banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: La maison de la bête [PV Silvia Del Casario]  (Lu 1125 fois)
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« le: Août 06, 2016, 02:53:39 »

Dans les zones de divertissement dans les ombres d'Ashnard, le nom de la maison de la bête est synonyme de sports sanglant extrêmes, d'arène des combats, et le commerce créature étrange dont beaucoup ne font pas partie de Terra.  De même, de nombreux fils et filles des grandes maisons riches les plus dépravés ont recourt à leur service pour des spectacle qui dégouterait un Ashnarien endurci pour des prix exorbitants. Toutefois malgré le fait que Ashnard était un vrais repère de tyrans et de criminels le chaos était très mal vue par les huiles d'Ashnard. Pas au point d'être chassés mais très surveillés la maison de la bête fut donc contrainte d'exercer ses activité dans des millieux beaucoup plus underground mais sa réputation avait attirer pas mal de mécène Ashnarien ou étranger et ses derniers étaient riche, très riche.

Ariman faisait partie de ses mécène mais pour tout dire il payait la maison de la bête afin d'avoir l'exclusivité de sélectionner et acheter les meilleurs spécimen de guerriers pour sa perpétuelle longue guerre. Mais il lui arrivait aussi de revendre. Ses serviteurs de combats, cyborg décérébré et équipé avec des armes meurtrière étaient particulièrement apprécier et il arrivait que la maison de la bête en achète pour des exhibitions. Cela permettait à Ariman en général de gagner de l'agent mais aussi de pouvoir selectionner des guerriers potentiels interéssants à recruter.

Malheureusement pour Ariman il fallait qu'il fasse le figurant dans certaine soirée que la maison de la bête organisait régulièrement. Ariman en général s'esquivait mais certaine fois le protocole imposait à l'Obliterator de s'y rendre. L'Obliterator se retrouva donc dans une de ses soirée parmi la haute société la plus dépravé et les esclavagistes avide de sang à verser.

L'endroit était pour le moins particulier Ariman était dans une maison luxueuse mais dont la sale centrale était curieusement agencé. Le centre de cette salle était vide une fosse ce trouvais en son centre. Une fosse circulaire d'une profondeur de 5 mètres fait de marbre blanc et de sables. Les invités ne descendaient pas dans cette fosse ce contentant de rester dans ses abords mais profitait du spectacle d'un sanglant combat entre esclaves et bêtes. Les convives semblait bien s'amuser Ariman lui s'ennuyait.


Journalisée
Silvia Del Casario
Humain(e)
-

Messages: 24


Cadette de la famille Del Casario


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Août 07, 2016, 09:51:00 »

La Rose pourpre avait passé près d'une semaine intensive, non pas à se battre, mais à apprendre quelques règles de bienséance. L'éducation ne fut pas bien difficile, car hormis des techniques de combats et de présentations aux public, elle n'avait pas grand chose en mémoire, si ce n'est quelques bride de son passé, qu'elle cachait par crainte que l'on vienne à les effacer.  Ce fut au bout de cette semaine, qu'lle se fit convoquer par le Maître, ce dernier vint à dire avec franchise.

- Je t'ai choisi car il me faut une compagne pour une réunion. Je t'interdis d'adresser la parole à quiconque sans y avoir été inviter. Je t'ai laissé des vêtement, enfile les devants moi.  

L'humaine vint à s'exécuter, on ne pouvait dire non au Maître et elle ne désirait pas perdre les maigres avantages qu'elle avait acquit le long de ses nombreux combat. Elle vint à se mettre nue et enfila une longue robe rouge. Elle put constater qu'il n'y avait que des talons, rouge eux aussi, elle vint à les enfiler et se tourner vers le Maître. Ce dernier se lève et vint inspecter la blonde sous tout les angles, la touchant, la pinçant, la testant.

- Tu n'as pas demandé pour les dessous, c'est bien, très bien même. Tu devras rester ainsi pendant toute la réunion. Considère que tu seras dans une arène, prête à trancher le premier venu qui viendrait à me blesser.  Par contre ne te défends que si ta vie est en danger. Si une personne désire te frapper ou autre chose, tu devras te soumettre à sa volonté, sauf ordre contraire de ma part.


Ce fut donc accompagné de sa "compagne" que le Maître vint à aller dans la maison de la bête. Il n'y allait pas pour voir les nombreuses créatures, immonde selon lui, se battre dans l'arène. Il ne pouvait nier l'efficacité de guerriers, mais leurs trop grandes soifs de combats aurait nuit à son sens esthétique des combats. Il souhaitait des combattant prêt à tuer, mais surtout apte à stopper leurs gestes quand on l'ordonnait. Sa contribution dans cette maison ? L'envoi de certain de ses guerriers en guide d'ultime punition ou encore de l'exhibition de joli spécimen, comme il allait le faire avec Silvia. Le voyage se fit dans une charrette en bois noire comme le charbon, avec des dorures, le Maître ne cachait pas sa richesse et vint, au bout de trois heures de voyages, arriver à la fameuse maison de la bête, tendant l'invitation et disant que Silvia était un simple produit, ce qui aux yeux des autres allaient certainement être le cas. La blonde suivait de près son maître, son arme sur la hanche droite. Il n'était pas rare qu'Augustus Maximilien amène des produits armé, afin de permettre des exhibitions ou simplement offrir aux amateurs d'armes des produits de qualité à regarder.

Le maître de Silvia vint vers Ariman, nullement intimidé par la stature de la créature.

- Bien le bonjour cher Ariman. Je constate que vous n'aimez guère ce ... spectacle, puis-je vous en proposer un autre qui saurait vous divertir un peu.

Augustus se mit à faire un geste, Silvia venant s'avancer un peu.

- Je vous présente Rose pourpre, elle est encore bien jeune, mais vous pourriez certainement trouver y trouver une utilité. Je veux bien vous la laisser, tant que vous me la ramener en un seul morceau.

La dernière phrase était plus sous la forme d'une boutade, même si Augustus n'avait pas pour réputation de fermer l'oeil sur les personnes amputant ses produits d'un membre
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Août 07, 2016, 11:49:24 »

Ariman fut tiré de son ennuis par un des esclavagiste qui était un des membre honoraire de la maison de la bête mais aussi un de ses client particulier pour avoir acheter certaine de ses marchandise. Comment s'appelait t'il déjà ? Ah oui Augustus ! Si Ariman savait que cet humain aimait les combat sanglant il avait aussi la réputation de venir avec certaine marchandises en guise d'escorte. Ariman le savait malin et avait pas mal de méthodes et suffisamment d'intelligence pour transformer un esclave rebelle en poupée docile mais meurtrière. Si Augustus ne craignait pas l'Obliterator malgré son apparence monstrueuse c'est que Ariman pouvait ce montrer civiliser, intelligent et disposant d'une personnalité intéressante.

Augustus présenta à l'Obliterator le fleuron de son cheptel. Sa rose pourpre comme il la surnommait et visiblement l'esclavagiste faisait une offre commercial en prêtant à l'Obliterator sa protéger à condition de ne pas trop l'abimer. L'intérêt d'Ariman éveillé l'Obliterator demanda à Augustus si il pouvait la louer pour certaines occasions une idée lui venant en tête ce qui étonna assez l'esclavagiste qui en demanda une assez forte somme mais qui était dérisoire comparé à la fortune gargantuesque que détenais l'Obliterator. Son du payer immédiatement Augustus avait quand même besoin de son esclave pour assurer sa sécurité mais Ariman trouva un moyen alternatif en proposant à l'esclavagiste un de ses nombreux serviteur de combat pour assurer pendant cette soirée sa sécurité ce qui satisfit Agustus qui se retira laissant Ariman seul face à sa marchandise. La fille était aussi belle que l'Obliterator était une créature hideuse pourtant il s'exprima d'une voie douce à l'esclave.


- Quel est ton nom jeune fille ? Demanda t'il.
Journalisée
Silvia Del Casario
Humain(e)
-

Messages: 24


Cadette de la famille Del Casario


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Août 08, 2016, 01:11:56 »

Le maître de Silvia appréciait beaucoup Ariman, qu'il considérait comme un client fort intelligent et qui était à chaque fois, une personne ne crachant pas sur l'argent, tant que le produit était de qualité. Il fut surprit devant la demande de location de la blonde, prenant quelque minutes pour réfléchir. Il n'était pas dans les habitudes de la maison de faire une location, mais Augustus était piqué au vif par cette demande, faisant naître une certaine curiosité. bien évidement la somme demandé fut un peu plus élevé que chez un autre esclavagiste, par mesure de précaution et aussi pour "faire un prix" par la suite si Ariman venait à louer régulièrement Silvia. Le paiement ne se fit pas en pièce, Augustus appelant du doigt un scribe qui circulait, ce dernier était normalement attelé aux paris de l'arène, mais faisais l'affaire pour rédiger une lettre de créance, Augustus et Ariman purent avoir un exemplaire, afin que tout deux puissent avoir une trace de la transaction. Augustus n'aurait qu'à aller à l'ambassade pour se faire payer sous dizaine de jours. L'esclavagiste ne désirait pas se balader avec de l'argent en dehors de cette demeure. Le maître de silvia vint à accepter volontiers un serviteur, le geste était purement politique, Augustus n'était pas assez bête pour ne pas savoir se défendre de lui-même, cachant cependant cette facette de lui afin d'être sous-estimé, par ses rares concurrents.  Il salua Ariman avant de venir près de l'arène, afin de miser judicieusement lors des combats, certains riches donateurs suivant son oeil avisé.

Silvia n'eut aucune expression particulière devant Ariman, elle connaissait des esclave-combattant dont la laideur et l'inhumanité apparente se rapprochait de lui. Elle avait le regard dure, froid, comme elle l'était dans les combats d'arène. Face à la demande, comprenant qu'il était momentanément son nouveau maître, elle répondu d'un ton neutre.

- Rose pourpre c'est ainsi que l'on me nomme. Vous pouvez me donner un autre nom le temps que je reste sous votre gouvernance. 


Les propos de la blonde étaient respectueux mais le ton et l'attitude rendait ce respect plus proche d'un soldat suivant les ordre du chef que d'une vraie esclave. Là était une des originalités des esclaves d'Augustus, ils étaient entraîner à suivre les ordres pour protéger son maître, plus que d'être la potiche servant juste de défouloir sexuel.
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Août 08, 2016, 02:27:58 »

A cette réponse Ariman eu un rire.

- Rose pourpre ou simplement Rose suffiront. Dis moi donc combien de gens à tu tuer dans l'arène ?

La question n'était pas si innocente qu'il n'y parait. Au premier coup d'œil Ariman avait remarquer que cette beauté avait un certain potentiel pas seulement comme bibelot ou jouet sexuel mais aussi comme assassin un instrument utile pour certaine mission délicate. Cette jeune femme semblait être autant habituer à servir et obéir que de tuer sans sourciller. Néanmoins ses meurtres ne se limitaient qu'à des combats violent contre des gladiateurs même si son style de combat semblait stylisé. Il lui manquait l'entrainement nécessaire pour devenir un assassin parfait mais son endoctrinement était efficace il fallait avouer que Augustus avait l'art et la méthode de modeler un esprit.

Ariman attendit la réponse de la jeune femme. Il hocha la tête l'air pensif avant de se lever de son fauteuil.


- Suis moi ! Ordonna t'il.

Ariman guida l'esclave vers un endroit bien plus privé de la maison de la bête. Après avoir traverser d'interminable couloirs l'Obliterator et la jeune femme atteignirent un endroit ayant la dimension d'une chambre mais complètement dépourvus d'ameublement hormis un trône de pierre. La salle était pourvus de meurtrière et une sorte d'ascenseur.


- Déshabille toi maintenant je m'en voudrait que tes affaires soient salis ou abimés ! Ordonna Ariman à la gladiatrice. 
Journalisée
Silvia Del Casario
Humain(e)
-

Messages: 24


Cadette de la famille Del Casario


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Août 08, 2016, 04:07:12 »

La combattante n'eut aucune réaction face au rire d'Ariman, elle n'avait pas à commenter de quelque manière que ce soit les réaction de son maître. Elle vint à hocher de la tête en entendant son nom de guerrière et le raccourcit en Rose, pour montrer qu'elle avait comprit que ses deux appellations seront sa dénomination, sous son pouvoir. La question sur le nombre de tuer fit osciller l'âme de Silvia, même sous son masque elle ne préférait pas y penser, mais il fallait répondre, prenant une minute pour lister toute les personnes mortes sous sa lame, restant droite et froide, malgré le sang qui imbibait ses mains, si ce n'est son corps et son âme.

- 50 mort avec l'approbation de la foule, 30 inévitables et 20 hors de l'arène par nécessité. La liste aurait pu être plus élevée du fait que je combats au moins une fois tout les deux jours et que le maître Augustus préfère garder des combattants humiliés dans la défaite que de perdre de bon combattant.


Silvia devait avouer que bon nombre de fois elle avait eu la vie sauve grâce à un bon spectacle, les spectateur préférant largement un viol que la perte d'une jolie fleur dans l'arène. La Rose pourpre se mit à suivre l'imposant Ariman, ses talons venant jouer une douce symphonie avec les pas de l'Oblirator. La combattante enregistrait la cartographie des lieux, dans le cas où on demande sa présence auprès d'Augustus, son regard se portait sur le moindre détail, chaque statues, colonnes, pavé étaient mémorisée le temps d'être auprès de l'esclavagiste.  L'immense pièce vide vint à faire penser à une arène, c'était un lieu propice au combat, elle sentait cette pièce comme prévu à cet effet.  Quand l'ordre vint à être donné, Silvia vint à défaire sa robe et la poser derrière le trône, tout comme ses talons. Elle ne gardait sur elle que le ruban tenant sa natte enroulé derrière sa tête et son arme.

- Dois-je aussi défaire mes cheveux ?

Elle attendait la réponse pour retirer le ruban ou non, comptant garder son arme avec elle, étant une chose dont on ne pouvait la séparer et dont elle avait la sensation que l'utilité ne saurait tarder.
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Août 08, 2016, 11:03:36 »

- Cela n'est pas nécessaire mais c'est comme tu veux. Dit Ariman qui n'eu aucune réaction quand Rose voulait garder son arme. Elle en aura besoin pour l'épreuve à venir.

- Tu as visiblement un certain potentiel m'intéressant. Mais afin de voir si tu vaux bien le coup de cet argent que j'ai dépenser à ton maitre il faut bien que je te teste mais pas face aux types de gladiateurs que tu affronte habituellement. Tu va devoir affronter une autre catégorie qui ne t'épargnera aucunement. L'endroit ou tu te trouve est l'une des antichambres du Circus Horrificus l'une des plus terrifiante arène de la maison de la bête. Les combat y sont toujours à mort et contrairement aux gladiateurs lambda éduquer pour tuer cette arène contiens de ce qui as de pires monstre dangereux, psychopathe en puissance et même d'authentiques assassin venu parfaire leur art. Tu va combattre dans cette arène mais si tu survie tu bénéficiera d'un privilège que ton maitre ne t'as certainement jamais donné. Si tu meurt et bien tu ne sera pas la bonne candidate auquel j'avais penser. Dit Ariman qui désigna l'ascenseur. Rose devait y aller dedans mais Ariman lui donna des conseils avant qu'elle descend dans la fosse.

- Dit toi bien une chose jeune fille. Si Augustus te considère comme son fleuron rien ne sera éternel. Tôt ou tard ce pirate jetteras son dévolus sur une autre parce que tu sera devenu trop vielle ou trop abimé pour que tu puisse l'escorter. Ta vie se terminera sur le sable d'une arène ou au fond d'un trou servant de jouet sexuel et de défouloir aux prisonniers instable et aux geôliers alcoolisé. Tu n'est qu'une location pour moi mais je peu t'offrir bien plus que ce que ton maitre puisse t'offrir à condition que tu arrive à survivre aux sauvages qui se battent en bas. Ton épée n'est pas la seule arme que tu dispose dit toi bien que tes appâts sont aussi tes meilleurs atouts de survie. Même les monstre les plus sanglants on leurs faiblesse à toi d'exploiter ses faiblesse pour vaincre. Dit l'Obliterator à l'esclave alors que l'ascenseur se mis en route faisant descendre rose dans le cirque. 
Journalisée
Silvia Del Casario
Humain(e)
-

Messages: 24


Cadette de la famille Del Casario


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Août 08, 2016, 09:15:53 »

Silvia vint à garder le ruban et se mit à écouter les propos d'Ariman. Elle ne se faisait pas d'illusion sur le fait que l'odeur de la bataille planait en ce lieu, même si cela n'allait pas être précisément ici que le sang allait gicler. Elle mémorisait le nom de cette arène, n'ayant que peu de notion en latin, elle ne put traduire le nom de l'arène, ce qui ne l'aurait pas été d'une grande aide. L'Oblirator parlait d'une des "plus terrifiantes arènes". Le fait que le combat soit à mort ne changeait pas grand chose pour la Rose pourpre, qui savait que dans cette demeure la défaite serait la mort pure et simple. Elle cachait un léger frisson à la nuque, elle allait combattre des monstres, cela pouvait désigner des fous du sang, tout comme de vrai monstre, comme des manticores, cette seconde catégories avaient généralement une pensée simple, mais là était justement le piège, car tout être simple pouvait, sans le vouloir devenir imprévisible.

La combattante ne se sentie pas zélée par le dit privilège, son esprit état déjà focalisé sur le fait qu'il fallait réussir à survivre. Ce que qu'elle avait comprit, l'arène serait un Combat des Rois, une technique qui consiste à mettre un certain nombre de combattant et de les laisser se battre, la règle étant qu'il n'y avait qu'un seul vainqueur. Silvia n'était pas dérangée d'être nue, au moins n'aurait-elle pas de restriction de mouvement avec le tissu, ce qui rendrait une erreur de mouvement plus facilement récupérable. Elle vint à marcher vers l’ascenseur, le bruit des ses pieds nus venant engendrer un faible écho dans la pièce. Vint le sermon sur le fait qu'elle finirait inutile. La combattante en avait conscience, elle ne rougit pas quand on vint à parler de son corps charmant, elle savait que c'est par sa beauté qu'elle avait évité la mort jusqu'à maintenant, ainsi que son talent de combattante. 

Les portes se mirent à se fermer dans le silence. Rose préparait son corps au combat, découvrant la fameuse arène lorsque les portes s'ouvrirent. 
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Août 08, 2016, 11:12:45 »

La descente fut profonde mais courte. Les porte s'ouvrirent enfin l'esclave se retrouva dans une salle issue d'une grotte naturelle d'aspect circulaire formant une arène et en son centre une colonne ou se trouvais fixé de nombreuses armes en tout genre mais ayant visiblement bien servis. Des meurtrière avait été creuser dans la roche tout autour de cette arène. Seul élément moderne dans ce décors une sorte d'écran électronique d'Origine Tekkos étaient fixé contre une paroi en hauteur ainsi que d'autre ascenseur s'ouvris en chuintant pour laisser entrer les autres gladiateur. La jeune femme vis bien vite que les gladiateurs avaient des aspect humanoïde mais elle pouvait aussi sentir une forte envie de meurtre de leur part. Il y avait beaucoup de Terranides mais aussi des créatures inconnues et des machines meurtrière. L'écran afficha l'image et l'identité de tout ce beau monde hormis celle de l'esclave qui était arrivé à la dernière minute.



Aucun discours ne fut prononcé après l'apparition des gladiateurs par contre plusieurs d'entre eux lorgnièrent la jeune femme. Après c'être jauger un instant une trompe ce fit entendre et le combat débutât immédiatement et avec violence. Les gladiateurs possédants des armes se jetèrent les un sur les autres ou sur ceux étant désarmés qui essayaient d'atteindre la zone centrale ou trainaient les armes. La jeune femme quand à elle eu sur le dos deux gladiateurs que se trouvait à proximité d'elle.



Un balaise vêtus d'une armure de sécutor et armé de deux épée.



Une étrange créature à peau rose armés de poignard et aux allures d'assassins.
Journalisée
Silvia Del Casario
Humain(e)
-

Messages: 24


Cadette de la famille Del Casario


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Août 10, 2016, 12:50:58 »

La Rose pourpre ne portait pas pas beaucoup d'attention à l'écran électronique, non elle avait bien plus important à observer, comme tout ses adversaires, même sans le tableau récapitulatif des participants, elle avait calculée dix-huit participant, elle incluse. Elle put aussi remarquer qu'elle était la seule femelle et l'une des seules personnes en tenue d'Eve. Mais même cette constatation n'avait pas de quoi effrayer la combattante, elle était là pour lutter et survivre, rien de plus, comme elle le faisait tout le temps. Regards d'envie de meutre, regard pervers, les yeux semblaient river sur l'humaine, ce qui était un peu normal au vu de la situation. La blonde entendit le corps et vint immédiatement à avancer d'un pas déterminé, afin de provoquer l'affrontement. Mieux valait prendre les reines de cette batailles, plutôt que de subir. Bien l'en fut car deux adversaires se mirent à vouloir la combattre. Elle détaillait très rapidement ses adversaire.

Le fait de porter une armure était un plus pour encaisser, notamment les coups de sa lame, mais rendait les attaques perforantes plus efficace, du fait de la mobilité qui s'en trouvait réduire par le poids.  L'autre adversaire était dangereux car il avait cette mobilité la Rose pourpre ne pouvait que se méfier de ses lames, suspectant du poison ou pire, une très fine pellicule de cuivre. Elle avait la faiblesse de l'armure, n'en ayant pas et aussi du nombre de lame. Sa situation n'étant pas merveilleuse, elle vint à prendre une profonde inspiration et pousse un cris de guerre en guise d'avertissement. si la blonde semblait frêle, la puissance de son cri n'en fut que plus étonnant, peu de gens pouvant suspecter la puissance vocale de l'humaine. La Rose pourpre n'attendit pas les effets de son cris et prit une impulsion, attaquant l'adversaire en armure, elle ne fit que deux tentatives pour planter sa lame au niveau du cou, afin de la trancher. Pourquoi lui et pourquoi deux attaques ?  Tout simplement car il serait le moins agile, mais le plus dangereux en terme de capacité à prendre les coups, quand au nombre, c'était parce qu'elle ne pouvait donner que deux coups rapide avant de devoir reprendre une posture plus défensssive, dans le cas à l'assassin viendrait à tenter sa chance en voulant la planter dans le dos.

De ce premier escarmouche, elle pourrait au moins juger de l'expérience de la personne dissimulée sous l'armure, ainsi que de la perfidie de l'autre.
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Août 10, 2016, 01:33:18 »

Le secutor à l'armure semblait être un aussi bon bretteur que Rose et il ne semblait nullement perturbé par la nudité de l'esclave il para assez habilement ses attaque avec ses deux lames mais il devait visiblement économiser ses mouvements à cause de sa lourde protection.

Soudainement le secutor leva un de ses lame et dévia une lame lancer par l'assassin qui se saisit d'un des nombreux couteau dissimulé dans ses vêtements et le lança sans faire de distinction entre Rose et son adversaire. L'assassin était véritablement un lâche mais profitait plus de sa mobilité pour essayer de blesser et affaiblir ses adversaire. La nudité de l'esclave lui faisait quand même effet vus que l'entrejambe de son pantalon avait bien gonfler.

Furieux d'avoir été viser le secutor donna un coup rageur à l'esclave la faisant reculer tandis qu'un couteau passa juste à coté d'elle et son adversaire il rompis son duel  et chargea son adversaire qui esquiva habilement son attaque tout en lançant une nouvelle lame sur Rose.

Entre temps dans l'arène il eu déjà un premier mort. Une brute à face porcine et armé d'un marteau pourvus d'un pic  écrasa son arme sur la tête d'un homme dragon et lui perfora la cervelle avant de trouver un autre adversaire L'écran électronique raya le mort de la liste ou il était affiché.


Journalisée
Silvia Del Casario
Humain(e)
-

Messages: 24


Cadette de la famille Del Casario


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Août 10, 2016, 02:08:28 »

Silvia observait cette économie, mais pour elle il pouvait y avoir plusieurs explication que la lourdeur de l'armure, l'économie pure et simple dans une série de combats qui promettait de se renforcer en difficulté au fur et à mesure que les corps tomberaient au sol. Elle entendit le bruit de deux lames s'entrechoquant, observant du coin de l'oeil un poignard de lancé, une arme rare en combat, mais existante. Elle ne s'était pas trompée sur le fait que l'assassin était du genre à profiter des faiblesses d'autrui. Elle avait bien vu la bosse, sachant pertinemment ce qui risquait d'arriver si elle se trouvait sous son emprise. Cet instant d'inattention fut payé par un coup qui vint à frapper la Rose pourpre. Elle n'avait put parer le coup, mais serrait des dents pour éviter de montrer un instant de faiblesse.

Son arme devint bouclier, parant le couteau. Silvia ne vint pas à prendre la petite lame, n'étant doué qu'avec sa lame qui l'avait servit pendant plusieurs années. Elle ne fut pas immobile plus longtemps. Prenant une profonde inspiration avant de charger vers l'assassin. Légère et puissante, elle vint à se caler sur les attaques du secutor.  Elle eut l'opportunité de parer un coup dangereux vers le secutor. Le motif de ce geste était de montrer qu'elle et le secutor avaient un adversaire commun, l'assassin. Silvia sentait que l'homme qui l'avait frappé avait un esprit de combattant et méritait de ce fait d'être le second à tomber sous sa lame et préférerait être tranché par lui que se faire violer par l'assassin.

Elle n'avait pas été très attentive à la personne morte, son attention étant surtout concentrée sur l'assassin, le secutor et toute personne à moins de cinq mètres. Elle savait que s'il fallait occire l'assassin rapidement, il fallait aussi prendre garde à ne pas se faire prendre par surprise dans ses angles morts. Silvia observait le secutor, essayant de mettre ses coups peu après, afin d'obliger l'assassin à s'épuiser pour éviter la touche. Elle formait un bon duo, même si cela ne durerait qu'un temps. 
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Août 11, 2016, 09:38:50 »

Le Secutor compris tout de suite ou l'esclave ou en voulait en venir quand elle concentra ses attaques sur l'assassin plus que sur lui et fit cause commune avec Rose et ce concentra sur son adversaire lui aussi. A deux contre un l'assassin eu du mal à se défendre même si il avait une certaine mobilité. Finalement il tenta de reculer sur une passe de l'esclave tout en envoyant un couteau qui ripa sur l'épaule de rose mais le Secutor en profita pour attaquer et d'un coup bien placé il lui trancha une main. L'assassin poussa un cri de douleur alors que l'épée de rose l'atteignis pour l'achever.

Soudainement le Secutor fit volte face et tenta de décapité l'esclave au moment où elle pris sa première vie. Son coup en traitre aurait bien pus tuer Rosa mais il n'arriva pas à aller au bout de son geste. Une boule de feu explosa en plein milieux d'eux projetant l'esclave et le Secutor au sol.  



Le tir venait d'un des deux robot meurtrier présent dans l'arène et armés de lances flammes. Il avait carbonisé deux adversaire et dirigeait maintenant ses armes vers les cibles les plus proches sur son scanner. Le Secutor avait pris le gros des dégâts. Il était encore vivant mais il était en feu partiellement. Rose avait pas contre des brulures superficielle mais elle avait lâcher son épée dans le choc. Quand à l'assassin ce n'était plus qu'un cadavre rôtis.


Journalisée
Silvia Del Casario
Humain(e)
-

Messages: 24


Cadette de la famille Del Casario


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Août 13, 2016, 10:04:25 »

La combattante, de part son manque d'armure pouvait voltiger dans ce ballet de lame. Rose pourpre sentait son corps se réchauffer, commencer à transpirer sous l'effort, mais ce premier adversaire était redoutable. Etant la plus faible du duo en terme de protection il était naturel qu'elle soit la cible prioritaire, elle serrait des dents en sentant la dague érafler son épaule, elle devait trouver vite un moyen de se soigner, ce n'était qu'une petite blessure, mais cela pouvait devenir dangereux si elle devait continuer à "danser" aussi énergiquement.  C'est alors qu'elle put porter le coup de grâce, tranchant proprement la tête de l'assassin, son regard fut attiré par la lame qui était reflétée par une source de lumière quelconque. Son esprit n'eut pas le temps de prendre conscience d'avoir fauché une vie qu'il tirait la sonnette d'alarme pour sa propre survie. Silvia du sa survie à une attaque qui surprit les deux bretteurs, une explosion de flamme, par réflexe son corps se mit à s relever, découvrant alors une chose horrible, son arme, une partie d'elle était au sol.

Elle ressentit une vive douleur, son esprit se mit à s'embrouiller, ses yeux montrait un état de panique. Sans faire nullement attention à une possible attaque elle se jette sur son arme, ne gémissant pas sous la chaleur de la lame qui avait emmagasinée une partie de l'attaque de flamme. Sans chercher à réfléchir, elle se jette sur le Secutor et plantait son arme où elle le pouvait. Si Augustus avait été présent il aurait certainement parié à présent sur sa petite fleur qui était dans un état de panique tel, qu'elle arracherait la vie à la première menace qui se présente, tout du moins le temps que le choc émotionnel d'avoir perdu son arme reste. Cet état presque de transe pouvait durer aussi bien une bonne heure que disparaître au bout de quelque secondes.

Si le robot avait analysé les techniques de Silvia, il pouvait tout aussi bien recommencer son analyse. Dans l'état où l'humaine était, la moindre faille était exploitée, ses sens étant maximisés pour être la prédatrice et non la proie, il n'y avait plus aucune  notion d'économie, chaque coups que Sivlia portait étaient là pour tuer à coup sûr, seul sont état rendait assez ridicule les nombreux coup mortel porté sur le Secutor.  Elle vint à montrer d’ailleurs que sa lame pouvait fendre les flammes, dévoilant la puissance cachée de ses muscles. Bien évidement, elle épuisait considérablement ses ressource, le corps ne pouvant tenir sur la longueur une sollicitation tant mentale que physique.
Journalisée
Ariman
Créature
-

Messages: 785



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Août 22, 2016, 12:20:04 »

Le Secutor n'eu pas le temps de lever ses armes aveugler par les flammes qu'avait provoquer la machine de mort. L'esclave le frappa à la tête si fort que son casque fut arraché montrant un visage défiguré boursouflé et visiblement très en colère. L'esclave comprise qu'elle avait affaire à une sorte de cyborg car elle voyait une espèce de respirateur et un œil bionique lui mangeant les deux tiers du visage. Le Secutor poussa un grondement quand son casque fut arraché et la douleur ressentis par le tir du robot qui avait visiblement choisit une autre cible vu qu'un des gladiateur le plus massif des survivants encore en lice se jeta sur lui.

Bien que blessé le Secutor attaqua Silvia avec cette fois plus de férocité. Les seule bonne nouvelle c'est qu'il avait perdu une de ses lames et le feu qui le consumait semblait l'affaiblir d'avantage. La mauvaise nouvelle c'est le fait qu'il est en feu était à double tranchant. Certe cela le tuait mais si il arrivait directement au contact sur l'esclave il risquait de lui causer des blessures cuisantes.

Autre mauvaise nouvelle le Circus Horrificus  était aussi réputé pour ses farces cruelles notamment pour mettre plus de piment dans le tournois en y introduisant un élément perturbateur histoire de mettre du sel dans le match. En l'occurrence une porte massive à l'extrémité de l'arène s'ouvrit et un monstre immense de plus de quatre mètre et blindé comme un tank fit son entrée et se rua dans l'arène et la première cible qu'il voyait afin de la déchiquetés avec ses nombreuses griffes.


Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox