banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Il faut venir voter maintenant !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Home Jacking (PV)  (Lu 1146 fois)
Alix Swol-Kleyxus
Créature
-

Messages: 11

avatar

Synonyme d'ailleurs


Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 28, 2016, 07:11:00 »

Personnages :

- Sebastian, 25 ans (frère cadet d'Eric)
- Lily, 25 ans (compagne de Sebastian)
- Tom, 2 ans (fils de Sebastian et Lily)
- Eric, 35 ans (frère aîné de Sebastian)
- Véronica, 30 ans (femme d'Eric)
- Alexandre, 12 ans (fils d'Eric)
- Olivia, 8 ans (fille d'Eric)
- Marina, 19 ans (baby-sitter)



Sebastian Cooper poussa un gros soupire lorsqu'il parvint enfin à caser la dernière valise dans le coffre de la voiture familiale. Il essuya la sueur sur son front du dos de sa main droite et referma le coffre de l'autre, le sourire aux lèvres. Si beaucoup de gens étaient stressés et agacés pendant les préparatifs des vacances d'été, ce n'était pas le cas de ce jeune homme de 25 ans de nature plutôt calme et positif. Bien au contraire. Ils avaient bien mérité ces vacances en famille, l'année avait été difficile au travail pour réunir assez de budget. Depuis environ 4 ans, il travaillait dans un entreprise spécialisée dans les produits pharmaceutiques. Bien que jeune, il était doué et ambitieux, si bien qu'il avait été nommé chef d'équipe l'année dernière. Un soulagement pour la petite famille puisque sa compagne, Lily, ne travaillait qu'à mi-temps comme secrétaire dans un cabinet médicale. En effet, elle avait préféré dévouer tout son temps à leur fils Tom et à son éducation. Aujourd'hui, le petit avait presque trois ans et était leur plus beau trésor.

- Papa, papa !

Sebastian se retourna et eut tout juste le temps d'ouvrir les bras pour attraper son énergique petit ange qui se jetait sur lui. L'enfant rit aux éclats, ses yeux bleus pétillants d'excitation et demanda avec empressement en pointant le véhicule du doigt :

- 'y va ?

Visiblement, le petit était enchanté de partir. Ébouriffant les cheveux blonds de son fils, le jeune homme vit enfin arriver sa chère et tendre avec le sac de voyage qu'elle prendrait à ses pieds. Sebastian ne put retenir un sourire en la regardant. Ils n'étaient pas encore mariés. Environ un an seulement après l'avoir rencontrée, Lily était tombé subitement enceinte. Pourtant, il avait tout de suite décidé d'assumer ce petit miracle et de fonder une famille. Lily était tout ce qu'il avait toujours désiré. Elle était belle, intelligente, joyeuse, douce et ils partageaient beaucoup de points communs. Sebastian pouvait réellement affirmé qu'il était le plus heureux des hommes.

- Allez, zou ! En voiture ! S'écria t-il avant d'installer le petit bonhomme dans le siège auto.

Cette année, les vacances promettaient d'être grandioses. En effet, son frère aîné, Eric, les avaient invités à louer ensemble une grande villa en bord de mer. L'aîné de la fratrie en avait en effet largement les moyens avec son poste de Directeur dans une société de finances et de gestion très renommée. Son frère était marié depuis 4 ans avec une femme un peu plus jeune que lui nommée Veronica. L'entente avait été difficile au début, car la belle femme aimait manifestement beaucoup l'argent. Mais elle ne se montrait pourtant pas odieuse ou hautaine avec eux, bien au contraire. Elle était gentille et serviable au fond. Eric avait décidé de venir avec ses deux enfants nés d'un précédent mariage : Alexandre, qui était âgé de 12 ans et Olivia, la petite dernière âgée de 8 ans.

La route allait être longue, mais les conditions étaient idéales. Au bout de quelques heures, ils se garaient enfin devant l'immense villa estivale. Sebastian sortit en s'étirant longuement avant que Lily ne vienne l'enlacer en observant les lieux avec admiration.

- C'est magnifique.
- Pas autant que toi.

Elle eut un petit rire gêné avant de l'embrasser tendrement et d'aller détacher Tom qui s'impatientait dans la voiture.
Alors que le jeune homme commençait à vider le coffre, une voix chaude et familière retentit :

- T'as fait vite, petit frère.

Le jeune homme interrompit ce qu'il était en train de faire et se tourna vers Eric avec un grand sourire. L'homme en question avait fêté ses 35 ans récemment et était le genre d'homme charismatique et brillant qu'on imaginait tout de suite à la tête d'une grande société. Il était toujours surprenant de le voir habillé autrement qu'avec ses costumes hors de prix, mais aujourd'hui, il portait un simple bermuda blanc, un polo rouge, des tennis et une paire de lunette de soleil. Aussitôt, les frères s'enlacèrent, heureux de se revoir. Il est vrai qu'avec leur boulot respectif, ils ne se voyaient que très rarement.
Les enfants d'Eric ne tardèrent pas à les rejoindre en courant. Le petit Alexandre avait bien grandit depuis la dernière fois que Sebastian l'avait vu. Il était plutôt grand pour son âge, les cheveux bruns et les grands yeux verts de sa mère. Quant à la petite Olivia, on pouvait difficilement faire plus belle petite fille. Les cheveux presque blonds, longs et de grands yeux noisettes, elle était adorable dans sa petite robe rouge à pois blanc d'été.
Enfin, ce fut à Veronica de venir les saluer. Toujours belle et impeccable, comme d'habitude, cette grande et jolie blonde avait enfilé une robe blanche et était parfaitement coiffée et maquillée. Une vraie lady qui salua tout de même amicalement Sebastian et Lily dans ses bras.

Lorsque les retrouvailles furent terminées, Eric aida son jeune frère à vider le coffre et à les installer dans leur chambre. La villa était vraiment immense et possédait 4 chambres au total, un immense séjour avec cuisine ouverte donnant sur une large baie vitrée, une terrasse avec piscine et bien entendu, quelques mètres plus loin, la mer. Sans compter les deux salles de bain royales pourvues d'un sauna et hammam et une belle salle de jeu avec billard, table de ping-pong et arcade. Pour couronner le tout, la villa proposait une salle de sport flambant neuve. Cet endroit, c'était le paradis !
Aussitôt les enfants décidèrent d'aller jouer dans le vaste jardin sous la surveillance de Marina, une jeune baby-sitter de 19 ans engagée par Eric pour veiller sur les petits monstres durant leur séjour.
Pour se détendre, les deux couples s'installèrent sur la terrasse pour boire un coup et discuter.
Sebastian ne ressemblait pas tant que ça à son frère. Il était moins grand, moins costaud et surtout moins impressionnant. Cependant, l'aîné était connu pour être quelqu'un de trop sérieux et de très stressé, notamment à cause de son boulot. Il pouvait parfois se montrer arrogant aussi, mais Lily ne cessait de répéter à son compagnon que cela s'arrangerait peut-être avec l'âge. Sebastian ne pouvait pas trop en vouloir à Eric, après tout il avait perdu sa femme dans un tragique accident de voiture. Il en avait été bouleversé et avait mit beaucoup de temps à se reconstruire, ce qui n'était pas facile avec deux enfants à charge et un job à plein temps. Heureusement, Veronica s'entendait très bien avec les petits et Dieu merci, elle ne se contentait pas de boire des cocktails à la maison. En fait elle était mannequin pour une grande marque de lingerie. Autant dire que son corps faisait tourner la tête de plus d'un homme, ce qui n'avait pas été vraiment le cas de Sebastian. Il préférait les brunes, comme sa belle Lily et ses jolies formes plutôt que les blondes maigrichonnes.

Pendant leur discussion, Lily décida d'aller prendre une douche pour se décrasser du voyage et enfiler une robe rouge et légère. Il faisait en effet très chaud malgré l'air marin. Mais quelle idée de mettre cette petite robe rouge qu'il aimait tellement ? Lorsqu'elle revint, il ne put s'empêcher de ressentir un élan de désir en la voyant si rayonnante. Sa peau douce, ses longs cheveux bruns, ses beaux yeux verts... Pas de toute. Bientôt, il la demanderait en mariage, elle était la femme de sa vie, sa plus belle rencontre.

Les enfants passèrent une bonne partie de l'après-midi à jouer dans le jardin puis dans la piscine. Les adultes se contentèrent de quelques verres sur la terrasse, ils avaient beaucoup à se raconter. Eric expliqua que Marina était la fille d'une de ses amis, une petite très dégourdie qui adorait les enfants et qui faisait un travail remarquable avec eux. Elle avait l'air assez attachante avec ses cheveux roux mi-long et ses yeux bleus. En tous cas, elle souriait beaucoup et avait en effet l'air de beaucoup s'amuser avec les petits.

Très vite le soir arriva et toute la bande s'installa sur la terrasse pour un apéritif et un dîner très agréable. La soirée était ponctuée de rires et de petits anecdotes de la vie quotidienne, rien de tel pour se détendre et profiter de ce premier jour de vacance. Marina se chargea d'aller coucher les petits pendant que les parents ouvraient une énième bouteille de vint. Alexandre et Olivia partageaient la même chambre. Marina avait un lit simple avec Tom dans une autre, mais une fois certaine que les petits dormaient, elle redescendit pour rester encore un peu avec les adultes, histoire de discuter un peu et de profiter de la soirée à son tour.
Oui, tout était parfait.

La soirée s'éternisa jusqu'à une heure du matin avant que tout le monde ne décide d'aller se coucher. Grisé par l'alcool, Sebastian s'empressa de faire l'amour à sa femme à peine fut-elle entré dans le chambre. Marina s'allongea dans son lit discrètement pour ne pas réveiller le petit après avoir enfilé un petit short et un vieux t-shirt en guise de pyjama tandis qu'Eric et sa femme en petite nuisette sexy, plutôt exténués, se contentèrent d'un petit câlin avant de plonger dans un profond sommeil...
« Dernière édition: Juillet 28, 2016, 08:10:23 par Alix Swol-Kleyxus » Journalisée
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 688



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juillet 28, 2016, 08:19:46 »

A proximité de la ville, dans un petit sentier parallèle, une voiture était immobilisée depuis un moment.  Le genre de voiture basique, ni luxueuse ni sportive. C'était un modèle de base, comme il en existait des milliers dans la nature. Le but était clair et net : passer inaperçu.  Pour s'en convaincre il fallait  regarder le contenu de cette voiture. 2 hommes, tous en treillis militaire et en uniforme kaki.  Ils avaient aussi avec eux des armes : couteux, fusil, mitraillettes même. Mais pas seulement, il y avait aussi de la corde, une pelle, des  menottes, un sac de cheaux dans le coffre. Il était clair que le but de cela n'était pas de s'installer dans une villa pour les vacances. Détails piquants, ils portaient tous des cagoules, ; noires, desquelles on ne pouvait voir que les yeux et la bouche.

Bref vous l'aurez compris, les 2 types dans cette voiture n'était pas des tendres. Ils étaient là pour faire mal et pour accomplir une mission. Depuis des semaines, leur employeur, celui qui leur avait  confié cette mission leur avait fourni toutes les infos nécessaires. Tout était précis, complété, rodé. C'était du boulot de professionnel, il n'y avait pas de doutes la dessus. Le type qui leur avait offert ce contrat savait ce qu'il faisait et ne voulait pas se louper. Il y avait les photos, les infos utiles, les commentaires sur chaque personne. Non, c'était digne de la CIA.

« Putain je me demande quand même qui nous emploie sur ce coup »


 Lacha celui assis à la place du passager à l'avant. Il s'adressait au conducteur à sa gauche. Ce dernier semblait deja concentré sur sa mission et etait occupé à nettoyer une fois de plus son pistolet.  

« Peu importe ce qui compte c'est combien on est payé. On fait ce qu'il a demandé et puis on repart comme si de rien était. Le reste ne nous concerne pas »


Dans le ton de sa voix, on pouvait sentir une assurance et une autorité naturelle. C'était sans doute le plus agé et aussi le leader. Il n'était pas à son coup d'essai  c'était certain

« Quand même t'as vu la gueule des nanas ? Quel gachis de devoir éliminer cela sans se servir »

Il regardait les photos de Lily et veronica. Visiblement avec envie et convoitises. Ce qui n'avait pas l'air de plaire à son alter égo

« Je t'ai dit quoi bordel ? On s 'occupe pas de cela.  On remplit le job et le reste cela ne nous concerne pas »


On sentait l'agacement dans sa voix. De toute évidence il avait une certaine reticence à écouter son partenaire parler de la sorte. Sans doute parce que ce n'était pas cela être professionnel  et que cela pouvait nuir au plan. D'ailleurs il se mit à lui rappeller

« N'oublie pas ce qu'on a dit. Moi j'embarque les deux hommes pour aller à la banque à la première heure. Vous vous occupez des femmes et des gosses. En les séparant on les rend plus malléable d'autant que je vais leur montrer que je rigole pas. Quand on aura récupéré le cash au matin, je m'occupe de buter les deux types et vous du reste ok ?Ensuite on dépose la valise avec le fric convenu au point de rendez vous et on garde le reste »


Visiblement une 3ème personne était donc de la partie. Confirmation quand celle -ci vint taper au carreau pour annoncer que l'exctinction des feux avait eu lieu dans la villa.   Les deux autres sortirent alors, chacun sachant quoi faire au niveau équipement. C'était rodé, precis et visiblement travaillé.

« Chacun  sait ce qu'il a à faire »


Le chef ayant parlé, la suite des choses fut assez limpide pour tout le monde. S'introduisant sans soucis dans la villa, le boitier de l'alrme dans le jardin fut assez vite neutralisé par l'un des membres du trio dont c'était la tâche et qui avait eu l'info de l'endroit ou chercher. Quand aux autres,  c'est via une fenêtre , sur le coté de la maison qu'ils pénètrèrent dans la villa. Là aussi les infos reçues avaient permis de savoir de quel coté attaquer.


Une fois rentré , chacun monta à l'étage pour  s'occuper d'une chambre ; A chaque fois le même rituel. Un flingue placé sur  la cervelle, l'aide forcée du conjoint pour attacher le partenaire avant que celui-ci ne soit aussi attachés. Les mains étaient bien attachés avec les menottes et tout ce beau petit monde fut rassemblé dans l'immense living de la villa.  Tout se passa de manière limpide et claire, comme s'il n'y avait pas eu besoin d'agir autrement.  L'effet d e surprise etait totale. Seule ombre au tableau, Olivia et Alexandre furent oubliés l'espace d'un instant. Mais tres vite ils rejoignirent les autres dans la salle de séjour. En 15 minutes tout était plié

« Alors voilà, vous allez m'écouter bien attentivement »


C'est le « boss » qui parlait, les deux autres étaient un peu en retrait, arme à la main.  Faisant quelques pas, le leader du commando lui n'avait pas d'armes mais n'en était pas moins dangereux. La preuve étant qu'il balança un violent coup de pied en plein visage  de Sebastien et qu'il vint caresser le haut du crane du petit Tom qui s'était mis à pleurer car en plus de voir son père frappé, il était attaché lui aussi


« Si vous etes reglo et que vous tentez rien de con tout sera terminé d'ici demain sans soucis. Ce qu'on veut est simple, votre fric. Alors voila comment on va faire. Les deux hommes vont venir avec moi et demain à la première heure, on ira vider tout vos comptes , du moins autant que la limite légale le permet. Je ramasserai aussi les bijoux et argent en cash eventuels que vous avez. Pendant ce temps le reste du gentil petit monde sera gardé ici par mes deux amis ici presents. Personne ne souffrira si vous  respectez ce qu'on a prevu. Et demain matin on sera parti. »


marquant une pause pour les laisser percuter un peu ce qui venait d'être dit, il conclua en parlant de manière toujours aussi calme

« Alors vous comprenez ? »

« Dernière édition: Juillet 28, 2016, 08:25:57 par Alex Sanderson » Journalisée

Alix Swol-Kleyxus
Créature
-

Messages: 11

avatar

Synonyme d'ailleurs


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juillet 29, 2016, 01:06:35 »

Rien ni personne n'aurait pu prévoir qu'un tel drame puisse arriver. La famille Cooper était une famille banale, comme toutes les autres et passait simplement de splendides vacances ensemble après un long moment de séparation. En effet, Sebastian n'avait pas revu son frère depuis quelques années déjà, celui-ci étant beaucoup trop accaparé avec ses enfants et son boulot depuis la mort d'Anaïs, sa première femme. Une jeune femme très gentille, bien que très effacée par rapport à son mari. Oui, en y repensant, ils ne s'étaient revu qu'à une reprise depuis l'enterrement d'Anaïs, lors de son mariage avec Veronica. Sous ses airs très sûr de lui et solide comme un roc, Eric était quelqu'un supportant mal la solitude et avait mit beaucoup de temps à se remettre de tout ça, ce qui ne l'avait pas empêcher de retrouver rapidement une nouvelle compagne pour partager sa vie. Beaucoup s'étaient attendus à ce qu'Eric ne se remarie jamais, ou pas avant de longues années, mais il avait surpris tout le monde et s'était contenté d'ignorer les médisants. Eric était un homme s'affaire bien décidé à décider de son avenir tout seul et, comme il le faisait si bien au travail, à écraser ceux qui se mettraient sur son chemin. Au-delà de ça, il était quelqu'un de très protecteur qui aimait profondément sa famille, même s'il n'avait pas l'habitude de se montrer démonstratif en ce qui concerne ses sentiments. Sebastian était beaucoup plus spontané, mordant la vie à pleine dents et là ou certains pouvaient n'y voir que de la naïveté et de l’inconscience, il voyait simplement le moyen d'être heureux.  Il avait une femme divine, un fils adorable, un bon boulot, un toit au-dessus de la tête, un peu d'argent sur son compte pour subvenir aux besoin de sa petite famille... tout lui souriait. En fin de compte depuis qu'il était gosse, il avait toujours été plutôt chanceux et gâté. Il était bon étudiant, bien qu'un peu feignant, mais avait toujours réussit à bien s'en sortir. Eric avait eut moins de facilité, mais il avait beaucoup plus de hargne et d'ambition, ce qui l'avait mené à grimper les échelons et à devenir ce qu'il était aujourd'hui. Sebastian ne rêvait pas d'un statut aussi enviable que son aîné. Il voulait juste être heureux avec Lily et Tom. Rien de plus.

Sebastian avait rencontré Lily a une petite fête de village, lors d'un bel été comme celui-ci il y a quatre ans. A vrai dire, il la connaissait déjà vaguement de nom car ils avaient partagés le même collège. Simplement, ils ne s'étaient jamais retrouvé dans la même classe et chacun avait été un élève plutôt discret ne fréquentant pas les mêmes élèves. Lily avait toujours été une fille extrêmement timide et refermée sur elle-même, si bien que les collégiens la regardaient un peu de travers et se moquaient d'elle, ce qui n'avait jamais été le cas de Sebastian. C'est une amie qu'ils avaient finalement en commun qui les présenta ce jour-là. Il avait immédiatement flashé sur elle. Elle n'était plus aussi réservée qu'avant, elle avait grandit aussi bien physiquement que mentalement et était devenue une femme incroyablement désirable. Ils s'étaient rapidement bien entendu et finalement, de fil en aiguille, ils étaient sortis ensemble pour ne plus jamais se quitter. Un an plus tard, elle l'avait appelée, un peu paniquée pour lui annoncer quelque chose de très important. Lorsqu'elle lui annonça qu'elle était enceinte, il avait eut peur lui aussi. Mais son amour avait été plus fort. Il ne désirait rien de plus beau que de fonder une famille avec elle. Alors ils étaient finalement devenus parents et s'étaient installés ensemble. Une belle histoire d'amour digne d'un petit roman à l'eau de rose.

Veronica était une femme plutôt mystérieuse qui ne parlait pas beaucoup d'elle, si ce n'est pour évoquer son boulot ou son programme de la journée. Elle n'avait jamais raconté son enfance au jeune couple. De toute manière ils se connaissaient trop peu pour que ce soit le cas. Seul Eric connaissait davantage cette belle mannequin discrète. Lorsqu'elle était née, ses parents se déchiraient déjà et sa venue au monde n'arrangea rien. Très vite, son père quitta la maison et divorça, disparaissant totalement de leur vie. Sa mère l'éleva seule jusqu'à ses 10 ans, avant qu'elle ne soit contrainte de la confier à ses parents, victime d'un cancer foudroyant. Elle mourut dans les mois suivant et Veronica grandit alors avec ses grand-parents, des gens fabuleux. Au départ, elle voulait devenir avocate et faire de grandes études. Mais à son adolescence, alors qu'elle ne faisait du mannequinat que pour avoir de l'argent de poche, elle fut remarquée et on lui proposa un gros contrat. Elle se lança alors dans l'aventure et perça rapidement dans le milieu. Elle rencontra Eric dans un simple café, là où tous les deux avaient l'habitude de venir avant de partir travailler. Ils s'étaient rapidement bien entendus et s'étaient mariés très vite. Trop vite sans doute. Ils s'aimaient beaucoup, mais étaient tellement occupés par le boulot respectif qu'ils se voyaient peu et au final, la jeune femme avait l’impression qu'il s'éloignait. Il avait souvent un visage triste et elle pensait qu'il regrettait sa femme et n'était peut-être pas encore prêt à lui ouvrir totalement son cœur. Il avait l'air si distant ces derniers temps... peut-être ne le comblait-elle pas assez ? Peut-être qu'elle était trop effacée ? Elle n'avait jamais vraiment osé lui parler de ce qu'elle ressentait et faisait comme si tout allait bien.

De son côté, la jeune Marina avait du mal à dormir, ne cessant de se retourner dans son lit. Le bébé dormait très bien, ce n'était pas le problème. En fait, elle pensait à Sebastian. Aussi surprenant ce cela puisse paraître, elle le connaissait déjà un peu avant aujourd'hui. Elle ne l'avait jamais réellement rencontré jusqu'à ce jour et c'était justement ça qui l'empêchait de dormir. Depuis qu'elle avait vue une photo de lui chez Eric, elle ne cessait de penser à cet si beau qui l'avait fait craquer. Oh bien sûr, elle était consciente qu'il avait une compagne et un bébé et elle n'avait pas vraiment l'intention d'interférer dans un tel bonheur. Mais c'était plus fort qu'elle, elle avait littéralement craqué pour cet homme et sa passion s'était enflammée au moment même où elle l'avait vu sortir de la voiture et s'étaient presque sentie défaillir lorsqu'il était venu la saluer. Ah, si seulement il avait été célibataire ! Il était si beau... si différent des garçons qu'elle avait côtoyé au lycée. Assez mauvaise élève, elle avait envoyé dans un internat très stricte et y avait été plutôt malheureuse. Elle avait même toujours refusé d'avoir un petit ami et avait repoussé tous les garçons l'ayant approchée. Marina s'était toujours vue célibataire et ne voulait aucun mec dans ses pattes, elle voulait se débrouiller seule et être totalement indépendante. Et puis son regard avait croisé cette photo et ce si beau sourire... Mince ! Tomber amoureuse d'un homme grâce à une simple photo... elle était peut-être un peu folle, non ? Tiens. Un bruit ?

Marina se redressa soudainement dans son lit et tendit l'oreille. Mais la villa resta tout à fait silencieuse. Elle avait peut-être rêvé. Tom dormait paisiblement et aucune lumière ne semblait allumer. Tout le monde était couché. Elle n'avait vraiment pas à s'inquiéter. Cependant, elle avait soif tout à coup. Toujours vêtue de son petit short en tissu noir et d'un t-shirt court et rose s'arrêtant au nombril, tout doucement, elle se glissa hors de son lit pour aller ouvrir la porte... et se retrouva nez à nez avec le canon d'un flingue avant qu'un type ne l'agrippe et ne plaque une main sur sa bouche pour l'empêcher de crier.

Eric fut réveiller par un drôle de contact froid sur son front et ouvrit les yeux lentement, encore un peu somnolant, avant de réaliser ce qui se passait. Un type lui ordonna de se taire et de ligoter sa femme sans dire un mot. Sur le coup, l'homme pensa à se jeter sur l'individu, mais il était armé et préférait ne pas risquer bêtement sa vie ou celle de sa famille. Nul doute que ce type n'était pas seul. Le visage grave, foudroyant le type encagoulé du regard, il s’exécuta. Il y avait quelque chose de plutôt humiliant à devoir attacher sa femme en caleçon. Veronica était terrorisée et tremblait de tous ses membres, se mettant même à sangloter alors qu'Eric tentait de l’apaiser avec quelques mots chuchotés. Seulement vêtue d'une petite culotte en dentelle rose et d'une courte nuisette de soie noire, elle n'était pourtant pas en état de rougir de honte. Sa tenue était le cadet de ses soucis, surtout lorsqu'elle et son mari furent obligés de se rendre au salon. Dépourvue de bijoux et ses cheveux blonds lâchés et en bataille, la belle mannequin était pourtant toujours aussi belle.

Dans la chambre voisine, ce fut Lily qui se réveilla en première. Contrairement à Sebastian qui avait le sommeil extrêmement lourd, un simple bruissement était capable de l'éveiller. Et ce fut justement le bruit très léger de la porte s'ouvrant qui lui fit entrouvrir les paupières. Elle ne réalisa évidemment pas ce qui se passait tout de suite et se contente de se retourner doucement dans le lit pour regarder en direction de la porte. Son cœur manqua un battement lorsqu'elle réalisa qu'un homme masqué pointait une arme sur elle. On lui demanda de réveiller Sebastian, ce qu'elle s'empressa de faire sans montrer de résistance. Seulement voilà, réveiller Sebastian avait toujours été une tâche très difficile. Elle eut beau le secouer, il se contenta d'un petit grognement et rien de plus. Mais finalement, elle n'eut qu'à le pincer très fort au niveau du bras pour qu'il finisse par sursauter et se réveiller en grimaçant.

- Hum... quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?

Muette et terrifiée, sa belle compagne encore nue sous une simple robe de chambre bleue, se contenta de pointer le type du doigt. Lorsqu'il réalisa ce qui se passait, le sang de Sebastian ne fit qu'un tour. Sa première inquiétude fut pour son fils et il demanda immédiatement ce qu'ils avaient fait des enfants. Comme toute réponse, on lui ordonna d’attacher solidement sa femme. Le jeune homme n'en avait pas la moindre envie, mais il n'avait pas le choix. Comme son frère, il ne portait rien de plus qu'un boxer blanc. Lorsque tous deux furent ligotés, on les mena dans le grand lobby. Eric, Veronica, Marina et Tom s'y trouvaient déjà, attachés eux aussi. Lily s'empressa de s’asseoir près de son fils qui semblait ne pas réaliser ce qui était en train de se passer, encore un peu groggy par le sommeil. Eric fut très inquiets pour ses enfants durant un moment, mais fort heureusement, ils finirent par les rejoindre saints et saufs, tremblants dans leur pyjama, bien qu'attachés également.   

Ce ne fut qu'une fois tout le petit monde réunit que Sebastian prit son courage à deux mains et commença à demander :

- Putain, qu'est-ce que vous...

Il n'eut malheureusement pas le temps de terminer sa phrase avant que le pied de celui qui semblait être le leader ne percute violemment sa mâchoire, manquant de le mettre K.O sur le coup. Lily poussa un petit cri et colla contre Tom qui éclata subitement en sanglots. Elle même pleurait en silence, inquiète pour l'homme qu'elle aimait et sur ce qui allait suivre.
On leur expliqua alors enfin ce qu'on attendait d'eux : du fric. Ils avaient l'intention d'embarquer Sebastian et Eric pour leur soutirer un maximum d'argent avant de disparaître.

Ce dernier d'ailleurs, lançait un regard haineux au type qui venait de frapper son frère et du faire appel à tout son sang froid pour ne pas essayer de lui éclater de la gueule quand bien même il était attaché. Il avait beaucoup de karaté dans sa jeunesse et il lui restait certainement des réflexes. Mais inutile de risquer la vie de tout le monde. Il serra alors les dents et finit par lancer :

- On a comprit, on fera ce que vous nous dîtes. Mais s'il vous plaît, ne touchez pas aux femmes et aux enfants, ils ne représentent aucune menace pour vous. Vous l’aurez votre fric.
- Enfoiré, pose pas tes sales pattes sur mon fils, grogna Sebastian en grimaçant, reprenant avec peine ses esprits.

Le jeune homme était dans une rage noire. Rien que l'idée de devoir laisser Lily et les autres seuls avec ces types armés le rendait malade. Qui sait de quoi était capable ces gars-là ? Si ça se trouve, ils allaient les abattre une fois hors de la villa. Mieux valait ne pas y penser et obéir, c'était la seule chose à faire pour éviter une catastrophe. Cependant les pleurs de son petit Tom ne l'aidait pas vraiment à rester calme. Lui aussi aurait rêvé pouvoir cassé la gueule de ce connard qui avait osé le frapper et avait posé la main sur son petit garçon.
Eric de son  côté fronça les sourcils. Sebastian avait intérêt à se calmer et à ne pas faire de zèle s'il voulait que tout le monde s'en sorte indemne...
Journalisée
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 688



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 29, 2016, 01:38:41 »

Le leader sourit. Comme prévu personne n'avait l'intention de jouer les héros.  Certes le Sébastien voulait  visiblement se la jouer au dur mais il ne ferait rien de fou au final. Quand on avait quelque chose à perdre, on évitait  de faire n'importe quoi. C'était une règle de base.  C'est pour cela que la prise d'otage était souvent une solution adéquate pour controler un groupe de gens. Rare était les gens qui pouvait dire n'avoir peur de rien ou ne rien avoir à perdre.  C'était encore plus flagrant avec les familles comme aujourd'hui.  C'est quelque chose qu'il avait appris durant son service comme mercenaire. Les enfants, une femme, c'était bien souvent assez pour tuer tout courage chez n'importe quel homme. Surtout quand à la base ils n'avaient rien de bien méchant

« je vois qu'on se comprend »

Il parlait à Eric mais fixait Sébastien. Visiblement pas impressionné, on sentait autour de lui une forme d'aura assez tranquille. Il etait à son aise, sans doute dans un rôle qu'il maitrisait à la perfection. Il était un pro dans un domaine qui etait à la fois dangereux et discutable. Mais il était clair qu'il n'était pas le genre à se faire doubler ou à bacler le travail.

« Messieurs black et  Pink, Amenez les s'habiller de manière un peu plus correcte et démmerdez vous pour trouvez les clés d'une voiture. Ensuite je partirai avec eux. Les guichets seront accessibles des 9 heures.On ira dans deux agences dans les villes les plus proches. Vous retirerez ce que vous pourrez au maximum. Ensuite on reviendra et ce sera comme si on avait jamais existé. Pendant ce temps mes collegues ici present  surveilleront vos femmes et enfants. Et ils rassembleront l'argent déja disponible ici ainsi que ce qui peut etre revendus. »

Voila donc dans les grandes lignes le projet de la nuit. Clair, limpide, precis, il n'y avait aucune raison  que cela se passe mal. C'était comme une mission militaire. Un objectif et une marche à suivre. Laissant les deux acolytes remplir leur boulot, il s'adressa aux femmes presentes et aux enfants en âge de comprendre

« Je vous le redis, il n'y aura pas de dégats humains si vous acceptez les regles du jeu. Contentez vous d'être discrète et tout se passera bien »

Au fond de lui, il n'était pas entièrement rassuré. Laisser les femmes et les enfants avec les deux autres ne l'enchantaient pas. Surtout parce qu'il ne faisait pas confiance à  Monsieur Pink. Il ne le sentait pas et c'était lié aussi au fait que c'était celui qu'il ne connaissait pas vraiment. Il était là pour remplacer au pied levé son complice habituel qui s'était fait chopper pour une connerie il y a  peu. C'est monsieur Black qui l'avait recommandé. En temps normal, il aurait fait une enquete sur lui, ce serait renseigné mais là le délai etait trop court. Il fallait respecter le contrat, c'était une question de réputation. Et puis il y avait trop d'argent en jeu. Du coup, il avait décidé de ne pas reculer

« Voilà Monsieur White. On a aussi rassemblé tous le portables dans ce sac »

Belle initiative que voila. Regardant les deux hommes, toujours menotté, ils avaient au moins enfilé un bas et pour ce qui était du haut, cela ferait l'affaire.  Ramassant un trousseau clé qu'on lui avait tendu, il dit

« Monsieur Pink venez avec moi pour les charger. Quant à vous messieurs, vous avez deux minutes pour saluer vos familles et les rassurer »


Le choix n'était pas innocent. Il allait  refaire la leçon à Mr Pink. Et en laissant  les deux pères avec leurs enfants et femmes, il montrait qu'il était humain  et laissait donc une forme d'impression positive malgré tout. Il fallait éviter qu'ils ne se doutent que de toute façon ils étaient morts. Alors qu'il se retrouvait seul avec lui, les paquets chargés à l'arrière dans le véhicule de Sebastien, il ne manqua pas de lui rappeller certaines choses

« N'oublie pas d'assurer et suivre le plan. Sinon je te jure que tu le regretteras »


Monsieur Pink etait revenu dans la villa avec un profond sentiment de joie. Enfin, ce foutu Monsieur White était parti.Depuis 3 semaines, il devait le supporter avec ses leçons à la con et son air supérieur. Ce type était pire que l'ennui, il fallait que tout soit toujours parfait et bien organisé. Et puis quoi encore ?  Quand son pote Black lui avait proposé le job, il avait accepté à la base pour le fric. Il en avait besoin.Lui le petit voyou  à la manque, qui avait toujours des combines peu glorieuses pour nouer les deux bouts dans sa putain de vie  avait une chance d'enfin se faire un gros truc. Cela lui permettrait de mieux vivre et de prouver à sa regulière qu'il était pas qu'un foireux.Et cela pouvait aussi lui permettre de se faire un nom dans le milieu. Mais au dela de l'argent, assez vite, c'est autre chose qui l'avait intéressé dans ce contrat. A vrai dire, c'était lié au physique des deux femmes ciblées. De vraies beautés avec cette espèce de classe naturelle. Il fallait être fou pour ne pas le remarquer. L'enfoiré de Monsieur White pouvait dire que c'était pas cela l'important, lui avait eu le temps de penser à ce qu'il pouvait en tirer comme avantage. Apres tout, il allait les tuer au final. Alors pourquoi se priver de s'amuser un peu avant ? Personne ne le saurait et au moins il pourrait prendre son pied avec de jolies petits lots et de vraies femmes. Autre chose que les gamines ou les putes qu'il s'était tapé jusque là. Et ce n'était pas ce faible et docile Monsieur Black qui allait l'en empecher. Entre les deux, c'était lui le dominant

*************************************************************************************************************************************************************

« Nous voila en plus petit comité. »

Dit il, alors qu'il était de retour dans le séjour. Posant son regard sur chaque personne devant lui, il s'arreta sur  Lily et sa jolie petite robe de nuit bleue. C'est par elle qu'il allait commencer.Pourquoi ? D'abord parce que il avait toujours eu une préfrence pour le sbrunes et puis surtout qu'avec le petit Tom il avait un moyen de pression parfait. Veronica n'était que la belle mère, alors que Lily était la mère. Et que ne ferait pas une mère pour ses enfants ?

« T'es plutot bien foutue Lily tu sais »

Il s'était accroupit devant elle et avait commencé à lui caresser une joue. Ses grands yeux bleus se posant un peu plus encore sur elle, il tenait son arme dans son autre main. Blottie contre sa mère, le petit Tom sanglotait encore ce qui fit sourire Monsieur Pink

« Ne pleure pas petit Tom. Je suis certain que ta mère fera ce qu'il faut pour que tout s'arrange. Tout comme ton père d'ailleurs »


Il saisit l'enfant par le menton et l'obligea a le regarder dans les yeux. Il lui sourit tout en caressant à son tour son visage , alors que l'autre main tenait toujours son arme

« Pink qu'est ce que «

« ta gueule Black. C'est moi qui commande maintenant »

le ton était dur et agressif. Il ne s'était meme pas retourné.  Reconcentrant son attention sur lily, il posa une main sur une des jambes de la mère de famille de 25 ans

« N'est-ce pas Lily que tu vas faire ce qu'il faut pour que tout se passe bien. ? Regarde ton fils a besoin d'être rassurée »

Il fallait reconnaitre une chose : ces fiches sur chaque personne avaient dans ce cas -ci un interet evident. Maintenant il attendait de voir si la mère de famille avait compris là ou il voulait en venir. Au pire, il avait encore assez de temps que pour lui montrer qu'il ne plaisantait pas.
« Dernière édition: Juillet 29, 2016, 01:51:59 par Alex Sanderson » Journalisée

Alix Swol-Kleyxus
Créature
-

Messages: 11

avatar

Synonyme d'ailleurs


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juillet 30, 2016, 10:03:50 »

Les choses se présentaient plutôt mal. L'idée d'être séparés du reste de la famille ne ravissait pas du tout les deux frères, loin de là. Pour le moment, les trois hommes ne s'étaient pas montrés réellement violents et tant qu'ils restaient tranquilles, ils n'envisageaient pas de le devenir. Sebastian avait bien prit un coup de pied, mais les malfrats de leur genre avaient toujours besoin de prouver qu'ils ne plaisantaient pas. S'ils obéissaient, ils avaient une chance de s'en sortir sans débordement.
Sebastian tentait de se le persuader pour mieux garder le contrôle de ses nerfs et éviter de paniquer. Retirer de l'argent, leur filer, retrouver sa femme et son fils, point final. C'était aussi simple que ça. Dans quelques petites heures tout serait terminé et ils pourraient reprendre une vie normale.
En revanche, bien qu'il paraissait incroyablement calme et stoïque, Eric voyait les choses bien moins rose. Sous cet air nonchalant, il était conscient de la situation. Mieux valait ne pas se voiler la face. Ces gars-là n'avaient aucun intérêt à les laisser tous en vie, quand bien même ils avaient des gants et des masques. En observant sérieusement le leader, il su immédiatement à qui il avait affaire. Ces hommes avaient l'habitude de ce genre de rapt et n'étaient pas de simples petits voleurs, ils étaient des professionnels. Et les professionnels laissaient rarement leur victime en vie, ce serait prendre de gros risques. Oui, Eric en était persuadé, une fois que ces enfoirés auraient l'argent, ils les tueraient tous.

L'homme d'affaire posa alors un regard triste en direction de son fils et de sa fille. Alexandre... Olivia... y avait-il encore une chance de penser qu'il les reverrai un jour ? Et Veronica ? Sa pauvre femme était blanche comme un linge et peinait à retenir ses sanglots, le visage caché derrière un rideau de cheveux blonds. A son doigt, elle portait encore sa bague, symbole de leur union, un bijou superbe dont l'éclat du diamant magnifiait ses jolies mains vernis de rouge et manucurée avec soin. Veronica avait toujours prit grand soin d'elle sans plonger dans le superficiel. Elle avait toujours su rester elle-même et c'est ce qui lui avait plu. Aujourd'hui, il regrettait amèrement de ne pas pouvoir la protéger, ainsi que ses deux enfants, ses petits trésors. Il regrettait aussi de ne pas avoir pu leur accorder plus de temps...

Le leader des trois agresseurs ordonna a ses sbires de les accompagner pour qu'il puisse se changer et donna des indications sur la suite de leur opération. Tout avait été prévu à l'avance, ils savaient parfaitement ce qu'ils faisaient, rien n'était improvisé. Sebastian et Eric furent donc chacun guidés jusqu'à leur chambre pour enfiler un jean, un t-shirt noir pour le plus jeune des frères et une chemise blanche pour l'autre, ainsi qu'une paire de chaussures. Le tout avait été plutôt rapide et les deux individus avaient aussi prit soin de réunir tous les téléphones portables. Évidemment.
De retour dans le lobby, on leur offrit le luxe de pouvoir rassurer leur proche, ce qui soulagea Sebastian, mais inquiéta d'autant plus Eric. Ses craintes se confirmaient... c'était comme un dernier adieu. Sebastian s’agenouilla devant Lily et l'embrassa avec fougue avant de lui murmurer :

- Ne t'inquiète pas, tout va bien se passer. Je vais bientôt revenir. Prends-soin de notre petit bonhomme... hein, mon grand ? Toi aussi, prends bien soin de ta maman.

Il embrassa son fils en larmes sur le front qui s'accrocha subitement à son cou en répétant inlassablement « papa, papa... » sur un ton suppliant. Les larmes aux yeux, le jeune père enfouit son visage dans les cheveux blonds de son fils et rassembla son courage pour se reprendre et avoir l'air rassurant. Mieux valait ne pas inquiéter son fils d'avantage. Il lui répondit de ne pas s'inquiéter et qu'il allait vite revenir. Bientôt ce cauchemar prendrait fin.

De son côté, Eric embrassa également sa femme et ses enfants, l'air toujours calme et ne manqua pas d'employer des mots rassurants à sa famille, mais également à la jeune Marina dont il était un peu responsable. Il ne laissa paraître aucune crainte et se comportait comme si tout allait bien, comme s'il se contentait de partir en voyage d'affaire pour quelques jours et allait rentrer ensuite, comme à son habitude. Malgré tout, il savait que ce ne serait peut-être pas le cas. Ou bien ils seraient tués presque aussitôt les avoir retrouvés... N'y avait-il aucune solution ? Aucun échappatoire ?

Très vite, les deux hommes furent embarqués et amenés jusqu'à une voiture, direction la ville. Les deux hommes avaient l'air grave et n'osèrent pas dire un mot. Ils pensaient simplement à leur famille, restés derrière eux...

Dans le lobby, là où femmes et enfants étaient réunis, les choses prirent une tournure plutôt angoissante. Maintenant que les hommes de la maison étaient partis, les jeunes femmes étaient seules et un peu désœuvrées. Les heures allaient être longues et difficiles à partir de maintenant. L'un des deux types restant commença par prendre la parole. On le sentait presque enjoué maintenant que les autres étaient partis et ce n'était pas rassurant du tout. Encore moins lorsque celui-ci s'accroupit face à Lily pour lui annoncer qu'elle était bien foutue. La jeune femme en question avala doucement sa salive, fixant sévèrement l'homme encagoulé sans daigner lui répondre. Le cœur battant, elle comptait bien ne pas se laisser impressionner. Son rôle était avant tout de protéger son fils qui s'agrippait avec force à sa robe de chambre en sanglotant de plus belle, continuant d'appeler son père. Tom avait toujours été très fusionnel avec Sebastian qui, même crevé après le boulot, prenait toujours le temps de jouer avec lui et d'aller le border dans son lit.

Le silence se fit soudain un peu pesant alors que Lily restait muette. Mais l'homme ne faisait que commencer ses provocations et s'adressa soudain au petit Tom qui n'osait même pas regarder le méchant homme et plaquait son visage contre le bras de sa mère. Lorsque le type caressa sa joue, l'enfant pleura de plus belle et secoua la tête, essayant de s'éloigner de l'homme.

- Mamaaaaaan....an...

Lily se sentait horriblement mal. Elle ne supportait pas d'entendre son bébé pleurer et l'avait rarement vu aussi terrifié. Son instinct de mère ne pouvait pas laisser faire une chose pareille, la colère grimpait en elle et elle devait faire appel à beaucoup de sang-froid pour rester calme. Les paroles de l'homme étaient inquiétantes et la jeune mère voyait très bien ce qu'il insinuait. Dégoûtée , elle hésita à lui répondre. Ne valait-il mieux pas rester muette ?
L'autre type présent dans la pièce semblait plutôt surpris de la tournure que prenait les événements. Visiblement, ce comportement n'était pas prévu dans leur plan. 

Celui appelé Pink la fixait toujours avec insistance, attendant peut-être une réaction ou une réponse de sa part. Les poings serrés, Lily se disait qu'il était finalement heureux qu'elle ait été menottée, car elle aurait bien été capable de le frapper. L'homme insista encore une fois, cherchant à la déstabiliser davantage, disant que son fils avait besoin d'être rassuré. Fronçant les sourcils, la jeune femme finit par ouvrir la bouche pour répondre :

- Ce dont mon fils a besoin, c'est que vous vous éloigniez de lui. Vous le terrorisez. Vous allez bientôt avoir votre argent, alors laissez nous tranquille.

Elle avait planté son regard froid dans celui de l'homme qu'elle percevait à travers sa cagoule. Au fond, elle avait peur elle aussi, mais elle devait se montrer forte avec Tom à ses côtés. Non loin, les autres restaient tête basse et silencieux. La petite Olivia pleurait elle aussi et son grand frère lui chuchotait parfois des mots rassurants tandis que Veronica restait prostrée. Quant à Marina... elle prit soudain la parole, le dos bien droit, fixant celui qui se faisait appeler Black.

- Vous le laissez toujours vous parler sur ce ton ? Vous m'avez pourtant l'air bien plus compétent que ce gros pervers et à mon avis votre patron il sera pas très content d'apprendre qu'il a joué les gros durs à sa place pendant son absence, je me trompe ?

Pas besoin d'être devin pour savoir qu'elle avait raison. Elle était peut-être jeune, mais elle comprenait beaucoup de choses, notamment comment ces trois là devaient fonctionner. Plus ou moins en tous cas. Elle tentait entre autre des les monter l'un contre l'autre et quand bien même ça ne fonctionnerait pas, elle gagnait du temps et aurait peut-être le mérite d'avoir détourné l'attention de Pink. Pas question que ce type touche à un cheveux de la mère de ce pauvre petit Tom ! C'était le moment de prendre des initiatives...
Journalisée
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 688



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 30, 2016, 10:42:58 »

La jeunesse avait ce coté un peu fou que l'on perdait par la suite. Généralement, au fil des ans, on devenait plus posé, plus reflechi.  C'était ce qu'on appellait l'expérience. Par exemple, Marina aurait sans doute compris qu'elle n'était pas en position de la ramener. Mais là, etant jeune, elle avait cru bien faire sans aucun doute.  Elle agissait par ce que c'était son instinct qui lui disait de le faire là ou sa raison lui dictait de la boucler. mais en soi, cela ne changeait pas grand chose aux projets de Mr Pink

La reaction des deux individus cagoulés ne se fit pas attendre. Si mister Black sembla un instant vouloir dire quelque chose, c'est pink, qui délaissant pour un instant Lily et Tom, intervint le premier en se déplaçant jusque elle sans pour autant la frapper. Pour lui elle n'existait pas et était sans intéret. ce qui était limite pire


« On veut jouer les dures ? On essaye de se rebeller et de montrer qu'on a pas peur ? Sache ma mignonne qu'il n'y  a pas de chef ici, et certainement pas Mr White et encore moins Black. N'est ce pas Black ? »

 Ce dernier, visiblement sous domination psychologique , bredouilla une réponse qui montrait qu'il était etrangement docile et soumis

« Oui c'est vrai. Seulement, il faut juste respecter le plan et  »

« j'emmerde le plan , tu m'entends, je l'emmerde et je t'emmerde  »

Pink avait crié, se redressant, bondissant d'un coup, montrant un coté impulsif et inquiétant. Certainement que cela faisait trop longtemps qu'il prenait sur lui et qu'il se taisait pour ne pas se prendre la tête avec White. S'éloignant un peu vers  le coin opposé de la pièce, il se servit dans le bar en prenant une bouteille de vodka. Visiblement intéressé, il commença à en boire quelques gorgées, revenant vers le petit groupe, la bouteille à la main, le flingue dans l'autre. Le regard bleu toujours aussi perçant, il y avait désormais une lueur étrange et inquiétante qui y brillait également. Ce n'était pas bon signe. S'accroupissant de nouveau devant Lily et Tom ; il fixait la mère de famille de 25 ans avec un intéret prononcé. Posant la bouteille a ses pieds, il lui caressa le visage une nouvelle fois, cette fois de manière plus lente et prononcée.Tout en souriant d'une manière assez étrange aussi.

« L'argent est une chose mais j'ai d'autres motivations dans la vie. Comme les femmes bien foutues »


Tirant le petit Tom vers lui, ce dernier poussa de nouveau un cri. Pink regardant vers Black comme pour lui faire comprendre de pas intervenir. Puis , en maintenant l'enfant contre lui, il continuait de s'adresser à Lily

« Tu sais moi aussi j'ai une nana et j'ai même un gosse. Un peu plus petit. C'est fou comme on tombe fou amoureux de ces petits êtres. On les aime sans qu'on sache vraiment pourquoi. Parait que c'est l'instinct paternel ou maternel. Et ce truc incroyable te pousse à toujours faire des trucs déments  pour tes enfants »


Déposant son arme à ses pieds, il reprit la bouteille pour boire une gorgée, alors qu'il avait toujours le petit Tom contre lui qui au fil du temps sanglotait un peu moins fort comme s'il comprenait que cela ne changerait rien. Reposant la bouteille, sa main vint se poser sur une des jambes de lily, que la robe de chambre cachait partiellement. De nouveau la caresse était lente et assez prononcée.Il ne la lachait pas des yeux

« je sais que tu aimes ton fils. Je sais aussi que tu n'aimerais pas qu'il lui arrive quelque chose. Tu sais à cet âge là, c'est si mignon et fragile. Regarde le, comment ne pas aimer ce  petit ange. «

il relacha l'etreinte sur le petit garçon qui aussitot retourna plus pres de sa mère.  Pink laissa de nouveau le silence pesait tout en niant complètement les personnes autour de lui sauf lily

« Je me disais que peut être toi et moi on pourrait en quelque sorte  passer une forme de marché qu'en dis tu ? Je n'ai pas spécialement envie d'etre méchant avec le petit Tom et toi tu n'as pas non plus envie que je le sois. Alors que dirais tu qu'on monte tous les deux à l'étage avec le petit  bonhomme  et qu'on joue un peu au papa et à la  maman ? Ce serait un bon moyen de tuer le temps et de contenter tout le monde . Je suis même certain que tu y trouverais ton compte. Je suis plutot bon dans ce rôle tu sais »


Regardant de nouveau le petit etre innocent, il lui sourit et lui parla

« et toi Tom qu'en penses tu ? Ca te dirait que tu viennes voir maman jouer avec moi?Elle va aimer tu peux me croire »

reposant ses yeux sur Lily, il la fixait attendant sa réponse tout en buvant une autre gorgée. Derrière lui, Black semblait à la fois inquiet et pétrifié. On aurait pu penser qu'il dirait quelque chose mais il était comme paralysé. Comme si il savait d'avance que tenter de dire ou faire quelque chose ne ferait qu'aggraver la situation. Mais cela démontrait aussi que l'homme était sans doute beaucoup plus jeune et moins expérimenté que White. Et que Pink devait etre plus ou moins de son âge mais dans un rapport de dominant-dominé. En soi, le non verbal de la scène etait assez lourd de sens.

Serrant son fusil plus fort que jamais, il avait compris que désormais les choses allaient sortir du plan. Que c'était Pink aux manettes et que par conséquent cela ne pouvait pas bien se passer. Mais dans le même temps il était aussi animé d'une curiosité malsaine et d 'une excitation qui l'était tout autant. Il voulait voir ce que Pink comptait faire. Car au fond, il aurait aimé etre comme lui d'une certaine façon. Sauf que lui n'en avait pas le courage ni la folie. Il était faible.
Journalisée

Alix Swol-Kleyxus
Créature
-

Messages: 11

avatar

Synonyme d'ailleurs


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Juillet 31, 2016, 12:00:38 »

Marina avait en effet tendance à « trop ouvrir sa grande gueule » comme lui avait souvent dit ses camarades de classe. Elle était de nature téméraire et impulsive, une caractéristique souvent présente chez les jeunes de son âge et elle n'y faisait pas exception. Le problème, c'est que l'impulsivité, lorsqu'on se retrouvait face à deux hommes armés et dangereux, c'était un cruel défaut. Heureusement pour elle, le sale type qu'elle avait ouvertement provoqué n'eut pas l'idée de la frapper. Il s'approcha néanmoins de l'adolescente pour la remettre à sa place. Si Marina préféra cette fois-ci ravaler sa langue et les injures qui tournaient dans son esprit, elle n'hésita cependant pas à la fusiller du regard. En effet, elle avait bien l'intention de lui montrer qu'elle ne se laissait pas impressionner. Elle n'avait pas peur pour elle bizarrement, sans doute étais-ce de l'inconscience. En réalité elle s'inquiétait surtout pour les enfants. Lorsqu'elle était à l'internat, elle s'était souvent retrouvé face à plusieurs gros bras venus lui chercher des poux et ça se terminait le plus souvent en bagarre. Elle n'était vraiment pas le genre de fille à se laisser marcher sur les pieds et dans ces moments là, la douce baby-sitter se transformait en une petite bête féroce prête à mordre. Mr Black se comportait de manière extrêmement irritable à ses yeux. Il était complètement soumis et était tout bonnement incapable de se faire entendre face à son collègue. Pourtant, on devinait facilement qu'il était un peu gêné et contre le comportement de Pink. L'énervement soudain de ce dernier termina purement et simplement de lui rabattre son caquet, la queue entre les jambes. Lorsqu'il cria, Veronica et les enfants sursautèrent, visiblement apeurés. Ce gars-là était clairement dangereux, car il était visiblement nerveux et capable de péter un plomb d'un moment à l'autre. Raison pour laquelle Marina préféra ne pas insister.

Après cet éclat de voix, Pink alla se servir au bar et prit une gorgée de vodka avant de s'approcher de nouveau de Lily et de son fils. Dans son regard, la belle jeune femme vit une étincelle inquiétante, une lueur de folie qui indiquait encore une fois à quel point il était imprévisible. De nouveau, il posa la main sur elle, caressant sa joue lentement. Lily fit la grimace et tenta d'échapper à ce traitement qui la répugnait lorsque soudain, l'homme agrippa son fils pour le prendre contre lui. Aussitôt, la jeune mère paniqua et s'écria :

- Non, laissez-le !!

Sur le coup, Marina voulut tenter de se lever et d'intervenir, mais arrêta son mouvement net. Si elle bougeait, il s'en prendrait peut-être au petit. Elle ne pouvait rien faire.
L'homme laissait comprendre de plus en plus ses intentions. Il n'était pas difficile de savoir ce qu'il avait derrière la tête et cette idée terrifiait Lily autant qu'elle la dégouttait. Etait-il vraiment sérieux ou cherchait-il seulement à lui faire peur ?  Non, peu de chance qu'il bluff.
Entre les griffes du bandit, le petit Tom tremblait et n'osait plus bouger, tressautant seulement sous quelques sanglots. Un spectacle qui était une véritable torture pour sa mère impuissante dont les yeux s'emplissaient inévitablement de larmes. De nouveau, il posa sa main sur elle, sur une jambe partiellement dénudée sous sa robe de chambre. Elle ne bougea pas, paralysée par la peur, son cœur battant avec affolement contre sa poitrine. Que pouvait-elle bien faire ?

Pink parvint à la bouleverser pour de bon lorsqu'il parla de monter à l'étage non seulement avec elle, mais aussi avec Tom. Est-ce qu'il voulait vraiment faire... ça... sous les yeux de son bébé ?! Cette idée lui était tout bonnement insoutenable ! Il osa même poser la question au pauvre petit Tom qui ne savait visiblement pas répondre. Marina s'écria la première :

- Espèce de sale pervers !! C'est un bébé, bordel ! Vous pouvez pas faire ça !

Lily secoua rapidement la tête, puis regarda l'homme d'un air suppliant :

- Ne mêlez pas mon fils à ça... s'il vous plaît, je... je ferai tout ce que vous voudrez, mais par pitié laissez mon fils tranquille !

C'était exactement ce qu'il voulait et elle le savait. Il savait lui aussi qu'elle n'aurait d'autre choix que d'accepter ce genre de marcher ignoble pour protéger son enfant. Une mère était prête à n'importe quoi lorsqu'il s'agissait de son enfant, même à se laisser salir par ce genre de démon. Peu importe jusqu’où elle devrait aller, mais elle ne supportait pas l'idée que son fils assiste à ce genre de chose. Jamais !
Veronica, jusque là tout à fait muette et immobile, redressa les yeux pour les poser sur le fameux Pink. Comment un être aussi abjecte pouvait-il exister ? Ravalant les larmes qui n'avaient cessé de couler jusqu'à présent, elle lança à l'intention de Lily :

- Lily, fais pas ça... Écoutez Monsieur, mon mari et moi avons beaucoup d'argent. J'ai un compte personnel très bien remplit, je suis certaine que l'on peut s'entendre autrement. Si vous laissez mon amie et son fils tranquille, je vous verserai une très grosse somme...
- Ça sert à rien, Veronica, ce gros dégueulasse se fiche de l'argent, grommela Marina.

Lily ne faisait même plus attention à ce que disait ses amies. Toute son attention était portée sur son fils et sur l'ordure qui le maintenait. Tout ce qu'elle désirait, c'était qu'il lâche son enfant et ne le mêle plus à rien. Mais Veronica n'en avait pas terminé :

- Alors libérez au moins les enfants et laissez-les dans une autre pièce à l'écart, je ne veux pas qu'ils continuent de vivre ça ! Monsieur Black je vous en supplie... vous pouvez au moins faire ça, non ?

L'autre type allait-il répondre favorablement à leurs attentes ou bien se contenterait-il de se soumettre encore et toujours à son collègue ? Il était peut-être plus probable qu'il se range du côté de son comparse. Bien qu'il ne semblait pas cautionner intégralement les agissements de Pink, il restait un bandit faisant son travail.

Marina, elle, se tourna vers la petite Olivia qui tremblait comme une feuille et tenta de la rassurer comme elle pouvait. Son frère, bien que très effrayé, essayait de garder son calme. En l'absence de son papa, c'était un peu lui l'homme de la maison et il avait pour rôle de protéger sa petite sœur. Son père lui avait bien dit de rester calme et de ne rien dire. Il allait bientôt revenir, c'est sûr...
Soudain, la petite Olivia lança :

- Je veux faire pipi...

Ce n'était pas vraiment le moment d'aller aux petits coins, cependant Marina lança un regard interrogateur, à Black surtout. Est-ce que ces deux là avaient assez d'amabilité pour laisser une petite fille faire ses besoins où se montreraient-ils tout sauf indulgents ? Ces deux-là allaient avoir du fil à retordre pour surveiller et gérer trois enfants et trois femmes.Mais avec leurs armes, c'était largement suffisant pour ne pas craindre une rébellion.
Journalisée
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 688



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Juillet 31, 2016, 12:26:35 »

Pink savait tres bien ce qu'ils essayaient de faire. C'était pas mal de jouer de leur part apres tout.  Ils tentaient  de semer la zizanie et le doute chez black. Pourquoi pas finalement. Seulement, Pink savait que cela ne pouvait pas réussir. Et comme pour leur faire comprendre  il interpella son complice

« Tu entends Black ? Ils veulent savoir ce que tu en penses?Alors vas y expirme toi »

Il regardait désormais son vis à vis, avec une certaine impatience car il était curieux de l'entendre. Black lui n'en menait pas large. Il savait tres bien que Pink essayait en quelque sorte  de le tester par la même occasion. Il était capable de tout, surtout du pire. Le défier ouvertement ? Il n'y pensait pas. C'était impensable. Ce serait dangereux pour lui comme pour les otages. C'est cela qu'elles ne comprenaient pas. Ce mec était assez malade que pour tuer tout le monde d'un coup dans d'atroces souffrances. Certes, c'était ce qui était convenu à la base, mais les choses pouvaient tourner pire encore. La torture par exemple ne faisait pas partie des tabous pour Pink. Non vraiment, s'il voulait s'amuser avec Lily, il ne comptait pas l'en empecher.  Certes, il n'était pas d'accord avec lui, pour etre honnête cela lui foutait la gerbe mais il n'allait pas prendre le risque d'aller au clash avec lui. C'était hors de question.Degouté de lui même il finit par répondre avec un ton de voix laissant paraitre son peu d'enthousiasme

« On doit rester ici à vous surveillez le temps que White et les deux hommes fassent ce qui est prévu.  Quand ils reviendront tout sera fini si cela se passe comme cela doit se passer. Le reste ne  me concerne pas. »

S'approchant, il venait d'agir comme Ponce Pilate en son temps. Il le savait mais c'était comme cela. Par contre, il s'était approché de la gamine qui reclamait d'aller aux toilettes pour la saisir par le bras et l'y amener. Néanmoins, il chercha l'approbation de son complice du regard et en profita pour murmurer à Marina discrètement

« Arretez de le chercher. Vous ne savez pas de quoi il est capable »


c'était plus un conseil qu'un ordre ceci dit. Mais c'était le signe qu'il avait malgré tout plus d'humanité. S'éloignant vers les toilettes avec la petite , Pink était de nouveau seul avec ses victimes. Ce qui evidemment l'amusa beaucoup

« Ecoutez Veronica,  dans l'immédiat ce n'est pas vous qui m'intéressez. Vous êtes pas mal non plus dans votre genre mais je préfère Lily. Alors restez en dehors de cela et savourez plutot le fait de pas etre en première ligne. Et arretez d'insulter mon intelligence avec votre argent »


Voilà une façon assez  détournée de lui dire de fermer sa gueule. Nul doute que de toute façon, elle était assez maligne que pour comprendre ce qu'il voulait dire. Reposant les yeux sur Lily, il revint pres d'elle, de nouveau accroupis face à elle

« Voilà qui est parfait, je pense qu'on peut dire que nous nous rapprochons d'un accord ma belle. Tu vois je savais qu'on pourrait se comprendre facilement toi et moi. »


Il l'avait pris par le menton pour lui relever la tete et la fixer droit dans les yeux. Il lui souriait de manière carnacière. Nul doute que ce ne serait ni rapide, ni expédié  facilement. Il allait prendre son temps, apres tout n'avait il pas la nuit devant lui ?

« Dès que j'ai eu le visage et le corps qui allaient avec ton nom j'ai su ce que je voulais. »

Confirmation qu'il avait lui aussi dans son coin préparait son plan. Et dans un style différent il n'en était pas moins efficace et redoutable. Pink avait eu tout le loisir de penser à chaque détail dans les moindres recoins. Caressant de nouveau la jambe de la mère de famille, il entendit Black revenir avec  Olivia. Il l'avait laisé aller aux toilettes pour montrer que si on l'emmerdait pas, il pouvait lui aussi se montrer conciliant. Cela ne servait à rien de les maintenir sous pression d'entrée de jeu.Il fallait pouvoir lacher du lest de manière adéquate

« je vais monter à l'étage avec la charmante lily  Le petit Tom nous accompagnera, je 'aime pas séparer une mère et son enfant. Et puis il faut qu'il comprenne certaines choses sur sa mère et la vie en général. Et puis c'est cela jouer au papa et à la maman »

Prenant Tom par le bras, il redressa aussi Lily avec son autre main. Plus fort, plus puissant, il avait Tom à bras et tenait sa mère de son autre bras. Du coup , il avait remis son arme dans le holster  qu'il avait autour du torse.

« Surveille les et surtout fais bien attention à toi. N'oublie pas que c'est de toi que depend la reussite de ton plan. Elles vont essayer de t'amadouer alors pour une fois comporte toi comme un homme.Et gache pas tout »


Il lui parlait comme on parlait un sous fifre. Visiblement les deux se connaissaient bien et Pink avait toujours cette autorité naturelle sur lui. Quels étaient  vraiment leurs liens ? La question méritait  d'être posé car la réponse pourrait expliquer pas mal de choses


Quant à Pink, c'est non sans mal qu'il arriva dans la chambre de Lily, celle la même ou elle avait fait l'amour avec son fiancé il y a  peu. La jetant sans ménagement sur le lit, il gardait le petit Tom à bras et ce dernier continuait de sangloter.  Disparaissant de la pièce avec lui quelques instants il revint avec le petit et quelques jouets qu'il avait ramassé. Le déposant sur le sol , avec ses jouets, il lui caressa le haut du crane  et lui parla d'une manière forte et autoritaire

« Tu vas rester ici Tom pendant que je joue avec ta maman. Occupe toi et surtout sois calme »

Est-ce qu'il comprendrait ? Il s 'en foutait complètement mais il voulait qu'il soit là pour maintenir la pression psychologique sur Lily. D'ailleurs, il revint vers cette dernière et la fit mettre sur son ventre. Visiblement, il comptait la détacher et enlever les menottes, puisqu'il sortit la clé de sa poche

« Je vais te libérer. Ne sois pas stupide ton fils est dans la pièce et il pourrait etre la première victime de la connerie. Tout ce que je veux c'est toi, si tu comprends cela tout se passera bien pour tout le monde. Alors je vais enlever tes menottes et puis tu iras t'habiller de manière un peu plus convenable. Ni trop chic, ni trop négligé, juste quelque chose qui saura te mettre en valeur. Ta robe de chambre fait un peu pitié. Et si possible enfile des bas collants ca m'a toujours excité.

Attendant un peu , il lui caressa un peu les fesses par dessus la robe de chambre. Puis il tourna la clé et la libéra de ses entraves. Allait elle obéir à ses demandes ou essayer de négocier encore une fois
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox