banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: A bug caught in the spider's web [ Vanessa White / Sombra ]  (Lu 2621 fois)
Amélie Lacroix
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
Fiche
« le: Novembre 05, 2016, 12:12:38 »

Même si elle n’avait rien dit pendant l’extraction de Reaper, Sombra et elle-même, Widowmaker avait surpris la conversation entre la jeune hackeuse et leur supposée cible, sa vision thermique ayant percé les murs derrière lesquelles sa « partenaire » se croyait à l’abri des regards indiscrets. Elle devait avouer ne pas tout à fait comprendre le pourquoi de tout cela. Sa compagnonne avait déjà tant fait sous l’égide de Talon, qu’il lui était difficile de croire que ça serait dans le seul but de faire échouer cette mission ; Inversement, qu’est-ce qui pourrait avoir assez de valeur pour envoyer en l’air tant de travail ?

Si elle n’avait rien dit, c’était pour plusieurs raisons ; D’abord, parce que se faire une ennemie de plus pendant leur retraite n’était pas particulièrement judicieux, sans compter que Sombra avait alors contrôle des défenses du complexe, et que pour le moment, elle était restée dans son rôle et les avait retenu de tuer les agents de Talon. Ensuite, Amélie devait avouer ne pas avoir tant de problèmes que ça avec la duplicité, n’ayant elle-même une allégeance que très relative à l’organisation qui l’emploie. Enfin, il y avait sûrement mieux à faire avec cette information que simplement la divulguer en vue que Sombra soit désavouée, puis tuée - ou autre - et que Talon tapote la tête de Widowmaker comme leur petite chienne fidèle et docile.

Non, il y avait définitivement mieux à faire. Ne serait-ce qu’avoir le fin mot de cette histoire pour pouvoir mieux aviser de la course à suivre ; Il y avait anguille sous roche, c’était sûr, et l’assassin se faisait un défi de la débusquer. Pour cela, il n’y avait bien qu’un moyen : Sombra elle-même, puisqu’elle était pour l’instant le seul lien tangible avec cette histoire, si seulement elle n’agissait pas en solitaire de toute façon.

« Le vin est tiré, buvons le. »

Pensa Amélie ; Il n’y avait aucune vertu à attendre un instant de plus que sa « comparse » file, se terre, voire trahisse tout simplement Talon. Widowmaker mit le cap sur la « safehouse » attitrée de sa cible, qu’elle connaissait à l’avance, en cas de problème - bien entendu, pas le genre de celui qu’elle résolvait, mais le prétexte importait peu, pourvu qu’elle ait une adresse. En chemin, elle s’arrangea pour que Sombra soit ralentie par un « malencontreux accident », auquel elle n’était évidemment pas étrangère, lui permettant, comme à son habitude, d’avoir une longueur d’avance.

Entrer dans l’abri ne fut pas aisé, car, évidemment, il était un peu plus qu’une simple appartement ; Les systèmes de sécurité n’avaient pas été mis au point par Sombra, qui n’avait reçu l’adresse que quelques heures auparavant et jamais mis les pieds, ce qui était un soulagement, mais ils ne devaient tout de même pas être sous-estimés. Amélie n’avait pas beaucoup de connaissance de tout cela, mais par chance, Talon le savait, et lui avait confié un gadget étrange lui servant de passe-partout, pourvu qu’elle ne soit pas trop exigeante ; L’avantage, cependant, était que le dispositif savait évidemment se défaire des défenses mises en place par l’organisation elle-même - Comment ne sauraient-ils pas comment se défaire de leurs propres systèmes ?










Sombra arriva finalement à la « safehouse » qui lui avait été attribuée ; En retard, mais enfin sauve de la police russe - quoique dans son cas, c’était sûrement un moins grand danger que pour ses comparses. L’endroit lui était inconnu, mais il était si insipide, au sein d’un immeuble contenant une bonne centaine d’autres comme lui, que même sans jamais l’avoir visité, il était difficile de s’y perdre - ce en quoi sa taille aidait aussi. La jeune fille n’avait pour autant pas confiance en son architecture aussi traîtresse que simpliste ; A chaque coin, elle pointait son arme en direction de l’inconnu en même temps qu’elle cherchait l’interrupteur de l’autre main, la nuit déjà largement tombée, et l’éclairage public n’étant pas des plus solaires dans le quartier.

Rapidement, évidemment, elle arriva à la pièce principale, qui était à la fois la cuisine et la salle à manger ; Cette fois, la commande de la lumière fut un peu plus difficile à trouver que d’ordinaire, mais Sombra était de toute façon rassurée par le fait que s’il avait du y avoir une attaque, elle aurait sûrement déjà eu lieu, et l’absolue banalité du lieu était étrangement réconfortante. La pièce regorgeait de petites diodes dont l’utilité était sûrement débatable, signifiant au plus qu’il n’y avait pas de coupure d’électricité, quoi que certaines le faisaient déjà ET affichaient au moins l’heure ; En triple exemplaire, dont aucun n’affichait la même heure qu’un autre, mais c’était au moins ça : « 21:11 », « 21:13 », « 21:17 ».

Le silence absolu qui régnait empêcha même Sombra de paniquer lorsqu’elle eut quelques problèmes à allumer la lumière, mais lorsqu’elle le fit finalement, elle eut à peine le temps de réaliser que quelques unes des « diodes » étaient en réalité des lumières du casque de Widowmaker, qui attendait patiemment, assise, qu’une balle étonnamment silencieuse ( Sa tireuse ayant réduite la puissance du fusil pour éviter tout boum sonique ) vint rendre l’arme de la hackeuse inutilisable - en tout cas pas sans risquer sa vie autant que celle de la personne qu’elle visait.


« Comme on se retrouve. »

Amélie se releva alors rapidement, ne daignant pas s’expliquer, en tout cas pas pour l’instant, et posa Widow’s Kiss sur la table derrière elle, se désarmant alors. D’un pas efficace mais pas réellement pressé, elle s’approcha de Sombra ; Elle n’était que très légèrement plus grande que la jeune fille, mais ses talons, doublant comme des armes blanches à part entière, donnaient l’impression de plus. La fermeture de sa tenue - qui à la non initiée ressemblait à du latex tout ce qu'il y a de plus ordinaire - était ouverte sur une bonne vingtaine de centimètres, mais la coupe et taille étaient si bien adaptées à la morphologie de sa porteuse que cela ne créait pas réellement de décolleté, le matériau restant sagement en place pour ne laisser qu'une fent assez large pour y poser un doigt.

« Tout d’abord... »

Elle se pencha pour poser sa main sur le rebord de mur derrière Sombra, amenant leurs deux visages quasiment jusqu’au contact, et plongeant leurs regards l’un dans l’autre ; la hackeuse était assez proche des yeux de celle qui n’était peut-être plus vraiment sa compagnonne pour y distinguer une multitude d’affichages digitaux, flux constant d’information qu’utilisait Widowmaker pour toujours avoir accès à de précieuses informations.

« Laisse moi préfacer tout cela par ceci...Si je te voulais morte, tu le serais déjà, et crois moi quand je te dis que si tu me donnes une seule raison de changer d’avis, rien sur Terre ne m’empêchera de mettre une balle entre tes deux petits yeux de biche...Compris ? »

Amélie fit cependant rapidement oublier cette menace - quoi que, connaissant son sens de l’amusement tout particulier, ça ne l’invalidait pas tout à fait non plus - par un petit rire, et profita de sa main déjà derrière Sombra pour passer son bras par dessus son épaule et doucement la guider jusqu’au tabouret sur lequel elle était assise il y a un instant, le tirant d’un crochet du pied pour inviter la jeune fille à s’y asseoir.
Ceci fait, elle posa son autre main sur l’autre épaule de son « invitée » - même si, techniquement, c’était l’inverse - et commença à délicatement la masser, ses doigts froids et gantés étant néanmoins assez doués à l’exercice pour que ça aide à rassurer la hackeuse, en tout cas quant aux intentions de Widowmaker.

« C’était plutôt stupide de ta part, de longuement parler avec notre cible, sachant que je vois à travers les murs, tu ne crois pas.. ? »

Ni la voix ni les gestes d’Amélie ne trahirent ce reproche, les deux faisant passer celui-ci comme un fait déjà presque oublié et pardonné.

« Oh, bien sûr, je ne sais pas ce que tu peux bien avoir à comploter, mais je suis plutôt certaine que ta langue, aussi traîtresse qu’elle soit, ne tue pas... »

Sombra pouvait remarquer que Widow’s Kiss, une arme tout à fait redoutable, était alors juste devant elle. Il n’était cependant pas dans l’habitude de l’assassin de faire un tel oubli, et c’était alors plus un testament à sa certitude que ça n’était pas dangereux le moins du monde qu’à sa maladresse. Et, Sombra ayant déjà vu ce qu’elle pouvait faire au corps à corps, malgré sa prédisposition aux grandes distances, ce qui lui fit d’ailleurs réaliser qu’avoir ses mains autour de son cou n’était pas si rassurant que cela, elle n’avait que peu de doute qu’elle ferait mieux de ne pas faire de geste brusque en direction du fusil.

« En vérité, je n’en ai pas grand chose à faire...Que tu aies tes propres objectifs, motivations... »

La jeune fille put sentir les mains d’Amélie légèrement se lever de ses épaules, ce qu’elle interpréta comme un haussement d’épaule, mais lorsque la pression se fit à nouveau sentir, c’était à sa gorge, le bras droit de Widowmaker, celui qui était dévoilé et tatoué, la portant rapidement jusqu’à un mur pour l’y plaquer, et ses doigts il y a seulement quelques secondes si doux se resserraient légèrement pour appuyer le discours ; Pas assez pour créer un quelconque étouffement, mais trop pour ne pas en être la menace.

« Mais que tu ruines un de mes tirs, et risques MA vie, ça, je ne le tolèrerai pas, tu m’entends ? »

Le retournement de personnalité de l’assassin était soudain mais pas totalement inattendu, car elle avait effectivement l’habitude de fonctionner à deux vitesses, comme une féline, qui montre de paresse au quotidien pour être une redoutable prédatrice à la chasse. Cependant, sa furie sembla s’arrêter là, au moins pour l’instant, car elle apparut pour la première fois de la conversation réellement attendre une répartie, ou plutôt une confirmation, pour être honnête ; Jusqu’ici, elle avait souvent fait des pauses dans son discours, comme un droit de réponse, mais ça n’avait toujours semblé au mieux qu’une politesse, au pire la chance de commettre une maladresse.


« Dernière édition: Novembre 05, 2016, 02:54:41 par Amélie Lacroix » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #1 le: Novembre 06, 2016, 04:03:49 »

L’attaque sur l’usine avait été un franc succès, du moins pour Sombra. En effet, la jeune femme avait su tirer tout l’avantage de cette opération à son propre compte, plutôt que pour celui de l’organisme pour lequel elle travaillait. Ou plutôt, était censée travailler. Car si sa mission était de liquider la PDG de l’entreprise possédant cette usine, elle n’en fit qu’à sa tête. Le résultat fut que la PDG resta en vie, alors que Sombra avait bel et bien braqué son arme sur elle, en n’étant même pas à quelques centimètres de sa personne. Que s’était-il passé ? Une forme de trahison, tout simplement. La hackeuse avait un autre but en réalité, qui impliquait que cette femme devait rester en vie. Sombra détenait des informations compromettantes au sujet de la patronne, et avait usé de ça pour lui faire accepter de force un marché.

Un deal aux conditions étranges, puisque la seule chose qu’elle lui avait dit était ; « La femme la plus puissante de Russie … Ah, j’ai toujours rêvé d’avoir une amie comme ça ! ». Une phrase énigmatique, mais qui laissa alors clairement suggérer qu’elle aurait besoin d’elle en temps voulu. La PDG n’eut autre choix que d’accepter, ce sur quoi Sombra déclara qu’elle la contacterait en temps voulu, avant de disparaitre. Seulement voilà, la jeune femme pensait qu’elle s’en était tirée saine et sauve et que personne ne l’avait vu faire son affaire. C’était sans compter sur ses deux autres coéquipiers, en particulier, Widowmaker. Sombra était loin de se douter que la sniper l’avait en réalité vu, à travers sa vision. Ce simple élément allait pourtant être une épine dans son pied, et elle allait bientôt s’en rendre compte.

Après les évènements de l’usine, Sombra avait mis le cap vers la safehouse qui lui avait été attribué. Cependant la route fut compliquée, puisqu’étrangement, les forces de l’ordre posèrent problème. Du retard et encore du retard … Mais finalement, elle gagna enfin l’endroit désiré. Elle n’avait jamais mis les pieds ici auparavant, c’était la première fois. On lui avait transmis l’adresse plus tôt ; changer régulièrement d’endroit était une pratique courante au sein de Talon, c’était une mesure de sécurité. Sombra était donc dans l’immeuble qui comportait au moins une bonne centaine d’appartements, son fusil mitrailleur dans la main. Elle était sur ses gardes, elle ne savait pas ce qui pouvait l’attendre ici. Pourtant, il n’y eut rien de bien dangereux jusqu’à ce qu’elle entre enfin dans son appartement, qui était plongé dans le noir.

Sombra arriva dans la pièce centrale, puis remarqua alors des diodes rouges. La lumière s’alluma et là, ses yeux s’écarquillèrent un instant en voyant quelqu’un. Un visage bien connu, dont elle ne s’attendait pas à voir ici. Celui de Widowmaker, qui semblait l’attendre depuis un bon moment. « Widow’ ? » Dit-elle alors, avant de se faire surprendre par un tir de sniper silencieux, sur son arme, pour la désarmer. Sombra comprit alors que sa camarade avait des choses à lui dire, et vu son attitude, ce n’était pas forcément joli à entendre. La hackeuse ne put pas vraiment faire grand-chose alors que la sniper s’approchait dangereusement, finissant par la coincer contre le mur. Sa main posée contre celui-ci, son visage se retrouva assez proche du sien, à un tel point qu’elle pouvait sentir sans mal son souffle caresser sa peau. Sombra ne dit rien, laissant parler Widow’ ou plutôt, la laissant s’expliquer.

Néanmoins, Widow’ était toujours aussi énigmatique, et finit par rire, avant d’entourer l’épaule de la femme pour l’amener à s’asseoir là où elle était assise précédemment. Puis, contre toute attente, elle sentit ses mains – certes froides – se mettre à lui masser les épaules. Sombra était joueuse et nonchalante, et même si Widowmaker était en train de la menace, elle soupirait d’aise en sentant ses épaules se détendre. « Je ne sais pas quel jeu tu joues señora, mais je te savais pas si bonne masseuse. » Déclara alors Sombra, provoquant alors Widowmaker. Cependant la sniper expliqua rapidement le problème ; elle avait vu Sombra faire son affaire avec la PDG. Le teint de la hackeuse blêmit un moment, avant qu’elle ne sente que Widow’ n’avait, au fond, rien contre ça. Ce n’était que la façade, le problème était ailleurs. Elle le sut quand Widowmaker changea de ton, et empoigna son cou pour la soulever et la plaquer au mur, lui intimant qu’elle ne tolérerait pas que sa vie soit mise en danger de la sorte. Sa poigne était assez forte pour la maintenir en l’air, mais pas assez pour l’étouffer. Sombra tapota le bras de sa camarade avant de répliquer. « En danger, en danger … Tu parles bien vite ma grande. Reaper l’était bien plus que toi et pourtant lui, il ne se plaint pas ! » Dit-elle sur un ton sarcastique, avant de continuer. « Si tu me lâchais on pourrait discuter de tout ça calmement. C’était que ton massage commençait même à me faire du bien. » Répondit-elle encore.

Sombra attendit de se faire reposer à terre pour s’écarter un peu, avant d’entamer les discussions qui s’imposaient. « Bon, je voulais juste me faire une nouvelle amie. Y’a rien de mal à ça, non ? » Affirma alors la jeune femme, visiblement toujours dans le registre de la nonchalance.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Amélie Lacroix
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Novembre 06, 2016, 07:32:20 »

Widowmaker ne connaissait pas grand chose de Sombra, ses propres talents de recherche étant largement surpassés par ceux d’évasion de la hackeuse, dans cette ère où c’est bien la seule façon d’obtenir des informations sur une personne aussi élusive. Pour autant, s’il y avait bien une chose qui était transparue de leurs rencontres, c’est qu’elle avait le sang chaud, malgré qu’elle devait bien arriver à se calmer au moins quelques minutes pour pratiquer son art du cambriolage informatique.

Ce n’était pas vraiment étonnant, vu ses origines, mais ça n’en agaçait pas moins Amélie qui ne supportait pas cette façon d’être, même si en réalité son seul tort était sûrement de ne pas la prendre elle, Widowmaker, au sérieux ; L’araignée avait son orgueil. En l’occurrence, Sombra semblait penser que tout ceci n’était qu’un jeu ; Elle devait avoir grandi dans un coin plutôt « chaud » du Mexique pour penser que quelque chose impliquant un coup de feu, aussi silencieux qu’il soit, et une main autour du cou, était quelque chose à prendre à la légère.

Elle n’avait pas tout à fait tort, pour autant, et ce n’était, Amélie devait l’admettre, peut-être que de la perspicacité : Elle ne comptait pas la tuer, même pas la blesser, et comptait juste laisser une impression « marquante ». Mais quand bien même la jeune fille y voyait plus clair que Widowmaker ne l’aurait voulu, ça n’empêchait pas l’attitude de l’agacer.

« Cette brute abrutie de « Reaper » peut bien se faire tuer pour les conneries d’une jeune fille si ça lui fait plaisir, mais je ne m’écorcherai même pas le petit doigt pour elles. »

Le ton employé - en plus du texte qu’il appuyait - témoignait du dédain qu’Amélie avait pour l’homme à l’effigie de la faucheuse. C’était plutôt étrange, d’ailleurs, car les deux auraient, au premier abord, pu sembler assez similaires, excepté peut-être quant à la méthode employée ; Reaper aussi était parfois joueur et appréciait un défi tout en restant l’efficacité - était-ce justement une rivalité ?

Cependant, cette remarque n’empêcha pas Widowmaker de lâcher sa « prisonnière », réalisant que la contrainte n’arriverait pas à ses fins. Elle posa ses mains sur ses hanches et resta en place, laissant Sombra naviguer dans la pièce à sa guise ; Que pouvait-elle bien faire pour que tout ça ne lui retombe jamais dessus ?

Quant la hackeuse mentionna son manque cruel d’amitié, Amélie tilta, comme une araignée dont on vient de faire vibrer la toile. Elle avança délicatement vers la jeune fille, dans une nonchalance qui faisait écho à celle de la jeune fille tout en y ajoutant un certain maniérisme qui lui était propre, lui conférant une démarche langoureuse et douce qui témoignait que l’agression dont elle avait fait preuve jusqu’ici était dépassée. Ses yeux étaient plongés dans ceux de Sombra alors qu’elle lui répondait.

« Et tu ne crois pas que je pourrais être cette amie ? »

Elle se retint d’ajouter « Plutôt que ma p*tain de cible ? », restant dans son rôle.

« Je suis plutôt jalouse, et j’ai bien peur que, de toute façon, toute autre amie que tu pourrais te faire ne me survivrait pas bien longtemps... »

Arrivant finalement jusqu’à Sombra, elle plaça une main sur la hanche de la jeune fille, tout en continuant sa course jusqu’à ce que leurs bassins se touchent, sans pour autant aller plus loin, n’essayant pas de la faire reculer. Leur différence de taille était plus évidente que jamais, le regard de la hackeuse se trouvant juste au niveau de la bouche d’Amélie qui maintenant souriait discrètement en coin. Il ne fallait pas beaucoup connaître Widowmaker pour savoir que toute cette douceur n’était pas des plus sincères ; Il n’y avait pas d’erreur à commettre, ce n’était que des négociations, comme la menace de mort sur la nouvelle « amie » de Sombra qui s’y était glissée le démontrait.

« Je ne suis certainement pas PDG d’une puissante entreprise, mais je peux tout autant rendre service ; Il y a sûrement même beaucoup de choses que tu désires que l’argent et les moyens seuls ne te donneront jamais, mais que moi je pourrais, la femme appuya cette remarque en utilisant sa main qui était libre pour mimer la pression d’une détente puis un coup de feu, imitant même tout bas le bruit de ses lèvres...Et comme tu l’as dit, mes massages font beaucoup de bien...Est-ce que cette russe, au cœur frigide et froid comme son pays, peut en dire autant ? Je ne crois pas. »

La douce chaleur de Sombra enivrait Amélie ; Même si l’on se fait à une peau froide, qu’on finit par ne plus la ressentir, le choc avec la température souvent plus élevée qu’on ne le pense d’un corps est toujours aussi agréable. Quant à son esprit, il mêlait plaisir et business à tout instant, alors il n’était pas rare qu’il se laisse aller à quelques vagabondages. Cela avait causé de la chaleur et une pointe de joie dans la voix de Widowmaker ; Pas assez pour masquer l’évident intéressement de tout cela, mais au moins de quoi lui donner le crédit de ne pas être en train de raconter de vilains mensonges.
« Dernière édition: Novembre 06, 2016, 08:33:08 par Amélie Lacroix » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #3 le: Novembre 07, 2016, 04:30:55 »

Visiblement le fait de mentionner son intention de se faire une nouvelle amie provoqua quelque chose en Widowmaker. Sombra avait décelé cela, et trouvait ça amusant même. Pourquoi une telle réaction, ce n’était pas comme si la sniper et la hacker se connaissaient personnellement. Une petite réaction qui en disait long sur les intentions de Widow’ ici présente. Sombra se tût pendant qu’elle observa sa convive réagir, et le moins que l’on pouvait dire, était qu’elle appréciait sa manière d’agir. D’un pas nonchalant, elle avança vers Sombra puis s’approcha tout près d’elle, se retrouvant vite fait le visage presque collé au sien. La différence de taille était cependant suffisamment prononcée pour que la pirate soit forcée de lever le regard. Sous cet angle, elle trouvait sa camarade particulièrement … Mignonne, si l’on mettait de côté tout ce qu’on pouvait savoir sur elle. À savoir sa froideur, ses tendances meurtrières, son caractère changeant …

La pirate ne pipa mot et laissa même échapper un petit rire taquin quand Widow’ se proposa pour être sa fameuse nouvelle amie. Elle alla même jusqu’à dire qu’elle serait jalouse si Sombra osait s’en faire une autre qu’elle, allant même jusqu’à la menace de mort sur la malheureuse élue. Cependant, la suite fut encore plus intéressante – et intriguant – quand Widowmaker plaça une main sur la hanche de la pirate, frottant finalement son bassin contre le sien. Sombra comprit là où elle venait en venir. Plus précisément, c’était son corps qui le comprit ; elle commençait à aimer cette proximité et ce petit frottement entre leur bassin. Amélie, de son vrai nom, était peut-être froide de peau mais étrangement, Sombra ressentait de la chaleur. D’un autre coté comment ne pas avoir chaud quand une telle femme venait et vous faisait comprendre qu’elle était jalouse.

Sombra sourit malicieusement, en coin, puis regarda à tour de rôle les lèvres et les yeux de sa camarade. « Tu me ferai réellement une crise de jalousie ? C’est très touchant ça. » Répliqua Sombra, se faisant elle aussi enivrée par Widow’. Sa simple proximité lui suffisait. Comme si bien dit, elle avait beau être froide, il n’en demeurait pas moins que dans la présente situation, elle était étrangement chaude. Sombra se pinça la lèvre alors qu’elle glissa sa main le long du bras de sa comparse, le caressant légèrement du bout de ses doigts. « Mais vois-tu, si je dois me faire une nouvelle amie, celle-ci se doit de faire un peu plus que des massages, entre autres … Je vais te montrer. » Déclara-t-elle alors d’une voix féline et plus douce que précédemment. Un sourire malin s’imprima sur ses lèvres, alors qu’elle se hissa lentement sur la pointe de ses pieds, effleurant les lèvres violettes de sa camarade par les siennes, avant de les déposer délicatement dessus. Sombra offrit un baiser à Amélie, lui faisant alors sentir toute la chaleur de sa langue et de sa bouche, sensuellement.

C’était bien la première fois qu’elle était aussi intime avec elle, cela dit. Les deux femmes se connaissaient à peine et pourtant, il y avait cet espèce de courant. Hostile ou amical, ça Sombra ne saurait le dire. Mais en revanche elle pouvait dire que Widow’ l’attirait et lui plaisait, au moins autant que sa petite jalousie envers la PDG. Quand le baiser se termina, au bout de quelques secondes, la pirate plaça lentement ses mains sur les hanches d’Amélie, la provoquant du regard. « Je ne te pensais pas de ce bord … C’est nouveau ? » Déclara-t-elle alors, avec une pointe de malice dans sa voix. Les dés étaient jetés, c’était à Amélie de saisir l’oiseau en vol ou non. Si elle désirait convaincre Sombra qu’elle serait meilleure amie que cette femme à la tête d’une puissante entreprise, il fallait le lui montrer … À sa manière.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Amélie Lacroix
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Novembre 07, 2016, 08:59:42 »

Sombra interprétait le sourire d’Amélie comme une simple amicalité, mais il était en réalité carnassier. Comme une prédatrice, Widowmaker guettait chaque réaction, chaque geste inconscient, chaque tressaillement, dans l’espoir de deviner où elle emmenait sa proie pendant cette chasse. Oh, cela n’empêchait pas la jeune fille de se plaire au jeu, mais il serait dangereux pour elle que de croire ça comme le but ultime.

Ça, ce serait, comme toujours, son propre intérêt. Quant à savoir si le business l’emportait sur le plaisir, c’était une autre histoire ; Comme Sombra qui hésitait à savoir si elle préférait contempler les yeux ou les lèvres d’Amélie, ce qui la flattait de savoir les deux tout aussi désirables, elle ne savait pour lequel son cœur balançait. Elle décida alors d’attendre voir comment se développerait la situation, et ce fut rapide, car la hackeuse mordit finalement à l’appât ; Elle avait beau ironiser sur la jalousie de Widowmaker, il en demeurait qu’elle avait choisi de répondre à celle-ci, et son pincement de lèvre, dont Amélie se délecta, ne faisait que confirmer que son piège fonctionnait.

Quant à la suite, il s’agissait plus de foncer tête baissée dans le traquenard que de malencontreusement poser le pied dedans ; C’était tout aussi bien, en vérité, simplement inattendu, ou plutôt inespéré, et l’assassin se félicita de n’avoir qu’à rester en place, ne même pas bouger un cil, pour qu’on vienne la gracier d’un baiser auquel elle ne répondit qu’assez passivement, non pas par timidité, bien au contraire, mais parce qu’elle savourait déjà la suite en même temps que la douce chaleur des lèvres de Sombra.

À la pique suivante et intrépide de la hackeuse, Amélie rit un instant ; Pas un rire comme lorsqu’on trouve quelque chose foncièrement drôle, ou même simplement amusant, mais plutôt un qui aurait très bien pu être remplacé par un « Ouuuuuh » lent et plein de complicité, signalant que les deux femmes s’étaient comprises.

« Je n’ai pas plus de bord que de camp...Un point commun, quant à ce dernier trait, non ? »

Elle mit ses deux mains sur les hanches de Sombra et avança sur elle, plaçant ses pas entre ceux de la jeune fille, et la forçant elle-même à reculer, un regard complice plongé dans le sien ; Pas comme tout à l’heure, d’une façon agressive et forcée, y mêlant plutôt cette fois une délicate entente, lui laissant le temps de prendre le rythme et éviter toute confrontation si elle décidait de suivre.

« Je mords simplement ce qui attire mon envie...Pour faire mal, ou simplement titiller les sens, ça, c’est une autre histoire... »

C’était définitivement le plaisir que Widowmaker avait choisi ; Et puis, après ça, elle espérait bien qu’aussi maigre sa mise en danger avait été, elle le serait encore moins dans le futur - peut-être arriva-t-elle finalement à réconcilier cet aspect avec le business, essayait-elle de rationaliser, même si en vérité, ça n’avait aucune importance quant au chemin qu’elle avait pris. Il lui suffit de délicatement pousser Sombra pour que ses mollets se heurtent doucement au lit dont elles avaient rapidement atteint la chambre, et la fasse s’étaler dessus.

« Reste sagement là, et ne te déshabille pas, je me réserve ce plaisir...Disons que ça fera partie de mon massage... »

Amélie aurait aimé ne pas avoir à délayer tout cela, mais il fallait avouer que tout son équipement, aussi léger soit-il, entravait ses sens et son confort ; Peu, mais trop pour qu’elle laisse cela gâcher ce moment. Ce n’était pas pour autant qu’elle comptait interrompre un seul instant sa représentation, et avec un grand sourire, elle entama ses préparations, fixant Sombra pour l'assurer que cela était tout autant pour son plaisir à elle.

Tout d’abord, elle porta rapidement ses mains à plusieurs endroits stratégiques de sa tenue, défaisant quelques attaches pour qu’une partie non négligeable de son équipement tombe tout seul de son corps, peut-être avec une légère agitation des jambes ou du bras, sans même faire attention aux chocs que cela pouvait entraîner, même s’il fallait espérer qu’une si petite chute ne puisse pas les endommager, ceux-ci étant prévus pour le combat. Avec plus de précaution, Widowmaker porta ses deux mains à ses tempes pour ôter son casque et le poser à ses pieds ; Il ne restait maintenant sur elle que sa tenue la plus élémentaire, une combinaison de ce qui apparaissait être du latex tout en étant en réalité bien plus, à un détail près.

Délicatement, elle porta ses mains à son flanc, où elle défit rapidement la fermeture de son corset rouge vif ; Il était surprenant que l’enlever n’altère pas sa taille de guêpe, mais c’était au final logique, puisque s’il l’amincissait vraiment, combattre dedans aurait été assez difficile - cela confirmait par ailleurs sa nature de provocation à l’encontre de ses cibles. Avec toutes ces contorsions, la fermeture de la combinaison qui, encore tout à l’heure, était à peine assez ouverte pour qu’on y glisse un doigt, pouvait maintenant accueillir bien plus, et c’était d’autant plus tentant qu’elle était entravée par les seins d’Amélie, les deux monts arrondis ayant arrêté la fuite du « latex ». Leur taille était respectable sans être quoi que ce soit d’exceptionnel, mais leur forme était de loin leur trait le plus remarquable, soulignée d’un côté par les reflets du matériau, de l’autre par ceux de la fine pellicule de sueur qui se formait sur leur peau, avec, évidemment, les tétons de Widowmaker trônant à leur pointe, assez discrets, mais discernables pour qui cela intéresse par la fine déformation du « latex ».

Amélie attendit un bref instant ainsi, ses jambes écartées et les mains sur ses hanches, semblant réfléchir pendant quelques secondes à la suite, un regard assuré posé sur Sombra et un sourire joueur aux lèvres. Le reste ne se fit cependant pas attendre, et elle amena une main à son nombril où était encore arrêtée la fermeture de la combinaison pour l’amener jusqu’au bout de sa course, au creux de ses cuisses, juste assez pour laisser deviner à qui avait l’audace de regarder son intimité. Elle saisit ensuite chaque pan de son haut col avec une main pour les écarter et achever de dévoiler son buste qui n’avait rien à envier à ce qu’il avait laissé espéré jusqu’ici ; Elle se tourna ensuite de côté pour glisser ses mains dans chacune des jambes de la combinaison et en extirper les siennes.

Sans jamais se tourner à nouveau vers Sombra, elle prit d’un sac posé à côté de l’entrée de la chambre, ses affaires qu’elle avait entreposées ici durant son attente, quelques vêtements, tous noirs. D’abord, une culotte faite de satin, résille et dentelle ; En vérité, le satin n’était présent que pour cacher son intimité et ses fesses - les côtés, et même plus que simplement ça, étaient faits exclusivement de la résille et la fine dentelle qui donnaient une impression peu erronée de transparence. Ensuite, des bas, classiques, même si assez élaborés et « classieux », qui furent rapidement rejoints par un porte-jarretelles assorti, tout comme le reste de la lingerie l’était ; Même si l’on pouvait questionner la façon révélatrice dont Amélie s’habillait, on ne pouvait lui renier son goût. Ayant fini d’habiller ses jambes, elle glissa rapidement ses pieds dans des talons hauts de la même couleur qui l’aidèrent à garder sa taille relativement impressionnante, et qui témoignèrent qu’elle n’avait que faire de la règle selon laquelle on ne monte pas sur un lit chaussée. Enfin, ayant laissé le spectacle de ses seins admirable le plus longuement possible, l’assassin enfila une robe noire, plutôt courte et serrée, mais ça n’était à ce moment plus vraiment une surprise à ce moment là.

Elle se tourna donc finalement vers Sombra, les mains sur ses hanches et les jambes légèrement écartée, sa silhouette distinctement marquée par l’écart de lumière entre la pièce dont les deux femmes venaient et la chambre dont Widowmaker n’avait pas allumé le plafond, même si son hôte avait la liberté d’illuminer les lampes de chevet du lit.

« Commençons-nous, chérie ? »



« Dernière édition: Novembre 07, 2016, 09:25:53 par Amélie Lacroix » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #5 le: Novembre 07, 2016, 11:04:01 »

Sombra n’avait jamais vraiment eut des vues sur Amélie. En vérité elle ne s’était jamais réellement penchée sur cet aspect. Pour elle et jusqu’à présent, Widowmaker était une femme froide et impitoyable, prenant toujours au sérieux ce qu’elle avait à faire. Une partenaire de combat exceptionnelle, mais en qui on ne pouvait pas forcément avoir confiance. Sa fidélité ou ses motivations étaient trop incertain … Tout cela pour dire que la pirate ne s’était jamais questionnée sur elle. À présent que Widow’ l’avait prise dans sa toile, Sombra se rendait compte qu’en fait, elle avait travaillé depuis tout ce temps avec une femme au charme certain. Une femme distinguée et élégante, dont le physique était un poison au moins aussi mortel que celui de son sniper.

Après le baiser qu’elle lui offrit, elle répondit à la petite pique de Sombra vis-à-vis de son bord. Comme elle aurait dû s’en douter, Amélie n’avait pas de barrière sur ce sujet. C’était un bon point cela dit, au moins savait-elle apprécier tous les goûts. La pirate allait se faire une joie de faire plus ample connaissance avec Amélie d’ici peu. Celle-ci se rapprocha encore et finit par pousser Sombra sur le lit, qui s’étala dessus. « Le plaisir sera partagé à mon avis … » Répondit Sombra face à ce que lui affirma sa comparse. En attendant que Widow’ s’occupe d’elle, elle se décida à se changer. Sa tenue de combat était certes attirante mais, ce n’était pas vraiment une tenue appropriée pour l’occasion. La pirate devina alors qu’Amélie avait préméditée tout ceci quand elle l’observa saisir un sac qu’elle avait entreposé ici.

Avant cela, elle put avoir tout le loisir de la voir se déshabiller, lentement, sensuellement. Elle ne dit rien, savourant pleinement le spectacle. À nouveau elle put voir à quel point Amélie était en fait une belle femme derrière les armes et l’action. Ses formes harmonieuses et généreuses, sa belle poitrine ferme, ses jambes longues et effilées … En fait, Amélie aurait très bien faire carrière en tant que modèle si elle avait eu une vie normale. Mais ça aurait été d’un ennui … Rien ne valait une vie remplie d’action, d’armes et de danger. Sombra dévorait Amélie du regard et sentit même l’excitation prendre un plus haut degré quand elle fut totalement nue. « Je n’avais jamais remarqué à quel point tu es bien formée, petite araignée … » Commenta Sombra, n’hésitant pas à lorgner sur la belle croupe de Widowmaker quand celle-ci se tourna.

Après une séance habillage, où la belle sniper enfila une robe et des bas, ainsi que des sous-vêtements des plus appétissants, elle se tourna vers la pirate. Jambes écartées, elle prit une pose de femme fatale qui collait à merveille avec la lumière derrière elle. « Bien entendu, señora. » Répondit Sombra, qui se déplaça un peu pour allumer les lampes de chevet autour du lit. « Tu avais prémédité tout cela, n’est-ce pas ? Comment tu pouvais être sûre que j’allais te succomber ? » Demanda-t-elle alors d’une voix provocante. Puis, elle finit par s’asseoir au bord opposé à la tête du lit, avant de doucement poser ses mains sur les hanches de Widowmaker, qui se tenait debout devant elle. De ses mains elle pressa tendrement sa chair, se mettant à la caresser au travers sa belle robe qui démultipliait son charme. Il n’y avait pas à dire … Amélie était une femme fatale. Cependant, Sombra finit par lentement diriger ses mains vers sa croupe, qu’elle caressa à son tour sensuellement, la massant tout en gardant une certaine retenue.

« Puisque tu sembles avoir tout prévu, puis-je savoir ce que tu vas me faire, maintenant ? À part me déballer comme un précieux paquet cadeau … » Dit-elle avec un clin d’œil, faisant revenir ses mains sur ses hanches, puis sur ses mains qu’elle saisit délicatement pour les porter à ses lèvres. Sombra tombait sous le charme de cette femme, mais cela ne voulait pas dire qu’elle lui succombait totalement. Il fallait s’opposer un peu, sinon ça ne serait pas amusant. Mais pour le moment elle se laissait faire, aimant de plus en plus ce qu’elle voyait. Si elle avait su plus tôt qu’Amélie était une femme de ce type … Peut-être que leur relation serait plus poussée que ce qu’elle était à ce moment-là.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Amélie Lacroix
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Novembre 08, 2016, 02:03:22 »

Chaque remarque de Sombra scellait un peu plus son sort ; Comme dans la toile d’une araignée, il n’y avait d’agitation qui ne reserre les liens. Cela faisait bien entendu partie du plan échafaudé par Widowmaker, ou plutôt improvisé ; Quoi que ça soit difficile à croire, elle appréciait énormément ces vêtements, même quand elle n’a personne pour qui les porter en particulier, et que la hackeuse ait droit à cette représentation privée était tout aussi bien, mais en réalité assez fortuit. Mais même si tout cela faisait partie d’un calcul, Amélie ne pouvait nier y prendre un certain plaisir : Même si elle n’avait jamais particulièrement remarqué les charmes, elle ne pouvait pas ignorer le peu qu’elle avait aperçu de la jeune fille, et elle comptait bien en dévoiler plus dès ce soir.

Et quelle joueuse la pirate faisait, complimentant l’assassin pour ne rien arranger à ses problèmes d’ego, mais sans doute aussi pour s’assurer toujours plus d’ardeur de sa part ; De ce côté là, elle ne comptait jamais décevoir, donnant son tout. Son offre acceptée par Sombra, elle imita l’indignation, portant une main à sa poitrine alors que visage s’illuminait d’une surprise feinte.

« Moi, préméditer..? Allons, ton esprit te joue des tours... »

Elle ne mentait cependant pas. Pas totalement. Même s’il fallait avouer que ce genre d’arrière-pensée n’était que rarement loin de l’esprit de Widowmaker, en entrant dans cet appartement, elle n’avait pas prévu d’y faire un strip-tease, et encore moins ce qu’elle espérait suivre. Elle était presque insultée qu’on la pense assez bassement instinctive pour que ça ait été le motif premier de sa visite, mais qu’on flatte en même temps ses talents de séduction, ça rattrapait bien le coup. Quand enfin la pirate fut revenue auprès de la femme à la robe noire, celle-ci posa un genou à côté d’elle pour prendre appui sur le bord du lit et délicatement s’asseoir sur les cuisses de la jeune fille. Qu’elle écarte ses jambes juste assez pour ainsi être à califourchon suffisait à faire remonter sa robe, l’empêchant de cacher sa lingerie, ce qui n’était pas pour lui déplaire.

La hackeuse s’enhardie ensuite, venant tâter la chair d’Amélie, lui arrachant une discrète inspiration de surprise avant de déformer ses lèvres en un sourire joueur. Elle la laissa simplement faire, ne dérangeant pour rien au monde son petit massage improvisé, observant simplement le visage de sa partenaire, essayant de jauger ce qui pouvait bien courir dans son esprit, finissant même par se laisser aller à se mordiller la lèvre inférieure à force d’imagination. Elle fut cependant sortie de sa douce rêverie par l’inquisitoire de Sombra.

« Tu dis ça comme si tu n’allais pas aimer...Allons, laisse toi faire et apprécie...Et si tu n’aimes pas, tu es libre de me montrer comme tu fais... »

Elle lui rendit son clin d’œil et lui laissa prendre le contrôle de ses mains, qu’elle reprit cependant assez vite pour saisir son visage dans celles-ci et le porter à ses lèvres, l’embrassant langoureusement comme une promesse enflammée. Après quelques instants ainsi, elle sépara les deux bouches pour venir appuyer sur la poitrine de la pirate et la faire s’allonger, ce qui serait sa position dans le futur proche, Widowmaker espérait.

L’assassin s’avança légèrement, de sorte à ce que leurs bassins soient l’un contre l’autre, profitant silencieusement du doux échange de chaleur, d’autant plus qu’il n’y avait maintenant qu’un très fin tissu sur sa peau bleutée. Dominant sa partenaire, elle se pencha légèrement en avant pour venir défaire les attaches de son manteau ; Sombra était plutôt lourdement habillée - bien que ce « lourdement » n’était peut-être qu’un avis personnel puisqu’elle-même était rarement très couverte - et il ne lui fallait alors pas traîner pour la défaire de ses vêtements.

Ceci fait, Amélie passa délicatement ses mains sous l’épais tissu, sans prendre la peine d’écarter les pans au préalable, et les fit doucement grimper le long du corps de la pirate jusqu’à atteindre ses aisselles, toujours à l’intérieur de son manteau. De là, elle fit glisser ses bras le long de ceux de la hackeuse, emmenant avec elle les manches, ôtant de fait le tout des épaules de Sombra alors que le manteau s’ouvrait. Quand les mains de Widowmaker atteignirent finalement celles de sa partenaire, elle les saisit, et acheva de faire épouser ses lèvres aux siennes, la manœuvre ayant bien entendu requis qu’elle se penche doucement en avant, offrant d’abord une vue plongeante de ses formes avant qu’elles ne finissent par se presser contre celles de la pirate.

L’embrassade dura bien quelques secondes durant lesquelles Amélie s’offrit de fermer ses yeux pour mieux en profiter, mais elle la rompit finalement pour se redresser, tirant à elle les mains de la hackeuse à travers les manches du manteau pour achever de la défaire du vêtement qui était maintenant étalé sous Sombra sans plus rien en cacher, pour le plus grand délice de l’assassin. Widowmaker guida alors les doigts de sa partenaire jusqu’à sa propre poitrine nouvellement dévoilée - pas totalement, mais plus qu’avant, même si ce n’était évidemment pas encore assez au goût de la sniper - pour en dessiner les contours, l’amenant de fait à délicatement se masser le buste.

« Mais pourquoi cachais-tu cela, mmh..? »

Son visage était cependant plus joueur que réellement interrogatif, son sourire narquois étant un indice majeur à cet égard. Elle n’attendit alors pas longtemps avant d’enchainer, laissant les mains de Sombra vagabonder seules pour l’instant alors qu’elle les laissait là où elle les avait emmenées. Elle porta alors immédiatement ses doigts à la gorge de la pirate, cette fois-ci seulement pour y défaire la fermeture de son second habit, heureusement. Elle prit son temps, mais n’usa pas de la même extravagance ou sensualité que la première fois ; Cependant, à son regard peut-être plus enflammé, il y avait tout de même quelque chose.

Cela fut révélé quand elle finit de séparer les deux pans du vêtement, se saisissant alors des deux à leur base pour les relever au dessus de Sombra, faisant prendre à l’habit la forme d’un immense col qui, bien entendu, immobilisait les bras de la hackeuse au dessus de sa tête, en tout cas, à moins qu’elle ne veuille contrevenir à la volonté de sa masseuse qui s’était expressément approprié le privilège de la déshabiller.

« Il n’y a pas de honte à avoir, je t’assure...Quoi que, au contraire, c’est de les cacher dont tu devrais avoir honte.... »

Dit Amélie, tout sourire, alors qu’elle se baissa pour venir embrasser Sombra, posant ses mains sur les flancs de la pirate, les laissant doucement glisser agréablement sur sa combinaison, elle-même pas si différente de celle que l’assassin portait il n’y a pas si longtemps ; Plus voyante et criarde, peut-être. Après un autre de ces bref baisers dont elle ne se lassait pas, elle se releva et ramena ses mains au creux de ses cuisses qui coïncidait non sans préméditation avec celui de sa partenaire. Cependant, cela ne l’intéressait pour l’instant pas, ou plutôt le gardait-elle pour plus tard.

Simplement, elle fit aller et venir ses doigts le long du ventre de Sombra, les faisant partir de dangereusement près de son intimité pour venir s’échouer sur ses seins et les masser quelques instants avant de rebrousser chemin seulement pour mieux revenir, comme le flux et le reflux. La matière parfaitement lisse et moulante de la combinaison laissait transparaître chaque centimètre de ces péripéties dans l’esprit de la hackeuse, et cela n’échappait visiblement pas à Amélie qui arborait un sourire aussi carnassier que charmeur alors qu’elle gardait son regard plongé dans celui de sa pauvre victime, y guettant sa réaction.

« As-tu vraiment peur de te dévoiler, alors que toi-même tu avais l’air de pas mal apprécier me voir dans le plus simple appareil.. ? »

Elle se pencha alors contre Sombra, passant ses bras dans le dos de celle-ci, sous elle, pour mieux se presser contre son corps, plus proche que jamais, pour ainsi dire sans rien entre elles, chacune ressentant la chaleur ou, au contraire, froideur et l’autre, et vint délicatement apposer quelques baisers sur son visage, mais pas sur ses lèvres, gravitant doucement vers son oreille où elle finit par déposer, chuchotant :

« Ou est-ce que tu ne préfèrerais pas cesser de me mentir et me dire tout haut ce que tu désires réellement quand tu m’imagines en train de te « masser » ? »

Ça, Amélie ne pouvait pas nier l’avoir préméditer, tout son art de la séduction lui aillant servi à guider sa partenaire jusqu’à ce moment précis ; Mais l’on n’avait rien sans rien, et elle était bien prête à ces basseries pour brûler quelques étapes avec Sombra.
« Dernière édition: Novembre 09, 2016, 12:15:44 par Amélie Lacroix » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #7 le: Novembre 09, 2016, 12:25:15 »

Il n’y avait qu’Amélie qui avait le droit de taquiner et de provoquer, après tout. Sombra caressa les hanches de son amante – ceci était à présent une certitude en vue des circonstances – et sourit malicieusement face à sa réponse. Jamais elle n’aurait la prétention de pouvoir mieux faire qu’elle en matière de séduction / intrigue … Amélie semblait indétrônable. Sombra ne serait jamais aussi orgueilleuse qu’elle ! Toutefois cela ne l’empêchait pas de savourer le corps de sa comparse qui se mit à califourchon sur ses genoux, sa robe se relevant en conséquence, révélant sa délicate pièce de sous-vêtement. La pirate ne se fit pas attendre pour lentement passer une main sur sa croupe, effleurant sensiblement la sublime culotte que portait la sniper. Elle avait bon gout en la matière … Cela correspondait exactement à l’image de femme de goût qu’elle renvoyait.

Widowmaker saisit ensuite le visage de sa proie pour déposer ses lèvres contre les siennes, avant de la pousser pour la faire s’allonger contre le lit. Sombra était totalement entre ses doigts, telle une pauvre mouche prise dans les toiles de l’araignée, qui s’apprêtait à la dévorer toute crue. Pourtant elle persistait à se persuader qu’elle pouvait encore changer la donne, même si son corps avait cédé depuis un petit bout de temps. Elle luttait pour ne pas s’abandonner corps et âme à Widow’, afin de ne pas l’habituer à autant de faciliter, afin de ne pas devenir sa chose. Mais c’était difficile de résister à une telle femme, à une telle personnalité, à une telle orgueil … Du coup, c’était un bilan mitigé. Sombra se mordit la lèvre en sentant et voyant son amante se hisser au-dessus d’elle, son bassin se frottant tendrement au sien. La jeune femme soupira doucement, appréciant cette forte proximité avec elle. Elle adorait sentir son souffle qui, paradoxalement, était chaud. Elle commençait même à aimer cet air hautain et fière qu’elle arborait, renforçant cette attirance qui faisait tomber ses défenses une à une.

Elle ne dit rien quand Amélie se mit à enlever son lourd manteau. Elle y allait avec une sensualité déconcertante, finissant par glisser ses mains le long de ses bras avant de saisir ses mains. Amélie se pencha puis embrassa à nouveau Sombra, qui succomba un peu plus à cet instant au délice de ses lèvres violettes. Froides comme la glace, mais savoureuses comme le plus raffiné des mets … Sombra se découvrit un goût pour les lèvres et la langue de Widowmaker ! Allait-elle devenir légèrement addict à ses baisers ? Peut-être pas … Tout dépendra de cette nuit, en réalité. Mais ce qui était sûr était que le silence et la coopération de Sombra indiquait qu’Amélie la tenait entre ses doigts. Observant ainsi la poitrine presque libérée de la pirate, la sniper porta les mains de la propriétaire à celle-ci, lui demandant alors innocemment pourquoi cachait-elle cela. « Noël ne serait pas si spécial si on le fêtait tous les jours, non ? » Dit-elle malicieusement.

Suite à cela Widow’ entreprit de retirer son second manteau, faisant ainsi que Sombra ne portait plus que sa combinaison forte bien moulante. Dans le même registre que celle de Widowmaker, mais en plus colorée. Un baiser, des mains qui caressaient ses hanches, puis qui vinrent appuyer sa peau tout en se baladant dangereusement jusqu’à ses cuisses. Amélie était dans l’optique de faire craquer Sombra et elle y parvenait bien pour le moment, même si la pirate restait muette. Son regard de braise, plongé dans celui de sa partenaire, en disait long sur l’envie brûlante qui la dévorait de l’intérieure. L’envie de son corps, de sa froideur, de sa hargne. Face à autant de caresses, les joues de la pirate s’empourprèrent doucement, alors qu’une petite pointe de chaleur commença à se faire sentir entre ses cuisses. Amélie finit par légèrement surélever le dos de Sombra en passant ses mains derrière. Elle plongea son visage vers le sien, amenant sa bouche près de son oreille pour lui susurrer son poison aphrodisiaque … Ce qui fit alors sourire doucement Sombra, qui posa délicatement une main sur la douce joue d’Amélie. Son regard planté dans le sien, son sourire narquois et provocateur, la pirate était réellement dans l’optique de jouer de bon cœur avec Widow’, afin qu’elle aussi la désire.

Son pouce effleura sa peau un instant, avant qu’elle n’abaisser doucement le visage de son amante pour lui susurrer à son tour quelque chose à l’oreille. « Tu prendrais la mouche si je te disais que je meurs d’envie de te faire l’amour … Mais, puisque tu tiens à la vérité petite araignée, alors saches-le ; je te veux, je te désire. Toi … Ton corps … Ton orgueil. » Lui susurra-t-elle à l’oreille, avant de sortir langoureusement sa langue pour lui donner un petit coup de langue, avant de mordiller son lobe. Son bassin alla se frotta tendrement contre le sien, se surélevant pour éprouver au mieux celui d’Amélie. Ses cuisses se relevèrent pour serrer les délicieuses hanches de la sniper, alors qu’une main se posa sur la joue opposée à celle que Sombra se mit à embrasser et lécher, et que l’autre partit caresser son dos et sa hanche.

Après quelques secondes de tendresse sur sa joue, elle ponctua par un délicat baiser sur ses lèvres, puis sur la pointe de son nez, avant de rabattre une mèche de la chevelure violette d’Amélie. « Hm, tu n’as pas fini de déballer ton cadeau, ma grande. » Lui dit-elle, lui faisant comprendre qu’elle désirait se faire déshabillée totalement avant qu’elle pense pouvoir profiter de son corps. À moins qu’elle désirait assouvir sa passion pour les combinaisons moulantes avant … Ce à quoi Sombra ne s’y opposerai guère !
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Amélie Lacroix
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Novembre 09, 2016, 02:20:42 »

Widowmaker était certaine qu’elle tenait Sombra entre ses griffes, ce qui n’était qu’à moitié de l’orgueil, quand elle notait la myriade de petits indices traîtres qui échappaient à la jeune fille ; Ses joues qui se teintaient de la couleur de la passion, ses yeux qui la dévoraient...Chacun de ces détails renforçaient l’assurance d’Amélie, et l’incitaient à un peu plus se croire posséder sa partenaire, corps et âme. Elle ne s’abandonnait cependant pas tout à fait complètement, car chacune de ses réponses était emprunte de provocation, ce qui tout en témoignant à l’assassin qu’elle n’avait pas encore complètement faite craquer la pirate, ne faisait que piquer son ardeur à l’effort.

« Oh, mais je ne prendrais pas la mouche...A moins que tu ne la sois, prisonnière de ma toile d’araignée, mmh ? »

Widowmaker réprima alors un petit rire, car bien qu’elle ait l’habitude d’être dans le registre de la moquerie et de la provocation, elle se considérais de plus en plus partenaire de jeu de Sombra, en tout cas pour le moment, tant que partie il y avait encore ; Peut-être que plus tard dans la nuit, les traits d’esprit laisseraient place à des réponses moins construites et plus instinctives, si ce n’est animal...

Mais rapidement, la hackeuse la rassura quant à sa combativité, et vint chercher l’initiative, faisant partager sa chaleur sulfureuse avec Amélie dont la peau en brûlait délicieusement. Elle se laissa aller à longuement profiter des diverses caresses de la pirate, interrompant un instant ce qui était toujours officiellement simplement un massage, mais elle fut rapidement rappelée à l’ordre par une remarque de Sombra, ce qui ne manqua pas de se heurter à l’orgueil qu’elle venait pourtant d’avouer apprécier.

Cela piqua Widowmaker, qui interrompit alors son petit jeu en se saisissant des mains qui se baladaient sur son corps et se relevant, mettant fin à leur baiser. Elle ne manqua cependant pas de ponctuer ce geste d’un bref rire, signal d’alarme qu’il semblait y avoir plus à tout cela que la simple envie d’aller plus loin.

« Tu as raison...Mille fois raison ; Et un cadeau, ça se mérite, tu ne crois pas.. ? »

Elle amena alors délicatement une main au menton de Sombra, le saisissant de deux doigts ; Pas assez fort pour que ça soit un réel pincement, juste une emprise, intimant à la jeune fille de suivre ses mouvements. Elle fit alors doucement se relever la hackeuse, sans pour autant, pour la première fois, conclure un tel rapprochement par un baiser, pas encore. Amélie profita alors que le dos de sa partenaire ne reposait pas sur ses habits pour les enlever du lit, d’abord celui qu’elle portait encore, puis le manteau, permettant aux deux femmes de reposer sur les doux draps plutôt que l’épais et peu confortable tissu des vêtements.

Elle ramena ensuite un index sur les lèvres de Sombra et y appuya légèrement pour la faire s’allonger à nouveau de toute sa longueur, faisant ensuite tout simplement glisser son bassin sur le ventre de la pirate, la texture parfaitement lisse de sa combinaison permettant la manœuvre sans accroc. Elle arrêta sa course juste en dessous de sa poitrine, faisant attention de ne surtout pas la cacher, mais empêchant par la même la hackeuse de jeter un coup d’œil sous sa jupe, quoi que sa position, jambes écartées, avait depuis longtemps empêché sa robe d’être un obstacle entre les yeux de Sombra et la culotte satinée.

Elle sourit, pleine de malice, à la jeune fille, et commença à rapidement défaire les jarretelles d’un de ses bas.

« Oh, bien sûr, toi, tu as été un amour, chérie... »

Elle ôta alors son bas qui était libre de ses attaches, et usa de ses mains pour lever les bras de Sombra bien au dessus de sa tête avant de les lier grâce à la pièce de lingerie, ne manquant pas de gracieusement se pencher en avant pour convenablement exposer sa poitrine à sa partenaire ; Le nœud n’en était qu’à peine un, à vrai dire, mais qui avait cela pour lui qu’il témoignait de la volonté d’Amélie. Elle se défit alors de son second bas, de l’exacte même façon.

« ...Mais j’ai quelques petites « bêtises » à me faire pardonner...Alors il va falloir que je me rachète avant d’avoir mon cadeau... »

Elle noua alors sa seconde « jambière » autour des yeux de sa partenaire ; Encore une fois, rien à voir avec un véritable masque qui empêcherait totalement de voir, non seulement parce qu’il serait extrêmement facile de s’en défaire, mais aussi parce que sa porteuse pouvait encore entrapercevoir par le bas de son champ de vision. Amélie bascula alors en arrière, allongeant son dos sur Sombra, et releva ses jambes l’espace d’un instant en un sorte de chandelle, témoignant de son agilité, pour pouvoir aisément se défaire de sa culotte, en plus, ce qui n’était évidemment que peu accidentel, permettre à la pirate de jeter un coup d’œil rapide et furtif sur l’intimité révélée de l’assassin.

Reprenant rapidement sa position à califourchon, elle prit délicatement Sombra par le bras et la fit se retourne face contre le lit ; Celui-ci était assez rigide pour que cela lui permette simplement de mettre sa tête de côté, mais pas trop pour que cela se fasse dans un confort raisonnable. Après un instant à visiblement bricoler quelques chose de ses doigts, Amélie s’allongea alors contre le dos de la hackeuse et lui chuchota à l’oreille

« ...L’on n’aura qu’à dire que ton plaisir sera ma pénitence... »

Avant d’utiliser sa culotte comme bâillon, le fin tissu possédant un nœud en son centre comme lorsque l’on souhaite que quelque chose n’échappe pas à son esprit, même si en l’occurrence, il servait aussi évidemment à réduire la pirate au silence, quoi qu'encore une fois, glisser quelques mots à travers n'était pas impossible, même s'ils perdraient sûrement en élégance et clarté. La maîtrise de cet art de l’entrelacement que possédait Widowmaker était évidente lorsque Sombra put réaliser que la partie qu’elle avait dans la bouche était l’exacte même que celle qui couvrait l’intimité de sa partenaire, le satin délicieusement imprégné de tout son désir.

« ...Alors n’hésite pas à gémir, pour bien me faire savoir que je « m’excuse » convenablement, d’accord, chérie ? »

Amélie passa ses bras sous Sombra, caressant doucement ses formes pressées par le poids des deux femmes contre ses mains qui les malaxaient tendrement. Après ce petit moment passé à profiter de la situation, elle se fixa cependant à nouveau sur sa « pénitence », et vint délicatement ouvrir la fermeture de la combinaisons de la hackeuse sur toute sa longueur. Ceci fait, elle passa ses doigts sous la fine matière ; L’une, la gauche, le fit au niveau de la poitrine, commençant à lentement masser le sein droit de la pirate, l’harcelant pour en apprendre le moindre contour ; L’autre, la plus tactile, Amélie l’utilisa pour descendre jusqu’au saint des saints, l’intimité de Sombra, faisant aller et venir deux de ses doigts le long de celle-ci.

Le reste du corps de Widowmaker ne se reposait pas pour autant, et elle ondulait doucement contre le dos de sa partenaire, profitant de sa chaleur, d’autant plus qu’elle n’avait maintenant plus que sa robe, toujours aussi indécemment relevée, entre elle et sa comparse. Pendant ce temps, ses lèvres couvraient délicatement de baisers le coup et le visage de la pirate, lui infligeant parfois un léger suçon avant de passer à un nouvel endroit, mais gâchant invariablement un long moment pour chacune de ses attentions, laissant langoureusement la rare chaleur de ses lèvres pénétrer la peau de la hackeuse.

Après un petit moment d’accoutumance, elle finit par rendre ses caresses plus intéressées et intenses, malaxant doucement le téton de Sombra du bout de ses doigts alors que ceux dédiés à son intimité commencèrent lentement à chacun s’approprier une des lèvres, en dessinant d’abord simplement les contours, mais finissant, avec le temps, par délicatement y imprimer plus de pression, les écartant légèrement tout en appuyant malicieusement de son bassin sur celui de sa partenaire, pressant le creux de ses cuisses contre le lit et, par la même, le laissant appuyer contre son intimité qu’elle exposait ainsi.
« Dernière édition: Novembre 09, 2016, 04:14:33 par Amélie Lacroix » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #9 le: Novembre 09, 2016, 06:37:52 »

Que dire de tout ceci ? Quelque part dans l’esprit de Sombra subsistait le doute. Pourquoi Amélie avait décidé aujourd’hui qu’elle ferait l’amour avec elle ? D’où venait ce soudain engouement pour la pirate. Mais surtout, d’où venait ce soudain désir pour la sniper, vis-à-vis d’elle-même. Comme dit, Sombra n’avait jamais vraiment eut de visées sur elle auparavant. Mais il avait fallu quelques minutes pour que le charme débordant d’Amélie séduise la jeune femme, lui faisant prendre conscience qu’elle était la partenaire d’une femme des plus désirables et élégantes qu’il soit. Parfois elle se demandait comment étaient ses coéquipiers quand ils n’étaient pas en missions – même si ce cas de figure était rare. Avec Amélie ce soir, elle commençait à avoir la réponse, et ça lui plaisait beaucoup. Si Widowmaker était réellement une femme doté d’une si grande classe en privé, alors il y avait de fortes chances pour que Sombra décide effectivement de faire d’elle sa nouvelle amie. Quoiqu’il en était, en succombant l’une à l’autre ce soir, la relation entre elles allait évoluer.

En attendant de voir jusqu’où cela mènerait, Sombra subissait avec délice les assauts et les caresses de sa partenaire. Amélie posa sa main sur le menton de la pirate et la releva un peu, afin d’enlever les vêtements qui trainaient en-dessous de son corps. Puis, elle lui intima de s’allonger de nouveau, avant de lui confier qu’elle, Sombra, avait été un amour et que par conséquent, le mérite devait venir d’elle. Comme elle avait donné l’habitude, elle continua ses gestes avec cette sensualité débordante qui faisait fondre Sombra intérieurement. Widow’ retira l’un de ses délicats bas et s’en servit pour attacher, superficiellement, les mains de sa proie, au-dessus de sa tête. Un bas chaud et sensuel, imprégné de l’odeur suave de cette femme que Sombra découvrait plus en intimité ce soir. Finalement, pour une tueuse froide, cruelle et sans pitié telle qu’elle avait vu le voir depuis toujours, Amélie lui montrait un visage bien plus … chaleureux, ce soir. Et ça, ça plaisait à Sombra.

Toujours avec beaucoup de classe et de sensualité, Amélie se libéra de son deuxième bas et s’en servit pour cacher la vue à la pirate, qui gloussa doucement face à l’initiative. « Tu me prive de la plus belle vue que j’ai, ce soir ? » Dit-elle d’un ton taquin, juste pour provoquer un peu, sans rien de plus. Sa respiration haletait de plus en plus lourdement, alors qu’elle sentait ses zones les plus intimes se mettre à chauffer davantage. Elle aurait bien aimé vouloir serrer ses cuisses l’une contre l’autre pour soulager ce feu qui commençait à se rependre en elle, mais elle ne pouvait pas. Quand les choses sérieuses allaient commencer, et qu’elles allaient atteindre leur paroxysme, nul doute que Sombra allait changer de visage à son tour. Peut-être deviendrait-elle plus sauvage, plus … Passionnée. C’était même une certitude. Plus ça allait, plus elle avait faim. Faim d’Amélie, de son corps, de ses mains, de ses lèvres … De tout.

Après que Sombra eut les yeux bandés, elle remarqua que Widow’ retira autre chose, de bien plus intriguant. Sa petite culotte satinée ; cette petite pièce de pur délice, qui s’approcha dangereusement du visage de la pirate, tenue entre les doigts de sa propriétaire. Avant cela, elle la retourna ventre contre le lit, de manière à avoir un meilleur ascendant sur elle. Puis, elle fit monter brusquement le désir en Sombra quand elle enfonça délicatement sa culotte entre ses lèvres, s’en servant donc comme bâillon. La délicate et parfumée petite culotte de la sniper, qui était à présent bien au chaud dans la bouche de Sombra qui pouvait en sentir encore la chaleur et la savoureuse fragrance d’Amélie qui s’en dégageait. La pirate gémit doucement, ne pouvant plus parler à proprement dit, exprimant ainsi via ces couinements tout son plaisir. Son plaisir à l’heure actuelle, c’était d’être la petite chose entre les doigts experts de Widow’, qui lui procuraient énormément de bien.

La chaleur et le plaisir monta alors que la terrible femme fatale qu’étai Amélie immisça ses mains pour ouvrir la combinaison de Sombra, écartant les pans qui libérèrent enfin son corps. Ses mains allèrent masser ses deux monts chaud et tendre de chair, arrachant un gémissement plus audible de la bouche pleine de Sombra. « Hmmm … » Couina-t-elle en se mettant à crisper ses doigts contre le matelas. Widow’ avait visiblement décidé de passer la vitesse supérieure, et le lui prouva quand elle se mit à provoquer sa plus intime intimité. Quand elle se mit à taquiner sa fleur féminine de par ses doigts. Pour accompagner le tout, elle se mit à l’embrasser langoureusement et longuement dans le cou et sur son visage, ce qui était typiquement le genre de geste dont raffolait Sombra. Son bassin qui ondulait contre elle, la chaleur de ses lèvres, la vivacité de ses doigts qui se mirent à provoquer son sexe.

Elle la sentit insister sur ses lèvres intimes, sans jamais pour autant la doigter au sens propre. Elle attisa le feu de la frustration chez la pirate, qui gémit plus lourdement et longuement au travers son délicieux bâillon. Sombra, en sentant son amante se frotter contre elle, pouvait aussi sentir la chaleur qui s’éprenait d’elle à niveau de son intimité. Ce fut pour cette raison que la pirate se cambra doucement et se mit à suivre le frottement, afin de glisse sa petite croupe moulée dans sa combinaison contre l’entrejambe d’Amélie, afin de lui apporte aussi un peu de plaisir. Et de la faire craquer un peu, aussi. Ses seins se mirent à lui faire délicieusement mal à force qu’Amélie pinçait ses petits tétons, qui étaient à présent durs et érigés comme des monts. Son sexe s’embrasait de plus en plus, l’empêchait progressivement de réfléchir normalement, se faisant de plus en plus obnubiler par le plaisir et les sensations qui en découlait. Bientôt, son corps allait totalement répondre de ses instincts et uniquement de ceux-ci, qui n’allaient vouloir qu’une chose ; le plaisir. En attendant Sombra se tortillait et se cambrait sous Amélie pour frotter sa croupe contre sa féminité, et pour mieux sentir son agréable corps contre le sien, tout simplement.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Amélie Lacroix
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Novembre 10, 2016, 10:31:07 »

Amélie pouvait sentir Sombra brûler sous elle, et en particulier ses doigts et son bassin, ce qui la ravissait au plus haut point, la combinaison fine et moulante de la pirate s’effaçant pour ainsi dire complètement lorsqu’il s’agissait de transmettre sa douce chaleur, alors que plus rien ne séparait le fessier rebondi de sa partenaire de là où ça comptait. Elle semblait d’ailleurs jouer de cela, puisque ses agitations étaient particulièrement intéressées par le creux des cuisses de l’assassin qui recevaient toute leur bouillante attention.

Cela n’échappait pas à Widowmaker, qui ne mit pas longtemps à imaginer ce que sa « prisonnière » voulait inciter, même s’il n’en fallait pas beaucoup, ses petits gémissements involontaires étant déjà une bien agréable musique aux oreilles de l’assassin. Elle décida donc qu’il était temps de mettre fin à ce petit jeu, non pas sans s’amuser à titiller la hackeuse en pénétrant une seule et unique fois son intimité de ses doigts, leur faisant décrire sa paroi intérieure qui semblait déjà bien humide et accueillante.

« Mmh, tu as l’air si ardente, je crois que je serais plus cruelle que méritante à continuer mon massage... »

Amélie stoppa alors immédiatement son œuvre avec un dernier baiser sur la joue de la pirate avant de doucement la relever d’une main « négligemment » placée sur sa poitrine, la plaçant à genoux sur le lit. La femme à la peau bleue se plaça alors sur sa cuisse gauche, simplement assise à califourchon dessus, encore largement pressée contre sa partenaire dont les bras, encore levés, ne gênaient en rien leur proximité.
La première chose qu’elle fit fut de venir détacher sa culotte et donc le bâillon de Sombra, ne lui laissant pas le temps de profiter de sa liberté buccale retrouvée qu’elle y enfonçait les doigts qui graciaient il y a quelques instants le creux de ses cuisses, lui faisant goûter à son propre nectar. Une fois assurée que chaque goutte en avait été léchée, elle vint en partager le goût avec sa propre langue, embrassant langoureusement la hackeuse. Cela sembla avoir un effet aphrodisiaque certain sur Amélie, qui commença alors à doucement reprendre ses ondulations, cette fois sur la cuisse de sa partenaire, alors que sa main libre vint délicatement enlacer la pirate pour la presser contre elle et, d’une manière bien plus intéressée, en faire le tour pour achever d’en ouvrir la combinaison, étirant la fente qui allait déjà de son cou à sa base jusqu’au creux de ses reins, au bas de son dos.

« Tu n’es pas d’accord ? »

Dit-elle d’une voix maligne, mettant finalement fin à leur embrassade et lui jetant un regard aussi complice que charmeur, même si sa receveuse ne pouvait en profiter, témoignage de sa rare honnêteté. Ses mains libérées de ses « obligations », elle défit rapidement les liens de celles de Sombra, quoiqu’elle aurait bien pu seule, en vérité, mais se garda d’ôter son masque, se disant qu’il lui allait plutôt bien, et que si l’enlever elle voulait, elle avait la liberté de ses dix doigts pour le faire. Cependant, Amélie ne semblait pas vouloir lui laisser le choix de quoi faire si facile, et se laissa innocemment tomber en arrière après avoir délicatement saisies les mains de sa partenaire, tenant simplement chacun de ses index de deux d’un sien et d’un pouce, lui signifiant que c’était tout sauf une nouvelle tentative de la restreindre.

« En fait, pourquoi me dire ce que tu désires, quand tu peux juste me monter..? »

Elle plaça une de ses longues jambes sur l’épaule de Sombra, lui indiquant alors un chemin tout indiqué jusqu’à elle, et resta alors ainsi, dans l’expectative, son buste légèrement surélevé, appuyant sur ses coudes pour lui permettre une position digne, soutenant tout regard que pourrait lui diriger sa partenaire avec charme et provocation.

« Tu es libre de venir me faire un « câlin » comme tu le souhaites...Ne t’en fais pas, je trouverai bien quelque chose à faire de mes doigts, ma langue, où que tu réclames leur attention...Enfin, tu y as déjà goûté, tu dois déjà avoir une idée... »

Pour la première fois, elle donnait volontairement tout le pouvoir à sa partenaire, quoiqu’elle ne résistait à tout de même lui avoir dicté les règles du jeu. Mais elle ne tricherait pas, passée cette petite ironie ; Elle était prête à répondre à chaque caprice de la hackeuse, à assouvir son moindre fantasme - dans les limites du raisonnable, se dit-elle. Il lui suffisait de se glisser dans ses bras, ou peut-être cuisses, voire les deux, de la bonne manière - il n’y en avait après tout pas qu’une, fort heureusement - et de lui ordonner où diriger ses attentions...
« Dernière édition: Novembre 10, 2016, 02:08:30 par Amélie Lacroix » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #11 le: Novembre 11, 2016, 03:57:23 »

Amélie avait réussi à transformer la pauvre Sombra en une boule de feu. Une boule de feu ardente et terriblement passionnée, qui subissait avec délice les assauts digitaux de sa comparse. Widowmaker continua de glisser ses doigts sur les pourtours de sa féminité, tout en l’embrassant inlassablement sur son visage et sur son cou. Son autre main ne cessait pour rien au monde de taquiner sa poitrine, qui devenait lourde et très sensible. La pirate sentait ces petites pointes devenir agréablement douloureuses face aux doigts d’Amélie qui s’en occupaient. Cette fille savait ce qu’elle faisait, et son objectif devenait clair ; faire monter la température. Sombra subissait – avec grand délice – et ne pouvait que gémir et couiner au travers la savoureuse culotte qu’elle avait entre les dents.

La sniper finit d’achever l’excitation de Sombra en osant user de son index. En effet, jusque-là elle s’était autorisée uniquement des caresses, mais vint un moment, certes bref, où Amélie s’introduisit sa féminité, dessinant le contour de ses parois internes. Elle remarqua alors l’extrême chaleur et humidité, ce qui arracha un râle plus sévère à Sombra dont les muscles se crispèrent autant que sa voix. « Hmmm ! » Gémit-elle, devenant rouge comme une tomate alors qu’elle sentit sa terrible amante la doigter pendant un moment. Amélie aurait pu continuer, et faire complètement craquer Sombra. Mais, elle se ravisa et la laissa ainsi, toute mièvre et désireuse. Elle se redressa avec elle après lui avoir gentiment offert un dernier baiser sur sa joue, puis se mit à califourchon sur sa cuisse. Elle la libéra ensuite sa bouche en retirant le savoureux sous-vêtement qui y était, mais ne lui laissa guère parler, car elle vint introduire ses doigts.

Ces mêmes doigts qui lui avait fait tant de bien quelques instants plus tôt, à hauteur de sa féminité. Sombra ferma doucement ses yeux et les lécha avidement, les suçotant avec grand appétit, tout en raclant chaque goutte avec sa petite langue. Après cela, Amélie la gratifia d’un long et doucereux baiser auquel Sombra répondit avec entrain et forte passion, comme si elle avait trop attendu cela. Elle ne cherchait plus à lutter contre son désir ; elle voulait s’abandonner à ce plaisir, à cette envie qui la brûlait de l’intérieur ; celle de profiter du corps d’Amélie. Le baiser finit éventuellement par se rompre et Amélie libéra les mains de Sombra du bas qui les attachaient ensemble. Sombra ne parlait plus, elle ne faisait qu’agir. Certes, il y avait toujours cette expression féline et avide sur son faciès. Mais à présent, elle laissait son corps parler plus que ses cordes vocales.

Libérée, elle senti Amélie se laisser tomber à la renverse, s’allongeant à son tour sur le grand lit. Elle entraîna son amante avec elle en lui tenant les index, puis passa une de ses langoureuses et longues jambes sur son épaule. Sombra gardait le collant sur ses yeux, ayant deviné que cela plaisait à sa comparse. Elle se surprenait à avoir envie de lui faire plaisir … C’était curieux. Mais, un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres alors que la sniper l’invita à lui montrer son désir, physiquement. « Tu ne seras pas déçue, petite araignée … » Dit alors la pirate, caressant sensuellement la jambe offerte de Widow’. Elle tourna son visage, puis passa délicatement une main sur son mollet, puis sur le dos de son délicat pied, faisant de petits allers et retours. Son visage s’approcha puis elle déposa un langoureux baiser su celui-ci, puis sur son talon, avant de continuer à monter, progressivement. Sombra lécha son mollet puis, à partir de là, laissa sa langue sortie pour lécher pleinement la douce et parfumée peau de sa comparse.

Elle remonta de cette façon, langue contre sa peau, jusqu’à ses cuisses. Cuisses qu’elle couvrit de multiples baisers, laissant chacun une marque chaude et passionnée. Ses mains les pressèrent et les caressèrent. Elle prenait son temps pour couvrir le merveilleux corps d’Amélie de baisers, même si pour le moment, c’était surtout pour ses cuisses. Elle se heurta bientôt au fin tissu de sa robe, et quand ce fut le cas, Sombra se redressa légèrement. Tel un félin elle glissa toute contre le corps tendre d’Amélie, jusqu’à ce que sa poitrine presse la sienne, que son visage soit au-dessus du sien, puis que son bassin frotte aussi le siens. Les jambes de Widow’ étaient d’une part et d’autre ses hanches, alors que Sombra se mit doucement à se frotter contre elle. Elle lui offrit un sourire malin, puis donna une légère tape du bout de son index sur la pointe de son délicat nez. « Boop ! » Dit-elle, avant de plonger son visage puis d’embrasser, avec appétit, son amante.

Cette fois-ci étant l’investigatrice de ce baiser, Sombra n’y alla pas avec le dos de la cuillère. Ses lèvres se serrèrent tendrement aux siennes alors que sa langue s’immisça dans sa bouche, cherchant directement la sienne pour danser avec. Un baiser très langoureux, mais très vitaminée par un puissant désir qui commençait à se matérialiser. Sombra ferma ses yeux et se laissa envoûter, à nouveau, par le gout exquis de cette bouche. Sa langue s’entortillait grandement avec la sienne, répondant encore et encore aux répliques buccales d’Amélie, formant ainsi un long et frénétique baiser. « Hmmmm … » Ronronna même la pirate, qui pendant ce petit moment de pur délice, glissa malicieusement sa main le long de la robe de Widow’, sur son ventre, jusqu’à son entrejambe. Tout en continuant de l’embrasser avec obsession, Sombra se mit à flatter ses fines lèvres intimes, les prenant en tenailles entre son index et majeur. Elle les caressa, les titilla, avant de venir flatter superficiellement son bouton intime, pour en revenir ensuite à ses lèvres.

En vérité, la pirate était en train de la préparer pour la suite … Un repas chaud était bien meilleur qu’un repas froid, après tout. Cependant, après de longues et de longues minutes de baiser, Sombra finit par le rompre et reprit grandement son souffle. « Je crois que je pourrai t’embrasser à longueur de journée, toi. » Lui avoua-t-elle, en se redressant. Suite à cela, Sombra porta ses mains sur sa propre combinaison, et finit de la retirer non sans une certaine acrobatie. En fin de compte, elle apparut totalement nue à Amélie. « La vue te plait, hm ? » Demanda-t-elle d’un ton taquin, avant de se pincer la lèvre. Elle avait envie de déshabiller Widow’ à son tour, afin de mieux la contempler mais aussi de pouvoir sentir directement sa peau contre la sienne. D’avoir la meilleure proximité possible … Pour l’en convaincre, Sombra se mit à califourchon puis posa pleinement ses mains sur sa belle poitrine. Elle se mit à les masser tendrement, avec moins de retenue qu’Amélie ; c’était là leur différence. Amélie était une femme raffinée et élégante, le poing habillé de velours, alors que Sombra était plus sang chaud, plus sanguine, plus … Impulsive.

Au travers cette robe elle massait donc la poitrine de sa camarade, et se mit même à déplacer ses doigts pour pincer doucement ses petits tétons, se délectant des soupirs et du regard d’Amélie.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Amélie Lacroix
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Novembre 11, 2016, 10:23:20 »

Amélie avait laissées les rênes à Sombra et était impatiente de la façon dont elle allait diriger leur petite affaire et, à terme, elle n’en avait aucun doute, la monter. Elle aurait pensé que son premier acte après as libération serait de demander à l’assassin de reprendre ses caresses de plus belle, étant donné à quel point celles-ci semblaient l’avoir embrasée, mais au contraire, son approche fut plutôt délicate et sensuelle, quoi que ne semblant pas perdre l’essentiel de vue, sa traînée de baisers semblant lentement mais sûrement la mener au creux de ses cuisses.

La pirate aimait rendre l’attente interminable, cependant, et elle s’en délecterait sans doute d’autant plus si elle pouvait voir sa partenaire doucement se mordiller la lèvre inférieure en imaginant où cette douce pente menait, et son regard presque suppliant, Amélie n’ayant pas à se forcer à garder sa dignité grâce à la cécité volontaire de Sombra. Ses doigts se crispaient doucement, agrippant les draps du lit en leur creux, tentant d’évacuer un peu de la vapeur qui s’accumulait dans l’esprit de l’assassin, à mesure que les délicieuses lèvres de la hackeuse se rapprochaient de son intimité qui semblait désormais la brûler, chacun de ses petits baisers laissant une douce marque chaleureuse sur la peau de Widowmaker d’habitude glacée.

Quand Sombra lui refusa cependant le plaisir de conclure, Amélie éclata de rire, un rire qui trahissait sa nervosité et frustration, mais n’était pas pour autant menaçant à l’égard de la masseuse, lui signifiant plutôt de bon cœur la réussite de son petit tour. Elle cessa cependant rapidement de se perdre dans cette appréciation de la nature joueuse de sa partenaire pour se concentrer sur l’appréciation de sa nature plantureuse, l’accueillant contre elle en l’enlaçant de ses bras autant que de ses jambes, faisant rapidement glisser ses mains jusqu’au creux de ses reins, mais ne se faisant pas confiance pour aller plus loin sans laisser ses doigts être plus aventureux que sa promesse de rester aux ordres de Sombra ne lui permettait.

Elle se laissa alors bien évidemment faire lorsqu’on vient l’embrasser, offrant ses lèvres, sa bouche, sa langue tout autant que le reste de son corps à sa partenaire, la laissant mener la danse mais sans jamais perdre en répondant, la suivant partout où elle allait et aussi loin qu’elle s’aventurait. Elle poussa le vice jusqu’à venir caresser son intimité, ce qui ne manqua pas de lui arracher un gémissement étouffé par leur embrassade enflammée, et un léger sursaut lorsqu’elle s’attaqua à sa perle, ses doigts venant alors se crisper dans les formes voluptueuses de Sombra, faisant fi de l’interdiction qu’Amélie s’était faite à elle-même de ne pas s’aventurer au delà du bas de son dos.

A mesure que la pirate n’abandonnait pas ses caresses, Widowmaker se demandait à quel jeu elle pouvait bien se livrer, et, soupçonnant qu’on essayait de la faire monter en pression sans jamais lui permettre de la relâcher, elle se permit de subrepticement commencer à masser les fesses de Sombra, d’abord lentement, puis devenant plus agressive dans son pétrissage, imaginant que faire cela empêcherait sa partenaire de trop s’en rendre compte, si comme le sien, son esprit était embrumé de passion. Parce que rien d’aussi bon ne pouvait durer aussi longtemps, et surtout parce qu’aucune des deux femmes ne pourrait résister à la tentation d’aller plus loin éternellement, la hackeuse finit par rompre brièvement ces péripéties et ôter sa combinaison.

« Elle me plaît, mais j’ai toujours été plus tactile que visuelle... »

Avoua Amélie d’une voix qui trahissait son désir et la relation désormais torride qu’elle entretenait avec sa comparse. Cependant, alors que Sombra était occupée à se déshabiller, spectacle qu’apprécia sans détour Widowmaker, fixant intensément son regard sur tous les endroits qui l’intéressaient, ne craignant pas d’être surprise à l’effort, l’assassin s’était retournée, positionnant sa tête au plus proche de sa partenaire. Elle l’avait cependant fait dans la discrétion à laquelle elle avait habituée la pirate pendant leurs missions, et ce fut donc en s’avançant à nouveau, tout à fait innocemment, vers l’assassin, que la hackeuse put recevoir un baiser sur l’intérieur de la cuisse, avant pourtant d’avoir rencontrée ses longues jambes galbées, donnant un indice quant à la nouvelle position d’Amélie.

Cela ne la déconcerta pas, cependant, et lui écourta même le voyage jusqu’à sa poitrine qu’elle se mit alors rapidement à masser, d’une manière bien plus « agressive » que celle de sa comparse. Cela encouragea d’autant plus cette dernière à délicatement encercler chaque cuisse de la pirate d’un bras pour doucement se glisser jusqu’à leur creux et commencer à retrouver le goût qu’elle était allé chercher dans ses lèvres tout à l’heure. C’était cependant là bien plus délicieux ; Plus chaud, plus abondant, sans compter le simple tabou que de venir le chercher directement à sa source, chaque lapée décrivant les courbes de l’intimité de Sombra ; Tantôt ses plus superficielles, parfois sa perle d’amour, mais aussi plus en profondeur, la langue d’Amélie venant piquer de sa relative fraîcheur la jeune femme en son saint des saints.
Ses yeux étant eux libres de se balader sur les formes de sa partenaire, Widowmaker ne manqua cependant pas de rapidement remarquer, au gré des divagations de son regard intéressé par les voluptuosités de la pirate, l’autre endroit tabou, qui lui tombait pour ainsi dire sur le bout du nez. Sans un mot, elle approcha délicatement un doigt de celui-ci et commença à doucement l’y presser, sans même chercher à y pénétrer, plaçant simplement l’idée dans l’esprit de Sombra, espérant que ça devienne plus une fois qu’elle y aura fait son petit chemin.

Techniquement, Amélie n'avait pas menti ; Elle n'avait fait qu'innocemment s'adonner à la tâche qu'on lui avait présentée, en l'occurrence, l'intimité de sa partenaire, et plus - ça, elle le concédait, ç'aurait pu être interprété comme du zèle. Et puis, qu'y avait-il de mal à forcer un peu le destin, quitte à se retourner dans le dos de sa comparse aux yeux bandés...
« Dernière édition: Novembre 11, 2016, 10:28:51 par Amélie Lacroix » Journalisée
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #13 le: Novembre 12, 2016, 04:22:00 »

Les corps et les esprits étaient à présent très échauffés. Les deux amantes étaient désireuses, l’une prête à s’abandonner à l’autre à présent que les caresses et les baisers étaient devenus de plus en plus torrides. La pirate sentait que le plat de résistance approchait et elle n’avait alors qu’une seule envie ; s’y adonner corps et âme. Cependant elle tenait à essorer jusqu’au bout la patience son amante et ce fut pour cette raison que pendant son baiser, elle était venue chercher sa féminité. Elle était venue sa patience, ses limites et elle fut bien servie ! En effet, Widow’ réagit en conséquence et s’était alors mise à palper ses fesses, d’abord de manière douce puis, à mesure que leur torride baiser continuait, et que Sombra flattait sa fine fleur de ses doigts agiles, de manière plus agressive et osée. Voilà ce que voulait obtenir la pirate, et elle en fut satisfaite. Amélie était à présente désireuse et prête, au moins autant qu’elle.

Cependant elle ne se douta pas que c’était bien elle qui allait prendre les devants. Alors que Sombra se retourna pour ôter définitivement sa combinaison et s’offrir nue à sa nouvelle amie – Amélie venant de la convaincre – elle fut surprise par sa nouvelle position. Sombra termina à califourchon sur le visage de son amante, et de cette manière, elle fut mieux positionnée pour avoir accès au reste de son corps. La pirate ouvrit grand la bouche et laissa échapper un profond soupir de plaisir quand elle sentit la fine langue d’Amélie se mettre à la lécher. « Ohhh, petite … Ahh … » Gémit-elle, quelque peu prise par cette forte bien agréable surprise. Elle porta une main à son propre sein et se mordit la lèvre, alors qu’instinctivement elle ondulait très légèrement du bassin, comme pour mieux sentir la langue d’Amélie contre sa fleur.

Cette langue ne négligea strictement rien, au plus grand bonheur de Sombra qui se laissa totalement envahir par les fabuleuses sensations. Des petits spasmes s’éprenaient d’elle, et elle gémissait, encore et encore, face aux assauts de sa comparse qui alla même provoque son petit bouton. Amélie poussa la chose assez loin en osant presser l’autre endroit très intime de la pirate, qui en couina subitement. « Haaa … Petite coquine. »  Couina-t-elle, semblant aimer ce qu’elle venait de faire. Mais si Widow’ pensait un instant que Sombra allait subir sans rien faire, c’était qu’elle ne la connaissait pas. Sombra, totalement enivrée par les merveilleuses sensations que lui offrait Amélie rien qu’avec sa langue, se pencha puis, grâce à cette position bien avantageuse, son visage finit à son tour au niveau de l’entrejambe de Widow’.

Elle posa ses mains contre ses belles cuisses, puis se mit alors à provoquer la féminité d’Amélie, sortant sa langue pour la presser contre les chaudes et exquises lèvres de la jeune femme. Elle faisait des roulis, des rondes, pressant tendrement contre sa chair qui était assez chaude par ici, contrairement au reste de son corps. Sombra était électrisée par la langue de son amante au même moment, mais cela ne fit que la pousser à lui rendre coup pour coup, léchant passionnément sa partenaire, en n’oubliant pas sa précieuse perle, dont elle s’occupa assez chaudement. Son impétueuse langue passa partout, humiliant un terrain qui l’était déjà assez. Puis, vint un moment où le plaisir monta si haut et si fort que Sombra ne résista plus longtemps à l’envie d’immiscer sa langue plus en profondeur. Ainsi, elle se mit donc à gouter à la saveur exquise et singulière de manière plus profonde, plongeant sa langue entre ses fines lèvres sacrées, roulant à l’intérieur, se pressant contre ses parois.

Ses muscles se crispèrent et elle étouffait fortement ses gémissements à mesure qu’Amélie continuait son œuvre de son côté, poussant Sombra à vive allure vers la première jouissance de la nuit …
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Amélie Lacroix
Humain(e)
-

Messages: 22



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Novembre 17, 2016, 07:18:24 »

Amélie savait pertinemment que par ses caresses, elle invitait sa partenaire à lui rendre la pareille, mais elle était plus que prête à jouer à ce jeu. Les deux femmes semblaient d’ailleurs y être expertes, puisque chacune gratifia l’autre d’un plaisir certain, assez pour qu’aucune ne daigne un seul instant penser à remédier en quoi que ce soit à leur délicieuse situation, continuant leurs délicats mouvements de langue jusqu’à leur délivrance. L’assassin n’essaya même pas de donner suite aux aventures de ses doigts, continuant simplement les douces pressions qui lui valurent le sobriquet de « coquine » - quoi qu’elle le méritait sans doute depuis longtemps déjà - sans aller plus loin, gardant ce plaisir pour plus tard.

Au fur et à mesure que la pression montait, Amélie commençait à doucement se tortiller sous Sombra ; Contrairement à elle, il n’y avait aucun intérêt pratique à cela, et son corps agissait simplement de sa propre initiative, poussé par les sensations qui la parcouraient, même si Widowmaker ne faisait rien pour réprimer ces gestes qui trahissaient son plaisir, laissant sa partenaire se délecter du fruit de ses caresses, ce pour quoi elle ne retenait non plus ses petits gémissements qu’elle ne laissait cependant pas déranger ses coups de langue. Ces spasmes incontrôlés n’allèrent qu’en s’intensifiant, la pirate retenant théatricalement son jeu, poussant chaque fois l’assassin dans ses retranchements alors que sa jouissance semblait plus inévitable et pressante, ce qui la poussait en retour à plus lutter contre, ne voulant ni laisser la tâche facile à Sombra, ni la gracier d’avoir donné la première jouissance, sa compétitivité naturelle exacerbée par les émotions primaires qui la traversaient.

Cependant, il vient un moment en tout où l’on atteint ses limites, pour le pire, mais aussi parfois pour le meilleur, et celui-ci arriva enfin pour Amélie qui, gémissant de tous ses poumons d’une voix emplie de plaisir débridé, fit atteindre leur paroxysme à ses spasmes, ses jambes se tendant et se tordant à tour de rôle alors que son bassin tremblait sans honte sous les dernières caresses de Sombra qui furent ultimement récompensées par une giclée de cyprine à ses lèvres, ne laissant aucun doute quant à ce qui venait de se passer. Il fallut quelques instants à Widowmaker pour retrouver son contrôle sur elle-même, mais elle arriva finalement à le conjurer, calmant les ardeurs de son corps et croisant par réflexe ses cuisses pour protéger son intimité vulnérable comme jamais de plus d’attention, même si ses doigts de pieds continuaient doucement à se crisper, quelques uns agrippant encore un pan de drap, derniers signes du plaisir qui continuait de parcourir l’assassin.

Elle resta allongée ainsi un long instant, profitant des dernières gouttes de son plaisir, mais son premier geste fut rapide et énergétique : Se relever, après avoir glissé sous les cuisses de Sombra pour s’en dégager et lui signifier la fin de cet « Acte ». Amélie releva sa partenaire de deux doigts sur son menton et vint délicatement lécher le fruit de son plaisir du bas de son visage, n’oubliant pas, de temps en temps, de venir l’embrasser goulument pour que les deux femmes échangent les goûts qui inondaient leurs bouches.

« J’imagine que cela scelle notre amitié, Chérie ? »

Lui glissa-t-elle avant de doucement continuer ses caresses au visage et aux lèvres de Sombra, ses mains encadrant sa tête pour mieux la soumettre au harcèlement de ses lèvres, mais aussi parce qu’encore à cet instant, ses gestes étaient bien plus instinctifs qu’à l’accoutumée, et qu’elle amenait donc ses bras au centre de son attention. Quand elle eut fini de récolter toute l’humidité qu’elle avait causé, elle la fit partager une dernière fois avec la pirate, l’embrassant pendant de longues secondes avant de lâcher prises.

« Mais la nuit ne fait que commencer...En fait, je dirais même que ces quelques jours, ne font que commencer...Fit remarquer Amélie, connaissant la « rapidité » de Talon à faire sortir ses agents de leurs planques. Alors que dirais-tu de pimenter ceux-ci un peu plus.. ? Ta langue me plaît, mais je n’ai aucun doute que comme moi, tu as envie de plus... »

Widowmaker sortit alors du lit, semblant avoir bien récupéré de ses spasmes incontrôlés, et enfila rapidement un long trench coat - et oui, seulement ça - avant de lancer son manteau à Sombra. Elle noua en hâte la ceinture de son seul vêtement, le fermant assez pour qu’il ne soit pas évident qu’elle était nue en dessous, et dit :

« Et si nous allions faire quelques...« Emplettes » ..? »

Il y avait un sex shop aux pieds de l’immeuble dans lequel l’appartement se trouvait, ce qui était d’ailleurs le point de repaire pour trouver cette planque, et l’assassin l’avait gardé à l’esprit. Il ne s’était écoulé que quelques heures depuis leur petite opération « ratée » ( Ca dépendait pour qui ) et leurs portraits n’auraient sûrement pas encore été diffusés assez pour quiconque puisse les reconnaître, d’autant que l’affaire aurait sans doute été étouffée par l’autre amie de Sombra.

Amélie entraîna donc sa partenaire vers les magasin « spécialisé », ne manquant pas, sur le chemin, alors que les deux femmes marchaient côte-à-côte, de discrètement passer une main sous l’arrière de son manteau, faisant mine de simplement s’y tenir comme à une amie très proche, mais agrippant en vérité sa fesse la plus proche et en profitant pour doucement reprendre ses caresses à son endroit interdit, même si elle ne se risquait toujours pas à plus qu’une simple pression. Le quartier était plutôt agité, et du haut d’une fenêtre, on leur beugla du russe visiblement ébriété, ce qui fit pas mal rire ce qui semblait être une fête dans l’immeuble. L’assassin se pressa plus contre Sombra, feignant de s’écarter de la source du cri, comme si elle était apeurée ou indignée de quoi qu’il ait bien pu vouloir dire.

« Tu crois qu’il nous invite à monter pour leur petite fête.. ? Ou peut-être qu’ils ont remarqué que nous n’étions par très vêtues sous nos manteaux...Peut-être même qu’il a vu ma main se balader... »

Dit Widowmaker, chuchotant, son visage à quelques centimètres seulement de celui de sa partenaire, avant de venir délicatement y poser un bref baiser et doucement rire, faisant preuve d’une désinvolture caractérielle. Cependant, à peine cela fait, elles arrivaient au sex shop, y entrant sans autre forme de salutation ; En grande partie parce que ne parlant pas russe, mais ce n’était pas vraiment l’endroit où interagir chaudement, l’employé portant des écouteurs pour signifier cela - il semblait simplement être un étudiant, travaillant ici comme petit boulot, et était sûrement gêné à chaque visite.

Elle attira Sombra dans une des longs et étroits rayons, rapidement hors de vue du tenant, et vint agripper ses hanches pour la placer devant elle, ce qui la forçait, vu le peu d’espace, à se presser très fortement contre sa partenaire, dans son dos. Devant elles, des strap-on, des dizaines de modèles, en rangs serrés pour économiser le plus d’espace et fournir le plus de choix. Widowmaker passa doucement son visage sur l’épaule de la pirate, et commença à lui chuchoter.

« Je suis sûre que tu as envie que nous nous servions d’un...Dit-elle alors que ses mains vinrent doucement se glisser entre les cuisses de Sombra, plaquant son manteau contre son intimité autrement nue. N’as-tu pas envie que j’attache une de ces choses à mes hanches, puis que je vienne t’enfoncer le gode’ de ton choix bien profondément dans ta petite chatte.. ? »

Il y avait effectivement un choix tout à fait monstrueux de godemichets, assez littéralement d’ailleurs ; Tant en taille qu’en forme, tout semblait possible. Par ailleurs, c’était la première fois que Sombra pouvait entendre Widowmaker être ne serait-ce qu’un peu vulgaire, témoignant que c’était voulu. Elle faisait appel à ses envies primaires, elle voulait la tenter par son côté le plus animal. Elle poussa ses doigts encore plus loin entre les cuisses de la pirate, finissant par dépasser le manteau, et les fit remonter, cette fois sous le vêtement, lui permettant de délicatement caresser l’intimité de la hackeuse, sans grande agressivité, juste assez pour la provoquer.

« Après ce que nous venons de vivre, toi et moi, tu sais que je serais bien capable de t’arracher un gémissement, de t’enfoncer un de ces godes jusqu’à sa base, te le mettre tout entier jusqu’au plus profond de ta délicieuse chaire, à chaque coup de rein...Où que tu le veuilles, d’ailleurs... »

Pour appuyer son dernier commentaire, et glissa doucement un de ses doigts jusqu’au trou interdit de Sombra et, pour la première fois, profitant qu’elle ait subrepticement été habituée à ce contact, le pénétrer ; Pas de beaucoup, à peine de quoi le sentir, mais assez pour avoir brisé le tabou et ouvert la voie. Elle finit par rire tout bas, au creux de l’oreille de sa partenaire, aillant eu à se pencher d’autant plus contre elle que ses mains devenaient aventureuses.

« Oh, mais quelle amante fais-je ? Peut-être que tu veux que ce soit toi qui le porte, mmh ? Tu as vu, il y en a même qui pénètrent leur porteuse, comme ça, pas d’inquiétude, quand tu me prendras, tu pourras sentir chaque centimètre que tu m’enfonces, tu pourras sentir la ceinture butter contre ma chatte, ou mon cul, ou mes lèvres, quand tu auras m’auras faite avaler le gode tout entier... »

Elle laissa Sombra réfléchir un instant à toutes ces possibilités, continuant doucement ses calmes caresses, en tout cas en intensité, car, au milieu de ce magasin, elles étaient plutôt osées, avant d’ajouter.

« Allez, choisis...Mais si tu es en manque d’inspiration, ou si au contraire tu as trop d’idées pour être satisfaite juste par ça, regarde autour de toi, il y a un millier d’autres « jouets » que nous pourrions utiliser... »


Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox