banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Venez jouer avec nous !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Futur(s) possible(s)  (Lu 858 fois)
Hinata/Nora
Humain(e)
-

Messages: 666


Princesse d'Edoras


Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 05, 2016, 09:36:38 »

Bonjour, ce fanfic se base en croisant plusieurs rp fait avec mes partenaires (pour cet épisode, seulement PAK (Kirikko/Sha et Hinata/Shunya)) afin d'introduire un possible futurs liant leur progénitures d'une façon ou d'une autre avec bien entendu rien de vraiment officiel. Comme le dis le début, le futur est incertain mais voilà ma vision des choses. Au cours des futurs épisodes, cela changeras un peu, je ne veux pas toujours faire la même chose en changeant seulement le nom et le lieu des personnages cités. Donc voilà, en espérant que cela vous plaise, bonne lecture ^^

Princesse & Sorcière

Le futur est incertain. Qui peut dire exactement comment cela va se dérouler ? Si par chance une personne peut nous prédire le futur et que nos actions le changent, cela sera donc faussé ? Oubliant ce futur A pour un futur B qui a été provoqué pour éviter la première option. Le futur est une chose que l'on ne peut maîtriser, comme tout voyage temporel, le moindre petit changement anodin peut tout changer. Certains théoricien se penche sur le fait que, quoi que l'on fasse, le futur est écrit et doit se dérouler tel quel, d'autres se penchent plutôt sur le fait que l'homme peut modifier cela, en bien comme en mal et d'autres pensent plutôt que le présent est un arbre. Un arbre qui a des milliers de branches, toutes symbolisant un futur possible. Difficile de penser que le moindre objet manquant ou non à sa place peut provoquer de gros changements sur le futur et pourtant, c'est là toute la complexité de la chose. Face à ce futur incertain, penchons-nous sur une ligne temporelle, une ligne qui semble bien calme et idyllique. Notre arbre vient tout juste de fêter le dernier mariage en date à Edoras, celui de la nouvelle reine Hinata Kaguya et de sa promise, Shunya Shizuka, devenue Shunya Kaguya. Suivant cette branche dans une direction des plus calmes pour elles, notre récit prend place environs dix-sept printemps plus tard...

En début de soirée, lorsque le voile de la nuit commence à se poser sur l'horizon, la paix semblait toujours bien installée ici. Les gens sortent un peu pour se changer les idées, aller travailler pour ceux qui ont le travail en soirée, les touristes se plaisaient à découvrir les saveurs locales et les lieux touristiques, la vie était paisible à Edoras. Depuis toutes ses années, bien des choses avaient changé sur ce royaume, bien que physiquement, ce soit toujours la même chose, les mentalités ont changé. Hinata Kaguya et sa femme ont finalisé bien des choses, des lois ont été modifiées, des interdictions ont été levées. Mais certaines choses sont resté les mêmes. Pour le moment, aucun homme ne peut travailler au temple de la Lune mais ce n'est que temporaire, elle voyait comment changer cela mais bien que sa femme pût lui faire changer des choses, il y a une chose sur laquelle elle restait inflexible même après tant d'années de mariage. Le droit à la couronne. Elisa Kaguya a commencé à bâtir ce royaume sur cette idée et elle maintient cela. Cependant, si les prochaines reines veulent changer cela, elles en auront le droit. Mais Hinata Kaguya était très attachée aux traditions et les dix reines avant elles n'ont jamais remis cette loi en question. Pas même sa mère qui était pourtant bien décidée à changer les mentalités, pas une seule fois dans ses notes, elle avait vu qu'elle voulait changer ce point. Que les choses changent, c'est bien mais une femme au pouvoir, ça restait important pour Edoras.

Dans une des chambres du palais, la paix régnait ici aussi. La chambre était propre, bien rangé, typique du mobilier d'Edoras, de ses traditions. Pas une poussière au sol hormis quelques poils blancs, une décoration très sorbes avec sur la table de chevet un cadre avec plusieurs petites photos, que ce soit elle avec ses parents étant bébé ou son amie, il régnait dans ce cadre une joie de vivre. La jeune femme lisait un livre en silence, plongée dans son roman alors que sur le sol, son tigre Yuki, un gros tigre blanc offert par la reine de Papua baillait de fatigue en se préparant à ronfler dans très peu de temps. Rien ne semblerait briser cette image paisible et rassurante, alors que la porte-fenêtre était entrouverte, laissant apercevoir quelques lumières paraître dans le jardin, entre les cerisiers, un petit vent soufflait, à peine puissant pour faire bouger le mince rideau, faisant à peine remuer une des oreilles de Yuki qui continua de chercher le sommeil, ne sentant aucun danger chez cette invitée que la tigresse connaissait bien. Comme le vent silencieux, ce dernier avait amené une autre jeune femme dans cette pièce, la peau couleur caramel, des cheveux longs et noirs comme la nuit, des yeux aussi dorés que les étoiles du ciel, une tenue inspirée d'Edoras en plus courte et osée. Plutôt grande, des formes avantageuses et un sourire plein de sous-entendus, elle resta devant le petit balcon de cette jeune femme, attendant que cette dernière la remarque mais il faut croire que son livre l'avait vraiment kidnappé.

« Il faut vraiment que ce livre soit des plus torride pour que tu m'ignores ainsi. »

Surpris par la voix sortie de nulle part alors que pourtant, elle était figée là depuis quelques secondes, la jeune femme sursauta avant de se tourner vers son invitée. Depuis quand était-elle ici ? Yuki ne bougea pas une oreille pour autant alors que la jeune femme semblait se trouver bien idiote dans son lit à contempler la jeune femme venue la voir ce soir.

« A-Arya-san ?! Mais... mais c-comment ? Mais la barrière... »

« Blablabla, tu auras beau avoir une ange comme nounou ou les meilleurs ' mages'' du coin, je suis sûre que s'ils me repèrent, ce ne sera pas avant une bonne demi-heure, voir plus. Ne m'insulte pas s'il te plaît, tu sais très bien que je ne suis pas une simple fille débarqué de nulle part. Bon alors, ton bouquin, il est érotique à quel point ? » dit-elle en se rapprochant du lit en lui prenant son livre des mains en observant l'écriture d'Edoras, des kanjis alignés à la verticale... elle n'y comprenait rien.
« Oh mais rien de tout cela. En fait le livre parle plutôt des différentes interprétations de l'amour, de la vision différentes des gens dans un même cas et... des différents... aspects... » la demoiselle voyait bien qu'en quelques mots, elle avait dégoûté Arya de ce livre...
« Mouais... j'ai lu assez de bouquins dans ma vie pour en lire un de plus qui sera inutile. Alors... Rien à me demander ? » fanfaronna-t-elle en s'installant dans le lit de la jeune femme, s'allongeant à moitié sur les couvertures.
« Oh mille excuses, comment était ta journée, Arya-san ? » vu le visage de sa partenaire, elle n'attendait pas vraiment cette question mais elle y répondait quand même. Elle avait l'habitude avec elle après tout...
« Bah, la routine. Entraînement magique, aide à la magie avec mes petites sœurs, éducation magique, BREF ! Que des choses magiques qui font ressembler chaque jour au précédent. »
« Je comprends cela. Nous vivons la même chose à quelques détails près mais au moins, cela est une assurance de bien connaître notre domaine et de pouvoir être digne de notre rôle une fois le moment venu. »
« Toi peut-être mais moi, c'est pas comme si j'allais prendre la place de ma mère demain. Elle est pas prête de se laisser mourir comme ça pour commencer et de deux, je plains le fou qui voudrait lui tenir tête... Sérieux quoi, ta jamais vu ma mère en colère, c'est le genre à... Oups ! »


Interrompue en chemin, la jeune femme tourna la tête vers la porte de sa chambre sur laquelle on frappait doucement dessus avant qu'une voix ne demande à renter. Sa tête dépassa la porte pour s'assurer que tout allait bien ? Le gros tigre blanc, sa fille, tout était ok.

« Tout va bien ma chérie ? Tu as l'air agité ? »
« O-oui maman, j'étais juste trop plongé dans mon livre et tu m'as surprise, c'est tout. Que puis-je faire pour toi ? » dit-elle en regardant la place vide à ses côtés, à croire qu'elle avait halluciné ? Hinata se rapprocha pour s’asseoir sur le bord du lit, en douceur, une main constamment posée sur son ventre rond. Vu la taille, la reine d'Edoras était enceinte de sept ou huit mois.
« Eh bien vois-tu, demain j'ai une réunion importante que je ne peux manquer, ni moi, ni Shunya donc, pourrais-tu veiller sur tes sœurs demain ? Enfin, surtout les plus jeunes, les autres sont bien assez grandes pour s'occuper de leurs côtés. »
« Si cela peut te rendre service maman, je le ferais, oui. »
« Merci mon petit cœur, nous avons de la chance de t'avoir pour fille. »
« Dis maman... tu as toujours dit que je serais libre de me marier avec qui je souhaite ? »
« Bien sûr. Edoras a toujours eu des reines qui se sont mariées par amour, non pas obligation. À moins que tu soit amoureuse d'un monstre, d'un tueur en série ou de notre pire ennemi, je ne me vois pas refuser ton bonheur si tu y as bien réfléchi. Enfin, nous avons la chance de n'avoir aucun ennemi donc je peux rayer cette possibilité. Tu as une idée en tête, c'est ça ? »
dit la reine avec un petit sourire malicieux.
« Non maman, je voulais juste m'en assuré... de plus, je ne sais rien vraiment de l'amour. C'est un terme trop vague, décris par les gens de façons si différentes, pour vous deux, vous êtes pareils, vous vivez sur un petit nuage rose. Pour d'autres, leur bonheur et amour se passent après une dispute avec des goûts très différents l'un de l'autre, c'est bien trop... étrange à décrire. Comment savoir si j'aime quelqu'un si je ne sais même pas ce que c'est ? »
« Oh mon petit cœur, c'est simple pourtant ? Visualise-toi avec cette personne dans cinq ans, dans dix ans, dans vingt ans. Si tu te vois heureuse avec elle, avec une belle et adorable petite famille, c'est que c'est une bonne chose et, oh ! »
Hinata s'était arrêté en regardant son ventre, le caressant doucement.
« Je peux le toucher maman ? »
« Évidemment. Ta petite sœur souhaite elle aussi te rassurer on dirait... »
« Kagami-chan... Onee-san est là... Repose-toi bien encore, il n'est pas l'heure de sortir... »
« Repose-toi aussi mon petit cœur, tu as l'air fatigué et ne pense pas à cela. Tu es jeune et crois moi, quand tu seras vraiment amoureuse, tu le sauras. Bonne nuit, ma fille. »
« Bonne nuit, maman. »


Hinata quitta la chambre en fermant doucement la porte, Yuki dormait toujours au sol, de légers ronflements se faisaient entendre mais l'instant d'après, un soupir se fit entendre à côté de la jeune femme, surprise de revoir son amie de retour. Elle qui avait pourtant disparu avant l'arrivée de sa mère, la voilà de retour ? Mais comment ? Ce genre de question se lisait facilement dans le regard de la jeune femme alors qu'Arya souriait, se plaisant de lire l’incrédulité dans les regards des autres.

« Un simple sort d'invisibilité voyons. Si tu avais bien regardé, tu aurais vu que certaines parties de ton lit étaient toujours là, épousant mes formes. Quand même... quelle niaiserie tout ça ! Tu m'as rappelé Abby pour le coup... Les petits mots doux avec sa maman, toucher le ventre quand le bébé remue... T'avais plus qu'à te teindre en blonde pour lui ressembler. »
« C'est pourtant beau et unique de sentir le bébé bouger dans le ventre. »
« Moui mais c'est le genre de truc à essayer une fois, quand tu as touché un ventre, tu les a tous touchés. Puis franchement tes questions... c'est quoi l'amour ? Une chance que je me suis retenu de rire ! »
« Tu le sais peut-être toi ? »
« Moi ? J'ai déjà fait l'amour et dans des positions que ton esprit innocent n'oserait même pas imaginer ! »
« C'est différent. Faire l'amour et aimer sont deux choses à part bien qu'elles puissent s'unir. Beaucoup de gens font l'amour sans pour autant s'aimer. Comme mes parents ou les tiens s'aiment mais certains font cela pour un soir ou de temps en temps sans se dire qu'ils s'aiment. »
« L'amour est un truc bien chiant si tu veux mon avis, tu l'as dit toi-même, il y a bien des définition et des façons de faire. Disons qu'on peut voir ça comme une couleur. L'amour est comme le bleu. Que ce soit clair ou foncé, du bleu reste du bleu mais certain y verront un bleu ciel, un bleu azur, cyan, bref, chacun sa façon de voir la chose... »
« Néanmoins, je pense que le conseil de ma mère était vrai. S'imaginer avec la fille qu'on aime dans plusieurs années.... »
« Imaginer, c'est à la porter de tous. SI je m'imagine bien dans dix ans avec des tentacules à la place des bras, ça ne veut pas dire que cela va se passer ainsi voyons. Et puis cette question, tu pensais à qui, hein ? Tu pensais à moi, c'est ça ? Hum ? Tu veux déjà que je vienne te coller un marmot dans le bide, comme avec ta mère ? »


Arya semblait soudainement d'humeur joueuse, venant doucement se placer devant sa partenaire, pour l’empêcher de fuir en plaçant ses mains sur les pans de sa robe de chambre, écartant doucement cela pour laisser voir la peau et la rondeur de sa poitrine. Elle ne voyait rien pour le moment, juste un début de belle chose en perspective mais Arya ne forçait pas non plus, elle titillait. Jusqu'à une question sans rapport de la part de la jeune femme.

« Arya... te souviens-tu de notre première rencontre ? »
« Hein ? … C'était ici, au palais non ? »
« Oui, dans le jardin plus précisément, nos parents bavardaient ensemble, on allait s'amuser dans le jardin et je m'étais trop rapproché du bassin aux poissons pour les observer. J'ai fini par tomber dedans et même si ce n’était pas profond, ça l'était pour une enfant. J'ai commencé à m'agiter et tu m'as tiré de là avec ta magie avant de me crier dessus. Tu m'avais traitée d'idiote avant que je ne me mette à pleurer. Tu m'as alors prise dans tes bras et tu m'as fait un câlin, tu m'as rassuré jusqu'à ce que j’arrête de pleurer... »
« Oui... et alors ? »
« Alors j'aime ton côté taquin évidemment mais sans en être sûr, c'est depuis ce moment que je me suis mis à t'aimer... je crois. »
« Tu m'aimes depuis si longtemps ? »
« Je n'en suis pas sûre... la question me hante mais je n'ai pas la réponse. Cependant... si tu veux bien retrouver cette partie de toi si attentionnée... je pense que je serais prête. »
« Prête à quoi ? Me déclarer ta flamme ? C'est un peu ce que tu as fait non ? »
« Prête à t'offrir ma première fois. »


Sur le coup, Arya en était stupéfaite ! Elle connaissait cette fille depuis ses quatre ou cinq ans et elle avait toujours été le genre de fille timide et coincé, n'osant même pas prononcé le nom de certaines parties de son corps, même en restant correct ! Et là, elle voulait bien faire ça ?! Alors qu'au mieux, Arya avait réussi à l'embrasser que quelques fois ?! Qui était dans ce corps ?!

« Tu as conscience de ce que tu dis ? Sais-tu au moins comment cela fonctionne quand deux personnes font l'amour ? Il ne s'agit pas d'un simple petit baiser et de cont... »
« Je ne suis pas stupide Arya-san... Ce n'est pas parce que je n'en parle pas que je ne sais pas. Je sais parfaitement de quoi je parle. Cependant... j'aimerais que cela soit aussi comme une sorte de promesse. Pour toi, comme pour moi. Je veux que demain, nous écrivions une lettre avec tout nos ressentis, des choses que nous avons sur le cœur, que nous avons exposé ensemble. Je veux comprendre tes sentiments à mon sujet et tu en sauras autant sur moi. Ainsi, si notre vision des choses coïncident... »
« Je serais ta petite amie ? C'est ça ? »
« Arya-san, je suis sérieuse. Tu essaies sûrement de masquer tout cela derrière ton assurance mais je suis au courant. Je sais que parfois tu venais ici quand je dormais. Tu m'observant au pied du lit ou parfois, tu dormais même avec moi. En tout bien, tout honneur je présume mais une nuit, je me suis réveillée et je t'ai vu dormir si paisiblement que je n'ai pas pu m'empêcher de me blottir contre toi pour y trouver le sommeil. »
« Très bien... On fait comme ça, ceci n'engage à rien et je te promets de ne pas aller trop loin tant que nous ne sommes pas fixées. Mais cela dit... qui commence à jouer avec qui ? Tu veux sentir mon corps avec tes mains ou ta petite bouche ou bien... tu me laisses te donner un avant-goût de ce que tu ressentiras ? »


La jeune princesse hocha la tête sur la seconde option, les joues rosie, il faut croire qu'elle était prête jusqu'à un certain niveau mais Arya saura faire avec. Elle se pencha d'abord sur elle pour l'embrasser pour dissiper ses doutes et ses craintes, un simple et long baiser tendre pour lui faire parvenir ses sentiments. Positionné au-dessus de son corps, lui-même a moitié caché par les couvertures, les longs cheveux noir d'Arya tombait sur le lit pendant que son visage se collait à celui de son amie. La jeune femme gardait ses mains sur le lit, pour se maintenir pendant que sa langue se frottait contre celle de la jeune femme. Même si elle semblait avoir une certaine assurance, cela était vite rattrapé par sa timidité, laissant la jeune femme à la peau couleur caramel mener la danse. Volontaire ou non, leurs paupières se fermaient durant cet échange buccal, ne laissant dans la chambre que les ronflements de Yuki se faire entendre et leur petit gémissement audible quand elles séparaient leur bouche pour reprendre un peu d'air retournant bien vite reprendre leur baiser. Arya se tenait plus qu'à une main, faisant grimper la seconde dans son cou, remontant doucement sur sa joue, allant se perdre dans ses cheveux tout aussi noirs que les siens mais bien plus doux que ceux d'Arya – de son point de vue. Elle rompit le baiser pour aller souffler quelques mots à l'oreille de sa partenaire.

« Il n'est pas trop tard... si tu changes d'avis, dis-le-moi... mais sache que plus nous avançons, plus j'ai envie de toi. »

Cela avait le mérite d’être franc. Mais la princesse restait muette, un léger sourire et opina du chef pour la laisser continuer. La semi-Déesse ouvrait doucement ce qui servait de robe de chambre à sa camarade, venant baiser son cou pour descendre doucement sur l'un de ses seins. Ses lèvres baisant cette zone tendre, sa main venante vérifiée si la même chose était le cas sur le second sein, en effet, c’était bien là. La douceur, l'odeur, le moelleux de cette zone, ça la rendait toute chose, l'une comme l'autre. La princesse n'avait pourtant as une poitrine aussi grosse qu'Arya mais elle n'avait rien d'une planche à pain. Les baisers venaient e changer en coup de langue sur la petite zone, ce petit morceau de chair qui rendait la surface moins lisse, dressé à la surface, déjà bien dure alors qu'il était si mou. Arya le léchait doucement, le plus souvent à coups de langue, ce qui avait pour effet de faire doucement gémir la jeune femme. Mais quand ses lèvres entoureraient cette zone et qu'elle le suça, même doucement, le petit gémissement qui s'en échappait fut si mignon que ça en coupait Arya, qui voyait sa partenaire retenir ses cris avec ses mains.

« Eh bien dis donc ? Tu aimes autant cela ? Peut-être que si je suce assez fort, il y aura du lait qui va en sortir ? »
« Arya-san... »


Toute gênée, cela faisait aussi le charme de cette file mais Arya reprit les choses en mains, toujours en léchant et en suçant cette zone, elle savait que cela ne laissait en rien sa partenaire indifférente. Que ce soit une surprise ou une chose qu'elle adore vraiment, Arya comptait user de cette faille aussi souvent que possible. Même si Arya y trouvait son petit coin de paradis en passant sa bouche d'un sein à l'autre, les mains de la princesse qui la repoussait doucement la surpris, de même que ses mots.

« Arya-san, je... je veux aussi le faire. Te le faire... »

Les joues roses, elle ne semblait pas réussir à dire lui lécher, sucer, manger les seins mais elle avait compris. Arya se redressa sur elle, chevauchant la jeune femme, Yuki dormait à poing fermé alors que la jeune femme venant doucement tirer sur son obi, sans le détacher totalement mais sa poitrine généreuse s'offrait à sa partenaire, bien rebondi, bien tendre, elle aurait de quoi s'amuser.

« Contrairement à toi... je peux t'offrir du lait si tu y tiens... »

Arya eut pour seule réponse un regard fuyant et des joues roses avant de sentir avec lenteur la bouche se poser sur sa poitrine. La princesse semblait bien prude et pourtant si gourmande, la généreuse poitrine de la jeune femme remuait sous les coups de langue et les mouvements de sa bouche dessus. Elle n'usait pas de ses dents mais elle se faisait vraiment plaisir a lécher et sucer cette zone. Arya caressait les cheveux de sa partenaire, aussi noir que les siens, gémissant devant la gourmandise de cette dernière. Elle qui s'attendait à la voir à peine embrasser sa poitrine du bout des lèvres, elle avait peut-être trouvé son point faible ? Elle maintenait sa tête contre son sein même si elle en avait nul besoin, caressant ses longs cheveux noirs en soupirant de plaisir. Mais voilà, sans bouger le moindre petit doigt, la demoiselle recula soudainement sa tête en se léchant les babines, observant la semi-déesse avec étonnement.

« A-Arya-san, tu as... tu... »
« Quoi ? Ose dire que cela te déplaît ? C'est délicieux n'est-ce pas ? »


Arya s'amusait à provoquer et à rendre sa partenaire morte de honte, fuyant à nouveau le regard, n'osant plus se jeter sur elle. Elle lui avait coupé l'envie ? Loin de là mais sa petite camarade semblait avoir du mal à répondre à son corps. Arya prenait sa tête entre ses mains pour lui baiser les lèvres doucement.

« Dis-le moi, dans les yeux... »
« C'est... délicieux, Arya-san... »


Elle avait de si beaux yeux jaunes dorés, si envoûtant, si beau, comment lui mentir, comment fuir un tel regard perçant ? Heureuse de cette réponse, elle lui plongea le visage à nouveau dans sa poitrine en venant se cambrer contre elle. Le plaisir était là, contre elle, si délicat et si gourmand. Elle, si timide venait doucement la serrer contre elle, même si ses mains ne la caressaient pas, elles avaient au moins le mérite de la maintenir contre elle.

« Huuuuum, oh oui.... Continue ma belle... Haaaaa, comme ça... hum, hihi, tu as très soif dis-moi ? Continue... j'ai tout ce qu'il te faut... »

Elle ne la savait pas si gourmande et si envoûtée par sa poitrine mais ce n'était pas pour lui déplaire. Ses parents lui ont souvent dit que sa beauté était ravageuse, envoûtante, il faut croire qu'elles avaient raison, elle ne pensait pas que son amie allait se transformer comme ça, pour elle. Donc, soit elle avait bien caché son jeu durant toutes ses années, soit Arya avait le don pour faire basculer les timides dans le côté obscur du sexe ? Après quelques minutes de plaisir, elle repoussait doucement son visage en la regardant avec un sourire bien mielleux même si la suite ne sombrait pas dans une bulle de romantisme pure et dure.

« Que dirais-tu de me retirer ma tenue à présent, hum ? Tu n'es pas curieuse de voir ce qui se cache dessous ? »

Sans un mot, la princesse serrait ses lèvres très fort avant de doucement tendre ses mains et tirer sur l'obi afin de pouvoir lui retirer ses vêtements et là, elle eut une surprise qui lui donna de grands yeux quand elle les redressa vers sa partenaire.

« M-m-mais mais mais... A-Arya-san ! T-tu n'a p-p-pas de... »
« Quoi de culotte ? Non, je n'en mets jamais quand je te rends une petite visite nocturne. J'en mets quand il fait froid mais sinon, même en général, la journée si je peux éviter. Et ne soit pas si prude... je sais que tu n'en portes pas non plus. »
« Mais c'est différent ! Je comptais dormir, il est plus naturel de dormir ainsi mais toi.. t-tu t'es invité ici et... et... »
« Rassure-toi, je ne savais pas ce qui allait se passer ce soir mais du coup, j'ai bien fait. Quoique ? Tu aurais préféré me la retirer peut-être ? Si ce n'est que ça, je peux piocher dans tes dessous et tu viens me la retirer toi-même ? »


Elle en rougissait en refusant son offre. Halala, si timide et si mignonne à la fois. Arya se pencha sur elle en frottant le bout de son nez contre le sien. C'était une chose que sa mère lui faisait souvent et ça avait le don de la calmer. Était-ce la même chose avec son amie ?

« Je vais commencer à nouveau en t'offrant un délicieux bonbon. Je te laisse la façon dont tu veux le manger mais... mange-le entièrement. »

La princesse ne semblait pas trop comprendre que son amie voulait ? Cette dernière s'avançait sur elle ? Ses genoux et ses tibias venaient bloquer plus ou moins ses épaules alors que son visage faisait face à... à... La pauvre ne rougissait furieusement sans pouvoir décrocher son regard de cette jolie fente humide entre ses jambes. Cette même petite boule au-dessus et... elle était imberbe ? Ou épilé peut-être mais cela avait l'air aussi doux que sa poitrine. Par contre... de con côté c'était tout le contraire. Holala, si elle le fait aussi, ça va être la honte ! Mais cette pensée ne lui venait pas de suite, pour le moment, elle se retrouvait face à l'intimité d'Arya et autant dire c'était perturbant.

« Eh bien tu attends quoi ? Elle ne va pas te manger tu sais. C'est à toi de me la manger. Oh et sache que pour te motiver, je lui ai donné un goût spécial, une petite chose que tu adores mais je te laisse deviner quoi. Pour ça, il suffit d'user de ta langue. »

Cela semblait si simple pour elle mais elle, elle n'a jamais fait... ça. Doucement, elle approcha ses lèvres tremblotantes près de son intimité, jetant parfois un regard sur Arya, de peur de faire face à une mauvaise blague et en fermant les yeux, elle venait déposer un tout petit bisou sur son intimité. Quoi c'est tout ? Même Arya se demandait si elle blaguait ?

« Tu n'es pas sérieuse quand même ? »
« Mais j'ai fait ce que tu as dit ? »
« Tu rigoles, je t'ai dit quoi ? Manger ! Alors fait moi plaisir de me faire plaisir ! Sinon c'est moi qui te la fais bouffer. C'est peut-être ça que tu attends, hum ? L'idée de te rouler une pelle avec ma petite chatte me tente bien... pas toi ? »
« Arya-san... évite d'être vulgaire... »
« Oh oh, tu appelles ça de la vulgarité ? Mais ma chérie, je suis innocente là et puis, soit franche, tu trouves cela amusant ? Excitant ? Je le sais, on est tous ainsi ma chère. Bon, tu t'y mets ? Une fois que tu y auras goûté, tu vas adorer alors, au travail. Trois... deux... un ? »


Elle semblait hésité mais qu'elle s'y mette ou non, Arya lui tomba dessus, ses lèvres intimes contre ses véritables lèvres, elle fut étonnée, d'autant plus qu'avec cette vue en contre-plongée, Arya était... encore plus séduisante ? C'était peut-être son côté autoritaire qui lui plaisait pour le coup ? En tout cas, la princesse avait trouvé ce qu'elle a voulu dire. Ses lèvres et même sa petite boule, ça avait un goût de caramel ! Arya était un énorme caramel bien mou et délicieux. Elle n'en voulait plus du tout à Arya, là, oh, elle était tellement ravie de faire passer sa langue sur cette partie si intime de son amie. Une fois séparé ce ne sera pas la même chanson mais là, elle adorait tout simplement, elle pourrait continuer de lécher cette zone longtemps encore, très longtemps.

« Huuuuum mouiiiii, voilààààà... Tu t'en sors si bien... les timides sont si, ouh, doué... »

Ayra la voyait, la moitié de son visage observait autant son entrejambe que son sage même si croisé son regard faisait de suite fermer les yeux de la princesse ou bien elle fixait une des cuisses de sa partenaire. Tendrement elle lui caressa les cheveux pour la rassurer, elle gémissait de plus en plus car au fil des coups de langue, elle devenait de plus en plus douée. Arya hésitait à jouir en elle ou laisser cela pour plus tard mais dans le feu de l'action après quelques minutes et un sacré paquet de coup de langue, elle se relâcha, jouissant dans sa bouche, un petit jet de cyprine venant la récompenser pour tout ce travail. Elle se dégageait doucement alors que sa princesse semblait soudainement perturbée en mettant une main à sa bouche.

« Un souci petite princesse ? »
« Arya-san... tu.. tu as... »
« Ouiiiiiii ? »
« Tu t'es soulagé dans ma bouche ?! »


Arya restait stupéfaite quelque secondes, elle avait bien entendu ? Elle pensait pas à la cyprine mais à l'urine ? Elle se lançait dans les blagues ou elle était sérieuse ? Vu le visage assez étonné... elle serait bien capable de dire vrai.

« Mais non voyons... Rassure moi, tu sais ce qu'est la cyprine ? Mouillé ? Ta dû lire ça dans tes bouquins quand même ? »
« Je ne suis pas très fan de la littérature érotique mais sache que c'est très imagé sans forcément être vulgaire. »
« Bon, euh... tu t'es déjà touché ? Je veux dire en pensant à moi ou une autre femme nue, ça t'est arrivé de caresser tes petites lèvres intimes ? »
« P-pouquoi je ferais ça ? Où tu veux en venir ? »
« J'y crois pas... tu es vraiment vierge! Ça je m'y attendais mais même ça, tu ne t'es jamais doigté ?! Hohoho, la perle super rare ! »
« Arya-san, je ne vois pas où tu veux en venir... »
« Pour faire simple, disons que j'ai expulsé mon plaisir. Comme ta mère, t'es pas branché garçon mais tu sais comment un homme et une femme font un bébé au moins ? Bon, bah ce que tu as eu dans la bouche est l'équivalent du sperme mais pour une femme. Sans le côté spermatozoïde, tout ça, mon corps t'a juste dis qu'il avait adoré ta langue. Tu m'as fait jouir voyons, soit plus heureuse que ça ! »
« Je... j'ai encore un peu de mal avec ça, tant les fait que les mots... »
« Ça viendra, ne t'en fait pas. Et si à présent je te rendais la pareille. Tu comprendras mon plaisir et ce que ton corps fait quand tu sentira ma langue entre tes jambes. »
« Oh non Arya-san, c'est pas la peine, vraiment ! »
« Pourquoi tu ne veux pas, tu me caches quoi ? Oh attend... tu ne savais pas ce qu'était la cyprine... me dis pas que t'es hermaphrodite ? Futa ? Shemale ? Si c'est le cas, je te viole de suite ! »
« Arya-san, non, ne fait pas ça, s'il te plaît, non ! »


Bien qu'elle tentât vainement de se défendre, la jeune femme venait lui écarter son pyjama - qui était comme un peignoir en moins lourd – sans que cela ne dérange Yuki. Pas de sexe masculin entre ses jambes mais une toison pubienne bien développé. C'était ça qu'elle ne voulait pas montrer ? La demi-déesse levait les yeux vers elle mais elle se cachait le visage entre ses mains.

« Dis donc toi... tu m'avais caché ça ? »
« Ne regarde pas s'il te plaît, j'ai honte ! »
« Honte de quoi ? Je trouve ça assez rare chez une femme mais ce n'est pas non plus répugnant ? Ça laisse un ou deux poils sur la langue mais bon, de temps en temps c'est bon de brouter du gazon que de lécher un minou. »
« Cesse tes allusions, j'ai trop honte ! Avant de voir ton entrejambe, j'ignorais qu'une femme se rasait cet endroit ! »
« Rassure-moi, tu t'épiles ailleurs au moins. »
« Oui mais... comme cette zone est intime, je pensais que les femmes laissaient cela poussé naturellement, comme les cheveux. »
« Heureusement, ce n'est pas aussi long mais tu n'as pas tort. Aucun critère de beauté ne dit que cette zone doit être lisse mais pour reprendre ton exemple, comme les cheveux, une petite coupe de temps en temps ne fait pas de mal. Mais contrairement à ta tête, tu peux tout raser, cela te fera le plus grand bien ! »
« Alors... ce n'est pas immonde ? »
« Non, bien sûr que non. C'est juste que tu vas de surprise en surprise avec moi mais j'aime bien ça. »
« Alors... tu vas continuer ce que tu devais faire ? »
« Plutôt deux fois qu'une ! »

Arya se pencha sur son entrejambe pour d'abord lui offrir quelques petits baisers qui venaient lui chatouiller les lèvres à chaque bisou, des petites choses si peu provoquant qui semblait déjà beaucoup pour la princesse qui scellait sa bouche avec ses mains, retenant ses gémissements à chaque fois. Cela avait un petit côté adorable, c'est vrai. Après tout, Arya ne voulait pas être surprise pas une des mères de sa camarade ou une de ses petites sœurs, non, elle voulait passer cette soirée au calme avec elle. De simples baisers semblaient déjà être trop pour elle, elle changea la donne en tirant ses jambes afin de l'allonger sur le lit pendant qu'elle se penchait sur elle pour l'embrasser une nouvelle fois, glissant sa main dans cette zone velue et douce qu'elle caressait doucement, la faisant déjà approcher à la limite du supportable. Arya l'embrassa goulûment, savourant sa langue, sa gêne, ses cris alors quand ses doigts entamaient leur travail en la pénétrant, bonjour la surprise ! La demi-déesse la retenait contre le lit en faisant son travail, la doigtant sans gêne, faisant naître entre deux gémissements un petit bruit humide qui la rendait folle. En quelques minutes, elle parvenait à la faire jouir, ce qui venait de la détendre d'un coup ! De simples baisers semblaient déjà être trop pour elle, elle changea la donne en tirant ses jambes afin de l'allonger sur le lit pendant qu'elle se penchait sur elle pour l'embrasser une nouvelle fois, glissant sa main dans cette zone velue et douce qu'elle caressait doucement, la faisant déjà approcher à la limite du supportable.

« Tu vois ? Tu ne viens pas d’uriner mais tu viens de jouir... » elle remonta sa main pour s'en lécher les doigts face à un visage surpris d'aimer ce qu'elle voyait pas aussi gênée...
« A-Aryan-san... »
« Chuuuuut... tu sais que c'est très bon, tu as adoré lécher mon petit caramel, hum ? Eh bien moi c'est pareil. Mais sache une chose, ce que tu viens de vivre, je te le ferais sentir encore et encore ce soir.. tu vas avoir du mal à surveiller tes petites sœurs demain, je te le garantis... »
« C'est... c'est possible de... j-j-jouir plusieurs fois dans la soirée ? Comme ça ? Je ne pense pas pouvoir tenir si longtemps... »
« Ne t'inquiète pas, tu tiendras. Mais avant ça... je vais te laisser te reposer et te poser une question qui me turlupine... Je sais que les mères peuvent être très collantes et à nous voir toujours comme des petites filles... mais ''mon petit cœur'', tu ne crois pas que ta mère en fait un peu trop, Kokoro ? »
« Cela a toujours été mon surnom. Korkoro signifie aussi Coeur, les kanji utilisés pour écrire mon prénom peuvent aussi se lire comme ça. Je suis née de leur amour, de leur cœur qui battait à l'unisson alors j'ai eu ce nom. Je trouve cette histoire romantique et ce surnom ne me gêne pas quand il sort de la bouche de mes parents. Tu n'as pas de surnom de tes parents ? »
« Non... en général, c'est ma petite Arya, ce genre de truc... »
« Hihi, menteuse... Je me souviens qu'à sa dernière visite, ta mère Kiriko t'avais appelé ''mon bébé'' et tu l'avais fusillé du regard. »
« Ouais bon ça va... tu sais bien comment sont les parents, toujours à nous ridiculiser en public. »
« Je trouve ça mignon moi. Certes, j’apprécierais moins d'être appelé par mon surnom lors d'un important rendez-vous mais en privé, ça me gêne pas. »
« Nos parents sont quand même bizarre... je veux dire, ce sont des femmes et ta vue le nombre de sœurs qu'on traîne ? La tienne va pas tarder à accoucher et je suis sûr que les miennes ne vont pas tarder à recommencer. Chez moi, c'est toujours par deux maintenant. »
« Je trouve ça mignon. Ça prouve qu'elles s'aiment et aiment leur enfant. »
« Tu m'en diras tant... tu savais qu'en plus elles se sont rencontrées durant leur voyage de noces à toutes les deux ? Je crois même que ta mère était déjà enceinte de toi et la mienne de moi. »
« C'est une drôle de coïncidence en effet mais j'aime bien. Ça donne un air romantique, un petit air de destin à notre lien. »
« Assez bavarder, il est temps d'y retourner mon petit cœur ! »
« D'accord... mon bébé. »


Petite provocation mutuelle avant qu'Arya ne lui retombe dessus pour l'embrasser langoureusement, les mains de Kokoro caressaient son dos pendant qu'elle se pressait contre elle, de tout son corps. Elle sentait qu'en frottant son entrejambe contre elle, ça la faisait vibrer de plaisir et cela était réciproque. On lisait dans le regard doré de la semi-déesse qu'elle était prête à faire jouir son amie à nouveau. Elle se jeta sur sa poitrine qu'elle léchait et suçait avec joie pendant que ses doigts se faufilaient sur sa toison pubienne, cherchant sa petite entrée qu'elle ne tardait pas à doigter avec plaisir et rage ! Le petit bruit humide était de retour, plus vif et rapide, il faisait tordre de plaisir la jeune princesse qui se mordait la lèvre inférieure en rajoutant ses mains sur sa bouche, se répétant sans cesse de ne pas crier pour ne pas alerter une de ses mères ou de ses petites sœurs. Tout son corps se tendait et se cambrait sous le plaisir mais l'expérience d'Arya l'emportait sur le fait que Kokoro soit novice. Ainsi, son second orgasme de la soirée fut rapide à lui donner, soupirant à nouveau une fois libérée des chaînes du plaisir, sous le regard fier et amusé d'Arya.

« Je crois que je vais avoir du ma à me lasser de te faire jouir, ma petite vierge... »
« Haaa... haaa... Arya...san... »
« Repose-toi, la troisième partie sera plus intense alors récupère un peu de force et bois un peu. »


D'un geste de la main, le verre d'eau sur sa table de nuit se remplissait, bien frais pour mieux aider sa petite camarade novice. Elle ne pensait pas que le sexe était aussi intense et aussi fatigant. Mais après tout, ses parents étaient encore en forme et très belles malgré toutes leurs grossesses, comme quoi, le sport ça conserve. Même si bon, Kokoro n'allait pas imaginer ses mères se faire l'amour, elle savait bien que ses petites sœurs ne naissaient pas dans des roses.

« Tu sais tellement... de choses à ce sujet... »
« Tu sais, quand on vit avec des parents comme des miens, associé au culte de Lust, tu finis par en savoir plus sur le sexe que sur les sorts d'incantation long et dangereux mais extrêmement puissant. »
« Tu veux dire que... tu savais des choses sur le sexe étant jeune ? »
« Non, mes parents se lâchent en privée mais devant nous, ça va pas lui loin que quelques baisers et caresses. Mais bon, je me souviens qu'étant jeune, que ce soit moi ou Abby qui allons dans la chambre de nos parents, on avait parfois l'impression de gêner, d'autant plus qu'elles étaient nues. »
« Tu... tu n'as pas honte en imaginant tes parents nus ? »
« Honte, pas vraiment. Je sais que ce n'est pas le genre de choses que les autres familles ont mais qui peut se vanter d'avoir pour mère une déesse sombre et sa promise qui reviens à elle génération après génération... C'est une histoire compliquée que je te raconterais un jour si tu veux. »
« C'est sûr que c'est pas banal... »
« Hola, va pas croire que c'est la fête pour autant hein, elles ont leurs limites avec nous, on partage bien des choses mais on a notre dignité. »


C'est sûr que comparé la famille Sha et la famille Kaguya, c'était deux mondes à part. Les deux familles adoraient leur progéniture mais les deux familles ont leur mode de vie aussi. Chez les Kaguya, c'était un monde de respect et d'amour comme n'importe quelle famille bien élevée, du côté de Sha aussi, sauf qu'on peut ajouter la formation sexuelle, parfois entre mère et fille, parfois même entre sœurs. Mais c'est autre chose, Sha et Kiriko faisaient cela pour rester proche de leurs filles, c'est commun chez les succube ce genre de chose, de même chez les sorcières qui durant longtemps ont été persécuter et chasser alors il faut savoir rester proche et souder.

« Arya-san... après notre troisième fois, tu resteras dormir avec moi ? »
« Crois-moi, me barrer loin de ton lit sera la dernière de mes envies. N'empêche... tu imagines que l'une de tes mères nous trouveraient comme ça demain matin ? Nue, enlacer l'une contre l'autre, elles réagiraient comment ? »
« Oh eh bien... L'une comme l'autre sera surprise et... honteuse surement ? Je pense que j'aurais le droit à une série de questions sur ce qui a amener à cela mais l'une comme l'autre t'apprécie, Arya-san. »
« C'est vrai que je viens ici pas mal de fois depuis que je suis petite. »
« Surtout depuis que tes parents te laissent venir ici seule. Et tes parents, comment ils réagiraient s'ils nous voyaient ainsi ? »
« Ma mère Sha serait sûrement amusée mais elle irait pas plus loin. Mais ma mère Kiriko... elle serait un peu comme les tiennes je pense, voir un peu plus pot de colle. Quand il s’agit de s’entraîner, elle est super sérieuse mais quand il s'agit de nous et même pire, d'une histoire de cœur, alors là, c'est carrément la mère poule qui veut tout savoir en s'extasiant du moindre détail. »
« Histoire de cœur ? Tu aurais déjà parlé de ce genre de chose avec ta mère ? »
« Pas vraiment mais bon, tu sais, elle est du genre à fouiner ou à se poser des questions quand il y en a pas. La première fois que j'ai couché avec une autre file, j'ai eu le droit à interrogatoire du genre, tu l'aimes, tu comptes la revoir, tu la trouves comment, vous avez des points communs et ainsi de suite... Bref, c'est parfois compliqué.. »
« Cela prouve qu'elle t'aime bien et s'intéresse à tout ce qui t'entoure, c'est bien. »
« Assez discuter ma petite Kokotte, prête à prendre le plus grand pied de la soirée ? Crois mois... tu vas adorer ! »

Reprenant du poil de la bête, elle se mit face à elle en venant l'embrasser une nouvelle fois, écrasant son corps contre le sien. Rien de bien exceptionnelle pour le moment mais la suite allait être bien mieux ! Elle appuyait bien son intimité contre la sienne et doucement, elle entamait les choses sérieuses ! Elle n'allait pas tout lui montrer en une nuit mais elle va lui laisser de quoi faire de beaux rêves d'attendre avec impatience sa prochaine venue. La prochaine fois, qui sait, ce sera peut-être elle qui viendra faire le premier pas ? Son intimité se frottait contre la sienne, la zone poilue contre la zone imberbe, cela provoquait quelques chatouilles pour Arya mais ce n'est pas comme si c'était désagréable. Leur baiser continuait à suivre le rythme des vagues de gémissements, de petites vagues peu importantes pour le moment mais qui bientôt risqueraient de raisonner à travers tout le temple. Rompant doucement le baiser, Kokoro ouvrait doucement les yeux, le plaisir se lisait facilement dans son regard alors que même si ça en était de même chez Arya, il y avait un petit regard malicieux qui annonçait déjà la suite !

« Prête ? Ceci n'est rien... Comparé à la suite ! »

Et quelle suite ! Sans crier gare, elle retira la couette bien gênante pour la suite et dans une incompréhension totale, la princesse vit une de ses jambes se lever pour se mettre sur l'épaule de son amie pendant que cette dernière semblait presque s'asseoir sur sa jambe contre le lit. Elle n'eut pas le temps de demander ce qui se passait que leur intimité venaient se coller, leurs lèvres intimes semblaient former deux paires de lèvres désirant s'embrasser plus que tout. Rien que ce petit choc fut comme une véritable électrique de plaisir dans son corps ! Elle se courbait en arrière dans son lit en gémissant, peinant à retenir ses cris de plaisir entre ses lèvres, même avec ses mains pour sceller sa bouche, c'(était comme si la nature voulait qu'elle laisse ses cris sortir de sa bouche. Cette action semblait plaire à Arya, pour sûr, mais qu'est-ce qui lui plaisait le plus ? Cette position ou bien la réaction de Kokoro ? Arya se déhanchait contre elle, faisant frotter son bas-ventre contre le sien, leur cyprine se mélangeait, rendant cette échange bien plus simple, ça glissait bien comme il fallait contre sa peau nue, chaude, en sueur, la semi-déesse s'en mordait les lèvres en prenant son pied. Elle léchait même le mollet de la princesse pour se retenir d'aller plus loin que ses envies. L'ambiance de cette chambre, dans ce lit, amena Arya à jouir plus vite que d'ordinaire, son corps voulait peut-être suivre la cadence de la princesse ?

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN, KOKO-CHAAAAAAAAAAN !!!!! »
« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRR-YAAAAAAAAAAAAAAAAAN !!!! »


Ce fut dans un ultime frottement qu'elle laissait sa cyprine s'expulser pour jouir en même temps que Kokoro, s'arrosant mutuellement avant de tomber contre elle. Et les cris ? Ça allait alerter ses parents, ses petites sœurs et les autres ? Avant même que cette pensée ne surgisse, Arya venait avouer.

« Ne t'en fais pas, la chambre isole les cris... Même si quelqu'un était passé durant notre échange... il aurait vu la chambre dans le noir, voyant ta silhouette dormir... peut-être même ronfler ? »
« Oh... Arya-san... »
« Huhu, ne panique pas... repose-toi, je veux juste dormir avec toi cette nuit... »
« Merci Arya-san... ce fut... magique... »
« Bon choix de mot ma chérie... repose-toi, tu l'as bien mérité, et fait de beaux rêves, je me ferais une joie de te prendre aussi dans tes rêves... »
« Et moi, je me ferais une joie de te câliner tendrement dans les tiens... »
« Humph, amatrice... »


Kokoro était allongée dans son lit avec Arya en guise de couettes, toutes les deux sombraient doucement aux bras de Morphée pendant que les lumières s'éteignaient seules dans la chambre, Yuki ne fut en rien déranger par leurs galipettes, elle dormait en ronflant sur le sol le lit étant déjà pris par une autre invitée. Mais pas grave, chaque fille dans cette chambre savourait son sommeil comme il se doit.
« Dernière édition: Juillet 06, 2016, 10:30:19 par Hinata/Nora » Journalisée

Hinata/Nora
Humain(e)
-

Messages: 666


Princesse d'Edoras


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Novembre 10, 2016, 10:06:35 »

Ce rp fait suite (même si cela n'est pas fini) au rp entre Hardos/Harmony et Mélinda Warren, il y a aussi quelques références à certains rp/comptes diverses et comme le premier, c'est rien d'officiel, juste une idée que j'ai laissé vagabonder avec mon inspiration. Cela était partie d'une simple image de Rem qui, je trouve, ferais une parfaite fusion Sya/Harmony, d'où ce fanfic basé sur ça. Et puis c'était l'occasion de présenter la grande famille de Sya dans le futur, enfin, une petite partie ^^
Bonne lecture Sourire

Famille XXL
[/u][/i]

Le futur est incertain. Qui peut dire exactement comment cela va se dérouler ? Si par chance une personne peut nous prédire le futur et que nos actions le changent, cela sera donc faussé ? Oubliant ce futur A pour un futur B qui a été provoqué pour éviter la première option. Le futur est une chose que l'on ne peut maîtriser, comme tout voyage temporel, le moindre petit changement anodin peut tout changer. Certains théoricien se penche sur le fait que, quoi que l'on fasse, le futur est écrit et doit se dérouler tel quel, d'autres se penchent plutôt sur le fait que l'homme peut modifier cela, en bien comme en mal et d'autres pensent plutôt que le présent est un arbre. Un arbre qui a des milliers de branches, toutes symbolisant un futur possible. Difficile de penser que le moindre objet manquant ou non à sa place peut provoquer de gros changements sur le futur et pourtant, c'est là toute la complexité de la chose. Face à ce futur incertain, penchons-nous sur une ligne temporelle, une ligne qui semble bien calme et idyllique. Notre arbre vient tout juste de fêter un mariage étrange et non-officiel dans une maison de Caelestis, un ange de la luxure à pris pour femmes, des jumelles neko. Elles n'étaient pas vraiment sœur mais c'est tout comme. Leur nuit a été parfaite et même bénit par la déesse de la luxure qui a laissé un autre cadeau dans le ventre de sa prêtresse...

Seize ans plus tard, dans la même maison, les choses avaient plus ou moins changer. Dans le lit conjugal, Sya dormait à poings fermés dans les bras de sa femme Saikai, heureuse comme au premier jour. Si la neko avait dorénavant l'air plus adulte mais toujours folle amoureuse de sa petite ange, cette dernière n'avait pas changer d'un poil. Les avantages en servant Lust. Ce n'était pas forcé de garder la même apparence mais Sya avait tant vécu sous cette forme à ses débuts qu'elle ne voulait pas changer. Sous sa peau, ses organes et tout le reste prenaient de l'âge, pas son apparence. Se réveillant en douceur sous les coups de langue de sa femme, elle gémissait en s'étirant avant de câliner sa femme en se frottant contre elle, toujours la même passion dans ce couple.

« Mmmmmh ma chérie d'amour... Comment se portent mes petites femmes ? »
« Myyyyaa, toujours aussi bien chérie... et ta petite fille grandit bien. »


Et ça se voyait. Le ventre de sa femme prenait toujours plus de formes. Sya avait porté bien des enfants, qu'ils soient dans cette maison ou non et si au début, Saikai ne voulait pas et ne pouvait pas surtout, les pouvoirs magiques de certaines personnes faisaient des miracles, comme le prouvait ce ventre. Toujours aussi douce, elle caressait ce ventre, ne pouvant s'empêcher de s'attendrir devant ce dernier.

« Tu es tellement belle Sai-chan... je suis impatiente de pouvoir porter notre bébé dans mes bras. »
« Tu as mis au monde bien des bébés chérie... Il faut bien que je t'aide un peu. »


Saikai était au courant de toutes les filles que Sya avait mis au monde mais elle l'avait accepté. Au début de leur relation, Sya s'était promis de ne laisser ce privilège qu'à Saikai et Iinari mais elle pas pus dire non à Lust qui a planté sa petite graine entre ses deux petites nekos. Et en voyant le visage radieux d'Iinari quand elle a porté ses filles dans ses bras... elle a voulu prolonger ce bonheur. Si une nymphomane par excellence comme sa femme savait s'émerveiller devant ses bébés, elle pouvait offrir ce bonheur à bien des autres. Saikai avait compris ce sentiment, elle l'a prouvé en élevant Lusya comme sa propre fille et en aimant aussi toutes les sœurs de ses filles. Que ce soit Mélinda, sa propre mère – Samara – des amies et bien d'autres encore, Sya était heureuse de sa grande famille. ET puis avec tout ce monde, tous ses bébés, elle mettait en place une seule condition sur laquelle elle tient à la respecter chez les autres femmes. Que les filles sachent ou non pour le fait que Sya soit leur mère ou non, elle s'en fichait. Elle voulait juste qu'à chaque anniversaire, de chacune de ses filles, ses sœurs soient présentes, petites ou grandes, Sya tenait à cette notion de grande famille. Elle avait perdu son immortalité en mettant au monde des enfants – il ne suffit que d'un bébé – alors elle voulait profiter le plus possible de sa famille à défaut de pouvoir habiter sous le même toit que tout ce beau monde.

Sya se levait donc dans sa nuisette avant d'aller vers la cuisine, elle devait d'abord allez réveiller sa petite famille, à commencer par Shinobu, sa petite neko aux cheveux bleus. Elle la remuait doucement pour la tirer de son sommeil avec sa voix angélique, un tendre sourire sur les lèvres, elle fit sa petite chatte bâiller en s'étirant avant de tendre les bras vers elle. Sa mère venait baiser ses lèvres quelques secondes avant de s'écarter. Pas de baiser avec la langue, juste un baiser entre mère et fille, sans aller plus loin.

« Bonjour mon petit chat. Tu te lèves, je vais préparer le petit déjeuné. »
« Oui m'man Sya... »


Sya se redressa et quitta la chambre en laissant la porte ouverte de passer dans la chambre suivante, celle d'Emika, la sœur jumelle de Shinobu. À défaut que cette neko avait peut-être les yeux de Sya, mais elle ressemblait surtout à ses mères nekos. Oui, ses mères. Sya voulant porter en même temps deux bébés différents de ses femmes avaient demander ce service à Lust, ainsi, elle ne savait pas laquelle – comme ses femmes étaient sœur jumelles – qui était la mère de qui ? Elles avaient bien Sya comme mère porteuse mais Shinobu comme Emika avaient Saikai et Iinari comme maman. Mais bon, Iinari malheureusement, elles ne l'avaient jamais vraiment vue car elle était que centrée sur le sexe. Et si la présentation de ses bébés avait éteint cette petite flamme, elle s'était vite rallumée, et même, plus tard, en essayant de les lui montrer de nouveau, elle n'avait d'yeux que pour Sya et Saikai avec qui elle voulait coucher. Les cheveux bruns, Sya se pencha aussi sur elle pour la remuer doucement pour la réveiller.

« Allez mon chaton, il faut te lever... »
« M'man... j'ai mis mon réveil, c'pas la peine... »
« Tu préfères entendre une sonnerie sans sentiment que voir ta petite maman venir te réveiller avec sa belle voix ? »
« Bon d'accord... »


Comme pour sa sœur, elle partagea un petit baiser avec elle avant de changer une fois de plus de chambres pour aller dans la dernière chambre. Pas de petite neko cette fois mais une semi-déesse qui dormais comme un bébé. Ce fut difficile pour Sya, non pas que Lusya était difficile mais elle la voyait surtout comme la fille de sa Déesse adorée alors difficile de jouer les mamans. Mais avec l'aide de Saikai et même de Lust, elle avait su se comporter comme une mère pour sa petite ange et non comme une prêtresse de la luxure. Même rituelle, elle la secouait doucement pour la tirer de son sommeil.

« Debout ma puce, il faut se réveiller. »
« Hmmm m'man... »
la petite tirait la langue en regardant sa mère avec un grand sourire.
« Que fais-tu chérie ? »
« Voyons maman... je suis la future Déesse des Fantasmes et du Fétichisme, je connais tout de tes pensées, même des autres... »
« Et qu'est-ce que j'ai dit à ce propos ? »
« De ne pas espionner les désirs des autres sans leur permission ? »
« Voilà. Alors comment tu sais tout ça ? »
« … C'est pas ma faute maman, je ne contrôle pas. C'est comme voir des mots affichés, même sans vouloir lire ce qui est écrit, tu lis machinalement les mots... »
« Allons ma puce, ce n'est pas grave mais tu te souviens de ce que ta dis Lust ? »
« Je ne serais pas une vraie déesse avant ma majorité et ma formation ? »
« Voilà. Alors pour le moment, soit ma petite chérie adorée et rejoint nous pour manger. Ha, j'oubliais. »


Sya se pencha sur elle pour un baiser plus intense cette fois, embrassant sa fille à pleine bouche en venant chercher son cadeau, cette petite langue qu'elle fit sortir de sa bouche, la coinçant entre ses lèvres pour la lécher et la sucer avec plaisir pendant quelques instants avant de s'arrêter.

« Comment résister à une si belle petite chose. Allez ma puce, dépêche-toi. »

Sya était une véritable mère, elle n'avait jamais rien fait avec Shinobu et Emika, en accord avec sa femme, elle n'avait jamais été plus loin que des baisers sur les lèvres, les guidant volontiers dans leurs choix amoureux et leur question sur le sexe mais sans dépasser la limite. Pour Lusya, c'était différent, fille de la Déesse Lust en personne, son corps était un appel au sexe. Si étant jeune, ce n'était que de l'admiration dans le regard de sa mère, maintenant, elle la désirait quand même un peu. Elles avaient quelques moments intimes mais jamais longs dans la maison. En revanche en rendant visiter à Lust, c'était déjà autre chose ! De retour en cuisine, elle commença à faire le petit-déjeuner, ses nekos d'amour étant arrivé, elle servait tout le monde avant de prendre place à la table. Sya avait déjà ses projets pour la journée mais elle prenait aussi connaissance de celui de sa petite famille. Pour Shinobu, tout un programme !

« Kity m'a invité à sortir avec ses copines alors on va s'amuser à faire les boutiques et surement un ciné ? Après j'en sais trop rien si elles ont prévu des trucs ? »
« Pour moi, c'est Holy qui va m'aider dans mes devoirs, y a un sujet que je ne maîtrise pas trop et elle veut bien m'apprendre. »


Ha les petites Tetsuhiko, elles étaient si gentilles et si mignonnes, quelle charmante famille elles formaient ses cinq-là. Cela dit, c'était bien qu'elles sortaient loin ou non mais il y avait un souci.

« C'est bien d'avoir des projets mais je croyais vous avoir dit que toujours une de vous garder un œil sur votre mère ? On ne sait jamais quand le bébé va arriver ? »
« Holy peut venir ici, ça ne la dérange pas. »
« Laisse, étudie autant que tu le voudras en paix avec elle, je veillerais sur maman, j'ai rien de spécial alors je peux bien faire ça. »
« Merci mon petit ange. »


Lusya savait que Saikai n'était pas sa mère, elle l'avait élevée comme sa vraie fille alors elle la voyait comme. Ce qui fait qu'à ses yeux, elle avait trois mamans. Shinobu s'amusera avec la kistune et ses copines, Emika révisera avec Holy et Lusya veillera sur sa maman. Bien tout était en ordre ici.

« Et toi maman, tu vas faire quoi aujourd'hui ? »
« Une bonne action, il faut que je réconcilie mère et file même si la mère ne sait pas qu'elle est déjà maman. »
« Ha, ça concerne laquelle de nos sœurs ça ? »
« Zenith, sa mère est de passage chez votre grand-mère alors je vais en profiter pour faire les présentations. »
« J'aimerais bien voir ça. »
« Non non non, c'est un moment entre elle et sa mère, elle vous en parlera plus tard si elle veut bien mais pour ça, il ne faut pas être nombreux. »
« Tu passeras le bonjour à mamie, maman ? »
« Et nos sœurs aussi.
« J'y manquerais pas. »


Sya avait bien des enfants autour d'elle ce qui rendait la tâche difficile car toutes ses filles étaient à la fois des sœurs et... bien des choses. Pour prendre exemple des filles de Samara qui, elle, est à la fois la mère et l'amante de Sya, fait que ses filles sont à la fois les sœurs des nekos mais aussi leurs tantes. Compliquer n'est-ce pas. Bref, Sya termina ses petites tâches ménages avant d'embrasser ses filles en leur souhaitant une bonne journée avant d'embrasser plus tendrement sa femme, en caressant son petit ventre rond.

« Embrasse Zenith de ma part. »
« D'accord mon amour. Ne fais pas trop d'effort de ton côté. »


Usant de sort bien complexe, Sya se téléporta directement en Ashnard depuis Caelestis. Il faut dire que la cité céleste avait moins de protection magique depuis que la « paix » était installé. Encore fragile mais la paix était installée sur Terra, plus ou moins. Se retrouvant dans le manoir qu'elle connaissait si bien, Sya avança à travers les couloirs avant qu'un bruit de pas rapide se fit entendre dans son dos et qu'à ses jambes y soit accroché une petite fille, même pas cinq ans.

« Maman !!!! »
« Sugar ? Mais que fais-tu ici ? »
« Maman m'a dit que tu devais passer alors on est v'nue passer la nuit ici ! »
« Ai est ici ? »
« Elle fait dodo dans sa chambre car elle m'a dit qu'elle a beaucoup travaillé. »
« Allons lui dire un petit coucou alors, d'accord ? »
« Mmh ! »

Sya porta sa petite fille – encore une – dans ses bras avant de se faire guider par Sugar jusqu'à la chambre plongé encore dans le noir. La fin de matinée approchait mais AI dormait toujours. Depuis la fin du lycée, elle a toujours été aux côtés de Mélinda, faisant de son rêve une réalité. Même si elle a toujours refiser les avances de Sya concernant les enfants, à force de voir à ses côtés les filles grandir ou élévée leur enfants, elle a accepté cela récemment, et voici donc Sugar. Cela dit, ce sera surement sa seule fille, elle n'avait pas eu de mal avec la grossesse si ce n'est mettre une ceinture sur le sexe. Même plus de dix ans après leur rencontre, elle et le sexe, c'était toujours pareil. Dans la chambre silencieuse, Sya se faufila avec sa fille sur le lit, l'ange venait doucement l'observer de plus près avant de baiser ses lèvres, partageant un petit baiser si doux qu'il tirait la futa de son sommeil, ses bras venant se refermer sur l'ange. Depuis leur rencontre, la petite futa avait bien grandis, si dans sa tête c'était pratiquement la même, son corps avait bien grandis depuis le lycée, une belle poitrine bien ronde et tendre, un corps sexy, des cheveux plus court mais bon, ça, ça repousse facilement. Ai était toujours aussi belle e craquant à ses yeux.

« Mmmmmmm Syyyyyyaaaaaaa... »
« Hihi, ma petite Ai chérie. »
« Hummm j'aime quand tu viens le matin pour me vider la... »
« Chhhhhhuuuuuut. Sugar est là. »
« Mooo.... »
« Maman, debout ! »
« Nooon, laisse moi dormir encore.... Ta grand-mère est exigeante ma chérie...»
« Tu as passé la nuit avec Maman ? »
« Une partie... mais animé. Occupe-toi de la petite, moi, je dois dormir encore un peu... »
« Je viendrais te réveiller en douceur plus tard alors. »
« Mmmmmhhh, là, ok... »


Sya reprit Sugar avec elle pour reprendre sa route, laissant Ai finir sa nuit. Sa petite fille dans les bras, elle prit quelque une de ses nouvelles en prenant la direction des cuisines en espérant trouver Zenith mais avant d'y arrive, elle tomba sur Kazuha, toujours aussi belle et sexy dans son classique « uniforme » de servante. Si Sugar n'aurait pas été là, cela aurait surement fini nue contre un mur mais là, ce fut à peine une accolade.

« Ma petite Sya... ça faisait plaisir de te revoir ma chérie. »
« C'est toujours un plaisir de te voir Kazuha ! »
« Si tu cherches Maîtresse, elle est dans son bureau, elle t'attend d'ailleurs. »
« Déjà ? Un souci ? »
« Pas spécialement mais ça concerne Angie, je crois ? »
« Hum... Bon, bah allons les voir. Les invitées ne sont pas encore là ? »
« Non il ne me semble pas ? Moi, j'ai rendez-vous avec une de mes petites-maîtresses qui pense avoir raison sur tout. »
« Ne la bouscule pas trop, Hellène a parfois les yeux plus gros que le ventre et elle tiens son caractère de Maman. »
« C'est ce qui fait son charme. Ne t'inquiète pas, elle tient de ses mamans et elle finit souvent par avoir raison. Mais pas toujours. »


Leur chemin se séparait alors que Sya allait retrouver sa mère et amante pendant que Kazuha allait retrouver la seconde fille de Sya et Samara. Ou première ? Difficile à dire, ce sont des jumelles même si physiquement, elles ne se ressemblent pas. Arrivant dans le bureau de Samara, la démone n'avait pas changé d'un poil, comme Sya, ele quitta son fauteuil et son bureau pour venir à Sya, la prenant dans ses bras pour la porter avec Sugar et l'embrasser tendrement et passionnément.

« Te voilà enfin, ma chérie. »
« Moi aussi je suis heureuse de te revoir, Maman. Quel est le souci avec Angie ? »
« Haaa... (soupir) elle m'inquiète. Autant étant jeune, je me disais que c'était normal mais elle va bientôt être une adulte et elle agit encore comme ça. J'ai un peu peur pour elle. »
« C'est tout ? Je suis sûr que ce n'est rien. Elle est juste un peu... différente. »
« Différente ? J'accepte la différence chez les autres mais regarde nous ? Comment le fruit de notre union peut-être différent ? Hellène n'a aucun souci elle alors pourquoi ? »
« Ne t'inquiète pas maman. On va aller la voir et on va régler ça, d'accord. »
« Tu parles de quoi Mamie ? »
« Toi, je t'ai déjà dit de m'appeler Samara, pas mamie ! Vilaine petite fille ! »
« Mais, moi j'aime bien dire mamie d'abord ! Puis c'est vrai ! »
« Mon petit sucre, tu vas aller nous attendre d'accord, on en as pas longtemps. »
« Je peux pas rester ? »
« Eh non ma pupuce, on va discuter de choses de grandes personnes. Mais après, on ira retrouver Zenith et je ne te lâcherais plus, d'accord ? »
« OK. »
« Zenith ? Tu passes d'habitude plus tard que ça pour lui rendre visite. »
« N'oublie pas que je compte lui présenter son autre mère aujourd'hui, c'est pour ça. Bon allez, occupons-nous d'abord d'Angie. »


Quittant donc le bureau, Sya tenait la main de sa mère en marchant à ses côtés, saluant les belles servantes de ce manoir que Sya connaissait si bien, que ce soit le manoir ou les servantes. Elles approchaient des chambre, évidemment, celle de Samara était proche des chambres de ses filles et elle frappa doucement à la porte avant d'y entrer avec Sya. La chambre était bien rangée, bien propre, peu de décoration, si ce n'est quelques livres sur la magie, d'autres sur la musique, leur fille aimait en écouter comme en jouer, elle était même douée pour cela. Apercevait l'ange, Angie accoure vers elle pour lui sauter dans les bras en l'embrassait tendrement, Sya répondant à cet appel aussi chaleureusement qu'elle. En voyant la mère et la fille ensemble, elles avaient de nombreux points communs, à commencer par la taille, toutes les deux faisaient pratiquement la même taille, Sya devait dépasser sa fille d'un ou deux centimètres. Idem pour la poitrine. Ce qui les faisait éloigner de leur ressemblance étaient ses deux cornes noires qui étaient érigées sur sa tête, des cornes aussi noires que ses cheveux lisses, fins et plus long que ceux que l'ange. Ils traînaient par terre c'est pour dire ! Ce noir était aussi profond que ceux de Samara, de sa mère démone, elle tenait ces cheveux mais les yeux et évidemment les cornes qui allaient de paire avec la queue qui s'agitait en bas de son dos. Cela dit, une queue de démon et des petites ailes noires, ça faisait un drôle de contraste. Dans une tenue si légère que cela n'étonne aucune de ses mères, elle continuait de serrer Sya dans ses bras.

« Maman Sya ! Je suis si contente de te voir ! »
« Moi aussi mon petit ange. Mais assied toi trésor, on doit te parler. »
« J'ai fait quelque chose de mal ? »
« Pas vraiment... »
« Pour être directe ma chérie, pourquoi tu restes dans ton coin ? Je parle pas de maintenant mais je parle de sexe. Pour venir jouer avec nous ou même ta sœur et Kazuha, je ne te vois que rarement réchigner mais quand je ramène des invitées ou même des jouets, je peux compter tes participations surf les doigts d'une seule main. »


Angie baissait les yeux en évitant de répondre à la question, comme si ses parents avaient mis le doigt sur un vrai problème. Sya prit doucement son visage entre ses mains pour la regarder dans les yeux, un vrai regard de parent, pas d'une simple perverse.

« Quelqu'un t'aurait fait du mal ? Tu sais, je n'accepterais pas voir ma famille souffrir alors femme ou non, si quelqu'un ta blessée, elle doit payer. »
« Ce n'est pas ça... C'est juste que... eh bien... je... je n'y arrive pas... Faire ça avec des inconnues... C'est trop pour moi. »
« C'est une blague ? Je suis une démone qui n'a aucun mal à soumettre et à baiser quiconque me plaît et ta mère est la première à tendre ses fesses face à une futa, et toi, tu est trop timide ? »
« Allons maman, ne va pas lui faire peur. C'est son droit. »
« Pardon mes chéries, j'ai du mal à comprendre ça... »
« Elle doit juste tenir de mes racines angéliques ? N'ai-je pas toujours dit que tu étais la plus belle des petites anges démoniaques ? Cela semble encore plus vrai. Ce n'est pas une mauvaise chose après tout, toi aussi tu aimes quand je joue les innocentes petites anges. »


Cette phrase provoqua un petit sourire chez Samara pendant que les deux mamans câlinaient la petite Angie. Un doux câlin si doux et fort à la fois.

« Cela te permettra de rencontrer une joue une ravissante femme que tu aimeras soumettre ou bien te faire soumettre ? Tout dépendra de tes goûts ma petite chéire mais quoi que tu choisisses, je serais heureuse pour toi. Et si tu as besoin d'aide pour quoi que ce soit, je serais là pour t'y aider. »
« Nous serons là. Excuse-moi Angie mais quand je vois Sya, Hellène et Kazuha, une petite timide dans mon entourage, ça me surprend vraiment... »
« Ce n'est qu'envers les inconnues. Pour vous deux, je serais toujours cette même petite Angie que vous aimez tant remplir. Lors de nos soirées câlins »
« Hihi, ça, c'est ma fille. »


Telle mère, telle fille. Après une courte petite séance à trois – Sya devait encore régler un autre souci familial après tout – elle quitta la chambre avec un grand sourire, laissant Samara prendre soin de leur petite Angie. S'avançant dans les couloirs, elle retrouva bien vite son petit sucre qu'elle tenait par la main pendant que cette dernière lui racontait une de ses folles histoires « vécue » comme chaque petit-enfant avait la chance de vivre avec tant de rebondissements et de suspense. Arrivée en cuisine, il y avait quelques domestique mais une se détachait du lot, devant ses fourneaux. Les cheveux bleus comme Sya mais court, concentrée sur son travail, ne faisant pas attention à ses invités, se disant que cela devait être une de ses collègues surement. Ce n'était pas Sya qui allait attirer son attention, mais Sugar, la présence de Sya était une surprise.

« J'ai faim ! »
« Sugar, il ne faut pas venir en cuisine c'est dange-Hou ! »


En se retournant, la jeune femme manquait de tomber à la renverse en voyant la personne qui accompagnait Sugar mais après l'effet de surprise, elle se jeta dans ses bras en la serrant contre elle. Déjà, sa fille la dépassait légèrement en taille, pour ce qui était de son corps, elle était elle aussi bien formé mine de rien. Elle portait une ravissante tenue de maid, ses cheveux étaient doux et soyeux, laissant qu'un seul de ses yeux visible, le second étant caché par sa frange.

« Que fais-tu ici Maman, je ne savais pas que tu venais ? »
« J'ai une petite surprise pour toi à vrai dire puis je devais aussi régler quelques petites choses avec Angie. »
« Rien de grave ? »
« Oh non, ne t'en fais pas, tout est en ordre. Et toi, tu n'as rien de spécial à me demander ou me faire part ? »
« Non, si ce n'est de savoir comment va Saikai ? »
« Très bien, elle est de plus en plus belle quand elle est enceinte. »
« Je pourrais venir l'aider si jamais elle a du mal avec les tâches ménagères. Enfin, si Maîtresse Samara le veut bein... »
« Je suis sûr qu'elle dira oui et de même, ça fera plaisir à Sai-chan de te voir, puis à tes sœurs aussi. »
« Maman, j'ai vraiment faim ! »
« Bouge pas Sugar, je vais te préparer quelques tartines. »


Zenith en profita pour finir son travail et se faire remplacer avant de servir quelques petites choses à Sugar afin qu'elle se tienne tranquille pendant qu'elle bavardait avec sa maman. Assise à une table, Sugar sur les genoux de Sya, elle se demandait en quoi elle avait une surprise pour elle ?

« Tu grandis si vite ma chérie, j'ai l'impression que c'était encore hier que toi aussi tu mangeais sur mes cuisses. »
« Cela te semble rapide pour toi, mais moi je me souviens de tous ses jours passés ici à jouer avec Angie et Hellène. »
« C'est comme ça quand on est maman, tu verras un jour, toi aussi tu seras nostalgique... enfin bref, ma chérie, comme tu vas bientôt devenir une adulte, j'aurais deux choses à te demander, enfin une surtout, la seconde se passera naturellement je pense ? Si je suis celle qui ta porter dans mon ventre, il est temps pour toi de rencontrer celle qui ta mise en moi. »
« Quoi ? Non maman, on en a déjà discute, je ne veux pas la rencontrer ! »
« Calme-toi chérie, tout va bien se passer. »
« Non, je ne veux pas ! Je ne veux pas causer de soucis à ma mère, ni à sa femme ! Je refuse ! »
« Chérie, chérie, chérie... Calme-toi... On en as déjà parlé, tu ne causeras aucun souci... je comprends que tu t'inquiètes pour elle et sa situation et j'ai respecté, étant jeune, que tu l'évites et que cela reste secret... Mais tu es une grande fille à présent. Ne pas passer du temps avec ta seconde mère ne t'a jamais manqué peut-être ? Maintenant que tu es sur le point de devenir une adulte, il est temps pour toi de découvrir tes racines. Je connais ta mère, je sais qu'elle risque d'être surprise mais elle ne va pas te rejeter et cela ne causera aucun souci dans son couple. Au contraire, je pense que tu ne pourras qu'aider. »
« Aider ? Et comment je pourrais aider ? »
« Je ne suis pas sûre et certaine mais je suis prête à parier que tu as hérité de nos parties angéliques. Je suis une ange entière, elle ne l'est qu'à moitié mais vu tes pouvoirs magiques, je pense que cela n'est que positif. »
« Mais je ne connais que les bases en magie ? »
« J'ignore si cela existe mais je suis prête à dire que ta magie tient du miracle. »
« Ha bon ? Pourquoi ? »
« Te souviens-tu de notre dernière visite ici pour l'anniversaire des filles ? Sai-chan avait eu une douleur au ventre et tu as tenté de l'aider, tu as touché son ventre. »
« Oui et alors ? »
« Alors, même si la douleur est passée, quelques jours plus tard, elle était enceinte de moi. »
« Quoi ? Mais je n'ai jamais fait ça ? Je connais aucun sort aussi complexe ? »
« C'est pour cela que ta magie tient du miracle. Tu vois, dans son passé, Sai-chan à vécu des choses horribles qui l'on empêcher de devenir maman. J'aurais pu arranger les choses mais elle a toujours refusé, par peur pour elle ou le bébé, je ne sais pas mais elle a toujours refusé de tomber enceinte. Mais quand c'est arrivé, elle n'a pas su dire non. Et ce n'est pas moi car je ne lui mens jamais. Tu es celle qui a réparé son ventre, c'est grâce à toi que dans quelques mois, tu auras une petite sœur. »


Zenith écouta en baissant les yeux, se demandant si sa mère avait raison ou tentait juste de la pousser dans cette direction ? Ce n'était pas son genre de mentir, elle ne l'avait jamais fait et au mieux, elle lui avait caché des choses ou, sans réponse, mais c'était quand elle était jeune et qu'elle posait des questions qui n'étaient pas de son âge. Dans son silence, Sya sentait les hésitation de sa progéniture, il fallait donc qu'elle en dise un peu plus.

« Ta mère a besoin de toi, ainsi que sa femme. Tu sais, cela ne date pas d'hier mais peu de temps après leur mariage, ta mère était tombée enceinte de sa femme. Ce fut une bénédiction pour elles, elles étaient heureuses, comme n'importe quel couple attendant un enfant, ce furent des mois ensoleillés. Mais tu te doutes bien que, si aujourd'hui, tu n'as jamais entendu parler de ça, c'est que la suite a mal tourné... C'est triste à dire mais elle a fait une fausse-couche. Que ce soit la magie, les produits Tékhans ou simplement la nature, à six mois de grossesse, ce fut une terrible nouvelle pour elles. On se doute bien que dans un tel moment, l'épreuve est terriblement dure. Là ou certains se seraient éloignés, elles n'ont fiat que renforcer leur amour et leur envie... même si je sais que dorénavant, il y a toujours cette peur, ce manque pour l'une comme pour l'autre... Tes pouvoirs tiennent du miracle ma chérie, je suis sûre qu'à leurs côtés, tu ne pourras que leur éviter de nouvelles peines, tu seras la bienvenue, tu seras de la famille ma chérie. Je suis ta mère et ta famille, Samara te voit aussi comme sa fille mais tu es aussi la sienne. C'est naturel d'avoir peur, de craindre mais ta mère sera ravie de te voir, fais-moi confiance. »
« … Avant de supposer que je les aider pour cette histoire... Je préférais d'abord juste la rencontrer et... parler. »
« Bien entendus. Je vais aller le lui annoncer, tu n'auras qu'à venir quand bon te semble, hum ? »


La servante opina du chef avant de rester de nouveau muette, perdue dans ses pensées. Sya laissait Sugar retourné jouer avec une de ses servantes pour que Sya puisse bavarder avec la mère de Zenith, lui annoncé la nouvelle. Cette dernière se trouvait dans le coin des invitées, observant ce qui se passait par la fenêtre. Elle était un peu plus grande que Sya, les cheveux longs, noués et foncé, elle semblait heureuse bien qu'un peu mélancolique. Sya avait passé la porte en attirant doucement son attention.

« Harmony ? Tu me reconnais ? »

La semi-ange se retourna vers Sya, la regardant quelques instants silencieuse avant de lui sourire.

« Bien sûr. Tu as été au service de Mademoiselle Mélinda, ainsi que de celui de Madame Samara ? »
« Hihi, c'est ça même si je suis la fille et amante de Samara plutôt mais ce n'est pas le sujet. Tu veux bien t'asseoir avec moi ? »


Harmony se rapprocha en se demandant comment cette ange pouvait paraître aussi jeune que lors de leur rencontre alors que plus de quinze ans étaient passé ? Semi-ange, Harmony avait grandi de biens des côtés, elle était plus mûre, son visage était moins enfant et sa poitrine était normale, bien en forme sans en faire trop.

« De quoi voulais-tu parler ? »
« D'un secret à te dévoiler, nous concernant... Te souviens-tu... de cette soirée chez Mélinda où... tu avais un peu bu ? »
« Hum... moui un peu... je crois... »
« Eh bien Mélinda t'avais un peu forcé pour espérer te voir te lâcher mais cela t'avait surtout assommée. Je me suis proposé de t'accompagner pour te mettre au lit et c'est une fois dedans que tu t'es un peu lâchée... proposant de me récompenser comme je voulais... Alors oui, j'ai demandé à être prise par toi, en futa et, sans être parfait, c'était bien, tu n'étais pas douce ni méchante, c'était bien. On ne l'a fait qu'une fous car je ne voulais pas abuser et tu étais fatigué... La suite, bah je me suis amusée, tout ça mais le lendemain, je savais déjà ce qui se passait en moi. J'avais déjà plusieurs filles alors je savais quand j'étais enceinte. Et comme je refuse d'avorter ou autres, bah j'ai laissé la chose se dérouler naturellement et aussi être sûre que tu était sa mère. Une fois ses choses-là vérifiées et surtout, une fois le bébé mus au monde, je voulais te le présenter mais tu venais de rencontrer ta future femme, celle avec qui tu est aujourd'hui. Je ne voulais pas poser un souci pour vous et Mélinda m'avais dit que si tu savais ça, tu aurais été capable de la quitter pour élevée seule ce bébé, pensant que ce serait une gênée pour ta femme, enfin, future femme à l'(époque. Donc, avec Samara, on a décidé de la laisser grandir avec nos filles. Je voulais te la présenter plus tôt mais ce n'était pas ta fille pour rien, elle avait peur de gêner, croyant même que tu ne l'aimerais pas. Même jeune, elle était déjà très adulte. »
« Donc... Tu dis que j'ai une fille cachée... qu'on aurait eu un soir où j'étais... ivre... et que tu as caché par peur de gêner mon couple ? »
« En gros, oui. Je comprends que tu ne soit pas à l'aise... ni très confiante mais en la rencontrant, tu sauras que c'est ta fille. Notre fille. »

Sya n'insistait pas pour le moment, préférant laisser à Harmony le temps de digérer cela, espérant qu'elle se fasse une raison et voit les bons côtés et non les mauvais côtés.

« Comment... Pourquoi me l'avoir caché ? »
« Je te l'ai dit, j'en ai discuté avec Mélinda, elle te connaît bien et savait que, si tu avais eu une fille avec moi, que tu m'aimes vraiment ou non, tu te serais forcé à m'aimer pour rester avec ta fille, délaissant ta femme. Moi et mes femmes, nous avons un accord, elles ont compris que mon besoin de donner la vie est plus sous une bonne action pour ces femmes qui attendaient ça sans réussir jusqu'ici, de rendre ses femmes aussi heureuses que possible. Mais aimé de tout mon cœur, ceci est réservé à mes deux nekos d'amour. Même si j'aime ma mère profondément, Iina-chan et Sai-chan restent celles qui possèdent mon cœur. J'aurais donc refusé que tu vives avec moi, désolé. Et te laisser vivre seule avec une enfant, ce n'était pas une bonne idée. »


Gardant le silence, elle savait que c'était vrai, Mélinda la connaissait bien après tout. Et renoncer à toutes ses années de bonheur auprès de sa femme serait idiot. Maintenant, il ne lui restait qu'à rencontrer sa fille ? Comment s'appellait-elle, à quoi ressemblait-elle ? Comment se comportait-elle ? La jeune femme se posait beaucoup de question mais d'un petit signe de la tête, elle accepta la suite. Sya se dirigea vers la porte pour l'ouvrir et... rien. Zenith se trouvait à côté de la porte, elle aussi, tétanisée par la rencontre avec sa mère ! Telle mère, telle fille. Mais en allant la chercher, que ce soit l'une comme l'autre, leur réaction étaient similaire, la découverte, les questions, tout se mélangeaient dans leur regard.

« Harmony, voici Zenith, Zenith, voici ta seconde maman. »

Les deux femmes se rapprochaient en silence, sans savoir quoi dire. Harmony ne pouvait nier sa ressemblance chez cette jeune fille, de même que la fille trouvait quelque points commun, physique, chez cette femme. Les deux se regardaient et détournaient le regard à la moindre occasion, ces retrouvailles n'étaient pas prêtes de finir si ça continue comme ça. Tendant doucement sa main vers elle, Harmony hésitait mais caressa doucement sa joue du bout des doigts, venant caresser quelques-uns de ses cheveux entre ses doigts.

« Tu es ravissante... »

La jeune femme la regardait, les lèvres scellées mais son regard trahissait son envie, la joie de rencontrer enfin la seconde personne à lui avait donner la vie. Sans un mot, elle se jeta dans ses bras pour l'entourer et rester contre elle, savourait le contacte de sa mère, sa chaleur, sa douceur, oui, elle était heureuse, tellement heureuse qu'elle en pleurait de joie. Comme une mère, elle entoura la jeune fille de ses bras, l'une dans son dos, la seconde caressant sa tête.

« Maman !... Maman ! »
« Là ma chérie... je suis là... »


Elle qui pensait être perdue, elle savait déjà agir comme une mère.

« Pardon maman, je... je voulait pas mais... j'avais peur de tout gâcher ! Je ne voulais pas... te porter malheur ! »
« Relève la tête Zenith, ai-je l'air malheureuse ? »


Harmony ne pleurait pas, étonnamment, mais elle était à deux doigts de le faire. La demoiselle releva la tête en secourant doucement cette dernière. Harmony ne résistait pas à l'idée de lui retirer ses quelques mèches qui cachaient son œil, elle y voyait juste un œil normal, comme celui qu'elle voyait déjà. Pas d'œil rouge comme pour elle ou son frère donc. Elle essuya ses larmes avec son index avant de prolonger ce câlin mère et fille. Elle avait tout raté de sa vie mais elle était tellement heureuse de la rencontrer pour la première fois. Les minutes passèrent en silence dans ce câlin entre mères et filles ou, bien entendu, même Sya fut invitée, elle restait celle qui avait portée Zenith pendant neuf mois et qui l'avait élevée ici aussi. Les questions concernant « pourquoi ne pas avoir été ensemble tout ce temps » déjà évoqué par Sya à l'une comme à l'autre, ce genre de choses fut éviter et c'est Harmony qui fit le premier pas pour la suite.

« Dorénavant, tu habiteras avec moi ma chérie d'accord ? »
« Je suis d'accord maman... Mais je dois demander à Maîtresse Samara d'abord. »
« Elle sera d'accord ma puce, je lui ai déjà demandé. »
« Tu es sûr que je ne te dérangerais pas ? Ni toi, ni ta femme ? »
« Comme moi elle sera surprise d'apprendre ton existence mais tu verras, c'est une femme formidable et elle t'aimera autant que moi... »
« Mais si ce n'est pas le cas ? Qu'elle ne m'aime pas ou que l'on ne s'entende pas ? »
« Pourquoi tu veux qu'une telle chose arrive voyons ? »
« Après tout, je t’apprécie déjà sans même te connaître ! »


Une nouvelle fois arriva devant la porte, la femme d'Harmony était là, aux côtés de la démone, maîtresse de ses lieux. C'était une belle blonde dans une tenue originale, mais ravissante, on sentait que cette femme aux allures douce était une femme de pouvoir. Après tout dans son regard, il y avait un petit quelque chose d'autoritaire alors qu'elle se rapprochait de la petite famille.

« Majesté ! C'est un honneur de vous rencontrer ! »
« Pas de formule de politesse voyons ! Tu es la fille de ma femme donc ? Alors je serais ta belle maman, Zenith c'est ça ? Appelle-moi Belle-maman, Maman ou comme tu le voudras. Mais pas Majesté ! »
« Tu étais au courant ? »
« Non, c'est Samara qui m'en a parlé une fois notre souci réglé, elle m'a proposé de venir vous rejoindre et nous avions juste attendu près de la porte pour ne pas déranger. Cela dit, tu m'étonnes ma chérie, je ne m'attendais pas à ce que tu aies ce genre de secret. Une fille aussi belle que sa maman, que ses mamans même. C'est peut-être toi qui aurais dû essayer de me mettre enceinte. »
dit-elle à voix-basse dans son oreille.
« Alice, pas devant les gens... »

Harmony rougissait facilement, même leurs années de vie commune n'avaient pas changé ce point chez elle, toujours aussi timide sur certains sujets. La princesse de Sylvandell avait épousé cette ancienne servante de Mélinda, d'une simple rencontre à son harem, les deux se sont tourné autour un certain moment, Alice s'étant même proposé de la racheter mais Mélinda, dans un élan de générosité, avait offert la libération d'Harmony pour son amie. Après tout Hardos travaillait toujours pour elle et aussi efficacement, même si après toutes ses années, lui aussi avait une femme et des enfant – des faux jumeaux qu'il avait baptisés comme ses parents – après avoir épousée une des filles de la guilde avec laquelle il faisait souvent équipe.

« Nous aurons beaucoup de choses à nous raconter. Tu auras ta propre chambre, tout ce que tu désiras ma chérie. Enfin, si ce n'est pas trop ? »
« Rien n'est de trop pour ma fille, tu sais. Tu pourrais même dormir avec nous les premières nuits ? Je suis sûre que tu aimerais dormir un peu avec ta maman ? »
« Eh bien... oui mais je ne veux pas gêner... »


Il ne s'agissait que de quelques nuits, pas tout un drame de se retenir un peu et puis, ça ne fera que rapprocher cette petite famille recomposée. Sya était retourné auprès de Samara en trouvant cette scène émouvante, c'était si mignon !

« Hum, ma petite fille va retrouver sa maman... ça va me manquer de ne plus la voire ici... »
« Moi aussi... Dis-moi, ma petite Sya... tu ne voudrais pas une nouvelle petite fille ? Une petite ange ? Une petite démone ? »
« Hihi, ne me tente pas Maman... tu sais que je cède facilement... »
« Oh mais je le sais... »


Zenith se retira des bras de sa mère et de sa nouvelle belle-mère pour retourner auprès de l'ange et de la démone avant de prendre Sya dans ses bras pour la câliner.

« Merci Maman... Merci. »
« De rien ma puce... Je passerais te voir à l'occasion et puis, on se verra aux anniversaires de tes sœurs. »
« Oui. Merci Maitresse Samara. »
« Tu vas me manquer petit trésor. N'oublie pas d'aller dire au revoir à tes sœurs. »


Autant avec Angie, ce fut assez simple, la démone n'était pas très sentimentale même si son départ l'attristait un peu mais avec Angie, elles étaient vraiment très proches alors son départ fut plus dure à encaissée pour la petite ange aux ailes noires. Mais elle comprenait ce besoin de se rapprocher de sa mère, et comme Sya l'avait dit, elles se verront aux anniversaires. Une des conditions de l'ange pur sa famille, toutes ses filles se retrouvent à chaque anniversaire, cela lui permettait d'avoir un grand moment agréable en famille.

Suite au départ de Zenith du manoir de Samara, l'ancienne servante avait retrouvé sa mère, se rapprochant de plus en plus et de sa femme Alice, qui était tout aussi agréable à vivre que sa mère. Durant les mois qui ont suivi, Harmony était tombée de nouveau enceinte et d'autres mois plus tard, Sylvandel avait un héritier pour son trône une fois le règne d'Alice terminé. Cela n'emperchait pas Alice et Harmony d'aimer Zenith, leur petite faiseuse de miracles ! De son côté, Sya fut de nouveau maman, tout comme Samara, et plutôt deux fois qu'une puisque Saikai avait aussi accouché de son côté. L'ange de la luxure devenait plutôt l'ange de la procréation avec toutes ses petites filles disperser sur Terra. Mais quand on aime, on ne compte pas !
Journalisée

Sya
Avatar
-

Messages: 1849


Just à little Bitch ~ ♪


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Avril 14, 2017, 09:53:48 »

Ce rp fait suite aux futures mariage entre les Karistal & les Lilanstars, ainsi que le rp où Mélinda tente d'avoir un enfant avec l'aide Sya et de Sha. une fois encore, ce fan-fic est purement fictif, cela ne veut pas dire que la suite de nos rps fera que ça se déroulerais comme ça dans quelques années dans le basckground de nos personnages.
Si certains personnages n'ont pas d'image, c'est qu'ils sont illustrer dans une des fan-fic plus haut [ou alors je n'ai pas trouvé d'image pour les illsutrer].

L'anniversaire d'une Vampire

Le futur est incertain. Qui peut dire exactement comment cela va se dérouler ? Si par chance une personne peut nous prédire le futur et que nos actions le changent, cela sera donc faussé ? Oubliant ce futur A pour un futur B qui a été provoqué pour éviter la première option. Le futur est une chose que l'on ne peut maîtriser, comme tout voyage temporel, le moindre petit changement anodin peut tout changer. Certains théoricien se penche sur le fait que, quoi que l'on fasse, le futur est écrit et doit se dérouler tel quel, d'autres se penchent plutôt sur le fait que l'homme peut modifier cela, en bien comme en mal et d'autres pensent plutôt que le présent est un arbre. Un arbre qui a des milliers de branches, toutes symbolisant un futur possible. Difficile de penser que le moindre objet manquant ou non à sa place peut provoquer de gros changements sur le futur et pourtant, c'est là toute la complexité de la chose. Face à ce futur incertain, penchons-nous sur une ligne temporelle, une ligne qui semble bien calme et idyllique. Notre arbre vient tout juste de fêter un double mariage et pas des moindres, les filles Karistal, célèbres à Ashnard pour être les filles de Setzer Karistal, riche esclavagiste, toutes deux gérantes du second harem de Mélinda Warren, et adoratrice de neko, venaient justement d'épouser les sœurs Lilianstar. Terranide neko dont la cadette avait épousée Yuko pour ensuite vivre à Ashnard avec sa femme et où Yuka avait épousée l’aînée, habitant dans les contrées froides de Zon'da où sa femme lui tenait chaud la nuit.

Près de seize années plus tard, dans les terres froides de cette glorieuse cité terranide, la petite fille regroupant d'anciens esclave avait bien grandit et changer, en mieux. L'endroit restait très terranide mais la paix – durable ou non – rendait cette cité plus belle encore. Aux premières lueurs du jour, dans le manoir des Lilianstar, tout le monde dormait à poings fermés, et dans la chambre des parents, Yuka dormait sur le dos, nue comme très souvent, laissant sa femme dormir contre elle, une main posée sur son ventre bien rond où la vie gigotait à l'intérieur, rendant les nuits parfois courtes ou inconfortables. Pour cause, le chaton qui s'y trouvait ne tarderait pas à en sortir, question de jours encore ! Se réveillant doucement, Antares s'assurait du repos de sa femme, souriant en observant son ventre dodu avant de l'embrasser. Ce n'était pas ses lèvres, ni sa joue ou son front mais cela la tirait doucement du sommeil. 

« Hhhhuuummmm... Nya ? »
« Je me lasserais jamais de baiser ce ventre. »
« Et moi, je me lasse de ce chaton qui m'empêche de bien dormir... et de jouer avec toi. »
« Doucement, Yuka-chu, dans quelques jours, tout rentrera dans l'ordre et tu redeviendras ma petite femme et je te ferais l'amour jusqu'à ce que tu tombes de sommeil... »
« Nyyyyuuuuu... »


Une proposition qui semblait la ravir ! Enfanter était une bonne chose qui allait ajouter leur quatrième chaton à la petite famille mais se priver de sexe et de nombreux avantages sans être enceinte, c'était compliqué. Antares se relevait en enfilait quelque chose sur le corps avant de remonter la couverture sur sa femme.

« Ne bouge pas, je vais te chercher ton petit déjeuné, comme d'habitude ? »
« Oui, et réveille les filles, elles ne doivent pas traîner au lit si elles veulent rejoindre leur copine. »


Antares quitta la chambre en trouvant une des domestiques pour lui demander la préparation de Yuka avant de se diriger vers la première chambre, celle de ses filles, de ses petites jumelles déjà si grande. Comme de nombreuses neko, malgré leurs quinze années, elles gardaient un aspect très jeunes, elles étaient aussi très joueuse. Peut-être un peu trop ? Yuka comme Antares se demandait parfois si leur fille n'étaient pas incestueuse ? Ce serait les mauvaises personnes pour critiquer cela vu leur passé mais au détour d'une conversation privé, les deux demoiselles avaient affirmé adorer leur jumelle mais que jamais elles ne s'aimeront d'amour. C'était leur sœur après tout ! Une chose rassurante, reste plus qu'à savoir quand elles auront trouvé l'amour ? Dans la chambre, l'obscurité était là, une chambre bien rangée, bien propre avec une odeur très douce aux narines. Antares se rapprochait du lit pour les remuer doucement en les réveillant, faisant miauler ses petites filles, Marion et Maelys qui sortaient des bras de Morphée.

« Debout, vous deux. Ne tardez pas à vous lever car vous avez rendez-vous chez votre amie. »
« Nyyyaaaaaauuuuuu... »
Gémirent-elles plus ou moins ensemble en ouvrant leurs yeux. 

Antares caressait doucement leur tête en leur souriant, voyant sur leur bouille d'amour un sourire se dessiner doucement. Même en devenant de jeunes femmes, elles avaient toujours ce côté enfantin sur le visage, ce qui les rendait toujours aussi mignonnes. Elle se pencha doucement sur elles pour les baiser avant de doucement quitter la chambre.

« Ne traînez pas les filles, sinon, pas de petit-déjeuner ! »

Miaulant de désapprobation, elles s'étiraient ensemble avant de se regarder dans le blanc des yeux et se sourirent mutuellement, commençant leur rituel du matin en se caressant tendrement. La tête, le corps, rien d'incestueux, juste des caresses comme les aiment toutes les nekos du monde.

« C'est déjà l'anniversaire d'Elise, nya ? »
« Nyoui. C'est passé vite faut croire... »
« Ou tu as rangé son cadeau ? Dans le coffre ? Nya ? »
« Nya, il me semble que oui ? »


Quittant le lit dans le plus simple appareil, la neko blonde se pencha sur le coffre en l'ouvrant pour le voir, bien emballer et prêt à être offrir. Ouf, cette petite frayeur matinale était finie. Et se réveillant peu à peu, il était temps de penser à autre chose de bien plus amusant pour elles ! Et plus intéressant car elles avaient beau aimer leur amie Elisabeth, il y avait autre chose de plus intéressant à cette petite fête !

« Nyaaan, tu crois qu'elles seront là aussi ? »
« Bien sûr, elles sont toujours invitées aux anniversaires d'Elise, nyaaan ! Je crois que leur mère est aussi la vraie mère d'Elise ? Enfin, une d'elles, nyaan... C'est compliqué. »
« Hum, c'est pour ça qu'il y a toujours du monde, nyu ? Et surtout qu'elle est toujours entourée des autres filles ? Je trouvais ça bizarre aussi que ce soit quasiment la seule adulte à nous surveiller, toutes ensemble, nyu ? »
« Nya, ça voudrait dire que, si on sort avec elles... Elle sera un peu comme notre belle maman ? Nyu, et que Elise sera un peu notre belle-sœur ? »
« Ne vas pas aussi vite, nyaan ! On peut pas dire qu'on sort avec elles alors qu'on ne les a jamais vraiment abordées... »
« Nyu... »


Triste vérité. Mais ce n'était pas grave, Marion et Maelys étaient des nekos qui savaient positiver et aujourd'hui, elles vont devoir faire un premier pas ! Ces deux filles qui semblent les intéresser, elles vont en savoir plus sur elles, promis ! Même si bon, elles n'aiment pas laisser Elise seule, surtout pour son anniversaire, il faut bien que la belle se trouve aussi une fille à séduire ? Cela dit, vivant dans un harem, elle avait depuis longtemps une tripotée de fille avec qui jouer. Déjeunant en famille avec ses parents et leur petite sœur, les nekos étaient enfin prête, embrassant leurs deux parents avant de partir même si Antares était la seule sur le pas de la porte, Yuka étant plus souvent dans son lit ou dans un endroit à se détendre.

« Pas questions que maman Yuka accouche sans nous, nyan ! »
« Nyu si, comme ça au retour on aura notre petit frère ou notre petite sœur ? »
« Nyaaan... »

« Ne vous inquiéter pas pour elle et amusez-vous avec Elisabeth, ne faites pas de bêtise là-bas. »
« On sera sage comme des chatons, nyan ! »
« Nyu, promis ! »


Quittant leur mère, les nekos voyagèrent longuement en calèche pour rejoindre Ashnard, avec Noire, leur garde du corps qui avait déjà veillé sur Yuka avant d'en faire de même avec sa progéniture. Une fois arrivée sur place en début d'après-midi, il y avait déjà bien des invités pour tenir compagnie à la jeune vampire. Mais la jeune femme n'était pas encore prête et quand les deux nekos déboulèrent dans sa chambre, ce fut avec joie qu'elle leur sauta dessus pour les câliner. Elle avait beau avoir un harem sous la main, avec les deux nekos, elle avait tissé une très grande amitié alors revoir ses copines, c'était déjà un beau cadeau ! Tout comme sa mère Mélinda, Elisabeth avait une bouille de poupée, un regard aussi malicieux que son sourire, des cheveux blonds reflétant le soleil et surtout une perversité qui égalait ses parents, que ce soient Mélinda, Vanilla ou encore Sya. Mais elle était encore jeune, elle était loin d'avoir autant d'expérience que ses trois-là. 

« Huuuum comme je suis heureuse de vous revoir mes chatons ! Vous m'avez trop manqué !!! »
« Nous aussi, on est heureuses de te revoir Elise, Nyan ! »
« Nyu, on était trop impatiente ! »

« Vous allez voir, ma mère va passer aujourd'hui avec toutes mes sœurs ! On va pouvoir s'amuser tous ensembles et je suis sûr que certaines de mes grandes sœurs auront des choses à nous raconter, du genre, croustillant ! »
« Nyan, alors il y aura tes deux grandes sœurs nekos ? »
« Qui ça ? Shinobu et Emika ? Ouais, elles seront là normalement. »


Le regard des jumelles laissait présager à la vampire ce qu'elles avaient en tête, du moins une partie de leurs pensées. Ce n'est pas comme si Elise était gênée par cela mais étant la vraie fille de Mélinda Warren, elle était sa princesse et lui refuser quelque chose, elle n'aimait pas cela.

« Dis donc vous deux, vous aviez déjà une idée derrière la tête ? »
« Non, on est curieuses, c'est tout, nyan. »
« Silence ! Dans ma chambre, on s'adresse à moi en m'appelant Maîtresse ! »
« Nyu, vous allez nous punir, Maîtresse ? »
« Pas forcément... Ma mère m'a offert un cadeau en avance pour cet anniversaire et je voulais le tester avec vous. »


La jeune vampire venait doucement soulever sa fine robe et l'on y voyait une queue fraîchement sortie de son trou. De quoi occuper les deux jumelles qui ronronnait en se penchant dessus et venir jouer avec Elisabeth, leurs langues se frottaient ensemble sur ce bâton de chair sir dur, si doux où certaines veines semblaient avoir un petit cœur qui battait sur le passage de leurs langues râpeuse de neko. Entre les jambes de la vampire, ce fut une vision de bonheur, un véritable fantasme vivant qui prenait place. Aussi cultivé en sexe était Elisabeth, utiliser une queue était tout nouveau pour elle, elle voulait essayer cela avec ses deux nekos favorites après tout alors, elle avait droit à son désir si longuement contenue.

« Haaan, vous êtes si, humaaa, si vicieuses ! Hum... Rester dormir là, cette n-nuit... je vais vous baisez toute la nuit mes vilaines petites chattes ! »

Ses douces paroles avaient pour effet d'exciter les deux nekos. Si cela semblait paradisiaque, une personne fit irruption dans la chambre, se fichant de ce qui se passait et puis après tout, elle était chez elle ! Mélinda Warren avait toujours ce charme, cette même apparence, un des avantages liés à son sang de vampire. Elle arriva dans le dos de sa fille comme si de rien n'était même si depuis la porte, elle avait bien vu sa fille se tenir debout avec les pans de sa robe relevée en dévoilant ses petites fesses bien pâles. Elle venait lui baiser la joue, jetant un œil sur leurs activités, sans les séparer ou autre, comme si elles ne faisaient que discuter gentiment. Mélinda n'avait rien dit aux parents des nekos mais ce n'était pas la première fois qu'elle surprenant sa fille et les leurs ensembles même si avec Elisabeth en futa, c'était une première !

« Ta mère ne va pas tarder à arrivée ma chérie alors finie de jouer avec tes nekos et soit là son arrivée d'accord ? »

Sya, la vraie seconde mère de la jeune vampire avait accepter d'aider Mélinda en posant certaines conditions et celle-ci, était la même pour ses filles. Petites ou grandes, chaque anniversaire, c'est comme un réunion de famille ! À moins d'être vraiment malade ou avoir un grave souci, on y échappe pas ! Cela faisait seize ans que Sya venait avec toutes ses filles ici pour l'anniversaire d'Elise, ça n'allait pas changer maintenant. Même si elle venait la voir de temps en temps, avec une famille aussi nombreuse, elle ne pouvait pas être ici tous les jours.

Dans la même journée, non loin du harem de Mélinda, une autre neko se préparait à la fête mais un peu à contrecœur à dire vrai. Alicia était pourtant adorable avec sa bouille, elle n'avait pas une grosse poitrine et n'était pas très grande mais elle avait son charme. Elle était l’aînée de la famille Karistal, première fille de Yuko et de Pleione, elle ne manquait de rien et aimait ses parents, bref, c'était une neko normal. Sauf que voilà, elle n'avait rien contre Elisabeth mais... cette vampire aimait un peu trop la taquiner. Si ses cousines sont très copines avec la vampire et rentrent facilement dans son jeu, Alicia était très timide et très calme et loin des jeux que pouvaient avoir ses cousines avec la jeune vampire. Elle avait tenté d'y échappé mais Yuko travaillant pour Mélinda et n'ayant rien de grave à reprocher à Elisabeth, elle était obligée d'y aller. 

« Mais Maman, je n'aime pas la façon dont elle me colle sans arrêt ! »
« Allons, elle t'aime bien au moins, c'est mieux que si elle ne t'aimait pas. »
« Mais elle n'arrête pas de faire des sous-entendus obscènes pour me taquiner ! »
« Du moment qu'elle ne tente rien, ce n'est pas grave. »
« Mais... »
« Alicia. Si tu as du mal avec le caractère d'Elisabeth, je ne vais pas te forcer à l'aimer mais c'est son anniversaire alors soit présente ce jour-là, offre lui ton cadeau, point final. Si tu ne veux pas rester avec elle, reste avec tes cousines ou fait toi de nouvelles amies là-bas, il doit bien y avoir d'autres filles qui ont ton âge ? »
« Maman... Je ne critique pas le choix des autres mais la plupart des sœurs ou amies d'Elisabeth sont comme elle alors forcément ça ne colle pas. Pourquoi je n'arrive pas à me faire des amis normaux ? »
« Mon chaton, ce n'est pas ça le souci. Tu vis avec nous, dans ce harem, tu as un âge où les enfants s'intéressent à ce genre de choses alors, en théorie, tu devrais toi aussi avoir plus ou moins ce genre de comportement, de questionnement ? Mais toi, tu es habituée à tout cela. Mais ne change pas, nous t'aimons comme ça. Tu trouveras bien quelqu'un de similaire et tout se passera bien, d'accord ? »


Yuko venait lui baiser le front avant de la serrer contre elle. Elle avait beau devenir une jeune femme, elle se souviendra toujours de l'adorable bébé qu'elle avait eu dans les bras. Peut-être sa mère avait raison ? Depuis le temps qu'elle n'a pas vu les autres, elle pouvait peut-être se faire de nouvelles amies ? Depuis la dernière fois, certaines ont peut-être changé ? Au pire des cas, elle restera avec les plus jeunes, elle savait qu'au moins en présence des petits, elle ne tentera rien de louche. Faisant donc chemin vers le harem de Mélinda, nettement moins loin que Zon'Da, le trio de copines avait rejoint la grande salle. Tout un tas de filles se trouvaient déjà là, venant des quatre coins de Terra. Des humaines, des furrys, des Tékhanes, des Edorasiennes, des sorcières, des Nexusienne. C'était un petit coin de paix. La jeune vampire recevait des messages d'affection de la part des convives même si la fête ne débutait pas de suite. Il manquait encore des gens, elle, elle ne voyait pas sa petite Alicia.

« Nyu, elle ne doit pas encore être là ? »
« Mais pourquoi elle t'obsède autant, nyan ? Elle n'a pas l'air de vraiment apprécier tes avances ? »

« Justement, c'est ça que j'adore. Le genre timide, coincé, je ne la forcerais à rien mais je veux au moins qu'elle médite sur la question avant de juste me lancer un non au visage ou prendre la fuite. Vous avez jamais remarqué que c'était ce genre de personne qui était super bon au lit ? »


Ce genre de personne ne courait pas les rues dans le harem, ses parents en avaient bien souvent l'exclusivité et pour ce qui est des nekos... Faut dire ce qui est, en dehors d'Elisabeth, elles ne voyaient pas grand monde dans un lit. Alicia avait fait son arrivé entre-temps mais avant que le regard de la vampire ne se pose sur la jeune neko, un cercle de lumière s'agrandissaient au milieu de la pièce alors qu'une multitude de personnes arrivait avec en son centre, un ange aux longs cheveux bleu, aussi fine qu'adorable, elle était, physiquement, toujours la même, avec un adorable bébé entre les bras. Pour ses filles qui ne pouvaient pas faire le voyage, Sya venait les chercher une à une, ce qui explique cette arrivée nombreuse ! Elisabeth s'avançait d'un pas rapide vers sa mère pour la prendre dans ses bras, la dépassant légèrement.

« Huuuuuum ma maman Sya ! Tu m'as manqué ! »
« Toi aussi, mon petit trésor. Tu as encore grandi en plus, c'est pas bien, je vais avoir du mal à te prendre dans mes bras. »
« Parlant de bras, qui est cette nouvelle petite sœur ? »
« Il s'agit de Marielle, notre nouvelle enfant à moi et Samara. »
« Encore une petite métisse ange et démon, elle va être si craquante ! »
« Mais elle l'est déjà. Tu veux la tenir ? »
« Pas tout de suite maman. D'ailleurs, Maman Mélinda veut que tu viennes la voir à ton arrivée, elle m'avait demandé de te faire passer le message. »
« Bien mon petit trésor. On commencera à mon retour, d'accord ? »


Parmi les invitées, il y avait les grandes sœurs de Marielle, Hellène ainsi qu'Angie, les premières filles de Sya, Shinobu et Emika qui attiraient déjà les regards des deux sœurs Lilianstar, de même que bien des sœurs mais dans le lot, il y avait deux filles qui n'avaient rien à voir avec le sang de Sya, deux filles qui étaient même des jeunes femmes au milieu de ses jeunes adultes et de tous ses enfants. L'une d'elles était une furry kitsune, les cheveux long, le sourire en coin, elle semblât scruter la salle, à la fois sympathique et stricte. Et à ses côtés, il y avait une jeune femme humaine aux cheveux longs et blonds, l'air plus réservé mais le sourire plus doux face aux enfants. 

« Nyyyyyyyyaaaan ! Elles sont là ! »
« Nyyuuuuuuuuuu ! Elles sont plus belles que dans mes souvenirs ! »
« Laquelle tu préfères ? »
« Nyyyu... les deux ? »
« Moi aussi, nyan ! »

« Pas si vite les chatons ! De un, vous ne m'abandonner pas comme ça ! De deux, qui sont ses filles ? C'est pas une de mes sœurs sinon je l'aurais forcément vue... et elles sont jamais venues à un de mes anniversaires. »
« Nyan ? Aucune idée, on les a jamais vues non plus ? »
« Elles ont l'air proche de nos nekos, non ? Nyuuu... »

« Maintenant que tu le dis... Penser que c'est leurs gonzesses ? »
« Nyan ?! »
« Nyuu ?! »

« Du calme, je disais ça comme ça... Allez-en découvrir plus pour moi, après, vous aurez quartier libre. »
« Nyan, l'une d'elles vous intéresse ? »
« Et comment... »


Affichant un petit sourire, les nekos avaient une mission pour leur copine, découvrir qui étaient ses deux invités. Alicia de son côté avait échappé au regard de la vampire et se mit dans un coin, observant les nombreux invités en se demandant vers quel petit groupe elle devrait aller ? Il y avait tant de différents groupes, de différents âges... Mais comme toujours, même si une ou deux personnes pouvait l'intéresser, elle n'osait pas, venant se poser dans un coin en attendant simplement que le temps passe. Elle avait passé quelques minutes seule, sans la moindre approche mais quand cela arriva, elle fut surprise ! D'autant plus que la personne était quand même une adulte !

« Eh bien alors, qu'est-ce que tu fais toute seule ? »
« Ha euhm... Je me repose, c'est tout... »
« Tu sais, ma sœur aussi est une mauvaise menteuse. Allez, raconte-moi tout, c'est pas si grave que ça quand même. »
« C'est juste que je colle pas à l'ambiance... Je suis trop différente d'elles, ou trop vielle alors, je ne m'intègre pas. »
« Dit pas ça. Bon ok, ta peut-être des goûts différents des leurs, mais pas tous ? Tu les connais pas toutes de A à Z quand même ? Vous avez surement des points communs, tous autant que vous êtes ? »
« J'arrive pas à y aller de toute façon... Elles sont toutes en petits groupes. »
« Alors commence moins grand. Hum... Tiens regarde, elle aussi elle est dans son coin et semble parler à personne. Tu la connais ? »
« Hum, je l'ai peut-être croisé une ou deux fois. »
« Aller file, et ne reviens pas avant d'avoir essayé ! »
« Mais, je... »
« File, houp là ! »


La kitsune venait de la pousser gentiment vers elle bien quelle devait encore faire un petit bout de chemin à travers la salle pour la rejoindre. C'est à peine si la fille solitaire avait daigné la regarder. Gênée, Alicia resta près d'elle en essayant de faire un effort quand même mais cela sera vain.

« Euh salut ?... » Mais pas de réponse. « Je t'ai pas vraiment vu ici, tu es une amie d'Elisabeth ? Ouuuu d'une autre personne ? »
« Je suis toujours présente mais je reste seule. Ce genre de fêtes, c'est pas mon truc. Regarde-les en train de glousser et s'amuser... La plupart d'entre elles sont sœurs et ne se voient qu'à ce genre de fêtes et elles s'en fichent. Tss, elles ont même pas été conçues par amour... Juste par... plaisir ? Et encore ! C'est le cas pour toi aussi ? »
« Euh non ? Enfin, mes parents s'aiment... si c'est bien ce que tu demandes ? »
« Chanceuse. Moi, je ne suis qu'un cadeau. Sya, ma ''mère'' a été prise par ma seconde mère afin que je soit offerte à une autre femme qui est comme la fille de ma mère de Kiriko, afin qu'elle ait une mini-elle. Tu parles... »


Alicia ne savait pas trop quoi dire, la seule chose qu'elle se demandait, c'était comment elle s'était retrouvée ici ? Heureusement, la situation allait s'alléger. Car une blonde plus joyeuse et tout en noir venait à la prendre dans ses bras sans s'inquiéter de quoi que ce soit. 

« Ne t'inquiète pas pour Tenesse. Depuis qu'elle a une affinité avec la magie sombre, elle se donne des grands airs de Miss morbide mais c'est un vrai petit cœur ! »
« Cesse de me ridiculiser devant les autres ! »
« Inutile de crier et puis tu sais bien que moi, je sais qui tu es vraiment alors ton petit jeu ne prend pas. Aller viens, ta mère à besoin de toi. »


Voilà que la demoiselle embarquait sa petite sœur de force vers Sya, laissant la neko à nouveau seule, soulager que cela ne soit qu'un rôle qu'elle se donnait car elle était un peu glauque celle-là... Alors que la neko tentait de faire des efforts comme lui avait demander la kitsune, retournons aux deux autres nekos qui faisaient connaissance avec ses deux jeunes femmes nekos sur qui elles avaient craqué, tout en apprenant des choses pour leur amie. Justement, cette dernière leur faisait signe, abandonnant à regret les nekos pour venir vers la vampire qui les caressaient dans le sens du poil pour avoir ce qu'elle voulait...

« Alors ? »
« Nyu, ce sont deux sœurs, Holy pour l'humaine et Kity pour la kitsune. »
« Elles viennent pour aider à veiller sur les plus jeunes. »

« Ok, ok, dites m'en plus sur cette Holy ? »
« Elle est plutôt introvertie, calme, gentille... tout ce que vous aimez, nyyyyan. »
« Exact. Mais encore ? »
« Bah... on ne sait pas trop... Shinobu la voit plus ou moins comme une grande sœur mais... bah c'est pas le genre à agir de façon impulsive... »
« Tant pis. C'est aussi amusant de se balader en terre inconnue. Allez donc gagner des cœurs, je vais en faire autant ! »


Tandis que les deux blondes retournaient auprès des jeunes femmes pour en apprendre plus sur elles et tomber plus amoureuses d'elles pendant que la jeune vampire allait auprès de la jeune femme, jouant le rôle de la gentille petite fille sage, les mains jointes en se rapprochant d'elle.

« Bonjour. Je m'appelle Elisabeth, tu sais, c'est ma petite fête d'anniversaire. »
« Enchantés, Elisabeth, et joyeux anniversaire. Je m'appelle Holy. »
« C'est ce que j'ai cru comprendre. Dis-moi, on m'a dit qu'avec ta sœur, tu étais là pour aider à surveiller les plus jeunes, tout ça. J'ai rien contre ça mais... M'as-tu apporté un cadeau ? »
« Ha euh... Désolé, non je... je ne pensais pas en... »
« Ce n'est pas grave. Mais dans ce cas, puis-je demander un cadeau spécial ? »
La jeune femme la regardait en se posant des questions mais la jeune vampire allait répondre à ses questions. « Puis-je boire un peu de ton sang ? » Dit-elle en montrant ses petits crocs, ce qui surprit Holy, aisément.
« Q-Quoi ?! »
« Je plaisante ! »
Pour le moment... « Si ce n'est pas trop demandé, je préférais un câlin ? » Holy continuait de la regarder avec de drôle de questions en tête alors que la petite vampire se rapprochait. « Je vais pas jouer les malheureuses, mes parents me donnent autant de câlins que je veux mais avec le temps... hum, c'est mon petit plaisir alors, j'aime me blottir dans différents bras et savourer... »

Était-ce un de ses petits tours ou une vérité ? Difficile à dire quand on connaît la personne que depuis une minute mais à voir son regard, on pouvait y voir une part de vérité dans ses mots. Petite ou grande, on ne savait pas à quel point cette part était grande ou non mais une vérité reste une vérité. Elisabeth était encore jeune, cette vampire n'avait pas vingt ans, elle était très loin de l'âge de sa mère Mélinda mais elle a déjà beaucoup appris d'elle et des autres de son entourage. Faire les beaux yeux pour exiger une chose que l'on ne lui donnerait pas, amadoué ses proies pour obtenir leur confiance, de sa jeune vie, elle avait beaucoup à apprendre mais pour ce qui était d'embobiner les gens, elle avait déjà un certain talent. En général, les gens avaient deux réactions face à ce genre de demande. Ils riaient en réalisant sa demande, prenant cette demande à la rigolade pour lui faire plaisir sans se poser plus de questions ou bien trop méfiants, ils obéissaient car la petite reste une Warren mais ils agissent avec prudence en espérant que le piège à loup invisible ne se refermerait pas sur eux ? Mais pour Holy, ce fut différent. Évidemment, elle la prit dans ses bras avec plaisir, écrasant sa tête sur sa poitrine en lui caressant les cheveux. Elise se sentait... étrangement bien ?

Elle l'avait dit, des câlins, il suffisait de tendre les bras pour en avoir mais en dehors de ses parents, les inconnus ne la serrent pas avec tant d'aisance et... d'amour ? On ne parle pas d'un grand amour comme c'est le cas dans de nombreux couples mais cette fille... elle semblait si douce.

« Je peux que te comprendre Elisabeth. Mes parents aussi me couvrent de câlin si je le demande, quand j'étais petite fille ou même aujourd'hui, c'est une demande impossible à refuser. Et moi aussi, j'ai toujours adoré cette sensation. » 

Elle avait peut-être connu moins de bras que la jeune vampire mais cette aura bienveillante qui entourait cette inconnue lui donnait envie de prolonger ce contact attendrissant. Elle qui voyait cette fille comme un morceau de viande dont elle sucerait son sang et profiterait si possible des joies de la chair, la voilà en train de ranger doucement cette idée dans un tiroir pour sortir d'autres idées, nettement moins dénudé et sanglant. Sans rajouter un mot ou un geste, elle ferma les yeux et profitait de ce contact chaleureux avec cette fille, en soi, c'était plus ou moins cela qu'elle recherchait en l'ayant vue, se rapprocher d'elle. La seule différence étant que son but avait un peu changé. Dans un autre coin de la pièce, la kitsune cherchait encore à décoincer la neko en la rassurant mais elle s'interrompis dans leur discussion quand une toute petite invitée venait tirer les pans de sa robe en grimaçant. Ni Kity, ni Alicia ne connaissait cette petite qui serrait ses petits poings. En se penchant sur elle, la neko fut surprise de sa demande.

« Pipi... »

Surprise, elle en perdait ses mots mais elle comprenait l'urgence, elle chercha d'abord une personne avec qui elle serait venue mais quand c'est urgent, on n'attend pas. Une chance que cette petite ait choisi la bonne personne parmi toutes celles présentes ici car Alicia était souvent venue ici et donc, connaissait les petits coins. Avec hâte, elle amena la petite là-bas et par chance, elle savait se débrouiller, une fois sortie des toilettes, la pression avait diminuer pour elles, dans les deux sens. Retournant dans la salle, elle fut accueillie par une autre fille qui semblait avoir son âge et qui portait le même genre de tenue que la petite. Elle semblait soulager en les voyants revenir.

« Ouf, je l'avais perdu de vue deux secondes... J'espère qu'elle ne vous a pas embêté ? »
Elle semblait soulager en les voyants revenir. 
« Ouf ! Si mes parents savent que je l'ai perdu deux minutes, elles vont devenir folles ! »

Des bruits de clappement se faisaient entendre et toutes tournaient le visage vers la source du bruit, Sya revint plus souriante que jamais en faisant approcher toute la petite communauté autour d'elle. C'était dingue de se dire que, quand même, il y avait un bon ensemble de Terra autour de cette ange. Tékhos, Ashnard, Nexus, Edoras et bien d'autres. Elle tendit la main vers Elisabeth qui se rapprocha d'elle alors qu'elle commençait son classique petit discours.

« C'est fou comme le temps passe vite. J'ai l'impression qu'hier encore, je tenais un ravissant bébé entre les bras et aujourd'hui, te voilà une ravissante jeune femme. Ha ma petite chérie, ce que tu peux me rendre heureuse. J'espère qu'aujourd'hui et pour le restant de tes jours, tu seras heureuse, mon petit cœur. Quand tu trouveras la bonne personne avec qui partager ta vie, tu pourras encore franchir un cap de ce bonheur... Mais je m'égare, moi je veux encore t'avoir pour moi et rester ta maman encore très longtemps ! »

Quand on voyait les deux, la vampire était un peu plus grande que l'ange mais ça restait assez étrange de se dire que ce joli minois était la mère de cette petite et de bien d'autres ici. Physiquement, elle n'avait pas changé mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'elle était éternelle. Le déballage des cadeaux commença pour la jeune vampire alors que Sya comptait s'éclipser un peu, pour une raison inconnue, ce fut Alicia qui vint la rejoindre, voulant savoir certaines choses étranges sur tout cela...

« E-Excusez-moi... Désolé par avance pour mes questions mais... Vous êtes vraiment la mère de beaucoup de ses filles ici ? »
« Naturellement. Que ce soit Elisabeth, Tenesse, Angie, Hellene ou les autres, trois quarts des filles ici sont au moins sortie de mon ventre ! »
« Mais... comment ? Je veux bien croire que parfois vous ayez eu des jumelles mais... parfois elles sont totalement différentes et quelques semaines semblent les décaler ? »
« Oh ça ma petite, c'est le pouvoir de la magie rose. Mais tu me sembles bien prude pour en savoir plus ? De plus... tu ne serais pas une Karistal ? »
« Si, co-comment... »
« Les yeux. Tu as les mêmes yeux que Yuko. »
« Vous connaissez ma mère ? »
« Je connais énormément de gens ma petite, surtout des femmes haut placé ! Tu as les yeux de Yuko mais physiquement, tu es plus proche de Pleione je trouve. J'ai souvent joué avec elle auparavant et puis... j'ai un peu aidé à ta conception. »
« Co... non, je ne veux pas savoir en fait... »
« Comme tu voudras. »
« Mais comment vous avez fait ? J'ai cru comprendre que toutes vos filles sont de mères différentes et pourtant, vous avez une bague à votre doigt... Vous les cachez à votre partenaire ? »
« Rassure-toi, mes deux femmes sont totalement d'accord avec tout cela. Il est vrai qu'au début, je voulais être la seule femme à mettre au monde pour mes deux femmes mais... je n'ai pas pu refuser le cadeau de ma déesse... Puis avec le temps, j'ai offert à ses femmes, ce manque à leurs vies. Quand on tient un bébé dans ses bras, lors de ses premiers cris, et que c'est le nôtre surtout... J'ai beau servir la Luxure, j'ai beau avoir tout essayé, du plus doux au plus douloureux, rien n'égale le plaisir de tenir son bébé dans ses bras... Cela aurait été cruel de briser les espoirs de toutes ses femmes que j'ai croisées alors, les voilà, toutes ses sœurs sont mes filles, toutes sont mes biens les plus précieux. Regarde Elisabeth, elle est heureuse et sa mère... Tu l'aurais vu à sa naissance, j'ai rarement vu de sourire plus magnifique que le sien... Mélinda me doit beaucoup, si je voulais, demain, j'aurais un harem, plus grand, plus beau et entièrement à moi si je lui demandais, elle m'a tant promis pour la naissance d'Elisabeth mais... je me fiche de tout cela, je n'ai pas accepté pour le gain, c'est cette petite vampire mon trésor ! Le seul désir matériel que je voudrais serait une très grande maison pour vivre avec toutes mes filles et toutes leurs mères mais... ce serait très compliqué. » 
« Vous avez fait de bonnes actions en quelques sortes ? »
« Exactement. Tu sais, que l'on soit riche ou pauvre, pour moi, ce ne sont que des détails. Que ce soit la nature ou la vie qu'elles ont eut, je ne peux pas accepter après avoir vécu cela, que des femmes ne puissent pas avoir de bébé. C'est un moment et un bonheur tellement important que je me doive de les aider. Je me fiche de leurs origines, leur religion ou autre, on n'interdit pas à une femme d'avoir un bébé, surtout quand ce sera une bonne mère. N'hésite pas à me voir quand tu auras envie d'un bébé. »
« M-m-mais j-je-je v... »
« Hihi, ne t'inquiète pas, je me doute bien que tu n'y penses pas encore mais un jour viendra ma chère. »


L'ange continua sa route, laissant en Alicia d'étranges sentiments. Une sorte de noblesse se dégageait chez Sya, elle avait l'amour, beaucoup de filles apparemment et une – même deux – femmes qui comprenait son point de vue et la laissait vivre cette vie. C'était étrangement beau ? Dans son dos arrivait la jeune fille avec qui elle avait commencé à bavarder alors qu'Alicia était perdue dans ses pensées.

« Tu discutais de quoi avec Sya ? »
« Que ? Tu la connais ? »
« Bien sûr, elle passe souvent au palais et je crois bien qu'elle aide mes parents quand elles ont envie d'agrandir la famille. »
« Tu... tu veux dire qu'elle... offre des conseils ou des produits pour aider ? »
« Je ne sais pas trop... je sais que généralement, elle passe une journée auprès de mes mères, elle ne repart que dans la nuit ou le lendemain. »
« Cette femme est... Incroyable. Tu as dit Palais ?! »
« Bien entendus. Je suis une princesse. Je m'appelle Kon Kaguya, je suis la quatrième princesse d'Edoras ! »
Dit-elle tout sourire. 
« Ouah, c'est la première fois que je croise une princesse... »

Si dans la même pièce, Elisabeth ouvrait tranquillement ses cadeaux en remerciant un à un ses invités, les deux neko, amies de la jeune vampire restaient près d'elle pendant que les deux autres nekos, filles de Sya, se posaient des questions sur ses drôles de filles les ayant abordé. Comme elles, ce sont des jumelles, mais ce ne sont pas leurs sœurs car au mieux, elles ont dû les apercevoir quelques fois hors, à tous les anniversaires, elles voyaient leurs sœurs donc, ce n'était pas leur sœur. Mais pourquoi venir à elles ainsi alors qu'elles n'ont jamais vraiment approché Shinobu et Emika ? Elles n'étaient pas méfiantes ni méchantes mais leurs façons de les coller, de se montrer très proche, c’était étrange ? Mais il faut croire que les jeunes adultes voyaient la vérité plus facilement, ce fut Kity, la kitsune qui venait supposer que les deux petites nekos blondes avaient un faible pour les deux neko angéliques ? Rien de concret ni réel mais peut-être que c'était vrai ? Elles ont beau avoir une mère prêtresse de la luxure, elles n'ont jamais eu de vrais relations ? Un baiser voler par ici ou par là mais sans aller trop loin... 

Il faudrait en apprendre plus sur elles mais sans aller trop vite. Si les deux jeunes nekos se posaient des questions, Holy aussi car Elisabeth lui avait quand même fait un drôle de demande qui, même si elle ne l'avait pas refusé, laissait un drôle de sentiment en elle. De l'amour ? Peut-être pas mais elle était de nature très douce et très protectrice alors peut-être que derrière son sourire, la petite vampire était triste ? Pas possible. Avec ses mères qui l'aimaient, des tas d'amies autour d'elle et une si grande famille, comment être triste ? Alors quoi ? Qu'est-ce qu'Elisabeth avait pour rendre Holy toute chose ? Que ce soit les jeunes nekos, la petite vampire ou les autres jeunes nekos, des questions de sentiments se posait. Mais pour Alicia, ça ne semblait pas être de l'amour mais au moins une bonne amitié avec la princesse Kaguya ! 
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox