banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: Quête: La chasse aux vampires (pv: Rayne)  (Lu 6974 fois)
Rayne
Créature
-

Messages: 326



Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Août 05, 2016, 01:47:41 »

Un léger grognement s’échappa de ses lèvres quand le preux chevalier glissa sa main dans ses cheveux, se défendant immédiatement en indiquant avoir juste voulu retirer une feuille. Un commentaire sarcastique fusa alors rapidement des lèvres rubicondes de la semie-vampire :

« Nous venons de tuer plusieurs monstres, vous ne croyez pas que je sois capable de me débarrasser par moi-même d’une simple feuille ? »

Elle le regarda silencieusement, fronçant les sourcils, comme si elle soupçonnait d’autres intentions derrière le fait de lui caresser les cheveux. Ceci étant dit, il s’était confié à elle, même si la manière dont il parlait lui avait donné envie, à deux ou trois reprises, de lui faire sauter la tête. Rayne menait la marche, son corps régénéré, et commença à lui en dire un peu plus, non pas tant pour se confier, que pour qu’il comprenne à qui il avait vraiment affaire.

« Je n’ai aucun nom de baptême dont je me rappelle. Mon père a tué ma mère en la violant sous mes yeux, et j’ai oublié le nom qu’elle m’avait donné. Vous pouvez m’appeler Rayne... BloodRayne est la manière dont on m’appelle. »

Son nom était un jeu de mots avec le mot « rain », qui signifiait « pleuvoir » en anglais. C’était une manière de dire que sa principale fonction était de faire pleuvoir le sang de ses ennemis. Rayne marchait donc.

« Kagan ne m’a pas épargné par pitié, mais pour que je m’endurcisse, et que je vienne ensuite le servir. C’est de cette manière qu’il éduque ses enfants, dans la haine et dans la rage. Nous grandissons en le haïssant, puis cette haine se retourne contre les humains, et il peut ensuite nous récupérer. Chez moi, le cycle a été brisé. Faire autre chose, en réalité, ne m’a jamais tenté. Que ce soit ce monde ou le mien, il y a des pourritures partout. Il y aura toujours du boulot pour quelqu’un comme moi. »

Rayne avançait le long d’une galerie souterraine, atteignant une grande grotte, avec une rivière souterraine au milieu, et une sorte de pont naturel dressé dessus. En levant la tête, elle put voir les premiers signes d’une construction humaine, puisque, au milieu de la roche, on voyait, ici et là, un toit rectiligne, laissant envisager une construction en béton. Rayne avisa, au fond de la grotte, une ouverture dans le béton, avec des poutres soutenant le plafond... Et perçut aussi une odeur de sang.

Ses dents se crispèrent, imitant une sorte de grognement, et elle commença à suivre la galerie, qui remontait doucement. Ses pas foulaient le sol, et, tout en grimpant, elle continuait encore à lui donner quelques explications. De base, il était idiot d’imaginer Rayne faire autre chose. Faire quoi, exactement ? Planter des betteraves et des carottes dans le Sussex ? Elle était comme ce héros hégélien, issu d’un monde mauvais, mais sachant que ce monde devait être détruit.

« Kagan est un vampire très ancien. Il côtoyait les plus puissants, généralement des tyrans pour les supplanter. Bien sûr, il est possible qu’il ne soit pas derrière toute cette histoire, mais... J’en doute. »

La petite galerie menait sur une plus grande grotte, et Rayne vit un corps tomber depuis un trou ovale au plafond, comme une sorte de puits, qui envoya un corps démembré et désarticulé s’écraser sur un charnier puant. Il y avait de multiples corps cadavériques gisant sur le sol, exsangues, mutilés. Rayne étudia brièvement le charnier, voyant, ici et là, des bras, des sexes, des yeux, qui manquaient.

« Ils avaient encore plein de sang, alors... Ils n’ont pas servi pour la nourriture. On dirait plutôt... Des espèces d’expérience macabre. »

La spécialité de Kagan...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Août 07, 2016, 10:36:27 »

Son caractère docile ne fut que de courte durée puisque, elle revint à elle-même, une véritable petite rebelle. Il faut dire que Julius s’était peut-être précipité. Mais, enfin, c’est comme si elle ne connaissait pas les règles élémentaires de la jeune jouvencelle en danger. C’était un code simple et séduisant et pourtant BloodRayne ne semblait pas vouloir le suivre mais peut être tout simplement ne c’était-elle jamais retrouver dans cette position favorable ? Qui après tout refuserait d’avoir quelqu’un de servile prêt à le protéger ?

- Loin de moi d’estimer que vous n’en êtes pas capable, Lady Rayne, mais cela ne sied point à une dame votre prestance de retirer l’audace incongrue de retirer cette feuille.

Julius exécuta une courte révérence et s’exprima :

-Nous sommes parties j’ai l’impression du mauvais pied. Permettez moi donc de me présenter à nouveau Julius humble Chevalier Du Lac, Protecteur des opprimés, des veuves et des orphelins, Secoureur de Jouvencelle en danger et enfin ravi de vous rencontrer Lady Rayne.

Julius était quelque peu choqué par les informations que lui donnée Rayne.

- Je suis profondément peinée que vous ayez assistée à cette « situation ». Il est vrai que certains hommes peuvent se montrer véhéments quand ils n’ont pas reçu la chasteté d’une éducation bienveillante. Je trouve fort aise le nom que vous vous êtes donnée cela m’évoque vos cheveux flamboyants qui tourbillonner avec grâce quand vous faites vos gestes gracieux afin d’affronter la vilenie.

Il entendit ensuite la deuxième partie de son histoire qui était encore plus dramatique que la première partie.

-Je comprends un peu mieux pourquoi vous réagissez ainsi alors.  Mais si le cycle a été brisé, c’est-ce pas pare que votre humanité en vous est revenue? Je crois que vous n’êtes pas une bête sanguinaire n’ayant aucune émotion comme les créatures qui nous ont attaqués. En réalité, je pense même que c’est tout le contraire. Bien que pour l’instant vous soyez perdue dans une quête de vengeance, je pense que vous essayez de faire cela pour que ça n’arrive plus jamais. En éliminant cette menace, vous enlevez au monde un fardeau. Je me retrouve beaucoup en vous finalement.

Julius ne lui disait pas ça uniquement pour lui faire plaisir. En fait, il avait vraiment été étonné qu’elle ne l’agresse pas comme les autres. Il essayait donc de la comprendre et espérait que c’était aussi simple que ce qu’il avait dit.

- Ce Kagan semble être un ennemi très puissant et cela ne m’étonnerais pas qu’il nous attende de pied ferme avec un peu plus que ce qu’il nous a montré. Mais, ne vous inquiétez pas Lady Rayne, nous sommes suffisamment forts pour nous en sortir.


Tandis qu’ils marchaient et que la galerie semblait remonter ce qui était assez logique sinon ils auraient bien dut mal à sortir de cet endroit, ils découvrirent un charnier. C’était un spectacle répugnant. Comment tant de monde pouvait déjà être mort? La plupart semblait être des paysans mais ils y avaient aussi des nobles.


-Eh bien, je crois d’ailleurs qu’une de ces créatures nous attend!

Il y avait un être dégoutant qui ne ressemblait à rien Julius le coupa en deux mais pourtant quelque chose clochait. Les deux parties de l’être se détachèrent et s’agglutinèrent à nouveau pour se reformer à nouveau.

- Des idées ? Je veux bien m’échiner à le pourfendre autant de fois mais ça n’a pas l’air de l’occire.

Julius était dubitatif devant cette nouvelle situation.
Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 326



Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Août 08, 2016, 12:45:33 »

Rayne en bénirait presque les Dieux, si tant est qu’elle croyait en leur assistance, pour cette montagne de corps. Tout était préférable à écouter ce fac-similé de chevalier servant lui faire la morale, lui raconter qu’ils étaient semblables (tout, mais pas ça !), et que sa quête de vengeance était en réalité une forme de justice déguisée, pour empêcher que Kagan ne perpétue le cycle, et que c’était son côté humain qui agissait. La Dhampir était restée silencieuse, car son analyse était très différente. Pour elle, elle ressemblait en réalité davantage aux proies qu’elle traquait qu’à Julius. Elle ne défendait aucune vertu de noblesse, aucune vertu de justice supérieure aux individus. La seule chose qui la motivait, c’était de tuer son ennemi, de le torturer et de le massacrer. La mort de personnes innocentes lui était totalement indifférente, et elle ne se sentait pas particulièrement coupable en les voyant mourir, car elle n’avait aucune mission visant à les protéger.

La Dhampir était là, face à ces tas de cadavres, et craignait d’y reconnaître la main de l’ingénieur dément de Kagan, l’homme responsable de la création du Linceul, et de monstruosités génétiques, des croisements entre les vampires et les humains, des mutants ignobles et boursouflés. Xerx. Quand Rayne s’était rendue dans le quartier général de Kagan, elle avait affronté ce scientifique, et avait cru le tuer, mais elle n’avait fait que détruire sa bio-armure, une machinerie redoutable, capable de balancer des rayons solaires, et pratiquement indestructible. Un ultime combat, éprouvant, avant celui contre Kagan, et Rayne avait pensé que Xerx était à bord de l’armure. Soit il l’avait piloté à distance, soit il avait réussi à s’enfuir du toit avant qu’elle ne le tue. Toujours est-il que ce misérable rat, un fils de Kagan, se trouvait là, et continuait ses expériences.

Rayne perçut soudain un groupe sanguin, et releva la tête, pour voir un monstre approcher. Une sorte de gros tas de viande rouge, avec une série d’os dorsaux proéminents. Julius le trancha en deux, et la bête ne tarda pas à se reconstituer, comme si les coups ne lui faisaient rien.

« Les nouveaux joujoux de Xerx... » grogna-t-elle.

Le mot ne devait rien signifier à Julius, mais ce n’était pas spécialement important. Rayne observa cette chose, et courut vers elle. Le monstre avança à son tour, et leva son arme, cherchant à l’abattre sur elle. Elle bondit sur le côté, et les griffes frappèrent le sol, puis elle le décapita. La tête s’envola, roulant sur le sol, et elle trancha alors les bras du monstre, puis ses jambes, mais ce n’était pas nécessaire d’aller aussi loin. Avec la tête en moins, l’organisme était mort, et Rayne ne fit que répandre du sang partout. Un sang qui n’était même pas frais, celui d’une chair morte qu’on avait réanimé par le biais de l’alchimie et de techniques nécromanciennes sinistres. Tout ça était signé Xerx.

Rayne entendit alors des bruits de pas supplémentaires, venant du fond de la grotte. Elle fronça lentement les sourcils, et se recula un peu, en voyant des flammèches et des lueurs. Plusieurs individus chauves et à la peau grisâtre approchèrent alors, tenant des lance-flammes. Ils descendaient depuis un escalier qui menait probablement à la base. Ceci confirmait le fait que ce monstre était un rejeté, que les servants comptaient enflammer.

Plus intéressant encore, Rayne et Julius avaient surtout trouvé le moyen d’accéder à la base, en passant par ces individus. L’obscurité de la grotte les dissimulait pour le moment, et les incendiaires calcinaient les tas de cadavres, probablement pour empêcher que les cadavres et les bactéries situées dessus ne créaient des réactions en chaîne, comme ce fut le cas avec le monstre que la tueuse vampirique et le chevalier servant avaient combattu. Le feu crépitait, tandis que les hommes, silencieux et dociles, se rapprochaient inexorablement du duo. Rayne fit alors signe, avec la main, à Julius, et s’écarta un peu, afin de les prendre en tenaille...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Août 30, 2016, 02:54:43 »

La dhampyr était capable de se battre avec une capacité étonnante. Elle était parvenue à trancher la chose ce qui n’eut pas beaucoup d’effet puis elle s’occupa de couper la tête ce qui mit fin à l’existence de la créature. Julius retint cette information importante, c’était inespéré.

-Xerx ? Qui est-ce ? Je croyais que c’était quelqu’un d’autre qui était ici…

Julius ne comprenait pas mais n’avait guère le temps de comprendre réellement qu’un geste significative de la dhampyr lui indiquait qu’il lui fallait se mettre à découvert et se camoufler dans les ombres pour ne pas se faire surprendre par les nouveaux arrivants. La technique de Rayne était plutôt bonne mais cela ne faisait vraiment pas chevalier d’attendre dans les ombres pour attaquer par le flanc. Pourtant, Julius savait que c’était une sage idée car les mages de feu semblaient particulièrement dangereux. C’était inadmissible mais enfin devrait t-il pour autant s’attirer le courroux de Lady Rayne ? Non, bien sur que non, un chevalier se devait d’être courtois.

Toujours est-il qu’il était perdu dans ce conflit intérieur quand Rayne se mit à intervenir la première. Elle était prête à en découdre et il se devait de suivre son exemple, il ne pouvait de toute manière ne pas lui faire faux bond. Bien qu’un peu perturbé, il se jeta dans la bataille épée au clair et bouclier saillant dans chacune de ces mains. Le groupe d’adversaire n’était pas plus de huit. Ils ne comprirent pas vraiment ce qui leur tombaient dessus puisque quand ils repérèrent Rayne qui avait agit quelques secondes avant, ils se prirent Julius qui les faucha sur leur droite.  Le massacre fut de courte de durée car l’effet de surprise était du plus total.

Le chevalier essuya le sang noirâtre qui perlait sur sa lame.

- Je suis quelque peu confus sur notre stratégie, Lady Rayne. Je n’ai pas l’habitude d’agir comme ça. C’est ne montrer aucune courtoisie avec l’adversaire pour lui faire comprendre qui est le plus fort. En plus, je ne sais plus vraiment ce que l’on combat, je croyais que c’était des vampires non pas des mages. Oh….

Il lui tendit une flasque contenant de l’eau avant de se rendre compte qu’il lui tendait de l’eau bénite par la Dame du Lac et il ravisa donc son geste.

- Euh, c’est que vous avez du sang sur le visage…. J’allais vous proposer de l’eau mais elle est bénite…. Et, puis, le sang, c’est votre milieu naturel après tout… Décidément, j’ai l’impression de faire bourde sur bourde avec vous….

Julius était un peu désorienté. Il faut dire qu’il n’avait vraiment pas l’habitude de s’occuper des cas comme ça. Il ne côtoyait pas de vampire, normalement il les tuait et ne se posait pas plus de question que ça. Mais, il faut dire que celle-là était spéciale, elle avait les cheveux roux. Bon, c’est vrai qu’il faisait un peu une fixette sur les rousses. Mais, ce n’était pas sa faute, c’était comme ça. Du coup, il était vraiment partagé entre un certain dégoût et une certaine envie, c’était vraiment perturbant. Son instinct lui disait de la tuer et son cœur lui indiquait de la laisser survivre. Que faire dans ce genre de situation ? Il avait beau se dire qu’il remettrait ce dilemme à plus tard, il ne savait vraiment pas quoi faire. Il se disait qu’il verrait une fois cette histoire Xerx réglé.

-Vous êtes étrange et perturbante, Lady Rayne…. Je n’arrive pas à vous cerner….

Ces mots avaient été prononcés à voix haute dépassant la simple confrontation mentale que se faisait le chevalier.

-Enfin, continuons, voulez-vous ?
« Dernière édition: Septembre 07, 2016, 03:29:17 par Julius Perona » Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 326



Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Août 31, 2016, 08:48:03 »

Les serviteurs dociles de Xerx n’étaient guère de grandes menaces. Rayne le savait pour les avoir déjà affrontés. D’eux, il n’y avait pas grand-chose à craindre, en réalité. Ils étaient des idiots décérébrés, ce qui se voyait à leur peau confite et sinistre. Ils étaient les fruits des expériences de ce malade de Xerx, et venaient faire le ménage, enclenchant leurs lance-flammes. Et, aussi résistante soit-elle, Rayne n’avait guère envie de se transformer en torchère vivante. Elle se déplaça donc, voyant le petit groupe s’avancer, enflammant les carcasses de viandes, puis bondit sur eux, rapidement rejointe par Julius. Un bond prodigieux l’amena entre deux hommes, et ses lames dhampir frappèrent les nuques de deux hommes, les arrachant sur place. Rayne les décapita promptement, et vit un autre se tourner vers elle, et courut rapidement vers lui, optant pour un spectaculaire coup de pied retourné, qui amena son talon métallique à transpercer sa trachée, faisant vomir son sang. Julius, de son côté, les attaqua dans le dos, et, ensemble, ils n’eurent aucune difficulté à tuer ce groupe.

Rayne lécha ses lames, même si un rictus la traversa. Le sang de ces monstres n’était vraiment pas bon, et elle rangea ses lames, en se retournant vers l’escalier par lequel les tueurs étaient venus, et entendit alors Julius exprimer ses doutes, sa confusion sur ce qui se passait. Rayne se contenta d’un nouveau sourire en coin, en comprenant très bien, elle, ce qui embêtait ce brave chevalier plein de vertu.

« Vous ne devez pas avoir l’habitude, je suppose… Chez vous, les femmes doivent être bien tranquillement à vous attendre au foyer, pour vous faire une tripotée de marmots, tout en vous préparant votre poulet de la nuit… Je ne suis pas comme ça, non, et je pourrais éclaircir votre doute, mais… Je n’ai pas le temps pour ces badinages… Encore que vous soyez plutôt à mon goût. J’aime les hommes musclés avec du sang sur leur armure. »

Ayant rangé ses lames, elle s’avança un peu vers l’escalier, pendant que le feu se répandait dans la grotte, les quelques carcasses enflammées enflammant les autres. Rayne se planta devant l’escalier sinueux, qui devait probablement remonter jusqu’au repaire de Kagan. Pour autant, avant de poursuivre, elle se retourna à nouveau vers l’homme, et entreprit de satisfaire sa curiosité sur Xerx.

« Xerx est un vampire assez particulier. Il a un visage particulièrement sinistre, fait de multiples cicatrices et points de suture, un peu comme s’il avait assemblé différents éléments de son visage à la main, comme le monstre de Frankenstein. J’ai toujours soupçonné Xerx d’être atteint d’une sorte de maladie vampirique extrêmement rare, ce qui explique sa nature difforme. C’est un scientifique… Ou, plutôt, un alchimiste. Un génie machiavélique qui a mené d’importantes recherches sur les différentes applications du sang vampirique, afin de l’utiliser comme mutagène pour modifier les capacités d’autres espèces. Ces monstres que vous avez vu sont probablement les premiers cobayes de ses nouvelles expériences. Là d’où je viens, il avait inventé une machine, une tour, capable de produire dans l’air un gaz toxique à base de sang, et qui amplifiait considérablement les pouvoirs des vampires de Kagan. »

Xerx était aussi le vampire qui avait soigné Kagan en 1939, quand ce dernier, alors proche du régime nazi, avait été grièvement tué dans l’explosion d’une bibliothèque, en France, où il recherchait des informations sur un artefact vampirique.

« Cette Bête pourrait très bien être l’un des monstres de Xerx. La dernière fois que je l’ai affronté, il avait lâché sur moi un immense golem de sang, capable de concentrer l’énergie solaire pour émettre des rayons incandescents et mortels. Et encore, je suppose qu’il a dû se perfectionner depuis… »

Tout en parlant, elle avait posé ses mains sur ses fesses.

« C’est un sadique et un pervers, à l’image des autres membres de ma famille. S’il est derrière tout ça, je ne peux que vous recommander d’être vigilant. Xerx se ferait plaisir avec un corps aussi solide que le vôtre… Et pas le genre de plaisir auquel je pense en me demandant si vous êtes nu sous votre armure ou non… »

Elle lui fit un nouveau sourire moqueur, puis grimpa ensuite l’escalier, s’enfonçant dans l’inconnu…
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Septembre 07, 2016, 04:21:37 »

Il était là en train de se dire qu’il faisait bien trop de gaffe quand Rayne se mit à lui expliquer enfin qui était ce mystérieux Xerx. Un alchimiste, c’était dangereux de base mais selon Rayne c’était encore pire que ce que pouvait envisager notre brave chevalier. Rien de ce qu’elle lui disait n’était là pour le rassurer. Mais, il avait compris que cette sauvageonne ne lui ferait jamais de concessions mièvres. Toutefois, une idée naissait en lui, il ne pouvait pas se convaincre du contraire. Il avait l’impression que Rayne se mettait lentement mais surement à l’aguicher tel une paysanne reculée celle-là même dont elle avait fait une critique acerbe quelques temps avant.

Autour de lui, les corps finissaient de brûler et de se calciner. Il ne pouvait s’empêcher de se laisser prendre au piège de la Dhampyr, il était comme attiré par elle comme une mouche était attirée par  le miel mais il n’était pas sûr réellement de ce qu’elle éprouvait. Une créature pareille pouvait-elle éprouver quelque chose ? N’était-ce pas son sang qu’elle voulait ?

-Cessez donc de vous moquer de moi, Lady Rayne. Vous me tourmentez allègrement. Vous êtes une véritable beauté et j’ai la sensation que vous le savez déjà. Malgré vos airs de diablesse, vous excellez dans l’art de la séduction. Vous êtes à la fois brute et distingué, c’est très étrange. Pour autant, bien que vous me foudroyez, je me dois de résister à ces avances qui ne nous avanceraient à rien pour l’instant. Un jour, peut-être…

Bien qu’il semblait refuser, on pouvait se rendre compte qu’il ne faudrait pas grand-chose pour qu’il cède à des avances un peu plus avancées. Le sinistre escalier qui remontait finalement du moins il espérait vers une sortie quelconque. Mais, en chemin, il était certain de tomber  face à ce Xerx. Il suivait donc Rayne qui devant lui son regard se perdit plusieurs fois sur le postérieur chaste de la belle.

Ils débouchèrent dans une grotte immense où des installations métalliques étaient installées et elles dégageaient un gaz putride vert. C’était sans doute le fameux gaz que Rayne avait mentionné. Un homme blafard et situé sur une espèce de promontoire, ils les avaient vus et se retourna dans leur direction.

-Ainsi, vous êtes donc parvenue jusqu’à moi, Rayne ou devrais-je dire BloodRayne, tu t’es trouver un faire valoir ? Petite sotte, tu crois vraiment avoir le pouvoir pour me vaincre ? Mon maître sera bientôt de retour et tu ne pourras pas empêcher son avènement ! Que tu parviennes, à anéantir cet endroit ou non, cela ne fera que le retarder ! Eliminez-les !

C’est à ce moment-là qu’une véritable armée surgit des profondeurs de la grotte. Il y avait bien là une bonne centaine de choses innommables. Xerx était partit en s’enfuyant.

Que pouvait donc faire ce simple duo contre une centaine de monstres ?
Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 326



Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Septembre 11, 2016, 10:16:34 »

Rayne, une séductrice ? Julius commençait à délirer. Ou alors, c’est qu’il aimait le style « femme fatale » en combinaison moulante. Quoi qu’il en soit, elle ne comptait pas s’amuser plus longtemps avec lui, et se dépêcha de marcher, rejoignant rapidement, par le chemin d’où étaient venus les monstres incendiaires. Le duo arriva ainsi dans une sorte d’immense grotte, avec des pylônes métalliques et une structure au centre, avec des ordinateurs, des tables d’opération... Et un homme que Rayne reconnut instantanément, et qui confirma toute sa théorie sur ce qui se passait ici.

Xerx.

Le vampire malingre ne sembla guère surpris en voyant Rayne, et sa présence, surtout, signifiait que Kagan ne devait pas être loin. Les sourcils de Rayne se froncèrent immédiatement, et elle crispa nerveusement ses poings, un rictus de haine venant alors se dessiner sur ses magnifiques lèvres.

« Xerx... »

Ce dernier ne tarda pas à la provoquer, tout en se dépêchant de faire ce qu’il savait faire de mieux : fuir. Le tout en laissant Rayne et Julius en compagnie d’une armée de monstres, qui poussaient des hurlements sinistres, affluant depuis des galeries latérales, dans ce qui ressemblait au cœur d’une immense ruche. D’imposants bruits de pas se firent alors entendre, et Rayne écarquilla les yeux en voyant de vieux visages se rapprocher.

« Oh non, pas eux... »

Elle vit des Foremen approcher. Ces immenses vampires lui avaient toujours donné l’impression d’être des forgerons, avec leur robe de boucher, et leur immense marteau. Et, de fait, outre être des tueurs impitoyables, avec des pointes osseuses ressortant de leurs omoplates, les Foremen étaient les ouvriers de Xerx, l’aidant à bâtir ses machines.

Rayne déploya ses lames, tout en voyant les monstres approcher, et se retourna vers Julius.

« Je suggère un repli stratégique. »

Ils étaient au milieu d’une nuée de monstres, et la Dhampir se mit à courir, filant vers l’une des galeries adjacentes. Plusieurs monstres la rattrapèrent, des petites créatures ressemblant vaguement à des gobelins. Les lames de Rayne fusèrent sur ces monstres, et elle en décapita deux au passage, avant de continuer à courir vers la galerie.

Rayne était courageuse, mais pas suicidaire au point d’affronter à deux une entière armée de monstres.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Septembre 20, 2016, 04:55:32 »

La masse grouillante s’approchait inexorablement vers sa destination mais Julius le chevalier était prêt à les affronter tous autant qu’ils étaient. Rayne était à ses côtés, il ne craignait rien. Il s’était mis en position de parade quand Rayne s’exprima qu’elle envisageait une retraite stratégique. Il se retourna t remarqua que la Dhampyr avait déjà commencé à filer vers une galerie adjacente.

Bon sang, il n’avait clairement pas le temps de la rattraper et les monstres étaient trop nombreux. Il recula donc du mieux qu’il pouvait tout en évitant les coups de masse. Il se retrouva alors à dévaler dans un toboggan souterrain qui déboucha sur un fleuve qui l’éjecta de cent mètres dans un lac où il se débattit pour retrouver l’air libre. Mais où était-il ? Ce lieu n’avait rien d’une grotte, on aurait plutôt dit un jardin somptueux.

Alors qu’il retrouvé un peu ses esprits, il débarqua au centre de cette prairie somptueuse et il s’aperçut
qu’une jeune femme rousse aux ailes divines
étaient là assise sur un tronc d’arbre quand elle l’aperçut elle se mit à chanter en lui faisant signe d’approcher. Julius ne savait pas vraiment où il était. Quelques secondes, plus tôt il était dans un lieu effrayant et il constatait qu’ici c’était bien plus réjouissant. Il s’approcha d’elle et elle s’interrompit de chanter.

-Oh brave chevalier, te voilà enfin, j’ai entendu et attendu ta venue avec beaucoup d’exaspération. Oh mon sauveur, tu m’as délivré de ce terrible Xerx. Je te remercie laisse-moi donc t’admirer de plus près.

Julius se rapprocha, il se sentait comme envoûté par cette voix qui l’appelait. Il enleva son armure jeta son épée et son bouclier. Il était pour ainsi dire nue. Il entendait des voix qui le sommaient de toucher ce corps parfait.

-Oh, mon ange, je vous remercie de vos propos. C’est avec une infinie volupté que je souhaite vous délivrer de ce terrible fardeau.

Il se sentait terriblement excité et l’ange s’approcha de lui avec ses jambes fines et ciselées en l’entourant de ses ailes de plume.

-Je n’en doute pas, messire et vous avez mérité la plus douce des récompenses. Je sais que vous avez envie de me toucher et de me faire l’amour. Allons, mon aimé, venez donc à moi, la simple contemplation de mon corps ne vous satisfait pas…


Cette beauté rousse était plus qu’attirante et Julius posa alors ses mains avides sur la poitrine de la belle tandis que ses lèvres cherchaient irrémédiablement à capter les lèvres de la belle mais il apposa quelques baiser dans son cou tout en malaxant sa poitrine. Tout à coup, son barreau de chair devenue tendue percuta l’intimité épilée de la belle traversant ce fin vêtement qu'elle portait.

-Oh oui, mon aimé viens en moi, je veux sentir ta force vigoureuse…

-J'arrive...


Si n’importe qui passait par là, voici ce qu’il verrait en vrai, le jardin d’eden n’est autre qu’une grotte sordide tandis que la belle femme est en réalité
 une semi-vampire et une semi-succube
qui n’attends qu’une chose pouvoir profiter d’un peu de sang et d’énergie vitale en profitant de la faiblesse du chevalier. Peut-être cherche t-elle à le tuer ou à l’amener en enfer pour en faire un esclave toujours est-il que Julius est dans une fâcheuse position.
« Dernière édition: Octobre 18, 2016, 03:03:25 par Julius Perona » Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 326



Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Septembre 25, 2016, 12:47:28 »

Rayne courait dans une galerie sinueuse, quand un Foreman l’attaqua, stationné devant elle. Elle vit ce corps massif, et ne ralentit pas sa course, puis, à quelques mètres de lui, le vit soulever son énorme masse, prêt à l’abattre sur elle. Rayne bondit alors en avant, et glissa sur le sol, passant entre les lourdes et massives jambes du monstre, et se retourna rapidement sur place, pour se relever, et le frapper avec ses lames. Elle cisailla le bas de son dos, et ses lames entaillèrent la chair épaisse du monstre, faisant couler un peu de son sang, le faisant hurler de rage. Cependant, le monstre se retourna, et repoussa Rayne de la main. Cette dernière partit en arrière, et se laissa tomber, rebondissant sur ses bras pour faire une superbe roue arrière, avant de repartir en avant, évitant la masse du monstre, qui décrivit un mouvement circulaire. Elle s’abaissa en effet, puis bondit en prenant appui sur l’un des genoux du monstre, et le frappa à hauteur du torse. Ce n’était pas le premier monstre de ce type qu’elle affrontait, et elle savait combien ils étaient puissants. Il fallait de nombreux coups pour les terrasser, mais Rayne, fort heureusement, était tenace.

Le Foreman parvint néanmoins à la repousser, usant de sa force herculéenne, et le dos de Rayne heurta violemment le mur, puis vit la masse fuser vers elle. De justesse, elle parvint à éviter l’impact en bondissant sur le côté, et la masse alla se fracasser contre le mur, faisant trembler le couloir. Sans demander son reste, Rayne se redressa, et se mit à courir, avant d’entendre des hurlements stridents dans son dos. Plusieurs créatures volantes, de petite taille, et à la peau verdâtre, s’élancèrent vers elle, leurs serres pointées vers elle. Avant même de pouvoir se retourner, Rayne sentit l’un de ces monstres la frapper, lacérant son dos, la renversant en la faisant hurler de douleur. La Dhampir roula ainsi sur le sol, et le petit monstre entreprit ensuite de poser ses pattes sur ses seins, enfonçant ses serres dans sa combinaison. Sa gueule édentée s’approcha ensuite de son visage, mais Rayne réagit rapidement, en attrapant la gorge du monstre avec sa main, enfonçant ses griffes dans sa chair, et la tordant sur place.

D’autres monstres s’approchaient également en hurlant, mais la Dhampir était prête, et les attaqua avec ses lames dhampir, les découpant, forçant les autres à se reculer, tandis que le Foreman, têtu, se rapprochait. Rayne vit ainsi la masse fuser une nouvelle fois vers elle, et l’évita encore en se servant de son agilité. L’arme frappa néanmoins violemment devant elle, la renversant. La jeune femme s’affala ainsi sur le sol, et vit la masse se relever, pour fondre à nouveau sur elle. Encore une fois, Rayne roula sur le côté, évitant l’impact, ce qui commençait à agacer ce monstre.

*Merde, cet enfoiré est tenace !*

Chacun de ses coups affaiblissait néanmoins le sol, provoquant de profondes fissures, mais également des vibrations. Cette construction n’était pas que naturelle, et les multiples galeries résultaient en réalité de l’œuvre de la faune locale, dont les bruits du combat ne manquèrent pas de les attirer.

Rayne, en fâcheuse posture, vit son adversaire soulever une énième fois sa masse, quand le sol vibra... Puis, jaillissant alors entre elle et le monstre, un scolopendromorphe apparut ! L’énorme mille-pattes s’enroula autour du corps massif du monstre, qui hurla de rage, en essayant vainement de se débattre. Rayne sentit alors le sol s’effondrer... Et tomba, poussant un hurlement de surprise. Et, tout en tombant, elle constata que cette portion de la galerie se situait au-dessus d’un profond ravin. Filant vers un sol constitué de pointes osseuses mortelles, elle déploya un filin argenté depuis l’une de ses mains, et ce dernier s’enfonça contre un stalactite. Elle s’envola alors dans les airs, s’agrippant des deux mains à son filin, et relâcha la prise sur le rocher en filant par un trou. La jeune femme rebondit sur le sol à plusieurs reprises, avant de se laisser glisser, et arriva ainsi à nouveau dans les airs, survolant une grotte particulièrement profonde, avec une série de stalactites sur lesquels elle entreprit de régulièrement s’appuyer, lançant, relâchant, et relançant son grappin.

Et, finalement, elle s’appuya sur une prise instable, et le stalactite lâcha, la faisant tomber de manière brutale et surprenante.

« Haaaaaaaaaaaa... !! »

Tombant dans les airs, Rayne fila comme une pierre, heurta une paroi, puis s’écrasa dans un point d’eau situé en contrebas. Papillonnant des yeux à plusieurs reprises, la Dhampir s’avança alors, nageant, pendant que des blocs de pierre, l’accompagnant depuis sa chute, s’effondraient tout autour d’elle. Elle s’engagea ainsi dans une sorte de galerie aquatique, nageant rapidement, en percevant à proximité des groupes sanguins, dont un qu’elle reconnut...

*Julius !*

Elle avait perdu ce dernier de vue en fuyant les monstres de Xerx, et remonta rapidement à la surface. Elle percevait également un autre groupe sanguin, plus dangereux, et sortit de l’eau. Rayne reprit son souffle, et se hissa sur une surface, apercevant ensuite une légère ouverture dans la paroi. La jeune femme s’y glissa, et rejoignit ainsi une autre grotte, où elle entendait une voix suave et sensuelle.

« Oui, viens, viens, toi qui as si courageusement battu, tu mérites la plus belle des récompenses... »

Rayne fronça les sourcils, en comprenant que Julius était tombé sur une succube.

*Mais qu’est-ce qu’une succube fabrique ici ? Ça n’a aucun sens !*

Étant une vampire, Rayne était naturellement immunisée à la plupart des intoxications qui existaient. Elle reconnut ainsi l’influence d’une succube, et vit, en sortant de son passage, Julius, approchant ses lèvres de la femme, qui posa ses mains sur ses joues, et s’approcha ensuite de son cou, ouvrant alors sa bouche, révélant des dents extrêmement pointues.

« Aie confiaaaaancceee... »

Ses lèvres se posèrent sur le cou de l’homme, et ses canines heurtèrent sa peau...

Quand la femme hurla brusquement de douleur, et se redressa brusquement, repoussant violemment Julius, tout en se retournant sur place, l’illusion brouillant Julius disparaissant pour révéler sa véritable apparence. La succube se retourna brusquement vers Rayne, qui avait lancé sur elle son grappin, et le ramena en arrière.

« Salope ! De quel droit interfères-tu sur mon repas ?!
 -  J’ai encore besoin des muscles de ce chevalier, aussi naïf soit-il...
 -  Je vais te tuer, puis je le boufferai ! »

La femme tendit sa main, et une boule d’énergie magique rougeâtre s’y forma, avant de foncer droit vers Rayne. La redoutable magie du sang, car cette boule magique était formée à partir du propre sang de la succube. Rayne bondit sur le côté, sautant depuis la plateforme sur laquelle elle se trouvait, évitant une explosion mortelle de sang, et s’affala en contrebas.

Maintenant qu’elle avait sauvé Julius de l'ensorcellement, il allait falloir combattre cette folle furieuse...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Octobre 18, 2016, 03:37:13 »

Que s'était-il donc passé pour que d'un coup, l'illusion se brise? Julius n'en savait rien. Il était nue sans arme et armure et le champ réel reprit son cours. Il pouvait voir une grotte ainsi que non pas une ange mais bel et bien un démon. Il ne lui fallut quelque seconde pour éviter le miasme magique qu'était la magie du sang. La première chose qu'il devait faire était désormais très claire. Il devait récupérer son épée ainsi que son bouclier. Il n'avait vraiment pas le temps de remettre son armure tant la démone était vivace.

Il remarqua à peine Lady Rayne qui était dans les parages. Heureusement, sans quoi, il se serait horriblement monter gênée. Rappelons tout de même qu'il avait eut un début d'érection face à cette apparition divine. Il lui fallait cependant comprendre pourquoi il s'était fait avoir si facilement mais le temps lui manquer.

Ni une, ni deux, il profita que la démone était concentré sur Rayne dont elle jugeait qu'elle interrompait son repas ce qui valut quelques sueurs froides de la part du chevalier qui n'imaginait pas finir comme ça. C'était tout simplement incompréhensible. En revanche, ses réflexes lui permit de de décapiter sauvagement la démone sans qu'elle ne se rende compte de rien. Il espérait que cela suffisait à calmer ses ardeurs sur son corps.

Après ce combat qui finalement ne dura pas bien longtemps, Julius se rendit compte que Rayne était là à l'observer. Il était donc quelque peu gênée d'être ainsi devant cette femme. Oui, bien qu'il aurait dput la ranger dans la catégorie des monstres, quelque chose chez elle le perturbait mais il n'aurait pas su dire quoi exactement. Il essaya donc vainement de cacher ses attributs masculins.

-Je suppose que je dois vous remercier pour votre aide Lady Rayne. Je suis quelque peu décontenancé devant la teneur de la situation. Je ne pensais pas me faire avoir comme un bleu par une illusion aussi charmante soit-elle.

Il était peut être temps de se changer pensa-t-il après tout les créatures sournoises fourmillaient dans les parages. Il prit donc le temps de se changer. Il ne demanda pas à Rayne se retourner, il savait déjà à l'avance qu'elle n'en ferait qu'à sa tête.

-Alors, avez-vous retrouvée Xerx ou l'autre vampire durant notre séparation?


Au moins, qu'il aurait un semblant de piste à suivre. Il commençait à être fatigué de cette mission qui n'en finissait pas. Il s'attendait à entrer dans le repaire de la créature, la trouver et la pourfendre au lieu de quoi tout semblait compliquée mais tout semblait automatiquement compliquée quand Lady Rayne était dans les parages. Enfin, il était presque prêt à reprendre cette quête sordide.
Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 326



Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Octobre 19, 2016, 12:20:45 »

Le combat contre la succube fut relativement court, car, dès que Julius s’aperçut de sa mégarde, son épée fusa, et décapita violemment le monstre. La tête de la succube s’envola dans les airs, et son cou se transforma en un geyser de sang, son cadavre s’effondrant mollement sur le sol. Rayne, qui n’avait même pas eu à intervenir, croisa le regard de Julius. Perturbé après cette vision, l’homme avait également eu une érection. Une autre femme aurait pu faire une remarque quelconque, mais Rayne se contenta d’un léger froncement de sourcils. Le fait d’avoir retrouvé Xerx, l’un des plus proches lieutenants de Kagan, avait manifestement tout gommé dans son esprit, y compris le fait de voir Julius dans une position compromettante. Nu, Julius lui offrait un corps magnifique, et Rayne attarda tout de même son regard sur son chibre, avant de regarder autour d’elle. Elle ne rougit point, se contentant d’attendre qu’il soit prêt.

Préférant éviter de revenir sur cet épisode troublant, Julius lui demanda si elle avait pu retrouver Xerx. Elle s’en pinça les lèvres.

« Non, mais tout ça dépasse de loin une simple « bête ». Xerx dispose d’une armée entière, et bien trop nombreuse pour tout simplement lui appartenir. Ce vampire n’est pas un leader charismatique, il est juste un scientifique. Ceci signifie qu’il y a forcément quelqu’un d’autre derrière lui... »

Et peut-être même serait-ce Kagan. Rien qu’à cette idée, le sang de Rayne bouillonnait dans ses veines. Enfin, oui, enfin, elle avait la possibilité de pouvoir se venger ! Et, même si Kagan n’était pas là, Xerx aurait sûrement des informations à lui fournir. Oui, elle avait une piste, la piste la plus sérieuse qu’elle ait jamais eu depuis qu’elle était arrivée sur Terra. Autant dire que la Dhampir ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Pour autant, il ne lui fallait pas se hâter.

« L’ennemi est au courant de notre présence, et nous sommes clairement en infériorité numérique contre eux. Je n’aime pas ça, mais il me semble désormais nécessaire d’en parler à la Duchesse locale. Avec votre statut, vous devriez pouvoir la convaincre de nous aider, et, si ses hommes disposent du même équipement que le vôtre, ils nous seront très utiles. »

Il était incroyablement rare que Rayne propose de faire marche arrière, mais c’était aussi logique. Si elle attaquait les forces de Xerx, outre le risque de mourir, elle risquait aussi de voir l’homme s’enfuir. Le vampire disposait en réalité forcément de complicités extérieures, liées aux autochtones. On ne pouvait pas installer une telle armée sans avoir de l’aide.

« Il y a forcément des nobles qui aident Xerx. Dans ces grottes, nous ne ferons que perdre notre temps à tuer de simples monstres. Il faut débusquer ces contacts, ce sont eux qui nous mèneront à leur véritable repaire ! »

La Dhampir n’était pas contre le fait de trancher en série des ribambelles de monstres, mais elle tenait aussi à retrouver Xerx, et, surtout, son père.

*Reste encore une question centrale... Comment partir d’ici ?*
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
Fiche
« Répondre #26 le: Octobre 21, 2016, 04:30:49 »

Le plan que proposait Rayne était donc de tenter une chose que Julius n'appréciait pas particulièrement. Cette chose était la politique. Elle cependant pas tord mais ce n'était pas parce quelqu'un avait raison qu'on devait changer l'image de quelque chose que l'on exècre. Tous les deux face à une armée c'était une mauvaise idée. Pour autant, aller voir directement la Duchesse quand c'était la Comtesse soit un rang en dessous qui lui avait demandé de nettoyer le repaire, ce n'était pas une bonne idée. Pourquoi? Tout simplement que les noble pouvait très facilement en vouloir si on passait outre leur autorité. Néanmoins, mourir stupidement était encore plus dangereux. Julius en avait eut la preuve au cours de ses escapades si Rayne n'avait pas été là, il serait déjà mort. Pourquoi donc sacrifier un preux chevalier?

-Vous avez raison. Avertir la Duchesse Aniette devrait être notre priorité. Toutefois, vous obligez une chose essentielle. C'est comment sortir d'ici? Heureusement, j'ai la solution.

Julius sortit un petite fiole de sa petite besace. En fait, cette fiole contenait de l'eau mais pas n'importe quel eau, l'eau précieuse du Lac. Il en versa faiblement un contenue par terre et conjura sa Dame à venir sur le champs. La Dame du Lac alias Aphrodite apparut quelques instant plus tard dans sa forme la plus pure c'est à dire dans une quasi-nudité.

-Oh, Julius mon preux chevalier, que fais-tu donc dans les parages? C'est un endroit sordide pour t'attirer mes faveurs, lui dit-elle en papillonnant.

Bien sûr la déesse de l'amour pouvait ressentir les fluctuations envieuses du chevalier ce qui n'était pas pour lui déplaire. Elle aurait pût être jalouse de Rayne mais cette pauvre mortel ne valait pas la peine de se décarcasser d'autant que même si elle pouvait être jalouse elle préférait convenir d'un plan à trois plutôt que de céder à la jalousie.

-Noble Dame, nous voudrions sortir de cette endroit dont nous avons oublier où était l'entrée. Consentiriez-vous à nous indiquer la sortie voir à nous emmener au loin?


Elle parut hésiter quelques secondes mais ce n'était qu'une affaire de jeu pour elle. Il était hors de question qu'elle perde son précieux jouet.

-Oui, je peux vous amenez au bord de la rivière que tu as découvert malgré toi. Toutefois, mon Héraut, j'aimerais faire un peu plus connaissance avec ta belle amie  ainsi qu'avec toi durant la nuit prochaine. Tu n'es pas sans savoir que j'aime faire ça n'importe où.

Julius réfléchit quelques instants, il lui était physiquement et mentalement impossible de refuser quoi que ce soit à sa Dame. Mais, il ne pouvait pas parler pour Rayne. D'ailleurs, cette idée de devoir faire quoi que ce soit d'intime avec Rayne le gênait quelque peu. Pour lui, sa Dame n'était qu'à lui et il acceptait que rarement de la partager.

-Je serais plus que ravi que de vous rendre visite cette nuit, ma Dame. Toutefois, je ne puis parler à la place de Lady Rayne...


Aphrodite eut une moue exaspérée d'entendre qu'on la ferait patienter encore un peu. Il faut comprendre, qu'Aphrodite naturellement est en quelque sorte l'incarnation même de la magie rose. Il est donc pratiquement impossible de lui refuser une petite coucherie qu'en elle en avait besoin. Toutefois, elle était aussi très orgueilleuse et elle voulait naturellement savoir si Lady Rayne la trouver à son goût dans tous les sens du terme.

C'était simple si Lady Rayne acceptait elle les téléporteraient dans la rivière. Sinon, eh bien, bonne chance pour trouver la sortie. Julius quand à lui, regardait Rayne avec quelques œillades masquaient mais il était encore sacrément gêner de mêler sa vie intime avec finalement une quasi inconnue.

La rivière en question était suffisamment près pour atteindre le château de la Duchesse avant la tombée de la nuit mais rappelons que cette aventure avait débuté au crépuscule. Ce qui signifiait que la nuit n'allait pas tarder à tomber. Il perdrait donc un précieux temps à assouvir la Dame tandis que l'ennemie en profiterait pour rassembler ses troupes. Choix cruel qui se proposait là, quel choix Rayne allait-elle donc faire?
« Dernière édition: Octobre 24, 2016, 04:14:47 par Julius Perona » Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 326



Voir le profil
Fiche
« Répondre #27 le: Octobre 24, 2016, 01:33:53 »

Il restait effectivement une question essentielle à résoudre : comment sortir d’ici ? Pour rejoindre cette grotte, Rayne avait emprunté quantité de chemins rapides, se balançant dans le vide, et ignorait, elle aussi, comment en sortir. Ils étaient face à une rivière, ce qui leur offrait une occasion de sortir, car la rivière devait bien déboucher à l’air libre. Cependant, Rayne avait beau être douée, elle n’aimait pas spécialement l’eau, et ne pouvait pas retenir sa respiration éternellement. Or, ils n’avaient ici aucune autre option que de sauter dans l’eau, et de nager, en espérant rejoindre un point d’eau. Rayne réfléchissait donc silencieusement quand Julius montra un autre de ses tours, en renversant le contenu d’une petite fiole dans l’eau. Il envoya une eau spéciale, assez cristalline, et, sous les yeux ébahis de Rayne, la rivière se mit à bouillonner, puis une silhouette magnifique en émergea. Belle et élégante, nue et érotique, la femme s’étira devant Julius, parlant d’une voix envoûtante et sensuelle. Elle était nue, avec de longs cheveux bouclés, et d’une incroyable beauté.

Rayne était une vampire, disposant d’une résistance accrue envers les éléments toxiques. Elle sentit néanmoins rapidement l’essence divine de cette créature, et même un vampire ne pouvait rivaliser contre la force d’une divinité. Rayne comprit que la mystérieuse créature pouvait les libérer, mais exiger, en échange, une nuit d’amour... Autant pour Julius que pour Rayne. Confuse, Rayne s’efforçait de rester calme, mais il suffisait de l’observer un peu pour constater qu’elle serrait un peu trop fort ses bras contre sa poitrine, que ses yeux roulaient un peu trop rapidement dans ses orbites, qu’elle respirait précipitamment, et qu’elle avait instinctivement tendance à remuer son corps de gauche à droite, comme pour soulager une certaine tension qui régnait dans son corps.

La Dhampir vit la créature se retourner vers elle, sentant son souffle sur ses lèvres, et réussit à déglutir, en reprenant son calme :

« Euh... Qui êtes-vous, exactement ?
 -  Je pourrais te tuer pour une telle impertinence, jeune femme... Mais mon héraut a très envie de toi. Il croit pouvoir le cacher derrière sa lourde armure, mais on ne cache rien à sa Déesse. »

Elle sourit mielleusement, puis approcha sa main, et caressa la joue de Rayne, son pouce glissant sur ses lèvres, appuyant dessus.

« Tu as du caractère, et tu es très forte... Je m’appelle Aphrodite, mais je suis, aussi, la Dame du Lac. Julius est mon chevalier, quelqu’un qui a juré de me servir, et à qui j’accorde mes faveurs et ma protection. »

Aphrodite... Rayne soupira encore, et décrispa les bras, tout en serrant les poings. On pouvait voir ses tétons pointer contre les bonnets de son corset. Elle en ferma les yeux, comme pour tenter, en vain, de résister. Aurait-elle été une pure hétérosexuelle qu’elle aurait pu lutter contre l’influence de la Déesse, mais, déjà, des idées perverses s’insinuaient en elle, mélangeant Julius et Aphrodite.

« Hmmm... D’a... D’accord... »

Rayne soupira, et rouvrit les yeux.

« J’accepte tes conditions...
 -  Énonce-les...
 -  Coucher avec toi et... Et avec Julius... Lors de la nuit prochaine. »

Un sourire ravi se dessina sur les lèvres d’Aphrodite, qui semblait sincèrement ravie, et s’écarta alors, l’une de ses mains attrapant celle de Rayne, l’autre une main de Julius. Elle les rapprocha ensuite d’elle, et sa main remonta le long de Rayne, et pinça son téton.

« Tu as une volonté impressionnante, mais tu as trop longtemps négligé les pulsions de ton corps... Une erreur qu’il me faut réparer. »

La Dhampir s’était rarement sentie dans une telle situation, et n’arrivait tout simplement pas à repousser les avances de la femme. Elle sentait son cœur bondir nerveusement dans sa poitrine, et Aphrodite relâcha ensuite son sein, puis leur donna un ordre, assez simple à comprendre :

« Embrassez-vous... »

L’ordre était une invitation irrésistible, et Rayne se retourna vers Julius, puis se redressa, et posa rapidement ses lèvres sur les siennes, ses doigts griffus venant glisser contre son armure, raclant dessus. Elle l’embrassa passionnément, fourrant sa langue dans sa bouche, parvenant même à oublier Kagan, tandis que des espèces de tentacules aqueux venaient petit à petit les recouvrir, jusqu’à les englober totalement dans un tourbillon aquatique...

...Qui les amena sur une île, au milieu d’un grand lac. C’était le lac de Beauclair, dans le duché de Toussaint, un grand lac qui disposait d’un long fleuve permettant aux habitants de faire du commerce avec les autres provinces nexusiennes. Depuis ce lac, on pouvait voir la ville de Beauclair, avec son port, ses moulins à eau, s’étalant sur toute une rive du lac, dominé par le massif château aux tours argentées de Beauclair, qui ressemblait à un château de conte de fées.

De l’autre côté du lac, outre la forêt quelques villages côtiers, on pouvait aussi voir, sur une presqu’île, les remparts de la prison locale. Le ciel, quant à lui, était sombre, avec de fines lueurs orangées, signalant que le soleil venait de terminer de se coucher. Rayne, en arrivant, se décolla de Julius, et constata, à sa grande surprise, qu’elle ne se tenait pas sur la terre ferme... Mais sur un lac. Ses pieds étaient posés sur une surface aquatique, et, au milieu du lac, il y avait un petit îlot vert. L’île sur laquelle le duo était composé d’un lac avec des arbres qui l’entouraient.

Quand Rayne fit mine de se diriger vers la sortie, des murs d’eau se dressèrent alors, les enfermant à l’intérieur.

« Quand tu m’as appelé, Julius, tu m’as dit que tu t’offrais à moi, toi et ta charmante compagnie, pour la nuit prochaine. C’était le coucher de soleil, et donc pas encore la nuit. Mais, maintenant, le soleil s’est couché... »

Et, en disant ça, Aphrodite semblait presque s’en amuser...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
Fiche
« Répondre #28 le: Octobre 24, 2016, 04:54:22 »

Apparemment, la magie naturelle de la Dame du Lac semblait opérer sur Rayne. Julius qui semblait quelque peu décontenancé par la situation ne put qu'exprimer que de la surprise en voyant Rayne si fragile en cet instant précis. C'était comme si la jeune Dhampyr orgueilleuse s'effaçait pour laisser paraître une jeune femme en difficulté avec ses pensées intimes.

D'ailleurs, il en fut d'autant plus surpris que la Dhampr s'exécute aussi facilement quand elle se retourna brusquement vers lui pour lui voler un baiser. Bien évidemment, les quelques secondes de surprise passaient, il se laissa entraîner dans cette valse des langues. C'était peut être l'effet de sa Dame ou bien elle n'avait pas tord, il désirait la Dhampyr de tout son être. Quoi qu'il en soit, il ne remarque même pas l'effet de la téléportation tellement il était concentré dans cet échange. Il avait posé ses gantelets dans le dos de Rayne et la serrer un peu contre lui.

Enfin, le baiser fut rompu et il put voir Rayne se diriger vers la sortie tandis qu'elle marchait sur l'eau. Le seul petit problème était que la sortie était momentanément  hors d'accès. La Dame du Lac leur rappela alors leu serment. La nuit était tombée. Diantre, Julius ne pensait pas que la nuit tomberait aussi vite. Il n'y avait donc aucun autre échappatoire que de satisfaire sa Dame. Il n'avait aucun problème pour ça. Ce n'était bien évidemment pas la première fois qu'il la satisfaisait. Mais, c'était cependant différent, il ne savait pas vraiment comment se comporte vis à vis de Rayne. Il se sentait bien évidemment naturellement très excité car la beauté envoûtante d'Aphrodite était irrésistible. Il se voyait déjà s'empresser à retirer son armure et se précipiter dans les seins d'Aphrodite ou bien lui lécher l'intimité la mouiller. Parfois, ces images se transformaient et ce n'était plus Aphrodite mais Rayne qui était là à la place.

- Un promesse est une promesse et je le ferais dès que j'aurais retiré mon armure.

D'ailleurs, il en avait marre de la remettre et la retirer tout le temps. C'est alors que la magie d'Aphrodite entra en action. Cette armure n'était rien d'autre que de l'eau qui avait subit un petit processus magique quoi de plus normal de la remettre à l'état liquide pour elle. Julius ne put pas cacher l'érection que son sexe avait alors.

-Allons, allons, ne te tracasse pas de ces frivolités. Tu as face à toi un magnifique oiseau de nuit à satisfaire ainsi que moi-même. Les affres de l'amour ne sauraient être ralentie par une question d'armure. Julius, il est vrai que les hommes ne peuvent cacher leur envie de faire l'amour. Aussi, je vais te dire un petit conseil. Ta jeune amie et moi-même sont dans le même état que toi. Regarde comme nos seins sont dur et désirant.

Julius ne put alors s'empêcher de regarde le corset attirant de Rayne et constater qu'effectivement cette dernière avaient les tétons qui pointaient. Il s'en approcha malgré lui et posa sa main ferme dessus en la malaxant un peu.

-Vous m'avez dit trouver mes muscles attirants. J'aime votre poitrine ferme et attirante.

-On dirait que notre Julius a un petit coup de coeur. Ne vous inquiétez pas Rayne, Julius sait que lorsque qu'il est avec moi il peut ressentir l'orgasme sans toutefois que son sang continue à alimenter sa verge. C'était le seul défaut des hommes mais il est facile pour moi d'arranger ça.

Aphrodite fit alors apparaître une petite couchette sommaire.

-Toutefois, mes agneaux, il va aussi falloir venir me contenter...

Julius prit alors la main de Rayne.

-Ne vous inquiétez, ma Dame et moi-même sauront vous satisfaire.

Il se dirigea vers la couchette. qu'est que Rayne allait donc faire?
Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 326



Voir le profil
Fiche
« Répondre #29 le: Octobre 27, 2016, 11:33:32 »

En réalité, dominer Rayne n’avait pas été si difficile que ça. Elle était une Dhampir, soit une demie-vampire, bénéficiant ainsi des nombreuses caractéristiques propres aux vampires, mais pas d’une résistance immunitaire aussi poussée qu’eux. Cet élément était l’une des premières failles de Rayne, qui se couplait néanmoins à deux autres failles, qu’Aphrodite avait utilisé pour l’adoucir. Le deuxième élément, et qui se couplait au premier, c’était que les vampires étaient des adeptes naturels de la magie rouge, une magie qui était proche de la magie rose. Les vampires étaient, par définition, des êtres de passion, des individus qui aimaient les plaisirs intenses que la vie offrait, ce qui les rendait d’autant plus malléables. Et, enfin, le dernier point, et qui était sans aucun doute le plus important de tous, c’était que Rayne avait, effectivement, d’importantes frustrations sexuelles, qu’Aphrodite avait pu sentir sans aucune difficulté, et utiliser au mieux. La Dhampir avait une envie féroce de retrouver et de tuer son père,  mais, outre cette soif de vengeance, il y avait aussi sa frustration sexuelle, qui se cumulait à cette envie de vengeance. Pour la redoutable et puissante Déesse, offrir une nuit de sexe à Rayne ne pourrait pas lui faire de mal.

Quant à Rayne, elle était confuse, et cette confusion était en train de l’emporter. Elle déglutissait, et vit Julius se déshabiller, son armure semblant disparaître, se transformant en un liquide très aquatique, pour se confondre dans le petit lac... Et, sous cette armure, il ne portait rien, dévoilant un corps particulièrement bien bâti, avec de solides muscles, et une magnifique érection. Rayne rougit davantage, avant de le voir se rapprocher. La voix mielleuse d’Aphrodite glissait contre ses oreilles, lui expliquant que Julius n’aurait visiblement pas ce problème de montagne russe avec le sexe masculin, grâce à la magie rose. Il se rapprocha alors, et n’hésita pas à caresser l’un de ses seins à travers son corset, la faisant encore gémir.

« Haaaa... »

Rayne sentit la pression de ses lames se retirer, et les encoches permettant de les retenir se desserrèrent, puis tombèrent sur le la surface du lac, où elles disparurent, probablement pour que personne ne se coupe dessus. Reprenant difficilement sa respiration, Rayne pouvait sentir, caressant son bassin, la virilité de Julius, ce membre turgescent qui trahissait toute son excitation. Julisu lui laissait le choix, mais Rayne, toujours aussi confuse, avait du mal à savoir où donner de la tête. Aphrodite se rapprocha alors, et sa main glissa le long de son dos, jusqu’à rejoindre ses fesses, qu’elle pressa, son autre main venant caresser la joue de Julius.

« J’aime te voir jouer avec tes nouvelles amantes, Julius... Mais ne la déshabille pas trop vite, elle, elle a une tenue qui lui va si bien... »

La Dhampir gémit encore, surtout quand la Déesse pressa ses fesses, et pencha soudain la tête vers elle, venant l’embrasser goulûment, sous les yeux de Julius. Rayne était encore un peu anesthésiée par cette vague qui s’était immiscée en elle, accusant encore le contrecoup... Mais commençant peu à peu à s’habituer parfaitement bien à ce qu’elle ressentait.

Et, pour l’heure, elle enfonçait sa langue dans la bouche d’Aphrodite, une main sur sa nuque, l’autre venant caresser le torse de Julius, le griffant même sous l’effet de cette vorace excitation qu’elle ressentait en ce moment.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2] 3 4 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox