banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Collaboration entre une idol et une démone [Keleth]  (Lu 333 fois)
Lady Camille
Humain(e)
-

Messages: 14

avatar

Star de la chanson


Voir le profil
FicheChalant
« le: Novembre 02, 2016, 05:02:08 »

Voilà que Camille se retrouvait, habillé en idol, encadré par deux types, des armoires à glaces chauve en costard qui lui servaient de garde du corps, devant un immense bâtiment de verre qui devait au moins faire 40 étages. Un monstre d'architecture parmi les nombreux autres immeubles de la zone industrielle de Seikusu. Ce bâtiment appartenait, ou plutôt était le siège de la Keridana Company.
Camille ne savait pas trop ce que l'entreprise faisait, mais il avait compris qu'il avait besoin d'argent et d'un partenaire, et que cette compagnie était en mesure de lui fournir les deux.
Mais pourquoi l'idol se retrouvait ici seul, sans son manager, qui s'occupait d'habitude des pirouettes administratives ? Et bien simplement parce que ce dernier avait formellement refusé l'idée de quémander de l'argent pour quelque chose qu'il pourrait accomplir seul dans quelques années.
Hors, Camille n'en avait pas la patience. L'idée de s'exporter à l'étranger lui passait dans la tête depuis longtemps, et, son majordome lui informant d'une possibilité immédiate, l'idol avait quitté le plateau en pleine répétition pour aller lui même signer le contrat s'il le fallait.

Le garçon regarda dans ses mains. Il avait un nom : "Keleth". Maintenant il n'avait plus qu'à trouver cette personne.
Il marcha avec confidence vers la réception, faisant signe à ses deux gorilles d'attendre à l'extérieur. Il s'adressa à la secrétaire à l'accueil et après une légère explication de qui elle était et ce qu'elle faisait ici, on lui indiqua rapidement l'ascenseur en lui donnant le numéro de bureau et l'étage à rejoindre.

Un peu découragé par le nombre d'étage à monter en ascenseur, l'idol passa le reste de son trajet de 39 étages à se répéter intérieurement que ce qu'il faisait était nécessaire. Une fois les portes de l'ascenseur s'ouvrant sur un des étages les plus élevés, il chercha la porte C.
Trouvé !

Il s'éclaircit la gorge, aspira sa salive, regarda de haut en bas la porte qui lui faisait face et toqua trois fois à la porte. La personne se trouvant dans le bureau avait peut-être été avertie de son arrivée par la secrétaire, mais rien n'était moins sûr.
Journalisée
Keleth
Avatar
-

Messages: 398

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Novembre 02, 2016, 06:17:04 »

 -  Karin ?
 -  Oui, Maîtresse ?
 -  J'ai dis quoi à propos des rendez-vous à 13h30 ?

Keleth tapotait tranquillement ses doigts sur le bureau devant elle, un, deux, trois, quatre phalanges venant marteler le bois exotique à un rythme soutenu, ce qui ... n'était pas du tout un bon signe pour la pauvre Karin, qui se tenait debout devant elle, en sentant bien qu'elle allait passer un mauvais quart d'heure. Keleth appréciait avoir du temps pour déjeuner tranquillement, si elle passait du temps dans cette entreprise, ce n'était pas pour avoir à subir les même turpitudes que lorsqu'elle se retrouvait à chasser quelques démons récalcitrants aux lois suprêmes de l'univers démoniaque, et le fait d'ainsi la priver d'une vraie pause pour pouvoir se sustenter était un véritable blasphème à son goût. En d'autres circonstances, elle avait tendance à se faire encore plus cruelle qu'elle ne pouvait l'être à l'accoutumée, mais pour l'occasion, le fait qu'elle ne se soit rendue compte de ce changement de planning qu'à partir de onze heure fut suffisant pour qu'elle choisisse simplement d'accepter l’inévitable, ce qui n'allait pas pour autant l'empêcher d'offrir quelques remontrances à celle qui avait osée ainsi changer son petit train-train de calme et de sérénité. Karin le savait bien, la jeune démone ayant déjà fait quelques erreurs bien malgré elle, et quand elle vit finalement sa chef se relevée pour s'approcher d'elle, ce ne fut pas sans un clair frisson d'angoisse. Par chance, ou non, Keleth ne vint même pas lui offrir un bon revers de main, mais à la place, s'arrêta juste devant elle en soupirant, avant de finalement s'exprimer d'une voix plus calme :

 -  Tu sais quoi ? Je n'ai pas le temps pour cela, il est déjà quasiment midi, et si je dois me presser, ainsi soit-il. Vas m'acheter un truc rapide à grignoter, tu as vingt minutes, en attendant je vais m'informer sur ce rendez-vous... Mais ne me refait plus jamais ça, où je te jure que je te trouve une place dans une maison de passe au fin fond de l'enfer... Tu vois, celle où les incubes violent les femmes sans interruptions, et où la seule chose que tu auras pour te sustenter est une gamelle de semences diverses et variées ?
 -  Euh ou-oui maîtresse... je me presse, à tout de suite maîtresse.
 -  Brave fille ... au moindre retard je t'envoies au 16ème étage.
 -  P-pitié non !

La jeune démone s'empressa de sortir du bureau, laissant Keleth soupirer un grand coup pour se détendre, observant son agenda ouvert sur le bureau, et se maudissant de ne pas avoir eut la présence d'esprit de vérifier plus tôt ce qu'elle avait à faire dans la journée, auquel cas elle aurait put annuler cette entrevue mise en place à la va-vite. Quinze minutes plus tard, on lui apportait un bento accompagné d'une fourchette, vue qu'elle était tout à fait incapable de manger avec des baguettes, et elle prit tranquillement le temps de sustenter, avec un petit peu de thé pour pouvoir faire passer le tout, en contemplant avec un air intrigué la fiche de celui qu'elle allait devoir rencontrer d'ici peu. Camille, un nom bien androgyne qui ne l'aidait pas le moins du monde, accompagné de plusieurs descriptions sur ses activités, mais aucune photo, ce qui eut le don de lui déplaire un peu. Elle aimait à mettre un visage sur ceux qu'elle allait entrevoir, simple formalité professionnelle, et le fait de ne pas avoir cette information n'était pas pour faire sa joie, bien au contraire, même si elle comprenait que le service avait fait le minimum vu le peu de temps qui leur avait été imparti pour lui donner ces détails. En revanche, il rentrait clairement dans le cadre d'activité de l'entreprise, profession correcte, et but apparent coïncident avec ceux de la compagnie, à savoir offrir un bout de culture nippone à l'intégralité de ses fans. Bon après, si c'était de la J-pop, ce n'était pas vraiment ce que la démone cherchait à offrir au monde, elle qui préférait l'aspect passéiste du Japon, mais après tout, il fallait bien faire des essais, n'est-ce pas ?

Elle jeta le bento vide à la poubelle, et observa tranquillement l'horloge qui se trouvait au dessus de son bureau principal, observant avec un certain dépt qu'il était déjà 13h15 quand elle vint tout juste à finir son déjeuner. Tant pis, il fallait bien qu'elle se remette au travail, et quittant son bureau pour les membres de la compagnie, le A, elle vint à fermer le tout à clé et se dirigea tranquillement dans le couloir jusqu'au bureau annoté C, où elle avait prit l'habitude de produire ses rendez-vous officiels, notamment par le confort des deux canapés qui s'y trouvaient, mais aussi des différentes boissons qui se trouvaient affichés en vitrines, non sans parler de l'ordinateur et de l'imprimante-scanner qui s'y trouvaient afin de produire immédiatement un contrat papier, et numérique, de qualité. Ne tiendrait qu'à elle, elle n'utiliserait jamais la technologie terrienne, une bonne année lui ayant été nécessaire pour apprendre à utiliser suffisament efficacement ces moyens bien compliqués pour elle, mais elle n'avait pas trop le choix si elle voulait afficher le sérieux de la compagnie. En tout cas, elle y entra tranquillement, et prit le temps d'installer des verres en bout de tables, ainsi qu'à allumer le matériel électronique présent dans la pièce. Puis elle se prépara à attendre, avant que cela ne soit coupé par un court appel depuis le service du rez-de-chaussé : son invité était un peu en avance, parfit, cela allait lui permettre de prendre tout le temps nécessaire avec lui pour échanger autant que nécessaire... Et quand enfin elle entendit quelques coups à la porte, elle s'exprima cordialement, invitant la personne à ouvrir la porte :

 -  Entrez donc. Bonjour, je me présente, Aethesa Shivas Keleth, en...chantée.

Elle avait eut un petit loupé en apercevant le jeune homme entrer dans la pièce. Il était... mignon ? Non ce n'était pas ça, son air androgyne, sa silhouette fine, son expression un brin mal à l'aise, on aurait dit une jeune femme avant sa nuit de noce. Captivée, la femme en vint à s'arrêter dans ses gestes, ne s'attendant pas à faire une telle rencontre en cette journée, mais d'un coup, son humeur avait prit une envolée merveilleuse, et c'est avec une joie intense qu'elle lui fit un rapide signe pour qu'il rentre dans la pièce, et vienne s'installer sur l'un des canapés qui se trouvaient l'un en face de l'autre, la table basse en verre au milieu, tandis qu'elle se dirigea tranquillement vers le téléphone, avant de contacter le rez-de-chaussée :

 -  Installez vous donc, je dois juste appelez rapidement le service.... Oui, c'est Keleth... je veux juste que vous préveniez Karin, qu'elle sache que son erreur est toute pardonnée. Voilà, merci !
Journalisée

Lady Camille
Humain(e)
-

Messages: 14

avatar

Star de la chanson


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Novembre 02, 2016, 11:38:25 »

Quand il eût l'autorisation d'entrer, Camille respira un grand coup. Il n'était plus Camille mais Lady Camille. Il ne fallait pas qu'il l'oublie en rentrant.
-  Entrez donc. Bonjour, je me présente, Aethesa Shivas Keleth, en...chantée.
L'idol était un peu gênée. Elle avait l'habitude de faire des concerts devant des milliers de personnes, mais la carrure de la femme devant elle était imposante. Non pas qu'elle soit grande ou qu'elle ait l'air méchante ou quoi, elle dégageait juste une aura autoritaire. Ainsi, Camille détournait le regard et affichait des yeux de petit chat. Dans son costume de magical girl avec une armure, elle avait l'air toute fragile, presque en porcelaine. Une poupée de porcelaine gênée.

-  Installez vous donc, je dois juste appelez rapidement le service.... Oui, c'est Keleth... je veux juste que vous préveniez Karin, qu'elle sache que son erreur est toute pardonnée. Voilà, merci !

Camille s'installa sans un mot. Elle s'était préparée à cet entretien, enfin à ne pas être muette pendant l'entretien, mais la voilà, à attendre sur le canapé -très confortable soit dit en passant- sans pouvoir ouvrir la bouche.
L'idol se mit à respirer profondément pour se calmer. Elle observa la table en verre devant elle. Complètement transparente et exempte de défaut.
Elle observa son reflet dans le verre, vérifiant que tout était bien en place, que son maquillage était encore bien fait. Parfait.
La jeune Camille allait bien mieux après cette séance de yoga improvisée.

Euh... Oui... Bonjour, je ne sais pas si vous savez pourquoi je suis là.
Enchantée de vous rencontrer, je suis Lady Camille et j'ai besoin de l'aide de votre entreprise pour devenir la plus grande idol du monde en me faisant connaître hors du Japon.


Elle ne savait pas si il y avait quelque chose de formel à accomplir ou quoi que ce soit alors elle se contenta de sourire à son interlocutrice

Journalisée
Keleth
Avatar
-

Messages: 398

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Novembre 03, 2016, 11:51:43 »

 -  Euh... Oui... Bonjour, je ne sais pas si vous savez pourquoi je suis là.

Keleth venait à peine de rebrancher le téléphone que le jeune homme s'était mis à lui adresser la parole, s'exprimant d'un ton un peu timide, un peu mal assuré, prouvant qu'en effet la démone était bien en présence d'une de ces perles rares qu'elle affectionnait tant. D'ailleurs elle disait jeune homme parce qu'elle l'avait lut dans la fiche informative qui lui avait été confiée un peu plus tôt dans la journée, car en toute honnêteté, il était difficilement remarquable que la personne en face d'elle était, de nature, masculine, autant de part son habillement, constituée d'une robe relativement épaisse et aux couleurs pastels, non sans parler de son délicat faciès, dont la peau délicate ne portait pas la moindre trace d'une imperfection dérangeante. Non il s'agissait tout simplement d'une de ces personnes tellement androgyne qu'elles réveillaient de manière inconsciente quelque chose en la démone, cette étrange forme d'un fantasme inespéré, d'une envie incontrôlable de voir en ces jeunes éphèbes une possibilité de satisfaire un désir enfoui en elle, celui de pouvoir s'unir avec une entité masculine sans pour autant craindre de la brutalité de celui-ci. Pour être parfaitement honnête, il s'agissait surtout d'un traumatisme de jeunesse qui avait bien mal évolué pour la démone, mais elle ne le savait pas, et n'y faisait de toutes manières même pas attention. Elle se tourna plutôt vers son invité, et l'écouta attentivement, cherchant à lui prouver qu'elle ne comptait pas faire l'impasse sur sa demande, et cela commençant notamment par se comporter de manière exemplaire auprès de lui.

 -  Enchantée de vous rencontrer, je suis Lady Camille et j'ai besoin de l'aide de votre entreprise pour devenir la plus grande idol du monde en me faisant connaître hors du Japon.

La démone se retint de laisser un rire passer au travers de ses lèvres quand il vint lui dire ça, c'était juste ... juste terriblement trop mignon de sa part, elle aurait presque plus attendu qu'un enfant de huit ans avec des rêves pleins la tête vienne lui faire ce genre de déclaration, pas un adolescent, quasiment un jeune adulte, qui connait normalement quand même un minimum la cruauté du monde de la finance, surtout dans les domaines de la culture. Elle fait bien attention à ne pas laisser le moindre soupir amusé filer d'entre ses lèvres, ne voulant aucunement blesser le jeune homme, et se remettant un peu de cette terrible mais bien attendrissante déclaration, elle l'observe un instant après cela, avec un léger sourire, loin d'être moqueur, se voulant plutôt ... avenant, histoire de le mettre en confiance et qu'il n'ai pas à douter de ses propos face à elle. Finalement, elle se déplaça tranquilla pour passer du bureau au fond de la pièce, au canapé qui se trouvait en face du jeune homme, et vint s'y installer sans pour encore répondre à ce qu'il venait de lui dire si innocement, préférant d'abord se placer confortablement, et finalement croiser les jambes, ce qui ne manquait pas de souligner son charme, même si elle ne portait pas de tailleur. Et de là ... bah il fallait qu'elle lui trouve une réponse réaliste qui ne soit pas trop sèche, après tout elle se connaissait, elle pouvait être sacrément mauvaise si, soudainement, elle venait à lui répondre avec l'honnêteté cruelle de la vie terrienne, alors elle allait devoir s'astreindre à prendre des pincettes. Elle ne voudrait pas briser les rêves de cet adorable jeune homme, ce serait un crime :

 -  Eh bien, au moins je peux avouer que vous ne faites pas de détours quand vous parlez. Après, c'est un peu embêtant d'échanger avec quelqu'un en costume, mais je vais faire un effort. Si je comprends bien vous avez besoin d'une aide monétaire, c'est cela ?

La question était surtout rhétorique, et cela se sentait dans le ton de la femme, elle laissait son propos en suspens tandis que d'une main, elle alla attraper deux des verres qui étaient placés en bout de table, puis vint les poser entre eux deux, de manière à au moins préciser que désormais, c'était seulement entre lui et elle, et qu'elle n'accepterait aucun commentaire extérieur. Elle aimait beaucoup ce genre de petits gestes pleins de sens, et les traditions nipponnes en étaient remplies ! Le fait de poser les verres et les tasses indiquait généralement qu'une discussion sérieuse pouvait commencer entre les deux partie, comme cela pouvait indiquer qu'il n'y avait pas de raisons de parler à demi-mot, tout accord étant envisageable même si chacun parlait avec franchise. Pour l'instant, la démone n'avait pas sortie de bouteille, mais elle comptait bien le lui proposer assez rapidement une fois qu'elle aurait émise ses réserves du point de vue de l'ouverture d'un fonds afin de promouvoir Lady Camille à l'étranger. Bien sur, aucune réserves n'étaient acceptables tant qu'il n'y avait pas de raisons pour appuyer ce genre de propos, mais pour le coup, Keleth en avait plus d'une en tête des raisons, et elle comptait les lui exposer afin qu'il lui réponde tandis qu'elle chercherait les boissons qu'il viendrait lui proposer ... en se doutant un peu qu'il se tournerait vers du sans alcool à son âge. Enfin, avant tout il fallait lui dire tout cela n'est-ce pas ? Aussi elle vint à reprendre, d'un ton professionnel, ses mains posées de manière décontractée sur le genoux placé au dessus de l'autre :

 -  Avant toute choses, voulez vous boire quelque chose ? J'ai pas mal de collations différentes ici.

Elle laissa une courte pause s'installer pour qu'il lui réponde, puis enchaîna rapidement.

 -  Alors, je supposes que vous le savez, mais pour financer les déplacements d'une personne, nous devons officialiser l'échange, et donc exprimer cela de manières claires aux instances concernées comme notre banque. Hors, nous sommes une industrie qui prônons avant tout le déploiement de la culture nippone ancienne, et il est rare que nous nous engagions pour un groupe récent, ou des idols, lorsque celle-ci veulent obtenir une notoriété mondiale. Expliquez moi en quoi vous différez de ceux-ci, qu'est-ce qui me permettrait de trouver ce contrat intéressant pour notre entreprise ?
Journalisée

Lady Camille
Humain(e)
-

Messages: 14

avatar

Star de la chanson


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Novembre 06, 2016, 10:28:59 »

Camille sentit dans l'attitude et le ton de son interlocutrice que la convaincre allait être une véritable épreuve. Une épreuve par ce que cette dernière n'avait pas l'air très emballée par le projet, même si elle restait cordiale et amicale.
D'autre part, Camille n'était pas douée en négociations. Ca n'avait jamais été son fort, et c'est pour cela qu'elle avait un manager, qui s'occupait de toute cette partie administrative et ce genre de choses. C'est d'ailleurs sur ce point que Keleth souleva en partie dans sa première remarque.
 
-  Eh bien, au moins je peux avouer que vous ne faites pas de détours quand vous parlez. Après, c'est un peu embêtant d'échanger avec quelqu'un en costume, mais je vais faire un effort. Si je comprends bien vous avez besoin d'une aide monétaire, c'est cela ?

Elle commenca à répondre par la seconde partie de la remarque, en baissant un peu les yeux parce qu'elle était un peu gênée.

Normalement ce n'est pas moi qui m'occupe de ça... Mais j'ai été prévenue de l'empêchement du responsable il n'y a que quelques heures, j'étais en pleine répétition et j'ai dû venir dans l'empressement, je m'excuse des gênes que je vous pose.

Camille ne répondit pas à la question, sentant que son interlocutrice n'attendait pas de réponse. Elle avait juste soulevé le premier point parce qu'elle était vraiment désolée des problèmes qu'elle pensait causer.
Elle observa ainsi en silence la femme devant elle. Avant d'observer ses gestes en eux mêmes, la jeune idol pensa qu'elle aurait aimé être née dans un corps comme le sien. Puis, en la détaillant, elle revint vers ses mains, qui attrapaient puis posaient deux verres entre elles deux.
Elle connaissait déjà la question, et sa réponse était déjà prête avant même que Keleth n'ouvre sa bouche.

-  Avant toute choses, voulez vous boire quelque chose ? J'ai pas mal de collations différentes ici.


Non, juste de l'eau s'il vous plaît.

-  Alors, je supposes que vous le savez, mais pour financer les déplacements d'une personne, nous devons officialiser l'échange, et donc exprimer cela de manières claires aux instances concernées comme notre banque. Hors, nous sommes une industrie qui prônons avant tout le déploiement de la culture nippone ancienne, et il est rare que nous nous engagions pour un groupe récent, ou des idols, lorsque celle-ci veulent obtenir une notoriété mondiale. Expliquez moi en quoi vous différez de ceux-ci, qu'est-ce qui me permettrait de trouver ce contrat intéressant pour notre entreprise ?

Camille n'était pas qualifiée pour ce genre d'échanges mais elle avait quand même travaillé son sujet dans la voiture qui l'avait amenée jusqu'ici. En quelques heures elle avait eut le temps de répéter quelques informations qu'on lui avait presque jetées au visage et qu'elle avait dût apprendre sur le tas.

Nous n'avons pas besoin d'aide financière concernant nos déplacements, mais nous avons besoin d'une aide extérieure pour aider au financement des campagnes de publicités et à l'organisation d'évenements hors du Japon.
Bien sûr, nous savons que votre entreprise prône une approche plus ancienne de la culture et ne présente que rarement de l'intérêt pour des icônes de culture plus moderne, mais le groupe que je représente possède déjà des fanbases en dehors du pays, notamment en Europe et en Amérique du Nord. Ces fanbases assurent une certaine qualité et promettent une réponse positive à notre "expansion".
Bien sur, nous avons aussi dans l'idée d'attirer d'autres types de public et pour cela nous avons besoin de l'image de votre entreprise. Nous savons aussi que cela représente un risque, mais les récompenses qu'une réussite entraîneraient seraient si grandes que le risque n'est qu'une variable minime.


Elle n'avait aucune idée des 3/4 de ce qu'elle venait d'affirmer avec conviction, et priait intérieurement pour que ce qu'elle avait appris par coeur allait marcher.

Journalisée
Keleth
Avatar
-

Messages: 398

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Novembre 07, 2016, 06:23:12 »

 -  Non, juste de l'eau s'il vous plaît.

Quelle déception. Tant pis, elle n'allait pas non plus la forcée à choisir un de ses nombreux alcool, et préféra se dresser tranquillement de sa place une fois qu'elle lui avait annoncée son choix pour aller chercher de quoi se désaltérer, se dirigeant à pas lent vers l'un des meubles en coin de salle pour l'ouvrir, afin d'y trouver la collection faramineuse d'alcool divers qui s'y trouvaient. Bien sur, elle avait aussi de l'eau, certaines personnes osant couper leurs boissons avec un peu de celle-ci, même si cela représentant un grand manque de goût aux yeux de la démone, et elle vint à sortir non seulement une bouteille de verre remplie du simple contenu aquatique limpide, mais aussi une bouteille rondelette contenant un liquide ambrée, un cognac, que Keleth avait choisie pour collation du jour. Elle expliquait au passage son avis sur la question, offrant à la jeune femme le détail de sa pensée, si bien qu'elle eut le don de ressentir un léger flottement de la part de son invité, même si il ne sembla pas pour autant se laisser troubler par les propos de la directrice, apparemment fier et sur de lui sur ce point. Il avait sûrement eut le temps de préparer un peu cette entrevue, et avait donc les réponses nécessaire pour la convaincre d'accéder à sa requête, mais la démone n'en était que plus intransigeante et curieuse : Allait-il tout simplement lui offrir quelques phrases pré-réchauffées et décevantes, ou avait-il eut le don de trouver de quoi la surprendre ? Revenant vers la table basse et les fauteuils avec les contenant en mains, elle ne manqua pas de faire bien attention au moindre de ses mots, afin d'y déceler quoique ce soit qui saurait combler sa curiosité :

 -  Nous n'avons pas besoin d'aide financière concernant nos déplacements, mais nous avons besoin d'une aide extérieure pour aider au financement des campagnes de publicités et à l'organisation d’événements hors du Japon. Bien sûr, nous savons que votre entreprise prône une approche plus ancienne de la culture et ne présente que rarement de l'intérêt pour des icônes de culture plus moderne, mais le groupe que je représente possède déjà des fanbases en dehors du pays, notamment en Europe et en Amérique du Nord. Ces fanbases assurent une certaine qualité et promettent une réponse positive à notre "expansion". Bien sur, nous avons aussi dans l'idée d'attirer d'autres types de public et pour cela nous avons besoin de l'image de votre entreprise. Nous savons aussi que cela représente un risque, mais les récompenses qu'une réussite entraîneraient seraient si grandes que le risque n'est qu'une variable minime.
 -  Hum, je vois que vous avez de l'idée, mais vous vous avancez un peu sur certains points...

Elle ne donna pas plus d'informations, alors qu'elle retrouva tranquillement l'assise de son siège, et qu'elle s'employa à les servir tout les deux avec précaution, offrant son verre d'eau au jeune homme, tandis qu'elle eut le don de particulièrement remplir son propre verre, présentant une quantité de cognac qui saurait faire pâlir quelques puristes, considérant qu'une telle consommation reviendrait bien plus à un ivrogne qu'à un honnête et digne directeur d'entreprise. Keleth... n'en avait rien à faire, les démons avaient une certaines résistances aux liqueurs, et autre liquides alcoolisés, mais sans parler de ce simple détail de constitution, il était surtout vrai que la démone avait une appréciation certaine pour les alcools de qualités, quel qu'il soit, et n'hésitait pas à s'offrir le minimum pour ressentir les fins effets de ceux ci, en profitant généralement avec grand plaisir une fois son gosier réchauffé. Levant d'ailleurs son verre légèrement au jeune homme dans sa tenue d'apparat, elle en vint à vider immédiatement celui-ci de plus de la moitié de son contenu, avant de le reposer sans le moindre bruit sur la table, et de laisser un fin sourire éclairer son visge tandis qu'elle faisait rapidement le constat dans son esprit : le damoiseau travesti en face d'elle était délicat, mignon, ravissant même, mais il n'avait pas la capacité d'échanger sur le domaine des finances, et elle ne comptait donc pas l'embarquer sur ce sujet pour l'humilier, juste lui faire remarquer  plus important, qui saurait lui permettre de se décider sur la valeur de cette proposition de financement.

 -  Pour tout te dire, tu es bien loin de la vérité sur le plan financier. Un potentiel succès n'ôte en rien les dangers d'un échec : répercussion sur la valeur d'une entreprise, sur sa fiabilité, sur ses pertes à longs termes, sont autant de choses qui peuvent risquer de rendre ce genre d'engagement catastrophique... Mais pour être tout à fait honnête, il faut savoir parfois faire des paris pour trouver les meilleurs résultats.

Cette dernière phrase n'était là que pour une simple raison, signifier à ce charmant compagnon de la journée que même si il s'était trompé d'une quelconque manière, ce qui n'était pas étonnant vu que son champ d'aptitude devait se limiter au chant, à la musique, et au charme générale qu'il pouvait dégager auprès d'une foule de spectateur, ce n'était pas pour autant qu'elle rejettait sa demande immédiatement, bien au contraire. Même maladroit, il avait tenté de faire preuve de sérieux pour pouvoir convaincre la femme, même sur un sujet qu'il ne maîtrisait pas, et cela était en soit largement suffisant pour qu'elle se permette de faire des efforts supplémentaires, peut-être pas pour pouvoir lui offrir finalement le soutien qu'il attendait, mais au moins pour se laisser la liberté de faire un choix éclairé sans pour autant se perdre le moins du monde dans quelques préjugés qui auraient tôt fait de la conduire vers la mauvaise décision. C'est donc avec calme qu'elle porta à nouveau le verre à ses lèvres, en consommant une nouvelle lampée relativement conséquente, puis qu'elle fit le choix de s'engager sur un sujet qu'elle maîtrisait moins, bien moins même, reposant son verre pour continuer à observer son invité, et notamment toute cette accumulation de vêtements, de costume qui restait toujours aussi surprenant à voir. Le domaine de la J-pop, et des idols était en soi un véritable mystère pour la femme, qui ne comprenait pas bien ce qui pouvait tant exalter un troupeau d'humains puant la sueur pour sautiller dans tout les sens en gigotant furieusement des bâtons luminescents... et pour le coup, c'est Lady Camille qui allait lui expliquer :

 -  Tu sais quoi ? Nous n'allons pas nous avancer sur le domaine budgétaire en ta compagnie. J'aimerais plutôt en apprendre sur ton métier, sur le fonctionnement de celui-ci. Je veux savoir ce que j'apporterais à la culture des autres pays en acceptant un tel marché. Je t'offre là la capacité de me convaincre, alors n'hésites pas, parles moi sans détour.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox