banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: La bague au doigt [PV Mélinda]  (Lu 1784 fois)
Fusmun
Terranide
-

Messages: 32



Voir le profil
FicheChalant
« le: Octobre 03, 2016, 07:14:33 »

Voila bien une semaine que mon ancienne maîtresse est morte. En même temps je m'y attendais. Quand les humains commencent à se flétrir et à avoir des cheveux blancs, c'est signe qu'ils vont bientôt mourir. Nous autre les dragons nous traversons les siècles et en ce qui concerne les humains c'est presque un miracle s'ils dépassent les 100 ans. C'est dommage, je l'aimais bien, elle me traitais avec respect et elle me nourrissait bien.

Mon attachement envers elle était tel qu'elle n'avais plus besoin d'avoir recours à l'anneau pour me commander. Afin de payer pour ses soins et ma nourriture au crépuscule de sa vie, elle avait vendu tout ses biens en viager à ce qui était un charmant jeune homme très riche. Aujourd'hui, il n'est plus aussi charmant et agréable qu'a l'époque. Jouait il la comédie à l'époque? ou bien les affres de la vie et du temps l'on il corrompu? Je ne sait pas si j'aurais un jour la réponse. Quoi qu'il en soit, il était à présent le porteur de l'anneau et je lui devais obéissance.

Je n'étais pas forcément enthousiaste à cette idée mais je devais m'y faire. Ce lien de soumission est vraiment contraignant entre les mains des mauvaises personnes. Cette bague régissait ma vie depuis que je suis sortit de l'œuf, parfois c'était une bonne chose et d'autres fois ça ne l'était pas. Pour ce cas bien précis, ça ne l'était pas. Mais la personne qui m'as imposé ce lien à quand même bien fait les choses car j'avais la possibilité de me soustraire à certains des ordres que l'on me donnait et avec cette personne bien précise, je ne me gênais pas pour en user et même en abuser.

Si à l'époque mon ancienne maîtresse avait vu qui il allais devenir ou qui il était, elle m'aurais sans doute demander de le manger, ce que je compte bien faire si jamais il refuse de me nourrir. Je me suis mis à mépriser ce triste sire depuis qu'il m'as demander d'arracher la tête d'une jeune terranide qui l'avais griffé après qu'il l'ai presque battu à mort.

J'ai refusé bien sur et comme il à vu que le lien ne marchais pas, il n'as pas insisté et ne la plus toucher car je lui avais bien fait comprendre qu'elle était sous ma protection. Cet évènement avait tellement ébranlé son autorité auprès des esclaves qu'il à rapidement décider de me mettre en vente sur le marché aux esclaves d'Ashnard, car il sentais qu'il commençait à perdre de son emprise sur moi et cela le terrifiais car il savais de quoi les dragons sont capable.

Me voici donc dans une cage dont je pourrais facilement tordre ou faire fondre les barreaux, mais mon "maître" m'as interdit de le faire, donc j'y reste bien sagement. N'ayant rien à faire, je me mets à observer le paysage qui est des plus monotone. Par conséquent, je change d'avis et me mets à discuter avec les autres esclaves. La route était très cahoteuse et particulièrement désagréable. Dire que dans quelques siècles j'aurais des ailes. Mais bon c'est pas pour tout de suite.

Je regarda tristement mes habits, ma tenue de Neko-Maid que m'avais offerte ma maîtresse à mon arrivée chez elle avais subit le passage du temps, mais je ne me suis jamais résigné à mettre autre chose car je me souviens clairement quand elle me l'a offerte. C'était mon premier cadeau. Cela fait remonter de nombreux souvenirs et je me sent nostalgique. Finalement, les rempart de la ville sont à portée de vue.

Mon "maître" ayant clairement énoncé son envie de me vendre, je me demande à quoi ressemblera le ou la prochaine. Tant qu'il me demande pas d'exécuter de faibles créatures sans défense et qu'il me nourrit bien ça ira pour lui ou elle de toute façon. Dans mon malheur, j'ai quand même la chance d'être un dragon car les m"aîtres sont moins enclin à faire du mal à une créature capable de leurs arracher un bras d'un simple coup de dent. Plus on s'enfonce dans le centre de la ville plus la population se fait plus dense.

De nombreux badauds attirés par ma personne viennent s'attrouper sur les côtés du chariot qui me transporte. Les gens chuchotaient sur le fait qu'il allait y avoir un dragon sur le marché aux esclaves. Je dois admettre sans être orgueilleux que les dragons esclaves comme moi sont d'une rareté absolue car pour mettre une créature aussi puissante à son service, ce n'est pas chose aisée.

Dans mon cas, il s'agit d'une sorcière qui à voler mon œuf dans le nid de mes parents et à enfermé une de mes écailles dans un morceau d'ambre qu'elle à scellé dans une bague en or pour ensuite relier l'objet par un lien de soumission avec le collier qu'elle à mis autour de mon cous alors que je suis à peine sortit de l'œuf. Ce qui est assez pratique, c'est que le collier grandit en même temps que moi. Enfin, je n'y connais pas long en magie mais quoi qu'il en soit c'est pratique dans un sens....sauf si mon cou me démange. C'est un peu ma hantise.

Car si je touche le collier, je deviens l'équivalent d'un sac de patates à écaille. J'ai essayé quand j'étais plus petit et depuis, je n'ai jamais réessayé. La préparation de l'état est longue et alors que l'on me fait sortir je m'étire un peu et respire l'air presque frais de cette citée et à peine je commence à me dégourdir les jambes voila que mon propriétaire viens m'aboyer l'ordre d'aider à décharger les cages. Je m'exécuta mais avec une extrême lenteur pour l'embêter d'une part, mais aussi parce qu'il y avait des terranides à l'intérieur et je ne voulais pas les secouer plus qu'elles ne l'avaient été durant le voyage.

Malgré le fait qu'il m'intime l'ordre d'aller plus vite, je n'en faisait rien car le collier ne se resserrais pas, je faisais attention à la santé et la sécurité d'un être vivant innocent et le sort ne marche pas quand on me demande de passer outre. Cela appartient à ma propre volonté. Il est possible de m'interdire de faire du mal mais impossible de me forcer à faire du mal.

La magicienne qui m'a posé ce collier à quand même fait du beau travail à ce sujet, il faut bien le reconnaitre. Toujours est il qu'une fois tout en place, il ne restait plus qu'a attrouper les badauds pour leur vendre la marchandise. Il se mit alors à beugler d'une voix grasse le genre de truc que l'on beugle pour attirerr les gens.

Venez mesdames et messieurs Venez admirer BLA BLA BLA BLA... Argh! J'ai vraiment l'impression d'être juste un morceau de viande et je me sent tiraillé entre l'envie de faire foirer ses ventes de la journée et celle de rester sage pour prendre congé au plus vite de sa désagréable présence.... Mais j'en doute un peu car il demande une somme assez conséquente pour ma personne. Je me sent un peu flatté mais je sait qu'il affiche ce prix par pure vénalité car intérieurement je sais qu'il me vendrais pour à peine dix pièces d'or. Je me demande s'il y a quelqu'un d'assez riche pour m'acheter dans cette foule.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Octobre 07, 2016, 02:13:41 »

« Je n’ai jamais trop aimé cet endroit, Maîtresse...
 -  Je comprends ça, Rosaline, mais ce n’est plus toi qui es sur les stands, maintenant... »

Sa Maîtresse avait raison, bien entendu, mais, même en énonçant cette vérité, elle était quand même nerveuse. Rosaline, ou Rose, comme on l’appelait plus simplement, avait été vendue enfant, et avait passé de nombreux jours sur un stand, palpée par de multiples pervers libidineux, battue par son propriétaire quand elle pleurait. Ces évènements avaient traumatisé la jeune Rose, qui avait tenté de s’enfuir, et avait été rattrapée. Alors qu’elle allait se faire sévèrement corriger, Mélinda était intervenue, surprenant l’altercation, et avait fait une proposition d’achat bien au-dessus du marché. Depuis lors, Rosaline vivait un moment parfait, un véritable paradis.

Aujourd’hui, elle portait une tenue très élégante, celle qu’elle portait souvent au harem. Elle se composait d’un haut rouge en cuir largement ouvert, ne couvrant que ses hanches et ses côtes, dissimulant également ses lourds seins par le biais de plumes blanches, la tenue se terminant en une longue cape tripartite dans son dos, moulant légèrement ses fesses. De magnifiques collants blancs filaient également le long de ses jambes, et un parfum très sensuel se dégageait de son cou, amenant quantité de gens à les regarder. Mélinda et Rosaline étaient néanmoins accompagnées de Bran, son grand-frère et son protecteur.

Aujourd’hui, c’était la foire aux esclaves, et Mélinda s’avançait le long des étals, faisant ses emplettes. Elle envoyait parfois juste une esclave agir en son nom, mais, aujourd’hui, elle avait décidé d’y aller en personne. Il y avait, en effet, un arrivage de créatures exotiques, et Mélinda était, ce faisant, assez intéressée. Ce genre de Terranides renforceraient la valeur marchande du harem, et elle s’aventurait donc, jusqu’à voir un petit attroupement.

« Woow, c’est incroyable !
 -  J’aurais jamais cru voir ça, c’est... C’est un Terranide-dragon ! »

Le terme attira immédiatement l’attention de Mélinda.

*Un Terranide-dragon ? Ça existe ?*

Intriguée, la jeune vampire se rapprocha, se frayant un chemin parmi la foule, pour voir le Terranide-dragon, en tenue de maid, dans une cage, sur une estrade, avec un vendeur devant, qui s’adressait à la foule :

« Et oui, mes braves, un Terranide-dragon, si fait ! Un vrai de vrai, que j’vous dis ! R’gardez-le, mais regardez-le donc ! Et docile ! Grâce à ce collier, fit-il en brandissant l’objet, vous pouvez le contrôler comme vous voulez ! Le collier a été enchanté, vous voyez, enchanté par une magicienne, et contient une écaille du dragon, ce qui fait qu’il fera tout ce qu’on lui ordonne ! Vous voulez une démonstration ? Que quelqu’un lui donne un ordre, allez, n’importe lequel ! »

Il se rapprocha de l’assemblée, présentant le collier. C’était une technique usuelle chez les marchands, car il y avait souvent un de leurs complices dans la foule, qui se chargeait de faire le client surpris. Cependant, cette fois, Mélinda fut plus rapide qu’un éventuel client, car elle attrapa le collier, l’arrachant presque des mains du vendeur, et se retourna vers le Terranide-dragon. Quoique un peu surpris, le vendeur laissa faire.

Mélinda observa le jeune dragonnet, et finit par se mettre à parler, tenant le collier entre ses doigts :

« Retire ta robe de maid ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Fusmun
Terranide
-

Messages: 32



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Octobre 07, 2016, 08:29:43 »

J'écouta le blabla du marchand d'un air agacé. Au moment ou il enleva l'anneau, je fûs saisi de l'envie de tordre les barreaux car sans porteur, je ne suis plus lié à aucun ordre. Cependant, Une jeune humaine s'empara de l'objet et l'avais maintenant entre les doigts, elle était toute mignonne et adorable et elle s'était avancée vers moi pour m'ordonner de retirer ma robe. Je la regarda d'un air amusé et n'en fit rien car étant donné qu'elle n'a pas enfilé l'anneau, je n'étais pas tenu d'obéir. Je lui dis donc d'une voix taquine :

Pour que ça marche tu est sensé passer l'anneau à ton doigt fillette, mais mes habits sont vieux et tu est une adorable petite humaine donc je vais t'accorder ce plaisir!

Étant un dragon, mes organes génitaux au repos sont rangés dans une poche d'écaille, je n'avais donc aucun problème pour retirer mes vêtements. N'étant plus lié à aucun ordre, je tordis légèrement les barreaux qui me retenais prisonnier pour pouvoir sortir ma tête et lui faire un joli sourire pour ensuite continuer la discussion.

Au fait, à propos de cet anneaux, est tu certaines de vouloir endosser cette responsabilité? Il n'as pas tout pouvoir sur moi, je possède une certaine dose de liberté et certains de mes anciens maîtres en abusant de ce pouvoir se sont retrouvés dans mon estomac. Par exemple, l'homme derrière toi sensé me vendre est proche de devenir mon diner car en abusant de son pouvoir sur moi il à perdu son emprise sur ma personne. Ce genre de choses aussi pourrais t'arriver tu sais? Mais je te rassure, si tu m'achète, je me dévouerai à toi à condition que tu respecte les règles bien sur.

Je tordis alors totalement les barreaux et plia la cage en deux pour en sortir et m'étira car comme je n'avais plus besoin d'obeir au marchand, je pouvais faire un peu comme bon me semble. La foule eut un mouvement de recul et quelques petits cris effrayés se firent entendre car même si ma silhouette était graçieuse et féminine, je n'en suis pas moins une force de la nature. Je m'avança vers la jeune fille, posa un genou à terre et m'inclina respectueusement puis lui expliqua les règles :

Du moment que tu ne porte point atteinte à ma santé ou à celui d'une âme innocente, je serais ton dévoué serviteur, dans le cas contraire, je briserai la chaine qui me retiens et fera de toi mon diner.

C'est alors que la voix du vendeur s'éleva à mon encontre mais un regard mauvais le dissuada d'approcher. Déjà qu'il n'osait pas me faire du mal en portant l'anneau, je le vois mal le faire sans. Néanmoins la fillette avait gagné ma sympathie car son côté pervers me faisait penser à ma précédente propriétaire et cette jeune fille allait sans doute vivre encore 60 ou 70 ans au mieux. De plus les humains un peu pervers dans son genre sont les plus respectueux et les plus attentionnés. Le temps me le dira de toute façon. Quoi qu'il en soit, le marchand récupéra l'anneau et m'aboya de remettre la cage en état et d'y retourner. Le bougre était rouge de colère car ma petite scène avait fait fuir au moins la moitié de sa clientèle.

Il faut dire qu'un dragon sortant d'une cage sans controle est terrifiant pour les petits humains. Effrayer ses créatures est tellement simple car elles sont si faible que pour moi c'est comme un jeu. ça m'amuse de les voir courir dans tout les sens. En ce qui me concerne, que l'on m'achète ou pas m'indifférais un peu car de toute manière mon "maître" actuel n'en avais plus pour longtemps vu que dans son exces de colère et à cause de la honte subie il avait le fouet à la main, s'il est assez fou pour l'utiliser, je n'aurais pas besoin de manger ce soir. Je voyais qu'il était sur le point de basculer et le salua d'un air narquois pour le tenter à tomber dans sa propre folie.

Le voila donc qui arme son bras et l'abat sur moi en vociférant "sale bête"....ses derniers mots... je sortis alors lentement de ma cage, et avança vers lui à pas lent, il me frappa encore et encore mais sa misérable liane de cuir ne me faisait aucun mal, il en faut bien plus pour endommager mon armure d'écaille. Pour moi la morsure du fouet n'est qu'une désagréable et bruyante démangeaison. Je lui saisit alors le bras portant l'anneau et à mesure qu'il me hurlais d'arrêter, je lui arracha les bras et la tête. Le sang se mit à gicler et son odeur envahi mes naseaux. Je jeta alors le bras portant l'anneau après avoir mordu dedans et avalé une bouchée au pied de la foule et dis d'un air satisfait :

Des volontaires pour devenir mon nouveau maître? C'est une offre exceptionnelle mon prix viens subitement de descendre à zéro pièces d'or!

Tels étaient les règles ne pas porter atteinte à ma personne ou aux innocents et il avait violé ses deux règles dans la même journée. Il à choisit sa fin. Avoir un dragon à son service est un privilège dont il faut savoir se montrer digne car même si je porte cette chaine autour du coup, en passant l'anneau à son doigt, le porteur de l'anneau en mets une autour de sa vie. Toujours est il de savoir qui à présent s'emparera de l'anneau étant donné que je suis incapable de m'en emparer moi même.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Octobre 08, 2016, 02:13:50 »

Ce qui se passa lors de cette présentation fut... Inattendue. Le Terranide-dragon se retourna contre son vendeur, et, sous les yeux médusés de son assistance, le démembra et le décapita dans la foulée, le sang venant jaillir tout autour de son cadavre déchiqueté. Il y eut un léger moment de flottement, d’incompréhension, tandis que le sang éclatait sur le sol, aspergeant aussi les plus proches personnes, dont Mélinda et Rosaline, qui eut le temps de voir l’anneau de contrôle tomber sur le sol, atterrissant entre ses jambes... Puis les gens hurlèrent, et s’enfuirent rapidement.

« Fou ! Il est devenu fou !
 -  Au secours, à moi !! »

Les Ashnardiens n’étaient pas plus suicidaires que les Nexusiens face à un Terranide surpuissant qui perdrait la raison. On ne pouvait que sermonner le vendeur pour sa bêtise, car un Terranide-dragon était en effet une bête dangereuse. La panique se propagea rapidement, et, depuis les tours de guet entourant le marché, on tira sur des cloches d’alarmes, signalant aux individus de se retirer, tandis que des gardes ashnardiens, portant d’épaisses armures de plates intégrales dorées, s’approchèrent, écartant sans ménagement les badauds. Depuis les tours de guet entourant la place, des archers ciblèrent alors le Terranide-dragon, et décochèrent des flèches, qui se brisèrent contre ses solides écailles.

Fort heureusement pour eux, ces francs-tireurs disposaient d’autres ressources. La magie faisait partie intégrante de Terra, et c’était particulièrement vrai pour l’Empire ashnardien, dont la plupart des soldats avaient des pouvoirs magiques qu’ils apprenaient à développer pendant leurs années de formation. Les gardes impériaux de la capitale n’avaient rien à voir avec les gardes des provinces. Formés et expérimentés, ils étaient redoutables, et, rapidement, leurs flèches s’enflammèrent, et ils décochèrent des flèches explosives. Fusant en sifflant, ces flèches explosaient au contact, tandis que les gardes se rapprochaient.

« Place, manants !  Faites place ! »

Le capitaine de la garde était devant, portant une longue cape noire, avec un heaume avec deux cornes. De la main droite, il écartait les individus, tout en chargeant sa magie dans la paume de sa main gauche, formant une boule lumineuse chargée d’arcs électriques qui crépitaient autour. Quand il approcha du stand, sa main se tendit, et la sphère électrique jaillit à toute allure, provoquant une épaisse explosion électrique. Une frappe préventive, car il s’avéra que le stand était vide.

« Il s’est enfui ! Retrouvez-le ! Bouclez le quartier ! »

La place du marché se situait dans l’un des quartiers agréables d’Ashnard, constitués de multiples artères et ruelles commerciales. Il y avait donc une importante concentration de soldats, qui disposaient de procédures et de plans à suivre dans ce genre de situations. La discipline était le mot d’ordre de l’armée impériale.

Et, pendant que le monde cherchait Fusmun, Mélinda et Rosalina s’étaient éloignées, rejoignant une ruelle éloignée.

« Quelle merde... Et on se demande pourquoi je n’aime pas la magie !
 -  Ça dépend quelle magie... » sourit malicieusement Rosaline.

Elle tremblait un peu, ayant, après tout, vu un démembrement sous ses yeux, suivie d’une décapitation. Mélinda se retourna vers elle, et soupira lentement.

« Ne t’en fais pas, Rose, il ne t’arrivera rien, je te le promets. »

Elle lui montra alors un objet qu’elle avait récupéré : le fameux anneau du vendeur.

« Toutefois, je crois qu’il faut aussi lui mettre le collier autour du cou... Si jamais il nous retrouve.
 -  On... On devrait rentrer au harem. »

Rosaline était blême, marquée par ce qu’elle avait vu, une chose que Mélinda pouvait comprendre, car elle était une grande sensible. Elle, elle ne regrettait pas la mort du vendeur, elle se disait surtout que ce Fusmun était puissant... Et ferait très bien dans son harem, pour peu qu’elle arrive à le contrôler.
« Dernière édition: Octobre 09, 2016, 11:06:10 par Mélinda Warren » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Fusmun
Terranide
-

Messages: 32



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Octobre 08, 2016, 12:28:01 »

Dans mon empressement à déchiqueter l'idiot ayant levé la main sur moi, j'avais complètement oublié que j'étais dans une citée humaine. Bien que les humains soient faible, ils sont quand même sacrément nombreux. C'est que ça se reproduit vite ces petites bêtes là! Bref, une pluie de flèches s'abattit sur moi en représailles du mouvement de panique que j'avais crée. J'avais l'impression de me faire piquer par une nuée d'insecte, c'est très désagréable, mais pas dangereux. Puis ensuite les flèches furent recouvertes de flammes et se mirent à exploser lors de la deuxième salves.

Ne savent ils donc pas que les dragons sont immunisé au feu. bref ces explosions étaient pour moi comme un baume apaisant mais je n'allais pas riposter, je ne suis pas stupide, et c'est ce qui me permit de m'enfuir. Car le fait que les gardes pensent que je suis un animal enragé à joué en ma faveur. Je cracha du feu et créa alors un épais nuage de fumée noire complètement opaque et en profita pour tirer ma révérence en profitant du fait qu'ils pensait que j'étais assez bête pour rester sur place et continuer mon carnage. Entre parenthèses, ce sont les humains qui ont générer tout le carnage et les dommages collatéraux, pas moi!

Bref toujours est il que je profita de la confusion générale pour aller me cacher en sous sol dans les égouts car les grandes villes ont toutes plus ou moins un système d'évacuation des eaux usées. Je me mis alors à marcher dans les tunnels pour me trouver un refuge. Bien qu'a certains endroits, je devais ramper, je finis par trouver un endroit assez spacieux et décida de faire une halte. Mon collier me démangeais le cou, signe que j'étais éloigné de l'anneau mais comme c'étais léger, j'en déduisais que je devais être à environ 5 à 8 kilomètres de distance.

Je décida alors de faire une petite sieste. A mon réveil, je continua ma route dans ce système d'égout. L'endroit sentais le souffre, bon à savoir car si un problème surviens il me suffira d'une petite flammèche pour tout carboniser. Ce qui est pratique c'est que mon collier m'indiquait la direction à suivre grâce à la clochette qui y étais attaché. Vu que je ne pouvais pas rester en surface à cause des gardes qui me cherchaient, je progressais dans les égouts. Je mis environ deux semaines à parcourir la distance. Heureusement pour me nourrir, je sortais la nuit et dévorais un clochard ou deux.

Les humains ont une très mauvaise vision nocturne contrairement aux dragons car nous vivons la majorité dans des cavernes obscures donc niveau vision nocturne, nous sommes assez bien doté de ce côté. Quoi qu'il en soit, je me trouvais à présent plusieurs mètres en dessous de l'anneau. Je décida donc d'attendre la nuit pour le rejoindre.

Le soir venu je sortis la tête des égouts et vit un grand bâtiment. Je sentais que l'anneau était la, mon collier me le faisait sentir. L'entrée était gardée, mais pas les murs et mes griffes pénètrent la roche sans problème. J'escalada donc le mur et le parcourut jusqu'à trouver une fenêtre ouverte. J'atterris dans une chambre vide. C'était une bonne chose que jusque la je n'ai pas été repéré.... Mais comment cela se fait il que cette fenêtre soit ouverte? C'est étonnant! En y regardant de plus près, je me rendis bien compte que je n'étais pas le seul intrus ici car si cette fenêtre était ouverte c'est qu'elle l'avais été de force.

Soudains, des cris de paniques se firent entendre. Je ne sais pas vraiment ce qui ce passe mais je peux entendre qu'il y a du grabuge et tout à coup, je me sentis submerger par un frisson. Quelqu'un venais de passer l'anneau à son doigt et j'entendis alors une voix m'appeler à l'aide dans ma tête. Mon instinct sentant que le nouveau porteur de l'anneau appelait, pris le dessus et je me mit à courir de toutes mes forces passant à travers les portes sans perdre mon temps à les ouvrir. L'appel se faisait de plus en plus fort et je rua de toutes mes forces faisant voler les portes en éclat sur mon passage quand je tomba sur le ou plutôt la porteuse de l'anneau.

Je ne savais pas pourquoi mais elle semblais encore plus terrifiée de me voir et se terra dans un coin.

Hey! tu m'as appelé! je suis la pour t'aider! lui dis je!

Ma voix était si puissante et ferme qu'elle compris que j'étais la pour aider. Elle secoua alors la tête et me répondit d'aller sauver sa maîtresse car des chasseurs du clan Belmont sont après elle! Je n'avais pas le temps ni l'option de discuter et suivit donc les bruits du combat pour porter secours afin de suivre les ordres de la porteuse de l'anneau. J'enfonça quelques portes de plus pour tomber sur un groupe en train de se livrer bataille. D'un côté il y avais deux humains légèrement vêtus et de l'autre, quatre types encagoulé avec des espèces de croix et des arbalètes.

La logique élémentaire me poussa à cracher des flammes sur les personnes masquées de plus comme j'arrivais dans leurs dos, ils mirent un instant à réagir mais au moins j'en avais brulé un vif et la douleur était telle qu'il sauta par la fenêtre. L'un d'eux me tira dessus avec son arbalète, mais le projectile n'était qu'un vulgaire pieux en bois. Même pas de pointe en métal, et leurs épées étaient en argent, quelle bandes d'amateurs! Pourquoi prendre des armes en argent? l'acier est bien moins cher et plus efficace et solide. Quelle bande de m'as tu vu. Comprenant qu'ils n'étaient pas bien équipé, ils se mirent à utiliser de la magie mais de façon bien stupide.

De deux choses l'une soit ils sont complètement stupide soit il n'ont appris que des sorts de pyromancie. Dans tout les cas, les assaillants concentrant leurs assauts sur moi, ils furent vite dépassés et occis. Je resta un peu circonspect face à ses cadavres d'assaillants pourvu de croix et de ce qui semble être des bombes à eau. Quoi qu'il en soit, le silence s'abattit et ma nouvelle maîtresse pointa le bout de son nez avant de se ruer dans la pièce et prendre la jeune fille qui était tantôt attaquée dans ses bras. Je me sentit un peu comme un chien au milieu d'un jeu de quilles. Il me semble quand même avoir vu leurs visages quelque part, mais je ne me rappelle plus ou et décida donc de faire bruler un cadavre pour commencer à le manger en attendant que l'on s'intéresse à moi.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Octobre 09, 2016, 11:15:17 »

Le corps se trémoussait contre le sien, la chair claquait contre la chair, les soupirs résonnaient dans la pièce. Mélinda sentit les mains de Rosaline se crisper sur ses fesses, les pinçant, pendant qu’elle continuait à la prendre, glissant sauvagement en elle, sa virilité se perdant dans son intimité. Le sexe était une thérapie très efficace, et Rosaline en faisait les frais. Dans sa chambre, elle sentait sa Maîtresse la prendre avec énergie, depuis maintenant une bonne heure. L’incident au marché était encore dans leur mémoire, surtout dans celle Rosaline. Elle avait être plus grande que Mélinda, elle était beaucoup plus sensible qu’elle, et le meilleur moyen de la calmer était encore de s’occuper d’elle. Mélinda s’évertua donc à la pénétrer rudement et vivement, sa queue défonçant sa chatte, filant d’avant en arrière, la faisant hurler et gémir.

Rosaline resta couchée sur le lit, tandis que Mélinda, après avoir joui en elle, répandant sa semence dans son corps, se redressa un peu. Elle se recoucha néanmoins bien rapidement, se vautrant contre les très confortables seins de la jeune femme rousse. La main de Rosaline se posa alors sur sa tête, et elle soupira à son tour.

« Hmmmm... Merci, Maîtresse... »

Manifestement soulagée, Rosaline ferma les yeux, et Mélinda resta également couchée contre elle. En soi, son absence n’empêchait nullement le harem de tourner, car ses esclaves étaient suffisamment grandes pour pouvoir se débrouiller sans elle. Pour l’heure, c’était Rosaline qui avait besoin d’elle, et son corps était vraiment très agréable, à la fois chaud et doux. Fermant les yeux, Mélinda se laissait donc bercer par les caresses et les soupirs de Rosaline, tout en pensant encore à ce mystérieux dragon rose qu’elle avait aperçu tantôt.



Quelques heures après, tandis que Rosaline remettait ses vêtements, elle constata que Mélinda avait laissé sur sa table de chevet l’anneau de contrôle du dragon.

*Bizarre qu’elle l’ait oublié...*

Ce genre de choses ne lui ressemblaient pas, mais Rosaline comprenait aussi que sa Maîtresse avait un emploi du temps très chargé. Rosaline observa silencieusement l’anneau, plongée dans ses réflexions... Puis entendit du bruit venant d’une chambre à côté, normalement vide ce soir.

*Que... ?!*

Perturbée, la jeune femme se rapprocha de la porte, et vit un client... Qui avait visiblement ouvert la fenêtre, aidant d’autres individus à rentrer.

*Mon Dieu, une agression !*

Le cœur de Rosaline se mit à remuer nerveusement dans sa poitrine, tandis que, adossée contre le mur, elle entendait les individus parler, se mordillant les lèvres, sous l’effet de la peur. Ce n’était pas la première fois que le harem subissait des assauts, et, depuis que sa Maîtresse avait choisi de devenir la Matriarche d’un clan, ces assauts étaient même devenus récurrents.

« Ces runes sont vraiment pratiques, nous avons pu passer les protections magiques grâce à elles...
 -  Et, maintenant, allons tuer la salope de vampire... »

Rosaline se pinça à nouveau les lèvres, et se dépêcha de s’écarter, nerveuse. Elle n’était pas une combattante, et eut le temps de se réfugier dans sa chambre. Les tueurs passèrent. Depuis que sa Maîtresse avait décidé de former un clan, elle s’était heurtée à l’hostilité des autres clans, notamment celui des Nefarius, qui n’avait pas hésité à engager des tueurs pour l’éliminer. Rosaline était sûre que ces types, avec leurs épées et leurs arbalètes, faisaient partie d’une autre faction, et avaient visiblement reçu des informations précises pour leur permettre d’entrer en contournant les défenses du harem.

La jeune femme remarqua alors ce mystérieux anneau. Difficile, par la suite, de dire ce qui l’amena à appuyer dessus, ou à invoquer Fusmun, surtout après ce qu’elle avait vu. Peut-être fut-ce seulement inconscient, mais c’est ce qu’elle fit. Elle eut ainsi la surprise de voir, seulement quelques minutes après, le dragon vert arriver. Paniquée, Rosaline réussit néanmoins à balbutier que sa Maîtresse se faisait attaquer, et Fusmun s’élança vers elle.

Mélinda se trouvait dans un salon circulaire entouré de colonnes, où l’attaque des chasseurs de vampires avait rapidement été perçue par son grand-frère, Bran Warren. Torse nu comme souvent, le puissant et beau vampire attaqua l’un des chasseurs, l’égorgeant sur place, avant de fondre sur un autre, plantant ses griffes dans son corps, avant de le mordre au cou, plantant ses crocs, atteignant rapidement la jugulaire, qu’il sectionna, provoquant une hémorragie interne. Un carreau d’arbalète se ficha alors dans son dos, et il se retourna, furieux. Du sang coulait de son dos, mais il ne fallait plus pour abattre un vampire de sa carrure. Il s’élança avec une rapidité effrayante vers l’impudent, et ses griffes entaillèrent sa côte de mailles, s’enfonçant sur plusieurs centimètres de profondeur dans son estomac, ses intestins vomis par ce dernier.

C’est à cet instant que la porte du petit salon explosa, libérant une créature verte qui cracha un jet de flammes sur l’un des tueurs, le faisant hurler de douleur.

«  Fusmun ?! » s’exclama une Mélinda surprise.

Que diable faisait-il là ? Avec son aide, il fut néanmoins assez facile de se débarrasser de ces derniers amateurs. Fusmun carbonisa par la suite un cadavre, s’en approchant pour le manger. Pendant ce temps, Rosaline, qui s’était prudemment rapprochée, observa la scène depuis le palier de la porte, espérant que l’anneau permettrait de contenir le dragon. Mélinda, elle, qui n’avait pas oublié la puissance du Terranide-dragon, s’approcha lentement de lui. Bran, de son côté, se tenait également prêt à bondir. Ses griffes étaient redoutables, mais il ne pensait pas qu’elles perceraient ses écailles. En revanche, il estimait que, avec ses dents, il pouvait le faire. Fusmun était un hybride, et devait donc avoir des écailles moins résistantes que des dragons normaux. De plus, les dents d’un vampire étaient particulièrement tranchantes.

Pour l’heure, Mélinda tenait à éviter un nouveau bain de sang, et c’est pour ça que, tout en s’approchant, elle choisit de rester à bonne distance. Tout autour du salon, des bruits de pas se faisaient entendre, les multiples gardes du harem approchant rapidement.

« Qu’est-ce que tu... Qu’est-ce que tu fais là, Fusmun ? Et... Qu’est-ce que tu veux, surtout ? »

Ce fut tout ce que Mélinda arriva à dire, encore un peu décontenancée par la situation actuelle.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Fusmun
Terranide
-

Messages: 32



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Octobre 09, 2016, 02:17:54 »

Qu’est-ce que tu... Qu’est-ce que tu fais là, Fusmun ? Et... Qu’est-ce que tu veux, surtout ?

Je leva les yeux vers la jeune femme qui me parlais. Visiblement elle connaissait mon nom, mais je n'avais pas souvenir de l'avoir rencontré. Ou du moins ce souvenir n'était pas des plus important, il à donc sans doute du passer à la trappe. Mais je n'avais pas vraiment envie de lui répondre et continuais de manger le cadavre assis bien gentiement sur le sol sans leurs accorder la moindre importance, jusqu'a ce que la porteuse de l'anneau me demande de répondre à la question.

Je soupira et commença mon explication.

Si je suis ici c'est à cause de l'anneau que porte cette humaine à son doigt. Un sort me relie à cet objet et je dois une obéissance quasi-absolue à son porteur à partir du moment ou celui-ci respecte les règles. Car il existe plusieurs catégories d'ordres dont je peux me soustraire. C'est à dire que si le porteur de l'anneau m'impose un ordre contraires aux règles je peux soit me retourner contre lui et en faire mon repas soit consentir à cet ordre et l'exécuter mais lorsqu'un ordre contraire aux règles est proféré, à ce moment le lien qui me soumet n'est plus fonctionnel et seul mon libre arbitre entre en compte.

La détentrice de l'anneau me demanda alors d'apporter plus d'explications sur ces fameux ordres. Je pris une nouvelle bouchée de viande grillée et continua mon explication

L'anneau que porte cette humaine m'a attiré ici, il m'impose d'obéir aux ordres mais pas tous. Dans ce cas précis, elle m'a appelé à l'aide et m'as demandé de protéger sa maîtresse donc j'imagine que c'est toi qui que tu soit.

Dis je en pointant Mélinda du doigt avant de reprendre.

Si elle m'avais demandé par exemple de tuer tes assaillants, j'aurais eu la possibilité de refuser cet ordre et de me retourner contre elle pour la dévorer, mais même si elle me l'avais demandé, je l'aurais quand même fait car elle ne connaissait pas les règles et je ne suis pas le genre de dragon qui tue les créatures faibles et sans défenses comme les humains sans raisons valables.

Néanmoins même si je dois une obéissance absolue au porteur, il faut savoir que dans le cas ou je suis mal traité, ou si le porteur émet trop d'ordres douteux le lien perd également en puissance. De plus il y à des limites car il est impossible de m'ordonner d'atteindre à ma propre vie ou de me forcer à boire ou manger quoi que ce soit. Mais il y a aussi des évolutions par exemple avant que j'atteigne le stade de ma maturité, il était impossible de me contraindre aux rapports charnels se qui n'est plus le cas maintenant. Mais il est important de vous rappeler simplement une chose c'est que je ne suis pas votre ennemi sauf si la personne qui détient l'anneau en décide autrement!

Et quand bien même si elle me demande de vous tuer, je peux me soustraire à cet ordre et me retourner contre elle. Voyez cela comme une épée à double tranchant. Celui qui porte l'anneau obtient les services de ma personnes mais ses services sont conditionnels, il est donc vital pour le porteur de bien réfléchir aux ordres qu'il émet, s'il me traite bien par exemple, je ne risque pas de me retourner contre lui. Mon dernier maître avais l'habitude de m'enfermer dans une cage et me demandais de démembrer des hybrides sans défenses. Je n'ai pas apprécié et maintenant il ne reste plus grand chose de lui. Cet anneau est un grand privilège, mais aussi une grande responsabilité dont seuls quelques rares porteurs se sont montré digne.

Mais en ce qui me concerne je suis ici car la porteuse de l'anneau m'as appelé et demandé de vous aider et quand à ce que je veux, cela ne m'appartient pas car ma volonté dépend de celle qui porte l'anneau. La seule chose qui m'intéresse est d'être bien traité par celle qui porte l'anneau, le reste m'importe peu.


Ah! ces humains! il faut tout leurs expliquer mais cependant, je remarqua que le mâle qui tournais autour de moi n'étais pas humain car il avait un blessure au dos normalement mortelle pour ces faibles créatures. Je me leva car je n'aimais pas son air menaçant mais j'entendis un "reste assis" émanant de la porteuse. Je me ressaya sans pour autant le quitter de mon regard reptilien car je le sentais prêt à bondir sur moi. Un grondement s'échappa de ma gorge et on pouvais voir mes pupilles se rétracter. S'il m'attaque, anneau ou pas anneau, il va le sentir passer.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Octobre 09, 2016, 08:02:11 »

Mélinda s’était initialement attendue à passer une soirée tranquille avec ses esclaves, en compagnie de Rosaline. Au lieu de ça, les Nefarius leur avaient envoyé les Belmont, mettant à l’épreuve la patience de la vampire. Elle connaissait suffisamment ses ennemis pour savoir qu’ils ne s’étaient faits aucun espoir dans cet assaut, et que l’idée était juste de la mettre sous pression. Les tueurs avaient envoyé un de leurs dans ce harem afin d’ouvrir la voie aux autres. Mélinda devait donc gérer ça, mais, en attendant, Fusmun restait la menace la plus importante. Dans son dos, Rosaline tenait l’anneau, et intima au dragon de rester assis quand il se redressa. Ce dernier leur expliqua que l’anneau de contrôle qu’il avait exerçait sur lui un contrôle « quasi-absolu », précisant que ce contrôle total n’était tempéré que par des règles assez strictes, et pour les moins nébuleuses. Mélinda s’efforça de se concentrer, faisant appel à son légendaire sang-froid pour se concentrer exclusivement sur Fusmun, qui était actuellement recherché par la police impériale.

Il expliqua donc à Mélinda pouvoir faire tout ce qu’on souhaite, sauf une série de choses, étant entendu que ses restrictions pouvaient progressivement disparaître avec le temps, comme celle consistant à l’obliger à un rapport sexuel. Elle écoutait consciencieusement toutes ses informations, avant de voir Fusmun regarder nerveusement Bran. Mélinda intervint assez rapidement, en regardant Rosaline :

« Donne-moi l’anneau, ma chérie. »

Plus qu’heureuse d’obéir, Rosaline se rapprocha nerveusement, veillant à s’écarter de Fusmun, et lui tendit l’anneau, que Mélinda enroula rapidement sur son doigt, avant de regarder Fusmun, en croisant les bras.

« Bon ! On va essayer de clarifier les choses... Pour l’heure, Fusmun, puisque tu m’obéis, tu vas aller prendre un bain. J’ignore où tu as été, mais tu empestes, et il faut qu’on fasse le ménage. Alors, ça va de soi, mais je t’interdis formellement de t’en prendre à qui que ce soit ici, sauf s’il s’agit de défendre une personne contre une autre qui l’attaque dans des intentions hostiles. Considère par exemple que les ordres de Rosaline sont les miens. »

Rosaline déglutit sur place, en comprenant que c’était à elle qu’il allait falloir laver le corps du dragon, qui empestait effectivement les égouts, chose à laquelle Mélinda (mais aussi la jeune Rose) était particulièrement sensible.

« B-Bien, Maîtresse...
 -  Ensuite, Fusmun, nous discuterons de ce qu’il convient de faire de toi. Je t’admets que j’ai eu une impression... Nuancée sur toi. Tu es très puissant, ce qui m’attire tout particulièrement, mais aussi très sauvage. Je connais une dragonne noire qui voulait aussi que je la soumette, et... Disons que j’ai du mal à voir dans le tempérament du dragon une appétence quelconque pour la soumission. Autrement dit, il va falloir que je détermine quoi faire de toi. Pour l’heure... Va prendre un bain ! »

Mélinda hésita un peu, puis remit à Rosaline l’anneau, juste au cas où. Cette dernière se pinça les lèvres, puis ordonna à Fusmun de la suivre. Bran, de son côté, avait retiré le carreau d’arbalète, grommelant sur place, et Rosaline fila ensuite dans le couloir, rejoignant les thermes. On pouvait sentir le délicieux parfum qui s’échappait de son corps, tandis qu’elle tournait le dos à Fusmun, effrayée par lui.

Elle descendit un escalier, rejoignant finalement les bassins du harem, où on pouvait entendre quelques gloussements venant des bassins centraux. Rosaline, néanmoins, fila sur une alcôve à gauche, s’enfonçant dans un couloir, allant ainsi vers un bassin plus petit, pour une seule personne.

« Bon... Tu vas prendre ton bain ici, Fusmun... Et pas de bêtises, hein ?! Personne ne te fera de mal, mais tu ne souffles pas, ni n’attaques qui que ce soit ! »

Rosaline était terriblement nerveuse, ce qu’on devinait clairement dans la manière dont elle lui parlait, en veillant toujours à mettre quelques mètres d’écart entre eux.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Fusmun
Terranide
-

Messages: 32



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Octobre 09, 2016, 09:55:59 »

Visiblement c'était la jeune fille qui est la patronne. Car elle en imposais de part sa présence et son charisme. Elle exigea l'anneau et le mit à son doigt.

« Bon ! On va essayer de clarifier les choses... Pour l’heure, Fusmun, puisque tu m’obéis, tu vas aller prendre un bain. J’ignore où tu as été, mais tu empestes, et il faut qu’on fasse le ménage. Alors, ça va de soi, mais je t’interdis formellement de t’en prendre à qui que ce soit ici, sauf s’il s’agit de défendre une personne contre une autre qui l’attaque dans des intentions hostiles. Considère par exemple que les ordres de Rosaline sont les miens. »

Oui en effet il est vrai qu'un petit nettoyage ne me ferais pas de mal. Mais comme je vous l'ai dit, vous n'avez rien à craindre de moi! Je ne m'en prend pas aux êtres faibles et sans défenses! A moins que l'on m'agresse! De plus le transfert d'ordre est impossible. Étant porteuse de l'anneau, vous ne pouvez pas m'ordonner d'obéir à une personne qui ne le porte pas! Ce genre de chose dépend de mon bon vouloir. Mais ne vous en faites pas, il est normal que vous fassiez des erreur au début sur son utilisation.

Ensuite, Fusmun, nous discuterons de ce qu’il convient de faire de toi. Je t’admets que j’ai eu une impression... Nuancée sur toi. Tu es très puissant, ce qui m’attire tout particulièrement, mais aussi très sauvage. Je connais une dragonne noire qui voulait aussi que je la soumette, et... Disons que j’ai du mal à voir dans le tempérament du dragon une appétence quelconque pour la soumission. Autrement dit, il va falloir que je détermine quoi faire de toi. Pour l’heure... Va prendre un bain ! »

Il est vrai que nous sommes assez soupe au lait en certaines circonstances, mais a partir du moment ou ce qu'il advient de moi me conviens cela m'indiffère mais que les choses soient claires, je ne suis pas sauvage, j'ai été élevé par les humains après tout. Je ne vais pas vous sauter à la gorge sur un coup de tête. Je vous l'ai dit, je suis la pour vous servir et cela ne me dérange en aucune manière de vous servir car j'ai été élevé par les humains de cette manière. La seule chose qui me dérange c'est d'être mal traité ou de devoir tuer des êtres faibles et sans défenses sans raisons valable.

L’anneau changea à nouveau de propriétaire et je suivit la nouvelle porteuse qui semblais peu rassurée en ma présence. Je longea le couloir, rejoignant les thermes le délicieux parfum qui s’échappait de l'endroit.

« Bon... Tu vas prendre ton bain ici, Fusmun... Et pas de bêtises, hein ?! Personne ne te fera de mal, mais tu ne souffles pas, ni n’attaques qui que ce soit ! »

Comme il vous plaira!

La petite humaine étais vraiment nerveuse. J'entra dans le bain mais en ce qui me concerne, il était trop froid pour moi. Je ressortis et demanda à la porteuse de l'anneau la permission de souffler un peu pour le réchauffer. Comme elle n'avais pas trop le courage de me dire non elle m'ordonna de ne souffler que sur l'eau ce que je fis.

L'eau entra en ébulition et je demanda à l'humaine de reculer un peu car elle risquais de s'ébouillanter si sa peau fragile entrais en contact avec l'eau. Je ne sait pas si c'est ma silhouette graçieuse et féminine ou mon attitude attentionnée envers elle mais au bout d'un moment elle finit par être plus comfortable en ma présence car elle avais compris que même si je suis dangereux, j'avais un grand coeur. Je resta dans l'eau bouillante pendant deux heures soufflant de temps à autre après avoir demandé la permission à la porteuse ce qui lui fit comprendre que je suis délicats et attentionné envers mes porteurs du moments que ses derniers suivent les règles.

Je faisait ce qu'elle me disais de faire quand elle le disait, portant des serviettes pour me sécher et la soulevant délicatement par la taille pour l'aider à atteindre des objets trop haut. Elle réalisa alors que j'avais dit la vérité et que je n'étais pas sauvage, juste soupe au lait quand on me forçais à faire des choses qui allait à l'encontre de ma conscience. Elle étais maligne cette humaine.

Quoi qu'il en soit, elle retourna auprès de sa maîtresse pour lui rendre l'anneau et lui rendre compte du fait que je disais la vérité sur le fait que je n'étais pas sauvage. Certes il m'arrive de m'emporter mais du moment que je suis bien traité je suis tout gentil et tout serviable. A nouveau face à ce qui est la chef des lieux Rose lui expliqua qu'elle avais tout compris.

Ce n'était pas dur à comprendre en même temps, le principe est simple, plus on me demande d'attaquer les autres, plus je suis aggressif et rebelle et plus on me demande de défendre et d'être sage, plus je suis docile et servible. L'humaine avais tout compris et s'empressait de répéter sa découverte à sa maîtresse lui faisant comprendre que mon comportement dépendais en fait de ceux qui m'entourent et en particulier par le ou la porteuse de l'anneau.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Octobre 17, 2016, 02:32:57 »

Pour Rosaline, il était difficile de voir en Fusmun un Terranide mignon et gentil, car elle l’avait vu démembrer et décapiter un individu. Un individu qui l’avait sans doute mérité, car il s’était montré assez agressif envers lui, mais il n’empêche que Rosaline avait vu ce sinistre spectacle. Elle avait donc du mal à se rapprocher de Fusmun, à lui faire confiance. Elle lui apporta donc des serviettes, faisant toujours preuve de cette distance avec lui, lui indiquant où trouver les shampooings et le savon. Le Terranide se débrouillait plutôt bien, et elle, bras croisés, l’observait sans rien dire.

*C’est vrai qu’il a l’air assez inoffensif, vu comme ça...*

Elle se titillait les lèvres, hésitant à en savoir plus sur lui. Comment diable avait-il fait pour se retrouver avec cet anneau de contrôle ? Et puis, pouvait-on vraiment parler d’un anneau de contrôle, quand Fusmun fixait tant de conditions ? Pour elle, cet anneau n’était qu’un gadget, destiné à donner l’illusion de le contrôler, car Fusmun pouvait revenir sur un ordre s’il contrevenait à des règles qu’il se fixait lui-même. Pour elle, ce n’était tout simplement pas de la servitude, c’était une forme de soumission volontaire inversée. Dans un jeu de soumission, c’était le dominateur qui fixait les règles, et le soumis qui se remettait entièrement à lui, suivant ses désirs, l’ensemble fonctionnant par l’indéfectible lien de confiance qui unissait le Maître au soumis. La relation entre Rosaline et Mélinda fonctionnait exactement sur ce principe, mais, avec Fusmun, ce lien de confiance était biaisé par les menaces sous-jacentes qu’il faisait, et par cette inversion des rôles qu’il fabriquait. Ce n’était pas au soumis de s’adapter au dominateur, mais au dominateur de s’adapter aux envies du soumis, sous peine de se faire démantibuler sur place. Pour elle, Fusmun ne raisonnait tout simplement pas comme un esclave, ce qui expliquait aussi ses angoisses, non seulement pour elle, mais aussi pour sa Maîtresse.

Rosaline conservait ses réflexions pour elle-même, et, quand Fusmun fut prêt, et nettement plus propre, elle hocha la tête. Rosaline était une jeune femme craintive, ce qu’on pouvait clairement réaliser en voyant la manière dont elle agissait envers Fusmun, faisant preuve, à son égard, d’une prudence excessive. Cette prudence était le fruit de sa peur, et elle retourna ensuite voir sa Maîtresse. Les cadavres avaient été déplacés, mais Mélinda accueillit Rosaline et Fusmun dans une autre pièce, un salon plus agréable.

Tout en remettant à Mélinda son anneau, la jeune femme expliqua à sa Maîtresse que le dragon avait été sage. Elle hocha silencieusement la tête, un délicat sourire venant ensuite se dessiner sur ses lèvres.

« C’est très bien. Je te remercie, ma petite Rose. Mais reste donc avec nous, je te sens encore un peu nerveuse, et Fusmun ne compte pas te manger, n’est-ce pas ? »

C’était une question très rhétorique, et Mélinda ne tarda pas à se racler la gorge, tournant sa tête vers le dragon.

« Bon... Avant toute chose, Fusmun, tu dois savoir que tu t’es mis dans un joli pétrin avec ton petit numéro tout à l’heure. La garde te recherche, et, s’ils te retrouvent, ils te tueront. »

Cette précision faite, elle rajouta ensuite :

« Moi, je dois admettre que ton histoire d’anneau magique m’embête un peu. Je conçois autrement le fait de se soumettre à quelqu’un. Certes, il y a des règles et ce genre de choses, mais... Je considère qu’une relation de domination et de soumission ne fonctionne que si un lien de confiance unit le dominateur et le dominé. Je suis donc assez embêtée de devoir interagir avec toi par le biais d’un anneau, car je ne veux pas d’un artifice qui fait de moi une Maîtresse fictive. »

Elle conclut donc, en le fixant droit dans les yeux :

« Je veux que tu me serves volontairement, pas à travers un pouvoir magique dans lequel je n’ai qu’une confiance des plus modérées. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Fusmun
Terranide
-

Messages: 32



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Octobre 17, 2016, 05:37:06 »

Le bain m'avais fait le plus grand bien. Je me sentais même un peu décontracté malgré ma situation un peu compliqué. Il est vrai que je suis une créature puissante et terrifiante. Après tout, les dragons ont une sacré réputation en général. Je me sent protégé par toute la force que je renferme et c'est ce qui m'empêche de m'attacher aux personnes que je sert. Cependant, il se passa quelque chose d'inattendu que je n'avais jamais expérimenté. Je me suis retrouvé dans la salle principale avec la propriétaire de l'anneau qui remettais l'objet à sa maîtresse.

C’est très bien. Je te remercie, ma petite Rose. Mais reste donc avec nous, je te sens encore un peu nerveuse, et Fusmun ne compte pas te manger, n’est-ce pas ?

Dis Mélinda en me regardant.

Je ne m'attaque pas aux êtres faibles et sans défenses sauf s'ils sont assez fou pour s'en prendre à moi! Rose est une maîtresse honorable. Elle n'as donc rien à craindre de moi.

Bon... Avant toute chose, Fusmun, tu dois savoir que tu t’es mis dans un joli pétrin avec ton petit numéro tout à l’heure. La garde te recherche, et, s’ils te retrouvent, ils te tueront.

Humpf! Qu'ils essayent! Les humains sont faibles et fragile. Ils ne ferons pas long feu face à moi s'ils sont assez fou pour m'attaquer.

Je disais cela avec une pointe de véhémence car cette remarque avais piqué mon orgueil à vif. Il est vrai que je pouvais m'en sortir contre une trentaine de soldats réguliers mais contre des adeptes des arcanes c'était une autre paire de manche surtout que je suis loin d'avoir atteint ma forme mature. Aux yeux de mes frères dragons, même si j'ai atteint l'age mature, je ne suis qu'un nouveau né pour eux.

Mélinda rajouta ensuite quelque chose qui suscita mon intérêt:

Moi, je dois admettre que ton histoire d’anneau magique m’embête un peu. Je conçois autrement le fait de se soumettre à quelqu'un. Certes, il y a des règles et ce genre de choses, mais... Je considère qu’une relation de domination et de soumission ne fonctionne que si un lien de confiance unit le dominateur et le dominé. Je suis donc assez embêtée de devoir interagir avec toi par le biais d’un anneau, car je ne veux pas d’un artifice qui fait de moi une Maîtresse fictive.

J'en était bouche bée tellement j'étais estomaqué de tant de sagesse et d'intelligence. Mais avant que je ne puisse répondre elle rajouta en me fixant du regard :

Je veux que tu me serves volontairement, pas à travers un pouvoir magique dans lequel je n’ai qu’une confiance des plus modérées.

A ce moment précis, je compris pourquoi elle était la maîtresse des lieux. Je ressentis le désir de la servir tant je fus éblouis par son charisme. Mais comment instaurer une telle confiance. Depuis le début de ma vie, tout n'as été qu'un rapport de force entre mes maîtres et moi à cause de cet anneau et de ce fichu collier. J'eus alors un déclic, un éclair traversa mon esprit. J'avais besoin d'en avoir le cœur net... besoin de savoir si...

Mes yeux s'emplirent d'espoir, et je la regarda avec douceur et tristesse en même temps. J'avança à pas lents vers elle et posa un genoux à terre afin qu'elle me domine par la taille. Je m'inclina et dis :

Depuis ma naissance, ce collier que l'on m'a imposé est une épée de Damocles qui hante ma vie. Je n'ai jamais connu ni répit ni repos à cause de lui. Ce collier menace de mettre fin à ma vie si je n'obéit pas aux ordres que l'on m'impose, il est la seule sécurité que tu ne possèdera jamais, il est la seule garantie de mon obéissance, sans lui tu n'aura jamais plus aucune emprise sur moi. Je ne peux m'en débarrasser car un sort m'empêche de poser mes griffes dessus.

Si tu me le retire, je jure sur le feu qui alimente ma vie que je te servirais sans aucune réserve et ferais de toi ma maîtresse. Mais tu n'auras aucune autre garantie que ma parole de mon dévouement.


Les dés étaient jetés. voici donc l'instant fatidique. Telle serais son épreuve. Tout mes maîtres avaient peur de moi et se sont toujours caché derrière l'anneau pour me forcer à faire les choses. Je n'ai jamais eu droit à la moindre confiance car après tout, je ne suis qu'une bête sauvage. Personne n'as jamais voulu voir ce qu'il y avais derrière le feu, les muscles et les écailles. Si cette lady se montre suffisamment brave pour s'en remettre à moi, alors, elle gagnera mon respect et ma dévotion jusqu'à la fin des temps. Mais je ne me fait pas d'illusion, elle va refuser et se servir de l'anneau. Les humains ne savent pas à quel point l'honneur est important pour les dragons après tout. Ils préfèrent imposer le respect plutôt que l'obtenir.

Après tout, c'est ce qu'ils vont tous, elle n'est pas bien différente des autres.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #11 le: Octobre 18, 2016, 04:36:09 »

Fusmun fut surpris, très surpris, ce que Mélinda pouvait bien comprendre. Ce n’était en effet pas tous les jours qu’on faisait une telle proposition, et il en était estomaqué. Elle était pourtant sincère. La vampire n’avait pas envie de le dominer à travers cet anneau magique. Elle aimait bien la magie, mais n’y voyait qu’un outil, très pratique, mais dont il ne fallait pas dépendre excessivement. Fusmun lui indiqua donc qu’elle pouvait le commander sans son anneau, et qu’il en serait ravi, car il regagnerait enfin une certaine forme de liberté, mais elle vit, dans ses yeux, le fait qu’il ne croyait pas vraiment à cette hypothèse. Mélinda laissa planer quelques instants de silence, Fusmun ayant mis un genou à terre devant elle.

« Hmmm... »

Rosaline se mordillait nerveusement les lèvres. Elle n’irait pas jusqu’à dire qu’elle avait totalement confiance en Fusmun, mais elle trouvait sa Maîtresse un peu trop audacieuse. D’un autre côté, Maîtresse avait toujours fonctionné ainsi, avec cette ingéniosité et ce goût du challenge et du défi. Elle avait toujours eu les yeux plus gros que le ventre, défiant plus gros que soi. Elle venait d’ailleurs de retirer l’anneau de son doigt, le faisant lentement tourner entre ses ongles.

Mélinda s’éclaircit alors la gorge, et se mit à parler :

« Je ne suis pas une humaine, Fusmun. Je suis une vampire, et, tout au long de mes multiples siècles d’existence, je n’ai toujours eu qu’une parole. Je ne veux pas d’une soumission forcée, je veux que tu sois libre de me servir. »

Elle jeta alors l’anneau. Le temps aurait pu se suspendre sur ce geste, mais il fallut moins de deux secondes à l’anneau pour rebondir sur le sol, roulant près de la tête de Fusmun, filant sous son nez.

« Reprends cet anneau... Sans lui, je ne peux pas te contrôler, n’est-ce pas ? Alors, fais-en ce que tu veux. Mais, si tu comptes me servir, garde le collier, il te va bien... »

Mélinda se racla ensuite la gorge, restant toujours assise sur son fauteuil, laissant le temps à Fusmun de comprendre toute l’importance de ce que la vampire venait de faire. N’étant plus relié à elle par un collier, la puissante et belle femme se remit à parler, abordant des sujets différents :

« Comme tu l’as vu, je me suis fait de nombreux ennemis, et certains sont puissants. Ton aide me serait donc précieuse, mais je ne compte pas que t’utiliser comme garde du corps. Tu es dans un harem, Fusmun, et un dragon rose comme toi risque de plaire à bien des clients. Autrement dit, et pour ne laisser aucun doute dans ton esprit, tu risques de faire très fréquemment l’amour. Maintenant, soit tu as encore des questions à me poser, soit tu peux faire deux choses... Retirer ton collier, et partir, ou embrasser mon pied, et jurer de me servir, et d’être le plus fidèle esclave qui soit pour sa Maîtresse. »

On ne s’en rendait pas forcément compte, car Mélinda savait parler de manière calme, mais elle était très excitée par cette situation, ce qu’on pouvait voir à ses yeux, qui semblaient briller de malice, ou à ses ongles, qui s’enfonçaient contre les accoudoirs du fauteuil. Avoir un dragon à ses pieds, pour sa fierté, c’était très fort !

Elle n’attendait donc qu’une chose : qu’il vienne lui lécher le pied !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Fusmun
Terranide
-

Messages: 32



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Octobre 18, 2016, 10:06:25 »

Je ne suis pas une humaine, Fusmun. Je suis une vampire, et, tout au long de mes multiples siècles d’existence, je n’ai toujours eu qu’une parole. Je ne veux pas d’une soumission forcée, je veux que tu sois libre de me servir.

Cela expliquais bien des choses concernant son intellect et sa sagesse. Si cela se trouve, elle est bien plus âgée que moi. Difficile à dire avec les vampires. C'est alors que le temps s'arrêta pour moi. Ses mots résonnèrent dans mon esprit alors qu'elle jeta l’anneau à mes pieds.

Reprends cet anneau... Sans lui, je ne peux pas te contrôler, n’est-ce pas ? Alors, fais-en ce que tu veux. Mais, si tu comptes me servir, garde le collier, il te va bien...

Elle était sérieuse. Une longue minute de silence passa. Je ne faisais rien d'autre que de regarder l'objet. Je leva une main tremblante pour rassurer ceux qui me regarde et souffla un filet de feu draconique qui fit fondre l'anneau. J'étais.... libre. Elle m'offre la liberté comme ça? Comment?... Le choc que je ressentais étais immense et sans commune mesure. Je porta mes griffes avec fébrilité à mon collier, rien ne se passa. Je détacha la boucle pour le desserrer et pu pour la première fois de ma vie me gratter le cou. Jamais dans mes rêves les plus fous je n'avais espérer une telle sensation.

Comme tu l’as vu, je me suis fait de nombreux ennemis, et certains sont puissants. Ton aide me serait donc précieuse, mais je ne compte pas que t’utiliser comme garde du corps. Tu es dans un harem, Fusmun, et un dragon rose comme toi risque de plaire à bien des clients. Autrement dit, et pour ne laisser aucun doute dans ton esprit, tu risques de faire très fréquemment l’amour.

Maintenant, soit tu as encore des questions à me poser, soit tu peux faire deux choses... Retirer ton collier, et partir, ou embrasser mon pied, et jurer de me servir, et d’être le plus fidèle esclave qui soit pour sa Maîtresse.

Je restais silencieux et sous le choc encore une bonne minute. Je me massais le cou et une larme de bonheur naquit au coin de mon oeil. Je me sentais tellement heureux que j'avais du mal à respirer. Finalement au bout d'un moment qui sembla une éternité de mon point de vue et seulement deux ou trois minutes pour tout le reste du monde, je m'avança, prit son pied délicat entre mes mains et embrassa son pied en couinant un "Merci" puis l'émotion était tellement forte que j'embrassa son pied à plusieurs reprise en la remerciant encore et encore.

De tout les êtres que j'ai rencontrer, tu est la seule qui... m'ait accordé une telle confiance. J'imagine que tu as idée de l'importance de ton geste à mes yeux. Aussi longtemps que je vivrais, je t'en fais.... Je vous en fait le serment, de faire tout ce qui est mon pouvoir pour payer ma dette envers vous. Je protègerais votre vie au péril de la mienne s'il le faut! Vous m'avez rendu ma vie, et pour vous remercier de ce geste, je la dédie entièrement à votre cause.... Maîtresse!

Par ces mots et ce serment, je liais mon destin au sien pour l'éternité car les vampires comme les dragons vivent une éternité. Mais cela m'étais égal. Elle m'avais libéré sans arrière pensée, comme ça, gratuitement. Elle est la plus digne de tous! Elle est sans conteste digne que je la serve, digne que je meure pour elle.

Je me releva encore sous le choc, car je réalisais encore mal ce qu'il m'arrivais mais une chose était sure, la confiance et la dévotion absolue que j'avais placé en maîtresse Mélinda. Maintenant que je n'avais plus cette épée de Damocles autour du cou, je pouvais faire ce que je veux et réaliser mes rêves, et il y a une chose que j'ai toujours désiré faire, mais je ne savais pas si je pouvais. Pour tout dire, je n'osais pas demandé et décida de poser la question de manière détournée.

Donc... hem... si je travaille bien, est ce que je pourrais par exemple manger quelque chose qui me plait? J'ai en quelque sorte toujours eu envie de manger un gâteau à moi tout seul, et j'aimerais savoir si j'y aurais droit si je travaille dur?

Je me sentais un peu honteux de demander ça, mais je savais que je pouvais faire confiance à ma nouvelle maîtresse.

Pour un gâteau, s'il le faut, je pulvériserais une montagne pierre par pierre si vous me le demandez!

Lui dis-je avec des étoiles plein les yeux.

Il est vrai que c'est un peu puéril mais en même temps il ne faut pas oublier que je suis relativement jeune pour un dragon. Mais je comprenais à présent pourquoi Rose désirais si vivement sauver la vie de maîtresse Mélinda. Elle en vaut la peine. Graçe à elle, j'allais aborder l'avenir avec sérénité. Cependant, je n'avais aucune idée de ce que je devais faire ni comment le faire. Bah! à mon avis, il me suffira juste de cramer les gens avec des armes et les magiciens. Même si je suis loin de mon stage d'évolution final, quelques humains ne sont pas un gros problème.

Et donc! Que dois je faire concrètement?

Demandais-je.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Octobre 19, 2016, 04:00:48 »

Le bonheur de Fusmun était presque communicatif, et illustrait très bien, aux yeux de Mélinda, toute la différence entre la servitude et la soumission. Pendant toute sa vie, Fusmun n’avait pu que suivre, qu’obéir, en étant privé, dans une très grande mesure, de son libre-arbitre. Certes, avec l’anneau, il y avait des ordres qui permettaient de le libérer de son conditionnement, mais ces ordres étaient tout de même assez marginaux. Libre, Fusmun avait maintenant volontairement choisi de se soumettre. Ce n’était pas du tout la même logique, et la petite vampire ne put que se mordiller les lèvres quand le petit dragon rose vint déposer plusieurs baisers sur son pied, acceptant de se soumettre à elle. Un sourire ravi naquit sur les lèvres de la vampire.

*Et volilà, ce n’est pas plus compliqué que ça...*

Du moins, pour l’heure. Mélinda était bien placée pour savoir que les dragons n’en faisaient souvent qu’à leur tête. Elle avait eu l’occasion de l’observer avec Ishtar, et, même si Fusmun était un dragon plus soumis qu’elle, elle ne prendrait pas de risques inutiles... Même si, après tout, en lui ôtant son anneau, elle en avait déjà pris beaucoup. Ravi, Fusmun était au bord des larmes, tandis que les yeux de la vampire pétillaient de malice, cette dernière étant déjà en train de penser à des choses plus intenses à faire avec lui.

Il avoua alors vouloir un gâteau, et elle ne put s’empêcher de sourire, gloussant aussi un peu devant cette demande.

« Un cadeau, hein ? Pourquoi pas... Mais, ici, Fusmun, tout se mérite. Si tu veux un gâteau, tu dois donc... Le mériter. »

Qu’avait-elle en tête en disant ça ? Tout allait bientôt devenir très limpide pour Fusmun, mais, avant ça, Mélinda continuait encore à prendre son temps. Après tout, il n’y avait aucune urgence, et elle voulait savourer son nouvel esclave. Même Rosaline commençait à se sentir vraiment détendue, en réalisant que le pire était effectivement derrière elles. Mélinda se racla donc tranquillement la gorge, et pencha la tête vers Fusmun, en poursuivant :

« Pour commencer, tu vas lécher mes pieds et mes jambes, et, tout en faisant ça, et en observant combien ta Maîtresse est belle, tu vas me dire... Me dire si tu as déjà eu des aventures sexuelles, et quelles sont tes préférences en la matière. Ensuite... Sache juste que tu auras un gâteau ce soir, si tu fais ce que ta Maîtresse souhaite. »

Elle n’en disait pas trop.

Il fallait bien ménager un peu le suspens.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Fusmun
Terranide
-

Messages: 32



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Octobre 19, 2016, 05:32:46 »

« Un cadeau, hein ? Pourquoi pas... Mais, ici, Fusmun, tout se mérite. Si tu veux un gâteau, tu dois donc... Le mériter. »

J'en suis conscient! C'est pour cela que je demande ce qu'il est nécessaire de faire pour obtenir cette faveur.

Pour commencer, tu vas lécher mes pieds et mes jambes, et, tout en faisant ça, et en observant combien ta Maîtresse est belle, tu vas me dire... Me dire si tu as déjà eu des aventures sexuelles, et quelles sont tes préférences en la matière. Ensuite... Sache juste que tu auras un gâteau ce soir, si tu fais ce que ta Maîtresse souhaite. »

Cette maîtresse ci aimait bien les léchouilles apparemment. Dans mon esprit, c'était une bonne chose car la magicienne dont j'étais au service avant elle était un peu pareil et s'occupait bien de moi. De plus sa peau et ses jambes sont tout à fait adorable et embaument mon odorat de son parfum. J'ai toujours eu un faible pour les parfums féminins. Quoi qu'il en soit, je m'allongea à plat ventre devant elle et sortit ma longue langue pour l'enrouler autour de son mollet.

Ma langue est très chaude, suffisamment pour donner la sensation à ma nouvelle maîtresse qu'elle venait de plonger sa jambe dans un bain d'eau chaude. Je la regarda avec un air reconnaissant car la liberté qu'elle m'avais offerte était le plus beau des cadeau que l'on pouvais me faire. Je rengaina alors ma langue pour parler un peu et entre coupa mes phrases de coup de langue entre ses orteils délicats.

Dans le domaine du charnel, je n'ai jamais eu d'expérience de mon propre chef. Néanmoins deux de mes maîtres, .... enfin une à eu des relations avec moi. Le premier était un homme qui à tenté de me forcé à lui faire un plaisir oral alors que je n'était qu'un enfant d'a peine 107 ans. Comme vous vous en doutez, ça c'est mal finit pour lui car j'ai arraché son membre d'un coup de dent avant de le manger lui. La première personne à avoir eu des vrai relations charnelles avec moi fut une magicienne.

J'avais atteint la puberté et elle à découvert que je ne pouvais plus me soustraire aux ordres de type charnels. Et je peux vous dire qu'elle ne m'as laissé presque aucun répit. Je n'imaginais pas que les futas humaines étaient aussi insatiable. Néanmoins, elle à pris soin de moi et c'est l'une des seules maîtresses à être morte de vieillesse. Quand à savoir ce que j'aime, difficile à dire car je n'y ait jamais trop songé jusqu'à présent. Je suis certes habitué à la soumission au niveau charnel et je dois avouer que l'idée d'être au dessus m'effraie un peu car je suis trop lourd et fort pour dominer qui que ce soit sans lui faire mal.

Et je répugne l'idée de faire du mal aux êtres faibles. Cependant avoir été l'objet sexuel d'une futa eut été une expérience particulièrement agréable car pour une fois cela me donnais l'impression d'être celui que l'on protège. J'avais l'impression d'être un petit chaton tout mignon à tel point qu'elle m'avais offert une tenue de Neko maid! Mais hélas le temps à eu raison d'elle et de cette tenue que j'aimais.


Je ne lui cachais rien. Tout en parcourant ses jambes avec ma langue ardente, je lui racontais mes sentiments, mes fantasmes, comme ma curiosité envers les autres mâles ou mon fantasme sur le fait de me retrouver attaché et sans défenses face à une troupe d'herbivores en chaleur avide de se venger à leur manière du prédateur que je suis. Même si je doute que cela puisse arriver car à ma connaissance, il n'existe aucune entrave permettant de retenir un dragon. De plus même s'il y en existais, aucun herbivore n'oserais m'approcher à moins de 50 mètres.

Je lui parla aussi du fait que j'aimais bien les tenues et les parfum féminin et que les tenues de maid se mariait bien avec ma couleur violette naturelle. Je ne lui cachais rien, et l'admirais tout en parcourant ses pieds et ses mollets de ma langue afin de la satisfaire dans l'espoir aussi un peu intéressé d'avoir un gâteau pour moi tout seul. Si je plonge l'intégralité de ma mâchoire dans un gâteau au chocolat alors je pourrais mourir heureux ce soir!

De toute manière, quoi qu'elle me demande, je le ferais, car ma reconnaissance à son égard n'a aucune limite. Je n'avais pas peur de tout lui dire car je savais que c'était infaisable de me rendre sans défense ou de restreindre mes mouvements. Aucun acier n'y est jamais parvenu. Quand j'avais genre 30 ou 40 ans c'était peu être possible mais plus maintenant! Je suis hélas trop fort pour cela. Je me demande ce qu'elle peux bien penser de mon amour des futas et de ma curiosité envers les mâles. Je lui ajouta que j'aimais aussi les femelles mais que je n'ai jamais eu d'expériences avec de vraies femelles. Mais si quand bien même si un jour j'en ai l'occasion, il sera préférable pour la femelle d'être au dessus et de me dominer afin d'éviter de se faire écraser par mon poids car même si je n'en ait pas l'air avec ma silhouette svelte et féminine je pèse quand même plus de 200 Kg.

Ma morphologie m'empêche donc toute forme de domination envers les autres sauf les dragonnes bien entendu qui sont assez puissante et solide pour résister à mes ébats car si je le faisait avec une humaine ou une vampire, je risque de briser plusieurs os dans la fougue de l'instant. Car dans les moments intense comme l'acte sexuel il est juste impossible pour moi de contrôler ma force. C'est pourquoi je préférait rester dans la position du soumis. Mais en dehors de cela, je lui avoua quand même apprécier être soumis.

Après avoir finit de tout raconter, je la regarda pour lui faire comprendre que j'avais tout dis et lui demanda:

J'ai bien travaillé?
Journalisée


Tags: dragon  _femboi  _gore  sperme  futanari  stomach_deformation  cum_inflation  monter_girl  
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox