banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Quand les astres saignent [PV]  (Lu 1147 fois)
Losgar
Distributeur de popcorn
Créature
-

Messages: 373


Orgueil et fierté


Voir le profil
Fiche
Description
Ancien prince d'un peuple désormais éteint, Losgar est le dernier survivant d'une planète réduite à l'état de rocher stérile. Le ténébreux mène désormais une vie de mercenariat, d'aventurier, de vagabond ... qu'importe, du moment qu'il gagne son lot de dangers, de plaisirs et de passion.
« le: Novembre 16, 2016, 04:14:40 »

Losgar se pencha un peu plus en avant pour contempler d’un regard sombre le grand cratère qui s’ouvrait à ses pieds. Large de plusieurs mètres, il fumait encore suite à la récente collision d’une météorite qui avait percuté le cœur d’un champ de maïs dans un terrifiant grondement. Mais là où on s’attendrait à voir un rocher venu de l’espace au centre de l’impact, c’était une sphère métallique qui trônait au cœur du cratère Et cette sphère était ouverte …

Le Noxien savait bien de quoi il s’agissait : C’était une capsule de transport utilisée pour projeter des individus sur de très longues distances dans le froid intersidérale de l’univers avant de s’écraser sur une planète-cible sans aucun dégât. Si la perspective qu’un alien ait débarqué sur terre pouvait inquiéter certaines personnes, Losgar lui était beaucoup plus préoccupé par des détails alarmants qui auraient échappé à une personne lambda.

Tout d’abord, c’était la taille de la sphère. D’après son jugement, elle devait abriter un individu ou une créature de taille imposante, facilement plus grande que lui. Un autre détail beaucoup plus inquiétant était des traces de profondes zébrures dans le sol meuble de la ferme de maïs. S’accroupissant pour inspecter de plus près les traces, il en vint bien vite à la conclusion que c’était les griffures d’une bête redoutable. La chose qui était sortie de cette capsule était bien armée, et donc l’hypothèse que ce soit un dangereux extraterrestre devenait de plus en plus probable.

Et c’est là que notre sombre héros à la peau cendrée tomba sur l’ultime preuve que l’alien en question était celui qu’il cherchait : Le corps d’un homme était étendu par terre, à moitié enterré dans le sable rougit par le sang de la victime. Il s’agissait fort probablement du propriétaire des lieux qui rencontra son triste destin en cette nuit étoilée. Comble de l’horreur, on pouvait voir que le corps de l’infortuné personnage était atrocement mutilé, les vêtements déchirés et les os mis à nus. Il avait été à moitié dévoré après avoir été lacéré de toutes parts, puis l’agresseur l’avait grossièrement enterré comme pour le garder pour un futur encas à la manière de quelques prédateurs de la savane.

Cela ne faisait plus aucun doute, tous les éléments collaient à la description qu’on lui avait donné concernant la bête qu’il se devait de neutraliser avant qu’elle n’atteigne sa cible. Se frottant le menton, il se remémora rapidement de sa mission : tuer la bête avant qu’elle ne tombe sur une certaine humaine possédant un symbiote très particulier que la créature souhaite s’en emparer pour de sombres desseins. Il ignorait encore certains détails, mais il comptait bien quérir plus d’informations une fois qu’il récupérera la fameuse humaine. Tout ce qu’il savait, c’était que l’issue de sa mission déterminerait le destin de nombreux systèmes, voir de la galaxie !

Il abandonna rapidement les lieux pour se diriger au pas de course vers la ville la plus proche, suivant les traces laissées par le monstre grâce à un détecteur qu’on lui avait emprunté. Il voyait aisément avec les griffures sur le sol et certains poils d’un gris sombre. Espérant ne pas arriver trop tard, il redoubla de vitesse, véritable bolide de chaire et d’os aussi vif que l’éclair et aussi agile que le vent.

Il lui fallut bien une heure avant qu’il ne tombe sur une ruelle sombre et délabrée, à peine éclairée par un unique réverbère défaillant qui libérait dans des grésillements glauques quelques raids de lumière blafarde. La ruelle menait à un cul-de-sac, et c’est là qu’il tomba sur ses deux cibles.

La première chose qu’il vit, c’était la bête qu’il pourchassait. Un monstre épouvantable, couvert d’une fourrure épaisse et possédant un œil unique. Ses bras puissants étaient armés de griffes aptes à éventrer un homme nu d’un revers et sa gueule repoussante était munie d’une rangée de crocs aiguisés comme des rasoirs. De l’autre côté, il aperçu alors une femme à la chevelure d’un rouge sanguin, très belle et dans la fleur de l’âge. Si le monstre s’était attaqué à elle en particulier s’était sans-doute parce qu’elle était l’hôte du symbiote. Il arrivait donc à point !


Sans crier gare, il fusa comme un boulet de canon sur le prédateur poilu, l’enserrant par derrière au niveau du bassin avec ses bras musclés avant de le déséquilibrer dans un grand grognement d’effort, puis l’écrasa sur le sol qui se fissura sous l’impact. La bête poussa un hurlement de colère mêlé de douleur et tenta de se dégager à grands coups de griffes en l’air. Le combat avait commencé.
Journalisée
Melody Bianco
Humain(e)
-

Messages: 12



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Novembre 17, 2016, 02:38:14 »

Melody n'avait pas tout compris a ce qui lui était arrivée, elle était en train de faire du shopping, flânant dans les rues de la ville, sans trop savoir ou elle allait, quand, au détour d'une rue, elle c'était faite attaquée par un espèce de monstre, immense, poilu, griffu et cyclope... Autant dire que l'effet avait été immédiat : les gens avaient fuit sans demander leur reste, la laissant avec la bête, elle même, ne sachant pas quelles étaient les capacités de la bête, avait pris ses chaussure a talon dans la main, et avait couru, avec toute la grâce et l’habileté que lui conférait désormais le symbiote en elle, elle était digne des meilleurs experts en parkour...

Elle virevoltait, s’enfonçant toujours plus dans la partie abandonnée du quartier, celle ou les caméras de surveillance étaient absente, et ou il y aurait le minimum de témoin, elle ne voulait pas finir au journal télévisé, et ainsi, attirer sur elle les regards de l'armée, du gouvernement, et de son département de recherche...

Elle parvint à garder son avance sur la bête un moment, mais la créature étaient rapide, en plus d'être immense, et la tenue de Melody  n'était pas très pratique, le symbiote aurait pu la changer, mais il était tellement occupé a booster les capacités physique de son hôtes, qu'il ne pouvait pas se concentrer pour se muter en une tenue plus adéquate...

Elle atterrit finalement dans un cul de sac, entourée de murs trop haut pour les sauter, et le temps de les escalader l'aurait mise a la merci de la bête pendant la seconde de trop qui aurait fait qu'il aurait pu la frapper dans le dos, elle devait faire face et se battre, elle jeta ses talons dans un coin, et se mit en position de combat, car elle avait étudiées les arts martiaux depuis sa récente mutation, et avec son QI de 210, si elle n'avait pas beaucoup pratiquée, elle avait par contre compris et assimilé tous les principes, et position a adoptés, pour le coté physique, elle faisait confiance au symbiote...

Elle fixait la créature des yeux, la tension étant a son comble, lorsqu'elle vit le géant poilu se faire attraper par deux bras, dont elle ne pouvait voir le propriétaire, et se faire jeter sur le coter, dans un craquement de bitume qui éclate, le choc était énorme, les masses en jeu, et les forces en actions étaient surhumaine, c'était évident...

Elle ne réfléchit pas plus, la bête était occupée, elle fit ce qu'elle pensa être le plus malin de faire, priant pour que la créature poilue, qui avait l'air humanoïde, et donc devait avoir des points communs avec notre morphologie, soit un mâle, et elle fit le bon le plus haut qu'elle pu, sautant a 3 ou 4 mètres de haut, pour redescendre, le genou en avant, pour venir écraser les testicules du monstre qui la poursuivait et qui avait trop a faire pour se soucier d'elle en cette instant, elle y mit toute sa force, et visa du mieux qu'elle pu malgré les poil, la aussi, le choc fut intense...
Journalisée
Losgar
Distributeur de popcorn
Créature
-

Messages: 373


Orgueil et fierté


Voir le profil
Fiche
Description
Ancien prince d'un peuple désormais éteint, Losgar est le dernier survivant d'une planète réduite à l'état de rocher stérile. Le ténébreux mène désormais une vie de mercenariat, d'aventurier, de vagabond ... qu'importe, du moment qu'il gagne son lot de dangers, de plaisirs et de passion.
« Répondre #2 le: Novembre 18, 2016, 10:44:05 »

Et le coup fut plus qu’efficace ! Le hurlement de douleur de la créature fut telle que Losgar en fut assourdit et recula en serrant des dents. La bête avait été atteinte à un point fort sensible et avec une violence telle que notre héros n’osait imaginer la douleur que devait ressentir son opposant à ce moment précis. Le monstre continuait à hurler sa souffrance en battant l’air de ses pattes griffues, se traînant sur le sol sans pouvoir se relever complètement, griffant les murs avec une frénésie meurtrière. Son œil unique, injecté de sang, semblait être sur le point de sortir de son orbite tant il était exorbité par la douleur. La bête était vulnérable, c’était le moment ou jamais de l’achever.

Tournant rapidement son regard d’ambre doré vers la femme qu’il essayait de secourir, il hocha brièvement la tête à son égard.

« Très joli coup. »

Et il reporta ensuite toute sa concentration sur la créature monstrueuse qui s’accrochait à un mur de briques pour se relever. Oh non, il n’allait guère laisser cette abomination velue s’en tirer ! Il bondit à son tour avec une exclamation guerrière, se jetant sur le dos de la bête et la roua de coups si puissants que la force cinétique se faisait sentir à travers le sol. Dans cette position, il maîtrisait complètement son adversaire et pouvait le frapper à sa guise sans craindre que l’ennemi ne lui rende ses coups.

Vint le moment de porter le coup de grâce ; les mains du Noxien se refermèrent sur la gueule de sa proie, maintenant fermement les mâchoires puissantes qu’elles ne claquent férocement sur ses doigts. Puis il commença à tirer de chaque côté, ouvrant toujours un peu plus la bouche du monstre qui s’agitait de plus belle en tentant de se libérer. En vain. Plus il résistait et plus sa bouche s’ouvrait contre la résistance de ses muscles faciaux, s’approchant à chaque seconde du point de rupture.

Crac !

Le silence régna alors, un silence lourd et oppressant, très encombrant à la suite de pareil boucan. Le guerrier de l’espace lâcha la gueule du monstre qui était soudain raide et immobile. Ses mâchoires pendaient chacun d’un côté de manière irrégulière, un filet de sang s’échappant des coins de ses babines retroussées. L’œil était vide, contemplant le ciel nocturne sans le voir. Le monstre était mort, Losgar était victorieux.

Il sauta au moment où le monstre terrassé s’écroula lourdement par terre, et essuya ses mains ensanglantées sur le pelage de l’animal. Puis il se retourna et fixa la jeune rousse d’un regard neutre, lui parlant ensuite de sa voix mielleuse et étrangement envoûtante :

« Tu vas bien ? Le monstre ne t’a pas blessé j’espère ? »

La rejoignant, il l’inspecta du regard, ce qui lui permit par la même occasion de constater à quel point elle était belle et désirable, un corps aux courbes douces et aux formes appelant aux caresses les plus torrides, des lèvres pleines et un regard de braise. Diable, elle était splendide.

Il comptait d’abord s’assurer qu’elle aille bien, et ensuite il pourra tout lui expliquer. Absolument tout.
Journalisée
Melody Bianco
Humain(e)
-

Messages: 12



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Novembre 19, 2016, 02:34:30 »

Le coup avait porté, elle n'y était pas allée de main morte, elle avait sentit les parties sensible du monstre être littéralement broyées sous l'impact, et son bassin craquer légèrement... Elle fit un roulé boulé en arrière, dans sa tenue, cela revenait a montrer le peu de sous vêtement qu'elle avait, et s’apprêtait a repartir au combat, lorsque Losgar attrapa la bête, la roua de coup, alors qu'elle essayait de se redresser en prenant appuis sur le mur, avant de lui... Exploser la mâchoire littéralement... Elle comprit que le nouveau venu était encore plus dangereux que la bête, et malgré ses capacités boostés grâce au symbiote, elle ne savait pas si elle pourrait lui tenir tête, s'il s'en prenait a elle lui aussi...

Il vient vers elle ensuite, elle se tient prête au cas ou... Mais il lui demande :

« Tu vas bien ? Le monstre ne t’a pas blessé j’espère ? »

Alors, elle se détend, et sourit, en réajustant sa robe, ses cheveux, et en allant chercher ses chaussures a talons qu'elle avait jetés dans un coin de la ruelle au début du combat en lui répondant.

"Je vais bien merci... Je l'ai échappée belle... "

Puis elle le regarde, le symbiote, malgré elle, libère des phéromones propres à multiplier les pulsions du noxien envers elle par 10, il a analyser l'homme, et vu sa puissance, estime qu'il ferait un reproducteur idéal pour sa descendance... Stupide symbiote... Elle ne peut pas avoir d'enfant... Mais le parasite n'y comprend rien, il n'a que des fonctions vitale basique: survivre, se reproduire.

Elle lui demande ensuite, ne se doutant pas de l'effet que produit le symbiote, bien qu'elle ai remarquée que les hommes devenaient libidineux en sa présence, elle n'a aucun moyen de savoir pourquoi, elle met cela sur le compte de son apparence, et de ses tenues.

"Vous n'êtes pas plus normal que moi hein ? Vous lui avez arracher la tête, alors que même pour moi cela aurait été difficile... Vous étiez là par hasard ou vous me cherchiez vous aussi ? Je ne crois pas vraiment dans les coïncidences... Comprenez bien, je vous suis reconnaissante de votre aide, mais je me dis qu'elle n'était peut être pas entièrement désintéressée..."

Elle regarde le monstre au sol, se demandant comment et ou ils vont cacher ce corps, sans se faire remarquer, il est vraiment énorme, et le mieux est que les autorités ignore ce qu'il vient de se passer, ou qu'ils filent discrètement... Mais elle attend que Losgar lui réponde, elle veut savoir ou elle met les pieds avant toutes choses...

Journalisée
Losgar
Distributeur de popcorn
Créature
-

Messages: 373


Orgueil et fierté


Voir le profil
Fiche
Description
Ancien prince d'un peuple désormais éteint, Losgar est le dernier survivant d'une planète réduite à l'état de rocher stérile. Le ténébreux mène désormais une vie de mercenariat, d'aventurier, de vagabond ... qu'importe, du moment qu'il gagne son lot de dangers, de plaisirs et de passion.
« Répondre #4 le: Novembre 19, 2016, 05:05:42 »

En l’écoutant, il essuyait distraitement la paume de sa main des tâches séchées de sang qui subsistaient, persistantes et tenaces. Puis il fixa le cadavre du monstre vaincu. Il n’ignorait pas que les civils humains pensaient toujours que les monstres et les extraterrestres n’étaient qu’un mythe, mais il savait aussi que beaucoup de personnes au contraire connaissaient leur existence, en particulier les organisations secrètes et les ligues de super-héros. Il jugeait donc inutile de cacher le cadavre quelque encombrant, surtout après tous les dégâts que l’alien a provoqué sur son passage. Il fallait dire que le Tyran avait choisit un sbire bien peu discret …

Mais ses pensées se faisaient légèrement troubles à mesure qu’il sentait une étrange sensation l’envahir. Il l’ignorait, mais il commençait à être petit à petit influencé par les phéromones libérées par le symbiote de Melody. Si elle était résistant face à pareils armes subtiles, il restait sensible malgré tout, bien que moins vulnérable qu’un humain lambda. Après tout, il avait eu une même expérience avec Poison Ivy et ses puissantes phéromones, aussi commençait-il à s’y habituer un peu … mais pas assez, à en juger par l’accroissement sous-jacent de son désir qu’il contrôlait de moins en moins.

C’était vicieux car il ne pouvait rien y faire, il était un mâle, actif qui plus est et les phéromones influençaient petit à petit sa psyché et chauffait ses sens.  Le résultat se faisait sentir, car il fixait avec plus d’intérêt Melody et son jolis minois, et se voyait parfois entrain de langoureusement la caresser et l’embrasser. Diable, les charmes d’une femme étaient bien les armes les plus fourbes !

Reprenant ses esprits, il humecta ses lèvres avant de répondre à la question de celle qu’il venait de sauver :

« Et bien, je peux tout t’expliquer, mais cela risque de prendre un peu de temps, hors plus on reste ici et plus on attirera vos gouvernements. Je suggère qu’on discute dans un coin plus discret. »

Il s’approcha d’elle, réduisant la distance qui les séparait à quelques centimètres à peine, la surmontant de sa stature puissante.

« Accroches-toi à moi, nous allons y aller au vol. »

Et sans attendre la réponse de Melody, il la saisit par la taille de ses bras aux muscles d’acier. Une seconde seulement, et le Noxien décolla comme une fusée, emportant avec lui la jeune femme dans le ciel étoilé. Très vite, ils s’éloignèrent de la rue chaotique et de la carcasse de la créature qui n’était plus visible à cette distance. Le duo avait quitté les lieux à temps, car on pouvait entendre d’ici les sirènes des voitures de police quadriller le secteur. Il était temps.

Losgar laissait son regard doré pénétrer les ténèbres obscurs de la nuit et chercher un recoin où aucune personne ne risquait de els surprendre. Sa recherche finit par porter ses fruits lorsqu’il aperçu une usine de charbon désaffectée à l’écart des lumières de la petite ville. Il plana donc au-dessus de l’édifice avant de descendre doucement à travers une large faille que le temps avait creusé sur le toit de la construction abandonnée. Jetant des regards attentifs, il sonda les lieux à la recherche de potentiels personnes ou ennemis cachés. Il ne trouva rien qui puisse éveiller ses soupçons, ce qui était satisfaisant, et reposa donc Melody sur le sol avant de prendre contact avec la terre ferme.

« Bien, je pense que nous sommes tranquilles ici. Désolé pour le vol forcé, mais on n’avait pas le choix. C’était ça ou avoir la police à nos trousses. »

Il se massa l’épaule gauche, remarquant que son corps était chaud malgré le froid glacial de la nuit. Le contact rapproché avec sa protégée l’avait grisé durant le voyage, et s’il avait été concentré à trouver un endroit où se cacher, son corps lui n’était pas resté insensible aux phéromones, loin de là ! Son envie pour Melody se faisait sentir  et il commençait à sentir son sang s’accumuler doucement entre ses jambes.

Irrité par cet état, il se retourna légèrement pour cacher cette vue à Melody, et décida de lui expliquer les raisons qui l’avaient poussé à lui venir en aide :

« Tu dois t’en douter, mais je ne suis pas humain. Je suis un être venu de l’espace, un Noxien pour être plus exact. Si je suis venu ici, c’est justement pour te sauver, car ce n’est pas par hasard que le monstre t’avait choisie comme proie. C’était en fait un agent envoyé par une terrible entité spatiale qui désire farouchement s’emparer d’un symbiote très particulier. Hors j’avais entendu dire que le symbiote avait trouvé un hôte sur Terre. J’ai donc traqué la bête jusqu’à t’atteindre et ainsi te sauver juste à temps. Mais hélas, celui qui comptait te tuer et t’arracher ton symbiote n’abandonnera pas de sitôt. Il enverra plus de sbires, plus dangereux et meurtriers. Tu ne seras jamais en sécurité tant qu’il désire te tuer, et c’est là que j’interviens : Je suis venu pour veiller sur toi en premier lieu. »

Il se tourna vers elle, son visage ayant prit un masque sérieux et sombre.

« Je dois trouver un moyen de détruire celui qu’on surnomme le Tyran et qui compte se servir de ton parasite comme une arme. Mais je dois aussi veiller sur toi et l’empêcher de t’atteindre. Il va donc falloir que tu m’accompagnes hors de ta planète. »

Silencieux, il la laissa digérer lentement tous ce flux d’informations.
Journalisée
Melody Bianco
Humain(e)
-

Messages: 12



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Novembre 20, 2016, 04:42:25 »

Melody poussa un petit hoquet de surprise lorsque Losgar l’attrapa par la taille et décolla, comme aurait fait Superman avec Lois Lane, heureusement que le symbiote faisait qu'elle n'avait jamais froid car avec le vent, et sa tenue, elle aurait attrapée un pneumonie... Elle semblait prendre les choses avec calme, s'il lui avait voulu du mal, il aurait pu le faire a n'importe quel moment, elle voyait les choses a travers la logique de son esprit scientifique, et du coup, ne s'affola pas, malgré la nature exceptionnelle de la situation.

Lorsqu'ils se posèrent enfin, dans ce qui semblait être une usine abandonnée, elle l'écouta attentivement, en faisant quelques pas, ses talons claquant avec des l'écho dans l'immense pièce faite de taule a moitié rongée par la rouille.

Puis, elle prit la parole.

"Si je résume, le symbiote qui est en moi, quelqu'un veut me le prendre, quelqu'un d'assez puissant pour envoyer des monstres griffus a travers la galaxie pour le ramener... Cela implique des moyens technologique énorme, et pas mal de pouvoir , j'imagine... Le problème, c'est que je ne pense pas que je survivrais à l'opération, c'est même certain... Vous semblez effectivement savoir ce que vous faites, et digne de confiance... Mais j'aurais besoin de preuve, car... Quand même, cela peut paraître un peu énorme non ? Mon symbiote est extra terrestre, certes, mais que je me retrouve au milieu de tels enjeux, simplement a cause d'un parasite... Et si je vous suivais... Je n'ai pas dis que je le ferais... Mais si je le faisais, il faudrait partir quand ? Auriez vous la technologie pour pirater les ordinateurs de la fac par exemple ? Car si je pars, il faut que l'administration pense que j'ai pris un congé en bon et due forme, je ne peux tout quitter ainsi... Pour le reste, je paye mes factures par virement automatique, mais je ne veux pas perdre mon emploi, ou avoir des ennuis dans mes études..."

Elle sourit en coin

"Même si je vous avoue que l'idée de quitter la terre, et de visiter d'autres monde, en tant que scientifique, c'est l'occasion de ma vie !"

Elle rajouté

"Pour le reste, je n'aurais même pas besoin de repasser chez moi, si on règle le problème de mon absence a la fac, mon argent ne doit pas être accepté la ou on va, mon passeport et mes papiers non plus, et pour ce qui est de mes bagages, mon symbiote peu se transformer en n'importe quel vêtements, armure, et tenue... le principale souci, étant qu'il fait comme bon lui semble, et pas comme je voudrais...

Comme pour étayer ses dires, le symbiote changea, pendant une seconde il eu l'apparence d'un liquide noire courant sur sa peau, avant de se fixer, sous la forme d'un ensemble de lingerie pas du tout approprié a la situation, libérant toujours des phéromones, les adaptant spécialement aux récepteurs du noxien...

"Vous voyez..."

Elle rit, elle commençait a ne plus être étonnée des tour du symbiote.
Journalisée
Losgar
Distributeur de popcorn
Créature
-

Messages: 373


Orgueil et fierté


Voir le profil
Fiche
Description
Ancien prince d'un peuple désormais éteint, Losgar est le dernier survivant d'une planète réduite à l'état de rocher stérile. Le ténébreux mène désormais une vie de mercenariat, d'aventurier, de vagabond ... qu'importe, du moment qu'il gagne son lot de dangers, de plaisirs et de passion.
« Répondre #6 le: Décembre 03, 2016, 11:23:45 »

Chaque parole prononcée, chaque phrase déclarée, chaque mot sortant de ces lèvres pulpeuses … l’irritaient au plus haut point. Cette humaine était-elle stupide ou faisait-elle exprès de mettre ses nerfs à rude épreuve ? Le Noxien lui avait parlé d’enjeux majeurs comprenant le destin de plusieurs systèmes, de galaxies même, et tout ce que la jeune femme avait dans la tête c’était des banalités à même de lui faire perdre patience aussi facilement qu’un couteau chauffé à blanc pénétrerait du beurre.

Losgar n’était pas impatient, mais la situation était des plus urgentes ce qui expliquait sa colère. Colère qui était aussi avivée par les phéromones que le symbiote libérait en un dosage des plus puissants, troublant la perception de l’homme et jouant avec son raisonnement.

Tout ce qui concernait sa petite vie de simple mortelle lui importait peu, et pourtant elle étalait tous ses petits soucis dans un monologue aussi ennuyeux qu’irritant. Diable, il avait la forte envie de gifler cette pipelette pour la faire taire et lui rappeler qu’ils venaient de se débarrasser d’un monstre qui était à deux doigts de faire d’elle un sanglant festin. Demander des preuves ?! N’était-ce pas une preuve suffisante d’avoir un animal sauvage de la taille d’une camionnette vous foncer dessus toutes griffes dehors ?

Il passa sa main sur son visage, luttant contre l’effet de plus en plus entraînant des phéromones. Le symbiote jouait facilement avec les barrières psychiques du guerrier de l’espace, adaptant ses armes chimiques aux récepteurs de Losgar pour l’exciter comme une vulgaire bête en chaleur, chose qui le mettait de plus en plus en rogne. Il ignorait si Melody faisait exprès de jouer avec ses sens ou si cela venait de son parasite extraterrestre, mais le mal était fait et l’envie tout comme le désir avaient atteints des sommets. La colère n’arrangeait guère la situation.

Il se retourna pour la faire taire, mais ses mots s’étouffèrent dans sa gorge quand son expression prit un masque de stupeur. La femme avait changée d’habits, portant désormais un ensemble de lingerie très aguicheur, dessinant parfaitement les courbes de la belle rousse. Et ce sourire innocent … ce fut la goutte d’eau qui déborda le vase de sa patience.

Il ne pouvait plus lutter, il était l’esclave de sa libido malmenée par les phéromones et avivée par son irritation.

Il avança rapidement vers elle et la saisit au niveau du menton d’une main, enserrant la mâchoire de la demoiselle entre l’étau de ses doigts d’acier. Sans forme de procès, il l’embrassa, posant ses lèvres grises contre celles juteuses de la belle, la collant dans une forte étreinte où il l’empêchait d’esquisser un geste. Le baiser fut comme il l’imaginait venant des lèvres de Melody : incroyablement suave et tendre. Dès qu’il entra en contact avec son corps généreux contre le sien, puissant et musclé, son excitation monta d’un cran, et plus rien ne pouvait le calmer tant qu’il n’aurait pas satisfait ses besoins sur celle qu’il venait de sauver et qu’il allait violer. Mais pourrait-on appeler cela un viol alors qu’elle n’avait cessé de l’attirer dans ses filets, inconsciemment ou non ?

Il retourna Melody de sorte qu’elle soit dos en face de lui, et la plaqua sans ménagement contre le mur de briques le plus proche. Il tordait son bras droit derrière son dos pour l’empêcher de se débattre, lui arrachant tout espoir de fuite.

« Tu es satisfaite, hein ? À force de m’énerver et de me séduire … mais tu as gagné, et maintenant je vais m’occuper de ton joli corps pour cette nuit ! »

Pour ponctuer ses dires, il glissa sa main contre le fabuleux fessier de la jeune fille, pinçant ses fesses avec envie avant d’u appliquer une gifle sonore qui fit rebondir ce cul de rêve.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox