banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une attaque d'envergure... [PV : Belhpy]  (Lu 1792 fois)
L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 102


L'empire Sildurien


Voir le profil
Fiche
Description
Ceci est une légion militaire.
« le: Mars 02, 2017, 04:13:02 »

Sylandra, une planète parmi tant d'autres, une raison de plus de se battre. Pour les Formiens tout monde inhabité est susceptible de servir de ressource, tout monde autrefois habité est une ressource culturelle. Mais Sylandra... c'est un peu des deux à la fois, autrefois c'était une planète habitée par une race d'humains, des humains avancés technologiquement, puissants et fiers. Mais depuis le passage de l'essaim, cet endroit n'est qu'une planète en ruine, habitée par des hordes de monstres, des milliards de petites créatures toutes plus dangereuses les unes que les autres. L'empire l'aurait bien détruite cette planète, mais leurs protocoles les obliges à examiner toutes les vielles rupines, et donc pour ce faire il faut investir la planète.

C'est donc ce qui déclencha l'appel d'offres, une offre pour des mercenaires postées sur Terra une nouvelle planète faisant partie de l'alliance avec l'empire. Bien qu'aucun dirigeant unique de la planète ne l'ait souhaitée. Mais l'empire protège toujours les mondes habités qui ne lui sont pas hostiles, et donc il protège Terra. L'empire y avait donc recruté des troupes, des volontaires grassement payés s'ils le désiraient. C'est ainsi qu'une femme se fit connaitre, Belhpy Mueller, l'empire ignorait tout sur elle. Mais elle avait dit oui et devait encore donner son prix, l'empire avait donc envoyé un vaisseau la chercher.



C'est ainsi que se posa en orbite de Terra Mother, le plus lourd des croiseurs de l'empire. Il était le dernier né de la série, le onzième Mother, prêt pour le combat et embarquant en son sein des centaines de plus petits vaisseaux. Restant en orbite Mother envoya un Velshor pour qu'il puisse récupérer des marchandises commandées par l'empire et aussi la voyageuse qui se joignait à leur mission sécrète. Le Velshor se posa donc à la capitale bien qu'il était un peu grand pour les pistes d'atterrissage conventionnelles de Terra. Une fois posé il débarqua lui-même un Navyra qui s'élança vers le point de rendez-vous avec la participante. Le petit Navyra qui faisait tout de même cinquante mètres de long contourna la ville avant de se poser à l'une des entrées pour recevoir la cliente.

Dedans la cliente put voir une dizaine d'unités identique en tout point, des Jibril, unités d'assassinat de l'empire. Utilisées comme infanterie et reconnaissance, toutes semblaient en veille. Elles étaient debout contre les parois, cinq de chaque côté de la cale, comme des statues. Au fond de la cale spacieuse, il y avait une dizaine de Locust, des drones antipersonnels. Et pour accueillir notre héroïne, on trouvait deux unités, deux cyborgs qui la saluèrent. D'un côté se trouvait Micha, l'unité d'infiltration, de l'autre Mortissia, une combattante spécialisée dans les éliminations tactiques. Mortissia était sublime, un physique presque humain, un charisme emplit de dignité et elle proposa à Belphy de s'installer à côté d'elle sur la banquette.

- Enchantée Belhpy, je suis Mortissia, voici Micha, ravie de voir que vous avez répondue à notre appel.

Puis le vaisseau se mit en route, mais c'était à peine palpable tant les amortisseurs inertiels faisaient un bon travail. Mortissia lui décrivit alors les unités qui l'entoureraient, Jibril pour servir de chair à canon, Micha pour les analyses et l'infiltration, elle-même qui s'occupera de les garder en vie. Le transporteur alla donc rejoindre le grand Velshor qui repartit peu après les embarquant pour l'aventure. La première étape sera la porte spatiale, et Mortissia invita le groupe sortir du Navyra pour faire un peu de visite le temps qu'ils rejoignent la porte spatiale. Mortissia avait dans son dos une grande arme, mélange de tronçonneuse et d'épée, Micha n'avait que des armes légères, leur premier arrêt fut une armurerie ou une unité Ravager les attendait pour leur dire qu'elle se joignait à leur groupe. Une Nova se présenta également comme participante, Nova était une gamine face aux deux autres, le genre étrangement survolté et excité.

Autour on pouvait voir des centaines de plus petites unités Locust et autres se mettre en mouvement, à vue d'oeil il y avait dans ce vaisseau de transport un millier d'unités, et par les hublots on pouvait voir une dizaine de ces grands vaisseaux, mais aussi deux Messies servant de garde à Mother, le vaisseau dans lequel notre équipe allait se rendre d'ici une heure selon le planning. Il y avait donc une dizaine de Velshor, surement des centaines de Navyra et Kan à leurs bords, et pour!se de dix mille troupes rien que dans ces vaisseaux-là. Mortissia sentant que cela devait intriguée la participante sourit et affirma :

- Nous avons douze-mille unités dans nos transporteurs actuels, moteur possédé près de cinq-mille unités en renfort, et deux Transborder vont nous rejoindre en route. Nous devrions avoir un débarquement de plus de cent-septante-mille unités, et nous... nous n'avons qu'une seule mission.

Elle s'interrompit, car Nova venait de sautiller devant elle pour annoncer fièrement la mission :

- Moi je contrôle septante-mille unités, ma soeur là !
 - Elle pointa du doigt une autre unité Nova - Contrôlera le reste, et je vous accompagne pour trouver l'artéfact qui émet l'énergie, il est sans doute bien protégé !

Elle semblait ravie de savoir tout cela, et de pouvoir en parler aussi fièrement, une boule d'énergie cette Nova. Enfin le groupe avança un peu vers les hangars, il fallait se préparer à embarquer dans les prochains transporteurs, ils purent alors voir des milliers de Chasseurs légers :

- Ce sont nos Peace Maker ! On va s'en servir pour bousiller les lignes ennemies ! Et ça, c'est Boumi !

Elle pointa du doigt un atterrisseur Kan, le genre de vaisseau de transport de troupes et véhicule lourdement blindé de l'empire. Bien qu'il était plus petit qu'un Velshor, bien plus petit.

- C'est un atterrisseur lourd, modèle Kan, avec lui on va fronder au milieu des ennemis et on débarquera sous leur nez.

Assura Mortissia, le groupe était donc maintenant devant leur transporteur tandis qu'une lumière vive passait par les hublots indiquant l'approche de la porte spatiale, l'une des plus grandes machine de l'empire quand il s’agit de se déplacer.
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Mars 04, 2017, 10:56:58 »

Le lieu du rendez-vous avait été vide pendant de longues heures, laissant à la jeune femme le temps de pleinement réfléchir à ce qui lui avait été annoncé, à ce qu'elle avait comprit de la mission, mais aussi et surtout, à quel point tout cela commençait à lentement élimer sa patience, tandis qu'elle tapotait vivement du pied sur la terre sèche des haut-plateaux. Maugréant un peu contre le monde entier, elle ne tarda pas à taper dans le moindre caillou qui dépassait un peu des craquelure des lieux, mais au moins comprenait pourquoi on lui avait donné rendez-vous ici : les lieux étaient parfaitement plat, il n'y avait pas le plus petit brin d'herbe, permettant ainsi à n'importe quel appareil volant de se poser sans le moindre souci, et de pouvoir repartir aussi rapidement si le besoin se faisait sentir, et justement, elle ne doutait pas que son « chauffeur » allait être des plus empressé, au vue du retard qu'il commençait à avoir. Enfin, peu lui en faisait, elle préférait pour l'instant passer ses nerfs sur ce qui se trouvait dans les horizons, tandis que K'leir et Ter'er étaient posés sur un coin de la lourde voiture tout-terrain qu'elle avait utilisée pour atteindre ce point plutôt du centre de la capitale Tekhane, ayant choisie de partir aux aurores pour s'assurer de ne pas connaître la moindre petite imperfection dans son rendez-vous avec les femmes de l'Empire Sildurien. Si seulement elle avait sut qu'elle serait là à poireauter depuis aussi longtemps, elle ne se serait sûrement pas tant pressée, mais que voulez-vous, elle ne se doutait guère alors que ses employeuses pouvaient ne pas être ponctuelles !

L'information, elle l'avait obtenue il y a de cela plus d'une semaine. L'empire Sildurien cherchait un personnel compétent pour une mission de la plus haute importance, une excursion sauvage sur un domaine lointain où elles se devaient d'éliminer la menace formienne, et surtout, comptait s'assurer des états des lieux pour y faire apparemment une recherche. Pourquoi avoir besoin d'une mercenaire Tekhane pour ce genre de boulot, alors qu'un élément furtif, discret, aurait put faire bien mieux et en peu de temps en sus ? Parce que se dressait apparemment sur le chemin quelques complications qui ne sauraient trouver de solutions que par le biais d'une force de combat particulièrement lourde, un assaut frontal qui devait absolument se terminer sous l'aspect d'une victoire, auquel cas elles pourront sûrement investir les lieux, et se permettre une avancée plus conséquentes sur différents sujets qui leur est des plus importants... Du moins c'est ce qu'avait compris Belphy quand elle avait été en lien avec eux afin de prévoir le moment où elles allaient devoir l'emmener jusqu'au point d'attaque, et en ce sens, la femme aux cheveux de sang avait cherchée à se préparer ces derniers jours, durement même, profitant de tout son temps pour se remettre en plein état d'action, avant de finalement partir vers le point de rendez-vous avec non seulement beaucoup de volonté, mais aussi une curiosité sans faille sur les membres de l'Empire, puissance étrange qui avait choisit de se lier avec les habitantes de Tekhos dans la prise de leurs armes contre les formiens. Finalement, c'était aussi une occasion de découvrir quel genre de personnes se cachaient derrière tant d'énigmes, et rien que pour cela, la mercenaire aux tronçonneuses ne se tenait plus de joie !

Enfin jusqu'à bien sur que l'attente ne la fasse déchanter. Finalement il lui fallut encore une bonne demi-heure pour finalement voir le vaisseau descendre depuis le plus haut point du ciel qu'elle pouvait percevoir, lourde forme mécanique à l'apparence presque incompréhensible, qui arriva à grande vitesse pour ensuite modifier sa vitesse d'approche, et se ralentir jusqu'à se trouver en pseudo-stationnement au niveau des airs. Lui permettant de grimper d'un coup une fois les sas ouverts, K'leir et Ter'er entre ses mains, se complaisant même dans un petit bond vif qui lui permit de faire une rapide preuve de son agilité alors qu'elle se réceptionna en douceur à bord, devant un comité d'accueil qui ne manqua pas de la surprendre un petit peu. Devant elle, hormis deux personnes qui se trouvaient bien différentes, à leurs manières, étant donné que la robotique à outrance ne semblait pas être un point qui gênait les créatrice de ces unités, se trouvait une dizaines de clones parfait, de jeune femmes aux cheveux blonds doté d'une arme qui lui faisait vaguement penser aux lances barbares utilisées par les forces guerrières inférieurs de Terra. Celle-ci d'ailleurs restèrent muettes, le regard vide pour l'instant, chacune se laissant simplement aller à une lecture de fichier qu'un regard précis saurait déceler au creux des prunelles légèrement lumineuses de ces dernières ! Donc, comprenant bien qu'elle n'avait absolument pas de raisons de leur parler, elle vint à progresser lentement vers le fond des lieux, où se trouvaient les deux femmes un peu plus « personnalisées », même si la mercenaire décelait encore chez elle une nature pseudo-mécanique, et c'est sans trop faire d'histoire qu'elle les observa avec intérêt, jusqu'à ce que l'une d'elle, de manière bien cordiale, l'invite à la rejoindre, ce qu'elle ne manqua pas de faire.

« Enchantée Belphy, je suis Mortissia, voici Micha, ravie de voir que vous avez répondue à notre appel.
 -  Je suis moi-même enchantée, Mortissia, Micha. J'avais donnée ma parole en prenant cette mission, je ne pouvais bien qu'être présente. Dépêchons nous de repartir en revanche, je suppose que nous nous devons d'être rapidement sur les lieux ! »

Elle n’était sûrement pas obligée de faire un tel commentaire, surtout qu'elle remarqua depuis les quelques hublots de l'appareil qu'elles avaient déjà reprit leur envol, commençant avec une vitesse stupéfiante à traverser les airs pour passer d'un endroit à un autre, commençant tout d'abord par rejoindre le vaisseau-relais qui se trouvait à la capitale même, puis continuant de manière tout aussi preste en direction du firmament, l'effet de la poussée rétro-active du véhicule se faisant sentir sur cette jeune femme peu habituée à de tels records kilométriques. Mais elle tint sans le moindre souci, et fut des plus ravie quand elle parvint enfin à découvrir l'univers spatial qui les entouraient, comprenant alors pourquoi il n'y avait pas plus de détail sur le lieu de l'attaque, celui-ci devait se trouver bien au-delà du monde terran, dans un domaine si lointain que donner une telle information aurait été futile, voir tourné en dérision par les potentielles mercenaires capable de se présenter à une mission d'une telle difficulté ! Mais elle ne pouvait désormais qu'y croire, l'Empire Sildurien était donc en effet capable de voyager bien au delà d'un monde, traversant l'espace sans difficulté pour se permettre de visiter des lieux que nul ne saurait imaginer ! Dans le fond, et sans l'avouer, ce constat ne manqua guère de provoquer chez la femme aux cheveux de sang un brin de jalousie, mais surtout, elle ressentit quelque chose de plus profond, de plus intense : Elle avait l'impression, plus que tout autre chose … de se trouver chez elle en cet instant. Pensée sotte, elle se l'ôta vite de la tête, mais un brin de nostalgie ne la quitta pas du voyage, alors que le vaisseau continuait sa course folle au travers de l'espace, en compagnie de tout son escadron.

La suite fut un véritable festival de découvertes, à tel point qu'elle eut rapidement du mal à suivre les explications de ses futures co-équipières, la demoiselle ayant bien comprise que Misha et Mortissia étaient dans le fond deux unités qui allaient la suivre dans leur descente sur la terre dangereuse qu'elles devront fouler pour éliminer leur opposant, et sa confusion vint même à prendre en ampleur une fois qu'elles vinrent rejoindre le vaisseau-Mère, y découvrant deux petits démons qui commencèrent rapidement à lui donner le tournis. Ok, Misha la silencieuse, Mortissia la polie, et Nova la bruyante ! Bon tandis qu'elles sillonnaient les lieux, les androïdes commencèrent à lui expliquer les différentes unités, les différentes forces en mesure dans cette guerre qui allait se préparer, et ce ne fut pas sans un grand effort que la demoiselle parvint à lentement mettre en marche ses neurones pour réussir à comprendre un peu l'intégralité des composants mis en place dans ce grand théâtre qu'allait être l'assaut sur Sylandra. Étrangement, depuis qu'ils avaient atteint l'espace, elle n'entendait plus parler ses deux armes, se rendant même compte qu'elles n'étaient pas spécialement enjouées à l'idée de partir ces derniers temps, mais elle savait bien qu'elles ne lui répondront pas si elle vient à leur demander la raison de leur mutisme, si bien qu'elle reste encore la plus calme et posée possible pour suivre les propos de ses camarades du jour. Et d'ailleurs, elles viennent de finir leur visite, toutes les cinq s'arrêtant dés lors aux abords d'un espèce de petit vaisseau à l'air particulièrement épais, tandis que Mortissia vint reprendre la parole aux jumelles surexcitées :

« C'est un atterrisseur lourd, modèle Kan, avec lui on va fronder au milieu des ennemis et on débarquera sous leur nez.
 -  Je vois. Permettez moi une question tout de même, pourrons nous avoir un récapitulatif de mission avant notre arrivée ? Je préfère avoir un plan bien en tête avant de me lancer de front sur l'objectif ! »

C'est à ce moment là qu'une lumière éclatante passa par les hublots, menant la jeune femme à contempler l'extérieur, et à remarquer au loin un large système technologique, une forme impressionnante, d'une taille indéfinissable, vers lequel tout les vaisseaux se dirigeaient avec une grande vitesse. Belphy ne put que le soupirer, le souffle-coupé :

« Incroyable »
Journalisée

L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 102


L'empire Sildurien


Voir le profil
Fiche
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #2 le: Mars 09, 2017, 04:32:47 »

Le vaisseau mère de l'empire volait donc avec à son bord des centaines de troupes dont, une externe venue en renfort. Cela pouvait sembler peu, ça l'était, mais la race de cette demoiselle était réputée pour ses qualités de combat. Les deux Novas elles semblaient discuter de qui contrôlera quoi, bien qu'il était évidement qu'en un sens ce choix ne leur appartenait même pas, qui donc dirigeait cet assaut ? La cliente n'avait jusqu'ici vu que les troupes, quel que soit leur rang ou leur grade, c'était des troupes d'assaut. Mortissia avait confirmé que le Kan serait leur vaisseau de transport, d'ailleurs elle y envoya la Nova du groupe tandis que Misha se chargeât de faire la checklist des cargo et munition.

- Nous menons l'attaque sur une planète Sildurienne, aujourd'hui sous contrôle formien.

Le message était clair, simple, conçu pour qu'un système humain puisse le comprendre. Mortissia regarda donc Belphy qui semblait perdre son souffle face au spectacle de l'armée qui se mettait en marche. Hochant la tête elle l'invita alors à la suivre et la guida à travers le dédale de coursives droit vers une salle de repos du vaisseau. La salle était tout en haut du vaisseau, ce n'était une salle vitale, mais elle disposait d'une vue imprenable. C'était un sort d'énorme salle ovale toute vitrée montrant le vide spatial autour et surtout... L'énorme flotte en cour de déplacement vers une seule planète, seule avec la recrue elle se posa sur un canapé précisant alors :

- La planète est encore à deux jours de voyages, vous devriez profiter de ce temps pour vous familiariser avec nous. Nous tenterons de faire de même, car il va de soi que nos différences sont grandes.

Pour sûr, entre les machines et la jeune femme, c'était un monde d'écart. Mortissia ne sut d'ailleurs se retenir de préciser :

- Je fais partie de l'élite, surtout en termes d'élimination tactique et d'infiltration, mais il parait que je suis prétentieuse également.

Elle sourit alors avec franchise, puis croisa les jambes et demanda à l'humaine si elle voulait boire ou manger.

- Ne vous en faites pas, nous avons d'autres mercenaires de type biologique, et nous avons à bord de quoi répondre à vos divers besoins, nourriture, eau, soins demandent au besoin.

Puis Gabrielle fit son entrée, une femme aux allures d'anges, avec des ailes en métal et cristal, elle brillait de mille feux. Son halo lui tournait doucement au-dessus de sa tête, elle avança en balançant son buste d'avant en arrière les mains dans le dos, elle tourna autour de l'invitée la reluquant certainement. Puis elle porta une main à son menton et hocha la tête satisfaite de quelque chose.

- Gab', on t'a déjà demandé de te présenter, tu fais mauvaise figure à l'empire avec tes airs de perverse !

Gabrielle sourit alors et se recula un peu avant de sortir un micro de sa ceinture et le faire tourner dans sa main et finalement le porter à ses lèvres tout en prenant une pause presque digne d'un manga :

- Yosh ! Moi c'est Gabrielle, l'ange de l'information, la meilleure des meilleures pour la communication ! Mais tu peux m'appeler Gab' la star de l'empire, tu ne trouveras pas mieux que moi pour briller sur le petit écran !

Elle semblait ultra joyeuse et pleine d'assurance, elle fit une pause mignonne avant de ranger son micro et et sauter en arrière dans le canapé libre face à Belphy :

- Enfin bref, mission... On m'a chargée de vous tenir informée de l'avancée des missions, la vôtre est donc là.

Elle pointa du doigt le vide et une interface y apparut, toute faite de lumière et écrit dans l'alphabet Sildurien... Illisible pour la jeune invitée c'était certain.

- Mouais, comme vous ne savez pas nous lire, et que vous n'êtes pas synchrone avec nous je vais opter pour une version vocale, alors régalez-vous de ma voix !

Pour sûr elle avait une voix de chanteuse pop japonaise qui sonnait surement mieux en chanson que dans la vie de tous les jours. Mortissia elle se releva pour observer au loin une explosion dans l'espace, visiblement l'essaim était au courant de leur arrivée sur la planète, ce qui n'avait rien d'étonnant dans un assaut frontal. Rien de grave et la situation était bien en main par une dizaine de vaisseaux plus légers que les Mother.

- Notre mission d'aujourd'hui est de reprendre cette planète, sans l'atomiser, car elle est remplie de matières instables riches en énergie, des cristaux principalement. Si l'on lance la grosse artillerie, c'est cuit, c'est pourquoi on va se poser directement dessus pour en reprendre le contrôle avec l'armée terrestre et aérienne.

Ça, c'était le plan en gros, bien sûr Belphy devait déjà se douter que leur rôle en tant qu'élite allait quelque peu différer, et si l'on ne fait pas sauter la planète, en dehors des ressources, c'est pour une raison précise.

- Nous... On doit investir une ruche, ça ne sera pas de la tarte et trois ravager ne seront pas de trop, mais ce n’est pas à moi de choisir qui vous accompagne. Bref, dans la ruche il y aura surement plein de vilain pas beau, mais surtout il y a un prototype à récupérer...

C'est à présent Mortissia qui reprit l'explication :

- En fait la ruche s'est posée et étendue sur une installation de développement, le prototype est un cyborg de nouvelle catégorie basée sur ces cristaux qui recouvrent la surface. Le hic c'est que si l'essaim en prend le contrôle alors il aura accès à une partie trop importante de notre technologie et ça pourrait finir contre nous. Avec l'impossibilité de détruire la planète sans perdre trop de ressources rares, il ne nous reste qu'à récupérer le prototype, sauver la planète et renforcer la position.

Simple en théorie, mais il suffisait de regarder dans l'espace autour pour se rendre compte qu'à deux jours de l'arrivée la guerre battait déjà son plein, l'essaim contre l'empire. Et pas les petites troupes qu'on pouvait voir sur Terra de temps en temps, ici c'était les troupes volantes et spatiales deux camps qui se battaient à plein régime.

- Si vous avez des questions c'est le bon moment, nous aurons encore des réunions tactiques demain et avant le débarquement pour s'assure que chaque unité connaisse bien son rôle. Enfin, cela est plutôt futile pour nos unités, mais comme vous les mercenaires ne font pas partie de l'empire et n'ont pas le lien que nous partageons.

Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Mars 13, 2017, 11:52:08 »

Beaucoup de personnes voyaient Tekhos Metropolis comme un lieu sacré, une sorte de temple de la technologie, de l'excellence absolue en terme de connaissance mécanique, et de travail pointu dans le domaine de l'évolution industrielle dans toute sa splendeur, et où le moindre des citoyens avait au moins quelques savants savoirs en terme de robotique, de sciences, ou d'un autre domaine qui se portait comme étant le but principal du peuple Tekhan. Mais là, Belphégor se devait de remettre un temps ses paroles en causes, ses croyances, car elle était en face de quelque chose de largement supérieur à ce que Tekhos avait put créer, mettre en place, en terme de technologie spatiale et de déplacement, ses yeux étant rivés sur l'immense portail qui se trouvait juste devant elle, et qui de sa lumière bleuté commençait étrangement à l'aveugler, à mesure qu'elle y conservait son regard ébahi. C'était fou, et elle n'osait vraiment y croire, mais dans le fond ne pouvait qu'accepter que si sa patrie était encore, à ce jour, considérée comme une pointure dans ses domaines de prédilection, ce n'était sûrement que grâce au fait que personne encore n'avait eut l'occasion de faire le constat de ce qu'elle même était en train de remarquer, à savoir que loin dans le ciel, bien au delà des limites de sa terre natale, existait des êtres qui étaient allés cent fois, mille fois plus loin que tout ce que l'hégémonie Tekhane pouvait espérer un jour atteindre. C'était en soi un brin blessant pour une femme aussi fière de sa patrie que la mercenaire, mais le spectacle ôtait en grande partie ce malaise, si bien qu'elle ne put qu'accepter l'évident, et s'éloigner du hublot, alors que Mortissia reprenait la parole :

« Nous menons l'attaque sur une planète Sildurienne, aujourd'hui sous contrôle formien. La planète est encore à deux jours de voyages, vous devriez profiter de ce temps pour vous familiariser avec nous. Nous tenterons de faire de même, car il va de soi que nos différences sont grandes.
 -  Mon retard de connaissance est grand, tout particulièrement, et je ne peux qu'avouer qu'il me faudra un peu de temps pour comprendre le tout de vos manœuvres, de vos actions. Je ne manquerais toutefois pas de faire ce qui est en mon pouvoir pour vous soutenir avec ce que j'ai, mes forces et mon savoir. »

Elle le pensait. Sérieusement. Le fait est qu'elle avait bien compris que la grande majorité des forces de cette empire qui l'avait engagé était des forces robotiques, de type androïde tout au plus, et elle savait très bien que même si cela leur conférait parfois de meilleures capacités de réactions et de lecture des événements, cela les privaient en partie d'une bonne quantité d'éléments, à savoir tout ce qui n'était pas contenu dans leur programme. En somme, la mercenaire savait pertinemment que les puissances armées de l'Empire ne pourront que rester propres à leurs ordres, que jamais elles n'auront vraiment la place d'agir selon leur libre-arbitre, ce qui est pourtant un élément extrêmement important dans ce genre de situations, où chaque unité doit être capable de juger des informations qui leurs sont octroyés pour pouvoir considérer l'évolution de l'action dans son ensemble. Mais cela avait aussi le don de lui laisser quelques questions, car impliquer un élément purement humain dans un tel chaos était en soi assez risqué, et pour cela, il fallait que la mission diverge d'une simple guerre ouverte, surtout face aux formiens qui étaient connu pour trouver un « accueil » des plus chaleureux dans la moindre espèce charnelle pour faire grossir leurs troupes. Au final, elle se savait puissante, elle savait aussi qu'elle aurait tout don d'éliminer de nombreux ennemis, les formiens n'étant pas exceptionnellement résistants aux assauts de ses deux camarades à la conscience particulièrement cynique, mais elle allait avoir besoin de bien plus d'informations pour pouvoir continuer en compagnie de l'Empire... Et ainsi espérait qu'un briefing précis allait lui parvenir sans tarder.

« Ne vous en faites pas, nous avons d'autres mercenaires de type biologique, et nous avons à bord de quoi répondre à vos divers besoins, nourriture, eau, soins demandent au besoin.
 -  Merci mais rien de cela ne me fait envie, je commence surtout à me poser des... »

Elle comptait demander un aperçu de mission dés que possible, mais fut vivement interrompue par l'entrée d'une autre de ces androïdes au comportement pétulant, la femme commençant immédiatement par lui tourner autour sans préavis, et accumulant chez la mercenaire autant de gêne  qu'un léger sentiment insultant, celui d'être là pour servir d'affichage charnel, et non de camarade de combat prête à tout pour remplir les objectifs qui lui seront donnés. Qu'elle fusse en effet satisfaite de ce qu'elle apercevait ou non, elle fut en tout rabrouée par sa camarade, et n'eut ainsi qu'à s'éloigner un brin avant de se présenter, répondant ainsi à un nom presque biblique, Gabrielle, mais surtout ayant la vive joie de s'afficher comme étant une sorte de star de l'Empire, incapable de considérer qu'avec une telle manière de se mettre en avant, elle avait juste le don de faire comprendre à ses interlocutrices qu'elle manquait grandement de manière. L'humilité, le don de ne pas faire de vague, et d'être efficace, clair dans ses propos, étaient autant de chose que Belphy conservait toujours en son cœur comme primordiale, d'un importance capitale, et pour l'instant, la fameuse « maîtresse de la communication » lui avait simplement prouvée qu'elle ne possédait aucune de ses capacités, laissant à la Tekhane le don de se demander si elle allait supporter longtemps ce genre de choses, ou si elle allait avoir le plaisir de ne subir qu'une seule rencontre avec cette trublione au demeurant simplette. Finalement, ce qui la sauva devant l'air mi-figue mi-raison de Belphy fut l'affichage du panneau lumineux au beau milieu du néant, accompagné de l'ordre de mission … illisible pour Belphégor.

« Enfin bref, mission... On m'a chargée de vous tenir informée de l'avancée des missions, la vôtre est donc là... Mouais, comme vous ne savez pas nous lire, et que vous n'êtes pas synchrone avec nous je vais opter pour une version vocale, alors régalez-vous de ma voix !
 -  Je ne suis que joie...
 -  Notre mission d'aujourd'hui est de reprendre cette planète, sans l'atomiser, car elle est remplie de matières instables riches en énergie, des cristaux principalement. Si l'on lance la grosse artillerie, c'est cuit, c'est pourquoi on va se poser directement dessus pour en reprendre le contrôle avec l'armée terrestre et aérienne. »

Donc un assaut frontal, typiquement ce que les Tekhanes avaient arrêtées de faire face aux formiens car ceux-ci, bien trop nombreux, avaient tendance à lentement élimer les armées, à tel point qu'elles finissaient par leur offrir des pondeuses qui leur permettaient de regonfler leur troupes, tandis que les forces de son pays perdaient peu  à peu en éléments efficaces. L'avantage, c'est que Belphégor imaginait qu'il y avait bien peu d'unité dans l'Empire qui se trouvaient sexuées, ou capable d'accueillir la vie dans leurs corps, si bien qu'il n'y avait que peu d'occasion pour que les formiens les utilisent pour reconstituer leurs forces, même en cas de défaites, mais pour autant, instinctivement, la jeune femme aux cheveux de sang avait un peu de mal avec les tactiques rentre-dedans dés qu'il s'agissait des membres de la ruche. Toutefois, la fameuse Gabrielle n'avait pas encore finit son speech, et surtout, la mercenaire se doutait que ce n'était pas pour un travail de ce genre qu'elle avait été embauchée, parce que l'on ne vas pas chercher une seule personne pour changer le cours d'une bataille qui se déroulait entre deux puissantes armées, alors elle resta attentive tandis qu'au dehors, le portail déjà traversé, ce fut d'autres lumières, bien plus inquiétantes, qui commençaient à transparaître au milieu des étoiles. Les premiers assauts avaient débutés, les formiens se trouvaient sur le chemin, et l'avant-garde du contingent se dirigeant vers la fameuse planète à libérer avait ouvertement débuter les rixes avec leurs ennemis stellaires. Mais de leur côté, nulle secousse, nulle surprise... Juste les paroles de la femme à l'auréole et à l'agaçante voix de pop-star neuneu de seize années :

« Nous... On doit investir une ruche, ça ne sera pas de la tarte et trois ravager ne seront pas de trop, mais ce n’est pas à moi de choisir qui vous accompagne. Bref, dans la ruche il y aura sûrement plein de vilain pas beau, mais surtout il y a un prototype à récupérer...
 -  En fait la ruche s'est posée et étendue sur une installation de développement, le prototype est un cyborg de nouvelle catégorie basée sur ces cristaux qui recouvrent la surface. Le hic c'est que si l'essaim en prend le contrôle alors il aura accès à une partie trop importante de notre technologie et ça pourrait finir contre nous. Avec l'impossibilité de détruire la planète sans perdre trop de ressources rares, il ne nous reste qu'à récupérer le prototype, sauver la planète et renforcer la position. »

Rapidement, Belphégor commença à se faire en tête le plan d'attaque. Une sainte habitude quand elle se trouve en mission, elle voit d'abord le tout de ce qu'elle allait devoir accomplir avant de se prononcer, mais surtout, elle essaye de comprendre l'intégralité de l'ordre de mission, et si elle peut en plus découvrir les points un peu plus sombre, un peu moins positif, c'est d'autant plus intéressant pour elle, car elle peut ainsi mettre en avant les parties les plus faibles, et chercher à les combler avant le départ. Et là, elle en voyait plusieurs des éléments qui méritaient un certain approfondissement : Elles n'avaient pas de limite de temps, alors que si elle devait accomplir la récupération d'un matériel d'exception, il fallait qu'elle puisse l'accomplir rapidement afin de le ramener à un point de rendez-vous, de manière à ce que celui-ci soit emporté. De même, elle n'avait pas obtenu par le speech le contenu réel du groupe d'assaut, un groupe trop grand étant fondamentalement voué à l'échec, mais un contingent trop petit n'ayant pas les forces pour réussir une telle attaque sans essuyer pertes, ou défaite. Et d'ailleurs, alors qu'elle était en train de se monter un peu la tête, se frottant les joues dans un signe de réflexion qui lui était propre, et au passage le genre de mouvements inutiles que des unités robotiques ont peu tendance à comprendre, Mortissia s'exprima une deuxième fois, de manière très calme, pour l'inviter à questionner les éléments qui lui manquaient, ou qui lui paraissaient obscurs, non sans lui assurer que, de toutes manières, elle aura tout don de les poser à un autre moment, étant donné que des briefings supplémentaires seront bien sûrement mis en place les prochains jours, afin de parfaire l'assaut.

« Eh bien il est peut-être un peu tôt, mais j'aurais trois questions. Tout d'abord, quelle est l'équipe complète affiliée à cette mission. Ensuite, combien de temps aurons nous pour entrer, nous défaire de nos ennemis, récupérer l'objectif, et sortir avant la retraite de notre groupe. Enfin, dans le cas où le laps de temps compris dans ma question deux serait dépassé, quel serait le plan B pour parvenir à nous extrader ? »
« Dernière édition: Mars 18, 2017, 01:05:03 par Darthestar » Journalisée

L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 102


L'empire Sildurien


Voir le profil
Fiche
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #4 le: Mars 21, 2017, 04:39:29 »

Le problème n'était pas le retard de connaissance, mais celui dans les pratiques militaires, l'empire avait bien sûr des raisons propres à lui de choisir des intervenants externes. Et nombre de ses raisons étaient mystérieuses, les membres de l'empire eux-mêmes ne posant simplement pas de question. L'invitée semblait donc se poser des questions, choses légitimes toute foi, Mortissia aurait bien tenté de répondre, mais voilà que la starlette de l'empire faisait son apparition, une boule d'énergie redoutable que voilà. Pour sûr le briefing était simpliste, entrer, voler un truc, repartir. Une bonne vieille mission de récupération, le lieu était évidemment une ruche, avec tous les dangers que cela implique, enfin surtout pour les unités biologiques quand on y pense. Car il était certain que pour les machines ça ne serait qu'une mort rapide en cas de capture, la ruche n'ayant pas grand-chose à faire à part les démanteler et étudier. Cela arrivait souvent, mais c'était rarement un souci, car l'empire se battait avec des modèles de série, et si l'ennemi les étudiait, il pouvait toujours les modifier rapidement.

Par contre le modèle perdu là bas était unique, et impossible de lancer une destruction à distance sans risquer d'éliminer la planète entière... Un dilemme pour l'empire qui vise à protéger ce qu'il peut, c'est une planète vivante, même si avec l'essaim elle sera à jamais défigurée. Enfin bref, les questions commençaient et l'histoire du temps n'était pas totalement idiote. Mortissia la regarda donc ayant pour sa part été mise à jour sur les infos de mission, elle l'écouta avant de répondre tranquillement empêchant Gabrielle de le faire.

- Il n'y a pas de plan "B", nous devons impérativement réussir la mission, sans nous faire capturer également. Ce sera la guerre autour de nous, l'essaim sera forcé d'avoir le plus gros de ses troupes hors de cette ruche.

Car oui le plan de l'empire se dessinait, une attaque sur plusieurs fronts à la fois, tous éloignés au possible du lieu de mission. Une carte se présenta alors dans les airs, dessus l'emplacement de la ruche, et disposé en étoile autour cinq points d'attaque avec des flèches montrant les progressions vers la ruche centrale. Celle qu'ils allaient infiltrer.

- Nous débarquerons après le gros des troupes, le plus près possible de notre objectif en simulant un crash, de là nous partons pour la ruche, on l'infiltre, on trouve l'unité grâce à sa signature énergétique.

Puis le reste... elle cessa un moment, se synchronisa et reprit alors normalement.

- Plan "A" on sort de là avec l'Android, l'une de nous le portera, on file dehors, un vaisseau de transport lourd nous attend en l'air et se pose le temps de nos récupérer, de là on part et on laisse l'armée finir le boulot.

Enfin elle décroisa les cuisses et se redressa tranquillement.

- Et le plan "B"... c'est celui ou nous échouons c'est cela ? Cela n'existe pas chez nous, en cas de souci avec le plan on improvise, s'il faut partir sans le transporteur on trouvera un moyen. S'il faut détruire le prototype, alors on le fera, mais ces plans-là sont à considérer en dernier recours.

Gabrielle hocha la tête, puis partit d'ici disant avoir une radio à animer ! Mortissia ne commenta pas, resta un moment seule avec Belphy et regarda aussi par la grande baie vitrée. Le silence pesait, un si grand vaisseau et pourtant une ambiance digne d'un cimetière.

- Ha pour le groupe c'est encore en cour d'estimation, une ravager est confirmée, moi-même, mais le reste dépendra de nos relevés sur la présence ennemie. Voulez-vous manger quelque chose ? Ou visiter les lieux, nous ne sommes pas ici pour longtemps, mais vous pouvez en profiter.
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Mars 24, 2017, 07:46:33 »

« Il n'y a pas de plan "B", nous devons impérativement réussir la mission, sans nous faire capturer également. Ce sera la guerre autour de nous, l'essaim sera forcé d'avoir le plus gros de ses troupes hors de cette ruche. »

Les premiers mots qu'elle exprima manquèrent de peu de lui faire hurler qu'elles étaient tout simplement suicidaire, et en d'autres occasions elle l'aurait sûrement fait sans se retenir, sauf que se trouvant au beau milieu de l'espace, et ne voulant guère offusquer ses hôtes, elle évita cette effusion de sa personnalité pour simplement écouter le reste, espérant tout de même qu'elles auraient le don d'y réfléchir maintenant qu'elle en avait fait la remarque ! Pas de plan B, pas d'idées à l'occasion où les choses ne se déroulent pas comme elles l'entendaient ? C'était tout simplement l'un des comportement les plus anti-professionnel qu'elle pouvait remarquer, et elle s'étonnait d'une telle manière d'agir de la part d'une compagnie armée qui semblait tout de même préparée à faire face à des forces largement supérieur en nombre que ce qu'elle ne pouvait jamais escompter pouvoir combattre sur une planète aussi lointaine. C'était déstabilisant, et la suite de leur propos ne fut pas vraiment pour la réconforter, étant donné qu'elles supposaient que le gros des forces armées serait sûrement au loin de la ruche dans laquelle Belphy et ses alliées d'action allaient devoir s'infiltrer, mais ce sans qu'il n'y ait la moindre présupposition d'une garde tout de même bien préparée pour attendre une attaque furtive. Triste de le constater, mais si elle avait été engagée de manière bien rapide, et que la récompense à la clé était somme toute colossale, la mercenaire avait bien du mal à se faire à l'idée qu'elle allait devoir tentée de survivre sur une base de on-dit, et pas des situations concrètes, où le moindre point était préparé, et pouvait connaître une réaction rapide !

« Nous débarquerons après le gros des troupes, le plus près possible de notre objectif en simulant un crash, de là nous partons pour la ruche, on l'infiltre, on trouve l'unité grâce à sa signature énergétique. »

En gros elle avait bien comprit, la majorité des unités servaient de leurre tandis qu'elles allaient s'enfoncer au cœur d'une des zones les plus dangereuse imaginable afin d'aller récupérer l'outil de leurs recherches, de leurs puissances, et le ramener à toute vitesse en espérant ne pas avoir à subir des dégâts trop lourd, ou une mauvaise surprise en la présence de contingent bien supérieur en nombre que leur unité rapide ! C'était en tout point de vue une mission qui frôlait le suicide, mais elle s'était embarquée dans celle-ci depuis un moment, et ne pouvait plus reculer, aussi commençait-elle surtout à jauger les chances qu'elles avaient de s'en sortir avec le peu d'informations qu'elle était capable de posséder, à savoir les menus détails que les Tekhanes avaient sut recueillir sur les ruches formiennes, et notamment le fait qu'il s'agissait bien souvent de véritable labyrinthe, où même les larves avaient tendance à se réveiller pour protéger les tréfonds de celle-ci. Cette mission, aussi importante devait-elle être pour l'Empire Sildurien lui semblait tout de même plutôt proche des 20% de réussite qu'autre chose, et elle espérait sérieusement avoir les forces nécessaires pour pouvoir lutter durant de longs instants, car elle se doutait que les ennemis, si ils ne seront peut-être pas aussi puissant que l'armée principale, compenseront leur manque de forces par une effectif plus ou moins envahissant. Et encore une fois elle ne fit guère l'étalage de ses pensées, tout au plus elle en fera une remarque une fois en privée, mais elle préférait encore avoir le reste de la mission en tête avant de grogner... ce qui ne tarda guère, une fois que la tonitruante demoiselle ai eut finie sa synchronisation pour lui expliquer clairement les derniers détails :

« Plan "A" on sort de là avec l'Android, l'une de nous le portera, on file dehors, un vaisseau de transport lourd nous attend en l'air et se pose le temps de nos récupérer, de là on part et on laisse l'armée finir le boulot. »

Ou se faire trucider, au choix, étant donné que la jeune femme aux cheveux de sang commençait finalement à entrevoir le comportement typique de l'Empire : la victoire, ou la mort. Peut-être était-ce le fait qu'une grande majorité des forces de cette puissance stellaire était robotique qui avait induit un comportement aussi terrible, mais le fait était que leur tactique commençaient sévèrement à prouver cette volonté de ne jamais réfléchir aux retraites, et à la reprise de position, se jetant simplement dans la destruction pure et dure pour finalement opter pour une annihilation complète de leurs ennemis, quitte à y perdre de nombreux éléments matériels. Pour être parfaitement honnête, Belphy était loin, bien loin de cette vision des choses. Pour elle, le tout d'un assaut devait être grandement maîtrisé, demandait à ce qu'une grande majorité des attaques soient préparées avec soins, à grand renfort du plus grand nombre d'informations possibles, si bien qu'elle avait grand mal à rester calme à l'idée de se jeter corps et âme dans un acte qu'elle témoignerait plus de la charge berserk que du réel affrontement d'armées organisées. Ne disait-on pas que les empires, aussi anciens soient-ils, s'étaient tous constitués autour des valeurs d'unité et de maîtrise de chacun dans l'ordre et la discipline ? Très honnêtement, elle ne savait finalement plus quoi penser, la tête lui tournait un peu, et elle était heureuse que le speech de préparation se finisse, parce que cela commençait à faire beaucoup pour sa petite tête de Tekhane habituée à un forme bien différente d'affrontement.

« Et le plan "B"... c'est celui ou nous échouons c'est cela ? Cela n'existe pas chez nous, en cas de souci avec le plan on improvise, s'il faut partir sans le transporteur on trouvera un moyen. S'il faut détruire le prototype, alors on le fera, mais ces plans-là sont à considérer en dernier recours. »

Sainte mère de dieu ayez pitié ! Enfin, la jeune gynoïde partie dés lors son propos terminé, sous le couvert d'un besoin absolue d'offrir son corps et son esprit à l'animation de la base, si bien que Belphy se retrouva de nouveau seule avec sa guide, Mortissia, qui se tint pour bien silencieuse, laissant sûrement à la mercenaire le temps de récupérer face au trouble qui l'avait envahit en écoutant cette pile électrique aux termes inbitables. Franchement, elle en aurait encore l'occasion, elle aurait sûrement rompue le contrat, ayant décidément un bien mauvais feeling avec le futur que lui préparait un tel bourrinage pour aller quérir les unités secrètes de l'Empire, conservées par une horde de formiens prêt à tout pour se trouver de nouvelle couveuse. Par chance, elle savait que si les sucs et autres liquides des formiens étaient en effet capable de lui vriller le cerveau, elle savait aussi qu'elle était parfaitement infertile, et qu'elle ne pourrait en aucuns cas aider ces choses à se refaire des soldats, mais pour autant cela laissait entendre que dans le cas d'un potentiel échec, ces monstres ne tarderaient pas à comprendre son inutilité, et la ferait passer de mère de portées à nourriture rapidement consommée. Une honte bien sure qu'elle ne saurait tolérée, et dont elle ferait tout pour l'éviter, avec d'ailleurs le fin mais présent espoir qu'en effet le tout de la mission se déroule sans le moindre problème, et qu'elles s'en sortent toutes sans la moindre blessure. C'était encore envisageable, même si peu probable.

Bon elle reprenait son calme, souffla un bon coup, et vint à se redresser, sans se laisser envahir par l'envie de hurler sur la moindre des sujets robotique de l'Empire. Sensible à cela, ou du moins Belphy le présupposait, Mortissia s'exprima de nouveau, et à elle de l'écouter calmement avant de lui offrir une réponse rapide, sur un ton monotone, seul dernier signe de son énervement, et du fait qu'elle faisait tout pour taire son comportement volcanique de nature :

« Ha pour le groupe c'est encore en cour d'estimation, une ravager est confirmée, moi-même, mais le reste dépendra de nos relevés sur la présence ennemie. Voulez-vous manger quelque chose ? Ou visiter les lieux, nous ne sommes pas ici pour longtemps, mais vous pouvez en profiter.
 -  Je crois... que j'ai juste besoin d'un repas, et de sommeil pour me permettre d'être en condition maximale lors de l'assaut. Peux-tu me guider en direction de la cafétéria, ou de quoi que ce soit qui puisse vous servir de salle à manger ? »

Elle se leva, tranquillement, et s'apprêta à suivre la femme, afin de découvrir un peu les lieux, mais surtout de combler le trou qui se trouvait dans son estomac avant de pouvoir trouver le repos, et de laisser passer le voyage le plus rapidement possible, de manière à se lancer dans la mission dés que possible, et sans que l'attente ne finisse par lui faire dire à quel point elle trouvait leur manières aussi désagréable que mal engagée... Déjà qu'elle se connaît d'un caractère bien difficile, alors si en plus elle commence à s'afficher en public, c'était un coup à faire chuter encore un peu plus leur cohésion, et donc leur chances de réussite.
Journalisée

L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 102


L'empire Sildurien


Voir le profil
Fiche
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #6 le: Mars 28, 2017, 09:11:58 »

Belhpy devait être perturbée de tous ces évènements, c'est ce que conclut l'empire, il fallait ménager les êtres de chairs, après tout lui, ressent la fatigue. La façon humaine de concevoir les plans, n'incluant aucune perte de valeur, était une étrange chose pour l'empire Sildurien. Et le fait d'avoir une humaine limitait les capacités destructives de l'empire, alors pourquoi diable faire appel à eux ? Sans doute pour leur côté irrationnel, l'empire s'attendait presque à ce que l'humaine propose un tout autre plan de bataille plus à sa convenance, mais rien de tel. Mortissia resta à l'observer, se demandant à quoi elle pensait, sans doute au risque, il est vrai que les formiens utilisaient même les matrices infertiles, un oeuf n'a pas besoin d'un milieu fertile pour éclore, tout est en son sein... Il a juste besoin d'un abri, comme l'utérus de la jeune Belphy. Ça devait être effrayant, Mortissia pouvant porter des enfants le comprenait en un sens, elle ne pourrait se reproduire avec la ruche à cause des différences génétiques, mais porter des larves en elle, ou des oeufs était concevable.

- Bien sûr, vous devez être épuisée, le plan est encore en cour de préparation, j'ai transmis votre besoin de... hmm... sécurité ? On verra bien.

Puis elle se mit en marche et la guida donc vers la cafétéria du vaisseau, vide, un sol blanc immaculé, des tables grises tout aussi impersonnelles. Les chaises n'étaient que des bouts de métal déformé pour être des chaises. Rien en ce lieu ne semblait artisanal, pas une décoration, pas une seule ne trace de personnalisation ni de vandalisme. Mortissia lui présenta la salle, les tables, la séparation avec les cuisines où était la nourriture. Puis elle l'invita à se servir autant qu'elle le souhaite, en fait cela fonctionnait comme les restaurants terriens ou l'on prend un plateau, choisit ses plats et prend ensuite une chaise une fois l'addition réglée. Gabrielle ne prit rien à manger, la raison devait sembler évidente en fait. Elle se retira donc laissant Belphy seule, toute seule dans le silence le plus parfait. Et quand le silence devint oppressant, que Belphy se sentît sans doute reposée ou proche de l'être, des pas se firent entendre.

Une personne arrivait, elle marchait avec un pas inégal, parfois sautillait, chantonnait, puis partit se servir allègrement en nourriture. Une femme aux cheveux bleu océan des mers du sud, portant une robe aussi voyante qu'un déguisement de clown au milieu d'uniforme militaire. Dans son dos deux armes ressemblant à des mitrailleuses à une main, pourtant équipe de lunettes de précision. Elle prit son plateau qui semblait lourd avec toute cette compote et trois saucisses, ainsi que de la purée. Puis elle sourit et alla se poser près de Belphy, le silence était rompu à présent. Elle claqua des doigts et de la musique classique se fit entendre dans la pièce.

- Vous deviez mourir d'ennuis, elles ne vous ont pas dit qu'il y avait une radio dans la pièce ? Bon OK, j'admets que la musique classique de l'ère pré-cybernétisation n’est pas ouf, mais au moins c'est composé par des êtres de chairs.

Elle se pourlécha les lèvres à ce mot, la chaire, voilà une chose qui pouvait l'enchanter. Elle sourit et avala un peu de jus d'orange avant de se présenter.

- Clover, ancienne chasseuse de prime dirons-nous, et maintenant au service de l'empire. Et me regarder pas comme ça, je suis bel et bien humaine ! Enfin... un peu mieux que la moyenne hein !

Elle tapota son propre crâne, assura que c'était nonante pourtant humains au moins.

- Du coup je crois que vous êtes la première humaine de cette galaxie à rejoindre l'empire, enfin de... heu... la Voie lactée c'est ça ?
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Mars 29, 2017, 01:27:34 »

Le fait que Mortissia ne se soient pas permises le moindre propos tant qu'elle était en train de reprendre un peu de sa force d'esprit, et surtout de sa confiance vis-à-vis de l'Empire qui l'avait employée pour agir à l'encontre des formiens laissait tout de même entendre que tout en étant robotique, ce domaine impériale avait tout de même eut le don d'améliorer l'encodage de ses créations pour créer des comportements humains, comme l'entente, ou l'empathie. Elle ne put qu'apprécier cela, au moins ce constat lui permit d'imaginer qu'elle serait traiter en humaine, et non comme une chair à canon comme le reste des troupes, mais pour le coup elle eut bien du mal à comprendre son rôle dans les environs, car même si elle pouvait agir de manière plus efficace que certaines des unités, elle ne manquait pas d'être potentiellement bien moins fiable que de simples machineries qui obéissent au moindre ordre qui leur est donné. En ce sens, elle se permettait d'émettre quelques questions vis-à-vis de la partie supérieur de cette Empire, s'agissait-il de machines ? D'êtres humains ? Elle ne le saura sûrement jamais, mais cela était en soi un questionnement qu'elle jugea plutôt intéressant, et si elle parvenait à un moment à en apprendre plus sur le sujet, elle ne manquera sûrement pas l'occasion pour chercher à approfondir ses connaissances à ce propos. Mais pour l'instant la question n'était plus vraiment à cela, et elle vint plutôt suivre Mortissia, se laissant guider dans l'impressionnant vaisseau pour être mené au plus proche réfectoire, la faim commençant à tirailler son estomac !

« Bien sûr, vous devez être épuisée, le plan est encore en cour de préparation, j'ai transmis votre besoin de... hmm... sécurité ? On verra bien.
 - La sécurité n'est pas tant le sujet que l'aspect imprévisible de l'ennemi. Les formiens ont beau être une espèce aussi violente que primitive dans la forme, il suffit d'une reine, ou d'un cœur de pensée pour les rendre bien plus compliqué à vaincre... Enfin, comme tu la dis, nous verrons bien. »

Elle ne souhaitait plus s'éterniser sur le sujet, car même si ils changeaient un brin l'aspect de leur plan, elle ne doutait guère que ce n'était pas vraiment la conservation des troupes qui se trouvai en tête de liste des préoccupations de l'état-major, mais bien plus l'absolue nécessité que cette mission soit un franc succès, accomplit le plus rapidement possible, et sans remous. Finalement, elle imaginait que sa réticence pouvait peut-être provoquer l'apparition d'une stratégie alternative, amis qui serait toujours placée en seconde position par rapport à l'ordre de départ, qui lui stipulait qu'elles auront tout les efforts à faire pour se conformer aux limites de temps qui leurs sont imposées, et qu'elles seront les seules en fautes si elles se trouvaient dans une situation plus complexe que prévue. En un sens, tant pis, elle se sortit ça de l'esprit, et se laissa simplement dirigée par son alliée de l'instant pour finalement passer les lourdes portes menant à un grand réfectoire... parfaitement vide. Pas une seule place n'était occupée, pas la moindre trace d'usure ne se trouvait sur les sièges des lieux, et plus encore, les tables étaient tellement propre que cela laissait entendre que l'entretien primait sûrement sur l'utilisation de lieux. Finalement, faire le tour de l'endroit, avec les denrées plus ou moins chaudes qui étaient maintenues à température satisfaisante dans de grands bacs en quelconque métal, fut assez rapide, et la gynoïde la quitta donc sans attendre une fois son rôle accompli pour qu'elle se prépare un plateau repas d'une qualité douteuse, mais dont elle seule trouveras finalement le plaisir de consommation. Difficile en même temps d'attendre beaucoup de la nourriture produite pour des personnes qui, de toute façon, n'en ont pas le besoin.

Elle se servit donc rapidement, essaya de voir ce qui avait des chances de ne pas être trop mal, la laissant donc prendre tout ce qui se trouvait avoir un goût extrêmement prononcé naturellement, simple manière pour la mercenaire de s'assurer qu'elle ait en bouche quelque chose qui ait au moins un minimum de saveur, s'imaginant très bien qu'une nourriture comme de la purée déshydratée n'allait pas fondamentalement lui laisser le plaisir d'avoir en bouche le goût des patates fraîchement écrasées ! Non, elle préféra prendre de ces épaisses saucisses, combiné à une sorte de chou dont elle ne connaissait guère l'origine, mais qui avait au moins le don d'être un chou, ce qui signifiait fondamentalement que la saveur qui y était associée sera suffisamment forte pour être présente ! Fut accompagné de cela une viande marinée dans une préparation dont les épices lui piquèrent les yeux quand elle souleva le couvercle, et un gros fruit mûr dont le jus s'écoulait d'un léger accroc dans sa peau tendre, à l'odeur envahissante ! Ceci en main, elle quitta sans attendre le fond de la salle, et vint s'asseoir pour commencer son repas en silence, ne faisant guère attention à ce qui l'environnait, et choisissant surtout de déjeuner dans l'espoir d'avoir exactement ce dont elle avait besoin dans l'estomac, voulant absolument en apprécier la texture et le goût pour retrouver un brin de qualité naturel, qu'elle ne trouvait que peu dans la forteresse froide d'acier spatial dans lequel elle se trouvait désormais. Par chance d'ailleurs, ou soucis du détail, elle avait fait les bon choix pour avoir l'impression d'avoir des aliments en bouche, et non du plastique, c'était déjà ça !

Et finalement, ce qui la sortit de sa rêverie fut l'apparition soudaine d'un fond musical, l'obligeant à lever la tête pour remarquer que face à elle, sans même qu'elle n'ait prêtée un seul instant attentions aux légers bruits de pas, ou aux tintements pourtant significatifs des différents morceaux d'aciers permettant d'accéder aux repas réchauffés en bout de salle, se trouvait non seulement un plateau relativement bien fourni, mais aussi une jeune femme, aux cheveux d'un bleu surprenamment prononcé, et un sourire ravi, comme si elle avait enfin découvert quelqu'un avec qui passer du temps. Pour être parfaitement honnête, Belphy avait tellement ôtée de son esprit la possibilité qu'il y avait potentiellement d'autres êtres humains dans la citadelle volante hormis sa propre personne qu'elle avait bien du mal à croire ce qu'elle était en train de regarder, et pourtant la femme vint à s'asseoir juste devant son regard surpris pour lui adresser un air des plus avenants, confirmant finalement que non, elle n'était pas quelques hallucinations provoquée par son manque de compagnie. Si bien sur le fait que la musique se soit déclenchée en même temps n'étaient pas aussi une preuve suffisante que la jeune femme munie de deux tourelles portables à l'aspect de mitrailleuses bien fournies en munitions n'était que parfaitement réelle ! En tout cas elle se mit à lui parler, à se faire la présence d'une introduction polie afin d'engager la conversation, tandis qu'un piano se faisait martyriser en fond par un maniaque dont les doigts agiles avaient sûrement quelques tristes vengeances à accomplir vis-à-vis des touches blanches et noires de l'instrument :

« Vous deviez mourir d'ennui, elles ne vous ont pas dit qu'il y avait une radio dans la pièce ? Bon OK, j'admets que la musique classique de l'ère pré-cybernétisation n’est pas ouf, mais au moins c'est composé par des êtres de chairs. »

Le fait qu'elle insiste sur le mot chair n'était pas vraiment au goût de la demoiselle aux cheveux rouges, tout comme le fait qu'elle se pourlécha les lèvres lorsqu'elle en émit l'expression, mais avant de la rejeter sur la base de quelques soupçons de folie mal convenus, elle préféra lui laisser le temps de boire un peu de son jus d'orange, et de reprendre ses tranquilles paroles, sans qu'elle ne la coupe dans son propos :

« Clover, ancienne chasseuse de prime dirons-nous, et maintenant au service de l'empire. Et me regardez pas comme ça, je suis belle et bien humaine ! Enfin... un peu mieux que la moyenne hein !
 -  Ne vous en faites pas, l'amélioration technologique et l'androïdisation légère a déjà été découverte d'où je viens. Belphégor, enchantée, mais on a tendance à me surnommer Belphy par commodité de langage, alors ne vous en privez pas. »

Il était … agréable ? Oui, agréable de découvrir à cette occasion une personne qui se trouvait être des même origine sociale qu'elle, car dans le fond, même si elle avait bien imaginée que l'Empire Sildurien ne devait pas foncièrement engager du monde uniquement sur Terra, elle ne s'était guère doutée qu'une autre personne qu'elle avait put ainsi se trouver sur le vaisseau après avoir été engagée pour quelques insensée missions, et encore s'y trouver. Honnêtement, cela se trouvait même être rassurant, et elle aura sûrement l'audace de la questionner sur les engagements qu'elle avait put tenir lors de son arrivée afin de s’enquérir un peu plus précisément du déroulement des assauts Silduriens, et de leur finalité concrète. Mais pour l'instant, la discussion ne s'y porte pas vraiment, Belphy est avant tout curieuse de celle qui se trouve en face d'elle, et qui se prépare à attaquer un peu de la purée pâle que la mercenaire Tekhane n'avait osée prendre un peu plus tôt de peur de s'intoxiquer à base de produits de reconstitution alimentaire. Quelle question pouvait-elle lui poser ? Son lieu d'origine ? La nature de son contrat ? La nourriture qui se trouvait ici, créer par des machines pour des êtres humains qui n'avaient pas foncièrement les besoins nutritionnels présupposés par ces boîtes de conserves pensantes ? Finalement, le temps qu'elle trouve le sujet qui lui permettrait de s'exprimer auprès de cette Clover, ce fut cette dernière qui vint lui poser en première une question pour ouvrir l'échange, et la demoiselle aux cheveux de sang vint à croiser les bras légèrement, un peu embêtée, essayant dés lors de répondre avec le peu de ses connaissances en astrologie :

« Du coup je crois que vous êtes la première humaine de cette galaxie à rejoindre l'empire, enfin de... heu... la Voie lactée c'est ça ?
 -  Je dois avouer que je n'en sais trop rien. Enfin ouais, je viens de la voie Lactée, secteur 37 si on prend en compte le centre de cette galaxie. Mais au delà de cela, je ne sais guère si je suis la première à avoir été employée par l'Empire dans ce coin là, vu que j'ai cru comprendre que les déplacements de l'Empire étaient quand même largement supérieurs à ceux de mon ethnie. »

Elle reprit son repas, simplement, tout en continuant l'échange, le tout étant désormais un peu plus facile, maintenant que l'échange était engagé :

« Et vous, vous provenez de quel secteur ? Quelle galaxie ? Je dois avouer que mes connaissances en astrologie sont franchement mauvaise, mais avec un peu de chance, je peux connaître. »

Elle s'arrête, regarde son plat, puis le sien, et fronce les sourcils.

« Et puis dans un autre registre... Vous trouvez vraiment du goût dans ce qui est proposé ici ? »
Journalisée

L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 102


L'empire Sildurien


Voir le profil
Fiche
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #8 le: Mars 29, 2017, 10:02:06 »

Visiblement la petite nouvelle de l'empire avait du mal avec sa nourriture, bon ce n'était pas le fort de l'empire, mais quand même ! C'était comestibles en tout point et parfaitement équilibrés pour peu qu'on n'en mange pas des kilos. Ce qui cela dit avec le gout un peu fade était peu risqué. Installée à table, les armes toujours dans son dos, Clover avait entamé la discussion et obtenait déjà les premières réponses. Donc son monde avait aussi des cyborgs ? Et des androïdes aussi alors ? Belphégor était donc l'invitée c'était intéressant comme nom, car pour l'empire il ne signifiait rien de particulier. Aussi il fut sans effet sur Clover qui hocha simplement la tête à l'idée de l'appeler par un petit nom presque mignon. En tout cas pour une première de l'empire venu de cette galaxie elle semblait assez banale. Qu'est-ce que l'empire lui trouvait ? Mais bon, pas le temps de trop y réfléchir qu'elle eut des indications plus précise, mais inutile, car l'empire nommait ses zones autrement.

- Bha en fait l'empire envahit tout son son chemin et s'étend sans cesse. Je doute de pouvoir ne serait-ce qu'énoncé la superficie de se dernier en année-lumière. C'est des chiffres si grands qu'à part ces machines, je ne vois pas qui peut les comprendre.

Elle l'écouta encore continuant avec son jus d'orange qui y ressemblait vraiment, puis elle entama la saucisse avec ses couverts en métal blanc. Elle l'écouta toujours en machant le repas, pour autant qu'elle le sache c'était comestible en tout cas.

- Hmm, mon peuple n'était jamais allé dans l'espace vous savez, mais notre galaxie était nommée "esxtriblugle" et notre planète c'est "hgryn'dq" et je dois avoué que ça doit ne ressembler à rien dans une langue comme la vôtre.

Elle sourit un peu amusée, puis elle rit un peu :

- L'empire n'est pas doué en cuisine, tous les plats ici sont assemblés à l'atome près pour ressembler à ce qui est en base de données. Ils n'ont même pas un frigo dans ce vaisseau ! Et oui vous êtes bien en train de manger ce qui à la base était des bloc de matière brut, fer, carbone, magnésium, etc.

Elle n'allait pas les citer tous quand même ! Mais oui, l'empire faisait la nourriture atome par atome pour que ça forme le repas qu'elles mangeaient en ce moment, comme si toute la notion de cuisine était absente de chez eux.

- Le bon côté, c'est qu'il n'y a pas de mauvaise bactérie... Mais j'ne vous conseille vraiment pas leurs produits "laitiers" vous imaginez bien qu'on ne peut reconstituer le vivant de la sorte.

Elle termina sa seconde saucisse, puis l'observa calme et posée, regarda ensuite par une des fenêtres et sembla s'apaiser.

- Encore quelque jours de voyage et on retourne à la bagarre ! Ca me manquait je dois l'avouer ! Mon monde il faut le savoir à lutter contre l'empire, nos idiots de gouvernements ne voyaient pas que l'empire était notre avenir... C'est pour ça que j'ai rejoint l'empire, première pour survivre aux bombardements orbitaux, et aussi, car franchement, l'empire est plein d'action, de sang, de chairs arrachées...

Elle sourit encore carnassière, visiblement cette femme n'était pas folle, non, mais elle semblait adorer voir le sang giclé hors de ses ennemis.

- Et du coup je me demandais, mais vous êtes là pour quoi ? Vous êtes une sorte de génie du combat, ou alors une entité rare et puissante ? Car moi ils me gardent surtout pour mon affinité au combat, même contre les formiens, mais vous ? Sans vous vexer vous n'avez l'air ni folle, ni aveuglée par le courage, et pourtant vous venez avec l'empire pour répondre à une mission spéciale, j'imagine.
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Mai 15, 2017, 08:34:22 »

« Bha en fait l'empire envahit tout son son chemin et s'étend sans cesse. Je doute de pouvoir ne serait-ce qu'énoncé la superficie de se dernier en année-lumière. C'est des chiffres si grands qu'à part ces machines, je ne vois pas qui peut les comprendre. »

Elle évita de dire ce qui venait de lui passer par l'esprit, mais pour le coup, si l'Empire envahissait tout ce qu'il trouvait sur son passage, il était à noté que celui-ci n'était pas bien différent des formiens, en cela qu'il pratiquait une forme plutôt active de conquête, avec un certain zèle, et que cela ne pouvait guère offrir quelque chose de sympathique sur le long terme, car avouons-le, il s'agissait bien là de la meilleures des manières de se faire des ennemis. Belphy avait bien du mal avec ce genre de comportement, elle comprenait que l'on puisse défendre son territoire contre des adversaires, que l'on puisse faire le maximum pour repousser des assauts, quitte à écraser des envahisseurs faisant preuve de bien trop de confiances en leurs capacités, mais de là à se trouver à répondre à cela par une expansion soudaine et brutale, elle avait bien plus de mal à l'accepter, y trouvant bien plus de barbarie que tout autre façon d'agir. Après, elle n'était pas Sildurienne, et ne donnait littéralement aucune valeur autre que marchande à son aide, si bien qu'elle présupposait bien simplement que sitôt son travail accomplie, elle n'aurait qu'à retourner à sa vie de mercenaire, et à ses propres préceptes. Le seul truc un peu épineux, c'est que la jeune femme aux cheveux rouges allait devoir faire un brin attention à ses réactions et ses propos pour éviter que quelques insultes malhabiles sortent de ses lèvres... Et avec un peu de chance, elle y parviendra, ce qui était l'essentiel pour en pas froisser ses camarades de combat et de voyage !

Alors pour l'instant, le meilleur moyen était de ne rien dire, la jeune femme mangeant avec un brin de dégoût son repas recomposé en écoutant les déclarations de son interlocutrice de fortune, qui elle semblait lui expliquer de manière bien enjouée qu'elle était là depuis un moment, et qu'elle s'était laissée emportée sans rien dire, profitant de la technologie Sildurienne étant donné que son propre monde n'avait pas encore eut la joie de produire des formes scientifiques suffisantes pour progresser dans l'espace. Le détail qui suivit, en rapport avec la nourriture eut même le don de finir de lui couper l'appétit, et dans un sens ce ne fut pas plus mal, car elle put manger en se forçant clairement, ne cherchant même plus à comprendre pourquoi le tout de son assiette ne possédait même pas le plus petit brin de goût, au détriment du contenu nutritionnel nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de son organisme. Cela allait être de bien longue journée, et pour le coup, si elle peut en avoir le bonheur, elle ira vite trouver un coin pour se retirer de tout échange pour laisser le temps s'écouler dans un ennui pesant, mais au moins où les mauvaises surprises ne seront pas foison. Le petit commentaire qui lui fut fait sur les produits laitiers eut même le don de lui faire comprendre qu'il y avait encore bien pire que ce qu'elle n'avait put imaginer en terme gastronomique dans l'immense vaisseau, finissant de lui faire comprendre que finalement, elle allait sûrement jeûner, ou en tout cas se priver d'une grande partie de ses habituels repas de la journée pour se concentrer sur quelque chose d'un brin plus nourrissant et agréable, se trouvant dans son sac.

« Encore quelque jours de voyage et on retourne à la bagarre ! Ca me manquait je dois l'avouer ! Mon monde il faut le savoir à lutter contre l'empire, nos idiots de gouvernements ne voyaient pas que l'empire était notre avenir... C'est pour ça que j'ai rejoint l'empire, première pour survivre aux bombardements orbitaux, et aussi, car franchement, l'empire est plein d'action, de sang, de chairs arrachées...
 -  Ouaaaaais c'est ce que j'ai cru comprendre un peu plus tôt. Je suis bienheureuse qu'il n'est pas fais de zèle envers mon propre lieu de vie, je crois que j'aurais eut bien du mal à l'idée de me faire envahir mon pays natal... »

Bon jusqu'ici elle n'en avait pas été sûre, mais maintenant qu'elle en avait eut les preuves par son propre parlé, il était certain que dans le fond, la femme en face d'elle soit plutôt frappée, le genre de jeune femme qui ne vit que pour la violence, et oublie complètement les buts adjacents à cela, comme la protection d'un lieu, la prise d'informations, etc... Honnêtement, cela lui permettait aussi de voir à quel point l'Empire avait une influence sur ceux qui avait fait le choix de le rejoindre, et donc pour quels raisons la prudence, les plans, les choix tactiques, étaient tous aussi contestable à ses yeux. Désormais elle en était certaine, elle n'aura guère la possibilité de considérer un seul instant s'allier un peu plus longtemps avec ces folles une fois son travail finie. Elle allait respecter son contrat, accomplir ce qu'on lui demandait avec toute l'efficacité du monde, mais au delà de ça, il était évident qu'elle ne ferait pas le moindre effort pour soutenir cette réunion de sauvage à l'esprit envahit par la domination spatiale, et la vie robotique. Désolé pour elle, mais Belphy n'était pas du tout partisane du « Marche ou crève », et si elle pouvait accepter de produire une seule mission autour de ce genre de crédo, elle ne comptait pas en faire plus, si bien que finalement, quand elle s'était exprimée auprès de la demoiselle, qui elle mangeait à toute vitesse son repas recombiné, ce fut avec un ton exprimant en partie son désaccord avec le fonctionnement de l'armée environnante, du moins jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle perdait le contrôle, et finalement tenta de reprendre un peu le fil de son propos d'un air désabusé et mou, comme si elle s'en fichait.

« Et du coup je me demandais, mais vous êtes là pour quoi ? Vous êtes une sorte de génie du combat, ou alors une entité rare et puissante ? Car moi ils me gardent surtout pour mon affinité au combat, même contre les formiens, mais vous ? Sans vous vexer vous n'avez l'air ni folle, ni aveuglée par le courage, et pourtant vous venez avec l'empire pour répondre à une mission spéciale, j'imagine.
 -  Je me tiens pour spécialiste des assauts tactiques. Je m'applique à réussir ma mission dans les plus brefs délais, avec efficacité, et perfectionnisme. Si j'ai été engagée, c'est pour une action rapide lors de la prochaine bataille, pour le reste, je me garde au silence. »

Elle s'arrêta un instant, puis repris, lentement, avec un brin de mollesse dans le ton.

« En gros, je suis humaine, donc je suis parfaitement capable d'avoir des problème avec les formiens, mais mon corps est constitué d'une étrange manière, et la symbiose que je peux déclencher avec mes deux armes m'offrent une capacité à l'affrontement largement supérieure à quoi que ce soit... Ce qui me rend terriblement efficace à l'élimination tant que je ne suis pas submergée. Donc je ne servirais guère au beau millieu d'un affrontement rangé, mais pour une attaque furtive, ou un assaut sur un point faible, je suis des plus efficace. »

Ce résumé se suffisait à lui-même. Pour le coup, elle fit un rapide signe à la jeune femme pour lui dire qu'elle allait revenir, et vint se redresser tout en attrapant son plateau pour ensuite se diriger vers les poubelles automatisée du lieu, et tout jeter dedans sans la moindre hésitation, regardant les dents lentes du système se mettre à broyer le moindre petit élément qu'elle venait d'abandonner dans la mécanique. Et voilà, c'était déjà tout prêt pour être resservi ! Cette idée lui offrit un haut-le-coeur momentané, avant qu'elle ne se décide à revenir auprès de la table, et de commencer à s'y poser d'une manière parfaitement nonchalante, les bras croisés sur les tables et la tête par-dessus, pour lui permettre de la garder un minimum droite afin d'observer celle avec qui elle échangeait jusqu'ici. Elle ne savait pas vraiment quelles étaient les capacités de cette femme, et avec sa tenue elle n'arrivait guère à voir quels muscles avaient été principalement développé sur son corps, si bien que la curiosité l'invitait à se prononcer sur ce point, si le manque d'envie ne lui chuchotait pas aussi de ne pas engager encore un peu plus la conversation avec cette tarée en manque de tripe dégoulinante et de meurtre. Dur dur de faire un choix, et finalement la mercenaire dut bien accepter qu'elle n'avait bien que cela pour faire passer le temps, si bien qu'elle chercha dans sa poche une petite pièce qu'elle envoya en direction de la jeune femme, pour qu'elle la rattrape, et ainsi observer la manière dont elle se mouvait, tandis qu'elle vint reprendre la parole :

« Et donc tu es, de ton coté, spécialisée dans l'affrontement de front, hum ? Je me demande bien quel genre d'équipement tu utilises pour ainsi agir ? »
Journalisée

L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 102


L'empire Sildurien


Voir le profil
Fiche
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #10 le: Mai 16, 2017, 09:30:37 »

"note hrp pour moi, ne pas lire (spoil)"  
Notes :

- Gabrielle n'est pas une bonne source d'info, trop d'entrain à rendre cela épique.
- pas de plan b au début, habitude de l'empire à pouvoir sacrifier ses unités.
- group : Ravager, Mortissia
- plan : on simule un crash, pour débarquer le groupe de récupération
- Clover aime parler pour ne rien dire

mission : une ruche s'est installée sur une installation Sildurienne d'importance, ils veulent récupérer le prototype d'Android avant un bombardement tactique. (Mais ils ne peuvent pas détruire la planète, car riche en ressource rare.)

Tout était enregistré depuis le début, tout ce qui se disait dans le vaisseau, et était transmis à l'empire, y compris les âneries de Clover qui débitait tout cela à un rythme incroyable. Mais bon les deux attendaient plus de détails sur la mission, comme promis par Gab' un peu plus tôt. Clover recevant ses réponses écouta attentivement, c'était la partie importante si jamais elles venaient à faire un groupe de combat. Ainsi Bellphy était la petite élue humaine de l'empire, pour servir de piège à formiens. Clover elle ignorait la mission, la sienne était toujours la même ou presque, foncer sur une planète inconnue, faire le plus de dégâts dans les lignes ennemies et rentrer quand ils ont gagné. Avait-elle déjà vu l'empire perdre ? Elle avait entendu parler de défaite contre l'essaim, mais rarement contre autre chose.

Ainsi donc l'humaine n'était pas si humaine que ça, elle était en symbiose avec des armes, voilà un fait étonnant, et son corps n'était pas comme celui des autres humains ? Pourquoi se présentait-elle comme une humaine alors ? Sans doute l'habitude allez savoir. Elle l'écouta jusqu'au bout hochant la tête, puis un silence se posa doucement, enfin il y avait toujours la radio au fond dans une langue étrangère aux deux femmes. Puis quand on lui demanda de parler d'elle, vraiment pas la chose à faire d'ailleurs...  Cependant pour la pièce, elle l'attrapa sans avoir à la fixer du regard, elle leva juste la main et l'attrapa au vol du bout des doigts comme on attrape un insecte. Mais avec une facilité déconcertante, puis elle posa la pièce sur la table, sur la tranche, la pièce ne roula pas, ne partit pas sur un des côtés. Juste posée en équilibre parfait.

- Combat court et moyenne portée, je dézingue tout avec Clover et Crocus !

Elle ne s'était pas reculée par le plus grand des hasards, non loin de là, elle lui dit qu'elle allait revenir, puis s'éclipsa en courant, revint toujours en courant, mais... avec deux armes en main, et chacune de ses armes était aussi grande que son propre buste. Quand elle les posa sur la table, cette dernière plia un peu. Elle présenta alors Clover en premier, une magnifique arme avec lunette longue protée ajustable, elle ressemblait presque au P90 belge, mais avec sous le rail inférieur une arme secondaire, un pistolet. De plus la gâchette principale semblait être faite pour pouvoir se détacher et devenir une arme de pugilat.

- Lui c'est Clover, mon bébé ! Il il me sert un peu de tout, arme de contact, distance, stipe, une cadence de tir de 1200 coups minute !

Pour sur c'était une version plus performante de l'arme terrestre, le corps de l'arme ne semblait pourtant pas long, mais la vélocité supersonique balles expliquait la précision. En plus on pouvait noter un petit interrupteur mécanique, pour changer entre mode automatique et coup par coup. Mais bon, ce n'était pas seule arme ! Elle montra alors l'autre toute fière :

- Crocus ! lui son boulot c'est les blindages !

L'arme avait un chargeur plus petit que l'autre, et vu le canon de l'arme qui était plus fin que l'autre, on pouvait miser sur une arme moins rapide, mais avec des balles plus petites aussi. Comment pouvait-il percer les blindages ? La question semblait avoir du sens, et puis pourquoi une lunette de précision sur une arme si courte portée ? Tant de question qu'on pouvait se poser, mais une indication était sur l'arme, un symbole de laser sur la crosse, avec un avertissement en langue étrangère.

- Hihi, elles sont géniales pas vrai ?

Mais comment se battait-elle au front sans armure ? Elle se doutait que la question allait arriver, aussi elle se recula et dézippa son bustier et puis le déposa sur la table, elle avait les seins à l'air.

- Essaie de l'abimer pour voir ?

Le bustier semblait normal, du tissu, léger, très souple, à priori des fils de soie ou de coton. La tueuse elle souriait comme une gamine trop fière de ses jouets, mais effectivement son habit était imperméable aux balles, ne pouvait se déchirer à la main absorbait si bien les choc qu'une frappe à l'avant ne se ressentait pas de l'autre coté. À moins de l'écraser totalement il semblait peu probable qu'on puisse la tuer avec un impact. Enfin, la tueuse exposait une poitrine ferme, ronde, et dessous un ventre plat musclé à souhait, et quand elle retira ses mitaines pour montre qu'elles bénéficiaient de la même technologie. Elle dévoila alors des bras légèrement musclés, mais pas assez pour pouvoir porter de telles armes...
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Mai 31, 2017, 12:22:47 »

« Combat court et moyenne portée, je dézingue tout avec Clover et Crocus ! »

Intéressant, la jeune femme n'était pas bien différente d'elle dés qu'il s'agissait d'un affrontement, elle semblait même être aussi de celles qui appréciaient de faire l'usage de deux armes, ce qui était en soi plus simple pour la mercenaire pour s'imaginer sa manière de faire … si encore elle ne lui avait pas posée la question simplement pour rester polie. Alors bon, elle l'écoutait, elle lui laissait continuer ses longs propos sur son équipement sans rien dire, mais pour être parfaitement honnête, bon dieu qu'elle n'avait pas accepter le contrat pour déblatérer avec une femme qui non seulement ne partageait pas le moins du monde sa vision de la guerre, mais qui surtout semblait posséder une certaine forme de satisfaction personnelle quand à la tuerie. En d'autres occasion, la femme au cheveux de sang aurait tôt eut fait de lui balancer une pique cinglante, du genre de celle qui provoque toujours des situations plus ou moins contrôlable, à grand coup de poings et de colère, mais elle se retenait, elle était là pour du travail et devait accepter que certaine personnes ne lui plaisaient pas, tout simplement. Elle aurait juste préférée ne pas se trouver à devoir faire autant d'efforts pour rester cordiale, simplement pour se sentir un peu plus à l'aise avec les gens des environs, mais après tout, dans une colonie principalement constituée de machines, il n'était pas certain qu'elle puisse avoir cette chance. Finalement, le plus dur n'allait peut-être pas être la mission, mais plutôt qu'elle reste calme durant tout le temps de sa présence en ces lieux...

« Lui c'est Clover, mon bébé ! Il il me sert un peu de tout, arme de contact, distance, stipe, une cadence de tir de 1200 coups minute ! Crocus ! lui son boulot c'est les blindages !
 -  Hum, je vois... »

La lassitude commençait à se faire sentir, notamment sur le fait qu'elle parlait de moins en moins à la femme et la laissait juste continuer sa démonstration en répondant par quelques phrases bâtaudes, afin que cette jeune femme puisse se permettre de continuer en ayant l'illusion qu'elle y tenait une quelconque importance. En d'autres occasions, elle aurait sûrement sortie K'leir et Ter'er pour lui montrer que si elle n'avait pas l'occasion de se relayer sur des armes à feu, elle avait au moins la tendance absolue d'avoir deux armes parlantes qui, de leur langues bien pendues, lui permettrait de couper court à la conversation sous l'égide de faire cesser leurs provocations, mais vu que ni l'une ni l'autre ne se permettaient le plus petit propos depuis leur envolée spatiale, elle était certaine que ce mutisme allait se prolonger même en cas de nécessité. Enfin bon, elle observa bien les deux armes à feu d'un air qui se faisait lentement absent, comme si elle essayait tant bien que mal à s'intéresser à deux outils pour lesquelles elle n'avait jamais ressentie le moindre intérêt, préférant toujours trouver dans un contact direct le frisson d'un affrontement dangereux, mais efficace. Elles avaient l'air élégantes, ces deux morceaux de ferrailles, et calculant d'ailleurs que l'une tirait un projectile à environ un demi dixième de seconde, elle hésita à lui faire remarquer qu'elle avait soit la totale incapacité de garder le contrôle sur les trajectoires de son arme, soit qu'elle lui bourrait le mou méchamment, avant de finalement se taire, encore une fois, la laissant continuer son exposé orgueilleux sur son équipement tout en cherchant à simplement garder un calme olympien.

Bon après, elle n'avait clairement pas prévue que son manque de réaction allait finir par mener la jeune femme à se faire des idées complètement fausse de ses intentions, allant jusqu'à ce qu'elle se dévêtisse sans attendre la moindre réflexion, devant elle, abattant le tout de sa tenue sur la table, puis se targuant, avec un air un brin provocant, et dans un sous-texte peu agréable, qu'elle ne pourrait l’abîmer par n'importe quel moyen. C'était bien mal connaître son propre outillage, mais contrairement à la jeune femme, Belphégor n'avait tout simplement aucune raison de jouer à la plus forte, ni de briser la vision du monde d'une ancienne fermière dans un monde retardé qui avait eut soudainement le droit à un équipement si différent de ses précédentes acquisitions qu'elle en était venu à le croire invincible... C'en était trop pour la Tekhane, qui se leva lentement de sa chaise, afin de finalement s'étirer, puis qui fit un pas de coté, prouvant son désintérêt pour ce que la dynamique mais inconsciente jeune femme lui proposait, avant de lui répondre avec un soupir de fatigue :

« Essaie de l'abimer pour voir ?
 -  Non merci, ça ne m'intéresse pas. Écoute, je vais aller me poser quelque part et attendre que nous arrivions à destination. Je m'en vais donc, mais je te souhaite quand même de passer une bonne journée. »

Bien sur, et encore une fois, lui souhaiter une bonne journée n'était qu'une forme polie pour lui dire qu'elle n'espérait pas la revoir du séjour, étant donné que l'observation des cycles jours/nuits était tout simplement impossible dans l'espace, mais pour autant, elle le fit avec une voix qui n'exprimait pas à quel point cette discussion n'avait pas été des plus intéressantes à ses yeux. Franchement, entre les robots qui se la jouent pop-star, les jeunes femmes venues de mondes arriérés, et les androïdes sans grandes personnalités, cela commençait à faire beaucoup pour elle et elle allait tout simplement chercher un coin pour se trouver seule, et attendre tranquillement que le temps passe. Elle quitta donc le réfectoire avec, sur la conscience, le poids de son manque de considération quand aux véritables difficultés de son travail, à savoir réussir à avoir le moindre échange avec des entités qui n'ont aucune conscience humaine, et finalement se mise à déambuler, pièce par pièce, hangar en hangar, cherchant à trouver le plus rapidement possible un lieu serein, où elle saurait enfin s'asseoir sans se faire déranger par une quelconque membre de ce monde étrange qu'était l'Empire Sildurien. Elle mit plusieurs heures avant de finalement se trouver un endroit des plus simples, une alcôve élevée, sur la partie supérieur du bâtiment, et put alors contempler, grâce à une large baie vitrée, un lieu d'une splendeur incroyable, des années lumières d'étoiles scintillantes, couvertes des sursauts de la guerre qui avait déjà débutée entre les quelques étranges navires rocheux formiens, et l'escadron de l'Empire. Le spectacle fascinant l'amena à s'installer contre le mur, et d'observer cela avec calme, tranquillité, alors que pour la première fois depuis leur départ, ses deux armes firent preuves de vie en se mettant à échanger.

« Tu sais, Bel... Cela fait longtemps que nous n'avions eut l'occasion de voir cela, Ter'er et moi. Dans le fond, quand j'y réfléchis, ça fait bizarre d'y retourner.
 -  Hum ? Nous sommes déjà allé dans l'espace ?
 -  Il y a bien longtemps. Nous n'en dirons rien, tu nous connaît... Mais on peux au moins te dire cela, ces feux incroyables dont l'espace est dotée, ces splendeurs... Elles nous avaient manquées. »
Journalisée

L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 102


L'empire Sildurien


Voir le profil
Fiche
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #12 le: Juin 05, 2017, 01:05:19 »

Clover un peu surprise de cette froideur finie alors par baisser les bras, l'air déçu, quelle drôle de camarade que voilà. Elle la laissa donc seule, finalement tout le monde la laissa seule, s'il n'y avait pas de cycle jour nuit, les lumières et horloge du vaisseau en faisaient office. Tout le monde dormait un peu, sauf les androïdes de services, actif jour et nuit. Après tout les machines n'ont pas besoin de dormir, les modèles d'infiltration font semblant, mais le reste ne dort pas. Le voyage se poursuivit dans la solitude pour l'invitée, sauf si elle trouvait quelqu'un digne de son intérêt à bord, mais cela ne semblait pas être le cas. Le lendemain une réunion tactique eut lieu, le même baratine que la fois d'avant en plus précis. Et le voyage se termina dans le calme, avant l'arrivée en orbite, une arrivée mouvementée par le combat qui faisait déjà rage dans l'espace. Mortissia, elle était devant l'une des baies vitrées, observant cela avec un flegme légendaire.

- Bonjour Belphy.

Dit-elle simplement en entendant les pas de la jeune femme, Mortissia sera dans le groupe de combat, plus loin dans la salle on pouvait voir une unité Ravager en train de préparer des caisses d'arme et munition. Son épée tronçonneuse sur le dos, des pistolets à la ceinture, et une veste sous l'épée, Mortissia était ravissante. Elle déposa une tasse sur une table basse, puis se retourna pour regarder Belphy, avant de faire volteface prenant un couloir vers les hangars à vaisseau. Tout était indiqué en Syldurien à bord, mais Belphy avait surement déjà trouvé des moyens pour se repérer. Le hangar lui était rempli d'un tas de vaisseaux pour le débarquement et l'attaque, sans compter la couverture aérienne.

- Il y a eu des changements dans les plans, voilà le modèle réviser.

Un écran se forma devant Belphy, écrit en anglais terrien, il y avait tout le plan d'attaque avec des illustrations pour chaque étape. Il y avait même un plan b, et c ! Le plan principal restait le même, foncer dans le tas simulant le crash, infiltrer la ruche, puis repartir avec le prototype ou le détruire. Mais le reste était peut-être plus intéressant. Sur place deux unités Leyre seront crashées aussi pour minimiser les risques d'être repéré. En plus il était prévu d'attirer l'attention de l'autre côté de la ruche avec un émetteur psionnique qui devrait brouiller les communications ennemies. Et évidemment les attirés à l'émetteur de signal. Qui sera mobile ! Un vaisseau blindé spécialement conçu pour voler le plus longtemps possible même avec de lourds dégâts.

- Notre unité a été révisée, vous et moi restons, et nous accueillons aussi une unité Vermin, Ravager sera en arrière ligne à nous couvrir de loin, elle n'est pas assez discrète.

Puis Mortissia ramassa une caisse d'arme lourde comme si ce n'était qu'un bloc de feuille de papier. Et elle l'emporta vers leur vaisseau de débarquement.

- Concenrnant le plan "b", en cas d'échec de l'infiltration, courir ne sera d'aucune utilité, la mission devra être annulée et le site bombardé.

Cela n'était pas cool comme idée, mais terriblement efficace :

- Et le plan "c" lui... Il consiste simplement à écouter vos idées, vous êtes une spécialiste des assauts tactiques d'après Clover.

Eh oui, les nouvelles vont vite, l'empire fit apparaitre un écran devant Belphy, la liste de toutes leurs unités disponible, les vaisseaux, les armes, les munitions, tout était indiqué. Mais aussi les orbites actuelles, toutes les données récoltées sur la cible et la topographie des lieux alentour.

- Nos tactiques sont parfois prévisibles, alors pourquoi ne pas essayer les vôtres ?
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Juin 07, 2017, 08:06:53 »

Le reste de son voyage se déroula dans une tranquillité étonnante, mais surtout dans une sorte d'instinct contemplatif qu'elle ne s'expliquait guère, se découvrant étrangement le plaisir de ne pas faire autre chose de son temps que de profiter de ce qu'elle pouvait observer depuis les larges vitres des lieux, et d'y trouver la satisfaction suffisante pour ne pas avoir à aller trouver échanges et conversations de la part des membres de l'Empire. Ce n'était pas qu'elle manquait de curiosité, bien au contraire, elle savait qu'elle avait de nombreuses choses à découvrir parmi cette force spatiale plus avancée encore que le monde dont elle provenait, mais étrangement elle trouvait quelques bien suffisantes distractions en restant simplement là, auprès des salles panoramiques du lieux, à se perdre dans l'espace qui l'environnait, tout en se concentrant de temps à autres sur les affrontements latéraux qui cherchaient, d'un parti ou de l'autre, à freiner l'avancée de ses employeurs, ou d'accélérer le trajet en direction du lieu principal de cette guerre ayant sûrement traversée les époques. En d'autres circonstances, peut-être aurait-elle trouver un plaisir certain à échanger avec certaines des unités, mais là, tout simplement, elle se sentait juste le besoin, peut-être même le devoir, incohérent toutefois, de poser son regard sur les astéroïdes, sur les formes étranges des objets spatiaux alentours, ou sur les vaisseaux à la technologie évidente des Silduriens... Et cela l'occupa sur les jours où elle fut solitaire, jusqu'à ce que, finalement, quelques informations lui furent envoyer dans l'une des salle qu'elle occupait, un « matin », l'informant qu'il était temps pour elle de retrouver ses futures camarades d'assaut pour préparer leur mission.

Elle récupéra ses deux éternelles compagnes, et s'éloigna de son lieu de recueil pour parcourir le gigantissime vaisseau, en direction de la salle qui lui avait été signalée, et repensa avec un peu d'amertume à ce court voyage qui l'avait menée si loin de chez elle, sans même qu'elle ne s'en rende bien compte. Elle n'avait pas d'autres raisons de se trouver en ces lieux, hormis le fait que son travail allait être de servir dans une guerre à grande échelle, et finalement, après trois jours, elle se demandait si son comportement n'avait pas eut des effets bien plus négatifs que ce qu'elle avait put imaginer de prime abord, notamment auprès de l'autre unité vivante qu'elle avait croisée. Elle se savait sèche, mais pas à ce point, elle se savait aussi désintéressée dés que les choses évoluaient sous un aspect de comparaison de force, mais pas au point de rejeter de manière aussi vive les paroles joyeuses de quelqu'un qui avait sûrement appréciée le fait de rencontrer une autre femme qui ne tenait pas plus de la machine que de l'entité vivante. Elle s'excuserait, en temps voulue, une fois que la mission lui sera sortie de la tête, et que les deux femmes se dirigeront de nouveau en direction de Terra pour la déposer. Mais pour l'instant, elle avait d'autres choses à faire, et ses pas la menèrent d'un bout à l'autre de l'édifice métallique, Belphy s'avouant tout de même redevable des quelques circuits de sol accéléré lui permettant de rejoindre prestement le lieux de rendez-vous malgré la taille du bâtiment spatial, et entra dans la pièce à l'heure précise qui lui avait été demandée, arrivant dés lors devant une Mortissia calme, contemplant la rage d'une bataille déjà mouvementée, et plus que cela, visible malgré la distance qui les séparaient encore de leur objectif.

« Bonjour Belphy.
 -  Bonjour Mortissia. »

Si Mortissia avait déjà eut le don de lui faire fort effet lorsqu'elles s'étaient rencontrées, lors de leur récupération sur sa planète d'origine, elle ne pouvait nier que désormais armée et équipée, il s'échappait d'elle cette impression de noblesse qui ne manquait guère de faire d'elle une femme élégante, et fort bien éloignée d'une nature robotique. Belphégor ne fit pas de commentaires sur cela, mais n'en pensa pas moins, et comprit rapidement que de toutes manières, l'heure n'était plus aux discussions alternatives, la pression de la guerre jouant désormais sur les instincts de la Sildurienne, celle-ci se trouvant déjà sûrement bien loin, au beau milieu du combat, prête à servir sa nation sans réfléchir aux actes qui lui permettrait de survivre. C'était une chose qui les différenciait, la mercenaire aux cheveux de sang n'était là que pour une mission rapide, un acte monnayé chèrement pour qu'elle soit la plus efficace possible, et qu'elle serve un court temps les forces supérieures de l'empire, mais pour Mortissia, ou les autres unités, c'était quelques chose de plus viscéral qui les affectait, quelque chose de bien plus puissant qu'un simple travail. C'était un devoir, un ordre intérieur, une haine envers les formiens, et leur politique d'expansion anarchique. En ce début de journée, tandis que la gynoïde posa sa tasse, puis se dirigea vers le hangar en pleine effervescence, la tekhane sur ses talons, il y avait déjà, dans l'air, la gravité de ce qui allait se dérouler, et plus que tout, Belphy ne pouvait démentir que celle-ci était toute indiquée.

« Il y a eu des changements dans les plans, voilà le modèle révisé.
 -  Merci, je regarde cela rapidement. »

Rapidement, certes, mais efficacement aussi. Belphégor n'avait pas pour valeur de bâcler son travail, et tandis que Mortissia s'affairait à suivre l'effort de guerre ambiant, chacune des Silduriennes semblant mettre un point d'honneur pour ordonner et préparer les vaisseaux qui allaient constituer la prochaine vague d'assauts, elle vint prendre pleinement connaissance des nouveau détails de ses ordres, un peu influencée par le sérieux avec lequel les membres du bâtiment spatial agissaient, il fallait l'avouer. Le plan original avait été révisé, et les précisions ajoutées semblaient être particulièrement satisfaisantes, permettant d'offrir une vision bien plus précise et efficace du crash originel, mais aussi de délayer l'arrivée éventuelle de renforts, leur offrant ainsi une première discrétion pour l'instant où elle s'infiltreront dans la partie de la ruche correspondante à leur mission. De plus, elle eut enfin droit de voir les autres possibilités considérées par l'Empire pour les participantes de la mission, et même si la lecture du plan b lui fit un brin grincer des dents, la femme aux cheveux de sang ne voyant pas d'un bon œil l'idée d'être atomisée avec le restes de ses coéquipières si son assaut échouait, elle fut en revanche particulièrement intriguée par les explications du plan c, où elle trouvait finalement son nom soulignée par certains apports d'informations qui la surprenait. Se tournant d'ailleurs vers la femme qu'elle accompagnait, manière de signifier qu'elle attendait quelques précisions, elle n'eut même pas à s'exprimer pour que Mortissia, d'un ton neutre, vienne à lui offrir ce qu'il lui manquait pour comprendre la tactique dissimulée dans ce plan c, après rappel des premières idées.

« Notre unité a été révisée, vous et moi restons, et nous accueillons aussi une unité Vermin, Ravager sera en arrière ligne à nous couvrir de loin, elle n'est pas assez discrète. Concernant le plan "b", en cas d'échec de l'infiltration, courir ne sera d'aucune utilité, la mission devra être annulée et le site bombardé... Et le plan "c" lui... Il consiste simplement à écouter vos idées, vous êtes une spécialiste des assauts tactiques d'après Clover.
 -  En parlant de Clover, je vais lui devoir des excuses une fois tout cela fini... »

Cette réflexion fut envoyer de manière à ce qu'au cas où, en cas de complications, Mortissia puisse ne parler avec la fameuse Clover, même si Belphy ne le stipula guère, et situation faisant, elle ne vint pas accentuer sa demande étant donné que la gynoïde en sa compagnie sortit sans attendre un large disque métallique d'une sombre couleur, et l'activa rapidement pour permettre à la mercenaire d'observer cartes, rapports, et précisions des quelques unités d'observation ayant put s'infiltrer dans les lieux pour s'enquérir de l'état de la défense formienne au cœur de la ruche. Les chiffres représentant le nombre d'ennemis éventuels était faramineux, les descriptions holographiques des lieux, labyrinthiques, quand au détails apportés sous formes de rapports, la femme n'avait que peu de temps pour le lire, mais elle prit soin quand même de s'imprégner d'un maximum de détail, tandis  que son alliée à l'allure noble l'observait avec ce genre d'attention qui normalement avait la grande tendance de la mettre mal à l'aise. Encore une fois, sans qu'elle n'en sache vraiment les raisons, et qu'elle aille plutôt attribuer cette modifications de caractère à l'ambiance pesante et tendue du hangar, elle s'attarda un long moment sur sa lecture en supportant sans souci l'observation méthodique de cette camarade, puis elle l'écouta tranquillement tandis qu'elle l'invita à s'exprimer selon ses propres connaissances en matière d'assaut tactique, l'amenant finalement à faire parler son expertise pour tenter d'améliorer le plan prévu. Les chances de réussite n'étaient pas énormes, mais en ce moment précis, Belphégor avait l'impression qu'en cumulant ses connaissances en matière de frappe éclair, et les talents des Silduriennes en matière d'exterminations de formiens, elles avaient leurs chances !

« Nos tactiques sont parfois prévisibles, alors pourquoi ne pas essayer les vôtres ?
 -  Votre première frappe est bien pensée, et la simulation de crash n'attirera normalement pas leur attentions, aussi je ne penses pas que nous ayons à modifier cela. C'est le détail de la mission qui manque peut-être d'un brin de travail. Attendez... »

Ne voulant guère faire perdre de temps à la femme, elle fit mine de se mettre en marche pour l'inviter à continuer le chargement du vaisseau tout en expliquant ce qu'elle voyait d'envisageable dans leurs prochaines manœuvres. Prenant d'ailleurs le disque pour que son alliée n'ai pas à s'occuper de stabiliser l'image, toute deux se mirent à agir tandis que la mercenaire au cheveux de sang se mit à expliquer ce qu'elle avait en tête, car, en effet, elle avait trouvée un circuit qui permettrait, éventuellement d'optimiser leurs déplacements :

« Voyez, ce lieu-ci est isolé, mais se trouve en plus près d'un conduit facile d'accès. Cela aura sûrement plus de chance d'améliorer notre avancée si nous déplaçons le site du crash en ce point, et même si le chemin semble plus long, nous rencontrerons moins de résistance dans notre avancée ! Pour notre retrait, une fois que nous aurons atteint la cible, nous pourrons assez aisément nous diriger sur ce point, cette galerie est fine, et elle nous évitera de devoir affronter trop d'ennemis de front, ce sera pleinement à notre avantage pour un groupe réduit, comme le notre, car ils auront grand mal à nous encercler si les choses se déroulent mals... Enfin... »

Elle hésita un instant, puis prit le temps de chercher le point le plus proche de sa voie de sortie où elles pourraient éventuellement être retenue si elles finissaient par échouer, d'une manière ou d'une autre. Finalement, elle allait incorporer, malgré toute vraisemblance avec le comportement de l'Empire, un projet de sauvetage si les choses venaient à mal tourner, et c'est avec une précision chirurgicale qu'elle commença à évaluer les distances, et le temps de déplacement de l'unité, pour finalement commencer à tracer de son doigt les mouvements qu'elles allaient accomplir, avant de finalement s'informer sur le temps durant lequel la guerre sur la planète allait durer, avant qu'un éventuel plan b se mette en marche... Et quand elle remarqua que son idée était amplement envisageable au vue de la durée de l'assaut, elle ne manqua pas de terminer son idée avec un air décidé, comme si elle trouvait là une pleine satisfaction, mais surtout, les plus grandes chances de réussites pour le travail qui leur était confiées :

« Je dois avouer que je n'ai aucune envie de mourir, ou d'être éradiquée avec la planète. Normalement, au vu de nos capacités, nous pouvons accomplir ce travail en moins d'une heure. L'assaut que vous avez prévu offre six heures, si bien que j'aimerais ajouter ces deux éléments à la mission : L'apport d'une aide puissante à cinquante-cinq minutes, afin de nous aider à sortir et en cas de défaite, l'apport d'une unité de sauvetage à quatre heure, qui permettra de rapatrier le tout de la troupe, ainsi que votre arme dont nous nous assurerons de l'obtention. Je vois que les informations ont été apportées par une unité Micha, il nous serait donc bénéficiaire que celle-ci nous accompagne durant le déplacement à l'intérieur de la ruche, ce qui nous permettrait d'être pleinement capable d'adapter notre plan en fonction de ses connaissances... Est-ce que cela est possible ? »

Elle s'arrêta là, observant celle qui l'accompagnait, espérant que son extravagance humaine ne vienne pas choquer la méthodologie rigoureuse de l'unité robotique Sildurienne.
Journalisée

L'empire Sildurien
Legion
-

Messages: 102


L'empire Sildurien


Voir le profil
Fiche
Description
Ceci est une légion militaire.
« Répondre #14 le: Juin 10, 2017, 02:41:28 »

Clover était une machine à tuer, mais pas comme les androïdes de l'empire. Elle était sensible, humaine, fragile aussi. Mais bon là elle devait sans doute faire sa crise dans son coin en bonne gamine psychopathe qu'elle était. Mais bon pour le moment il fallait faire route, Mortissia était déjà en train d'expliquer le plan à la jeune femme. Et proposait justement de laisser cette dernière trouver une stratégie plus originale que celle de l'empire. Ils savaient les leurs défectueuses pour ce genre de mission, d'où l'idée de faire appel à un tiers externe à l'empire. Le groupe présenté ne semblait pas poser de problème particulier à la jeune femme non plus, elle voulait juste s'excuser auprès de Clover, chose possible, mais pas dans l'immédiat. Enfin la nouvelle stratégie tomba, garder la première partie, donc camoufler en crash l'atterrissage. Mortissia hoche donc la tête, cela semblait une idée pertinente en effet.

Elle la laissa jouer avec la carte, puis nota ce qu'elle désignait comme des choses intéressantes, un tunnel ? Cela serait un souci avec l'unité Ravager, enfin, cela dit cette dernière pouvait rester en arrière. Mortissia la laisse donc faire tout en contactant les autres unités du groupe il était temps de réunir tout ce beau monde.

- Je comprends, mourir pour une forme de vie telle que vous doit sembler être une chose définitive, ennuyeuse même. J'ai contacté les autres unités, elles sont en route pour le hangar, un vaisseau nous a été attribué.

Puis elle regarda Belhpy de haut en bas, oui elle avait l'air d'une forme de vie fragile, mais pleine de ressources aussi. Elle passa alors à sa hauteur et lui dit brièvement, dans ce qui semblait un murmure pour le subconscient de l'humaine.

- L'empire ne vous en voudra pas de fuir, vous n'êtes pas remplaçable...

Puis elle se mit en marche vers les hangars confirmant en entrant dans une coursive :

- Oui, Micha sera sur place, elle nous y attend pour nous guider en direction de la Ruche.

[ost : https://www.youtube.com/watch?v=9bKXiTKw5zE]

Puis la marche continua, autour c'était les préparatifs de la guerre. Des charriots autonomes chargés d'obus plus gros que des humains, des caisses d'explosif clairement indiquées et des pièces de rechange pour androïdes... Tout cela passait dans les couloirs en suivant des lignes tracées au sol. Les humains avaient des technologies similaire dans les grands entrepôts, mais ici l'échelle était différente, il ne s’agit pas de machine lente et prévisible, non, ici les charriots semblent choisir leur chemin en fonction des bouchons, de la présence d'unité sur le trajet. En passant encore près d'une des fenêtres sur le vide, l'on pouvait voir des créatures de l'essaim tenter d'attaquer les machines Silduriennes. Et sans surprise l'on voyait des androïdes mus par des propulseurs dans le vide, sans même porter de combinaison spatiale.

Dehors le balai des lumières débutait, missiles, tirs de laser en rayon, les unités Ravager, de véritables machines de guerre comparables dans leur armement à des chars, canardaient d'obus et de missile les ennemis. Et ce n'était pas beau à voir, entre le sang qui flottant des unités mortes, les débris mécaniques parfois encore en fonction chez les Silduriens... C'était l'horreur de la guerre à grande échelle, un bras vint même cogner la vitre sans faire le moindre bruit. La marche à l'intérieur continuait sous les sons des alarmes de proximité, mais aussi celui des messages en Sildurien pour prévenir les rassemblements, organiser les troupes. Tout cela mêler aux bruits des machines se préparant au combat. Un vestiaire était remplit d'unité Vita, une trentaine en train de s'équiper de canon lourd qui semblaient démesuré pour ces pauvres unités.

Mais c'est sans sourciller que ses unités portaient leurs lourds équipements, mais aussi des boucliers similaire à des pavois, mais en plus moderne et capable de projeter des écrans d'énergie. Tout semblait testé au moins une fois avant le départ, mais le plus étrange dans ce spectacle, était que les unités se préparaient en même temps, comme si elles n'étaient qu'une seule. Se mettaient en rangs, puis partaient direction les hangars, montaient dans les vaisseaux attribués en bon soldat. Aucune ne discutait, ne posait de question, ici la discipline militaire semblait à son paroxysme. Mais c'était sans doute aussi, car les androïdes n'ont pas besoin de parler pour communiquer, et puis vu ainsi, leur coté personnel semblait s'effacer pour ne plus faire partie qu'une masse.

Tout cet empire en mouvement était impressionnant, mais le plus bluffant était que ce n'était ici qu'un seul vaisseau. À l'extérieur l'empire en avait des dizaines, transporteurs lourds, atterrisseur lourd. L'armada de l'empire était immense, variée malgré les productions en série. Chaque vaisseau avait un numéro unique écrit dans l'alphabet Sildurien, et en plus les formations Silduriennes ne laissaient pas de place à l'erreur. Tous les vaisseaux étaient alignés, formant des pyramides ou des cercles autour des vaisseaux les plus lourds. Des Virgos en tête, usant de tout leur savoir-faire en matière de ciblage et repérage, aux Messies qui chassaient les troupes formiennes, tout le monde ici avaient sa propre place. La partie bluffante était surement l'écran d'information qui flottait et donnait toutes les infos à Belphy, les Messies étaient encore plus grands que les Mother, qui sont pourtant des fleurons en matière de technologie.

Et avec ça il restait les milliers de Faucons, Desmond et les Taurus. Tous ces chasseurs qui partaient à pleine vitesse au milieu des troupes ennemies et tiraient missiles et projectiles. Les nombres perdaient leur sens, chercher à savoir combien de troupes étaient en mouvement semblait bien inutile, c'était une guerre spatiale entre deux puissances écrasantes. Et tout cela, n'était en place que pour récupérer un prototype, qu'en était-il du véritable front ? Celui où l'empire combat tous les jours les formiens, et où les deux puissances luttent pour contrôler les territoires de l'autre ? Belphy pouvait-elle seulement imaginer cela ? Un front encore plus gros, plus grand, et avec toujours plus d'unité ? Bien que cet endroit faisait partie du front, il n'était ici question que de quelques milliers de kilomètres, alors que le front réel fait plusieurs années-lumière de large. Ce spectacle devait donc se reproduire les milliers de fois, avec encore plus de troupes par endroit.


L'arrivée au hangar pour notre groupe fut plus calme, ils marchaient moins vite que le reste des troupes. Rien ne les pressait à vrai dire, une fois dans le hangar c'était un nouveau spectacle. L'endroit était immense, remplit de rampe de lancement sur les cotés, des grues au plafond prenaient le relai pour apporter les munitions et des plateformes menaient les groups d'androïdes à leur vaisseau. L'endroit semblait s'étendre sur toute la longueur du vaisseau, soit sept-cents mètres. Et les vaisseaux étaient dans des alcôves blindées sur les côtés, parés au lancement. Le petit groupe de Mortissia et Belphy fut alors enjoint par Vermin et Ravager, l'une étant petite joyeuse avec ses couleurs vives, l'autre était de taille normale, mais avec un équipement très lourd. Heureusement dans cet équipement il y avait deux pattes supplémentaires pour stabiliser les tirs, mais aussi aider au déplacement de cette masse d'arme.

- Et nous voilà réunis, voici Vermin, unité antibiologique, et Ravager, qui nous couvrira depuis la surface.

[ost : https://www.youtube.com/watch?v=82TXZe3sfAc]

Une chose flagrante dans l’empire, il n'y avait presque que des femmes, du moins au sein des unités de l'empire, ici pas d'homme, juste des machines. Le pourquoi du comment devait bien avoir une origine, mais elle était surement inconnue pour Belphy. Mais féminin ou non, ces machines restaient des machines de guerre, il suffisait de voir le côté inhumain du regard de Vermin, ou le coté arme mécanique de Ravager pour bien s'en rendre compte. On était loin des unités d'infiltration ou de communication anthropomorphe de l'empire. Non là c'était tout à fait autre chose, des machines qui ne cachaient en rien leur nature mécanique. Même le bruit de leurs servomoteurs se laissait entendre. Une fois les présentations faites, le groupe semblait au complet. Il manquait encore une unité qui devait les rejoindre sur place.

- Et voilà notre Lander Navyra, allez à bord Vermin, et pas de détour.

[Le Navyra]

Vermin hocha la tête, plus sérieuse que jamais, elle embarqua prenant avec elle des armes à feu dans une caisse. Ravager elle, tira dans la soute une palette entière de munition, cela devait peser aux moins deux tonnes, mais pour cette unité ce n'était visiblement rien du tout. Belphy fut invitée à monter à bord du Navyra, le vaisseau était grand, mais vu le reste de l'armada il faisait vraiment petit. L'heure était a se mettre en route, a bord on notait aussi deux ou trois unités Vita armées jusqu'aux dents, et pour pilote ni plus ni moins qu'une autre Vita. Sans doute là l'une des unités les plus versatiles de l'empire. La soute spacieuse fut lentement quittée cependant, direction la salle de débarquement, des sièges attendaient notre équipe, il y en avait bien plus que nécessaire. Vermin se trouva rapidement une place, et sur le côté on notait la présence d'indication de danger. Si Belphy usait encore de la carte qui la suivait et traduisait tout pour elle, elle pourrait alors savoir que lors du débarquement c'est la salle entière qui descend vers le sol, et permet un débarquement rapide des troupes. En effet les fauteuils se redressaient durant cette opération forçant les unités à finir debout.

Ravager pour sa part resta dans la pièce, près du centre ou un cercle toujours rouge indiquait la position pour les unités ne pouvant s'assoir. Rapidement tout le monde fut en place, et les premières vibrations se firent sentir, le vaisseau était porté par les grues, direction la zone de lancement. Plus que quelques minutes et le danger seront alors réels. Tenter de parcourir la distance vers la planète, simuler un crash, tout en évitant un crash réel... Cela ne serait pas un voyage de tout repos, mais personne dans l'empire ne semblait en avoir peur. Et il ne s’agit pas ici d'une confiance aveugle, ou de fanatisme, non... L'empire et ses unités n'ont pas peur, ce sentiment leur semble inconnu, pourtant ce n'est pas fait pour eux de pouvoir imiter les émotions. Que ce soit Mortissia dans sa façon de s'exprimer ou sourire, voir de susurrer des choses. Mais la peur, la nervosité, ce n'était pas encore au point si toute fois cela existait.

[ost : https://www.youtube.com/watch?v=ZLEJGkSBZpc]

Le débarquement progressait, Vermin était pour sa part de plus en plus agitée, mue par cette folle envie d'allez empoisonner l'ennemi. Mortissait placide regardait Belphy tout en ayant posé son énorme épée sur le siège à côté d'elle. Ravager toujours en place semblait faire une vérification complète de ses fonctions. Le voyage dans l'espace débuta alors, mais impossible de l'admirer depuis l'intérieur de la boite de conserve qu'était la zone de débarquement. De plus à l'opposé des grands vaisseaux, les atterrisseurs n'avaient pas de baie vitrée. C'était dans à l'aveugle que les troupes à bords étaient menées vers la zone de conflit, l'approche de la planète pouvait cependant se sentir avec l'arrivée d'une nouvelle force de gravité plus puissance que celle artificielle du petit atterrisseur. Cette drôle de sensation arrivée, le vaisseau sembla tanguer un peu, des tirs le heurtaient, et toujours avec son écran Belphy pouvait suivre la situation. Les deux forces colossales étaient prêtes à tout pour avoir cette planète.

Rapiment, on pouvait voir des hordes d'unités de la ruche venir s'écraser sur les vaisseaux pour tenter de les détruire, se sacrifiant souvent dans l'opération. Nombre de vaisseaux tombaient comme des astéroïdes vers la surface. C'était un carnage des deux côtés, mais le plus choquant fut sans doute le tir du Mother... Le canon à tachyons, une arme tirant un projectile plus rapide que la lumière, brisant par là même, toutes les connaissances en physique terrestre. Le canon monstrueux était dans la gueule du vaisseau. Mais sa vitesse importante fit aussi que le tir qui semblait visible n'était que l'ombre lumineuse de ce dernier. Avant même que la lumière ne revienne, les vaisseaux et troupes ennemies sur le trajet, n'existaient plus. Un canon dont les tirs étaient dès lors, invisible, car impossible de les percevoir avant de les avoir subits. Le carnage sans nom laisser par ce tir n'était pas sans rappeler des lasers à très haute intensité, ou l'étoile de la mort... Mais la descente continua, l'empire n'était pas du genre à se stopper. L'entrée en atmosphère fut douloureuse, cela secouait beaucoup.

Ensuite des alarmes se firent entendre un peu partout, et la chaleur à bord monta rapidement. Finalement les dernières minutes étaient le plus dur à vivre, la planète immense, avait une gravité plus forte que la terre ou même Terra. Le vaisseau se crasha avec une violence inouïe, l'une des alertes ayant précisé la mise hors service par un évènement externe, des rétropropulseurs. La zone d'atterrissage était heureusement respectée, et pour le plus grand bonheur de Belphy, le choc fut amorti par le système de compensation gravitationnel. Mais cela secoua au moins autant qu'une montagne russe passant de 120 à 3km par heure en deux secondes... Bref, à priori tout le monde était en vie, et le champ magnétique avait maintenu Ravager en place au milieu. Ils étaient sur le sol ennemi...

[ost : https://www.youtube.com/watch?v=cIKXtZpOHMQ]

[l'arrivée]

Le lander posé, du moins presque, ouvrit alors sa soute et descendit la plateforme pour les faire descendre. Rapidement le paysage offert à eux fut choquant. Ils étaient non loin du champ de bataille, les unités de la ruche étaient ici bien plus nombreuses que les forces de l'empire. Au-dessus de leur tête, on sentait l'air trembler sous les tirs, et les cris des unités volantes de la ruche étaient tous plus effrayants les uns que les autres... Finalement le petit groupe put voir dans l'autre direction son objectif, une ruche immense et bien gardée. Vermin pointa alors du doigt une direction, disant que le signal de l'éclaireur y était. Aussi le groupe se mit en marche, et Ravager resta en retrait, elle les observait et quand elle arriva à sa position, elle les laissa poursuivre sans elle. Après tout elle n'était là que pour distraire l'ennemi et attirer l'attention ailleurs. Les unités Vita à bord du vaisseau étaient sorties dans une autre direction aussi et attaquaient les ennemis.

La guerre faisait son oeuvre, le petit groupe lui traversa sans trop d'encombres, autres que le terrain en tout cas, la distance les menants à l'unité d'éclairage. C'est ainsi que le groupe vit la présence d'une autre unité, Sayaka... cette jeune psychopathe était présente aussi, en train de jouer avec ses katanas sur des cadavres ennemis. Mortissia hocha un peu la tête, tout semblait en ordre pour commencer la mission.

- Bien, Sayaka, tu nous rejoins, Miccha au rapport, et montre-nous le tunnel.

Micha hoche alors la tête, doucement se met en route :

- Le tunnel est par ici, il n'y a que peu de forces ennemies dans la zone, Ravager est en train de les attirer à elle. Le tunnel est assez grand pour nous, mais nous devrons passer en file indienne.

Ainsi Micha prit la tête, suivit par Sayaka qui sautillait partout, puis Vermin qui semblait plus prudente, mais souriait quand même. Et enfin on trouvait Mortissia et Belphy, un groupe mixte, Belphy et Sayaka étant biologiques, le reste des mechanoides. Tout ce petit monde entra donc dans le tunnel, c'était un endroit sombre, peur rassurant, horriblement froid aussi.

[le tunnel]

« Dernière édition: Juin 10, 2017, 02:48:51 par L'empire Sildurien » Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox