banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Dancing with the Devil [Orsola Aquinas]  (Lu 326 fois)
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« le: Janvier 30, 2017, 01:25:16 »

Blise-en-Bourg
Nexus


C’était un petit village de campagne, isolé et discret, où peu de gens venaient. Blise-en-Bourg tirait ses revenus de sa scierie. Chaque semaine, les bûcherons revendaient leurs stères de bois au marché, ou auprès de clients locaux. Les Blisois disposaient aussi de quelques pâturages où des vaches, des moutons, et des poules, déambulaient librement. Blise-en-Bourg était un véritable coin paumé, à l’orée d’une grande forêt qui faisait plusieurs centaines de kilomètres. De l’autre côté de cette grande forêt, il y avait Nexus, l’immense et glorieuse cité-État.

Quand les deux voyageurs arrivèrent à l’entrée de la ville, ils surent que la cible qu’ils recherchaient était là. Pour ne pas attirer les regards, ils portaient tous les deux un long manteau noir avec une capuche profonde, dissimulant ainsi leurs visages. Bien sûr, ils auraient aussi pu changer d’apparences, mais, par principe, ils avaient plutôt l’habitude de conserver leur peau rouge normale.

« Elle est là… C’est ici qu’elle s’est réfugiée.
 -  Toute cette luxure… Les humains ne cesseront jamais de me surprendre. »

Son petit-frère avait raison, et, face à cette assertion, la puissante Onyxian Magoa ne pouvait qu’acquiescer. Il était très inhabituel que la Matriarche du clan Magoa, une succube aussi belle que puissante, sorte de son palais, et ne rejoigne les Plans Intermédiaires. Pourtant, cette fois, de manière tout à fait exceptionnelle, elle s’était décidée à suivre son petit-frère, Alastar Magoa, alias « Le Diablotin », dans sa quête.

La quête en question répondait à un appel, un appel fait par une femme depuis Nexus, et qu’ils avaient remonté jusqu’ici. Ils s’avancèrent donc, et virent un garde s’approcher lentement, en fronçant les sourcils.

« Holà, étrangers ! Que venez-vous faire ici ?! »

Onyxian lui parla rapidement, en relevant le visage, croisant son regard avec le sien, et avança sa main rouge, caressant le menton de l’homme. La luxure était forte en lui, et, dès que les doigts de la succube effleurèrent sa peau, une magnifique érection vint à se former, déformant la culotte de l’homme, tandis que le regard hypnotique d’Onyxian se fixait sur lui.

« Où est-elle ?
 -  L’e… L’église… L’église abandonnée… » bredouilla faiblement l’homme.

Satisfaite, Onyxian s’écarta, et le duo s’aventura dans le village. Blise-en-Bourg était un village relativement tranquille, et, au centre de ce dernier, il y avait une église. Elle était abîmée, ravagée par le temps, avec plusieurs vitraux brisés. L’église, de fait, ressemblait davantage à un temple, et la porte était fermée. Alastar et Onyxian y entrèrent rapidement, la porte s’ouvrant sur leur passage, et pénétrèrent dans un royaume de luxure et de stupre.

Au centre de l’église, il y avait un glyphe magique, et, au milieu de ce glyphe, un homme était couché sur le sol, nu, sa lourde queue s’enfonçant dans la chatte d’une femme, ses hurlements tus par un autre mandrin qui s’enfonçait vigoureusement dans sa bouche. Et, dans son dos, un autre homme avait posé ses paluches sur les seins de la femme, enfonçant sa virilité dans son cul. Alastar et Onyxian sourirent silencieusement en la reconnaissant.

C’était bien elle.

Orsola Aquinas.

Et elle semblait visiblement très occupée…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Orsola Aquinas
Humain(e)
-

Messages: 9

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Février 01, 2017, 10:46:32 »

Depuis le jour ou le Père supérieur a eut vent de cette information et que son secret fut percée a jour, Orsola avait choisi de mettre de la distance avec la communauté avant qu'une sanction ne soit tombé pour cette pêcheuse ou qu'un avis de recherche ne soit lancer a son insu. Elle a du vagabonder hors de sentiers humains et marcher au jour le jour dans la nuit et parfois approcher des hommes en savourant leur fantasme pour le gîte et le couvert mais pour vivre, il faut qu'elle se nourrisse sans quoi elle mourra de faim, il n'est pas non plus possible de réparer les erreurs de son passé sinistre car elle en avait "trop fait" alors essayer de se repentir de ses actes ne fait pas partie de son vocabulaire tout comme cesser ses activités de viole incessant car elle y avait prit gout, si elle aime ça, c'est parce que elle est devenue une adoratrice du Malin et ce n'est pas comme si Satan en personne allait se pointer hors des Enfers pour venir a sa rencontre pour abuser de son être donc renoncer pour vivre normalement ne lui disait absolument rien. La nonne corrompue s'était retrancher au fin d'un trou paumé pas loin de Nexus mais ces espèce de chevaliers-paysans n'avait pas accueillit l'arrivée de Siggy d'un bond pied mais l'un des gardes qui a aperçue ses boobs eut les yeux fixer dessus si bien qu'il fit signe a son collègue de la boucler et de la laisser entrer... Bien que n'étant pas une personnalité royale ou une princesse, elle fut tout de même traiter avec les égards de son rang qui devait paraître a leur regard comme étant une ecclésiastique dans une ancienne église vide de sa populace locale. Cependant, les hommes sont des sauvages et sont maître de l'art de la duperie comme de la manipulation et c'est ainsi qu'ils piégèrent la jeune femme en lui faisant boire un thé dans un gobelet qui n'est enfaîte qu'une drogue en forme de décoction.

Orsola finit par se sentir mal et se demanda ce qui n'allait pas, elle avait l'air pas bien et se tenu presque la gorge alors que sa force l'a quittait, elle fut troublée et voilà pourquoi dans ce genre de situation, les hommes ne fut pas ceux qui pouvait réellement servir a quelque chose dans le besoin mais vous pouvez toujours compter sur eux quand il s'agit des prouesses lors d'un viol collectif parfaitement organisé quand la proie est a portée de main. Tout se déroula vite et miss Aquinas ne put comprendre ce qui a pu se passer pour la scène suivante vu qu'elle est tomber dans les pommes. Siggy ne pourra pas savoir ce qui se déroule actuellement car même si son esprit est inconscient en revanche son corps est bel et bien en mouvement et est entrain de faire baiser par trois briscard, le premier au sol jouait avec son intimité en relevant son bassin et en pétrissant au passage les gros nibards qui devait faire la taille d'un bonnet E, le second gaillard lui tenait presque la taille en y faisant de vilain coup de bassin depuis le cul doux de la jeune femme comme si il voulait la percer alors qu'en faite il la pénètre juste violemment et pour finir, le dernier rustre se servit du seul orifice disponible pour l'inonder de son sperme comme si la gorge de miss Aquinas fut un genre de dévidoir en faisant lui aussi des coup de bassin digne d'un pervers en rut depuis pas mal de jour, sans savoir que ces imbéciles ne vont pas tarder a avoir de la visite.    
Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #2 le: Février 06, 2017, 01:44:13 »

« Je crois qu’elle est inanimée...
 -  Ce qui n’empêche pas ces hommes de la baiser...
 -  Ils feront de beaux candidats quand ils seront morts. »

Entre le frère et la sœur, il y avait une nette différence d’approche. Là où Alastar aurait pu se contenter de simplement admirer le spectacle, et agir ensuite, la Matriarche, elle, n’avait guère envie de s’embêter. Certes, tuer des humains, même des créatures aussi méprisables qu’eux, était proscrit par les règles, par le Pacte passé entre les Anges et les Démons, mais Orsola les avait invoqués. Ce faisant, elle avait créé une exception permettant aux démons de s’affranchir plus librement des règles. C’est donc fort de ce raisonnement qu’Onyxian agit, et retira son long manteau sombre, la révélant dans sa peau rouge. Superbe et somptueuse, Onyxian était, comme à son habitude, nue, à l’exception de longs collants rouges en cuir, de gants du même acabit, et d’un string en latex retenu par des chaînes en argent.

L’homme besognant le cul de la nonne fut le premier à la noter, et ses yeux s’écarquillèrent sous l’effet de la surprise. Onyxian souffla alors, et n’eut aucune difficulté à répandre sa luxure sur les trois rustres, qui poussèrent des hurlements de douleur, avant de tous se lâcher simultanément en Orsola. Les trois hommes jouirent en hurlant. La main d’Onyxian était déployée vers eux, et sa puissante magie rose était à l’œuvre. Des esprits faibles et très pervers... Ils formaient des proies parfaites pour la Matriarche, et se clouèrent au sol, se tortillant sur place en gémissant, avant de se recroqueviller en position fœtale, pour ensuite s’agenouiller.

« Voilà... Maintenant, vous êtes mes esclaves. Une seule rébellion de votre part, même en pensée, et je vous tuerai. »

Comme pour signaler cette possession, un glyphe magique de couleur rosâtre s’était gravé sur le front de chacun des trois hommes, avant de devenir noir, puis ils baissèrent encore la tête. Onyxian leur ordonna de s’écarter, et Alastar la suivit, se débarrassant également de sa soutane noire. Lui portait un peu plus de vêtements que sa sœur, mais exhibait néanmoins son torse, une superbe érection déformant le pagne qu’il portait.

Les deux s’approchèrent de la femme endormie, et récupèrent rapidement ses vêtements. Onyxian ordonna à ses larbins de l’habiller, et ces derniers s’exécutèrent. Ils avaient déjà de nouvelles érections, mais Onyxian les contrôlait, de telle sorte qu’ils étaient frustrés, et poussaient des légers soupirs et des grognements, ne désirant qu’une chose, pénétrer encore Orsola, mais sans pouvoir franchir les blocages mentaux qui s’étaient instaurés en eux.

« Voilà... Elle est quand même mieux comme ça... »

On lui avait remis sa tenue normale, avec les jambières en acier, et les hommes la soulevèrent ensuite, la conduisant dans un grand lit. Alastar et Onyxian les congédièrent ensuite, puis Onyxian se pencha vers la jeune femme, et déposa rapidement un baiser sur son front.

« Debout, humaine. »

Le ton était simple, l’ordre sec... Et, quand Orsola se réveillerait, elle verrait, sur sa gauche, le corps d’Onyxian, et, sur sa droite, celui d’Alastar...

Les récompenses de ses longues prières...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Orsola Aquinas
Humain(e)
-

Messages: 9

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Mai 01, 2017, 03:31:23 »

Ce cauchemar fut un enfer pour l'ancienne sœur corrompue, elle préféra nettement se faire sauter par ces animaux que sont les hommes dans la réalité que vouloir partager sa couche avec le démon cornue du chaos, il faut dire que dans sa jeunesse chaque nuit ou ses parents du temps de leur vivants croyaient que leur filles faisait de beaux rêves en compagnie de petit lapins et de bonhomme en forme de carotte animé discutaient gaiement entre eux en se contant des histoires drôles autour d'une tasse de café avec de beaux arc-en-ciel mais manque de bol... Elle cauchemardait grave en se voyant dans une pièce flambé par une chaleur des tropiques avec des torches allumés et ou elle se faisait en jeune femme adulte se faire baiser comme une salope qui n'en demandait qu'à ça... La jeune femme en fut terroriser et n'avait jamais oser en parler a ses parents (par crainte que cet infos n'en soit diffuser au village et qui verrait cela comme un mauvais présage) alors elle garda espoir qu'en grandissant un jour d'ici une vingtaine d'années, ces choses finiront par disparaître de sa tête donc tous s'oubliera. Grossière erreur de débutante car une fois que le diable a flairer votre odeur, il vous est difficile de lui en échapper maintenant qu'il vous a pris pour cible. Orsola comme toute femme mi-soumise a fini par accepter temporairement son sort mais ne s'y est pas pleinement résigner ! Des cornes rouges au-dessus de la tête sur un corps imposant et des yeux vert émeraude et une langue fourchue comme celle d'un lézard, cette forme diabolique passait sa langue dégoûtante sur la tempe en sueur d'Orsola qui respira bruyamment après un tel orgasme. L'acolyte du démon avait fait insérer son gros pénis démoniaque dans son intimité et l'avait tellement "heurter" sans aucune délicatesse et l'a inonder de deux litre de foutre dans sa fente. La nonne qui avait un ventre aussi gros qu'une fille enceinte finit par déverser tous ce jus blanchâtre hors d'elle... Elle ne saura jamais comment elle a fini par arriver en Enfer mais vu qu'elle a atterris, elle devra bien servir a quelque chose, non ?

Hoouhhh... Ou suis-je.. J.. j'ai la tête lourde et embrouillé d'un coup..

Siggy se réveilla a l'instant même ou ces monstres allait s'insérer en elle, son cauchemar se dissipa et une méchante migraine avait fait place. Sa vision fut un peu floue en raison de la luminosité d'une vitrail qui pointa sa lumière directement sur son lit (peut-être est-ce le soleil du midi ?), elle se souvint alors de ce qui s'est passer, elle se rappela avoir bu une décoction bizarre dont le gout fut amer et des pas plus plaisante et puis trois hommes l'ont prise contre eux et en abuser de sa personne, les hommes sont tous pareil, des hyènes pervers alors les contes de belles histoire tel que le prince charmant sur son beau cheval blanc ne sont qu'un ramassis de connerie a dormir debout, bien que ça put représenter une belle histoire a lire pour une fillette. Elle sentit une courte chaleur de réconfort et crut que son lit se trouva près d'une cheminée, elle se rassit quand elle remarqua immédiatement deux ombres se trouvant près d'elle comme si elles veillaient a son chevet... Orsola crut défaillir quand elle aperçut deux être sanguinaires qui n'avait rien d'humain mais de malfaisant. L'une avait des gros seins avec une allure fine et élancée tandis que son congénère fut un peu trapu un brin sportif et partiellement nu, ds démons voilà comment elle pourrait nommer ces anges du Malin mais la question est de savoir ce que ces deux-là faisait dans le coin ? Elle regarda devant elle et vit les trois zigotos genre agenouiller sur le sol comme si ils vénéraient ces abominations. La surprise et l'angoisse l'a paralysa sur place et l'empêcha d’émettre mot, elle rabaissa sa tunique plus bas afin que son intimité n'en soit pas exposé et cacha ses boobs en les masquant de ses bras avec le tissu bleue qui pendait mollement de ses bras. Elle attendit que seulement l'un d'eux brise le silence en ouvrant la parole et la renseigne sur le motif de leur présence dans ce trou paumé et aussi ce que ces deux-là avait pour intention de faire d'elle, l'inquiétude grandissante de Siggy se lisait sur son visage mais que pouvait-elle bien faire maintenant qu'elle fut prise au piège ?...

Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #4 le: Mai 02, 2017, 12:03:48 »

« Eh bien... Un chat t’a avalé la langue, ma sœur ? »

Muette, Orsola les regardait sans rien dire, essayant de cacher ses parties intimes, que ce soit en tirant sur sa robe, ou en dissimulant avec son bras la vue de son opulente poitrine. Onyxian s’en amusait, tout comme Alastar. L’Incube était nu, exhibant sans aucune gêne son épaisse verge. Une belle virilité qui se dressait, montrant ainsi toute l’excitation que la femme lui procurait. Ah, ça, il fallait bien admettre qu’Orsola était terriblement belle ! Alastar sentait son imagination exploser en la voyant, et s’approcha d’elle, pendant qu’Onyxian, en voyant que ses hommes étaient restés, leur fit à nouveau signe de partir.

Alastar se rapprocha de la femme, qui recula un peu, mais se heurta rapidement à un mur. La main d’Alastar glissa sur ses joues, caressant sa peau, qui était d’une incroyable douceur. Il esquissa un léger sourire.

« Où est le problème ? Tu nous voulais, non ? Vu ce que tu faisais dans cette église, n’ose pas me faire croire que tu n’es pas autre chose qu’une pécheresse qui adore le sexe...
 -  Nous sommes les Magoa, jeune femme. Des démons de Luxure. Et tu es notre invitée. »

Il n’y avait donc aucune raison d’avoir peur, mais il faut croire que certains réflexes avaient encore la vie dure. Alastar se rapprocha encore d’elle, et posa ses mains sur chacun des poignets de la femme. Elle avait beau tenté de se débattre, l’Incube avait une belle poigne, et écarta ses bras, puis les plaqua finalement contre le mur, tenant ces derniers par les poignets, avant de se mettre contre le corps de la femme. Ses yeux se mirent alors à luire, et, jaillissant du mur, des sangles métalliques noires se formèrent, et s’enroulèrent autour des poignets de la femme, dans des claquements sonores, libérant ainsi les bras de l’homme.

Proche d’elle, Alastar se mit à la renifler, humant sa délicieuse odeur. Cette femme suintait la luxure par tous les bords, et il sourit, furieusement excité. Sa main cessa de caresser son visage, et descendit encore un peu, glissant sur son torse, se rapprochant de ses seins. Ses doigts filaient le long du rebord de sa tunique, caressant la fine doublure, filant dessous pour heurter le rebord de son sein, et appuyer dessus.

« Si tu ne veux pas parler, ce n’est pas grave... Je parlerais avec lui... »

Ce « lui » faisait référence à une tige de chair qui caressa les cuisses de la femme, se rapprochant de son intimité, mise à nu, faute d’une culotte pour la protéger. Alastar sourit à nouveau, puis rapprocha son visage, et embrassa la femme sur les lèvres. Un baiser tendre et appuyé pendant quelques secondes, avant qu’il ne retire ses lèvres, souriant à nouveau.

« Alors, ma dulcinée ? Comment dois-je appeler ce si joli minois ? tu n’avais pourtant pas l’air si timide, dans l’église... »

Il fallait juste la faire sortir de sa peur initiale, et qu’elle réalise que ce qui se passait ici était, en réalité, la chance de sa vie. Tout simplement.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox