banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: "Promenons-nous dans les ruines..." [PV Grayle]  (Lu 999 fois)
Krynyss
Créature
-

Messages: 230


Succube


Voir le profil
Fiche
« le: Mars 07, 2017, 02:04:04 »

Karla pestait à haute voix, tenant entre ses mains un parchemin qu'elle avait déroulé.

- Normalement je devrais y être...

Quelques jours plus tôt, alors qu'elle trainait dans un des bazars de Nexus, elle avait déniché dans une boutique empli de vieux grimoires et de parchemins antiques, une carte indiquant l'emplacement de vieilles ruines où, d'après ce qu'elle avait pu lire dans la marge du document, reposait un "savoir ancien". C'était plus qu'il n'en fallait pour exciter la curiosité de la jeune femme car peut être qu'elle trouverait là-bas un moyen de recouvrer la mémoire, soit partiellement, soit totalement.

Elle n'avait aucun doute sur l'authenticité de la carte car elle était rédigée en draconique, une langue qu'elle maîtrisait parfaitement ; un mystère de plus à ajouter à sa longue liste. Comment pouvait-elle connaître un idiome connu seulement des mages, des érudits et des Dragons ?

Toujours est-il qu'elle s'était mise en route, traversant une région boisée et sauvage pour finir par atteindre l'endroit où devraient se trouver les ruines. N'importe quel aventurier chevronné la voyant là, au beau milieu de la forêt, aurait pesté contre l'amateurisme de la jeune femme : elle n'était vêtue que d'une robe de voyage de couleur rouge, largement décolletée, de solides bottes de marche de cuir souple et d'un grand manteau noir à capuche. Son armement consistait en un couteau tout juste bon à écorcher les lapins et qui rouillait un peu à certains endroits. Et c'était tout. Une véritable touriste en goguette !

Maintenant, elle explorait les environs, cherchant la moindre trace de mur en ruines, allait dans une direction puis dans un autre, revenait sur ses pas pour, au final, se retrouver dans la direction opposée de là où devaient se trouver l'objet de son voyage !

Découragée, elle finit par s'assoir sur une souche d'arbre, étudiant de nouveau la carte. Dans le ciel, des nuages bas et gris laissèrent échapper une pluie fine.

- Et voila qu'il pleut maintenant ! fulmina-t-elle, rabattant sa capuche.

C'est alors que quelque chose retint son attention : elle se tenait devant une petite colline recouverte d'une épaisse végétation et elle s'aperçut alors que sa forme était loin d'être naturelle.

- Trop arrondie ! dit-elle à voix basse. Elle grimpa sur l'éminence écartant les plantes et les fougères afin de se frayer un chemin pour finir par atteindre le sommet. Là elle vit des plantes grimpantes s'enrouler autour d'une sorte de sculpture en pierre. L'érosion l'avait rendue méconnaissable mais cela fut suffisant pour qu'elle comprenne que la "colline" était en fait un dôme.

C'est alors qu'elle sentit le sol se dérober sous ses pieds et elle poussa un cri de frayeur tandis que des morceaux de maçonnerie l'accompagnèrent dans sa chute vers les ténèbres...
Journalisée

Krynyss dans toute sa splendeur
Forme n° 1 de Krynyss (la plus communue) :
Spoiler  
Forme n° 2 de Krynyss :
Spoiler  
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Avril 07, 2017, 12:38:04 »

Explorer, encore et encore.

Même pour un immortel, il n'existe pas de monde trop petit. Il faut des jours pour fouiller un immeuble entier de fond en comble. Alors une forêt ? Un pays ? Un continent ? Une planète ? Plusieurs années d'existences. Et Grayle en avait à revendre.

Arrivé sur Terra depuis maintenant une longue période, le "jeune" homme continuait de visiter inlassablement le monde, explorant ruines et temples afin de trouver ce qui avait sonné le début de sa quête. Une relique, perdue dans les éons, celle dont la Déesse l'avait lancé dessus. Après des siècles, il ne l'avait pas trouvée. Parfois, il l’oubliait. Mais, pendant les périodes de creux, de manque de motivation, il reprenait sa quête.

Et donc, il se trouvait ici. Dans des ruines. Autrefois explorées par des dizaines de groupes d'aventurier, au point que le village voisin avait du instaurer un système de roulement par équipe pour permettre à tout le monde d'y trouver son compte. Las. Peu de gens étaient arrivés loin, et quelques os anciens trainaient ici ou là. La cause, apparemment, des défenses magiques surpuissantes et mortelles, ne laissant passer que les démons... qui n'étaient pas nombreux à vouloir risquer leur vie dans l'aventure.

Heureusement, Grayle avait beaucoup de vies à revendre. Il était vêtu de ses habits habituels, son sac accroché au dos, montant des marches poussiérieuses.

" Me revoilà donc vers le haut... c'est un vrai labyrinthe. " Il regarda le plan qu'il avait dessiné, et qui ne ressemblait plus à grand chose. Il y avait plus d'escalier sous cette colinne que dans une ville entière ! Il s'assit sur un pilier renversé, un peu blasé. La personne qui avait concue ce tombeau, ou cette ville souterraine, était sûrement complètement bourrée lorsqu'elle avait dessiné les plans.

Il pensait à partir quand le plafond se craqua. Comme tous les idiots en ce bas monde, au lieu de s'esquiver, il leva la tête pour voir ce qui lui tombait dessus.

l'un des plus gros cul qu'il n'ait vu de sa vie. Le temps qu'il se fasse cette réflexion, l'inconnue (car une telle paire de fesse ne pouvait appartenir qu'à une femme) lui était tombée dessus, l'écrasant au sol dans un bruit mat et un bruit étouffé. Il entendit plusieurs morceaux de roches tomber autour d'eux, avant que tout ne se calme. La personne qui venait de tomber du ciel, s'écarta, et il fit de même, clignant des yeux, un peu hagard. Il regarda l'inconnue. Une femme grande, à la peau lisse, plantureuse et aux formes presque trop généreuses, mal cachées par une robe qui avait plus sa place dans un bordel que dans des ruines. Ses instincts primaires, peu monopolisés ces dernières semaines, se réveillèrent d'un seul coup, stimulés par la présence de la succube qui s'ignore.

" Qu... qu'est ce que vous faites là ? " demanda t-il d'un air ahuri
« Dernière édition: Octobre 26, 2017, 07:53:08 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Krynyss
Créature
-

Messages: 230


Succube


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Août 18, 2017, 10:46:59 »

Même si Karla avait eu l'impression que la chute avait duré une éternité, elle fut en réalité très courte, pas plus d'une seconde en fait. Quelque chose dut amortir sa chute car elle heurta le sol sans trop de fracas, mais elle eut néanmoins le souffle coupé. Des gravats et un peu de poussière  tombèrent d'en haut et pendant un moment elle fut aveuglé par les débris.

La jeune femme se releva tant bien que mal. Elle était un peu sonnée mais elle semblait être en seul morceau. Elle examina ses vêtements : hormis une déchirure à sa robe et un peu de poussière dessus, ils n'avaient pas trop soufferts de la chute. Tandis qu'elle s'époussetait, elle remarqua que l'endroit où elle avait atterri était recouvert d'une sorte de mousse et que de toute évidence elle avait dû amortir le choc. Si elle était tombée un peu plus loin elle aurait percuté le sol en marbre et là elle se serait fait très mal...

- Il y a un Dieu, ou une Déesse, pour les personnes comme moi ! dit-elle avec un petit sourire.
- Qu... qu'est ce que vous faites là ?

Effrayée par cette voix qui semblait surgie du néant, elle poussa un cri de surprise et se retourna vivement. Dans la pénombre elle distingua la silhouette d'une homme qui ne devait pas avoir plus de trente ans et qui portait des vêtements de bonne facture et de belles bottes de cuir, bref une tenue adaptée pour l'exploration et la marche en milieu sauvage. Il avait un sac en bandoulière mais ne semblait pas armé.

- Je pourrais vous poser la même question ! rugit-elle, plus effrayée que furieuse. Vous m'avez flanqué une trouille de tous les diables !

Il lui fallut quelques secondes supplémentaires pour retrouver son sang-froid et c'est d'une voix plus calme qu'elle répondit à la question du nouveau venu :

- Pardonnez-moi, j'ai été un peu surprise voila tout. Je m'appelle Karla et j'étais à la recherche de ruines antiques. Il me semble que je les ai finalement trouvées !

Elle ponctua cette dernière phrase d'un petit rire tout en montrant d'un mouvement de tête le trou dans le plafond par lequel entraient les rayons du soleil.

- Et vous, qui êtes-vous et que faites-vous ici ? Vous êtes un explorateur ?
Journalisée

Krynyss dans toute sa splendeur
Forme n° 1 de Krynyss (la plus communue) :
Spoiler  
Forme n° 2 de Krynyss :
Spoiler  
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Août 30, 2017, 03:54:15 »

Il sursauta lorsque la nouvelle venue cria de terreur avant de se retourner. Legèrement penchée en avant qu'elle était, il avait une vue imprenable sur son décolleté, et devait faire tous les efforts du monde pour ne pas la matter avec insistance. Etait-ce une sorte d'épreuve cachée du donjon ?

" Vous êtes tombée sur moi après avoir fait écrouler le plafond ! Je pense pas que vous ayez des leçons à donner là ! " répondit-il un peu brutalement. Elle respira, avant de se calmer, sa poitrine montant et descendant. Il regarda le visage plein de poussière de la nouvelle venue. Hum. Elle n'était pas de ces femmes au corps magnifique et au visage laid. Même sa tête était bien faite, aux lèvres pulpeuses et à la peau parfaite. Certains ne croisaient jamais de femmes aussi belles de leur vie, et là, une lui tombait carrément dessus !

Elle se présenta comme étant Karla, et parla de sa péripétie avec un rire clair. Il se détendit. Elle semblait sympathique et pas pénible, un caractère difficilement associable avec un corps pareil. Elle lui demanda ensuite la raison de sa présence ici.

" En effet Karla ! Moi c'est Grayle ! Je ne suis pas explorateur à plein temps, c'est plutôt un hobby... "

Ceci dit, il était bien mieux équipé qu'elle, et ne put s'empêcher de faire la réflexion, pointant sa robe courte, moulante et déchirée.

" Tu... recherche des ruines habillées ainsi ? Ce n'est pas très prudent... enfin. "

Il regarda le plafond désigné par Karla.

" Voilà des heures que j'erre dans ce labyrinthe et tu te retrouve au même endroit que moi par hasard. j'aurais du creuser plutôt que m'emmerder à essayer de me retrouver. La chance de la débutante ? " Il se mit à rire.

" Je suis là plus par curiosité qu'autre chose. Je n'ai que faire des trésors. Donc si tu veux, je te laisse le tout. Je cherche un objet en particulier. Donc si jamais on tombe dessus, tu me le laisse. Sur le coup, je suis assez généreux je trouve. "
dit-il avant de s'avancer et de prendre les devants.

" Je suis bien mieux équipé que toi, donc tu aura besoin de moi. Enfin... les paysans du coin m'ont dit que seuls les démons peuvent réellement avancer ici. Si ca se trouve, on ira pas bien loin... " il se retourna et lui fit un clin d'oeil " Mais ca vaut le coup non ? "
« Dernière édition: Octobre 26, 2017, 09:05:54 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Krynyss
Créature
-

Messages: 230


Succube


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 03, 2017, 07:55:37 »

Durant l'échange verbal d'abord mouvementé, puis plus calme, Karla avait remarqué que l'homme n'avait pas arrêté de la reluquer. En même temps, elle le comprenait : une femme lui tombait, littéralement, du ciel et, cerise sur le gâteau, elle avait un physique de déesse ! Donc tandis qu'il se présentait, elle continua à s'épousseter, notamment au niveau de la poitrine, ses mains faisant tressauter ses seins à chaque passage...

- Non mais regardez-moi ce travail ! rouspéta-t-elle.
- Moi c'est Grayle ! Je ne suis pas explorateur à plein temps, c'est plutôt un hobby...
- Enchantée Grayle ! répondit-elle, après avoir fini de s'épousseter de manière aussi ostentatoire. Euh, je ne savais pas que le mot "hobbit" était synonyme de passe-temps...
- Tu... recherche des ruines habillées ainsi ? Ce n'est pas très prudent... enfin.
- Ben, c'est la première fois que j'explore des ruines donc voila quoi...

Il lui dit que s'il était dans ces ruines c'était pour y chercher un objet bien précis. Elle hocha la tête, espérant que ce n'était pas la même babiole qu'elle recherchait. Parce que si c'était le cas, ça allait être difficile de le partager en deux ! L'homme semblait être assez fort et était bien équipé mais Karla avait ses propres armes, bien plus subtiles...

- Je suis bien mieux équipé que toi, donc tu aura besoin de moi. Enfin... les paysans du coin m'ont dit que seuls les démons peuvent réellement avancer ici. Si ça se trouve, on ira pas bien loin...
- Les paysans racontent le plus souvent n'importe quoi et s'effraient d'un rien ! répondit-elle d'une voix ironique. Mais bon, on va pas rester plantés là à bavasser inutilement !

Ils cheminèrent donc ensemble dans les couloirs déserts. Grâce à sa vision nocturne, Karla pouvait arpenter les lieux plongés dans l'obscurité sans l'aide de torche.

- Au fait, vous cherchez quoi ? demanda-t-elle sans tourner son visage vers lui, continuant à marcher nonchalamment, comme si elle arpentait les corridors d'un palais plutôt que d'une ruine antique.
Journalisée

Krynyss dans toute sa splendeur
Forme n° 1 de Krynyss (la plus communue) :
Spoiler  
Forme n° 2 de Krynyss :
Spoiler  
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Septembre 10, 2017, 01:07:07 »

Il regrettait que Karla ne le regarde pas alors qu'elle lui parlait. Il aurait ainsi pu se concentrer sur son beau regard, mais sans ce dernier pour accaparer son attention, Grayle était presque forcé de continuer de caresser visuellement le corps de la femme offert à toutes ses attentions, son corps tendu à l'extrême par l'envie instinctive qui le tiraillait à la simple proximité de la femme. Cette dernière n'avait pourtant rien fait de particulier, à par lui parler poliment et s'essuyer devant lui. Elle ne l'avait pas allumé ou quoi que ce soit,  et pourtant, sa simple existence bouleversait complètement le processus cognitif du pauvre jeune homme immortel, dont l'esprit et le corps avaient toujours été désespérément sans défense face aux agressions ou tentations extérieures.

- Hum... bonne question.

Est ce que dire qu'il a été chargé il y a des siècles par une déesse immortelle de trouver un artefact dont il ne sait rien le ferais passer pour le dernier des abrutis ? Au mieux. Au pire, pour un mec complètement fou à lier. Ou un menteur pathologique. Et si elle le croyait ? Etait-ce prudent de...

Non Grayle. Retrouver cet artefact n'a aucune importance dans le grand schème de l'univers. Il n'était pas le héros devant à tout prix garder sa quête secrète. Il n'avait aucune raison réelle, au final, pour ne pas révéler à quiconque ce qu'il était. Au pire, qui était-elle pour le juger ? Une inconsciente en petite tenue ? Il préféré rester évasif, toutefois.

- Je ne sais pas réellement à quoi il ressemble. Mais je saurais que c'est le bon lorsque je serais devant. Ça a l'air idiot hein ? Sois rassurée, je ne suis pas un menteur...

Mensonge.

... Je ne dirais pas que c'est le bon si ce n'est pas le cas. Si je le trouve pas, bah ! J'aurais d'autres occasions.

Ils progressaient doucement en pente, vers le dernier chemin que Grayle n'avait pas tout à fait exploré. S'éclairant à l'aide d'un briquet d'amadou, le jeune homme griffonnait méticuleusement une carte. Karla pouvait voir que cette dernière, relativement grande, avait été faite avec précision, et contenait moult chemins, culs de sacs et virages. Grayle semblait prendre son travail très au sérieux. Il regardait parfois Karla, s'étonnant de voir qu'elle s'orientait sans aucune hésitation dans le noir, froncant les sourcils devant cette nouvelle énigme. Il n'y avait rien. pas de monstre, ni de piège, ni même de squelette où d'amphores à casser et récupérer. Les natifs du coin avaient déjà tout récupérés. Seuls quelques rats paniqués et couinant étaient présents, fuyant à l'arrivée du couple, dont les pas résonnaient en écho dans les couloirs au plafond de plus en plus bas.

Un autre cul de sac. Il soupira, griffonnant sur son papier, se concentrant le plus possible sur l'exploration pour chasser toute possibilité d'obsession envers la brune qui se baladait juste à côté de lui. Ils se trouvaient dans une sorte de pièce rectangulaire, avec un autel vide et sobre au milieu.

- C'est le quatrième ! A chaque fois je tombe là dessus. Des culs de sac. Juste ces foutus autels qui me narguent. Les villageois me disaient que seuls des démons pouvaient vraiment pénétrer dans les ruines, et je vais finir par les croire. Je ne vois rien ici. J'ai essayé de trouver des entrées secrètes, des mécanismes, mais rien...

Il soupira. Ils perdaient leurs temps ici. S'il n'avait rien trouvé, il doutait que Karla ne soit d'aucune aide...
« Dernière édition: Octobre 26, 2017, 08:50:29 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Krynyss
Créature
-

Messages: 230


Succube


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Septembre 23, 2017, 02:15:00 »

- Dans ce cas, nous sommes deux à chercher une chose dont nous ignorons à quoi elle ressemble ! s'exclama-t-elle en riant doucement. Pour ma part, je suis à la recherche d'un "savoir ancien", ce qui est un peu vague, je le reconnais. Ce "savoir ancien" peut être un livre, un parchemin, un bijou, ou je ne sais quoi d'autre...

Ils progressaient tous deux à travers un dédale de couloirs, de galeries, de salles, tous en ruines. Certaines parties étaient effondrées aussi devaient-il rebrousser chemin ou se frayer un passage à travers les décombres. Karla observait de temps à autre le jeune homme à la dérobée : il avait l'air robuste, endurant et expérimenté ; elle sentit que malgré son jeune âge, il devait avoir pas mal bourlingué, ce qui était curieux vu qu'il ne portait aucune cicatrice ou trace de combat et qu'il n'avait pas l'air marqué.

- Il y a du surnaturel là-dessous... pensa-t-elle.

Ils avaient fini par aboutir à une salle rectangulaire où se trouvait en son centre un autel qui ne portait aucune inscription. Grayle dit que c'était le quatrième qu'il trouvait mais que cela n'aboutissait nulle part.

- Les villageois me disaient que seuls des démons pouvaient vraiment pénétrer dans les ruines, et je vais finir par les croire. Je ne vois rien ici. J'ai essayé de trouver des entrées secrètes, des mécanismes, mais rien...
- Je te l'ai déjà dit : ces pécores racontent n'importe quoi ! fit-elle avec une pointe d'agacement. Elle s'approcha de l'autel et l'examina : le jeune homme avait raison, il n'y avait pas de signe distinctif particulier, rien qui permette d'obtenir une indication sur ce qu'il convenait de faire ou non. Elle toqua contre la pierre et elle ne résonna point, signe qu'elle n'était pas creuse.

Haussant les épaules, elle allait rebrousser chemin quand elle s'aperçut d'une chose étrange : l'autel se trouvait sur un piédestal de forme triangulaire, pourvu d'une ligne sur la partie supérieure. Cela lui rappela quelque chose, qu'elle avait vu dans un grimoire. Prise d'une impulsion subite, elle souffla sur l'autel et aussitôt il s'illumina d'une douce lueur bleutée.

- C'est bien ce que je pensais ! s'écria-t-elle, toute excitée. Le piédestal forme le symbole de l'Air et il suffisait de souffler dessus pour l'activer ! Tu as dit que tu avais trouvé trois salles similaires ? Ma tête à couper qu'ils ont les mêmes piédestaux et qu'ils forment les glyphes des trois autres éléments !
Journalisée

Krynyss dans toute sa splendeur
Forme n° 1 de Krynyss (la plus communue) :
Spoiler  
Forme n° 2 de Krynyss :
Spoiler  
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Octobre 26, 2017, 10:32:28 »

Grayle fut, sans mauvais jeu de mot, soufflé par la prestation de la jeune femme, même s'il se sentit un peu con à l'idée de ne pas avoir pu découvrir la solution de l'énigme.

" Attend... tu sais lire ce genre de glyphe ? C'est un savoir perdu dans le coin ! J'ai rien trouvé là dessus malgré mes recherches, tu débarque tu t'y arrive comme ca ? "

Il la fixa attentivement, et un blanc se fit entre eux, avant qu'il ne se mette à sourire " J'ai vraiment de la chance de t'avoir rencontrée. "

Etait-ce de la naïveté, une confiance générale envers le étranger, un fayotage ? Où Grayle était-il trop simplement excité pour avoir le cerveau qui fonctionne correctement ? La dernière option était sûrement la bonne. Plus les minutes défilaient, et plus la psyché de Grayle dérivait, son cerveau embrumé par les effluves excitantes qui se dégageaient de Karla. Mais ces dernières, bien que puissantes, surtout sur son esprit faible, brouillaient sa réflexion, et il n'arrivait même pas à faire le lien entre une possible influence de la part de Karla et son excitation envers elle, qu'il n'interprétait que comme une simple envie, l'empêchant de s'alarmer.

" Je connais le... chemin vers les autres... autels ! Allez... suis moi ! " dit-il, avant de sortir de la pièce. Il préférait prendre les devants, entre autre pour qu'elle ne puisse pas voir que son pantalon était déformé par une énorme érection. Il glissa sa main dans son pantalon, sentant la chaleur presque effrayante de son sexe, qu'il plaqua sur le coté dans une tentative désespérée d'être moins voyant.

Il n'arrivait pas à expliquer son état. Karla était très belle, certes, et vraiment excitante... surtout dans cette tenue... mais se mettre à transpirer, bander et quasiment baver (il cracha sur le sol pour évacuer un trop plein de salive) ne lui ressemblait pas. Il fouilla d'un air hésitant dans son sac, sortant le plan.

" Alors... par là. Voilà. " Il se retourna rapidement, pour vérifier si elle était toujours là. Revoir son visage de porcelaine parfait, ses lèvres pulpeuses qu'il pouvait devenir dans le noir, sa robe serrée sur cette chair opulente le firent frissonner, et il lui retourna rapidement le dos.

* Bordel, qu'est ce qui m'arrive Huh * Il était en sueur, le visage brillant, et ses vêtements commençaient à coller contre sa peau, alors que son pouls s'accéllérait. Il cligna des yeux, comme pour garder conscience, alors que son esprit tombait, petit à petit, sous la coupe de la succube. Il fut bien plus muet que lors de " l'aller", et ses gestes étaient beaucoup plus hésitants alors qu'ils progressaient de couloir en couloir.

Après un bon quart d'heure, ils arrivèrent dans une autre salle, similaire à la précédente. Grayle s'accouda contre un mur, essayant de garder de la contenance, son sac contre son entre-jambe afin de cacher son malaise. Il laissa Klara trouver la glyphe pendant qu'il la matait sans vergogne, incapable de s'en empêcher, essayant de deviner à quoi elle ressemblait sous cette robe, même si cette dernière laissait peu de place à sa très fertile imagination. Apparemment, il s'agissait de l'autel du feu. Il sourit.

" Ah... je m'en... occupe de ca... fiou... "

Il sortit de son sac un briquet d'amadou et avanca de manière chaloupée vers l'autel.

" Appr... écarte toi. " dit-il en manquant de faire un lapsus révélateur, même si un enfant aveugle aurait repéré que le jeune homme était dans un état d'excitation pire que celui d'un chien lors de la saison des amours. Il approcha le briquet, l'actionna plusieurs fois, et une étincelle enflamma l'autel, qui devint couvert de flammes rouges. Rapidement, les flammes furent illuminées de bleu, tout comme l'autel. Fier d'avoir servi à quelque chose, il rangea son briquet dans son sac qui semblait pourtant vide, avant de se retourner vers Klara, se préparant à lui dire qu'ils devaient continuer leur route.

Ses pupilles s'ouvrirent encore plus, effacant presque le bleu de ses yeux.

" Karla, on devr... "

Il bugga un instant, laissant tomber son sac,, avant de s'approcher d'elle, bien trop près, et de la toucher, posant une de ses mains sur son épaule, l'autre caressant son ventre plat, avant de serrer la peau à travers la robe. Il était évident que Grayle, au delà de l'excitation sexuelle, n'était pas dans son état normal. Plus grand que Karla, il la repoussa sur une colonne de pierre effondrée qui se trouvait près de l'autel.

" Faire... une petite pause... "

Sans se douter que cela n'allait faire qu'aggraver son cas, il essaya de l'embrasser.
Journalisée
Krynyss
Créature
-

Messages: 230


Succube


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Février 10, 2018, 09:09:06 »

Grayle semblait impressionné par la perspicacité de Karla. Pourtant, cette dernière se contenta de hausser les épaules ainsi qu'un sourcil :

- Franchement c'est à la portée de toute personne ayant lu, voire feuilleté, un ouvrage d'alchimie... En outre un peu de jugeote ainsi qu'un bon sens de l'observation suffisent amplement...

Ceci dit, elle n'était pas peu fière de sa petite démonstration intellectuelle et elle ne put s'empêcher de bomber le torse ce qui eut pour effet de faire saillir davantage sa poitrine.

il lui dit qu'il connaissait l'emplacement des autres autels et il sembla à la jeune femme qu'il avait du mal à s'exprimer, comme s'il avait du mal à ordonner ses pensées. Elle mit cela sur le compte de la fatigue et n'y fit plus vraiment attention jusqu'à ce qu'elle remarqua que sa démarche était quelque peu claudicante ; en outre elle nota qu'il était en nage.

- Est-ce que tout va bien ?... demanda-t-elle avec un peu d'inquiétude dans la voix, craignant qu'il ait attrapé une quelconque maladie, peut être contractée même dans ces ruines. Ce qui ne serait guère étonnant avec toutes ces moisissures... pensa-t-elle en jetant un regard aux alentours.

Le jeune homme lui indiqua la direction à suivre après avoir sorti un plan, qu'il devait avoir tracé au cours de ses pérégrinations. Pour sa part, Karla était une piètre cartographe ; elle avait essayé de tracer une carte d'un donjon qu'elle avait exploré il y a quelques lunes de cela et le résultat final était un infâme gribouillis qui tenait plus du dessin raté d'un plat de spaghetti que d'un plan.

Ils finirent donc par aboutir à la salle du Feu, si l'on en jugeait par l'estrade sur lequel se trouvait l'autel : un triangle pointant vers le haut, sans barre verticale cette fois.

- Ah... je m'en... occupe de ca... fiou... dit-il en sortant de son sac, avec des gestes maladroits, un briquet d'amadou ; il s'approcha de l'autel lentement, comme s'il allait être sur le point de s'évanouir. S'il continue comme ça, cet olibrius va se brûler... pensa-t-elle. Puis à voix haute :

- Tu veux pas que je le fasse non ?

Mais, finalement, le jeune homme réussit à allumer son briquet et une étincelle toucha la pierre qui s'illumina brusquement avant d'être englouti par des flammes écarlates. Le spectacle dura quelques secondes puis le feu s'éteignit. Karla sentit que quelque chose venait de se déclencher.

- Excellent ! Plus que deux autels et...

Elle ne put achever sa phrase car, Grayle, après s'être approché d'elle, une lueur fiévreuse dans le regard, posa une main sur son épaule tandis que l'autre commença à caresser son ventre ! Il la plaqua contre le fut d'une colonne qui s'était effondrée et tenta tant bien que mal de l'embrasser.
Elle comprit soudainement que son compagnon ne souffrait nullement de maladie - encore que d'une certaine manière, si - mais qu'il était terriblement excité par elle depuis un petit bout de temps ; d'ailleurs sa démarche ne résultait pas d'une faiblesse aux jambes mais d'une trique d'enfer !
Dans un premier temps elle faillit le repousser, voulant remettre à plus tard ce genre d'activité - Grayle ne la laissait pas de marbre pour être sincère - mais si elle le laissait insatisfait, il allait probablement devenir malade, et pour de vrai cette fois ! Aussi, prit-elle les devants : elle prit l'une des mains de l'homme et la posa sur l'un de ses seins tandis que l'autre main alla se poser sur son entrejambe et là elle vit à quel point il était excité.

- Hmm, quelle vigueur ! murmura-t-elle d'une voix rauque, empoignant le membre viril à travers le tissu.
« Dernière édition: Février 17, 2018, 01:27:53 par Krynyss » Journalisée

Krynyss dans toute sa splendeur
Forme n° 1 de Krynyss (la plus communue) :
Spoiler  
Forme n° 2 de Krynyss :
Spoiler  
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Février 17, 2018, 01:32:44 »

La réaction positive de la femme fut l'huile sur le feu de l'excitation de l'homme. Elle avait acceptée ses avances, pris même le devant. L'esprit malade de l'humain se sentait approuvé, validé. Il était clair qu'elle accepterait n'importe quoi non ? Oui, c'était une femme généreuse. Elle saurait prendre soin de lui... de ses envies, de sa verge... il allait pouvoir lui faire n'importe quoi... corrompu par la magie émanant de la succube, Garan perdait de plus en plus la boule, son esprit focalisé sur un seul objectif : satisfaire ses envies et, au passage, avec une dévotion proche du fanatisme, satisfaire la femme, la femelle, qui se proposait pour le satisfaire.

Il palpa le sein, s'émerveillant de la texture de la peau, tout en étant frustré du tissu qui en cachait une partie. Avec rage, il tira dessus, fort, très fort, assez pour le déchirer un peu et exposer à l'air libre l'opulent globe de chair. Sourd aux protestations de la succube, il se pencha sur elle et l'embrassa avec ardeur, afamé, la plaquant contre la pierre. Il frottait son bassin contre celui de la femme, la main de cette dernière l'excitant effroyablement alors qu'il malaxait son sein avec envie, tirant sur la chair, enfoncant ses doigts dedans, faisant rouler le mamelon entre ses doigts.

- Si bon...

Plus, il voulait plus.

Une de ses mains descendit contre le bassin de la femme, caressant son intimité à travers le tissu, alors que plus haut, la langue invasive de Grayle se mêlait à celle de Krynyss. Si la succube était absolument irrésistible pour l'humain, ce dernier, nourriture naturelle de la démone, lui pendant au nez comme une entrecôte à point, et elle pouvait sentir à quel point l'envie de l'homme était... appétissante. Il mit fin au baiser, un filet de salive reliant leurs bouches, et il lécha sa gorge, goutant à cette peau frâiche et parfaite. Il arrêta de la caresser en bas pour deboutonner son pantalon avant, devant le manque de succès, de le baisser, purement et simplement, extirpant une verge gonflée, dure, aux veines saillantes, et tellement pleine et irradiante de désir qu'elle semblait sur le point d'exploser, absolument brûlante, et presque douloureuse pour Grayle. En proportion avec le gabarit de Grayle, elle était si grosse que c'en était grotesque, preuve de sa faim surnaturelle et dont Krynyss était la seule et unique cause.

- Han.... han.... hum...

Il fit passer sa main sous le tissu de la robe de la femme, et écarta sans soin son bas, caressant directement sa vulve. Il avait envie de la prendre, là, tout de suite. C'était une question de vie ou de mort. Il la plaqua contre la colonne effondrée et écarta ses jambes. Il prit son sexe en main et, sans sourciller, s'enfonca en elle, à moitié, dans un râle de plaisir animal, les yeux presque révulsés sous le plaisir. C'était chaud, humide, et sérré, comme si l'intimité de la femme le massait, le compressait, essayait de l'aspirer.

Il recula legèrement son bassin et, après plusieurs coups de boutoirs, s'enfonca entièrement en elle, ses bourses gonflées percutant les fesses de la succube. Cette dernière était allongée sur la colonne, sa robe remontant jusqu'au nombril, déchirée à moitiée en haut, un de ses seins à l'air libre, l'autre encore emprisonné dans le tissu. Penché sur elle, Grayle tenait sa jambe gauche entre son bras, comme s'il craignait qu'elle s'enfuie, l'autre tirant sur la bretelle de la robe pour libérer l'autre sein, énorme, opulent, qu'il se mit à malaxer avec un air obsédé.

- Ah... ah....Karla... pitié... laisse moi te baiser.... dit-il d'un air presque suppliant, tant il avait été en manqe, et la sensation, grandiose, sa voix presque couverte par le bruit spongieux de ses coups de bassin en elle, rapprochant peu à peu la succube de la domination totale sur son esprit
« Dernière édition: Février 17, 2018, 02:19:03 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Krynyss
Créature
-

Messages: 230


Succube


Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Février 17, 2018, 06:11:50 »

Dire que Grayle était fou de désir était un euphémisme : il était carrément devenu incontrôlable ! Il plaqua une main avide sur l'un des seins de Karla et, sans doute frustré de ne le sentir qu'à travers le tissu de sa robe, malmena cette dernière.

- Eh, par la malepeste, doucement ! s'exclama-t-elle, quand elle entendit le bruit que produisit l'étoffe quand elle se déchira un peu entre la main fiévreuse de Grayle. Ladite main s'empara du sein exposé à l'air libre, le pétrissant avec rudesse. Un baiser fougueux étouffa sa voix et bientôt elle oublia son vêtement quelque peu abimé pour se concentrer sur le plaisir que les assauts du jeune homme faisait naître dans sa chair.

Elle sentit le bassin de l'homme contre elle, sa grosse bosse bien dure qui déformait son pantalon dans sa poigne fine et ferme à la fois. Le contact de la main de Grayle au niveau de son bas-ventre enflamma davantage son désir et elle eut l'impression que son sang se mettait à bouillir dans ses veines.

Depuis qu'elle s'était réveillée dans cette forêt, amnésique, elle avait connu un bon petit nombre de mâles, mais rares étaient ceux qui arrivaient à la faire grimper aux rideaux (une expression qui l'avait beaucoup amusée quand elle l'avait entendu pour la première fois) de cette manière et Grayle était de ceux là.

Le baiser prit fin. Il la mordit dans le cou avant de déboutonner avec des doigts fiévreux son pantalon ; elle l'aida avec une joie sauvage et bientôt sortit à l'air libre une verge épaisse, dure, avec des grosses veines, écarlate, qui semblait sur le point d'exploser.

- Quel morceau ! s'écria-t-elle, s'en emparant vivement. Elle voulut lui faire une fellation mais il fut plus rapide : sa main s'abattit sur son entrecuisse, tira sans délicatesse sur son cache-sexe pour enfin s'engouffrer dans son intimité. Cette dernière était tellement humide que les doigts de l'homme furent rapidement trempés.

Il la cala davantage contre la colonne renversée et lui écarta les cuisses. Sous la lumière chiche, la légère toison noire, trempée de mouille, brillait doucement. Il s'enfonça en elle, comme si son désir ne souffrait aucune attente et instinctivement les parois de Karla se refermèrent sur son pénis, comme si elles voulaient l'absorber.

Dans les yeux de Grayle, Karla y lut, la folie, le désir et la sauvagerie. Il la prenait comme le dernier des goujats et, loin d'en éprouver du dégout, elle en tirait une certaine délectation. Presque couchée sur la colonne, la partie basse de sa robe remontée jusqu'au nombril, un sein à l'air, elle eut l'impression d'être une pute de bordel de campagne prise d'assaut par un soudard qui voulait se vider les couilles avant la bataille du lendemain.

Une main avide tira sur la bretelle de sa robe et l'autre sein fut exposé à l'air libre.

- Ah... ah....Karla... pitié... laisse moi te baiser...
- Ce... ce n'est... p... pas ce qu... que tu es en... t... train de... de... f... faire ? fit-elle, haletante, réussissant néanmoins à émettre une petit gloussement. Elle passa ses beaux bras sur la nuque du jeune homme tout en croisant ses jambes derrière son dos. Ainsi il pourrait la pénétrer le plus profondément possible.

- Enfonce toi en moi ! Défonce moi ! hurla-t-elle, les doigts de sa main gauche se crispant sur sa chevelure tandis que ceux de la main droite griffaient légèrement le dos, à travers le tissu de sa chemise qu'il n'avait même pas pris la peine d'enlever...
Journalisée

Krynyss dans toute sa splendeur
Forme n° 1 de Krynyss (la plus communue) :
Spoiler  
Forme n° 2 de Krynyss :
Spoiler  
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Mars 10, 2018, 02:45:56 »

Encourager Grayle revenait à larguer par canadair des tonnes d'huiles sur un feu de forêt. Le jeune homme n'était ni doux, ni attentionné dans ses gestes. Ses coups de boutoirs étaient durs, d'une surprenante puissance, et d'une frénésie quasiment animale. Il pistonnait Karla comme si sa vie en dépendait... ce qui était le cas. Il DEVAIT copuler avec elle. Ses instincts primaires étaient remontés comme des horloges, lui hurlant de se reproduire avec elle, de la prendre encore et encore jusqu'à l'engrosser. Et le pérégrin, incapable de lutter contre ses instincts, s'abandonnait dans le plaisir avec un enthousiasme à faire frémir la pire des nymphomanes.

Les hurlements de plaisir de la succube étaient presque plus agréables que l'exquise sensation de ses parois malaxant sa verge gonflée. Il plongea son visage contre sa gorge, léchant, mordant, suçant Karla, goûtant à sa peau, à sa sueur, soupirant contre elle. Lorsqu'elle se mit à le griffer, il gronda comme une bête, et la punit d'un autre coup de bassin, ravageur, cognant contre le col de son utérus. Son pénis, en fusion et qui occupait l'intégralité de son esprit, poussait, écartait, ravageait les parois intimes de la belle, dont le corps généreux était sans cesse pétrit et malaxé par un Grayle affamé.

L'envie de jouir occupait son esprit avec une telle force que c'en était douloureux. Mais son corps, lui réclamait plus. Se sentant sur le point de se vider, si fort et si vite, il changea de rythme, troquant les coups de boutoirs puissants et sur toute la longueur contre de petits à-coups frénétiques qui frottaient contre les parois intimes et le clitoris de la succube, puis d'autres plus langoureux, la fouillant de long en large. Plus que tout, sentir cette dernière convulser, gémir, crier à chacun de ses gestes lui donnait une grisante sensation de domination. Il en pleurait presque de joie.

- Oh putain Karla... t'es un... appel au sexe !

Comment résister à elle ? Un tel corps, un tel magnétisme, un tel regard, une voix doucereuse et des yeux de biche. Elle était littérallement faite pour la luxure ! Et telle une plante carnivore, elle avait attirée une belle proie en la personne de Grayle... complètement fou amoureux, sous sa coupe, il martyrisait et explorait son corps, ne se concentrant pas que sur sa poitrine, mais l'intégralité de sa peau. Il glissa deux doigts entre ses lèvres, qu'elle puisse les sucer, avant de l'embrasser. Le jeune homme était tellement enfiévré, acharné, que Karla pouvait presque avoir l'impression d'être avec deux hommes.

Et puis, d'un seul coup, il se mit à gémir. Son sexe déversa, d'un seul coup, une longue, continue, et colossale quantité de semence brûlante, le corps et le cerveau vrillé par un orgasme et une éjaculation continue d'une dizaine de secondes, d'un seul trait, alors qu'il enfoncait ses doigts dans la poitrine et la croupe de Karla. Il se laissa reposer un bref moment sur elle, respirant plus calmement, mais le sexe toujours dur, impitoyablement dur et douloureux, alors que deux minces filets de semence se mirent à couler de l’intimité gorgée de la brune, qui fut prise d'assaut par un autre baiser, enfiévré et langoureux.

Il se sentait... fatigué. Comme si une partie de son énergie vitale s'était envolée. Mais il ne s'en soucia pas.

Après tout, son endurance était illimitée...

- Encore...


« Dernière édition: Juin 16, 2018, 08:35:46 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Krynyss
Créature
-

Messages: 230


Succube


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Mars 19, 2018, 10:27:58 »

Au début, Grayle se mit à pilonner Karla avec une frénésie démentielle : il la pilonnait à une telle vitesse que si un compteur avait enregistré la fréquence des coups de boutoir du jeune homme, il en afficherait 100 à la minute. Ce qui représentait une sacré puissance de feu. Puis, au bout de quelques minutes, il passa à une cadence plus douce, sa verge effectuant de petits mouvements de va-et-vient qui, s'ils étaient moins énergiques, n'en étaient pas moins intenses.

Durant tout le coït, les amants s'étaient mis à hurler leur plaisir et leurs cris sauvages se répercutèrent en échos sous les voûtes, dans les corridors et les galeries des ruines. Un couple d'araignées qui se trouvaient à proximité se regardèrent, interloqués : pourquoi fallait-il que ces grands bipèdes expriment leur plaisir de manière aussi bruyante ?

Quoi qu'il en soit, Karla et Grayle prenaient leur pied. Le corps en nage, le souffle court et chaud, chacun savourait ce moment partagé avec l'autre : elle appréciait tout particulièrement cette verge brûlante et sauvage qui s'insinuait, tantôt avec force, tantôt avec douceur, dans son intimité, se frottant contre leurs parois, butant contre son utérus, le corps musclé de Grayle, son odeur de mâle... Lui, il savourait le corps accueillant de Karla, ses douces rondeurs au niveau de la poitrine, sa peau satinée, sa croupe parfaite, sa chatte chaude et humide... De chasseur il était devenue proie en tombant dans les filets de la belle, filets dont il aurait bien du mal à s'en dépêtrer.

Un dernier coup de rein et il se déversa en elle comme un lac de montagne, trop longtemps prisonnier d'un barrage, inondant une vallée. Ses bras se crispèrent sur son dos tandis que ses dents se mirent à mordre son épaule tout le temps que durèrent les spasmes. Pendant un moment elle crut qu'elle venait de passer de vie à trépas mais le contact du corps de Grayle contre le sien la rassura sur ce point : elle était bien vivante, bien plus vivante qu'elle ne l'avait jamais été jusque là.

Pendant une ou deux minutes ils restèrent ainsi, agrippés l'un à l'autre, pantelants, quelque peu hébétés. Ils avaient l'impression d'avoir livré un rude combat et en un sens c'était vrai : le sexe et la guerre étaient plus liés qu'on ne le pensait. Lui, avec son bélier, avait défoncé la porte de la forteresse qu'elle était avant de la conquérir en entier. Mais conquérir était une chose, soumettre en était une autre.

- Bon, si nous reprenions nos recherches... proposa-t-elle, se dégageant de lui tout en remettant un peu d'ordre dans sa tenue. Avec un linge elle s'essuya l'entrejambe puis les cuisses sur lesquelles avait coulé du sperme. Elle en porta un peu à ses lèvres et le lécha. Durant quelques secondes, elle resta pensive, le regard en l'air, avant de rendre son verdict :

- Hum, tu as beaucoup voyagé... Pas seulement dans ce monde là mais dans bien d'autres... Tu es passé au travers de mille dangers, surmonté maints obstacles, combattus bon nombre de créatures... Tu as connu de nombreuses femmes. Hum, si je ne me trompe pas, je dirais cent quarante huit. Enfin, cent quarante neuf maintenant... Tu... Oh ! Ben ça alors, tu es immortel mais tu n'es pas un dieu ? Comment une telle chose est-elle possible ?!
Journalisée

Krynyss dans toute sa splendeur
Forme n° 1 de Krynyss (la plus communue) :
Spoiler  
Forme n° 2 de Krynyss :
Spoiler  
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Avril 20, 2018, 06:22:53 »

Pendant un bref instant, Grayle avait perdu conscience. Le plaisir l'avait inondé avec tant de force que son cerveau en avait presque court-circuité. Le pantalon baissé et le sexe encore dur, il regarda Karla s'essuyer l'entre jambe avec un air ahuri, le regard presque vide. Il la regarda remettre sa robe, déchirée, dont le décolleté était encore plus proeminent. Ils n'avaient baisés que quelques brefs instants, mais elle donnait l'impression d'avoir fait ca toute la soirée, tant son corps était brillant et son visage rouge.

Mais pas la moindre trace de fatigue...

Elle se mit alors à receuillir un peu de semence du mâle, avant de le lécher sous ses yeux ébahis. Lorqu'elle se mit alors à énoncer la nature de Grayle, ce dernier fit des gros yeux avant d'ouvrir sa bouche en grand, la machoire prête à tomber au sol. Il resta interdit.

- Tu peux... lire l'identité des gens en buvant leur sperme ? mais... ce...

* Ca n'a pas de sens ! C'est bien trop spécifique comme pouvoir ! *

C'en était presque grossier. Elle le regardait d'un air étonné, et lui, bouleversé. Et, en coeur, ils demandèrent la même chose

- Tu es quoi au juste ?!

Bref moment de silence. Il se mit à grogner, détournant le regard malgré son envie de la contempler. Il remonta son pantalon. Elle avait déclarée la fin de leurs ébats, et il n'était pas d'humeur de lutter contre la sienne, même si son sexe le démangeait, bandant de manière persistante. Il s'éloigna et lui tourna le dos, fouillant dans son sac. Il en sorti un plaid de tissu orange, qu'il lui apporta, avant de lui donner.

- Pour te couvrir. Désolé de la robe...

Il remit de l'ordre dans ses vêtements. Il se sentait... fatigué. Karla l'attirait toujours comme un aimant, mais avoir joui l'avait plus ou moins calmé, même s'il ne se doutait pas qu'il n'avait, sur le long terme, que fait empirer les choses.
- Quant  à moi... pour faire court, j'ai été béni par une déesse, qui m'a offert... la perpétualité. Je ne vieillis pas, mais je peux être tué. Mais je reviendrais inéluctablement à la vie.

Il ne parla pas de sa dépendance au voyage pour alimenter cette immortalité. C'était... inutile. Il lui fit un sourire franc.

- Et je ne peux pas me fatiguer, également... et toi Karla, qu'est ce que tu es réellement ?
« Dernière édition: Juin 16, 2018, 08:35:14 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Krynyss
Créature
-

Messages: 230


Succube


Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Juin 16, 2018, 07:00:20 »

Bien sûr, Grayle manifesta sa surprise quand elle lui fit montre de ses talents de "taste-sperme" ou de "séminomancie" (elle n'était pas sûre que ce dernier terme existât vraiment), lui demandant ce qu'elle était en réalité.

Léchant une goutte du précieux liquide sur ses lèvres, elle lui répondit :

- Hum, bonne question... Il y a quelque temps de cela, je me suis réveillée dans une forêt, pas très loin d'ici, amnésique, ne me souvenant même plus de mon nom. Celui que j'ai actuellement n'est pas mon vrai nom. J'ai découvert au fur et à mesure mes capacités extraordinaires, celle-ci étant la dernière en date ; je pensais que tout le monde avait les mêmes pouvoirs que moi mais je me suis vite aperçue que ce n'était pas le cas. Je ne peux dont pas te dire ce que je suis exactement, puisque je l'ai oublié, mais je peux t'affirmer que je suis loin d'être ordinaire...

Grayle remit son pantalon. Karla nota qu'il était toujours en érection et qu'il aurait du mal à calmer son pénis. Il lui tendit néanmoins une étoffe de couleur orange :

- Pour te couvrir. Désolé de la robe... fit-il simplement. Elle le remercia d'un signe de tête. Il éclaira sa lanterne sur son immortalité : il avait été béni par une Déesse qui lui avait fait ce don. Il pouvait mourir mais revenait tôt ou tard à la vie.

- Intéressant... fit-elle d'une voix songeuse. Qui est cette divinité et pourquoi t'a-t-elle fait ce cadeau ? Tu lui as rendu service ? Tu as couché avec elle ? Elle avait prononcé cette dernière question avec un petit sourire coquin.

Ils se remirent en route : il nous reste deux autels, ceux de la Terre et de l'Eau, si je ne trompe pas. Maintenant que nous savons comment on peut les activer, cela devrait être un jeu d'enfant. Reste à savoir ce qui se passera quand nous aurons accompli le euh... rituel.

Quelques gouttes d'eau sur l'autel du même nom et une poignée de gravats sur celui de la Terre suffirent à les illuminer. Ils entendirent alors une sorte de grondement provenant de l'intersection des couloirs menant aux quatre salles. Lorsqu'ils s'y rendirent, ils virent un escalier en colimaçon s'enfoncer dans les profondeurs...
Journalisée

Krynyss dans toute sa splendeur
Forme n° 1 de Krynyss (la plus communue) :
Spoiler  
Forme n° 2 de Krynyss :
Spoiler  

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox