banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Another Perfect Day [Magdalena]  (Lu 1210 fois)
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« le: Octobre 03, 2016, 01:20:52 »

Cette sale petite pute d’étrangère ! Avec ses gros pis et son sourire de pétasse. Kaori était verte de rage, mais comme nombre de femmes aveuglées par l’amour, elle n’en avait pas après son fiancé infidèle, Kenjirô, qui avait décidé de vider ses couilles dans la chatte d’une blondasse. Plutôt, elle en voulait à mort à la dite blondasse, qui avait séduit son Kenji’ si parfait et innocent. Oui, c’était sa faute, mais elle allait payer.

Kaori n’était pas n’importe qui, c’était une sorcière, une vraie de vraie. Elle pactisait avec des démons de toutes les mythologies, tous plus cruels les uns que les autres. Et elle aurait sa vengeance, elle laverait le nom de son chéri en ternissant la réputation de Magdalena, car c’était ainsi que s’appelait la pauvre conne aux gros seins qui avait osé abuser de Kenji et de son hospitalité.

Les larmes aux yeux, la haine des femmes bafouées dans la voix, elle avait invoqué le démon le plus puissant qu’elle connaisse. Elle était prête à tout, même à céder l’âme de l’enfant qui prenait vie dans son ventre, pour obtenir sa vengeance. Les paroles avaient été récitées à la hâte, invoquant une forme de colosse, un monstre de muscles et de virilité. Il avait accepté la mission, calmement.

« Je veux que cette truie aie la chatte tellement ruinée qu’elle ne pourra jamais plus baiser un seul homme ! Je veux que vous la cassiez en deux, que vous la traquiez et la fassiez souffrir ! » C’était l’ordre, formel, de Kaori, qui venait en échange de l’âme de sa fille, même pas encore venue au monde. Helel avait accepté, mais pas parce qu’il accordait de la valeur à une sorcière de pacotille, non. Juste par ennui, et parce que cette idée l’amusait.

Il avait obéit. Des jours durant, il avait traqué la jeune femme. Invisible, il l’avait touchée dans des bus bondés, un contact léger, suffisant pour qu’elle le ressente, mais trop bref pour qu’elle s’y fasse. Alors qu’elle rentrait chez elle, il avait fait du bruit, des bruits inquiétants qui lui signalaient qu’on la pourchassait. Jamais il n’avait pris sa véritable forme pour cela, se déguisant à la perfection.

Dans la boite aux lettres de Magdalena, il y avait des photos d’elle qui l’attendaient. Des photos de son cul stringé, qui se voyait sous les pans de sa jupe, des photos de ses lèvres humides après une glace, une boisson, des photos de pervers. Elles étaient signées. « Je vais te violer. », « Je vais te faire hurler, sale truie », tant de charmantes déclarations.

Puis les lettres menaçantes qui parlaient de violences sexuelles, couvertes de foutre poisseux, les capotes usagées qui sentaient la cyprine et le sperme. En somme, il y avait un malade mental qui en avait après Magdalena. A voir si cela l’excitait ou lui faisait peur, car Helel, dans son imagination débordante, ignorait à quel point seulement l’humaine était une petite pute.

Mais, ce soir, il aurait l’occasion de le découvrir. Cela faisait deux semaines qu’il avait envoyé mots d’amour tachés de sperme et photos signées à Magdalena. Maintenant, il comptait la violer. Réellement, sans douceur, comme le faisaient les véritables démons. Silhouette inquiétante, arborant sa forme habituelle pour la première fois, dans une tenue de motard, il avait suivi les formes aguicheuses de la caucasienne, au travers des rues sombres de la Toussaint.

« Alors, salope, tu as eu mes petites lettres ? » Demanda-t-il, passant son bras autour du cou de Magdalena, par derrière en lui bloquant la respiration, alors que sa queue inhumaine, contenue par son jean, trouvait sa place entre les fesses galbées de la blondasse. « Mhhh, tu sens bon. » Lui puait, il puait le mâle excité, la virilité et la violence. « Te débats pas ou j’t’encule sur place, après avoir violé ta gueule de truie. » Menaça-t-il en appuyant de sa queue contre les jolies fesses de sa proie.
Journalisée

Magdalena Takao
Humain(e)
-

Messages: 147

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Octobre 03, 2016, 03:20:24 »

Elle ne se rappelait plus comment mais elle avait fini dans le lit d'un homme extraordinaire, une queue parfaite qui l'avait fait jouir comme jamais elle n'avait jouit avant. Et puis ce goût sucré quand elle l'avait sucer comme une ogresse l'avait rendu folle. Magdalena n'avait même pas demander son nom à cet homme qui l'avait honorer d'une bien belle manière mais son minou s'excitait tout seul rien qu'en y repensant. Cela avait été vraiment exceptionnel.

Mais étrangement depuis cette nuit là, il ne lui arrivait que des choses bizarres. Elle se sentait suivi et elle avait l'impression qu'on venait la tripoter parfois mais elle ne voyait personne. Et puis elle reçu des lettres de menace de viol avec des photos et des capotes usagéses.

 Ce n'eut pas vraiment l'effet escompté, la bimbo trouva cela extrêmement excitant. Et se touchait en sentant les capotes en espérant que ce soit l'odeur de son futur agresseur. Elle avait vraiment une case en moins et elle multipliait les sorties nocturne en tenue de plus en plus courte pour que le pervers qui l'excitait vienne se l'offrir.

Et puis ce soir là, elle eût enfin ce qu'elle attendait. Elle se fit aborder par l'inconnu des lettres qui lui pressait la gorge en voulant l'étouffer pendant qu'il plaçait son sexe encore emprisonné contre ses fesses en lui parlant comme elle aimait. Se faire enculer si elle se débattait... ni une ni deux elle commença à se débattre, n'ayant absolument pas conscience que ce n'était pas un homme ordinaire.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #2 le: Octobre 04, 2016, 04:26:22 »

Le foutre d’un démon possède des propriétés étranges sur les femmes, de même que la cyprine d’une diablesse peut faire perdre la raison à un homme. Aussi, et bien qu’elle soit déjà une putain irrécupérable, Magdalena s’était-elle mise dans de beaux draps en utilisant les capotes usagées d’Helel pour se soulager. Comme une drogue qui lui mangerait le cerveau, elle deviendrait accro, jusqu’à ce que plus rien d’autre ne compte pour elle que de pouvoir goûter ce foutre à nouveau.

Helel ? Il avait baisé les salopes les plus délurées de tous les Enfers. Il avait violé des succubes qui fantasmaient à l’idée de servir d’urinoir public, baisé des chiennes qui trouvaient leur plaisir en se faisant prendre par une portée de loups sauvages. Des choses qui feraient pâlir de dégoût un humain normal, encore. Mais rien n’aurait pu le préparer à ce qui allait suivre.

Certes, il avait une grosse bite bien veineuse et dure, mais ce n’était pas pour exciter ses victimes. Non, n’importe quelle femme aurait pu réaliser qu’un calibre du genre, plus proche de la batte de baseball que d’une vraie queue, ferait un mal atroce. Aussi fut-il légèrement surpris de sentir la jeune femme se débattre, mais il mit cela sur le compte de la peur qui devait s’emparer d’elle.

« Soit t’es complètement conne, soit t’es la dernière des chiennes. » Sa main libre déchira sèchement le haut de la caucasienne, et brisa l’armature de son soutien-gorge comme si c’était un morceau de papier, s’offrant la poitrine énorme. « Avec des pis pareils et une tenue de petite pétasse comme ça, j’imagine que c’est les deux. » Il se mit à ricaner, pinçant fort les petits mamelons adorables de Magdalena.

Qu’elle ne s’y trompe pas, aussi belle et sexy puisse-t-elle être, Helel prendrait un malin plaisir à la faire souffrir tout autant que jouir. Au contraire, il aimait ternir la beauté. Elles n’étaient jamais aussi belles que lorsque leur maquillage coulait contre leurs joues, que lorsque leurs beaux yeux se révulsaient, alors qu’il leur baisait la gorge, sauvagement.

Il lui serrait le cou en humant bruyamment son parfum, la léchant à pleine langue par moment, son sexe massif pointant entre les fesses de Magdalena, qui s’écrasaient très clairement contre lui. Incroyable, est-ce que la situation était en train d’exciter cette pauvre idiote ? Si c’était le cas, Helel avait un nouveau plan. Il sourit, sans que sa victime puisse le voir, car il était toujours dans son dos.

« Très bien. Je vais baiser ta sale petite gueule, puisque tu insistes. » Il se moquait d’elle, lui limant la langue de ses deux doigts, lui baisant déjà la bouche avec l’index et le majeur qui avaient maltraité ses mamelons adorables. « Salive bien pour moi, sale pute. »

Il la jeta négligemment sur une benne à ordure, une place de choix pour une pute de bas-étage comme Magdalena. Pour la première fois, elle pouvait le voir, et elle pouvait voir le sexe colossal qu’il avait sorti de son pantalon. Un premier indice qu’il n’avait rien d’humain, mais la surprise de son identité attendrait une prochaine rencontre.

« Ouvre. » Ordonna-t-il en lui giflant la gueule de son beau sexe bien dur. Il l’avait allongée sur le dos, la tête dans le vide qu’il maintenait en arrière, tirant la jolie crinière blonde de Magdalena. Il avait l’angle parfait, dans cette position, pour baiser la bouche de la blondasse avec autant de délicatesse que s’il défonçait la chatte d’une pute de profession. « Allez salope, allez ! »

Il ne lui laissait même pas le temps d’obéir, la fouettant encore de sa grosse queue, pressant ses couilles odorantes contre son petit nez délicat et ses lèvres pulpeuses. Il sentait le fauve. Une de ses mains passa sur la gorge de Magdalena, indiquant clairement qu’il n’allait pas se retenir. Son bassin musculeux entama une longue poussée terriblement intense.

« Ooooh, aussi serrée qu’une chatte de vierge. » Complimenta-t-il en baisant puissamment mais lentement la gueule de Magdalena, ses couilles s’écrasant sur son nez.
Journalisée

Magdalena Takao
Humain(e)
-

Messages: 147

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Octobre 04, 2016, 11:44:57 »

Foutre de démon aphrodisiaque ou non, Magdalena avait toujours été excitée par ce genre de chose. Se faire attraper par des pervers puis violer sur place ne lui faisait pas peur, au contraire, elle trouvait cela excitant de pouvoir se faire prendre par une queue inconnue n'importe quand. Elle n'était jamais plus heureuse que lorsque celui qui la baisait y aller le plus brutalement possible en ayant pour but premier de la faire souffrir. Elle aimait se faire violer, enfin pouvait t'on vraiment parler de viol lorsqu'elle se promenait délibérément dans les quartiers les plus malfamé habillée du strict minimum avec l'intention de se faire agresser.

C'était bien pour ça que malgré toute la violence dont faisait l'inconnu qui la maintenait, elle n'avait pas peur mais qu'elle était excitée au plus haut point. Se faire déchirer les vêtements ainsi la fit doucement gémir. Elle en profitait aussi pour frotter ses fesses contre l'imposant pieu de chair encore emprisonné, c'était incroyablement gros et commençait déjà à sentir son intimité s'humidifier.

Quand il lui mit les doigts dans la bouche, la bimbo ne pût s'empêcher de les sucer comme elle le ferait avec un chibre, elle n'avait aucune limite. Elle couina cependant lorsqu'elle de fit jeter au milieu des poubelles, faisant se renverser une benne. L'odeur était forte mais loin de décourager la victime, cela l'excita encore plus, elle aimait les truc sales.

Elle regardait avidement le sexe libéré du démon, une véritable matraque de chair qui fit saliver la blonde, elle risquait d'avoir mal avec ce genre d'engin mais elle s'en fichait, elle voulait rajouter ce spécimen à son tableau de chasse. Elle ouvrir donc la bouche bien en grand lorsqu'elle en fût obligée et elle accueilli avec plaisir cet immense pieu. Elle pressait fortement ses lèvres sur lui et tournait énergiquement sa langue tout autour, n'oubliant aucun millimètre de peau passant à portée. Une de ses mains vint par habitude stimuler son entrejambe avec deux doigts pendant que sa bouche se faisait prendre d'assaut.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #4 le: Octobre 05, 2016, 11:00:23 »

Pas un mot, pas une supplique. Rien. Magdalena ne faisait que sucer avec envie et ouvrir bien grand la bouche pour accueillir le chibre de son nouveau maître. C’était assez déconcertant, il fallait l’avouer. Mais si c’était une pareille salope, Helel serait bien obligé de lui montrer comment les démons faisaient l’amour. Posant sa puissante main, calleuse et chaude, sur la gorge de Magdalena, il s’enfonça d’une traite en elle.

Pour lui, c’était un régal. Pour elle, ce devait être atrocement douloureux. Il était énorme, il lui déformait la gorge avec violence, et par-dessus le marché, il se branlait allègrement en utilisant sa petite gorge, sur laquelle il serrait bien fort. Ses mouvements étaient lents, cherchant à étouffer Magdalena à petit feu, son gros sexe lui ramonant la gorge de façon à ce que ses jolis yeux se révulsent.

« J’espère que tu as mal, ma jolie. » S’amusa le démon en serrant un peu plus fort le cou de la blondasse, s’arrachant à lui-même un gémissement rauque de plaisir. Il n’était pas étonnant qu’une pauvre pute comme elle ait une vraie chatte de vierge à la place de la gorge. Helel n’avait encore jamais réussi à s’enfoncer totalement dans l’œsophage d’une humaine, mais il comptait bien essayer. « Étouffe-toi, salope. »

Il poussa bien fort, écrasant complètement ses couilles sur le nez de Magdalena, tous les muscles de son bassin se contractant admirablement. Sa queue déformait l’œsophage de manière visible, formant une bosse dans la gorge de la jeune femme, une bosse que le beau diable se branlait allègrement, sans aucun respect pour la blondasse, qui devait s’étouffer lentement en se faisant écraser la trachée.

« Mmmmmh ! Divin. » Il ricana légèrement, quittant la gorge de Magdalena d’une seule traite, lui ravageant la gueule en s’extrayant aussi vite. Elle allait avoir sacrément mal à la gorge, demain. Quant à Helel, il put constater que le pré-foutre avait déjà commencé à suer de son tronc d’arbre, comme une sève crémeuse qui avait marqué la bouche de Magdalena, l’imprégnant d’une odeur mâle. « Ma parole, mais tu te touches en te faisant violer la gueule ! » Il haussa les sourcils. Quoi ?

Visiblement tombé sur la dernière des putes, le démon s’arrêta un court instant. Qu’elle soit une incorrigible salope ne l’empêcherait cependant pas de mettre son plan en action : elle ne pourrait plus jamais baiser un humain sans se sentir vide et insatisfaite. Pour l’heure, le beau diable décida de continuer sur sa lancée, et de lui matraquer la gorge.

Il se renfonça d’un coup sec, dans un râle de plaisir. Cette fois, il n’y allait pas doucement. Il se mit à baiser très littéralement la face de Magdalena, lui giflant les joues quand il reculait, et que son gros gland formait une bosse dans la bouche de la blondasse. Mais ce n’était pas suffisant, il lui fallait mieux, plus étroit. Il dégagea les doigts de Magdalena de sa chatte.

« Tu n’as pas le droit d’utiliser ta chatte, c’est bien compris ? Aujourd’hui je m’occupe de ton cul. » Il avait un sourire malsain au visage. C’était la première fois qu’il violait Magdalena, mais ce ne serait certainement pas la dernière. Il s’extirpa de sa bouche. Il avait envie de l’entendre parler, qu’elle prouve par ses mots à quel point elle n’était qu’une grosse pute. « Je vais te violer tous les jours, quand tu t’y attendras le moins. Je viendrai te baiser pendant ton sommeil, t’engrosser dans les toilettes de ton lycée ou venir baiser ta bouche quand tu seras dans ton bain, qu’est-ce que tu en dis pauvre sac à sperme ? »
Journalisée

Magdalena Takao
Humain(e)
-

Messages: 147

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Octobre 06, 2016, 12:47:56 »

Sa bouche était un véritable champ de bataille, pilonné de partout par cette délicieuse queue de sadique. Oui, elle aimait cette violence qui lui faisait mal à la gorge, elle aimait sentir cette si grosse queue la ramoner de la sorte, faisant une bosse dans sa gorge à chaque coup. Même en se faisant serrer le cou pour qu'elle soit plus serrée elle passait un incroyablement moment malgré qu'elle commence à étouffer et tourner de l'oeil. C'était si bon comme sensation quand elle se retrouvait avec ses couilles sur le nez, signe que tout était chaudement abrité dans sa gorge.

Quand il se retira, ce fût tout aussi brutal, raclant tout sur son passage. Elle tremblait de plaisir. Et puis il recommença encore plus puissamment après, elle en devenait folle. Le plaisir qu'elle prenait était bien supérieur au mal qu'il lui infligeait. Cela dura un petit moment puis il se retira de nouveau afin d'exposer la suite du traitement. Elle le regarda en se léchant les lèvres :

"Viens aussi me baiser dans le métro devant tout le monde et même fais le quand je vais chez mes parents, qu'ils regarde en direct ou mieux encore, quand je suis avec un autre mec, viens me prendre. Et puis ramène des copains aussi, je veux tous les connaître au point de reconnaître qui et qui rien qu'en sentant une queue dans ma chatte. J'aime la bite, j'aime la baise, j'aime le sperme alors viens me casser le cul."

Comme si de rien n'était, elle se mit à quatre pattes, dos à lui, attendant son empalement.
« Dernière édition: Octobre 06, 2016, 01:15:37 par Magdalena Takao » Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #6 le: Octobre 06, 2016, 11:14:01 »

Helel n’en croyait ni ses yeux, ni ses oreilles, et encore moins sa queue. Cette pute était une véritable folle, complètement accro au sexe et à la violence. Cela était très loin de décourager le beau diable cependant, au contraire il avait très envie de la mettre à l’épreuve. Elle lui proposait des scénarios tout aussi plaisants les uns que les autres.

« Eh, tu as de l’imagination pour une petite vache à lait bouffeuse de foutre. » Il faisait dans le lyrisme, question sobriquets, mais la pétasse savait parfaitement le chauffer. Souriant légèrement, il s’approcha d’elle lorsqu’elle lui tendit son cul. Ce n’était pas aussi excitant que de la baiser en public, de l’humilier devant sa famille ou de la dérober à un autre, mais c’était un bon début.

Son sexe brulant se colla contre la chatte et le petit cul de Magdalena, irradiant  d’une chaleur intense, dont un humain normal était bien incapable. La blondasse semblait être une pute masochiste, et c’était tant mieux, car son diable de violeur comptait lui faire mal, délicieusement mal. Guidant son gros gland gonflé, il entreprit de commencer à l’enculer, le sexe bien lubrifié par le brutal facefucking du début.

« Je vais te fracasser le bassin, espèce de petite conne. » Il lui agrippa brutalement les cheveux, lui tirant la tête en arrière pour l’obliger à hurler tandis qu’il commençait à s’insinuer dans son cul, la déchirant comme jamais on ne l’avait déchirée. Il grognait son plaisir, poussant un long râle rauque quand enfin son aine musculeuse rencontra les fesses de la petite pute. « Aaaah ouais, un bon gros cul de chienne. » Il soupira de plaisir, et gifla brutalement le derrière rebondi de la petite blondasse.

Helel n’avait pas menti. Il n’était allé lentement que pour les premiers va-et-vient, avant d’entamer un rythme plus violent, une main sur la taille de Magdalena, l’autre fermement ancrée dans sa chevelure. Il était impétueux, impitoyable, fracassant violemment le cul de sa proie, poussant de longs râles de plaisir qui allaient au même rythme que le bruit moite de son aine cognant les fesses de la petite blonde, lui rougissant la peau tant il y allait fort.

Il lui retournait le cul sans la moindre pitié, et la douceur ne l’étouffait pas le moins du monde, alors qu’il défonçait violemment les entrailles de sa proie. Si la gorge de Magdalena ne lui avait pas fait comprendre que son amant n’avait rien d’humain, l’énorme pieu qui lui écartelait le cul le ferait bien vite. Malgré la pression de cette brutale sodomie, Helel ondulait vite et fort, ramonant le fion de la blondasse aussi rapidement que s’il était dans sa petite chatte.

« Mhhh, tu veux plus fort, pétasse ? »
Demanda le colosse, s’y prenant alors avec tant de violence qu’il se sentait presque capable de fissurer le bassin de son amante. Il lâcha sa chevelure blonde, pour poser sa seconde main sur la taille de Magdalena, si énorme qu’il l’enserrait sans peine de ses paluches de monstre. Elle était une petite chose entre ses mains, et il était presque en train de la casser en deux.

Mais peut-être la jeune humaine n’attendait-elle que ça… Un monstre capable de véritablement la briser en deux sur son sexe.
Journalisée

Magdalena Takao
Humain(e)
-

Messages: 147

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Octobre 06, 2016, 11:59:15 »

Elle n'avait absolument aucune limite dans sa pratique du sexe, absolument aucune. Elle avait perdu sa virginité d'elle même avec son frère à un âge ou on joue encore à la poupée. Elle avait écarté les jambes pour se faire prendre par un chien. Elle s'était fait transpercer de part en part par un poulpe géant. Elle se promenait exprès dans les quartiers sensibles presque nue pour se faire violer. Ellle aimait se faire dominer comme jamais et souffrir pour jouir comme une grosse salope. Elle n'avait aucun tabou, son objectif dans la vie c'était de baiser avec le plus de queue possible. Alors, non elle n'avait pas peur d'un harceleur pervers à la queue grosse comme une batte de baseball, au contraire ça l'excitait.

Elle avait adoré le défonçage de gorge qu'elle avait subit et en ce moment elle criait en se faisant sauvagement sodomiser. Son corps était mis à rude épreuve mais
elle prenait un pied fout en se faisant labourer de la sorte. Il allait si fort qu'une bosse apparaissait sur le ventre de la blonde.

Elle rêvait de se faire démonter de la sorte alors elle se fichait bien de savoir qui il était et pourquoi il faisait ça. Elle qu'il continue encore et encore.

"Plus vite, plus fort, plus loin. Fais moi connaître l'enfer que ce devienne mon paradis. Je suis ta pute, ta salope, ta chienne alors démonte moi comme jamais t'as démonter une salope.
« Dernière édition: Octobre 08, 2016, 12:59:24 par Magdalena Takao » Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #8 le: Octobre 08, 2016, 05:36:39 »

Magdalena n’avait pas usurpé sa réputation de salope. A vrai dire, Helel trouvait, même que Kaori était bien en dessous de la réalité. Cette femme n’avait clairement pas une libido d’humaine. Mais c’était tant mieux. Si le sexe la rendait à ce point accro, le beau diable tenait le bon bout pour la torturer. Quoique pour l’instant, il lui tenait surtout la taille, et lui défonçait bien fort le cul.

Il se foutait pertinemment de faire du bien à son amante. Pour lui, elle n’était qu’un vide-couilles sans intérêt. Il prenait un grand plaisir à lui faire mal en percutant son délicat petit cul, en lui raclant violemment les entrailles de son gland, la harponnant avec fureur. Les bruits de claquement en éclipsaient presque les cris et grognements de plaisir, tant Helel mettait de l’ardeur à briser les fesses de Magdalena.

« Sale pute. » Grogna le fauve en appuyant la tête de la blondasse sur la benne, la juste place pour un sac à foutre comme elle. Il lui cracha au visage, ricanant lourdement en l’écrasant de son poids. Il était musculeux, massif, étouffant fort la jeune femme en lui déformant le ventre. Et il ne ralentissait pas, faisant presque entièrement entrer puis sortir son sexe du fondement bien ramoné. « Oooooh ouais ma salope, casse-toi dessus, crève sur ma bite pauvre pute. » Elle l’avait décidemment bien remonté.

Il voulait clairement lui casser les reins en s’écrasant contre elle, en faisant rebondir son aine musculeuse contre ce cul indécent qu’elle exhibait. Putain qu’il prenait son pied. Ce n’était pas souvent qu’il pouvait se soulager comme ça, même en Enfer. Aussi en profitait-il pour violer la petite bouche de Magdalena avec ses doigts, les lui faisant pomper.

« Entraine-toi bien pétasse, la prochaine fois je viendrai avec des amis pour casser ton petit cul. » Il se mit à rire, lui giflant le cul et s’y enfonçant bien profondément. « On va rentrer à plusieurs, je te préviens, j’espère que tu ne vas pas t’évanouir, ma salope. » Il lui gifla doucement le visage pour lui rappeler qu’elle n’était qu’une bonne à rien, qu’une putain d’avaleuse de queues.

Elle devait se montrer reconnaissante de ces insultes, de cette violence. Le démon lui faisait un grand honneur en la perçant de son gros chibre veiné et brulant, en lui retournant le cul comme s’il s’enfonçait dans un écrin qui lui appartenait. Il prenait sans demander, terriblement violent et sans le moindre respect pour Magdalena, la petite poupée de chair salope qu’il défonçait allègrement.

« Comment est-ce que tu trouves ma queue, pute ? » Demanda le séduisant salaud en tirant doucement sur la chevelure de Magdalena pour qu’elle le regarde droit dans les yeux. Il aimait les voir se briser sous ses yeux, quoiqu’il n’ait pas eu à faire grand-chose pour que la petite blondasse lui cède. Sa main qui lui serrait encore la taille vint se placer autour de son cou, sur lequel il serra doucement pour asphyxier un peu son amante. Qu’elle ne ressente que le sexe qui la défonçait.
Journalisée

Magdalena Takao
Humain(e)
-

Messages: 147

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Octobre 08, 2016, 01:30:17 »

Elle trouvait ça tellement bon, toute cette violence lui faisait mal évidemment mais ce n'était rien comparé au pied monumental qu'elle prenait. Elle sentait le moindre mouvement qui lui raclait les entrailles à lui en déformer le ventre tellement c'était profond. Elle hurlait fort de plaisir, elle en perdait la tête, elle en voulait toujours plus.

Elle couina lorsqu'elle fut plaquer contre la benne, il y allait de plus en plus fort en faisant claquer son corps contre le sien brutalement. C'était un véritable bélier qui s'activait pour la défoncer. Elle ne pourrait sans doute pas s'assoir pendant un moment après une telle sodomie sauvage mais ça lui était égal, elle adorait ça. Elle lui suça les doigts lorsqu'il vint les lui mettre dans sa gorge. Elle en mouilla instantanément quand il parlait de rentrer dans son cul à plusieurs avec des amis, elle n'attendait que ça.

Elle ne réagissait pas aux insultes, pour elle ça faisait partie des choses qui l'excitaient. Elle se laissa aussi tirer les cheveux et le regardait droit dans les yeux avec un regard plus enflammé que jamais. Comment elle trouvait sa queue ? C'était une question à la réponse simple :

"Ta queue, elle est délicieuse. Elle me fait mouiller comme jamais."

Elle se léchait les lèvres avant qu'il ne lui serrer le cou. Elle se laissait totalement abandonner au pur plaisir qu'elle prenait.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #10 le: Octobre 08, 2016, 11:59:33 »

S’il y avait une humaine pour qu’Helel assouvisse toutes ses pulsions, même les plus violentes, Magdalena était clairement toute indiquée. Cependant, il comptait faire durer le petit jeu. Ce n’aurait pas été une traque digne de ce nom si le beau diable avait fait de son mieux dès le départ. Pour l’heure, saillir le cul de cette truie était suffisant. Violée dans une ruelle, et pourtant déjà en train de jouir par le cul. Quelle pitoyable chienne.

« Aaaah, ça vient ma salope. »
Il grogna longuement, ses coups se faisant plus secs et légèrement plus lents, claquant avec force contre le cul de la pute. Le bruit, depuis tout ce temps, avait attiré quelques badauds de la rue voisine. Des voyous, des clochards, en bref le fond du fond de la société. Ils hésitaient tous à venir prendre leur tour. Mais Helel ne comptait pas partager. « Tu n’es bonne qu’à exciter les passants et à te faire violer… Tu le méritais pauvre pute. »

Il disait vrai, elle ne méritait que de se faire violer et violenter, le reste était trop bon pour elle. Comme le foutre de son nouveau Maître était trop bon pour son cul de pétasse. Aussi s’extirpa-t-il rapidement, lui ravageant le cul une dernière fois comme il l’avait fait pour sa gorge, et vint lui présenter son gland, l’apposant juste à la pointe de son petit nez alors qu’il se branlait furieusement.

« Tiens, du maquillage, espèce de pauvre conne. » Il se mit à jouir. Abondamment, bien plus qu’un humain n’en était capable. Magdalena devait avoir l’impression de s’être fait jouir sur la gueule par une bonne dizaine d’hommes, mais il n’y en avait bel et bien qu’un. Un mâle qui s’empressa d’ailleurs de pousser un long râle rauque en déversant sa haine et sa crème sur le beau visage de la belle blonde. « Ouais, putain… » Soupira-t-il en agrippant les cheveux de Magdalena pour lui baiser le visage un dernier coup.

Il lui gifla les fesses et déchira ses vêtements avant de partir. Elle n’était pas bien loin de chez elle, mais le chemin du retour, parsemé de pervers, clochards et alcoolique (souvent les trois) serait un parcours du combattant pour elle, complètement mise à nue, ou tout du moins les vêtements en lambeaux. Helel lui cracha une dernière fois au visage, lui promettant qu’ils se reverraient bientôt. Et que cette fois-ci « il amènerait des potes pour l’enfiler à tour de rôle ».



Il y avait de cela une semaine que le beau diable avait « violé » sa victime pour la première fois, l’enculant sèchement dans une ruelle mal famée. Entretemps, il avait continué son petit manège, envoyant lettres tachées de foutre et capotes usagées à Magdalena. Il prenait également des photos d’elle, à des angles honteux qui mettaient en avant son gros cul et ses énormes pis.

Les lettres lui demandaient si elle était prête à se faire embrocher comme une truie, ou combien de bites il fallait dans son cul pour qu’elle couine. Que de sympathiques questions, et parfois même Helel avait-il poussé le vice jusqu’à envoyer ses boxers qui sentaient le mâle et le foutre, à Magdalena, lui ordonnant de se masturber avec sans quoi il « viendrait l’étouffer à mort avec son chibre ».

On la touchait de plus en plus dans le métro, dans le bus, on lui murmurait qu’elle allait passer à la broche, lui enfonçant sèchement des doigts dans le cul ou la chatte, avant de disparaître. Et aujourd’hui, alors qu’elle rentrait de ses études, la rame de métro était bien vide. Chose assez rare pour être remarquée au Japon. Le wagon, habituellement relativement sûre, était peuplé seulement par des individus étranges, qui dévisageaient tous Magdalena en ricanant.

Un des jeunes, un japonais à l’air un peu punk, effrayant et l’allure négligée, se posa de force contre le dos de la jeune blonde, y collant sa trique  et lui agrippant les seins avec force, presque douloureusement.

« Alors c’toi toi la pute qui veut s’faire gangbang par mon équipe !? »
Demanda le punk en ricanant alors qu’il faisait passer une matraque en fer entre les cuisses de la jeune femme. « Mon pote H m’a dit qu’on pouvait te péter la chatte avant de te filer à lui, qu’es’t’en penses pétasse ? » Un autre asiatique à l’air tout aussi peu rassurant prit place devant Magdalena, s’amusant alors à déchirer son haut pour lui gifler les seins.
Journalisée

Magdalena Takao
Humain(e)
-

Messages: 147

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Octobre 09, 2016, 02:11:20 »

Elle prenait un pied monumental à se faire prendre de la sorte par cet homme si bien membré. Elle ne comptait plus le nombre de fois oú elle s'était promener presque nue pour exciter les pervers et se faire agresser parce qu'elle trouvait ça excitant. Mais elle n'avait jamais autant pris de plaisir qu'avec celui qui lui démontait le cul en ce moment.

Elle sourit en voyant que d'autres passant étaient venu voir ce qu'il se passait, attirés par les bruits de sexe brutal. Son bestial amant était sur le point de finir et elle était contente d'avoir d'autres queues á satisfaire ensuite. Comme prévu, il se retira de son cul pour lui jouir au visage et faire un dernier tour dans sa bouche avant de s'en aller.

Elle avait un peu de mal à tenir debout après tant de violence mais cela l'empêcha pas d'aller s'amuser avec les curieux. Elle ne rentra chez elle que trois heures plus tard après avoir bien été remplie.

...

Le petit jeu du pervers repris de plus belle, elle trouvait cela marrant et excitant. Elle attendait chaque jour qu'il revienne la prendre comme il avait dit.

En rentrant dans le métro, elle compris que c'était le jour qu'elle attendait, c'était étrangement peu peuplé et les seules personnes étaient des gens qu'elle n'avait jamais vu dans le métro.

Rlle gloussa quand on l'aborda d'une bien belle manière, tout de suite parler de gangbang ça lui plaisait et elle se laissa totalement faire :

"J'en dit que vous parlez trop et que vous êtes encore trop habillés alors arrêtez de me faire patienter et cassez moi la chatte tout de suite."
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #12 le: Octobre 10, 2016, 02:10:52 »

Les punks qui peuplaient la rame étaient, contrairement à leur employeur, de véritables humains. Des junkies un peu paumés, des criminels, bref le fond de cale de la société. Le beau diable avait bien peu de mal à manipuler ce genre d’individu, devenu maître dans l’art d’user d’un peu de magie pour les convaincre. Aujourd’hui, il s’était arrangé pour qu’ils fassent vider la station habituelle de Magdalena.

Et maintenant, la blondasse allait se faire violer par une bande de fous furieux en manque de chatte. Aucun de ces porcs n’avait jamais baisé une pute aussi bonne que la caucasienne, et aucun n’avait jamais baisé avec une aussi grosse salope. De quoi assurer que cette troupe de brute se déchaine violemment sur la pauvre petite poupée. Elle allait se faire baiser comme jamais.

« Eh, ferme ta gueule sale pute. » Grogna celui qui était contre son cul, appuyant son ordre d’un violent coup de rein, appuyant beaucoup trop fort son gland gonflé d’impatience contre le petit trou du cul de Magdalena. Il se mit à l’étrangler doucement, pour sentir ses fesses se contracter dans un réflexe désespéré, sur sa putain de grosse queue de violeur. « Tu l’ouvriras moins quand on te sera tous passés dans le cul, ahahah. »

La plupart des punks présents dans le wagon se mirent à rire, et une pluie de main s’abattit sur les fesses et les seins de Magdalena, certains plus intrépides venant même lui mettre de petites gifles au visage avant de l’obliger à avaler leurs doigts. On allait jusqu’au fond de sa gorge, la faisant hoqueter, s’en amusant, alors que quelques-uns des salauds faisaient glisser leurs bites contre les cuisses de Magdalena.

« Tu m’étonnes que j’vais te casser la chatte. » Le salaud se mit à rire aux éclats en pressant le manche de sa matraque froide contre l’intimité de Magdalena. Il n’aimait pas qu’une pute se montre trop sûre d’elle-même, il préférait les petites pétasses qui couinaient avant de perdre la tête sous les coups de bite. Celle-là ouvrait beaucoup trop sa gueule. Il allait falloir la lui fermer.

« Eh, passe-moi sa gueule ! » Grogna une grosse masse de muscle qui se trouvait à côté, la bite déjà en main. Il appuya fort sur le crane de la blondasse, lui collant le visage contre ses grosses burnes qui puaient encore plus que celles du démon qui avait violé Magdalena quelques semaines auparavant. L’endroit sentait le mâle, la baise, la pisse et l’alcool. L’environnement parfait pour « l’autre pute ». « Eh, suce pétasse, suce ou j’te pisse à la gueule espèce de chienne. » Il lui giflait la gueule avec son sexe, riant grassement.

L’autre sadique de derrière s’amusait à faire entrer son arme dans la chatte serrée de sa petite blonde, alors que sa grosse bite prenait place dans le cul tout aussi énorme de Magdalena. Il poussait bien fort, de son chibre et de son poignet, maltraitant les deux trous de la jeune femme à la fois, appuyant même sur sa gueule pour rendre un service à son pote, qui la frappait encore terriblement fort avec sa bite.

« Alors est-ce que tu aimes l’odeur de ma bite, chérie ? » Demanda le salaud du devant en pinçant le petit nez de la jeune femme pour qu’elle ouvre bien grand la bouche. Ils voulaient qu’elle résiste, qu’elle se fasse vraiment violer.
Journalisée

Magdalena Takao
Humain(e)
-

Messages: 147

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Octobre 10, 2016, 10:58:42 »

Elle ne savait pas de tëte combien de sexe elle avait acceuilli en elle, un bon millier sans doute voir plus. Avec les gangbang le nombre montait très vite et même si à première vue c'était exagérément élevé, pour une aussi grande affamée, ce n'était pas difficile de trouver quelqu'un pour la prendre dans les toilettes publiques lorsqu'elle avait ce genre de pulsions soudaine. Elle en avait connu des racailles qui pensaient avoir à faire à une simple pute et ils finissaient tous au sol, complètement vides avant que la belle blonde n'ait eu son premier orgasme, c'était plutôt frustrant pour elle.

Et malheureusement, ses amis du métro ne semblaient pas vraiment être autre chose que des frustrés du sexe aui n'avaient baiser que des prostituées de bas étage pour se soulager. Ils n'avaient jamais tremper leurs sexe dans la chatte humide et affamée d'une véritable mangeuse d'hommes.

Elle se laissait donc faire, essayant tout de même d'opposer un semblant de résistance même si elle voulait s'amuser avec toutes ces délicieuses queues qui l'entouraient. Elle suçait donc le sexe du baraqué comme si c'était une bonne grosse saucisse bien juteuse, ses lèvres douces allant et venant rapidement jusqu'à la base.  Pendant ce temps là, elle se retrouvait avec une matraque dans la chatte et une bite dans le cul, elle trouvait cela plutôt agréable même si c'était quand même sacrément égoïste de ne pas partager et monopoliser un trou sans l'offrir à un ami.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #14 le: Octobre 10, 2016, 10:20:14 »

La bande de punks en manque n’était certes pas du calibre d’Helel pour ce qui était de combler une insatiable pute comme Magdalena, mais ils pouvaient très largement faire office de distraction en attendant. Le beau diable aimait se faire désirer, préparer un peu son amante à ce qui l’attendait lorsqu’enfin il lui tomberait dessus avec sa bande de démons.

Kota, le grand gaillard qui s’était enfoncé dans la bouche de la blondasse, lui appuyait maintenant sur le crâne, de concert avec son ami d’en face, s’assurant que la pute avait son chibre en bouche jusqu’à la garde. Elle n’était clairement pas une novice dans la matière, faisant pousser de longs râles rauques à celui dont elle pompait l’énorme queue bien juteuse. Il lui rendait la pareille en défonçant proprement sa bouche, la faisant balloter et s’écraser davantage contre le chibre dans son cul.

« Putain, H nous a pas menti, c’est vraiment une pure salope. » Ils ricanèrent tous, avant que Kota ne laisse la place à quelques-uns de ses potes, qui se partageaient la bouche de Magdalena, cédant parfois à l’impatience en lui enfournant deux queues dans la gorge. On lui martelait la glotte, raclant son oesophage avec violence et écrasant sa petite langue à l’intérieur de sa bouche. Et Dieu, que c’était bon. « Mhhh ouais ma jolie, tu suces comme si t’avais fait ça toute ta vie. »

On commençait également à s’impatienter de pouvoir « enfiler sa chatte », pressant le fou furieux du fond à terminer. Pas bien endurant, il s’extirpa, jouissant sur sa sortie contre les cuisses de Magdalena. Un autre plus costaud prit sa place, ôtant sèchement la matraque d’entre les cuisses de la blondasse. Il lui donna l’occasion de respirer, la soulevant sèchement pour offrir sa chatte au premier venu, alors que lui empalait la jeune femme sur son chibre, par le cul.

Et la ruée commença vers la petite chatte étroite en libre-service. Personne n’aimait passer après les autres, alors les queues glissaient contre les lèvres intimes de Magdalena, la caressant en cherchant à s’y enfoncer violemment, la plupart des sauvages se bousculant pour casser le bassin de leur victime, qui avait plutôt l’air de les mener par le bout du nez. Mais, un d’entre eux finit par trouver sa place au creux de ces cuisses moelleuses, poussant un long râle de plaisir en faisant claquer ses couilles contre les fesses de Magdalena, s’y écrasant avec violence.

Ils se mirent tous à déchirer ses vêtements, la dévoilant complètement, sifflant leur admiration pour son corps de déesse, sculpté à la perfection. Mais ils ne respectaient pas ce temple. Ils l’attrapaient plutôt à la hâte, le giflaient en appréciant d’entendre la jeune femme couiner, la transperçant alors de leurs lances, s’immisçant dans sa moiteur confortable.

« Le boss a dit de pas la ménager. » Il leur avait dit qu’ils pouvaient se faire plaisir, car il comptait, pour sa part, la casser en deux. Les voyous savaient que leur temps était compté. Le train était sans arrêt jusqu’à son terminus, de quoi pouvoir s’amuser un peu, mais H avait été formel : plus personne dans la rame à l’arrivée du train. Sauf la pute. « Attachez-la ! » Ordonna Kota. On passa des cordes autour d’une barre, qui maintenait les jambes de la jeune femme repliées, offrant sa chatte à quiconque entrerait.

Pareillement, on lui attacha le corps entre les deux barres parallèles qui servaient habituellement de repose-mains, de sorte à ce qu’elle « tienne » dans son étrange position, au-dessus du sol. Elle était complètement exhibée, à la merci des salauds qui se mettaient à lui remplir le cul un par un, ayant reçu l’ordre de laisser sa chatte vierge pour que H puisse « l’engrosser comme une truie ».
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox