banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Première rencontre [PV Connor]  (Lu 731 fois)
Ariel
Créature
-

Messages: 56



Voir le profil
FicheChalant
« le: Septembre 11, 2016, 10:58:10 »

Ariel soupira. Ses chaussures en mains la sirène s’avançait sur une plaine sauvage. Elle avait un peu de mal à prendre ses repères dans ce nouveau monde. Les yeux pales de la jeune femme voguaient de droite à gauche. Elle cherchait un coin où être tranquille, ne connaissant pas la politique de cet univers pour les créatures extraordinaires. Sa peau réclamait la tendresse d’une étendue d’eau, la caresse des vagues, les baisers du sel. Bref, elle avait besoin d’être elle-même pendant un moment. C’est pourquoi elle se trouvait là, dans cette étendue désertique. Il n’y avait pas âme qui vive, semblait-il.

Elle trouva enfin ce qu’elle cherchait alors que le soleil embrassait la ligne d’horizon. Un lac, minuscule, et glacé. La jeune femme contempla longuement les environs. Avant de se décider. Elle ôta un à un les vêtements qu’elle portait. Jupe ample et longue, chemisier et sous-vêtements simples furent pliés avec soins avant qu’elle n’enfonce ses pieds pales dans l’eau froide. La blonde réprima un frisson de plaisir et croisa les bras devant elle. Ça faisait très longtemps. Elle s’avança jusqu’à ne plus avoir pied et se mit a nager doucement sur place, en faisant des mouvements calmes et lent. Puis elle laissa l’eau se refermer sur elle, souriant alors qu’elle coulait. Une minute passa avant qu’Ariel ne laisse échapper un filet de bulles fines. Elle vida complètement ses poumons. Puis d’un gracieux coup de reins elle remonta a la surface qu’elle creva. Son corps avait changé. Elle restait la même jusqu’au nombril puis une queue de poisson prenait le relais. Bleue, les écailles brillant dans le couchant. Ariel plongea à nouveau, savourant la caresse de son élément sur son dos nu, sur son corps entier.

En remontant a nouveau, la jeune femme remarqua qu’elle s’était bien éloignée du bord. Ca ne la dérangeait pas, mais elle tenait a garder un œil sur ses affaires. On est jamais a l’abris d’une mauvaise rencontre. Un mouvement attira son attention. Elle avait cru voir bouger quelque chose. Aussi elle s’arreta et lança un timide : « Qui Là ? »

[HS : Elle parle pas bien car nouvelle dans ce "monde" ^^]
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Septembre 11, 2016, 08:41:54 »

Il était compliqué d’emprunter efficacement les chemins de montagne sur un cheval. Ce fut pour cette raison que le démon s’était doté d’une autre monture, un genre de varan gigantesque. Ces montures étaient bien plus efficaces pour ce qui était d’escalader des pentes quasiment verticales et pour supporter des températures qui pouvaient vite devenir très élevées.

Le seul petit inconvénient de ces reptiles géants, était la fréquence à laquelle il fallait leur donner de quoi se rassasier. Que ce soit nourriture ou eau, ces créatures étaient de véritables gouffres à ressources, et Helel n’aimait pas vraiment devoir marquer de si fréquentes pauses dans son trajet. Il avait rendez-vous dans une petite auberge, située à mi-chemin sur une route de montagne quasiment impraticable, et il aimait être ponctuel.

Il n’était plus très loin, et n’ayant pas anticipé la vitesse de sa monture, avait bien une journée d’avance. Ce qui n’était pas pour le déranger. Le soleil allait bientôt se coucher, et si le démon n’avait nul besoin de sommeil, sa créature avait bien mérité un peu de repos. Il faudrait juste trouver un endroit où établir un campement rudimentaire.

Une étendue d’eau se faisait voir au loin, attirant l’œil du démon, qui s’y rendit à pieds, guidant son crocodile surdimensionné jusqu’à l’endroit, en le tenant par la bride. Il y avait d’étranges clapotis dans l’eau. Ceux d’un nageur ? Peut-être d’une bête sauvage dangereuse. Il ne fallait pas prendre de risques. Helel s’approcha silencieusement, mais pas très discrètement, chose compliqué avec sa carrure et la créature qu’il promenait.

« Une femme ? » S’amusa le démon en ramassant les vêtements d’Ariel. Il lança ensuite un regard vers celle qui l’avait interpellé. Le démon guida son varan dans l’eau, laissant à ce dernier le loisir d’y tremper. Ces créatures étaient élevées depuis longtemps pour ne pas attaquer les races humanoïdes, mais Ariel n’était pas forcément au courant. Cependant elle pouvait constater que la créature se fichait complètement d’elle, appréciant seulement le bain. « Je suis Helel, mais toi, qui es-tu ? » Demanda-t-il.

Il avait une pluie de questions, mais ne comptait pas apeurer la jeune femme, et se montrait très prudent dans ses déplacements, s’installant simplement en tailleur au bord de l’étendue d’eau. Sa monture et son accoutrement ne payaient pas de mine, encore plus pour une femme qui ne connaissait rien des habitudes locales. Helel était torse nu, vêtu d’un simple pantalon de cuir et de bottes noires qui ajoutaient à sa taille déjà impressionnante.

Aussi prêt de l’eau, Helel put voir. Une queue de poisson. Alors, c’était une sirène. Une vue bien rare, et encore plus dans les Terres Désolées, et dans une étendue d’eau qui n’était guère reliée à la mer. Le beau diable croisa ses bras sur son torse, observant Ariel avec une certaine réserve. Cherchait-elle une proie à se mettre sous la dent ?

« Une sirène ? C’est étrange. Ce n’est pas un lieu où j’aurais imaginé voir quelqu’un de ton espèce. » Il s’allongea sur l’herbe, les mains derrière la tête. Il pourrait certainement faire usage d’une sirène, après tout, il est bon de s’entourer de toutes sortes de gens. « Que fais-tu ici ? Que cherches-tu dans l’endroit le plus dangereux de tout Terra ? »

Il parlait la langue des démons, une langue d’esprit que chacun comprenait comme sa langue natale, et lui-même pouvait comprendre la langue d’Ariel comme si il savait tout de son accent et de ses tournures de phrase, car il ne l’écoutait pas avec les oreilles, mais avec l’esprit.

« Je ne suis pas un chasseur, tu n’as pas à t’inquiéter. »
Bien sûr, un chasseur aurait dit la même chose, mais le beau diable était sincère.
Journalisée

Ariel
Créature
-

Messages: 56



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Septembre 15, 2016, 04:12:11 »

Ariel sursauta en voyant le lézard entrer dans l’eau. Le corps de la sirène s’enfonça dans le lac, ne laissant visible que le haut de son visage. La bestiole semblait domestique et accompagnée. Mince et raté pour la jolie blonde qui désirait être un peu seule. Anxieuse à l’idée de se faire croquer la mi poisson scruta l’animal, s’attendant à une réaction agressive de sa part. Mais rien de tout ça. Au contraire le lézard semblait s’en fiche comme d’une guigne.

La voix de l’homme lui parvint et elle sorti sa frimousse de l’eau, poussée par une curiosité enfantine. Ariel était surprise de comprendre parfaitement les mots qu’il lui adressait. Elle avait l’impression de les entendre avec sa tête. Elle resta éloignée du bord, se méfiant de l’inconnu. Au pire des cas Ariel pourrait toujours tenter d’entrainer le malandrin au fond des eaux. Là son corps changerait complètement. Ses poumons deviendraient branchies, sa peau prendrait une teinte encore plus pale, ses doigts s’orneraient de griffes, ses prunelles deviendraient verticales comme celles d’un chat. C’est sûr qu’Ariel serait moins jolie que maintenant. Même sa queue changerait, elle deviendrait plus puissante, plus effrayante. Mais ça, se serait uniquement si elle devait plonger longtemps et se défendre.

Aussi il n’en est pas question pour le moment. Elle reste la, a une coudée prudente de la berge. Ses yeux bleus font des allers retours entre l’inconnu et son tas d’effet personnels, posés juste à côté de lui. « Je suis Helel » Elle pencha la tête de côté. Puis se montra du doigt et dit « Ariel ». Elle s’approcha avec prudence et ne put s’empêcher de remarquer les yeux ronds comme des soucoupes qu’il arbora alors que ses écaillés luisaient sous l’eau translucide. Ariel rougit et en se hissant sur ses bras, fouilla son paquetage, pour en tirer une serviette éponge. En s’asseyant elle s’enroula dedans, cachant ainsi le haut de son corps. Une seconde plus tard, sa queue avait disparu pour laisser place à une jolie paire de jambes et Ariel répondait simplement, comme si de rien n’était : « Je ne recherche que la solitude. Et j’ai dut me perdre, je pense. ». Les mains fines de la Sirène virent enrouler ses cheveux et les tordre pour les essorer et en extraire toute l’eau. Enfin elle répondit a la menace par une autre : « Si vous deviez au final être un chasseur, je vous trainerais tout au fond de ce lac et vous y arracherais la jugulaire d’un coup de dents. Dans mon monde, il y a suffisamment de fous, pour que je sois tranquille ici. »

Elle rejeta sa masse presque blanche dans son dos, et deplia un coin de sa serviette pour s’essuyer le visage et les épaules, tout en observant l’inconnu de sous ses cils.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Octobre 01, 2016, 06:04:25 »

La petite sirène déclara s'appeler Ariel. C’était une sonorité plaisante, pour une belle plante aquatique tout aussi plaisante. Helel était intrigué, d’autant que la jeune femme avait du répondant.


Elle ne semblait pas très commode, et visiblement, elle venait aussi d’un autre monde. Ce détail intriguait grandement le beau diable. Elle ne pouvait pas parler de la Terre, car les sirènes n’y étaient pas monnaie courante. Mais ces questions pourraient attendre.


Il fallait, pour l’heure, que le beau diable s’occupe de corriger la façon dont Ariel s’était adressée a lui. Il lui parlait par l’esprit, sans réellement l'expliquer à la jeune femme, qui vivrait une bien différente expérience en essayant de communiquer avec quiconque d’autre.


« Voilà une façon bien barbare de saluer quelqu'un. » Fit remarquer le colosse, souriant légèrement. Devrait-il seulement lui dire ce qu’il lui ferait si elle essayait de s’en prendre à lui? Mhhh. « L’humble Démon que je suis n’aurait aucune raison d’attaquer une sirène, mais le reste de Terra n’est pas aussi clément. »


Il se leva alors, pointant du doigt une grande chaîne de montagnes a l’horizon. Derrière ces sommets, expliqua le beau diable, se trouvait la civilisation. D’un côté des terres arides, de l’autre des plaines à perte de vue. Il daignerait accompagner la jeune femme un moment, jusqu’à ce que leurs chemins se séparent. Si elle le voulait.


« Mais sans parler la langue locale ou posséder un pouvoir comme le mien, tu seras proie. Même les terres que l’on dit accueillantes sont dangereuses pour une femme. » Surtout pour une femme seule, mais cela allait de soi. Helel sourit à ses paroles. Pouvait-il seulement trouver un moyen de tirer profit de cette rencontre ? Une petite idée lui passa par la tête. « J’espère que ta maîtrise maladroite de notre langue ne te portera pas préjudice. Peut-être aurais-tu besoin de mon aide ? » Son sourire s'étira davantage, il s’amusait d’imaginer sa réaction. Il n’avait pas caché ce qu’il était, après tout.


Ce n’était pas un chantage, il la déposerait dans la ville la plus proche qu'elle refuse son offre ou non. Mais il valait mieux accepter, sans quoi Ariel réaliserait bien vite que personne ici n’hésiterait à prendre avantage d’elle, mettant peut être même sa vie en danger. Bien sûr, Helel était de ceux qui cherchaient à profiter de la belle sirène, mais il était l’un des moins mauvais partis.


« Bien. Pour l'heure mettons nous en route. Où devrions-nous aller? Connais-tu seulement le lieu où tu es supposée te rendre? » Était-elle une visiteuse, ou une égarée? Cela pouvait donner un levier, un argument qui aiderait le beau diable à faire entendre sa petite idée de pacte.

Quelle que soit la destination, la route n’était pas sûre, et le beau diable était un bon parti. Aucune créature n’osait s’approcher d’un Varan comme celui que montait le monstre, et encore moins lorsqu’un Infernal comme Helel était du voyage. Si elle n’était pas dans un confort douillet et paradisiaque, Ariel serait, au moins, en sécurité.

« Alors ? » Demanda le beau diable, posant sa lourde main sur l’épaule délicate de la sirène.
Journalisée

Ariel
Créature
-

Messages: 56



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Octobre 07, 2016, 03:20:07 »

La jeune femme regarda durant de longues minutes la ligne de montagnes que lui montrait le démon. Le coeur d'Ariel battait fort car elle se savait perdue. Elle ne connaissait pas Terra, et avait vaguement roulé sa bosse sur Terre. Toïkïo lui manquait, avec son bruit incessant, ses lumières affolantes. La Sirène tenta de masquer son desaroi en frottant vigoureusement sa serviette contre son bras. Elle frotta si fort qu'elle laissa une marque rouge sur sa peau.

Elle devait se résoudre a une chose : en effet elle avait besoin d'aide. "Il est vrais qu'un coup de main ne sera pas de refus. Terra? Je croyais etre proche d'une ville nommé Toi-Kïo."

La belle planta ses yeux bleus dans ceux du démon et ajouta : "C'est par où Toi-Kïo?"
Tout en parlant, elle continuait a se secher, progressivement, et a cacher sa nudité avec ses vêtements, qu'Ariel enfilait au fur et a mesure que l'eau quittait sa peau. La blonde etait maintenant en chemise et en culotte, et se permit de se relever pour enfiler bas et jupe crayon. Ses sandalettes suivirent. Enfin la jeune femme put plier sa serviette et la fourrer, toute humide dans le petit sac qu'elle transportait sagement.

L'idée de pacte ou de payement en remerciement de l'aide qu'Helel lui proposait n'avait pas une seconde effleuré l'esprit de la jeune femme. Car pas dans ses habitudes. Elle etait d'ailleurs un peu perdue avec le système monétaire de ce monde, que la jeune femme jugeait archaïque et inutile.  "Et vous avez raison sur un autre point : je sais être barbare quand j'ai peur. Et aussi sur le fait que je ne puisse pas communiquer normalement ici." Bon au moins elle était franche. La blonde tenta de se rassurer sur ca, et tira un peu sur sa chemise pour en chasser les plis.

Enfin elle jeta un oeil au Varan et pâlit. "Par contre rassurez moi, nous n'allons pas grimper sur cette chose là? N'est ce pas?"
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Mai 22, 2017, 10:01:20 »

Cette petite sirène avait perdu son chemin. Voilà qu’elle se mettait à parler de ce qu’Helel devinait être Tokyo. Si c’était le cas, elle était bien loin de sa destination.

Il sourit, ayant presque l’air avenant. Si l’on exceptait l’étrange aura qu’il dégageait, et l’allure patibulaire de sa monture, il n’y avait aucune raison de craindre le séduisant inconnu.

Le varan restait au calme dans l’eau, observant Ariel d’un œil curieux, pas menaçant, quoiqu’une telle créature ne puisse aisément pousser à la confiance. Keral n’était pas un animal dangereux, pour peu que son maître soit de bonne humeur. Pour l’heure, le maître était de très bonne humeur.

« Eh, cela pourra attendre. » Il parlait bien sûr de cette histoire de pacte. Il laisserait à Ariel tout le loisir de réaliser à quel point ne pas maitriser la langue locale pouvait être un handicap. « Terra n’est pas comme Tokyo, c’est un endroit hostile et terrifiant. Cette bête qui t’inspire tant de peur n’est qu’une banalité, ici. »

Il pouvait la ramener à Tokyo. Mais quel aurait été l’intérêt ? Sur Terre, une jolie jeune femme comme elle n’avait pas grand-chose à craindre, dotée de force et de pouvoirs. Ici, ce n’était pas suffisant. Et si Helel voulait la terrifier dans le but de se l’approprier, il avait tout intérêt à ce qu’elle soit craintive des évènements à venir.

« Tokyo n’est pas ici. Pas sur cette planète, pas sur ce plan d’existence. Pour y revenir, il faudra faire un long chemin. » Il mentait, il aurait pu l’y amener d’un claquement de doigts. « Ne sois pas si craintive, Keral est une monture très disciplinée, et il est assez gros pour effrayer la plupart des prédateurs. » Il sourit légèrement, alors que la bête immense revenait vers lui. « Tu as bien bu, mon gros ? » Demanda le beau diable en caressant l’épais museau du Varan.

La bête répondit de plusieurs claquements de dents. Ce spectacle était effrayant, mais l’étrange monstre arborait une expression paisible, presque… Heureuse ? En tous cas, elle ne semblait pas agressive pour un sou, et Helel lui désigna Ariel.

Suivant le doigt du maître, Keral vint présenter ses flancs à la jeune femme. Il avait une scelle sur le dos, assez grande pour que trois à quatre personnes y prennent place. Ariel serait la deuxième. Cependant, elle devrait se tenir à Helel, le temps ayant eu raison des anciennes poignées qui fonctionnaient sur le côté.

« Viens donc, petite barbare, la nuit battra bientôt son plein, et les créatures qui rodent sont bien plus dangereuses pour toi que ce pauvre vieux Keral. » La bête jeta un regard à la sirène, alors que le beau diable finissait cette petite explication. Helel chevaucha le Varan, tendant ensuite sa main à Ariel, pour l’aider à le rejoindre derrière. La créature était d’une taille exceptionnelle, après tout. « Souhaites-tu visiter ce monde, ou Tokyo te tient-elle tellement à cœur ? »

Qu’il trouve un petit mensonge à raconter pour justifier le chemin qu’il lui ferait parcourir. Pour lui, ouvrir un portail était d’une simplicité enfantine. Mais il se garderait bien de l’annoncer.
Journalisée

Ariel
Créature
-

Messages: 56



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juin 13, 2017, 10:52:50 »

Ariel ne s'était pas aperçue de l'heure. En effet il etait deja bien tard et le soleil commençait a se coucher. Un leger vent faisait danser ses cheveux presque blancs autour de son petit corps d'apparence fragile; ainsi que sa jupe en flanelle. La blonde serra le tissus autour de ses fines jambes. Et jeta un œil a l'inconnu a coté d'elle. Elle ne savait pas trop comment reagir. A Toi-kio les gens passaient a coté d'elle presque sans la voir, bien souvent. Ou alors parfois on l'abordait, d'une façon qui gênait la jeune femme. du coup elle avait ete heureuse de se trouver enfin seule, un peu. Le temps de se détendre. Mais cela avait ete de trop courte durée. Les regards des hommes et de certaines femmes sur elle la troublaient, et Ariel avait vite mis fin a sa baignade quand Helel et Keral avaient fait leur apparition.

Parfois Ariel avait l'impression que le démon l'observait avec le même appétit que les jeunes hommes de Tokio et ca la genait un peu. Bon pour le moment, il n'avait pas eu de geste deplacé, et c'etait un bon point pour lui. Il n’empêche que la Sirène avait tres envie de prendre sa nagoire a son cou et de filer vite fait. "D'autres betes, plus impressionnantes?" Elle croisa le regard apparament placide de la bestiole. M'enfin vous avez vu sa taille?? Elle etait sure qu'il pouvait la croquer d'un seul coup de machoire s'il l'envie lui en prennait. Un long frisson parcourut l'echine de la jeune femme.

Ariel regarda le démon appeler a lui sa monture, et l’échange qu'il y eu entre eux deux. Elle fronca les sourcils, marquant son malaise dans cette rencontre. Bon apres c'est vrais qu'elle etait seulement impressionnée. Et qu'elle en jouait peut être aussi un peu. Elle regarda le démon monter sur son animal avec aisance et se porter a coté d'elle en lui tendant le bras. "Visiter? Je ... je suis épuisée en fait ... j'aimerais surtout me reposer ..." Elle attrapa la main tendue et fut hissée sans effort apparent derrière l'homme. Elle s'assit avec les deux jambes du meme coté, génée par sa jupe pour se mettre a califourchon. Et il etait hors de question qu'elle la remonte pour etre plus a l'aise. Malgré tout elle restait une jeune femme pudique.

Aussitôt le Varan se mit en route en courant, forçant la sirène a agripper la taille d'Helel pour ne pas tomber "Ahhh!" Elle etait surprise. Le vent lui cinglait le visage, elle etait obligée de le coller dans le dos massif pour ne pas etre aveuglée. "Ou nous conduit votre animal?"
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Septembre 03, 2017, 09:59:56 »

Helel se rendait dans une auberge de montagne. Un endroit chaud et confortable, quoique de taille modeste, car les clients étaient rares sur ces routes tortueuses. Le beau diable y avait rendez-vous avec une vieille connaissance, pour parler affaires. Pour l’heure ? Il devait décider de ce qu’il ferait avec cette petite sirène, accrochée à son torse.

« Tu es à l’aise ? » Demanda-t-il en sentant les mains de la jeune femme lui agripper la taille. L’attrapant par la robe comme si elle ne pesait rien, il la jeta entre ses cuisses. Son fessier reposait désormais sur la selle, entre les jambes du démon. Elle avait cuisses et mollet sur la jambe droite du mâle, devant s’accrocher à lui par le cou pour ne pas basculer. « Désolé, c’est mieux pour… La suite. »

Cette énigme ne persista pas très longtemps, car Keral s’arrêta juste devant une falaise rocailleuse. Il était impossible de franchir ce passage sans emprunter les bois adjacents, qui montaient progressivement jusqu’au sommet de plaines, bercées par des chutes dans la montagne. Impossible pour quiconque n’était capable d’escalader pareil édifice de la nature.

« Accroche-toi. »
Ce n’était qu’un conseil, mais il avait tout d’un ordre. Helel n’accorda pas un regard à la sirène, tandis qu’il resserrait fort son emprise sur les rennes du Varan. Ce dernier posa ses deux premières pattes griffues sur la roche, y pénétrant comme un couteau chaud dans le beurre. Puis, une impulsion puissante, qui projeta la troupe en avant, et le reptile se mit à courir le long de la hauteur, jusqu’au sommet de la falaise.

Il y avait de quoi hurler. L’accélération et la vitesse qu’atteignait le lézard, étaient une chose à laquelle peu de gens étaient préparés. Un peu comme si une route de campagne paisible se transformait brièvement en un circuit de montagnes russes. Fort heureusement pour la sirène, cela ne dura qu’une dizaine de secondes, au terme desquelles Keral arriva au sommet, se figeant une fois qu’il eut quitté la verticale.

« Je me rends chez un aubergiste non loin. La nuit est traitresse en ces lieux, d’autant plus maintenant que je dois veiller sur toi. » Il la regarda enfin, souriant légèrement. Il passa ses grands doigts contre les cheveux de la jeune femme, les dégageant de devant ses yeux. Quelle ravissante créature. Peut-être étaient-ce les circonstances étranges de leur rencontre, ou bien le fait qu’elle était à son goût, mais il était intéressé par son histoire. « D’où viens-tu ? Et toi, où vas-tu ? »

Keral n’allait plus aussi vite, lézardant à un rythme lent dans les grandes plaines. Il n’était pas un animal nocturne, mais fort heureusement, l’Auberge du Col Cassé n’était plus très loin. A vrai dire, le beau diable en reconnaissait l’éclat, là où terminait la plaine, dans un nouveau col qui menait à une nouvelle hauteur de montagne. Une lumière brillait à l’horizon, un feu de cheminée et sa fumée qui se voyait à peine dans le ciel voilé.

La route était sans grand évènement, il devait y en avoir pour une vingtaine de minutes, maintenant que le Varan avait dû ralentir le rythme, peinant à aller bien vite sous une telle fraicheur nocturne. Ce fut seulement lorsqu’ils furent arrivés à la porte de l’Auberge qu’un cri retentit, fendant le calme. Un hurlement de bête, perçant. Helel connaissait ce cri, c’était celui d’une Vouivre, qui avait probablement son nid dans les environs.

« C’est le bon moment pour trouver refuge. »
S’amusa le Grand-Duc, guidant sa monture jusqu’aux écuries. Toute l’auberge était construite de pierre, comme les étables collées, où l’on pouvait voir une poignée de créatures aussi massives et étranges que le Varan. Helel mena Ariel jusqu’au comptoir, pénétrant dans l’établissement où il prit une chambre pour trois personnes. Trois, car une autre personne devrait arriver sous peu. « Prenons place à une table. Tu pourras te reposer bientôt. » Dit-il, désignant les tables du hall de réception. Il n’y avait pas plus que cinq clients, en ce moment.
Journalisée

Ariel
Créature
-

Messages: 56



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Octobre 16, 2017, 02:44:30 »

Elle avait beaucoup de mal a rester en selle. Chaque mouvement de Keral manquait de peu de jeter la blonde au sol. Elle avait beau s'aggriper de toutes ses forces, Ariel sentait ses doigts glisser. Devant elle, l'homme lui posa une question, mais elle ne comprit pas. Ou etait ce le petit cri qu'elle poussa? car une main vient la saisir comme une poupée de chiffons, pour la jeter devant lui. Ariel poussa un autre cri de surprise. Ses fesses rondes lui firent un peu mal en rebondissant sur la selle de cuir dure. De meme sons visage cogna contre le torse du demon a l'occasion d'un mouvement du lezard. "Aie!" En même temps Ariel se précipita pour attraper l'homme par la taille. "Ahhhh je vais tomber!!!" Elle fermait les yeux tres fort. Pour les proteger du vent qui lui fouettait le visage et la faisait pleurer. Aussi, elle ne remarqua pas a position soudainement plus erotique, sa jupe retroussée jusqu'au triangle de son pubis, a cause de la traction d'Helel un peu plus tot, son visage plein de cheveux presque blanc tout rouge a force d'etre frappé par le vent.

Juste a ce moment la, la monture cessa sa course folle. Ariel osa ouvrir les yeux derrière les mèches defaites de sa coiffure. Par contre elle n'osa pas defaire son etreinte, pas pour le moment. Les yeux d’azur de la sirène tombèrent sur le mur naturel qui se dressait devant le duo d'infortune. Ariel leva ses yeux abasourdies. "Il vaut peut etre mieux en faire le tour ..." Tout en commençant a tourner la tete pour chercher un autre chemin. Quand soudain, le lezard s’élançât a l'assaut de la falaise. Terrorisée, Ariel n'eu d'autre choix que de serrer de toutes ses forces le torse du démon. Elle poussa un premier cri de surprise qui se mua en hurlement de terreur pure a mesure que l'animal grimpait. Même si cela ne dura que quelques secondes, Ariel eu le sentiment que l'escalade prit une eternité.
a bout de souffle, prostrée contre Helel, elle ne retrouva son calme qu'au moment où ce dernier passa la main dans les meches pales et la questionna. Réfléchir a ses questions trouver les mots pour lui répondre, détourna la jolie blonde de sa peur.L'annonce de passer la nuit dans une auberge, a l'abris du froid et des prédateurs rassura également la sirène. Elle tremblait encore, de la terrible grimpée. Et du froid de la nuit qui tombait. D'autant plus que les longs cheveux de la jeune femme etaient encore humide. "Je viens d'un autre monde. Quelque part où il n'y a que de l'eau ou presque. Et j'essaye de rentrer. Mais je n'y arrive pas. Alors en attendant de vis dans une ville toute grise et avec plein de bruit."

la jeune femme se tut un moment, enroulant ses bras autour d'elle pour essayer de garder un peu sa chaleur corporelle. Le reste du voyage se passant sans encombre, Ariel se prit a somnoler, le menton contre la poitrine, la joue appuyée sur les pectoraux du démon. Bercée par la lente progression de Kéral qui peinant a cause du soir, et du poids doublé a porter. Puis a un moment un eclat de lumière parut dans le noir, comme un phare au milieu d'un océan de ténèbres. La monture eu comme un regain d’énergie et se rua vers cette étincelle. La battisse se dessina progressivement.Ariel se frotta les yeux, un peu contente d'arriver enfin. Elle sursauta et gémit au cri de la vouivre. Ses prunelles scrutèrent la noirceur autour d'eux pour essayer de voir ce prédateur. Elle hochat la tete. il etait effectivement temps de se mettre l'abris.

La sirène découvrit les lieux avec une curiosité fatiguée. Son minois las suivit le male qui installa Keral dans un stalle avec bassin. Dans celle d'a coté se trouvait un centaure à la langue fendue en deux. il discutait avec un palefrenier, lui tirait la langue et lui susurrait des choses a l'oreille.
Elle se détourna du duo quand le bras d'Helel s'enroula autour de sa taille. Ariel le suivit docilement jusqu'au comptoir de bois. Sagement et intimidée, elle l'écouta demander une chambre pour trois. Quand Ariel voulu prendre un logement a son tour, l'homme l'en empêcha. Elle comprit alors qu'un des trois lits etait pour elle. "Pourquoi trois lits?" demanda la Sirène en s'asseyant. La chaise qu'elle occupait etait si haute que ses pieds ne touchaient pas le sol. Elle eu rapidement la réponse a sa question car bientot une personne s'approcha de leur table et pris place.

Ariel ne put pas tout de suite voir de qui il s'agissait car elle portait une capuche profonde qui masquait son visage. En même temps, on servit leur repas. L'aubergiste posa un rôti de veau fumant, accompagné de carottes et de pommes de terres. L'odeur etait plus qu’alléchante.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox