banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Ascension [PV : Sanguilia]  (Lu 1262 fois)
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 397


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
FicheChalant
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #15 le: Octobre 10, 2017, 07:19:42 »

Yenessä me faisait sourire, aucunes moqueries que du contraire. J'étais fière d'elle, fière qu'une si puissante créature était sous ma domination. Elle se prosterna à mes pieds et porta louange à ma future fille et moi. J'étais satisfaite et alors qu'elle m'embrassa la main, je lui fis signe de se mettre debout. Elle le fit et se colla contre moi pour me déclarer sa flamme avant de coller ses lèvres contre les miennes. Je me laissais faire, tendrement, je balançais ma tête pour appuyer ce baiser. Lorsqu'il fut rompu, je soupirais de plaisir.

- J'accepte votre allégeance générale.

Passant ma main droite sur le visage de ma Séraphine, je terminais le geste par le passage de mon index sur ses lèvres douces.

- Tes lèvres d'ébènes me rendent folle... Je serais, à l'avenir, utiliser pleinement toutes tes qualités. Et si tout ce passe comme je le prévois, tu seras récompensée en or, en prestige et en pouvoir. J'ai fait passer des messages afin que tu sois déjà considérée comme mon bras droite... Et, j'ai demandé explicitement que les soldats t'appelle Générale ou Régente. Tu es à moi et personne ne pourra changer cela.

J'ai pris de la distance de Yen pour aller me poser à mon petit bureau. De ma place, un miroir me permet de voir dans mon dos et je voyais Yen me fixait avec envie.

- Détends toi ma chérie, déshabille toi et enfile une de mes robes. Tu n'es plus une simple soldat mais mon générale, tu as ton libre arbitre. J'ai encore quelques documents à terminer et ensuite je serais toute à toi.
Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #16 le: Octobre 30, 2017, 03:24:49 »

Il était indéniable que Yenessä était complètement aliénée, possédée par Sanguilia et sa corruption. La seule différence était qu’il n’y avait aucun moyen, aucune magie assez puissante ni pure pour la changer. La Séraphine était devenue une toute nouvelle créature, une Séraphine Noire, issue de la fusion entre la chair pure d’une milicienne angélique, et du sang corrompu de Sanguilia. Cette transformation, cette fusion donna naissance à une créature extrêmement mauvaise, corrompue, malsaine mais incroyablement puissante. Une puissance colossale ... Au seul et unique service de Sanguilia. Cette dernière avait accompli un véritable exploit en transformant une telle Séraphine en une de ses dévotes, et elle n’allait jamais le regretter. Yenessä continua d’embrasser sa reine, lentement, délicieusement, fourrant sa langue bifide entre ses lèvres.

Mais sa maitresse finit par le rompre puis caressa son visage, arrachant de beaux frissons à la dévote, surtout au passage de son index sur ses lèvres sombres. Yenessä sourit vicieusement à sa réplique, montrant ses canines pointues comme celles d’un vampire. « A toi, et rien qu’à toi ... » Dit-elle à voix basse, d’un ton très sensuel et pervers. Cela étant dit, elle laissa filer sa maitresse sans pour autant briser le contact visuel. Elle admira la démarche de Sanguilia qui regagna son bureau, tout en l’incitant à se détendre, à ne pas remettre armure mais plutôt une de ses robes. C’était étrange car, de toute sa vie, Yenessä n’avait quasiment jamais porté de telles tenues. Une robe, ce n’était pas la tenue d’un guerrier. Et fondamentalement, c’était tout ce qui décrivait Yenessä à merveille ; une guerrière.

Mais elle avait changé. Bien plus perverse, bien plus charnelle et tactile, elle allait obéir à Sanguilia, et porter avec un certain plaisir l’une de ses fines robes.  Faisant appel à sa magie, elle fit disparaitre ses majestueuses ailes noires afin de rentrer dans le tissu, et enfila toujours à l’aide de la magie une des somptueuses robes de Sanguilia ... Qui épousa ses formes à la perfection. La seule différence étant qu’elle n’enfila nulles chausses ou bottes, restant jambes et pieds nues. Elle s’approcha de sa maitresse, lentement, d’une démarche sensuelle et au roulement des hanches très provocants.

Puis, elle se hissa dans son dos, pendant que Sanguilia terminait de traiter ses documents. Yenessä sourit puis posa ses mains sur ses douces épaules, se mettant à les masser. « Je n’ai que rarement porté des robes, Maitresse ... Mais ... Grâce à vous, grâce à la véritable bénédiction que vous m’avez accordée ... Je découvre la sensation que sa procure. Surtout quand je sais qu’elle a été portée par vous, Maitresse. » Dit-elle, avant de se pencher, approchant ses lèvres de son oreille. « Et je crois que j’adore ça ... » Conclut-elle, insistant sur le son « s » tel un reptile, à cause de sa langue bifide. Mais, il était inutile de préciser que ça résonnait de manière très vicieuse et sensuelle dans sa bouche ...
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 397


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
FicheChalant
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #17 le: Novembre 04, 2017, 09:41:46 »

Alors que je lisais rapidement quelques lettres qui m'etaient destinées, Yenessä se changea, fini l'armure et ses magnifiques ailes noires et bonjour la robe et la sensualité. Du miroir qui trône sur le bureau, je pouvais tout voir et son corps dans cet étui de tissus la rendait irrésistible. Mes yeux repassèrent aux jaunes ors, j'avais envie d'elle encore. Mais, je devais me concentrer afin de pouvoir lire les missives, Yen s'avança doucement vers moi. Elle posa son buste sur mon dos, poitrine sur mes omoplates et ses mains sur mes épaules. Elle pratiqua un petit massage en m'expliquant qu'elle n'avait pas l'habitude de porter des robes mais qu'elle aimait cela sachant que j'ai porté ces habits. Glissant ses lèvres à mon oreilles, je me sentais partir dans la luxure, je me frottais le visage au sien.

- Tu maîtrises l'art de te faire désirer... Ta voix me donne envie de me laisser encore possédée par toi...

Ma main gauche caressa sa joue libre comme pour appuyer la caresse de mon visage, ma main droite chercha sa verge à travers le tissus et la caressa doucement avant de tout relâcher.

- Tu devras, pour le moment te contenter de ça Générale. Car, je ressens une présence blanche en approche de nous deux...

Mon aura, grâce à la luxure de Yenessä, était à son paroxysme et je ressentais plus facilement les choses qui sont autour de moi. Et cette aura blanche ressemblait à celle de Yen avant sa conversion.

- Une amie à toi sans doute... La pauvre, n'ayant plus de nouvelle de toi, enfin de ta ancienne toi, elle vole à ton secours...

Poussant un petit rire profond et glauque, je m'étais remise debout à restant contre le corps si doux de l'archange noir.

- J'aimerais te voir combattre contre elle et en sortir victorieuse, il en va de soit. Mais...

Embrassant tendrement les lèvres onyx de Yen.

- Mais, il serait trop facile de la mettre à mort, au vu de vos auras respectives, tu es beaucoup plus puissante qu'elle. Non, je veux que tu la combattes, que la soumettes à toi, que tu l'humilies à un point telle, que le message auprès de tes anciens camarades soit clairs... Tu es à moi maintenant.

Je me deplaçais dans son dos et posais mes mains sur sa peau.

- Si tu parviens à me satisfaire, tu auras droit à une récompense de ton choix... Mais si tu la tues... Plus jamais tu poseras la main sur moi Générale. Suis assez claire?

Passant mes mains sur les hanches de Yenessä, je les faisais glisser pour atteindre sa matraque déjà rigide de désirs et d'envies. Même moi, je ressentais l'envie que dégageait l'archange. Pour l'accompagnait dans son envol, je deployais aussi mes ailes mais avant de lui montrer la voie, mes attributs physique nous entourèrent.

- Tu as carte blanche pour réussir ta mission ma Générale. Maintenant suis moi.

Dégageant mes ailes de ma dévote, je courru vers la fenêtre et me jetes vers l'avant pour voler vers les murs nord de la cité. Après quelques minutes de vole, je posais pied à terre dans la prairie attendant la venue de cette petite fille angélique qui allait subir un sort bien plus horrible que la mort. Yenessä était à mes côtés.
« Dernière édition: Novembre 05, 2017, 11:42:14 par Sanguilia » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #18 le: Décembre 19, 2017, 03:10:24 »

Tout chez Sanguilia suscitait le désir chez sa dévote. Sa Déité était l’objet de tout ses désirs, de tout ses fantasmes, quels qu’ils soient. Il n’y avait plus que elle et elle seule qui provoquait en elle un tel désir, une telle soif de sexe et d’amour. Jamais, ô combien jamais Yenessä ne ferait marche arrière et oublier l’existence fabuleuse qu’elle vivait désormais sous la coupe d’une telle créature. Sexe, pouvoir et liberté, voilà la vie de rêve que lui offrait sa nouvelle allégeance. Son essence coulait dans ses veines et faisait battre son cœur devenu aussi noir que l’âme de Sanguilia. Yenessä était devenue une créature infernale, un monstre à l’image de sa maitresse ; belle et acérée. Glissée dans le dos de sa Déité, elle lui massait sensuellement les épaules alors que son visage se frottait au sien, par la joue. Les deux femmes se séduisaient mutuellement, et la Séraphine Noire pouvait sentir le désir monter en Sanguilia.

La caresse sur son visage excita d’avantage Yenessä qui si elle avait eu le choix, aurait bien de nouveau arracher les vêtements de sa maitresse et l’aurait prise de toutes ses forces sur le bureau. La luxure était devenue une part de son être, car en se faisant corrompre par la Mère du Chaos, elle avait hérité de beaucoup de ses traits de caractères. La jeune femme saisit la main qui était sur sa joue et l’appuya, la caressa du bout de ses doigts. Cependant, Sanguilia lui annonça qu’une ancienne congénère était venue à sa rescousse. Elle avait senti son aura blanche, et avait donc décidé de lui réserver un accueil digne de ce nom. Evidemment cela n’allait rien changer pour Yenessä qui s’imaginait déjà trucider cette idiote, mais l’ordre fut différent. En effet, la Mère du Chaos affirma ne pas vouloir la tuer, et qu’en lieu et place, Yenessä allait devoir faire passer un message ; qu’elle était sienne, désormais.

Elle allait devoir l’humilier, la souiller, lui faire ravaler sa fierté et faire porter le message à ses supérieurs. Yenessä frémit en voyant sa maitresse se lever, montrant son somptueux corps et ses lèvres, avant qu’elle ne vienne l’embrasser. La Séraphine Noire partagea ce langoureux et humide baiser avec elle, jouant de sa langue bifide avec la sienne pour un petit moment, avant que sa Déité poursuive son ordre. Yenessä rugit et râla de plaisir quand la maligne main de Sanguilia se perdit contre sa matraque gorgée de sang et de désir à son égard, mais su se contenir et satisfaire sa maitresse. Elle déploya à son tour ses ailes et la suivit jusqu’au lieu où l’angelotte allait débarquer. Quelques instants après, une lumière apparut dans le ciel puis, après un flash irradiant une partie du sol, voilà qu’apparut la jeune femme tant attendue. C’était une Séraphine aux longs cheveux blonds et aux yeux bleus, armée d’une épée qui était illuminée. « Yenessä ?! Par tout les cieux, quelle malédiction s’est emparée de toi … Le Conseil avait raison, tu as été corrompue ! Comment ? … C’est toi, serpent ! » Dit-elle à l’encontre de Sanguilia. Le regard de Yenessä devint encore plus sombre que la normale, puis tendant sa main, une violente onde de choc ténébreuse s’en échappa. D’un coup elle souffla la Séraphine qui bascula subitement en arrière, volant sur plusieurs mètres, perdant au passage sa lance. « SILENCE ! Je ne tolèrerai aucune invective à l’encontre de la Maitresse du Chaos. » S’exclama férocement la dévote, s’approchant de la séraphine.

Elle donna un coup dans la lance pour la gicler ailleurs, puis surplomba la jeune et trop faible ange qui était au sol. « Je vais te faire goûter l’irrévérence, misérable angelotte. Sanguilia m’a faite ouvrir les yeux, elle m’a ouvert un monde de liberté, d’extase, de satisfaction que … Jamais vous et votre sous-race puante et décadente aurez pu m’apporter. Maintenant … Je vais leur faire porter un message, au travers toi. » Dit-elle d’un ton menaçant, avant de tendre sa main. De curieux arcs électriques rougeoyants jaillirent de ses doigts, torturant la jeune femme dans tout les sens. Elle se mise à hurler, à s’articuler de partout, à se tordre alors que ses cris déchirèrent sa gorge. Les arcs électriques ne la brûlèrent pas elle mais son armure et ses vêtements, autant qu’ils lui firent quand même ressentir une violente sensation de brûlure. Quand la femme fut toute nue, Yenessä arrêta son sortilège.

Un sourire macabre s’afficha sur ses lèvres. « P-Pitié Yenessä … Reviens à toi … Ma sœur … Lutte contre cette vipère ! » Dit-elle, avant de se recevoir un coup de pied dans la figure, l’étalant au sol. « SILENCE ! » Rugit Yenessä, levant grandement sa voix et prenant un ton menaçant. La Séraphine Noire, toujours en robe et pieds nues, prit violemment assise sur le corps de sa congénère d’autrefois, puis révéla alors son puissant et énorme membre veineux. « Tu vas me soulager, petite truie. De gré … Ou de force. » Dit-elle, avant de se redresser. Elle saisit la femme par sa chevelure blonde puis, usant de sa grande force – nettement améliorée grâce à Sanguilia – tira dessus pour forcer son visage à se plaquer contre ses lourdes couilles, la forçant à les sentir, à les frotter contre son faciès. Sa matraque était si immense et lourde, elle pesait contre la tête de l’angelotte. Yenessä finit par la saisir et gifla à plusieurs reprises la jeune femme avec, avant … De la forcer à la prendre en bouche intégralement. « Hmmmm voilaaa, MANGE ma queue ! » S’exclama-t-elle, commençant à baiser de force la fragile gorge de la jeune Séraphine.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 397


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
FicheChalant
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #19 le: Décembre 23, 2017, 08:49:45 »

La Séraphine blanche était devant nous, moins d'ornement sur son armure, elle était inférieure à Yenessä et au vue de son aura, beaucoup, beaucoup moins puissante. Pour Yenessä, ce combat sera une formalité mais derrière tout ça, je voulais savoir si elle savait obéir aux ordres de façons méticuleuse. Je me tenais à l'écart des deux Séraphines, mais seule la puissance ma belle Yen me parvenait distinctement. Des mots s'échangent quand la blanche me traita de serpent, j'avais voulu intervenir mais Yenessä hurla de colère.

- Bien...

Oui très bien, car ma Séraphine lança une attaque rapide contre sa vis à vis qui ne pût l'éviter. Elle s'envola sous l'impact et perdit même sa lance. Tout en avançant, Yenessä exposa son plan de torture à son ancienne partenaire.

- Trop tôt ma belle, mais pourquoi pas...

Tout comme mes premiers mots, je le faisais à voix basse pour ne pas fausser l'intervention de Yenessä. Mais, aucune fausse note. A sa hauteur, la devot se servit du chaos en matière de magie pour foudroyer la pauvre ange déjà au sol. Elle se tortilla comme un ver qui était sorti du sol.

- Ne pas la tu...

Moi qui pensait à une exécution, j'avais tort, Yenessä était totalement concentrée sur son objectif, mes ordres. Les éclairs écarlates brûlaient les vêtements de la jeune victime mais la chaleur de l'attaque devait la déranger et rapidement, elle se retrouva nue. Yenessä expliqua qu'elle servirait de déversoir à foutre alors qu'elle biffla la Séraphine blanche sans défense.

- Et c'est partie pour l'amusement.

A ces mots, je m'avançais vers ma générale qui avait déjà remis assise sa victime. La queue déjà bien en bouche, la noire imposa directement son rythme dans la gorge de la blanche qui manquait d'air. De plus près, le bruit typique de la gorge profonde se faisait entendre, j'adorais cela. Je me postais dans le dos de Yenessä et je l'enlaçais doucement. Je posais ma tête sur son épaule pour admirer le spectacle de blanche qui avait les yeux revulsés.

- Yenessä, MA Générale Yenessä... Vous pouvez être fière de vous... Le combat fut net et précis.

De ma main gauche, je passais sur ses fesses, sous sa robe et je la penetrais de mon majeur. Je mordilles son oreille.

- La victoire est votre... Puis je me joindre à vos côté?
Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #20 le: Février 22, 2018, 06:33:33 »

Quoi de plus jouissif que de soumettre une sale Séraphine blanche venu chercher des ennuis ? Yenessä était devenue un monstre au sang et au cœur aussi noir que les ténèbres habitants désormais en elle. Il n’y avait plus aucun moyen pour la faire revenir comme avant ; la puissante Sanguilia avait complètement métamorphosée la Séraphine en profondeur, l’infectant de son essence diabolique jusqu’à son noyau, jusqu’au plus profond de son âme. La Séraphine dégoutait cette ancienne vie, et ne pouvait plus s’imaginer vivre sans sa maitresse. Vivre sans sa chaleur, sans sa voix, sans son corps lui serait impossible. Rien que l’idée de ne pas lui faire l’amour chaque jour était difficilement envisageable. Alors, l’idée ne plus la vénérer, de ne plus servir sa cause et sa gloire, était encore pire.

Le combat fut effectivement net et concis. La puissance colossale de la Séraphine noire dépassait de très haut celle de sa comparse d’antan, qui termina rapidement à genoux, les larmes aux yeux, en train de pomper de force l’arrogant sexe de Yenessä. Ce sexe qui était l’un des symboles de sa transformation. Cette trique extrêmement lourde et massive, cadeau de sa maitresse, véritable arme à soumission. Seule une profonde perverse et vicieuse saurait faire usage d’un tel membre et, cela coïncidait avec ce qu’était devenue Yenessä. Cette verge, ces testicules, représentaient en partie la nature de sa transformation. Et là, elle s’en servait pour violer la gorge de sa comparse blanche, à l’élargir pendant que la victime pleurait, complètement à la merci de la terrible Séraphine noire.

Puis, Yenessä sentit sa bien-aimée maitresse se faufiler dans son dos, se plaquer contre elle et enfouir son visage dans son cou. Son touché, son parfum enivrant, émanant autant une délicieuse saveur qu’une luxure profonde, excitèrent encore plus la femme, qui hoqueta quand elle sentit Sanguilia s’introduire dans son fondement. « Hmm ... Rhhh oui Maitresse, joignez-vous à nous ! Aidez-moi à défoncer cette salope arrogante ! » S’exclama-t-elle, crispant sa poigne dans la chevelure blonde de la séraphine pour la forcer davantage. Des bruits spongieux et grivois s’échappèrent de cette fellation forcée, alors que Yenessä sentait le plaisir s’emparer d’elle. Des milliers de frissons la parcoururent, ne faisant que raidir sa queue, et la rendre encore plus extasiée. Le doigtage de sa maitresse renforça le tout, la poussa à tourner sa tête sur le côté et venir partager un baiser vorace et sulfureux avec Sanguilia, sous les yeux impuissants de l’autre séraphine.

« Hmmm ... Hmmmmmm !!! » Rugit-elle devant le délice de ce baiser, de ces lèvres, et de cette langue. Mais elle finit par y mettre un terme, désireuse de laisser sa maitresse prendre de force la virginité de cette trainée de séraphine. « Maitresse, que diriez-vous de vous emparer de sa précieuse virginité ? Je vous l’offre, ma Reine ... Violez cette petite pute, allez-y ! » S’exclama-t-elle, alors qu’elle rugit virilement, laissant un premier petit orgasme s’éprendre d’elle. Son sexe palpita en bouche puis se mit à cracher sa semence corrompue, noire, qui partit se déverser soudainement dans la gorge de la femme. Celle-ci écarquilla ses yeux, alors qu’elle toussa et laissa échapper du foutre par sa bouche. Mais vu les circonstances, elle fut forcée d’avaler, encore et encore, ce jus corrompu et vicié. Yenessä écrasa son visage contre son entrejambe pendant qu’elle éjaculait en elle, généreusement, faisant subir tout son orgasme à la jeune femme blonde.

La tempête passa, et elle repoussa la séraphine, faisant sortir sa queue. Mais elle ne comptait pas la laisser s’en sortir ainsi ; la Séraphine noire la souleva puis, la portant dans ses bras, fit reposer ses cuisses dans ses mains. Elle termina de dos, le fessier frottant hargneusement la queue de Yenessä, tandis qu’elle faisait à présent face à Sanguilia ... Prête à se faire prendre en sandwich. « Venez, ma Reine. Baisons-là à deux ... » Dit-elle, offrant la virginité de la Séraphine à Sanguilia.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Tags:
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox