banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Ascension [PV : Sanguilia]  (Lu 1489 fois)
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1042

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« le: Décembre 22, 2016, 04:46:06 »

Peu après les évènements d’Eidacra

Le voyage fut un peu long, mais le prix en valait la chandelle. La puissante Sanguilia avait confié la mission à sa Générale de porter un message à l’une de ses subordonnées. Elle se situait dans un village assez peuplé, par-delà les montagnes de la région. Normalement un tel voyage aurait pris des jours voire des semaines à pieds ! Mais, c’était là que Yenessä se démarquait de tous les autres ; elle était une Séraphine. De grandes et majestueuses ailes logeaient dans son dos, lui permettant de voler à très haute vitesse, si ce n’était celle du son. Pourquoi pas celle de la lumière ? Car aucune matière physique, dont la chair, ne pourrait résister à une telle vitesse. La légende disant que les créatures venant des Cieux parvenaient à atteindre une telle vitesse était donc louche, suspecte … Mais c’était compréhensible, vu qu’on associait la lumière à eux.

Tout ceci pour dire que Yenessä accomplit avec brio sa deuxième mission, faisant la connaissance d’Asalia au passage. Mais, ce qui la rendait si fière et si heureuse, était le fait que sa Maitresse lui avait promis une délicieuse récompense … Qui n’était autre qu’elle-même. Autant dire qu’une personne comme Yenessä qui devait se rattraper des siècles et des siècles de frustration sexuelle, c’était une récompense à la valeur inestimable. Ainsi donc, la Séraphine noire accomplit sa mission auprès d’Asalia puis reprit le chemin de retour vers Eidacra, là où Sanguilia s’était dernièrement implantée. Un nouveau village de plus sous sa coupe, et des milliers de personnes supplémentaires à la vénérer … Cela ne pouvait qu’accroitre son pouvoir, et donc lui faire encore plus justice quant à sa nature de Deité.

Yenessä parvint enfin à retourner auprès du Temple de Sanguilia. Toujours aussi majestueuse, la Séraphine faisait grandement effet auprès des villageois. Mais elle n’était pas venue pour eux ce coup-ci mais uniquement pour sa Maitresse. Pénétrant dans le bâtiment par la haute terrasse, Yenessä sentit la présence de Sanguilia et la rejoignit tout naturellement. Toujours droite, toujours aussi sérieuse, la Séraphine finit alors par s’agenouiller respectueusement devant son éminence, sa Maitresse, sa gardienne suprême. Elle baissa sa tête et fit état de sa mission. « J’ai porté ton message à ta subordonnée, Glorieuse Sanguilia. Elle en a pris acte, je m’en suis assurée. » Dit-elle d’un ton incroyablement respectueux et fier à la fois. Comment une telle Séraphine, autrefois grande milicienne au sein des Cieux, était désormais la puissante Générale d’une créature des plus maléfiques … C’était dire la puissance que possédait Sanguilia.

Yenessä se releva et ne put évidemment s’empêcher de reluquer sa Maitresse, toujours aussi belle, aussi radieuse et saisissante que la première fois. Inutile de dire aussi que sa simple proximité donnait un furieux et douloureux barreau à la Séraphine, dont le fin tissu de son pagne se mit à se déformer face à sa bosse qui grossissait. Comme signe d’amour et de dévotion, la Séraphine prit soigneusement la main de sa Maitresse et, en un geste très délicat, comme si elle tenait en main de la fragile porcelaine, la porta à ses lèvres. Elle déposa un doux et révérencieux baiser sur le dos de cette main, avant de la relâcher doucement. « Ta présence m’a cruellement manqué … Je crois bien que j’aurai éternellement besoin de ta proximité pour vivre … » Lui avoua-t-elle, avec un sourire se voulant sincère, mais résolument vicieux.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 398


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
Fiche
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #1 le: Décembre 26, 2016, 09:38:35 »

Alors que Yenessä était partie transmettre les informations à Asalia, je pris possession du palais, du moins le second étage, un page m'expliqua la disposition des pièces de ce château fait de pierre et de bois et à la fin de la visite, je pris mes quartiers dans la plus grande chambre avec un balcon donnant sur la ville. Je me permis une sortie au dit balcon et la vue était pas trop mal, à l'horizon, on voyait les montagnes que ma Séraphine devait suivre, devant elle, une prairie à perte de vue, à ma gauche encore des montages mais, on distinguait un fleuve, une taille correcte et de ce fleuve, plusieurs petites trainées d'eaux qui quittaient le fleuve pour aller vers les champs autours de la ville. Bel ouvrage des fermiers locaux. A ma droite, une foret où plusieurs cabanons juraient avec le paysage, à mon avis, des bucherons et des chasseurs. Quand à mes pieds, la place de la ville avec sur la gauche la chapelle et sur la droite un bâtiment qui devait servir d'école ou autre service d'apprentissage. Devant moi, en dessous, la place où se mélanger le peuple, certains levèrent la tête pour me regarder et d'autre préfèrent détourner le regard. Soit, je pouvais comprendre leur méfiance. Je tournai les talons et contemplai la pièce avec ce gigantesque lit, quelques commodes et une décoration sobre. Deux torches pour éclairer pour la nuit mais pour le moment, il faisait jour. A droit une petite étagère avec miroir, je me postai devant afin de me voir et machinalement, mes mains touchèrent mon ventre encore bien plat, il faut dire que cela faisait à peine un mois que j'avais quitté Sha et je me sentait toute chose mais mes pensés furent coupées par l'arrivée de ma Séraphine dans un bruissement d'aile. Elle entra dans la pièce de manière très formelle et elle posa genou à terre.

« J’ai porté ton message à ta subordonnée, Glorieuse Sanguilia. Elle en a pris acte, je m’en suis assurée. »

M'approchant d'elle, je passais ma main dans ses cheveux et sur sa joue gauche.

- Juste Sanguilia, il n'y personne avec nous ma belle. Relève toi, tu as fait de l'excellent travail, je suis fière de toi.

Avant que Yen ne se leva, je lui tournai le dos marchant doucement vers le centre de la pièce et je fus vite rattrapée par elle dont l'aura avait changé pour une aura de luxure.

« Ta présence m’a cruellement manqué … Je crois bien que j’aurai éternellement besoin de ta proximité pour vivre … »

Je me tournais vers elle, elle était belle et en manque, elle était encore plus belle. Son regard noir et sa peau blanche me donnèrent envie aussi.

- Tu n'es partie que deux heures, je dois vraiment te manquer à ce point là?

Je me collais à elle pour lui prendre un baiser et je pouvais sentir contre le bas de mon ventre une trique énorme qui était bloquée par un morceau de tissus trop étroit pour elle. Je souris de manière coquine et m'abaissais pour avoir la face à hauteur du gourdin. Je baissais son pantalon et pris un petit coups de gourdin qui, en se déployant, heurta mon menton, j'en ris et avec ma main droite, je décalottais ce sexe déjà gorgé de vigueur. Après quelque va et viens, je gobais le sexe doucement, faisant une pression de sussions sur cette lance de chaire et de vie. Je sentais Yenessä soupirer profondément, elle avait attendu tellement longtemps cette récompense, que maintenant, tout son corps se relâcha dans un soupir d'extase.
« Dernière édition: Décembre 26, 2016, 10:55:17 par Sanguilia » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1042

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #2 le: Décembre 29, 2016, 07:09:38 »

Bien que sa maitresse lui avait dit de l’appeler simplement par son nom, étant en privé, c’était plus fort que Yenessä. Cette dernière ne pouvait s’empêcher d’employer des mélioratifs à son égard, car elle le méritait ô combien. Il était dur de parler simplement de Sanguilia tant elle était grande, puissante, parfaite … C’était un exercice compliqué. Se limiter à l’appeler par son nom, même si c’était demandé, c’était presque du blasphème aux yeux de la Séraphine Noire. Mais, puisque telle était la volonté de sa maitresse suprême, alors elle devrait s’y plier et lui obéir, coute que coute. Même si théoriquement Yenessä avait un libre-arbitre, tant miroité par Sanguilia elle-même, il y avait des choses qu’elle ne pouvait pas contredire. Dont la simple voix de sa maitresse. Si dans l’heure qui suivait elle lui demandait de se couper les ailes, pour l’amusement, Yenessä le ferait avec une fierté et un plaisir sans précédent, tant que cela satisferait sa maitresse.

C’était pour dire son niveau de soumission envers elle. Mais, tout n’était qu’une question de réglage et d’habitude, qui viendrait avec le temps. Pour le moment Yenessä allait déguster sa petite récompense, qui commença dès que Sanguilia se mit à genoux et libéra son sexe volumineux, gorgé de sang et de stupre. « À la minute où je t’ai quitté tu m’as manqué. Ne sous-estime pas l’amour et la dévotion que je te porte Sanguilia …  Elle dépasse mon propre entendement. » Répliqua la Séraphine, soupirant de plaisir quand sa maitresse posa ses lèvres sur son gourdin de chair. Elle fit quelque vas et viens avec sa main, préparant le membre juteux de Yenessä qui n’attendait plus qu’une chose ; se faire gober. La guerrière posa sa main dans la douce chevelure de Sanguilia, caressant sa tête tout en la pressant doucement contre elle, afin de mieux enfoncer sa trique.

« Hmmm … » Gémit-elle de plaisir, se mordant la lèvre. Un long soupir d’extase exprimant tout le plaisir qu’elle prenait à se faire sucer ainsi. Elle avait attendu cette récompense de pied ferme, et maintenant elle la savourait corps et âme. Elle fit de petit mouvement de bassin pour s’enfoncer d’elle-même, mais elle laissa quand même la main à sa maitresse qui après de terribles succions sur sa douce cerise, se mit à pomper plus franchement. « Ohhh Sanguilia … » Couina Yenessä, qui crispa un peu plus ses doigts dans sa chevelure. Elle était là, la Yenessä corrompue et pervertit, qui prenait un vicieux plaisir à baiser cette gorge. Cette Yenessä libérée de ses inhibitions, totalement libre d’assouvir chaque pulsion qui la traverserait. Et là, toute ses pulsions la conduisaient à baiser Sanguilia jusqu’à évanouissement s’il le fallait … Ca ne faisait que commencer.

Bientôt, le plaisir atteignit un point où elle ne pouvait plus que se contenter de subir. Yenessä, fougueuse dans l’âme, crispa un peu plus ses mains sur la chevelure de Sanguilia puis la plaqua un peu plus contre elle, alors que son bassin avançait et reculait plus franchement. En d’autres termes, elle la laissait de moins en moins pomper d’elle-même, et à la place, elle se mettait à pénétrer délicieusement sa gorge, qui commençait à se déformer sous ses terribles coups de trique. « Haaaaaw pu-putain … C’est booon … » Couina Yenessä qui ouvrit grand la bouche, laissant échapper un grand et fier soupir d’extase.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 398


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
Fiche
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #3 le: Janvier 02, 2017, 03:06:12 »

Depuis un moment maintenant, Yenessä avait pris le contrôle de cette félation, les mains crispées sur mon crâne, elle me baisait la bouche dans des soupirs tendres. Fini l'époque de la Séraphine douce et froide, voici la Séraphine qui se découvre au sexe. Elle aimait cela et dans sa façon, profitait des plaisirs de la vie et de moi. Elle était devenue accros à moi à un tel point qu'elle n'imaginait plus sa vie sans moi. Yenessä était totalement convertie à moi, telle une dévot, elle respirait par moi et vivait pour moi.

Sa pénétration devenait de plus en plus profonde et je devais faire usage de magie afin de ne pas mourir étouffée par ses assauts. Ma gorge se déforma par le passage du gourdin de mon amante. Elle continua encore et encore, souffla de plus en plus profondément, je savais qu'elle ne tiendrait plus trop longtemps, elle était trop excitée et souvent l'excitation menait rapidement à l'orgasme. Et pour éviter cela, je me retirais doucement de cette emprise charnelle.

- Doucement ma belle, tu vas me remplir l'estomac trop rapidement. Calme toi, nous avons tout notre temps...

Continuant les caresses sur cette verge tendue au maximum, je me redressais doucement, collant mon corps au sien, et cherchais siens bouche afin d'y fourrer ma langue au plus profond de sa bouche. Je me lovais contre elle comme la dernière de catin, écrasant son sexe contre mon pubis.

- Que veux tu me faire fière Séraphine? Que veux tu faire à ta Maîtresse soumise à tes désirs? Un mot, un geste et Sanguilia fera le reste.
Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1042

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #4 le: Janvier 07, 2017, 06:04:53 »

Rien qu’en croisant le regard et le corps de sa Maitresse, Yenessä avait une infinité d’idées qui lui traversaient l’esprit. La sodomiser sèchement, la lécher, la baiser jusqu’à l’aube … Plein de bonnes choses. Pouvait-on en vouloir à la Séraphine Noire de ces excès ? Pas vraiment. La pauvre venait de sortir de milliers d’années de frustrations sexuelles, de frustration tout court d’ailleurs. Ceci en plus du fait que sa transformation avait accru sa libido, notamment à cause de cette juteuse verge qui avait remplacé son vagin. Mais définitivement, le facteur de cette excitation était tout simplement Sanguilia elle-même. Yenessä lui succombait à deux milles pourcents, et elle en était parfaitement consciente … Elle acceptait cette condition, elle l’embrassait corps et âme. La paix et le plaisir n’étaient que dans la soumission envers le Chaos Incarné. Yenessä étant autant amoureuse, que soumise, que dévote, que redevable envers Sanguilia. C’était bien au-delà de la passion ou de l’amour pur ; c’était de la vénération pure et dure.

Impossible pour elle de se contenir face à la seule personne dans l’univers capable de la rendre aussi docile d’un chaton. Yenessä pénétrait langoureusement sa gorge et sentait son corps se détendre face à cette délicieuse fellation. Elle prenait un trop grand plaisir pour s’arrêter, et sentait que son jus noir allait bientôt couler dans cette gorge chaude. Mais pourtant Sanguilia stoppa tout, non sans créer une vague de frustration chez sa générale, mais qui accepta la sentence. C’était un mal pour un bien d’ailleurs, car la vénérable Sanguilia proposa à la Séraphine de lui faire ce qu’elle voulait. Après avoir furieusement plongé sa langue reptilienne dans la bouche de Yenessä, qui participa avidement à ce baiser, elle lui offrit son corps. La femme aux yeux onyx avait donc le choix et elle avait déjà plein de choses en tête.

« C’est un grand honneur pour moi, Maitresse. Mais … Pour le moment je vais nous déshabiller. Cette armure me gêne et j’ai grande envie de sentir ta peau contre la mienne. » Lui dit-elle d’un ton convaincu. Yenessä n’allait cependant pas retirer son armure à la normale, et usa de sa magie pour simplement la dissoudre. Une fumée noire s’échappa de chaque ouverture, dissolvant rapidement les plaques en acier, libérant ainsi son corps majestueux qui présentait une trique lourdement juteuse. Puis un sourire carnassier s’afficha sur ses lèvres, avant qu’elle ne pose fermement ses mains sur les épaules de son amante, et qu’elle la retourne. Elle passa ses doigts sur le cordage de sa robe, la partie de son dos du moins, puis violemment elle se mit à tirer à droite et à gauche. Elle n’arracha pas la robe, mais sa force fit rompre les lacets brutalement, et libéra rapidement tout son dos, puis ses fesses.

La Séraphine se plaqua contre elle, passant ses bras autour de sa taille pour empoigner fermement sa poitrine. Elle se mit à la peloter avec attention au travers sa tunique, avant de lécher sensuellement son cou, puis son lobe d’oreille. « Mon premier mot, mon premier geste, sera de me laisser préparer ta petite porte pour que je te sodomise de toutes mes forces … Ensuite, je te prendrai contre le mur et je te baiserai, encore et encore, jusqu’à l’aube s’il le faut. Je te dévorerai entièrement, de la tête aux pieds, en passant par ta petite fleur et ta poitrine … Et je déverserai des litres et litres de foutre dans ton corps ! Cela te convient-il, Sanguilia ? » Susurra la Séraphine au creux de son oreille, d’une voix douce et suggestive. Elle n’attendit guère de réponse pour se mettre au travail. Toujours avec cette hargne qui l’animait, Yenessä embrassa à nouveau son cou puis son dos, descendant ainsi jusqu’à la généreuse croupe de sa maitresse.

Croupe qu’elle mordilla nerveusement tout en la caressant de manière avide. Yenessä déposa d’innombrables baisers dessus, avant d’écarter chaque rive pour libérer l’accès. Sans retenue et prise de gant, la Séraphine corrompue plongea son visage et lécha de sa langue reptilienne, avec force, cette porte dérobée, n’hésitant pas à y mettre beaucoup de passion et d’énergie. Inutile de préciser que pendant ce temps elle massait généreusement ses petites fesses, allant même jusqu'à asséner des petites mais sèches gifles dessus.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 398


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
Fiche
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #5 le: Janvier 08, 2017, 11:43:00 »

La frustration imposée à Yenessä l'avait rendue encore plus dingue de sexe qu'elle ne le pouvait. Après que je l'ai embrassée goulûment, la Séraphine me demanda de sentir ma peau.

« C’est un grand honneur pour moi, Maitresse. Mais … Pour le moment je vais nous déshabiller. Cette armure me gêne et j’ai grande envie de sentir ta peau contre la mienne. »

Légèrement écartée d'elle, je pouvais voir le tour de passe-passe pour enlever son armure qui était devenue poussière. Un frisson s'empara de mon corps quand sa trique fut libérée  et pointa fièrement vers le haut.

- Moi c'est ta queue que je veux sentir et pas que sur ma peau...

La générale fit les deux pas qui nous sépare et sans dire quoi que ce soit, me retourna sèchement avant qu'elle n'attaqua ma robe, forçant sur le cordage, le bustier se donna plus laissant apparaître ma poitrine. Ensuite, elle retira le cordage faisant tomber ma robe à mes pieds me laissant nue et sans défense devant une trique énorme. Mais Yenessä ne voulait pas se précipiter directement sur moi. Elle me ceintura document afin de malaxer mes seins nouvellement libre et plongea sa bouche dans mon cou. Elle épousa mes formes avec les siennes, sa barre de chaire frotta entre mes fesses.

« Mon premier mot, mon premier geste, sera de me laisser préparer ta petite porte pour que je te sodomise de toutes mes forces … Ensuite, je te prendrai contre le mur et je te baiserai, encore et encore, jusqu’à l’aube s’il le faut. Je te dévorerai entièrement, de la tête aux pieds, en passant par ta petite fleur et ta poitrine … Et je déverserai des litres et litres de foutre dans ton corps ! Cela te convient-il, Sanguilia ? »

Pour seule réponse, je ronronnais bestialement, de toutes manières, aucunes réponses n'étaient nécessaires pour cette trique contre les fesses. Mais Yen commença une longue série de baisers le long de mon cou et de mon dos. Elle termina sur mes fesses qu'elle malména. Morsures et griffure.

- Haaaa... Mmmmh!!!

Un petit cri m'avait échappé lorsque ses canines étaient entrées dans ma peau lui donnant une couleurs rubis rapidement.

- Quelle fougue générale, votre cheffe est très satisfaite et désireuuuuuse de voir la suite...

Et cette suite arriva soudainement quand elle écarta mes fesses afin d'y plongé sa tête et sans aucune retenue, envoya sa langue explorer mes fondements profonds me faisant soupirer de bonheur. Pour faciliter son travail, je m'étais cambrée le plus possible et comme remerciements, j'ai eu droit à des coups de griffes sur mes fesses me rendant partiellement folle.

- Alors comme ça, on veut enculer sa Maîtresse comme la dernière des catins... Baise moi fort avec ta langue.

J'avais collé ma croupe plus fort contre son visage afin qu'elle aille encore plus loin dans cette pénétration. Elle me baisait mais elle me baisait bien, très très bien.
Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1042

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #6 le: Janvier 11, 2017, 03:45:53 »

Sanguilia avait largement deviné le plan de sa générale. Bien évidemment que Yenessä désirait la sodomiser, et ce n’était que la première étape ! L’enculer bien fort et méchamment serait une excellente façon d’entamer les hostilités avant que la Séraphine Noire ne déploie toute sa force et sa hargne. C’était un peu insensé à le dire mais, si Yenessä était aussi fougueuse et virevoltante, c’était uniquement grâce à Sanguilia. Sa simple présence excitait notre femme au plus haut point possible. Le simple fait de croiser son regard or, ou d’entendre sa voix de velours la rendait, non seulement extrêmement soumise et obéissante, mais aussi excitée voire en chaleur. Quand Sanguilia avait corrompu la Séraphine – au moment de la morsure – il se pouvait qu’elle ait infusé en elle une partie de son aura de luxure. Ce qui signifierai que, littéralement, de la luxure coulait dans les veines de Yenessä. Mieux encore ; elle réagirait à la proximité de sa créatrice d’origine.

Mais des explications, on pouvait en faire beaucoup. Ce qui comptait au final, c’étaient les résultats. Et en matière de résultat on le voyait bien, à la façon dont Yenessä avait d’enfoncer sa langue de serpent dans la petite rondelle de sa maitresse. Elle s’y enfonçait avec hargne et force, tournoyant rapidement sa langue dedans, la sortant de temps à autre pour lécher et embrasser cette petite porte. Le vice n’avait aucune limite entre elles et c’était ça qui était particulièrement intéressant aux yeux de la Séraphine corrompue. Le corps de Sanguilia était parfait, si parfait … Rien, absolument rien ne faisait pas vibrer de plaisir Yenessä. Que ce soit la douceur et la générosité de ses fesses, ou celle de sa peau ou mieux encore, la rondeur de sa poitrine ou le galbe de ses jambes … Yenessä fondait comme neige au soleil face à ce corps parfait, que seule une pure Déité pouvait posséder. Elle continua d’harceler sa petite porte jusqu’à ce qu’elle la sentît prête.

À ce moment-là Yenessä se relever mais garda ses mains sur la croupe de sa maitresse, malaxant tendrement ses fesses. « Je te fais la promesse que tu n’arriveras pas à t’asseoir convenablement pendant une bonne semaine … » Lui dit alors Yenessä d’une voix particulièrement vicieuse. Elle approcha son bassin de ses fesses, sa queue frottant tendrement sa raie. Elle fit de petits mouvements pour la frotter d’avantage, avant de la mettre en position, puis de pousser, d’un seul coup, sèchement. « HMMRRRRRRR ! » Grogna-t-elle, devant le soudain plaisir qui s’éprit d’elle. Sa cerise venait d’être gobée. Fermement agrippée aux fesses / hanches de Sanguilia, Yenessä se propulsa et s’enfonça entièrement, d’un coup. Sa lance de chair perfora les chairs de sa maitresse, s’enfonça totalement, bien profondément, arrachant un énorme râle viril à la Séraphine. Un râle puissant et conquérant, traduisant le plaisir fou qu’elle prenait. Un plaisir tellement inhumain qu’elle abattit puissamment sa main sur sa croupe, claquant celle-ci. « RHAAA PUTAIN … » Grogna Yenessä, la trique totalement engloutie dans les entrailles de Sanguilia, jusqu’aux bourses.

Elle se retira lentement à moitié, puis s’enfonça à nouveau, toujours aussi sèchement. Puis, elle réitéra l’opération, allant et venant lentement dans cet anus fort bien étroit, mais fichtrement agréable. Yenessä sentait qu’elle allait adorer sodomiser sa maîtresse …
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 398


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
Fiche
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #7 le: Janvier 20, 2017, 01:09:46 »

Le moment tant attendu arriva enfin, elle était déchaînée la Séraphine, elle se redressa et garda ses mains sur mes fesses afin de les pétrir. Elle les malaxa avec passion tout en frottant sa verge dans ma raie.

« Je te fais la promesse que tu n’arriveras pas à t’asseoir convenablement pendant une bonne semaine … »

Je lui souriais avec un air de coquin, elle avait le chic pour me faire monter la pression avec sa voix. Elle se positionna et d'un coup sec, me pénétra violemment.

- Mmmmh!!!

Yenessä entreprenait de lent et long coup de reins qui me faisait gémir à chaque coup. Aggrippée à mes hanches, les siennes venaient faire claquer nos peaux mais avec une puissance pareille, je pouvais sentir ses testicules frappés sur mon vagin humide. Je sentais son souffle dans ma nuque et je me cambrais légèrement afin qu'elle puisse faire faire son ouvrage. Yenessä était la dévot par excellence, je me disais encore que j'avais bien fait de la convertir à mon ordre. Elle pouvait être le générale offensif qu'il manquait à mon armée.

Sans prévenir, la Séraphine ralentissait son rythme, elle retirait sa verge doucement me faisant profiter de chaque centimètre qui retournaient mon cul lentement, avant de rentrer dedans d'un coup sec.

- Plus fort... Encore... Fais moi mal Yen... Baise moi plus fort...

Yenessä montrait déjà ses limites, je ne pensais pas que cela était la raison de son rythme plus lent, en fait, je m'étais dit qu'elle me goûtait. Toutes les facettes de ma sodomie, elle voulait y goûter. Cet ange était une diabolique amante. Une femme qui baisait pour découvrir jusqu'au limite de ses capacités. Je me montrait plus passive, je voulais qu'elle découvre sa capacité sexuelle sur moi.
Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1042

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #8 le: Janvier 31, 2017, 11:13:35 »

Yenessä sentait que son corps était différent. Plus puissant, plus robuste que jamais. La femme ne s’était jamais sentie aussi forte et endurante de toute sa longue vie, à croire que se voir transformer en Séraphine Noire avait débloqué un potentiel caché. Mais ce qui était sûr, c’était qu’elle vivait une nouvelle vie qu’elle mordait à pleine dents. Elle s’y était accommodée corps et âme, embrassant son allégeance envers sa nouvelle maitresse et Déité avec grande fierté. Son bonheur était dans la soumission à Sanguilia, et son plaisir dans la réalisation du moindre de ses souhaits. Si le souhait de Sanguilia était de se faire tringler comme la pire des prostituées, alors c’était le plaisir de Yenessä de lui accorder ça. Et elle n’y allait pas de main morte ; sa juteuse queue veineuse et gonflée à souhait ne cessait de ramoner son canal étroit et terriblement jouissif.

Si jouissif qu’elle poussait des râles virils, sortant du fin fond de ses entrailles qui se tordaient sous le plaisir immense. Yenessä découvrait les joies infinies du sexe, à en commencer par la sodomie qui était première distributrice de plaisir en la matière. La Séraphine sodomisait violemment Sanguilia, ses coups de trique poussant sèchement son corps en avant puis en arrière, faisant remuer sa délicieuse croupe. Plus Sanguilia lui ordonnait d’y aller fort et de lui faire mal, plus la Séraphine s’exécutait. Avec un plaisir fou, elle détruisait la petite porte de sa maitresse, s’enfonçant à présent très rapidement et sèchement en elle, entretenant un rythme très soutenu … Voire inhumain. Cela montrait de quoi elle était capable.

« Hmmmmm ! Haaaaa oui ! OUIII !!! » Hurla-t-elle, la langue bien pendouillant pendant qu’elle prenait son pied. Elle n’avait de cesse de ressentir un bonheur fou à enculer sa maitresse de la sorte ; à sentir son anus se contracter sur sa queue, à sentir ses chairs écraser son mat qui ne faisait que se gonfler et se gorger de sang. Le bruit de ses testicules claquant contre sa peau n’arrangeait pas les choses, ne faisait ainsi que l’exciter davantage. Mais après de longues et interminables minutes, Yenessä sentit la pression devenir insoutenable … Et se vit frapper d’un puissant orgasme, qui lui déchira les entrailles et la voix alors qu’elle se mit à juter. Son foutre épais et aussi noir que son cœur déferla entre les fesses de Sanguilia, en un torrent violent et continue, comme si elle était en train de se soulager. Yenessä juta encore et encore, son orgasme durant bien des dizaines de secondes. Elle enfonça ses doigts / griffes dans la croupe de son amante et la colla au maximum contre elle, pour mieux s’enfoncer et remplir son estomac.

La Séraphine déversa un océan de foutre ténébreux dans les entrailles de sa maitresse vénérée, avant de reprendre lourdement son souffle, ondulant doucement du bassin pour remuer un peu en elle. Mais, elle fut surprise de voir que son barreau était toujours aussi fort et puissant, malgré ce qu’elle venait de cracher en matière de semence. « Tu es … Parfaite, Sanguilia. Si puissante … Si belle … Si parfaite … Je serai capable de te baiser en continue pour l’éternité, si tel serait ton désir ! Et je sais que là, t’as encore envie de te sentir pleine alors … » Dit-elle, se retirant de sa croupe, posant ses mains sur ses épaules pour la retourner. Puis elle plaqua son corps contre le siens, pétrissant sa poitrine avec la sienne, et se mit à lui rouler une humide et langoureuse pelle, alors que ses mains glissèrent dans son dos pour masser avidement ses fesses.

Mais tout ceci n’était que poudre aux yeux – façon de parler – pour détourner l’attention. Yenessä profita de ceci pour rapidement se calibrer, puis s’enfonça hargneusement en Sanguilia, à nouveau, mais par devant cette fois-ci. Si ses mains continuaient de malaxer ses fesses, elle s’en servait surtout comme appui pour s’enfoncer dans sa féminité. Mais, en lui roulant ainsi une telle pelle, elle fut incapable de séparer sa langue de la sienne, et continua ainsi de l’embrasser très passionnément, raclant sa bouche, sa langue et sa salive telle une affamée.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 398


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
Fiche
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #9 le: Février 09, 2017, 02:53:46 »

Dans un dernier râle rogue et puissant, Yenessä déversait son foutre noir dans mon cul, remplissant mes entrailles de sa liqueur dans des saccades de jets puissants et continus me donnant un autre orgasme. La Séraphine était en état de relâchement totale mais sa verge était toujours joufflue de plaisirs et d'envies, mon anus était contracté autour de son sexe et l'empêchait de se retirer doucement.

« Tu es … Parfaite, Sanguilia. Si puissante … Si belle … Si parfaite … Je serai capable de te baiser en continue pour l’éternité, si tel serait ton désir ! Et je sais que là, t’as encore envie de te sentir pleine alors … »

Malgré tout, Yen s'était retirée de mon anus, j'en avais crié de douleur mais j'aimais cela, et m'avait retournée face à elle. Ses mains travaillaient mes seins et soudainement, elle plaquait ses lèvres sur les miennes et sa langue était venue envahir ma bouche. Ses mains quittaient mes seins et étaient parties le long de mon dos, elles arrivaient tranquillement sur mes fesses, ses doigts travaillaient ma peau sans ménagement mais tout cela était une surprise et alors que mon intention était pris par ses mains, sa verge était à l'entrée de mon con et elle avait poussé pour rentrer sans merci. Ses mains m'avaient soulevée doucement du sol et me voilà à la merci de ma Générale. Mes jambes ceinturaient la taille de la Séraphine et ma bouche était contre la sienne. Mes bras enlaçaient la tête de Yen afin que nos langues ne se séparaient plus jamais dans cette étreinte.

- Yenessä, ta Maitresse est très satisfaite de tes performances... Baises moi encore très fort!!!

Elle soupirait et moi je couinais comme une pucelle mais j'avais pas le choix, son imposant sexe me ramonait le vagin et je mouillais comme une folle, en faite, j'étais devenue folle, mon esprit était obnubilé par le sexe. Mon coté succube avait le dessus surtout les autres besoins de ma personne. Je contractais mon vagin afin d'étrangler cet énorme mandarin de chair qui me faisait du bien. J'étais devenue un volcan de désir et Yenessä le maintenait bien réveillé.
Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1042

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #10 le: Février 17, 2017, 04:45:31 »

Yenessä partageait donc un long et éternel baiser avec sa Maitresse, qui lui roula une pelle d’une saveur sans pareille. Les langues fourchues s’emmêlaient et se lovaient l’une contre l’autre. Les lèvres faisaient de même, ne se séparant pour rien au monde, gardant ainsi cet espace étroitement intime entre les deux femmes qui se faisaient ardemment l’amour. La Séraphine Noire ne désirait pas que cela cesse. Elle continuait de pénétrer sa sublime Maitresse avec force et poigne, sa trique se faufilant chaudement dans l’intimité sacrée de Sanguilia. Un honneur, un privilège immense était accordé à Yenessä qui ne désirait dès lors que satisfaire encore et encore sa Déité, pourvu que celle-ci jouisse et passe un bon moment. Le baiser dura donc, mais cela n’empêchait pas la Générale de baiser furieusement Sanguilia, s’acharnant autant à la pénétrer qu’à lui malaxer les fesses avec ses mains.

Le fait que la Déité avait relevé ses jambes pour les enrouler autour de sa dévote plaisait beaucoup à cette dernière, qui en profita pour porter tout le poids de sa Maitresse, telle une princesse des enfers. Elle finit néanmoins par la plaquer contre le mur, ayant décidé de passer à la vitesse supérieure. Reprenant son baiser avec acharnement, raclant la moindre goutte de salive, Yenessä se mit à accélérer le rythme. Son bassin venait et allait de plus en plus rapidement, mais pas que ; la force déployée dans les coups augmentait drastiquement. La Séraphine Noire grogna et rugit de plaisir tel un taureau en rut alors qu’elle besogna de toutes ses forces la seule entité digne d’un tel plaisir dans toute la création ! Elle la baisait tellement fort et rapidement que le bruit de claquement de peau était bien audible, ne faisant que l’exciter davantage.

Sa queue juteuse et douloureuse, parcourue de veines noires, ne laissa aucun répit à la femme. Longue, puissante et ferme, elle s’enfonçait à mesure de trois voire quatre allers par seconde. Et niveau puissance des coups … Le bruit parlait pour lui-même. Yenessä râlait et grognait, sentant le plaisir exploser en elle à chaque coup, rendant l’exercice plus difficile car il fallait se retenir. Mais un tel effort n’était possible qu’avec un haut, très haut niveau de vénération qu’avait atteint justement la Séraphine. Pas un seul atome, pas une seule particule de son être physique et spirituel n’était pas convertie à cent pourcent envers Sanguilia. Pas une seule de ces particules la constituant ne vénérait pas Sanguilia … Et ce pour l’éternité. Forcément un tel niveau d’adoration permettait de faire des prouesses, notamment sexuelle. Comme était en train de le démontrer Yenessä en maintenant un tel rythme aussi longtemps, tout en embrassant son amante.

Mais vint un moment où elle finit par jouir et … Ce fut un copieux raz-de-marée. « HMMMM ! » Poussa Yenessä, gardant sa langue fourrée dans la bouche de sa Maitresse. Elle crispa ses doigts sur ses fesses pour les pousser, de manière à enfoncer sa trique le plus profondément que possible tandis qu’elle jutait, encore et encore, fourrant généreusement les entrailles de Sanguilia. Son jus épais et noir jaillit en continue, au cours de plusieurs jets aussi longs que chauds. Mais le détail qui faisait que Yenessä n’était pas comme les autres était que malgré son puissant orgasme qui la fit jouir pendant des dizaines de secondes, sa trique était toujours là, immense et assoiffée. À peine venait-elle de déverser une belle quantité de foutre dans l’accueillante féminité de Sanguilia qu’elle se remit à la besogner de toute ses forces, reprenant son rythme effréné de trois à quatre coups de rein par seconde. Encore, elle en voulait encore ! Elle fut si emportée par le plaisir et la luxure que le baiser devint plus humide ; la salive commença à couler des lèvres, donnant l’opportunité à Yenessä de retirer sa langue de la bouche de Maitresse pour la plaquer contre sa mâchoire, puis son menton, pour lécher avidement le nectar dessus, avant de revenir à la délicieuse bouche de Sanguilia.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 398


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
Fiche
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #11 le: Mars 24, 2017, 02:01:26 »

Yen éclatait encore en moi, son sexe était toujours dur et elle continuait encore et encore ses coups de reins. Mon visage se crispait de bonheur, de plaisir, de jouissance. Ma nouvelle générale s'avait faire avec sa nouvelle matraque et j'avais à peine eu le temps d'exposer mon plan que mon anus avait été envahi par son membre phallique. Et chaque éjaculation était dans une quantité folle et à chaque fois, le trop plein se répandait sur mes cuisses. Maintenant, le restant était sur le sol à nos pieds et Yenessä  était partie dans un sprint fou où mes yeux se révulsait dans un orgasme divin. Aucun cri ne sortait de ma bouche mais mon corps s'était crispé dans l'orgasme, j'étais plus qu'une chose dans ses bras. Seule Sha avait reussi à me faire jouir comme ça et grâce à la conversion de Yen, j'avais trouvé une nouvelle Maitresse quand Sha serait absente.

- Par les enfers, Yenessä... Toutes ces années de frustration... Et tu te défoules sur moi... Pitié... T'arrêtes surtout pas... Mais après... On doit parler de notre nouvelle mission... Aaaaah... Aaaaah... Je vais encore jouiiiiiiiiiiiiiir...


Mon corps me lachait encore et je me crispais contre elle, plantant mes ongles dans son dos entre ses ailes, la faisant saigner quelque peu mais mon coté succube était devenue si puissant. Mon vagin était remplie de foutre noir et de ma cyprine, j'étais au paradis, assez cocasse pour une Déesse affiliée à l'enfer. Mais j'étais bien et je me répétais dans ma tête qu'elle avait le niveau de Sha, dans un même lit, nous trois pourrions faire rougir Aphrodite elle même.
Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1042

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #12 le: Avril 08, 2017, 04:31:18 »

Yenessä ne contrôlait plus ses ardeurs ; sa simple proximité avec Sanguilia suffisait à lui perdre tout repère et à la transformer en une bête de sexe. Rien ne comptait plus que combler et satisfaire sa Maitresse, la faire hurler ou non par des multiples orgasmes, les uns à la suite des autres. Là, la puissante Séraphine noire s’affairait à la marteler de toute ses forces, en conservant une allure et un rythme effréné, une puissance de coup démentielle et sans faire aucune pause ! Yenessä pilonnait complètement sa Maitresse qui se mit à jouir, à être frappé d’orgasmes en tout genre qui la força à se défouler dans le dos de sa dévote, en le lui griffant jusqu’au sang. Le liquide noirâtre coulant dans ses veines coula un peu sur son dos mais, une dose de douleur était toujours la bienvenue dans une telle relation !

Sanguilia était sa petite chose, entre ses bras. Plaquée férocement contre le mur, la puissante entité subissait les coups de trique de Yenessä qui continuait encore et encore à enfoncer sa trique en elle, honorant sa féminité, sans pause. Yenessä ne répondit rien à sa phrase, trop concentrée dans son effort physique. Mais sa Maitresse jouit à nouveau, et enchaina ainsi les orgasmes, qui lui déchirèrent la voix quand elle parlait. La Séraphine noire devait prouver qu’elle était sa plus forte et sa plus passionnée amante, de manière à ce que Sanguilia ne puisse plus se passer d’elle quand il s’agirait de sexe ! C’était utopique de penser cela mais, au moins, il fallait que Yenessä assure une belle place aux yeux de sa Déité tant vénérée. La puissante dévote finit par hurler son plaisir en un râle très viril, se laissant finalement aller à son propre orgasme.

Un plaisir qui la foudroya sur place, la faisant cracher une immense et généreuse salve de foutre qui vint à nouveau remplir Sanguilia, avant que tout ceci ne coule entre leurs cuisses, pour finir au sol. De la semence noire et de la mouille maculait celui-ci entre les deux femmes, dorénavant. Yenessä jouit copieusement, éprouvant un plaisir jamais atteint jusque-là, que seule Sanguilia pouvait lui donner ! Un plaisir délicieux et avide, qui la soumettait encore plus dans la débauche et le sexe. Elle termina de jouir, et put enfin reprendre son souffle, ses muscles se détendant. Toutefois elle conserva Sanguilia contre elle, la plaquant toujours contre le mur pour que celle-ci ne doive son équilibre qu’au fait que ses cuisses soient enroulées autour de ses hanches. Yenessä partit avidement l’embrasser, sa langue reptilienne venant furieusement s’enrouler à la sienne, échangeant salive et délice dans une étreinte très passionnée et ardente.

Après un long baiser onctueux, Yenessä libéra la bouche de sa Maitresse puis lui sourit, la reposant doucement au sol, lui rendant sa liberté de mouvement. Humblement la Séraphine se mit à genoux puis partit blottir son visage contre le ventre de Sanguilia, le gratifiant de doux et très révérencieux baisers, en particulier sur sa marque. Mais elle se contenta après de simplement frotter son visage contre, clôturant ses yeux, s’en remettant intégralement à sa Maitresse dans un moment de douceur … « Hmm, Sanguilia … Il n’y a que toi qui compte …  Qui occupe mes pensées, mes rêves, mes fantasmes … Il n’y a que toi et rien que toi dans mon existence … Tu n’as pas seulement conquis mon âme, glorieuse Sanguilia … » Dit-elle d’un ton solennel, accompagnant ses dires d’un baiser sur son ventre. Elle releva son regard ténébreux puis sourit doucement à sa Maitresse, lui parlant du fin fond de ses entrailles. « Tu as aussi conquis mon cœur. » Déclara-t-elle, lui faisant une petite mais belle déclaration d’amour !

Vénérer Sanguilia passait par plein de choses, dont la garantie de l’aimer éternellement, sous tous les sens du terme. Yenessä était une dévote complète, vénérant Sanguilia nuit et jour, et vivant uniquement et purement dans le but de la servir et agrandir sa Gloire. Mais … Yenessä était également amoureuse d’elle, ne pouvant aimer et chérir autre créature que sa Maitresse ! Même si cet amour était élevé plus à une adoration / vénération sans limite, qu’à un amour tel qu’on pourrait le penser. Mais sa Déité venait de lui dire qu'il fallait parler de leur nouvelle mission, ce fut pour cette raison qu'en conservant son regard levé, elle répliqua sur ce point. « Quels sont tes ordres pour notre prochaine mission ? Que dois-je faire pour porter de nouveau ta Gloire ? » Dit-elle alors.
« Dernière édition: Avril 08, 2017, 09:41:24 par Vanessa White » Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Sanguilia
Dieu
-

Messages: 398


Le Chaos à multiples facettes


Voir le profil
Fiche
Description
N'avez vous jamais eu l'envie de vous taper une belle petite divinité succube... N'ayez pas peur, je vais pas vous mordre... Sauf si je suis vraiment excitée.
« Répondre #13 le: Mai 27, 2017, 12:24:19 »

Yenessä termina notre accolade en me reposant au sol mais ma Séraphine posa genou au sol et me prêta encore fidélité. Non, même mieux, elle me déclara tout l'amour qu'elle avait pour moi. Sa tête posée sur mon ventre, proche de mon nombril, de mon sceau, l'ange me faisait simplement un câlin des plus tendres... Soit, elle m'était fidèle et bien plus encore, mais elle devra tenir sa place devant la Déesse Sha.

- Tu es adorable et tu es magnifique... Je ne pouvais pas imaginer mieux comme dévote que toi.

Je profitais de ma position pour déposer un baiser sur le front de Yenessä et l'invitais à se mettre debout pour la suite de mon plan.

- Yenessä, tu es ma générale et de par ta nature quasi divine, tu seras ma seconde. Je ne sais pas si tu l'as ressentie, mais je suis enceinte de la Déesse Sha et j'attends une fille mais voilà.


J'avais ouvert une cassette ornée d'or et en sort deux colliers d'argent.

- Il y en a trois et l'un d'entre eux, tu l'as envoyé auprès de ma nymphe Asalia. Ces colliers empêchent les devins de prédire nos faits et gestes. Et, dans le rang de mes ennemis, il y a Dieu qui prédit l'avenir et je ne veux pas que Zeus soit au courant de ma grossesse et donc nous allons tuer ou bannir ce dieu. Es tu prête à servir ta Déesse et l'héritière de mon trône?

J'avais tendu la main vers Yenessä pour qu'elle se joigne à moi.
Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1042

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #14 le: Octobre 07, 2017, 04:25:40 »

La corruption dont fut victime Yenessä était de toute évidence très puissante. Suffisamment puissante pour la transformer irrémédiablement en une Séraphine noire. Une créature de vice, corrompue jusqu’à l’âme, n’ayant autre but que servir Sanguilia jusque dans la mort, et même au-delà. Aucune magie au monde n’était suffisamment puissante pour inverser le processus. Rien ni personne ne pouvait faire redevenir Yenessä comme avant. Cette dernière était, et sera éternellement, la dévote la plus fidèle et aimante de Sanguilia. Elle embrassait corps et âme sa nouvelle vie et sa nouvelle condition, adorant absolument tout. Que ce soit son corps, bien plus fort et jouissif, notamment grâce à ce délicieux service trois-pièce pendant entre ses cuisses. Ou bien sa nouvelle personnalité, bien plus en accord avec ses nouvelles fonctions et buts !

Yenessä adorait ce que Sanguilia avait fait d’elle. Et pour le lui témoigner, elle venait de lui déclarer de nouveau sa fidélité mais aussi son amour. La Séraphine noire était amoureuse de Sanguilia, en même temps qu’elle la vénérait comme sa Déité. Un moment de douceur et de grande intimité s’installa entre les deux femmes, alors que dans sa générosité, Sanguilia déposa un baiser sur son front. Yenessä se sentit aussi docile qu’un petit chat, rougissant poliment à cette délicate attention. Elle se releva comme il lui fut ordonnée, avant d’écouter la suite du plan. Sa Maitresse lui déclara de nouveau qu’elle était sa seconde, ce qui fit naturellement plaisir à l’intéressée, mais elle lui apprit également qu’elle était enceinte ! Cette nouvelle surprit la Séraphine corrompue, mais un sourire satisfait orna ses lèvres. « Nous aurons bientôt une héritière de votre glorieux héritage ? » Demanda-t-elle sous forme purement rhétorique.

Sanguilia lui expliqua que ses ennemis pouvaient voir l’avenir. Cela signifiait qu’ils avaient un coup d’avance sur eux. Cependant, elle disposait de colliers spéciaux bloquant leur vue, et ouvrant une cassette en or, les montra à Yenessä. Celle-ci acquiesça, observa les artefacts, avant de sourire à sa Maitresse qui lui tendit une main. Avec une certaine poigne mais aussi une grande douceur, la Séraphine noire leva sa main et vint saisir celle qui lui fut tendue. « Je suis et serai éternellement votre plus grande et fidèle servante, Maitresse. Longue vie à Sanguilia, et longue vie à l’Héritière. » Déclara-t-elle solennellement, portant la main de sa Déité à ses lèvres pour y déposer un respectueux baiser. Elle se déplaça et vint s’avancer vers elle, finissant par blottir son corps au sien. Le visage effleurant le sien, les souffles se mêlant entre eux, Yenessä lui fit une dernière allégeance. « Et je serai également celle qui vous aimera jusqu’à la fin des temps, noble Sanguilia ... » Dit-elle, avant d’avancer son visage pour déposer un très affectueux et doux baiser sur les sensuelles lèvres de sa Maitresse.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox