banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Entente, surprises, et mésentente [Pv ~ Shad Hoshisora]  (Lu 755 fois)
Darthestar
Modérateur
-
*****
Messages: 2990



Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« le: Mars 06, 2017, 09:44:10 »

Lors de ses voyages, le vampire a grande tendances à se trouver quelques endroits où il peut satisfaire sa curiosité, son besoin de découverte, son absolu nécessitée de renouveau dans ses pérégrinations, et ainsi n'a que peu tendance à se laisser le choix quand il a l'occasion de pénétrer dans un milieu à l'apparence ancienne, ruines ou vestiges d'un peuple disparu, crypte sombre à l'apparence peu invitante, ou temple aux origines et cultes inconnus. C'est encore ce qui, en ce jour, lui cause le plus grand nombre de problème, et même si parfois les blessures, les turpitudes, ou les complications qu'il subit lors de ce genre d'explorations ont le don de lui demander un temps d'autant plus long de récupération, il ne parvient malgré tout guère à se faire à l'idée de ne pas parcourir ces domaines d'un rare intérêt, et chaque fois qu'il peux se le permettre, il ne tarde pas à s'y enfoncer sans autres formes de procès. Un défaut, un de ses nombreux, et qui fait d'ailleurs que l'homme n'a que peu souvent la mauvaise idée de lier à ses voyages un autre partie que sa propre personne, parce qu'il a bien apprit de ses erreurs, et sais que si lui peut se retrouver en danger, d'autres personnes ne pourront sûrement que rencontrer une mort certaine en empruntant ses chemins tant porteur de richesses d'une nature bien différente de l'or lourd qui traîne parfois dans les recoins des lieux qu'il visite. Pourquoi tant de détails sur ce point ? Parce qu'aujourd'hui encore, une telle curiosité le mène lentement au devant d'un danger qu'il n'avait guère prévu, et qui ce coup-ci … l'obligera sûrement à trouver une aide salutaire, bien malgré lui.

Cela faisait maintenant trois bonnes heures qu'il se baladait dans les lieux. Au cours d'une traversée de la forêt, dans des profondeurs qu'il n'avait encore jamais eut l'occasion d'atteindre, par choix bien plus qu'obligation, ne voulant pas vraiment s'écarter de son chemin initial, il était tombé de manière bien surprenante sur de très vieilles ruines, dont l'aspect daté, non sans parler de son entremêlement curieux avec la végétation n'avait que peu tarder à tant attirer son regard qu'il avait fait le choix de les visiter, de les étudier, d'un œil profane certes, mais un plein respect. Trois heures, et il n'en était pas encore sortie, passant d'un lieux à un autre, remarquant que plus d'un plateau végétal n'était dans le fond que les vieilles fondations de quelques maisons, ou quelques dépendances servant à un bâtiment plus impressionnant dont il avait remarqué la présence depuis un moment, mais se gardait encore la gloire de le découvrir. Non, pour l'instant il en faisait le tour, et quel tour d'ailleurs, car les trois heures n'ayant pas été suffisante pour en voir l'intégralité, il commençait sérieusement à se demander quel esprit fou avait eut l'idée de faire la construction d'une telle structure en pleine forêt, ou si la forêt s'était formée après, s'étendant depuis dans les alentours, ce qui en un sens soulignerait encore un peu plus l'ancienneté des lieux. Finalement, une bonne heure supplémentaire lui fut demander pour achever ses observations, et se placer à l'entrée qu'il avait repéré, celle-ci s'enfonçant profondément sous la terre, promesse de nombreuses curiosités, mais surtout des découvertes les accompagnant, si bien que ce fut avec un franc sourire que l'homme plongea dans le noir, et commença lentement à se déplacer entre les murs étroits, et le bas plafond des lieux, avec dans le fond cet espoir intense de découvrir l'inconcevable.

Les lieux étaient ténébreux, profondément ancré sous terre, mais surtout, exempt de la moindre ouverture vers l'extérieur, laissant au vampire le don de goûter à l'air rance et humide des lieux, quelques choses d'aussi particulièrement désagréable qu'attirant pour l'homme en quête de découvertes, celui-ci rapprochant toujours ce genre d'atmosphère avec celle des lieux dénués de présence humaine depuis de longues, très longues années, et donc de la virginité historique des lieux. Peut-être était-ce son vice, mais ce genre d'exploration, où le bruit de ses pas produisait un craquement sourd contre la pierre friable des lieux, où le râpeux des murs lui paraissait comme autant de rides que ceux-ci lui montraient pour témoigner de leur âge, et où les passages les plus tortueux l'obligeait de se tordre pour y accéder, le mettant à l'épreuve, était vraiment une situation de plain bonheur pour lui. C'est dans ce genre d'état de pensée euphorique, de plein plaisir où l'homme peut enfin se permettre d'agir sans craindre un regard extérieur, ni même la présence saugrenue de quelques bêtes maladroites à l'instinct de survie défectueux face à un besoin immédiat de se nourrir, que Darthestar procède, s'enfonce toujours plus loin sous terre, et parvient de manière de plus en plus aisé à s'avancer, les profondeurs des ruines lui offrant enfin des passages de plus en plus larges, et surtout, d'une hauteur respectable, où il n'a même plus à se pencher pour progresser. C'était une évolution intéressante, si bien que l'homme vint même à se demander si, à une époque, quelques gardiens pouvaient se trouver en ces lieux pour en protéger le cœur, même si désormais, l'air s'étant terriblement raréfié, et les lieux étant lourds en humidité, le centre des ruines était sûrement peu vivable pour quelqu'un qui ne faisait pas que passer !

Enfin, il continua sa marche, se repéra à l'inclinaison du sol, et à sa mémoire pour tenter de manière un peu aveugle de rejoindre le fameux cœur de la structure, et se permit même une petite pensée rassurée en bénissant le fait que ses yeux étaient capable de percer les ténèbres les plus épaisses, ce qui lui offrait quand même un avantage non négligeable pour progresser sans tomber, ou éviter de s'empêtrer dans quelques zones à la matière étrangement peu solide. Mais finalement il perçu de la lumière, et guidé par cette soudaine radiance dans les profondeurs de la structure antique, s'en approcha de manière prudente, lente, continuant de surveiller ses pas, maîtrisant le moindre de ses gestes, et vint à s'amener près de l'ouverture à l'étrange clarté, se plaquant au mur pour percevoir la présence éventuelle de quoi que ce soit dans la limite de ses perceptions. Rien, ni magie, ni vie, il n'y avait pour ainsi dire que cette étrange lumière, présentes depuis un temps inconnu, et qui couvrait les lieux d'un éclat blanc presque sain, changeant clairement l'ambiance des lieux, même si cela ne pouvait pas vraiment non plus lui faire oublier l'atmosphère étouffante qui pesait sur sa poitrine. Se laissait-il aller à la curiosité ? Honnêtement il ne pouvait pas vraiment faire marche-arrière, si bien qu'il n'eut pas plus besoin de raisons pour se décider de se décoller de la pierre froide du domaine, et de se placer bien au devant de cette franche lumière, avant de passer sous l'arche qui l'en séparait, découvrant dés lors une vision proprement fantastique... Et à quel point il venait de se mettre en difficulté !

. . . . .

Elle courait, s’époumonait en tentant de maintenir une course vive, intense, et commençait à avoir de grande difficulté à maintenir son rythme, ses muscles lui faisant mal, la tête lui tournant, mais par le plus grand des bonheur, elle voyait enfin au loin la possibilité de se trouver un point de sortie, la vision au loin de grand rayons émeraudes, symbole d'une lumière solaire traversant un feuillage épais, lui indiquant la proximité de sa future liberté. Les ruines, froides, étouffantes étaient juste en train d'essayer de la tirer en arrière, de la ramener dans les ombres, de l'empêcher de trouver un moyen d'échapper à la chose qui la poursuivait, qui tentait de s'en prendre à sa vie, mais elle essayait malgré tout de leur échapper, de ne pas laisser à ces ombres l'occasion de la faire trébucher, maintenait son cap à toute vitesse, quitte à se brûler les poumons, n'ayant finalement qu'un seul besoin, trouver un brin de souffle et de repos en dehors des sombres entrailles de ce lieu maudit. Nue, couverte d'éraflures et de bleus, sa course ne lui ayant pas été particulièrement agréable en ce qui tenait de l'équilibre et du soutien, mais surtout sa fatigue ne l'aidant plus à se protéger de quelques maladresses personnelles, elle s'élançait dans les derniers mètres vers sa survie, et plongea même en avant pour quitter la couverture sombre de ces ruines, roulant au sol devant elle pour enfin se permettre de tousser, de cracher l'humidité qui avait encombré sa poitrine, mais surtout d'enfin goûter l'air sain de la forêt, même si la panique ne l'aidait pas à se remettre de son exploit. Elle était dehors, elle était en vie, mais toutes « ses » affaires se trouvaient à l'intérieur, et surtout, elle savait que la chose qui la poursuivait se terrait encore dans le domaine, et pouvait peut-être venir la chercher... Elle avait besoin d'aide, mais où donc pouvait-elle en trouver ?
Journalisée


Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/
Modérateur
-
*****
Messages: 3960



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #1 le: Mars 07, 2017, 04:18:52 »

La lourde respiration de l’imposant animal résonnait dans cette étrange fosse souterraine.  Les murs formaient de terres et de pierres naturelles n’offraient guère de prise à quiconque voudrait tenter de les escalader. Un œil avisé notera cependant la présence de griffures ici et là, des marques laissant penser à des points d’accroches ou de simples passages à différentes hauteurs de ces murs qui entoureraient presque ce que l’on pourrait qualifier de sanctuaire.  Au centre de ce que l’on pourrait qualifier de pièce descendaient du plafond d’imposantes racines, provenant nul doute d’un arbre tout aussi imposant à la surface. Ces dernières se tortillaient, s’entrelaçaient et finissaient pour la plupart leur course dans un lac souterrain où elles y puisaient l’eau nécessaire à la croissance de l’arbre. Une étrange végétation tapissait également le sol, permettant ainsi à la Louve de ne pas directement être au contact avec le sol dur et froid de cet emplacement si particulier.  Couchée au centre des racines, la Terranide qui avait optée pour sa forme animale se reposait, l’une de ses patte bleutée plongée dans l’eau du lac souterrain.

De temps à autre un poisson venait picorer la surface du membre, cherchant avec espoir une quelconque miette d’un repas duquel il pourrait se délecter. Plus haut, des épais feuillages masqués l’entrée de cette fosse et ne laissait filtrer que quelques rayons de lumière, offrant ainsi à l’Okami un havre de paix et un refuge pour reprendre ses forces. Elle avait mis du temps à atteindre cette forêt, à marcher et courir des jours durant. Et lorsque la vision de la masse verte apparue devant ses yeux, ce fut à cet instant comme une délivrance. Outre le désert ou les plaines arides de la région, cette forêt lui offrait à la fois nourriture, eau et habitat le temps qu’elle se remette entièrement de ses plaies.  En effet, la Lycane venait de passer il n’y a cela que peu de temps un épisode fort douloureux qui restera gravé dans son esprit.

Mais pour l’heure, la sérénité était de mise. Le corps lourd de l’animal se soulevait et s’abaissait à n rythme lent et calculé, presque serein. En tendant l’oreille on pouvait aisément ouïr les sons caractéristiques de la forêt, notamment  le doux lexique du chant des oiseaux. Un rayon de lumière vint frapper le museau de l’Okami, plus particulièrement ses yeux, la forçant au bout d’un moment à sortir de sa torpeur. Ouvrant ses yeux azurés, la bête se dégagea tranquillement de l’entrelacement de racines et vint laper quelques gorgées d’eau à la surface du lac. Nul besoin de désinfecter le liquide salvateur, son métabolisme pouvait le supporter, un avantage d’avoir une partie animale dans ses gênes.  Passant une langue contre son museau, la Louve récolta les dernières gouttes d’eaux qui s’étaient accrochées à son pelage avant de porter son attention sur un tas d’os non loin.

Le dernier repas et elle n’avait plus rien en provision. Mieux valait sortir et chercher de quoi se mettre sous la dent.  Encore quelques jours et elle reprendrait la route, juste le temps de se soigner et de récupérer. Pour la Terranide, il était hors de question qu’elle se retrouve à être prostrée, tremblant de peur dans un quelconque lieu  perdu situé on ne sait où. L’aventure et l’exploration étaient toujours les deux éléments qui la poussaient à aller de l’avant. S’approchant ainsi d’un des murs, elle se campa sur ses pattes arrière, y exerçant une bonne pression et bondit,  changeant de forme pendant la procédure pour opter pour celle d’une lycanthrope au pelage d’ébène aux étranges arabesques flamboyantes. Ses griffes se plantèrent directement dans la terre et la pierre, lui offrant une prise non  négligeable et sans attendre une seconde plus elle entama son ascension, finissant bien vite à la surface où elle reprit une apparence plus humaine.

L’air était doux, frais, agréable.  Observant les alentours, l’Okami se mis par la suite en quête d’une proie potentielle pouvant faire office d’un repas. Des mammifères de toutes sortes ce n’est pas ce qui manquaient ici et si par malheur elle rentrerait bredouille il resterait toujours les poissons du lac souterrain. Ainsi grâce à ces derniers, elle savait que le lac était relié à un autre point d’eau et pouvait peut être amenée vers une autre poche d’air ou même à la surface mais elle n’avait encore jamais tentée de plonger pour voir ce qui en était. D’une part car la Lycane n’en voyait pas spécialement  l’immédiate utilité et d’une autre part qui sait  quand elle pourra reprendre son souffle ? Mourir noyer si bêtement n’était pas dans ses ambitions. Avançant à pas de loup, faisant le moins de bruits possible, la Terranide s’était mise en chasse.
~. ~.~.~
Et tandis que la femme s’écroulait à terre, s’époumonant de sa rude course, une dague fut lancée à ses côtés, frappant et transperçant un lapin sauvage qui avait eu le malheur de passer par là.  Ce ne fut que le comble du hasard, un curieux enchaînement de circonstances qui fit que la Lycane tomba sur cette femme, nue qui avait, à ne point douter besoin d’aide.  Pourtant, elle hésita un cours instant, se méfiant et si cela n’était qu’un piège bien ficelé ? Non, il ne fallut pas plus de quelques secondes pour faire comprendre à l’Okami qu’elle se fourvoyait, cette inconnue avait besoin d’aide et de toute urgence. Comment passer outre les blessures qui ornaient son corps ? Et pourquoi diable était-elle nue également ? Faisant fi de cette question, la Terranide combla la distance qui la séparait de la femme, attrapa au passage le lapin pour l’accrocher à sa ceinture et vint à proposer son aide en soulevant l’inconnu à l’étrange chevelure argentée.

« Accroches toi comme tu peux. »

Et à ces mots, la Terranide se métamorphosa pour reprendre cette apparence lycanthrope qui lui permettrait de porter la blessée et de se déplacer sans trop de difficulté. Acte dont elle aurait eu le mal sous sa forme commune.  Mettant l’humaine sur son dos et s’assurant que cette dernière s’accrochait du moins ne serait-ce qu’un petit peu, la Lycane partie au pas de courses, prenant garde cependant à ne pas faire trop souffrir par ses mouvements celle qu’elle transportait.  Elle descendit les pans des murs de la fosse souterraine à l’aide d’une seule patte griffue, créant un long sillon tandis que de l’autre elle retenait les jambes de l’autre femme. Arrivée à terre, elle la déposa non loin du lac sur cette végétation atypique mais douce. Décrochant également la proie qui ferait office plus tard de repas, elle déclara :

« Je reviens. »

N’attendant aucune protection  de sa part, la Lycane ressorti rapidement, laissant dévaler le long des pans des murs quelques gravats.  Des soins, cette femme avait besoin de soin et par chance la forêt pouvait être une pharmacie à elle toute seule. Lorsqu’elle se faisait soigner, la Louve avait pris l’habitude d’observer les plantes utilisées, mémorisant leurs formes, leurs couleurs et même pour certaines leurs odeurs. Mais trouver les bonnes plantes mettaient du temps et la Louve fureter ici et là, cherchant en toute hâte les objets de sa convoitise. Elle finit par en trouver une partie, au moins de quoi cicatriser, désinfecter et calmer la douleur. Retournant dans la fosse dissimulée et rejoignant la meurtrie elle se mis de suite à lui appliquer des soins une fois qu’elle avait repris son apparence de Terranide.

Et des blessures elle en était couverte ! Comment donc c’était-elle faite cela ?  Pour l’heure, la lycane préférait ne pas lui poser des questions, jugeant qu’il était plus préférable qu’elle reprenne des forces. Elle retira cependant sa cape et vint la proposer à la jeune femme :

« Tiens…le temps que tu te trouves des habits et pour te protéger un peu du froid…Ce n’est pas grand-chose désolé.  – Elle se tut quelques secondes avant de reprendre –  Je m’appelle Shad….Je m’excuse d’avance pour les soins primaires mais ce n’est pas mon fort, en tout cas tu ne devrais pas avoir de mauvaises surprises….C’est à se demander comment tu t’ais fait cela… »

Si elle voulait continuer la discussion libre à l’inconnue !
« Dernière édition: Mars 08, 2017, 08:13:23 par Shad Hoshisora » Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Darthestar
Modérateur
-
*****
Messages: 2990



Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #2 le: Mars 11, 2017, 03:48:28 »

Elle n'y parvenait pas. Ni retrouver son calme, ni se permettre enfin d'avoir une respiration douce et maîtrisée, ni même reprendre le contrôle sur son corps et se relever ne lui était offert, et elle avait beau lutter encore et encore pour y parvenir, rien n'y changeait, elle était figée, là, devant l'ouverture de ce lieu sordide qu'elle avait quittée en panique, presque prête à être cueillie par la chose qui l'avait pourchassée jusque là. Mais par contre, elle eut au moins le don de lentement éveiller sa conscience à ce qui l'environnait, à ce qu'elle comprenait de la situation, et si jusqu'ici elle avait eut bien du mal à ne pas voir autre chose que les quelques brins d'herbes qui se trouvaient sous son regard direct, sa vision périphérique remarqua le corps soupirant d'un lapin dont la poitrine perdait définitivement de ses forces, transpercer par une courte dague, sûrement envoyée avec une précision sans égale. C'est là qu'elle la vit sortir des fourrés avec une lenteur toute précautionneuse, une chasseuse aux cheveux bleus, une femme dont l'équipement laissait entendre d'une survie de plusieurs biens longues années dans un milieu hostile et froid, mais surtout deux pupilles fixes, méthodiques, capable de percevoir le moindre de ses faux-mouvements. Bon il aurait déjà fallut qu'elle puisse en faire, mais cette soudaine approche ne manqua guère de la pétrifier d'appréhension, et ce fut presque si elle n'osa même plus respirer, elle qui un instant auparavant tentait quand même de calmer un halètement incontrôlable, la peur au fond du cœur.

Et si il s'agissait d'une esclavagiste ? Elle ne pouvait le confirmer, et surtout même si elle se révélait être une femme de peu de foi, elle n'avait tout simplement guère la capacité de se défendre contre la moindre des actions qu'elle oserait perpétrer envers sa personne, si bien qu'elle se résolut à l'idée de se laisser faire dans le cas où elle porterait la main sur elle. De toutes façons, tout ce dont elle avait besoin, c'était d'un peu de temps, suffisamment en tout cas pour que ses capacités latentes se réveillent, et ainsi qu'elle se perde dans un sommeil de plomb en laissant la place à l'autre, alors même si elle avait affaire à une chasseuse aux biens mauvaises intentions, elle aurait tout droit à une certaine survie. Tout ce qu'il fallait, c'est qu'elle ne meurt pas, qu'elle ne vienne pas subir plus de dégâts qu'elle n'en avait déjà, étant donné qu'elle était naturellement focalisée sur sa régénération plutôt que sur celle de « l'autre », alors quitte à être bien misérable, elle comptait bien accepter tout ce qui lui permettrait de gagner les précieuses heures, ou jours, qui lui seraient nécessaire pour se remettre sur pied. Pour toutes ces raisons, elle ne vint pas lutter quand la femme s'approcha d'elle, et qu'elle alla chercher son bras, comme d'une manière pour l'aider à se relever. Elle lui tendit bien le sien pour montrer qu'elle voulait y mettre de la bonne volonté, mais elle n'avait ni la force de se redresser, ni même l'endurance pour se déplacer ensuite si elles voulaient fuir, et c'est donc avec une certaine honte qu'elle entendit l'inconnue s'exprimer, ayant tout de même un brin d'espoir en son cœur en entendant les douces et délicates paroles de la chasseuse :

« Accroches toi comme tu peux. »

La transformation fut une occasion de grande surprise pour la jeune femme aux cheveux argentés, le doute l'envahissait pendant un instant face à cette figure lupine, mélange étrange entre l'humain et la bête, et si ses doigts prouvèrent son trouble durant un court instant, elle ne put finalement qu'accepter l'approche de cette providentielle présence en attrapant sa manche gonflée à bloc par le poil de l'animal. Elle n'avait pas d'autres choix, elle le savait, alors autant se laisser clairement aller malgré la peut qui lui vrillait les entrailles, si bien qu'elle ne peut point remarquer la lueur bienveillante dans les pupilles désormais fendue de l'inconnue, et ne parvint qu'à gémir de crainte quand elle fut finalement soulevée de terre pour être placée sur le dos de celle-ci, avant qu'elles ne s'enfoncent finalement toute deux dans la forêt, à une vitesse vertigineuse. Aussi étrange que cela pouvait être, elle connaissait une telle course, le souffle d'un vent violent sur son visage malgré son apparente faiblesse, mais elle savait aussi que ces informations particulières ne provenaient pas foncièrement de sa mémoire, mais bien du ressenti de son corps, qui ne lui appartenait pas complètement. Déstabilisant, surprenant aussi, elle ne vint pour autant qu'à y trouver une forme de réconfort, son être appréciait une telle avancée, une telle « fuite » loin du danger qu'elle avait connue dans les entrailles de ces ruines, et elle se laissa guidée, les yeux fermées, ne faisant même pas attention aux quelques branches qui flagellait de temps à autres ses cuisses ou son visage.

Aussi rapidement que possible, elle fut amenée jusqu'à un point clair de survie, une zone où elle ne risquait rien, une large grotte au fond de laquelle une source d'eau fraîche de trouvait, lui offrant des lors le plaisir sincère de se sentir enfin en sécurité. Posée délicatement sur le sol par la lycane, elle n'eut que peu d'occasion d'échanger avec, ne serait-ce que pour la remercier de tant de sollicitude à son égard, ayant peu à peu calmée autant ses appréhensions que ses doutes envers les intentions de celle qui venait de la déposer sur la roche froide des lieux avec la plus grande des considération pour sa faible chair. Et pourquoi ? Parce qu'à peine livrée à l'emprise frissonnante des pierres du lieu clos, la femme métamorphosée s'exprima vivement avant de disparaître par l'entrée qu'elles venaient à peine de dépasser, avec tout l'empressement du monde :

« Je reviens. »

Alors elle attendit. Sûrement plus d'une heure d'ailleurs, avant de remarquer la présence de la louve s'approcher de nouveau de l'étroit passage pour se rapprocher d'elle, une botte d'herbes de différentes apparences à la main. Elle ne parla toujours pas, lui laissa l'occasion de faire ce qu'elle désirait tant produire sur son corps, à savoir des soin, et même si parfois quelques-unes des préparations ne manquèrent guère de lui provoquer de fins gémissements, voir de lui donner envie de protester contre le traitement, elle n'en fit rien, se refusant à abandonner le contrôle de son être au risque de vexer sa sauveuse dans ses bonnes intentions. Peut-être aurait-elle eut le don de le remarquer, mais la jeune femme, dans toute sa faiblesse, conservait quand même un avantage notable : elle régénérait à une vitesse bien supérieur de ce que sa nature humaine présupposait, certains des accrocs de sa chair les plus douloureux ayant commencer à montrer des traces de coagulation, ainsi que de récupération que l'on ne voit normalement que chez un troll, ou quelques autres bêtes à la résistance hors du commun. En soit, il s'agissait de la seule chose qui faisait encore la fierté de la jeune femme quand elle était dans une telle situation, c'est qu'elle savait que son corps, aussi peu naturelle qu'il pouvait être, et fruit d'une malédiction qui pesait sur son être d'origine, avait au moins eut le don de considérer sa survie comme particulièrement importante, au point de lui laisser de quoi combler son évidente incapacité à se protéger. Cela avait aussi son lot de désagrément bien sur, mais de cela, elle n'avait que peu envie d'en discuter.

Une fois le tout fini, ce fut son alliée aux cheveux bleus qui s'exprima, aussi l'écouta-t'elle parler sans un mot, le regard un peu fuyant, avant de se permettre de redresser son visage face à la lycane, et de se trouver en place de prononcer les premiers mots qu'elle pouvait se permettre de lui transmettre, avec tout son plein désir de la remercier :

« Tiens…le temps que tu te trouves des habits et pour te protéger un peu du froid…Ce n’est pas grand-chose désolé. Je m’appelle Shad….Je m’excuse d’avance pour les soins primaires mais ce n’est pas mon fort, en tout cas tu ne devrais pas avoir de mauvaises surprises….C’est à se demander comment tu t’es fait cela…
 -  Hum... Avant tout, merci Shad. On... Enfin, il m'appelle Arkhestar. Et pour ce qui est de mon état ce serait sûrement... long à expliquer. »

Elle semblait hésiter à lui parler de certains détails, et pour cause, il lui manquait une grande partie de son histoire, le tout de ce qu'elle connaissait n'étant finalement lié qu'à l'instant où elle avait prise conscience de la situation, nageant dans des vêtements trop grand pour elle, dans une grotte où elle ne parvenait qu'à peine à respirer, mais surtout avec cette présence maudite, infâme, qui l'avait prise en chasse. Pourquoi elle était nue ? Elle imaginait que la femme la considérerait bien sotte si elle lui racontait la vérité, mais paradoxalement, après les efforts qu'elle avait fournit pour la soigner, et pour la couvrir d'une de ses capes pour qu'elle ne subisse que moins la fraîcheur des lieux, elle se voyait mal lui omettre quelques-uns des détails nécessaire à la compréhension de son triste état depuis qu'elle était parvenue à quitter le milieu ancien de ces ruines. S’emmitouflant donc de manière bien intrigante dans l'épaisse pièce de vêtement qui lui avait été gracieusement prêté, seul ses pieds dépassant désormais des rebords plus ou moins en bonne état de la partie inférieur, et un bout de son visage, combiné à une boule de cheveux argentés qui lui bouffait un peu la vue au niveau de la partie supérieur, elle sembla peser le pour et le contre de son étrange histoire, avant de regarder à nouveau sa camarade, honteuse de ce qu'elle comptait lui conter. Ce fut donc avec une voix un peu hésitant, qui se voulait calme mais qui prouvait son trouble par un chevrotement distinct, qu'elle parvint finalement à se faire entendr eà nouveau dans la large pièce où elles se trouvaient en sûreté pour quelques instants, et qu'elle se mit à faire le détail des événements qu'elle connaissait malgré son handicap... et la turpitudes de ses sentiments, encore chamboulé de cette course-poursuite effrénée qu'elle venait de connaître :

« Je... ne suis pas celle qui est entrée dans les ruines. En fait, je m'y suis réveillée alors que les choses avaient déjà dérapées. Mes vêtements, enfin ceux que j'avais sur le dos, étaient beaucoup trop grand pour moi, et me gênaient dans ma course. Mais quelque chose me poursuivait, voulait me voir morte, et je me suis donc retrouvée à abandonner mes vêtements pour ne pas finir dévorées. Les lieux étaient exigus, et je ne connaissais pas le chemin de la sortie, j'ai eux de la chance de le trouver, mais dans le noir je ne compte plus le nombre de murs que j'ai rencontrée bien malgré moi dans ma fuite. »

Elle vint placer son regard dans le sien.

« Shad, merci d'avoir été là, de m'avoir récupérée... je n'avais plus de forces, et je ne sais si cette chose n'aurait pas put quitter ces ruines pour venir me récupérer au dehors. Merci de tout cœur. »
Journalisée


Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/
Modérateur
-
*****
Messages: 3960



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #3 le: Mars 11, 2017, 02:43:37 »

« Il ? Comment ça-il ? »

Quelle étrange manière de se présenter en utilisant ce pronom au lieu de l’habituel «  je » ! Fixant  tranquillement Arkhenstar. Loin de vouloir la brusquer, la Lycane lui laissait tout le temps qu’il lui fallait pour reprendre ses esprits. Cependant, cette phrase de présentation la turlupinait un brin. A qui ce « il » faisait-il référence ? A un esclavagiste ? Au vue de l’état déplorable dans lequel elle l’avait trouvé, et surtout nu, c’était à première vue la réponse la plus adéquate. Pourtant en venant dans cette forêt, la Louve avait pris la peine d’y faire un petit tour d’inspection. Bien sûr, elle avait croisé les ruines mais au contraire de son habitude ne s’y était pas attardée, cherchant avant tout à se reposer et à reprendre des forces. Mais de villages ou de clans d’esclavagistes, elle n’en vit aucun. Et pour ce qui était des alentours, le désert offrait une certaine barrière. Mise à part quelques caravanes de nomades, la vie ne fluctuait pas réellement dans la région. Elle se retrouvait donc avec deux hypothèses en tête, soit « il » était loin, soit «il » était plus proche qu’elle ne le pensait, attendant sans doute le moment opportun. En pensant à cela, la Louve ne put réprimer un soupir, elle qui voulait sa paix pendant quelques jours…

La femme aux cheveux argentés repris finalement la parole et ce fut une Lycane quelque peu interloquée par ses paroles qui l’écoutait en silence. Tout cela…C’était insensé ! Comment diable pouvait-elle s’être réveillée au milieu de ses ruines, vêtue d’habits trop grands sans savoir ce qui s’était passée auparavant ? Bon, il restait encore l’hypothèse de la drogue, un bon mélange de plantes pouvait faire de sacré ravages sur l’esprit et la mémoire. Cependant, si monstre il y’avait comme Arkenstar avait mentionné, alors comment celui qui l’avait conduit jusqu’au tréfonds des ruines avait eu la chance de survivre ? Décidemment beaucoup de passages dans le récit de cette femme ouvraient à de multiples interrogations. Cependant elle était sûre d’une chose, ce qu’avait vu et vécue Arkenstar dans ces ruines  lui tourmentaient encore l’esprit. Et pour cause ! Son état déplorable montrait parfaitement qu’elle avait bien failli y rester pour de bon. Réfléchissant à tout ce qui avait été conté, la Louve se tut quelques instants avant de finalement répondre :

« De…rien. J’avoue que ce que tu m’as raconté est un peu…étrange. Surtout la manière dont tu es arrivée dans ces ruines. Mais, ce n’est pas la première fois que je croise des choses étranges donc…On va dire que je te crois. Même si j’ai plusieurs questions  que tu dois sans doute deviner… »

Puis sans un mot, la Terranide attrapa le lapin et sortie une autre de ses dagues. Avec expérience et précision, elle se mit à tout simplement l’ouvrir, le vider et le dépecer. Les tripes qui étaient sorties furent immédiatement brûlées et réduites en cendres afin que leur odeur n’emplisse pas les lieux. Habituée à préparer elle-même son repas, la Louve avait pris le coup et le lapin sauvage fut bien vite apte à être cuit.  Pourtant, il n’y avait ni bois, ni foyer pour faire un feu. Simple détail ! Effectuant un simple mouvement de main, la Lycane créa une flamme de bonne envergure à même le sol, puis tenant le lapin au-dessus de cette dernière,  le tournant de temps à autre, elle commença à le cuire.

« Une préférence pour la cuisson peut-être ? »

Pour sa part, elle appréciait la viande encore un peu saignante, mais peut-être n’était-ce pas le cas pour Arkhenstar ?  Peu à peu l’odeur de la viande remplissait la pièce et bien qu’ayant pour ainsi dire la main au feu, la Louve ne semblait pas être plus dérangée que cela par la chaleur. Fixant la flamme de ses yeux azurés, elle reprit la parole :

« Je ne sais pas si c’est une bonne chose de repasser dans ses ruines pour te chercher tes vêtements. Tu me diras sans doute que non, c’est que pure folie pourtant…se promener nue sur Terra l’est tout autant et je n’ai rien à te prêter pour une longue durée….Je ne parle pas d’explorer ces ruines, mais juste au moins récupérer tes affaires et filer le plus vite possible. Hey dis comme ça cela parait si simple…Pourtant, ce n’est pas le cas hein ? Ha, c’est prêt ! »

Sortant la viande du feu, la tournant sur elle-même pour s’assurer qu’elle était parfaitement cuite, et attendant sur le coup qu’elle refroidisse un peu, la Louve l’apporta à Arkenstar avant de se lever et d’attraper la gourde d’eau qui était accrochée à sa ceinture. Pour sa part, elle n’avait rien pris, laissant l’entièreté du repas à la jeune femme.

« Manges ce que tu veux comme quantité, je prendrai le reste ou j’irais chasser de nouveau au pire…Tu as plus besoin de force que moi. »


S’approchant par la suite du lac souterrain, la Terranide se mis à remplir sa gourde avant de revenir s’installer et de tenir cette dernière au-dessus des flammes, faisant bouillir l’eau et détruisant ainsi tout organisme capable de faire tomber malade Arkhenstar. Une fois qu’elle était sûre que la majeure partie des risques était partie, elle attendit quelques instant avant de lui passer le liquide si vitale.

« Fais attention à ne pas te brûler…Enfin, je te propose de te reposer, pour ce qui est de ton histoire et de tes affaires, peut-être y verrons-nous plus clair après un peu de repos ? Ne t’en fais pas, je ne te ferais pas un coup bas, tu peux reprendre des forces sans craintes… »

Il devait être approximativement la fin de l’après-midi à vue de nez. Autant dire que ce n’était pas vraiment une heure pour se laisser aller au pays des songes mais au vue de l’état déplorable dans lequel était Arkhenstar, un peu de repos ne lui ferait pas de mal. Et pour ce qui était des autres questions qui taraudaient l’esprit de la Terranide, elle prendrait son mal en patience avant d’y revenir plus en détail. Notamment au sujet de ce fameux «  il ».
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Darthestar
Modérateur
-
*****
Messages: 2990



Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #4 le: Mars 13, 2017, 11:44:24 »

« Il ? Comment ça-il ? »

Elle ne voulait pas en parler, et ce n'est pas pour rien qu'elle éluda complètement la question, comme si elle n'avait jamais été posée, continuant largement sur son histoire, sur ce qu'il s'était passé, et ne s'arrêtant jamais sur ce qu'elle considérait connaître sur « lui », tout simplement parce qu'elle n'en savait finalement pas grand chose, et que si elle avait en effet moults connaissances sur son être, ce n'était pas pour autant qu'elle pouvait considérer pourvoir à la curiosité de sa sauveuse à son sujet. Et puis elle ne l'aimait pas, ne l'affectionnait pas, comment aurait-il put en être autrement, étant donné que cet homme, de quelques manières que ce soit, cherchait absolument à la conserver loin de sa vie, de son existence, la lui refuser de la plus abject des manière, et ne jamais lui permettre d'enfin pouvoir avoir ses propres vêtements, ses propres connaissance, son intégrité personnelle finalement. Alors bien sur, elle ne pouvait pas nier l'évidence, sans lui, cela ferait sûrement longtemps qu'elle serait morte, qu'elle aurait connue une fin prématurée, et qu'elle se serait retrouvée dévorée, ou pire, à servir d'esclave ou quoi que ce soit d'autre dans une partie sombre et humiliante d'une des capitales du monde. Mais pour autant, elle ne pouvait pas lui offrir la moindre considération positive, parce qu'elle savait qu'il voulait sa mort, qu'il désirait qu'elle n'existe pas, qu'elle soit bien silencieuse, bien sage, jusqu'à ce qu'il découvre le moyen de l'annihiler de sa vie... Et cela bien sur faisait qu'elle n'avait aucune envie de parler de « lui ».

En revanche elle continua le plus précisément possible sur ce qui lui était arrivée, sur ce qu'elle avait garder en mémoire des événements des ruines souterraines, même si elle ne passa pas vraiment sur l'instant où elle avait sentit les griffes de cette choses lui frôler la croupe, ou sa course finale où elle avait sautée, en désespoir de cause, hors des ruines, alors que son corps n'avait déjà plus la force de mettre un pied devant l'autre. Elle avait luttée durement pour sa survie, avait tout fait pour s’échapper, mais elle savait que tout aurait été bien inutile sans la présence salvatrice de Shad, car elle aurait vite finit récupérée vu son incroyable état d'épuisement, et qu'elle aurait eut tôt fait d'être traînée sans résistances à l'intérieur de la pierre froide et de l'atmosphère humide sans l'arrivée providentielle de cette lycane pour lui tendre la main, et l'emporter dans cette partie éloignée de la forêt. C'est bien pour cela qu'elle la remerciait autant, qu'elle lui offrait autant de bonne volonté que d'informations à son égard, et vis-à-vis de ce qui lui était arrivée. Connaissant son statut, elle avait généralement la nature d'être bien plus discrète, bien moins clair sur son histoire, et elle savait qu'il y avait des choses qu'il refusait de prononcer, et qu'elle devait faire de même. C'était parfois étrange de remarquer qu'ils possédaient parfois les même instincts, mais que leur mémoire à chacun était privée de l'autre, comme une barrière imposé pour que chacun conserve son intégrité... Ou dans son cas à « lui », le désir de l'éliminer sans jamais la considérer autrement qu'un poids à porter, une malédiction dont il se serait bien passé !

« De…rien. J’avoue que ce que tu m’as raconté est un peu…étrange. Surtout la manière dont tu es arrivée dans ces ruines. Mais, ce n’est pas la première fois que je croise des choses étranges donc…On va dire que je te crois. Même si j’ai plusieurs questions  que tu dois sans doute deviner…
 -  Eh bien pour tout avouer je … ne sais pas trop. »

Si elle en avait une idée, elle ne comptait pas l'exprimer. Il était tout à fait impossible qu'elle parle de « lui », et si la femme tentait quand même de le lui demander une nouvelle fois, il y avait de grande chance qu'elle la rejette de manière plus ou moins sèche, comme pour signifier qu'elle ne peut et ne veut le faire. Elle savait mimer le mutisme, les malédictions, les sorts entravant, et si elle n'avait ni choix, ni possibilités de s'en sortir, elle se murera sûrement derrière une barrière complète d'un silence absolu, du moins jusqu'à ce que la nécessité de quérir un peu plus de réconfort pour sa misérable situation ne délit sa langue, ou ne l'amène à venir quérir d'une approche plus ou moins honnête le contact de sa sauveuse. En revanche, difficile de simuler le fait que la nourriture l'obnubilait un peu, son estomac grognant extrêmement fort à mesure que la viande qui avait été récupérée par la chasseuse se trouvait en train de cuire, lui offrant le doux arôme du feu de bois en train de rôtir une chair tendre et savoureuse. C'était encore une fois une grande différence entre elle et « lui », mais « il » ne se sustentait pas, jamais même, il ne consommait pas la moindre nourriture, et elle le savait pertinemment car chaque fois qu'elle se retrouvait là, elle avait une faim de loup, comme si elle avait besoin de récupérer de semaines de jeun, ce qui bien sur ne manquait pas non plus de l'affaiblir encore plus que d’habitude, elle qui n'avait déjà pas grande endurance de par son être. Alors oui, elle zyeutait ce qui se trouvait a-dessus du feu avec une envie maladive, s'obligeant à déglutir de nombreuses fois pour que la salive s'accumulant dans sa gorge ne l'étouffe pas.

« Une préférence pour la cuisson peut-être ?
 -  Hum euh … saignante... non, bleu. »

Elle n'avait dans le fond pas de préférences pour être honnête, mais elle avait tellement faim que plus elle aurait rapidement son repas, mieux ce sera pour elle, et elle allait sûrement se jeter dessus avec un désir ivre de se sustenter, espérant par là ne pas faire la surprise et la honte de sa providentielle alliée, mais elle se savait incapable de résister au fait de ne pas manger, mais dévorer ce qui allait lui être offert. Avide, complètement incapable de se retenir, elle observait le tout de la préparation avec l'intime envie d'y plonger les mains sans attendre, avoir remarquer sa propre faim ne l'ayant guère aider à se maîtriser pour les instants à venir, et si elle n'avait pas conscience qu'elle pourrait gravement se brûler, ce serait sûrement déjà fait ! Mais non elle restait là, muette, et écoutait d'une oreille les propos de sa camarade de l'instant, toujours emmitouflée dans la cape afin de ne pas livrer plus de sa chair à la vue de cette femme, dont elle connaissait les bonnes intentions, mais qui, appartenant à Terra, pouvait toujours dissimuler quelques erreurs de jugements qui auraient tôt fait de tout deux les blesser gravement si elles venaient à apparaître au goût du jour.

« Je ne sais pas si c’est une bonne chose de repasser dans ses ruines pour te chercher tes vêtements. Tu me diras sans doute que non, c’est que pure folie pourtant…se promener nue sur Terra l’est tout autant et je n’ai rien à te prêter pour une longue durée….Je ne parle pas d’explorer ces ruines, mais juste au moins récupérer tes affaires et filer le plus vite possible. Hey dis comme ça cela parait si simple…Pourtant, ce n’est pas le cas hein ? Ha, c’est prêt !
 -  Oh oui ! »

Le repas avant tout ! Mais il fallait encore attendre un instant, quel supplice !

« Manges ce que tu veux comme quantité, je prendrai le reste ou j’irais chasser de nouveau au pire…Tu as plus besoin de force que moi. »

Elle... se jeta dessus, avidement, ce n'était même pas si, au moment où elle vint tendre ses bras violemment pour quérir la nourriture, oubliant absolument le fait de garder la cape sur elle pour se dissimuler, elle ne manqua pas de lui arracher la nourriture des mains, l'attrapant entre ses deux mains pour finalement mettre un violent coup de dents dedans, commençant à arracher la chair tendre plutôt que de la sectionner pour en goûter le divin parfum. C'était toujours aussi bon de manger, elle n'avait pas le contrôle de son être les première fois qu'elle obtenait un repas après avoir reprit le dessus sur son corps, et pour le coup, elle offrait un spectacle bien pitoyable d'elle-même à la femme, dévorant les morceaux de chairs, goulûment, mâchant à peine alors qu'elle reprenait une bouchée sans avoir terminer la première, et pourtant elle ne parvenait pas à s'étouffer, ce qui aurait normalement un brin calmer ses ardeurs. Elle dévorait, consumait les morceaux qui lui avait été cuit par la femme, ces derniers n'étant présent qu'un court instant entre ses paumes teintées par le sang avant qu'ils ne finissent dans son estomac vide depuis tant de temps, prouvant autant à quel point elle était affamée, que le peu de fois où elle avait le droit à une quantité acceptable de nourriture pour son corps d'adulte. Il ne fallut que quelques minutes pour qu'elle finisse ce qui lui avait été offert, sans même penser à en laisser le moindre petit bout pour sa sauveuse, sachant qu'elle n'avait même pas réellement ce qu'elle lui avait dit en lui tendant le tout, mais elle avait bien du mal à se calmer, le sang lui coulant des lèvres sur le menton, et moindre centimètre carré de peau sur ses mains en étant recouvert.

Elle léchait ses mains tandis que son alliée reprit la parole, bien calmement après un pareil spectacle :

« Fais attention à ne pas te brûler…Enfin, je te propose de te reposer, pour ce qui est de ton histoire et de tes affaires, peut-être y verrons-nous plus clair après un peu de repos ? Ne t’en fais pas, je ne te ferais pas un coup bas, tu peux reprendre des forces sans craintes…
 -  Hum ? »

Elle leva la tête, le temps que Shad se prononce elle avait quasiment déjà lavée ses mains de l'intégralité de ce qui les avait tâchées, n'ayant pas oublier le moindre recoin, et sa frénésie commençait lentement à la quitter, pour que finalement elle puisse s'attarder sur les mots qu'elle venait de lui adresser. C'est vrai qu'elle pouvait avoir grand besoin de repos, autant pour remettre son corps en état plus rapidement, que pour enfin se retrouver pleinement capable de se déplacer et d'agir par elle-même si les choses venaient à ma tourner dans les ruines. Car oui, elle comptait bien y retourner, et le fait que Shad en ait parlée plus tôt était une manière de lui prouver qu'elle aurait son soutien dans les instants à venir, ce qui était en soi un grand réconfort pour la femme, qui n'imaginait pas à quel point « il » se mettrait en colère contre elle si elle venait à lui laisser la place sans qu'il n'ai récupéré sa tenue, dont il prenait tout de même grand soin. Se reposer donc ? Oui ce serait nécessaire, elle n'avait aucune idée de l'heure qu'il était, mais elle était tout simplement épuisée, et elle allait devoir récupérée rapidement si elle ne voulait pas être un poids pour celle qui avait déjà fait beaucoup pour sa petite personne bien inutile. Et puis elle savait qu'il ne reviendrait pas avant un petit moment, il ne le pouvait tant qu'elle était blessée, tant qu'elle n'avait pas pleinement récupérée, alors autant qu'elle se laisse aller au sommeil, elle... Elle avait confiance en la louve, confiance parce qu'elle l'avait sauvée, nourrit, mise à l'abri... Elle ne pouvait pas le dire vraiment, parce que l'idée même en étant gênante mais... Elle pouvait le prouver par ses actions, n'est-ce pas ?

« Oui... bien sur... je... je vais me reposer, je... Merci Shad et... je serais mieux demain, pardon. »

Et ne luttant pas, elle s'allongea en regardant la louve après avoir finit de se lécher les mains, et avoir essuyer sa frimousse du revers d'une de celle-ci, fermant les yeux pour tomber immédiatement dans un profond sommeil. Elle était épuisée, et enroulée dans la cape, elle ne mit que quelques secondes pour trouver le repos, laissant la femme seule avec ses doutes et ses questions, mais lui offrant finalement enfin un aperçu de son visage sans peur ni craintes, un air paisible et doux, qui ne permettait que souligner sa beauté.
Journalisée


Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/
Modérateur
-
*****
Messages: 3960



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #5 le: Mars 14, 2017, 03:07:10 »

Le regard de l’Okami se fit plus attendrit lorsqu’elle vit que la jeune femme semblait enfin se détendre. Elle ne dit rien, se contentant de l’observer en silence quelques instants, trouvant ce calme des plus appréciables et des plus salvateurs. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle l’avait vu se jeter littéralement sur la nourriture ! Bien évidemment la Louve s’était doutée qu’elle devait avoir faim mais à ce point…C’était à croire qu’elle n’avait rien mangé depuis des lustres ! Bien qu’en réalité, c’était effectivement le cas, mais comment la Louve pouvait-elle le savoir ? Elle n’avait pas la moindre idée de la réelle nature d’Arkhenstar et lorsqu’elle refusa de parler de ce fameux « il », elle n’avait pas insisté. Pourquoi ? Car n’importe qui « il » était, elle pouvait comprendre que la jeune femme refusait d’en parler, elle-même se murer des fois dans un silence mutin lorsqu’on la questionnait sur certaine personnalité.  Pour l’heure, dans l’esprit de la Terranide, cet inconnu masculin devait être un esclavagiste. Et un bel enfoiré en prime. Pourquoi ? Car elle ne voyait personne d’autre qui serait capable de l’affamer et de conduire Arkhenstar aux portes de la mort. Un soupir lui échappa. Non, il lui manquait des éléments mais tant qu’elle refuserait de parler, elle ne pourrait pas l’en obliger.

Un gargouillement résonna dans la pièce. Il était vrai que la Lycane avait bien dit à la femme aux cheveux argentés de manger autant qu’elle le souhaitait, mais elle s’était quand même attendue à avoir un petit reste. Son ventre criait famine. Certes, elle aurait pu sortir et partir à la chasse mais, elle refusait de le faire, elle se refusait à laisser seule Arkhenstar. Dixit la viande, place à la chaire de poisson ! Après tout, le lac souterrain regorgée de poissons qui allaient et venaient, avec un peu de patience, elle arriverait bien à en attraper un. S’approchant de la femme, la Louve observa le sol, semblant être à la recherche d’un élément.  Son regard allait rapidement de gauche à droite, balayant la fine couche de végétation avant de finalement s’arrêter sur une petite miette de viande. Très petite, mais suffisante pour faire son office. Décidemment c’était à peine si cette femme avait laissé la moindre once de viande sur les os du lapin. Morfale.

S’approchant du lac souterrain, la Lycane changea de forme et opta pour sa forme animale. Tenant le minuscule morceau de viande entre ses crocs, elle l’approcha au raz de la surface et attendit patiemment. Bien sûr elle aurait pu pêcher en lançant simplement un poignard mais le fait de devoir par la suite plonger pour récupérer le poisson touché ne l’enjouait pas trop. Pour l’heure, elle n’avait pas réellement envie de se mouiller. Corps tendu, yeux rivés sur la surface de l’eau, la Louve  pris son mal en patience. Un poisson attiré par la miette de viande finit par remonter, curieux, tapotant de son appendice buccal cette nourriture qui lui était offerte. Elle le laissa prendre quelques « bouchées «  rapides avant de finalement détendre son corps et de l’attraper entre ses crocs. Un « splash » retentissant dans la  fosse. Le poisson en gueule, fermement maintenu, la Louve se retourna vers Arkhenstar, se demandant si elle l’avait réveillé. Et à voir comment elle dormait, sa réponse fut toute trouvée.

Elle ne changea pas de forme pour dévorer son repas, donnant simplement quelques coups de crocs à sa prise avant de la faire glisser le long de son gosier, crue. Se léchant les babines ainsi que le museau, elle se dirigea tranquillement vers la femme et s’assis non loin d’elle, l’observant de son regard azuré. La suite des évènements n’allaient pas être des plus simples et quand bien même, elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce qu’elle avait pu voir dans ces ruines pour être dans un tel état. Il y’avait-il réellement une chance qu’elles récupèrent ses affaires ?  Il leur faudra  être prudent, prévoir  une porte de sortie, ne pas y aller aveuglément au risque au risque de se retrouver à nouveau dans le même état. Elle la vit trembler de froid et augmenta immédiatement la puissance de ses flammes pour réchauffer la salle avant de venir simplement contre elle sous sa forme actuelle, son pelage devant lui prodiguer encore un peu de chaleur pour lui permettre un sommeil réparateur jusqu’à son réveil.


Ayant repris une apparence plus humaine, la Terranide mordit un coup dans un poisson cette fois cuit, le dégustant en silence, son regard posé sur l’endormie. Le temps était calme et les flammes dansaient dans la pénombre, apportant lumière et chaleur.  Elle s’arrêta subitement de mâcher, avalant tout rond ce qu’elle avait en bouche. Une ombre. La Lycane avait cru voir une silhouette, pourtant il n’y avait rien. Etait-ce son imagination ? Non, elle n’avait pas rêvé. Se concentrant, elle finit par la voir. Ou  plutôt les voir. Des tentacules d’ombres glissants le long du mur, imperturbables, se dirigeant vers les deux femmes et plus précisément celle qui était assoupie.

« Oh merde. ARKHENSTAR ! »

Il y’avait encore un petit espace où elle pourrait escalader pour s’extirper de l’endroit, si Arkhenstar se réveillait à temps. Sinon…Il leur faudra plonger dans le lac souterrain et suivre les couloirs inondés.  Effectuant un mouvement de sa main, la Louve éteignit le feu. Après tout sans lumières il ne pouvait y avoir de l’ombre. Exception à la règle…ces tentacules continuaient inlassablement leurs progressions.

« Bon sang, Arkhenstar réveilles toi ! »

Un autre appel. Pas de réaction. Maudit sommeil de plomb. N’attendant pas une seconde de plus, la Terranide vint donner plusieurs tapes sur les joues d’Arkhenstar pour forcer son réveil. Le temps pressait.


« Dernière édition: Mars 15, 2017, 02:49:12 par Shad Hoshisora » Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Darthestar
Modérateur
-
*****
Messages: 2990



Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #6 le: Mars 19, 2017, 11:51:30 »

~ ~ ~

« Rends moi mon corps, immédiatement »

Elle rêvait. Elle le savait, il n'y avait que dans le sommeil qu'ils parvenaient parfois à se rencontrer, et ce généralement jamais de la bonne manière, étant donné que l'un, ou l'autre, était toujours de fort mauvais humeur dans ce genre de situation, souhaitant prendre le dessus sur l'autre, ou alors retrouver le contrôle du corps lors d'événements sensible, dangereux, ou plus ou moins gênant pour l'un ou l'autre des parties. Il était là, son tortionnaire, devant elle, les bras croisés et le regard glacial, le comportement typique d'un être qui pense sincèrement qu'elle n'avait pas la moindre raison de vivre, ou d'exister, et qu'elle devrait tout simplement cesser d'être un problème, soit en choisissant de disparaître, soit en l'y forçant par bien des moyens, dont elle avait connue les tentatives incertaines déjà. En tout cas, le ton de sa voix avait résonné dans l'espace étrange où elle se trouvait, longue suite de couloir blanc aux portes quasiment invisibles tant elles étaient elle-même dépossédées de couleurs, et l'écho lourd qui s'en répercuta ne manqua pas de la faire trembler, de la faire craindre son interlocuteur en colère, souhaitant presque n'avoir jamais eut l'occasion de se reposée pour ne pas avoir eut à se retrouver devant son ire. Le seul réconfort qu'elle pouvait se permettre était qu'elle savait pertinemment que dans leur sommeil, il ne pouvait s'en prendre à elle, aussi, le mouvement de recul qu'elle eut n'était pas foncièrement du à la crainte, ou le manque d'assurance, mais surtout au fait qu'elle n'aimait pas le voir, ni l'entendre, et qu'elle se sentirait bien mieux de ne pas le voir lui courir après quand elle allait lui répondre, ce qui ne tarda pas.

« Je ne sais pas ce que tu as fais, répondit-elle en entamant de se retourner, mais en tout cas je suis celle qui dirige notre corps pour l'instant, alors laisse moi tranquille !
 -  Je ne crois pas, non ! »

Foutu rêve, à peine s'était-elle retournée que l'apparence massive, haute, impressionnante de l'homme s'était retrouvée juste en face d'elle, la dominant de toute sa taille, et lui donnant l'étrange impression d'être une proie en la présence du pire des chasseurs, sensations qui n'a absolument rien pour être plaisante, et qui ne manque pas ce coup ci de vraiment l'effrayer, au point qu'elle recule mais de manière bien plus marquée, rabattant ses bras devant son corps en signe de protection.

« Tu es une de mes erreurs Arkhestar, et si tu prends le contrôle de mon corps c'est uniquement quand cette erreur se reproduit. Tu es ma malédiction, mais je n'aurais de cesse de trouver un moyen de me libérer de ton envahissante présence, c'est compris ? »

Elle n'osait répondre. Son corps était pétrifiée, sa gorge était sèche, ce n'était qu'un rêve, mais elle imaginait bien que les sensations qu'elle ressentait actuellement devait très bien être ce qu'elle aurait le don de ressentir face à ce jumeau aux traits masculins, aux longs cheveux d'argent, et aux yeux perçants, seul attribut vampirique qu'elle même conserve quand elle prend sa place. Mais elle est humaine, un écho du passé de cet homme, stimulé par une vieille magie pour tenter de reprendre un peu le dessus, une entité bien particulière qui repose au cœur de ce prédateur absolu, et de la chose qui s'est implantée en lui pour le modifier selon ses bons désirs, à la recherche d'un vaisseau des plus efficace pour une mission dont elle ne connaît guère les débouchés et les buts. D'ailleurs, elle n'avait pas bien fait attention, mais tandis qu'elle se trouve là, muette, incapable de rétorquer quelques remarques biens senties à l'hostile camarade de vie qu'elle se doit de côtoyer en permanence, bien malgré son véritable désir de liberté, la forme plus inquiétante d'un être autrement plus dangereux que son jumeau masculin commence à apparaître auprès d'eux, sortant des ombres inexistantes de l'environnement d'une pure blancheur. Troisième fois qu'elle le rencontrait dans un rêve, et troisième fois que sa simple présence lui offre de longs et terribles frissons d'angoisses, comme si sa simple présence était en soi une promesse de meurtre à son encontre. Mais en cet étrange occasion, l'être sans visage ne semble pas venir soutenir son homologue, au contraire, il s'exprime même presque avec … considération :

« Je crois qu'il est temps que tu ouvre les yeux, Arkhestar.
 - Hum ?
 -  Oh merde. Bon sang, REVEILLE-TOI ! »

~ ~ ~

« Bon sang, Arkhenstar réveilles toi !
 - Humm ? »

Le réveil était rude, complexe, pas foncièrement agréable, car il semblait que sa sauveuse avait eut le don d'user de manière bien peu agréables pour la ramener à la réalité, notamment quelques assauts bien senties sur ses joues, qui commençaient à lui cuire légèrement sous l'effet des baffes qui lui avait été octroyées. Elle ne comprenait toutefois guère la situation, elle était encore complètement envahie par la sensation de sommeil, par le besoin évident de se reposer, son corps ayant bien du mal à se tenir face à l'effet cumulé des nuits blanches qu'accomplissait l'autre occupant de son corps, et de la fatigue physique inhérente à sa course pour sa survie lorsqu'elle était encore dans le tombeau. Le résultat en était singulier, malgré la panique de Shad, malgré son air alarmé, et le fait que non seulement elle parlait avec empressement, mais surtout qu'elle l'avait bien gentiment tartée pour qu'elle ouvre les yeux, elle ne sembla guère percuter à propos de l'évident danger qui l'affectait dans l'instant, ni même sur le fait que son alliée ne devait pas être dans un tel état à cause de celui-ci, ce qui revient presque à considérer qu'elle aurait été tout aussi utile les yeux fermés. Elle essaya bien de mettre à nouveau son esprit en marche, mais rien à faire, c'était le matin pour elle, et son esprit considérait qu'elle s'était réveillée au beau milieu de sa nuit, si bien que tout ce dont écopa la louve fut un léger sourire, comme pour lui dire qu'elle allait bien, avant que ses yeux ne viennent lentement à se clore à nouveaux, écraser par un besoin inexpugnable de trouver le repos, et d'ainsi restaurer ses forces.

Par chance, ils n'étaient pas entièrement fermés quand elle vit la forme sombre fondre sur elle. Le réveil se fit alors en sursaut, et roulant soudainement pour éviter cette approche, aidée par la louve qui avait eu le don de l'attraper pour la tirer hors de l'attaque, tout ce qu'elle put constater fut l'assaut froidement accomplie de ce tentacule ténébreux, qui s'enfonça d'ailleurs cruellement dans la cape que lui avait prêté la chasseuse, puis plus loin, dans le sol. Impossible de récupérer la tenue, celle -ci était désormais clouée à la roche tant que leur ennemi était là, et pire encore, il était tout à fait révolu de considérer s'en approcher pour tenter de tirer le vêtement, quitte à le déchirer un peu.

« Que.. Que... Qu'est-ce que c'est que ça ? »

La Lycane ne lui répondit guère, mais en revanche agrippa son poignet pour la tirer avec elle, l'emportant rapidement vers la sortie pour tenter une fuite rapide face à ces choses qui avaient le malheur d'accélérer toujours un peu plus leur approche, ayant même prit bien plus d'assurance depuis que la femme avait éteint le feu, leur offrant finalement tout l'espace nécessaire pour qu'elles s'étendent et commencent à fouiller les différents recoins de ce lieu. Passer par l'eau ? L'idée en était proscrite, le temps qu'Arkhestar se réveille, ces choses à la forme étranges avaient lentement prit le temps de sa placer de manière bien cachée aux abords du bassin, mais quelques rebonds étranges dans l'obscurité révélaient leur position, alors elles n'avaient plus que le choix de s'engager dans une escalade un peu rapide, sûrement dangereuse, mais qui leur offrirait au moins une possibilité de s'échapper, plutôt que d'être noyée en plein milieu de leur tentative de fuite. Arrivées aux abords du murs, elle purent commencer à prendre de la hauteur, mais si la chasseuse lycanthrope avaient de bien grandes aisances dans le domaine de la force et l'agilité, c'était loin d'être le cas de la femme aux cheveux argentés, qui elle traînait un peu sur la paroi, et même, se tentait bien de ne pas chuter plus que de progresser dans sa montée. Finalement, quand Shad put atteindre le rebord lui permettant de s'extirper de la faille, la pauvre humaine se trouvait encore à mi-chemin, et les tentacules se trouvaient bien proche d'elle, ralentit par le léger soleil qui parvenait encore à s'engouffrer dans la brèche, mais sûrement trop peu pour réellement leur empêcher de l'attraper en cours de déplacement.

Encore une fois, elle allait avoir besoin d'aide.
Journalisée


Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/
Modérateur
-
*****
Messages: 3960



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #7 le: Mars 21, 2017, 12:26:55 »

Une idée. Il lui fallait une idée pour aider le plus rapidement Arkhenstar qui était en bien mauvaise position. Dans leur hâte à vouloir fuir ces immondices, la Lycane avait oublié qu’elle avait choisi ce lieu justement pour ses parois abrupte et difficile à monter. Et bien que l’ascension fût aisée pour sa part, arrivant rapidement au rebord lui permettant de fuir la faille et les tentacules d’ombres, ce n’était pas le cas pour la femme aux cheveux argentés qui peinaient pour ne faire qu’un mètre et surtout ne pas tomber.  Arkhenstar ne devait pas lâcher prise au risque de se retrouver entre ces créatures de l’ombre.  Mais l’Okami le voyait, son amie était en grande difficulté et elle devait agir le plus rapidement possible. Se transformant, elle planta ses griffes dans la paroi rocheuse et lança à l’encontre d’Arkhenstar :

« Colles toi le plus à la paroi ! Mes flammes ne te brûleront pas ! »

S’assurant qu’elle effectuait tant bien que mal son ordre, la Louve envoya par la suite une vague de flammes qui roulèrent sur la paroi rocheuse, sur Arkhenstar sans la blesser comme promis avant de percuter les tentacules afin de les faire reculer. Une autre boule de feu fut invoquée et cette fois-ci jetée vers le bas de la pièce afin de créer un cercle brûlant où la lueur des flammes omniprésentes. Cependant cette fois contre la chaleur, la Louve ne pouvait rien faire pour protéger la jeune femme.  Ce fut donc à cet instant qu’elle se mis à glisser rapidement le long de la paroi, qu’elle l’attrapa et la força à grimper sur son dos, devant de temps à autre s’arrêter pour faire reculer une tentacule, avant de reprendre son ascension.

« Hey accroches-toi, ne t’évanouis pas, ce n’est pas le moment. »

La Lycane s’extirpa de la faille avant de découvrir avec effroi que les tentacules étaient aussi présents. D’innombrables  formes d’ombres qui les encerclaient et tentaient de les prendre à revers.  Venait –elle de rêver ou certaine avait même des…yeux ? Oui il lui semblait avoir vu des yeux rouges  dans le sillage de plusieurs d’entre-elles. C’était déroutant. Et comment pouvait-elle espérer battre ces choses ? C’était des ombres ! Des foutus ombres impossible à toucher mais qui elles au contraire pouvaient vous blesser, comme l’avait attestée le coup de la cape. Pauvre Arkhenstar à présent complétement nue dans cette bise matinale.

« Bon sang….Qu’as-tu fais dans ces ruines pour que ces choses cherchent à t’atteindre ? »

Car oui, la cible de ces tentacules n’étaient pas la Lycane mais belle et bien celle qu’elle portait sur son dos  Elle aurait pu la lâcher afin qu’elles courent ensemble mais la Terranide n’était pas dupe, Arkhenstar avait encore  besoin de sommeil et s’époumoner à fuir ne serait pas la solution la plus judicieuse. Que faire ? Que faire ? Grâce à ses flammes la Lycane tenait à distance les ombres mais elles ne pouvaient pas rester ainsi, elle devait trouver un lieu où elles ne pourraient pas être atteint, où elles seraient hors de portée de leur champs d’action. Et pour cela, il fallait courir.

« Cramponnes toi comme tu peux, je sais  pas combien de temps ça va durer mais on ne peut pas rester ici »

Sur ces mots, la Terranide changea de nouveau de forme prenant une forme plus animale, sur laquelle Arkhenstar pouvait à la fois se cramponner et profiter d’un peu de chaleur dû à sa fourrure.  Puis s’assurant qu’elle avait une certaine prise, elle partit rapidement, bien vite poursuivit par les tentacules d’ombres. La Louve usait de sa force musculaire et de son agilité pour éviter les obstacles qui se présentaient sur son chemin, ses pattes touchant à peine le sol afin d’y prendre un appui afin de ne pas perdre de la vitesse. Mais leurs poursuivants étaient tout aussi rapides et prouvaient bien une chose, elle n’avait pas le droit au moindre ralentissement.

« Un abri, un abri....Merde mais y’a rien pour se planquer de ces choses ma parole ?! Arkhenstar tu ne vois rien ? »


Dur de voir rapidement un lieu  où se planquer quand on était sans cesse en mouvement. Les secondes passèrent, puis les minutes et même les heures. Le cœur de la Louve battait à tout rompre, fuyant ces immondices qui ne semblaient connaître le repos puis vint enfin la sortie de la forêt, le désert. Les sentiers boisés laissèrent leur place à du sable brûlant.  Tant pis pour la protection des arbres, elles n’avaient guère le choix ! la Louve continua sur sa lancée, jetant un coup d’œil rapidement derrière elle. Les ombres…avaient cessés de les suivre ou plutôt, elles ne pouvaient plus les suivre. Pourtant, elle ne s’arrêta pas pour autant et continua sa chevauchée jusqu’à atteindre une oasis et de littéralement s’y écrouler,  reprenant son apparence de Terranide, les poumons en feux, la respiration saccadée. Mais tout porter à croire qu’elles étaient hors de danger. Du moins en apparence.

Car si une autre attaque de n’importe quelle nature venait à les atteindre, la Lycane serait pour l’heure dans l’incapacité de se défendre ainsi qu’Arkhenstar. Dans sa fuite, il lui était arrivée de ralentir et d’en subir immédiatement les conséquences, les tentacules d’ombres éraflant sa chair, la blessant jusqu’au sang, ce même sang qui goûtait de ses blessures sur le sable fin du désert. C’était à présent à la jeune femme aux cheveux argentés de jouer le rôle de l’assistante.
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Darthestar
Modérateur
-
*****
Messages: 2990



Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #8 le: Mars 25, 2017, 08:12:48 »

« Colles toi le plus à la paroi ! Mes flammes ne te brûleront pas ! »

Que pouvait-elle faire à part craindre quand son alliée vint soudainement lui hurler cela depuis les hauteurs de la falaise qu'elle tentait encore tant bien que mal de gravir ? Eh bien pas grand chose, c'était cela le souci, car si elle se trouvait bien au milieu de son ascension, en dessous d'elle se trouvaient les mouvements écœurants de ces formes ombragées prêtes à tout pour lui asséner un coup fatal, leur premier assaut prouvant bien que leur attention était des plus belliqueuses, elle n'avait pas non plus la force suffisante, l'agilité, ou la technique pour finir de gravir la paroi pour s'échapper de l'attaque de Shad ! Alors que pouvait-elle faire, mais surtout qu'avait-elle le temps de faire ? Eh bien elle vint obéir, collant du plus près possible son corps contre la fraîcheur terrestre de ce qu'elle aurait bien voulue gravir plus aisément, pour ne pas connaître pareille situation, et ferma malgré elle les yeux, la confiance n'étant pas suffisamment forte face à sa peur de finir cramée par l'assaut de sa sauveuse, mais conservant cet espoir que la louve ne saurait lui faire de mal si elle le pouvait, surtout après tout les efforts qu'elle avait fournie pour la remettre sur pied. Dans cette posture, le temps lui paraissait infiniment, long, démesuré, et ses faibles bras se trouvaient clairement soumis à une épreuve bien trop pénible pour ses faibles muscles, lui donnant l'impression que si elle ne faisait pas attention, elle aurait bien put perdre le tout de son précaire équilibre pour chuter mollement auprès de ses prédateurs. La peur, s'accumulant lentement mais avec le soutien d'une pression intense commençait à lui étreindre le cœur.

Puis les flammes. Elle n'eut que le dont de sentir un souffle chaud, même pas la moindre petite brûlure alors que pourtant les formes lumineuses et écarlates vinrent à glisser le long de son corps nu, de sa carcasse pâle et frêle, léchant sa peau pour ensuite venir se fracasser contre le mur noir et poisseux qui se trouvait en dessous d'elle. Les ombres n'aimèrent guère, se hérissèrent, reculèrent même un temps avant de vouloir remonter à l'assaut de plus belle, comptant chercher vengeance face à ce mur ignée qui les obligeait, bien contre leur propre volonté, de se repaître sûrement de la chair des deux femmes. Mais elles eurent beau tant de passer cette muraille enflammée, elles ne parvinrent même pas à la rejoindre de nouveau, la clarté qu'elle propageait semblant agir comme le meilleure des répulsifs face à ces êtres à la nature impie, à tel point que la louve ne sembla guère avoir de problèmes pour rejoindre son alliée pétrifiée de peur, la couverture dont elle venait de les protéger sachant se faire des plus utiles, même sûrement bien plus que tout ce qu'elles auraient put espérer. Le crissement de ses griffes sur les quelques roches de la paroi eurent vite le don d'extirper la femme des ténèbres dont elle s'était affligée en ferment les yeux par crainte, et quand elle vit la forme lupine de celle-ci sur la paroi, dans un état de stabilité surprenante, ce fut presque si elle ne lui sauta pas immédiatement au cou, afin d'être emportée entre ses pattes. Finalement, elle n'osa le faire qu'une fois que la louve lui en fit l'ordre, ses doigts n'osant guère relâcher ses appuis, instinctivement, mais les mots de Shad devenaient de plus en plus important pour Arkhestar, et cela... Lui offrait finalement de grandes forces !

« Hey accroches-toi, ne t’évanouis pas, ce n’est pas le moment.
 -  Ou...Oui ! Promis ! »

L'aventurière les sortit alors rapidement de la crevasse, et s'enfonça immédiatement dans les bois, et ne fut laisser à la dame aux cheveux d'argent qu'à se cramponner autant que possible à son amie, même si elle n'osa guère se tenir à son poil, de peur de lui faire du mal, et préféra ainsi l'attraper au col tout en se collant à son dos et son pelage, ne laissant que le vent sifflant lui annoncée qu'elle était en train de parcourir la végétation à une vitesse méconnue. Il fallait être honnête, la louve était d'une force athlétique impressionnante, stupéfiante même, et si elle n'avait pas déjà eut, au fond d'elle, cette impression grisante d'une vitesse inhumaine, loin devant la capacité qu'elle-même aurait à s'enfuir, elle aurait sûrement put se réconforter dans la curiosité des véritables capacités cachées de sa sauveuse, et l'aurait sûrement bombardée de questions plus ou moins preste dans l'espoir de quérir des informations sur elle. Mais là il y avait plus important en sus, car elles n'étaient pas tirée d'affaire, clairement ! Ces choses les suivaient encore, semblaient avoir même gagnée en nombre depuis l'épisode de la crevasse, car approchant non pas seulement de leur arrière, mais aussi de leurs flancs, profitant de la faible luminosité sous les feuillages pour se permettre une course vive pour s'attaquer à elles, les faire chuter, ralentir, tout ce qui aurait finalement le don de les mener au sol, et alors de les y achever. Quelques flagellations soudaines, bien trop proche des deux fuyardes, avaient d'ailleurs eut le don de faire gémir de crainte la cible favorite de ces formes abjects, et si elle n'en avait pas foncièrement la conscience, ce ne fut guère le cas de sa camarade, qui ne manqua pas de le relever en plein saut, alors qu'elle passait par dessus un lourd tronc d'arbre lui barrant le chemin :

« Bon sang….Qu’as-tu fais dans ces ruines pour que ces choses cherchent à t’atteindre ? Cramponnes toi comme tu peux, je sais pas combien de temps ça va durer mais on ne peut pas rester ici. »

Elle pourrait bien dire qu'elle avait l'absolu besoin de récupérer les affaires qui se trouvaient dans les ruines proches, mais dans le fond elle ne pouvait pas vraiment s'opposer à l'avis de la louve à ce sujet, n'ayant de toutes manières aucune envie de rester dans les environs tant que ces choses étaient à leur poursuites, et imaginant bien que ce n'était pas s'enfoncer dans un caveaux poussiéreux et dénué de lumière qu'elles pourront leur échapper. Non en effet, elles se devaient de s'éloigner, de trouver un lieu pour enfin terminer de se reposer, en paix, et de préparer leur prochaine excursion en direction du domaine étrange dont elle était sortie un peu plus tôt, notamment par un brin de soin apporté à sa propre personne, mais aussi enfin un peu de calme pour la louve, qui quand même était en train de passablement s'épuiser à force d'avoir à veiller sur une jeune femme qui ne possédait clairement pas les forces pour se défendre elle-même, plus faible encore qu'un louveteau dénué de crocs. La fuite devenait en plus de plus en plus intense, de plus en plus dangereuse, les coups volant de toute part, les branchages fouettant le corps des deux fuyardes tandis que les formes tentaculaires se rapprochaient, gagnaient lentement du terrain et tentaient, de temps à autres, des attaques mesurées, visant Shad et ses gigots pour la faire ralentir, ou cinglant l'air horizontalement en direction d'Arkhestar, cherchant à la faire chuter de sa seule alliée. Et nul part ne se trouvait quoi que ce soit qui puisse les aider, leur offrir un promontoire sécurisé, un leurre pour dévier ces choses de leur cibles premières. Elles se trouvaient presque démunies...

« Un abri, un abri....Merde mais y’a rien pour se planquer de ces choses ma parole ?! Arkhenstar tu ne vois rien ? »

. . . . .

Les heures passèrent dans cette échappée des plus terribles, et il ne fut guère possible aux deux femmes de se croire en sécurité tant que la providence ne vint pas leur offrir un brève signe pour les rassurer, en la présence d'une légère végétation, en plein milieu d'un désert qu'elles avaient ralliées une fois sortie de l'épaisse broussaille équatoriale dans laquelle se trouvait encore leurs poursuivantes. Les mouvements de son amie et protectrice étaient devenus incertains, maladroits, la fatigue ayant envahie son être depuis longtemps, et pourtant elle parvint à la porter jusqu'à la providentielle oasis sans jamais se plaindre, maîtrisant son souffle pendant de longues et difficiles minutes, tandis qu'Arkhestar n'osait parler, de peur de déconcentrer son amie, même si elle ne comptait que la remercier chaudement pour tout ce qu'elle venait d'accomplir afin de lui offrir la survie. Le soleil devenait chaud, lourd, et l'ombre, qui depuis plusieurs heures avait cherchée à les éliminer, devint soudainement cette camarade que l'on est heureuse de retrouver, les deux femmes s'écroulant sur le sable chaud pour goûter au plaisir de la large zone fraîche et venteuse qui leur était enfin offert après autant d'efforts. Mais si pour Shad le repos était enfin arrivé, il n'en était pas de même pour la femme aux cheveux d'argent, car elle ne put que remarquer l'état de son amie une fois toute deux au sol, et le confort du pelage réconfortant de la lycane ne tarda pas à laisser place à la culpabilité d'Arkhestar face aux multiples blessures qu'elle pouvait contempler sur les flancs de son amie. Elle s'approche vivement alors, presque paniquée.

« Shad ! Shad tout vas bien !? Oh bon dieu non, pardon, je ne voulais pas... »

Les sanglots lui montèrent lentement, mais elle effaça bien vite les petites larmes qui étaient en train de naître au coin de ses yeux, s'efforçant de considérer que si son alliée était en si triste état, ce n'était pas vraiment pour la voir geindre à un moment où elle-même se trouvait en difficulté, et qu'il lui revenait donc à elle, et elle seule, de prendre soin de sa camarade désormais le temps que les blessures cessent de la faire souffrir. N'hésitant pas plus, elle se leva rapidement et regarda les alentours avec un air des plus sérieux, des plus fermes, avant de remarquer tout d'abord le large bassin qui se trouvait à proximité, une eau claire y étant visible, et surtout le fait que de larges coquilles semblaient y avoir été laissées, preuve que des voyageurs passaient par ici, et que la source était utilisée à des fins d'abreuvement. Parfait, elle courue prendre une des vasques jetée nonchalamment dans le sable, et serra les dents en comprenant que si elle avait été laissée, c'était pour une bonne raison : elle se trouvait être trouée ! Tant pis, elle trouva une autre solution, et attrapant une large feuille du palmier le plus proche, s'obligeant tout de même à faire un rapide tour de la source pour en trouver une qu'elle pouvait arracher sans avoir à escalader la plante, elle vint la caler au fond du contenant, de manière à boucher un minimum le tout, puis vint récupérer une grande quantité d'eau qu'elle ramena hâtivement auprès de son alliée souffrante, l'invitant tout d'abord à y boire sans la moindre hésitation, puis surtout en prenant entre ses paumes pour la faire couler sur les blessures de la louve, cherchant à laver ses plaies en partie.

« Je... Pardon Shad, c'est tout ce que je sais faire... Peut-être as-tu des idées ? Des plantes avec lesquelles je pourrais te soulager ? »
Journalisée


Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/
Modérateur
-
*****
Messages: 3960



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #9 le: Mars 26, 2017, 01:08:53 »

Elle était épuisée. Son cœur battait la chamade à tout rompre, il lui semblait même pouvoir entendre le tambourinement de ce dernier contre sa poitrine qui s’abaissait et se soulevait rapidement sous le rythme d’une respiration saccadée. De l’air, la Lycane cherchait à reprendre encore son souffle, n’en ayant pas eu la possibilité ces dernières heures à suivre ces créatures d’ombres. Même son regard était légèrement flouté et elle avait du mal à réellement faire le point. Tout ce qu’elle savait c’était qu’elle avait réussi à atteindre une oasis certes mais suffisante pour les protéger à la fois de la chaleur du désert et surtout de ces ombres.  Elle entendit Arkhenstar s’excusait mais elle en pouvait lui répondre dans l’immédiat, se contentant simplement  de bouger une oreille pour lui indiquer qu’elle était encore présente.  Le temps passa, quelques secondes qui semblèrent durer des heures et lorsque l’eau lui fut proposée, la Louve la bu sans la moindre hésitation, sentant le liquide lui faire un bien fou en coulant le long de sa gorge. Cependant, ce fut un peu moins le cas lorsque la jeune femme aux cheveux argentés en fit couler sur ses plaies, lui arrachant un grognement de douleur.

Calmant peu à peu les battements de son cœur ainsi que sa respiration, l’Okami parvint à légèrement se relever, se mettant en position assise, une main contre ses plaies. Une plante qui pourrait l’aider ? Un rapide coup d’œil sur la végétation de l’oasis lui permis d’en désigner une aux abords légèrement effilés.

« Prends ces feuilles là-bas,  broies les dans tes mains et…appliques sur mes plaies….Elles empêcheront surtout une infection...Et protèges toi du soleil.. »

A ces mots, l’Okami lui désigna ni plus ni moins la cape qui était auparavant restée dans la grotte, accrochée à l’une des tentacules d’ombres et qui à présent était belle et bien présente sur le sable frais de l’oasis. Face à une quelconque interrogation qu’Arkhenstar pourrait avoir, la Louve l’anticipa et rajouta rapidement :

« Sort de rappel. »

A force de devoir récupérer ses affaires, la Lycane avait pris la liberté de demander à ce que son équipement soit enchanté de sortes à pouvoir le récupérer sans la moindre difficulté et pour une fois, elle devait bien avouer que cette idée ne fut pas faite en vain. Suivant Arkhenstar du regard, la Louve tentait de faire le point sur la situation.  Ces ombres avaient en l’occurrence un objectif précis ; attraper la jeune femme, rester encore à en savoir la raison. De plus, il était fortement improbable de s’en cacher et elles pouvaient se mouvoir aussi bien de jour comme de nuit. Leur seul véritable rempart était les limites de la forêt mais..qui serait assez fou pour y retourner après avoir manqué de se faire tuer ?

« Est-ce vraiment utile ? Je veux dire…d’y retourner ? Tu as même dis que tu t’étais réveillée dans des habits bien trop grands et que tu avais dû les retirer pour éviter une mort certaine, alors…A quoi bon aller les chercher ? J’ai affronté pas mal d’horreur mais..des ombres qu’on ne peut toucher mais qui peut aisément nous tuer….-elle se tue et l’observa quelques secondes avant de reprendre – mais je ne peux pas te laisser partir nue en pleine nature…Si au moins nous savions à quoi nous avons à faire…. »

La Terranide tressaillit légèrement lorsque la pommade improvisée fut appliquée avant de désigner une autre plante légèrement odorante, relâchant un parfum particulièrement agréable.

« Tu devrais la faire infuser, crois-moi c’est délicieux. »

Levant le regard vers le ciel, elle poussa par la suite à long soupir, sa queue frappant le sol avec un air d’agacement :

« Je ne sais pas  quoi faire Arkhenstar. Je ne sais pas ce que sont ces choses, ni même comment les combattre ou s’en protéger…Je sais juste qu’elles ne peuvent pas sortir de la forêt mais…les ruines se trouve en son centre…aurais-tu la moindre idée ? Même la plus farfelue ? »


Toute idée était bonne à prendre !
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Darthestar
Modérateur
-
*****
Messages: 2990



Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #10 le: Mars 29, 2017, 01:20:41 »

Elle était agitée, vive, et si le fait qu'elle n'avait pas eut le droit à la moindre petite action jusqu'ici justifiait un brin cette activité naturelle, car rappelons le, aussi agréable cela puisse-t'il être, rester sur le dos d'une louve pendant de longues heures avec le stress de se faire attraper au moindre instant n'est pas vraiment pour aider à une détente bénéfique et bienvenue, elle avait aussi sur le cœur le poids de la culpabilité profonde d'avoir fait de Shad son atout à souffrir pour se préserver elle-même de la douleur. Et elle haïssait ce constat, le fait que cette sauveuse se soit sacrifiée pour elle étant tout autant une certaine forme de confirmation de sa faiblesse, mais surtout l'insulte personnelle de lui prouver qu'elle serait morte cent fois si elle n'avait pas eut a chance de l'avoir à ses cotés, et qu'ayant acceptée cet état de faite, elle ne s'était pas défendue de laide charitable de cette alliée aussi imprévisible qu'appréciait. Son cœur était étreint par la honte, et elle voulait absolument que sa faiblesse ne soit pas l'unique chose la définissant, encore plus face à celle qui prouvait encore par sa force que rien au monde n'était suffisamment dangereux pour la faire faillir, du moins de ce qu'elle en avait vue. Alors elle courait, se hâtait, cherchait de quoi aider aux soins de la louve même si pour cela elle l'entendit gronder, car l'eau sur ses plaies avaient le malheureux don de raviver sa douleur. Mais encore une fois, ses connaissances en matière de premier soin l'amenaient à accepter sa propre inutilité, et elle se dut de demander l'aide de la blessée pour chercher à la remettre sur pied :

« Prends ces feuilles là-bas, broies les dans tes mains et…appliques sur mes plaies….Elles empêcheront surtout une infection...Et protèges toi du soleil.. »

A ces mots de la louve, Arkhestar voulue bien lui faire remarquer qu'elle ne possédait guère de quoi se protéger, se couvrir, et en d'autres occasions l'aurait même fait si les événements ne vinrent pas lui ôter les mots de la bouche, alors même qu'elle se préparait à exprimer son manque d'assurance dans l'expression de la perte de la cape dans la caverne, d'une voix faible et mal maîtrisée ! Car oui, alors même qu'elle accumulait en elle le courage de lui dire qu'elle s'en voulait d'avoir abandonner en arrière la tenue que Shad lui avait charitablement offerte afin qu'elle s'assure une protection minimum, face aux éléments et aux regards indiscrets, et qu'elle aimerait absolument pouvoir trouver un moyen de la dédommager de sa tenue perdue, elle la vit lentement apparaître sur le sable, d'abord transparente, puis gagnant lentement en opacité à mesure qu'elle gagnait en matière. Bouche-bée, elle ne manqua que de peu de sursauter d'ailleurs quand cela se produisit, mais préféra déglutir et s'approcher lentement du tissu avant de le quérir en ses mains, et d'en apprécier autant la douceur relative que la chaleur épaisse, avant de se mordre légèrement la lèvre quand elle constata le trou béant qui se trouvait dans le dos du vêtement, et qui bien sur allait être particulièrement complexe à réparer. Le fait est qu'elle pensa un instant que si elle n'avait jamais eut le sommeil aussi lourd, elle aurait sûrement mieux réagit, et n'aurait pas abîmer le cadeau que lui avait fait la louve, ceci rajoutant quasiment sur l'instant un brin de honte supplémentaire à la femme aux cheveux d'argents. Mais loin de cela, elle adressa plutôt un regard curieux à Shad, que celle-ci comprit :

« Sort de rappel. »

La réponse fut suffisante, et elle ne vint guère en demander plus n'ayant absolument aucune connaissance magique pour pouvoir approfondir pareille discussion. En revanche, elle ne tarda guère à se reprendre, enfila la cape d'un geste rapide pour protéger un minimum son corps, et se remis à courir pour aller chercher les plantes dont elle avait besoin pour soigner les plaies de Shad, ayant comme tout avantage pour cela d'avoir eut la chance que la femme lui pointe du doigts une jolie fleur violacée au beau milieu de quelques brins d'herbes, ce qui ne lui offrait que peu de doute quand à ce qu'elle voulait qu'elle récolte ! Elle ne tarda donc guère à en attraper la tige, et arracha le tout du sable sans le moindre doute, tout en espérant qu'un peu à son instar, la femme ai quelques capacités pour se régénérer rapidement, sinon elle allait vraiment commencer à s'en vouloir de ne pas avoir chercher à protéger son amie alors qu'elle subissait les assaut des sombres formes qui les avaient poursuivies. Triste à dire, mais elle comprenait bien que son corps n'était pas comme ceux des autres, et si Shad avait eut le temps de l'observer, elle aurait sûrement remarquée que la femme aux cheveux argentés s'était déjà remise de l'intégralité des coups qui lui avaient été prodiguées lors de sa première fuite. Et bien sur, Arkhestar espérait qu'il en soit de même pour celle qui l'avait protégée, même si il s'agissait plus là d'un fin espoir que d'une véritable assurance quand à l'état de régénération de la chasseuse aux attributs lupins.

Elle revint rapidement à ses cotés, ayant en plus arracher à un palmier une partie de son écorce épaisse pour se faire une zone plus ou moins plate afin d'y manipuler les plantes, et chercha à écouter son amie et sauveuse tandis que ses mains écrasaient les tiges et les feuilles, broyaient les fibres tout en les mélangeant aux sucs et à l'eau, afin de permettre au tout de devenir un baume plus ou moins uniforme.

« Est-ce vraiment utile ? Je veux dire…d’y retourner ? Tu as même dis que tu t’étais réveillée dans des habits bien trop grands et que tu avais dû les retirer pour éviter une mort certaine, alors…A quoi bon aller les chercher ? J’ai affronté pas mal d’horreur mais..des ombres qu’on ne peut toucher mais qui peut aisément nous tuer…. Mais je ne peux pas te laisser partir nue en pleine nature…Si au moins nous savions à quoi nous avons à faire….
 - ... »

Elle préféra rester parfaitement concentrée sur ce qu'elle était en train de faire, et ainsi ne vint guère répondre à ce que lui disait Shad, mais elle avait bien conscience du danger face auquel elles se trouvaient, et si elle en avait le pouvoir, elle aimerait éviter à la lycane de faire la moindre preuve supplémentaire de bon cœur en l'accompagnant encore dans un lieu aussi dangereux. Toutefois, son esprit ne s'arrêta guère tandis qu'elle appliqua de manière assez profuse sa préparation sur les blessures de la louve, et même, elle se laissait complètement perdre dans ses pensées, imaginant qu'elle n'avait bien qu'une seule manière de quérir des informations supplémentaires sur les choses qui se trouvaient à sa poursuite : Dormir, et rentrer en contact avec « lui », cet homme qu'elle ne supportait plus, et qui souhaitait la voir mourir le plus rapidement possible pour reprendre le contrôle complet de son être. C'était aussi dur à se dire qu'à accepter, mais si elle voulait vraiment s'en sortir dans les heures à venir, avoir quelques conseils de cet homme à la puissance démesuré était le seul moyen qu'elle percevait pour se tirer de ce danger, tout en s'assurant que Shad n'ait pas à souffrir plus qu'elle ne le faisait déjà, aussi commençait-elle à se sentir le devoir de lui en parler, ou au moins de s'expliquer sur … ce qu'elle était. Et par là même sur qui « Il » était. Finalement, perdue dans ses pensées, elle ne fit guère attention à ce que venait de dire Shad, mais elle perçut tout de même son agacement, et se reprenant de manière à lui offrir enfin la pleine vérité sur sa personne, elle lui laissa le temps de finir son propos avant de finalement poser sa préparation, et s'installer bien devant elle, afin de parler :

« Je ne sais pas quoi faire Arkhenstar. Je ne sais pas ce que sont ces choses, ni même comment les combattre ou s’en protéger…Je sais juste qu’elles ne peuvent pas sortir de la forêt mais…les ruines se trouve en son centre…aurais-tu la moindre idée ? Même la plus farfelue ?
 -  J'en ai une, assez particulière. Je te dois la vérité Shad, et le fait que tu ai encore et encore chercher à m'aider prouve que tu mérites toute ma sincérité. Pour tout t'avouer, je crois que je vais avoir besoin de... De dormir, afin de trouver des réponses. »

Elle sentit l'attention de son amie se tourner sur elle, ainsi que sa curiosité. Elle ne pouvait plus faire marche arrière désormais, et si ça lui pesait sur le cœur de parler comme si elle n'était pas humaine, qu'elle n'était pas une personne dotée de sa propre conscience, de sa propre nature, de sa propre manière de penser, elle tint quand même le coup et s'arma de courage pour continuer ses termes, de manière presque académique, afin d'exprimer à sa chère sauveuse le détail de sa pensée, mais surtout à quel point cela pouvait leur permettre de progresser :

« Je vais m'expliquer. Ce corps a beau être le mien, il est aussi celui d'un autre homme, appelé Darthestar, qui est quelqu'un d'autrement plus puissant que moi. Tout ce que je sais, c'est que je suis apparue lors d'une mésaventure en plein donjon, et que cela eut le malheur de le séparer d'une grande partie de sa force dés qu'il est à cours de ressources magiques, car je prends le dessus, et que je n'ai aucun des dons qu'il possède, hormis une régénération largement supérieure. Mais il est doté d'une expérience et d'une connaissance que je ne possède guère, et... Et le seul moyen que j'ai, parfois, de rentrer en contact avec lui, c'est dans mon sommeil... »

Elle se posta un peu plus près de Shad, délicate dans son mouvement et vint à s'abaisser lentement alors qu'elle était assise, de manière à lui offrir ce salut typiquement oriental qui laisse entendre à la fois un grand respect, mais surtout un comportement implorant, qui est là pour soutenir une demande particulièrement gênante ou honteuse, car bien au delà de ce qu'elle juge normal de lui proposer dans une situation où elle se trouve être la plus faible, et la plus blessée. Elle sait qu'elle peut obtenir des réponses auprès de Darthestar, et de l'être à la forme étrange qui se trouve être l'habitant de leur corps, mais malgré tout  elle ne peut en être assurée, et surtout si elle cherche à quérir le sommeil qui lui permettra d'accomplir pareille contact, elle abandonnerait la louve sans surveillance. Pire encore, il se trouverait que c'est à elle, à nouveau, de garder un œil sur les environs pour s'assurer que les deux femmes ne se fassent pas prendre pas surprise, ni qu'elles se trouvent dans une position peu agréable à cause d'un ennemi bien inférieur aux tentacules d'ombres, mais qui aurait tout malheur de leur faire connaître bien des problèmes au vu de la fatigue qu'elles accumulent toute deux. Et pourtant elle se devait de trouver des réponses pour récupérer les affaires de Darthestar, elle se devait de trouver des réponses pour s'éviter un courroux encore plus grand de la part de celui qu'elle handicape de sa présence, car plus que tout, elle sait que l'homme peut facilement se laisser aller à une colère des plus terribles à son encontre si il se trouvait dépouillé de ses affaires à cause de son manque de force, et que cela signerait aisément la fin de sa propre vie, qu'elle ne veut perdre.

Dans le fond, tout ce qu'elle veut, c'est vivre...

« Pardon Shad de te demander cela... Mais je ne veux pas qu'il cherche à me faire disparaître, je veux récupérer ses affaires parce que je sais qu'il ne saurait me pardonner de les avoir abandonnées. Avec un peu de chance, si je le vois dans mes songes, il pourra m'informer de moyen de nous en sortir, d'approcher des tombes sans subir d'assaut, et d'y quérir son équipement. Accepterais-tu, malgré mon audace de te demander cela dans ton état... De veiller encore un peu sur mon être, le temps que j'essaye de rentrer en contact avec lui ? »
Journalisée


Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/
Modérateur
-
*****
Messages: 3960



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #11 le: Avril 01, 2017, 10:27:21 »

L’Okami cligna des yeux, quelque peu étonnée et surprise par ce qu’elle venait d’entendre. C’était presque impossible à croire, mais pourtant, certains éléments allaient en faveur d’Arkhestar. Elle ne savait que dire, regardant cette femme qui n’était pas réellement une personne mais qui était la source d’une erreur. Comment aurait-elle pu le savoir ? Comment aurait-elle pu savoir qu’elle n’était qu’elle n’était que l’ombre d’une autre personne ? D’un homme qui plus est ! Pourtant, est ce que cela devait l’empêcher de vivre ? La jeune femme aux cheveux argentés ne l’avait jamais trahis et lui avait fait part de cette tragique vérité.  Pouvait-elle donc  la rejeter après ce qu’elles avaient déjà vécu et traversé ensemble ? Non, ce serait dérisoire. Posant une main contre son épaule, la Terranide offrit un sourire compatissant à son interlocutrice.

« Je tiendrais le coup. Je suis encore surprise par ce que tu viens de me dire…Il faut dire que c’était la dernière chose à laquelle je m’attendais. Dors.  Rentre en contact avec lui et tente de glaner des informations. Je me charge de notre sécurité. »

Elle retira sa main et tapota par la suite ses cuisses comme pour inviter Arkhestar de venir y poser sa tête afin que cette dernière soit légèrement surélevée. Plus confortable pour dormir. Laissant la jeune femme prendre place, la Terranide fit glisser nonchalamment sa main le long de son dos, telle une caresse apaisante tandis que ses sens étaient à l’affut.  Elle pouvait ouïr ici et là des bruits d’animaux mais rien de bien dangereux. Quand bien même,  la Terranide n’aurait aucun mal à les faire fuir à l’aide d’un peu de magie. Encore une fois, elle veillait sur Arkestar telle une louve veillerait sur son louveteau. En abaissant son regard, elle l’observa dormir. Son amie semblait dormir si paisiblement, pourtant qui pouvait savoir ce qui se passait au sein de son esprit ? L’avait-elle contacté ? Arrivait-elle à obtenir des informations capitales pour pénétrer au sein de cette forêt sans attirer l’attention des tentacules d’ombres ? Diable, qu’elle aurait aimé être présente également ! Mais que pouvait-elle donc faire d’autre à part attendre ?  Et c’est ce qu’elle fit jusqu’à ce qu’elle entende le bruit caractéristique d’une cavalcade et de plusieurs hennissement de chevaux.

« Hola ! On s’arrête ici ! Fais boire les bêtes on repart directement a..près ? »

Il les avaient vus. D’un côté, l’oasis n’était pas bien grande. Ne voulant pas réveiller Arkhestar, la Louve  ne bougea pas d’un poil mais sa queue bougeait de gauche à droite  en fouettant l’air et son regard ne lâchait pas de vu l’homme qu’il venait de parler. Simple voyageur ? Chasseur d’esclave ? Elle ne saurait le dire sur le coup mais préférait jouer la carte de la sécurité et décida de ne pas lancer de conclusion active. Pourtant, aucune trace de chaîne ou de cage en vue. L’homme fit un pas vers elles et son geste fut accueilli par une flamme naissant au creux de la main de la Terranide. Une sorte de mise en garde qui fut rapidement compris car il s’arrêta immédiatement. Grognant l’Okami ne le lâchait pas du regard mais s’assurait également que personne ne vienne l’attaquer pas derrière.

«Faites boire vos chevaux et partez. »

« Hola ma belle doucement ! On n’est pas ce que tu crois ! Et puis toi et ton amie semblaient blessées, laissez nous vous aider…La région est dangereuse et encore plus cette forêt maudite non loin. »


Ces derniers mots interpellèrent la Lycane qui éteignit d’un geste de sa main la flamme présente en son centre. Venait-il de faire mention de cet endroit maudit où elles avaient bien faillis y rester ? Afin de faire preuve de sa bonne foi, l’inconnu siffla et fit venir ses deux compagnons auprès de lui avant de déclarer :

« Je vois que le fait de mentionner cette forêt t’as fait changer d’avis. J’pense que vous avez dû en faire les frais. Les voyageurs se font toujours avoir.  On pense trouver un lieu pour se reposer et on y trouve que l’repos éternel. C’est pas bon de rester ici, vous devriez venir avec nous. »

Il s’avança de nouveau en tendant une main amicale. Lui faire confiance ? Ne pas lui faire confiance ? La Terranide ne savait que trop penser et interrompit le mouvement de l’humain.

« Ne t’approches pas. Je ne sais pas ce que vous savez ou non de cette forêt mais nous devions y retourner.  Je ne bougerais pas d’ici, si tu veux m’aider ou m’informer ce sera ici. Insistes et je n’hésiterais pas à te brûler toi et tes compagnons. Certes il n’y a aucune chaîne ou cage près de vos chevaux mais…Je préfère me méfier. »

L’homme soupira un coup et secoua la tête d’un air las.

« Ha vous  les Terranides à toujours être sur vos gardes. Je tiens à mes compagnons alors ne les brûles pas. Je vais te dire ce que je sais sur cette forêt et en même temps les bêtes pourront se reposer.  Vous deux allez chercher de quoi penser leur blessures et également de quoi faire ripaille ! Oh ne t’en fais pas, je goûterais avant pour te prouver que ce n’est pas empoisonné. »

Ne disant rien, la Louve baissa simplement son regard vers Arkhestar qui dormait encore avant de reporter son attention à présent sur l’homme,  pendant que ses compagnons étaient partis effectuer  leur tâche non dissimulée à sa vue afin de lui prouver qu’ils n’étaient pas de mauvaise foi.

« Donc…-repris l’humain – la forêt que vous aviez sans doute traversé et qui vous a poussé jusqu’à son dernier retranchement est une ancienne forêt maudite. Ou du moins, les ruines en son centre le sont. Il est dit qu’il y’a fort longtemps une ancienne civilisation y pratiquait des rituels sanglants, allant même jusqu’au sacrifice d’êtres humains pour honorer un dieu d’ombre….Il faut croire que ce dieu n’a pas eu autant de sacrifice qu’il aurait espéré car on raconte qu’une nuit tous les habitants furent subitement attaqués et tués par une étrange forme d’ombre qui gagna en puissance au fur et à mesure que ses victimes mourraient sous ses assauts. Et à présent, il laisserait entrer des idiots au sein de son antre avant de les attaquer et de les…rajouter à sa taille. »

« C’est…intéressant mais ça ne résout pas notre problème. Nous devons y retourner, alors est ce que vos histoires racontent un moyen pour ne pas l’éveiller ? »

« Y retourner ? Bon sang mais ce serait du suicide ! Vous avez déjà eu de la chance de vous en sortir ! Oh tenez. »


Il posa à la fois les accessoire devant lui les faisant glisser jusqu’à la Terranide de même que la nourriture dans laquelle il mordit dedans afin de prouver qu’elle n’était pas empoisonnée avant de reprendre.

« Il faudrait vraiment être fou pour y retourner croyez-moi ! IL n’y a aucun moyen pour se prémunir de ce monstre. En tout cas, nous on en a pas trouvé – il mâcha quelques morceaux de viande séchées puis repris – j’sais pas ce que vous voulez faire là-bas mais ça semble être vachement important pour risquer vos vies. »
« Ca l’est et c’est assez compliqué…vous n’avez donc aucun moyen ? »

L’homme croisa ses bras et sembla réfléchir tout en levant sa tête vers le ciel.

« C’truc aime pas trop sortir en pleine journée quand le soleil est à son apogée…Si vous voulez entrer dans la forêt faudra plutôt attendre ce moment-là mais vous n’aurez peut être que quelques minutes de repos avant qu’ils ne vous prennent en chasse…. J’espère pour vous deux que vous savez où vous devez aller. Mais nous, on ira pas là. On est pas aussi fou. J’te laisse le reste on a encore du stock et nos chevaux sont prêt à repartir. Crois-moi, oublie ce que tu veux récupérer et partez. On a croisé des esclavagistes sur le chemin,  il faudra bien que vous fassiez un choix. C'est juste con que vous ne nous suiviez pas ...Mais bon c'est vot' choix !  »

« Je verrais bien, pour le moment, j’attends » répondit simplement la Louve.

Elle le suivit du regard, l’observant monter sur son cheval de même que ses compagnons et repartir au galop par la suite. Attendre le moment le plus ensoleillé de la journée ? C’était peu mais ça restait une piste. Quant aux esclavagistes qui devaient arriver, la Lycane espérait qu’Arkhestar soit réveillée avant leur arrivée et qu’elles soient repartis vers ce temple maudit. Songeant à cela elle regarda la jeune femme, se demandant si elle allait se réveiller sous peu. Elle en profita également pour bander plus correctement ses blessures, devant avouer que sur le coup, la rencontre ne s’était pas finie en bain de sang. Et heureusement ! D’un geste nonchalant, elle reprit simplement ses caresses le long du dos d’Arkhestar, patientant.

Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Darthestar
Modérateur
-
*****
Messages: 2990



Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #12 le: Mai 15, 2017, 08:30:23 »

Le sommeil l'avait cueillie. Elle se trouvait là, perdue dans les songes, et la jeune femme s'approchait lentement de l'instant où elle allait enfin passer dans la partie la plus profonde de son repos, afin de se laisser entraîner dans des rêveries étranges, incompréhensible, mais qui lui permettront, sans le moindre doute, de pouvoir enfin se mettre en contact avec les deux entités qui partagent son corps, de manière plus ou moins sociale. Elle n'en avait pas envie, mais si il y avait bien un seul moyen de comprendre ce qui les attaquait, et ce qui par là-même gardait dans la forêt les tenues de Darthestar, c'était d'aller échanger auprès de celui qui conservait en mémoire les premiers souvenirs de la jeune femme, et donc qui saurait lui expliquer ce à quoi elles, l'ingénue et la louve, devront faire face d'ici peu. Alors oui, elle avait acceptée cela comme l'unique possibilité, et tandis qu'elle se plongeait lentement dans ce sommeil paradoxale, où elle saurait conserver le tout de sa lucidité, et le tout de ses manières, elle laissait à la louve le soin de veiller sur elle, de la protéger du moindre danger, de la moindre attaque, trouvant en cette chère personne qui avait prit soin d'elle la seule et unique personne dont elle pouvait avoir une pleine confiance. Elle était entre de bonnes mains, il était donc désormais nécessaire qu'elle fasse de son mieux pour se remettre d'aplomb, mais surtout qu'elle parvienne au travers du repos à recueillir toutes les informations nécessaires... et elle comptait bien accomplir cette part du travail avec tout le sérieux du monde !

Pourtant, quand elle prit enfin conscience des lieux, elle eut bien du mal à reconnaître le paysage onirique qu'elle avait l'habitude de constater au creux de ses rêves. Les hautes tours de pierres, les rues étranges et serrées, les toits en tuiles orangées sous une lune de sang n'était pas vraiment au rendez-vous, comme à l'accoutumée, l'intégralité des lieux ayant prit un aspect bien plus scintillant, bien plus pure, et surtout étrangement fascinant, comme si elle venait de poser le pied sur une terre que seul les songe saurait permettre de découvrir et de contempler. Les murs étaient de cristaux translucide, où des veines de couleurs diverses semblaient pulser dans un chaos incompréhensible, ni fenêtres, ni portes ne permettant d'imaginer une quelconque sortie, et alors qu'elle leva lentement les yeux, un brin éblouie, elle ne put que constater qu'il n'y avait guère de toiture dans la pièce où elle se trouvait désormais enfermée, la menant à douter de sa santé d'esprit même pour pouvoir rêver de pareille situation. Elle aurait put grimper pour s'extirper des lieux, après tout elle se trouvait dans son inconscient, et pourrait bien certainement s'échapper de manière plus ou moins aisées, mais à peine formula-t'elle cette idée que d'épais et singuliers buissons de roses se formèrent au dessus des remparts, l'invitant à cesser de penser à de tels enfantillages pour finalement attendre sagement en ces lieux, ce qu'elle fit non sans élever enfin la voix, celle-ci se mettant même à résonner dans son esprit avec un écho qui vint la surprendre instantanément :

« Darthestar ? Syon ?... Où êtes vous !? Je sais que vous m'entendez, je dois vous parler, c'est important »

Le silence fut la seule réponse qu'elle obtint pendant un long moment, une fois que l'écho vint à se taire, et elle réessaya, une fois, puis deux, puis trois, avant de se poster au milieu de sa geôle ouverte, les bras croisés, et un brin énervée de se trouver dans une telle situation alors même qu'elle avait prouvée vouloir faire tout les efforts nécessaire pour montrer à son homologue masculin qu'elle n'était pas qu'un boulet. Pourtant, les minutes passèrent sans résultat, et elle crut presque se retrouver dans une situation où elle allait se réveiller de manière bien désagréable, sans la moindre indication supplémentaire, et le désespoir d'avouer à son alliée qu'elle n'avait put se mettre en contact avec les deux autres entités, finissant de la faire passer pour un poids aux yeux de la louve qui elle faisait tant pour la tirer hors des ennuis jusqu'ici. Alors quelle ne fut pas sa réaction quand elle entendit enfin des bruits de pas à l'extérieur, claquant sur un sol qui ne devait être guère différent de celui qu'elle même foulait, et que les murs autours d'elle se mirent à vibrer, perdant de leur rigidité, pour finalement laisser passer au travers les deux formes masculines si reconnaissable à ses yeux du vampiroïde et de l'être du Néant, l'un à coté de l'autre, les deux ne se regardant jamais, comme si se tenait entre les deux un accord sincère de ne jamais considérer l'évidente proximité à laquelle il se trouvait. En tout cas ce n'était guère le plus important, et Arkhestar passa rapidement de sa position statique à un pas rapide pour les rejoindre, se plaçant devant son jumeau avec fierté, avant de se mettre à parler à toute vitesse.

« Ah vous voilà. Darthestar, je sais que tu ne m'apprécies pas mais j'ai besoin de ton aide, et crois moi, j'aurais aimée ne pas avoir à le faire, mais la situation me l'impose. Quelque chose me poursuit dans la forêt, à chaque fois que je m'y trouve, et rien ne me permet de lutter contre, mais... mais je veux récupérer mes affaires ! Sais-tu de quoi il s'agit ? Comment je pourrais les éviter ?
 -  D'abords il va falloir que tu te calme, et ensuite... Oui je connais plus que ce que tu n'en sais sur ces choses, et je vais t'en parler.
 -  Toutefois, veillez à ne pas être trop longs. »

Ce commentaire, prononcé par l'étrange homme à la tenue d'une blancheur parfaite, eut le même effet chez le duo aux longs cheveux argentés : L'un comme l'autre se tournèrent vers lui, l'air un peu interrogatif, surpris que celui-ci se permette de faire un commentaire alors qu'il n'avait que peu tendance à s'exprimer quand cela n'était pas nécessaire, et restèrent muet tandis que l'homme ne manque guère de se retourner, et de s'éloigner des jumeaux en continuant d'exprimer son avis de manière bien peu courtoise :

« Vous vous trouvez dans un rêve, à votre avis, comment s'écoule le temps ici ? Bien plus lentement que dans le plan classique. Si vous traînez trop, qui sait quel genre de terrible événement pourrait surprendre votre enveloppe charnelle ? »

Et il traversa le mur, les laissant seul à seul, tandis que justement, bien au delà du plan onirique, les choses se gâtaient.

. . . . .

La nuit était pleine. Et en dehors de la brusque chute de température que devait sûrement ressentir la louve, quelque chose d'autre flottait dans les airs, une odeur de crins, de bois, de fers et de « poudre » ? Un cortège s'approchait de l'oasis, et au vu des informations qu'avaient put quérir Shad plus tôt dans la journée, il n'était guère difficile de deviner ce qui pouvait être en train de faire bouger un pareil convoi en la direction de l'eau, au beau milieu du désert : Une pause de nuit, un endroit où s'arrêter pour tenir le temps jusqu'au lendemain, et pour permettre à la triste cargaison de boire assez pour ne pas claquer entre les pattes de leur justes propriétaires. Ce qui lentement était en train de s'approcher de la position des deux femmes, c'était justement les fameux esclavagistes qui avaient été rencontrés un peu plus tôt par les voyageurs, et si la nuit était déjà tombée pour ne permettre à la louve de les voir de loin, il ne manquait guère que les nombreuses torches au loin laissaient entendre qu'il ne tarderaient pas à se trouver à proximité. Avec un peu de chance, ils allaient encore mettre une demi-heure, mais c'était encore assez optimiste, et il allait sûrement falloir qu'elle se défende bientôt furieusement contre quelques personnes dont les intentions n'auraient rien de louable envers une femme ressemblant à une terranide, et l'autre dont le sommeil et le manque de vêtements auront tôt eut fait de la placer comme étant une vagabonde qui trouvera bien plus d'utilité à servir de marchandise.

Mais cela ne fut pas le pire à pressentir... Car là, juste auprès des buissons, le frémissement des feuilles se fit entendre, et la présence soudaine d'un groupe d'éclaireur des plus discrets put enfin se faire remarquer, quatre hommes d'une stature plutôt fine, mais particulièrement bien camouflé, et dont l'odeur avait été masquée par quelques onguents à la nature tenue secrète. Ceux-ci n'eurent pas grande raisons de rester dissimuler quand la louve vint fusiller du regard leur position, et sortirent avec une certaine lenteur, ainsi qu'un calme parfaitement serein, comme si ils s'étaient presque attendu à ce que la femme puisse les flairer à cette distance, mais maintenant qu'ils n'avaient plus à se couvrir des quelques feuillages du coin pour s'approcher, ils eurent aussi toute occasion de remarquer les bandages dont était affublées les deux dames, et donc le fait qu'elles devaient se trouver partiellement affaiblie désormais. Ce qu'on ose appeler dans la jargon une prise facile. L'un d'eux pourtant s'avança lentement, découvrant le bas de son visages des bandes sombres qui voilaient jusqu'ici son nez et sa bouche, et s'arrêta dés qu'il pressenti que la femme allait agir contre lui, se plaçant toutefois de manière à dissimuler un de ses alliés, qui lui sortait une sarbacane, et un aiguillon qu'il vint faire glisser lentement à l'intérieur. Et pour couvrir un tel son, dont les terranides avaient généralement la capacité d'entendre grâce à une ouïe particulièrement fine, l'homme se mit à parler simplement au duo, avec un léger sourire, sans cacher un seul instant ses intentions :

« Eh bien voilà un étrange duo en plein désert. Tu es plutôt jolie comme mignonnette, et ta copine semble ne pas être exempt de beaux atours. Allez, je vois bien à ton air que tu sais ce que nous sommes, et j'ai pas envie de discuter longuement. Rends-toi bien gentiment, avec ton amie en prime, où nous devrons malheureusement vous soumettre d'une manière bien plus directe. La pauvre est endormie non, tu ne voudrais guère que nous nous attaquions d'abord à elle pour nous assurer que tu sois docile, hum ? »

Si elle attaquait, l'homme allait immédiatement s'accroupir, et son allié tirer le dard suintant de poison pour endormir la louve, ou au moins l'engourdir suffisamment pour qu'elle ne puisse plus montrer les crocs. Restait à voir comment elle allait réagir.
Journalisée


Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/
Modérateur
-
*****
Messages: 3960



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #13 le: Mai 16, 2017, 03:24:08 »

Les heures passèrent sans heurts et la Lycane put voir défiler devant ses yeux au fur et à mesure des minutes qui s’écoulaient le soleil qui changeait de position dans la voûte céleste. Elle avait fait une promesse à Arkhestar et elle comptait bien la tenir ! Pourtant, il serait malhonnête de nier le fait que la Lycane commençait également à subir le contrecoup de sa course précédente et que rester parfaitement éveillé devenait délicat. Pourtant, elle savait qu’elle ne pouvait se permettre de s’assoupir au risque de bafouer sa promesse de veiller tant bien que mal sur la jeune femme aux cheveux argentés. Et de cette dernière, la Louve n’attendait que son réveil pour enfin en apprendre plus sur la créature qui les avaient attaqués tout en lui donnant les informations qu’elle avait pu glaner de son côté. Mais surtout, elle escomptait bien pouvoir se reposer à son tour, ne manquant pas de bailler dans la fraîcheur de la nuit. Son regard se posa sur son amie, bienfaiteur et protecteur avant que ce dernier ne soit subitement détourné vers un buisson  où étaient dissimulés quatre sombres silhouettes.

Comment ? Comment avait-elle fait pour ne pas les remarquer jusqu’alors ? Comment avait-elle fait pour ne pas les entendre ni les sentir ? Etait-ce dû à sa fatigue ? Non, en humant un peu l’air, la Lycane put noter la présence d’une étrange odeur mais nullement celle d’un humain. Ces fourbes avaient retournés son odorat contre elle, pouvant ainsi s’approcher sans risque de se faire repérer. De plus, la fatigue et les blessures qui affublaient la Terranide furent également indirectement des alliés de ces malfrats, réduisant sa faculté à être à l’affut et à réagir au quart de tour.  Un grognement sourd lui échappa tandis que les poils de sa queue s’hérissaient au même instant que l’un des hommes s’approchait, ne cachant nullement ses attentions.


« Eh bien voilà un étrange duo en plein désert. Tu es plutôt jolie comme mignonnette, et ta copine semble ne pas être exempt de beaux atours. Allez, je vois bien à ton air que tu sais ce que nous sommes, et j'ai pas envie de discuter longuement. Rends-toi bien gentiment, avec ton amie en prime, où nous devrons malheureusement vous soumettre d'une manière bien plus directe. La pauvre est endormie non, tu ne voudrais guère que nous nous attaquions d'abord à elle pour nous assurer que tu sois docile, hum ? »


Oh pour sûr que l’Okami savait ce qu’ils étaient ! Il aurait fallu être un idiot pour ne pas le comprendre ! A aucun moment elle ne le quitta du regard, positionnée de sorte à faire rempart de son corps pour protéger Arkhestar toujours endormie. Diable que Shad aurait aimé en cet instant que son amie se réveille ! Mais au vue de sa respiration lente et régulière le réveil n’était pas encore sur le point d’arrivée. La Louve le sentait, elle était faible et tenir tête ne serait pas une chose aisée. Pourtant, elle pourrait au moins brûler son interlocuteur et profiter de la zizanie engendrée pour attaquer les trois autres restants. Cela pourrait marcher. Non cela DEVAIT marcher, elle n’avait pas le choix, tout devrait se jouer sur la  rapidité et la surprise.

Sa queue frappa lourdement le sol, soulevant des grains de sable au même instant que sa main effectua un geste rapide, envoyant des  jets de flammes sur l’éclaireurs qui vinrent immédiatement s’attaquer à ses tissus pour atteindre la chair se situant en dessous. Mais l’attaque était plus faible que la Lycane l’aurait espéré et il n’aura fallu qu’à l’homme que de courir rapidement dans le point d’eau pour éteindre le brasier qui l’attaquait, s’en sortant avec quelques brûlures relativement superficiel sur le corps. Au même instant, alors que ce dernier s’était écarté, la Louve put voir son collègue souffler dans une sarbacane. Et comme si le monde semblait agir au ralentit en cet instant, elle put voir arriver droit sur elle la pointe enduite de poison sans qu’elle puisse l’esquiver. L’effet fut immédiat et elle tomba sur le sol, ses muscles endoloris, le regard trouble et la respiration difficile. Si facilement, elle s’était fait avoir si facilement ! L’Okami ne pouvait le concevoir, elle ne voulait pas le concevoir !


« Foutez leurs des colliers d’obsidiennes !  Bon sang, c’est qu’elle voulait me brûler en plus ! Je vais lui montrer qui commande ici à cette sous-race ! »


D’un pas rapide et déterminé, il se rapprocha de la Lycane à terre, ne se gênant nullement pour lui cracher au visage. Une salive que la Louve put sentir couler le long de son front jusqu’à ses joues pour terminer sa course en goutte au niveau du menton.  Dans l’impossibilité de faire le moindre mouvement, elle ne pouvait même pas espérer l’affront qui venait de lui être fait mais là n’était pas l’élément le plus marquant. Non, l’homme pouvait y lire un étrange mélange de peur et de colère dans le regard de la Terranide qui sembla croître quand elle sentit le carcan en obsidienne se refermer autours de son cou. Dans l’esprit de la Louve, cette dernière cherchait un moyen de se sortir de ce pétrin monumental. Certes son corps était mis de côté en cet instant mais son esprit pouvait encore parfaitement fonctionner. Et c’est ce qui était effrayant, avoir sa pleine capacité mentale mais ne pouvoir agir.

Un rire gras et sournois se fit entendre en même temps que l’écho de hennissement de plusieurs chevaux qui s’approchaient de l’oasis et de sa source d’eau convoitée. L’homme qui avait adressé en premier la parole à la femme se tenait maintenant en position de force au-dessus d’elle et le fait qu’il retire sa ceinture n’envisageait rien de bon. Elle le vit sortir son sexe, sentant même son odeur infâme mais ne s’attendit nullement à la suite des évènements. Et comme s’il cherchait à l’humilier encore plus, ce fut un jet d’urine qui vient frapper le corps et particulièrement le visage de la Terranide qui ne put l’éviter, toussant et crachant faiblement quand quelques gouttes atteignaient ses lèvres.  Une action qui ne faisait qu’accroître son envie d’étriper son tortionnaire.

« Oh mais quel vilain regard que voilà !  Reste sage ou ton amie en subira les conséquences, tu ne voudrais pas qu’elle ne se réveille pas hm ? »


Et pour donner plus d’ampleur à ses mots, il posta l’un de ses compagnons prêt d’Arkhenstar en signe de menace, remettant par la suite son pantalon et sa ceinture en place.


« Je m’occuperait de toi une fois que la drogue sera passée. Je veux t’entendre crier après ce que tu as essayé de me faire. Je t’ai prévenu et tu n’as pas écouté. Les Terranides sont si bornés….Mais avant cela… »


Il s’éclipsa pour rejoindre le reste de la caravane et s’adresser à une personne qui  était sans contexte le chef de la petite troupe afin de lui faire  un petit rapport sur la situation actuelle.
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Darthestar
Modérateur
-
*****
Messages: 2990



Voir le profil WWW
FicheChalant
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #14 le: Mai 26, 2017, 02:43:33 »

-Dans le rêve-

« Bon ne traînons pas, par quoi souhaites-tu que je débutes ? »

Le vampire, l'homme étrange qu'elle n'avait jamais réussit à apprécier de par sa haine envers sa propre personne semblait enfin, pour une fois, être capable de lui offrir un minimum d'échange sans que cela ne soit porté par la volonté de la relayer au statut de simple malédiction, et cela lui provoquait en elle un étrange mélange de satisfaction, mais aussi de crainte. Qu'est-ce qui pouvait bien l'affecter autant pour que soudainement, avec un simple petit problème, quelque chose de sûrement infime à ses yeux, il se retrouvait d'un coup à la considérer avec la plus grande des ouverture, et lui parler comme si elle était un être humain ? Impossible de savoir, mais le cas faisant, elle n'allait pas se priver pour en profiter au moins un peu, se laisser aller peut-être à un quelconque moyen de se rapprocher de cet homme terrible, et de ses crocs allongés, pour peut-être lui prouver qu'elle n'était pas que le fruit de quelques magies. C'était un moyen comme un autre de tenter une paix factice, de s'assurer qu'une fois qu'il aura reprit le contrôle, il ne cherchera pas à nouveau à la détruire de manière aussi impartiale, sans jamais jugé de sa volonté de vivre ? Et puis, pour être aussi tout à fait honnête, et malgré l'avertissement de Syon, elle faisait confiance à Shad, cette amie dont elle avait fait la connaissance, aussi se sentait-elle en sécurité, capable de prolonger les échanges pour encore un moment. Alors elle se posa auprès de l'homme, observant toujours les étranges murs cristallins les entourant, puis se mise à parler lentement, énumérant les questions qui lui venaient en tête, tant que son jumeau ne lui coupait pas la parole d'une quelconque manière :

« Eh bien pour tout avouer... J'aimerais déjà savoir les raisons qui m'ont placer à l'avant. Tu sais, j'ai conscience d'être un produit de magie, mais maintenant je prends l'avant justement quand tu n'en possèdes plus … Qu'est-ce qui t'as tant affecté ? Et sinon j'ai un soucis avec quelques poursuivants, des tentacules étranges, j'aurais besoin de savoir comment riposter, ou s'en échapper ? »

Le plus problématique pour l'instant restait les poursuivants, étant donné que si elle ne pouvait atteindre les ruines, elle ne pourrait de toutes manières quérir de nouveau les affaires de l'homme, et donc finirait sûrement par s'attirer son courroux, ayant conscience que ce dernier n'avait que peu de raisons de lui accorder la moindre valeur si elle faisait partie de ces idiotes qui ne savent assumer leurs précédentes actions. Donc il fallait, et elle espérait qu'il ai vraiment le savoir pour lui permettre de se débrouiller face à ces entités, qu'il lui dise absolument tout ce qui lui serait utile, Arkhestar sachant pertinemment que si elle avait au moins quelques informations sur le moyen de procéder, elle serait capable de survivre, et d'atteindre son but malgré sa surprenante faiblesse. Peu serait d'accord avec ce point de vue, mais la jeune femme faisait toujours preuve d'une confiance toute particulière en son intellect, et ses efforts, car à chaque fois qu'elle avait eut le malheur de se retrouver aux commandes de ce corps qu'elle partageait, elle avait toujours survécu, malgré les situation les plus périlleuses dans lesquelles le vampiroïde pouvait se mettre quand elle n'était pas l'entité consciente de leur chair. Darthestar, comme toujours, ne semblait quand à lui guère de cet avis, mais il n'avait pas vraiment la possibilité de faire autrement, la jeune femme étant tout naturellement sa forme passagère pour qu'il se reconstitue une santé physique et psychique optimale, et c'est ainsi qu'il accueillit l'air vaillant et déterminé de son homologue avec une moue dubitative, avant de finalement reprendre la parole, avec dans ses termes une certaine gravité, comme si il craignait que ce qu'il lui annoncerait n'allait que leur créer plus de soucis.

« Écoutes... Pour être parfaitement honnête avec toi, ces choses qui vous ont poursuivies ne sont efficaces qu'en des moments très réduits. Elles se fondent dans les ombres, voir même intégralement quand la lumière n'est même pas apparente, pour ça que je n'ai même pas eut à y faire attention quand j'étais dans les ruines, ma vision nocturne naturelle me permettant de ne pas user de torches, et donc de ne pas réveiller ces entités qui n'apprécient que les ténèbres... »

Il se permet une pause, puis reprend lentement, mettant un peu plus l'emphase sur son propos lorsqu'il énonce cette deuxième partie, permettant ainsi à la femme aux longs cheveux d'argent de comprendre qu'il s'agit du plus important :

« Ces choses ne vous attaqueront pas de nuit, tant que vous ne les attirées pas par des flammes ou de la lumière, quelle qu'elles soient. Le plus dangereux, c'est la chose qui m'a poursuivie dans les ruines, et qui commande ces tentacules ; Une bête étrange, difforme, qui semble se faire une joie d'étendre sa conscience dans les environs de cette crypte abandonnée, et de se goinfrer de la psyché des êtres qu'il y détecte, jusqu'à l'anéantissement... Je ne sais pas comment tu t'en es sortie, ni si tu pourrais récupérer mes affaires en y retournant. Le plus judicieux serait que tu attende, et que je reprennes le dessus !
 -  N-non ! J'y irais, et je reprendrais ta tenue ! Il... Il me faut juste du temps Darthestar... »

Les deux restèrent silencieux un long moment, puis la femme vint à briser le silence en se redressant devant lui, se donnant un air assuré alors qu'il est tout à fait possible pour l'homme de remarquer qu'elle tremblait légèrement :

« Dis m'en plus, quelle est cette chose, où se trouve-t'elle dans les ruines... Comment je peux l'éviter ? »

. . . . .

-Auprès de Shad-

« Je m’occuperais de toi une fois que la drogue sera passée. Je veux t’entendre crier après ce que tu as essayé de me faire. Je t’ai prévenu et tu n’as pas écouté. Les Terranides sont si bornés….Mais avant cela… »

L'homme avait tout de l'être antipathique par excellence, mais il n'en restait pas moins un bon esclavagiste. Qu'est-ce qu'un bon esclavagiste ? Un homme qui ne manque pas de faire ses rapports, qui prévient si il compte toucher à la marchandise, et qui fait toujours l'effort de s'en tenir aux règles ! Quand il se retrouve face à son supérieur, un homme lourdement vêtu, aux épaules larges, à la moustaches broussailleuse, et au regard étrangement éteint pour une personne de son âge, ce fut pour lui énoncer qu'il était pour qu'ils conservent les deux femmes durant un long moment, le temps qu'il puisse pleinement se venger de l'affront qui lui avait été fait, à savoir la tentative de carbonisation dont il avait été la cible. De loin, difficile pour la louve de comprendre, mais apparemment il n'eut guère l'occasion d'obtenir un refus, et vint même parler encore un petit instant pour parler de l'autre femmes, endormies, qui ne semblaient pas réagir au moindre propos, au moindre hurlement, ni même au plus simple toucher. L'éventualité d'une malédiction, ou d'une maladie particulièrement contagieuse était de mise, et il fallait sûrement vérifier qu'elle ne soit pas un danger pour les autres membres dans le cadre où cela pourrait être transmis à la troupe, si bien qu'il voulait l'apporter auprès de l'un de leurs experts en ésotérisme. Encore une fois, cela ne sembla guère provoquer beaucoup d'émoi chez son supérieur qui vint simplement hocher de la tête, avant de se retourner, et de commencer à donner quelques ordres pour que chacun place sa carriole de manière à ce que tout le monde puisse repartir rapidement le lendemain. Ce fut le moment où le tortionnaire de la belle louve revint, pour finalement s'adresser à son subordonné :

« Evrich ? Attrape moi celle qui pionce, et amène là auprès du vieux Karman, qu'il puisse l'ausculter. Oh, et bien sur, si il veut se servir, dis lui qu'il a le droit, après tout celle-ci est sacrément canon ! »

Il l'observe, et voyant qu'il prend un peu de temps, se met à ronchonner :

« Allez du nerf ! Bouge toi vite où je vais finir par m'énerver.
 -  Désolé m'sieur ! Voilà, j'l'ai, amusez vous bien m'sieur »

Pas brillant le second, mais efficace une fois qu'il élevait la voix. En tout cas, Shad pouvait voir sa précieuse protégée se faire emporter, loin d'elle, et c'est avec un grand sourire que celui qui semblait avoir prévu de l'humilier s'approcha lentement de sa bouille pour s'accroupir juste devant sa forme impuissante, la regardant un instant avant de se retourner vers ses camarades, et de leur montrer la louve du doigt dans un geste désinvolte :

« Quand à vous les gars, transportez moi celle-là dans ma carriole, et si possible lavez lui la tronche, je sais qu'c'est de ma faute mais je ne vois pas quelle genre de bête apprécierais de se taper une pute qui pue l'urine ! Moi je reviens, je vais juste allez chercher un petit truc dans nos stocks... Ah et bien sur, accrochez-la au lit, j'aimerais éviter qu'elle ne tente de s'échapper ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait, chacun se dispersa, mais un des gars du groupe vint la soulever de terre, conformément aux ordre, et la mena lentement au travers du camp improvisé du groupe, l’apportant de manière plutôt brutale en direction d'une large carriole de bois aux murs rouges, ouverte d'une fenêtre à barreau qui laissait quelques vapeurs désagréables en sortir, celle du stupre et de la luxure. Difficile pour une louve de se méprendre sur ce qu'il pouvait se passer en de pareilles endroits, mais malheureusement pour la belle femme, son corps drogué avait sûrement bien du mal à répondre et surtout, la prise du grand chauve qui l'emportait docilement jusque là-bas était solide, de manière à s'assurer qu'elle ne puisse retrouver la liberté par quelques gesticulations risibles. Autour d'eux, le camp devenait de plus en plus actifs, et quelques regards bien haïssables suivaient les formes de Shad, maintenue par son geôlier, alors qu'il monta les marche de la carriole, et poussa la porte pour la jeter nonchalamment au milieu de la pièce, avant de fermer derrière lui. De là, ce fut bien contre ses protestations qu'elle vit le lourd esclavagiste lui arracher sa tenue sans la moindre douceur, la réduisant en lambeaux qui finirent rapidement jetés par la fenêtre, puis qu'il vint prendre une éponge et la vasque remplie de flotte dans un coin de la pièce pour la passer rapidement sur la belle femme aux formes désormais dévoilées. Rapidement, elle ne sentait en effet plus l'urine, mais ce n'était finalement que pour quelque chose de bien pire, et d'ailleurs, tandis que l'homme rangeait les affaires et se préparait à partir, l'immonde salopard à qui appartenait les lieux rentra, guilleret, tenant dans sa main un étrange petit pot de terre cuite. A la vue de son camarade, il exulta quelques ordres rapides, l'observant sortir alors immédiatement, puis ferma à clé les lieux, avant de s'approcher de Shad, au sol :

« Sais-tu ce que c'est, ça, ma jolie ? On appelle cela de la « crème zombie ». Oh bien sur, non, ça ne transforme pas en vieille chose froide et rabougrie, mais par contre, ça à tendance à rendre sois fou, sois stupide... En fait, avec la bonne dose, appliquée sur tes parties sensibles, tu vas tellement pigner de plaisir que tu me prieras de te sauter jusqu'à ce que tu perde conscience, n'est-ce pas merveilleux ? »
Journalisée



Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox