banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: La Deuxième Alraune [Saune & Kyli]  (Lu 2839 fois)
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 581



Voir le profil
FicheChalant
« le: Octobre 17, 2016, 02:25:05 »

« Il y a bien quelqu’un ici... »

C’était un rêve qu’Ivy faisait depuis quelques temps, depuis sa longue mésaventure avec son ancien mentor, qui l’avait amené à retourner en contact avec le Green*, cette force fondamentale de la Nature liée à la flore. En plongeant à l’intérieur, Pamela avait découvert, dans l’inextricable tissu du Green, une chose particulière, une irrégularité liée à la forêt où Kyli était née, cette forêt qui avait été reconstruite par deux Alraunes, Lily et Raune, avant qu’elles ne la quittent, un sanctuaire de végétation isolé des grandes villes. C’était là qu’elles avaient utilisé la mouille de Pamela pour fertiliser une magnifique fleur, à partir de laquelle Kyli était venue au monde. Et Pamela avait senti quelque chose, ce qui l’avait amené à faire plusieurs rêves, à elle ainsi qu’à Kyli, les amenant finalement toutes les deux à se rendre là-bas.

Kyli et sa mère se rendaient donc à l’orée de cette grande forêt, toujours aussi luxuriante. Avant le passage des deux Alraunes, cette forêt était abandonnée, moribonde. Maintenant, elle était très grande, peuplée d’animaux, et Pamela s’y aventura. Dès qu’elle entra dans la forêt, elle sentit, tout comme Kyli, qui était maintenant avec elle depuis quelques mois, une présence.

« Il y a une Alraune qui vit ici, renchérit-elle. Mais... Comment est-ce possible ? »

Un tel tour de force était assez exceptionnel, et même impossible. Lily et Raune n’avaient conçu qu’une seule Alraune, Kyli, et, quand Pamela était partie, le cocon était vide. Pour autant, ses sens ne mentaient pas. Elle caressait une fleur, sentant la connexion avec le Green, percevant la présence d’une Alraune... Une présence familière, mais qui n’était pas nocive, comme avait pu l’être Harvest, ce monstre végétal qui était à la Flore ce que le cancer est à un organisme. Ici, c’était une présence... Positive, bénéfique, comme Kyli.

Indéniablement, elle était de sa famille, ce qui ne manquait d’étonner Ivy. Lily et Raune auraient-elles conçu un autre cocon ?

*Mais non... Non, je l’aurais senti quand je suis venue chercher Kyli !*

Pamela ne savait plus quoi en penser, et Kyli semblait aussi surprise qu’elle. Après ce que les deux filles avaient vécu, cette ultime nouvelle était un sacré choc. Ivy se redressa rapidement, et posa sa main sur la tête de Kyli, ébouriffant les cheveux de sa fille.

« Allons voir ton cocon... Nous trouverons peut-être des explications sur ce qui s’est passé. »

Une Alraune naissait de manière très différente d’un être humain. Pour la faire naître, il fallait une fleur particulière, de la magie, un endroit très pur, et des fluides sexuels, le sperme et de la cyprine. On mélangeait les deux dans une fleur pour la fertiliser, et, avec l’aide de la magie, une graine formait, puis devenait un chrysalide, donnant peu à peu naissance à une Alraune. Ivy avait fourni la mouille, et Lily et Raune le sperme. Ivy comprenait encore très difficilement le processus de procréation d’une Alraune, et était fascinée de voir comment la magie pouvait modifier l’écosystème d’une planète.

Pamela sentait la magie ruisseler ici. Il y avait beaucoup d’animaux, qui n’avaient pas peur d’elles, ce qui amena rapidement Pamela à comprendre que l’Alraune ici était sa fille. Les Alraunes étaient les Reines des forêts, et commandaient à la flore et à la faune. Ivy vit ainsi plusieurs chevaux les observer, et elle se rapprocha de l’un d’eux, venant caresser son museau, déposant un baiser sur sa crinière, puis grimpa ensuite sur ce dernier, avant d’inviter Kyli à le rejoindre.

Le cheval s’ébroua ensuite, et fila au galop, passant le long d’arbres, de rochers, jusqu’à se rapprocher d’une clairière où, jadis, Kyli avait vu le jour... Et, à la surprise de Pamela, il y avait...

*Un cocon ?!*

Ce n’était pas le cocon de Kyli. Celui-là était en train de flétrir, mais ne pouvait être celui de Kyli. Médusée, Ivy dut cligner des yeux à plusieurs reprises, comme pour se convaincre qu’elle n’était pas en train de rêver, et qu’il y avait bien, là, sous son nez, un autre cocon. Elle descendit du cheval, s’en approchant lentement, et attrapa l’un des flancs du cocon, une grosse feuille qui se déchira entre ses mains, signe que l’Alraune devait errer depuis plusieurs jours, au moins.

*Mais... Comment c’est possible ?!*

Pamela en était tellement éberluée qu’elle n’arrivait même plus à parler !



* : Cf. RP « Réunion familiale ».
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kyli
Créature
-

Messages: 123


Fille Alraune de Poison Ivy


Voir le profil
FicheChalant
Description
Kyli est la fille Alraune enfantée par la méta-humaine Poison Ivy. A peine sortie de son cocon, elle découvre le monde et ses mystères.
« Répondre #1 le: Octobre 17, 2016, 07:16:31 »

D'habitude, revenir dans ma forêt natale était toujours un plaisir total. Mais cette fois, ce plaisir était noirci d'une pointe d'inquiétude. Maman m'avait emmenée avec elle parce que, après notre mésaventure avec Jason Woorhes et Harvest, elle avait commencé à faire des rêves à propos de cette forêt, et d'une anomalie s'y trouvant. Je craignais un danger, mais ce que je ressentis en entrant dans la forêt fut bien plus réjouissant.

« Une autre alraune. Aucun doute possible. »

Tout comme maman, je pus sentir, à travers le contact direct avec la nature, une présence vivante qui était à la fois animale et végétale. Une présence amicale, que j'avais l'impression de connaître, ce qui était étrange puisque je n'avais jamais rencontré une autre individu de mon espèce. Pourtant, je me sentais proche d'elle comme… un membre de ma famille.

« Non… c'est impossible. »

Il y aurait eu un autre cocon ? Mais maman l'aurait senti. C'était vraiment étrange. Elle m'ébouriffa les cheveux et me proposa d'aller voir mon cocon pour comprendre ce qui se passait dans cette forêt.

« Bonne idée maman. »

Maman charma un cheval sauvage pour nous conduire jusqu'à la clairière où, il y a quelques mois, j'étais venue au monde, et quelle ne fut pas notre surprise d'y trouver un autre cocon. Impossible que ce soit le mien, celui-ci était fané mais pas détruit complètement. Tout comme maman, je descendis de cheval pour pouvoir toucher l'une des feuilles du cocon, qui tomba en miettes entre mes doigts. Il devait avoir éclos depuis plusieurs jours.

Tout ce temps… toute seule.

Je n'osais même pas imaginer ce qu'elle devait ressentir en ce moment. Si je m'étais retrouvée toute seule le jour où j'étais venue au monde, livrée à moi-même, j'aurais sûrement eu le cœur brisé.

« Maman, il faut qu'on la trouve au plus vite. »

Je me connectai à la végétation de la forêt pour trouver l'alraune. Rapidement, je tombai sur une trace laissée par le passage d'une de mes semblables. Cette trace s'enfonçait dans les bois et indiquait visiblement que la créature qui l'avait laissée se déplaçait lentement. Sa coordination devait encore être assez faible.

« Par là ! »

Maman et moi partîmes à cheval, suivant la piste sur plusieurs kilomètres jusqu'à arriver à une portion de la forêt qui me rappela des souvenirs ; c'était ici que j'avais pris mon premier bain en compagnie de maman. Et au milieu du lac, je vis une humanoïde à la peau verte qui nous tournait le dos, se lavant dans l'eau claire. Elle n'avait pas encore compris que nous étions là.

« Hum… excusez moi. »

Elle se retourna d'un coup et, en la voyant, je tombai immédiatement sous le charme de sa beauté : ses longs cheveux verts, ses yeux rouges, sa ligne svelte qui mettait en avant ses formes pulpeuses. Il me suffit d'un regard pour confirmer ce que je soupçonnais depuis un moment. Timidement, je m'avançai vers elle, m'immergeant dans l'eau.

« Bonjour. Je m'appelle Kyli et… je crois que… »

J'avais du mal à retenir mes larmes de joie.

« Je crois que… je suis ta sœur. »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Syla Engelhart
E.S.P.er
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Octobre 17, 2016, 09:33:41 »

Le temps avait passé au coeur de la forêt et un cocon était sur le point de céder. Saule poussait de sa tête, tentant tant bien que mal de franchir cette barrière végétale qui l'empêchait de respirer directement l'air de l'extérieur. Elle redoubla d'effort, sa tête finissant par sortir de sa chrysalide nourricière. Ses yeux furent éblouit par la clarté extérieur, elle se sentait agressée, ses yeux se refermant instinctivement. l'air chaud commençait à bruler ses poumons qui pour la première se gonflaient, lui arrachant un cri discordant de douleur. Sa bouche s'ouvrait par spasme comme si elle tentait de communiquer, d'appeler quelqu'un à l'aide mais sans succès. Elle allait devoir sortit seule de cette prison qui la retenait. Elle prit donc appui sur ses pieds, poussant de toute ses forces pour trouver l'échappatoire dont elle ressent la nécessité par instinct. Les réserves nutritives étaient presque taries, elle devait donc sortir pour survivre. Son cou émergea, suivit un peu plus tard de ses bras et de sa taille. Elle était fatiguée, elle s'arrêta pour reprendre un peu ses forces. Ses yeux s'ouvrirent sur la forêt l'entourant, celle-ci était magnifique aux yeux de Saule, certainement son premier amour, n'ayant pas de mère pour l'accueillir. Une alimentation limitée, ça se sent au niveau de l'organisme. Une fois ses forces retrouvées, elle sortit entièrement du cocon, s'effondrant au sol.

Les feuilles des arbres la surplombant était magnifiques, le monde autour d'elle était tellement plus beau que l'intérieur de sa cage végétale. Elle ne regrettait pas d'avoir fait le choix d'en sortir. Elle s'abreuvait, puissant dans la chaleur du soleil pour charger ses batteries. Une petite demi-heure passa avant qu'elle ne se mette sur ses jambes. Son ventre commençait à crier famine maintenant qu'elle n'avait plus accès à sa nourriture de manière aussi simple. Son antre lui avait parlé de fruits qu'elle pourrait manger. Fort heureusement pour elle, de petites baies se trouvaient à proximité et comestible de surcroit. Elle marchait de manière maladroite tanguant d'un côté puis de l'autre, finissant par s'étaler sur le sol. Se mouvoir était difficile pour elle mais elle ne renonça pas et finalement elle atteint son but, commençant à se sustenter de la chair rouge couverte de petits pépins. Elle l'ignorait mais elle venait de goûter sa toute première fraise. Quelques journées passèrent, la jeune plante commençant à petit à petit prendre pleinement conscience du fonctionnement de son organisme. Elle apprenait lentement mais quoi de plus normal quand personne n'est derrière vous pour vous conseiller.

Elle serait très certainement restée ici toute sa vie, seule bien évidemment car peux de gens passaient par ce lopin de terre. Mais un événement marquant le début d'une nouvelle vie vint la frapper de plein fouet. Elle était à ce moment là en train de boire, ses tentacules l'aidant pour se faire. bon, elle manqua de s'assommer avec la pauvre mais elle commençait à comprendre le principe. Son dos était à ce moment là tourné aux deux arrivantes. Une voix se fit entendre, elle sursauta, c'était la première fois qu'elle en entendait une, ce son était fascinant et entourait la jeune pousse. Elle voulut faire de même et produire des sons, elle savait comment faire en théorie mais comme un vieil adage scientifique le fait remarquer aux novices : “La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi !”

Aucun son ne sortit de sa bouche à la première tentative ce qui la décontenança mais elle réitéra parlant à celle qui se présentait comme sa soeur.

Qui toi-être ? Toi ici tu vis ?

Le langage de la jeune femme était comblé de trou et de lacunes. Elle était incapable de faire une phrase complète. Elle remarqua l'autre femme qui semblait plus âgée.

Vous qui être ? Moi pas comprendre sentir sécurité


Elle les désignait du doigt, ignorant que cela était loin d'être poli mais elle est pardonnable. Elle tenta de s'approcher de celle qui était la plus proche mais elle se prit les pieds dans une de ses tentacules, tombant dans l'eau et éclaboussant les personnes se trouvant à proximité. 

   
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 581



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Octobre 18, 2016, 11:21:22 »

Plusieurs idées s’entrechoquaient en ce moment même dans l’esprit de la belle Ivy, alors qu’elle était devant les restes poussiéreux de ce cocon broyé.

La pensée la plus incongrue fut la voix posée du Docteur Ian Malcolm, dans « Jurassic Park », qui expliquait calmement, pour justifier le fait que la sécurité du parc avait volé en éclats, que « la vie trouve toujours un chemin ». Ce « chemin » venait de se trouver ici, avec cet autre cocon, preuve qu’Ivy, qui avait toujours si désespérément cherché à avoir des filles, luttant contre l’incompatibilité génétique de son organisme avec celui des humains, avait hérité, non pas d’une seule fille, mais de deux ! Il fallait bien admettre que cette révélation était déjà, en soi, surprenante, et que Pamela ne l’avait toujours pas totalement assimilée. Elle, avoir une seconde fille ? Elle était encore trop surprise pour pouvoir être heureuse.

Ensuite, elle repensa à ce que ses amies alraunes, à savoir Weldenela, ou encore Lilky et Raune, lui avaient dit. Une Alraune, c’était une humaine qui naissait dans une fleur, pour grossir le trait. Quand Kyli était née, Ivy avait vu un important liquide séminal se retirer, imbibant l’herbe. L’hypothèse la plus probable, c’était que ce liquide avait dû atteindre l’une des autres fleurs que Pamela voyait autour d’elle, des roses rouges chargées de magie. Car toutes les fleurs ne permettaient pas de faire pousser des Alraunes, il fallait des fleurs très spéciales, qui ruisselaient de magie. Des fleurs très rares, et Lily et Raune en avaient fait pousser beaucoup, et, surtout, compte tenu des inquiétudes de leur amie, avaient utilisé beaucoup de la mouille d’Ivy, pour être sûres de féconder la fleur. Alors... Si sa mouille avait débordé dans le liquide, pour atteindre une autre fleur...

*J’aurais tendance à dire que c’est scientifiquement impossible, mais... Après tout, je suis, moi aussi, une aberration scientifique...*

Et, après ses récentes aventures avec Woodrue et Harvest, Pamela était résolue à ne plus s’enfermer dans un scepticisme dogmatique. Elle laissa Kyli inspecter la forêt, cette forêt dans laquelle elle avait grandi, et, presque instantanément, Kyli repéra sa sœur. Pamela siffla alors, et leur cheval se rapprocha, puis elles galopèrent à nouveau. Pamela sentait également la présence de l’Alraune, qui devint de plus en plus forte au fur et à mesure qu’elle se rapprochait. Le cheval filait au triple galop, pour les amener à l’orée d’un grand et superbe lac, avec une cascade au fond, et des ruines elfiques se dissimulant dedans.

C’était ici que Pamela avait formé Kyli, couché avec elle, et qu’elles avaient utilisé, ensemble, ses pouvoirs. Ses souvenirs revinrent rapidement dans l’esprit d’Ivy, qui sauta au sol. Elle resta à la lisière du lac, en voyant, au milieu de ce dernier, une Alraune particulièrement somptueuse.

*Alors, c’est bien vrai...*

Plus jeune que sa mère, et donc plus encline à manifester sa joie, Kyli se précipita vers elle, tandis que Pamela restait sur le rivage, toujours aussi étonnée. Elle s’avança un peu, et vit l’Alraune, au corps magnifique, se retourner. De dos ou de face, elle était vraiment superbe, avec un corps beaucoup plus développé que celui de Kyli, signe qu’elle avait dû passer encore davantage de temps que sa première fille dans ce cocon. L’eau arrivait à hauteur du ventre de Kyli, qui annonça être sa sœur, ce qui ne manqua pas de perturber la mystérieuse Alraune, qui tenta alors de parler. Des mots hachés, hésitants.

*Dans cet environnement isolé, nous devons être les premières personnes qu’elle rencontre...*

Comme pour Kyli, le cocon avait éduqué l’Alraune, en lui apprenant à parler, mais, faute de pouvoir discuter avec d’autres personnes, elle avait rapidement commencé à perdre ses facultés intellectuelles. Pour Ivy, le choc était d’importance, et elle s’approcha à son tour, surtout quand l’Alraune, sous l’effet de la surprise, glissa dur l’un de ses tentacules, et tomba dans l’eau. Quand la jeune femme se releva, ce fut pour voir Ivy juste devant elle, qui lui sourit tendrement, et posa sa main sur son visage, caressant sa joue.

Alors, Pamela déposa un tendre baiser sur le front de l’Alraune, et, malgré son sourire radieux, on pouvait voir des larmes pendre à ses yeux.

« N’aie pas peur... Saune. En ton for intérieur, tu nous reconnais. Je suis Ivy, ta... Ta mère. »

Pamela avait aperçu le nom de l’Alraune en la caressant, entretenant, avec elle, la même connexion mentale qu’avec Kyli. Elle lui sourit donc.

« Tu as commencé à perdre l’usage de la parole, mais tu la retrouveras, ne t’en fais pas.  Et elle, c’est Kyli, c’est... C’est ta sœur. Inconsciemment, tu nous as appelés, Saune, et nous sommes venues quand nous avons reçu ton appel. »

Elle la serra alors dans ses bras, en sentant une nouvelle vague de larmes la saisir, sous le poids d’une incontrôlable et puissante émotion.

« Tu es ma fille, Saune. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kyli
Créature
-

Messages: 123


Fille Alraune de Poison Ivy


Voir le profil
FicheChalant
Description
Kyli est la fille Alraune enfantée par la méta-humaine Poison Ivy. A peine sortie de son cocon, elle découvre le monde et ses mystères.
« Répondre #4 le: Octobre 18, 2016, 11:28:33 »

Je m'attendais à ce que nos retrouvailles soient plus joyeuses, mais l'alraune semblait quelque peu perdue. Elle tenta de parler, mais avait visiblement du mal bien qu'elle restait compréhensible.

Qui toi-être ? Toi ici tu vis ?

« Je te l'ai dit, je suis ta grande sœur, Kyli. Je suis née ici, tout comme toi, mais je n'y vis plus depuis quelque temps. »

Vous qui être ? Moi pas comprendre sentir sécurité

« Elle, c'est notre... »

Pas le temps de finir ma phrase, l'alraune trébucha sur un de ses tentacules végétaux en voulant s'approcher de moi. Je tentai de la rattraper, mais je ne parvins pas à l'empêcher de nous éclabousser. Ça n'avait rien de grave, l'eau de ce lac était pure et tiède grâce à la chaleur du soleil, rien à voir avec les masses d'eau polluées de la Terre. J'aidai ma petite sœur à se relever, et elle se retrouva nez à nez avec notre maman. Elle caressa sa joue et embrassa son front, établissant un lien mental avec elle comme elle l'avait fait avec moi le jour de ma naissance. Elle en appela à la conscience de sa fille, dont le nom était Saune, pour comprendre qui nous étions. Puis elle fondit en larmes en la serrant dans ses bras, prise d'une incroyable émotion. Je ne pus m'empêcher de pleurer à mon tour en la prenant.

« Ma petite sœur... snif... »

J'avais encore du mal à réaliser qu'elle était ma petite sœur. C'était sûrement ce que maman avait du ressentir la première fois qu'elle m'avait prise dans ses bras. Une joie immense m'envahit, qui me fit verser des larmes tout en la serrant contre moi, comme si j'avais peur qu'elle disparaisse d'un instant à l'autre. Mais si maman et moi étions dans l'émotion pure, Saune semblait être un peu plus réservée. Elle comprenait que nous étions toutes les trois liées, mais n'arrivait à interpréter nos liens familiaux. Et impossible de les lui expliquer avec des mots. J'eus alors une idée.

« Maman... si elle ne comprend pas les mots, peut-être comprendra-t-elle les phéromones. »

De nombreux animaux communiquaient avec les hormones, et vu notre capacité à les contrôler, peut-être que Saune et moi pourrions parler de cette façon.

« Bon, Saune, détends toi et ouvre tes sens. »

J'utilisai mes pouvoirs pour lui envoyer un message phéromonal contenant toutes les émotions que m'inspiraient la famille : bonheur, épanouissement, sécurité, appartenance, excitation sexuelle parfois... Je voulais qu'elle ressente ce que j'ai pu ressentir le jour où maman est venu m'accueillir à la sortie de mon cocon. Si j'avais été à sa place, et que personne n'avait été là pour m'accompagner et me guider après être sorti de mon cocon, qui sait ce que je serais devenue. Pour moi, c'était autant un plaisir qu'un devoir de grande sœur de lui faire comprendre que notre famille lui ouvrait grand les bras, et qu'elle pouvait y venir sans crainte.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Syla Engelhart
E.S.P.er
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Octobre 19, 2016, 09:22:51 »

L'alraune se redressa tant bien que mal. Une masse s'approcha d'elle et avant qu'elle n'ai le temps de réagir, elle se retrouva avec un baiser sur le front. Il était doux, le contact plaisant. C'est comme s'il existait un lien entre elle. Saune, vu que c'était son nom d'après ce qu'on venait de lui apprendre ne comprenait pas cette sensation étrange qui la parcourait et qui la fit frissonner. Elle su pourtant qu'elle pouvait faire confiance à cette présence, à cette femme qui se trouvait auprès d'elle. Lorsque les larmes perlèrent des yeux de sa maman, les siens firent de même. Doucement ses doigts fin vinrent essuyer le liquide sucré. Avait-elle fait quelque chose de mal pour que sa maman pleure ainsi ? Beaucoup de questions se bousculaient dans la tête de la jeune plante. Elle mit ensuite son doigt mouillé en bouche pour en goûter la saveur. Était-elle identique ou différente ? La plante était curieuse de nature.

"Maman Ivy, Sœur Kyli... Je être désolée...je mouiller sœur Kyli. Je faire pleurer maman. Je méchante fille ?"

Kyli suivit également laissant couler les larmes de joies mais la pauvre Alraune ne savait plus ou se mettre devant une telle situation. Pleuraient-elles d'avoir été mouillée ? Était-ce une mauvaise chose. Elle aurait voulut s'excuser mais les mots ne lui venaient pas, son champ lexical trop réduit par les lacunes engendrées par le cocon. On lui parlait de phéromones et d'explication, ce qui ne fit qu'empirer son état de détresse devant son incompréhension car oui, elle pensait avoir mal agi même si elle ne voyait aucun justificatifs rationnels. Les deux jeunes femmes l'avaient maintenant au creux de ses bras. Elle ne sait pourquoi mais instinctivement, sa tête vint se poser sur la poitrine de sa mère. Une sorte de réconfort devant sa détresse à coup sûr. Sa tête vint se frotter contre comme si elle cherchait à fusionner avec cet être pour mieux le comprendre. La jeune fille avait enfin trouvé quelqu'un elle n'était plus seule.

"Pourquoi Maman pas être quand moi venir monde ? Pourquoi moi abandonnée ? Ca punition ? Moi vouloir pas seul être. ami, famille besoin."


La main de Saune vint enserrer avec fermeté le poignet de Kyli comme si elle avait peur de se retrouver à nouveau toute seule. Sans qu'elle ne s'en rende compte, les phéromones avaient commencées à lui parvenir. Divers notions comme la famille lui parurent plus clair. Elle commençait à comprendre ce que l'on peut ressentir à se sentir proche de sa famille, de ceux qu'on aime. Elle ressentit toutes les émotions qui avaient parcourues le corps de sa sœur lorsqu'elle avait été accueillie ce qui ne fit que rendre plus triste encore la pauvre Saune qui jamais n'avait eu cette chance. Elle pleurait de plus belle, de chaudes larmes coulant sur le corset végétal de sa mère qui commençait à prendre l'eau.

"Pourquoi moi pas avoir eu droit même chose que Kyli ? Vous pas aimer moi ? "

Le poignet de Kyli était serré de plus en plus fort plus le temps passait, elle devait même très certainement commencer à lui faire mal. Lorsqu'elle s'en rendit compte, elle relâcha sa prise s'excusant.

"Soeur... moi te faire mal, pas voulut moi juste vouloir toi rester près de moi. Je vouloir encore bisou, je aimer ça. "

Le regard qu'elle leur portait était légèrement implorant, sa tête coincée entre les deux seins bien gonflés de sa mère.



« Dernière édition: Octobre 19, 2016, 09:28:39 par Saune » Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 581



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Octobre 20, 2016, 02:25:41 »

Saune avait du mal à formuler des mots, mais avait-elle aussi du mal à les comprendre ? Quand Kyli était sortie du cocon, elle savait parler, et comprenait très bien ce que Pamela lui disait. Mais Saune avait passé des semaines, si ce n’est des mois, ici, dans un environnement totalement sauvage, à perdre ses acquis. Tandis qu’elle se blottissait contre sa mère, et exprimait toute sa confusion, enchaînant tant de questions qu’Ivy ne savait plus quoi dire, Kyli tenta d’arranger les choses en utilisant les phéromones, ces choses que les Alraunes utilisaient instinctivement pour commander à la Nature. Elle diffusa ainsi un message réconfortant, qu’on ne pouvait traduire en mots, car il s’agissait d’images, de sensations. Si elles semblèrent apaiser un peu Saune, rapidement, sa deuxième fille se mit à nouveau à paniquer, constatant qu’elle avait été séparée d’un lien fabuleux. Pamela en avait des frissons dans le dos, car Saune lui rappelait son autre « rejeton »... Harvest. Un « fils » involontaire, conglomérat de plantes et de cadavres, qui avait haï la relation d’amour entre Kyli et Ivy, au point de vouloir les tuer.

*Ai-je failli créer un second Harvest ? Si j’étais arrivée quelques semaines plus tard...*

Une Alraune était une femme très puissante, généralement bienveillante, mais pas forcément. Et une Alraune maléfique était, à n’en pas douter, un adversaire terrifiant. Saune, en restant ici, avait vu son humanité disparaître un peu, car elle ne lui apportait que de la souffrance, que des questions sans réponses. Alors, inconsciemment, son cerveau avait, peu à peu, bloqué cette partie d’elle-même, afin de se concentrer sur la partie purement végétale, sauvage, animale, instinctive. L’une des conséquences directes de ce mécanisme de défense inconscient, c’était son incapacité à formuler des mots et des phrases de manière cohérente.

Pamela sentait qu’elle et Kyli étaient revenus à un instant charnier, et que, à quelques jours près, presque, il aurait pu être trop tard. De fait, elle pouvait sentir, autour d’elle, une sorte de nervosité ambiante. Saune pleurait en pensant avoir déçu sa famille, mais, de la souffrance à la colère, la frontière était bien mince, et cette colère sourde, Ivy pouvait la sentir dans la manière dont les plantes étaient en train de réagir, certains tentacules commençant à se recouvrir de ronces, comme pour exprimer tout le ressentiment que Saune ressentait.

« Je... Je ne t’ai pas abandonné, Saune ! Ma chérie, si j’avais su que tu étais venue au monde, je serais venue te chercher immédiatement ! Je ne l’ai su que bien trop tard... Oh, ma pauvre chérie, tu n’as rien fait de mal, c’est moi... Moi qui n’ai pas été assez vigilante. Tu... Tu es née à partir du cocon fait par Kyli, je... Je n’aurais jamais pu imaginer qu’une telle chose puisse se produire ! »

Saune se nichait contre ses seins, mais Pamela la força à la regarder, en agrippant son menton entre ses mains. Saune était plus grande et plus voluptueuse que Kyli, autre preuve qu’elle avait passé plus de temps qu’elle dans le cocon. Difficile de voir en elle sa « petite sœur », même si c’était ce qu’elle était.

« On ne pleure pas parce que tu as fait quelque chose de mal, ma chérie... Je pleure de joie, parce que... Parce que... »

Ivy sourit alors,  et reprit, ses deux mains caressant ses joues, glissant le long de ses cheveux :

« Je pleure parce que tu es une merveille, Saune ! Tu es si belle, ma chérie, si... Si parfaite ! Oh, mon cœur, tout ce que je veux, c’est que tu rejoignes notre famille ! Et c’est aussi ce que Kyli veut ! N’est-ce pas, ma chérie ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kyli
Créature
-

Messages: 123


Fille Alraune de Poison Ivy


Voir le profil
FicheChalant
Description
Kyli est la fille Alraune enfantée par la méta-humaine Poison Ivy. A peine sortie de son cocon, elle découvre le monde et ses mystères.
« Répondre #7 le: Octobre 20, 2016, 12:24:45 »

Je pensais qu'en montrant à Saune ce que la présence de maman m'avait apportée, elle serait heureuse de rejoindre notre famille. Mais au lieu de ça, je n'avais fait que la rendre plus triste. N'ayant jamais eu droit à ce que j'avais eu, elle se sentait délaissée, abandonnée, elle avait des tas de questions. A mesure que maman tentait de lui répondre, sans savoir si elle pourrait la comprendre, je sentais sa main serrer mon poignet, de plus en plus fort, comme si elle avait peur que je disparaisse. Elle pensait qu'elle avait fait quelque chose de mal, et que c'était pour ça qu'on l'avait abandonnée, elle alla même jusqu'à croire que maman ne l'aimait pas. Je ne savais pas ce qui me faisait le plus mal : mon cœur déchiré par la tristesse ou mon poignet serré jusqu'à me couper la circulation du sang. Saune ma lâcha et s'excusa quand elle se rendit compte à quel point elle serrait.

« Ce n'est rien petite sœur, ne t'en fais pas. »

Maman était encore plus désemparée que moi. Elle se sentait coupable, se reprochait son manque de vigilance. Si ma nouvelle sœur la connaissait aussi bien que moi, elle saurait que jamais notre maman ne l'aurait laissée seule volontairement. Nous pleurions, mais pas parce que nous étions tristes ou fâchées, au contraire, nous étions plus heureuses que jamais.

« Je pleure parce que tu es une merveille, Saune ! Tu es si belle, ma chérie, si... Si parfaite ! Oh, mon cœur, tout ce que je veux, c’est que tu rejoignes notre famille ! Et c’est aussi ce que Kyli veut ! N’est-ce pas, ma chérie ? »

« Oui… je le veux plus que tout. »

Je pris Saune dans mes bras et me mis à embrasser ses joues et son front. Si ma petite sœur aimait avoir des bisous, elle n'allait pas être déçue.

« Je suis désolée de ne pas avoir été là. Je suis une alraune, tout comme toi, et pourtant je n'ai pas senti la formation de ton cocon… snif… ni même ta naissance. Je n'ai aucune excuse… mais maintenant que… maman et moi sommes là… snif… on te laissera plus jamais toute seule. »

Un torrent d'amour fraternel me parcourait. J'étais tellement heureuse de tenir ma petite sœur contre moi, même si j'avais du mal à réaliser qu'elle était plus jeune que moi : entre sa taille, la rondeur de ses seins et la courbe de ses fesses, tout était plus grand chez elle que chez moi. Coucher avec elle serait sans doute très amusant.

« Je t'aime Saune. Je t'aime maintenant et je t'aimerai toujours, petite sœur. »

Maintenant, c'était son tour d'avoir droit aux attentions de sa famille. Et elles avaient du temps à rattraper.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Syla Engelhart
E.S.P.er
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Octobre 20, 2016, 10:30:52 »

Les paroles de sa mère et de sa sœur commencèrent à la calmer légèrement. Elle n'avait pas été abandonnée ? Ivy ne connaissait juste pas son existence ? Mais comment cela était-il possible? Une mère ne pouvait ignorer la naissance d'un enfant. Se moquait-on d'elle ? Une colère sourde parcourait son corps mais rapidement, lorsque ses yeux se plongèrent dans ceux de sa mère elle comprit que c'était bel et bien la réalité. Elle était donc issue du cocon de sa sœur. Pouvait-on les considérer comme des jumelles ? Et bien non, les deux jeunes Alraunes étaient forts différentes. Sa mère commença par la prendre dans ses bras, rapidement suivie par sa sœur qui ne semblait pas lui en vouloir pour la douleur physique qu'elle avait provoqué. Saune se sentait enfin heureuse entourée de ce qui était maintenant sa famille qu'elle voulait à tout pris apprendre à connaître.Les deux mains de la jeune pousses vint se poser sur leur dos qu'elle parcourait avec douceur et une certaine forme de sensualité sans même s'en rendre compte. Son coeur battait légèrement la chamade, son visage, ses cheveux étaient couvert de baisers et de caresses.

Saune ne serait plus jamais seule, on venait de lui promettre, ses larmes se tarirent un peu laissant un petit sourire timide aux coin de ses lèvres. Elle déposa un bisou sur les joues de chacune pour leur faire comprendre qu'elle ne leur en voulait plus de ne pas avoir été là à son réveil. Elle cherchait comment exprimer ce qu'elle ressentait mais le mot ne lui venait pas. C'est lorsqu'elle entendit le mot aimer qu'elle comprit comment elle pouvait leurs faire partage son bonheur, leur montrer qu'elle avait besoin d'elles.

Saune aussi aimer maman Ivy et sœur Kyli. Moi vouloir avec vous être pour toujours, moi vouloir comprendre monde. Famille pouvoir m'apprendre ce que moi pas savoir ?

Sa poitrine s'aplatissait contre le corps des deux femmes, se pressant bien contre elles. Un flash traversa son esprit, dans celui-ci, elle voyait sa mère embrasser sa grande sœur avec passion. c'est donc ainsi que l'on montre son amour pensa-t-elle. Son front se posa contre celui de la matriarche, leurs nez se frollant. Elle voulait reproduire cette image mentale pour ressentir la même sensation que Kyli avait partagé avec elle mais elle n'osait pas. Elle ne savait pas si elle avait le droit ou si cela était réservé uniquement à sa sœur. Elle s'arrêta à quelques centimètres des lèvres de sa mère. Ses tentacules remuaient dans l'eau, un peu hors contrôle ne cessant de les éclabousser. Sa joie lui faisait encore plus perdre le contrôle de son corps même si celui-ci ne semblait pas bien dangereux. Elle posa finalement la question qui la titillait.

Je pouvoir t'embrasser maman comme Kyli faire avec toi ?     
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 581



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Octobre 20, 2016, 11:59:54 »

La tension nerveuse qu’Ivy avait senti se cristallisa pendant quelques secondes. Saune ne comprenait pas pourquoi sa mère n’avait pas senti instinctivement sa présence, ce à quoi Ivy avait une réponse bien trop compliquée, pour l’heure, à fournir. La faute en incombait à Plant Master, et à son rejeton bâtard, Harvest. Plant Master, qui s’appelait aussi Jason Woodrue, était l’homme responsable de la création de Poison Ivy, mais était aussi un individu ayant cherché à acquérir une sorte de statut divin en devenant le Champion du Vert. Le Vert désignait l’une des trois forces fondamentales de la Nature, avec le Rouge, qui symbolisait la faune, et la Nécrose, symbolisant la mort, le pourrissement. Le Vert disposait, comme les autres forces, d’une conscience, d’une sorte de parlement qui le représentait : le Parlement des Arbres, qui se trouvait en Amazone, dans la plus grande forêt de Terre. Pamela, en devenant Poison Ivy, avait été inconsciemment reliée au Vert, et le Vert disposait d’un champion, le « Swamp Thing », qui disposait de pouvoirs colossaux. Il était l’incarnation de la Flore, et c’était à travers sa connexion avec le Vert que Pamela avait senti la naissance de Kyli. En théorie, elle aurait aussi dû sentir la présence de Saune, mais ce lien avait été parasité par les manigances de Woodrue, et par Harvest, une sorte de monstre végétal, de cancer du Vert, dont le but avait été de permettre à Woodrue de détruire le Parlement des Arbres, et de les supplanter.

Cette histoire était un peu compliquée à résumer à Saune pour le moment, mais c’était bien à cause de ça, du parasite Harvest, que Pamela n’avait senti que trop tardivement l’existence de Saune. Fort heureusement, sa fille perçut la sincérité de sa mère, et le message phéromonal envoyé par Kyli produisit alors ses effets positifs, en amenant Saune à se dire que ce que Kyli avait vécu, elle aussi, elle y avait droit.

Ivy s’empressa donc de répondre aux premières interrogations de Saune, avec un sourire ravi sur les lèvres :

« Oui, c’est à ça que sert la famille, Saune... »

Pamela lui montra avec des images... Elle lui montra Kyli, et Kyli vit aussi les images... Des souvenirs d’elle dans la forêt, apprenant à déployer ses tentacules, à faire pousser des fleurs... Puis Kyli se trouvant ensuite dans leur appartement sur Terre, assise sur les genoux de sa mère, lisant un livre, Pamela lui apprenant, l’enseignant, montrant ensuite l’école, où Kyli prenait scrupuleusement des notes... Elle faisait comme Kyli, expliquant avec des images davantage qu’avec des paroles, et montra également que, outre le savoir, la famille apportait aussi de la chaleur, et du réconfort.

...On vit ainsi une Kyli s’étant fait mal à un genou en glissant, qui pleurait, avant que sa mère ne vienne la soigner... On voyait Pamela préparer un gâteau au chocolat... Une autre image montrait Harley en train de faire la fofolle en préparant des crêpes, les faisant sauter dans la poêle, jusqu’à y aller trop fort, envoyant une crêpe en plein sur le visage d’une Pamela furieuse, sous les rires aux éclats de Kyli. Les pensées d’Ivy lui échappèrent néanmoins, lui montrant que Saune avait une meilleure connexion instinctive avec le Vert, et avec ses pouvoirs, que Kyli, puisqu’elle parvint à explorer les images d’Ivy, et la vit en train d’embrasser tendrement et profondément sa fille, leurs corps se pressant l’un contre l’autre, dans un geste plein d’amour et de tendresse...

Pamela rouvrit alors les yeux, et vit Saune se rapprocher d’elle, approchant de plus en plus ses lèvres des siennes... Avant de se retenir.

*Oh... Je ne devrais pas oublier qu’elles ont été faites par Lily et par Raune, ces deux-là...*

Elle sentit la forêt frémir à nouveau... Mais de manière bien différente, cette fois. Ivy sourit alors, et posa sa main sur la joue de Saune, suite à sa question. Son pouce glissa sur ses lèvres.

« Oh, ça, Saune, tu pourras toujours le faire... »

D’autant plus qu’elle avait des lèvres très pulpeuses. Pamela raccourcit rapidement les quelques centimètres qui venaient encore les séparer, et déposa sur ses lèvres un tendre et sensuel baiser. Sa bouche se pressa contre la sienne, et elle l’embrassa pendant plusieurs secondes, déplaçant sa main pour agripper sa nuque, serrant sa peau, son autre main venant caresser ses hanches. Kyli se retrouva ainsi délaissée pendant quelques secondes, le temps que Pamela embrasse au mieux sa seconde fille.

Sa langue ne vint pas se glisser dans la bouche de la femme, mais elle maintenait Saune contre son corps, l’embrassant avidement, serrant son corps contre le sien. Elle termina ensuite le baiser, et esquissa un léger sourire, en fixant Saune.

« Ça t’a plu ? »

Elle enchaîna ensuite, en désignant Kyli :

« Maintenant, ce n’est que justice que vous vous embrassiez, toutes les deux. Dans ma famille, c’est comme ça qu’on se salue et qu’on se témoigne notre affection, Saune... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kyli
Créature
-

Messages: 123


Fille Alraune de Poison Ivy


Voir le profil
FicheChalant
Description
Kyli est la fille Alraune enfantée par la méta-humaine Poison Ivy. A peine sortie de son cocon, elle découvre le monde et ses mystères.
« Répondre #10 le: Octobre 21, 2016, 03:18:32 »

A force d'insister, moi et maman parvînmes à faire comprendre à Saune à quel point nous l'aimions, que nous étions désolées de ne pas avoir été là, mais que nous comptions bien nous rattraper. Elle nous répondit qu'elle nous aimait aussi, serra son corps contre les nôtres, je pouvais sentir sa poitrine contre la mienne. Aucun doute, elle était plus développée que moi en terme de physique. Encore embrouillée avec le concept de famille, maman lui envoya des images mentales pour lui expliquer et, même si je ne les vis pas, je compris bien qu'elle avait été convaincue. Je regardai ses lèvres s'approcher de celles de maman, tandis que ses tentacules végétaux s'agitaient dans l'eau. C'était sans doute l'excitation qui se répercutait sur ses créations. Hésitante, elle demanda quand même si elle avait le droit d'embrasser maman, cette dernière lui répondit qu'elle en aurait toujours le droit, et alla poser ses lèvres contre les siennes. C'était très excitant de regarder leurs corps serrés et ce baiser sensuel, j'en tremblai de partout, parcourue d'un picotement très agréable. Quand elles se séparèrent, il y eut un petite moment de pause puis maman me désigna, en demandant à Saune de venir m'embrasser. Je me mis à sourire en regardant ma petite sœur.

« Approche sœurette… j'ai très envie de goûter à tes lèvres. »

Je laissai Saune s'approcher de moi, je vis dans son regard une point d'hésitation, du coup je fis les derniers centimètres nous séparant et j'embrassai ma petite sœur. Ses lèvres étaient douces et pulpeuses, un vrai régal. Instinctivement, je fis glisser mes mains derrière sa tête, je caressai ses cheveux verts soyeux, je descendis lentement le long de son dos, effleurant sa peau avec délicatesse comme si je craignais de la casser en appuyant trop fort, jusqu'à atteindre ses fesses. Je pressai entre mes mains ces deux belles bosses bien fermes, mais je me retins d'y mettre une claque. Habituer Saune aux contacts charnels allait prendre du temps, il ne fallait pas se précipiter sous peine de la voir se refermer.

Au bout de quelques minutes, nous nous séparâmes de notre tendre étreinte, et je frottai mon nez contre le sien pendant une seconde avant de m'écarter. Nous étions toujours dans les bras l'une de l'autre.

« Alors Saune, est ce que ce baiser t'a plu ? Est ce que tu en veux un autre ? »

Et d'ailleurs, pourquoi se contenter de ça ?

« N'hésite pas à me dire ce qui te ferait plaisir. C'est le devoir d'une grande sœur de faire de son mieux pour sa cadette. Et je suis sûre que maman sera ravie de nous regarder nous amuser. »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Syla Engelhart
E.S.P.er
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Octobre 25, 2016, 08:09:28 »

Maman avait donc tout appris à Kyli et elle allait faire de même avec elle. Voila qui l'enchantait, elle n'était dorénavant plus seule. La ou elle avait hésité, ce ne fut pas le cas de sa mère qui vint l'embrasser également. Leurs lèvres se lièrent sans encore que des langues s'immiscent et partent dans un balais. Le nez de sa mère vint frôler le sien lorsque le baiser fut rompu. Une étrange sensation parcourait le corps de la jeune pousse dont le coeur s'était accéléré pour une raison qu'elle ignorait. Elle mourrait d'envie de recommencer, une certaine forme d'addiction très certainement. Elle aurait souhaité que jamais ce moment ne fut rompu. Quelques secondes lui furent nécessaires pour redescendre sur terre. Elle faisait ses premiers pas dans ce monde et il commençait à lui plaire maintenant qu'elle ne le vivait plus en seule participante. Quand ses esprits lui revinrent, elle répondit

Oui, ça beaucoup aimer, pouvoir recommencer ?

la matriarche lui proposa ensuite d'embrasser sa sœur. Elle approcha donc son joli minois de son ainée mais comme pour son tout premier baiser, elle était hésitante mais rapidement, Kyli termina le geste pour l'embrasser. Une nouvelle sensation parcouru son corps. Elle adorait ce contact, il n'y avait pas de doute, ses joues rosirent pour un raison inconnue, son corps était également plus chaud malgré le fait qu'elle se trouvait dans un lac. La même question sorti d'entre les lèvres de Kyli. Bien sûr qu'elle adorait. Comment aurait-elle pu ne pas aimer cette démonstration d'amour. Des mains étaient maintenant posées sur ses fesses, elle sentit une certaine pression s'exercer dessus mais... pas déplaisante pour le moins du monde. La seconde pousse s'écarta d'elle, ajoutant une question et une proposition qu'elle ne comprit pas.

Moi aimer. Nous jouer ? Moi pas comprendre. Moi vouloir faire plaisir famille. Moi vouloir encore bisou et main sur fesse. Sensations étranges.

Rapidement, le contact lui manqua et elle vint se blottir contre sa soeur, l'enlaçant d'un bras tendit que l'autre attira sa maman à elle. Son instinct végétal la guidait à faire cela.

Moi vouloir tout apprendre...     
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 581



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Octobre 26, 2016, 06:13:01 »

Il était temps de passer aux choses sérieuses avec Saune, de lui faire vraiment découvrir ce qu’était l’amour familial entre Alraunes. La belle pousse embrassa donc Kyli, sous les yeux ravis de leur mère. Le sexe s’instaurait entre elles, comme une doucereuse drogue, à même de leur faire oublier leurs troubles, et ce désarroi qui avait saisi Pamela en constatant qu’elle avait une seconde fille. La deuxième Alraune embrassa donc sa sœur, creusant le contraste entre les deux. Saune était un peu plus grande que Kyli, plus mûre, avec une poitrine plus grosse, et un corps plus voluptueux. Difficile de voir en elle la cadette, mais c’était pourtant bien Kyli l’aînée. Saune avait passé trop de temps dans le cocon, et partageait néanmoins, comme sa mère, et comme sa sœur, un attrait pour le sexe. Pamela, qui connaissait bien sa fille, vit combien cette dernière avait envie d’aller au-delà d’un simple baiser, n’hésitant pas à poser une main sur l’une de ses fesses, pour se retirer, presque à regret.

*Tu as voulu la fesser, hein, petite cochonne ? songea silencieusement Ivy. Je sais combien tu aimes les fessées, Kyli...*

Pamela sourit en constatant que Saune aimait beaucoup ces sensations, demandant à en avoir plus. Saune alla ainsi se presser contre Kyli, et Pamela attrapa sa main, venant baiser tendrement ses doigts. Quand Saune glissa vouloir « tout apprendre », ce fut, pour Pamela, l’occasion d’expérimenter à nouveau leur lien télépathique, et d’envoyer de nouvelles sensations, que Kyli peut également voir...

...Des corps entremêlés se faisant l’amour, ceux de Kyli et d’Ivy, le corps de Kyli au-dessus du sien, léchant son sexe, pendant qu’elle-même lui rendait la pareille... Des mains s’abattant sur les fesses de Kyli... Le corps de la jeune fille, prisonnier par des tentacules l’immobilisant aux bras et aux jambes, étirant ses membres, les tentacules phalliques se rapprochant d’elle pour la pénétrer... Puis une autre image montra ses seins, agressés par des tentacules, tirant sur des tétons, les tentacules s’ouvrant en se rapprochant, formant comme des « bouches » qui prirent les seins, de multiples langues sortant de l’intérieur de chaque tentacule pour s’entortiller autour des tétons, tirant dessus... Et une autre scène où on put voir Kyli, à quatre pattes, prise en levrette par sa mère, qui soupirait de plaisir, en griffant ses fesses, et en soupirant.. On les entendait hurler de plaisir, poussant des gémissements profonds...

...Puis ces images disparurent, et le trio revint au moment présent. Sur le flanc de Saune, Ivy se rapprocha encore, et posa une main sur les fesses de la jeune Alraune, les caressant à son tour, tout en allant l’embrasser goulûment, fourrant sa langue dans sa bouche, massant son délicieux postérieur. Ce fut un baiser intense et bruyant, la langue de Pamela claquant contre la sienne, et elle termina ce baiser en emprisonnant la lèvre inférieure de Saune entre les siennes, mordillant sa bouche en la tirant vers l’arrière.

« On t’apprendra tout, Saune, absolument tout... Ton corps a des besoins et des désirs qu’il faut soulager, et c’est pour ça que nous sommes là... »

Pamela glissa sa main du visage de Saune, pour caresser l’un de ses seins. Ils étaient opulents, et les tétons pointaient, trahissant l’excitation que Saune était en train de ressentir. En conséquence, Pamela s’amusa à en pincer un, un sourire amusé venant éclairer ses lèvres en voyant le plaisir s’exprimer sur le visage de sa fille.

« Et si on commençait par ses seins ? Tu en penses quoi, Kyli ? Notre chérie a une poitrine particulièrement grosse, il faudra très souvent s’en occuper... »

Ce qui, en réalité, était bien loin de déranger Ivy !
« Dernière édition: Octobre 30, 2016, 01:47:45 par Poison Ivy » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kyli
Créature
-

Messages: 123


Fille Alraune de Poison Ivy


Voir le profil
FicheChalant
Description
Kyli est la fille Alraune enfantée par la méta-humaine Poison Ivy. A peine sortie de son cocon, elle découvre le monde et ses mystères.
« Répondre #13 le: Octobre 27, 2016, 06:58:14 »

Non seulement Saune avait aimé notre baiser, mais elle en réclamait encore, et invita même maman à nous rejoindre, ce qu'elle fit avec une joie non dissimulée. Usant du lien télépathique qui la rattachait à nous, elle fit défiler des images nous montrant elle et moi en plein dans nos ébats sexuels. Léchages, fessées, tentacules... Comme je comprenais le sens de ces images, je mouillai comme une grosse cochonne, mais ma petite sœur avait évidemment plus de mal. Elle ressentait le désir, mais n'en saisissait pas la portée. Maman l'embrassa alors, tout en pelotant l'une de fesses, et je ne me gênai pas pour faire de même avec l'autre. Quand elle se sépara de ses lèvres, elle lui promit que nous allions lui apprendre tout ce qu'il fallait savoir sur le sexe. J'allai assurément dans son sens.

« On te fera découvrir plein de choses géniales sœurette. »

La première étape dans cette découverte fut son imposante poitrine, dont les tétons pointaient durement, signe de l'excitation qu'elle ressentait. Maman en pinça un en me suggérant de s'occuper des seins de ma cadette.

« Tu as raison maman… il faudra qu'on la caresse régulièrement pour qu'elle reste bien ferme. »

Fidèle à mes habitudes, je posai ma bouche contre son téton encore libre pour le mordiller et le téter. Elle n'avait pas de lait, mais ce n'était pas important, mon seul but était de lui faire plaisir. Son incompréhension laissait peu à peu place à la satisfaction, je sentais son corps qui tremblait et s'agitait sur place, j'entendais ses gémissements d'extase. Curieuse, je mis une main juste en-dessous de son sexe, hésitant à la toucher directement ici pour le moment, et je recueillis sa précieuse mouille sur mes doigts, que je léchai ensuite.

« Aahh… quel délice. Si tu veux, tu peux goûter à la mienne. Tout ce que tu as à faire, c'est mettre tes doigts ici… »

J'écartai mes lèvres intimes pour laisser la cyprine couler au mieux.

« …et puis les lécher. Tu verras, c'est très bon. »

Je ne l'obligeai à rien, elle avait le droit d'aller à son rythme. Pour l'instant, elle pouvait profiter de la stimulation sur ses tétons et, si jamais elle avait envie de quelque chose, il lui suffisait de demander.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Syla Engelhart
E.S.P.er
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Octobre 29, 2016, 05:30:28 »

Les paroles de sa maman étonnèrent Saune, une histoire de fessée mais ? N'était-ce pas douloureux. Pour Saune, cela relevait de la punition. Alors pourquoi sa sœur le désirerait ? Maman devait s'être trompée à coup sûr même si à travers les images qu'elle avait pu voir dans son esprit, elle semblait y prendre un certain plaisir. Elle garda donc cette information dans un coin de sa tête, attendant la suite. Elle ne tarda pas à arriver avec de nouvelles images de corps enlacés, de baisers bien plus prononcés et plus long que ceux qu'elle avait reçu pour le moment.  La main de la plante au corps plantureux se retrouva dans celle de sa mère qui vint y déposer des baisers. Les images finirent par stopper mais celle-ci avaient eu de grands effets sur l'alraune qui avait commencé à s'humidifier avant même qu'on la touche réellement. Ivy avait dû lire dans son esprit car elle vint l'embrasser , fourrant sa langue dans sa bouche cette foi pour un baiser plus passionné. Leurs salives se mélangeaient pendant qu'un balai lingual avait pris place. Les mains de Saune vinrent se poser sur la chevelure d'Ivy, juste derrière sa tête, comme si elle désirait la bloquer pour prolonger ce plaisir qui la faisait fondre de bonheur. Petit à petit, sa détresse due à sa solitude commençait à diminuer, elle se sentait aimée à travers ce geste. Elle n'était plus seule, elle en avait maintenant la certitude, elle avait une vraie famille. Sa mère prolongea le baiser, se rendant sûrement compte du besoin de sa fille mais finit tout de même par le rompre, prenant sa lèvre inférieure entre ses dents.

On pouvait allégrement voir l'envie qui brillait dans les yeux de la jeune pousse qui en redemandait. Elle laissa sa bouche entrouverte comme une invitation à recommencer. Des mains se baladaient sur ses fesses, accentuant ses envies. 

Je t'aime Maman.

saune venait pour la première fois de formuler une phrase complète et sans faute. Etait-ce une manière de la remercier ? Un pur hasard ? En tout cas, c'est ce qu'elle fit. On allait lui apprendre tout ce qu'elle avait besoin ce qui la ravissait, elle qui était en quête de savoir et de connaissance. Une main vint se poser sur sa poitrine, celle de sa maman, bien rapidement suivie par celle de sa soeur. Ses tétons étaient déjà érigé devant le traitement que sa famille lui avait déjà réservé jusque là. Un petit frémissement franchit sa bouche qu'elle ouvrit plus grande pour celle des deux qui viendrait s'y engouffrer. On lui pinçottait les seins mais cela n'était pas douloureux, elle aimait même qu'on lui fasse.

Haannnnnn ..... mains douces... Saune aimer vous jouer avec seins à elle.

Sa soeur commença à lui lécher le téton, puis à tirer dessus de ses lèvres comme si elle désirait voir du lait en sortir. La jeune femme tremblait maintenant de plaisir sous les assauts des deux dames. Elle poussait de petits gémissements aigus de plus en plus puissants. Elle ne cessait de mouiller de plus en plus ne comprenant pas ce phénomène.

Je...moi désolée, moi faire pipi, moi trempée...

Avant qu'elle n'aie une explication, sa soeur était venue récupérer du liquide et le mettre dans sa bouche léchant son doigt. Elle trouvait étrange que sa soeur aime cela mais vu qu'elle lui proposait et qu'elle ne souhaitait pas la décevoir, elle fit de même, venant frotter ses doigts contre son intimité puis les fourrer dans sa bouche. Le goût était unique et frappa ses papilles comme un coup de fouet, l'excitant encore plus.

Ca bon.. moi aimer goût.

Elle voulait remercier sa soeur mais ne savait comment faire, c'est alors que l'image de la fessée lui revient en tête. C'est toute rougissante qu'elle lui en assena une sur la fesse droite. Elle avait peur, espérant avoir bien fait...
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox