banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: Un secret qu'il vaudrait mieux garder [ Pauline Catalino ]  (Lu 4119 fois)
Leona
Humain(e)
-

Messages: 97



Voir le profil
Fiche
« le: Septembre 21, 2016, 10:00:21 »

Lorsqu'on était assez observatrice et solitaire certaines choses qu'ont ne pouvait voir aux premiers abord sauté aux yeux. Cela passait souvent par un comportement devant une situation ou par des mimiques étrange. Dans ce lot, il y avait cette mignonne petite brune qui semblait depuis la rentrée avoir un comportement plutôt étrange, assez pour éveiller ma curiosité dans ma quête d'un nouveau jouet à utiliser. Du coups, j'avais passé de nombreuses heures à effectuer des recherches sur son dossier scolaire, l'autorisation m'ayant été accordé en douce par la secrétaire... que je pouvais manipuler moi même à ma guise en échange de son secret. C'est que je commençais à tirer pas mal de ficelles à force... j'allais bientôt m'attirer les foudres si ça continuait ! Dans tous les cas la lecture du dossier me révélait un point plutôt intéressant, un de ces point que je pourrait facilement exploiter.

* Je vois Pauline, voici donc le secret que tu cache... Avec ça j'en suis sure tu seras ma marionnette *

Retournant en cours après cette petit pause, je décidais d'attendre l'heure du déjeuner pour passer à l'action, scrutant le moindre fait et geste de ma futur proie tel un faucon prêt à planer jusque sur son repas, serres déployées. Durant ces deux longues heures d'observations précédents la sonnerie, je me contentais de penser à la myriade de gages que je pourrais lui infliger, aux nombreux chantages auxquels elle devrait faire face... oh ça oui, j'allais bien m'amuser !

Quand l'heure du déjeuner arriva je ne m'installais pas avec les autres pour manger, me contentant seulement de suivre la petite brune jusqu'aux plateau repas, avant de murmurer à son oreille les mots suivants Ne te retourne pas tout de suite, profite bien de ton déjeuner... car le lycée tout entier va bientôt connaitre ton passé et ton secret si bien gardé... oui, tu vois bien de quoi je parle petite soumise... Soufflant dans sa nuque en riant, j'ajoutais avant de sortir du réfectoire sans même prendre de repas A moins que tu ne m'échange un petit service en échange du silence... si tu as envie d'en parler débrouille toi pour finir de manger un peu avant les autres, et de suivre ces consignes Lui avais-je dit en lui attrapant la main, glissant un petit bout de papier entre ses doigts avant de partir, jouant du claquement de mes bottines sur le sol pour émettre un son mélodieux.

Sur la petite note, on pouvait y lire la petite consigne suivante, abrégée au plus cours pour gagner de la place.

à 13H20 dans les toilettes des garçons au second étage, récupère un petit paquet qu'ont a planqué pour moi, il doit être caché dans l'une de cuves de la chasse d'eau, je ne sais pas laquelle, fait les toutes. Si tu ne le trouves pas avant la sonnerie... tu connais la suite

Un élève avait fait passer des clopes dans l'établissement et avait juger bon de les cacher plutôt que de me les donner en main propre, surement par peur de se faire prendre en flagrant délit. Cependant l'heure n'était pas choisit au hasard... c'était le moment juste après le repas ou tous les garçons se rendaient au toilette pour pisser, juste avant de reprendre les cours... elle pénètrerait donc un toilette masculin loin d'être vides... et aux cabines surement toutes occupées au moment de sa fouille des cuves ! Un petit jeu pour commencer en beauté ma nouvelle attraction, je n'en louperais d'ailleurs pas une seule miette en attendant devant la porte...
Journalisée
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Septembre 22, 2016, 10:43:23 »

Pauline était en cours depuis quelques semaines maintenant. Il avait été très difficile de se réhabituer au rythme du lycée après toutes ces années de déscolarisation. Mais le plus difficile à supporter fut le rendez-vous d'inscription. Le directeur avait réclamé des détails sur la raison de son absence sur les bancs des écoles et elle avait dû expliquer en partie ce qui lui était arrivée. Cela ne figurerait que dans son dossier scolaire et aucun élève ne serait au courant. Après cette première étape désagréable, Line avait subit un test pour évaluer son niveau. Autant dire que le test fût une catastrophe. Cette longue absence n'avait pas seulement bloqué son niveau à celui d'une cinquième, elle avait carrément régressé.
Finalement elle avait tout de même été envoyé en seconde et avait de nombreux cours de rattrapage. Elle n'avait pas de vacances, car elle devrait en profiter pour relever son niveau.
Après seulement deux semaines, Pauline était déjà au bout du rouleau.

Alors qu'elle avançait tranquillement en remplissant son plateau de délicieuse nourriture en boîte qui n'avait été chauffée qu'à moitié, une fille vînt lui murmurer à l'oreille. Rien qu'à sa voix Pauline s'imaginait une fille sadique et capricieuse. La mystérieuse inconnue lui déclara qu'elle connaissait son secret. La panique gagna immédiatement la jeune fille. Comment était-ce possible ? Pauline douta un instant mais quand l'inconnue l'appela "petite soumise" elle sut immédiatement qu'elle disait la vérité. Pauline se mit à se poser un million de questions. Comment pouvait elle être au courant ? Finalement la fille lui avoua qu'en échange de son silence, Line devrait lui rendre service. Cela ne lui plaisait pas beaucoup, mais elle n'avait pas le choix. La manipulatrice mit un bout de papier dans sa main avant de s'éclipser.
Pauline s'installa seule à une table pour lire le papier en toute tranquillité.

"à 13H20 dans les toilettes des garçons au second étage, récupère un petit paquet qu'ont a planqué pour moi, il doit être caché dans l'une de cuves de la chasse d'eau, je ne sais pas laquelle, fait les toutes. Si tu ne le trouves pas avant la sonnerie... tu connais la suite"

Pauline était prise au piège. Elle devait faire ce que cette fille réclamait. Elle mangea rapidement et attendit patiemment l'heure où elle devrait passer à l'action. Elle ne savait pas si c'était fait exprès mais à cette heure les toilettes étaient assez occupés. Pauline prit son courage à deux mains et entra dans les toilettes des garçons.
Il y avait trois cabines et de nombreux garçons étaient entrain de faire leurs besoins dans les installations hors des cabines. Elle fût légèrement soulagée en imaginant les cabines potentiellement vide. Elle entra dans la première et regarda dans la cuve, il n'y avait rien... Elle sortit rapidement de la cabine et entra dans la seconde. Elle trouva dans la cuve un paquet de cigarette. Soulagée elle le prit, quand un garçon l'interpela à l'entrée de la cabine.

- Je peux t'aider ? proposa t'il gentiment.
- Non merci, je cherchais juste un truc. Je te laisse la place si tu veux, répondit timidement Pauline.
- C'est ça sue tu cherchais ? demanda le garçon en agrippant la poitrine de la jeune fille.

Le garçon tripota grossièrement la poitrine de la jeune fille jusqu'à ce sue son genou frappe au meilleur endroit dans pareille circonstance. Line en profita pour sortir rapidement des toilettes des garçons. L'expérience avait été fort désagréable, mais pas forcément pour tout le monde. Une fille fixait Pauline avec un air vicieux. Elle avait de long cheveux noir et un rouge à lèvres éblouissant. Line alla à sa rencontre et lui tendit le paquet.

- Voici pour toi, déclara la jeune fille en souriant. Si tu as besoin d'un autre service, n'hésite surtout pas à me demander ! Et d'ailleurs c'est quoi ton prénom ?

Line n'était pas stupide, elle savait que cette sadique la ferait encore chanter. Elle avait donc décidé de prendre les devants en lui proposant son aide. Si elle arrivait à s'en faire une amie, elle arrêterait peut-être de l'embêter avec des services gênants. Et au pire elle pourrait la dénoncer avec son prénom si elle allait trop loin.

Pauline attendit sa réponse et en profita pour la regarder de près. Elle était extrêmement jolie. Mais cela ne changeait rien au fait que c'était une peste.
Journalisée

Leona
Humain(e)
-

Messages: 97



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 22, 2016, 12:05:13 »

Elle n'était pas rester bien longtemps dans les toilettes à mon grand damn, en réalité j'avais espéré qu'un garçon assez en rute ne se jette sur elle, j'espère au moins qu'elle a été prise pour une grosse perverse à pénétrer comme ça dans les toilettes masculins. Au moins, elle avait rapporté le paquet que je lui avait demandé, qui n'avait été qu'un test pour jauger son obéissance... c'est maintenant que la vraie partie commençait.

Merci, c'est parfait, comme ça les autres garçons pourront dire que c'est toi la voleuse de ce paquet de clope si ça tourne mal, il est même pas à moi...

Je savais par habitudes que les garçons se faisaient passer des clopes de cette manières et qu'il y aurait surement un paquet, mais il ne m'était en rien destiné... autrement dit Pauline avait voler pour mon propre compte sans même le savoir. Ca restait pourtant encore bon enfant et j'étais bien heureuse d'entendre qu'elle l'avait déjà compris, puisqu'elle se proposait de m'aider à d'autres taches d'elle même. la brunette avait compris la situation et semblait moins naïve que prévu... On allait pouvoir gagner du temps sur les explications.

Je m'appelle maitresse, mes parents m'ont appelés maitresse c'est mon prénom. Lui dis-je de sur le ton le plus stoïque possible, le regard froid, en tirant une taffe de cigarette que je soufflait généreusement sur son visage. Et il faut dire vous quand on ne connait pas bien quelqu'un, c'est une forme de respect. Moi j'ai le droit de tutoyer puisque je suis ton employeur. Une autre boule de fumée se retrouve sensuellement soufflée hors de mes lèvres rouges sang, fermant à demi les yeux avant de sortir un petit cachet de ma poche, que je lui glissait moi même sur la langue en glissant mes doigts dans sa bouche

Un service ? pas vraiment, on va plutôt dire que tu es ma nouvelle marionnette, j'ai cassé l'ancienne par accident et a fini par craquer en larme dans le bureau de la psy. Je ne fais que remplacer un jouet.

Bien que je ne lui disait rien sur ce cachet, il s'agissait d'un aphrodisiaque naturelle qui faisait facilement pointer les seins et gonfler les lèvres intimes. De quoi la rendre folle d'excitation dans une trentaine de minute, quand le médicament commencerait à faire effet dans son sang. D'ailleurs, ce n'était pas un hasard si le prochain cours était EPS... dans la piscine scolaire couverte en plus ! Inutile de dire qu'il serait difficile de cacher ses formes excitées dans le maillot... et je ne parlais même pas du frottement du lycra mouillé contre la peau... qui la ferait surement jouir 1 ou 2 fois en plein milieu du cours de natation.

On se revoit à la piscine, tu n'as pas intérêt à être absente...  comme j'ai trop d'avance sur les cours de natation j'ai réussit à me faire dispenser la première heure, je prendrais un malin plaisir à te regarder du banc...

Le but du jeu serait donc simple quand elle découvrirait ce que j'ai fait à son corps... elle devrait tenir le coups et surtout arriver à jouir discrètement devant toutes la classe, sans que personne ne s'en rende compte... encore une façon de l'humilier un peu plus surtout que... je n'étais dispenser que la première heure de piscine... pas la deuxième.

Mais t'en fais pas je te donnerais le reste quand je rentrerais dans le bassin... et ce sera plus douloureux quand je m'y mettrais... aller va te préparer maintenant.

Un baiser sur la joue et un regard de petite peste avant de m'éclipser... ce cours de piscine serait surement le plus long de toute sa vie...
Journalisée
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Septembre 22, 2016, 01:05:46 »

Le paquet de cigarettes n'était donc pas destiné à cette peste. Pauline aurait du s'en douter. De nombreux garçons l'avaient vu. Le propriétaire du paquet serait rapidement au courant et chercherait à récupérer ce qui lui appartenait. Pauline espérait que lui payer un autre paquet de clope permettrait de calmer cet inconnu...
La jeune sadique voulait se faire appeller maîtresse. Si ça pouvait calmer ses réclamations stupide, alors Line lui donnerait du maîtresse autant qu'elle le désire. Pauline toussa alors que sa nouvelle maîtresse lui envoyait un nuage de fumée dans le visage. Décidément elle ne manquait pas d'assurance... Line se demanda comment elle pourrait résoudre ce problème mais décida qu'il serait plus simple pour elle de lui obéir pour le moment. Elle avait été soumise pendant de nombreuses années, cela ne lui faisait pas peur.

- Très bien, je vous appellerait donc maîtresse, déclara Pauline juste avant que la fille ne place un cachet sur sa langue.

Pauline garda ce mystérieux cachet en bouche pour ne pas contrarier sa maîtresse. Elle ne savais pas ce que c'était mais elle s'en rendrait compte rapidement. Ainsi cette petite sadique désirait faire de Pauline son jouet car le dernier avait complètement craqué. Qu'elle essaye d'en faire autant avec Pauline, cette dernière avait l'habitude des ordres humiliant, elle ne faiblirait pas facilement !

Il était temps de partir se préparer pour le cours de natation. Pauline se demanda à quoi pensait la jeune manipulatrice. Elle avait eu une lueur sadique dans les yeux au moment de lui dire qu'elle observerait Pauline pendant la première heure.

- Me donner le reste ? Plus douloureux ? questionna la jeune fille.

Sa maîtresse ne l'avait pas écoutée er s'était sauvée après lui avoir embrassé la joue. Pauline alla récupérer ses affaires de piscine dans son casier puis retrouva ses camarades dans le dortoir. Sa maîtresse l'observait avec un sourire énigmatique. Pauline décida de ne pas y prêter attention. Elle se changea rapidement et mit son maillot une pièce qui était aussi vert que ses yeux. Malgré la tenue légère, Pauline avait un peu chaud. Rien de bien grave, il faisait toujours assez chaud dans les vestiaires.
La classe sortit de la pièce et alla rejoindre le professeur devant la piscine. La sadique n'avait pas mentit, elle était bien dispensé et alla s'installer sur un banc. Le prof de sport envoya les élèves nager tranquillement pour s'échauffer. Ce n'était pas nécessaire car Pauline avait déjà très chaud. Elle qui d'habitude ne supportait pas la température glaciale de l'eau en fût fort soulagé au moment de sauter dedans. Elle nagea pour penser à autre chose mais quelque-chose clochait. Le déclic se produisit dans son esprit quand elle vit ses tétons qui étaient très largement visible malgré le maillot. Elle avait été drogué dans le seul but de se retrouver dans une situation gênante. Elle devait bien s'amuser sur son banc en tout cas. Pauline continua de nager tout en cherchant un moyen pour ne pas sortir de l'eau. Pauline s'arrêta devant un garçon qui lui coupait brusquement le passage.

- On m'a dit que c'est toi qui avait mes clopes. Tu te prends pour qui pour oser aller fouiller dzns les toilettes des mecs espèce de garce ! grogna le garçon avant de remarquer les tétons de Pauline qui étaient très dur et surtout très visible.
- Je suis désolée, je ne savais pas qu'elles étaient à toi. Je t'en achèterai, c'est promis ! bredouilla la jeune fille rouge de honte.
- J'y compte bien, déclara le garçon en pinçant un de ses tétons.

Pauline se sentait honteuse mais elle ne voulait pas attirer l'attention sur elle. Quand le professeur rappela les élèves, la jeune fille en profita pour vite aller le voir et lui demanda si elle pouvait aller prendre l'air car elle ne se sentait pas bien. Il remarqua son visage cramoisi et accepta. Pauline alla rapidement jusqu'au vestiaire. Heureusement elle était seule. Elle ne résista pas plus longtemps et glissa une main sous son maillot. Elle se caressa tendrement le vagin alors qu'elle commençait à mouiller et faillit avoir une attaque en voyant le garçon de tout à  l'heure entrer dans la pièce.

- C'est le vestiaire des filles, s'exclama Pauline en retirant rapidement sa main.
- Et alors ? Tu vas bien dans les toilettes des mecs ! répliqua le garçon avant de la plaquer contre le mur et de tripoter ses seins. T'es vraiment chaude toi dis moi...

Il tira sur son maillot pour libérer sa poitrine et la malaxa sans retenue. Pauline était piégée. Si elle criait tout le monde la verrait dans cet état. Le garçon la repoussa sur le sol pour qu'elle se retrouve à genoux et s'avança vers elle.

- Oublie le paquet de clope. Suce moi la bite et on est quitte, ricana me garçon avant de descendre son maillot et de lui présenter sa verge.

Pauline chercha un moyen de sortir de cette situation mais il ne lui en laissa pas le temps. Il agrippa sa tête et fourra son pénis dans la bouche de la jeune fille. Il remua les hanches en soupirant alors que son sexe était au chaud dans la bouche de Line. Malgré tout le cachet faisait toujours son effet. Pauline commença à sucer docilement le pénis  du garçon et recommença à caresser son vagin.
Line était de plus en plus excitée et sentait le sexe du garçon grossir rapidement. Il ne lui fallut que quelques instants pour éjaculer dans la bouche de la jeune fille. Sans dire un mot il rangea son sexé et partît au pas de course. Pauline avala sa semence sans arrêter de se faire du bien et finit par jouir à son tour. Son excitation un peu calmée, Pauline retourna à la piscine et sauta directement dans l'eau. La deuxième heure de sport allait débuter. Line soupira en pensant à sa maitresse. Elle n'avait pas finit d'être humiliée...
Journalisée

Leona
Humain(e)
-

Messages: 97



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 22, 2016, 02:12:58 »

Le maillot de bain bleu marine fusionnait parfaitement avec ma peau et était assortie à mon regard aussi perçant que félin. Il était presque difficile à croire que j'étais une peste, au mieux une jeune fille un peu froide comme tant d'autres et pourtant... je scrutais le moindre mouvement de Pauline qui ondulait dans l'eau, connaissant le secret qui envahissait son corps en ce moment. Même du banc, il était facile de deviner ses tétons dressées, qui semblait presque vouloir percer le lycra de son maillot une pièce. Et si on y regardais avec plus d'attention, on pouvait même y voir son intimité former une belle forme de bouche bien moulée... semblant hurler son avidité de caresse. Alors lorsque le jeune homme rencontra sa route je regardais avec une intention toute particulière et un sourire très amusé, en voila un qui l'avait prise en flagrant délit ! Je restais toutefois déçu qu'elle n'ait pas jouit dans la piscine au milieu de tout le monde, de manière incontrôlée... j'aurais peut-être du lui en faire avaler 2 ou 3... bien que ça aurait pu être dangereux.

* Hé non mais elle triche là... attends, je vais aller la récupérer dans les vestiaires et lui faire passer un sale quart d'heure... *

Nul besoin cependant, quand j'entrouvris la porte je pu voir ce même jeune homme, qui se faisait offrir une belle fellation par notre petite soumise. A vouloir outrepasser mes règles elle avait finalement trouvé une punition humiliante et à sa hauteur... ou presque. A la place du jeune homme moi, je n'y aurais pas été de main morte et lui aurait complètement violer la bouche... je ne me serais pas contenter de lui offrir ce petit encas. Bref, comme la deuxième heure de cours arrivait je décidais de me retirais avant la fin de son gouter, et de me jeter à mon tours à l'eau...

Lorsque Pauline revient à son tours je suis seule dans un coin de la piscine, à l'autre bout, avec bien entendu un plan en tête pour l'humilier un peu plus mais aussi pour la punir.

Monsieur le professeur, Pauline m'as avouée ce matin qu'elle n'était pas très à l'aise dans l'eau, c'est pour ça qu'elle a été s'absenter dans les vestiaires. Elle se sentait parfaitement bien mais avait trop honte de l'avouer. Comme j'ai beaucoup d'avance je peux l'aider durant le reste de l'heure ? Je lui ferait travailler à mieux maitriser son souffle et son aisance dans l'eau, pour qu'elle rattrape son retard.... c'est que... j'aimerais beaucoup aider a camarade...

D'abord hésitant, le professeur céda bien vite en pensant tout bêtement que j'étais sérieusement et bienveillante.

Mhh... d'accord Leona, on vous laisse toutes les deux à l'autre bouts de la piscine, occupe toi bien de ta camarade.

Souriant vers Pauline je lui marmonnait entre mes dents Oh oui vous en faites pas monsieur... je vais TRES bien m'occuper de ma camarade...

Mais cet idiot venait de lui dévoiler mon nom à voix haute, j'allais devoir aire en sorte qu'elle oublie vite l'idée de le garder en mémoire, quitte à être rude. Alors une fois assez proche et de l'autre côté du bassin, je passais mes doigts entre ses cuisses, sous le maillot, confirmant un différence de chaleur avec la piscine. Alors comme ça on s'est fait du bien après son petit gouter ? C'est pas très gentille ça... tu ne penses vraiment qu'à toi Pauline... il va falloir te rattraper.

Claquant l'élastique large qui tenait le une pièce au niveau de l'antre jambe, je positionnais mon autre main contre sa petite poitrine, en la regardant dans les yeux.

On va s'échauffer un peu avant de commencer l'exercice principal. Je vais te mettre la tête sous l'eau pour faire croire au prof que je te fais travailler ton souffle, et tu va profiter que personne ne te voit pour me faire du bien sous la surface. Mais comme je déteste les jeux trop facile et que tu as essayé de t'enfuir comme une vilaine dans les vestiaires... je dirais au prof ce que tu es entrain de me faire sous l'eau si tu n'y met pas tout ton coeur. Et ne remonte pas respirer toute les 10 secondes non plus, sinon ça va m'énerver.

Oh non il ne fallait pas qu'elle trouve que c'était trop dur... ce n'était que l'échauffement ! Un échauffement excitant puisque son secret pouvait être découvert à tout moment par la classe s'il n'était pas exécuter avec assez de discrétion à chaque plongées.
Journalisée
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Septembre 22, 2016, 02:57:12 »

Pauline nageait dans un coin en restant à l’écart des autres élèves. Elle ne voulait surtout pas qu’ils remarquent à quel point elle était excitée. Elle avait encore furieusement envie de se caresser, mais elle devait se retenir. La jeune fille savait que la peste qui lui servait de maîtresse avait d’autres idées en tête et elle en soupira d’avance. Elle entendit au loin le professeur crier le prénom de cette vilaine manipulatrice. C’est à ce moment que Leona rejoignit son jouet. Elle glissa ses doigts sous le maillot de Pauline comme si c’était un acte banal. Pauline devint toute rouge en sentant les doigts de sa maîtresse frôler son intimité.
Leona avait rapidement compris que Pauline s’était caressée. Cependant le terme petit goûter la surprit. Elle l’avait donc suivit et l’avait vu sucer l’autre garçon ? C’était très humiliant. Leona claqua le maillot sur l’intimité de Pauline et posa une main sur sa poitrine. Allait-elle devenir l’objet de cette fille sadique ? Non, elle l’était déjà…
Sa maîtresse déclara qu’il était temps pour elle de s’échauffer avant de passer aux choses sérieuses. Elle devrait aller sous l’eau pour faire du bien à Leona. Instinctivement la jeune fille regarda tout autour d’elle pour voir si quelqu’un les observait. Heureusement pour elle, personne ne faisait attention aux deux jeunes filles. Maintenant le souci était de réussir à satisfaire sa maîtresse pour ne pas subir sa colère. Pauline n’avait rien d’une fille sportive, et elle avait bien du mal à retenir sa respiration très longtemps. La jeune fille se calma pour réguler sa respiration alors que Leona la regardait avec un petit sourire sournois. Elle était vraiment très belle, quel gâchis !
Pauline inspira doucement et se glissa discrètement sous l’eau. Elle entoura ses jambes autour de celles de sa maitresse et s’agrippa à ses fesses pour ne pas remonter à la surface. D’une main elle écarta le plus possible le maillot de Leona pour découvrir son intimité puis colla sa bouche contre. Line garda sa bouche fermement collée au vagin de Leona pour ne pas avaler d’eau et commença à glisser sa langue entre les lèvres de son intimité. Elle lécha tendrement son vagin alors qu’elle sentit qu’elle ne tiendrait plus très longtemps. Elle résista tout de même tout en léchant le plus sauvagement son vagin en espérant que cela serait plaisant puis avala malencontreusement un peu d’eau de travers. Line remonta rapidement à sa surface puis recracha et toussa quelques instants tout en se tenant aux épaules de Leona.

- Maîtresse... Je n'en peux plus, bredouilla Pauline en essayant de retrouver son souffle. Je ferai ce que vous voudrez mais je n'ai jamais été douée en apnée.

La jeune fille restait agrippée à sa maîtresse et attendait avec inquiétude de savoir ce qu'elle allait lui demander cette fois ci. Elle espérait seulement qu'elle ne la forcerait plus à mettre la tête sous l'eau...
Journalisée

Leona
Humain(e)
-

Messages: 97



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Septembre 22, 2016, 04:05:01 »

Bien que maladroite la langue allait à son but et la langue trouvait son chemin sous l'eau, me faisant soupirer d'extase, juste assez pour ne pas être entendu des autres élèves au loin. Pauline quant à elle, s'étouffait progressivement sous l'eau sans même se rendre compte que la scène m'amusait, qu'il s'agissait là d'une de mes punitions fétiche. La voir s'agiter progressivement jusqu'à en devenir rouge et supplier chaque secondes l'oxygène était tout bonnement ce qu'il y avait de plus drôle aux yeux d'une sadique comme moi... malheureusement malgré le grand bien qui montait en moi, la brunette remontait à la surface... jusque là rien de choquant il fallait bien qu'elle respire après tout. Mais l'avoeu de ne pas vouloir y retourner quant à lui, me fit sortir de mes gongs.

J'ai dit que tu avais le choix ? Je me fiche que tu sois mauvaise en apnée, tu retourneras faire ton travail peu importe combien de fois tu boiras la tasse...

Comme personne ne nous regardait, après vérification... je lui administrait une gifle avant de lui replonger de force le visage sous l'eau, la maintenant cette fois-ci en appuyant sur le sommet du crâne. Quand on laissai trop de liberté à ces petites soumises voila ce qui arrivait... elles en demandaient toujours plus.

Là... voila, c'est bien... maintenant tu as gagné le gros lot et c'est moi qui décide de quand tu respire. Et quand je parlais d'un échauffement j'étais plus que sérieuse. Mais bon je vais te le répéter de manière plus claire et plus directe si tu l'as pas compris.... Une fois que j'aurais jouit, je vais simplement te violer ici même devant les yeux de tout le monde sans qu'ils ne s'en rendent compte.

Je tire les cheveux une première fois pour lui laisser une inspiration puis plouf, Pauline est de nouveau sous l'eau, visage collé de force à mon intimité. Puisqu'elle semblait ne pas être à l'aise sous l'eau je tirais moi même sa tête dans tous les sens pour obliger ses lèvres à se frotter là ou il fallait, juste sur mes lèvres intimes, gonflées elles aussi comme jusqu'à s'en dessiner sous mon maillot. Comme j'étais une adorable maitresse, j'écartais même mon maillot de l'autre main pour lui remettre l'intimité sur ses lèvres.

Alors on manque de souffle ? ton endurance n'est pas très bonne dis donc. Si tu veux abandonner je peux l'accepter, fait le moi juste savoir que je puisse révéler à tout le monde l'esclave sexuelle que tu était dans ton enfance...

Je ne la remontait à aucune seconde, jusqu'à ce que ses joues soient gonflées et rouge comme une tomate bien mure. Tant qu'elle ne perdait pas connaissance il n'y avait aucune raison de ne pas pousser un peu ses limites à son paroxysme, il suffisait juste de faire attention et de la relever au bon moment. D'ailleurs, elle eu le droit à une nouvelle gorgée d'air, avant de retourner sous l'eau aussitôt. C'était un avertissement... maintenant fini toi même le travail fait en sorte que je jouisse dans ta bouche, elle sera enfin utile à quelque chose comme ça... Retirant la main de dessus sa tête, je lui laisse désormais de nouveau le quartier libre pour respirer et recommencer ses apnées, qui seraient assurément de plus en plus épuisante... Et si elle recommençait à se plaindre.. et bien... pauvre Pauline...

Prends toi y comme tu veux, fait le juste bien. Lui dis-je en commençant à me masturber la poitrine, sensuellement et surtout d'un geste ample et lent pour espérer ne pas me faire voir... même avec le dos tourné.
Journalisée
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Septembre 22, 2016, 04:49:01 »

Pauline continuait de reprendre son souffle alors que Leona lui donna une claque et lui plongea le visage sous l’eau de force. Elle ne lui laissait pas le choix et décida de l’utiliser comme un objet. Pauline tenta de calmer sa maîtresse en lui léchant tendrement le vagin mais cela ne changea pas du tout la façon dont elle se comportait avec son nouveau jouet. Elle la tira par les cheveux pour lui laisser respirer quelques instants, avant de la replonger sans avertissement entre ses cuisses. Sa maîtresse la tenait fermement par les cheveux et faisait frotter la bouche de Pauline contre son intimité alors que son autre main écartait son maillot. Pauline avait donc moins d’effort à fournir, tout ce qu’elle avait à faire c’est lécher, lécher et encore lécher. Sa maîtresse attendait toujours l’extrême limite pour remonter sa soumise à la surface.
Pauline avait fait une belle erreur en comparant Leona avec son ancienne maîtresse. Leona était cruelle et poussait le vice à son maximum. Elle était bien pire que sa première maîtresse. Pauline avait peur de finir par perdre connaissance mais la violence de Leona l’avait rendu extrêmement docile. Malgré son état, Line continua de lécher le vagin de sa maîtresse. Elle désirait lui faire autant de bien que cette dernière lui faisait du mal. Sa maîtresse la remonta une énième fois en la tirant sans retenue par les cheveux puis lui déclara qu’elle devrait finir par elle-même.
Elle avait été avertie et maintenant elle devait tout faire pour éviter de mettre Leona en colère une nouvelle fois. Elle reprit difficilement son souffle puis plongea une nouvelle fois entre les jambes de sa maîtresse. Elle écartait toujours son maillot, ce qui permit à Pauline de s’occuper de son intimité plus facilement. Elle plaqua de toutes ses forces sa bouche sur le vagin de la jeune sadique et la lécha furieusement. Line sentait que sa maîtresse n’en avait plus pour longtemps avant de finalement jouir mais elle dût remonter à la surface respirer un peu. Devant le regard froid de Leona, Pauline replongea rapidement dévorer son vagin. Pauline sentit de léger mouvements de hanches chez sa maîtresse et agrippa fermement ses fesses pour pouvoir la lécher passionnément jusqu’à ce qu’elle finisse par déverser sa cyprine dans la bouche de son jouet. La jeune fille remonta à la surface et avala la mouille de sa maîtresse. Elle avait finalement réussi à la faire jouir, et elle espérait qu’elle serait reconnaissante, même si elle en doutait fortement.

- J'espère que ça vous avez apprécié maîtresse, murmura Pauline tout en respirant fortement.

Elle n'avait qu'une hâte, c'était d'échapper à sa maîtresse à la fin des cours et d'aller se reposer après cette éprouvante journée. Cependant Pauline avait entendu Leona dire qu'elle allait la violer, et elle savait qu'elle ne pourrait pas y échapper...
Journalisée

Leona
Humain(e)
-

Messages: 97



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Septembre 22, 2016, 09:11:27 »

Sous la surface, là ou l'air était absent, notre petite secret était bien gardé et chaque plaintes étouffées ne seraient jamais découvertes. C'était comme un autre monde, une autre dimension dans laquelle Pauline était plongée pour travailler en toute sécurité. Ce qui marchait d'ailleurs bien à en juger par mon intimité, qui se réchauffait dans l'eau froide de la piscine scolaire. Peu à peu, je perdais mes moyens au point de ne plus savoir comment retenir mes gémissements, qui se faisaient plus présent. Certains élèves regardez même en notre direction en se demandant s'il ne s'agissait pas d'autre chose qu'un simple cours d'apnée... Heureusement, je pu garder mon calme lors de l'orgasme en empoignant ma poitrine à pleine main, et en mordant ma lèvre inférieur, le regard vague en me concentrant sur une seule pensée * Ne pas crier... ne pas gémir... mais surtout ne pas crier ! * Et avant même de m'en rendre compte je déversais mon nectar entre ses lèvres en serrant les cuisses, dandinant mes hanches de droite à gauche pour garder un appuis stable.

Lorsque ce fut fini, je ne lâchais qu'un petit gémissement ainsi qu'un soupire d'aise, expirant une bouffée chaude en prenant Pauline contre mon corps, tête contre ma poitrine... Mais au loin déjà le professeur appelait les élèves à se rassembler au vestiaires, pour une petite pause de 10 minute. Après une bonne heure dans l'eau quoi de mieux qu'une entracte après tout..

Elle a bien travailler monsieur, mais nous allons faire l'impasse sur la pause, Pauline veut encore travailler, elle me dit qu'elle est sur la bonne voie.

Une fois tout le monde sorti de la salle, je la regarde d'un air carnassier avant de sortir de la piscine, sortant de mon sac à coté du banc un long gode ceinture, d'un calibre long. Lorsque j'avais dit que j'allais la violer je ne mentais pas,, et je comptais bien prendre son derrière dans la piscine, après avoir enfiler l'instrument autours de la taille.

Ne t'en fais pas, personne ne t'entendra crier sous l'eau... et ça devrait être rapide vu ton excitation...

D'un coups net, je plaque ma main dans sa chevelure et lui plonge la tête sous l'eau d'un geste en avant, penchant son corps fesses bien en arrières. Et effectivement, elle pouvait toujours crier maintenant qu'elle était sous l'eau, avec ses fesses en offrande à mon bassin qui pilonnait déjà son derrière. D'abord par de petits mouvements à l'entrée de son anus, puis plus sauvagement, sans ménagement... Après tout, un viol ne devait pas être doux...

T'en jouiras, même si tu dois t'en noyer et finir à l'infirmerie...

Des mots bien cruels alors que ma poigne sauvage resserrait encore sa chevelure... je voulais clairement l'entendre crier à plein poumon sous les assauts ravageurs qui irritaient son derrière. Et j'y allait de bon coeur, son corps se faisait maltraiter et je commençais à avoir du mal à pousser plus loin. Qu'importe, je continuas à utiliser son derrière comme une porte sens unique qui ne pouvait qu'être enfoncé. Il ne fallait cependant pas oublier le but de ce viol sous-marin et ma main libre passait sous son maillot pour aller masturber du bout de l'index, son intimité encore chaude. J'espérais un orgasme haut en couleur pendant qu'elle s'étouffait, avant de la laisser ensuite tranquille pour un petit moment...
Journalisée
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Septembre 23, 2016, 09:51:26 »

Quand son calvaire fût finit, Leona enlaça Pauline et plaqua le visage de la jeune fille sur sa poitrine. Line ferma les yeux et reprit son souffle en savourant cet instant de repos contre sa maîtresse. Mais le repos n'allait pas durer. Alors que les élèves étaient rappelés, la peste déclara au professeur qu'elles resteraient encore dans l'eau. Comme si Pauline voulait encore travailler. Elle n'en pouvait plus et savait qu'elle allait maintenant se faire violer. Cependant elle ne dit rien et se prépara mentalement à ce qui allait se passer. Leona était sadique et ne supportait pas qu'on la contrarie. Line devrait être soumise pour ne pas subir de choses encore plus douloureuses et humiliantes.
La jeune fille vit sa maîtresse sortir de l'eau et revenir avec un énorme god ceinture. Il était extrêmement long. Beaucoup trop à son goût. Leona agrippa les cheveux de son esclave et plongea sa tête dans l'eau avant d'enfoncer l'immense god dans son anus. Line lâcha un profond gémissement qui eût pour effet de vider ses poumons de tout l'air qu'elle avait inspiré avant d'être mise sous l'eau. Très rapidement Leona maltraita le cul de la jeune fille en lui défonçant l'anus et en enfonçant toute la longueur du god en elle. Pauline avait l'impression que son cul allait se déchirer et gesticulait dans tous les sens sous l'eau alors qu'elle n'avait plus d'air. Sa maîtresse ne semblait pas y porter beaucoup d'importance car elle préféra jouer avec son index sur l'intimité de son jouet. Pauline se sentait vraiment humiliée par ce que lui faisait Leona. Même un chien était mieux traité que ça. Finalement la jeune soumise ne pût s'empêcher de jouir alors que le god lui violait une énième fois le cul. Pauline gémit de plaisir et de douleur alors qu'elle commençait à sérieusement s'étouffer et qu'elle avalait de plus en plus d'eau.

Pauline n'avait qu'un souhait, que tout ceci se termine et qu'elle puisse rentrer chez elle. Heureusement elle ne vivait pas dans l'internat du lycée. Ses parents voulaient l'avoir auprès d'elle après sa disparition. Cependant Line ne souhaitait pas que cette peste sadique sache où elle habite. Elle devrait faire attention à ne pas être suivie quand elle rentrerait.

Elle n'en pouvait plus et sentant que sa maîtresse n'était pas pressée de la libérer, Pauline se dégagea violement de la prise de cette dernière. Une fois hors de l'eau, elle recracha beaucoup d'eau et toussa. Elle avait eu très peur de mourir noyer. Sa peur avait dépassé son caractère de soumise, Pauline gifla le visage de Leona et la regardait avec dégoût.

- Espèce de sale peste sadique ! Tu voulais me tuer ou quoi ? cria la jeune fille. J'étais entrain d'étouffer bon sang ! Qu'est ce qui ne va pas chez toi !

Elle avait parlé sous le coup de la colère, et elle savait que Leona allait lui faire payer cet affront. Mais elle s'en moquait, elle était soulagée d'avoir pu lui dire ce qu'elle pensait.
Journalisée

Leona
Humain(e)
-

Messages: 97



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Septembre 24, 2016, 10:44:20 »

Je croyais devenir folle de rage... Tout prenait pourtant une tournure parfaite. Les bulles d'airs étaient légions et ses cris freinés par l'eau restaient parfaitement inaudible à la surface. Elle avait même fini par jouir sous mes doigts, juste par quelques caresse sur son intimité et quelques " petits " coups dans son derrière. Sa paire de fesses devait d'ailleurs être en feu, elle avait surement la sensation de s'être faite dévaster par cet antre si tabou, et par un gode aux dimensions plus que douteuses. Il suffisait simplement d'être lucide pour savoir qu'un élève de lycée ne pouvait en aucun-cas en avoir une aussi grosse dans le pantalon, le jouet était donc peu adapter aux paires de fesses d'une jeune fille comme Pauline... d'ailleurs était-il adapté à une quelconque paire de fesses ?

Dans tous les cas j'étais heureuse de savoir qu'elle venait de jouir, même si la brune était à demi consciente sous l'eau derrière sa longue chevelure ondulant, comme une pieuvre. Non jusque là tout allait vraiment bien jusqu'à ce que cette peste décide de me gifler en haussant le ton. Sous la surprise je ne ripostais même pas, écarquillant dans un premier temps les yeux en touchant ma joue, choquée par le geste. Aussi loin que remontait ma mémoire c'était la première fois que je recevais une gifle... même mes parents jadis, n'avaient jamais oser porter la main sur moi dans mon enfance... Là pourtant cette brunette au passé de soumise pourtant bien prononcé, venait de m'en foutre une avec agressivité...

Tu... Sa... salope de soumise... tu as vraiment...

Passé l'étonnement c'est le froid glacial qui se dessine dans mes yeux, un froid qui aurait été capable de geler n'importe qui sur place dans un long frisson dorsale.

Putain... je vais te noyer... je vais vraiment te noyer...

Ne sachant pas comment réagir et portée par mon instinct je lui fou la tête sous l'eau une fois encore mais dans le but de ne pas la laisser remonter cette fois. Par delà la surface, je la fixe d'un regard froid, et ses gesticulation et son visage apeuré m'énerve tellement que je redouble d'effort pour lui faire du mal, profitant d'un petit cri de détresse pour lui enfoncer d'un violent coups sec le gode ceinture au fond de ses lèvres. " Noie toi en silence " avais-je penser sur le coups, mais est-ce que je n'en faisait pas trop ? Le corps de Pauline se faisait bientôt faible et l'eau se frayait un chemin vers son nez, noyant bientôt ses narines du liquide chloré. Oui, elle était à deux doigts de se noyer pour de bon, qu'était-je en train de faire ? Non, ce n'était pas le chemin que je voulais emprunter, je devais reprendre mes esprit et passer la colère... j'avais juste eu une réaction surdimensionner à cette gifle car je n'avais pas su comment réagir... les premières fois étaient souvent douloureuse comme on le disait si bien.

Merde... t'as de la chance que je me suis reprise. Lui dis-je un peu moins sèchement en tirant son corps hors de l'eau, toussant par coups nets et espacé l'eau qui gorgeait ses poumons.

Mais la colère persistait, elle persistait tellement que je la laissait allongée sur le rebord de la piscine en prenant la direction de la sortie.

Ca te feras un bon prétexte pour aller à l'infirmerie et sécher le reste du cours... quand le prof te trouvera dans cet état. Mais n'oublie pas que je connais ton secret... alors, tu as faillit te noyer toute seule en voulant trop en faire c'est compris ? Sinon même l'épicier du coin et la petite commère de 85 ans de ton quartier connaitrons ton secret...

Et je m'éclipsais, tremblant encore de colère mais préférant prendre une petite pause loin d'elle pour le moment, dans le cas contraire je risquais vraiment de la tuer sous l'impulsion... Au moins, je savais qu'elle n'allait pas y rester et qu'elle avait juste besoin de repos pour reprendre son souffle... j'étais déjà soulager même si je ne le montrait pas ouvertement
Journalisée
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Septembre 24, 2016, 11:14:01 »

Pauline savait qu'elle avait été trop loin en frappant Leona. Son visage rouge de colère en était la preuve. Pauline avait presque envie de pleurer en pensant aux souffrances qu'elle allait subir.

-Je suis vraiment désolée maîtresse, je n'aurai pas dû faire ça. S'il vous plait pardonnez moi je ferai tout ce que... bredouilla Pauline avant que Leona ne la plonge sous l'eau.

La jeune fille se débattait pour remonter à la surface mais sa maîtresse avait fermement agrippé ses cheveux et lui maintenait facilement la tête sous l'eau. Pauline était paniquée et pensait que cette peste allait la tuer. Elle enfonça violement le god dans sa bouche ce qui lui fit avaler de travers un peu d'eau. Elle était terrifié à l'idée de mourir et continuait de se débattre même si elle sentait ses forces l'abandonner peu à peu. Allait-elle mourir avec un god en bouche pour satisfaire une malade mentale ? De l'eau s'infiltrait par son nez et sa bouche alors que son corps réclamait de l'air. Finalement Leona tira son jouet hors de l'eau et la coucha sur le bord de la piscine. Pauline cracha une belle quantité d'eau en pleurant et respirant avec difficulté. Leona l'abandonna à son sort après une dernière menace et lui avoir conseillé d'aller à l'infirmerie. C'est ce qu'elle fit après avoir raconté s'être noyée au professeur de sport. Ce dernier était en colère après Leona mais la jeune fille lui expliqua que c'était entièrement sa faute et que sa camarade n'y était pour rien.
Pauline alla au vestiaire remettre son uniforme du lycée puis alla à l'infirmerie. L'infirmière lui déclara que du repos suffirait pour qu'elle se remette de cette épreuve. Elle s'allongea sur un des lits de l'infirmerie et ferma les yeux. La cloche sonna la recréation et l'infirmière quitta la pièce pour aller à la salle des professeurs.
Line était encore choquée par sa mésaventure. La prochaine fois qu'elle verrait Leona, elle s'excuserait et lui promettrait une obéissance sans faille. Elle devait se racheter à tout prix.
Journalisée

Leona
Humain(e)
-

Messages: 97



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Septembre 24, 2016, 11:54:46 »

Il me fallut un bon moment pour complètement me calmer, mais aussi deux bonnes cigarette, cachée sous un escalier à souffler longuement la fumée. Les images de mon excès de colère parcouraient encore mon cerveau à plein régime, si je n'avais pas repris mon calme il ne lui aurait surement fallut pas plus de 10 secondes pour réellement s'étouffer. Hors de question de s'excuser cependant... elle avait été elle aussi beaucoup trop loin après tout, et je restais assez en pétard pour le lui faire payer. Mais comment ? il n'y aurait jamais une seule punition à la hauteur pour laver l'affront de cet acte odieux. Non jamais.

* Putain... elle m'as pas fait mal mais de quel droit... attends un peu... *

La deuxième cigarette finit cruellement écrasée sous le talon de ma bottine alors que je me relève pour aller lui rendre " visite " à l'infirmerie. Comme je le pensais Pauline était seule derrière un rideau, encore allongée dans le petit lit. Elle ne pouvait donc pas voir qui était rentré et devait surement penser que c'était l'infirmière. A cette heure-ci c'était pourtant improbable, je savais de source sure qu'elle prenait toujours une pause de 40 minutes et deux cafés long avant de bouquiner dans la salle des profs, ce qui laissait donc une marge.

J'en riais presque sadiquement en enfilant une des tenues d'infirmière dans le placard, même si la poitrine était compressée et me faisait déjà presque suer une fois le reste enfiler... Au final, j'étais une super infirmière sexy, au décolleté trop ouvert et maintenant très mal mon tours de poitrine ! La jupe rose qui allait avec était quant à elle à ma taille, et j'avais garder mes propres bottines par soucis d'une différence de pointure... dommage, les talons m'auraient bien fait envies... Mais qu'importe puisque je rendrais en plus dans mon rôle d'infirmière en enfilant de long gant blanc, d'une matière entre le latex et le caoutchou. Pour les cheveux une super queue de cheval vint rajouté une touche de charme faussement sage... Je pouvais transpercer Pauline de mon regard bleu océan en tirant le rideau désormais.

Bonjour mademoiselle Pauline, je suis l'infirmière assistante en stage. Selon votre dossier vous avez quelque difficulté à respirer correctement suite à un effort trop prolongé.

Bien évidement qu'elle m'avait tout de suite reconnue,je n'avais rien fait pour dissimuler mon identité après tout. Seulement, je m'amusais à rentrer dans le rôle de la véritable infirmière. Je prenais même la température une première fois en posant mes lèvres sur son front.

Je crois que vous avez de la fièvre, on va vérifier ça.

Juste un prétexte, elle n'avait pas plus de fièvre que j'étais une assistante infirmière pour de vrai, mais ça me permettais de jouer un peu avec elle pour préparer ma vengeance dont je n'avais pas encore l'idée moi même. Pourquoi ne pas commencer par l'humilier un peu alors ? En faisant semblant par exemple d'avoir perdu le thermomètre rectal... et remplacer l'instrument par deux doigts bien glissant dans son anus. Les gants moulant produisaient d'ailleurs un agréable sons de glissement ressemblant presque au latex, et je prenais un malin plaisir à les agiter dans tous les sens en caressant bien le fond de cet antre interdite, durant une bonne minute et demi sans bouger.

Non pas de fièvres, mais je trouve votre anus bien ouvert pour une jeune fille de votre age, dites moi en détails ce qui a pu l'écarter comme ça... en tant qu'infirmière je me dois de veiller à la santé des élèves. Je vais aussi vous demander de vous lever un moment et de vous mettre toute nue... je veux en profiter pour faire un check up de votre état. Lui ordonnais-je avec une voix si douce qu'ont aurait presque pu me croire excellente comédienne.
« Dernière édition: Septembre 24, 2016, 12:21:15 par Leona » Journalisée
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Septembre 24, 2016, 12:26:07 »

Pauline s'était presque endormie sur le lit de l'infirmerie, et un peu de sommeil ne lui aurait certainement pas fait de mal, bien au contraire. Mais la jeune fille entendit quelqu'un entrer. Ses sens furent immédiatement aux aguets. La personne semblait se changer et Line ne pouvait pas voir qui c'était à travers le rideau. Mais le silence l'avait directement mise mal à l'aise. L'infirmière aurait déjà prit de ses nouvelles si c'était elle. Il était évident que c'était Leona et qu'elle revenait à la charge. Pauline respira profondément et se prépara à s'excuser quand sa camarade tira le rideau et se montra en tenue d'infirmière. Elle était terriblement sexy et la jeune fille se perdit sans le décolleté de la vilaine peste.

- Bonjour mademoiselle, déclara Pauline en décidant de jouer son jeu.

Pauline fut surprise par la douceur des lèvres de Leona sur son front et se sentait honteuse de vouloir sentir ses belles lèvres rouge sur sa bouche. Leona déclara vouloir prendre la température de Pauline. Elle passa sa main sous la jupe de la jeune fille, la passa sous sa culotte et enfonça deux doigts dans son anus. Ce n'était pas désagréable même si elle aurait préféré qu'elle ne porte pas de gants. Elle remua ses doigts sans retenue et en les enfonçant profondément. Pauline poussa plusieurs petits gémissements. Finalement après un bon moment à jouer dans son anus, l'infirmière pour une aprèm lui déclara qu'elle souhaitait prendre soin des élèves et qu'elle voulait que Pauline se déshabille. Elle allait jouer son jeu sans rouspéter. Si elle faisait absolument tout ce qu'elle désirait, peut-être serait elle un peu plus douce.

- Je vous remercie pour l'intérêt que vous portez à ma santé déclara Pauline en se mettant debout et en retirant un à un ses habits. Pour mon anus c'est tout à fait normal. J'ai été enculé par un god ceinture qui était non seulement très long, mais aussi très large.

Pauline continua de se déshabiller en retirant son soutien-gorge qui dévoila sa poitrine menue, puis termina en retirant sa culotte et ses chaussettes.

- Je veux être certaine d'être en bonne santé mademoiselle, avoua Line. Faites tous les tests que vous jugez nécessaire pour vérifier que je vais bien. Je vous en remercie d'avance.

La jeune fille savait que de toute façon elle subirait tout ce que l'esprit pervers de Leona pouvait inventer. Mais elle était prête à tout tant qu'elles étaient entre elles deux.
Journalisée

Leona
Humain(e)
-

Messages: 97



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Septembre 24, 2016, 02:06:03 »

Pauline était adorable toute nue malgré ses petites formes et ses seins qui ressemblaient d'avantage à deux jolies fruits en plus pousse qu'à de gros agrumes. Ca avait son charme, et je pue les prendre une première fois à pleine main sans mal, prétextant que c'était pour les peser, pour le dossier médical. Mhhh un peu petit, ils ne se développent pas très bien. Palpant sa petite poitrine presque avec amour et avec un peu d'insistance, je termine par deux petites tapes bien fermes dessus, dans un agréable sons de claquement de chaire. Il ne me fallait pas plus de quelques secondes pour en faire de même avec ses fesses, les gratifiants de quelques fessées douces en la fixant dans les yeux.

Mais tout d'abord nous allons soigner ce joli petit cul bien écarté, tu dois avoir mal.

Fouillant pour trouver une crème hydratante, j'en saisis un flacon blanc et épais que j'étale sur mes mains, et au bord de son anus. Commence alors un massage circulaire au bord de son gouffre, d'un frottement agréable et appuyé avant d'y entrer. Là, c'est le même traitement, un massage profond et appuyé durant de longues minutes avec une crème chauffante, qui en plus de soulager ses brûlures fait agréablement chauffer son anus. la température de ses parois maintenant bien rehaussées et le fonde de son trou meurtri apaisé, je peux retirer mes doigts dans un agréable sons de glissement.

C'est agréable non ? C'est tout chaud ? Mais fait attention maintenant, éviter de te prendre quoi que ce soit si tu ne veut pas déchirer les parois anales et te faire un mal de chien.

J'en profitais également pour réellement lire son dossier médicale, et tomber sur des choses plutôt intéressante... comme son adresse par exemple... Un large sourire se dessinait sur mes lèvres pendant que je préparais le prochain exercice de ce check-up.

Je vais devoir analyser certains de tes fluides pour analyse aussi. il va falloir que tu te masturbe et que tu remplisse ce flacon, d'accord ? Pour te rassurer, tu n'auras qu'à me regarder pendant que tu le fais.

Pour la rassurer ? Mais bien sure ! c'était surtout pour l'humilier complètement ! Et rien que d'imaginer la scène... mhhh... Pauline se masturbant avidement pour un soit disant examen, toute nue, en regardant droit dans les yeux son infirmière comme une petite soumise toute mignonne... ça devrait vraiment faire son petit effet sans soucis ! D'autant plus que la porte, même pas fermé à clef... était un risque supplémentaire qu'elle soit surprise en plein action. Pour limiter ces risques je l'incitais à faire rapidement en titillant le bout du stylo sur son clitoris, l'appuyant un moment dessus avant de reprendre la route sur son bas ventre, pressant désormais ses tétons... Ce qui me donna une idée alors que j'abandonnais le stylo... Un autre prétexte médical pour l'humilier encore

Il faut aussi que je puisse mesurer tes tétons quand ils poussent, que je puisse m'assurer de leur fermeté...

Et ça, c'était le boulot des deux petites pinces métallique et froide que je venais lui attacher aux bout des tétons. En plus de l'acier glacial il y avait aussi le poids, un peu lourd... Pour le moment ce petit jeu infirmière / patiente restait plutôt soft, ce qui me laissait le temps de préparer une véritable punition pour ce soir... Oui, je n'allais pas lui laisser un seul moment de répit, pas même après les cours !
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox