banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une vie s'arrête, et une autre commence [PV : La Reine Noire]  (Lu 2383 fois)
Lorelei Käarn
Créature
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
« le: Mars 04, 2017, 04:42:58 »

Quel était ce monde … Etait-ce l’enfer ? Etait-ce un cauchemar ? Il n’y avait aucun moyen de le savoir. Lorelei était prisonnière ici et plus le temps avançait, moins il y avait d’espoir. Elle n’arrivait plus à compter exactement le temps qu’elle avait passé ici. Il se pouvait bien que ça se comptait en heures comme en jours … Voire en semaines. Elle ne savait plus. Elle ne savait rien. Depuis que le Baron – maudit était cet homme – l’avait conduite ici sa vie était un cauchemar. Lorelei fut introduite à une femme étrange, hautement maléfique et dangereuse qui semblait être la reine de ce monde. Mais la Nexusienne pouvait sentir la magie et les auras. Lorelei avait perçu en cette femme une puissante, très puissante magie. Elle n’était pas simplement la reine de cet étrange royaume ; elle était la Déité de ce monde. Cela n’arrangeait nullement le cas de Lorelei qui comprit dès lors qu’elle ne pourrait rien faire pour s’échapper à cette créature diabolique.

Néanmoins, et étrangement, on lui offrit la possibilité d’acheter son ticket de sortie. C’était du moins ce qu’elle avait compris quand celle se faisant appeler la Reine Noire lui déclara que, si elle parvenait au bout de ses défis, elle serait récompensée. Lorelei étant au pied du mur et n’ayant aucune autre issue ne put qu’accepter … Mais ne s’attendait pas à ce qui l’attendait. Déjà fragilisée émotionnellement et mentalement, la garde Nexusienne connut, au fil de ces défis, une déchéance mentale importante. En d’autres termes, ces défis brisèrent sa volonté et son esprit, la poussant à commettre des choses qu’elle n’aurait jamais pu faire en temps normal, par pur instinct de survie. Et plus elle agissait ainsi, plus son esprit était détruit, réduit à néant. Mais le plus terrible fut autre chose … Au fil des défis, elle se sentait différente. Changeante, dans le mauvais sens du terme. Elle connut la réponse lors du défi final où elle tua son adversaire de la plus sauvage et sanglante des manières. L’apothéose fut quand, hors de contrôle et sous la frénésie du combat, elle s’acharna sur sa dépouille, finissant par planter ses crocs et aspirer son sang.

C’était le signe qu’elle était devenue une vampire à cause du Baron et de sa morsure. Quand Lorelei retrouva ses esprits, ce fut la nouvelle qui acheva sa destruction. Jamais Nexus et la garde, si elle revenait, n’accepterait une créature de la nuit dans leur rang. Et jamais ils ne tolèreraient ce qu’elle a dut faire ici, dans cet enfer. Lorelei était donc condamnée et n’avait plus aucune solution et d’issue … La seule chose qu’elle désirait alors, était de mourir. Mais, ce n’était pas dans les plans de la Reine Noire …


Enchainée et affaiblie, Lorelei était conduite de force vers une grande salle, où trônait la fière Reine Noire. Cette sorte d’entité hautement puissante et maléfique qui avait pris un vicieux plaisir à soumettre Lorelei à toutes ces épreuves. Dans quel but ? Lorelei ne croyait pas à l’idée que c’était uniquement pour lui offrir une récompense. C’était par pur vice, par pur perversité et envie de briser un être humain. C’était gagné ; Lorelei était presque devenue folle, et avait envie d’en finir avec la vie. Elle ne s’acceptait plus, elle ne voyait la lumière au bout d’aucun couloir. Physiquement affaiblie, elle avait perdu de sa carrure et de son allure de lors de son arrivée ici … Elle n’était plus la même personne. Enchainée, on la poussa finalement au sol, devant la Reine. On ne la libéra pas de ses chaines mais les gardes s’écartèrent, livrant en pâture la pauvre femme devant sa bourrelle.

N’attendant guère de réaction de sa part, Lorelei prit la parole en première. « Vous m’avez promis une récompense … Je n’en veux pas … Vous m’entendez ? La seule chose que je veux c’est mourir. » Dit-elle, peinant à retenir la douleur dans sa voix. Les yeux embués et rougit, Lorelei ne céda toutefois pas à ses émotions de suite, même si elle haussa la voix et que des larmes se mirent à couler sur ses joues crasseuses. « FAITE-MOI MOURIR !!! VOUS M’ENTENDEZ ?! » Hurla-t-elle, à l’image d’un psychopathe au fond de sa cellule à l’asile …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
La Reine Noire
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Mars 06, 2017, 01:54:07 »

Un insecte pouvait-il deviner les pensées d’un être humain ? La réponse était bien évidemment négative. On ne parlait pas d’individus situés sur le même plan, ayant la même intelligence, les mêmes besoins, ou encore le même fonctionnement. Et, ainsi que le cafard ne comprenait pas ce que voulait l’humain, l’humain ne comprenait pas ce que voulait la divinité. Entre eux, il y avait une frontière infranchissable... Ou presque. Jadis, la Reine avait en effet été une humaine, mais il était permis de se demander si même elle était susceptible de se rappeler de ce passé lointain. Quelles étaient donc ses motivations ? Elles étaient aussi obscures qu’elle était puissante. Elle avait bouleversé l’ordre établi, puisant son énergie dans une force surpuissante, une force au-delà même de la puissance, qui avait cimenté le Multivers tout entier. La Reine Noire était passée du statut d’humaine à celle de divinité omnipotente dans sa propre dimension. Tout était relié à elle. Tout. Du simple brin d’herbe qu’elle pouvait transformer en arbre au château qu’elle pouvait étendre. La Reine fixait ses propres règles, et il était vain de vouloir la vaincre. Il arrivait parfois que certains compétiteurs tentent de s’attaquer à elle, mais ils étaient brisés sur place. Ils n’avaient aucune chance de gagner face à elle, tout simplement.

Rares étaient ceux arrivant à remplir les multiples épreuves de la Reine, qui variaient en fonction de son humeur. Mais, aujourd’hui, dans son trône, elle accueillit une femme, une vampire, qui avait réussi. Lessivée, elle était emmenée par ses gardes, des armures vivantes massives, qui la déposèrent à ses pieds, sur un long tapis rouge. La salle de trône était vaste et sombre. La Reine l’avait créé aujourd’hui, en optant pour un style très sombre. L’éclairage venait de quelques bougies autour de son trône, fait d’ossements et de crânes, et le décor se composait de cadavres, de gibets suspendus en hauteur, de pics sur lesquels il y avait des corps sanguinolents. Le sang était la thématique de cette pièce, et, visiblement, la présence de tout ce sang réveilla sa gladiatrice, qui lui hurla dessus.

Agacée par les hurlements, la Reine fronça les sourcils, et la femme perdit l’usage de la parole. Ou, tout du moins, elle pouvait parler, mais aucun son ne s’échappait de ses lèvres.

« Silence ! De quel droit oses-tu m’interpeller, jeune arrogante ? Tu n’es qu’une poussière face à moi, qui me fait perdre mon temps en de vaines supplications. Tu avais largement l’occasion de mourir dans mes arènes, mais tu t’es battue admirablement... Et tu as été divertissante. Voilà pourquoi, en accord avec mes propres règles, je me dois de t’offrir une récompense. Si c’est mourir que tu souhaites, alors morte, tu seras... Mais ce n’est pas le désespoir qui t’a amené à te battre, et à venir jusqu’ici. »

Toujours assise, la Reine avait croisé les jambes. Belle et parfaite, aussi sensuelle que puissante, elle contrôlait parfaitement la situation. Pour autant, elle n’aimait guère qu’on hausse le ton ainsi. C’était malheureusement fréquent, et elle devait donc toujours recadrer les compétiteurs. Face à elle, il n’y avait aucune autre option que celle consistant à s’écraser, et à obéir.

Le sang continuait à couler, et de multiples gouttes tombaient maintenant du plafond, accompagnant des râles d’agonie et des cliquètements métalliques. Il y avait des gibets, mais aussi des crochets de bouchers, et plusieurs victimes étaient suspendues à ces crochets, plantés dans leur dos. Leur sang coulait lentement, comme pour stimuler davantage Lorelei.

« Rien de ce que tu es ne m’échappe. Ton esprit, aussi puissant est-il, n’est rien ici devant le mien. Je vois en toi, Lorelei, je sens ton goût pour la vengeance, pour la personne qui t’a brisé, et qui t’a mené ici, en espérant que tu subirais mille tourments dans mes cachots. Le Baron t’a donné à l’une de mes guerrières... »

Lorelei sentit une forte intrusion dans son esprit, comme si la Reine était en train de lire son esprit, de fond en comble, exposant au grand jour ses secrets, ses plus honteux échecs. Elle en finit à genoux, comme transpercée par cette vague, et le son lui revint, tandis qu’un hurlement déchirant, mais non moins délectable, emplit la pièce.

« Je peux t’offrir ta vengeance, je peux t’offrir un but... Tu souhaites te venger du Baron ? Ta soif de vengeance palpite dans ton cœur comme un brasier inextinguible. Je peux accorder ta vengeance, mais encore faut-il que tu en formules le vœu. Alors, réfléchis bien... Que désires-tu vraiment ? Sache, pour orienter tes choix, que, si tu as fait tout ce chemin pour me demander juste de mourir, je t’accorderai ce choix, mais en m’assurant que tu commettes mille tourments avant de trépasser. Car on ne me fait pas perdre mon temps pour rien, et on n’obtient pas une audience avant moi pour demander quelque chose qu’on peut faire soi-même. Mon courroux est à la hauteur de ma générosité. Intuite-le bien, et formule ton vœu. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lorelei Käarn
Créature
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Mars 06, 2017, 03:04:45 »

Lorelei n’avait pas formulé le désir de venir ici. C’était le Baron qui l’avait amené face à cette abjecte femme qui était en train de la menacer. Au-delà de la menace elle fit preuve qu’elle était totalement maitresse en ces lieux puisque, face à la gueulante de la guerrière, elle lui coupa la voix. Preuve qu’elle possédait de grands et puissants pouvoirs … Ce qui ne rassurait pas franchement Lorelei qui peinait à rester un minimum lucide. La Reine Noire déclara que si Lorelei désirait mourir, elle avait eu plein d’occasions de se donner la mort durant ses épreuves. Toutefois un détail semblait être passé à la trappe ; la jeune femme avait définitivement craqué à la fin du dernier défi, quand avec épouvante, elle avait découvert qu’elle était devenue une vampire. Ce fut la cerise sur le gâteau et ce fut surtout à partir de là que l’envie de mourir s’était éprise d’elle. Or à ce moment-là … Elle n’avait plus d’occasions de se donner la mort.

Mais ce n’était que du détail. Cela n’empêcha pas la puissante et arrogante Reine de remettre Lorelei à sa place, malgré qu’elle était déjà bien faible et démunie face à elle. Les cris, les pleurs, la souffrance et la lutte étaient ses seules armes contre la puissance maléfique de la créature. En d’autres termes, rien. La Nexusienne était au bord de la folie, ne sachant plus quoi penser, plus quoi dire, plus quoi ressentir. Un grand vide s’était installé en elle, et le fait qu’elle était devenue une vampire et qu’elle avait commis des atrocités pour sauver sa peau l’avait anéanti. Elle ne se voyait plus comme la fière garde royale honorable qu’elle était avant. Elle était … Un monstre, désormais. Elle ne voulait pas vivre dans la peau d’un monstre. L’écart, le rejet, la perte de tout ce pour quoi elle s’était battue jusqu’à présent. Mais qu’est-ce que cela voulait dire, désormais ?

Si cela se trouvait, elle ne s’échapperait jamais de ce monde. Si cela se trouvait, la Reine Noire l’intriguait, malgré ses dires. Rien ne la retenait de trahir sa parole. Par-dessus tout ceci, la pièce environnante semblait avoir été étudié en fonction de la nouvelle nature de Lorelei … Du sang, de la chair. La vampire sentait un feu la consumer de l’intérieur à chaque goutte de sang qui tombait devant elle. Le bruit de la goutte résonnait dans son esprit, et l’odeur, la vue de ce liquide carmin déclenchait en elle des pulsions interdites, pècheresses, qu’elle refusait de laisser s’exprimer malgré son désespoir. Sa malédiction frappait fort, et ce n’était pas le fait qu’elle grattait le sol de ses nouvelles griffes vampiriques qui lui donnait meilleur aspect. Cependant, la Reine Noire aborda un dernier sujet, pour mieux détruire les derniers remparts dans l’esprit de Lorelei.

Lui offrirait-elle réellement sa vengeance sur le Baron ? La Reine irait-elle jusqu’à échanger la vie de ce monstre contre la sienne ? C’était, littéralement, un pacte avec le diable. Si Lorelei acceptait, elle vendait son âme à cette créature maléfique … Et elle n’était pas dupe. Lorelei était d’espérée, au bord du gouffre, l’esprit brisé en mille morceaux mais une lueur de lucidité restait ; si elle acceptait cette récompense, elle se doutait de ce qui arriverait. La douleur dans son crâne se fit immensément intense quand la Reine Noire s’infiltra dans son esprit, de force, poussant Lorelei à hurler de douleur en se tenant la tête, quand elle retrouva la parole. Retrouvant lourdement son souffle, Lorelei observa son propre sang couler par ses narines, qu’elle essuya aussi vite. La vengeance, ou la dignité … Mourir en étant libre, ou vivre en étant esclave. C’était ça, le dilemme aux yeux de la jeune femme. Mais, était-elle réellement cette femme ? Lorelei était-elle encore cette respectable garde qui elle, ne se serait jamais laissée entrainer là-dedans ?

Elle n’était peut-être pas digne. Peut-être qu’en fin de compte, elle méritait ce qui lui arrivait. Alors perdu pour perdu … Lorelei n’avait plus aucune identité, plus aucun esprit, plus aucune personnalité. Lorelei n’était plus … Mais, une vampire avait pris sa place, et commençait à avoir soif. Tremblotante, mais le poing fermé au sol, Lorelei releva son visage aux yeux rougit mais au regard dur. « Je ne veux pas me venger du Baron … Mais de moi. De cette minable Lorelei qui s’est laissée faire. De cette trainée qui est indigne, et qui ne mérite que la souffrance à vie … Je veux qu’elle meure, à jamais, de la pire façon pour elle … » Dit-elle, la voix empli de dégout et de haine. « Corrompue jusqu’à l’âme, en trahissant tout ce pourquoi elle s’est battue, un par un, subissant pour l’éternité son goût pour le sang. Soumise et esclave à jamais de la créature qu’elle déteste le plus au monde … Vous. » Déclara-t-elle, se redressant à genoux. « Je le désire. Faite d’elle votre grande salope … C’est mon souhait le plus cher. C'est la moindre des choses pour me venger d'elle. » Dit-elle solennellement, témoignant également qu’elle avait belle et bien perdu l’esprit.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
La Reine Noire
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Mars 13, 2017, 01:27:19 »

Les pouvoirs de la Reine Noire étaient immenses ici. En ces lieux, elle commandait à tout, et pouvait ainsi accomplir les vœux désirés. Elle aurait pu soigner Lorelei, mais, en faisant ça, en réparant son esprit pour faire partir la fatigue, elle risquait aussi, indirectement, d’influencer la jeune vampire. On ne le réalisait pas, mais avoir des pouvoirs omnipotents n’était pas si simple à gérer. La Reine devait par exemple faire attention à tout ce qu’elle pensait. Combien de fois avait-elle tué ses propres subordonnés sans le vouloir, mais en le pensant suffisamment fort, sous l’effet d’une colère momentanée, pour que sa pensée se concrétise ? L’omnipotence n’était pas un fruit réservé aux mortels, et la Reine avait progressivement arrivé à gérer l’immensité de ses pouvoirs.

Face à elle, Lorelei était confuse, mais une résolution certaine naquit en elle. L’envie d’être autre chose, d’être une femme différente, qui obéisse à la Reine. C’était un vœu très confus, en réalité, peu clair, car assez contradictoire... Mais un vœu malgré tout.

« Très bien. Si c’est là ce que tu souhaites, que ta volonté soit faite. Moi, la Reine, après avoir examiné ta requête, décide de faire droit à ta doléance. Debout ! »

L’ordre fusa, impératif, irrésistible, et la jeune femme, malgré sa fatigue apparente, se releva. Un courant d’air souffla contre son visage, la forçant à relever la tête. La Reine Noire s’était relevée, descendant de son trône, faisant claquer ses talons sur le tapis rouge, et généra dans le creux de sa main une magnifique pomme rouge, qu’elle tendit à la femme.

« Croque, et sois mienne. »

La vampire croqua, et la magie explosa en elle, la mettant à genoux. Tout son corps se mit à hurler, tandis que son cerveau semblait imploser sur place, tous ses souvenirs disséqués et fragmentés.

« Tu fus une guerrière noble et vertueuse, soucieuse de défendre la veuve et l’orphelin. Je te vois, Lorelei, simple milicienne soucieuse de monter en grade, venant protéger les enfants de tel ou tel orphelinat, leur offrant de la nourriture, les hébergeant discrètement dans ta caserne... Une générosité qui ne m plaît pas, mais ta dévotion, elle, est admirable. Tu t’es toujours sacrifiée pour les autres. Désormais, tu te sacrifieras pour... MOI ! »

Un nouvel ordre qui éclata dans la tête de la femme. Elle était sa prisonnière, faite et piégée. La volonté de la Reine s’insinuait en elle, reconstruisant son esprit, ses motivations.

« Que t’a apporté ta générosité, ta mansuétude ? Tu as été... TRAHIE ! Abandonnée comme une chienne, jetée en pâture dans des geôles ! L’empathie n’apporte rien, la liberté est illusion, seule compte la puissance, et l’allégeance à des forces supérieures. Lie-toi à moi, et tu jouiras dans les chaînes de ta soumission ! »

La magie de la Reine vibrait autour d’elle, provoquant des volutes d’énergie. Elle contrôlait tout, sauf les esprits et les pensées, mais pouvait néanmoins les modeler, les remanier à sa guise.

« Sois mienne, soumise à mon égard, dominante à l’égard des autres. Sois mon esclave, ma guerrière, ma porte-étendard. Renais de tes cendres, Lorelei ! Goûte à ta destinée, goûte à un but, à ta quête... ME SERVIR ! Je suis TA Reine ! »

Il y eut une explosion magique autour des deux femmes, et les vibrations se turent. Alors, lentement, la main de la Reine se tendit, s’approchant des lèvres de la femme, un léger sourire venant se dessiner sur les lèvres de la Reine.

« Offre-moi le baiser de paix... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lorelei Käarn
Créature
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Mars 13, 2017, 07:31:35 »

La vampire venait de sceller son avenir, à jamais. Elle ne connaissait personne pouvant atteindre la puissance de cette femme, et donc capable d’inverser le maléfice qui s’apprêtait à s’emparer de son âme. Car en quelques sortes, Lorelei venait de la vendre à la Reine Noire. En échange de quoi ? La paix. Celle qui vient lorsqu’on n’a plus à se soucier du bien et du mal. Quand on a plus à se soucier des conséquences … Une paix payée au prix fort. La jeune femme ne put que se relever quand l’ordre, ferme, fusa à son encontre. Un violent courant d’air souffla contre son visage, le faisait se redresser pour faire pleinement face à la somptueuse et maléfique Reine, qui descendit de son trône, avançant vers Lorelei du haut de ses talons. La vampire ne pouvait pas bouger, elle était comme paralysée sur place. Elle ne disait plus rien, affrontant son destin en face à face. Elle l’avait mérité … Elle n’était plus digne de Nexus, plus digne de rien du tout en ce qui concernant Nexus et les bonnes mœurs.

Lorelei regarda la femme qui matérialisa une pomme au creux de sa main avant qu’elle ne la lui tende. Cette pomme, le symbole de sa déchéance mais aussi de sa renaissance. Lorelei la regarda avant de la prendre entre ses mains, sachant qu’elle tenait là l’instant décisive de toute sa vie. Si elle croquait … Elle mourrait, pour donner naissance à une femme bien plus forte, bien plus puissante et fière qu’elle ne pourrait jamais l’espérer. Une femme dont la fierté passait par l’amour et la vénération de la Reine Noire. Si elle ne croquait pas, elle serait morte quand même. Et du fin fond de son âme, elle désirait se faire payer elle-même, s’infliger cette ultime punition. Regardant intensément la pomme, la vampire marqua alors la fin d’une vie et le commencement d’une autre, au moment où ses crocs acérés vinrent se planter avidement dans la chair du fruit, en un râle audible.

La pomme en elle-même avait un goût qu’elle n’avait jamais senti auparavant. Mais elle ne put guère en profiter car immédiatement après, son corps tout entier et sa tête furent prit d’un mal intense et extrêmement douloureux. Un mal si puissant qu’elle en hurla, tombant à genoux en se tenant la tête. Ses souvenirs, son esprit, sa personne … Tout commença à se détruire, morceau par morceau, pour se remodeler à l’image de la Reine qui lui insufflait, au plus profond de son âme, sa corruption. La magie enveloppa la femme qui se contorsionnait de douleur. Son esprit était en train de se reformer, mais pas que ; son corps aussi. Sa chair réagit à cette corruption qui fusionnait avec elle, en se mettant à devenir plus conformes aux standards de la sérénissime Reine Noire. Les mots de cette dernière s’imprimèrent dans la tête de Lorelei, qui à cet instant n’entendant que servitude, sacrifice envers la Reine Noire.

Oui … La Reine Noire. Cette femme si puissante, si unique. Cette entité qui prenait possession de Lorelei, remplaçant le moindre de ses désirs, le moindre de ses buts par sa propre personne, de manière à ce qu’elle ne voit plus qu’elle, n’importe où elle pourrait se retourner. Il n’y avait plus qu’elle et seule qui comptait ; elle était son but, son fantasme, son ordre. Lorelei avait affreusement mal, elle sentait son corps et son esprit se faire déchirer et remodeler à la fois. Une sensation horrible, mais qui finit par décroitre quand la Reine prononça ses derniers mots, scellant à jamais le destin de Lorelei ; la servir, la vénérer, elle … Sa Reine ! Le corps de Lorelei acheva sa métamorphose, étant désormais le corps d’une fière et arrogante guerrière au service absolu d’une Reine, une vraie. Un corps à l’image de cette dernière. Lorelei releva sa tête quand la magie se dissipa, ses yeux étant intégralement noir, avant de rapidement revenir à leur état naturel.

C’était fini. La magie s’était dissipée. Il n’y avait plus que la Reine et Lorelei, à genoux, se sentant … Différente. Se sentant vivante, comme si depuis toujours elle ne fut qu’endormie voire morte. Une sensation dure à expliquer, mais qui était incroyablement agréable et vivifiante à vivre. La guerrière releva lentement son visage, malgré qu’il était couvert par sa chevelure devenue rousse. Un sourire satisfait voire carnassier naquit sur ses lèvres, révélant et exhibant avec une fierté débordante ses longues canines vampiriques. « À vos ordres, ma Reine … » Dit-elle d’une voix suant la fierté et la soumission envers ce qui était sa Déité. Lorelei donna un large et langoureux coup de langue sur les doigts s’étant approchés de ses lèvres, puis approcha se releva avant de s’approcher de sa Reine. La vampire, désormais éternellement liée à cette femme, approcha son corps et son visage, puis avec passion, accomplit son premier ordre ; embrasser sa Reine.

Lorelei déposa ses lèvres sur les siennes et plaça ses mains sur ses joues, alors que sa langue partit sensuellement, paisiblement, se fourrer à l’intérieure de sa bouche. « Merci ma Reine … Merci de cet inestimable présent que vous m’avez fait … » Lui dit-elle d’une voix douce mais pleine de fierté.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
La Reine Noire
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Mars 19, 2017, 07:24:33 »

La Reine Noire avait accompli le vœu de cette femme. Lorelei était morte, et une nouvelle Lorelei se dressait à sa place. Plus pure. Plus forte. Plus belle. Conservait-elle des souvenirs de son ancienne vie ? En théorie, non... Mais l’esprit était une chose malléable, difficile à contrôler, même pour une femme comme elle. Des surprises étaient, par conséquent, toujours possibles. Mais, pour l’heure, elle sentait le changement, perceptible. Lorelei avait voulu tuer son ancien être pour devenir une nouvelle créature. Pouvait-on parler de corruption, quand toutes les parties étaient volontaires ? La Reine lui offrait juste une nouvelle vie, en lui faisant rejoindre l’assemblée de ses nombreuses guerrières, dévotes, et soumises.

Sur une inspiration subite, Lorelei se redressa alors, et embrassa la Reine sur les lèvres. Un geste surprenant, inédit, qui l’amena à hausser les sourcils, sous l’effet d’une doucereuse surprise. Elle était une Déesse, omnipotente, omnisciente, et on aurait pu croire que le désir sexuel, ce désir primitif et physique, ne l’atteignait plus, elle qui était devenue si puissante... Mais ça aurait été se méprendre. Après tout, n’avait-elle pas conservé un corps magnifique ? La Reine Noire avait voulu conserver des rapports avec les conditions mortelles, notamment le sexe. De fait, il arrivait fréquemment que, dans ses épreuves, elle soumette les candidates à des défis sexuels. Ce n’était pas pour rien si, parmi les critères de sélection, outre la force, il y avait également la beauté physique.

Les deux femmes s’embrassèrent donc tendrement, sensuellement, la langue de Lorelei filant dans la bouche de la Reine, qui caressa ses hanches en plissant les yeux.

« À genoux », ordonna-t-elle alors.

Lorelei obtempéra, bien entendu, et la Reine mit son poing devant elle.

« Le rituel, Lorelei... Fais-moi le baiser de paix, et jure de me servir, sans restriction. Fais serment d’obéir à celle qui est ta Reine, ta Maîtresse, et ta Déesse, et d’accomplir sa volonté, purement et simplement. Jure d’être, non seulement ma fière et puissante guerrière, mais aussi mon obéissante esclave. »

C’était ce qu’elle avait voulu, trouver un nouveau but à son existence brisée. La Reine lui offrait le plus beau qui soit, et elle sourit pendant l’énoncé du serment, qui s’accompagna de plusieurs baisers sur une bague se trouvant à son doigt. La Reine laissa Lorelei s’exprimer, sans l’interrompre, puis, après cela, avança un peu son poignet en tournant la main, présentant son poignet aux lèvres de la vampire.

« Abreuve-toi de mon sang, maintenant. Ta Reine sera généreuse envers toi si tu la sers bien. »

Lorelei étant une vampire, elle avait besoin de sang, et boire celui de la Reine achèverait de tuer toute velléité en elle, d’en faire à jamais son esclave. De plus, elle goûterait à un sang magnifique, celui d’une créature surpuissante. D’une main, elle lui offrait donc son sang, et, de l’autre, elle caressa tendrement les cheveux de la femme, qui commença à la boire. Un léger soupir s’échappa des lèvres de la Reine quand les dents de Lorelei se plantèrent en elle, puis elle la laissa boire.

Plusieurs minutes passèrent, sans que le flux ne semble se tarir, tandis que la pièce changeait encore. Elles quittèrent la salle de trône, pour rejoindre une pièce aux couleurs plus chaudes, avec un grand lit rouge en forme de cœur derrière Lorelei.

« Haaaa... C’est bon, petite gourmande, tu as assez bu. »

La Reine retira son poignet, qui cicatrisa instantanément, et caressa le visage de la femme.

« Mon sang bouillonne dans tes veines, ma chérie... Embrasse mon ventre, sens comme le contact de ma peau t’est agréable. Tu peux ressentir du plaisir envers les autres, bien entendu, mais rien ne sera jamais aussi bon que quand je te ferais l’amour... »

Ce qui, à en juger par la voix chaude et sensuelle de la Reine, était imminent pour elles...
« Dernière édition: Mars 26, 2017, 10:50:33 par La Reine Noire » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lorelei Käarn
Créature
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Mars 25, 2017, 03:16:08 »

En effet, la vampire était toute bouillonnante à ce moment-là. Elle venait de remercier sa Reine pour l’inestimable présent qu’elle lui avait fait, en la corrompant, en le transformant en l’une de ses guerrières. Lorelei ne s’était jamais sentie aussi bien de toute sa vie ! Elle se sentait vivante, comme si auparavant elle était vide, morte, sans âme. Une sensation dure à expliquer mais qui était extrêmement agréable et vivifiante. Lorelei était parti embrasser sa Reine sur les lèvres, changeant légèrement ses directives pour simplement lui témoigner son amour et son désir. Les langues s’étaient caressé, les lèvres également, mais la sublime Reine finit par rappeler à l’ordre sa nouvelle servante. Lorelei fut chanceuse qu’elle ne refusa pas ce baiser et que, au contraire, elle l’accepta volontiers. Sentir les mains de cette femme caresser ses hanches fut extrêmement agréable pour Lorelei, qui finit malgré tout par obéir en se mettant à genoux.

Et à cet instant, la vampire allait devoir prêter serment. Son âme et son corps étaient liés éternellement à la Reine Noire, mais il fallait officialiser cela, d’une certaine manière. La Reine avait ses raisons ! Et Lorelei devait s’y plier. Elle entendit les instructions de sa maitresse, puis regarda le poing qui lui était tendu, comportant une étrange bague au doigt. Lorelei effectua alors son baiser de paix, mais avant cela, sa langue prononça le serment qui allait la lier à la Reine. D’une voix fière et solennelle, Lorelei s’exprima. « Je fais serment de servir ma Reine, de lui obéir dans la vie et dans la mort. Je fais serment de vénérer et adorer ma Déité, et d’accomplir sa volonté quoiqu’il m’en coute, de me soumettre à sa volonté, d’être son esclave éternelle et dévouée. Je fais serment de protéger et d’être au service de ma Maitresse, d’être sa guerrière, et de porter son Ordre là où elle m’insufflera de le faire. Je fais serment … De vous appartenir, à jamais. » Déclara Lorelei, finissant par embrasser sur la bague au doigt de la Reine, à plusieurs reprises.

Lorelei venait donc de prêter serment, ce qui signifiait qu’elle était désormais officiellement l’esclave de la Reine Noire. Bien que ce terme n’était qu’une facette de sa nouvelle vie ; elle était aussi une de ses dévotes, et une de ses guerrières ! Après cela, la femme tendit son poignet à la vampire qu’elle devait s’abreuver de son sang, en lui disant que sa Reine sera généreuse si elle remplissait bien son rôle d’esclave. Sans rien dire, le regard de Lorelei parlait pour elle ; oui, elle sera la plus dévouée et serviable de toutes les esclaves qu’elle aurait pu avoir … Sans prétention. La vampire sentait le sang qui coulait dans les veines de sa maitresse, et rien qu’à cela, elle sentait un sang hautement noble et … Pur. Elle clôtura ses yeux puis, se laissant envouter par l’odeur du sang de la Reine, avant de planter ses crocs dans sa chair. Le sang pur de cette créature fila en elle, et à ce moment-là, Lorelei sentit quelque chose changer encore en elle. Plus elle aspirait le sang de la Reine, plus elle se sentait forte, mais … Aussi et surtout liée à elle. Plus elle buvait plus elle sentait sa Reine s’introduire en elle.

Qu’est-ce que ça voulait dire ? Cela voulait dire que son sang se faisait remplacer par le sien. Lorelei but encore et encore, ne trouvant aucune force de s’arrêter de boire ce nectar exquis. Le sang de Reine finit par remplacer le sang, coulant dorénavant dans ses veines … Et finissant sa transformation en esclave. Sa maitresse finit par retirer son poignet, laissant une Lorelei en extase alors qu’elle rouvrit ses paupières, la bouche en sang. « Je … Je vous sens en moi Maitresse … Vous êtes là … Omniprésente en moi … » Déclara-t-elle, avançant doucement son visage vers le ventre de sa maitresse, l’embrassant à pleine lèvres. Et effectivement, ce contact était extrêmement agréable. Lorelei sentait une forte familiarité avec cette peau, avec cette odeur et cette chair. Jamais elle ne pourrait ressentir un tel plaisir et bonheur avec quiconque d’autre, jamais … Elle lova sa tête contre son ventre, l’embrassant très tendrement, finissant par se serrer contre. Elle s’imprégnait de son odeur, de sa marque ! Lorelei était très heureuse, mais le fut encore plus quand elle entendit la dernière phrase de sa Reine.

Elle se releva, puis recula en arrière sans se retourner. Quand elle fut au pied du lit, toujours face à sa Reine, Lorelei tira sauvagement sur ses propres haillons, les déchirants, faisant parler sa nouvelle force surhumaine pour révéler sa nudité. Comme hypnotisée, la vampire se laissa tomber sur le lit puis écarta ses jambes, laissant entrevoir une clair invitation. « Montrez-moi ça, ma noble Reine. Venez, prenez mon corps … Faites-moi l’amour de toutes vos forces. Je vous veux en moi … Je vous offre ma chair. » Déclara-t-elle, pourléchant doucement ses lèvres des reliquats de sang présent dessus. Lorelei n’avait qu’une envie ; satisfaire l’appétit sexuel de sa Reine, et se faire prendre encore et encore, jusqu’à ce que ça soit à son tour d’offrir du plaisir en retour.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
La Reine Noire
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Mars 27, 2017, 01:00:02 »

Lorelei était désormais son esclave, intégralement. Non seulement la Reine avait modifié son esprit en ce sens, mais l’avait aussi doté de son sang. Outre améliorer sensiblement ses performances, ce sang qui circulait en elle permettait désormais à la Reine d’être perpétuellement reliée à Lorelei. La femme n’aurait plus jamais un seul secret pour elle. Peu importe où elle allait, la Reine le saurait, et, peu importe ce qu’elle pensait, la Reine le saurait. Si jamais Lorelei la trahissait, la Reine le saurait, et pourrait la punir en conséquence. Bien entendu, dans une autre dimension, ses pouvoirs étaient plus faibles qu’ici, mais ça ne l’empêchait pas d’agir. Néanmoins, il n’y avait aucune velléité dans l’esprit de Lorelei, simplement un amour inconditionnel, tandis qu’elle se déshabilla, finissant toute nue.

La femme avait un très joli corps, musclé et solide, tout en étant harmonieux et élégant. Sa transformation en vampire avait aussi amélioré sa beauté, lui faisant gagner une taille de poitrine, et la rendant, de manière globale, plus belle, selon les critères esthétiques de la Reine. Bien qu’omnisciente et omnipotente ici, la Reine Noire avait toujours aimé le sexe, et ressentait encore une attirance forte pour les relations charnelles. Il était donc naturel qu’elle prenne sauvagement Lorelei, qu’elle conclue cette soumission par un coït aussi brutal que long.

*Et puis, ce n’est que comme ça que je révélerai les nouvelles capacités sexuelles de Lorelei...*

La Reine se rapprocha d’elle, en petite tenue beige et noire, délestant sa longue cape rouge, qui glissa sur le sol, puis rejoignit le lit. Là, ses mains caressèrent les jambes de Lorelei, puis elle remonta le long de son corps, tout en s’allongeant sur elle. Sa main glissa ensuite sur la joue de la femme, et son pouce caressa ses lèvres.

« C’est drôle... On aurait pu croire que, avec ma puissance infinie, ce genre de choses me laisseraient indifférentes, mais... Le frisson que je ressens me dit le contraire. »

La Reine esquissa un léger sourire, puis posa sa main sur le sein de la femme, pinçant son téton. En matière sexuelle, la Reine était terriblement douée, car elle bénéficiait d’une expérience colossale. Elle allait donc prendre son temps avec Lorelei, honorer son corps à sa manière. Sa bouche s’approcha de la sienne, et elle entama sa danse par un baiser sensuel. Ses lèvres se plaquèrent aux siennes pendant quelques secondes, et sa langue partit ensuite à l’assaut, s’enfonçant dans la bouche de la guerrière, tandis que ses jambes vinrent se frotter aux siennes, son corps se serrant tendrement contre le sien.

« Hmmm... »

Il était temps pour Lorelei de découvrir les joies de sa nouvelle vie... Et tout ça commençait maintenant !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lorelei Käarn
Créature
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Mars 31, 2017, 11:37:31 »

Lorelei bouillonnait de tout son être à ce moment précis ; ce moment où elle savait que sa Reine allait hargneusement lui faire l’amour. Mais ce n’était pas seulement dut à cela … Lorelei était réellement changée depuis qu’elle sentait sa Reine en elle. Précisément, la vampire ressentait une joie, un bonheur, une satisfaction sans fin en permanence. La raison à ceci était qu’elle sentait en permanence une présence en elle ; celle de sa Reine. Le fait de la sentir omniprésente dans son âme, dans son corps ou partout ailleurs lui procurait une immense joie et satisfaction, qui n’avait nulle égale. C’était une sensation qui appelait à toujours en vouloir plus … Si cela était possible, nul ne doute que la vampire aurait demandé à ressentir encore plus la présence de sa Reine en elle, par exemple au point où elle serait littéralement possédée par sa Reine, mais tout en gardant son esprit. Mais pour le moment, elle attendait l’instant où elle allait consommer sa chair, se servir d’elle comme de sa petite esclave sexuelle docile.

Lorelei en mourrait d’impatience de hurler de plaisir, de se déchirer les cordes vocales à force que sa Reine la submerge de tout son savoir-faire en matière de sexe. Pourtant, la puissante entité décida de la jouer à sa manière et commença en douceur et sensualité. Elle glissa contre Lorelei, ses mains caressant doucement ses jambes, faisant naitre et battre le plaisir en Lorelei. La vampire couina doucement en entrouvrant ses lèvres, étant dans un premier temps complètement subjuguée par la beauté phénoménale de sa Reine. Rien qu’à voir une beauté pareille, aussi pure, aussi … Parfaite, aurait presque pu la faire jouir, tellement était-elle excitée et en vénération envers elle.

Puis dans un autre temps, elle sentit une puissante vague de plaisir l’envahir quand la Reine se lova contre elle, poitrine contre poitrine, et plongea ses lèvres pour l’embrasser. Lorelei posa sensuellement sa main sur celle de sa Maitresse, pour appuyer celle-ci d’avantage contre son sein, l’encourageant vivement à poursuivre. Elle se laissa complètement envahir par l’onctuosité et le délice de ses lèvres, caressant sa joue tendrement de son autre main, et tortillant sa langue toujours plus chaudement avec la sienne. Ses jambes coulissaient doucement contre les siennes, créant un contact extrêmement excitant et particulièrement … Doux. Lorelei fondait comme neige sous les assauts sulfureux de sa Maitresse, gémissant doucement et onctueusement à chacun de ses baisers et caresses. Lorelei profita d’une pause souffle pour répliquer à la Reine. « Il est donc de mon devoir d’entretenir ce frisson … » Dit-elle chaudement, embrassant à pleine lèvre la fine ligne de sa mâchoire, léchant doucement sa peau, puis appliquant un baiser sur sa joue.

Lorelei remonta ses mains et les posa contre les fines épaules de sa Reine, les caressant en toute sensualité. « Vous êtes si belle, ma Reine … Et votre corps, si parfait. Apprenez-moi à le vénérer, à l’honorer exactement comme il doit l’être … » Demanda alors Lorelei de manière rhétorique, puisqu’il n’a jamais été question d’autre chose que de vénérer le corps de la Reine. La vampire descendit son visage et cherchant toujours plus de proximité, de chaleur, vint nicher doucement son délicat visage dans le cou de sa Maitresse, déposant très tendrement ses lèvres contre, se mettant à le vénérer par mille et une caresses buccales. Elle resserra son corps contre le sien, relevant tendrement ses jambes pour coincer en étau les hanches de sa Reine par ses cuisses. Elle ne referma pas le piège avec ses pieds car cela entraverait les mouvements de la femme, mais la tentation était grande …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
La Reine Noire
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Avril 03, 2017, 12:04:03 »

« Mon corps doit être la référence cardinale absolue à tes yeux en matière de beauté, Lorelei. C’est une chose à laquelle je veillerai, crois-moi. »

Vaniteuse, la Reine Noire l’était, et elle venait de le prouver en ce moment. Elle avait sur Lorelei, comme sur toutes ses autres ouailles, un contrôle absolu. Autrement dit, elle n’allait pas juste se contenter de soumettre la femme, mais elle allait aussi s’immiscer dans ses rêves, modifier ses fantasmes, les adapter en fonction de sa vanité. Tout serait fait pour que, aux yeux de Lorelei, il n’y ait pas de femme plus belle que la Reine. La nuit, elle rêverait d’elle, et, à chaque fois qu’elle ferait l’amour avec une autre femme, elle ne ressentirait pas le même bonheur qu’avec sa Reine, et ne pourrait s’empêcher, en son for intérieur, de comparer toutes ses autres conquêtes et amants à la Reine.

Car la Reine ne voulait pas de sa fidélité sexuelle. Au contraire, elle allait aussi veiller à accroître considérablement la libido de Lorelei, de manière à ce qu’elle puisse goûter à d’autres femmes (ou hommes), et que rien ne soit aussi bon que les rares et précieux moments où sa Reine daignerait la fourrer. Plus qu’une fidélité sexuelle, elle voulait une fidélité totale. Coucher avec les autres, paradoxalement, ne ferait que renforcer la fidélité que Lorelei ressentait à son égard. La Reine voulait qu’elle multiplie les amants, car chaque « infidélité » renforcerait sa fidélité à son égard.

Elle envahirait donc ses rêves, ses fantasmes, ses désirs, et le faisait déjà. C’était, après tout, son sang qui circulait dans ses veines, de sorte que Lorelei était perpétuellement reliée à elle. Si la Reine le voulait, elle pouvait même s’emparer de son corps, en prendre le contrôle. Lorelei était ainsi une esclave parfaite, car, non contente de lui être totalement soumise, elle conserverait son libre arbitre.

« Je ne veux pas d’une femme faible. Tu seras ma chienne, mais, envers les autres, tu montreras les dents. Tu seras forte et inébranlable comme un roc, tu tueras, violeras, soumettras, baiseras… Mais, face à moi, tu seras la plus docile des gazelles, Lorelei. »

La Reine lui parlait tout en étant lovée contre elle, et ses mots avaient la valeur de ceux qu’une divinité prononcerait devant son zélote. Il fallait donc impérativement les suivre, sans possibilité de les contester par la suite. La Reine, en tout cas, appréciait le corps de Lorelei, et caressait ses formes, tout en usant de ses pouvoirs psychiques pour raffermir son emprise sur elle.

*Tu dois m’aimer, me chérir, bien plus que tu ne t’aimes toi-même. Si jamais tu es séparée de moi, tu dépériras, sans but. Toujours, tu dois penser à moi, car ton existence sans moi n’est que vacuité.*

Elle sentit les jambes de Lorelei s’enrouler autour de sa taille, et la Reine sourit, en la sentant se presser contre elle. La Reine souriait à ses tendres baisers, et se redressa lentement, emmenant Lorelei avec elle. Le décor changea encore, et un fauteuil rembourré apparut à la place du lit, tandis que la Reine repoussait Lorelei, et s’installait sur le fauteuil, croisant élégamment les jambes.

« Je t’apprendrais à vénérer mon corps, Lorelei… Et tu vas commencer par lécher mes pieds. Lèche-les longuement, remonte le et arrête-toi jusqu’à mes mollets… »

La magie de la Reine continuait à opérer, car elle allait amplifier considérablement le désir de Lorelei. L’idée était que la femme jouisse en léchant ses pieds.

Pour avoir le droit de goûter au sexe de sa Reine, ou même à ses lèvres, Lorelei allait devoir faire preuve de sa dévotion, et tout commençait par les pieds de la Reine… Et elle ne pourrait passer à d’autres parties du corps de la Reine qu’une fois qu’elle aurait joui.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lorelei Käarn
Créature
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Avril 03, 2017, 12:31:25 »

Le sentiment d’appartenance et de soumission était l’un des plus puissants et agréable des sentiments, quand on trouvait la bonne personne. Lorelei était soumise à sa Reine, intégralement et éternellement. Elle était sa marionnette, sa petite poupée de chiffon dont elle se servait pour assouvir ses pulsions, ou juste s’amuser. Car après tout ; la Reine n’avait guère besoin d’un larbin supplémentaire. Elle n’avait guère besoin de soldats, de servantes. Elle était puissante et pouvait absolument faire ce qu’elle voulait dans cette dimension. La seule chose qui la poussait à prendre des gens comme Lorelei était … Bien au-delà de la raison. La vampire ne pourrait peut-être jamais comprendre les réelles motivations de sa Reine, mais tant qu’elle pourrait la satisfaire et la vénérer, tout irait bien. Il était vrai de dire que Lorelei était sa poupée car la puissante entité qu’était la Reine avait tout pouvoirs sur elle.

On ne parlait pas simplement de pouvoir manipuler son esprit. On parlait d’avoir la main mise sur absolument tout ! La Reine pouvait détruire son esprit et lui en construire un autre ; elle pouvait modifier à volonté son corps et en faire ce qu’elle voulait ; et au-delà de tout cela, la Reine s’était introduise en elle de manière permanente, grâce à son sang. Ce qui voulait signifier que non contente de pouvoir connaitre et entendre tout sur elle, elle pouvait également en prendre le contrôle. La Reine pouvait littéralement s’accaparer la chair de Lorelei si tel était son désir, et s’en servir comme son propre corps, aussi longtemps qu’elle le voudrait. Le pire – ou le meilleur – dans tout ceci était que Lorelei demeurerait parfaitement consciente. Il fallait cependant nuancer la chose … Consciente, mais pas spectatrice. Mais ceci était un tout autre sujet, et Lorelei avait pour le moment bien des choses à faire.

Comme apprendre à vénérer le corps de sa sublime Reine. Cette dernière allait lui apprendre, mais avant, elle lui déclara qu’elle ne voulait pas d’une femme faible. Face à tout le monde, Lorelei serait une chienne enragée, une fière et puissante guerrière ne connaissant ni la pitié ni la morale. Mais face à sa Maitresse, elle sera docile et aimante, aussi soumise et humble que possible. « Mon existence … Sans vous … N’est que vacuité … » Dit-elle d’elle-même, sans se douter que ce fut la Reine grâce à ses manipulations télépathiques qui lui avait fait dire ça. Mais, elle n’en pensait pas moins ! Bien au contraire. « Je vous aime, ma Reine. Il n’y a aucun être qui puisse vous aimer autant que je vous aime moi … Je serai votre plus grande et fière guerrière, je vous rendrai honneur et adoration à chaque expiration. Vous verrez en moi … Votre plus belle et grande Création. » Déclara-t-elle fièrement.

Autant de serments que de promesses qui allaient être tenues ! Lorelei était dans un état de pure et solennelle adoration envers la Reine, et ce n’était pas prêt de changer. Mais trêve de bavardages ! La pièce changea à nouveau et le lit disparu au profit d’un grand fauteuil, sur lequel la Reine partit s’installer gracieusement, croisant ses jambes. La Reine ordonna alors à Lorelei de commencer par lui lécher les pieds. C’était la première chose à faire quand on devait vénérer son corps … La vampire commença donc son apprentissage et rejoignit sa Maitresse, d’une démarche féline, à quatre pattes. Lorelei restait dans cette posture, qui lui rappelait sa place par rapport à sa Reine. Docilement, tout humblement mais toujours avec cette apparente fierté, Lorelei sortit sa douce langue et donna un premier baiser sur le pied tendu vers elle. Mais, à ce coup de langue, elle sentit étrangement bien plus de plaisir que prévu … Un plaisir si dense et fort qu’elle en gémit, sentant son entrejambe se chauffer d’un seul coup.

Encore une belle preuve que sa Reine avait tout contrôle sur son corps. Elle venait d’augmenter drastiquement sa sensibilité et son désir, et nul doute ne faisait que Lorelei allait jouir rien qu’en lui léchant les pieds. La vampire déposa plusieurs baisers, avant de finalement se mettre à genoux. Elle prit ce pied avec mille précautions, comme s’il s’agissait d’une fragile pièce de porcelaine. Elle déposa un savoureux et langoureux baiser sur sa plante, puis elle se mit à la lécher tendrement, partant de son talon, jusqu’au bout de ses doigts. Chaque baiser, chaque coup de langue lui procurait un plaisir inouï, et la faisait gémir … Elle était tentée de calmer ce feu en se doigtant elle-même, mais ça serait manquer de respect à sa Maitresse. Toute son attention devait être envers elle ! Lorelei continua de lécher tendrement, sa langue pressant et embrassant avec amour sa plante de pied.

Vint le moment où elle s’occupa de ses petits doigts. Un à un, la belle vampire se mit à les lécher et les suçoter, prenant son temps pour les choyer comme il se devait. Quand elle arriva au gros doigt, Lorelei creusa ses joues et l’aspira de manière très suggestive, ronronnant de plaisir et de bonheur à chaque aspiration. Son corps criait de plaisir, et sa féminité suintait déjà. Lorelei étouffait ses gémissements mais à en voir sa fougue, elle était sur la bonne voie. Elle finit par délaisser ce pied pour saisir doucement l’autre, se mettant à le couvrir à son tour de baisers et coups de langue. Elle semblait prendre particulièrement plaisir à lécher la plante, et insista donc dessus, l’embrassant et la léchant avec appétit. Mais, elle tenait encore l’autre dans sa main … Et doucement, l’orienta vers sa féminité. Lorelei couina en sentant ce doux membre frotter son sexe, mais une fois en place, elle le tint par la cheville puis commença à se frotter lentement contre, d’elle-même.

Lorelei ne pouvait rêver meilleure situation … Et à force d’apporter autant d’amour aux pieds de sa Reine, à force de lécher et embrasser ses plantes et ses petits doigts, la vampire finit par jouir, ne pouvant retenir un cristallin cri de plaisir, alors que sa mouille coula.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
La Reine Noire
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Avril 10, 2017, 01:16:18 »

La Reine contrôlait le corps et l’esprit de Lorelei, ne lui laissant son libre-arbitre que quand elle le voulait. Ce monde était son monde, et cet univers-ci se pliait à ses règles, ce qui impliquait aussi bien le décor que les personnes en faisant partie. Il ne fallait plus voir Lorelei Käarn comme une personne libre et indépendante, mais comme une véritable extension de la volonté de la Reine. Elle était autant son esclave qu’un prolongement d’elle-même. Oh, comme il serait gratifiant de voir cette fière et belle guerrière dominer les autres en-dehors des murs de ce fort, se montrer cruelle, violente, voire sadique, et être, face à elle, aussi douce qu’un agneau. La Reine contrôlait son plaisir, et, si elle le voulait, elle aurait pu la faire jouir d’un simple claquement de doigts. Quand on comprenait le fonctionnement du corps humain, on pouvait le manipuler à loisir, et la jouissance n’était, finalement, qu’un ensemble de réactions physiques que la Reine pouvait, grâce à sa puissante magie, reproduire et amplifier.

Jamais un pied ne semblerait à Lorelei aussi bon que le sien, jamais une autre peau ne lui prodiguerait un tel désir. Pour autant, il ne fallait pas croire qu’elle ne ressentirait pas du plaisir en couchant avec d’autres. Face à d’autres personnes, Lorelei prendrait aussi son pied, mais ça n’atteindrait jamais la même intensité que ses séances avec sa Reine. La femme était devenue son horizon, sa seule et unique raison d’être. Qu’elle disparaisse, et Lorelei ne serait plus qu’une âme en vogue, errant sans but, et qui se suiciderait certainement.

Sa langue glissait sur les orteils de la femme, suçotant chacun d’entre eux, les mordillant, avant de lécher la plante de ses pieds, de déposer une série de baisers dessus, pour remonter encore, allant sur le devant de son pied, descendant pour retourner sur ses orteils. Elle s’occupait d’un pied, puis s’attaquait ensuite à l’autre, avec amour et dévotion.

« Haaa... C’est très bien, ma chérie... »

Lorelei continuait à lécher ses orteils, jusqu’à ce qu’elle ne finisse par jouir. Sa fleur intime était en feu, et Lorelei frottait instinctivement ses cuisses, à quatre pattes devant Sa Majesté. Elle finit par se relâcher donc, dans un grand soupir, et la Reine ne put que sourire, visiblement ravie.

Elle décroisa alors ses jambes, et posa ses pieds à gauche et à droite de la femme. En relevant la tête, Lorelei pourrait ainsi voir sa culotte rouge, ce fin morceau de tissu recouvrant l’intimité de la femme.

« Voilà ta récompense... Viens lécher et embrasser ma culotte... Mais ne la retire pas. »

Et, pendant qu’elle le ferait, elle aurait même la chance inouïe de sentir se poser, sur sa tête, la main gantée de la Reine.

Que demander de plus ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lorelei Käarn
Créature
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Avril 15, 2017, 03:21:04 »

La vampire était totalement plongée dans l’exercice d’adoration de sa Reine. Elle était là lui lécher et lui embrasser les pieds avec tant de dévotion, tant d’amour et tant d’application. C’était un véritable bonheur pour elle, à un tel point qu’elle en avait jouit ! Lorelei venait de jouir rien qu’en léchant les pieds de sa Maitresse, c’était dire à quel point elle était sous son influence. La jeune femme était complétement et irrémédiablement soumise à cette créature, il suffisait de voir le niveau d’adoration qu’elle faisait preuve pour s’en rendre compte. Et ce n’était que le début … Car plus la vampire allait progresser, plus ce sentiment d’appartenance et de servitude allait croitre, à son plus grand bonheur. Lorelei continuait donc de lécher sa Reine jusqu’à ce qu’elle ne jouisse, attendant donc la suite. Sa Maitresse ne tarda guère à lui dicter ses prochaines instructions et lui intime dès lors de venir lécher sa fine culotte rouge, sans pour autant la retirer. Un sourire satisfait s’imprima sur les lèvres de la vampire, qui hocha de la tête.

« Avec grand plaisir, ma Reine. » Dit-elle tout fièrement, toute excitée. Lentement elle se déplaça, se mettant à genoux au lieu d’être à quatre pattes. Elle posa d’abord ses mains sur les chevilles de sa Maitresse, puis les remonta lentement, sensuellement, caressant chaque centimètre de sa parfaite peau, jusqu’à ses genoux. Son regard se braqua sur son entrejambe, alors qu’elle avança doucement son visage, finissant par déposer un premier baiser en surface. Lorelei clôtura finalement ses yeux et commença à enchainer, toujours d’un geste maitrisé et sensuel, les baisers. Ses lèvres s’apposèrent sur le tissu de ce sous-vêtement et doucement, elle l’embrassa. Petit à petit la vampire se laissait porter par ses instincts et émotions, ajoutant de savoureux coups de langue, mouillant ainsi le tissu. Et en s’humidifiant, il n’allait que mieux épouser la fine fleur de sa Majesté, offrant encore plus de plaisir à elle qu’à Lorelei.

Mais celle-ci ne comptait pas simplement lécher bêtement. La jeune femme ramena doucement ses mains vers les cuisses de la Reine Noire, les griffant doucement à mesure qu’elle léchait / embrassait plus ardemment sa culotte rouge. Sa langue se mit même à presser à certain endroit, afin de mieux stimuler la féminité de sa Maitresse même au travers un tissu. Elle couinait et gémissait doucement, portée par un puissant désir qui ne fit que s’accroitre quand elle sentit la main de la Reine se poser sur sa tête. Lorelei poussa même un petit ronronnement de bonheur à la sentir caresser et empoigner sa chevelure … C’était un véritable régal que de sentir l’affection de sa Reine à son égard. Mais cela ne la déconcentra guère de sa tâche. Lorelei finit toutefois par poser une main à la limite haute de ce tissu, puis le tira vers le haut, afin de tendre au maximum le sous-vêtement, de manière à ce qu’il moule presque le sexe de sa propriétaire.

Lorelei profita alors de ça pour se mettre de nouveau à lécher mais cette fois-ci, sa langue partit se presser bien plus fortement qu’auparavant. La vampire se mit à lécher et embrasser le petit bouton de la Reine Noire au travers le tissu, et de sa main libre, commença à effleurer puis caresser sa fleur, toujours au travers le tissu. Lorelei s’appliquait corps et âme pour apporter le plus de plaisir à cette femme, tout en respectant à la lettre son ordre, qui était de ne pas retirer sa culotte … Car son ordre était tout ce qu’il y avait de plus sacré et important.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
La Reine Noire
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Avril 18, 2017, 12:42:40 »

Oh, le sexe ! Oh, le pouvoir inouï de cette chose simpliste et universelle ! Quand la Reine était passée de son statut ancien à celui de Déesse, elle aurait pu se couper du sexe, mais elle s’en était refusée… Et elle avait eu raison ! La Reine adorait ce qui avait trait au corps. Le sexe était une force ancestrale, fondamentale, et elle aimait s’y perdre. Quand elle n’organisait pas ses jeux, il était fréquent qu’elle organise de somptueuses orgies avec ses esclaves. Lorelei, de ce point de vue, serait une superbe championne. Elle était très douée de sa langue, et, tout en suivant les ordres de la Reine, n’hésitait pas à prendre quelques heureuses initiatives, par exemple en déplaçant ses mains, et en tirant sur la culotte, ou en griffant les cuisses de sa Déesse, qui se mit à frissonner.

« Oui… Oui, ma chérie, hmmm… Continue… Continue à honorer ta Reine comme tu le fais si bien en ce moment… »

Sa main se crispait sur la masse de cheveux de la femme, et la Reine se dandinait légèrement sur place, suivant les mouvements buccaux de la femme. Lorelei alla étirer sa culotte, moulant ainsi les lèvres intimes de la femme, et s’en servit pour lécher son sexe, s’enfonçant à travers ses lèvres intimes, cherchant à aller le plus loin possible.

« Haaaa… Ohh, hmmm… Quelle fougue, Lorelei ! Tu aimes mon corps, hein, ma petite chérie ? »

La Reine souriait de plaisir, et souleva soudain l’une de ses jambes, venant la poser sur l’épaule de Lorelei, et la posa au milieu de son dos. Ainsi, elle pouvait maintenir le corps de la femme contre le sien de cette manière, tout en tenant ses cheveux avec une main. Pendant ce temps, avec l’autre, elle serrait l’accoudoir, tout en sentant sa mouille, sa divine mouille, s’échapper de ses lèvres intimes. La Reine se pinça les lèvres pendant quelques secondes, renversant sa tête en arrière, en sentant de délicieuses vagues de plaisir la traverser.

Avec elle et ses esclaves, le sexe était toujours un parcours initiatique, mais la Reine aimait tellement le sexe qu’il était rare que ses esclaves viennent la décevoir. Après tout, quand elle avait réécrit la personnalité de Lorelei, elle s’était aussi assurée d’en faire une redoutable amante sexuelle, aussi assoiffée qu’expérimentée. Lorelei ne le réalisait pas encore, mais, une fois qu’elle serait hors du château, sa libido deviendra vite un élément avec lequel elle allait devoir composer. Comme quoi, il restait encore, chez la Reine, malgré son omnipotence, des relents significatifs de son humanité.

« Haaaaa, ouiii, hmmm… Lorelei, hmmmm… »

Sous ce traitement onctueux, la Reine avait fermé les yeux, et sentait surtout le plaisir croître, atteignant le point suprême… Et, dans un long soupir, elle se mit à jouir, la mouille éclatant contre les lèvres de Lorelei, glissant le long de ses cuisses.

« Haaaaa… »

La Reine gémit alors, et, dans les secondes qui suivirent son orgasme, son corps se transforma… Et, le long de son intimité, une force subite remonta. La Reine remit ses jambes en position, et Lorelei put ainsi voir quelque chose jaillir, venant écarter la culotte, en en sortant pour se dresser fièrement. Il s’agissait, ni plus, ni moins, que… D’une verge !

« Voilà… Regarde dans quel état tu m’as mise, ma choupette… »

Une magnifique queue venait de se former, recouverte de mouille, et se dressait fièrement devant le visage de Lorelei. La Reine soupira donc, reprenant peu à peu son souffle, et poursuivit, très logiquement, par un nouvel ordre, qui ne souffrait d’aucune ambiguïté :

« Suce-moi. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lorelei Käarn
Créature
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Avril 19, 2017, 07:28:26 »

La fougue et la passion de la vampire étaient débordantes. Rien ne pouvait désormais l’arrêter dans sa quête sacrée qu’était apporter du plaisir à sa Reine, de la faire jouir, de répondre à l’ordre qui lui donné. Lorelei léchait et embrassait son sous-vêtement avec beaucoup de passion et d’acharnement, défoulant son trop plein de fougue en griffant sensuellement ses cuisses. Sa Maitresse n’avait pas pu dire plus juste en devinant que Lorelei raffolait de son corps. Mais ce n’était qu’une partie de la chose, car la vérité était que la guerrière aimait tout, absolument tout émanant de sa Reine. Son corps, son odeur, sa voix, ses ordres, sa pensée … Lorelei raffolait de tout, en état de pure extase voire d’adoration à chaque expiration et inspiration ! Le corps de la Reine était donc un objet sacré à vénérer à part entière, et elle s’appliquait pour le faire correctement, donnant le meilleur d’elle-même.

Et sa récompense en fut plus gratifiante, d’ailleurs. La meilleure des récompenses pour une dévote comme Lorelei était de voir le visage de sa Maitresse se détendre d’un orgasme, de voir son corps se délier, et de sentir sa mouille asperger son visage. Les couinements et les gémissements de la Reine Noire motivèrent énormément Lorelei qui insista encore et encore, enfonçant terriblement sa langue contre le tissu, jusqu’à finir par pénétrer sensiblement la noble femme avec celle-ci, même avec le tissu au travers. Lorelei crispa sa main libre contre la cuisse de sa Reine, et maintenu l’autre pour tendre la culotte, alors qu’elle plaqua son visage au maximum contre ses chairs, pour mieux la lécher. Lorelei poussa sur son bouton intime et sur ses lèvres, jusqu’à sentir la grande Dame se mettre à jouir. La récompense tombait à ce moment précis ; à ce moment où Lorelei sentit sa Raison de vivre se mettre à jouir, inondant le beau visage de la vampire qui racla la moindre goutte de ce nectar sacré.

Mais, c’était loin d’être fini. A la grande surprise de Lorelei, celle-ci put observer une transformation sur le corps de sa Maitresse. Cette dernière, juste après son orgasme, se fit pousser une longue et massive queue masculine, qui sortit de ses chairs intimes. Le regard rond et curieux de la vampire se posa dès lors sur ce gros morceau de chair appétissant. « Vous êtes pleine de surprise Maîtresse. » Dit alors Lorelei avec un large sourire, avant de caresser lentement ce mandrin. Puis elle clôtura ses yeux, enivrée par le plaisir et le désir, avant de poser langoureusement ses belles lèvres contre le mat de chair. Lorelei apposa un terrible suçon dessus, avant de se mettre à lécher cette queue sur toute sa hauteur et sa largeur. Sa langue parcourant tout le membre, de long en large, et des petits couinements s’échappaient de ses lèvres ponctuellement. Lorelei finit par embrasser et lécher avidement les bourses accompagnant la trique de sa Maitresse, allant même jusqu’à les mordiller pour plus de sensations.

Mais finalement, après avoir copieusement lécher et embrasser cette queue, l’enduisant de sa salive, Lorelei embrassa le gland chaud de sa Reine, puis en creusant ses joues, le goba entre ses lèvres en petit mais vive succion. « Hm … » Gémit-elle sur le moment, commençant alors à enfoncer le délicieux morceau de chair dans sa bouche, le faisant délibérément buter contre le fond. Lorelei avait les yeux clos et pompait lentement, langoureusement, prenant cette trique centimètre par centimètre. Ses joues se creuser à mesure qu’elle pompait, mais elle allait de plus en plus franchement, finissant par crisper ses doigts contre la chair des cuisses de la Reine Noire, afin de se donner un appui. Et Lorelei usa de cet appui pour se propulser férocement, enfonçant la lourde et délicieuse trique de la Reine bien au fond dans sa gorge ! Cette dernière grossit et se déforma au passage du mandrin sacré, mais procura un plaisir sauvage, voire bestiale, à Lorelei. Cette dernière recula légèrement puis réitéra, allant de plus en plus vite et férocement … Et provoquant toujours plus de bruitages grivois.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Tags:
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox