banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Tekhoïsation [pv Miranda Forge]  (Lu 2232 fois)
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Janvier 30, 2017, 02:25:34 »

Miranda lui avait dit qu’elle n’avait pas besoin d’un garde du corps, qu’Angurva ne lui serait d’aucune aide dans l’administration de sa société... Mais était-ce là la pure vérité ? En réalité, elle réfléchissait. Y avait-il une quelconque véritable utilité militaire à l’utilisation de cette femme ? Pouvait-elle servir contre les Formiens ? À cette question, Miranda aurait tendance à  répondre par la négative. Angurva était trop unique, trop rare, pour pouvoir avoir une utilité militaire certaine, et présentait même un risque. Qui sait ce que les Formiens seraient capables de faire à partir d’elle, si jamais ils la capturaient ? Alors, non, il était définitivement bien trop risqué de l’impliquer. Pour autant, Miranda n’avait pas forcément à la rejeter, et à lui demander de repartir d’où elle venait.

*En réalité, il y a bien des choses que cette femme pourrait faire pour moi...*

Miranda se bataillait certes à coups de grands coups financiers, de rachats de parts sociales, d’OPA, et de campagnes marketing, mais il lui arrivait aussi, parfois, d’ordonner des missions bien plus manuelles. Attaquer des concurrentes, saccager des bureaux, subtiliser tel ou tel objet... Le milieu des affaires était un monde impitoyable où il fallait apprendre à tirer son épingle du jeu, et à utiliser toutes les ressources mises à votre disposition.

« Donc... Si je comprends bien, tu es amorale ? »

La question pouvant surprendre, ou, en tout cas, ne pas être comprise, Miranda se livra rapidement à une précision, en se raclant la gorge :

« Je veux dire... Tu m’as indiqué ne pas être capable de sentir d’émotions. Ou très peu. Mais qu’est-ce que ça veut dire, exactement ? Accomplis-tu toujours ce qu’on te demande ? Si, demain, je te demandais de te rendre dans une maison peuplée de petites gens sympathiques, ayant des enfants, et même un bébé, et que je t’ordonnais de tous les massacrer, le ferais-tu sans sourciller ? »

Petit à petit, on pouvait deviner, dans les questions de Miranda, une certaine forme d’orientation. Son intérêt envers Angurva n’était pas totalement désintéressé. Les tests avaient prouvé qu’elle était très puissante, et, si Miranda était impatiente de les reprendre, afin de la pousser dans ses derniers retranchements, pour l’heure, elle était à une phase théorique. La PDG voulait en savoir davantage sur la jeune femme... Pour planifier le futur avec elle.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Angurva
Créature
-

Messages: 244


Lame vivante.


Voir le profil
Fiche
Description
Katana ayant une personnalité semi-humaine capable d'absorber l'énergie vitale.
« Répondre #16 le: Février 06, 2017, 04:01:42 »

Les questions s'enchainaient dans cette discussion entre la lame incarnée et la blonde curieuse. C'était surtout Miranda qui posait les question à vrai dire, Angurva savait déjà tout ce qu'elle avait besoin de savoir sur cette femme. C'était une humaine comme une autre après tout, elle avait du mal à les différencier les uns des autres. Ils avaient presque toujours le même objectif: toujours plus de pouvoirs et elle ne semblait pas déroger à cette règles. La jeune femme pâle était patiente avec ces êtres mortels car elle savait qu'elle ne pouvait les comprendre, bien qu'elle cherchait à les imiter pour mieux communiquer avec eux.

Le ruisseau de l'angoisse avait avoué redouter le jour où elle pourrait avoir des sentiments et des émotions, et c'était vrai, elle était inquiète que ce moment puisse éventuellement arrivé. À force de voyager et de servir d'outil de mort à de nombreux manieurs, elle avait pris tellement de vie et perdue tellement de maitre. Sur le moment la lame ne ressentait aucune émotion, car elle n'en avait pas. La solitude ne l'affectait pas et le sang sur ses mains ne lui donnait aucune sensation de culpabilité. La mort était son alliée à elle qui était immortelle. Quand les mortels perdent un proche ils pleurent pendant plusieurs jours ce deuil. Quand des soldats prennent trop de vie, ils finissent par sentir tout le poids de ses vies briser entre leurs mains et certains deviennent fou. Bien qu'elle ne comprenait pas ça, Angurva avait assisté à tellement de ce genre de scène qu'elle finit par s'inquiéter d'avoir ce genre d'émotion un jour ou l'autre à force de côtoyer les humains. Ce n'était qu'une hypothèse, elle n'était absolument pas sûre que ce jour puisse arriver mais c'était un risque qu'elle prenait au sérieux.

La nouvelle question de la femme fit écho dans l'esprit de la lame. Était-elle amorale? C'était une bonne question, car après tout elle voulait savoir jusqu'où la jeune femme pouvait aller... Et peut être même se méfier d'elle. Sans morale, Angurvadell pourrait la trahir à tout moment. Elle n'agissait pas en fonction de la moral, mais en fonction d'une certaine logique assez froide.

- Je suis sans doute amorale. Si vous me tenez dans les mains, vous êtes responsable des morts que vous faites. Ce n'est pas à moi de juger des actions que je ne comprend pas. Si vous voulez que j'agisse de ma propre personne, il faudrait me donner une raison de vous obéir alors. Tuer des enfants n'est pas quelques choses qui me rebutent si c'est ce que vous vous demandez, mais je ne tue pas de mes propres mains sans raison.

Même quand la fille-sabre était attaquée, elle prenait rarement des vies intentionnellement. Des soldats de Tekhos qui l'ont capturées, il n'y en a aucune qui avait perdu la vie... Par contre quelques os fracturés oui. Bien entendu il arrivait que des accidents ce produisent, comme quand la miss avait des crises et qu'elle était obligé d'absorber toute la vie autour d'elle pour se stabiliser. C'était un mécanisme d'auto-préservation dont elle n'avait aucun contrôle, mais cette époque est révolu grâce à son pacte. Son âme était maintenant parfaitement stable et elle n'avait plus besoin de ravagé les zones autour d'elle pour ne pas imploser. 

- J'ai participé à beaucoup de bataille et je suis passer de main en main. Parfois je finissait dans le camp adversaire auquel j'étais au départ. La moralité est une philosophie humaine, moi je fonctionne à la logique. Ma propre logique. Du coup je ne serais pas étonnée que vous vous méfiez de moi car je pourrais tomber entre les mains de vos ennemies.. Enfin ceux qui ne vous attaque pas à coup de POA...
 
Journalisée

Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Février 13, 2017, 01:33:52 »

Comprendre comment Angurva fonctionnait, c’était ce que Miranda cherchait, afin de savoir quoi faire d’elle. Ceci donnait le sentiment que la conversation s’éternisait, mais il fallait aussi comprendre le point de vue de la PDG, qui n’avait encore jamais vu quelqu’un comme elle. Mi-humaine, mi-objet, Angurva était un défi philosophique à elle seule. Elle rappelait à Miranda toutes ces discussions sur l’âme d’une IA. Jusqu’à quel point pouvait-on considérer qu’une machine était dotée de conscience ? Qu’est-ce qui, partant de là, différenciait l’être humain de la machine, l’organique du synthétique ? Les données étaient évidemment différentes avec Angurva, mais, fondamentalement, le problème restait le même.

Angurva lui expliqua donc qu’elle était « amorale ». Elle expliqua ainsi qu’elle n’avait pas de loyauté à proprement parler, obéissant juste à la personne qui la tenait.

« D’accord... »

L’information était utile à savoir. Pour autant, Miranda restait toujours intriguée. Jusqu’à quel point Angurva était-elle vraiment dénuée d’émotions ? N’y avait-il vraiment aucune âme qui ne batte dans sa poitrine ? Miranda continuait à y réfléchir. Comment faire pour pousser plus loin ses investigations ? Finalement, une idée commença à déferler dans son esprit. Elle y réfléchit un peu plus longuement, soupesant cette dernière, essayant d’en évaluer sa pertinence, puis finit par décider de jouer son va-tout.

*Après tout, je n’ai rien à perdre dans cette histoire...*

Miranda se releva alors, et s’approcha de la femme.

« Très bien. Je sais tout ce que j’ai à savoir, et je t’en remercie. Maintenant... Il est temps de reprendre les tests. »

Encore des affrontements ? Oui... Et non. Du moins, pas un « affrontement » au sens où Angurva devait l’entendre. Un sourire pernicieux s’était dessiné sur les lèvres de la PDG, signe qu’elle avait une idée derrière la tête. Elle atterrit dans le dos de la jeune créature à la chevelure blanche, et posa ses mains sur ses épaules. Elle se pencha alors, le bout de ses volumineux seins frottant contre le crâne de la femme, et lui posa une énième question, sur un ton joueur :

« Est-ce que tu es sensible au sexe, Angurva ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Angurva
Créature
-

Messages: 244


Lame vivante.


Voir le profil
Fiche
Description
Katana ayant une personnalité semi-humaine capable d'absorber l'énergie vitale.
« Répondre #18 le: Février 16, 2017, 02:58:28 »

Le temps passait, la femme en blouse prenait des notes, l'autre qui avait servit le café surveillait et Miranda restait en face de la fille-sabre à s'entretenir avec elle et à la jauger. La blonde ne semblait pas avoir bronché quand Angurva avoua avec froideur qu'elle était capable de la tuer sans hésité si jamais elle devenait l'arme de ses adversaires, peut être avait elle déjà considérée cette possibilité avant. Il fallait être prévoyant quand on avait affaire à une chose dont on ne comprend même pas la nature bien qu'elle ne présentait aucun signe d'hostilité.

Comme à chaque moment de silence et de réflexion de Miranda, la lame incarnée ce permettait de regarder autour d'elle pendant quelques secondes jusqu'à ce que celle-ci sorte de ses pensées pour poser une nouvelle question. Mais cette fois-ci sa curiosité semblait étanchée. Elles allaient reprendre les tests sur la jeune femme pâle car les réponses aux questions n'ont sans doute pas suffit à la satisfaire. Sans doute une autre série de combat avec d'autres machines jusqu'à ce que leurs interrogations à son sujet soit comblés. Ces femmes voulaient voir ce dont le ruisseau de l'Angoisse était capable en combat et saisir sa nature, peut être voulaient elles essayer de la répliquer, c'est du moins ce qu'elle pensait. Mais d'autre ont déjà essayer de reproduire cette erreur qui avait eu lieu il y a 2 000 ans, sans succès. La suite des événements qui a eu lieu ce jour là ne semblait pas reproductible.

Mais contrairement à ce qu'Angurva avait imaginé, Miranda semblait avoir d'autre "test" en tête. La blonde se rapprocha d'elle et alla se placer dans son dos pour lui susurrer une nouvelle question sur sa sexualité. La poitrine de la blonde venait caresser le haut de sa tête entre ses cornes.

- Je dispose d'attribut féminin mais je n'ai pas d'organe reproducteur. Oui, je suis sensible quand on me stimule sexuellement... Je pense que je ressent du plaisir similaire aux humaines même si je ne peut pas vraiment comparer.

Puisque l'arme vivante avait été la partenaire de beaucoup d'aventurier solitaire et qu'elle ne pouvait avoir d'enfant, beaucoup on vu le potentiel de la chose. Quoi de mieux que de ce faire une jeune femme près d'un feux de camps après avoir explorer des ruines anciennes? Certes, ceux qui préférait les grosses poitrines étaient un peu déçue mais ils ne crachaient pas sur elle quand ils étaient a des centaines de kilomètres du prochain bordel et que la fille-sabre était à disposition.

Angurva releva légèrement la tête vers Miranda, malgré la poitrine contre son crâne.

- Vous désirez me faire l'amour? Si c'est le cas je suis d'accord.

Elle n'était pas du genre à tourner autour du pot longtemps quand il s'agissait de sexe. Bien qu'étonnamment la plupart du temps elle n'avait aucune envie particulière, quand il s'agissait de plaisir charnel elle avait tout de même des envies, sans doute parce qu'elle ressentait le plaisir des caresses. Mais l'arme attendait toujours que ce soit les autres qui proposent car elle ne connaissait pas encore la limite entre viol et simulation. Par contre elle n'avait aucun mal à comprendre les sous-entendu et l'ironie même si elle n'était pas douée pour les utiliser à son tour.

La femme chargée de surveillé la rencontre avait quelques goûtes de sueur qui perlaient le long de son front jusqu'à sa joue. Soit elle commençait déjà à être excité par la tournure des événement.. soit elle était stressé de voir sa patronne si proche d'un monstre capable d'absorber la vie de ce qui l'entoure. Dans tout les cas elle n'avait pas l'air d'être bien contrairement à la scientifique qui restait dans ses notes et son observation, la situation semblait l'amuser.



Journalisée

Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Février 20, 2017, 01:51:13 »

« Le sexe, ma chérie, ce n’est pas que du plaisir charnel. Fondamentalement, c’est aussi le moyen de communication le plus commun de la Création entière. »

Le sexe existait entre n’importe quelle espèce, bien au-delà des simples êtres humains. Qu’Angurva avoue ressentir le désir était, en un sens, la preuve qu’elle était bien vivante, et non un simple objet.  Cette preuve était néanmoins à nuancer, dans la mesure où, et Miranda était bien placée pour le savoir, les androïdes étaient aussi capables, par le biais de leur programmation, de ressentir du désir et du plaisir sexuel. Miranda hocha donc la tête.

« Alors, suis-moi, Angurva. Nous allons aller dans un endroit plus convenable… »

Bien sûr, la femme prenait des risques, mais Miranda ne serait pas une Forge si elle ne sortait jamais des sentiers battus. Pour se hisser au sommet, il fallait parfois savoir prendre des risques, avoir des initiatives, et c’était ce qu’elle allait faire en ce moment. Plutôt petite, Angurva avait la taille d’être sa fille, ce qui était un curieux paradoxe avec son âge réel. Kusanagi ne disait rien, mais fronçait les sourcils, visiblement mécontente de la manière dont les évènements se tournaient.

La main de Miranda attrapa celle d’Angurva, et elle lui sourit encore.

« Et je vais aussi te donner une tenue qui t’ira mieux. »

C’était bien le minimum qu’elle puisse faire. Miranda sortit par la porte, et le duo arriva dans un élégant couloir, très bien éclairé. Une moquette sur le sol étouffait leurs bruits. Par le biais de fenêtres aux bords arrondis sur la gauche, on pouvait voir les sommets de Tekhos Metropolis, preuve qu’Angurva et Miranda se trouvaient dans les hauteurs de la ville. Le duo finit par s’arrêter près d’une porte, et Miranda y entra.

Plusieurs employées se trouvaient là, et elle leur expliqua qu’elle avait besoin qu’on habille convenablement Angurva.

« Conduisez-là ensuite à mes quartiers. Nous nous retrouverons là, Angurva. »

Elle allait donc laisser pendant un bref moment la jeune lame froide sans surveillance. Oh, certes, il y avait des caméras de sécurité, mais, en soi, rien n’empêchait maintenant Angurva de tenter de fuir. Mine de rien, c’était ici un premier test, destiné à vérifier si, comme elle l’avait dit, Angurva était réellement dénuée de volonté, et se contentait de faire ce qu’on lui ordonnait sans se poser davantage de questions.

Miranda se rendit donc dans ses appartements, au dernier étage. C’était un élégant penthouse accessible depuis un ascenseur privé, qui donnait directement sur un grand salon central. Le penthouse se composait en effet d’une grande pièce centrale, donnant sur une terrasse, ou sur sa chambre. La PDG se rendit dans ses appartements, et attendit environ une dizaine de minutes, avant que son ascenseur privé ne descende, et ne remonte.

Quand Angurva arriva enfin, Miranda était assise dans un élégant fauteuil, près de l’ascenseur, et sourit en la voyant.

« Oh… Ton nouveau look te plaît ? »

Angurva portait un ensemble très moulant, très tekhan… Et, à la voir ainsi, Miranda ne pouvait que sourire malicieusement.

Elle, en tout cas, elle se rinçait l’œil !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Angurva
Créature
-

Messages: 244


Lame vivante.


Voir le profil
Fiche
Description
Katana ayant une personnalité semi-humaine capable d'absorber l'énergie vitale.
« Répondre #20 le: Mars 04, 2017, 04:22:24 »

La lame vivante ne comprenait pas ce que voulait dire Miranda qui comparait le sexe à un moyen de communication inter-espèce présent depuis la Création. Pour elle ce n'était qu'un concentré de plaisir dont elle était sensible, mais si certains aimaient ce prendre la tête pour donner une définition plus large et philosophique à cette activité physique elle n'allait pas les en empêcher. Ce genre de chose lui passait par dessus.

Dans tout les cas, Angurva suivit la blonde hors de la pièce et en traversant plusieurs couloirs, d'où on pouvait apercevoir, depuis les fenêtres, les sommet de plusieurs tours de verre et de métal. Elles étaient sans doute dans un de ses édifices que la fille sabre avait put apercevoir au loin avant de ce faire capturée. La hauteur était vertigineuse, on pouvait presque atteindre les nuages à cette altitude, et la cité au contrebas avait une architecture unique que la demoiselle pâle n'avait jamais vu avant ça, elle était plus habituer aux château-forts ou aux palais d'ivoire, aux auberges de villages ou aux cathédrales de grande ville. Ces tours ne semblaient pas très solide, au moindre tire de catapulte elles s'écrouleraient, elles devaient avoir une fonction plus esthétique dans ce cas.

Les deux femmes arrivèrent devant les portes d'une salle dans laquelle elles pénétrèrent où plusieurs femmes les attendaient. Le fait de ne croiser que du personnel féminin confortait Angurvadell dans son idée qu'elle se trouvait bien dans une nation gouvernée dans les femmes, tels les Amazones. Là, Miranda demanda au employée de trouver une nouvelle tenue pour la lame, même si elle n'en voyait pas l’intérêt. Sa robe, bien qu'un peu abimé par les combats et le temps, tenait encore debout. Certes il y avait bien quelques coutures qui se s’effritait et un ou deux boutons qui c'étaient arraché. Elle la portait depuis pas très longtemps, cinq ans tout au plus. Après avoir expliqué ce qu'elle désirait, la blonde ordonna à ce qu'on amène la fille double millénaire dans ses appartements puis elle s'en alla, laissant les habilleuses avec une créature potentiellement mortelle et dangereuse. Elles ne semblait pas rassurées d'être en présence de la fille cornue aux allures de démones mais elles s'exécutaient, de son côté Angurva se laissait faire tel une poupée qu'on change pour s'amuser.

Après plusieurs minutes, on emmena la fille-lame dans les quartiers de Miranda à l'aide d’ascenseur, qui lui rappelait un peu les monte-charges vue sur différents chantier de construction de fort. Les employées avait doté la fille-sabre d'une tenue très moulante qui faisait penser aux "uniformes" que portaient les soldates, mais dans un style un peu différents. La blonde attendait la pâle dans un fauteuil.

- Cet habit semble bien pratique pour ce battre car elle ne gêne pas mes mouvements mais hors affrontement elle ne cache pas mes formes.


C'était sans doute l'objectif de la femme d'influence mais comme Angurva ne disposait pas d'attribut très important, elle était presque plate à vraie dire, la tenue moulante ne cachait pas sa silhouette juvénile.

- Pourquoi vouloir me faire changer de vêtements? Je pourrais récupérer mes affaires par la suite?


 
Journalisée

Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Mars 13, 2017, 01:18:46 »

On aurait dit une jeune adolescente venant d’acquérir ses quinze printemps face à sa mère, comme si deux générations se faisaient face. Cette forme de pédérastie ne dérangeait toutefois nullement Miranda, qui esquissa un léger sourire en observant la magnifique tenue d’Angurva. Comme elle s’y attendait, cette tenue, au passage très ouverte sur le dos, lui allait à ravir. Miranda l’observait en souriant et avec appétit. Elle ignorait encore vraiment ce qu’était la nature de cette lame, mais ça ne l’empêcherait pas de prendre son pied. Même le sexe, en réalité, ne permettait plus, maintenant, de dissocier la machine de l’être humain, car la recherche tekhane avait depuis longtemps permis de synthétiser le désir sexuel, et de le reproduire sur des androïdes sexuels, en fonction de capteurs multiples.

Angurva lui demanda la raison de ce changement de vêtements, et Miranda répondit en se relevant, et en se rapprochant d’elle. Sa main glissa sur la joue de la femme, caressant sa peau. Le visage d’Angurva arrivait à hauteur des seins de la PDG, et la main de Miranda se déplaça ensuite, venant se poser sur les cheveux de la femme, pour lui faire une délicieuse étreinte. Elle appuya sur la tête de la femme, venant la coincer contre ses seins.

« Allons, ma chérie, si tu veux vivre à Tekhos, il faut bien t’habiller comme une Tekhane, non ? Quant à tes vieilles frusques, si tu veux les récupérer, tu le pourras. »

Miranda l’aimait bien mieux dans cette tenue, en tout cas ! On avait beau dire, mais, en matière de beauté, les vêtements permettaient d’embellir ou d’enlaidir une personne de façon très significative. Ses lèvres se posèrent sur la tête de la femme. Miranda sentit les cornes d’Angurva frotter contre ses joues, puis elle se redressa, et s’avança de nouveau vers le fauteuil. Miranda retourna à sa place, et, de la main, fit signe à Angurva de s’approcher, accompagnant cela de quelques mots :

« Allez, ma chérie, viens... »

La jeune femme obtempéra, et Miranda l’aida à se mettre sur ses genoux, leurs visages étant désormais proches l’un de l’autre. La main de Miranda se posa délicatement sur son menton, soulevant un peu son visage, un fin sourire se glissant sur les lèvres de la blonde.

« Bien, bien, bien... Et si nous passions aux choses sérieuses, toi et moi ? »

Elle se pencha vers elle, et posa ses lèvres sur les siennes, l’embrassant tendrement.

C’était une manière en douceur de commencer leur rapprochement...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Angurva
Créature
-

Messages: 244


Lame vivante.


Voir le profil
Fiche
Description
Katana ayant une personnalité semi-humaine capable d'absorber l'énergie vitale.
« Répondre #22 le: Mai 06, 2017, 02:16:58 »

La lame incarnée trouvait les vêtements choisie par Miranda particulièrement moulant, elle n'avait pas l'habitude de ce genre de texture sur sa peau. On lui faisait porter, généralement, des armures légères ou des robes, parfois par tradition, parfois par pur esthétisme et souvent pour le côté pratique. Les habits étaient une chose qui ne faisait que couvrir le corps et caché ce qu'il ne fallait pas voir au risque d'être pris pour une exhibitionniste et Angurva n'accordait pas une grande importance à son accoutrement, sauf quelques rares exceptions comme les bijoux.

La blonde avoua que si la fille-sabre voulait récupérer ses vêtements elle le pourra, puis elle se rendit dans le fauteuil en faisant signe à Angurva de la suivre. Ce qu'elle fit. La fille pâle s'installa sur ses genoux. On aurait dit une jeune fille sur les genoux de sa mère, mais entre les deux femmes il y avait un écart de deux millénaires d'années et c'était la plus petite qui était paradoxalement la plus âgée. Mais ce faussée entre les âges de plusieurs siècles ne dérangeait pas la lame, elle y était habituée. Miranda Forge n'attendit pas longtemps avant de poser ses lèvres sur celle de la fille sur ces genoux afin de l'embrasser tendrement. De son côté Angurva répondit à cette embrassade avec autant de passion qu'une fille sans émotion puisse avoir, avec le temps elle avait appris à simulé les baisers passionnés.

La fille-sabre n'était pas du genre à prendre les commandes, c'était une arme, un outils, elle faisait ce que son manieur lui disait de faire sans question ni hésitation, aussi bien en combat qu'en matière de sexe. Même si ses envies de caresse était grande parfois, elle ne se permettait pas de proposer ou de faire le premier pas, ce qui pouvait être frustrant parfois mais elle ne connaissait pas ce sentiment. Le baiser fut rompu après quelques instants par la Tekhanne et non par la lame qui la regarda dans les yeux.

- Que désirez vous de moi à présent? Mon corps? 
Journalisée

Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Mai 08, 2017, 07:24:46 »

Angurva répondit à son baiser, mais… Miranda avait l’expérience des baisers, pour être honnête. Des lèvres, elle en avait embrassé des milliers au cours de son existence. Certes, elle était beaucoup moins vieille qu’Angurva, mais aussi bien plus âgée que ce que son corps bien entretenu pouvait laisser imaginer. Elle avait donc une expérience sexuelle dont elle n’avait pas à rougir, et elle sentit, chez Angurva, une sorte de détachement. Oui, elle avait répondu à son baiser, mais tout ça sonnait faux, puisque le baiser n’était pas accompagné de tous ces détails qui trahissaient l’excitation de la personne face à vous. Les tremblements, les frissonnements, les rougeurs sur les joues, les yeux qui se plissaient sous l’effet du désir. Miranda ne voulait pas que coucher avec Angurva. Malgré les apparences, elle en revenait toujours à son point de vue initial : déterminer jusqu’à quel point Angurva était potentiellement humaine, et capable de ressentir des émotions. Car il était tout à fait possible que, si son corps soit capable de ressentir le plaisir, son esprit, lui, ne le soit pas. Une dichotomie assez difficile à concevoir, mais, sur Terra, il fallait s’habituer aux individus bizarres et atypiques.

Ce premier baiser terminé, Angurva demanda ce que Miranda voulait, toujours avec ce ton froid et détaché. C’était plutôt déstabilisant, mais Miranda avait de l’expérience, et se contenta de sourire en retour. Sa main sur les cheveux de la femme, elle sourit donc, et caressa son dos, sentant la combinaison crisser délicatement sous ses doigts.

« Ce que je veux ? Je veux voir comment tu ressens du plaisir, Angurva. Ton corps, je l’ai déjà, puisque tu me sers, mais il faut que je vois jusqu’à quel point tu es dénuée d’émotions. Et, pour ça, le sexe est le    meilleur moyen de libérer des émotions. »

Le sexe, en effet, brassait des forces fondamentales dans le corps humain, des énergies profondes. Qui sait ce qui allait se passer quand Miranda les réveillerait dans le corps d’Angurva ? Sans doute rien… Mais il était possible qu’elle se montre surprise. En tout cas, Miranda s’avança, et renversa Angurva, venant la coucher sur le dos, au milieu du lit, tout en se dressant au-dessus d’elle. Elle regarda encore la jeune femme, ne lisant, encore, aucun signe d’anxiété ou de nervosité. La lame était juste dans une position d’attente passive, et Miranda, en souriant, posa l’une de ses mains sur l’un de ses seins, et le caressa à travers la combinaison.

« Allez… Montre-moi… »

Elle pinça alors le téton, tout en retournant l’embrasser, fourrant sa langue dans sa bouche, pressant son corps contre le sien. Allait-elle entendre Angurva gémir ? Sentir son sein se durcir sous l’effet de ses caresses ? Miranda était impatiente de voir ce qui allait se passer…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Angurva
Créature
-

Messages: 244


Lame vivante.


Voir le profil
Fiche
Description
Katana ayant une personnalité semi-humaine capable d'absorber l'énergie vitale.
« Répondre #24 le: Mai 31, 2017, 06:57:45 »

Angurva restait passive face à la blonde qui s'amusait avec son corps bien qu'elle ne montrait aucune forme d'excitation évidente comme les gémissements ou des rougeurs, la lame approuvait tout de même un certain plaisir avec ce genre d’interaction. Le plaisir charnel était un des rares qu'elle éprouvait. Le baiser était généralement un avant goût, une mise en bouche avant de passer à autres choses de plus intimes. C'était des préliminaires qui témoignaient souvent d'un sentiment amoureux une chose dont elle était dépourvue et elle ignorait donc la signification profonde de cet échange de salive. Mais tant que ça plaisait à ces partenaires elle s'appliquait pour ne pas avoir l'air totalement insensible à ce genre d'intention même si souvent ses actions trahissaient son manque d'implication dans ce contact entre lèvres.

Miranda semblait, qu'en à elle, toujours dans une démarche scientifique en observant les réactions de la lame tandis qu'elle cherchait un moyen de la satisfaire et de ce satisfaire. Mêler sexe et recherche scientifique n'était pas chose commune et la plupart du temps ceux qui étudiait l'arme attendait la fin des tests pour coucher avec elle, mais jamais mélanger les deux. Angurva doutait un peu que ce genre de pratique allait aidé la femme à découvrir quoique ce soit sur elle mais dans le fond elle n'allait pas reprocher à cette femme de faire ce qu'elle voulait et de mélanger l'utile à l'agréable. La cheffe d'entreprise souleva sans peine la fille-sabre pour la renverser et le couché sur le lit qui se trouvait là pour cette occasion. En position de soumission sous la blonde, elle attendait de voir à quel sauce elle allait être consommée. Le traitement ne tarda pas et Miranda appliqua sa main sur la faible poitrine de la lame qui en vibrait presque d'excitation.

La douce caresse sur son sein et le pincement qui s'ensuivit provoqua un gémissement de la part de la fille millénaire, preuve qu'elle était capable de ressentir le plaisir avec ce corps. Mais malgré tout ses yeux semblaient montrer un profond ennuis et avait la même expression que d'habitude qui donnait l'impression que la lame n'appréciait pas ce genre d'attention, ce qui était faux au vu de ce gémissement venu du plus profond de son être. Et une nouvelle fois, la langue de Miranda s'infiltra entre ses lèvres pour échanger un nouveau baiser passionné, même si la lame n'avait pas évoluée à ce niveau là en l'espace de quelques secondes.

Autre point important qui trahissait l'excitation naissante d'Angurva était les tétons qui se durcissait sous les caresses et qui était particulièrement visible avec la combinaison moulante que les Tekhannes lui avaient misent. Mais une tâche commençait à apparaitre au niveau de l'entrejambe de la fille, une nouvelle marque de son envie charnel. Ce n'était pas vraiment de la cyprine mais un composé chimique assez proche qui avait le même rôle mais qui n'était pas d'origine organique. C'était difficile à définir mais tout chez la fille-sabre était un mystère. 

- Hum... Je ne sais pas retirer ces vêtements sans les déchirer, il faudra m'aider si vous désirez me voir nue.

Encore une fois il n'y avait, semble il, aucune émotion dans les paroles de l'arme incarnée mais Miranda devait avoir l'habitude maintenant, ce n'était sans doute pas suffisant pour refroidir ses ardeurs et encore moins pour les satisfaire.
Journalisée

Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Juin 06, 2017, 01:15:21 »

Il y avait vraiment quelque chose d’assez surréaliste dans cette scène. Miranda n’arrivait toujours pas clairement à déterminer la nature réelle d’Angurva. Un objet, oui, mais... Cette femme avait bien une âme, ou, en tout cas, quelque chose d’approchant. Du moins, c’était là la question que Miranda se posait. Angurva ressentait des sensations physiques, des émotions que son cerveau analysait et ressentait en tant que tel, mais qu’il ne traduisait pas en émotions ou en sentiments. Ce faisant, Miranda en revint à se demander si cette femme avait vraiment une âme. Ressentir des émotions, n’était-ce pas, après tout, d’après bien des philosophes, l’une des conditions de l’existence d’une âme ? Et, si Angurva ressentait le plaisir purement physique, la PDG voyait bien, dans le vide sidéral de ses yeux, que ce plaisir n’était pas aussi mental, ce qui produisait un singulier contraste.

« Tu es une créature tout à fait fascinante, Angurva... »

Cette dernière indiqua que, si Miranda voulait la voir nue, elle allait devoir la déshabiller, car la créature ne savait pas comment se déshabiller. En tout cas, Miranda constata qu’Angurva ne devait pas avoir l’habitude du sexe, car elle mouillait déjà. Une analyse poussée aurait permis à Miranda de voir que cette mouille n’était pas de la cyprine, mais, pour l’heure, elle ne voyait aucune différence. Un sourire perla donc sur ses lèvres, et elle poussa doucement Angurva, la couchant sur le lit, sa main caressant son corps, glissant sur ses hanches le long de sa combinaison.

« Ne sois pas trop pressée, Angurva... »

Miranda lui sourit encore, et la retourna lentement, la couchant sur le ventre, et se pencha vers elle, embrassant la femme dans le creux de son cou. Elle glissa ensuite le long de son dos, déposant plusieurs baisers supplémentaires.

« Décris-moi ce que tu ressens, Angurva... »

Ne pas voir son visage, et, surtout, son regard vide et blafard, permettait à Miranda de mieux se concentrer, et la PDG se rapprocha rapidement de ses belles fesses rondes et moelleuses, qu’elle se mit à presser, et à embrasser, les mordillant légèrement.

Restait à voir comment Angurva allait réagir, maintenant...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Angurva
Créature
-

Messages: 244


Lame vivante.


Voir le profil
Fiche
Description
Katana ayant une personnalité semi-humaine capable d'absorber l'énergie vitale.
« Répondre #26 le: Juin 18, 2017, 04:02:03 »

Angurva était vraiment une créature à part que les Tekhannes n'avaient jamais croisé jusque là, une sorte d'abomination magique dans le corps d'une jeune demoiselle. Les raisons de son existence échappaient à toutes logique et sont fonctionnement était encore un mystère. Au laboratoire, les femmes étudiaient les données collectées durant les tests et essayaient de trouver un moyen de les exploiter pour utiliser cette source d'énergie quasi-inépuisable pour diverses implications militaire, mais, malgré toute les informations qu'elles ont put sauver suite à la destruction des instruments d'enregistrement, il leur était toujours impossible de définir d'où lui venait cette capacité d’absorption. La magie était une science très instable qui avait moult applications mais dont il était difficile de donner avec certitude l'origine de celles-ci tant les pistes étaient nombreuses et difficile à étudier. Malgré tout les scientifiques s’acharnaient à trouver quelque chose à exploiter, que les soldates ne se soit pas blessées et que le matériel nécessitant la capture de l'arme n'ai pas été détruit pour rien. 


Pendant ce temps la patronne s'amusait avec la lame vivante tout en continuant les tests afin de cerner cette chose qu'était Angurva, voir ses réactions face aux stimuli et essayé de comprendre son comportement paradoxale. La lame millénaire avait expliqué sa difficulté à ce déshabiller avec ces nouveau habits mais Miranda préférait patienter, faire durer le plaisir, car elle supposait sans doute qu'il s'agissait d'une demande ou d'une suggestion de sa part mais c'était avant tout une remarque. La femme l'attrapa avant de la retourner sur le matelas, soit elle voulait admirer ses fesses, soit le regards de la fille-sabre la dérangeait trop, et ça ne serais pas la première fois que cela arrive.

Alors que la PDG jouait avec le dos et les fesses d'Angurva en lui demandant ce qu'elle ressentait, celle-ci essayait de ne pas déchirer les draps avec ses cornes. C'était un souci dans cette position de ne pas abimer le mobilier avec les excroissances métalliques dont elle était pourvu, il lui est déjà arrivé d'avoir les cornes plantés dans un table par une manieur un peu trop violent qui s'amusait par la suite avec son fondement. Obligée de tourner la tête et de regarder le mur, l'arme incarnée répondait à son amante.

- Je ressent des sensations dans le dos et sur mes fesses. Mon corps frissonne sous les caresse et mon intimité libère un liquide lubrifiant permettant de facilité la pénétration vaginal. Je n'ai aucune idée si je ressent les même choses que les jeunes femmes qui subissent pareil traitement, mais chez moi tout est normal.

Imperturbable dans ses explications, un petit gémissement se fit entendre par la suite. Il était claire qu'elle ressentait du plaisir, mais était il comparable à celui d'humaine? C'était difficile à déterminer car le cas d'Angurva était assez unique en soit.
Journalisée

Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #27 le: Juin 19, 2017, 08:24:40 »

« Tout est normal », glissa-t-elle en guise de conclusion...  Et même désespérément normal, aurait-eu envie de rajouter Miranda. Cette femme ressemblait en réalité fortement aux Gynoïdes, analysant ce qu’elle ressentait de manière froide et mécanique, en vertu d’un algorithme que les Tekhanes perfectionnaient pour donner, autant que faire se peut, l’illusion d’avoir affaire à une véritable humaine. Le constat était des plus troublants avec Angurva, car c’était là un fonctionnement très similaire. Miranda essayait de la pousser dans ses retranchements en caressant ses zones sensibles, mais le plaisir qu’elle ressentait ne la surprenait guère, et elle parlait toujours avec ce ton neutre et stable.

« Hmmm... Je vois. Le désir sexuel ne t’est donc pas inconnu, jeune femme. »

Ce n’était pas une question, mais une simple constatation. La scientifique réfléchissait, et la femme agissait. Miranda se lova contre le dos d’Angurva, et déposa une série de baisers dans le creux de son cou, mordillant sa peau, tout en continuant à caresser ses fesses, malaxant ces dernières sous sa combinaison. Elle sourit alors, et se redressa à nouveau.

« Bien... Passons aux choses sérieuses, alors. Choisi la position que tu veux pour que je te prenne. »

Angurva allait sûrement choisir une position purement logique, la plus sûre, et la moins dangereuse pour les autres. Pendant ce temps, la PDG s’était redressée, et se déshabilla rapidement. Elle finit ainsi toute nue, puis se concentra un peu... Et usa de ses capacités hermaphrodites. À la place de son vagin, une verge ne tarda pas à se dresser fièrement, se redressant légèrement, témoignant du plaisir qu’elle ressentait... Même si elle avait déjà pu être davantage excitée. Enfin, et de toute manière, user de ses pouvoirs hermaphrodites avait toujours pour effet de doper sa libido, ce qui était justement en train de se passer.

Miranda observa silencieusement Angurva, et lui sourit légèrement, tout en caressant d’une main sa verge, pour le simple plaisir de la masturbation.

« Alors, tu es prête, ma chérie ? » s’enquit-elle.

Peut-être allait-elle enfin l’entendre crier au moment de l’orgasme ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Angurva
Créature
-

Messages: 244


Lame vivante.


Voir le profil
Fiche
Description
Katana ayant une personnalité semi-humaine capable d'absorber l'énergie vitale.
« Répondre #28 le: Juillet 09, 2017, 06:39:17 »

Miranda Forge continuait d'analyser la fille-sabre en lui posant des questions afin d'avoir les réponses quand à la nature et au comportement de celle-ci. Le corps d'Angurva ressentait le plaisir et son "cerveau" l'analysait mais ses expressions, ses paroles et le ton de sa voix ne changeait que très peu, comme si elle avait une sorte de blocage ou qu'elle ne se rendait même pas compte que son être était entrain de s'exciter. C'était très perturbant et parfois ça bloquait certains de anciens ses amants, mais beaucoup s'en moquaient pas mal et voulait juste tirer un coup sans ce poser trop de question.

La blonde continua ses baisers et ses caresses encore un peu sous les petits gémissement de la lame qui se laissait faire. Le liquide semblable à la cyprine qui s'échappait de son entrejambe, plus proche d'une huile lubrifiante que d'un fluide organique, commençait à tacher les draps du lit et avait complétement tremper le bas de la combinaison offerte pas les Tekhannes. Comment produisait-elle cette substance? Impossible à savoir de visu mais c'était bien pratique pour la pénétrer sans frotter contre ses parois internes.

Et après quelques minutes, la PDG s’arrêta pour demander à la lame incarnée de prendre la position qui lui faisait envie. C'était un calvaire pour Angurva de prendre des décisions car sa nature d'arme lui donnait plus pour habitude d'être passive. Mais elle connaissait quelques positions et mouvements qui plaisaient à ses partenaires, hommes comme femmes. Dans le cas présent, elle se retourna sur le lit, pour être dos au matelas, et écarta les jambes, s'attendant à recevoir un cunnilingus ou des caresses sensuelle de la part de la blonde. C'était sans compter l'imposante verge qui se dressait là où ce trouvait le vagin de son amante, en effet, elle n'avait pas fait attention à ses dires et n'avait pas pris en compte le terme "prenne" dans la phrase. La jeune femme observa un instant Miranda qui était entrain de caresser son membre masculin tout en la regardant avec une certaine lubricité dans le regard et en lui demandant si elle était prête.

- Non pas encore. Un instant.

En prenant en compte ce nouvel élément, la verge de Miranda, la fille-sabre changea de position pour offrir une expérience plus sexy. Elle se retourna afin de ce mettre à quatre pâtes sur le lit, ses fesses en direction de la blonde et prête à accueillir son sexe. Elle balança doucement de droite à gauche son postérieur à cause de la combinaison qui la gênait un peu, mais elle se doutait que son amante prenne ça pour une sorte d'invitation à consommer.

- Allez y. Prenez moi fort.. Master.

Angurva avait essayée de donner un peu d’intonation dans sa voix pour ne pas qu'elle reste monotone. Elle agrippa les draps ferment en attendant la pénétration en regardant la tête de lit. Mine de rien, et même si elle ne le montrait pas, la fille-sabre était impatiente que ça commence. 
Journalisée

Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #29 le: Juillet 17, 2017, 12:49:26 »

Miranda poursuivait « l’expérience » jusqu’à son terme. Une expérience sexuelle, fondée sur le désir et le sexe, c’était typique de la mentalité tekhane. Mais, en même temps, Miranda trouvait qu’il y avait une certaine logique dans ce qu’elle allait faire. Elle voulait vérifier si Angurva était capable d’avoir des émotions, de ressentir des choses... Et, pour ça, le sexe luis emblait, en définitive, être la meilleure option. Elle avait vu Angurva se mettre à mouiller, et, quand elle lui proposa de se positionner, elle sentit clairement un moment de blanc. La jeune lame hésita, puis se coucha sur le dos, mais, quand elle vit l’appendice dont était désormais doté Miranda, elle se retourna à nouveau. La PDG sourit distraitement en la voyant se mettre à quatre pattes, avant de se dandiner sur place, et de lui demander d’y aller fort.

« Master ? répéta Miranda en fronçant les sourcils. Dans mon cas, on dit plutôt... Maîtresse, Angurva. »

Sans doute la lamer avait-elle entendu ça auparavant. Elle avait noté la tentative de donner un ton sensuel en lui attribuant ce qualificatif, mais le terme jurait tellement avec le reste que Miranda sentait le caractère artificiel. Angurva ne faisait que répéter ce qu’elle avait déjà vu, ou fait auparavant. Mais bon, l’humanité, au sens large, fonctionnait aussi sur ce principe, et, comme ça n’empêchait pas Miranda d’avoir une belle érection... Il fallait aussi dire que, vue de dos, avec sa combinaison, Angurva était très belle.

Les mains de Miranda caressèrent ses fesses, et elle glissa son pouce sous la lanière de la combinaison, tirant dessus pour l’écarter, et la posa sur l’une de ses fesses. Tenant son chibre dans son autre main, elle se rapprocha, caressant avec le bout de sa verge les lèvres intimes de la jeune lame... Puis, dans un léger soupir, se positionna.

« Allez... En piste ! »

Et elle la pénétra ensuite. Sa main, qui tenait sa verge, se déplaça donc pour se poser sur son autre fesses, et, prenant appui sur elle, commença à remuer en elle. Elle sentit rapidement les lèvres intimes d’Angurva se dilater, signe que son corps était pensé pour les rapports sexuels, et accéléra ensuite le rythme, la bourrant progressivement.

« Là... Hmmm... Haaaaa... Tu... Hmmm... Tu as une magnifique chatte, ma petite pute... ! »

L’insulte était gratuite, une tentative... Afin de voir comment Angurva allait réagir !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox