banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Devenir une magnifique soumise [Pauline Catalino]  (Lu 1892 fois)
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« le: Octobre 09, 2016, 08:06:06 »

Le plan était parfaitement rodé. Mélinda s’était entendue avec Ichtora-senseï pour piéger la jeune femme. Myumi Ichtora, professeur de mathématiques au lycée Mishima, dissimulait, comme Mélinda, et comme les trois quarts des individus venant au lycée, quelques petits secrets salaces. En l’occurrence, Myumi était la fille d’Erelda Ichtora, une succube qui siégeait au conseil d’administration, et qui, parallèlement, était à la tête d’un empire pornographique passant par de multiples sociétés produisant quantité de films dans le monde entier. Myu’ avait hérité des pouvoirs démoniaques de sa mère, faisant d’elle une demie-succube, et, à Mishima, derrière l’apparence du prof’ de mathématiques, elle était aussi une professeur d’éducation sexuelle, qui considérait que sa mission était de sexuellement former ses élèves, soit personnellement, soit en déléguant à des personnes en qui elle avait confiance, comme Mélinda Warren.

C’est à ce titre que Mélinda, cette vampire aussi redoutable que belle, avait conçu une stratégie, un plan visant à se doter d’une nouvelle esclave, une jeune fille dont la soumission avait déjà pu être observée au sein du lycée, tout comme sa perversion. Lui mettre une heure de colle avait été assez aisé pour Myumi, qui n’avait eu qu’à attendre que la jeune femme se masturbe dans les toilettes, ou ne soit surprise en train de se livrer à des activités condamnables, pour lui ordonner de se présenter dans une salle de cours à 17h, soit après la fin des derniers cours du lycée. Mishima était donc relativement désert à cette heure-là. Il ne fallait néanmoins pas se leurrer sur les intentions respectives de la vampire et de la demie-succube ; l’heure de colle n’était qu’un prétexte, destiné à tenter Pauline.

À cet égard, Myumi avait troqué sa minijupe très courte, qui dévoilait continuellement ses longues jambes fuselées, et permettait parfois de voir sa culotte, pour un long pantalon. Elle attendait donc dans la salle que Pauline se présenta devant la porte, et, quand la jeune élève toqua à la porte, Myumi se redressa. Pour Pauline, ce serait une surprise, car, si elle devait logiquement avoir son uniforme, Mélinda, elle, avait troqué le sien pour sa longue robe dorée.

« Bonsoir, Pauline ! s’exclama Myumi en ouvrant la porte. Vas-y, rentre ! »

Un sourire charmant sur les lèvres, Myu’ portait aussi de curieux gants noirs sur les mains, puisqu’ils étaient en cuir. Myumi referma la porte, et Pauline put alors noter la présence de Mélinda, qui lui sourit en retour.

« Salut, Pauline... Je suis Mélinda. »

Les mains de Myumi se posèrent alors sur les épaules de la femme.

« Comme tu le sais, tu as écopé d’une heure de colle, car je t’ai surprise en train de te masturber, et c’est...
 -  ...Particulièrement incompatible avec les fondamentaux de cette école » compléta Mélinda en se redressant.

Elle se rapprocha à son tour de Pauline, et, sans gêne aucune, caressa sa joue, sa belle main aux ongles pointues filant sur sa peau.

« Tu te rends compte ? Se masturber seule, quand on est aussi jolie, c’est qu’il y a un problème...
 -  Et je t’ai convoqué ici pour y remédier, Pauline... »

Myumi avait glissé ces mots dans le creux de l’oreille de la femme, qui put également sentir ses confortables seins caresser son dos, s’enfonçant brièvement contre elle.

« J’ai enfilé une tenue spéciale rien que pour toi, Pauline, tu es chanceuse... »

Tout allait plutôt vite, et le clou fut enfoncé quand Myumi se débarrassa de son costume, ainsi que de son pantalon... Dévoilant une tenue en cuir particulièrement torride.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Octobre 10, 2016, 12:20:55 »

Cela faisait maintenant plusieurs semaines que Pauline était de retour en cours. Reprendre le rythme scolaire après de nombreuses années à servir d’esclave n’était pas chose aisée, bien au contraire. Le niveau de la jeune fille était loin d’être incroyable et elle devait travailler très dur pour avoir des notes dépassant la moyenne. Ajoutez à cela le fait que Line devait se caresser au moins deux à trois fois par jour pour freiner son incroyable envie de sexe, et vous obtenez une jeune lycéenne qui allait se masturber régulièrement dans les toilettes. Il valait mieux prévenir que guérir, et en se caressant avant de ressentir le manque, elle s’assurait de ne pas tomber dans une situation des plus embarrassantes. Les scientifiques qui avaient fait des expériences sur elle s’en étaient donné à cœur joie. Ils avaient transformé la jeune fille en une véritable nympho soumise dont le moindre contact physique pouvait la rendre folle de désir.
Pauline avait du mal à supporter le rythme scolaire et séchait souvent les cours, mais tout allait se compliquer maintenant que sa prof de mathématiques l’avait surprise entrain de se masturber dans les toilettes pendant la pause de midi. La lycéenne alla jusqu’à la salle de cours où elle devrait faire son heure de colle. C’était terriblement gênant d’être collé pour un tel motif et elle s’en voulait de ne pas avoir remarqué qu’elle n’était pas seule dans les toilettes. Elle toqua à la porte et entra en bredouillant un timide petit bonsoir.

– Euh… Salut Mélinda, déclara Pauline en se demandant si cette fille était au courant de la raison de sa présence ici.

Le doute s’évapora immédiatement de son esprit quand Ichtora-senseï lui répéta sa faute. Mélinda s’approcha de l’adolescente et lui caressa la joue, la mettant mal à l’aise. Pauline regardait ses pieds et sentait son visage devenir rouge comme une tomate.  Line était surprise par ce que racontait ce duo qui semblait s’amuser de sa gêne. Le souci était qu’elle se masturbait seule ? Elle avait pensé que c’était de se masturber tout court oui ! Comment sa prof de mathématiques pourrait bien remédier à cette masturbation solitaire ?

– Je…  Je n’ai pas de petit copain, alors je dois le faire toute seule, tenta de se justifier Pauline alors qu’elle sentait la poitrine d’Ichtora-senseï caresser son dos. Une… Une tenue pour moi ? Je ne comprends pas…

Pauline écarquilla les yeux et était choquée par ce qu’elle voyait. C’était une tenue extrêmement provocante et elle ressemblait fortement à ce que portait sa première maîtresse alors qu’elle n’était qu’une esclave. Line était gênée mais regardait tout de même le magnifique corps qu’elle avait devant elle. La lycéenne avait entendu dire qu’habituellement il fallait écrire des lignes lorsqu’on avait des heures de colle, mais jamais elle ne se serait doutée qu’une personne faisant partie du corps enseignant se présenterait à elle dans un tel accoutrement.

– Maîtresse… Euh professeur pardon. Que faites-vous ? demanda Pauline alors qu’elle n’arrivait plus à quitter son corps des yeux. Je… Je pensais que vous me donneriez une punition pour ce que j’ai fait…

La lycéenne se demandait ce que voulait faire son professeur et pourquoi une autre élève était aussi présente. Cependant, elle était bien trop timide pour questionner Mélinda.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #2 le: Octobre 17, 2016, 02:28:57 »

Le pire, c’était que la porte n’était même pas fermée à clef. Pour se balader dans une telle tenue, Myumi n’avait aucune pudeur, et souriait malicieusement devant une Pauline éberluée. Mélinda, elle, se faisait la réflexion qu’elle n’avait jamais été aussi vite avec une élève de Mishima... Ou presque. Cependant, grâce à ses sens vampiriques, elle avait pu remarquer combien Pauline avait des oscillations sanguines importantes, ce qui trahissait un dérèglement hormonal important, chose assez fréquente au lycée Mishima, mais particulièrement notable chez cette jeune fille. Le dossier scolaire de Pauline était très particulier, présentant des choses qui n’étaient possibles qu’à Mishima. Mélinda avait pu le consulter, et savait donc que Pauline avait eu un parcours atypique.

Elle était la fille d’un riche homme, Anton Catalino, et avait été capturée jeune, puis vendue à une femme riche, qui l’avait utilisé comme esclave, mais sans lui ôter sa virginité. Pauline avait ensuite été vendue à un mystérieux consortium de scientifiques qui avaient mené sur elle des expériences visant à stimuler son désir sexuel, par le biais d’un liquide qu’ils lui avaient ingéré. Ils avaient ensuite relâché Pauline, tout en l’inscrivant au lycée Mishima, afin qu’elle serve de sujet d’expérience. Son dossier la mentionnait ainsi comme étant « esclave ». Pauline avait, en réalité, un dossier « officiel », destiné à préserver les apparences, et un vrai dossier. De ces scientifiques, Mélinda ne savait pas grand-chose, mais elle les soupçonnait fortement d’être liés à Mishima. Ce lycée, après tout, n’était pas qu’un simple lycée. Il avait été fondé, et était toujours financé, par les plus riches familles locales. C’est ce qui expliquait la qualité irréprochable des lieux, et la grande diversité des activités parascolaires qui étaient organisées. Quand Mélinda avait entendu parler de Pauline, elle avait donc décidé qu’il était temps de l’avoir comme esclave.

*Une esclave sans Maîtresse, c’est comme un facteur sans vélo, ça ne passe pas...*

Le dossier précisait qu’elle était vierge, mais cette information était peut-être datée. Quoi qu’il en soit, Mélinda avait pu, discrètement, constater par elle-même combien les informations figurant sur la libido de Pauline étaient exactes. Elle allait donc passer une belle heure avec elle et avec Myumi, qui la regardait en souriant. Pauline, déglutissant devant cette tenue, commit un lapsus révélateur en l’appelant « Maîtresse ».

Myumi sourit donc, et posa sa main sur le visage de Pauline, la caressant.

« Oh non... Je ne compte pas te punir. Mon rôle, tu vois, n’est pas tant d’enseigner les mathématiques que... De former sexuellement mes élèves. Je considère votre formation sexuelle comme ma tâche favorite. Les mathématiques sont une matière très importante pour ton futur, je n’en doute pas, mais le sexe, c’est... C’est fondamental. Cependant, Mélinda m’a convaincu que tu n’avais rien à apprendre de moi, et que ce que tu recherchais n’était pas tant un mentor pour te guider qu’une véritable Maîtresse. »

Mélinda, dans le dos de Pauline, posa ses mains sur les épaules de la jeune femme, les caressant. Elle la sentait fébrile, toute chaude, et la laissa se retourner, pour rapprocher encore son corps du sien, posant une main sur sa nuque, ses lèvres venant frôler celles de Pauline.

« Je sais ce que tu es, Pauline... Une esclave, et c’est tout ce que tu aspires à être. Mais une esclave doit avoir une Maîtresse, c’est dans la logique des choses. Il ne saurait en être autrement, ma chérie... »

Laissait-on vraiment le choix à Pauline ? Tandis que Mélinda se rapprochait d’elle, Myu’ en faisait aussi de même. Un peu plus grande que les deux filles, elle se pencha, de manière à ce que ses seins caressent la tête de Pauline, et ce pendant que Mélinda allait l’embrasser, plaquant ses lèvres sur les siennes pendant quelques secondes.

« Je te laisse néanmoins le choix, ma chérie. Soit tu refuses mon offre, et tu repars d’ici, soit tu restes... Et ta vie d’esclave sera enfin complète. »

Difficile de refuser une telle offre...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Octobre 17, 2016, 11:10:28 »

Pauline était extrêmement gênée par la situation dans laquelle elle se trouvait, mais en même temps Myumi était tout simplement magnifique.  L’adolescente tenta de calmer sa respiration et chercha un moyen de se dérober. Mélinda aurait convaincue la prof de mathématiques que Line n’avait rien à apprendre d’elle, mais comment était-elle au courant que la lycéenne avait déjà une certaine expérience ? Et c’était quoi cette déclaration à propos de la recherche d’une maîtresse ? Pauline n’en cherchait pas du tout…

– Je… Je suis désolée mais je ne cherche pas de maîtresse, bredouilla la jeune fille en rougissant.

Mélinda caressa les épaules de l’ancienne esclave et la tourna face à elle. Ce premier contact avait déjà donné un petit coup de chaud à Pauline et cette dernière espérait que ce n’était pas visible sur son visage. Le traitement des scientifiques était très efficace car quand Mélinda approcha ses lèvres des siennes, la jeune fille s’approcha également jusqu’à ce qu’elles se frôlent. Ce contact un peu plus intime finit d’achever les résistances de Line qui maintenant ne désirait plus qu’une seule chose, que ces deux femmes l’utilise comme elles le souhaitent. Elle voulait gémir de plaisir, se faire caresser, se faire embrasser, et lécher…
Le duo ne sembla pas se rendre compte du profond état d’excitation de leur proie, et elles décidèrent de l’achever tandis que Myumi posa son imposante poitrine contre la tête de Pauline et que Mélinda l’embrassa doucement. Cette dernière affirmait que Pauline n’était qu’une esclave et que c’était tout ce qu’elle voulait être. Quelques minutes avant, elle aurait contredit froidement sa camarade, mais maintenant qu’elle la désirait plus que tout, elle ne s’imaginait pas vivre sans la servir. Elle se moquait bien de n’être qu’une esclave et acceptait avec joie que les deux femmes fassent ce qu’elles veulent de leur proie.

– Je… Je veux être votre esclave. Vous avez raison, c’est tout ce que je peux être et je souhaite vous obéir, déclara Pauline avant de se mettre à genoux devant sa nouvelle maîtresse pour lui montrer sa soumission.

Mélinda ne ressemblait absolument pas à sa première maîtresse. Elle semblait gentille et douce. Pauline serait heureuse d’obéir à une telle personne, et ce peu importe les ordres qu’elle pourrait lui donner. Pauline pensait avoir mit son passé d’esclave aux oubliettes, mais c’est à cet instant qu’elle se rendit compte que c’est ce qu’elle aimait. Elle voulait appartenir à quelqu’un et ne supportait pas l’indépendance.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #4 le: Octobre 19, 2016, 01:38:42 »

Dans un vain effort, Pauline tenta de refuser la proposition de Mélinda, assénant, dans un premier temps, qu’elle n’avait pas besoin d’une Maîtresse. À son corps défendant, il fallait bien reconnaître que, avec elle, Mélinda n’avait pas pris de gants. Habituellement, elle était quand même plus prudente, prenant son temps de découvrir la personne à qui elle faisait face, afin de la séduire progressivement. Ici, Mélinda avait brûlé toutes les étapes, pour aller droit au but, et il n’y avait, dès lors, que deux options : soit ça passe, soit ça casse. Pauline avait beau hésiter, Mélinda le sentait, elle n’avait pas peur... Du moins, pas peur des deux femmes qui l’entouraient, mais plutôt peur d’elle-même, de ce qu’elle était en train de ressentir. Entourée par Mélinda et par Myumi, comment résister ?

Pauline, après le baiser de Mélinda, s’effondra. Sa volonté était comme un barrage qui venait d’être englouti par les eaux, et elle finit presque automatiquement à genoux, après un regard de profonde dévotion envers celle qui, désormais, serait sa Maîtresse. Agenouillée sur le sol, elle se mit alors à parler, affirmant désormais, sans le moindre doute possible, vouloir servir Mélinda. Un sourire ravi vint, en conséquence, se nicher sur les tendres lèvres de la vampire. Ce spectacle, ce corps agenouillé devant elle, elle l’avait déjà vu bien des fois, et, à chaque fois, elle en avait ressenti le même frisson, la même excitation, avec ce profond sentiment de fierté qui s’insinuait en elle.

« C’est bien, Pauline... C’est très bien, ma petite chérie. »

Les mains de Mélinda caressèrent ses épaules, remontant sur ses cheveux, qu’elle caressa à nouveau. Myumi en fit de même, ses mains gantées glissant sur les joues de Pauline, massant ensuite le creux de sa nuque, et, pendant une bonne minute, il ne se passa rien d’autre qu’une intense et délectable série de caresses et de frottements. Pauline était maintenant son esclave, une nouvelle femme qui rejoignait sa magnifique collection, et dont la vie venait, maintenant, de prendre un tournant décisif.

« Je m’occuperai de toi bien comme il faut, Pauline... Je te baiserai bien fort, et te punirai tout autant, ma petite catin... »

Mélinda retira alors ses mains, et fit signe à Myumi, qui tourna alors les talons, et s’assit sur le rebord du bureau, en croisant élégamment les jambes. La vampire fléchit alors les genoux, et posa sa main sur le menton de Pauline, relevant son visage, et lui sourit encore, ses beaux yeux verts étincelants se rivant sur ceux, également verts, de Pauline. Elle serra un peu ses doigts, et hocha la tête.

« Marche à quatre pattes vers Myumi, et lèche ses pieds. Baise ses collants, petite pute, et tu en profiteras pour dire combien tu es une salope, et combien tu aimes qu’on te traite comme une petite pute... »

Elle ponctua cet ordre d’un sourire, lueur malicieuse nichée dans son regard, et l’embrassa encore, avant de lui lécher les lèvres.

« Allez, au travail ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Octobre 19, 2016, 11:42:14 »

Mélinda semblait heureuse de voir sa nouvelle esclave s’agenouiller devant elle pour lui prouver sa dévotion. Pauline de son côté était heureuse d’avoir trouvé une maîtresse qui semblait être douce et gentille. Elle avait passé toute son adolescence à être traitée comme une chienne. Mais maintenant tout cela était du passé. L’esclave sourit timidement à sa maîtresse qui lui caressait les cheveux gentiment tandis que Myumi lui caressa les joues puis la nuque avec ses mains gantées.
Punition ? Catin ? Alors qu’elle savourait les caresses avec un air béat, la jeune fille n’avait pas saisit ce qu’avait dit sa maîtresse. Elle voulait la punir et faire d’elle une catin ? Ce n’était pas ce qu’elle avait espéré de Mélinda. Elle l’avait imaginé tellement douce et attentionnée…

– Pourquoi me punir ? Je veux vous obéir alors les punitions seront totalement inutile, bredouilla la jeune fille en baissant les yeux.

Line regarda sa prof de mathématiques s’installer sur le bord du bureau jusqu’à ce que sa maîtresse dirige le regard de l’esclave vers ses magnifiques yeux verts émeraude en lui tenant le menton. La lycéenne écouta  Mélinda lui donner des ordres tout en s’amusant à la traiter de salope et de pute. Il était maintenant évident que cette fille n’était pas aussi gentille et douce qu’on pourrait le croire en regardant son visage angélique. Cependant l’excitation de Pauline l’empêchait de protester. Sa maîtresse pourrait l’humilier ou la torturer qu’elle ne l’en empêcherait pas. Mais une fois que son excitation serait passée, Pauline ferait tout pour s’éloigner de cette vicieuse qui comptait faire d’elle sa pute. Ses pensées cessèrent rapidement de la tourmenter alors qu’un tendre et merveilleux baiser finit de l’achever. Elle était totalement soumise et obéissait aveuglément à sa maîtresse. Tout amour propre avait disparu de son esprit et elle se mit en action, obéissant docilement aux ordres de Mélinda. L’adolescente avança à quatre pattes comme un petit toutou vers Myumi.

– Je ne suis qu’une salope et j’aime qu’on me traite comme une petite pute car j’en suis une, déclara Pauline sans aucune gêne avant de retirer les chaussures aux pieds de Myumi.

La petite pute commença à donner de grands coups de langue sous chacun des pieds de sa prof de mathématiques puis embrassa tendrement ses orteils avant de remonter lentement le long de son collant et de lécher et embrasser ses merveilleuses jambes avec passion. Obéir à sa maîtresse excitait énormément Pauline, et elle sentait sa culotte qui commençait à devenir humide.

– Maîtresse… Votre pute veut d’autres ordres… Je veux faire tout ce que vous me direz, avoua la petite soumise tout en continuant d’embrasser les jambes de Myumi.

Le piège des deux perverses avait fonctionné à merveille. Pauline n’avait pas résisté bien longtemps et n’était maintenant plus qu’une esclave prête à obéir au moindre ordre de sa maîtresse, si cela pouvait lui donner du plaisir. Sa seule frustration était de ne pas sentir un énorme pénis remplir un de ses orifices. Mais peut-être que sa maîtresse lui offrirait une bite à sucer si elle était sage…
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #6 le: Octobre 19, 2016, 05:22:24 »

Mélinda sentit une légère oscillation dans le sang de Pauline quand elle annonça qu’elle allait la punir, ce qui se confirma ensuite quand elle demanda pourquoi serait-elle punie... La vampire se contenta d’un sourire énigmatique, sans daigner lui répondre. Autrement, elle lui aurait expliqué qu’il y avait « punition » et « punition », et, que, tout en faisant de ses esclaves des perverses nymphomanes, Mélinda ne cessait d’être, avec elles, d’une grande douceur. Pauline aurait l’occasion de le voir par elle-même. Il fallait bien lui laisser un peu de surprise, après tout. Ce n’était qu’un premier contact, et Mélinda avait déjà brûlé bien des étapes. Myumi, de son côté, se ravissait de la voir s’avancer à quatre pattes vers elle, et laissa Pauline retirer ses chaussures à talons, révélant ses orteils, finement recouverts dans ce magnifique collant. Un paradis pour fétichistes, que Pauline s’empressa de palper et d’embrasser, les suçotant tendrement, remontant le long du collant, sa langue s’enfonçant contre la texture du collant, son corps se frottant un peu contre les longues, interminables, et magnifiques jambes fuselées de la senseï.

« Hmmm... C’est très bien, Pauline... Pour être une esclave de Mélinda, être fétichiste est une condition sine qua non... »

Autant dire que, en ce moment, Pauline était bel et bien en train de marquer des points. Mélinda était en train de s’exciter doucement en la regardant faire. C’était le genre de choses qu’elle aimait particulièrement, que ce soit quand on lui léchait ses pieds, à elle, ou quand elle regardait l’une de ses esclaves le faire. De plus, Pauline le faisait avec une telle spontanéité que c’était un plaisir fabuleux à regarder. Mélinda s’en pinçait doucement les lèvres, en sentant de délicieux fourmillements de plaisir la traverser.

*Cette petite m’excite de plus en plus...*

Pauline était très prometteuse, et le doute initial qu’elle avait ressenti semblait disparaître rapidement, tandis qu’elle s’insultait elle-même, avant de réclamer d’autres ordres. Mélinda se mordilla les lèvres, puis tira alors sur le lacet noir situé à hauteur de ses seins. Quand les boucles se défirent, sa robe vint s’ouvrir, comme à chaque fois, en formant une sorte de fleur. En effet, la partie haute de la robe s’ouvrit en plusieurs parties, formant comme les pétales d’une lfeur entourant le corps de la vampire, puis le reste de la robe suivit, et tomba sur le sol, autour de ses jambes.

Sous sa robe, Mélinda était nue, délicieusement nue. Pas de soutien-gorge ni de culotte, elle s’offrit au regard magnifié de Pauline dans sa plus pure beauté, véritable nymphe de beauté. Chez Mélinda, tout n’était qu’ode à la beauté. Narcissique, elle-même adorait se regarder dans le miroir, admirant pendant de nombreuses heures la perfection assumée de son corps. Une beauté si impressionnante qu’elle en était surréaliste. Des seins généreux, des hanches parfaites, une magnifique taille de guêpe, un agréable petit cul aux fesses bien fermes et rebondies, et de superbes jambes fuselées, avec une intimité proprement épilée.

« Je dois bien admettre, Pauline, que tu dépasses très largement mes espérances les plus folles... À tel point que je vais passer à un stade supérieur avec toi, car tu m’excites furieusement, ma petite catin... »

Fermant les yeux, Mélinda se concentra pendant quelques secondes, et poussa un gémissement... Puis ses hanches se déformèrent un peu, et quelque chose jaillit de son sexe dans un hurlement qui fusa des lèvres de la vampire. Un phallus venait de se dresser, magnifique organe fourni avec une verge et deux testicules, une verge légèrement dressée, trahissant le plaisir que Mélinda ressentait.

« Haaaa... Qu’en dis-tu, ma Pauline ? Quand je t’ai dit que je vais te baiser comme une chienne, c’était... C’était à prendre au sens le plus littéral qui soit ! »

Elle sourit encore. Sortir sa verge la rendait toujours plus nerveuse, toujours plus perverse qu’auparavant. De fait, on pouvait voir du rouge monter sur ses joues, comme si sortir ce sexe lui demandait un effort supplémentaire, stimulant plus intensivement encore son corps. Elle désigna sa queue de la main, avant de donner son nouvel ordre :

« Viens me sucer ! Excite-moi bien, et, quand j’aurais une belle érection, je défoncerai ton petit corps, et tu hurleras de joie, comme la meilleure des putes ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Octobre 20, 2016, 11:09:25 »

Pauline continuait de lécher inlassablement l’une des jambes de Myumi tout en la prenant contre elle, appuyant le genou de sa prof de mathématiques contre sa poitrine. Elle aimait se sentir soumise et faire ce qu’on lui demandait, alors Line frotta sa langue le long de la cuisse jusqu’à dépasser le collant. Elle lécha la douce peau de Myumi et redescendit sur le collant de peur de se faire engueuler.

– Je serai tout ce que ma maîtresse veut que je sois, avoua la jeune fille en rougissant.

Pauline recula un peu et recommença à lécher tendrement la plante des pieds de Myumi. Elle tenait ses deux pieds au niveau des chevilles et les avait collé l’un à côté de l’autre pour pouvoir lécher les deux en même temps. Pauline y donna de grands coups de langue comme une petite chienne voulant un câlin de son maître. Mélinda devait trouver sa nouvelle esclave très douée car elle se déshabilla et offrit la plus belle des visions à la jeune soumise. Pauline ne léchait plus Myumi et était envoutée par le corps de sa maîtresse. Elle était tellement sexy, et elle était parfaite. Sa poitrine, ses hanches, ses fesses et même ses jambes étaient parfaitement taillées.

– Je suis heureuse de dépasser vos espérances, maîtresse, dit Pauline avant de regarder le vagin de sa maîtresse avec de grands yeux.

Un beau membre venait de jaillir entre les jambes de Mélinda. Elle n’était donc pas humaine, mais ce constat n’intéressa pas réellement la jeune fille. Le plus important c’est qu’il y avait un pénis très appétissant à quelques pas d’elle et qu’elle l’imaginait déjà bien au chaud dans sa bouche.

– Je dis que vous avez eu une excellente idée maîtresse, et je serai heureuse de me faire baiser comme une chienne, déclara l’adolescente en se léchant les lèvres.

Sa maîtresse lui ordonna de venir la sucer en pointant son beau membre du doigt. L’esclave ne se fit pas priée et avança à quatre pattes jusqu’à elle et renifla son pénis timidement avant de le caresser. Son odeur était enivrante et fit craquer la soumise qui glissa immédiatement le gros gland dans sa bouche. Elle l’embrassa langoureusement pour le recouvrir avec sa salive tout en regardant sa maîtresse dans les yeux. Elle avait apprit à regarder la personne qu’elle suçait quand elle était avec son ancienne maîtresse. Cette dernière affirmait qu’ainsi les petites chiennes pouvaient voir l’être infiniment supérieur les dominer. Au début, Pauline trouvait ça assez humiliant de sucer tout en subissant le regard froid de sa maîtresse, mais comme pour toutes les choses horribles qu’elle avait subit, elle avait apprit à aimer ça.
La lycéenne glissa le délicieux pénis de Mélinda dans sa bouche et la suça férocement alors qu’un grand bruit de succion résonnait dans la pièce. Cela ne gênait pas du tout l’esclave, et après tout elles n’étaient que trois dans la pièce. Pauline glissa ses mains dans le dos de sa maîtresse et les descendit lentement sur ses douces fesses alors qu’elle entreprenait de prendre le phallus en entier dans sa bouche. Son gros gland trempé se frotta tendrement contre les parois de sa gorge. Pauline était à la limite de l’étouffement, mais elle voulait à tout prix faire plaisir à Mélinda et ainsi se faire baiser par la suite…
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #8 le: Octobre 21, 2016, 12:59:33 »

Cette fellation n’était que la première étape du traitement que Pauline allait subir ce soir. Quand Mélinda faisait sortir son phallus, elle voulait qu’il soit bien tendu, et bien excité, avant de l’enfoncer dans le corps d’une femme. Elle ordonna donc à Pauline de venir la sucer, et la regarder se déplacer vers elle à quatre pattes, en souriant malicieusement. Myumi, de son côté, souriait de plaisir, ravie par ce spectacle, observant les belles fesses de la jeune femme, qui se dandinaient de gauche à droite, sa minijupe se soulevant assez pour lui permettre de les observer sans problème. Pauline avait de très jolies fesses, un magnifique petit cul. Mélinda, qui ne pouvait pas le voir, avait néanmoins d’autres raisons d’être joyeuse, car elle sentit la bouche de Pauline se poser sur son membre, le titillant, avant de s’y enfoncer progressivement, ses mains venant s’appuyer sur ses fesses, en soutien, pendant qu’elle relevait fréquemment les yeux, comme pour observer sa Maîtresse, et voir si elle aimait ce qu’elle était en train de lui faire.

« Hmmm... Haaaa... »

De profonds soupirs s’échappaient de ses lèvres, et elle la laissait faire, se déplaçant aussi un peu, d’avant en arrière, sa main caressant ses cheveux. Elle crispait même ses doigts dessus, et, taquine, s’amusa à maintenir le visage de Pauline quand elle essaya d’engloutir la queue de Mélinda le plus loin possible. Elle resta ainsi en position de gorge profonde pendant quelques secondes, la vampire ne retirant sa prise que quand elle commençait à entendre des gémissements, ou à voir les yeux de Pauline se voiler.

« O-Ouuuiii, ma chérie, c’est... C’est bien, c’est très bien... Suce-moi bien, et... N’arrête pas de me regarder, vois comme tu rends ta Maîtresse... Heureuse... Et fière... Haaaaa... »

Pauline était vraiment très prometteuse. Aucun doute possible, elle avait déjà été formée ! Il n’y avait aucune autre explication possible pour justifier un tel talent, et, à ce rythme-là, elle aurait volontiers pu faire jouir Mélinda... Si ce n’est que cette dernière finit néanmoins par se retirer, dans un profond soupir. Sa queue, trempée, recouverte de salive, jaillit hors de la bouche de Pauline, et caressa son front, glissant dessus pour venir titiller son nez.

« Je pourrais jouir dans ta bouche, Pauline, mais... Je pense que tu mérites que je te remplisse ailleurs, non ? Allez, ma toute belle, tourne-toi... »

Mélinda parlait d’une voix doucereuse, mélodieuse, mais qui, comme toujours, se montrait particulièrement perverse. Une lueur malicieuse brûlait ainsi toujours dans ses yeux, et elle se rapprocha de Pauline, qui s’était retournée. Ses mains se posèrent sur sa croupe, caressant et pinçant son cul, appuyant dessus, se délectant de cette surface, de ce petit cul bien ferme et bien doux. Myumi se rapprocha alors à son tour, récupérant ses sandales, juste pour que ses talons claquent sur le sol... Et, comble de la surprise, Pauline pourrait constater, en la voyant, qu’elle avait, elle aussi, une superbe érection. En effet, le devant de sa combinaison comprenait un système de plusieurs sangles se regroupant au-dessus de son nombril, mais, sur sa culotte, il y avait des petits boutons qui permettaient de l’ouvrir, ce qu’elle avait fait, faisant sortir sa verge.

La vampire glissa ses mains sur la culotte de Pauline, tirant dessus, avant de la déchirer proprement. La culotte retomba sur le sol, et les mains de Mélinda caressèrent encore un peu ses fesses, sa verge se rapprochant de son intimité, pendant que Myumi en faisait de même. Elle avait, elle aussi, une très belle queue, et sa main gantée caressa le visage de Pauline.

« Ne la suce pas... Pas tout de suite. Je veux que tu la lèches, mais je veux aussi t’entendre hurler quand ta Maîtresse te pénétrera...
 -  Hurler... Comme ça ! »

Juste avant de la pénétrer, et comme pour la motiver davantage, Mélinda leva sa main, et l’abattit furieusement sur la croupe de la jeune femme, provoquant un délectable couinement. Mélinda sourit à nouveau, puis sa verge caressa les lèvres intimes de la femme... Et, dans un soupir, elle s’y enfonça d’un coup sec.

« Hmmm... Je vais adorer ça ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Octobre 21, 2016, 07:44:16 »

Pauline avait vite reprit la place qu’elle affectionnait le plus en tant qu’esclave. À genoux devant Mélinda, elle suçait son membre avec autant d’application que de plaisir. Et d’après le regard que lui lançait sa maîtresse, il était évident qu’elle n’avait rien perdu de son talent. La première personne qui l’avait soumise avait toujours affirmé haut et fort que Pauline était née pour sucer des bites. Entendre Mélinda gémir excita énormément son esclave qui tenta d’enfoncer profondément le pénis jusque dans sa gorge. Pauline laissa sa maîtresse  maintenir sa tête alors qu’elle venait de glisser la délicieuse verge au fond de sa gorge. La jeune fille ne pouvait quasiment plus respirer et gémissait tout doucement. Être étouffée par ce délicieux pénis avait quelque-chose d’excitant, mais ça restait malgré tout dangereux, et alors qu’elle se sentait partir, Mélinda retira légèrement son membre. Line était bien trop excitée pour se plaindre et en plus elle avait adorée ça.  Non seulement elle pouvait déguster le merveilleux membre de Mélinda, mais en plus cette dernière la félicitait. Elle avouait être fière de sa nouvelle esclave et elle exigea qu’elle continue de la sucer en la regardant.
Après avoir reprit son souffle quelques instants, l’adolescente recommença à sucer docilement, alternant entre les gorges profondes et les moments où elle suçotait avec délice son merveilleux gland tout rouge et humide. Après quelques minutes, sa maîtresse se retira et caressa le front et le nez de son esclave avec son membre recouvert de salive.

– O… Oui ! Je pense que je mérite d’être prise, bredouilla Pauline au comble du bonheur.

Elle se tourna immédiatement et se lécha les lèvres en imaginant le sexe brûlant entrer dans son intimité, remuer en elle… La lycéenne gémit doucement quand elle se fit pincer et caresser les fesses. Son vagin n’avait même pas encore été effleuré mais il était déjà trempé. Depuis qu’elle avait servi de cobaye, ses culottes s’imbibaient toujours de cyprine au fil de la journée, alors sucer une personne aussi ravissante que Mélinda, autant dire qu’elle avait une piscine entre les jambes ! Pauline comptait presque les secondes jusqu’à ce qu’elle se fasse pénétrer, et elle devait se retenir pour ne pas supplier sa maîtresse. Cependant, elle reporta son attention sur Myumi. Cette dernière s’approcha et ouvrit plusieurs boutons dans sa combinaison et révéla une belle verge en érection. Mélinda découpa la culotte de son esclave, mais cette dernière s’en moquait. Un vêtement qui empêchait sa maîtresse de la prendre ne méritait pas de meilleur sort. Les deux femmes s’approchèrent de la jeune soumise avec leurs verges, et alors que Line allait s’avancer pour gober le membre qui lui faisait face, Myumi posa sa main gantée sur son visage et lui interdit de la sucer. Elle ne pouvait que lécher. C’était frustrant ! Pauline était une gourmande ! Quand elle trouvait que quelque-chose était bon, elle ne se contentait pas de le lécher, mais elle enfournait tout dans sa bouche pour le savourer. Mélinda mit fin à la frustration de Pauline en lui assénant une violente fessée qui à coup sur laisserait une belle marque…

– HAAAAAAAAAAAAAN ! Hurla l’adolescente alors qu’elle serra les poings pour ne pas laisser s’échapper de larmes.

Line était très sensible et un tout petit rien lui faisait très mal, et la faisait pleurer. Mais la douleur laissa immédiatement place au plaisir alors que le gland brûlant et humide de Mélinda caressa ses lèvres intimes et la pénétra.

– Han… Haaan… Haaaaaan… gémit l’adolescente au rythme des pénétrations. Hum oui… Maîtresse, baisez moi… Fooort !

Pauline regarda le membre de Myumi palpiter devant son visage comme s’il était impatient de se faire lécher, et l’esclave commença à y donner de petits coups de langue. Il était extrêmement compliqué de lécher un pénis alors qu’il y en avait un autre qui remuait fortement dans son intimité. Malgré tout, elle se concentra sur sa tâche comme toutes les esclaves devaient le faire et elle lécha le beau membre de sa prof. Pauline était tellement excitée que son vagin mouillait abondamment et qu’elle bavait jusqu’à recouvrir son menton de salive. Elle se mit à laper le pénis de Myumi comme une gentille petite chienne tout en poussant de petits cris à intervalle régulier.
La porte n’était pas fermée à clef et il n’était pas si tard que ça, mais Pauline n’avait absolument pas peur d’être vue dans cette situation. Elle ne se sentait pas humiliée mais au contraire, elle trouvait qu’elle était la personne la plus chanceuse sur cette Terre. La seule chose qu’elle désirait plus que tout, c’est que Mélinda la baise sauvagement jusqu’à la remplir avec sa merveilleuse semence. Mais si en plus de ça elle pouvait se faire éjaculer dans la bouche par Myumi au même moment, alors elle serait certainement la plus heureuse de toutes les esclaves…

– Je veux… Haaaaan ! Sucer le pénis… Haaaan ! De Myumi… brailla l’esclave juste avant de commencer à suçoter le gland d’où s’échappait déjà un peu de son délicieux nectar.

Le plaisir qu’elle prenait à se faire baiser la ferait certainement mordiller, voir mordre la verge, mais être prise à deux endroits en même temps était beaucoup trop excitant pour qu’elle ne le fasse pas. Elle allait peut-être être sanctionnée pour avoir agit contre les ordres, mais elle s’en moquait, et elle accepterait sa punition sans broncher.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #10 le: Octobre 27, 2016, 11:33:13 »

Dès que Mélinda s’enfonça dans l’intimité de Pauline, elle fut surprise, et pensa même que son esclave avait déjà eu un orgasme... Ce qui aurait été surprenant, car elle l’aurait senti à travers une oscillation significative de ses battements sanguins. Pauline, en réalité, semblait mouiller énormément, et Mélinda en eut l’intime conviction en la pénétrant. Sa verge s’enfonça très facilement dans ses lèvres intimes, et tapa tout aussi rapidement contre son urètre, se glissant en elle. Ses mains se crispèrent davantage sur ses fesses, les serrant et les pinçant, et elle donna une gifle supplémentaire, tout en commençant à donner des coups de reins. Elle n’y allait pas par quatre chemins, et ne chercha pas à la ménager, en posant ses mains sur elle, et en donnant de puissants coups de reins, soupirant en se pinçant les lèvres. Sa verge turgescente se perdait en elle, s’enfouissait dans son corps, et Mélinda en poussait de longs et délectables soupirs. Elle filait en elle, et, assez rapidement, entendit les hurlements de Pauline, comme de magnifiques encouragements à la prendre encore plus fort.

Cette fille était incroyable, une salope comme Mélinda les aimait. Elle se reculait, puis filait à nouveau, s’enfonçant en elle en crispant ses doigts griffus sur ses fesses.

« Hmmmm... Ah, tu as un vrai corps de traînée, Pauline... ! C’est... C’est si bon de s’enfoncer en toi, aaaahh... !! »

Mélinda soupirait profondément, et Myumi, de son côté, était très excitée par ce qu’elle voyait. Pauline était en effet une élève très prometteuse, qui se faisait prendre par Mélinda, une élève que Myumi aimait beaucoup. Tout en se faisant baiser, la jeune femme léchait la queue de Myumi, avec une envie féroce, palpable, de la prendre en bouche. Myumi, elle, caressait son visage, voyant son corps filer d’avant en arrière. Mélinda y allait avec un plaisir certain, savourant, comme à chaque fois, les coïts. Pauline était loin d’être vierge, mais ce n’était pas bien grave. Leur union venait de se consommer, et Pauline pouvait maintenant être une esclave heureuse et comblée, car elle avait trouvé sa Maîtresse, une Maîtresse qui allait activement prendre soin d’elle.

La vampire la pénétrait avec force, prolongeant le plaisir, nageant dans un océan de cyprine, qui s’égouttait sur le sol, ondulait sur sa queue, provoquant des claquements spongieux, que ce soit quand la chair claquait contre la chair, ou quand sa verge remuait dans toute cette cyprine. Puis Pauline, entre plusieurs soupirs, demanda à sucer la queue de Myumi. La professeur lui sourit, et attrapa la tête de Pauline. La jeune fille n’avait pu que noter l’état d’érection avancée du membre se dressant devant elle, qui était comme lui mettre un magnifique gâteau sous le nez, un gâteau tout chaud qui venait de sortir du four, mais en lui refusant catégoriquement d’y goûter, et en la condamnant à juste le voir.

Myumi ne pouvait décemment pas être si cruelle, et, d’une main, agrippa donc la tête de Pauline, son autre main se posant sur la base de son sexe.

« Ouvre bien la bouche, petite pute... »

Pauline s’exécuta, et Myumi fila en avant, s’enfonçant également en elle, allant jusqu’à la garde dès le début, avant de se reculer, puis de la prendre, relâchant sa main de son sexe, pour caresser avec elle le visage de Pauline. Myumi filait d’avant en arrière, baisant la bouche de Pauline, tout comme Mélinda baisait sa chatte. Prise entre deux puissantes femmes hermaphrodites, la jeune lycéenne devait probablement vivre un rêve éveillé. Elles s’enfonçaient nerveusement en elle, rapidement, profondément, multipliant les coups de trique.

« Haaaa, ouiii, tu aimes vraiment les queues, toi, Pauline, hmmmm...
 -  Hmmmm... Mmmhmmm... !! »

Prise par les deux femmes, elle couinait encore, jusqu’à ce que son corps ne soit rempli. Il fallut plusieurs minutes avant que Mélinda et Myumi ne se relâchent en elle, mais elles ne tardèrent pas à la remplir de foutre, se répandant dans son corps en poussant de longs et langoureux soupirs.

Et Mélinda ponctua son orgasme d’une ultime gifle, plus forte que les autres, sur le cul de Pauline.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Décembre 20, 2016, 03:15:45 »

Pauline bavait de plaisir alors que sa nouvelle maîtresse la baisait avec force et surtout avec beaucoup de savoir faire. La jeune lycéenne se demanda combien d'esclave possédait Mélinda et surtout combien d'autres filles elle avait pu baiser depuis qu'elle était dans ce lycée. En tout cas la dominatrice semblait apprécier la chatte de sa nouvelle esclave car elle la gratifia d'un merveilleux compliment. Elle aurait du avoir honte, mais elle avait adoré entendre Mélinda la qualifier de traînée. Ses premières semaines au lycée avaient été compliquées et maintenant qu'elle se faisait baiser comme la dernière des chiennes, elle se sentait enfin à sa place, autrement dit, à quatre pattes et soumise.

- Haaan... Je... Je suis heureuse que mon corps vous plaise m... Maîtresse, bredouilla l'esclave alors que ses fesses étaient brutalement tripotées, pincées, claquées tandis que l'énorme queue de Mélinda cognait au fond de son intimité.

Pauline mouillait énormément alors que le sexe brûlant et dur de la vampire la baisait si fort qu'elle avait l'impression que tout le lycée entendait ce qui se passait dans cette salle de classe. Malgré tout, la jeune fille fit de son mieux pour retenir ses gémissements et lécher le pénis de Myumi. Elle léchait et suçotait inlassablement jusqu'à ce que la prof ne lui ordonne d'ouvrir la bouche. Docilement, Line écarta les lèvres et ouvrit de grands yeux choqués quand le membre s'enfonça d'un seul coup dans sa bouche. Le gros gland bouillant et visqueux de la jeune femme s'enfonçait dans sa gorge et lui coupait la respiration à intervalle régulier. La bouche et sa gorge se faisaient baiser comme s'il ne s'agissait que d'un vulgaire orifice à fourrer. C'était à se demander si elle ne prenait pas la bouche de l'esclave pour un anus.
Line était au paradis et savourait les deux queues qui pénétraient simultanément son vagin et sa bouche. Qu'importe si elle n'était plus qu'une chose aux yeux des deux jeunes femmes, pour elle, il était évident qu'elle venait d'accéder à la place la plus enviable de tout le lycée. Myumi ne pouvait pas viser plus juste en déclarant que Line aimait les queues. C'était ce qu'elle aimait le plus au monde. La jeune fille commençait à avoir les yeux qui se révulsent alors que son plaisir venait d'atteindre son apogée. Elle mouilla comme une chienne en chaleur quelques instants avant que les deux femmes ne déversent de nombreux jets de sperme chaud en elle. L'esclave avala de nombreuses gorgées de foutre épais et visqueux alors qu'elle sentait une agréable chaleur se répandre dans son intimité. Les deux femmes se retirèrent et Mélinda offrit une dernière fessée à son nouvel animal de compagnie. Peu à peu, Line se calma et se rendit compte de ce qu'elle venait de faire et surtout de ce qu'elle venait de subir alors qu'un filet de sperme coulait le long de son menton et que sa fente intime était blanche et collante.
La drogue que lui avaient fait ingurgiter les scientifiques pour la rendre complètement accro au sexe était réellement très efficace, mais maintenant c'est un puissant sentiment de honte qui envahit la jeune fille. Elle devait trouver un moyen pour éviter ce genre de situation. Elle devait trouver une solution pour que cette addiction prenne fin. Elle n'allait tout de même pas devenir une esclave prête à se faire fourrer le restant de sa vie.

- Je... Je suis désolée. Je ne pense pas vouloir être la propriété de quelqu'un. Tu devras trouver quelqu'un d'autre Mélinda. Tu as déchiré ma culotte, pourrais-tu m'en fournir une, ou quelque chose pour nettoyer mon intimité ?

La lycéenne se releva difficilement et glissa sa main droite sous son vagin pour empêcher le sperme de se répandre sur le sol et le long de ses cuisses. Elle regarda Mélinda en se demandant comment elle allait réagir à son refus tandis que petit à petit une marre de sperme se formait dans le creux de sa main.

Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #12 le: Décembre 21, 2016, 12:58:06 »

Autant dire que Pauline était comblée. Myumi lui baisait sa magnifique petite bouche d’amour, et, dans son dos, Mélinda lui bourrait les reins, enfonçant sa verge dans sa chatte. Levrette et fellation, le combo du bonheur, servi par deux magnifiques hermaphrodites ! Pour sa nouvelle vie de servitude, Pauline la commençait dans la jouissance et dans l’opulence ! Mélinda la prenait bien fort, grognant, n’hésitant pas à gifler ses fesses. Bien dure, bien élancée, son vit tambourinait dans son intimité luisante, se noyant dans la mouille que Pauline sécrétait furieusement. Il en allait de même pour Myumi, qui baignait dans la salive de la jeune femme, crispant ses mains sur ses cheveux, continuant à la pénétrer avec force et acharnement. Son mandrin s’enfouissait en elle, avant de repartir, puis de s’enfoncer encore, pilonnant sa bouche en tapant sa gorge.

« Haaaaa...
 -  Mmmmhmmm... !! »

Rien n’était épargné à la belle Pauline, et ce traitement intense dura bien une bonne dizaine de minutes, soit autant de temps à se faire prendre dans tous les sens. Mélinda et Myumi n’étaient pas connues pour jouir rapidement, et la petite vampire, dans ce genre de choses, adorait prendre son temps, savourer le moment, et faire durer le plaisir autant que possible. C’est donc ce qu’elle fit, offrant à Pauline une première fois qu’elle voulait mémorable.

Finalement, les deux puissantes femmes allèrent se vider en elle, venant bien remplir le corps de Pauline, pour se retirer ensuite, dans des profonds soupirs. Mélinda reprenait son souffle, tandis que Pauline, de son côté, sortait peu à peu de la torpeur de lubricité dans laquelle les deux sensuelles femmes l’avaient plongé. Reprenant son souffle, Myumi ne dit rien quand la jeune lycéenne, à la surprise de la vampire, annonça vouloir refuser à ce que la vampire lui offrait.

Devant l’insolence de la jeune femme, Mélinda... S’esclaffa. Elle secoua la tête, comme pour se convaincre qu’elle n’avait pas rêvé.

« Ah, les humains... »

Un soupir s’échappa ensuite de ses lèvres, et elle croisa les bras.

« C’est ce que je déteste chez votre espèce. Vous maniez les mots comme du papier, les jetant au vent sans en attacher la moindre importance. Mais les mots ont un poids, Pauline. Je t’ai laissé le choix, Pauline ! Et tu as dit, très précisément : ‘‘Je veux être votre esclave’’. Tu crois quoi ? Que tu peux revenir sur ce pacte ? »

La main de Mélinda frappa alors, et gifla Pauline au visage, l’envoyant se clouer au sol.

« Tu t’es engagée, ma chérie, et, chez moi, il n’y a pas de droit de rétractation ! Tu es une esclave ! MON esclave ! »

Mélinda posa soudain son pied sur le torse de la jeune femme, et acheva de la plaquer au sol. Aussi belle soit-elle, Mélinda ressemblait ici à une véritable furie, ses yeux venant s’injecter de sang, ses canines se déformant en de longs crocs pointus.

« Et puis... Vu comment tu mouilles... Je crois que tu te mens à toi-même. Tu aimes ça, Pauline... Être une soumise, n’avoir rien d’autre à faire que de suivre mes ordres. C’est un énorme poids en moins sur tes épaules, tu sais... Confier sa vie à quelqu’un, c’est pouvoir profiter pleinement de la vie, sans avoir à se demander ce que le futur nous réserve. Plus de futur à s’inquiéter pour toi, car ta Maîtresse s’occupera de ton avenir. »

La vampire rajouta ensuite.

« Maintenant, tu vas arrêter tes caprices. Tu es ma chienne, et ta destinée n’est rien de plus que d’être un sac à foutre, de vivre chaque jour en ayant l’impression d’être dans un rêve perpétuel, entourée de femmes et d’hommes magnifiques qui te feront l’amour tout le temps. Il n’y a que les humains pour être aussi ingrats et capricieux. On vous offre le bonheur sur un plateau d’argent, et, tout ce que vous avez à faire, c’est de l’accepter, mais vous refusez... Et vous refusez pour quoi ? Des idéaux moraux aussi creux que futiles ? La liberté ? Ah, la bonne affaire ! »

Mélinda retira finalement son bras, et se retourna alors, tournant le dos à Pauline.

« Qu’est-ce que tu en penses ? » finit-elle par demander à Myumi.

Cette dernière ne dit rien pendant quelques secondes, fixant Mélinda, puis Pauline.

« Le libre-arbitre est la base de tout. Mais elle s’est engagée à te servir. Je pense qu’elle doit choisir, mais en comprenant bien les conséquences de son acte. Pars maintenant, Pauline, et tu ne seras jamais rien de plus qu’une élève transparente. Tu mèneras ta petite vie au lycée sans histoire, et tu ne goûteras plus jamais au bonheur suprême que tu as ressenti ici. Oh, tu trouveras assurément d’autres amants, et peut-être même qu’ils te feront jouir, mais, le soir, quand tu te coucheras, tu ressentiras comme un grand vide en toi... Et tu repenseras toujours à ce moment, cet instant précis, là, en ce moment, où tu as laissé ta peur te guider. Car, tu as beau retourner ça dans tous les sens que tu veux, Pauline, ce qui te motive, ce n’est pas l’appel de la liberté, mais la peur. Les humains sont comme ça, ils craignent toujours le changement. Tu penses peut-être qu’il y a un piège ? Mais... C’est faux. Alors, choisis bien... La pilule bleue, et tout s’arrête, tu pourras faire de beaux rêves, penser ce que tu veux, et mener ta petite vie ordinaire et finir en quadragénaire frustrée se dopant à des romans à l’eau-de-rose en pensant aux toiles d’araignées qui poussent dans sa chatte... Ou tu peux prendre la pilule rouge, rester au Pays des Merveilles, et descendre avec nous au fond de tes fantasmes les plus fous et les plus inavouables. »

Myumi était partiellement démoniaque. Elle connaissait l’importance du libre-arbitre, et, s’il était vrai que Pauline avait effectivement énoncé vouloir être une esclave, on pouvait objecter que, sous l’état d’excitation sexuelle dans lequel elle était, son consentement était vicié. Mélinda aurait pu la corriger sur place... Mais ce n’était pas de ça qu’elle voulait comme soumission. Elle ne voulait pas des esclaves contraintes, et, de fait, il lui arrivait, parfois, de tirer une croix sur des filles qui, s’emballant au début, se refermaient ensuite comme des moules vides. L’expérience lui avait prouvé que ce genre de filles avaient souvent tendance à causer plus de problèmes qu’à apporter d’aide, alors...

...Alors, elle n’hésiterait pas à tirer une croix sur Pauline si elle décidait de prendre la pilule bleue, et, donc, de partir.

« Donc... ? Le frisson de l’excitation, ou la morosité rassurante du quotidien ? Dépêche-toi, le compteur tourne... »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Décembre 26, 2016, 04:36:30 »

Mélinda semblait en colère après la déclaration de l'adolescente. Pourtant Pauline avait fait en sorte de ne pas la brusquer et de le lui avouer calmement. Que voulait dire l'étudiante en parlant de "votre espèce" ? N'était-elle pas humaine elle aussi ? Même si elle avait été assez surprise de voir un magnifique pénis entre ses jambes. Mais la lycéenne aurait du se poser quelques questions en voyant se dernier pousser comme par magie. Il ne restait plus qu'à espérer que Mélinda ne puisse pas transformer d'autres personnes, car Pauline se trouvait très bien comme elle était, et si elle pouvait éviter d'être transformée parce qu'elle avait repoussé cette peste dominatrice, elle ne s'en plaindrait pas.
C'est alors que Pauline reçut une gifle en plein visage. Le coup avait été violent et la fit tomber sur le sol. Cette créature était vraiment très étrange. Comment pouvait-elle la frapper de cette façon et l'appeler "sa chérie" juste après ? En plus de cela, Mélinda affirma une nouvelle fois sa supériorité en affirmant  que la jeune fille était une esclave, son esclave. Line gémit quand le pied de l'étudiante écrasa sa poitrine et la força à rester allongée sur le sol. Elle ne se débattit pas, car elle savait que ça serait inutile. Myumi qui était juste derrière semblait trouver ce traitement justifié, et que se passerait-il si Pauline contrariait une dominatrice vicieuse et avec des pouvoirs magiques, ainsi que l'une des figures d'autorité de l'établissement. Elle devait faire profil bas, et ne pas les repousser tant qu'elle serait en leur compagnie.

- Et puis... Vu comment tu mouilles... Je crois que tu te mens à toi-même. Tu aimes ça, Pauline... Être une soumise, n’avoir rien d’autre à faire que de suivre mes ordres. C’est un énorme poids en moins sur tes épaules, tu sais... Confier sa vie à quelqu’un, c’est pouvoir profiter pleinement de la vie, sans avoir à se demander ce que le futur nous réserve. Plus de futur à s’inquiéter pour toi, car ta Maîtresse s’occupera de ton avenir.

Mélinda venait de marquer un point. Il est vrai que la soumission totale donnait la sensation d'être plus légère. On ne se posait plus de questions sur notre avenir, sur ce qu'on devrait faire. Tout devenait tellement simple. Il n'y avait qu'à se laisser diriger et faire ce qu'on te réclamait. Pauline en vint à se demander ce qu'elle souhaitait réellement. Désirait-elle tracer elle même sa propre voie ou laisser quelqu'un s'en charger à sa place ? Le choix était difficile car elle ne pourrait plus faire machine arrière.
Pauline écouta attentivement Myumi et sembla totalement envoûtée par les paroles de sa prof. Elle savait ce qu'elle disait et elle visait juste. Chacun de ses mots étaient donnaient de plus en plus envie à Pauline de s'offrir à Mélinda. C'était à croire qu'elle la connaissait depuis toujours. Et puis soudainement, l'adolescente s'imagina dans quelques années, seule, déprimée, et ne sachant pas quoi faire de sa vie. Cette image la terrifia et elle se redressa sur ses genoux rapidement avant de prendre la pilule rouge et de l'avaler en une fraction de secondes. Elle ne savait pas du tout ce qu'elle venait d'absorber mais elle s'en moquait totalement. Elle ne voulait pas manquer sa chance d'être une esclave. Line avança sur les genoux jusqu'à se coller contre les jambes de Mélinda. Elle les enlaça et embrassa sa cuisse.

- Je... Je suis désolée. Je ne sais pas ce qui m'a prit. J'ai eu peur pendant un petit instant. Je veux être votre esclave. S'il vous plaît, dites moi que ce n'est pas trop tard. Je ne suis pas faite pour décider par moi-même, je ne suis qu'une chienne mal élevée. Je vous en supplie, dressez-moi et gardez-moi auprès de vous. J'en serai réellement très heureuse.

Pauline devait montrer sa bonne volonté, et elle décida qu'en agissant en soumise, elle prouverait que c'est ce qu'elle veut. La jeune fille recommença à lécher le pénis de Mélinda. Il était plein de sperme et avait bien besoin d'être nettoyé. Elle y frotta tendrement sa langue pour le rendre le plus propre possible. Elle avala le sperme qu'elle avait recueillit dans sa bouche puis elle alla nettoyer la queue de Myumi. Une esclave devait toujours obéir à sa ou ses maîtresses, et si elle pouvait prévoir les ordres à l'avance, c'était encore mieux. Pauline se releva puis donna à Mélinda le numéro de son téléphone et enfin donna un de ses doubles des clefs de la maison. Pauline était du genre tête en l'air, et quand elle avait cru avoir perdu ses clefs, ses parents en avaient fait de nouvelles.

- Mes parents sont souvent en voyage d'affaire. Avec ces clefs vous pourrez venir me voir n'importe quand si vous avez besoin de moi. Et avec mon numéro vous pouvez m'appeler quand vous voulez si vous avez besoin de moi. Je suis à votre entière disposition.

Il était maintenant 18 heures et il faisait déjà nuit dehors. Pauline se demandait si elle allait pouvoir rentrer chez elle tout de suite ou si sa maîtresse désirait l'utiliser ou lui donner d'autres ordres. La jeune fille se mit à genoux les deux magnifiques jeune femme car c'était la place d'une chienne soumise et obéissante.

- Dois-je rentrer chez moi, ou vous avez encore besoin que je fasse quelque-chose ? demanda Line avec soumission.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #14 le: Décembre 29, 2016, 02:33:23 »

Pour donner à Pauline ses choix, Myumi n’avait pas fait que juste plagier oralement Morpheus, elle avait aussi sorti deux pilules, qui avaient toutes deux des fonctions précises. La pilule bleue était une potion de sommeil, qui aurait endormi Pauline, et l’aurait amené à se réveiller seule, plus tard, tandis que la rouge... La pilule rouge produisait un autre effet, que Pauline allait rapidement découvrir. Mélinda lui avait exposé les choses, et Myumi avait développé le concept. La soumission, chez Mélinda, ne devait jamais être forcée, et c’était pour ça qu’elle s’entendait plutôt bien avec Myumi, car la jeune professeur n’aurait pas supporté d’avoir comme amie une esclavagiste qui séquestrerait les élèves. Oh, Mélinda les kidnappait, certes, et les forçait un peu, mais... Toute forme de séduction impliquait, après tout, de brusquer un peu son partenaire. La vampire savait où s’arrêter pour ne pas abuser, et c’était pour ça que Myu’ avait confiance en elle. Alors, oui, Pauline aurait pu repartir, mais la jeune senseï avait cerné le caractère de la jeune élève, et avait rapidement deviné qu’elle n’était pas faite pour mener une vie normale. Non, elle aurait été triste, frustrée... Frustrée de se priver d’une vie de délice, d’une vie sans embarras, sans inquiétude, où tout ce qu’elle avait à faire était de vivre heureuse en obéissant à sa Maîtresse.

Du point de vue Mélinda, elle avait toujours considéré que les humains ne cherchaient pas vraiment la liberté, car ils ne savaient pas quoi en faire. Ils ne voulaient pas de la liberté, mais du bonheur. Et, quitte à choisir, préférait-on être libre et malheureux, ou soumis et heureux ? Il existait quelques humains prônant la liberté au-dessus de tout, mais, en toute honnêteté, la majorité d’entre eux ne voulaient pas du fardeau du choix, et s’accommodaient tout à fait d’avoir des gens qui décidaient pour eux, même s’ils prétendaient le contraire. Mélinda n’était pas plus méchante que tous ces actionnaires et ces capitalistes aux dents longues, vendant des heures de bonheur sous forme de spots publicitaires vantant les derniers téléphones portables derniers cri. Elle, elle proposait un vrai bonheur, l’appartenance à une communauté, et la capacité, sous le couvert de la soumission, d’exprimer ses plus grands fantasmes, et ses plus sombres désirs. Et Pauline refuserait ça ?

En réalisant ce qu’elle risquait, la jeune femme se rappela à la raison... Et avala la pilule rouge, avant de se répandre en excuses devant sa Maîtresse. Elle alla jusqu’à s’agenouiller, embrassant ses pieds, suppliant sa Maîtresse de bien vouloir la pardonner, tout en lui offrant son numéro de téléphone portable, un double de ses clefs, et en lui expliquant que Mélinda pourrait fréquemment venir chez elle, ses parents étant rarement là.

La vampire écoutait tout ça, et sourit ensuite, quand Pauline demanda si elle pouvait maintenant rentrer chez elle.

« Oh, ma chérie, tu as mal compris... »

Mélinda fléchit les genoux, et caressa avec sa main le visage de Pauline, glissant son pouce sur ses tendres lèvres.

« Tu n’iras chez tes parents que très rarement... Maintenant que tu es mon esclave, tu vivras chez moi, dans mon grand manoir, entourée de mes autres esclaves, et toute ta vie ne sera plus que luxure et jouissance. Tu n’iras chez toi que quand tes parents seront là, ou que je voudrais utiliser ta maison pour faire quelques orgies. »

Elle sourit, et on pouvait aisément deviner, grâce à ces quelques mots, toute la profondeur de la perversion de Mélinda. Et, pendant qu’elle parlait, la pilule rouge commençait à faire effet dans le corps de la jeune soumise, qui commençait à avoir chaud, et à trembler sur place. Ses seins durcirent, gonflant sous l’effet d’une épaisse vague de frustration qui grossissait en elle. Et, surtout, elle dut sentir ses fesses se mettre à lui faire mal, à l’irriter de plus en plus, comme si elle avait une envie terrible, irrésistible, que quelqu’un s’enfonce ici.

Mélinda était encore loin d’en avoir fini avec elle, et souriait malicieusement.

« Laissons ça de côté, Pauline... Tu es mon esclave, et c’est très bien comme ça. Je te baiserai, encore, encore et encore, et, tous les jours, tu feras l’amour. Oublie ton ancienne vie, c’est une nouvelle existence qui s’offre à toi. »

Pour Pauline, il allait être de plus en plus difficile de la comprendre, car la soif serait, elle aussi, de plus en plus forte. Mélinda se releva donc, et caressa la joue de sa soumise avec sa verge.

« Maintenant, va dans le couloir... Tu dois avoir mal aux fesses, non ? C’est la pilule que tu as avalé... Elle stimule tes envies de sodomite. Et on ne devient vraiment mon esclave que quand on a senti ma bite dans son petit cul serré... »

Et Mélinda comptait la prendre dans le couloir. Qui sait ? Peut-être que des retardataires travaillant dans des clubs les entendraient ? Loin de la déranger, l’idée ne faisait que stimuler davantage la vampire...
« Dernière édition: Janvier 08, 2017, 10:06:00 par Mélinda Warren » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox