banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 ... 6
  Imprimer  
Auteur Sujet: Interstellar - Chapitre I [PV : Miranda Forge]  (Lu 5572 fois)
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 271



Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Août 06, 2016, 11:53:47 »

Curieusement, Aether lui apprit que Tarsus-I, le nom attribué à la planète abritant le Dogan, avait été retiré des bases de données du Forge. Un petit mystère, mais une autre brique à ajouter sur la pyramide de questions entourant North Central Positronics. Avait-on retiré la localisation de cette planète volontairement ? Ou y avait-il eu un sabotage ? C’était l’une des théories avancées pour expliquer pourquoi il n’y avait plus personne dans le Dogan, que quelqu’un avait commis un sabotage. Une théorie parmi tant d’autres, car, après tout, on n’avait trouvé aucun corps, que ce soit dans le Dogan de Tekhos, ou dans les entrailles du Forge. Ceci étant dit, et comme pour le Dogan, divers compartiments de ce vaisseau massif étaient encore inaccessibles, pour les mêmes raisons qui empêchaient d’accéder aux profondeurs du Dogan. Miranda écouta donc les informations de la femme, mais Aether n’en dit pas plus, préférant laisser à Miranda le soin de poursuivre la visite en compagnie de Tanisha.

Hochant légèrement la tête, elle tendit sa main, et caressa la joue de la femme, voyant ces dernières rougir. Son pouce glissa sur les lèvres sombres de la femme, et, pendant quelques secondes, elle la massa, percevant l’excitation sexuelle de la femme. Chose surprenante, le bruit des cliquetis d’ordinateur cessa, le public l’observant silencieusement, en retenant son souffle.

« Hum... Oui, je suis sûre que nous nous reverrons, ma belle. »

Miranda retira sa main, constatant que sa petite expérience confirmait ce qu’elle pensait. Toutes ces femmes la voyaient comme une déité, mais toutes rêvaient probablement aussi de coucher avec elles. Si ce Culte s’inspirait des Forge, le sexe devait forcément en faire partie. Inutile d’être très douée pour le comprendre, et Miranda suivit donc Tanisha, après ce bref moment, ses talons résonnant sur le sol, son parfum chatoyant restant derrière elle, semblant imbiber les femmes du pont. Le duo s’avança donc, et, à chaque fois qu’elles croisaient des personnes dans les couloirs, on s’inclinait devant elle, l’appelant « Maîtresse », « Votre Grâce », « Élue »... La PDG s’habituait peu à peu, voyant toutes ces beautés défiler, se disant que, si elle urinait sur place, on se précipiterait pour aller la boire.

Intriguée autant que fascinée, elle rejoignit Tanisha dans un ascenseur, et rejoignit ainsi la salle des machines. Elles arrivèrent ainsi devant une femme s’appelant Meng Yao, et responsable d’une étonnante structure. Elles arrivèrent dans une grande pièce sombre avec, en son centre, une sorte de sas jaune abritant un stabilisateur de particules. Les explications vinrent de la part de Meng, qui était relativement jeune, et visiblement très émue à l’idée de parler avec Miranda. Elle lui expliqua que le réacteur du Forge  avait la capacité de les emmener dans une quatrième dimension. Tout en l’écoutant, Miranda constata que Rei était là, dans un coin, comprenant sans aucun doute bien mieux qu’elle comment le réacteur fonctionnait, et ce qu’il proposait.

La quatrième dimension était, en physique, une notion liée au temps. Pour le comprendre, il fallait revenir à la notion, fondamentale en physique relativiste, d’espace-temps. Trois dimensions servaient à représenter l’espace, celles qu’on retrouvait sur un graphique : « x », « y », et « z ». La quatrième dimension était celle du temps, qu’on appelait « t ». On la visualisait, en physique, comme une ligne temporelle, allant du passé au futur, avec différents évènements arrivant le long de cette ligne. Des évènements pouvaient ainsi arriver dans le même espace, mais jamais dans le même temps. Ainsi, les quatre dimensions avaient pour but de localiser précisément un évènement quelconque, en fonction de la largeur, de la longueur, de la hauteur, et du moment temporel où cet évènement arrivait. Ainsi, un individu, en marchant d’un point A à un point B, se déplace, non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps. Et, même quand un individu ne bouge pas, il se déplace quand même, évoluant dans le temps.

Et c’était là que les choses commençaient à se compliquer, car les physiciens tekhans avaient déterminé que, plus l’individu avançait vite dans l’espace, plus le temps défile lentement à ses yeux. Ainsi, plus on approche de la vitesse de la lumière, et plus le temps mis pour aller du point A au point B était court. C’est ce qui expliquait pourquoi les simulations faites avaient permis de montrer que, lorsqu’une personne voyageait pendant un an en approchant de la vitesse de la lumière, pour les autres personnes, sept ans s’écoulaient. Les accélérateurs de particules avaient également permis de démontrer que, quand une particule atteignait la vitesse de la lumière, le temps s’arrêtait pour elle. Dès lors, en allant au-delà de la vitesse de la lumière, on pouvait, théoriquement, remonter dans le passé.

Miranda songeait à tout cela pendant que Tanisha, supplantant les explications de Meng, indiqua que le réacteur comprenait une supernova. Les yeux de Miranda se haussèrent imperceptiblement.

« Incroyable... »

Elle comprenait très bien ce que cela signifiait.

« Les théories actuelles en physique relative indiquent que, pour atteindre la vitesse de la lumière, il faut une quantité d’énergie astronomique, potentiellement infinie... Et encore plus pour voyager au-delà de la lumière. Ce que les Positroniens ont fait... C’est constituer une source d’énergie inépuisable, en jouant avec le temps. »

La notion d’espace-temps allait à la limite de la compréhension humaine, et ouvrait la porte sur quantité de théories issues de la science-fiction, comme des astronautes voyageant au-delà de la vitesse de la lumière, revenant sur Terra quelques siècles auparavant. La réalité était que, dans le Cosmos, il existait quantité de civilisations ayant réussi à percer la vitesse de la lumière, et jouaient avec le temps pour voyager, à travers l’espace, mais aussi à travers le temps, de manière à pouvoir calquer leur temporalité sur la temporalité normale, et que le temps s’écoule normalement. Le mécanisme était ainsi de jouer avec l’accélération et le ralentissement du temps pour qu’un voyage allant au-delà de l’espace-temps n’emmène pas le voyageur des siècles dans le futur, ou dans le passé.

« C’est très impressionnant, vraiment... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tanisha Malenga
Humain(e)
-

Messages: 55



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Août 09, 2016, 06:56:34 »

C’était gagné ! L’Elue était impressionnée, et cela rendu très fière la totalité des femmes ici présentes, même si elles tentaient de ne pas trop le montrer. Meng eut un petit rictus satisfait quand Miranda se dit être impressionnée, puis hocha la tête. « Ça l’est, Maîtresse ! » Répondit-elle, se retournant vers le réacteur. Il y avait tant à dire sur cette technologie. Tant de possibilités, tant d’applications … L’Elue allait avoir le privilège de tout voir. Absolument tout. Cependant il ne fallait pas trop tout montrer en même temps, ou cela ressemblait à un amas difforme de technologie toutes les plus étranges les unes que les autres. Le mieux était d’introduire petit à petit, afin que Miranda fasse le lien logique entre elles d’elle-même. Meng continua donc la visite et présenta toute l’équipe à Miranda. Bien entendu, chaque femme semblait à la fois être en transe et avoir les ovaires en feu en voyant la femme qu’elles vénéraient toutes. Un rêve qui s’accomplissait, un jour promit qui arrivait … Ce n’était pas rien. Rien qu’à la vision de Miranda, en chair et en os, renforça solidement leur foi.

Quand le tour de l’équipe fut terminé, Meng apporta quelques derniers détails sur la technologie du voyage en quatre dimensions, précisant que la lumière n’avait pour le moment rien à faire ici. On parlait vraisemblablement de sortir de notre plan en 3D pour aller dans un plan en 4D, où les lois géométriques et spatio-temporelles étaient telles qu’elles permettaient de faire des voyages en un temps record. En quatre dimensions, il y avait un axe supplémentaire. On avait l’axe x, y et z, et un autre, désigné par ses deux pôles ; l’ana/kata. Au travers différentes applications, on pouvait associer à ces axes des noms plus parlant en ce qui concernant le voyage temporel ; le passé et le futur. Il était très difficile de comprendre ce que valait ces axes en eux-mêmes, car … L’Humain était une créature en trois dimensions, et visualiser concrètement à quoi correspondait l’ana/kata en soit, était impossible car cela n’était physiquement pas possible. En revanche, cela n’avait pas empêché les Positroniens, et par conséquent le Culte, de faire abstraction et de travailler avec des mathématiques pures.

Tout cela pour dire que la quatrième dimension avait encore énormément de choses à révéler au Culte. Une fois la visite terminée, Meng pria l’Elue de l’excuser car elle devait s’en retourner à son poste. Tanisha prit à nouveau le relais, mais laissa bien entendu sa maîtresse prendre la liberté de poser des questions si elle le désirait. Après tout, en étant la maîtresse absolue ici, tout lui était permit et possible. Meng obéirait avec dévotion, à même titre que tout le monde. Attendant donc le temps nécessaire, Tanisha emmena Miranda vers la suite quand elle fut prête à partir. « J’espère que nos technologies vous intéressent, Maîtresse. Si nous travaillons d’arrache-pied pour percer les mystères de N.C.P … C’est pour vous, et pour votre famille. C’est notre mission après tout. » Déclara Tanisha, alors qu’elle guidait Miranda dans le dédale de couloir. La suite allait s’avérer un peu moins abstraite pour l’Elue, car cela allait directement la concerner.

Tanisha finit par l’emmener dans une aile assez isolée du vaisseau, mais qui paradoxalement, était la plus moderne et neuve. Miranda put alors poser ses yeux sur long, très long corridor illuminé de bleu. Sur les murs, à droite et à gauche, étaient disposés de grandes et majestueuses peintures représentant chacune un portrait glorifié de toutes les femmes ayant composé la lignée des Forges. La première peinture fut celle de la légendaire Anastasia LaForge. Tanisha, rien qu’en regardant le visage de la première de la sainte famille, en eut presque la gorge serrée. « Ceci est votre Hall. Nous consignons ici le portrait de chaque Forge, qui sont issue de votre lignée. De la noble Anastasia … Jusqu’à vous, tout au bout du couloir, en passant par Sandra LaForge. » Dit-elle, avant d’ajouter que les peintures étaient soit faite par les Gardiennes, soit par la meilleure peintre de l’équipage. En ce qui concernait celle de Miranda … Tanisha resta floue quant au fait de si c’était elle ou non qui l’avait peinte. La capitaine laissa sa maîtresse avancer lentement le long du couloir, contemplant elle-même chaque peinture présente. Au bout du corridor, il y avait une sorte de structure hexagonale, de taille moyenne. Pas plus grand que quatre cabines téléphoniques réunies, elle possédait une sorte de sas sur sa façade. Quand Miranda et Tanisha finirent devant, la Gardienne tendit alors sa main vers la structure. « Et ceci … Sont vos appartements. Toutes les héritières ont effectué un passage ici, avant vous. C’est ici qu’elles habitaient durant leurs séjours à bord du Forge, bien que tout le vaisseau soit leur demeure. Cette structure n’a pas été fabriquée par les Positroniens, mais entièrement par nous, en utilisant leur technologie. Vous comprendrez de quelle façon en entrant … À vous l’honneur, Maîtresse. » Dit alors Tanisha d’une voix solennelle, invitant Miranda à entrer.

Si elle entrait, elle verrait alors que la pièce était … Bien plus grande à l’intérieure qu’à l’extérieur. Une prouesse technologie, pur fruit de l’utilisation des technologies à quatre dimensions. L’hexagone ne faisait que quatre cabines en apparence, mais à l’intérieur, demeurait de grands et luxueux appartements futuristes. Certes, cela n’équivalait nullement la richesse que l’on pouvait trouver à Novac ou à Tekhos Metropolis, mais le soin était grand, très grand. La petite cerise sur le gâteau fut la grande peinture de Miranda Forge était placée ici. Le tableau était bien plus grand que tous les autres, et le style était plus … Mélioratif, plus représentatif de ce qu’était cette femme ; l’Elue. Une Déité. La plus grande Dame de cet univers, aux yeux du Culte …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 271



Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Août 10, 2016, 02:25:47 »

Après l’exposé des capacités futuristes du réacteur du Forge, Tanisha escorta Miranda vers d’autres secteurs. La « quatrième dimension » était une notion vaste, qui variait selon la discipline. Elle n’avait ainsi pas la même définition en physique ou en géométrie. En géométrie, le concept de dimension était différent. Une droite désignait une première dimension, et, quand on translatait cette droite, ou formait un carré, une deuxième dimension, puis, en translatant le carré, un cube, et un tesseract en translatant le cube... Ou hypercube, et ainsi de suite. Après le tesseract, on trouvait le penteract, l’hexeract, etc... Ces figures géométriques avaient des impacts en informatique, mais Miranda n’en savait guère plus. « Ana » et « kata » étaient les termes désignant l’une des faces d’un hypercube. Visiblement, les Positroniens s’étaient inspirés de ces modèles pour moduler l’espace-temps afin de permettre des voyages instantanés sur de très grandes distances. Une telle technologie dépassait la connaissance tekhane, tant sur le plan pratique, que sur le plan théorique.

Sortant de la salle des réacteurs, Miranda suivit Tanisha jusqu’à une zone différente, une sorte de long couloir luxurieux. Là, la Tekhane expliqua à la PDG que c’était un hall d’honneur dédié aux Forge. Miranda vit ainsi une série de tableaux le long de ce vaste couloir doré, avec plusieurs lustres sur le plafond. Chaque tableau représentait une Forge, et chaque cadre comprenait plusieurs enregistrements sonores. Miranda, par curiosité, en écouta un, et constata qu’il s’agissait, à chaque fois, d’une biographie, probablement effectué par le Culte.

*Un musée dédié aux Forge... J’ai souvent caressé cette idée, il faut croire qu’elles m’ont devancé.*

L’arrogance légendaire des Forge n’était plus à prouver, et ceci se vérifiait en ce moment. Elle sourit légèrement, et continua à suivre sa guide. L’endroit était désert, signe que la zone devait être sacrée. Tanisha lui expliqua que c’était le Culte qui avait conçu tout ça, pour chaque Forge qui venait ici. Miranda hocha lentement la tête.

« C’est impressionnant. »

Au bout du couloir, elles arrivèrent devant un sas, abritant ses quartiers. La jeune femme acquiesça.

« Tu ne fais pas les choses à moitié, Tanisha. C’est une attitude digne d’une Forge. »

Elle lui sourit tendrement, puis le sas s’ouvrit, coulissant sur le côté, et elle pénétra à l’intérieur. Elle entra ainsi dans la pièce centrale, un grand salon hexagonal haut de plafond, avec des baies vitrées holographiques au fond, dont le paysage se modifiait depuis un terminal situé contre le mur. Cette pièce comprenait d’autres portes, menant aux autres parties. Un grand atrium central, avec, sur un mur, une énorme tapisserie d’elle.

« Hum... Je suis plutôt bien représentée, je trouve. »

Miranda s’avança dans la pièce, et se retourna vers Tanisha.

« Il y a, néanmoins, une chose que je me dois de te demander, ma chérie... »

Un détail vestimentaire qui la turlupinait depuis qu’elle était entrée dans ce vaisseau, et qu’elle voyait que sa tenue n’avait pas grand-chose à voir avec le reste de l’équipage.

« Tu as une tenue pour moi ? Quelque chose qui fasse... Un peu plus spatial. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tanisha Malenga
Humain(e)
-

Messages: 55



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Août 10, 2016, 07:58:20 »

Miranda semblait se plaire dans ses appartements, c’était une excellente chose. Tanisha resta muette le temps qu’elle admire tout le travail fait par le Culte afin de rendre l’endroit le plus luxueux, et spacieux tout en optimisant l’espace. Et puis, cette peinture d’elle trônant fièrement au centre … L’Elue sembla l’apprécier tout autant. Néanmoins, le petit compliment à son égard concernant son attitude la fit furieusement rougir. Tanisha, sans doute par pur formatage, pensa que la femme parlait plus que son attitude était digne envers une Forge. Plutôt qu’une attitude d’une Forge tout court, ce qui sous-entendait qu’elle aurait effleuré le niveau d’une Forge, ce qui était tout à fait impossible. La famille Forge était perçue ici comme l’élite de l’Humanité, si ce n’était plus. À tort ou à raison, une chose était toute fois sûre ; rien n’était supérieure aux Forge aux yeux du Culte. Donc la réaction de Tanisha pouvait se comprendre. Elle ne dit rien, continuant de faire la visite.

Vint un moment où Miranda, après s’être remplie les yeux s’en retourna envers la Gardienne et lui demanda quelque chose. Tanisha écouta attentivement et fut bien entendu touchée que sa maîtresse l’appelle ‘ma chérie’. C’était un privilège de pouvoir être aussi proche de l’Elue. Et la demande de celle-ci fit sourire la jeune femme qui acquiesça, tendant alors son bras vers une autre pièce. « Bien sûr, Maîtresse. Suivez-moi. » Lui demanda-t-elle avec soin, l’emmenant dans une autre pièce – visiblement une sorte de dressing futuriste – où séjournait des rangements. « Vous disposez de toute une garde-robe privative. Nous vous avons mis à disposition tout ce dont vous avez besoin, dans les styles qui pourront vous plaire. Combinaisons spatiales, combinaisons tout cout, et … D’autres choses plus conventionnelles. » Dit-elle dans un premier lieu, montrant à titre d’exemple deux combinaisons. une aux teintes sombres et une aux teintes plus claires. Bien entendu, il n’y avait pas que ça. Tanisha s’approcha du fond de la pièce, où y séjournait une sorte de casier transparent, où à l’intérieur était suspendu tout un ensemble d’armure, presque à l’identique de celle de Tanisha. Sauf qu’elle était blanche, et disposait d’un peu plus de fonctionnalités. Elle doutait que Miranda aime ce genre de tenue, mais si elle compte poser le pied à terre sur une planète un jour, elle devra la revêtir. Tanisha resta donc là, main dans le dos en attendant que Miranda fasse son choix. Quelques instants après, elle se rappela d’un détail crucial et du alors s’excuser. « Maîtresse, vous me pardonnerez cela mais, je dois régler … Quelque chose, rapidement. Je serai juste à côté, je vous laisse vous changer. » Déclara-t-elle, tournant alors les talons. Ce qu’elle devait faire était très important, il s’agissait de la plus ancienne et importante des traditions.

Quand l’héritière faisait son premier passage au Forge, ou qu’elle était introduite pour la première fois au Culte, la Gardienne de celui-ci devait lui remettre l’héritage. Pas n’importe lequel. Un objet d’une grande valeur, que les Forge de la lignée de Miranda se transmettaient de mère en fille. Aujourd’hui, il était temps pour Miranda de récupérer son dû. Tanisha repartit donc dans l’atrium central, où séjournait un mystérieux coffret en verre teinté en son centre. Il y avait tout un système de sécurité pour l’ouvrir, passant par reconnaissance digitale, et oculaire. Quand tous les verrous furent désactivés, le coffret s’ouvrit et révéla alors l’objet en question. Tanisha le regarda, puis le prit avec toutes les précautions nécessaires, avant de refermer le coffre. L’objet était enveloppé dans une sorte de broderie en soie, qui cachait sa nature exacte. La Gardienne revint auprès de sa maîtresse, et attendit donc sagement qu’elle ait fini de se changer. Quand cela fut le cas, elle entra puis offrit un délicat sourire à Miranda. « Vous êtes somptueuse, Maîtresse. » Lui dit-elle d’une voix chaleureuse, avant de s’avancer vers elle, conservant cette part de mystère.

Puis, elle posa un genou à terre, et présenta l’étoffe à l’Elue. « Ceci vous revient de droit, noble héritière. Ce présent est l’héritage ultime de votre mère … Chacune de vos ancêtres l’ont eu entre leurs saintes mains. » Lui déclara-t-elle alors, laissant le soin à Miranda de le prendre, et de découvrir ce que c’était. Il s’agissait d’une rose, mais pas n’importe laquelle … Il s’agissait de la variété la plus rare, sans doute, de l’existence. Une des roses qui poussait autour de la Tour Sombre. Une vraie, une authentique, qui possédait des propriétés … Exceptionnelles, qui allaient desservir Miranda.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 271



Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Août 11, 2016, 10:39:56 »

Comme elle s’y attendait, Tanisha avait toute une garde-robe disponible pour elle. Miranda imaginait volontiers sa mère, et ses ancêtres, observer ces vêtements. Tanisha dut s’absenter, et la PDG accepta qu’elle parte, en profitant pour faire son choix. Enfiler une armure ne lui semblait pas encore envisageable, et elle se déshabilla rapidement. Nue, la femme soupira lentement, faisant le point dans sa tête. Tout ça... Ça faisait beaucoup d’un coup, et ça avait dû être encore pire pour les autres Forge, car le niveau de technologie était alors moins élevé.

*Et, après moi, ce sera au tour de Kara d’être ici...*

L’héritage des Forge ne cesserait jamais de la surprendre. Qui sait ce que sa mère lui cachait encore ? Même maintenant, alors que Miranda avait entrez ses mains l’héritage familial depuis plus d’une quinzaine d’années, elle arrivait encore à être surprise par les secrets et les révélations des Forge. Ce n’était que quand elle avait pris le contrôle de GeoWeapon Corp. qu’elle avait entendu parler de la Grande Quête des Forge... Retrouver la Pierre-Monde, cet artefact ancestral qui fut façonné par Maerlyn, avec l’énergie d’innombrables Dieux, pour enfermer les Grands Anciens, en créant des dimensions parallèles servant à les emprisonner. Des légendes fascinantes, qui tournaient autour d’une antique tour, la Tour Sombre, la tour de Maerlyn, qu’il avait utilisé pour créer et forger la Pierre-Monde. L’histoire, au demeurant, était vraiment palpitante.

La Tour Sombre était un endroit mystérieux, dont l’existence même était historiquement remise en cause. Les Forge en avaient entendu parler par l’intermédiaire des pistoleros de Gilead, un ancien royaume de Terra qui avait disparu suite à une guerre contre Ashnard il y a environ vingt ans. Les pistoleros disaient de la Tour Sombre qu’elle permettait d’accomplir tous les miracles. Selon les légendes, la Tour était un nexus magique, un lieu de concentration de la magie qui existait, non seulement sur Terra, mais aussi dans le Multivers tout entier. Un point sacré, un site magique extrêmement élevé. Ce n’était que sur ce lieu que Maerlyn avait pu créer une tour, faisant office de catalyseur, afin de charger la Pierre-Monde.

Depuis lors, on disait que la Pierre avait été confiée aux Anges, afin qu’ils la surveillent, car, après la chute des Grands Anciens, les Dieux eux-mêmes s’étaient divisés pour récupérer la Pierre-Monde. Plutôt que de se heurter aux panthéons de toute la Création, Maerlyn avait choisi de la confier aux Anges. Cependant, la Pierre-Monde avait été volée aux Anges lors du Grand Conflit, la guerre contre les Démons. Elle avait servi à bâtir Sanctuary, et, depuis Anastasia LaForge au moins, la Grande Quête des Forge avait toujours été de retrouver la Pierre-Monde. Cet artefact légendaire se trouverait ainsi dans Sanctuary, une légendaire cité fondée par des Anges dissidents et des démons rebelles, soucieux d’oublier la guerre, et de vivre en paix dans un monde qui leur serait propre. Retrouver Sanctuary avait toujours été l’ultime objectif des Forge.

Miranda avait consulté les notes de ses ancêtres, et elle savait que la Tour Sombre existait vraiment, et qu’elle se trouvait dans la région la plus dangereuse de Terra... Au-delà de l’Empire d’Ashnard, au bout du Sentier du Rayon, derrière Tonnefoudre, derrière les Malterres de la Discorde, et, enfin, derrière les Terres Blanches d’Empathica. Une Forge avait mené une expédition il y a des siècles, et avait trouvé le champ de roses rouges. Il n’y avait qu’un seul chemin pour rejoindre la Tour, par le Sentier du Rayon. Beaucoup avaient tenté d’y aller par la mer, mais, tout autour de la Tour, il existait des phénomènes météorologiques terribles. Le long de la mer, des tempêtes apocalyptiques avaient lieu, tandis que l’eau abritait quantité de monstres marins terrifiants, comme des Mégalodons, des hydres géantes, des krakens...

Quand on atteignait la Tour, après Empathica, on atteignait le champ de roses rouges. Des roses qui étaient déjà là quand Maerlyn était arrivé. Can’-Ka No Rey, c’est ainsi que les elfes appelaient cet endroit. On disait de ces roses que les arracher du sol était mortel, en raison des épines qui s’y trouvaient, et qui pouvaient couper n’importe quelle armure. Cependant, dès qu’on la retirait, la rose perdait de son piquant, mais point de son éclat. Elle ne se fanait jamais, et disposait de propriétés magiques exceptionnelles.

Miranda songeait à tout cela, et, quand Tanisha revint, la PDG s’était habillée.

Le choix ne fut guère aisé, mais elle avait fini par opter pour la combinaison noire, particulièrement moulante. Quand Tanisha revint, Miranda était dans un salon, consultant des données sur une tablette graphique. Elle reposa cette dernière quand la Capitaine revint, en lui offrant un présent.

« Oh... »

Encore une surprise de sa mère... Et quelle surprise !

« Mon Dieu... »

En découvrant l’étoffe, Miranda fut sans voix en voyant la rose. Elle était là, belle, avec des pétales éclatantes. La preuve que tout était vrai, la preuve ultime que la Tour existait.

« Anastasia LaForge a entrepris des recherches archéologiques et des excavations importantes, car cette rose était, d’après la légende, le seul héritage de sa mère. Avant d’être des vendeurs d’armes et des industriels, notre famille se composait d’explorateurs. La mère d’Anastasia avait entrepris une expédition aux confins du monde, afin d’y trouver la légendaire Tour Sombre. Les notes de son périple se trouvaient dans un carnet, un carnet qui a disparu avec le temps, et dont il ne reste plus que des extraits parcellaires... Mais cette rose, Tanisha, ne souffre pas des affres du temps. Elle ne peut se faner, et est la preuve ultime que la quête des Forge n’est pas vaine illusion. Elle est belle... Aussi magnifique que dangereuse. »

L’histoire n’était connue que des Forge. Un autre secret de cette complexe famille dévorée par l’ambition, et par leur maudite quête. Un héritage lourd, que beaucoup enviaient sans en connaître le prix réel.

« On dit que cette rose chante, Tanisha. La mère d’Anastasia était devenue folle, dans son grand manoir, à force d’entendre le chant de la Rose. Toutes les Forge ont, sans succès, essayé d’honorer ce chant, ce mystère... Et c’est maintenant à moi que cet héritage incombe. »

La rose, pour l’heure, ne chantait pas, mais exerçait sur Miranda une attraction magnétique, mélange de répulsion et de fascination. Miranda se déplaça lentement, et posa la rose dans un vase. Elle secoua la tête, et choisit d’oublier ça, et de revenir à des sujets plus prosaïques.

« Maintenant que nous avons le temps, parle-moi davantage de ce Culte. Dans le Dogan, nous n’avons fait qu’aborder les choses. Pourquoi vénérer ma famille ? Nous ne sommes que des humaines, et largement faillibles malgré notre arrogance légendaire, crois-moi. Comment ce Culte a pu finir par voir le jour ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tanisha Malenga
Humain(e)
-

Messages: 55



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Août 11, 2016, 07:43:30 »

Comment ne pas être la personne la plus fière, et la plus heureuse de toute la galaxie en servant une telle femme ? Beaucoup diront qu’elle n’a rien de spécial, qu’elle n’est qu’une Tekhane parmi tant d’autre. Les mauvaises langues diront que c’est une dévergondée mégalomane, n’étant nullement digne d’une telle adulation. Mais d’autres diront qu’elle est un modèle à suivre, un exemple de réussite et de perfection à la Tekhane. C’était avant tout une question de culture, et ce point-ci était difficilement compréhensible pour les étrangers. Quoiqu’il en était, Miranda pouvait être sûre qu’à bord du Forge il n’y avait que des personnes l’adulant et étant prête à tout pour elle. En d’autre terme ; elle avait le plein pouvoir en ces lieux. Tanisha savait que Miranda l’avait compris, et que tôt ou tard, elle allait faire manifester ce don. Et c’était tout ce qu’elle attendait, d’ailleurs, car il était un privilège d’exécuter les ordres de l’Elue …

En attendant, la Gardienne avait offert un nouveau présent à l’héritière. Un présent faisant parti de son glorieux héritage ; une rose de la Tour Sombre. Visiblement cela semblait faire un grand effet chez Miranda, qui la prit soigneusement entre ses mains. Ce qu’elle déclara par la suite expliqua sa réaction. Tanisha ne connaissait pas tous les détails autour de cette rose, et l’Elue lui apporta alors les réponses. Des explications très intéressantes, qui intriguèrent beaucoup la Gardienne. Cependant, cela l’inquiéta un peu, au moment où Miranda évoqua la folie de la mère d’Anastasia LaForge. Il y avait peu de chance pour que Miranda subisse la même chose mais, il allait falloir garder un œil ouvert de ce côté-là. L’Elue finit par poser la rose dans un vase puis s’en retourna vers Tanisha. Apparemment, sa curiosité à propos du Culte était toujours aussi intacte, et elle demanda ainsi le pourquoi du comment du Culte.

La Gardienne acquiesça, puis marqua un petit silence. « Je risque d’être longue … Alors pardonnez mon débit de parole, Maîtresse. » Lui dit alors Tanisha, s’excusant à l’avance que cela risquait d’être un peu long. Elle prit inspiration, puis commença. « Nous savons que vous êtes humaines, avec vos faiblesses. Cependant, cela ne nous empêche guère de vous respecter, et de vous porter dans nos cœurs au point de faire de vous une Déité. Sachez que vous êtes la seule que l’on perçoit ainsi ; votre famille est sainte, et nous adorons chacune de ses membres … Mais seule vous, Miranda, êtes notre déité. » Dit-elle dans un premier temps, mettant ce point au clair. Ce n’était toute la famille Forge que le Culte vénérait ; c’était bel et bien Miranda. Le Culte adorait et vouait un profond respect envers toute la famille, à un tel point qu’il la désignait comme sainte. Mais Miranda possédait un statut très spécial. « Au départ, nous étions dirigés par une Forge ; celle qui a créé notre groupe en premier lieu. À la mort de celle-ci, elle tint à ce que nous ne soyons plus dirigés par une Forge, car cela risquait d’altérer notre mission de base, qui était servir vos intérêts, et non celui d’une Forge en particulière. Ainsi donc, nos ancêtres ont désigné un capitaine, qui les dirigea. Mais plus les années passaient, plus l’absence d’une Forge à la tête força les membres, pour garder leur fidélité intacte, à vouer un grand respect à cette famille. Chaque capitaine a entretenu le feu de l’admiration, de la fidélité et de la dévotion en décrivant les Forge comme des êtres exceptionnels, visionnaires, parfaits, etc. » Dit-elle, marquant une petite pause.

« Cela s’est transformé, et ainsi de suite, ça s’est transformé en une sorte de vénération, de culte ! Notre dévotion et notre amour envers votre famille s’est tellement intensifié que cela en est devenu religieux. Ceci étant dit … Vous concernant, c’est une histoire plus compliquée. Il y’a de cela quelques décennies, mon ancêtre fut victime d’un étrange … Phénomène. La Gardienne de cette époque eut une vision, suite à un incident avec un artefact alien. Ses nuits étaient hantées par d’étranges rêves, qui lui montraient exactement la même chose ; vous. Une femme à la beauté légendaire, aux cheveux d’or et la grâce inégalée, portant en elle le sang de la Sainte famille. Cette femme qui était au sommet de la Tour et qui … Effectua la dernière marche. La dernière épreuve, lui ouvrant les portes de l’ascension. » Déclara-t-elle, évoquant ainsi ce qui devint la Prophétie de la Songe, au sein du Culte. « Vous, Miranda Forge. Vous étiez au centre de cette vision, qui devint notre prophétie. Vous êtes vouées … À devenir une Déité, en bonne et due forme. Vous êtes notre guide, notre lumière, tel que l’a prédit la Gardienne. Et telle qu’elle l’a prédit, vous êtes à présent parmi nous. C’est une preuve que la Prophétie se réalisera, tôt ou tard … C’est pour cela que nous vénérons, Maîtresse. Vous êtes celle qui accomplira la Grande Quête des Forge, et qui deviendra un être omniscient. Nous, nous sommes là pour vous aider et mettre tous les moyens à votre disposition pour vous faire accomplir votre destinée. » Lui déclara-t-elle, n’étant néanmoins pas sûre que Miranda a bien encaissé la Prophétie. Pourtant, cette histoire était au centre de tout.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 271



Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Août 12, 2016, 01:35:49 »

C’était l’heure des explications. Miranda n’avait pas fini de recevoir une masse d’informations depuis qu’elle était arrivée. Au-delà de la technologie révolutionnaire du Forge, des Dogans des Positroniens, ou encore de la Grande Quête des Forge, il fallait bien admettre que cette histoire de Culte l’intriguait. Elle s’était ainsi assise sur son fauteuil, croisant élégamment les jambes, et la jeune femme lui expliqua que l’histoire du Culte s’était faite en deux temps.

Dans un premier temps, le Culte s’était développé au fur et à mesure qu’elles s’étaient éloignées des Forge, probablement par souci de cohésion Un culte artificiel, comme les religions ancestrales. Moins qu’un culte, c’était plutôt un objectif commun : mener la mission au nom des Forge. Ceci, Miranda le comprenait. C’était un phénomène psychologique compréhensible, qui découlait d’une forte isolation dans un vaisseau spatial. C’était par la suite que le Culte avait encore grandi, pour se concentrer, non pas sur les Forge, mais sur la Forge. La Forge en question était Miranda. L’une des anciennes Gardiennes avait eu une sorte de vision divinatoire au contact d’un artefact alien. Une vision l’impliquant, juchée au sommet de la Tour Sombre, devenant ce que les contes de la Tour Sombre disaient : une Déesse omnipotente.

*Tiens donc...*

Miranda comprit alors, et hocha la tête :

« C’est un culte qui a été conçu en prévision du jour où je deviendrais une Déesse... »

La légende disait que la Pierre-Monde était un artefact qu’il fallait placer dans la Tour Sombre, et que, en atteignant le sommet de la Tour, elle vous conférait des pouvoirs incommensurables, faisant de vous Dieu. D’autres variantes de la légende disaient même que le Dieu unique et suprême se tenait là, et que, pour savoir si Dieu existe ou pas, il suffisait de se rendre au sommet, et de voir si le fauteuil était libre ou non.

« D’accord... »

Elle hocha lentement la tête, une petite moue sceptique venant se dessiner sur ses lèvres.

« Je suppose que tout mouvement cultuel a une base d’irrationnel, mais... Tu me permettras d’être un brin sceptique. Le futur n’est jamais écrit, et, si l’art magique de la divination existe, il est également avéré que c’est une magie instable. Alors... Quel est donc cet artefact ? Qu’est-ce qui vous prouve que cette vision n’était pas... Une sorte de fantasme ? Un moyen de légitimer l’existence de ce culte ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tanisha Malenga
Humain(e)
-

Messages: 55



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Août 12, 2016, 02:10:51 »

Il était entendu que la seconde partie de l’histoire du Culte serait discutable. Après tout, une histoire de Prophétie n’était jamais la bienvenue et causait souvent des réticences. Cependant, Tanisha le savait. C’était là ce qui différenciait le Culte d’un autre culte fanatique aveugle ; elles étaient conscientes. Miranda prit assise sur l’un des fauteuils du salon, avant que Tanisha n’en fasse de même, se retrouvant en face d’elle. L’Elue écouta le discours de la Gardienne jusqu’au bout, avant de faire part ses réticences quant à cette histoire de prophétie. De toutes évidences, cela ne passait pas. Et Tanisha se doutait que malgré toutes les explications qu’elle pourrait fournir, l’Elue ne serait jamais totalement convaincue par les dires du Culte. Ce qui était normal, c’était même prévisible ; elle était une Forge. On ne racontait pas des histoires à une Forge, et sa réaction était donc plus logique que prévu.

Cependant, la Gardienne avait beaucoup de patience, surtout face à Miranda. Elle eut un petit sourire en coin, avant de soupirer, redressant son regard vers celui de sa maîtresse. « Même si nous fantasmons sur les Forge, il est peu probable que cela soit uniquement le fruit de notre esprit. Cela s’est déroulé il y’a déjà quelques décennies, et selon nos journaux et archives, il n’était pas dans les habitudes de la Gardienne de faire ce genre de rêve … » Déclara-t-elle en premier lieu. « Le futur n’est pas écrit à l’avance, c’est vrai. Il est possible que notre prophétie ne soit qu’un futur possible, envisageable sans qu’il s’avère vrai. Mais il existe aussi des points fixes dans le temps ; des points de rendez-vous temporel qui eux, sont immuables. Des moments clés dans le temps qui doivent arriver, coûte que coûte. Quelqu'un arrivera au sommet de la Tour, un jour, et c'est une certitude. Nous désirons simplement que cette personne soit vous, Maîtresse. » Expliqua-t-elle. Cependant elle sentait qu’elle partait sur un autre sujet et décida alors d’en revenir au principal. Elle chercha un peu ses mots, puis reprit.

« L’artefact fut vidé de son énergie après qu’il ait touché la Gardienne. Nous avons tenté de l’étudier mais … Il n’était plus qu’une coquille vide. Bonne à recycler ou à détruire. Nous avons fouillé la base de données accessible du Forge, en vain … Aucune donnée à propos d’un tel artefact. Même après toutes ces années, nous continuons de chercher l’origine de cet artefact … Mais nos premiers pronostics indiquent que l’énergie contenu dedans était effectivement une puissante magie, et non un hallucinogène. » Affirma-t-elle, jouant la carte de la vérité. Le Culte n’avait que peu d’information sur cet artefact, qui était d’ailleurs toujours à bord. Elles l’avaient emporté afin de l’étudier avec des outils plus performants, en vain. Tanisha laissa passer un petit moment, avant d’apporter la conclusion. « Votre simple existence explique l’existence de notre Culte, Maîtresse. À vous seule, en l’état, méritez vénération … Vous êtes un élément important dans l’affaire, mais si cette prophétie s’avérait fausse … Cela ne changera pas grand-chose au fond ; vous êtes d’ores et déjà notre Déité, sans en avoir les pouvoirs pour autant … Et cela ne changera pas et nous sommes parfaitement consciente de votre statut. Mais j’avoue que dans les esprits, l’idée de voir l’Elue devenir une entité omnisciente est un fantasme largement partagé parmi les membres du Culte. » Dit-elle, avant d’afficher un léger sourire.

« Un fantasme, parmi tous les autres je dirai … » Dit-elle, finissant sur une pointe de malice. C’était la première fois que Tanisha osait faire la malicieuse en présence de Miranda, mais la tentation fut trop grande.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 271



Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Août 12, 2016, 11:59:26 »

« Il faudra que je regarde cet artefact... En temps voulu. »

Dans cette histoire, ce qui la troublait, au-delà du caractère incertain de la prophétie, c’était le fait que la Gardienne de l’époque ait eu une vision d’elle, à une époque où Miranda n’existait pas. Le caractère fantasmagorique de la vision était atténué par le fait qu’elle portait sur une personne qui n’existait pas, mais, pour autant, Miranda avait tendance à se méfier des divinations. Quand elle était plus jeune, elle avait parfois consulté des devins, et avait toujours eu des réponses variantes. Certains lui avaient prédit un grand avenir, d’autres qu’elle aurait une famille et beaucoup d’enfants. On ne pouvait pas prévoir avec certitude le futur, car il y avait tout simplement trop de variables.

Néanmoins, il fallait bien admettre que c’était une hypothèse fascinante... Elle, parvenant au sommet de la Tour, accomplissant enfin le rêve des Forge. Toute cette entreprise, toute cette puissance... Miranda avait souvent eu l’impression que ses ancêtres avaient fondé la compagnie uniquement dans ce but : entrer dans la Tour Sombre. Miranda fronça alors lentement les sourcils quand Tanisha avoua que ce fantasme n’en était qu’un « parmi tous les autres ».

La jeune femme la regarda donc, et décroisa alors les jambes, avant de se redresser. Elle s’avança alors vers Tanisha, ses talons fendillant le sol, sa combinaison crissant à son passage. Elle se rapprocha ainsi de Tanisha, qui s’était assise sur un fauteuil, et, en lui souriant, se glissa alors, à son tour, sur ce dernier, ses jambes à droite et à gauche de celle de la Capitaine, ses mains venant se poser sur ses épaules, remontant jusqu’à son cou.

« Ah oui ? Parce que ta Déesse t’inspire de nombreux fantasmes ? »

Miranda prenait un ton légèrement badin, revenant dans des terrains qu’elle connaissait mieux. Il fallait admettre que cette journée avait été assez bouleversante, en lui rappelant cette vieille quête familiale, irrésolue jusqu’à présent, et qui continuait encore, régulièrement, à relancer cette dernière. Et elle avait même appris qu’un culte spatial existait autour d’elle ! Autant dire qu’elle avait de quoi être secouée... Finalement, elle revenait vers des éléments qu’elle connaissait, rapprochant ses lèvres de Tanisha.

« Dis-moi donc... Qu’est-ce qu’une dévote comme toi pourrait ressentir à l’égard de sa divinité, hum ? Est-ce que ce ne serait pas... Blasphématoire ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tanisha Malenga
Humain(e)
-

Messages: 55



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Août 12, 2016, 09:24:10 »

En parlant des fantasmes communément partagés, Tanisha s’était volontairement aventurée dans un sentier sûr. Le sexe était un précepte fondamental du Culte, car il en découlait directement des Forge. Se serait être … Idiot que de renier ce côté-là. Le sexe était donc un pilier au sein de cette organisation. Autant que la recherche et la dévotion envers les Forge étaient des côtés très accentués et où tous les moyens étaient mis à disposition, autant ce côté plus sulfureux l’était aussi. Entrainements, outils, performances, tout était là. Les membres du Culte étaient toutes des femmes très douées dans la chose, car c’était l’un des critères de sélection. Toutes étaient de terribles amantes, prêtes à honorer l’Elue ou une Forge. Il y avait des longs et rigoureux entraînements, couvrant une grande plage de pratique, où l’on tentait d’atteindre des hautes performances. Que ce soit en endurance, ou en sensualité, ou en qualité, tout simplement. Cela avait des aspects très techniques, mais le résultat se sentait qu’elles se décidaient à faire tout simplement l’amour …

Et Tanisha mourrait d’impatience de montrer cela à Miranda. C’était le dernier point de sa visite guidée …  Elle espérait alors que l’Elue, dans sa grâce et sa générosité, lui accorde cet honneur. Visiblement elle était bien partie puisqu’elle se leva, et vint prendre assise sur ses cuisses, mettant ses jambes à droite et à gauche, puis en se penchant près de ses lèvres, mains proches de son cou. Leur souffle se mélangèrent, et il devenait impossible pour Tanisha de résister plus longtemps à l’attraction phénoménale qu’exerçait Miranda sur elle. Ses mains allèrent lentement glisser sur ses cuisses, puis vinrent, comme si de rien n’était, empoigner le merveilleux fessier de l’Elue. Ces fesses … Bon sang, Tanisha n’avait jamais touché d’aussi belles et harmonieuses croupe de toute sa vie ! Le corps de l’Elue était donc réellement une pure œuvre d’art …

« Ce qui est blasphématoire, Maîtresse, est de ne rien ressentir envers vous. » Dit-elle dans un premier temps, sentant le doux et chaleureux souffle de sa maîtresse contre elle. Son visage était si proche, de même que ses lèvres … Tanisha luttait pour ne pas céder complètement en venant les capturer. « Vous avez deviné que le sexe est l’un de nos préceptes fondamentaux … Il est donc vivement recommandé, si ce n’est requis, de nourrir un fantasme sur la plus parfaite des femmes de cet univers. Comprenez par là … Que vous êtes le plus grand fantasme de chaque âme vivant ici, Maîtresse. » Dit-elle, avant de sourire délicatement, approchant un peu plus ses lèvres. « La dévote que je suis … Est la première à vous désirer du fin fond de son âme … » Lui déclara-t-elle, cédant alors à l’ultime tentation. Elle craignait de voir sa maîtresse la rejeter, que ce soit par refus ou par simple amusement. Mais, elle ne pouvait plus lutter ; c’était devenu impossible. Ses lèvres se scellèrent alors avec fougue aux siennes, et ses mains se crispèrent avec tendresse sur ses fesses.

« Hmmm … » Gémit alors Tanisha, qui offrit à sa maîtresse un baiser des plus passionnés et fougueux. Ses lèvres se serrèrent contre les siennes avec une énergie débordante, tout en restant maitrisée. Ce fut bien sa langue, partant à la conquête de la sienne, qui l’invita à danser furieusement avec elle. Un beau baiser bien fougueux en somme, dont Tanisha s’en régala pleinement. Elle goutait au fruit ultime, à la tentation sacrée … À Miranda Forge. Impossible de résister à une telle femme. C’était une tâche tout simplement insurmontable. La Gardienne avait tenu jusque-là, mais s’en était devenu trop. Toutefois, elle contenu sa fougue et après ce furieux et langoureux baiser, elle écarta lentement ses lèvres, brisant un petit filet de salive avec sa langue. Ses mains massèrent légèrement son fessier, tout en continuant de l’empoigner avec envie.

« À présent, Maîtresse … Comptez-vous me laisser dans mes rêves, ou bien … M’accorderiez-vous l’honneur d’assouvir ce désir ? Hm, assouvir … Je crains qu’en fait, le désir ne parte jamais. » Lui susurra-t-elle, remontant lentement une main dans son dos, caressant la combinaison noire, qui crissa sous ses doigts. Tout ceci donna en contrepartie une trique infernale à Tanisha, qui se sentit furieusement à l'étroit dans son armure ... Au niveau de son entrejambe ...
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 271



Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Août 13, 2016, 09:56:26 »

Le sexe était un élément fondamental dans la vie de Miranda, une véritable zone de confort, dans laquelle elle se réfugiait continuellement. C’était un pilier du Culte, comme on pouvait s’y attendre de la part de femmes vénérant sa famille, car c’était aussi un pilier de sa propre vie, et de son entreprise. GeoWeapon Corp. était à l’image des Forge, tout simplement, et le Culte le serait aussi. Sur le corps de cette femme, Miranda sentait sa force, la puissance de ce corps, mais aussi l’intensité de ce désir, qu’elle ressentait dans les frémissements de ce corps, dans le regard envieux et transi de désir de la jeune femme. Miranda sourit lentement en sentant les mains de Tanisha se poser sur ses fesses, comprenant rapidement que Tanisha ne voyait pas de problèmes à coucher avec une femme qu’elle considérait comme une Déesse en devenir. Miranda ne put que sourire, tout en entendant cette dernière, et alla l’embrasser. Leurs lèvres se pressèrent l’une contre l’autre, et, tandis que les femmes s’embrassaient, Miranda sentit des idées fuser en elle.

Entre les deux femmes, le contact dura de nombreuses secondes, la langue de Miranda filant caresser celle de Tanisha. Ensemble, elles s’embrassèrent donc, pressant tendrement leurs lèvres, ramenant Miranda dans ce domaine qu’elle appréciait tant. La Gardienne savait embrasser, et avait des lèvres très agréables, ce qui ne fit que rendre cette séance d’autant plus délicieuse. Une fois le baiser terminé, Miranda sentit la main de Tanisha remonter le long de son dos, frottant sur sa combinaison, pendant qu’elle la provoquait.

Miranda sourit lentement en la regardant, et déplaça l’une de ses mains, glissant son doigt le long des lèvres de la femme, caressant les lignes de ses lèvres, d’abord celle du haut, ensuite celle du bas, pour enfin se glisser entre, titillant sa langue, avant de reprendre doucement ce schéma. Maîtresse de la situation, elle redressa son  dos, se rehaussant un peu, amenant le visage de Tanisha à hauteur de ses seins.

« Je suis prête à te satisfaire, oui... Mais il n’y a pas que toi à satisfaire en ces lieux. Je crois donc qu’il est temps que je distribue mes premiers Commandements. Disposes-tu d’un moyen de communiquer avec le reste du vaisseau... En nous filmant ? Et pose tes mains sur mes fesses pendant la diffusion... »

Le moyen approprié fut trouvé par le biais d’un drone, un Eyebot qui se déplaça lentement, sortant d’une trappe dans le mur, et qui pouvait la filmer, tout en relâchant divers drones plus petits, d’autres caméras. L’appareil tournoya dans le ciel, et envoya alors un écran holographique, qui permit de voir qu’elle était filmée. La diffusion était transmise dans tous les terminaux du Forge, avec une vue depuis le dessus, où on pouvait voir Miranda, assise sur Tanisha, qui regarda lentement les caméras.

« Mesdames... Vous me reconnaissez sûrement, et, pour celles qui n’ont pas eu la chance de me voir aujourd’hui, je suis Miranda Forge... Votre Élue, votre Déesse. Après avoir visité une bonne partie de votre vaisseau, il est temps que je vous délivre deux choses... Mes premiers Commandements, et... Votre rituel de présentation. »

Elle continuait à caresser Tanisha, glissant ses mains sur ses cheveux, tout en lui parlant, et se tut pendant quelques secondes. Tanisha avait précisé, sur le pont du Forge, que les ordres de Miranda surclassaient les siens, et elle savait qu’elle devait avoir l’attention de tout l’équipage.

« Mon premier Commandement sera un commandement... D’unité et d’harmonie collective. À ce titre, vous, membres du Culte, ne devrez jamais dormir seules. Vous dormirez toujours avec au moins une autre femme dans votre lit, et vous changerez de femme et de lit chaque nuit. Ainsi, vous vous rapprocherez toutes mutuellement. »

Miranda sentait des frissons d’excitation la traverser. Sur ce point, elle avait vraiment l’esprit d’une redoutable dominatrice, car c’était quelque chose qu’elle adorait faire, et qu’elle faisait déjà dans sa firme. Ici, cependant, elle n’avait pas des milliers d’employées à gérer, et il était donc plus facile de développer ses plans et ses stratégies.

« Mon second Commandement sera un commandement de cordialité entre vous. Vous vous saluerez en vous embrassant et en vous câlinant. »

Elle sourit doucement à Tanisha, et l’embrassa sur le front, remuant un peu contre son corps, provoquant le crissement de sa combinaison.

« Mon troisième Commandement, reprit-elle ensuite, sera un commandement de fidélité envers votre Déesse. Sachez que je ne dormirai jamais seule non plus, et j’aurais trois femmes dans mon lit, dont deux différentes à chaque fois. La troisième place sera une place ponctuelle réservée à votre Gardienne, aussi longtemps qu’elle le souhaitera. »

Est-ce que les autres Forge avaient été aussi loin, et aussi rapidement ? À chaque génération, les gènes des Forge s’affinaient, et la perversion sexuelle de la famille semblait prendre encore en force et en augmentation.

« Voilà pour mes premiers ordres. Maintenant... Vous devez savoir que je coucherai avec qui je veux, quand et où je le veux, au cours de mon séjour parmi vous. Et, pour l’heure, je veux faire connaissance avec chacune d’entre vous. Voilà pourquoi, dans les prochains jours qui vont suivre, vous allez toutes venir, par deux ou par trois, dans ma chambre, pour me faire l’amour. Je serais filmée en permanence, et vous pourrez donc savoir quand ce sera à votre tour. Je vous laisse décider entre vous de l’organisation, mais j’ai deux conditions. Premièrement : je refuse que vous vous disputiez. Toute personne qui se disputerait pour recevoir mes faveurs finirait en isolement. Deuxièmement : pendant toute la durée de ce rituel, il vous est interdit de vous masturber, ou de couper cette chaîne. Tout en travaillant, je veux que vous ayez un onglet d’ouvert où vous pourrez me voir faire l’amour. »

Miranda savait qu’il serait possible, grâce à la technologie avancée, de voir quel terminal cesserait de relayer leur émission. Une lueur amusée éclairait son visage, et elle termina en caressant les joues de la Gardienne, sans sentir sa verge, car elle était étouffée par sa lourde armure. Si elle l’avait senti, elle aurait probablement titillé davantage la jeune femme.

« C’est donc à vous de vous organiser pour savoir qui est susceptible de tenir le plus longtemps, en sachant que vous y passerez toutes, et que, sauf ordre contraire de ma part, je ne souhaite aucune pause. Pour l’heure, c’est Tanisha qui ouvrira le bal, et c’est elle qui ira vous chercher dans le hall de ma suite, et qui restera avec moi pendant toute la durée de ce rituel, où vous recevrez mes faveurs. C'est entendu, mes petits cœurs ? »

Elle regarda ensuite Tanisha, après avoir observé les caméras, tout en ayant noté que l’une d’entre elles s’était glissée dans son dos, zoomant sur son cul et sur les doigts de Tanisha. Miranda pencha son visage vers celui de la Gardienne, et glissa quelques mots contre ses lèvres, les murmurant :

« Tu es prête, ma chérie ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tanisha Malenga
Humain(e)
-

Messages: 55



Voir le profil
Fiche
« Répondre #26 le: Août 14, 2016, 03:28:19 »

En véritable maitresse, Miranda usa de toute sa magnificence et de tout son charme pour envouter Tanisha encore plus qu’elle ne l’était. En effet, alors que celle-ci s’était demandée si elle comptait lui accorder ses faveurs, l’Elue lui déclara qu’effectivement elle allait le faire, mais qu’elle ne serait pas la seule à se voir accorder ce privilège. En réalité, elle désirait faire connaissance avec tout l’équipage. Avec chacune des personnes vivantes ici … C’est-à-dire avec la centaine de femmes présentes. Son index passa sensuellement sur ses lèvres, pour finir par se glisser entre elles. Tanisha se mit instinctivement à lécher ce doigt, qui vint naturellement titiller sa langue un moment avant de repartir caresser ses lèvres. Miranda tenait la situation fermement en main, et savait parfaitement ce qu’elle voulait. Se redressant, elle emporta son amante avec, amenant le visage de Tanisha en face de sa généreuse poitrine fermement moulée dans sa combinaison noire.

Mais, elle demanda alors si Tanisha disposait d’un moyen de communiquer avec tout l’équipage. La Gardienne obéit et à l’aide des multiples capteurs de son armure, activa une commande pour faire sortir un drone du mur. Un Eyebot, accompagné de multiples autre drones sortirent pour venir filmer le duo, et surtout Miranda. Car elle avait des annonces à faire. Elle demanda à Tanisha de poser ses mains sur ses fesses durant la transmission, ce que fit naturellement la Gardienne, prenant un grand plaisir à empoigner ce fessier si tendre et si ferme à la fois. Elle ne résista d’ailleurs pas à l’envie de le masser et de le peloter avec tendresse. Quand le dispositif de communication était en route, et que tout le monde aperçut alors l’Elue et la Gardienne, Miranda se mit dicter ses commandements. Et le moins que l’on pouvait dire, était qu’ils allaient sacrément changer des habitudes sur ce vaisseau. Que ce soit par le fait que dorénavant elles allaient se rapprocher l’une de l’autre de manière plus intime, en dormant obligatoirement ensembles, ou bien par le fait qu’elles allaient se saluer en s’embrassant et en se faisant des câlins.

Mais le plus bouleversant, dans le bon sens, était qu’à tour de rôle elles allaient pouvoir avoir l’immense honneur et privilège de dormir avec l’Elue. Car celle-ci désirait prendre repos dans les bras de trois femmes, dont la Gardienne, qui serait présente chaque nuit. Il était vrai que cela allait rapidement rapprocher chaque membre de l’équipage … L’effet sur le long terme allait être intéressant à observer. Mais, Tanisha craignait quelque part que cela n’affaiblisse leur force, dû justement à une hiérarchie stricte. Car petit à petit, le fait qu’elles soient plus tendres et proches l’une de l’autre affaiblira les frontières de la hiérarchie. Cela ne posait pas problème quand l’Elue était parmi elles, mais une fois qu’elle serait partie … D’un autre côté, l’Elue savait ce qu’elle faisait et nul n’était apte à contredire ou à oser prétendre mieux savoir qu’elle. Tanisha estimait que Miranda était bien plus savante, et ce fut entre autres pour cette raison qu’elle lui faisait entièrement confiance.

Ainsi donc, les commandements furent notés. Il était inutile de dire que bon nombre de femmes s’apprêtaient à déboutonner leur pantalon ou à faufiler leur main sous leur armure en voyant une telle scène … Jusqu’à ce que l’Elue leur interdit, à toute, de se masturber avant qu’elle n’ait eut personnellement affaire à eux. Miranda désirait sans doute tester leur fidélité et leur résistance, et les membres du Culte n’allaient pas la décevoir, même si cela allait être dur. Elles allaient donc attendre chacune leur tour, et s’organiser de manière à montrer à leur Déité qu’elles étaient dignes d’elle. Tanisha pendant tout ce temps-là continua de masser le généreux cul de sa maîtresse, se découvrant alors un amour fou pour celui-ci. Elle se pinça furieusement la lèvre, et ses joues rougirent réellement quand Miranda se pencha vers elle, lui demandant si elle était donc réellement prête. L’Elue allait donc s’occuper d’elle à présent … Mais avec cette armure, ça ne serait pas très pratique. Ses lèvres presque collées aux siennes, Tanisha lui répondit en murmurant. « Hmm … Je le suis toujours pour vous, ma noble Maîtresse. Mais permettez-moi juste quelque chose avant … » Dit-elle, se levant doucement. Elle ne demanda pas à Miranda de se lever, puisqu’elle la prit tendrement dans ses bras en se redressant, montrant d’ailleurs sa grande force au passage. Elle l’emmena ainsi ailleurs, la portant chaleureusement entre ses deux bras. Précisément, elle l’emmena dans la suite, où elles seraient nettement plus à l’aise. Les caméras les suivirent, bien entendu. Quand Tanisha arriva près du gigantesque lit – car il le fallait bien pour accueillir tout ce monde à venir – la Gardienne déposa avec soin sa maîtresse dessus. Des draps en satin, propre et doux, fait pour exciter encore plus les amants se trouvant dessus.

Tanisha se recula, plongeant son regard dans celui de Miranda. Elle n’alla pas la rejoindre de suite. Ses mains se portèrent à certain endroit de son armure, puis après quelques manipulations, les pièces tombèrent lourdement au sol, une à une, dévoilant progressivement la nudité de la Gardienne. La dernière pièce à tomber fut la pièce masquant son intimité, qui lorsqu’elle tomba, révéla alors une grande et juteuse trique déjà bien assoiffée et érigée. Tanisha s’étira et banda doucement ses muscles, qui parcouraient tout son corps athlétique. En vérité, elle avait une courbe des plus féminines mais, comme toute combattante, elle avait des reliefs quelque peu musculaires. De fines et douces tablettes, ainsi que d’autre reliefs sur ses bras, ses cuisses, etc. Une militaire en somme ! S’exhibant un peu face à sa maîtresse dans son plus simple apparat, elle finit par grimper sur le lit, à quatre pattes, s’approchant tel un prédateur vers sa proie. « Est-ce que mon corps vous plait, ô noble Miranda … ? » Lui demanda-t-elle d’une voix particulièrement sensuelle, avant de finir en face d’elle.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 271



Voir le profil
Fiche
« Répondre #27 le: Août 15, 2016, 09:15:11 »

De nombreuses études sociologiques tekhanes avaient montré l’impact positif du sexe dans les relations de travail. Miranda elle-même avait commandé plusieurs de ces études, qui permettaient de prouver que faciliter les rapports sexuels entre les employés aboutissait au résultat d’offrir un meilleur rendement, car le travailleur restait plus longtemps, et se sentait plus proche de ses camarades, améliorant la cohésion de groupe. À Tekhos, le sexe était un élément fondamental de la société, et, dans GeoWeapon Corp., il était prépondérant. Les employés avaient droit à des GeoSlaves qui étaient à libre disposition, notamment pour les cadres. De manière générale, c’était à Tekhos que la justice prononçait le nombre le plus faible d’infractions sexuelles, par comparaison à ce qui se passait à Nexus ou à Ashnard. Et, s’il y avait bien des voix dissidentes et critiques pour dire que c’était une conséquence du laxisme judiciaire tekhan à l’égard des femmes, Miranda, elle, était convaincue que les viols et les agressions sexuelles étaient plus nombreux dans des sociétés où, comme à Nexus, on tentait de brimer le désir sexuel. Il était donc normal que, en prenant les rênes de ce vaisseau spatial et de son équipage, elle en donne ses directives.

Parmi ses commandements, Miranda savait que celui consistant à ne pas se faire plaisir avant d’aller la voir serait le plus difficile, mais il était aussi, par bien des côtés, nécessaire. L’idée était, en effet, de prouver sa soumission et sa fidélité à leur Déesse, puisque c’était ainsi que ses femmes voyaient Miranda. La PDG voulait coucher avec chacune d’entre elles, mais jouir avant de la voir, ce serait faire passer son propre plaisir avant celui de sa déité. Ce n’était pas acceptable, tout simplement. On pouvait néanmoins s’amuser de constater que Miranda, par définition plus proche de l’athéisme que de la foi, acceptait le rôle qu’on lui insufflait. Elle, elle savait qu’elle était humaine, et, si elle savait que les Dieux existaient, elle était également convaincue que leur pouvoir n’avait rien de superstitieux, mais qu’il était la résultante d’éléments magiques et naturels. Le pouvoir des Dieux s’expliquait, et, partant de là, le concept de foi était creux, et paradoxal en lui-même. Qu’une humaine veuille devenir une Déesse était ainsi, sans doute, le plus beau moyen de confirmer les théories athéistes, en démontrant par l’expérience que, si une simple humaine pouvait devenir déité, alors c’est que la divinité, contrairement à ce que tous les religieux affirmaient depuis des éons, n’était pas inaccessible aux mortels.

Au Culte, maintenant, de se décider sur l’ordre de passage, en fonction de la résistance des femmes, mais aussi de leur fonction au sein du Forge. La prudence imposait de faire venir celles qui détenaient les postes-clefs, afin qu’elles soient plus détendues ensuite, mais Miranda laissait cela à leurs bons soins. Elle n’en connaissait pas assez sur l’organisation interne du vaisseau pour faire un listing complet et un ordre de passage détaillé. Et, pour l’heure, elle allait se contenter de profiter de sa belle Tanisha. Pendant toute la durée de son discours, elle avait clairement perçu l’excitation de Tanisha, une excitation lancinante, qui devait probablement la travailler depuis qu’elle était venue la voir à Tekhos. Elle l’avait perçu à travers la manière dont elle pelotait son cul, une zone du corps de Miranda qui avait toujours excité cette dernière. Il était donc temps de satisfaire cette soif, et, pour ce faire, Tanisha se redressa, usant de sa force naturelle pour soulever sa gracieuse Déesse.

« Hmm... »

Ressentant une pointe d’excitation à l’idée de se faire ainsi soulever, Miranda se laissa porter par cette puissante femme, enroulant ses jambes autour de sa taille, bras posés sur sa nuque. Tanisha la déplaça ainsi, rejoignant la chambre de Miranda, une belle pièce avec de grandes baies vitrées, et un énorme lit comprenant de fins draps en satin. Elle y déposa précautionneusement la femme, non sans l’avoir excité, puis se déshabilla rapidement devant elle. Se redressant légèrement, jambes écartées, Miranda admira ce spectacle, ainsi que les membres du vaisseau, puisque l’Eyebot et ses caméras avaient suivi le duo.

C’est ainsi que Miranda put voir Tanisha ôter son armure. Sous cette dernière, elle était nue, et d’une beauté redoutable. Belle et athlétique, avec un corps musclé, Tanisha ne manquait pas pour autant de forme. Son corps était celui d’une guerrière magnifique, qui avait cultivé sa beauté à travers le sport, devenant une femme solide et costaude... Et dotée d’une verge érigée, une queue grosse et tendue.

*Je ne sais où poser le regard, tant elle est belle...*

La magnifique beauté se dressait fièrement devant elle, avant de se rapprocher. Miranda frissonna en voyant ce corps rejoindre le lit, à quatre pattes, le bout de sa queue allant frotter ses jambes, crissant sur le latex de sa combinaison, pour se rapprocher d’elle. Miranda lui sourit, et sa main caressa doucement la joue de la femme, puis elle déposa un tendre baiser sur ses lèvres, remontant sa main pour caresser la nuque de la femme.

« Oui... Évidemment. Belle et forte... Tu es l’idéal tekhan de la féminité virile, Tanisha. »

Elle poussa alors un peu, et retourna Tanisha, la couchant sur le lit, et glissa sa main de sa nuque à ses côtes, puis caressa son sexe, le masturbant entre ses doigts.

« Ne crois que, parce que je dois coucher avec tous les autres membres de ton Culte, je vais daigner te négliger, ou faire ça rapidement, ma chérie... »

Miranda alla mordiller son cou, et conclut ensuite :

« Tu vas me baiser bien comme il faut, car c’est ce que je souhaite. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tanisha Malenga
Humain(e)
-

Messages: 55



Voir le profil
Fiche
« Répondre #28 le: Août 18, 2016, 01:31:38 »

Miranda devait bien le savoir dorénavant ; chaque femme présente ici, après avoir entendu son ordre, pensait à présent qu’un immense honneur leur était fait. Tanisha la première, qui était excitée comme jamais à l’idée de coucher avec l’Elue en personne. Ça laissait voir de belles promesses, surtout vue tous les fantasmes et les mythes qui ont été établis à son sujet. L’on dit que l’Elue serait la femme la plus douée au monde, qu’elle serait infatigable sexuellement, qu’elle maîtrise absolument tout dans ce domaine, etc. Bon nombre de rumeurs et de mythes largement entretenus au sein du Culte, qui allaient se vérifier un à un. La Gardienne allait ouvrir le bal, et après s’être dénudée pour sa maîtresse, elle la rejoignit sur son grand lit. Sa verge frotta doucement la cuisse enveloppée de latex de Miranda, alors que celle-ci finit par poser sa main sur sa joue, la gratifiant d’un doux et délicieux baiser. Les lèvres de Miranda étaient le mets le plus savoureux de tout l’Univers entier … Sans aucun doute. Douces, délicieuses, sensuelles, elles avaient toutes les bonnes qualités.

Cela ne servait à rien de s’étonner, cela dit. Miranda Forge était la perfection incarnée, pourquoi s’étonner à chacune de ses prouesses ? Tanisha savait qu’elle allait passer le moment le plus fantastique de sa vie, et s’était préparée à cela. Après que son baiser soit rompu, la laissant rêveuse, elle se laissa pousser pour se retrouver sous sa maîtresse, qui la dominait totalement. La Gardienne se pinça les lèvres et soupira quand elle sentit les doigts de Miranda venir caresser son sexe, avant de se mettre à lentement le masturber. L’Elue était directe, franche et savait par où attaquer ! Tanisha, rouge et se mordillant la lèvre, regarda sa Déité d’un regard sulfureux et désireux, entendant ses dires. Elle comptait prendre tout son temps avec chacune des femmes ici présentes, ce qui confirmait que son endurance et son appétit devaient être … Immenses. Tanisha hocha de la tête puis esquissa un sourire malin. « Vos souhaits sont mes ordres, Maîtresse. Si moi je suis l'idéal féminin virile ... Vous, êtes l'Idéal tout court. » Lui répondit-elle, lui assurant qu’elle allait donner tout ce qu’elle pouvait pour la satisfaire, tout en lui retournant le compliment.

Comme toujours, ses mains étaient revenues peloter les fesses moelleuses de Miranda pendant que celle-ci masturbait Tanisha. Un petit instant tout en douceur, mais qui n’était pas sans attiser grandement le feu qui consumait la Gardienne de l’intérieur. Plus que jamais, elle avait envie de baiser avec sa maîtresse, dans le sens où elle se lâcherait pour lui apporter satisfaction. Après quelques temps à se peloter mutuellement, la maîtresse des lieux décida de prendre l’initiative et déplaça lentement ses mains, caressant le latex de la combinaison de Miranda. Elles remontèrent le long de son dos, puis filèrent à l’avant, où elle les apposa sur ses épaules. Tanisha était méticuleuse dans ses gestes ; son sérieux et sa rigueur de toujours se voyait même dans sa façon de faire l’amour, et Miranda allait bien le voir. La Gardienne s’affaira à dégrafer l’attache de la combi’ au niveau du cou, puis la dégrafa sur le devant, finissant par libérer tout le faut de l’Elue.

« Si vous saviez à quel point nous avons toute attendue ce jour, Maîtresse … Je peux vous promettre que chaque femme présente dans ce vaisseau se dépasseront pour vous faire jouir, encore et encore, comme vous n’avez encore jamais jouie … » Lui confia Tanisha d’une voix douce. Son visage se dirigea vers sa poitrine, et ses mains prirent appui dans son dos alors qu’elle se redressa. Assise, avec Miranda à califourchon, elle était pile à la bonne hauteur pour commencer à honorer le corps sacré de Miranda Forge. Elle approcha doucement son visage, son souffle réchauffant la peau satinée de l’Elue, puis elle les déposa sur son cou. Tanisha comptait bien attiser le feu avant de passer aux choses sérieuses. Miranda avait certes les capacités d’encaisser directement un rodéo, mais la Gardienne désirait offrir la totale à sa maîtresse tant vénérée. Ainsi, elle se mit à lécher son cou, de manière assez … Révérencieuse. Sa langue caressait la douceur de son cou, et ses lèvres s’apposèrent ponctuellement pour faire de terribles succions, couplés à des baisers des plus sulfureux. La peau douce et parfumée de Miranda était un pur régal, et n’avait rien à voir avec tout ce qu’avait pu voir Tanisha jusque-là. Elle continua donc son petit jeu, descendant progressivement, tout en baisers et léchouilles, jusqu’à l’orée de sa poitrine si généreuse.

La jeune femme ne s’arrêta pas en si bon chemin, et entreprit donc de s’y attaquer. Ainsi, ses lèvres et sa langue file sur son premier mamelon, avec une sensualité certaine. Des coups de langues langoureux et appliqués, qui vinrent à flatter les durs tétons de sa maîtresse. Elle le pressa, le taquina, n’hésitant pas à appuyer dessus avec sa langue, avant de repartir embrasser son sein, et le creux de sa poitrine. Tanisha peinait à croire que ce jour heureux tant attendu était en train de se réaliser … Elle peinait à croire qu’elle était en train de faire l’amour avec l’unique et la légendaire Miranda Forge … Tout ceci ne fit que lui durcir la méchante trique qu’elle avait d’ores et déjà, finissant par bander férocement. L’afflux de sang faisait grogner son sexe qui était assoiffé très assoiffé, mourant d’envie de venir explorer le corps de l’Elue …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 271



Voir le profil
Fiche
« Répondre #29 le: Août 18, 2016, 05:02:18 »

Nue, la militaire au corps endurci s’approcha de la femme. Avec sa trique, Tanisha lui promettait un sacré rodéo, et Miranda se mit à frissonner. La PDG n’irait pas jusqu’à dire qu’elle était la femme la plus endurante de toute la Création, mais, au sein de Tekhos, elle aimait volontiers se classer dans le Top 3. À Tekhos, le sexe était une véritable valeur d’intégration sociétale, et, de la part de la PDG d’une des plus grandes firmes de cet État, il était normal qu’elle soit talentueuse dans ce domaine. Miranda suivait le mythe de la femme parfaite, de la Surfemme, et le sexe faisait partie des critères d’application. Dans sa jeunesse, et même après, elle avait suivi de multiples formations et entraînements destinés à améliorer l’ensemble de ses capacités et performances sexuelles. Tout ceci avait fait d’elle la créature qu’elle était actuellement, une femme terriblement endurante, sexuellement insatiable, qui jouissait sans arrêt, et faisait preuve d’une énergie qui rivalisait avec les prêtresses de Lust.

Elle vit donc Tanisha se rapprocher, dénouant un peu sa combinaison, mais sans la retirer.

« Hum... C’est bien, ne me déshabille pas trop vite...  Fais-moi l’amour comme les Tekhanes aiment le faire... »

Le sexe tekhan, par défaut, impliquait beaucoup de cuir et de latex. Tanisha retira juste le col, délivrant ainsi l’accès au cou de la femme, et déposa quelques baisers sur sa tendre peau. Elle se montrait douce, mais, quand Miranda caressa son dos, elle pouvait sentir cette puissante femme frémir de bonheur. Depuis combien d’années est-ce que ces femmes rêvaient de coucher avec elle ? Le sexe était un pilier de leur Culte, et a fortiori le sexe avec leur déité. Tanisha était-elle en train de réaliser son plus grand rêve ? Celui de s’unir avec Miranda, avec une femme qui dépassait son statut de femme ? À leurs yeux, Miranda était une surfemme, Déesse en devenir, et toutes allaient s’offrir à elle, sans hésitation. Ah ! Comment ne pas être excitée par ce spectacle, par toutes les promesses de ces créatures pleines de désir, frétillantes d’envie et de stupre ?

Miranda soupirait en sentant la verge de la femme caresser son intimité, écartant les jambes, les faisant frotter sur le lit, et alla poser ses deux mains sur chacune des fesses de la femme. Un cul bien charpenté, tendre et musclé, qu’elle pressa, le pinçant un peu, avant de sentir les mains de Tanisha dégrafer encore sa combinaison, filant le long de la ligne orange pour révéler l’accès à ses seins, qu’elle alla pétrir.

« Haaa... »

La PDG gémit de plaisir, ses seins se mettant rapidement à durcir, exprimant tout le plaisir de leur propriétaire... Mais, pourtant, et probablement à la surprise de Tanisha, Miranda secoua la tête, et arrêta Tanisha, posant ses mains sur ses joues, redressant sa tête.

« N-Non... Pas comme ça, Tanisha... Tu n’as pas encore mérité d’embrasser ma peau... Mon corps est le plus beau trésor de la Création, un corps pour lequel tu donnerais ta vie... »

Miranda referma sa combinaison, tout en laissant le col retiré. La combinaison moulant très bien ses formes, on pouvait tout à fait voir ses seins, avec les tétons, enroulés dans le latex. C’était aussi pour ça qu’elle aimait bien le latex. C’était une texture qui, bien traitée, pouvait mouler les formes à la perfection.

« Là... Embrasse et honore mon corps à travers le latex... Montre combien tu aimes et vénères ta Déesse, petite catin... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2] 3 4 ... 6
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox