banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Le destin de l'Élue [Pv]  (Lu 1063 fois)
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 170

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #15 le: Septembre 18, 2016, 06:52:16 »

Le Maître regardait l'Elue retrouver sa convenance, attentive, concentrée sur ce q'on lui disait, consciente de l'importance de sa tache, et même curieuse. Il ne répondait pas à ses questions, laissant les trois druides répondra à Soleïa.

" Shaïra était son nom. Une jeune femme forte et déterminée, bien avant qu'elle ne fut choisie. Elle est venue voir les monstres et les a affrontés frontalement, rendant coup pour coup, et les tuant jusqu'à ce que leur nombre s'épuise. " répondit Lorentz avec un air dramatique dans sa voix, prenant visiblement plaisir à jouer le narrateur. Baldur prit la suite.

" Elle se basait avant tout sur la force physique. Ton Maître ne te l'a pas encore expliqué, mais l'Elue est capable de puiser dans la magie environnante pour se renforcer. Ta prédécesseure était extrêmement forte pour celà. Elle pouvait traverser un mur en marchant, et soulever la herse d'un chateau fort sans difficulté, même si sauter par dessus ses murs était plus rapide. Une femme redoutable. "

" Et tu a interêt à être à sa hauteur. " recommanda le Maître d'une voix sévère. Shaïra tuait avec ses mains et sa lance. Il te faudra trouver tes propres armes. "

D'autres questions furent posées, puis d'autres réponses. Les maîtres se dispersèrent ensuite, souhaitant bonne chance à Soleïa, et ils revinrent tous les deux à la Fin des Temps. Le Maître la reprit par le poignet, la tirant derrière lui.

" Nous allons commencer les bases aujourd'hui, et il la fit traverser un autre portail. Ils étaient toujours à la Fin des Temps. Dans une salle sans plafond, donnant sur l'infinité galactique, mais aux murs présents et épais. La salle était aussi grande qu'un village. On en voyait à peine le bout. Sur les murs, des dizaines d'armes, de toute sorte et de toute taille. Epée, hache, lance, marteau, faux, sabre, couteaux, arc, de tous les continents. Il y avait de quoi faire pleurer d'émotion le plus fanatique des collectionneurs d'armes.

" Fait ton choix. " dit-il en lui désignant une arme. "Je sais que ca ne t'es pas familier. Tu es le genre à ne pas faire de mal à une mouche. Mais tu n'y coupera pas. " Il posa une main solide sur son épaule frêle. " Je serais là pour te protéger, bien entendu. Mais je suis limité dans mon... potentiel. Viendra vite le moment où je serais un poids. Et tu devra sauver le monde toute seule. "
« Dernière édition: Septembre 12, 2017, 04:12:00 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Louane Fox
Terranide
-

Messages: 530

avatar

Grrr ! Non je ne mord pas ^^


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #16 le: Septembre 12, 2017, 04:45:41 »

Soleïa écoutait les paroles des Sages avec grand soin et fut époustouflée de ce qu'elle apprit que la précédente élue. Ses exploits semblaient inimitables et plus elle entendait ses louanges, plus elle angoissait. Comment pourrait-elle un jour arriver à la cheville d'une femme aussi incroyable ? Était-elle réellement capable de temps de prouesses ? Elle en doutait fort. Pourtant, elle ne semblait pas abattue ou terrorisée. Non. On comptait sur elle, des individus aussi intelligents et importants ne se seraient jamais trompé de personne.  Elle était l'Elue, elle était née pour ça, elle saurait y parvenir. Peu importe les sacrifices qu'elle avait devoir faire ou les souffrances qu'elle allait devoir endurer. Ce serait nécessaire, elle était prête ou, tout du moins, s'y préparerait avec acharnement.   
Lorsque la voix de son Maître lança sévèrement qu'elle n'avait pas intérêt à les décevoir, elle ne frémit même pas et se contenta d'hocher la tête, enflant sa poitrine en inspirant une grande goulée d'air, comme pour se gonfler de courage et de certitude. D'autres paroles durent échangées, un peu plus futiles sans doute. Soleïa pensait avoir des millions de questions, mais en vérité il n'en était rien. Elle savait déjà tout ce qu'il y avait à savoir. Elle était une élue et devait apprendre à agir et se battre en tant que tel. Elle devait sauver la Monde de cette nouvelle Déchirure coûte que coûte. Point final. 
 
La jeune femme ne chercha même pas à poser de questions sur ses origines, ses parents, la raison pour laquelle elle avait été déposée sur les marches de l'orphelinat de Bourg-des-Tours. Elle aurait pu, mais se rendit compte que les réponses à ses questions auraient pu la détourner de son but principal. Elle était l'Elue et c'était tout ce qui importait, le passé était le passé n'est-ce pas ? 
 
Enfin, elle retourna à la Fin des Temps en compagnie de son Maître, dans une pièce différente de celles qu'elle avait déjà pu voir. Un endroit gigantesque, dont on ne voyait pas la fin. Tout ce qu'elle pouvait voir, c'était des armes de toutes tailles et de toutes sortes disposées sur les murs. Une collection impressionnante que Soleïa observa en silence. Son Maître lui demanda de choisir son arme avant de poser une main sur son épaule et de lui présenter un discours qui la déstabilisa un peu. Elle se tourna un peu, l'air inquiète.
 
- Vous voulez dire... que vous ne resterez pas toujours près de moi ?
 
Elle baissa les yeux, attristée. C'est vrai qu'elle ne connaissait pas encore cet homme et qu'il était un peu brutal dans ces propos parfois et sévère. Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de ressentir de la sympathie pour lui. Après tout, il était tout ce qui lui restait maintenant et ils allaient devoir se fréquenter très longtemps et très souvent pour qu'il parvienne à faire d'elle une Elue digne de ce nom.   
Soleïa se reconcentra et admira les armes disponibles une à une. Elle n'y connaissait rien. Elle était incapable de dire laquelle de ces armes étaient le plus efficace ou lui conviendrait le mieux. Ce qui était sûr, c'est qu'elle ne pouvait encore prétendre utiliser l'une de ces immenses haches à deux mains... c'était beaucoup trop lourd pour elle aujourd'hui. Elle hésitait entre une de ces lances légères ou bien ces dagues ou encore cette épée courte qui n'avait pas l'air trop lourde. Elle agrippa finalement cette dernière, décidant qu'il était sans doute plus simple de commencer par le plus classique. Elle se tourna alors vers son Maître, l'air fort motivée et annonça :
 
- Je suis prête.
Journalisée


Vous voulez en savoir plus sur moi ? Suivez le guide ! Et si jamais ma frimousse vous a tapé dans l’œil, venez me rendre visite ! Au fait ! Venez voir mon Album Photo ! ^^
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 170

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #17 le: Septembre 13, 2017, 12:18:58 »

" Bien ! Bon choix. " dit-il d'un ton plus encourageant que d'habitude. Il s'écarta légèrement, marchant vers le centre de la salle, l'invitant à la rejoindre, comme s'ils se dirigeaient vers une piste de danse. Une danse, hélas, plus funeste, et qui ne serait sans doute pas du goût de la jeune fille...

Le Maître fit apparaître une arme entre ses doigts, une épée, exactement similaire à celle de Soleïa. Comme toujours, nulle extravagance. Pas de fumée de couleur, de "pouf", ou d'autre signe trahissant un sort quelconque. L'épée était simplement apparue, comme si elle avait toujours été là. Il se mit en garde, épée dirigée vers Soleïa, présentant uniquement son flanc droit. Il la vit loucher sur l'acier, éloigné de plusieurs mètres, et si proche pourtant.

" Sache, Soleïa, que je ne suis pas là pour t'apprendre l'escrime. Parade, désarmements, et toutes ces subtilités sont utiles contre des humains. Pas contre des monstres. Je suis là pour t'en faire baver. Physiquement. Mentalement. Te pousser au delà de tes limites. Plus tu te battra, meilleure tu deviendra. "

Il fit un pas en avant, rapide et puissant, frappant de bas en haut. Le geste, bien que rapide, était télégraphié, et elle l'évita. " BIEN ! " rugit-il, comme si sa voix reprenait vie. Il sautillait legèrement sur ses pieds, avant de frapper encore, faisant exprès de la rater de peu.

" N'oublie pas ! Même si je te touche, la douleur et la blessure ne seront que temporaire ! Soit sans peur ! C'est dans la confrontation que naître ton pouvoir. Pas tout de suite. Pas aujourd'hui... mais tu va le sentir... peu à peu. Et ensuite... tu pourra faire ceci ! "

Sans prévenir, il se projeta en avant. Sa jambe devint floue, puis son corps. En un instant, l'homme massif franchit plusieurs dizaines de mètres, dépassant Soleïa dans un souffle digne d'un ouragan pour s'arrêter derrière elle. Là où il se trouvait, le sol de pierre n'était plus qu'un cratère fumant, qui se reconstitua peu à peu. Il revint vers elle. Elle n'était pas prête. Pas encore. Il le voyait dans sa posture. Et ces yeux rouges, ces magnifiques perles carmines dans lesquelles il se perdait chaque fois, montraient autant de frayeur que de volonté. Elle avait des tripes. Il allait tout faire pour que naisse en ce petit corps n'ayant jamais de tourment, la flamme dévorante de l'ambition et de la fierté qui sommeille même dans le pire des trouillards ou des paresseux.

Un jour, ses pouvoirs allaient se débloquer. Comment ? Il n'en savait rien. Sa prochaine "vraie" mort ? Sa première crise de peur ? Généralement, c'était un surplus d'émotion ou de sensation qui servait de déclic. Il contempla le corps juvénile de son partenaire, et une brusque bouffée de chaleur gonfla le corps de l'homme.

Peut-être qu'à ce moment là...

Il secoua la tête, reporta son attention sur la jeune fille. Peut-être aurait-il du lui apprendre plus de base ? La taille ? L'estoc ? la fente ? Bien affermir sa prise ? Il se promit de le faire. Aujourd'hui, il voulait brûler les étapes. Rien qu'aujourd'hui. La bizuter, la mettre dans le bain. Voir comment elle s'adapterait, "sur le tas".

" Aujourd'hui, ce ne sera pas long. Ton objectif ? Me toucher. Si tu y arrive, tu sera récompensée. "
« Dernière édition: Septembre 13, 2017, 09:52:26 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Louane Fox
Terranide
-

Messages: 530

avatar

Grrr ! Non je ne mord pas ^^


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #18 le: Septembre 13, 2017, 05:40:19 »

Pour le moment, le Maître semblait satisfait. Hum... c'est vrai qu'elle ignorait encore complètement son nom, il n'avait pas voulu le lui dire à la boutique quand ils s'étaient rencontrés. Pourquoi ? Elle l'ignorait. Peut-être pour préserver une sorte de respect et ne pas rentrer dans quelque chose de trop familier. Alors pour l'heure, Soleïa devait se contenter de l'appeler ainsi : Maître. C'est ainsi qu'elle avait appelé Lorrich pendant longtemps, avant que leur amitié de se renforce, ainsi que leur confiance. Après tout, c'est lui qui lui avait tout apprit. La jeune femme n'espérait qu'une chose, être aussi douée pour apprendre à créer des bougies que pour apprendre à se battre. Mais c'était peut-être un peu utopique. C'était deux arts complètement différents à vrai dire. 
 
L'homme la guida un peu plus loin à travers l'immense pièce, jusqu'à ce qu'il juge l'endroit approprié et ne se mette en position. Il précisa néanmoins une chose, loin d'être stupide. Elle n'allait pas apprendre à se battre comme un soldat pour se débarrasser d'un adversaire disons... humain. Non. Elle allait apprendre à occire des monstres géants. Ce qui était loin d'être la même chose, elle en convenait. Mais pour ça, elle allait devoir s'entraîner. Beaucoup s'entraîner.
 
Bien que très attentive aux paroles de son Maître, Soleïa était resté sur ses gardes et non pas plantée toute droite comme un piquet. Instinctivement, elle avait déjà trouvé des appuis et s'y tenaient. C'est ainsi qu'elle parvint à éviter de justesse les coups de son Maître. Le cœur de la jeune femme battait à tout rompre contre sa poitrine. C'est vrai qu'à priori, ses blessures, même graves semblaient de guérir seule et qu'elle ne devait pas craindre de se faire mal. Mais c'était un travail sur soit difficile à faire. D'instinct, elle ne pouvait que craindre un coup d'épée mal placé. A chaque coup qu'il avait porté, la jeune femme était parvenue à l'éviter tant bien que mal. Ça n'avait rien de très gracieux, mais c'était un début avant qu'elle n'apprenne.   
 
Tout à coup, l'homme lui montra quelque-chose d'incroyable. La demoiselle n'avait même pas réussi à le suivre des yeux. Stupéfaite, elle ne pouvait que le fixer sans voix. Le fait qu'un jour elle puisse parvenir à faire une chose pareille la dépassait complètement. L'homme lui donna un objectif : réussir à le toucher. Et rien que cela semblait hors de portée pour la petite chandelière qu'elle était jusqu'à aujourd'hui. Pourtant, Soleïa refusa de se laisser aller. Elle était consciente qu'elle ne parviendrait à rien si elle n'avait pas un minimum confiance en elle. Alors elle inspira une grande bouffée d'air et se remit en position, son épée à la main. 
 
Concentrée, elle fixait son Maître, attentive au moindre de ses mouvements. Mais cette fois-ci, elle n'attendrait pas qu'il bouge le premier. Peu assurée, mais courageuse, elle tenta donc un premier coup en avant. Raté. Elle recommença. Raté. Elle perdit l'équilibre, mais réussit à ne pas tomber.
Les minutes s'écoulèrent. De très, très longues minutes, peut-être plusieurs heures pendant lesquels elle tenta de la toucher. Parfois il se contentait d'éviter ses coups maladroits, parfois il répliquait avec son arme. Il la blessa plusieurs fois, la fit trébucher plusieurs fois et pourtant, pas une seule fois elle ne tenta d'abandonner ni ne demanda une pause. Recouverte de poussière, hors d'haleine, quelques gouttes de sang tâchant sa tenue, elle s'entêtait à continuer malgré tout. 
 
Jusqu'à ce que subitement, alors qu'elle tentait une fois de plus un mouvement d'attaque plus rapide et calculé que les autres, elle parvint à le toucher. Oh, elle n'avait fait que l'effleurer en vérité, à peine une minuscule entaille au niveau de sa taille, tout juste visible. Mais elle avait réussi.
Le souffle court, elle sourit et voulut dire quelque chose. Mais sa vision se brouilla, tout se mit à tourner comme une toupie et elle s'évanouit. Visiblement, la fatigue et la déshydratation avaient eu raison d'elle. Et voilà qu'elle venait de perdre connaissance. Mais au fond, Soleïa était ravie. Elle avait réussi !
Journalisée


Vous voulez en savoir plus sur moi ? Suivez le guide ! Et si jamais ma frimousse vous a tapé dans l’œil, venez me rendre visite ! Au fait ! Venez voir mon Album Photo ! ^^
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 170

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #19 le: Septembre 13, 2017, 11:16:39 »

" Allez ! "

Il l'encourageait, alors que pour la énième fois, elle se ramassait sur le sol en gémissant, une attaque manquée et punie d'une riposte cinglante, qui laissa une marque éfilée sur sa robe de cérémonie, laissant une file coulée de sang sur sa jambe. Elle s'accrochait. Plus qu'il n'y pensait. Il s'attendait à ce qu'elle prenne peur, refuse, crise, mais non. Elle était disciplinée, déterminée et efficace. Il la vit se transformer, apprendre autant en une poignée d'heure que certains apprentis en une semaine. Ses passes d'armes étaient bien loin de l'inquiéter, évidemment. Mais il dut élever son niveau de jeu légèrement plus que ce qu'il s'y attendait, et, dans une attaque bien pensée, elle l'effleuré, déchirant le tissu de son haut. Il la regarda.

" Bra... " il n'eut pas le temps de finir qu'elle ferma les yeux, et tomba au sol, s'écroulant sur le sol de pierre. La Maître lâcha son épée et se précipita à son secours.

" Soleïa ! " dit-il, la voix pleine d'inquiétude. Étrangement, la voir s'effondrer ainsi l'effrayait plus que lorsqu'il l'avait poignardée à mort, comme s'il venait d'oublier, temporairement, son statut d'Elue, ne voyant plus que la jeune fille devant lui. Il la prit dans ses bras, inspectant son corps pour voir si elle n'avait rien.

" Soleïa..."

Une brutale envie pris possession de lu, alors qu'il s'était penché au dessus d'elle. Elle respirait paisiblement. Elle était juste fatiguée... Sa main gauche remonta le corps inanimé de la brune, caressant sa jambe et son bassin. Une partie de lui priait pour qu'elle ne se réveille pas tout de suite. Il huma son odeur. Sueur. Moite. Pris d'une soudaine pulsion, il se pencha sur elle, et lécha sa gorge exposée, une main caressant la lourde poitrine prisonnière de la robe. Il grondait comme un animal. Il avait envie... non. A ce stade là, on ne parlait plus d'envie. C'était une obsession. Il avait attendue des décennies que l'Elue revienne. Des années qu'elle grandisse pour qu'elle soit assez mature... et il devait encore se retenir... Elle était une vrai joyau. Est-ce... est-ce qu'un enfant, pire, un homme l'avait touchée ? Souillée de sa main. L'idée même lui était insupportable...

Le devoir prenant le pas sur ses désirs et ses visions perverses, il eu un mouvement de recul, et la prit dans ses bras, comme une pricesse.

Elle avait réussi son défi... elle méritait bien une récompense...

Marchant dans les pièces ouvertes, silencieuses et solitaires de la Fin des Temps, sa maison depuis des décennies, le Maître transportait Soleïa dans ses bras. Il traversa un portail.

Spoiler  

Oh, il adorait cet endroit. Cette "pièce". Chaude et au vent doucereux, des rayons d'un soleil lointain baignant l'endroit. Il descendit les marches, contempla l'immensité autour d'eux. Des ruines flottantes, souvenirs de civilisations oubliées. Des oiseaux, eux aussi souvenirs d'animaux morts depuis longtemps, mais vivants dans cet endroit auxquels ils étaient liés, volants librement dans des nuages couleur crème. Il descendit les marches, prenant garde à ne pas réveiller la jeune fille. Au centre, un bassin, petit, d'une eau bleue et dont s'échappait des feux follets, signe d'une puissante magie à l'oeuvre. Il chuchota à l'oreille de Soleïa, avant de l'allonger sur la pierre doucement chaude. Il se pencha au dessus du bassin, dont il prit l'eau entre ses mains et la versa sur le visage de la jeune fille, qui commença à se réveiller. Il était agenouillé près d'elle, l'air concerné, mais toujours avec ce visage sévère dont il ne se départissait jamais.

" Voilà ta récompense. Tu espérais peut-être autre chose... "

Peut-être pas la même chose que lui, hélas.

" Mais tu sera bien mieux ici qu'à te laver dans un tonneau. "
« Dernière édition: Septembre 14, 2017, 12:21:20 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Louane Fox
Terranide
-

Messages: 530

avatar

Grrr ! Non je ne mord pas ^^


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #20 le: Septembre 14, 2017, 12:16:10 »

Difficile de dire comment aurait réagit Soleïa si, malencontreusement, elle s'était réveillée sous les caresses légèrement aventureuses de son Maître. Ce qui était certain en revanche, c'est qu'aucun homme ne l'avait touchée. Il faut dire que malgré le fait que sa beauté attire irrésistiblement les garçons, Lorrich avait toujours été là pour les chasser à coup de sabot dans les fesses. Il avait vue en cette demoiselle sa propre fille ou petite fille et s'était toujours mit dans des éclats de colères alors même qu'un garçon se contentait de lui baiser la main. Du coup, ils avaient tous un peu peur du vieux propriétaire de la boutique à chandelle et personne n'avait osé s'approcher de trop près de la jeune femme. Elle était aussi très prudente et respectait scrupuleusement le couvre-feu. Jamais de sa vie elle n'avait tenter de faire le mur pour aller retrouver des amis ou un petit copain. Non, ça ne lui avait jamais traversé l'esprit...
 
Le Maître parvint cependant à se contenir et à reprendre son sérieux. Soleïa ne craignait rien et était simplement exténuée. L'homme la prit donc dans ses bras et passa un portail, les menant tous deux dans un environnement encore bien différent de ce qu'ils avaient traversés jusque là. Le Maître déposa son élève sur le pierre puis mouilla son visage, ce qui ne manqua pas d'éveiller l'élue qui cligna des yeux en se demandant ce qui lui était arrivé. 
Son Maître se contenta alors de quelques phrases pour lui expliquer ce qu'ils faisaient là. 
 
Soleïa se redressa et vit d'abord le bassin. Elle sourit, comprenant qu'elle allait pouvoir prendre un bon bain et se délasser après son effort. Puis elle leva un peu le nez... et vit tout ce qu'il y avait autour. Son cœur cessa un instant de battre, soufflé parla beauté de ce qui se présentait à elle. L'Elue se leva et tourna sur elle-même, admirant le paysage majestueux qui l'entourait. 
 
- C'est... magnifique.
 
Elle était tellement subjuguée qu'elle en oublia presque la présence de son maître. Avec des gestes presque mécaniques, sans réaliser, elle défit sa robe qui tomba à ses pieds, puis se débarrassa de ses sous-vêtements et se glissa dans l'eau à la température délicieuse. Elle soupira d'aise en se laissant couler dans le bassin. Elle resta quelques secondes sous la surface, profitant du silence agréable, puis émergea en reprenant une goulée d'air. Passant ses mains dans ses cheveux, elle se tourna innocemment vers on Maître et lui demanda :
 
- Vous ne vous baignez pas, vous ? 
 
La question était sérieuse et sans ambiguïté de la part de la jeune femme. Mais cette question devait sonner étrangement aux oreilles de l'homme. 
Soleïa sourit et se rappela avec plaisir qu'elle avait fini par réussir à toucher son Maître durant l'entraînement. Bon, ce n'était pas grand-chose et elle ne l'avait touché que de peu en réalité, mais c'était tout de même une victoire aux yeux de la demoiselle.
 
L'Elue était bien décidée à travailler très dur chaque jour pour devenir forte et espérer débloquer un jour les pouvoirs dont on lui avait parlé. Son désir n'était pas de devenir puissante pour la gloire. Elle voulait simplement sauver la vie de tous ces innocents et rien d'autre. Le cœur de Soleïa était pur, sans souillure aucune, sanas ambition mesquine. Elle était sans doute ce qu'il y avait de beau à trouver chez un être humain, même si elle était sans doute bien plus que cela. 
 
Un peu perdue dans ses pensées, la jeune femme frottait doucement sa peau pour en déloger la poussière et la sueur, le regard perdu dans le ciel étrange et superbe qui l'entourait. Elle se sentait si petite dans cet endroit..., mais elle s'y sentait bien. Mieux que nulle part ailleurs en réalité.
Journalisée


Vous voulez en savoir plus sur moi ? Suivez le guide ! Et si jamais ma frimousse vous a tapé dans l’œil, venez me rendre visite ! Au fait ! Venez voir mon Album Photo ! ^^
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 170

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #21 le: Septembre 14, 2017, 06:54:04 »

Il resta muet de stupeur lorsqu'elle commença à se déshabiller devant lui et de s'enfoncer dans l'eau. Il la dévora littéralement des yeux, ne perdant rien du spectacle qui s'offrait à lui. Le fier guerrier matait la vierge sans aucune vergogne, la caressant d'un regard insistant, fixant sa poitrine, son visage et ses fesses, presque halluciné. Elle, qui s'était sentie gênée lorsqu'elle avait du se déshabiller pour enfiler la robe, se mettait maintenant en tenue d'Eve sans aucune hésitation ! Etait-ce à cause du bain ? Quoi qu'il en soit, il ne répondit qu'après de longues secondes. Il mourrait d'envie de la rejoindre, mais une partie de lui-même lui disait que ce n'était pas correct.

Mais si elle le voyait nu, peut-être... peut-être qu'elle...

" Oui, bien sûr. " dit-il comme s'il lui faisait une énorme faveur. Il enleva ses pièces d'armures, puis ses bottes et son haut, avant de se retrouver entièrement nu, devant la jeune fille, se présentant sur le côté. Il était légèrement penché en avant, afin de cacher la colossale érection qu'il avait, même s'il fut bien obligé de se dévoiler lorsqu'il entra dans l'eau, poussant un soupir de plaisir. Il fallait avouer qu'elle était parfaitement agréable, chaude sans trop l'être, la saleté se répandant dans l'eau claire, avant de disparaître peu à peu, le bassin restant pur en permanence. Il allongea ses deux bras sur les rebords. Il vit qu'elle avait détournée le regard et que son visage était presque aussi rouge que ses yeux. Lui la regardait d'un oeil brillant. Il avait reprit son assurance. Il était son Maître. Il ne devait pas avoir honte à s'exposer ainsi devant elle, le sexe rugissant dans l'eau presque transparente. Elle pouvait tout voir de son corps, et inversement. Lui, ne s'en privait pas, même s'il faisait de son mieux fixer ses yeux rougeoyants.

L'Elue pouvait aussi remarquer la différence entre leurs deux corps. Le sien, doux, fin, tout en courbes, là où celui du maïtre était massif, dur et en angles, avec des muscles épais et d'innombrables traces de blessures, cicatrices, balafres créant presque une frise de ses anciens combats. Et la plupart de ces cicatrices n'avaient pas pu être causées par des armes humaines...

" C'est la première fois que tu te baignes avec un homme ? " dit-il, gentiment moqueur. Il aurait bien voulu lui dire que de plus terribles épreuves l'attendait, mais elle méritait un peu de légèreté aujourd'hui. Il l'écouta répondre, puis changea de sujet, comprenant qu'elle n'était pas vraiment à l'aise... il désigna ce qui se trouvait autour d'eux.

Ici se trouvent des souvenirs. D'anciens lieux, civilisation, et êtres. Ce... plan, si je puis exprimer ce mot, est désigné par de nombreux termes. L'un des plus utilisés est celui des Brumes, à cause de la vision jamais concrète qu'on en a.

Avec un peu d'attention, Soleïa pouvait en effet voir que les oiseaux dans le ciel, les nuages, les îles flottantes étaient légèrement flous, comme masqués par une invisible brume de chaleur. Le maître fit marcher quelques uns de ses doigts au dessus de l'eau.

" Là, c'est le monde réel. "

Il les fit passer sous l'eau.

" Ici, les Brumes. Notre compréhension en est limitée, mais il s'agit d'une... sorte de réalité entre les mondes. Le nôtre. Et d'autres. Des reflets de celui que tu connais, où complètements différents. D'autres réalités, avec leurs propres lois, histoires, espèces, royaumes et êtres. La magie qui se trouve dans notre monde n'en est qu'une minuscule, incommensurable fragment. "

Il se mit à avancer doucement vers elle.Il avait pied dans le bassin.

" Rien n'est jamais perdu. Tout et tous sont dans les brumes. Ces dernières sont infinies. En naviguant assez longtemps, tu y trouvera des régions entières aujourd'hui disparues, et même les reflets hallucinés des morts. "

Il était juste devant elle et posa ses mains puissantes sur ses épaules, avant de la retourner. Elle était dos à lui et il se mit à masser, un peu brutalement ses épaules et son dos, qu'il frottait pour la débarrasser de quelques saletés qu'elle ne pouvait atteindre.

" Ta prédécesseure aimait venir ici pour relâcher la pression. " dit-il en la caressant plus qu'un simple nettoyage le méritait. " Ca l'aidait à relativiser. Dit-toi que même si tu échoue, et que tout le monde finit dévoré, et bien... tout le monde se retrouvera ici. Et pour les autres mondes et leurs habitants, la vie continuera, sans qu'ils ne se soient jamais rendus compte de notre existence... ".

Silencieux devant la réaction de la jeune fille, sans prévenir, il s'éloigna d'elle, renageant dans l'eau jusqu'à revenir de son côté du bassin. Il grimpa pour sortir. Parler des Brumes et du passé l'avait aidé à se concentrer sur autre chose. Il claqua des doigts et un l'eau sur son corps s'évapora. Il marchait, nu autour de Soleïa, récupérant ses affaires.

" Il nous reste un peu de temps avant la fin de la journée. Je te ferais cours. Tu pourra poser toutes les questions que tu veux. " dit-il en s'habillant, avant de s'en aller et de se diriger vers le portail.

" Prend le temps qu'il te faut pour te détendre. Je t'attend de l'autre côté. "
« Dernière édition: Septembre 15, 2017, 11:44:02 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Louane Fox
Terranide
-

Messages: 530

avatar

Grrr ! Non je ne mord pas ^^


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #22 le: Septembre 15, 2017, 10:12:09 »

Son Maître était finalement partant pour prendre un bain lui aussi. Bon il ne s'était pas dépensé autant que Soleïa, loin de là, la demoiselle n'était pas une adversaire encore assez douée pour lui donner des difficultés. Mais un jour viendrait, peut-être, ou l'élève dépasserait le Maître. Ce jour-là semblait lointain, voir impensable pour la jeune élue qui voyait en cet homme quelqu'un de très puissant et de très impressionnant. Elle ne pensait pas pouvoir un jour rivaliser. Qu'importe ! Elle ferait de son mieux et cela jusqu'au bout ! La détermination et le courage de la petite chandelière étaient de loin les meilleures qualités que l'on puisse espérer chez une élue.  
Son Maître qui se débarrassait alors lui aussi de ses effets pour rejoindre le bassin, avait lui, bien d'autres qualités de Soleïa en tête. Et ces qualités féminines baignaient dans cette eau clair sans qu'elle ne réalise à quel point cela pouvait perturber un homme. Oh, elle n'était pas ignorante à ce point, mais disons qu'elle n'imaginait pas que le regard de son Maître sur elle soit autre chose que celle d'un professeur sur son apprenti. Belle erreur que cela !
  
Elle ne s'en aperçut pas tout de suite. Son regard s'était perdu dans le paysage qui l'entourait tandis qu'il se glissait dans l'eau. Mais ensuite elle se retourna pour lui sourire et réalise à quel point la situation était gênante. Soleïa rougit comme une tomate, d'autant plus lorsque ses yeux se posèrent par mégarde sur le sexe en érection du Maître.
Elle s'empressa de détourner le regard, plaquant une petite main sur ses lèvres en se traitant d'idiote. Venait-elle réellement d'inviter son Maître à venir la rejoindre nu comme un ver dans le bassin ? Que devait-il penser d'elle ? Honteuse, la demoiselle n'osait même plus regarder son Maître et restait plantée au milieu de l'eau sans bouger. Bon, elle avait beau se fustiger pour son comportement elle ne pouvait néanmoins pas oublier ce qu'elle avait vu.
 
Diantre, que sa... virilité était grosse ! Et toute ces cicatrices sur son corps ! Oui, même sans son armure, le Maître restait quelqu'un de particulièrement intimidant, il fallait bien l'avouer. Malheureusement pour elle, il avait remarqué son trouble et s'en amusa un peu, se demandant si c'était la première fois qu'elle se baignait avec un homme nu. Incapable de lui répondre convenablement, la demoiselle se contenta d'hocher vivement la tête. C'était même la première fois qu'elle voyait un homme nu tout court ! Finalement, elle se reconcentra un peu lorsque son Maître reprit plus sérieusement la paroles pour lui parler de cet endroit.
 
Alors comme ça, ce lieu était appelé Brumes. C'était un nom plutôt bien trouvé en effet. Soleïa entendit l'eau remuer un peu. Son Maître désirait lui expliquer autre chose et l'l'illustra grâce à ses doigts et l'eau du bassin. Essayant d'oublier ce qu'elle avait vu, l'Elue se concentra plutôt sur ses paroles. Cet endroit était décidément fascinant, oui...
L'homme s'avança pour la rejoindre. La gorge serrée, elle se fit violence pour ne pas avoir un mouvement de recul qu'il pourrait mal prendre. Une fois à sa hauteur, il posa ses mains sur ses épaules, la fit pivoter et commença à la masser, l'aidant ainsi à terminer sa toilette.  
 
Rougissante, Soleïa le laissa faire en plongeant de nouveau son regard dans les Brumes. Le passage des mais puissantes de son Maître sur sa peau avait quelque chose d'agréable cela dit. Elle se détendait petit à petit et aurait presque fermé les yeux. Son Maître lui expliqua que l'ancienne élue venait souvent ici. Ce n'était pas étonnant... la jeune femme était également sous le charme de cet endroit. L'homme ajouta que si elle échouait, tous les humains se retrouveraient alors ici. Le visage de Soleïa se fit plus assuré et elle décréta :
 
- Ça n'arrivera pas.
 
Elle semblait sûre d'elle. Il lui était impossible de tolérer qu'une telle chose puisse survenir. Les Hommes méritaient qu'on se batte pour eux jusqu'au bout. Elle ne pouvait pas échouer. Elle n'avait pas le droit d'échouer, pas le droit d'être faible, pas le droit de flancher. Pas une seule fois. Elle s'en fit la promesse intérieurement alors que son Maître sortait finalement du bassin en lui signalant qu'elle pouvait rester se détendre, mais qu'ils reprendraient les cours ensuite.  
 
- Heu... d'accord, fit-elle en l'observant passer le portail.
 
Soleïa se retrouva donc seule au milieu du bassin. Elle se rabroua et s'y plongea intégralement. Elle s'enroula sur elle-même, les yeux fermés, retenant sans mal sa respiration. Et elle resta là, en position fœtal dans l'eau clair... et elle se sentait bien. Comme un nouveau-né dans le ventre chaud de sa mère. Mais avait-elle seulement connue ça ? Avait-elle eu une mère elle aussi, comme tout le monde ? Elle ne le saurait probablement jamais... sauf si son Maître avait la réponse et acceptait de lui répondre.
 
Une fois détendue et convenablement savonnée et coiffée, Soleïa s'habilla et rejoignit son Maître. Il était temps de continuer son apprentissage. "Pas de repos pour les braves !" Comme disait si souvent Lorrich.
Journalisée


Vous voulez en savoir plus sur moi ? Suivez le guide ! Et si jamais ma frimousse vous a tapé dans l’œil, venez me rendre visite ! Au fait ! Venez voir mon Album Photo ! ^^
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 170

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #23 le: Septembre 16, 2017, 12:59:28 »

Lorsque Soleïa traversa le portail, le Maître était en train de flatter l'encolure de l'énorme boule de laine ronde qu'était le mouton. Ce dernier bêla devant Soleïa, avant de s'en aller en sautillant comme un alpaga.

" Drôle d'animal hein ? " commenta l'homme, alors que le mouton s'arrêtait devant un des immenses arbres de la Fin des Temps, broutant paisiblement au pied du tronc massif, apparemment peu effrayé par le vide sidéral autour de lui. Il donna une gourde d'eau à Soleïa.

" Bois souvent. J'aimerais que tu ne t'évanouisse pas souvent ". Il lui fit signe de le suivre, et l'emmena vers la pièce au téléscope. Un énorme telescope, aussi gros qu'une petite maison, pointé vers leur planète. Il trônait au centre d'une pièce dont les murs n'étaient plus que des murets (sauter par dessus signifiait tomber dans le vide), et contre lesquels étaient posés des étagères croulants sous des centaines de livres. Il y avait deux chaises confortables, une petite table, et... un tableau. Il fit signe à Soleïa de s'installer. Elle avait devant elle de quoi écrire, mais il ne lui donna aucun ordre.

" Je n'ai jamais aimé les cours. C'est ma première fois en tant que professeur. " confessa t-il. " Ce ne sera pas amusant pour toi, mais tu y aura droit. Un peu de biologie et de magie. PREMIEREMENT. "

Il déroula un rouleau de papier et l'accrocha au tableau.

" Voilà un Raek. "



Il dessina une silhouette humaine à côté. La créature arrivait presque aux épaules de la silhouette, qu'il désigna de la craie.

" Et ca, c'est toi. " Il la fixa dans les yeux, reprenant son air sévère. " Si tu les trouve effrayant, sache qu'il s'agit des créatures d'avant-garde du Ver Dévoreur. Guère plus que des petits chatons par rapport à ce que tu affrontera ensuite. Les premières attaques seront toujours portées par ces... abominations. Elles sont aussi rapides qu'un cheval, et capables d'arracher les membres d'un humain. D'un simple coup de croc. Ou de griffe... ou de queue... "

" Inutile de te le dire. Dans ton état actuel, un simple Raek ne fera qu'une bouchée de toi. Et avant de te lancer dans la pratique, il te faudra un peu de théorie... "

Le cours dura deux heures en tout, sans pose, durant lequel il faisait participer Soleïa en permanence par de rapide questions-réponses, afin de mettre à l'épreuve sa concentration et sa logique. Comment engagerait-elle le combat ? Bien, mais s'il y a des gens autour d'elle ? Comment exploiterait-elle ce point faible ? Et en ville ? Si une créature de ce genre entrait dans son ancien magasin et attaquait son maître, que devrait-elle faire ?

L'anatomie de la bête, son comportement, ses aptitudes. Il connaissait tout sur eux, et délivrait ses connaissances de manière dense et directe. Il lui accorda ensuite une courte pause mentale ainsi qu'un repas dinatoire frugal (composé de fromage, de pain et de tomates) avant de déposer un livre épais devant elle.

" La magie. Indispensable. Menoth soit loué, c'est plus pratique que théorique. Mais on ne peut pas y couper. "

Il lui fit un cours, toujours constitué de petites phases de cours magistral et de question-réponse sur la nature théorique de la magie. Présente partout dans le monde, mais en petite quantité, et invisible.

" La plupart des magiciens utilisent la magie présente alentour pour lancer leur sort. Toi... tu devra apprendre à puiser directement dans les Brumes, même en étant sur Terre. A titre de comparaison, eux boivent l'eau de la rosée du matin, et toi, tu a accès directement à une bouteille sans fond. "

Il s'assit en face d'elle.

" Est ce que tu connais l'expression La Foi peut renverser des montagnes ? La magie fonctionne de la même manière. Tu dois vouloir quelque chose pour qu'elle se produise. La plupart des magiciens utilisent une formule, une prière, un chant, des gestes... qui donnent sens aux mots, canalisent la volonté, pour attraper la magie et l'utiliser. Tu commencera à ce pallier. Attraper la magie. Et ensuite, la faconner. Puis, le faire en enlevant ta dépendance aux mots, prières et autres mouvements... pour qu'à la fin, une simple pensée suffise à faire ce que tu veux. "

Il regarda la planète derrière eux.

" Mais demain est un autre jour. Il est l'heure d'aller dormir. Au lit ! Je te rejoins plus tard. "

Il ne l'avait pas dit directement, se contentant d'un sous entendu. Car oui. Il n'y avait qu'un lit dans la Fin des Temps, ce grand lit double à baldaquin qu'elle avait vu auparavant. Le Maître aurait pu se contenter d'un matelas, à même le sol, autre part. C'est ce que n'importe quel homme raisonnable aurait choisi. Mais le Maître, malgré certaines qualités, n'était pas quelqu'un de raisonnable. Il comptait bien dormir avec l'Elue, l'objet de toutes ses pensées et de ses fantasmes. Et si elle faisait la difficile, il compte bien sur son autorité sur elle pour la forcer à accepter...

Il en tremblait presque d'anticipation. Il savait qu'il se faisait plus de mal que de bien, à dormir avec elle, à la faire porter cette robe rituelle moulante, et que ce genre d'actions était néfaste. Mais il ne pouvait s'en empêcher. Elle ne connaissait rien aux hommes. Avec un peu de chance, il allait éveiller sa curiosité... il fallait mieux. Il ne savait pas combien de temps il tiendrait, avant de la plaquer contre le lit, un mur, ou à même le sol.

L'Elue accepterait-elle encore de sauver le monde, de lui obéir si il la violait ?

Quelques minutes à ranger tout ça, et il la rejoindrait...
« Dernière édition: Septembre 16, 2017, 01:34:09 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Louane Fox
Terranide
-

Messages: 530

avatar

Grrr ! Non je ne mord pas ^^


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #24 le: Septembre 16, 2017, 01:27:59 »

A son entrée, fraîche et requinquée, Soleïa eut la bonne surprise de voir son Maître en train de caresser gentiment la grosse boule de laine qu'était cet étrange petit mouton dont on ne savait comment il était arrivé là. Une petite bête que la jeune femme trouvait adorable d'ailleurs et qui bêla à son approche. Elle lui offrit un joli sourire et lui fit même un petit signe de la main lorsqu'il s'éloigna en sautillant. Ce qui fit rire la demoiselle. C'était assez cocasse de voir cet animal se déplacer ainsi à travers la Fin des Temps comme si de rien n'était. Oui, comme le disait si bien son Maître, c'était un drôle d'animal.
 
- Je le trouve mignon. Mais ne nous fions pas aux apparences. Si ça se trouve, c'est lui le prochain élu.
 
Soleîa rit de plus belle, puis suivit son maître jusqu'à son lieu d'étude. Rien d'extraordinaire, mais tout de même bien plus agréable que la plupart des salles d'écoles que l'on trouvait en ville. Outre les entraînements physiques au combat, évidemment, la demoiselle allait aussi devoir apprendre beaucoup de choses concernant ses ennemis, leur nature, leurs points faibles et aussi tout ce qui concernait la magie. 
 
Pour le moment, Soleïa ne possédait encore aucun pouvoir. Elle en venait même à se demander si elle avait vraiment. Mais après tout, elle était l'élue, ce serait très étonnant qu'elle ne puisse pas se servir de la magie. Son Maître lui avait dit que ça finirait par arriver, elle devait seulement faire preuve de patience. La jeune femme hocha donc la tête et écouta attentivement son professeur. Celui-ci commença par dérouler un papier et lui présenta... un Raek. Alors qu'elle observait soigneusement la créature sur le tableau, on pouvait facilement voir l'ombre d'inquiétude qui passa dans le regard de la jeune femme. Elle s'était attendue à voir des monstres hideux et impressionnants. Mais le simple fait de savoir que cette horrible et énorme chose n'était en fait qu'un petit chaton comparé au reste... ça ne l'aidait pas à  relativiser.
 
Puis vinrent les questions. Celles qu'elle redoutait re refuser jusque-là de se poser. Comment comptait-elle agir face à ce monstre ? Et dans cette situation ? Et s'il y avait une ville, des enfants, des innocents tout autour. Soleïa avait senti son cœur se serrer en imaginant ce genre de scène. Elle avait mis du temps à répondre. Les Raek avaient une peau épaisse et une espèce de carapace sur la tête, une crète solide le long du dos, des plaques compactes un peu partout. Elle en avait déduit qu'il serait stupide de tenter d'attaquer à ces endroits et qu'il valait mieux viser le ventre dont la peau semblait fine et vulnérable ou encore le flan. S'il y avait des gens autour d'elle ? La seule chose qu'elle parvint à répondre c'est qu'elle tenterait avant tout d'éloigner le plus possible son adversaire pour ne blesser personne.  Et s'il entrait dans la boutique...
 
Soleïa pensa à Lorrich et n'aimait pas imaginer qu'une telle chose se produise. Elle avait hésité, le regard triste, puis elle avait plongé son regard rouge dans celui de son Maître, sûre d'elle malgré le fait que sa réponse ne soit pas la bonne solution. Elle avait alors dit :
 
- Si un monstre tente de s'attaquer aux gens que j'aime, je ne reculerai devant rien pour les sauver. Je ne sais pas ce que je ferais exactement..., mais je tenterais tout.
 
Pourvu qu'elle n'ait pas à affronter un dilemme pareil. 
Finalement, ils passèrent à la magie. Ce fut assez complexe de comprendre comment ça fonctionnait, car visiblement, elle ne se servirait pas de la magie comme tout le monde. Mais elle allait devoir apprendre étape par étape. Soleïa, malgré tout, était une élève appliquée et concentrée qui fit de son mieux durant toute la durée de sa classe, sans jamais se plaindre ou ne serait-ce que soupirer, ni même regarder ailleurs. Son regard était sans cesse poser sur son professeur ou ses livres. 
 
Néanmoins, lorsque l'homme annonça la fin de son cours, elle fut plutôt soulagée. Cette première journée avait été épuisante pour une petite chandelière comme elle. Il avait dit "je te rejoint plus tard". C'était sûrement à cause de la fatigue, mais la demoiselle ne réalisa pas ce que cela signifiait sur le moment. Elle quitta simplement l'endroit pour rejoindre la chambre, ravie de pouvoir s'octroyer une bonne nuit de sommeil. Elle prit le temps  de se déshabiller et déplier soigneusement ses vêtements, puis de se coiffer et s'appliquer une crème parfumée sur tout son corps. C'était une des rares coquetterie qu'elle possédait dans sa petite chambrette et qu'elle avait concocté elle-même. C'était, disons, le secret de sa peau si douce à l'odeur si agréable. 
Enfin, elle enfila une petite culotte blanche sous une petite nuisette très légère de la même couleur. Elle était très courte, un tout petit peu transparente et masquait très peu sa poitrine généreuse, mais après tout, c'était pour dormir, non ? Ce n'était pas important. 
Elle ne tarda donc pas à éteindre la lumière puis à se glisser dans le lit à baldaquin, repoussant la grosse couverture pour ne garder que le drap sur elle. Il faisait bien assez chaud ! La jeune femme s'étira alors longuement avant de s'endormir paisiblement sur le côté, les jambes légèrement repliées, ravie de pouvoir enfin prendre du repos...
Journalisée


Vous voulez en savoir plus sur moi ? Suivez le guide ! Et si jamais ma frimousse vous a tapé dans l’œil, venez me rendre visite ! Au fait ! Venez voir mon Album Photo ! ^^
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 170

avatar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #25 le: Septembre 16, 2017, 07:48:42 »

Elle dormait déjà lorsqu'il entra dans leur chambre à coucher commune. C'était peut-être, sûrement même mieux ainsi. Il savait que Soleïa était une jeune fille prude. Mais si le Maître voulait faire de la petite chandelière une Elue capable de défendre l'humanité, le mâle voulait de faire la petite fille une femme, une femelle, avec qui il partagerait bien plus qu'une place et de la magie. Il s’avança à pas de loup.

Il ne s'attendait pas à... une telle nuisette. Il aurait pensé que la jeune fille aurait une veste de lin épaisse pour se protéger. Et là... elle ne portait qu'un tissu fin, cachant à peine ses formes, dont il pouvait deviner l'intégralité. Il pouvait la déchirer d'un seul coup... Il se demanda ce qui était passé par la tête de ce vieillard de Lorrich pour lui offrir ça. Il savait qu'elle dormait en fermant les yeux, mais dans la semi-obscurité de la nuit de la Fin des Temps, alors que les étoiles disparaissaient peu à peu, elle semblait le regarder. Excité, il se déshabilla devant elle, jusqu'à se retrouver nu, encore, droit devant elle, son membre tout près du visage de Soleïa...

Il inspira profondément, avant de s'écarter, après un effort surhumain. Il ramassa ses affaire, et les déposa sur une chaise, avant de faire le tour du lit et d'entrer doucement dans ce dernier, soulevant les draps sans la réveiller. Il s'y installa confortablement. Le lit était grand, plus que l'homme pourtant massif, et assez large pour que 3 personnes y couchent sans problème. Il y faisait chaud. Allongé en chien de fusil, il regarda Soleïa dormir un long moment, son corps sensuel dégageant une aura d'innocence qui l'excitait autant qu'elle le rappelait à la réalité, et à son rôle. Malgré cela, attiré presque magnétiquement par elle, il s'approcha.

Elle sentait bon... elle n'avait pas cette odeur pourtant, lors de leurs entrainements. Est ce qu'elle avait mis cette crème.. juste pour lui ? Et cette nuisette ? Jouait-elle l'innocente tout en tentant son maître ? Il inspira profondément, avant de poser une main sur son flanc, puis son ventre chaud, caressant la peau à travers le tissu doux de la nuisette, presque en extase à ce contact. Ô, comme il avait envie d'elle... Presque collé contre la jeune fille, l'homme continua ses attouchements, doux, lents et tendres, excité par la situation et les interdits. Il caressait ses cuisses, son sein droit, qui tenait entièrement dans sa main épaisse, ses bras, son dos, explorant ce corps qui était la source de tous ses fantasmes interdits.

Dans son sommeil, elle poussa quelques soupirs et gémissements . Désormais effrayé à l'idée de la réveiller, il embrassa tendrement son crâne, avant de s'éloigner un peu, regardant les étoiles, allongé sur le dos, son odeur musquée se mélangeant dans l'air à celle, plus douce, de la brune.

* Bonne nuit Soleïa * pensa t-il, avant de s'endormir, malgré son excitation qui rendait son corps musclé brûlant, le drap fin remontant out juste jusqu'à son aine, et cachant très mal son érection...

Le réveil de l'Elue allait être surprenant, à n'en pas douter...
Journalisée
Louane Fox
Terranide
-

Messages: 530

avatar

Grrr ! Non je ne mord pas ^^


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #26 le: Septembre 17, 2017, 11:58:17 »

Soleïa n'avait aucune idée de ce qui s'était passé lorsqu'elle dormait. Elle n'avait pas entendu son maître entrer, ni se déshabiller, ni entrer dans le lit. Elle n'avait même pas réalisé qu'il la tripotait ! Le sommeil de l'élu était en effet très lourd, difficile de la tirer des bras de morphée lorsqu'elle s'y tenait, d'autant plus dans un lit aussi confortable. Elle aurait pourtant du réaliser qu'il n'y avait qu'une chambre, il l'avait laissé sous-entendre hier soir. En fait, pendant qu'il la caressait, son esprit s'était mit en tâte qu'il s'agissait là d'un rêve érotique. Mais quand la jeune demoiselle se réveilla en s'étirant longuement, elle ne se rappelait de rien du tout. Rien de ce qui s'était passé cette nuit en tous cas. Mais rapidement, elle réalisa qu'elle n'était pas seule et se tourna, surprise, vers l'homme qui dormait encore paisiblement à côté d'elle.
 
Soleïa rougit comme une tomate et plaqua ses deux petites mains contre sa bouche pour étouffer son cri de surprise. Quelle idiote ! Pourquoi n'avait-elle pas été plus attentive ? Si elle avait su elle aurait sans doute enfiler quelque chose de plus... enfin de moins...
Le plus gênant était sans doute l'érection incroyable auquel l'homme semblait sujet. Timidement, la demoiselle attrapa un pan du drap et tira dessus. Il fallait qu'elle soit certaine que...
Lorsque le membre dressé apparut à ses yeux, Soleïa bondit hors du lit en attrapant rapidement des vêtements au hasard dans l'armoire et quitta la pièce en courant. Une fois hors de la pièce, elle s'adossa à un pilier et tenta de reprendre ses esprits. Son visage la brûlait tant elle rougissait de honte et de confusion. Est-ce que son maître était dans cet état... à cause d'elle ? Il lui avait semblé qu'il était dans cet état-ci aux bains la veille. L'idée qu'elle soit la cause de son excitation sexuelle la perturbait un peu. Mais... s'il ne lui en avait pas parlé et n'avait rien tenté sur elle, c'est peut-être parce que ce n'était pas si important...
 
Soleïa secoua la tête pour remettre ses idées en place, puis enfila ce qu'elle avait trouvé dans les affaires Réservées à l'élu. Une tenue parfaite pour de l'entraînement physique apparemment. Un pantalon noir un peu serré, certes, mais au tissu très extensible et pas trop chaud. Il y avait aussi un petit haut de la même couleur, sans manches et des bottes. Ce serait très bien. Elle enfila le tout avec des sous-vêtements propres, puis chercha le garde-manger et la cuisine. Le lieu n'avait sans doute pas été utilisé depuis belle lurette. 
 
C'est ainsi que, quelques minutes plus tard, elle déposa un plateau de petit-déjeuner sur la table de nuit du côté de son maître. Elle s'était fait violence pour ne pas jeter un regard à son membre et était sortie rapidement. Elle avait mangé de son côté et comme elle ne voulait pas rester à rien faire, elle décida prit l'initiative de retourner sur le lieu de l'entraînement en passant l'un des portails.
Elle avait emmené une gourde d'eau, décidée à suivre les conseils de son maître et ne pas s'évanouir de nouveau. Puis, seule, mais déterminée, elle s'entraîna. Soigneusement. Tentant de reproduire les gestes de son professeur la veille. Elle s'appliqua ainsi un moment, jusqu'à ce que son Maître vienne la rejoindre en fin de compte. Alors elle cessa ses mouvements et sourit, s'approchant de lui pour le saluer.
 
- Bonjour Maître. Avez-vous bien dormit ?
 
Comme cette question ravivait des souvenirs et des images, elle rougit furieusement et tenta de cacher cela en pivotant sur ses pieds et en tournant le fos à l'homme. Elle s'éclaircit la voix et ajouta : 
 
- J'espère que vous avez apprécié le petit-déjeuner que je vous ai préparé. Je... j'ai pensé que ce serait une bonne idée de m'entraîner un peu en vous attendant.
 
Gênée, elle tritura le sol à ses pieds de la pointe de son épée et de son pied, sans trop savoir quoi ajouter. Est-ce qu'il allait lui en vouloir pour l'avoir mit dans cet état ce matin ? Elle espérait bien que non.
Journalisée


Vous voulez en savoir plus sur moi ? Suivez le guide ! Et si jamais ma frimousse vous a tapé dans l’œil, venez me rendre visite ! Au fait ! Venez voir mon Album Photo ! ^^

Tags:
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox