banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Bitch, Dog and Spy (pv White/rose)  (Lu 858 fois)
Lie Matoï
E.S.P.er
-

Messages: 151



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juillet 26, 2016, 05:55:57 »

Tout emploi n’était pas forcément le plus plaisant à accomplir. Libre dans le monde, Lie se pensait capable de repousser les plus indésirables et ingrats boulots offerts aux mercenaires et aventuriers désespérés pour de l’argent. C’était une question de morale. Qui était prêt à se courber l’échine pour gagner sa vie et manger son repas journalier ? La rousse ne le voulait pas. Elle se considérait capable de rester sur ses positions quoi qu’il advienne. Une autre marque de naïveté. Ce qui la blesse vraiment était son hypocrisie. Avoir de l’argent dans sa bourse ou pas était une différence plus sérieuse que l’on puisse se l’imaginer. Ce jour arrivé, elle se sentirait tenté de travailler à tout prix. Après tout, pas question de repartir vers son archipel céleste dans l’échec ou juste parce qu’elle ne voulait plus continuer son voyage.

Elle fut prise de frustration alors que sa route l’emmena vers le territoire de Tekhos. Ce lieu de neutralité entre le pays des démons et celui de l’empire de Nexus avait adopté la technologie la plus futuriste possible. Sa capitale était le centre névralgique d’entreprises et corporations mettant au jour de nouveaux gadgets ou produits aux propriétés dépassant l’entendement de la jeune rousse. Entrer dans cette métropole était comme se retrouver à Tokyo sur la Terre : on se sent comme dans une fourmilière et prise d’anxiété à l’idée de se faire regarder et suivre par un étranger. Très vite elle se réfugia dans un bar qu’elle reconnut comme un lieu d’embauche pour du travail. Les offres ne convenaient pas au style de l’aventurière. Elle résista à l’envie de tenter un seul d’entre eux. À sa table, elle prit une consommation jusqu’à se faire aborder par un homme élégant et bien habillé. Il vint faire son tour pour trouver une candidate de choix pour son boulot offert seulement de manière oral, en privé. Lie voulut bien l’écouter pour ensuite le fixer avec un dégoût automatique. On voulait la faire passer pour une esclave, infiltrée un manoir et obtenir des informations sur deux femmes spéciales, des esclaves de Geoslave. Bref, de l’espionnage industriel auquel s’attendre venant d’un homme d’affaire. Lie méprisait ce projet sur le coup. Même en prétendant jour le rôle, c’était le pire défi que l’on puisse lui faire. Elle avait failli l’être et jamais elle comptait le devenir. Toutefois, cet homme lui proposa l’idée de sauver les deux soeurs, de les convaincre à fuir le manoir où elles se trouvaient. On la prit par les émotions, par son amour et respect des militaires Celkhanes. Elle se cacha dans ses bons sentiments pour alors accepter avec un ton précipité.

Le plan consistait à servir de compagne pour les esclaves de celle qui se nomme Mélinda Warren. En échange, l’homme d’affaire parviendrait à faire sortir la maîtresse du manoir à l’extérieur. 24 heures ou plus, le temps exact fut incertain puisqu’il ne fallait pas se montrer suspect. D’ici là, Lie pourrait obtenir les informations et les convaincre de repartir. Le plan fut en place. Le jour où l’invitation fut acceptée, elle fut transportée au manoir par le même homme, habillée en tenue légère. C’était une vaste résidence où s’y retrouver demandait quelques jours d’adaptation. Mais dans rôle, impossible d’aller partout. On la dirigea donc vers la chambre de White et Rose, les fameuses jumelles responsables de sa présence en ce lieu dans un titre qui lui déplaisait à en avoir des hauts le cœur. La porte fermée derrière elle signala son isolement avec les deux demoiselles qui de suite frappa l’esprit de la rousse. De suite elle fut étonnée par les charmes naturels de celles ayant son âge et par leurs piercings qui se démarquent.


- C’est vous White et Rose ? Enchantée. J’aurai à vous parler toutes les deux, sur des détails importants.
Journalisée
White et Rose
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juillet 26, 2016, 01:45:59 »

Même si White et Rose étaient en passe de devenir les esclaves les plus prolifiques du Harem, en terme de clients et clientes satisfaits par jour, elles avaient droit comme toutes à un jour de repos durant leur semaine. C'était quelque chose d'assez inédit dans une maison close pour être mentionné, mais maîtresse Warren tenait à ce que ses chéries puisse disposer d'un jour entier rien que pour elles, où elles pourraient aller à loisir dans le Harem sans avoir d'horaires à respecter où d'avoir à se préparer pour des clients. Comme la matinée n'était pas encore très avancée, elles se trouvaient donc toutes les deux dans leur chambre.

Han...W...Whiiiiiiiite...Mgnyaaaaaaa...

Couchée sur leur grand lit en forme de coeur et à la draperie de couleur rose bonbon, Rose se tortillait de tout son long, les bras étendus au dessus de sa tête, et les cuisses bien écartées tandis que sa chère et tendre soeur, White, était tout simplement le visage fourré entre ses cuisses et était en train de lui lécher amoureusement la chatte, lui prodiguant un cunni' comme elle savait si bien les faire. Même si elles adoraient se servir de leurs sexes masculins, les deux soeurs n'étaient pas contre, de temps à autres, de pures expériences saphiques.

Huuuuuum...

Comme à leur habitude, elles étaient parfaitement nues, et c'est sur cette scène en particulier que la petite Lie tomberait lorsqu'elle franchirait le pas de la porte de la chambre des deux soeurs, une porte qu'elles ne prenaient jamais la peine de fermer à clef, même quand elles étaient en train de faire l'amour. Après tout, elles étaient toujours heureuses qu'une tierce personne, ou même plusieurs, se joignent à leurs ébats. Chacune prises par ce qu'elles faisaient, elles n'entendirent pas tout de suite Lie rentrer dans leur chambre, mais fort heureusement pour elle, il ne fallu que peu de temps pour que Rose se tende, en portant alors ses mains sur les cheveux de sa soeur tandis qu'elle était en train de délicieusement jouir contre sa bouche, alors que White elle buvait sa cyprine avec un appétit qui ne décroissait pas.
Puis, White, après avoir bien nettoyé l'intimité de sa soeur, se redressa, et c'est alors qu'elle et Rose prirent conscience du fait qu'elles avaient une spectatrice, ce qui, bien loin de les gêner, ne pu que les faire sourire.

Hey salut toi...je te reconnais pas t'es nouvelle ici ?

J'crois que ça doit être le cas, j'aurais remarqué une bouille comme la sienne...et surtout cette tenue, elle te met bien en valeur ma jolie.

Il ne fallait pas s'attendre à ce que White et Rose se montrent très sérieuses, elles étaient sur ce point encore pire que des anarchistes, et le seul cadre de responsabilité qu'on pouvait vraiment leur allouer était le fait de satisfaire les désirs de leur clientèle, ce dans quoi elles excellaient. White roula alors sur le côté, tandis que Rose se releva et se rapprocha un peu de la jolie jeune femme.

Je vois que tu nous connais déjà, mais la réciproque n'est pas vraie, comment on doit t'appeler ma jolie ?

Et surtout, t'a apprécié ce que t'a vu ?
White lança naturellement ça avec un sourire, nullement gênée que la jeune femme aie pu les mater pendant un moment.
Journalisée
Lie Matoï
E.S.P.er
-

Messages: 151



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juillet 26, 2016, 06:20:52 »

L’expression « se faire mener en bateau » était la phase qui ferait bouillir Lie de colère pour les journées à venir une fois sa tâche accomplie. Cet homme avait bien joué son rôle comme tout individu expert en business. Il lisait les émotions sur le visage et faisait des déductions. La rousse n’eut aucune chance, ayant oublié cet aspect de l’entreprenariat qui existe même sur Terre. Certes, elle était désormais dans la chambre avec les deux sœurs pour obtenir des réponses. Toutefois la réalité concernant ses deux êtres n’avaient rien à voir avec une esclave typique, au-delà de tout ce que la demoiselle allait découvrir. Une fois à l’intérieur et la porte refermée, elle réalisa que personne ne la verrouilla. Quelques minutes tard et même la rousse pourrait sortir et repartir de son libre arbitre, du moins où on lui semblait dans le manoir. Aucune maîtresse ne le ferait sauf si il y avait une incontestable garantie que les jumelles ne se rebiffent pas. Déjà cette information la choqua tout en étant un premier pas dans sa mission infiltration.

Les deux jumelles étaient là, sur leur lit en forme de cœur au rose criard. Une couleur qui voulait être mignonne et synonyme de vulgarité. En les observant, Lie observa un Cunni très sensuelle entre les deux perverses, la fille aux cheveux blancs contre le vagin de sa soeur. Oui, de l’inceste qui leur semblait très banal et acceptable. Même la petite nouvelle, interdite, ne put retenir une poitrine battant la chamade d’excitation. L’ambiance et la première impression frappait la façade de Lie, cherchant à garder la tête froide. Il fallait parler, ne pas arrêter et vite poser les questions sur le bon angle. Mais celle qui se nomme Rose répliqua d’un compliment sur la fausse esclave et sa tenue légère. Lie plissa son regard et chercha un vide pour reprendre un peu de calme. Rose approcha et lui demanda son nom.


- Je vous connais de par votre réputation. C’est tout à fait naturel de vouloir savoir comment cela est possible. Appelez-moi Lie.

Elle eut une vue imprenable sur le corps nu de Rose. Celle-ci se démarqua de par sa chevelure inusité, une partie de la tête rasée jusqu’au crâne avec heureusement un duvet encore présent. Chacun ses différences, pensait la rousse. Puis les piercings donnaient un style intéressant sans que cela bloque l’attention portée sur le corps en soi. On dirait une punk de la Terre. C’était une légère sensation de retour sur son monde d’origine qui essaya de distraire la rousse subjuguée par l’esclave. À cette pensée, Lie approcha ses lèvres et vient embrasser la joue de Rose.

- Les gens sur Geoslave doivent avoir tout une expertise pour vous donner un charme aussi envoûtant…comment cela est-il possible ?

Lie raconta par mégarde une vérité. Il était vrai que les deux sœurs attisaient un grand désir même pour l’espionne débutante. La question de White eut tôt de la faire sourire du coin de la lèvre et de la rendre embarrassée, se grattant l’arrière de la tête avec un faux rire pour cacher les apparences.

- Vous étiez adorables à regarder…bien que le Cunni n’est pas mon talent principal. Ce n’est que l’amour entre vous, on dirait.
« Dernière édition: Juillet 26, 2016, 09:18:35 par Lie Matoï » Journalisée
White et Rose
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 27, 2016, 02:00:51 »

Cette petite fleur ne tarda pas à leur donner son nom, c'était un détail, mais les deux soeurs aimaient bien connaître au moins l'identité de ceux et celles sur lesquels elles comptaient porter leur attention. En effet, Lie avait, pour utiliser une métaphore bien connue, mis un pied dans l'antre du loup. White et Rose trouvaient cette jolie poupée très attirante, elle avait un côté quelque peu timide qui n'était pas pour leur déplaire, et la tenue courte qu'elle portait mettait en valeur ses courbes harmonieuses. Rose gloussa un petit moment quand elle posa un baiser sur sa joue, elle semblait prude, n'osant pas aller directement poser un baiser sur ses lèvres, mais peu importait, ça viendrait bien assez tôt.

Lie hum ? C'est un joli prénom.

Nous on en a plusieurs, White et Rose tu connais déjà, mais tu peux aussi nous appeler Bitch et Doggy, c'est nos surnoms. Sinon pute, salope ça marche aussi.

White disait ça comme si ça ne leur posait pas de problèmes, et dans les faits, c'était parfaitement le cas, elles aimaient même qu'on les insulte ainsi. Lie complimenta alors leurs apparence, suite à quoi White s'échappa aussi du lit pour se rapprocher de sa soeur, qui elle même était toute proche de la jeune femme, qu'elle regardait de bas en haut.

Huhu, c'est gentil, mais on te retourne le compliment, t'es adorable choupette.

C'est une jolie tenue que t'a choisie en plus, moi j'adore ! Même si nous, en ce qui nous concerne, on aime pas trop porter de vêtements.

L'habitude, puis comme on baise très régulièrement, faudrait qu'on se rhabille et qu'on se déshabille plusieurs fois par jours, autant rester nues.

White et Rose n'évoquèrent à aucun instant leur séjour à GeoSlave, et le fait était qu'il serait très difficile de leur en faire parler tant qu'elles auraient dans l'idée de faire un plan à trois avec cette adorable petite fleur. Elles avaient présentement une seule envie, faire l'amour, mais surtout que Lie se joigne à elles.

Le cunni' pas ton talent principal ? Hum si tu veux on peut se charger de te montrer comment en faire des excellents.

A moins que tu sois plus douée pour les fellations choupine ? Ils nous ont dotées de grosses verges qu'on peut faire sortir quand on veux tu sais. L'un dans l'autre, je dois avouer, j'adorerais voir ton petit visage au niveau de mon entrejambe...

Moi aussi...on s'apprêtait à reprendre ce que t'a eu l'occasion de voir, ça te dirais de passer au stade supérieur et de te joindre à nous ?

Pour te souhaiter la bienvenue au Harem.
Journalisée
Lie Matoï
E.S.P.er
-

Messages: 151



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juillet 27, 2016, 04:27:43 »

Lie pensait démarrer la conversation avec une méthode indirecte. C’était un style tout à fait légitime et qui passe inaperçu. Petit pas à la fois, elle s’informerait sur tout ce qui lui était accessible verbalement par les deux sœurs perverses. Les rencontrer, la première impression, montra qu’accomplir sa tâche ingrate ne sera pas de tout repos. Volontaire ou pas, forcément sans y réfléchir, elles ne parlaient pas encore du passé. Lie sentit que seul le temps lui offrirait une chance de réussite. De toute façon, au moins 24 heures la reliait à ces beautés sulfureuses sans interférence. Et bien entendu fuir n’était pas une option même la porte déverrouillée. Elle se sentit incommodé et en proie à une douce nervosité lui caresser la surface de la peau. Le plan de son employeur l’avait surtout conduite dans une tanière où les propriétaires allaient savourer le corps de la rousse.  Elle le sut très rapidement alors que White se releva à son tour pour la complimenter sur son physique.

- C’est gentil de ta part le compliment miss White. Mais vous êtes certaine que les insultes vous plaisent à ce point ? Je préfère vous appelez White et Rose.

Plusieurs pensées lui venaient à l’esprit alors que son passé de femme capturée l’animait. Comment pouvait-elle mettre de côté de leur dignité en se laissant insulter ? Sans connaître les grandes lignes, la rousse aurait trouvé cela comme une insulte majeure sur sa nature Celkhane. Mais apparemment, il y avait eu lavage de cerveau, chose qu’elle ne compte pas oublier. Même que ça la blesse pour un moment. La tenue portée ne fut qu’une excuse pour paraître esclave et entrer dans le manoir de façon temporaire. Quoi qu’on en pense, Lie ne se ferait pas prier deux fois pour le retirer au plus vite. Ce fut d’ailleurs une proposition indirecte adressée à Lie quand celle-ci les entend parler d’une vie quotidienne presque nue à longueur de journée. Ça explique l’absence de vêtements dans la pièce.

- Alors j’imagine que vous me feriez une immense faveur si on m’aide à me dénuder. Autant être à l’aise à mon tour.

Lie le sentait. Leur parfum naturel, leurs regards, leurs sourires, tout avait un charme sensuel qui dans le calme balance la petite espionne en herbe dans leurs bras. Les sœurs continuaient leur conversation. White comprit rapidement les mots de la rousse et son penchant vers les hermaphrodites, vers les fellations. Y penser réveilla les envies de Lie qui perd plus de concentration. Non, c’était la tentation qui devenait trop forte. Elle approcha les jumelles et vient alors les saluer plus chaleureusement d’un baiser tendre sur chacune de leurs lèvres. Elle posa ses mains sur chacune de leurs épaules et caressa. Ce premier contact charnel fit soupirer la nouvelle avec un petit sourire.

- Je veux bien de votre proposition, oui. Montrez-moi le plus que possible.
« Dernière édition: Juillet 27, 2016, 04:55:41 par Lie Matoï » Journalisée
White et Rose
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 28, 2016, 02:10:16 »

White et Rose étaient rarement très subtiles dans leur façon de draguer, il s'agissait généralement d'un bon gros rentre-dedans direct, sans possibilité de se tromper quand à ce qu'elles voulaient, et elles étaient tellement désirables que c'était généralement une méthode qui marchait à la perfection. Lie était une petite timide, ou au moins qui se donnait un genre de timide, qui n'était pas pour déplaire aux deux extraverties que White et Rose étaient, mais rapidement la petite rouquine commença à rentrer dans le jeu des deux soeurs, avant de carrément leur demander d'effectivement se joindre à elles. White et Rose, qui étaient alors côte à côte sourient en même temps que Lie leur demanda de la déshabiller, et de lui montrer le plus possible.

Oh si tel est ton désir, ma jolie rouquine, on se fera une joie de tout te montrer.

Mais d'abord, on va te retirer ces vêtements. T'es craquante dedans mais, y'a rien de mieux que la nudité pour baiser.

White vint alors se coller contre Lie, devant elle, et tout en glissant ses mains dans le dos de la jeune femme. Sans se faire prier, l'esclave approcha ses lèvres de ce celles de la rouquine, et avec un délicieux sourire, elle alla l'embrasser, puis mordilla sa lèvre inférieure avant d'ensuite glisser sa langue dans la bouche de Lie pour un véritable baiser.

Hmmmmmm...

Rose, pour sa part, se glissa dans le dos de la jeune femme, et s'occupa, avec ses doigts de fée, de défaire le haut de Lie, puis l'envoya voler dans un coin de la chambre. La jeune femme se retrouva donc seins nus, puis Doggy s'agenouilla alors, toujours dans le dos de Lie, et posa ses mains sur ses délicieuses fesses rebondies pour les masser, avant de se saisir des rebords de sa culotte qu'elle fit ensuite glisser le long de ses cuisses, achevant ainsi de dénuder la jeune femme.

Miam, t'a vraiment un cul de toute beauté ma choupette !

Rose ne résista pas, et alla fourrer son visage contre les fesses de Lie pour les lécher, et parfois même les mordre délicatement. White elle, pendant ce temps, n'avait pas cessé d'embrasser la jeune femme, mais finit alors par se défaire tendrement de ce baiser, pour descendre son visage au niveau des seins de Lie. Elle posa une de ses mains sur l'un des seins, pourle malaxer, tandis qu'elle alla sucer gouluement le têton de l'autre. Quand à sa deuxième main de libre, elle la glissa le long du ventre de Lie, descendant encore ensuite pour atteindre son intimité, avant de glisser délicatement un doigt en elle qu'elle se mit à remuer, au même moment où Rose elle fourra sa langue dans la croupe de la jeune femme, pour aller lécher l'entrée de son anus. Autant dire qu'il s'agissait là de préliminaires pour le moins intenses, Lie étant stimulée d'un peu partout en même temps.
Et les deux soeurs, elles, prenaient clairement leur pied.
Journalisée
Lie Matoï
E.S.P.er
-

Messages: 151



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juillet 28, 2016, 09:27:34 »

Elles étaient envoûtantes. Ces jumelles semblaient penser aux mêmes choses au même moment. Leur synchronisation se révéla dans leur approche physique avec la nouvelle, témoin de leur talent irréductible en matière de sexe et de préliminaires. L’étape où Lie se faisait dénuder fut la seule partie prévisible de cette rencontre dont la passion ne faisait que naître dans ce harem éphémère. Elle voit Rose commencer à la dévêtir de cette tenue qui de toute façon lui faisait honte à porter. La nudité fut une option mille fois mieux qui lui fit grand plaisir. Toutefois, ceci fait, plus rien ne pouvait être vu à l’avance. Même l’esprit en alerte de lie ne put tenir sous les préliminaires des deux sœurs. White fut celle qui prit le devant avec un baiser profond. Le contact buccal eut l’effet d’un long frisson chaud descendant tout son corps.  La rousse assimila ce baiser dans son esprit et essaya d’en comprendre pourquoi elle prit un plaisir fou. Ce n’était qu’un contact physique normal. Pourtant, savoir que ces lèvres rosées la touchent ainsi éveilla plus de chaleur, plus d’excitation. Et suivi par une langue habile, Lie participa au langoureux baiser et remua la sienne en retour. Ses mains caressèrent le dos de White pour glisser vers les épaules, profitant de la douceur incroyable de cette peau blanche et légèrement tannée. C’était comme si le corps des deux esclaves étincelaient de mille feux pour tout les regards assez attentifs. Aussitôt elle posa les doigts sur la poitrine de Bitch et les malaxa.

- Mhhmm…entendue….appelez-moi Choupette. Et merci du compliment, Rose.

Quoi qu’elle puisse considérer, il était impensable de poser des questions et espérer des réponses directes. C’était à la limite d’une mission impossible. Incapable d’une trop longue conversation sérieuse ou normale, les esclaves arrivèrent à leurs fins en poussant le niveau à l’étage supérieur. Avec son baiser toujours en pleine activité, la rousse poussa de légers soupirs alors que Rose la prend par derrière. Son fessier était sa partie la plus désirable, compensant sa poitrine pas au même niveau que ses amantes. Il fut normal que la demoiselle passe son visage sur cette partie bien ronde. Lie la sentit poser ses lèvres et remuer sur son petit trou d’anus. Elle bomba son fessier sous l’effet de cette langue experte dans un recoin aussi privé. Elle lâcha alors des soupirs timides, White qui retira ses lèvres pour venir sur la faible poitrine de la rousse. Mais la taille n’eut aucune importance, Lie commençant à frémir de plaisir. Chacune de ses mains se posa sur la tête de chacune des sœurs. Ses doigts se crispent et caressent la chevelure de chacune. Ses cuisses s’écartent alors pour ouvrir le passage à chacune de leurs actions respectives. Rose avait le visage sur son anus, White doigta la fente de la rousse. Lie lâcha des couinements plus honnêtes. Ses mains accélèrent leur mouvement et tira des cheveux en réaction au aux sursauts qui l’envahisse.


- Hmpphhh….mon corps n’arrête pas de vibrer. Aww oui…juste là, vous deux.

Lie remua alors son corps du haut vers le bas. Cela se faisait discrètement, à peine quelques centimètres pour chaque mouvement. Elle sentit une forme de désir tout nouveau l’envahir. C’était comme si son corps prenait une conscience pour soi-même et réagit en lieu et place de la jeune rousse. Peut-être était-ce une forme d’instinct pervers. En tout cas, elle réagit sous la bouche avide des deux sœurs. Sa poitrine pointa de chaque téton, étincelants après le passage de la langue avide. Puis elle poussa la tête de chacune contre son buste, son fessier, lâchant un gémissement profond.

- White, Rose…c’est vrai que j’aime donner des fellations. Je ne veux que des heures d’extase avec ces beautés.

Ses perversions parlaient. Des esclaves conçues dans un laboratoire parvenait à faire tomber dans le désir même la plus timide et peu bavarde des femmes. Et tant que cela reste dans cette pièce, Lie ne sentit aucune honte à assouvir ses fantasmes les plus forts en toute discrétion. Elle prit alors le visage de White pour le redresser. Dans un élan légèrement dominateur, ses lèvres l’embrassent de nouveau avec fougue. Elle en profita pour se pencher et embrasser la poitrine de l’esclave par la même occasion, désireuse de goûter les pointes rosées. Ce fut au tour de Rose de venir embrasser la rousse, cette dernière la tirant par les cheveux. La jeune demoiselle se tourna vers Rose pour pousser sa langue dans sa bouche. D’un bras elle enlace le fessier et lui malaxa vigoureusement celui-ci. En alternant entre les deux, Lie s’en donna à cœur joie pour les caresser, les embrasser encore et encore.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox