banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Tu veux du lait ? [PV]  (Lu 2041 fois)
Marguerite
Terranide
-

Messages: 31



Voir le profil
FicheChalant
Description
Marguerite est une petite terranide vache très simple d'esprit. Elle va croire tout le monde. Elle ne sait rien faire de ses 10 doigts si bien que personne ne l'accepte comme esclave. Attention : Pensez à la traire
« le: Septembre 12, 2016, 10:22:18 »

« Meuh, meuh ! Meuh !! Encore aujourd’hui je vais me faire un peu d’argent pour pouvoir m’acheter des bonbons au citron ! »

Marguerite partait de chez elle, toute contente, elle portait dans sa main un panier remplit de bouteille de lait. Du bon lait qui venait directement de ses seins ! Marguerite depuis quelque temps avait pris pour habitude de faire le tour du village pour vendre son lait. Les gens pouvaient donner ce qu’il voulait contre une petite bouteille. Tous les matins, Marguerite faisait tranquillement sa tournée. Aujourd’hui comme les autres jours, elle put vendre toutes ses bouteilles, mais elle avait une autre idée en tête.

La petite vachette portait un sac à dos avec d’autre bouteille, mais vides. Elle s’arrêta dans un coin tranquille pour pouvoir les remplir, elle appuyait tout simplement sur ses seins et du lait sortait de ses tétons directement dans la bouteille. Cela mettait un peu de temps, mais on sait tous que le temps importe peu pour Marguerite. Elle faisait cela pour aller dans d’autres villages. Pour gagner plus d’argent et avoir beaucoup plus de BONBONNNNNNNNNNNNNNNNNNNN !

Après une bonne heure les bouteilles étaient remplies, elle se mit donc en route à travers la forêt pour se rendre dans le village voisin. Sauf… Que voilà. On le sait tous c’est impossible pour la petite vachette de se souvenir d’un chemin et encore moins quand elle ne c’était pas préparée. Alors tout naturellement elle se perdit dans les contrées…

« Ahhh ces arbres… Pourquoi c’est tous les même ! »

Très bonne question, on pourrait en parler pendant des heures. Mais nous n’allons pas le faire bien sûr. Marguerite essayait de retrouver son chemin, elle regardait de gauche à droite… Mais ne faisant pas attention où elle marchait, elle se prit alors les papiers dans une racine pour tomber à plan ventre face à un arbre. Heureusement, elle n’avait rien cassé, les bouteilles étaient en plastique. Alors qu’elle était encore par terre, elle entendit du bruit… Des espèces de ricanement venant d’un trou… C’était très étrange !

« Il y a quelqu’un ? Youhouuuuuuuu ? »

Marguerite tendis l’oreille et de nouveau des ricanements, elle se mit alors à ramper en direction du trou. Et à la façon Alice aux pays des Merveilles, elle se mit à tomber. La chute était longue. La vachette criait au début avant de s’arrêté tellement c’était long, elle essayait de s’agripper aux murs, mais rien n’y faisait. Plus elle descendait plus il faisait chaud et on aurait dit que de la lave recouvrait les murs.

Sa chute s’arrêta un sur tas tout mou qui amortie sa chute… On aurait dit un gros tas de boue. Marguerite sortie rapidement du cette horrible chose dégueulasse. Elle avait l’air de se trouver dans une petite grotte, elle s’empressa d’en sortir, pour tomber dans d’immense couloir… La vachette venait tomber dans le plus bas. Elle se retrouvait dans les Enfers… Et plus précisément dans le Palais Infernal. Marguerite n’en savait rien du tout… C’est alors que les petites voix se remirent à ricaner, mais aussi à parler.

« Tu es perdue petite vache… Va au bout du couloir… Notre grand chef sera là pour t’accueillir !! Ahhh » - « Il saura bien d’accueillir, tu vas voir Helel est très gentil avec les inconnus surtout les jeunes femmes… »

Les ricanements résonnèrent de nouveau. Tout cela était bien étrange… Mais très naïve Madame Meuh-Meuh ne chercha pas à comprendre et s’aventura vers le couloir ou une immense porte lui coupait le chemin. Par pur politesse, elle frappa à la porte. Elle en profita pour remettre comme il se devait sa petite jupe qui lui arrivait au-dessus des genoux et son petit top qui ne lui recouvrait que son imposante poitrine pleine de lait. Ah il ne fallait pas oublier sa petite clochette autour du cou.

« Monsieur Hel… Helu… » Ouais en à peine deux secondes, la vachette avait oublié le prénom de son interlocuteur. Bref… « Monsieur ! »

La vachette poussa la porte pour passer sa tête, il faisait assez noir l’hyrbide n’était pas habitué et elle ne voyait qu’une silhouette imposante.

« Je me suis perdue, des petites voix m’ont dit que je pouvais venir chercher de l’aide ici ! J’ai également du lait à vendre, mais si vous m’aidez je pourrais vous le donner directement. C’est moi-même qui le produit, je suis une terranide vache, je m’appelle Marguerite ! »

Comme à son habitude, la jeune vachette faisait des monologues pour ne rien dire.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2464



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Septembre 12, 2016, 11:36:29 »

« Que… Quoi ? » Il était rare de parvenir à vaincre les défenses d’Helel. Il avait l’habitude d’afficher un air blasé, un regard renfrogné chargé d’agressivité. Il avait l’aura d’un Roi, d’un tueur, d’une personne que l’on osait approcher sans poser un genou au sol. Et voilà qu’il se trouvait décontenancé par cette vache à lait aux gros pis bien remplis. « Helel. » Reprit-il, abandonnant finalement.

Il avait cru, un moment, qu’une de ses succubes était venue l’aguicher en se faisant passer pour une petite vache cruche et prude. Mais il s’était trompé, il avait le vrai morceau devant lui. Et quel morceau. Que l’on préfère les fesses bien rebondies ou les pis remplis de lait, la vachette avait visiblement les deux. Helel avait bien envie de l’entendre gémir, de la traire avec violence.

« Très bien Marguerite, tu es donc une vendeuse de lait ? » Il sourit, se levant de son trône. Son pas était lent, méthodique, les claquements de ses semelles lourdes résonnant dans la grande pièce vide. Le mâle s’approcha de la petite vachette, passant ses lourds doigts rêches derrière son oreille, qu’il caressa tendrement. « Quelle bonne petite vachette tu fais, Marguerite. » Murmura-t-il. « J’aimerais en goûter un peu, avant d’acheter. »

Il posa ses lourdes mains contre le bas-ventre de la petite vache, soulevant alors d’un seul coup son top  pour exposer l’énorme paire de seins qu’elle exhibait d’une façon éhontée.  Voilà un emballage bien plus attrayant que n’importe quelle bouteille. Helel s’attarda sur les mamelons appétissants. Il avait les mains chaudes et rêches, les mains d’un sauvage, en parfait contraste avec la chair moelleuse de Marguerite.

« Je n’aime pas les bouteilles, désolé ma jolie. » Dit-il en giflant sèchement les seins, décidemment beaucoup trop gros, de la vachette. Il le fit une fois, puis deux, y prenant un grand plaisir. Ils étaient si beaux, quand ils gigotaient sous la force de ses tapes. Ses mains pressèrent ensuite les tétons, les faisant rouler avec expertise pour les offrir aux lèvres d’Helel, qui s’y pencha et se mit à téter franchement, jouant avec expertise de sa langue contre les tétons. Sa main pressait fermement le sein qu’il goûtait, en extrayant le lait. « Mhhh, je dois reconnaître que c’est du bon lait. » Minauda-t-il.

Comment pourrait-il bien pouvoir la payer ? Il avait sa petite idée, mais il aimait rendre les jeux plus intéressants, quitte à devoir tricher. Il posa sa main contre la joue de Marguerite. Lire les pensées n’était pas une chose aisée, mais la vachette était si simplette qu’Helel n’eut aucun mal à comprendre la raison pour laquelle elle dispensait son lait si arbitrairement. Il sourit.

« J’ai une grosse sucette pour toi ma belle, tu verras, elle est sucrée comme tu les aimes. » Il giflait doucement ses beaux seins en lui parlant, et guida ses petites mains jusqu’à son gros sexe veiné, l’incitant à défaire son pantalon. « Suce la bien gentiment, ou tu n’en auras plus. » Il attrapa ses petites cornes et, sans aucune douceur, la flanqua sur les genoux, devant son gros sexe. Cependant, il n’empestait pas le mâle, comme à son habitude. Sa queue aurait le goût d’un bonbon, acidulé, sucré, amer, peu importait, il aurait le goût de ce que voulait Marguerite.

« Allez, suce bien profondément, petite conne. » Il laissait entrapercevoir ses véritables couleurs, enfonçant sa belle bite d’une traite dans la jolie bouche pulpeuse de Marguerite, l’obligeant à savourer cet énorme sucre d’orge qui lui faisait une bosse ridicule à la joue. « Moi aussi je peux te donner du lait, il a encore meilleur goût que ma sucette. » Il se sentait incroyablement stupide à déblatérer ce genre d’imbécilités, mais abuser d’une idiote aux gros pis comme Marguerite avait quelque chose de tellement excitant qu’il se moquait de pouvoir dire de pareilles inepties.
Journalisée

Marguerite
Terranide
-

Messages: 31



Voir le profil
FicheChalant
Description
Marguerite est une petite terranide vache très simple d'esprit. Elle va croire tout le monde. Elle ne sait rien faire de ses 10 doigts si bien que personne ne l'accepte comme esclave. Attention : Pensez à la traire
« Répondre #2 le: Septembre 11, 2017, 03:18:17 »

Les yeux de la vachette commençaient à s'habituer au peu de lumière qui se trouvait dans la pièce. C'est alors qu'elle vu un homme assis sur un trône qui n'avait pas vraiment l'air sympathique et prête à l'aider comme les petites voix venait de lui dire. Non, mais pour quelqu'un aussi simple d'esprit, elle se doutait que ça n'allait pas se passer comme elle le souhaitait et qu'elle n'allait pas vendre beaucoup de lait maintenant.

"Oui je vends du lait... Mais, mais je ne sais pas trop si vous êtes intéressez, je comprends si vous voulez pas m'en acheter..."

Marguerite regardait le démon se lever et avancer vers elle. La terranide tortillait ses doigts sous l'effet du stress. Cette atmosphère était vraiment pesante. Pourquoi n'y avait-il pas de décoration dans cette salle, pourquoi juste un trône. Mettre un peu de couleur partout serait beaucoup mieux et mettre plus en confiance. Oui, la vachette passait d'une idée à l'autre sens vraiment y faire attention. Mais ce qui la fit revenir à la réalité c'est quand Helel attrapa son haut pour le soulever d'un coup, dévoilant sa lourde poitrine pour pouvoir goûter avant d'acheter.

"Je... Je peux vous mettre mon lait dans une tasse si vous préférez Monsieur Helu... AÏE !"

Marguerite se tourna légèrement sur le côté, mais elle n'arriva pas à esquiver les gifles que le démon lui donnait sur les seins, les faisant gigoter de gauche à droite.

"Mais... Mais pourquoi vous me..."

La vachette s'arrêta de parler quand Helel se mit à lui téter un des seins. Elle posa ses mains sur sa tête pour essayer de le repousser, mais pour lui cela devait simplement être une petite caresse dans les cheveux. Force de mouche quand tu nous tiens.

"Il faut payer Monsieur... Je suis désolé... SUCETTE !"

D'un coup le visage de peur de Marguerite venait de disparaitre quand elle entendit le mot sucette. Et sucette était accompagnée de grosse en plus. Tout ce qu'elle aimait les bonbons ! C'était donc comme ça qu'elle allait être payé directement en bonbon, voilà qui faisait parfaitement son affaire. Le démon guida les mains de la vachette vers son pantalon pour défaire son pantalon...

"Ceci n'est pas une suc... Ahhh !"

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase, que le démon lui attrapa les cornes pour la mettre à genou. Son visage arrivait juste devant l'énorme queue de Helel, dans un premier temps elle tourna la tête pour refuser cette offre. Mais, une odeur étrange arriva à son nez... C'était une odeur de bonbon, comme quand elle rentrait dans le magasin ! Marguerite se lécha alors les lèvres, c'était vraiment une sucette. Et d'un coup elle se jeta sur le membre de chaire. La bouche grande ouverte, elle rentra la queue du démon à l'intérieur. C'était tellement bon, la vachette avait de temps en temps un goût de citron, de fraise, de framboise... Mais des parfums qu'elle n'avait jamais goûtés.

Marguerite ne s'arrêtait plus elle glissait ses lèvres sur cette grosse sucette. Elle était énergique, à chaque va et viens un nouveau goût arrivait, elle voulait tout goûter c'est pour cela qu'elle allait aussi vite. Et en plus Helel venait de lui dire qu'il pouvait lui aussi lui donner du lait qui serait encore meilleur que la sucette, mais pour cela elle devait déjà finir.

Des bruits de succion sortait de sa bouche, sa langue tournait autour de cette queue qui lui déformait les joues. Qui se glissait au fond de sa gorge de temps en temps. Mais on pouvait aussi entendre la vachette pousser des petits gémissements, oui justement pouvoir profiter autant de ce bonbon lui faisait tellement plaisir.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2464



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Décembre 07, 2017, 02:54:53 »

C’était presque trop facile, Helel n’en croyait ni ses yeux, ni ses oreilles. Il ne lui avait fallu qu’un petit tour de magie pour se faire pomper avec avidité par cette petite vache. Non pas qu’il s’en plaigne, il doutait qu’elle soit une succube infiltrée ou autre diablesse avide de pouvoir. Non, c’était bel et bien une petite terranide sotte et gaulée comme un sac à foutre, une vache à lait qui allait lui donner à boire en cette journée aride.

« Ooooh, quelle gourmandise. » Remarqua le beau diable, devant lui-même retenir la vachette par les cornes pour l’empêcher de s’étouffer sur sa queue. Il ne pouvait s’empêcher de donner de puissants coups de bassin en rythme, soupirant d’aise lorsqu’il lui écrasait le nez contre sa dense toison pubienne. Il était d’humeur à se faire sucer la queue, mais pas à rester debout tout ce temps. « C’est assez. » Dit-il, sèchement.

Alors que la grosse bite du démon commençait à devenir irrésistible pour Marguerite, le démon l’en priva, s’extirpant d’entre ses lèvres d’une seule traite. Il ne rangea pas son sexe sous les épaisseurs de ses vêtements, pour autant. Non, il comptait bien mener cette petite sotte par le bout du nez. Il attrapa son gros sexe de ses gros doigts, et se branla longuement.

Sans parler, il rejoignit son trône, s’y asseyant nonchalamment, se caressant le sexe d’une main vigoureuse. Il tapota l’accoudoir de sa main libre, appelant la vachette au sommet des marches, au pied du trône imposant qui y siégeait. Les effluves de son sexe étaient une tentation sucrée pour cette simplette, à laquelle il savait qu’elle ne résisterait pas.

« Si tu veux encore de cette sucette, tu vas venir me faire boire ton lait, j’en veux encore. » Dit-il en se léchant les lèvres. « Tu vas venir jusqu’à moi à quatre pattes, et faire le bruit que font les petites vaches à lait. Puis tu vas t’assoir sur mes genoux, et me laisser téter tes gros pis de petite conne. » L’irrésistible salopard sourit, du pré-foutre coulant le long de sa hampe imposante. Elle n’avait pas le droit de goûter ce bonbon avant de l’avoir fait boire à la source, mais saurait-elle seulement se retenir ?

Il était curieux de le savoir, et utiliserait sa réaction pour déterminer la suite des évènements, pour découvrir de quelle façon il pourrait la transformer en une parfaite petite soumise. Pour l’heure, il était question de savoir si elle parviendrait à se contenir, alors que son client lui agitait un délicieux paiement sous le nez. D’autant plus que pour venir prendre place sur ses genoux, que pour venir le nourrir de ses gros pis, il lui faudrait s’approcher dangereusement de son gros sexe, à quatre pattes comme une esclave.

« Quel gros pis tu as… C’est la seule raison pour laquelle une idiote comme toi doit avoir des clients, pas vrai ma petite vachette ? »
Il se moquait ouvertement d’elle, ne se souciait pas de la dégrader encore et encore, conscient qu’elle devait à peine relever ses insultes, ou qu’elle ne pourrait lui résister de toute façon. Mais lui, arrivait-il réellement à lui résister ? Il bavait presque d’envie devant la poitrine pleine de lait qu’exhibait Marguerite. De toute façon, elle n’était pas assez futée pour le tenter et se jouer de lui comme il se jouait d’elle, pas vrai ? « J’ai soif, dépêche-toi ! » Ordonna-t-il en faisant claquer sa main contre l’accoudoir.
Journalisée

Marguerite
Terranide
-

Messages: 31



Voir le profil
FicheChalant
Description
Marguerite est une petite terranide vache très simple d'esprit. Elle va croire tout le monde. Elle ne sait rien faire de ses 10 doigts si bien que personne ne l'accepte comme esclave. Attention : Pensez à la traire
« Répondre #4 le: Décembre 08, 2017, 02:23:33 »

Oh mon dieu cette sucette avait un goût tellement bon pour la petite Marguerite. A chaque fois qu'elle pensait à une saveur, le goût apparaissait dans sa bouche. Elle dévorait cette queue avec tellement de gourmandise, elle poussait des petits gémissements à chaque fois qu'elle tombait sur un goût trop bon. Ses mains serraient les cuisses du démon et cela lui permettait également de prendre appuie pour ne pas perdre la cadence pour ne pas en louper une miette. C'était sur Marguerite ne pouvait pas se passer de cette magnifique sucette. Elle ne faisait même pas attention à ce que lui disait Helel.

Et le drame arriva... Le démon s'extirpa de ses lèvres. La bouche ouverte la vachette ne comprenait pas ce qui lui arrivait sur les genoux, elle se mit à se plaindre regardant Helel marcher vers son trône lui privant de sa délicieuse friandise.

"Pourquoi ? POURQUOI !! Ma sucette ! Pourquoi vous me faite ça ? Ce n'est pas gentil... Je veux continuer... Je reveux ma sucette s'il vous plait monsieur !"

Marguerite était très triste et de plus Helel gardait un certain suspense, ne disant, se mettant assit sur son trône tout en se caressant. Caressant la friandise de la vachette, elle se léchait les lèvres juste en l'observant. Et alors le démon, lui proposa un petit marché ! Elle devait lui faire boire son lait à la source pour pouvoir profiter de nouveau de cette sucette.

"Pas de soucis marché accepté !"

La vachette se laissa tomber en avant, les mains devant elle pour pas s'éclater sur le sol. Ses yeux ne fixaient qu'une chose cette grosse sucette dégoulinante, elle se demandait à cet instant si ce sperme avait lui aussi un coup particulier. Un jour elle avait mangé des bonbons avec un coeur fondant à la fraise à l'intérieur. Tout ce liquide c'était tellement bon, alors que peut-être ce sperme lui aussi était comme une surprise quand on finissait la sucette.

Marguerite se mit alors en route vers Helel, vers le trône, vers sa douce friandise. Sa lourde poitrine voguait de gauche à droite, s'entrechoquant. Sa clochette résonnait dans la pièce, en même temps que sa voix.

"Meuhhhh ! Meuhhhhhhh! Meuhhhhhhhh !"

La vachette obéissait aveuglement juste pour continuer à sucer sa friandise trop bonne. Sur sa route, elle prit quand même le temps de s'arrêter pour répondre aux moqueries du démon.

"Oui mes clients me disent tous que j'ai des gros pis !"

Marguerite était vraiment trop longue à la détente... Ne faisant pas la différence entre les moqueries de Helel. Elle se remit en marche en continuant ses bruitages de petites vaches à lait. Elle se mit à accélérer le pas se retrouvant alors devant le trône, devant les cuisses ouvertes de Helel où sa sucette l'attendait.

"Meuh... Meuh..."


Sa langue passait sur ses lèvres, regardant ce bonbon si délicieux aux multiples saveurs. Elle était juste en face, si proche. Non, elle ne devait pas y aller. Marguerite se redressa sur les genoux et leva ses yeux vers Helel. La tentation était tellement grande. Si grande...

"Meuhhhhhhhhhhh..."

Et puis merde ! Si elle faisait que gouter encore un peu ce n'était pas trop grave. Il pourrait avoir son lait après, c'était beaucoup trop tentant aussi. Marguerite se jeta en avant la bouche grande ouverte sur sa grosse sucette, collant directement son nez contre sa toison pubienne. Sa langue tourna rapidement autour du gland.

"HMMMMF !!"

Marguerite s'étouffa à moitié avec, puis elle se recula un peu serrant d'une main sa sucette alors qu'elle passait ses lèvres sur le gland récoltant ce délicieux liquide. Une fois qu'elle aurait fini, il pourra avoir autant de lait qu'il veut, là elle voulait juste profiter.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2464



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Décembre 09, 2017, 12:41:18 »

La vachette était complètement incapable de se contrôler, ce qui ne surprenait pas vraiment Helel. C’était foutrement trop facile, mais il ne s’en plaignait pas. Marguerite y mettait tout son entrain, et lui prenait un plaisir fou à la sentir s’étouffer sur sa queue, hoqueter tant elle faisait preuve de gourmandise. Il lui caressa tendrement les cheveux pour la féliciter.

« Vilaine petite vachette. »
Dit-il en glissant affectueusement ses gros doigts dans les cheveux courts de la petite conne, l’encourageant à venir prendre un peu plus de ce sexe en gorge. Elle se baisait la gueule d’elle-même, venant au contact de l’aine d’Helel, qui ronronnait de plaisir comme un fauve. Etrange combinaison que ce félin et cette petite vache à lait. « Han… Tu es en train de… Hmf ! »

En train d’enfreindre les règles. Mais à quoi bon se plaindre ? Il se sentait si proche de jouir. Il perdait le contrôle de la magie qu’il avait utilisé pour influencer les goûts de son corps. Mais plutôt que de l’atténuer, cet orgasme proche amplifiait la chose, lui faisant perdre le contrôle, rendant les parfums plus délicieux encore à mesure qu’Helel approchait de la jouissance.

Au final, ce devait être meilleur encore pour la vachette gourmande que pour le démon, qui prenait pourtant son putain de pied. Il bascula la tête en arrière et ferma les yeux, ne pouvant s’empêcher d’agripper son sexe pour le branler en même temps que le faisait son amante. Il l’obligea à se redresser pour qu’elle pose ses gros pis contre son sexe. Comment se retenir une seconde de plus ?

« Putain ! » Grogna-t-il en jouissant fort, terriblement fort. Marguerite pensait pouvoir avaler tout ce jus onctueux et sucré, mais elle avait tort. Il y en avait tellement, plus que ce que les couilles pourtant massives du démon pouvaient logiquement contenir. Le foutre lui en coulait de la bouche, lui faisant gonfler les joues et lui donnant l’air encore plus sotte qu’elle ne l’était. « Ooooh, bon sang… »

Il ne contrôlait plus vraiment sa magie. Le sperme avait éclaboussé ses abdominaux tracés, ce qui créait un appât alléchant pour la vachette. Quoique superflu, car Marguerite se rendrait bientôt compte que le corps entier du monstre était un véritable délice aux parfums de confiseries. Ses abdos musculeux et ses pectoraux saillants, tous plus délicieux encore que la sucette qui avait tant fait de bien à cette vachette.

« Nettoie-moi tout ce désordre. »
Ordonna-t-il en enfouissant le visage de son amante contre son pubis, à la toison couverte de foutre. Qu’elle ne perdre pas une goutte, entre le moindre pore. Il l’accompagnait involontairement dans ce nettoyage, ondulant sous l’excitation de sentir son corps être ainsi choyé de léchouilles et baisers humides. La bouche de Marguerite s’y prêtait encore mieux qu’à le sucer, moelleuse et délicate qu’elle était. « Relève bien haut tes fesses. »

Lorsqu’elle obéit, il vint passer un doigt contre la raie de son petit cul, descendant jusqu’à l’abricot intime que son majeur vint agacer. Il se pressa sur les lèvres humides, manquant de glisser dans l’intimité, mais trouvant sa place contre le petit clitoris. La pointe de son doigt titillait, de petites caresses et chatouilles circulaires, tandis que l’autre paluche massive guidait Marguerite, ancrée dans sa chevelure, poing serré.

Helel en avait presque oublié le lait. Fort heureusement, il s’en souvint lorsque la vachette fut rendue à lui lécher le cou, et qu’il sentit sa poitrine toute douce se presser contre ses pectoraux de béton. Il souleva la terranide, gentiment, lui donnant une place à califourchon sur lui, ses cuisses de femmes sur ses cuisses de mâle. Puis, il approcha ses lèvres d’un mamelon, avant de traire avec envie et délices.

« Ce lait est si bon. » Complimenta-t-il entre deux goulées de ce lait entier, si ardent de désir qu’il enfouissait son visage contre ce sein, l’écrasant de ses lèvres charnues, les yeux plissés de délice.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox