banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Un réveil... surprenant (Stella+Grayle)  (Lu 963 fois)
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 07, 2016, 08:25:33 »

Inspiration.

Expiration.

Inspiration...

Grayle se met à gémir et bailler. Baillir ? Etrangement, il se sent bien, mais est victime d'un atroce mal de tête. Après de longues minutes d'intenses négociations interne, il ouvre les yeux et... ne vois qu'un mur. Bon. Ca n'a rien de surprenant en soi. Le monde est rempli de murs. Il est dans un lit, un lit au matelas doux et moelleux. Il ferme les yeux, poussant un long soupir. Qu'est ce qu'il est bien... nu et dans un grand lit aux couvertures épaisses. Il se sent comme une chenille dans son cocon.

Etendant ses jambes, Grayle touche quelqu'un du pied. Oh. Il ne s'est même retourné à vrai dire... mauvais réflexe Grayle. Il se retourne.

Elle est belle. Une belle chevelure blonde en bataille, yeux fermés, visage juvénile, une belle femme est allongée à côté de lui, dormant à poings fermée. Elle est étalée en croix sur le lit, l'occupant aux deux tiers, son doux visage tendu vers lui, comme si elle avait réclamé un baiser avant de s'endormir. Les draps cachent tout juste sa poitrine, laissant sa gorge ouverte aux quatre vents et de maigres épaules. Cette agréable vision (surtout au petit matin) ne tarde pas à faire de l'effet sur Grayle, dont la verge gonflée l'enjoint à embrasser ces fines lèvres roses et caresser ce corps qu'il devine doux et plaisant.

Mais il y a un problème...

Il n'a aucune putain d'idée de qui est cette femme. Même avec tous les efforts du monde, Grayle est incapable de se souvenir d'où il est, qui est cette personne, et comment ils se sont rencontrés. Un monstrueux trou noir. Il se redresse sur ses coudes, regardant autour de lui. Il est dans une chambre, coquette sans être surchargée. Les rayons d'un éblouissant soleil filtrent à travers les volets et les rideaux fermés de la fenêtre. Un bureau, une armoire, quelques souvenirs...

Il plisse les yeux.

Quelques photos de couple avec cette femme et un autre homme...

" Oh... "

Le sol, surtout, attire son attention. Partout par terre se trouvent des vêtements. Les siens, apparemment enlevés à la va-vite, mais aussi ceux de la femme, reconnaissant un soutien-gorge et une culotte en dentelle. Au pied du lit tronent son sac et sa sacoche, comme deux chiens fidèles attendant le réveil de son maître. Bon. Grayle y voit déjà plus clair sur ce qui s'est passé... A vrai dire, une odeur puissante et musquée de sexe et d'alcool alourdit l'air de la chambre.

Bon... que faire maintenant ? Réveiller la jeune femme ? Elle dort à poings fermés et semble bien contente de cet état de fait. Et si elle ne se souvenait pas de lui ? Ou pire, se souvenait de tout et se vexait qu'il n'ait aucun souvenir ? Devant ce choix ardu, Grayle décida d'attendre. Il se réenfonca dans le lit, s'allongeant sur le côté, et contempla la jeune femme, attendant qu'elle se réveille.
« Dernière édition: Juillet 07, 2016, 06:53:13 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Stella Fleuret
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juillet 08, 2016, 03:38:09 »

Tout doucement la jeune mère de famille commence à se remuer dans son petit lit douillet. Il est encore tot elle pense et les couvertures chaudes sont bien confortables et lui procurent un effet d'être comme dans un cocon sur son corps nu. Elle ne veut pas ouvrir les yeux, encore un peu fatigué et le réveil est assez difficile, la belle à quelques courbatures. Elle s'étirent alors et son bras entre en contact avec le corps de quelqu'un d'autre, elle sourit pensant que c'est son mari qui est rentré pendant la nuit. D'ailleurs c'est bizarre mais sur le moment elle n'a aucuns souvenirs de ce qu'il s'est passé la veille. Toujours les yeux fermés elle commence à poser sa main sur la cuisse de l'homme en lui disant tout en le caressant.

-Hmm c'est toi Snow, tu es rentré plus tot c'est génial je ne t'attendais pas avant deux ou trois jours.


La prof d'anglais passa donc la tête sous les couvertures, cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas vu et comme elle n'avait pas de réponses elle se dit qu'il était en train de dormir et qu'elle allait donc le reveiller de la meilleure des façons. Sa main remonta alors tendrement le long de sa jambe pour arriver sur ses bourses qu'elle massa doucement puis enfin sur son sexe qui était déjà assez gonflé, il devait faire un genre de reve plutot coquin pour avoir une érection comme ça. La blonde commença alors à le masturber lentement de sa main gauche alors que de la droite elle lui massait agréablement les bourses. C'était bizarre mais cette sensation ne lui était pas familière... comme si quelque chose clochait. Elle se risqua à ouvrir les yeux et tomba nez à nez avec le sexe d'une taille impressionante.

*Wow je ne me souvenais pas qu'il était si gros... en même temps ca fait plusieurs mois qu'on a rien fait tous les deux ils doit être aux bords de l'explosion... et je ne vais pas m'en plaindre*

Finit elle de penser alors qu'une forte odeur de sexe se rependait en dessous des couvertures excitant la jeune femme. Cette dernière approcha son visage du pieu de chair de son époux et commença à lui adresser plusieurs coups de langue, des petites léchouilles le long de sa tige en remontant jusqu'a sa verge bien gonflée qu'elle mit ensuite en bouche la recouvrant de salive de sa langue et continuant en faisant des vas et viens avec ces lèvres jusqu’à la moitie de la longueur de son membre. C'était étrange, Stella avait la bouche bien rempli et elle n'arrivait pas encore à la garde de son sexe... même dans ses souvenirs Snow n'en avait pas une aussi grosse et au fur et à mesure qu'elle le suçait elle remarquait également que le gout et l'odeur n'était pas la sienne. Le doute s'installa alors qu'elle mouillait doucement devant la puissance de cette érection qui lui semblait de plus en plus comme différente de celle de son mari. Elle releva alors la tête et les couvertures par la même occasion pour tomber nez à nez avec un parfait inconnu... C'est alors qu'elle sursauta en retournant de son coté du lit, emmitouflé dans les créatures elle lui cria.

-Haaaaaaaaaaaaa... mais.... qui etes vous et qu'est ce que vous fichez chez moi.... dans mon lit en plus et nu... allez vous en ou j'appelle la police !
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juillet 09, 2016, 11:31:50 »

Grayle avait courageusement décidé de faire semblant de dormir lorsque la jeune femme avait commencé à bouger. Il ignorait qui il était, et se disait que juger de sa réaction serait préférable. Aussi fermait-il les yeux, à l'affût de ses réactions, ses bras étendus comme s'il dormait, sa respiration calme et paisible.

Ceci dit, la réaction de la jeune femme le prit de court. Sa douce main se posa sur sa cuisse et elle le désigna du nom de Snow. Un retour ? Ainsi donc, ce Snow était en voyage. Il comprit aisément qu'il devait s'agir de son mari. Il n'y avait aucune raison qu'elle le confonde avec ce Snow (qui, vu les photos, ne lui ressemblais pas du tout), aussi jugea t-il qu'elle avait les yeux fermés. Ou était aveugle.

La suite surpris totalement Grayle. Sans mot dire, la jeune femme se glissa sous les couvertures et se mit à le masturber avec douceur, aggripant son sexe épais avec chaleur, caressant ses deux bourses remplies. Grayle bandait comme un fou ne s'attendant pas du tout à une telle réaction. Sentir ce corps fin entre ses jambes, ces cheveux longs sur ses cuisses... impossible de ne pas aimer cette sensation, et il dut lutter de toute ses forces pour faire croire qu'il dormait encore.

Puis, elle se mit en tête de le sucer. Ses lèvres étaient douces, sa bouche petite. Il cogna son palais avant qu'elle n'arrive à mi chemin. Mais elle continua, traitant sa verge avec toute l'attention du monde, léchant son gland et sa peau avec expertise. L'humidité brûlante de sa gorge le rendait fou. Il mourrait d'envie de forcer une gorge profonde, mais parvint encore à jouer le jeu.

* Ah... elle retrouve à peine son mari et le suce dès le réveil... ce type est vraiment chanceux... *

Il en était presque jaloux. Il venait à peine de se réveiller et une super femme était en train de lui faire une fellation du feu de dieu. Un homme honnête l'aurait directement arrêtée pour mettre fin au quiproquo. Mais voilà, Grayle n'était pas particulièrement honnête, et il prenait beaucoup trop son pied pour refuser un tel traitement. Il sentait le plaisir affluer le long de sa verge, la respiration de la blonde s’accélérer. Elle aimait ca presque autant que lui en plus, prenant un évident plaisir à lécher, sucer et avaler l'intégralité de sa verge pulsante et brûlante. Il serrait le tissu du matelas et des oreillers.

Cette sensation... elle n'était pas inconnue. Il la connaissait. Il l'avait déjà vécue, il en était persuadée. Et pas plus tard qu'hier soir...

Les draps se soulevèrent, et leurs regardes se croisèrent, double pairs d'yeux bleus se fixant quelques instants. Grayle ne lisait pas dans les pensées des gens, mais il pouvait distinctement l'entendre se dire " Ce n'est pas Snow". La réaction de la femme fut immédiate, et elle fit un bond de cabri en hurlant, atterissant de l'autre côté du lit, s'enroulant dans les couvertures comme si elles pouvaient la protéger, se cachant de lui. Elle bafouilla, le menacant d'appeller la police.

Bon, elle ne le reconnaissait pas. Génial. Elle non plus n'avait aucune idée de ce qui s'était passé.

" Ah... Attendez, ce n'est pas ce que vous croyez ! "

Grayle s'était levé et éloigné d'elle, les mains légèrement tendues vers le ciel, comme si elle le menaçait d'une arme, montrant qu'il en voulait aucun mal. Après cette divine fellation, n'importe quel homme se serait jeté sur elle pour continuer son affaire. Mais Grayle, même s'il crevait d'envie de la prendre là, maintenant, sur ce lit, contre un mur ou n'importe où dans le monde, discutait. Son épaisse verge était encore dressée, tendue comme une barre de fer et pointée vers la jeune femme, dégoulinant de salive et de pré-sperme, réclamant un corps à posséder. Dans sa fuite, la jeune femme avait emportée les couvertures, et il se tenait en tenue d'adam devant elle. Elle ne pouvait rien rater de son corps, son visage de statue, son sexe à l'épaisseur animale, ses muscles travaillés et son corps glabre.

" Je... je me suis réveillé dans votre lit et... je n'ai aucun souvenir de ce qui s'est passé hier ! Comment je suis arrivé ici ! "

Il se rendit compte qu'il venait de lui avouer s'être réveillé avant elle, et qu'il l'avait donc laissé se fourvoyer et lui faire une fellation en toute connaissance de cause. Bravo Grayle. Il remarqua qu'elle était restée muette.

" Heu... vous allez bien ? "

Ce que Grayle ne pouvait pas voir, c'est que son cou était marqué par 3 impressionnants suçons... et que ses épaules étaient striées par des traces de griffures passionnées.
Journalisée
Stella Fleuret
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 11, 2016, 02:24:52 »

Stella était toute tremblante, un parfait inconnu se dressait devant elle et dans tous les sens du termes en plus puisqu'elle avait une magnifique vue sur son membre en pleine érection juste devant son visage. Cet homme était plutot seduisant de prime abord mais elle n'en était pas rassurée pour autant. Elle savait qu'elle était une femme fragile, du haut de son petit mètre cinquante six elle n'était pas très impressionnante et si il le voulait il pouvait très bien la forcer a faire des choses qu'elle ne voulait pas. Pourtant il se montra au contraire plutot gentil, ne sachant pas lui non plus ce qu'il faisait ici, il prétendit s'être réveillé ici et ne pas avoir de souvenirs de la veille.... tout comme elle en fin de compte, alors que faisait une autre personne que son mari dans son lit... Ce dernier en profita pour s'excuser auprès d'elle et lui demandez si elle allez bien alors qu'elle réfléchissait.

-Oui...oui je vais bien.... j'essaye juste de me souvenir comment et pourquoi vous vous etes retrouvé dans mon lit....


Un rapide coup d oeil dans la piece lui montra une chambre assez dévastée, en effet tous leurs vetements étaient éparpilles partout en vrac comme si ils avait été retiré à la va vite, sans doute dans l'empressement en vue d'une autre action.... elle n'avait pas de souvenir de la veille et lui non plus... son mari était censé rentrer dans quelques jours et cela faisait plusieurs mois que le couple n'avait plus eut de relations sexuelles.... est ce que Stella avait craquée ? Non la jeune mère de famille en était incapable, ce n'était pas du tout son genre de faire ce genre de choses, du moins sobrement.... il fallait qu'elle se souvienne de la nuit dernière mais tout était si trouble, était elle sorti boire un verre.... cela avait il dégénéré ? Elle regarda alors l'inconnu et pu voir qu'il avait des sucons au niveau du coup et des marques de griffures récentes dans le dos, signe qu'il s'était bien passé quelque chose de son coté récement mais était ce avec elle... Elle descendit son regard vers son sexe et se souvenu alors qu'elle l'avait eut dans la bouche quelques secondes auparavant. D'une certaine manière elle avait déjà trompée Snow... Qu'avait elle fait, si jamais il venait à l'apprendre alors se serait la fin de son mariage, une forte odeur de sexe emplissait l'air de la chambre et elle dut se rendre à l'évidence, elle avait surement fauté la nuit dernière meme si elle ne s'en souvenait plus.

-Vous.... vous pensez que... vous et moi avions... flirtez la nuit dernière.... c'est impossible... je suis une femme mariée et .... jamais je n'aurais fait une telle chose.

L'homme était plutot bel homme et il pouvait etre totalement son type si elle avait été seule mais ce n'était pas le cas, et avec un paquet comme ça elle avait du surement prendre son pied si jamais c'était vraiment arrivé. Dommage qu'elle ne s'en souvienne pas... si c'était le cas et qu'ils avait vraiment couché ensemble alors c'était trop tard pour elle... Stella ne pouvait plus revenir en arrière.
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juillet 24, 2016, 12:18:38 »

La jeune femme semblait aussi déboussolée que lui, mais parvint à se calmer. Grayle notait qu'elle fixait régulièrement son sexe toujours en érection. Il faut dire que la vision qu'il avait en face de lui était très excitante. Dans une autre situation, il lui aurait proposé de remettre ca...

Il la regarda d'un air triste lorsqu'elle confessa être une femme mariée. Elle aussi pensait qu'ils étaient passés à l'acte la nuit dernière, et il fallait reconnaître que toutes les preuves convergeaient vers cet état de fait. C'était frustrant. Il ne se souvenait pas de son corps, les sensations qu'il avait du ressentir en la prenant. Et il voulait s'en souvenir.

" Je... je ne sais pas, peut-être que vous étiez triste ou seule ? "

C'était en général pour ces raisons que les femmes mariées et fidèles (ou se prétendant fidèles) craquaient. Peut-être avait-elle aussi cédée ? Il essayait de tenir le fil de la discussion afin qu'elle ne se mette pas à paniquer toute seule.

" Vous savez quel jour on est ? Ca serait utile pour savoir où vous étiez... "

Ils se regardèrent. Son sexe, toujours tendu, gouttait legèrement sur le sol.

" Vous auriez, euh... un mouchoir ou quelque chose comme ca ? Que je ne salisse pas tout... ou une douche ? Même si c'est déjà beaucoup demander... "
« Dernière édition: Juillet 30, 2016, 06:06:35 par Grayle le pérégrin » Journalisée
Stella Fleuret
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 31, 2016, 01:11:00 »

Que Stella était une femme triste et seule ? Oui c'était peut etre vrai, et elle avait craqué pour ça, rompre son serment de fidélité pour une chose aussi futile que du sexe, enfin futile c'est un bien grand mot, quand plus jeune vous etes habitué à coucher tous les jours avec votre compagnon et que d'un coup d'un seul lorsque l'enfant né il n'y a plus rien du tout c'est vrai que le changement est brutal, violent même, à un point que la masturbation seule ne suffit peut etre plus. Il enchaina ensuite en lui demandant si elle savait qu'elle jour on était, et a dire vrai elle n'en savait rien, le trou de mémoire était complet, impossible de savoir ce qu'elle avait fait la veille. C'était très dure pour la mère de famille de se retrouvait dans ce genre de situation avec un inconnu qui plus est nu devant elle.

-Non je suis désolé... je ne me souviens vraiment de rien...

En tout cas même si elle se souvenait de rien il y a des signes qui ne mentaient pas, l'odeur de sexe qui empestait la pièce et ce n'était pas du à sa petite fellation du matin, les griffures dans le dos de ce gars et le sucon dans son cou. Sans parler du fait qu'ils soient tous les deux nus dans son lit et qu'il se soit réveiller la. C'était impossible qu'il ne se soit rien passer hier soir, elle le savait à présent elle avait été infidèle mais elle ne s'en souvenait pas, c'était terriblement humiliant pour elle mais c'est alors que cet inconnu la tira de sa réflexion en lui demandant de quoi essuyer son membre.

-Hein euh quoi ...

Elle descendit son regard vers son sexe encore en érection d'une taille toujours aussi impressionnante. C'était tellement frustrant, elle avait du prendre vraiment du bon temps hier soir avec une si belle chose et pourtant pas le moindre souvenir... c'est alors que son sang ne fit qu'un tour dans sa tête, elle enleva les couvertures dont elle se servait de bouclier jusqu'a présent pour redevoiler son corps nu à cet étranger et commença à avancer dans sa direction.

-Non ! Je n'ai pas de mouchoir ou de douche à vous offrir, maintenant les choses sont clair j'ai effectivement fauté hier soir, avec vous, cela ne fait plus le moindre doute, et rien ne pourra jamais remplacer ce que j'ai fait... je suis une saleté de femme infidèle et j'en paierait les conséquences au retour de mon mari, mais pour l'heure je refuse de subir ça sans en garder le moindre souvenir ... alors on va remettre ça ici et maintenant.

Elle arriva alors devant lui et se mis immédiatement à genoux, son membre tendu devant son visage, elle le saisit d'une main et commença à le sucer de nouveau, reprenant gout à son parfum elle se détendit peu à peu, posant ses deux mains sur ses fesses en appui pour faire entrer son pieu dans sa gorge de tout son long la faisant suffoquer mais devant être terriblement bon pour lui. Elle réitéra l'opération plusieurs fois d'affilés alors qu'un léger filet de bave reliait ses lèvres à sa verge gonflé. Elle s'essuya la bouche d'un revers de main avant de lever les yeux vers lui.


- J'espère que tu es en forme parce que j'ai envie que la seule fois je sois infidèle vaille vraiment le coup et soit cette fois inoubliable...


Puis elle continua sa fellation en jouant avec sa langue sur son gland tout en lui massant délicatement les boules d'une main alors que de l'autre elle le branlait tout doucement mais bien bas jusqu'a faire ressortir sa verge parfaitement histoire de mieux la recouvrir de salive...
Journalisée
Grayle le pérégrin
Humain(e)
-

Messages: 289



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Août 08, 2016, 01:28:41 »

La réponse et l'attitude de la jeune femme furent une vraie surprise pour Grayle. Pas une mauvaise surprise bien sûr, au contraire. Alors qu'elle s'agenouillait devant lui pour prendre son sexe en bouche, il comprit qu'elle voulait profiter au maximum de son méfait. Un peu comme ces enfants qui, comprenant qu'ils vont être découverts, préfèrent manger le pot de nuttela en entier afin que la punition vaille le coup. Comprenant qu'elle avait fauté, la jeune femme, qu'il devinait sage et respectueuse, était prête à se transformer en trainée avide de sexe. Il lui caressa les cheveux en soupirant, alors qu'il sentait, et surtout, voyait sa langue caresser ses bourses. Hum, ce regard....

Il la laissa le sucer un long moment, engouffrant son dard épais entre ses lèvres, s'envfoncant dans sa gorge en râlant de plaisir, tandis que la pauvre suffoquait. Elle repris la parole, les lèvres dégoulinantes de fluides, le prévenant qu'elle désirait le voir en forme. Il se mit à sourire. Si elle savait...Grayle n'avait aucune limite d'endurance. Il pouvait la limer toute la journée qu'il serait encore en état de continuer. Elle reprit son activité, le masturbant et le sucant en même temps, comme une vraie professionnelle. Il bandait si fort qu'il en avait mal, et tremblait presque.

"Oh, ne t'inquiète pas... tu aura tout le sexe que tu veux... " dit-il avec un sourire carnassier. Ses mains se posèrent sur les joues chaudes et rougies de la jeune femme délicate. Puis, il attira son visage contre lui, écrasant le nez en dessous de son nombril. Il s'enfoncait entièrement en elle, la laissant suffoquer quelques instants, avant de reculer, puis de revenir d'un coup de bassin. La fellation se transforma en une irrumation profonde et pénétrante, langoureuse et puissante dans laquelle sa verge s’enfonçaient le plus loin possible dans la gorge de la jeune femme, l'irradiant de son odeur musquée, une odeur dix fois plus forte que celle qui avait envahie la chambre. Elle avait la gorge chaude et la lanuge humide, et il adorait sentir ses mains fines presser ses fesses alors qu'il s'enfoncait encore et encore dans sa bouche.

Le manège dura de longues minutes durant lesquelles il ne laissa aucun répit. Puis, poussant un long râle, il forca la mère de famille à le prendre en gorge profonde, et il lâcha de longs jets de semence chaude, poussant un "aaaaaaah... " de plaisir, avant de se retirer, la laissant reprendre son souffle et tousser. Lorsqu'elle eu finie de reprendre ses émotions, en se redressant, elle pouvait voir que sa verge était toujours aussi dure et longue. Il la souleva par les épaules, la déposant sur le lit, avant de la rejoindre.

" Crois moi que tu ne va pas m'oublier de si tôt... "

Il avait envie de la prendre, là, tout de suite. Mais il se fit violence et se retint. A la place, il enfonca deux doigts dans son intimité trempée et, sans plus attendre, commença à la masturber frénétiquement.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox