banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Ab Origine Fidelis  (Lu 375 fois)
Copperhead
E.S.P.er
-

Messages: 69



Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 10, 2016, 09:11:11 »

En banlieue de Tekhos Metropolis, au coeur de l'ancienne zone inductrielle, la tempête fait rage. Une pluie torrentielle s'abat tandis que de puissants éclairs transpercent et déchirent le ciel de leur détonation et de leur flash électrique. Pourtant, à l'intérieur de cette véritable jungle urbaine d'entrepôt délabré, la fureur des éléments ne semble malgré tout pas suffisamment terrible pour faire complètement taire les sons provenant de l'un d'entre eux. À travers les vitres brisées, les flashs qu'on aperçoit et les déflagrations qu'on entend ne sont pas la conséquence d'un caprice météorologique, mais bel et bien le résultat d'un dialogue d'arme à feu.

À couvert derrière un pilier qui encaisse salves après salves, Copperhead tente de se maintenir à l'abri malgré que sa couverture se réduit à vue d'oeil devant la puissance de feu adversaire. Désorientée, incapable de déterminer le nombre ni la position de ses assaillants, la mercenaire se retrouve pour une fois dans une position particulière précaire. Le béton la protégeant tombe littéralement comme du plâtre qui s'effrite, et la jeune femme est bien consciente qu'elle sera rapidement sans aucun moyen de défense. Ayant épuisé bon nombre de ses gadgets, son équipement se retrouve réduis à son strict minimum. Acculée, l'ex-membre des Valkyries se retrouve obligé d'envisager une retraite tactique pour sauver ses miches d'un ennemi invisible et bien supérieur en nombre. Elle glisse sa main sur sa ceinture pour activer une espèce de balise qui se met alors à clignoter d'une lueur bleue.

Balançant une grenade explosive au shrapnel, l'explosion suivit de la dispersion des morceaux métallique vient mettre à mal les poutres maintenant la structure du bâtiment. Profitant de l'instabilité de la bâtisse qui commence alors à s'effondrer, elle fonce droit devant elle vers une fenêtre. Prête à passer au travers deux nouvelles détonations successives retentissent dans son dos, suivi d'une chaleur et d'une horrible douleur atteignant son épaule gauche et son flanc droit. Hurlant à la mort, elle arrive néanmoins à maintenir sa course même si son saut devient plus qu'approximatif au point que traverser le verre lui balafre méchamment la gorge et les cuisses. Propulsée pour le souffle de l'effondrement, son corps meurtri vient s'écraser violemment contre une poutre en métal maintenant les canalisations aériennes du site. Le choc est si rude que son épaule droit s'en retrouve luxée alors que la jolie borgne hurle de douleur.

Se redressant avec mal pour s'adosser assise à la poutre, alors que son sang coule dans l'eau de pluie recouvrant le sol parcemé de creux, sa vue commence à se troubler. Face au bâtiment détruis, elle semble distinguer quelque chose enjambant les décombres, une silhouette qui se retrouve rapidement rejoint par plusieurs autres. Incapable de reconnaître qui que ce soit, un flash de lumière vient soudain l'éclairer depuis le ciel à plusieurs mètres au-dessus du sol. Éblouis par le projecteur braqué sur elle, elle place sa main pour tenter de discerner une nouvelle fois les silhouette sans grand succès. Pendant ce temps, à ses pieds un espèce de grappin relié à long câble vient s'écraser au sol. Agrippant le mousqueton, elle l'attache à sa ceinture avant de se mettre en boule pour une extraction puissante dans les airs.

La douleur est insoutenable mais cela vaut toujours mieux que de finir dans un sac. Le drone file quant à lui en direction de la ville mais malheureusement ses ennemis semblent décidés à ne lui laisser aucune chance de fuite. En effet, un missile sol-air vient toucher l'aéronef qui perd rapidement de l'attitude pour finalement venir s'écraser dans les bas-quartiers de la ville basse, un véritable dédale où vivent les exclus et notamment les hommes de Tekhos. Avant de s'écraser, Copperhead a tout juste le temps de sectionner le câble la reliant à l'engin pour finir sa course dans un immeuble à moitié en ruine.

À demi-consciente, sa vision périphérique s'assombrit de plus en plus pour ne former qu'un tunnel flou. Tentant d'atteindre sa trousse de secours, cette dernière lui échappe des mains alors que les sons ne lui parviennent plus à l'exception d'un long sifflement. Tentant de récupérer sa trousse, elle essaye de toute ses force de maintenir une conscience ne serait-ce que partielle, mais son regard finit par se voiler complètement. Aveugle, elle tatônne avant de finalement s'écrouler allongée sur le sol, inconsciente et en se vidant toujours de son sang
Journalisée

Syria
Avatar
-

Messages: 54



Voir le profil
Fiche
Description
Une succube (je suis la fille de Tessia) + une humaine = une succube avec des sentiments comme l'amour, l'amitié, etc. Perturbant, n'est-ce pas ?
« Répondre #1 le: Juillet 13, 2016, 10:58:24 »

Cela faisait déjà quinze bonnes minutes que j’essayais de concentrer ma magie pour me téléporter comme ma mère me l'a appris. Je visualise l'endroit où je veux aller depuis ma chambre. J'ai choisi une vieille usine désaffectée, vide de toute vie pour éviter de causer des accidents. Je visualise donc le bâtiment en ruine et des flammes magiques apparaissent autour de moi, me léchant doucement les jambes. Elles grandissent jusqu'à me recouvrir entièrement. Elles s'évaporent ensuite et je me retrouve à un endroit très différent de ma chambre.

Je ne vois pas bien. Il me semble que je suis bien dans un bâtiment en ruine mais ce qui me gêne, c'est la nuit noire dans laquelle je suis plongée. Il était à peine midi quand j'ai lancé ma téléportation et celle-ci ne me permets pas de voyager dans le temps. Je libère un peu mes pouvoirs, transformant mes yeux pour voir dans le noir.
J'avance doucement, regardant bien où je mets les pieds pour éviter de traverser le sol fragile. Après une minute d'acrobaties, j'arrive à une fenêtre. De là où je suis, je vois une ville immense, bien plus grande que Seikusu, avec des gratte-ciels bien plus hauts. Je n'arrive même pas à voir le sommet de la plupart d'entre eux. Les lumières de la ville sont presque aveuglantes dans la nuit tant elles sont nombreuses mais celles qui m'interpellent le plus sont celles qui zigzaguent là-haut, entre les sommets des bâtiments.

- Mais je suis tombée où bordel ?

Je n'ai aucun élément de réponse pour l'instant et je n'ai aucune idée de quoi faire maintenant. Se téléporter à nouveau ? Trop risqué. J'ai déjà de la chance de ne pas m'être téléportée à un endroit trop dange...
Un bruit d'explosion non loin interrompt le cours de mes pensées. Il est suivi d'une forte secousse du bâtiment et d'un grand bruit de fracas métallique. Sans réfléchir plus que ça, je me précipite vers là d'où provenait le bruit de fracas sûrement dû à un accident. Je vais aussi vite que je peux, sautant parfois dans un trou menant à un étage plus bas pour gagner du temps. Je m'approche du lieu du crash et j’aperçois le véhicule quand je tombe sur autre chose qui attire mon attention.

Une personne est au sol agonisante. Au vu de ce qui l'entoure, je devine assez facilement qu'elle s'est éjectée du véhicule crashé un peu plus loin. Je la vois bouger très difficilement mais assez pour me montrer qu'elle est toujours en vie. Je cours vers elle mais le temps que j'arrive, elle s'arrête de bouger.

- Hé ! Madame ! Tenez bon ! Je vais vous aider !

Pas de réponse ? Tant pis. Je la tourne et observe l'étendue des dégâts. Elle a de fortes hémorragies à plusieurs endroits et a sûrement perdu connaissance à cause de la perte de sang. J'aperçois une trousse de secours mais je n'ai pas le temps d'aller la chercher, de mettre tout en place, etc. Je n'ai pas le choix, si je veux la sauver, je dois y aller à la méthode barbare. Je plaque mes mains sur les blessures et concentre ma magie pour générer des flammes. Heureusement que cette femme est évanouie sinon elle hurlerait à la mort. Mais mes flammes font leur effet et les blessures cicatrisent extrêmement rapidement. J'applique le même traitement à toutes ses blessures avant d'aller enfin chercher la trousse de soins.

Il y a un bordel monstre là-dedans. Des dizaines d'outils dont j'ai plus ou moins l'idée de l'utilité. Je m'en fous, je sais ce que je suis venue chercher et je ne tarde d'ailleurs pas à le trouver. Je prend la poche de sang et tout ce qui va avec et je fonce vers la femme blonde toujours évanouie. Avant que j'aie le temps de mettre en place quoi que ce soir, j'entends des voix qui s'approchent dangereusement.

- Trouvez-la ! Et si elle bouge encore, abattez-la ! Ne prenez aucun risque !

Mon sang ne fait qu'un tour. Je saisis la femme par le bras et je la place du mieux que je peux sur mon dos. Elle est lourde, surtout avec son équipement. Je me déplace lentement mais cela suffit pour m'éloigner des personnes qui me cherchent. J'aperçois une petite salle intacte avec une petite porte pour y accéder.
Je m'y précipite, dépose la femme au centre et retourne à la porte. Par chance, il y a un escalier de secours à côté. Bon, il est à moitié détruit mais on s'en sortira. Je peux donc fermer la porte et générer des flammes pour faire fondre la serrure.

Une fois la porte verrouillée, je retourne près de la femme toujours dans les pommes, en espérant qu'elle revienne vite à elle. Je ne sais pas du tout ce qui m'a poussée à la sauver. J'aurais pu la laisser, ça m'aurait évité d'être moi aussi dans la... Non. Je n'aurais pas pu la laisser mourir. Ça aurait été au dessus de mes forces.
J'installe tout le matériel pour remettre du sang dans le corps de la femme. Une fois cela fait, je regarde la pièce en me demandant ce que j'ai oublié. Ah oui, les fenêtres. Je ferme les rideaux et vérifie que tout est invisible depuis dehors. Je m'assois à côté de l'inconnue et me repose un moment, réfléchissant à ce que je pourrais faire à partir de maintenant.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox