banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: It's a trap! PV: Bunjiro  (Lu 613 fois)
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 329



Voir le profil
FicheChalant
« le: Novembre 27, 2016, 11:41:06 »

Terra était un lieu propice aux phénomènes étranges et incongrus. C'était une terre de magie et de fantaisies, aux multiples créatures légendaires, du plus grand des dragons au plus sage des phœnix ou bien des minotaures jusqu'aux anges envoyés par les dieux d'en haut. Même si ces habitants vivaient sur ces terres depuis des millénaires, il y avait des choses qui arrivaient et que l'on ne pouvait expliquer correctement. Par exemple, le fait que parfois, des êtres venus d'ailleurs pouvaient apparaitre dans les lieux les plus improbables en Terra, des êtres qui sont inconnues au monde. Les magiciens ou les scientifiques se chargeaient alors d'enquêter sur la nature de l'événement et la nature du nouvel arrivant, même si parfois, cela pouvait devenir dangereux.   

Mais aujourd'hui, cela n'allait être ni dangereux ni intriguant. Alors que la Succube du Désert était dans son bureau personnel de son palais, elle sentit une conscience familière effleurer les frontières de son esprit. Sachant qu'elle était une présence amicale, elle ouvrit son esprit. Il s'agissait de l'un de ses officiers de son armée privée, les Scorpions Dorées. Il lui expliqua en un bref délais qu'ils avaient trouvé quelqu'un qui avait apparu nul part au milieu du désert. Elle leur ordonna donc de ramener l'individu ici. Probablement, quelqu'un venant de la Terre ou d'une autre dimension.   

Après plusieurs heures, enfin, l'unité de Scorpions Dorées qui avait trouvé l'individu arrivèrent à dos de chameau, Eris en avait été avertis par l'officier. Le soleil s'était couché depuis un moment déjà et les torches avaient été allumées. Elle prit une dizaine de minutes et puis elle se leva avant de se diriger vers l'une des chambres ou le nouvel arrivé fut assigné. Elle tourna la poignée et haussa un sourcil en voyant la personne.

Homme ou femme, elle ne saurait le dire. Son visage était androgyne, ses cheveux bruns courts, mais il ou elle était mignonne, ça c'était certain. Elle s'assit sur le côté du lit et attendit que la personne se réveillât, le corps caché par des couvertures. Sur un tabouret était posé un plateau de nourriture et de l'eau pure et fraîche. Le désert avait du taper fort sur cette pauvre personne. Le désert était impitoyable.
Journalisée
Bunjiro Kobayachi
Humain(e)
-

Messages: 17


Lovely Trap


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Décembre 09, 2016, 03:31:20 »

« Mince, mince, mince, je vais être en retard ! »

Les cours n'allait pas tarder à commencer, et Bunjiro marchait toujours dans les rues de Seikusu. Le problème, c'était qu'il ne reconnaissait absolument rien de ce qui l'entourait. Il était pourtant persuadé d'avoir suivi le bon itinéraire, la prochaine étape était de marcher jusqu'au kiosque à journaux, et de tourner à droite. Mais il ne voyait aucun kiosque à journaux, alors qu'il aurait dû le croiser depuis cinq bonnes minutes au moins. Le jeune garçon avait fait demi-tour, mais impossible de retrouver son chemin. Il fallait se rendre à l'évidence : il s'était perdu. Cependant, étant nouveau en ville, c'était compréhensible.

Bunjiro demanda donc à un passant, qui lui indiqua la route à suivre pour se rendre au lycée. Ouf ! S'il se dépêchait un peu, il pourrait arriver juste à temps avant que les grilles ne se ferment. Il accéléra le pas, et quitta l'avenue principale pour s'engouffrer dans une rue étroite. Puis il tourna à droite, prenant une ruelle perpendiculaire, lorsque un flash soudain l'aveugla. Il cligna des yeux, sonné, et avant même de pouvoir voir à nouveau, il sentit un vent très chaud lui souffler au visage. Lorsqu'il pût enfin rouvrir les yeux, les hauts murs de la ruelle avait disparu, remplacés par un large desert de sable dont les limites s'étendait par delà l'horizon.

« Ouah... mais, qu'est-ce qu'il se passe ? Où suis-je ? »

Le jeune garçon ne comprenait pas. Il y a quelques secondes, il était en train de marcher dans les rues de Seikusu, et là, il se retrouvait en plein désert. La première idée qui lui effleura l'esprit fût que ce soit une sorte de caméra caché, pour un jeu télévisé étrange comme les japonais en ont le secret. Mais ça paraissait plutôt insensé... Il tomba à genoux, les mains sur le sable, recouvertes par ses grains chauds. Cela paraissait si réel.

« Hého, il y a quelqu'un ? »

Évidemment, personne ne répondit. Il n'allait pas rester planté là à rotir sous le soleil, n'est-ce pas ? Bunjiro se leva, et commença à marcher. C'était très fastidieux, le sol s'effritait à chacun de ses pas, le sable s'engouffrait dans ses espadrilles, et la chaleur était étouffante. Le jeune garçon était plutôt fragile, et il ne tarda pas à tomber dans les pommes, fatigué et desséché.

...

Finalement, Bunjiro se réveilla, et rouvrit les yeux. Sa première pensée fût pour le désert, qui devait surement être juste un cauchemar. Ouf ! Quelle heure était-il ? Mieux valait ne pas être en retard pour l'école. Il fallut quelques instants pour remarquer qu'il venait certes de se réveiller, mais pas dans sa chambre.

« Hein ! Mais... où suis-je ? »

Son esprit était encore embrumé par le sommeil, mais il se réveilla aussi brusquement qu'après avoir reçu un verre d'eau au visage, lorsqu'il remarqua quelqu'un d'autre le regarder, sur le bord du lit. De nombreux hommes auraient été aux anges, de se réveiller au coté d'une femme aussi belle femme, au sourire enjôleur et aux formes séduisantes. De nombreux hommes... mais pas Bunjiro. Il se redressa vivement sur le lit, et l'interrogea.

« Hey ! Mais qui êtes-vous ? Qu'est-ce qu'il se passe ici ? Et où suis-je ? »

Il songea que le désert n'avait peut-être pas été un cauchemar après tout. Mais cela soulevait de nombreuses questions, à lequel il ne voyait aucune réponses rationnelles possible tant la situation était surréaliste.

« Quelle heure est-il ? Il ne faudrait pas que j'arrive en retard au lycée. »

Peut-être qu'il devrait revoir son sens des priorités...
Journalisée

Spoiler  
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 329



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Décembre 09, 2016, 05:21:14 »

Le réveil se fit presque instantané quand elle avait versé l'eau sur le visage de l'inconnu. Il avait ouvert ses yeux, qui étaient d'un beau vert, et demanda ou il était sur un ton plutôt surpris. Eris ne lui en voulait pas, la coutume était que la personne, habituellement, remerciait son sauveur avant de demander ce genre de chose. Le pauvre jeune homme, elle avait deviné son sexe au ton de sa voix, venait de se sortir d'un coma au beau milieu d'un désert.
 
''Tu es ici, dans mon palais, dans une de mes demeures proches d'un oasis.'' Répondit-elle sur un ton doux avec un sourire aimable.

Le jeune homme se redressa vivement sur le lit et l'interrogea une nouvelle fois, lui demandant qui elle était. Toujours avec ce sourire charmant, elle répondit :

''Je suis Eris Langnar, héritière de la Maison Langnar, surnommée la Vipère et la Succube du Désert, épouse du défunt ELLIPSIS. Et toi, quel est ton nom ?''

Elle ricana ensuite doucement et lui sourit.

''Ah, je vois... Tu viens donc de la Terre. Je connais une personne du nom de Mira Crone qui vient de là-bas. Fréquenterais-tu le lycée de Seikusu par le plus grand des hasards ? Auquel cas, laisse-moi te répondre ceci : tu ne te trouves pas sur Terre et il n'y a pas de lycée ici.''

Gracieusement, elle prit un plateau de nourriture et remplit la coupe vide d'eau pure à nouveau avec un geste de la main, utilisant sa magie.

''Mange et bois, c'est important, surtout lorsque l'on se trouve dans le désert. C'est des fruits juteux et normaux, ne t'inquiète pas. Ce n'est pas empoisonné. Mes hommes t'ont trouvé à l'extérieur, dans le soleil. Il est environ midi.''

Elle souriait toujours et du bout de son index, elle fit descendre légèrement la couette et dénuda l'épaule du jeune garçon androgyne.

''Tu es plutôt mignon, tu le sais ?' Que fais donc un si beau garçon dans ses environs?'
Journalisée
Bunjiro Kobayachi
Humain(e)
-

Messages: 17


Lovely Trap


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Décembre 14, 2016, 09:09:35 »

« Euh... »

Le jeune garçon était assez déboussolé par la situation. Il écoutait sagement les explications de son hôte, qui ne lui paraissait pas si méchante. Bunjiro n'en était pas encore à lui faire confiance, mais en tout cas il ne se sentait pas menacé. Pas trop.

« Hum, ces noms ne me disent absolument rien du tout... vous êtes une noble alors, c'est ça ? Moi je m'appelle Bunjiro, Bunjiro Kobayachi. »

Il rétorqua ensuite, en la dévisageant avec circonspection, se demandant si elle plaisantait ou si elle était sérieuse.

« Bah, oui, bien sûr, je viens de la Terre... Et, euh, non, je ne connais pas de Mira Crone. Je ne connais pas grand monde d'ailleurs, j'ai déménagé tout récemment... Mais... quand vous dites que nous ne sommes pas sur Terre, que voulez-vous dire ? Où sommes-nous alors ? »

Et il comprit rapidement qu'elle ne plaisantait pas. Alors que la femme fît apparaitre comme par magie de l'eau dans sa coupe, le jeune garçon ouvrit de grands yeux ronds, incrédule.

« Et... et... et comment vous avez fais ça !? »

La panique commençait légèrement à gagner Bunjiro, qui se manifestait à la fois dans son regard inquiet, et dans sa voix qui prenait des tons plus aiguës. Il venait d'être témoin d'une scène impossible ! Il n'était plus juste déboussolé, il était complétement paumé. Le jeune garçon avait beau être terriblement assoiffé, il refusa cette eau, aussi limpide soit-elle. La situation ne lui inspirait vraiment pas confiance.

L'androgyne se sentit d'autant plus vulnérable qu'Eris commençait à tirer la couette derrière laquelle il se protégeait. C'était assez bête, en soi, après tout ce n'était pas comme si elle offrait une protection efficace. N'empêche que c'était rassurant de se sentir couvert, comme lorsqu'il était enfant, et se dépêchait d'aller sous la couette après avoir éteint la lumière, pour éviter les "monstres".

« Je... hum... bah, je me suis perdu... j'étais en route pour le lycée, mais je me suis retrouvé dans le désert, je ne sais pas du tout comment ça se fait... euh... alors merci... pour le compliment, et... et pour m'avoir secouru... »

Le jeune garçon la remerciait, tout en tentant maladroitement d'échapper aux mains de la jeune femme. Il reculait, mais n'avait pas vraiment de marche de manœuvre, étant déjà redressé contre la tête du lit.
Journalisée

Spoiler  
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 329



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Décembre 15, 2016, 05:43:14 »

Le pauvre jeune garçon avait un air déboussolé au visage, mais cela le rendait plus mignon qu'il ne l'était, avec son visage enfantin et ses beaux yeux verts confus. Était-il vierge, elle se le demandait, mais elle en avait vu des gens qui cachaient des choses. Mira Crone, que le garçon ne semblait malheureusement pas connaitre, elle aurait bien aimé en savoir un peu plus sur ce que sa petite protégée devenait, était en apparence une jeune fille studieuse et sérieuse, mais pourtant, lorsqu'elle avait couché avec elle, elle avait démontré une grande perversité, donc elle se demandait si le jeune garçon sur le lit était tout comme Mira Crone, un petit pervers dans le fond. Il s'appelait Bunjiro Kobayashi. Même son nom était des plus mignon.   

Elle eut un doux sourire aux lèvres et hocha la tête en affirmant que oui, elle était belle et bien une noble, possédant du sang de haute naissance. Le sang des Langnar était chaud en elle et puissant, possédant d'énormes facultés magiques. Le désert avait toujours été bénéfique pour sa famille, car sa famille connaissait d'innombrables secrets sur les terres du Sultanat des Sables Blancs. Ce qui n'était pas rien. Le territoire était immense et long à parcourir, surtout quand on avait rien en poche ou en matériel.   

''Dommage, Mira Crone venait de la Terre, une amie qui m'est précieuse. J'ai deviné que tu venais de la Terre, car tu portais des vêtements que normalement, on en trouve que sur Terre. Des vêtements quelque peu féminins d'ailleurs, avait dit un de mes hommes.'' Répondit-elle avec un sourire. ''Nous sommes au Sultanat des Sables Blancs, un royaume qui se trouve dans le désert. Nous sommes dans un autre monde, relié a la Terre. Ce monde se nomme Terra.''

Puis, lorsqu'elle avait démontré son tour de magie, elle eut lut une certaine peur dans son regard. Ce qu'elle comprenait, vu que les humains doués de magie sur la Terre étaient plutôt rares.
 
''C'est de la magie, Bunjiro. De la magie. Quelque chose que tu as du surement voir dans les films sur Terre, manipulé par un quelconque magicien elfe, humain ou créature fantastique. Je sais faire bien des choses, faire apparaître de l'eau est facile en soi. Il suffit de penser à une oasis ou a un lac potable et le faire apparaître sous forme de boule dans ta main. Cependant, il faut faire attention : si tu utilises trop de magie, elle se nourrira de ta vitalité, car toute chose a une contrepartie en ce monde et si cette vitalité vient a manquer... La mort suivra.''

Ensuite, lorsqu'elle tenta de retirer la couverture, Eris retira ensuite sa main. Il avait visiblement peur. Elle eut une moue presque déçue, mais reprit contenance.

''Eh bien, tu as surement trouver par accident un portail qui menait vers Terra dans ton chemin pour arriver jusqu'ici. Auquel cas, sois sans crainte, tu pourras retourner chez toi. Je pourrais t'envoyer chez toi par magie, mais il est plus sécuritaire de prendre le portail. Moins instable que la magie en elle-même. Et sortir dehors dans le désert serait du suicide avec ton corps peu habitué aux climats des environs. Je t'invite donc à rester dans mon palais le temps qu'un portail s'ouvre de nouveau. Je te vêtirais et nourrirais, ne t'inquiète pas. Si tu veux, je peux te prêter une tunique... ou une robe pour femme. L'un ou l'autre t'ira très bien, tu es des plus mignon des garçons que j'ai vus dans toute ma vie.''

Elle eut un autre sourire charmeur et enjôleur, ses yeux violets clignant quelques fois avant de reprendre :
 
''Je te conseille de boire de cette eau, Bunjiro, si tu ne veux pas devenir comme une momie décrépit. Il est bon de s'hydrater dans un tel lieu. N'aie pas peur de l'eau, elle n'est pas empoisonnée. Si j'avais voulu te tuer, je me serais contenté de t'égorger dans ton sommeil.''

Elle lui tendit une nouvelle fois la coupe d'argent.

''Veux-tu que je te fasse visiter les alentours ? Tu pourrais te dégourdir les jambes et si tu veux, découvrir de toutes nouvelles choses.''
Journalisée
Bunjiro Kobayachi
Humain(e)
-

Messages: 17


Lovely Trap


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Décembre 15, 2016, 10:16:31 »

Bunjiro était-il un pervers ? Son air innocent cachait-il de croustillants secrets ? Si Eris souhaitait avoir la réponse, elle allait devoir le découvrir par elle-même.~

En temps normal, il aurait été intimidé par le statut nobiliaire de la jeune femme, lui qui n'était qu'un garçon ordinaire. Mais cela passait au second plan ; se perdre dans un univers parallèle et assister à un phénomène surnaturel avait de quoi le perturber, et captiver son attention. A tel point qu'il n'avait même pas remarqué qu'elle était au courant ! Il portait l'uniforme scolaire pour fille, une jupe noire mi-longue et un chemisier blanc à manche courte, qui complétement parfaitement son apparence androgyne, pourtant elle avait réussi à deviner qu'il était un garçon. Bunjiro se mît à rosir, gêné d'avoir été découvert, et répondit timidement, songeant qu'il était trop tard pour la contredire.

« Euh... je... mignon ? Hum... merci... euh... je préférerais la robe... s'il vous plait, madame Eris... - avant d'ajouter, inquiet pour son secret - Mais vous... vous ne le répéterez à personne, hein ? »

Il acquiesçait silencieusement à ses explications, qu'il trouvait plutôt sensé. Il était assoiffé, et boire de l'eau était une nécessité vitale dans le désert, même si la température restait plutôt confortable ici. Il consentit donc à prendre la coupe, et à boire lentement, tout en repensant à ce qu'elle disait. Un portail magique l'avait mené jusqu'ici, et il pouvait en reprendre un autre qui le ramènerait jusque chez lui. Il lui suffisait juste d'attendre que ce portail s'ouvre.

Néanmoins, Bunjiro était mitigé sur le fait d'attendre ici, il ne se sentait pas vraiment en confiance... mais peut-être était-ce juste la situation inédite, et assez inexplicable, dans laquelle il se trouvait, qui le faisait douter ? La menace voilée d'Eris, de pouvoir l'égorger dans son sommeil si l'envie lui prenait, n'était pas vraiment rassurante non plus. Mais, malgré cela, la jeune femme avait l'air plutôt bienveillante, et gentille avec lui. Quittes à attendre, autant en profiter pour visiter les lieux, plutôt que de rester à ne rien faire sur le lit.

« Je... je veux bien visiter oui... s'il vous plait, madame Eris.. ».

Il enleva alors la couverture, et s'apprêtait à descendre du lit, mais il remarqua que sa jupe était entièrement relevée à force de bouger, dévoilant ainsi la culotte rose qu'il portait, et la bosse naturelle que son pénis y formait. Il se dépêcha de rajuster sa jupe, les joues rosies par la gêne, et sauta du lit l'air de rien, prêt à suivre les consignes de son hôte.
Journalisée

Spoiler  
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 329



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Décembre 16, 2016, 05:48:30 »

Le rouge qui s'était formé sur les joues de Bunjiro avait d'autant plus charmer Eris qui s'était mis à avoir un sourire en coin, sa langue avait presque sortis pour lécher ses babines pulpeuses, comme si elle était affamée en voyant une telle perle devant ses yeux. Elle aimait les gens gênés, aux lits, ils étaient des plus délicieux. Mira en avait été la preuve et elle n'avait aucunement regretté la partie de jambes en l'air qu'elle avait eu le jour ou elle avait décidé de la suivre jusqu'à chez elle après s'être occupée de cette femme d'affaires. À cette simple pensée, elle ressentait encore des sensations plus qu'agréables. Son cul avait été si magnifique et des plus appréciables. Peut-être qu'elle allait donner à ce jeune garçon la chance de goûter a son cul s'il devenait moins gênés et moins craintif en sa présence. 

Elle claqua des doigts quelques fois et des servantes vinrent. Eris leur ordonna de chercher une robe et elles partirent ensuite. Il tourna son regard ensuite vers Bunjiro et sourit en le voyant boire l'eau qu'elle lui avait proposée. Au moins, il savait ce qui était important pour lui.   

Elle allait se relever avec lui lorsqu'elle vit quelque chose de remarquable : il portait une jupe... Avec une petite culotte déformée par la bosse de son membre masculin. Ses yeux s'écarquillèrent, mais sourit de manière sensuelle en le voyant rajusté sa jupe. Doucement, elle prit son menton avec deux doigts et lui fit lever le regard vers elle, son visage se rapprochant du sien... Et murmura :



''C'était des plus osé, Bunjiro. Faire ça devant une noble dame ? Douée de magie qui plus est, de haute naissance ? Ts ts ts, sacré pervers... Ou perverse ? En tout cas, je vais devoir te punir plus tard.''

Sur ces mots, elle mordilla la lèvre inférieure de son invité et sourit avant de s'éloigner de quelques pas. Les servantes revinrent avec un petit paquet et le donnèrent à leurs dames avant de s'en aller, non sans courbettes. Elle l'ouvrit et montra le contenu au jeune garçon. Une robe bleue en soie, ornementée de quelques bijoux de grandes valeurs magiques et incrustés d'or au niveau de la poitrine et du cou ainsi que la taille. Le dos était a l'air libre, permettant a l'utilisateur de respirer librement et d'évacuer les surplus de chaleur.



''Met ça. Je vais me retourner, ne t'inquiète pas... Même si c'est un peu dommage que je ne puisse point admirer ton corps.'' Elle sourit une nouvelle fois et sortit de la chambre, le temps que Bunjiro se change avant d'y entrer à nouveau.

''Elle te va à ravir ! Tu as le corps parfait pour cette robe. Viens, suis-moi''

D'un geste de la main, elle l'invita à le suivre et errait dans les différents corridors. Elle lui présenta la salle du trône, immense, en marbre blanc immaculée. Les murs étaient ornés de trophées de guerres et de chasses divers ainsi que des armures anciennes. Certains murs étaient recouverts de tapisseries magnifiques et anciennes, montrant des scènes des plus magnifiques. Le trône d'Eris avait la forme d'une énorme gueule de dragon ouverte en or, protégé par ses hommes en armures dorées et aux lances acérées.
 
''Voici la salle de mon trône, ou je fais des audiences et règle le problème de mes gens. Heureusement, aujourd'hui, ils sont partis festoyer dehors pour un carnaval.'' Dit-elle avant de le conduire ailleurs dans un autre couloir.

''Je peux te mener dans trois autres endroits : les bains dans mon palais, le jardin immense en extérieur ou bien si tu es du type curieux, a ma bibliothèque personnelle. Que veux-tu ? Je peux aussi t'emmener dehors pour participer au carnaval en ma compagnie si tu le veux. Je suis ouverte a toute idée.''

Elle accompagna cette dernière phrase avec un battement de cil, envoyant un -subtil- message au jeune garçon, ainsi qu'un beau sourire de sa part. Il fallait le dire, Eris pouvait être des plus subtiles comme des plus directes mais on pouvait deviner une partie de sa personnalité en regardant ses vetements: une robe de danseuse du ventre agrémenté de bijoux magique ancestraux puissants, dont la soie était si fine que l'on pouvait presque voir a travers. Ses tétons étaient presque visibles et les courbes de son corps, admirable. Une déesse du désert, en somme.
Journalisée
Bunjiro Kobayachi
Humain(e)
-

Messages: 17


Lovely Trap


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Janvier 11, 2017, 02:22:49 »

Bunjiro venait de rajuster sa jupe, et s'était levé pour suivre son hôte. Il sentit alors les doigts de cette dernière sur son menton, guider son visage vers le sien. Ils se regardèrent dans les yeux, un moment, ce qui était déjà déroutant en soi. Mais lorsqu'elle l'accusa d'être un pervers l'ayant fait exprès, le jeune garçon en fût tout troublé. Il ne répondit pas tout de suite, se contentant de la regarder d'un air déçu. Ce n'est que lorsqu'elle s'éloigna qu'il parvint à se ressaisir, et commença à bredouiller, innocent.

« Mais... mais... mais non... je n'avais pas fais exprès... »

Non seulement il était accusé à tort, mais en plus elle avait parlé de punition ! Bunjiro commençait à s’inquiéter, dans l'expectative, n'ayant aucune idée de ce qu'elle lui réservait. La mine de Bunjiro était soucieuse, et il resta silencieux pendant tout le reste du temps, jusqu'à ce que des servantes lui apportent une belle robe bleue, et qu'il se retrouve seul dans la chambre.

Le jeune garçon était tout de même content qu'Eris ai pris la peine de sortir, et lui laisser un peu d'intimité pour se changer tranquillement. Il ne savait pas trop comment il aurait réagi, s'il avait du se déshabiller devant elle... ou pire, si la tenue avait été comme celle que portait la sultane, et qu'il aurait du se balader devant tout le monde dans des vêtements presque transparent. Là le dos était nu, certes, et le décolleté plutôt voyant, mais au moins la robe était couvrante. Et d'ailleurs très joli. En sortant, habillé, il remercia la jeune femme, et lui emboita le pas. Il avait finit par oublier l'incident de la culotte.

Bunjiro était fasciné par la visite du palais, intimidé par la richesse des décorations, et impressionné par le sentiment de puissance royale qui s'en dégageait. Eris lui demanda alors ce qu'il voulait faire. Et la réponse ne fut pas si évidente. Au fond, il voulait simplement rentrer chez lui, même si ce n'était pas possible pour le moment. Et cette petite balade avait réussi à attiser sa curiosité.

« Euh... et bien, je veux bien aller voir la fête du Carnaval, s'il vous plait madame Eris ? Ca a l'air sympa ! Et après un bain pour se rafraichir ce serait bien aussi, enfin ça dépend s'il fait chaud ou pas... »

N'étant pas habitué, Bunjiro ne pouvait que supposer qu'il devait faire assez chaud dehors, même si la température était suffisamment clémente pour permettre des festivités en plein air. En tout cas, chaud ou pas, le regard de Bunjiro était assez fuyant. La Sultane du Désert se tenait devant lui, dans toute sa splendeur à travers sa tenue sexy, et il évitait de trop la regarder, pour ne pas lui donner l'impression qu'il la reluquait. Déjà qu'elle pensait qu'il était un pervers...
Journalisée

Spoiler  
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 329



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Janvier 14, 2017, 02:48:48 »

Eris était tout simplement amusée par les réactions du jeune homme travesti venu de la Terre. Sa déception, ses réactions, son corps... Tout ce qui venait de lui était tout simplement mignon. Sa tenue n'en faisait que l'accentuer tandis que la robe que la jeune femme lui avait donnée un coté bien plus sensuelle et plus sexy qu'autre chose. Elle l'aimait bien dans le fond. Elle était normalement l'objet de désir et d'envie, mais en ce moment, ce bout d'homme ne semblait pas vraiment enclin à lui parler ou à la désirer. Mais elle, elle le désirait. Elle le voulait pour elle seule, elle ne voulait le partager avec personne d'autre, en faire de lui son propre objet. Mais elle avait été inculquée avec le respect de la vie pour autrui et de toute façon, elle-même promulguait la liberté des esclaves et les droits humains. Elle avait cependant un harem d'hommes et de femmes qui avaient volontairement rejoint cet endroit... Peut-être qu'il serait intéressé ?

Mais il semblait bien plus s'intéresser a autre chose que la jeune femme a la beauté quasi-divine. En même temps, elle l'avait deviné. Qui serait intéressé a ne rien faire de la journée tandis qu'un portail devait s'ouvrir dans quelques heures tout au plus ? Elle même ne saurait rester en place et voudrait bien découvrir les alentours... En bonne compagnie et sous protection qui plus est. Bien qu'elle appréciât aussi le fait que son regard était partout sauf sur elle. Eris sourit puis mit une main sur son épaule.

''Tu sais, tu peux me regarder si tu veux. Mes vêtements sont légers et provocateurs. C'est bien pour cela que je les mets. Je suis... Très libre d'esprit.'' Murmura-t-elle d'une voix tentatrice avant de le guider a l'extérieur. ''Mais fort bien. Un bain te fera en effet du plus grand bien vu la chaleur qu'il règne dehors. Heureusement que la robe que je t'ai prêté est légère et bien fraîche. ''

Après une marche d'une dizaine de minutes en dehors du palais dans les rues de la cité, ils arrivèrent dans une énorme rue. Elle était remplie d'acrobates, de magiciens doués faisant des tours de magie et de plein d'étales vendant leurs produits, notamment de la nourriture ou des bijoux. En sa compagnie, Eris marchait, jetant de temps à autres des regards sur les étals et vit un magnifique bijou.
Un magnifique collier en forme de serpent d'ou on pouvait accrocher si on le voulait une pierre précieuse dans l'œil du dit serpent.Eris le paya et y installa une émeraude, pour qu'il aille bien avec les yeux du garçon. Lorsqu'elle eut enfin le collier, elle se retourna vers Bunjiro et le lui tendit avec un petit sourire.

''Tiens. C'est pour toi, un petit souvenir de ma part avant que tu ne partes ailleurs. Et ne t'inquiète pas du prix... Pour moi, c'est comme acheter un bonbon dans un magasin vu ma fortune et celle de ma propre famille.''

Après qu'il l'eut pris, la jeune femme tourna son regard aux alentours. Les gens dansaient aux musiques diverses et les magiciens et magiciennes impressionnaient les petites gens avec leurs tours de magie. Bien sûr, tous n'étaient pas magiciens. Eris était une magicienne de renom elle-même et ses sens permettaient de détecter qui avait des talents et qui n'en avait pas. Beaucoup de magiciens qui étaient venus ici pour profiter du festival étaient des charlatans, mais des charlatans doués. Autrement, ils n'auraient pas passé les murs qui protégeaient la cité.

''Dis, dans ton monde... As-tu déjà vu quelque chose de pareille ? Comment ton monde les magiciens ? Avec des chaudrons et des vieux sages ?'' 
Journalisée
Bunjiro Kobayachi
Humain(e)
-

Messages: 17


Lovely Trap


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Décembre 29, 2017, 10:14:27 »

Eris et lui avaient beau discuter sereinement, sans arrière pensées -ou du moins le pensait-il-, il ne se sentait pas tout à fait serein. Son regard papillonnait sur les diverses fresques et décorations ornant les murs, pour éviter de s'attarder sur les courbes envoutantes de la belle femme. Non pas que le jeune brun était insensible à ses charmes, non, au contraire, il la trouvait superbe. Cependant, elle avait eu l'extrême gentillesse de l'accueillir et de prendre soin de lui, depuis qu'il avait débarqué dans ce monde, et porter son attention sur le physique évocateur d'Eris plutôt que sur la visite aurait été assez impoli. D'autant plus qu'elle avait déjà eu l'occasion de l'appeler "pervers", une étiquette assez gênante à assumer.

Alors que la jeune femme posa sa main sur l'épaule de Bunjiro, ce dernier leva les yeux vers elle. La sultane lui révéla alors que son regard n'avait pas besoin d'être aussi fuyant, et que la légèreté de sa tenue était justement faite pour cela. Ce à quoi le jeune garçon, pris au dépourvu, ne su quoi répondre.

« Ah... euh... bah... hum... »

Bunjiro avait bien sûr remarqué que sa tenue ne couvrait pas grand chose de ses généreux atouts, mais il supposait, en toute innocence, que c'était pour pouvoir mieux supporter la chaleur. Le fait qu'elle lui avoua sans détour que la tentation était volontaire, et qu'il pouvait y succomber, le déboussola complètement. Il n'ajouta rien de plus à ses bégaiement, les joues rosies par la gêne, plus chaude encore que le sable du désert, et il reprit la marche à ses cotés. La confusion l'empêchait d'avoir les idées clairs, alors il n'y pensa plus, et il reporta son attention sur les portes du palais qu'ils quittaient, les personnes qu'ils croisaient, les rues qu'ils traversaient... et, parfois, sur la poitrine de son hôte, à peine caché derrière un fin tissu aussi petit que la décence le permettait. Ces regards étaient cependant assez rare, par bonne conscience, mais il avait reçu le feu vert de l'intéressée, alors pourquoi se priver ?

Ils arrivèrent dans un large boulevard, fréquenté et très festif, et s'arrêtèrent devant un petit étal. Eris lui acheta alors un collier, qu'il accepta volontiers.

« Oooh, merci madame Eris ! Ça fera un joli souvenir. Je, hum... je n'ai rien à offrir en retour. Mais j'imagine qu'il n'y a rien que je puisse offrir à quelqu'un d'aussi fortunée de toute façon, haha. Merci beaucoup ! »

Bunjiro n'avait pas l'habitude de porter des bijoux, mais il aimait bien celui-ci, qu'il entreprit d'accrocher à son cou. Ils poursuivirent leurs chemins, et regardèrent les divers spectacles de rues qui s'offraient à eux. Le jeune garçon était toujours en train d'essayer de fermer l'attache du collier, ce qui était beaucoup plus difficile qu'il n'y paraissait ! Quelques gouttes de sueur perlaient sur son front, ainsi que sur le creux de son cou, la faute à une température légèrement supérieur à ce dont il était habitué. Eris l'interrogea sur les magiciens sur Terre, ce à quoi il répondit, les mains encore affairées sur sa nuque.

« Et bien, non pas vraiment. Enfin, je veux dire, oui, il y a des magiciens dans mon... euh, dans mon monde. »

Il eût un moment d'hésitation. Cela lui faisait bizarre de parler de la Terre en devant préciser qu'il s'agissait d'un autre monde, lui qui n'avait connu que celui-ci. Il avait encore du mal à appréhender cette bouleversante découverte.

« Mais il n'est pas question de chaudrons, ni de vieux sages. C'est plutôt des tours de cartes, ou des boites à faire disparaitre les gens, ou des chapeaux faisant apparaitre des lapins... c'est très différents d'ici, je dois bien l'avouer. »
Journalisée

Spoiler  
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 329



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Janvier 08, 2018, 07:12:32 »

C'était une belle perle d'innocence qu'elle voyait devant elle. L'une de ses préférées maintenant. Quand bien même Eris avait une grande préférence pour les hommes aux muscles d'acier qui pouvait user d'elle comme ils le voulaient, ou bien aux créatures capables d'user de la Reine des Sables comme d'une simple femelle dont le seul but était de procréer encore et encore, elle prenait le temps d'aimer ce qu'elle voyait devant elle : un diamant pure –tout du moins, semblait-il qu'il fût pur qui pouvait rendre plus d'une femme et plus d'un homme gaga.

-Toi ? M'offrir quelque chose en retour ? Je suis peut-être riche, mon jeune homme, mais la seule chose que tu puisses m'offrir en retour est ton plus beau sourire, accompagné de tes beaux yeux, vu leurs beautés.

Elle lui fit un sourire alors qu'elle continuait de marcher en sa compagnie, et celui-ci lui expliqua, comme tant d'autres humains avant lui, que les seuls magiciens étaient en fait des prestidigitateurs doués de leurs mains avec une grande dextérité, ou d'excellents illusionniste. La femme eut une simple lueur amusée dans son regard.

-Je vois. Je ne peux te dire qu'une chose, mon grand : c'est de mieux regarder autour de toi quand tu voudras rentrer dans ton monde. Si tu as pu entrer dans cet univers et voir ainsi toutes ces choses, et que je suis personnellement magicienne, pourquoi n'y aurait-il pas des semblables comme moi dans ton monde ? Il y a en Terra – le monde dans lequel nous nous trouvons – des créatures fantastiques. Des dieux, des vampires, des loups-garous, des démons, et toutes sortes de chose. Certaines ont pu voyager entre les mondes, ici comme ailleurs.

En voyant les gouttes de sueur grossir sur le corps du jeune homme, elle lui fit signe de la suivre. Elle se dirigea dans une autre partie du quartier marchand, pour le diriger vers une étale de jus de fruit de par le monde bien frais. Elle lui demanda de faire un choix, et quand ceci fut fait, elle lui paya son verre et le sien, et entama la marche, mais cette fois-ci, vers le quartier de la culture, ou ils pourraient bientôt voir les plus beaux bâtiments avec une architecture sans pareille.

-Alors, Bunjiro ? Comment apprécies-tu le jus ? Plus frais que les fruits de la Terre, non ?
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox