas ça haaaaaa...

Crache t'elle en ouvrant grand la bouche et en rougissant de honte au moment ou elle perd le contrôle de sa vessie et des sphincters et souille sa belle robe crème de son urine et de ses déjections. Submergée par une étrange sensation de douleur et de délivrance, elle se met à baver sur l'avant bras de Kajimi qui remonte toujours plus haut en Rachele.

Elle passe au travers de la chaire et des os de la belle captive comme si sa main était fantomatique, et vient lui agripper le cœur. La mafieuse lève alors son regard horrifié et surpris vers la femme-vers pour la supplier du regard.

- Non... pitié... je ne veux pas mourir...

Comme une réponse elle lui retire la main d'entre ses deux beaux melons. Le visage de Rachele retombe vers l'avant, épuisée de cette expérience atroce.

- Tu va me donner un beau bébé vers bien gluant et visqueux depuis ton cul galbé ma chérie mais pas tout de suite. Avant ça, je vais te punir et t'humilier avant de te baiser violemment, dés que tu aura accoucher de mon bébé, tu crèvera ensuite.

Rachele relève la tête et se met à hurler et se débattre. Imperturbable, Kajimi arrache et réanime la queue rongée et pleine de boue d'un gangster.

- Nan ! Nan seigneur non ! Je vous en supplie, je suis riche, je vous couvrirez d'or, je vous donnerez tout ! Pas ça pitié pas ça ! Non je Glllp...

La monstrueuse créature lui fait avaler ses mots en même temps que la bite sale et cadavérique et commence à jouer avec comme un sexe toy. Elle la fait aller et venir, aller et venir entre ses lèvres, profondément dans sa gorge au point de lui déformer la trachée. Kajimi peut admirer le spectacle de la gorge de la belle, gonflé par la bosse que forme la queue mort-vivante.

Pour échapper au spectacle de sa propre déchéance, Rachele ferme les yeux si fort qu'elle en grimace. La reine du marais masturbe la queue entre les lèvres de sa captive de plus en plus vite, de plus en plus fort jus'à ce qu'enfin, elle se mettent à tressauter et gonfler. Violemment séparée de ses couilles par les ongles cruels de Kajimi, la bite coupée se met alors à cracher ce qui se trouve dans son canal...

- MMMMMMMMM !!!

De grosses larmes de désespoir et de dégoût. glissent des paupières de Rachele et rebondissent sur ses joues qui se gonflent de sang et de boue nauséabonde au gout abominable. Tout son corps est parcouru de violent soubresauts de révolte, de véritable convulsions de dégoût. Mais les ventouses des vers la retiennent, et le calvaire se poursuit inlassablement jusqu'à ce que l'estomac de la belle soit plein de se mélange impie. Elle se met alors à vomir devant elle...
Journalisée

Shia Kijima
Humain(e)
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Août 16, 2017, 03:13:37 »

Shia ne faisait rien que profiter du spectacle en étant poser sur le corps molle et visqueux de l'un de ses enfants en lui triturant les filaments de ses antennes. Sortir des marais pour aller faire une balade hors de son repaire s'est avérer être une bonne idée malgré que ça encours des risques... Que se passe t-il lorsque un vers se trouve hors de son territoire terreux et exposé en pleine lumière ? (genre en Été par exemple), la bestiole se déshydrate et meurt en se desséchant sous la vilaine luminosité solaire. Shia est humaine de base mais possède des gênes de Lumbricina en elle, ce qui veut dire qu'elle aussi ne peut pas supporter le soleil trop longtemps... Bien que cela ne va pas signifier qu'elle pourrait mourir dans l'immédiat mais dans la durée ou le nombre d'heure pour faire simple, ses enfants par contre n'auront malheureusement pas cette chance. Les plaintes et râles d'agonie de la chef des humaines commençait un peu a lui casser les oreilles, elle décida de sortir de son siège répugnant et vivant mais avant, elle jeta un œil inquiet vers le ciel. Il y avait bien quelques nuages mais pas suffisamment pour masquer la lumière vive et en ce moment, nous somme en Été, il fait donc assez chaud et rien ne dit qu'il fera mauvais temps, il est peut-être temps de partir. La maîtresse des marais ne craignait rien mais le climat balnéaire ne jouait pas en sa faveur, de toute manière le scénario de lutte se déroula bien dans sa foret dont les hauts arbres masquait en partie avec leurs branchage long et dense et même si la lumière du soleil ne filtrait pas assez. Il restait la chaleur du désert du Sahara ! D'ici une heure ou deux, ces lieux vont devenir si torride et étouffante que miss Kijima pourrait attraper une insolation faute de négligence et sa famille cramerait dans une horrible fournaise de chaleur.

"Il va falloir bouger, je le crains...  

Elle lança un regard dominatrice vers la pute en robe blanche, elle faisait pitié franchement ! Il y a une heure a peine, elle faisait la macho avec son gang armé en les dirigeant fermement et maintenant que ses chiens sont tous tombé sous l'appétit vorace de la reine des tourbières, elle fait moins sa maligne et se victimisa en espérant que miss Kijima l'épargnera... La mexicaine n'avait jamais abattus de ses semblables par le passé et ce fut la première qu'une telle tragédie arrive, elle ne fut pas arriver par hasard, c'est juste cette donzelle qui a envoyer son bétail en pâture aux crocodiles affamés ! Elle avait tenter de négocier et de l'acheter avec des conneries de marchandise sans intérêts, du flouze ? des lingots d'or ? elle se fiche d'elle ou quoi ? Pour infos, il y a longtemps que Shia a renoncer a son humanité. Cette sanction devait bien finir par tombée et cette chipie croyait qu'en ayant du fric en illimité, elle serait a l'abri d'un jugement ? Quelle idiote. Si elle voulait expier ses crimes (même si miss Kijima ne connait pas son CV) et se repentir, il fallait qu'elle y pense plutôt. Elle aurait pu par exemple se racheter aurpès de Celui-qui-est en aidant les défavorisés, leur offrant des logements, une aide financière ça et là, empêcher la famine etc... et elle en passe ! Riche comme cette pétasse devait l'être, elle aurait pu payer sa tournée au lieu de jeter l'argent par les fenêtres et en ne se rendant compte de l'utilité en dernière minute pour rester en vie. Alors qu'elle souleva les cheveux pour faire relever la tête de chienne, cette dernière se vida de son tube digestif en gerbant sur ses bottes. Elle n'en pouvait plus et ce mélange dégouttant lui a retourner son bel estomac.

Quelle cochonne. Tu n'est pas très hygiénique ma fille. Regarde-toi, tu est devenue une salope sous mes bottes, je peux te tuer quand je veux comme maintenant. Rassure-toi, c'est moi qui décidera ou et quand tu devra rendre ton dernier souffle et en attendant ce ce jour. Tu restera avec moi, tu me dois une nouvelle couvée et profite de ce dernier jour car après cela, tu ne reverra plus jamais le soleil.

Elle ferma alors son poing ganté droit et lui infligea un vilain coup au ventre pour l'avoir souillée tout a l'heure. Elle attrapa la carcasse de l'humain pourrit et le balança de coté, elle regarda les adultes de sa garde d'arénicole fouisseur et leur somma l'ordre de plonger sous terre. Il est l'heure de partir, sa prisonnière se trouva a l'abri dans l'estomac de l'un de ses fils aînés, pendant que les petits plongèrent sous terre, miss Kijima parti rejoindre sa captive a l'intérieur du "cloaque" organique, la créature écarta alors sa rangée de dent en les dissimulant sous les pétales de sa bouche afin que sa mère ne se blesse pas, Shia se fit alors aspirer a l'intérieur avec un drôle de bruit de succion. Les tentacules poussèrent la mère des vers au fond de son corps. Shia retrouva sa captive couverte de mucus et de sperme et sentait mauvais (elle avait besoin d'une douche), son chapeau lui collait a la tête et sa robe pratiquement en lambeau la couvrait encore en partie, quel belle paire de jambe couvert sous le tissu plastifié de ses cuissardes, un vrai délice !

Nous allons plonger a plus d'une centaine de mètre sous terre, il y a une fosse et des galeries et c'est là-bas que moi et les miens y vivons. Je vais te baiser jusqu'à ce que tu complète ma portée tombée en disgrâce par ta faute... Tu vivra, t'assoiras, te torchera les fesses qu'à mon commandement ! C'est clair ?! et maintenant, dis-moi comment tu t'appelle et c'est comment a présent le monde des humains ?  

Elle avait envie de nouer des liens avec cette humaine mais tout passe par la communication d'abord, Shia s'avança vers elle en lui caressant la tête et la joue, elle tourna son visage sur le sien et l'embrassa langoureusement avant de pénétrer analement en elle avec sa main au fond de son cul afin de lui retirer toute les merdes et déchets que ses enfants lui ont laisser en elle, car elle ne voulu pas qu'elle meurt a cause d'une maladie et lui fit subir un brin de toilettage sexuel.
Journalisée

Rachele Florenza
Humain(e)
-

Messages: 184



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Août 19, 2017, 09:27:10 »

- Quelle cochonne. Tu n'est pas très hygiénique ma fille. Regarde-toi, tu est devenue une salope sous mes bottes, je peux te tuer quand je veux comme maintenant. Rassure-toi, c'est moi qui décidera ou et quand tu devra rendre ton dernier souffle et en attendant ce ce jour. Tu restera avec moi, tu me dois une nouvelle couvée et profite de ce dernier jour car après cela, tu ne reverra plus jamais le soleil.

A l'évocation de sa mort, Rachele se ressaisie et supplie du regard la reine du marais de l'épargner. Mais celle-ci n'en a que faire et continue son discoure.

Rester avec elle ? Se demande Rachele. Comment ? Où ? Combiens de temps ?

Toutes ces questions se bousculent dans sa tête et la terrifie. Elle ne comprend pas ce qu'elle veux dire.

- Une ... une nouvelle couvée ? Que... que voulez vous dire... je ne HAG !

Le poing de la mexicaine percute son ventre et lui coupe le souffle net. Rachele retombe à genoux par terre et essai de reprendre son souffle.

Soudain, elle sent une longue langue visqueuse s'enrouler autour de ses jambes. Elle se retourne et écarquille les yeux d'horreur, devant elle, une énorme limasse , au moins aussi grosse qu'une fourgonnette, ouvre une immense bouche pleines d'étranges griffes.

- Nan !!

Hurle Rachele alors que la langue de la bête commence à l’attirer lentement vers sa gueule. La mafieuse s'aggripe à tout ce qu'elle trouve par terre, racines, pierres, mais rien ne résiste à sa lente progression vers la bouche de la bête.

A mesure qu'elle se rapproche, d'autres langues sortent de l'orifice monstrueux de la limasse et serpentent au sol vers Rachele. Elles s'enroulent à leur tour autour de ses cuisses pour faciliter la progressions, puis, quand la prisonnière est suffisamment proche, s'enroulent autour de ses bras pour les lui sangler le long du torse. Incapable de se défendre ou de se retenir à quoi que ce soit, Kijima assiste alors au spectacle savoureux de sa proie qui hurle de peur et se tortille entre ses liens à mesure que la grande bouche l'avale, centimètres après centimètres.

Au passage des cros, Rachele s'attendait à être déchiquetée, mais à sa grande surprise, ceux-ci s'écartent pour la laisser passer et se contentent de déchirer des lambeaux de sa robe. A mesure qu'elle descend dans son estomac, l'étoffe découpée se détache du corps de la belle jusqu'à ce qu'elle ne soit plus qu'en cuissardes, porte jarretelle et gants noirs. Seuls quelques bouts de la robe restent encore, plaqués contre le mucus sur ses formes généreuses.

Arrivée dans sa "panse-prison", les langues qui enserrent et paralyses Rachele se mellent à la chaire spongieuse de l' organe et s'y enfoncent pour maintenant la prisonnière engluée contre  une parroie. Elles tirent sur ses poignets et ses chevilles pour lui faire écarter les bras et les jambes et la mettre en étoile, la gangster essai de se débattre, mais les muscles de la bête sont trop puissants. Pour écraser sa résistance, les tentacules commencent à tirer sur ses membres pour l'écarteler. La belle sent ses muscles, ses tendons et ses os commencer à s'étirer et la faire souffrir, elle s'arqueboute en arrière et pousse un cris avant de cesser de luter, consciente que si elle s'entête plus longtemps, la répugnante limasse la démembrera comme avec un chevalet de torture avant de la digérer purement et simplement.

Quand Shia la rejoint, son invité est déjà prête pour l'interrogatoire, totalement immobilisée par les tentacules qui tendent ses membres à l'extrème. Son corps totalement vulnérable et offert aux  regard et aux caprices de la mexicaine est couvert d'une myriades de minuscules petits tentacules qui serpentent entre ses seins et dessus pour venir goutter la peau de ses tétons en mes léchant et les mordillant. D'autres serpentent serpentent au dessus de sa vulve et de son anus, mais sans prendre le risque d'entrer sans l'accord de leur Maîtresse.

Quand Shia arrive devant la gangster, toutes ces petites bouches affamés se rétractent autour du corps de Rachele et se tortillent.

-Nous allons plonger a plus d'une centaine de mètre sous terre, il y a une fosse et des galeries et c'est là-bas que moi et les miens y vivons.

Entendant la première phrase de sa tortionnaire, la captive ouvre de grands yeux pleins de surprise et de peur et tourne vigoureusement la tête de droite à gauche pour dire "non".
Elle comprend soudain ce que Shia voulait dire par "ne plus jamais revoir la lumière du jour", cette femme étrange et répugnante alait la cloitrer dans son bourbier infame jusqu'à ce quelle décide de la tuer... Mais qui pourrait bien venir la secourrir ici bas ? Les écoute de recherche la retrouverait elle seulement un jour ?

-Je vais te baiser jusqu'à ce que tu complète ma portée tombée en disgrâce par ta faute... Tu vivra, t'assoiras, te torchera les fesses qu'à mon commandement ! C'est clair ?!

Entendant le verdict de son ennemie, Rachele tourne à nouveau violemment la tête de droite à gauche en murmurant d'une voix tremblante:

- Non... non pitié pas ça... tout mais pas ça... je ne veux pas... non...

Mais la mexicaine se moque totalement des supplications dérisoirs de Rachele et continue:

-Et maintenant, dis-moi comment tu t'appelle et c'est comment a présent le monde des humains ? 

Comprenant qu'elle n'obtiendra rien de cette femme cruelle et sans concession, Rachele détourne la tête et fronce les sourcils, refusant d'offrir à son ennemi le plaisir de la voir se mettre à table. Voyant qu'elle refuse de répondre à sa Maîtresse, l'organisme spongieux qui l'entoure se fache et se met à gonfler autour de Rachele, comprimant ses côtes pour l'etouffer et tirant encore sur ses membres tendu à l'extrème.

-HAA !

Hurle Rachele en sentent ses coudes et ses chevilles commencer à se démettre.

-Je m'appel Rachele ! Rachele Florenza ! Des Florenza de Sicile, émigrés au Japon, sur Terre, pitié ! Stop ! Vous allez m'arracher les bras !

Les tentacules relachent un tout petit peu leur étreinte, Rachele retombe légèrement en avant. Elle respire fort, sa poitrine, couverte de sueur et de mucus dégage une odeur capiteuse et érotique.

- Le monde des humains est toujours le même... violent... brutal... cruel... il n'y a que la technologie qui évolue... J'y ai une bonne place, si vous me libérez et que vous ne me faite pas de mal je promet de vous y enmener pour vous montrer...
Journalisée

Shia Kijima
Humain(e)
-

Messages: 19



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Décembre 20, 2017, 11:25:13 »

Qui aurait cru cela possible ? Au début, cette belle femme solidement accompagné de branleur musclés et armé d'objet crée par l'homme avait une allure impériale et majestueuse, mais à présent les rôles sont inverser. Shia trembla comme une feuille et lui manifesta son envie de la libérer en se plaignant. Les filaments organique avait la puissance pour niquer un homme comme un fétu de paille, elle sont peut-être mince et frêle en image mais les apparences sont parfois trompeuse, la preuve ! La prisonnière souffrait gravement et il lui faudra passer un long séjour a l'hosto' pour se rétablir. Elle fut pathétique a voir... Bien que miss Kijima lui aurait donner le coup de grâce pour mettre fin a sa torture, elle se garda de prononcer la sentence de la vaincue un court instant. Après une bonne réflexion, il serait bête de la buter et ça ne va pas faire un an qu'elle s'est retrouver prise au piège dans ce marais puant avec ces polissons vaseux, avoir un peu de compagnie serait chouette et d'autant que ses acolytes ne savent pas prononcer si ce n'est que communiquer avec les ondes cérébraux et geste, ils ne sont pas plus utiles que ça niveau blabla tandis qu'avec cette meuf, elle pourra en apprendre un peu sur ce monde car depuis son arrivée a Terra, elle est la première fille qu'elle a rencontrer (donc une preuve que les humains ont bel et bien coloniser cette planète par le passé. La fille anonyme fut grandement exténué et les membres de son corps devait avoir divers hématomes provenant des tentacules qui ont tellement serrer ça et là qu'elle en gardait encore des traces. La reine des vers savait que si sa torture vint a se prolonger, la chasseuse de prime risquera de mourir d'une bête hémorragie au vu de la pression reçu dans son organisme concernant la circulation sanguine. Elle ne sembla pas vouloir accepter son idée en plus de rejeter l'honnête proposition que miss Kijima lui donna, pourtant ce fut une chance de pouvoir rester en vie que la mexicaine lui donna. Elle changera d'avis quand la chevalière des sables mouvant l'aura briser mentalement comme psychologiquement. La captive épuisée finit par lui cracher son identité, elle s'appela Florenza, un nom de famille espagnole ou italien ? Shia avait quitter l'école il y a fort longtemps dont les connaissances par rapport a la géographie sont donc limités. Qu'importe ! Un truc la titilla par contre... Elle disait venir sur Terre mais que faisait alors dans le coin et comment est-elle arriver ici ?! Mystère et compagnie.

Que faisais-tu dans mon royaume ? Une bonne fille de famille ne fréquenterait jamais ce genre d'endroit

Shia chercha a lui tirer les vers du nez, un interrogatoire qui pourra expliquer la raison de sa présence avec son commando dans ce trou paumé mais tout en se faisant, elle voulu sceller un pacte avec cette fille blanche, un genre d'accord avec cette vermine de Florenza afin qu'elle devienne a tous jamais un esclave, vu que bavasser ne servira a rien, elle va utiliser une astuce un peu "mouvementée", elle contracta ses muscles abdominaux en abaissant le corps en avant, elle cessa de respirer. Le ventre de miss Kijima se déforma, quelque chose bougea de l'intérieur en nageant à travers les boyaux, son ventre se mit a grossir, la forme de vie organique chercha a émerger en trouant l'abdomen de Shia, l'ancienne humaine sentit des ballottement se produire à travers sa combinaison, elle maintenu son ventre comme si elle s'apprêtait a mettre bas et pressa son ventre pour inciter la chose a remonter plus haut. Shia se mit alors a vomir du liquide amniotique sur le sol visqueux et vivant, pendant ce temps, la drôle de créature qui voulait voir le jour se mit à déformer son estomac avant d'atteindre la trachée... Les yeux de l'actrice se retournèrent en arrière comme si elle fut possédée par un esprit démoniaque et sous un cri étouffée, elle cracha une bestiole qui avait l'aspect d'une jeune larve rouge comme dans les films d'horreur.



OOOORRRggghhhhhhhh.... hhhannnn... hhhannnnnn...
 
Tout en respirant bruyamment, elle mit une minute pour reprendre son souffle vu l'effort insistant dont elle avait fait preuve pour éjecter un embryon en cours de gestation et qui ne fut pas entièrement prêt. Le bébé bougea lentement, sa mère le souleva du sol muqueux en l'attrapant par la queue et le montra à Rachel.

Ceci est la marque de ton appartenance a ma race, tu ne sera plus considérer comme une humaine bien que tu pourra garder ton apparence, tu fera parti de ma famille des Lumbricina, la nouvelle race dominante des tourbière et des forets, esclave !

Sachant que elle ne voudra surement pas l'avaler, elle fit un claquement de doigt et des nouvelles ligaments tentaculaire apparurent sur le coté derrière une paroi, elle se glissèrent aisément dans la voie buccale afin d'écarter la bouche de force, une fois la gueule de miss Florenza ouverte, elle plaça alors le bébé vers dans la bouche, la larve ayant senti un environnement familier (le vers a besoin de se développer dans un ventre maternel) se tortilla rapidement pour se libérer de la prise de sa génitrice originale et se faufiler rapidement dans la gorge de sa prisonnière. Un nouveau claquement se fit entendre et cette fois-ci les tentacules qui l'a maintenu immobile se libérèrent immédiatement, laissant Rachel tomber au sol humide, Shia ne souhaita pas que son nourrisson n'étreigne le cœur de son esclave afin de lui faciliter le passage jusqu'au bas-ventre mais aussi pour que sa chienne ne meurt pas d'une crise cardiaque. Ce serait dommage qu'elle perde un serviteur qu'elle vient d'adopter pour ses futurs aventures sexuel.   
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox