banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Venez jouer avec nous !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: MAD LOGAN : Hyena Road [PV]  (Lu 4397 fois)
Old Man Logan
Créature
-

Messages: 66

avatar


Voir le profil
Fiche
« le: Avril 15, 2016, 09:42:59 »

MAD LOGAN :
HYENA ROAD


La Jeep bondit par-dessus la dune, s’envolant sous le coucher de soleil, les quatre pneus tournoyant encore dans l’air, balançant des grains de sable tout autour d’eux, puis le véhicule rebondit sur le sable, faisant rebondir l’homme à l’intérieur. La Jeep filait à toute allure, crachotant sur une piste sableuse, constituée de crevasses, de nid-de-poule. Les essuie-glaces tournaient à vive allure pour chasser les morceaux de terre et les innombrables grains de sable qui s’éclataient sur le pare-brise, et les mains ensanglantées et craquelées de l’homme se crispaient sur le volant. Des bris de verre y étaient nichés dans ses doigts et dans ses paumes, comme une série de perles et de bijoux sinistres, le sang glissant de ses multiples plaies, maculant le fauteuil défoncé de la voiture.

Il jeta un bref regard dans le rétroviseur, et vit plusieurs motos s’envoler, à sa poursuite.

*Fils de putes...*

Il écrasa le champignon, le moteur hurla, et il tenta de passer à la quatrième vitesse, tout en sentant la voiture trembler dans tous les sens, comme un putain de tapis volant. Il entendait le sifflement du vent, le hurlement tonitruant du moiteur, et, par-delà ça, les hurlements de ses poursuivants. Des types encagoulés qui se rapprochaient rapidement sur des motos hirsutes hérissées de pics. Le copilote de la moto balança alors un Cocktail Molotov, qui heurta l’arrière de la Jeep, l’enflammant partiellement.

« Bande d’enculés ! »

La moto se rapprochait rapidement, et le pneu avant-droit heurta un rocher. La Jeep ralentit légèrement, laissant au chauffeur ennemi le temps de se rapprocher. Le copilote tenait une grenade dans la main, dégoupillée, prête à la lancer... Là, plus proche, toujours plus proche, seulement à quelques mètres... Ils pouvaient voir le dos de l’homme, avec la chevrotine toujours nichée dans son dos, le sang ruisselant le long de son épaule.

Et, alors que le motard approchait, la main du fuyard jaillit dehors, tenant un fusil à canon scié.

*BANG !!*

La moto s’écroula en roulant sur elle-même, puis Logan planta à nouveau son regard dans le rétroviseur, voyant toute la horde lancée à son cul comme si les chiens de l’Enfer lui coursaient après.

« Venez, trous à merde, ramenez vos gueules ! »

Il avait tapé dans la fourmilière... Et les rats radinaient.


*
*  *

«Où est-elle ?
 -  J’sais pas, mec, putain, j’te jure que j’sais pas !  »

Les griffes s’enfoncèrent. C’était mou, ça s’enfonçait comme dans du beurre.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !!
 -  Où. Est. Elle ?
 -  MAIS J’EN SAIS RIEN, MERDE !! PUTAIN, J’EN SAIS RIEN, j’en sais rien, j’en sais rien ! »

Le coup fusa, et renversa l’homme. La chaise se brisa sur le sol, et Logan le saisit par le col, le soulevant comme un plume, et le plaqua violemment contre le mur, avant de le retourner, et de le forcer à voir.

« Voilà ce que j’ai fait à tes potes ! Maintenant... Où est-ce que toi et tes potes tarés l’avaient emmené ? DIS-MOI !
 -  Je sais pas, je les avais pas accompagnés... Pitié, je suis encore un initié, moi, j’ai pas l’autorisation de...
 -  Ta gueule ! »

Le coup de boule fusa, et l’homme alla s’écrouler sur le sol, son corps atterrissant dans une flaque de sang et de tripes pendouillant à l’air. Il se redressa, et tenta de partir, apeuré, se dissimulant dans les recoins de la boucherie.

« Vous croyez peut-être que je sais pas qui vous êtes, toi et tes potes ? Des mecs comme vous, j’en traque depuis des siècles. Peu importe où je vais, on tombe toujours sur des types comme vous. »

Il avançait lentement, ses griffes luisant le long de ses mains. Il n’avait même pas besoin de suivre les traces de sang que sa proie laissait, ni son souffle précipité... Il suffisait de le renifler à la peur. Elle lui collait à la peau comme le plus indécrottable des parfums.

« J’suis sûr qu’en ce moment, tu échafaudes dans ta tête d’abruti des théories et des plans farfelus pour te sortir de ça. Les parasites comme toi, violeurs, tueurs, et autres enculés, vous raisonnez toujours comme ça. Jusqu’à la fin, vous pensez toujours vous en sortir, et, même quand vous êtes dans la merde jusqu’au cou, vous pensez encore trouver un moyen d’échapper à votre juste rétribution. Mais détrompe-toi, merdeux... J’suis pas le bras armé du Seigneur. Si j’étais son bras droit, ce serait pour lui foutre ma main au cul tellement ce vieux con passe son temps à se foutre de ma gueule. Non, je vais te buter... Tout ce que tu as le droit de décider, c’est si ta mort sera lente ou pas. »

Logan était au milieu de la boucherie, et l’homme était juste au-dessus de lui, tenant un long couteau de boucher. Jouant alors son và-tout, il bondit vers Logan, descendant en piqué en hurlant... Et l’homme se retourna alors, et les griffes parlèrent, puis il y eut des hurlements. Sa proie retomba en deux temps. Tout d’abord, il y eut sa main, crispée autour du couteau de boucher... Puis le reste du corps, qui rebondit à côté, un moignon pissant le sang.

L’homme hurlait, hurlait comme un porc qu’on était en train de traire, et le pied de Logan se posa sur son moignon.

« Finalement... T’as choisi la manière lente. »

Il sourit alors.

« Tant mieux. T’as l’air de tenir à tes couilles... »

Puis il se pencha vers lui.

L’homme hurla encore. Fort. Un peu.

Puis il n’eut plus la force d’hurler.


*
*  *

Ils avaient sorti les harpons. Les tirs sifflaient, cherchant à le bloquer, et il donna un coup de volant, évitant l’un d’eux, avant de sentir une pluie de balles sur l’arrière de la Jeep. Heureusement que ce truc était blindé. Lui continuait à foncer, écrasant le champignon pendant que de la fumée sortait du moteur. Ils étaient comme de la chienlit ; à chaque fois qu’il regardait derrière lui, il en voyait d’autres.

« Putain, une vraie armée... »

Logan continuait à rouler, enfoncé dans le Wasteland tekhan. De quoi lui rappeler le pays... Il se rapprochait d’une route poussiéreuse située au loin, quand un tir fit mouche. L’un des ennemis lança sur sa Jeep une lance équipée d’une charge explosive.

*KA-BOOOOOOOMMM !!!*

La Jeep se souleva par l’arrière, et décrivit une série de tonneaux, sur plus d’une quinzaine de mètres, plusieurs portières volant dans tous les sens. Finalement, elle termina sa course dans un amoncellement de sable, et les tueurs se rapprochèrent rapidement.

Il y eut une autre explosion, et ils observèrent la carcasse en feu, du sable tout autour... Avant de voir un corps qui en rampait misérablement, s’extirpant de la carcasse, avec un dos en charpie, tellement défoncé qu’on pouvait voir son ossature, d’étranges os métalliques qui semblaient briller sous le reflet du soleil.
« Dernière édition: Avril 16, 2016, 12:59:11 par Old Man Logan » Journalisée



DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
la Hyène
Autres
-

Messages: 40



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Avril 16, 2016, 09:20:17 »

La jeep venait de s'écrouler au milieux du sable et à présent, toute l'armée qui était à sa poursuite vint à ce stopper, créant alors d'innombrable levée de poussière.
« Il est à elle ! Ce chien c'est cru plus malin ! Ahah ! »
« elle vas le défoncer et ce repaître de son sang et de sa bile ! »
« Nan… C'est un homme, de la sale bestiole elle ne prendrait aucun plaisir à jouer avec… Elle vas l'utiliser comme globular ou le vendre comme esclave pour le Circle pit... »
"Qu'importe ce qu'elle en fera, il est à elle... A elle !"
L'un des pillards vint alors à poser son pied sur le dos maculés de sang de l'homme en braquant son arme sur sa tête puis… Ils l'attachèrent avec de lourdes chaînes rouillées, chaînes que les hommes fixèrent à l'arrière de l'une de leurs voitures afin de l'emmener au seins de l'un des seul vestige encore en « état » dans ce gigantesque tas de poussière et de sang… Breakbone sanctuary.



Là… Face à une gigantesque cathédrale en  ruine, toute une assemblé de Raider's scandait un nom au milieux des barbelés, des cadavres suspendue, des chaînes et des crochets.

« Derbie ! Derbie ! Derbie ! Derbie ! »

Dans les ténèbres de la cathédrale, une grande silhouette trônait fièrement sur un siège d'ossement et de rouille, au milieux d'esclave mutilées…
« Momma… Les troupes veulent t'entendre… Il partent en chasse. » Lâchât alors une voix sifflante en provenance d'une jeune femme au visage scarifié et lézardé de cicatrices.
Lentement, sans dire un mots, la grande silhouette ce leva de son siège en faisait cliqueter les chaînes et les « bijoux » que ladite femme portait sur elle.

Dehors, un lourd convoie ce mettait en place, composé de plusieurs véhicules à l'allure sinistre et monstrueuse.
« On est les Raider's de Derbie ! »
« Raider's ! »
« Warhound's Raider's ! »
« Raider's !!! »
« enfants de l'atome et du metal raider's ! »
« COUPLAAAAGE !!!!! »
« Aujourd'hui, on vas à l'église des négrier ! Aujourd'hui, on vas chercher des joujoux pour la momma ! »
« MOMMA ! »
«  Et aujourd'hui, on part en traque ! »
« Traque OUHAH ! »

Dans les air, une lourde odeur de souffre, de gazoile et de cadavre était présente… Constamment présente.
Toujours aussi calmement, la grande femme s'avança vers le rebord du vitrail central, brisé et faisant à présent office de balcon, un balcon composé de morceau de ferrailles et de corps dans le plus pur style raiders.

« Derbie ! Derbie ! Derbie !

Plus les secondes filaient, plus les voix ce faisait préssente mais alors que les cris et les scanderies ce faisaient de plus en plus vives, la jeune femme au visage mutilée et au yeux fou vint à prendre la parole.

« FAITE DU VROOM, POUR L'APOCALYPTIC DEEEEEEERRRRBIIIIIIIIIEEE !!!!!! »

La foule vint alors à hurler de plus belle en faisant s'entrechoquer des lames et d'autres chose entre elles, avant de finallement ce taire quand, la grande silhouette vint à prendre la parole.

« Habitants de Breakbones sanctuary… Raiders… Pillards… Négriers. Une fois encore, j'envoie en chasse mes Raiders Warhounds demi-vivants, qui vogueront immortels sur les autoroutes sacrées, du Valhalla ! »

Suite à cette première tirades, le publique ce mit à hurler de plus belle en faisant encore plus de bruits avant de finalement ce taire à nouveau quand la mystérieuse femme leurs fit signe de ce calmer.
« Je suis votre impératrice incontestée, votre rédemptrice et votre seul salut ! C'est par MA mains que vous renaîtrait des cendres boueuses et gorgée de sang, de ce monde ! »

« DERBIE ! DERBIE ! DERBIE !!!! »
« sacrifice ! Ont veux le sacrifice !!!!! »
SACRIFICE ! SACRIFICE ! SACRIFICE ! SACRIFICE !
Pour atome ! Pour atooooome !!!! le sacrifice pour atome !!!
ATOME, ATOME, ATOME, ATOME !!!!

Calmement Derbie fit un léger signe de la tête et, cet alors qu'un homme vint apporter une esclave au yeux bandée et au joue maculées de sang, l'homme tendis ensuite très respectueusement la chaine à sa « reine », avant de platement ce reculer.

« Que le sang abreuve vos âmes, que le Gaspi' suive vos pas et que le jet, désinhibe vos esprit... » entonat elle alors en sortant une large machette qu'elle brandit alors fièrement au dessus de sa tête.
« DECA-PITUM ! DECA-PITUM ! DECA-PITUM ! »
« Sacrifiiiice, on veut un sacrifiiice pour les dieux ancestraux !!! »
« Au nom Du sang, de l'acier et des flammes… Je vous bénie dans la bile et le gaspi', mes enfants ! »

Lentement, la femme posa la lame dentelée de sa machette contre la gorge de sa victimes, avant de la sciée devant un publique en furie, le sang dégoulinait de partout et, quand enfin la tête fut détachée du corps, elle la brandit au dessus d'elle en balançant au passage le reste du corps par dessus la rambarde.

LA GALOCHE ! LA GALOCHE ! LA GALOCHE ! »

Derbie souriat alors légèrement, avant d'embrasser la tête décapitée de la pauvre esclave, aspirant au passage sa langue qu'elle arracha ensuite d'une traite, avant de la cracher à son publique, publique à qui elle envoya la tête pour finir.
Elle était l'incontestable reine ici et dans tout les badlands, du 73ème district tekhan… Jusqu'au confins des marais radioactifs de Point Lookout.

"Amen..."
« Dernière édition: Avril 16, 2016, 09:27:02 par la Hyène » Journalisée

Old Man Logan
Créature
-

Messages: 66

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Avril 16, 2016, 01:44:41 »

*Survis*

Pour autant qu’il s’en rappelle, l’existence de Logan s’était toujours résumée à ça : survivre. Survivre, alors qu’on traînait sa vieille carcasse sur le sable, et qu’il comatait, indécis, plongeant dans les méandres de sa conscience et de ses souvenirs fragmentés, éclatés comme si une bombe au shrapnel venait de pulvériser le fil de ses pensées.

*Logan... Pourquoi ?
Ne te venge pas contre eux, Logan...
Nous n’aurions jamais pu réussir notre coup sans ta précieuse aide, Wolverine...
Pourquoi, Logan, pourquoi ?*

Les mêmes reproches, les mêmes cauchemars, qui dansaient dans sa tête, comme de vieux fantômes, des squelettes dans des placards dont on ne pouvait pas refermer les portes. Pendant ce temps, le cortège qui l’amenait se rapprochait du sanctuaire, et les voitures s’arrêtèrent près d’un garage. Les hommes en descendirent, le regardant silencieusement. L’un d’eux alal même lui donner un coup de pied.

« Il est mort ! Pourquoi l’avoir ramené ?
 -  Il n’est pas mort, je l’ai vu ramper !
 -  Il a un trou dans le dos qui fait la taille d’un pot d’échappement de camion, il est bon pour la charogne !
 -  Et des os en acier... Regarde ça ! »

Dans sa tête, les images défilaient, se fracassant entre elles.

*Tu les as abandonnées...
Tu n’es pas un sauveur, tu n’es même pas un homme, tu n’es qu’une bête... Stupide, et facile à manipuler.
Je ne te remercierai jamais assez, Logan, nous n’aurions jamais pu réussir notre coup sans ta précieuse aide...*

« L’Impératrice nous a demandé de le ramener ! C’est lui qui a tué nos frères à l’abattoir !
 -  Ce vieux débris ? Ne te moque pas ! »

Le coup siffla, atteignant la tête du Boy, le chat à neuf queues lui laissant de vilaines balafres. C’est à ce moment que Logan se mit à éternuer, suspendant la dispute entre les War Boys. Leur frère supérieur se retourna, surpris, vers ce qu’il pensait n’être qu’un cadavre, pour voir ce dernier remuer lentement.

« Ah, tu vois ? Il est en vie ! Son sang, son sang doit être puissant, il sera un parfait Globuleux !
 -  La ferme ! »

Un Globuleux ? Et puis quoi encore ? Seuls les plus mauvais esclaves servaient de Globuleux, les autres avaient des fonctions plus importantes. Logan, de son côté, grogna encore, sentant le goût du sable dans sa bouche. Ses mains se crispaient autour des chaînes, et, entre ses lèvres sèches, quelques mots s’échappaient de sa bouche.

« A.. Ash... Ashley... »

Il soupira encore, serrant les dents. Les tueurs qui l’observaient virent alors, à leur grande surprise, le dos de l’homme, où sa peau était en train de se reconstruire, tout comme ses organes.

« Par l’Impératrice...
 -  L’Impératrice a sacrifié la Vierge pour que nous le ramenions ! Vois ! Sois témoin de ce prodige ! »

On ne pouvait que le constater... Restait maintenant à savoir quoi faire de lui.
Journalisée



DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
la Hyène
Autres
-

Messages: 40



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Avril 16, 2016, 06:27:05 »

 -  L’Impératrice a sacrifié la Vierge pour que nous le ramenions ! Vois ! Sois témoin de ce prodige ! »

Cet alors que son voisin revint à donner un violent coup de chat à neuf queue sur le visage de son comparse en disant sur un ton plus mesuré : « Et alors, l'Impératrice est capable de la même chose ! Elle a était béni par le feu de l'Atome, elle… Lui, lui c'est de la vermine impie qui… Qui… »
L'homme n'en savait pas vraiment plus non plus et, même-ci « l'impératrice de rouille » était capable elle aussi de ce prodige, le fait que ce type en était capable relevait du mystère en soit et, bien sur, d'aucun d'entre eux ne savait qu'il était un mutant.
« Foutait moi ce rats en cage, sanglait le comme un chiarre, son sang servira, j'imagine qu'avec sa prodigieuse capacité, il devrait être un bon gros sac de sang, imagine un peu, une poche qui ne ce tarit jamais ! Un vrai don, ça oui ! »
« NAN ! On doit l'emmener à l'impératrice, elle doit savoir ! C'est un signe ! »
« C'est un signe de rien du tout ! Et si tu continue, c'est toi qui ira voir l'impératrice, et elle ce fera une joie de te pendre avec tes boyaux ! »
En disant cela l'homme c'était fois rapproché de son comparse avec une lame de poignard, lame qu'il vint à mettre juste au niveau de la gorge de son copains.

« Toubib'… Met cette vieille raclure en cage en attendant… Pour l'instant, la seule chose qui importe, c'est de maintenir cette vieille ordure en cage, globuleur ou pas, signe ou pas, il reste là jusqu'à que l'impératrice ou Dame Malaria en décide autrement, c'est clair ? »

Et cet ainsi que le pauvre homme fut mis en cage, a coté d'autres personne, tous confinés dans des cage individuel et exiguë. L'endroit était sinistre, c'était un vieille hôpital en ruine qui servait aux Organiques à « réparer » les soldats blessée avec les moyens du bord car, ici bas, les objets médicaux telle que les stimpack tekhans était rares, bien qu'il arrivait de temps à autres qu'un convoie vienne à être intercepté, les drogues et autres trucs dans le genre était réservé à Derbie et à son élite.

« Surveillait moi cette raclure… Et s'il ce tient pas tranquille, donnait lui une triple dose d'Ultra-Jet ou du Slow-mo… »

Sur ce, l'organique repartit à ses occupation, laissant logan dans une vaste sale pleine de cage contenant tantôt des camé, des pauvres pleins de bestioles et même, des cadavres.
Mais c'est alors, qu'une voix discrète vint à appeler l'Immortel, cette dernière venait de la cage d'à coté où une belle femme rousse était recroquevillée en position foetal.

« Psssst… Eyh ! Toi là… T-tu m'entend ? »


L'homme ne sembla pas répondre, cependant, la jeune femme n’abandonna pas pour autant et réitéra sa demande.

« Psssst… Oh ! Toi là, le vieux aux yeux fou… Répond… »
Journalisée

Old Man Logan
Créature
-

Messages: 66

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Avril 16, 2016, 08:13:25 »

La nuit était tombée dans la vallée, et les vaches meuglaient. Elles appartenaient à Bill Holland, un fermier local, qui utilisait tout son troupeau pour vendre du lait. Les vandales avaient arraché la clôture sans problème, leurs puissants pas faisant trembler le sol, tandis que les clochettes des vaches carillonnaient tandis qu’ils les déplaçaient.

« Alors, tu te sens chaud pour battre mon record ?
 -  Je vais pas juste le battre, je vais l’exploser !
 -  Huhu... Je l’ai envoyé à plus de cinquante mètres, la dernière vache, tu le sais, ça ?
 -  Les records sont faits pour être battus » maugréa tout simplement l’autre.

Ils se déplacèrent encore, et l’un des deux resta près du troupeau, tandis que l’autre se mit en position. C’était leur jeu local, une manière de s’occuper, mais aussi de se défier entre eux. Le lancer de vaches était un sport particulièrement compétitif, un moyen de tester leur puissance. Hogan attendit que Mastoc soit en position, puis il souleva la vache. Cette dernière meugla encore un peu, puis Hogan la balança alors. La vache s’envola dans les airs, avant de redescendre.

« SOIS PRÊT !!
 -  ET C’EST PARTI !!! »

Dans un grand coup de poing, le Hulk-Boy frappa sur l’estomac de la vache. Le choc fut terrible, la vache hurla une dernière fois, et explosa contre le poing de Mastoc, s’envolant dans les airs. Une véritable flèche, libérant, au milieu des étoiles brillant dans le firmament, viscères, tripes, jets de sang, boyaux explosés. La vache pulvérisée s’écrabouilla ensuite plus loin, déclenchant rapidement l’hilarité d’Hogan, tandis qu’elle laissait derrière elle une traînée de viscères.

« Mouais, trente mètres... Pas mal, pour un échauffement !
 -  Fous-toi de ma gueule, Maestro m’a dit que j’étais un costaud ! »

En souriant, Hogan alla chercher une autre vache.

« Pourquoi personne n’intervient, Papa ? lui avait-il demandé. Les gens au village... Certains parlent de toi. »

Le plus écœurant, c’était ce moment où le poing du Hulk-Boy heurtait l’animal, le bruit que l’impact faisait. La chair qui éclatait, la peau qui s’ouvrait, les organes qui explosaient ainsi que les os... Parfois, les yeux éclataient aussi sous la puissance de l’impact, et on retrouvait des morceaux de dents qui s’envolaient, ou qui restaient incrustés dans la peau. La vache hurla une ultime fois, son meuglement catastrophé ressemblant à un hurlement.

Ils buvaient une bière toxique, qu’un être humain n’aurait pas supporté, car faite de radiations Gamma, quand il arriva. Bill. Le Vieux Bill, armé d’une carabine et d’une lampe à huile.

« Arrêtez ! Arrêtez ça !
 -  C’est qui, ce pédé ?
 -  Comment puis-je vous verser les taxes si vous tuez mes vaches ? C’est avec elle que je produis le lait que vous avez besoin ! Arrêtez, ou je serais obligé d’en référer au Maestro ! »

Les deux Hulk-boys rigolèrent entre eux. Bill n’avait jamais eu sa lampe dans la poche. Il lui avait dit de se méfier, pourtant, et que, à force de trop l’ouvrir, Maestro finirait par le massacrer. La dernière révolte contre le Hulk-gang l’avait parfaitement illustré, mais Bill faisait partie de ces gens qui croyaient encore dans ces reliques du passé. La justice, la Constitution, et toutes ces conneries... Il était de ceux qui avaient encore, chez eux, un crucifix, et un exemplaire poussiéreux de ce livre rapiécé qu’on appelait la Bible.

Bill était une grande gueule. Il pensait encore que ce monde était régi par autre chose que la folie et la démence. Il pensait encore pouvoir raisonner un gang fait de Hulk psychopathes shootés aux radiations Gamma. Il pensait encore pouvoir en référer à l’autorité du tyran Maestro. Un homme qu’on avait jadis connu sous son nom de naissance... Bruce Banner.

« J’ai une idée, ‘Toc...
 -  Mmmhmm ?
 -  Tu crois que tu pourrais le lancer jusqu’à où, c’ui-ci ? »

Hogan eut un sourire carnassier. Bill, en comprenant visiblement ce qui s’arrivait, pointa sa carabine vers l’un d’entre eux.

« Ne... Ne t’approche pas !
 -  Ou quoi ? Tu comptes me faire quoi avec ton pétoire ? Il est marrant, lui ! »

Il n’y eut même pas un coup de feu. L’énorme main d’Hogan s’empara du canon de la carabine, et le tordit, avant de jeter l’arme au loin. La lampe à huile chavira, et la main d’Hogan se saisit du col de l’homme, comme pour le soulever.

« N-N-Nooon... Noooonnn, pitié... !!
 -  T’es prêt, frangin ?
 -  Yay !
 -  Et... JE LANCE !!
 -  JE RÉCEPTIONNE !! »

Le corps se mit à redescendre, volant dans les airs. Poings serrés sur le côté, mimant une position grotesque de base-ball, Mastoc attendait.

« Yaaaaaaaayyy... STRIIIIIIIIIIIKKEEEE !! »

Il y eut ce bruit spongieux, horrible, un hurlement...

« On m’a dit que tu étais un héros, Papa. Pourquoi ? Pourquoi tu laisses faire ? »

Il baissa les yeux, en se retournant vers sa ferme.

« On t’a menti, Scott. Je ne suis pas un héros. Il n’y a plus de héros. »




« Psssst… Eyh ! Toi là… T-tu m'entends ?
 -  Hm... ? »

Il poussa un grognement en sentant une voix venir d’outre-tombe, et rouvrit les yeux. La lumière, émanant de vieux spots grisonnants au milieu de la pièce, lui éclata à la figure, et le fit grommeler à nouveau. Il se redressa alors, et son dos heurta les barreaux froids et rouillés d’une cage.

« Que... ? ...C’est quoi ce bordel, putain ? »

Logan grommela ça dans sa barbe tout en secouant la tête, et aperçut alors une silhouette, à côté de lui. Il ne portait plus que son pantalon, troué par endroits, et éternua alors, crachant du sang, mélangé à du sable. La nana lui parla alors, et il la regarda alors... Et sentit son cœur manquer quelques battements.

« J-Jean... ? »

Il cligna à nouveau des yeux.

*Impossible !*

Logan secoua la tête, et vit alors, plus en détail, la rouquine.

Pas Jean, non.

Logan soupira alors, et regarda autour de lui.

Une cage, étroite, entourée d’autres cages. Ça puait, ça sentait la crasse, la pourriture. Les cages étaient suspendus au-dessus du sol par d’épaisses chaînes.

« T’es qui ? On est où, bordel ? C’est quoi ce merdier ? »
Journalisée



DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
la Hyène
Autres
-

Messages: 40



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Avril 17, 2016, 09:40:24 »

« T’es qui ? On est où, bordel ? C’est quoi ce merdier ? »

La jeune soupira brièvement avant de prudemment regarder les environs, afin d'éviter tout risque de mort prématuré… Sait on jamais avec ces cinglés.

« Je m'appelle Hope et… Ont est dans l'un des bâtiments de détentions d'esclaves enfin, dans l'atelier de désossage, à Breakbone sanctuary… la « capital » du Metal Meltdown… » La jeune femme lâchât un autre soupir puis reprit toujours d'une voix basse le reste de sa phrase. « Et… Pour le merdier où tu te trouve… Enfin, où nous nous trouvons… Bas… Si on par du principe qu'il veulent t'utiliser comme globuleur, tu risque de rester ici jusqu'à ce qu'un raiders ais besoin de ton sang… Sinon, de ce que j'ai compris en entendant les garde parler de toi… Tu pourrais avoir une entrevus avec la Bigboss… Mais ça m’étonnerais fort qu'elle s’intéresse plus à toi qu'à un autre. « Brièvement, la femme vint à s'interrompre dans ses propos quand des bruits de pas vinrent à raisonner dans un couloir adjacent  mais, fort heureusement, personne n'entras et, rapidement, elle ce remit à parler Je… écoute, t'es pas comme les autres toi… t'as pas l'air d'être comme ces pauvres types qu’attendent d'être vidés de leur sang faut… faut que tu nous sortes de là… Je sais pas comment mais faut que tu le face… C'est qu'une question temps avant qu'un type me remarque et… Et là je risque d'être emmenée pour servir d'amusement à leurs tarée de chef… Je sais même pas comment j'ai pue passer le « tri » sans directement finir dans la piaule de l'autre malade.

Durant quelque instants, le silence plana sur la scène et, voyant que l'homme ne répondait pas, Hope commença à légèrement devenir plus insistante.

Eyh !… M-me dit pas que t'en a rien à faire put-… Tu laisserais une femme ce faire violer et torturer ? Sérieusement ? Tu… Répond bordel !

Encore une fois, le silence traversa la scène, finissant d'enfoncer Hope dans sa pensé que, ce type en avait rien à foutre d'elle. Mais… était ce vraiment le cas ? Difficile de le savoir.
Mais Hope avait raison, quand bien même elle avait eu droit à un sursit, ce n'était qu'une question de temps avant qu'un raiders un poil plus observateur et lèche-cul qu'un autre vienne et voyant cette jolie poulette qui alors finirait dans la tanière de Derbie, Derbie qui sans aucune pitié s’amuserait looooooooonguement avec elle… Très longuement.

« Je vais te dire… Elle en a brisée des vies… Je suis pas assez ancienne pour savoir tout… Mais ont racontes des choses… Des histoires… Et je te parle pas que de viols ou de meurtres… Elle… C'est vraiment une ordure. Je vois bien que t'as pas l'air du genre à rester là, en attendant ton sort comme un pauvre type… Quoi qu'il advienne, tu finira par te barrer… La seul chose que je te demande, c'est de penser à moi à ce moment là… Si je suis encore en vie. Si tu le fait pas en revanche… Tu vaux pas mieux que la raclure qui domine cet enfer. » Et en clôturant sa phrase, Hope regarda fixement dans la directions du mystérieuse homme, afin de lui dire cet ultime phrase.
« J'ai une fille… Pas ici, mais je sais où elle est… Mais je sais aussi que tôt  ou tard si je fait rien ils finiront par la trouver… Et inutile de préciser que les enfants sont pas mieux lotie que les femmes ici bas… Alors encore une fois… Quoi que tu fasse… Pense à moi bordel... »

Et ce fut l'ultime tirade la femme Puis...
Plusieurs longues minutes vinrent ensuite à défiler… Peut être une heure… C'était difficile ici d'voir la notions du temps, toujours est il, bientôt, des bruits de pas vinrent à ce faire entendre, suivis par une discutions.

Tu vois un homme ce régénérer tout seul et tu ne crois pas bon d'en référer à moi où à L'impératrice ? Que cherche tu !? Tu cherche à te faire suriner ou quoi !?
N-nan je, désolée maîtresse Malaria je-
CHUT ! Un mots de plus et tu finira dans l’estomac de Shelby, c'est clair !?
Ou-oui maîtresse malaria…

«Merde… Pas elle… » Murmura alors Hope en relevant légèrement la tête avant de regarder une fois encore l'homme qui ce trouvait dans la cage d'à coté.

Cet alors qu'un petits cortège entra dans la salle de détention de l'Atelier de désossage, Malaria dirigeant alors le dit cortège. Malaria, c'était la fille de Derbie, issue d'un viole, ce dramatique accident à, par on ne sais quel « chance » réussie à survivre et, faute d'avoir pue crever en temps est en heure, Derbie à trouvée en elle une sorte de parfaite victime à transformer en monstre… Littéralement.
Durant son enfance et son adolescence jusqu'à aujourd'hui, Derbie à Brisée et ruinée l'esprit de Malaria, la rendant aussi tarée que sa procréatrice, cette dernière lui ayant inculquée le respect à coup de machette, de viol et de torture avant de finalement la faire devenir l'une de ses généraux les plus monstrueuses et sadiques. Sans compter le fait que, rien que pour le pour le fun, Derbie à volontairement gardée la mère de Malaria en vis jusqu'à ce que le jeune fille ais 7/8 ans, age où, La hyène crue bon de demander à sa fille de tuer personnellement sa mère… Ce qu'elle fit, avant de la pendre avec ses tripes… Une éducation fort saine donc.

Calmement Malaria s'avança donc vers les deux cage, avant de lever la tête vers l'homme d'age mure puis, elle ce mit à regarder le toubib.

« Organique... »
« Oui dame Malaria ?
« C'est lui ? »
« Ouaip... »
« Mais c'est un vieux Débris... »
« … Ouaip… Mais apparemment c'est de la sale bête sauvage... »

Malaria esquissa alors un petit sourire en regardant Logan dans les yeux puis, brièvement, elle regarda sa voisine rousse  en fronçant légèrement les sourcils.

« Et elle ? Comment ça ce fait qu'elle est là ? elle me paraît en « état » pourtant... »
« Euh… Je sais pas, on me l'a amenée il y a quoi… une semaine environs... moi aussi sa ma parut bizarre qu'un aussi jolie petit lot sois envoyé au désossage… Mais bon... »

La  raiders observa alors la jeune femme avec une certaine insistance avant de demander à l'organique de la faire descendre en faisant un petit geste de la tête, ouvrant alors la cage par le bas en faisant chuter la jeune femme uniquement retenue par une chaîne, chaîne la maintenant à présent la tête en bas.  Une fois cela fait, Malaria s'approcha de Hope, saisissant cette dernière par les joues pour la regarder sous toutes les coutures.

« Hmmmm… Belles dents… Belle gueule… Beau corps… Hmmmpfff… J'aimerais vraiment pouvoir te montrer mes jouets, mais vus ton état, tu fera une concubine d’exceptions pour ma Momma… Après… Rien ne m’empêche de lui demander gentiment de t'avoir, hein... »

Sur ce, Malaria vint à gentiment tapoter la joue de Hope avant de pincer les dite joues en remuant la tête comme si hope était une enfant ou un petit animal.

« Bouboubouboubouh, qui c'est qui vas finir en morceaux, hm ? C'est la rouquine, haha ! Tu sais, si Momma te laisse encore un peu en vie, je suis sur qu'il y a moyen de bien rigoler ensemble, oui oui oui !  Organique ! »
« Yep ? »
« Détache la... »
« Sa roule, baboule... »

Et blam dans un violent cliquetis de chaîne, Hope vint à s'écraser sur le sol, poussant alors un gémissement plaintif,  avant de violemment ce faire relever par deux raiders qui la mirent face à la petite générale (qui ne mesure qu'un petit mètre soixante).

« Momma aime bien les rousses… Tu sais qu'un jour, elle ma racontait qu'une rousse du nom de moira Burtmachinchouette lui a servit d'amusement pendant 3 longues journées… Elle l'avait gavée de Slo-mo et de Jet, pour que le plaisir puis-ce durer plus longtemps… Du coup aujourd'hui c'est presque devenu une habitude… Momma est une femme génial…Vraiment.

Le Jet et le Slo-mo, du drogue aux effets assez particuliers, puisqu'elle donne au cerveaux l'impression que le temps ce ralenti, mais vraiment VRAIMENT longuement, tout devient plus long… Beaucoup plus long et, par conséquent, quand Derbie arrive vers la fin de ses exactions macabre, la victime est déjà complètement exsangue, son cerveau revivant encore les atroce tortures que l'impératrice viens de lui faire subir et ce, jusqu'à ce qu'elle décide de la décapiter ou de lui arracher le cœur.
Hope ne répondit bien évidement pas mais ce contenta simplement de regarder L'homme dans les yeux, un regard qui, une fois encore, lui demandait une chose… De pas la laisser tomber.

« Et lui boss… On en fait quoi ?

Malaria regarda alors Logan dans les yeux avant de dire sur un ton amusé

« On le laisse là...S'il ce régénèrent vraiment, ça deviendra le globuleur de toute l'armée de Momma… Une vrai poche d'abondance, hahahaha ! »

un bien funeste destin donc… Ou pas.
« Dernière édition: Avril 17, 2016, 10:22:07 par la Hyène » Journalisée

Old Man Logan
Créature
-

Messages: 66

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Avril 18, 2016, 01:30:44 »

Breakbone Sanctuary ? Metal Meltdwon ? Globuleux ? Soit cette femme parlait en noms codés pour qu’il n’y bite rien, soit il avait encore débarqué dans une histoire de fous. Était-il finalement retourné dans le futur ? Ce futur qu’il avait cherché à empêcher par l’intermédiaire de Vandal Savage ? Logan ne disait rien pendant que la femme parlait, lui expliquant qu’ils étaient dans la panade, une situation très compliquée. Un « atelier de désossage ». Même si Logan n’avait pas envie de savoir en quoi le « désossage » consistait, il en avait une petite idée. Il pensait avoir débarqué dans un camp de travail, mais on s’orientait plus vers une espèce de camp d’extermination qui aurait rendu un vibrant hommage aux nazis. Les esclaves les plus faibles étaient mis en charpie pour qu’on vende leurs organes (ou qu’on les mange, ces tarés en étaient bien capables). Les plus jolis servaient de putes (et de sacrifices, mais ça, Logan l’ignorait encore), et les plus costauds, comme lui, de « Globuleux », terme étrange, mais qui signifiait sûrement que, tels des vampires, ces malades se nourrissaient de sang.

La nana, Hope, lui demanda s’il dormait. Tête baissée, Logan reprenait son souffle, et émit un grognement.

« Petite... Je suis plus à mes beaux jours, là, tu vois... Ces mecs m’ont traîné sur le sable pendant des heures avec un dos suffisamment ouvert pour qu’une colonie de mioches y fassent un pique-nique. J’ai besoin de repos, mais, sois sûre d’une chose, gamine... »

Il se tut avant de la regarder, poings serrés.

« J’les buterais tous. Jusqu’au dernier. »

Ça, c’était pas une promesse, c’était un fait. Toute sa vie, Logan avait été exploité, utilisé. On avait utilisé son corps pour en faire un cobaye, lui lavant la mémoire. Autant dire que les esclavagistes n’étaient pas vraiment des gens qu’il affectionnait tout particulièrement. De fait, les barreaux de la cellule ne pouvaient guère espérer le retenir longtemps. C’était des barreaux rouillés, pourris... Et lui, il avait des griffes inoxydables en adamantium. L’adamantium était un métal conçu pendant la Seconde Guerre Mondiale par Myron MacLain, un métal qui ne pouvait aller que sur Wolverine, car il était allergène. Sans son facteur autoguérissant, l’adamantium serait comme un poison le tuant à petit feu.

Logan resta donc silencieux, continuant à reprendre des forces, s’asseyant en tailleur dans sa cage. Il pouvait entendre des pleurs. Il y avait de tout dans cet « atelier » : des vieillards, des jeunots, des lépreux, des malades... On toussait, on grognait, les rats sortaient le long de trous dans le mur, des mouches voletaient ici et là, quelques vieilles lampes grésillaient atrocement...

*Charmant coin de paradis...*

L’homme finit par entendre des bruits, et redressa légèrement la tête. Une gamine avec la gueule finie au cutter débarqua alors, en compagnie d’un des mecs qui l’avait capturé. Est-ce que ces gens avaient enlevé Ashley ? À cette idée, Logan sentit un accès de rage le traverser. Les types qu’il avait interrogé n’avaient pas spécialement pu le renseigner. Ces types détenaient-ils un registre avec le nom de leurs proies ? Wolverine n’était pas dans son monde, il était dans un endroit inconnu, sauvage, et il entendait la gamine à tête de scalpel parler de lui, s’étonnant qu’il soit là.

Il releva légèrement la tête quand ils s’emparèrent de Hope, sentant ses mains le démanger. Logan resta silencieux, observant la mioche, puis la gamine annonça qu’il restait là, tandis que Hope le regardait avec un air désespérant.

*Tu comptes vraiment sur moi pour te sauver, gamine ? Tu dois vraiment être désespérée...*

Il ferma brièvement les yeux, et, comme toujours, comme à chaque fois qu’il tentait de dormir, il revit l’image... Les corps tordus et broyés comme des poupées sur le sol, baignant dans leur sang.

*Maureen...*

Le duo allait se retourner quand Logan tapa contre la cage, les amenant à se retourner.

Il s’était relevé, et regarda la mioche.

« Gamine... J’vais faire court. J’ignore qui t’es, j’ignore qui vous êtes, ce que c’est que tout ce bordel, alors, voilà mon offre. Tu vas aller voir ta Boss, et tu vas lui dire de libérer tous les esclaves. Je vous laisse une demi-heure pour faire ça. »

Logan la regarda encore, fixant son regard sur elle.

« Sinon... J’vous tuerai tous. Sans exception. »

Il ne se faisait pas spécialement d’espoir, mais il était vieux, et son facteur autoguérisseur fonctionnait plus lentement qu’auparavant.

Une demi-heure, c’était ce qu’il lui fallait encore pour que son organisme se remette de tout ce qu’il avait subi jusqu’à présent.

Logan regarda ensuite Hope pendant quelques secondes, puis retourna s’asseoir en tailleur.
Journalisée



DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
la Hyène
Autres
-

Messages: 40



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Avril 19, 2016, 11:33:25 »

En entendant l'homme parler, Malaria se stoppa quelque instant puis, calmement, elle se retourna vers son interlocuteur, regardant alors l'homme droit dans les yeux en écoutant sa tirade semi-héroïque à deux capsules, clôturant cette dernière par un petit « Sinon... J’vous tuerai tous. Sans exception. », une phrase qui, bien évidemment, ne manqua pas de faire pouffer de rire la follace au balafres qui, légèrement vint à légèrement se rapprocher de la cage en fronçant les sourcils tout en approchant une mains de son oreille d'un air moqueur.

« P-pardon tuu… Tu as dit quelque chose ? Je… C'est moi ou J'ai crus comprendre un truc comme « je vais tous vous tuer » ou une connerie dans le genre, hm ?

La jeune femme se mit alors à rigoler aux éclats en tapant un grand coup dans ses mains, son sourire ce transformant en une grimace hideuse à cause des stigmates béantes qui lézardaient de part en part ses joues et sa bouches.

« Ah-AH ! Ah-haaaaaahahah ! Écoutait moi se héros au rabais !Aaaahahahah ! »
« Je sais pas ce que ce tas de viande à pue te raconter vieillard, mais même avec une capacité auto-régénératrice, t’arrivera à rien ici… Tu crois quoi, qu'on est qu'une bandes de Raiders à la petite semaine, hm ? Organique ! Met lui un coup de perche électrique, ça lui apprendra à péter plus haut que son cul à ce déchet ! »

Et sur ce, l'homme attrapa une grande perche assez rustique, perche qu'il vint à enfouir dans la chair de Logan, envoyant alors une puissante décharge électrique dans le corps du pauvre homme.

« Les animaux ça ce tait ! AHAH ! »

A ce demander qui était vraiment les animaux ici… Mais dans un tel monde, difficile de rester droit bien longtemps, tout le monde est obligé à un moment ou à un autre de passer la ligne grise… Car ici, seul prône la survie et ce fait est encore plus réelle depuis que La Hyène contrôle les Badlands. Elle aussi… Elle aussi elle c'est battue pour survivre, mais elle, elle n'a jamais hésité à franchir les lignes de la moralité… Au début par besoins… Puis par profits… Puis par orgueil… Puis... par simple amusement. Là où quelqu'un aurait sue dire stop à un moment, elle, elle c'est enfoncée dans sa dépendance à la violence et à la destruction, une destruction de laquelle elle a réussie à extirper quelque chose… Un empire. Aussi sinistre que cela puisse paraître, c'est pourtant vrai… Peut être aurait elle était moins amer envers la vie aurait elle fait des Badlands un lieux plus vivable… Malheureusement, ça n'a pas était le cas. Au lieux de ça, elle détruit et éradiqué une à une toute les poches de « bonté »… La confrérie de l'acier… La RPC (Républic-Pro Celkhanne)
mais aussi tout ses adversaire, tel que L'Enclave ou les Légions de Ceasar.

Tous… Elle les a tous réduit à Néans, par le biais du mensonge, de la traîtrise et de la corruptions. Elle les a fait s'entre-dévorer et ceux qu'il rester, elle les a exterminée.
étendant chaque fois plus son ombre sinistre sur ces terres qui sont à présent SES terres…
Misérables… Irradiées… Sans espoir et ravagées par le chaos.

Mais son lourd passif ne compte pas que des guerres entre factions… Nan, son passé est aussi jonchée des cadavres d'autres personnes, des bonnes… Des moins bonnes… Hommes, femmes… Enfants. Tout ceux qui l'ont croisé ont fini brisé…. Tous, sans exceptions car elle n'est qu'une chose… Un atome de destruction, uniquement mue par la violence et le chaos… Elle est un instrument de mort et de désolation, une Attila des wastelands et Une messagère du Désastre (comme le disait ci bien feu Mr,Treedog sur sa célèbre émission de radios… Avant de mourir lui aussi de la mains de Derbie.)

Mais revenons en au petit cortège qui, une fois ce pauvre logan électrifié s'en alla vers la cathédrale de L'impératrice qui était toutefois à plus d'une demi-heure de marche du « bas-ventre » où ce trouvait cet atelier de désossage.
Journalisée

Old Man Logan
Créature
-

Messages: 66

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Avril 19, 2016, 01:49:35 »

Ce qu’il avait dit n’était pas une menace, c’était une promesse. Logan n’était pas là depuis bien longtemps, mais il avait déjà compris qu’il était tombé sur une bande de tarés. Cela, en réalité, il avait déjà pu le constater dans cette boucherie, où il était tombé sur quelques raiders qu’il avait dessoudé. Visiblement guère impressionnée, la nana ordonna qu’on l’électrocute, et un raider s’approcha, tenant entre les mains une sorte de bâton balançant des éclairs, et frappa Logan dans les côtes avec, diffusant de nombreux volts qui le firent hurler en l’envoyant se prosterner sur le sol.

« HAAAAAAA... !! »

Logan s’écroula, et, en ricanant, le raider l’électrocuta à nouveau dans le dos, se faisant plaisir. Avoir un type avec un facteur autoguérisseur, ça permettait de se lâcher, et il l’électrocuta donc pendant de longues secondes, jusqu’à ce qu’une odeur de chair calcinée ne s’élève dans les airs, ainsi que de la fumée. La chair de Logan avait partiellement noirci, et il le laissa là, en rigolant encore, avant de lui cracher dessus.

« Sale cave, regardez ce débris...
 -  Je ne suis pas convaincu qu’il soit un si bon Globuleux que ça, il a l’air vieux, fatigué... »

Les deux hommes ricanèrent entre eux, puis filèrent ensuite, suivant la fille de La Hyène, pendant que Logan, lui, respirait lourdement.

« Fils de putes... »

Et, tandis qu’il reprenait son souffle, les images, encore une fois, vinrent.




« Je pourrais les arrêter... Je pourrais le faire, Maureen. »

Sa femme le regarda lentement, dans le salon de leur cabane. Les Hulks avaient encore dévasté les clôtures, et, en retournant voir le bétail, Logan avait vu plusieurs moutons éclatés. La dernière spécialité du gang était de jouer au football, en utilisant les moutons comme ballons. Un spectacle sinistre de tripes répandues partout, Logan était content de ne pas avoir emmené son fils avec lui. Scott était encore trop jeune pour ça, pour ce spectacle, ces corps dispersés sur des dizaines et des dizaines de mètres.

« Tu ne peux pas faire ça, James... »

Maureen était la seule qui l’appelait par son premier prénom. Pour les autres habitants du village, il était ‘‘Logan’’. Logan soupira donc, en buvant son café, et observa sa femme.

« On ne peut pas, répéta Maureen. Pense à nos enfants, James, à tout ce que nous avons construit ici... On y est depuis des années, on ne peut pas. »

Logan se tut, observant le fond de sa tasse de café.

« Maestro a encore augmenté ses taxes, Maureen. Je ne sais pas comment je pourrais le payer d’ici la fin du mois...
 -  James, non ! Je ne veux pas que tu fasses ça, que tu te lances dans une vendetta personnelle ! Pense à Scott ! À Jean ! »

Elle haussa le ton, tapant du poing sur la table, et Logan soupira.

« Oui... Oui, bien sûr... Tu as raison.
 -  James... Tu es James Howlett, mon mari, l’homme que j’aime, l’homme qui m’a redonné espoir en me donnant deux magnifiques enfants. Tu n’es plus Wolverine. »

Logan se tut, avant d’entendre des bruits de pas. Il tourna la tête, et entendit les rires de ses enfants. Silencieusement, l’homme se resservit du café, et alla sur la terrasse, à l’entrée de leur maison.

Jean et Scott étaient là, jouant avec un vieux pneu de camion. Jean se glissait dedans, et Scott entreprenait de le faire tourner.

« Allez, pousse ! Pousse, pousse !
 -  Mais... Je peux pas, c’est... C’est trop lourd... !
 -  Rooh, mais pousse, quoi, et ça roulera tout seul ! »

Scott essaya encore, lorsqu’une grosse main se posa sur le rebord du pneu.

« Laisse-moi t’aider », annonça Logan en souriant.

C’était désormais Maureen qui était sur le palier de la porte. Elle et Logan se regardèrent brièvement, comme pour confirmer ce que Maureen avait dit.

Que restait-il à sauver dans le monde ? La réponse était là, sous son nez, en entendant Jean rire aux éclats en battant des bras quand le pneu se mit à tourner. Et Jean riait, riait, sous un soleil magnifique, ses longs cheveux roux flamboyant au vent...




« Debout, le Globuleux, t’as assez dormi ! »

Le bâton électrique le fit grogner, et Logan se tortilla, avant de sentir une traction le renverser... Puis il tomba la première, sortant de la cage pour s’écraser sur le carrelage froid et tranchant du sol, un collier explosif autour du co, relié à une chaîne que l’un des raiders tira en rigolant. Un coup de pied frappa Logan dans les côtes quand il tenta de se relever.

« Regardez-moi cette merde !
 -  Il a dit qu’il nous tuerait tous ! Haha ! T’as le béguin pour la salope, hein ?
 -  C’est trop tard ! Tu vas apprendre où est ta place, loqueteux ! »

Logan sentit un autre coup dans le dos, vers le bas, et grogna encore, crachant du sang de ses lèvres. Il soupira encore, reprenant son souffle. Plusieurs hommes l’entouraient, et on tira sur la chaîne, le forçant à se relever tant bien que mal... Pour se recevoir un coup de fouet dans le dos, ouvrant sa chair en deux, qui l’envoya heurter un mur.

« Allez, vieux bouffon ! On t’emmène à l’infirmerie, on va te percer ! »

De cette manière, il pourrait être un Globuleux. Logan grogna encore, du sang coulant de ses dents, s’avançant dans des couloirs sombres. Le collier qu’il avait autour du cou était une charge explosive, qui détonerait s’il tentait de se libérer.

Ils avaient pensé à tout, et, à chaque fois qu’il n’avançait pas assez vite, le fouet claquait dans son dos, ou la chaîne s’électrifiait, le faisant hurler...

En marche vers l’infirmerie.
Journalisée



DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
la Hyène
Autres
-

Messages: 40



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Avril 19, 2016, 05:57:58 »

« Pourquoi ? Pourquoi Avoir fait ça !? »

Tu n'avait pas répondue immédiatement à ce qu'elle t'avait demandée… Mais elle revint à la Charge en te bousculant légèrement, les yeux en larmes.

« RÉPOND !!!! RÉPOND MOI PUTAIN !!! POURQUOI!!! »

Là… Ton regard c'était légèrement levée vers elle, un regard froid et sinistre.

« Parce qu’il voulait me faire porter le chapeau pour la mort de Joshua et pour la mutinerie… Tout simplement. »

Comme toujours, le ton que tu avais employée avais était monocorde et froid… Aussi loin que tu t'en souvienne, t'avais toujours était comme ça… Froide et lugubre. Amata te regarda à nouveau dans les yeux, le souffle coupé. La pauvre était complètement bouleversée, perdue et en larme.

« P… Pourquoi… T’ÉTAIT PAS OBLIGÉE !!! C'est… C-C’ÉTAIT MON PÈRE !!!! POURQUOI PUTAIN !!! POURQUOI T'AS FAIT CA !? T’ÉTAIT PAS OBLIGÉE !!! »
« C'est mon choix, pas le tiens. Ce que j'ai fait ne regarde que moi, t'entend. »

Et là, ce fut comme ci un grand voile d’effrois vint à traverser le regard d'Amata, la faisant frémir sur place, avant que le rouge et les larmes ne reviennent à lui monter au visage, ce mélangeant alors à un profond et indicible sentiment de colère et d'incompréhension.

ET BUTCH ?! ET SA MÈRE !? TU TE REND COMPTE DE CE QUE TU A FAIT !? HEIN !? EST CE QUE TU EST CONSCIENTE DE TOUT CE QUE TU AS FAIT !!!??

Toi… Tu commencer surtout à perdre patience… T'était sur le point de craquer, mais comme ci ça suffisait pas, cette pleurnicharde revint à en mettre une couche.

T-tu… Tu… jamais… JAMAIS TU ENTENDS ! Jamais je  t'aurais crue capable de… De… De ça ! Tu… Tu regrette au moins ? Dit moi que tu as des regr- « Non. »

Et là… Ce fut le coup de marteau final… Amata vint alors à ce figer sur place en te regardant dans les yeux avec effrois.

« qu… Qu'as tu dit... »
« J'ai dit que je regrettait rien… Les regrets, c'est pour les couards et les putes… Je m’apprête à sortir de ce cloaque miteux, alors non, je n'ais aucun regret t'entends… Je fait une croix sur mon passé… Et sur tout… Je te reverrais jamais alors maintenant, casse toi... Avant que je décide d'en finir avec toi aussi. »

Au fond de tes yeux on pouvais voir un sinistre voile de cruauté et d'amertume, un voile toujours présent aujourd'hui d'ailleurs. Amata, elle, elle était restée bouche baie face à cette réplique cinglante et froide… Elle n'en croyait tout simplement pas ses oreilles… Ce n'était plus son amie d'enfance qu'elle avait en face d'elle… Nan, c'était quelqu'un d'autre.

« C'est pas toi… C'est pas possible... »

« Si… C'est bien moi et je vais te dire, si c'était à refaire, je le referais sans problème, ton père c'était un gros enculé et les autres aussi, alors encore une fois, non, je ne regrette rien. »

Là s'en était trop pour elle. Rapidement, elle ferma les yeux en ce pinçant les lèvres, ses poings ce serrant alors d'un coup sous l’émotion puis… Encore une fois, elle t'adressa la parole d'un ton sec et crue tout en gardant au fond des yeux une lueur d'amitié… Brisé, mais toujours présente.

« Alors vas y… Je te retiens pas… Part et ne reviens jamais… Dépêche toi avant que je n'appelle la garde pour qu'ils t’abatte... »

Sans rien tu t'était alors retournée vers l’immense porte blindée qui conduisait à un petit corridor rocheux au bout duquel une porte en fer rustique trônait.
Porte que tu rejoignit, avant, une dernière fois, d'entendre la voix d'Amata.

« J'ai crus que tu étais mon amie... »


Ton regard déviât une dernière fois puis…

« Et bas t'avait tord. »


Es tu t'en alla… Dans les wastelands. C'est ce jour là que tu avait définitivement abandonnée ton passé… Ce jour là où, outre ta seule famille… C'était ton dieu lui même à qui tu avait tournée le dos… Car de toute évidence… C'était en enfer que tu allait tomber.

« La hyène… ce sera mon nom… La hyène. »





Elle était là… Sur son trône d'ossement et d'acier. Se yeux jaunes injectés de sang observant le vide… Ses ongles ce plantant dans les accoudoir.
Au fil du temps, L'amertume de Derbie avait monté en grade… La rendant incapable d'aimer qui que ce soit, enfouissant son cœur dans un tourbillons de haine sans bornes. Ne prenant plaisir qu'a tuer et à voir la douleur dans le cœur et les yeux des autres. Sa plus grande satisfactions ? Son empire. Difficile à croire mais pourtant, tout ceci, c'était elle seul qui l'avait fait… Comme une véritable bombe nucléaire, elle avait était lâchée, sans aucun attache, prenant de plus en plus de vitesse, jusqu'à finalement laisser une gigantesque trace sur le sol de terra.

« tu es une force que rien en ce monde ne peut stopper… » Murmura t-elle alors avant d'entendre les lourdes portes de sa demeure résonner dans son antre faite de sang, de rouille et de pierre.
« Mooooommaaaaaaaaaaa !!!!!! »

En entendant cette voix, Derbie levât ses yeux noircis d'une colère sempiternelle vers les escaliers menant à l'étage de sa cathédrale, escalier desquels sortit sa fille, tout sourire aux lèvres.

« Malaria… Que veux tu ma tendre enfant ? » Lâchât elle sur un ton toujours aussi froid et Monocorde.
« éhéh… Je t’ais apportée un jolie cadeaux… Regarde ! »

Sur ce, Malaria fit signe au deux raiders d'apporter l'esclave, ce mettant alors en retrait pour laisser à sa mère le loisir de regarder la marchandise. Derbie, en voyant Hope affichât un petit sourire, en s'accoudant avec son bras droit, bras qui vint à maintenir sa tête.

« Malaria… Tu es décidément pleine de surprise… Où l'a tu trouvée ? »
«  A l'atelier de désossage, dans le bas-ventre ! »

Derbie hochât légèrement la tête en détaillant sa proie de haut en bas… Avant de la regarder dans les yeux tout en lui faisant signe avec son index de ce rapprocher, ce sur quoi Malaria vint à pousser Hope avec un coup de pied dans le dos, la faisant tomber à genoux devant le trône De sa mère.
Hope couina en relevant ses yeux vers le visage de La hyène et à peine croisa t-elle son regard que la femme fut parcourut par un immense sentiment d’effroi, la faisant littéralement trembler comme une feuille. C'était donc elle… La hyène… Celle qui à elle seule avait détruit la confrérie de l'Acier et l'Enclave… Tout ce qu'on disait sur elle était il vrai ? Au vus de tous les cadavres pendouillant au dessus du sol… Au vus de ce trône fait d'ossement et de peau… Hope ne remettait nullement en doute sa cruauté… Cette femme était un monstre…

« Allons bon… Je t’impressionne ? »

« hm... »
« Pardons ? »

Hope ravala sa salive en ne quittant pas de regard les yeux jaunes de Derbie mais, très vite, Malaria vint à tirer sur la chaîne, traînant alors hope en arrière, étranglant légèrement cette dernière.

« Tes débile ou quoi !? Ma Momma ta parlée ! Répond ! »
 Cet alors qu'un puissant grognement vint à ce faire entendre, suivit d'un bruit lourd… Puis de bruits de pas, tous aussi lourds.
« T-t-t-t-t… Du calme ma puce… Du calme... »

Derrière Derbie, une silhouette massive vint à apparaître… Celle de Shelby, une belle et grande écorcheur, une alpha de première qui, ce mit alors à regarder Hope avec insistance, tendis que la mains de l'impératrice vint à caresser le cou de l'animal en ne quittant pas du regard Hope qui fut plus encore terrorisée par la situation.
« Doucement… Elle est pour maman celle là… Je te laisserait un morceau si tu est une gentille fifille. »

Pour sur que là, Hope était en mauvaise position.
« Dernière édition: Avril 19, 2016, 06:09:02 par la Hyène » Journalisée

Old Man Logan
Créature
-

Messages: 66

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Avril 19, 2016, 07:06:31 »

Ils le traînèrent jusqu’à un endroit moribond, une sorte de grand atelier sombre, dans ce qui semblait être le ventre d’une énorme bête Une pièce sombre, avec des individus qui étaient sous infusion, du liquide rouge s’échappant de leurs corps pour aller dans de grandes poches médicales.

« Qu’est-ce que... ?
 -  Avance, le Globulard ! »

Il voyait des vieux, des femmes, des enfants, qui, pour certains, le regardaient, pour d’autres, étaient tellement rachitiques qu’ils regardaient ailleurs. Logan avança un peu plus lentement, chose rendue facile par l’encombrement de la pièce. Il vit, sur certains tables, des Warboys, qui se faisaient shooter au sang, leurs regards cireux étant évasifs, comme s’ils étaient en plein trip’ morbide. Le long des murs, Logan vit une décoration gothique sinistre : des têtes de mort, des scalps, des crânes, sur d’anciens murs délavés. On le poussa alors dans un angle. L’immense pièce était conçue comme un vaste dortoir avec plusieurs couloirs. Logan voyait de nombreux ennemis, une faible lumière ensoleillée venant, dans un coin, de grands carreaux délavés situés en hauteur

« On va te trouver une place, le Globuleux, là où tu seras bien au chaud ! » ricana l’un des hommes.

Toujours silencieux, Logan se retrouva finalement dans un endroit assez isolé, au fond de l’atelier sanguin, près d’anciennes douches. Six raiders se tenaient face à lui, certains armés de fusils à pompe. On lui ôta alors sa chaîne.

« Préparez un lit ! T’avises pas d’avancer, le Globuleux, un moindre faux pas, et... *PLOP* ! Plus de tête !
 -  Plus de tête, plus de tête !!
 -  Et t’auras l’air malin, sans ta tête, hein ? »

Logan les regarda lentement, puis inspecta le collier qu’il avait autour du cou. Des gosses... Il avait vu, parmi les victimes, des gosses qui devaient à peine avoir dix ou onze ans. Sa respiration était lente, calme, et il les fixa tous, l’un après l’autre, pendant qu’un autre larron reliait plusieurs tubes, et préparait à ponctionner le sang de Logan. L’un des hommes tenait dans la main la télécommande qui, visiblement, devait actionner la bombe.

Captant le regard de son prisonnier, le Warboy se mit à sourire.

« Non, non, celle-là, elle est à moi ! T’avises pas de la prendre, héhé !
 -  J’compte pas la prendre.
 -  Oh, il sait parler, le Globuleux ? Je croyais qu’on t’avait coupé la langue... »

Logan les regarda encore, toujours torse nu.

« Qu’est-ce que vous faites des femmes potables ?
 -  Ta gueule, Globuleux, t’as pas le droit à la parole. »

Ils ne voulaient pas parler ? Logan hocha lentement la tête.

« Vous avez raison, ça me gave de parler, moi aussi. Soyez assurés d’une chose, avant qu’on commence... Vos potes vont vous rejoindre très vite. »

Et, suite à cette mystérieuse assertion, Logan fit un pas en avant.

Un bip se fit alors entendre, et le collier explosa, vaporisant une partie de la tête de Logan, explosant l’un de ses yeux, son nez, la plupart de ses dents, sa chair, répandant tout cela sur le sol, tandis qu’une fumée blanche vint le recouvrir.

« Oh putain, le con ! »

Cependant, à leur surprise, le corps ne se mit pas à tomber, et, alors que la fumée se dissipait, ils purent voir, par-delà la tête partiellement éclatée, non pas des morceaux d’os blancs, mais une sorte d’épaisse structure métallique, qui semblait luire sous les reflets des quelques lampes éclairant l’atelier. Logan avait la tête baissée.

« Que... ?
 -  Mais c’est quoi ce truc ?! »

Puis il releva la tête, et croisa ses bras.


*SNIKT-SNIKT !*

Il y eut les hurlements.

Puis le sang.

Le prélude à une longue symphonie.
« Dernière édition: Avril 22, 2016, 12:59:05 par Old Man Logan » Journalisée



DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
la Hyène
Autres
-

Messages: 40



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Avril 22, 2016, 09:35:31 »

Hope était terrorisée par cette grande femme de prêt de deux mètres vingts, mais au-delà de sa taille, c'était surtout son passif et toutes les histoires qu'on racontais sur elle qui la terrorisait. La Hyène était un monstre, une légende dont les tekhannes elles même connaissait l’existence, mais malgré ça, elles ne faisaient rien, car ces terres désolée était d'après elles « hors-juridictions » L'état tekhan avait littéralement abandonné ces landes depuis le « décompte final ». Derbie… Elle, elle avait simplement prit des terres qui n'était à personne et comme une sinistre pieuvre, elle c'était étendue et à présent, elle contrôlait tout… Le pétrole, les armes, la nourriture et surtout… Elle contrôlait l'eau et ce, grasse à plusieurs pompes mais aussi grâce à une puissant purificateur qui ce trouvait à L'ouest des wastelands. Cruelle… Avide… Orgueilleuse et égoïste, il n'y pas assez de qualificatif pour décrire La hyène, mais généralement, le simple nom « d'ordure » suffit.

Mais au-delà de ça, Derbie était aussi un monstre dans le sens où, en elle, il n'y avait plus rien d'humain… Modifiée par les rayons gamma, par la science et par son long passif de « wanderer's » Derbie avait subit un nombre affolant de mutations à tel point qu'a présent son corps pouvait ce régénérer de lui même, sans compter qu'elle avait à la place du cerveau des bobines tesla, mais aussi un crane et une colonne vertébrale indestructible car renforcés par du galium raffiné, la rendant alors théoriquement immortel car, tant qu'un bout de son corps est encore là, elle ce régénéra, telle une hydre monstrueuse.

Elle n'avait donc pas usurpée son nom « d'ange de l'atome » et, pour les raiders, elle est une déesse, une messie de l'apocalypse, une impératrice de rouille et de sang que rien ne brise, elle est la reine en ce monde et personne ne peut la détruire… Personne. Mais pour l'heure, elle était face à Hope, son regard ne quittant pas une seconde la pauvre rousse qui sentait son cœur battre dans sa poitrine à une vitesse affolante.

« Malaria… Laisse nous. »
« Bien Mommma m- » »laisse nous t'ais je dit. »
Le jeune fille ce stoppa alors dans ses propos, avant de platement s'excuser, ce contentant simplement de donner un ultime coup de pied dans le dos de Hope, la faisant s'écraser une nouvelle fois à plat ventre devant les pieds de Derbie.
« J'aime les rousses… Tu le sais peut être, non ? » Demanda alors l'impératrice en parlant toujours de sa voix sinistre, morne et monocorde et ceux, en gardant un faciès froid et vide de toute expressions, à la manière des pire psychopathe que terra puisse porter.

« glup… Je… »
« Pardon ? Tu as dit quelque chose ? »
Et là, hope vint à froncer les sourcils en jetant un regard noir à Derbie, une actions certes très « héroïque » mais totalement stupide et vaine.
« Tu vas crever sale tarée… Il y a toujours un moment ou… Ou… »
« Ou ? »

Et pouf… Le courage de l'esclave vint à s'envoler aussi vite qu'il était venue… Derbie, elle, ce levât alors calmement de son siège avant de poser son pied sur le visage de hope en grognant légèrement.
« Tu… Disait quoi, hein ? Tu sais, mieux vaux pour toi finir ce que tu as commencée car... quand j'aurais commencé à te dépecer le visage… Tu risque de ne plus rien dire.. à par des hurlements de douleurs. »
Hope ce mit alors à gémir en lâchant malgré elle quelques sanglots… C'était la fin pour elle… Elle en était sur. Jamais un sauveur ne viendra… Jamais ce vieille homme au regard fou ne viendra à temps et surtout… Jamais elle ne reverra sa fille.
« Tu as vus les balafre sur la gueule de Malaria ? C'est moi qui lui ais fait… Jolie non ? »
« P-pourquoi… Pourquoi... »« Pourquoi ? »

En entendant cela, Derbie esquissa un léger sourire en pressant un peut plus le visage de Hope contre le sol.

« Parce-que… J'en avait envie… Parce-qu'elle m'appartiens et parce que je la hais… Mais ça elle le sait… Elle sait que je la déteste, elle sait qu'elle me dégoutte… Elle me fout la gerbe mais elle, elle ! Elle m'aime. »

Cet alors que Derbie vint à fermement attraper la chevelure de hope, soulevant cette dernière pour la mettre face à son visage, son souffle caressant alors la douce peau de l'esclave.

« Mais toi… Toi tu me dégoutte plus encore. »

Sur ce, Derbie vint à lécher la joue de Hope, offrant alors au yeux de cette dernière, une vus imprenable sur ses dents pointues et tranchantes… Un autre petit cadeau qu'elle a reçue au fil de ses « aventures ».



« Aaah ! Aah… A bordel de MEEEERDE !!! »

L'homme courait à bride perdue dans les coursive de l'atelier de désossage, visiblement affolé, mais par autant apeuré… Nan, ce qu'il voulait, c'était donner l'alerte, lui, il savait qu'il ne pouvait rien contre ce qu'il venait de voir, cependant… S'il donnait l'alerte… Ce vieux pouilleux aller mourir, car quand bien même il réussirait à tuer encore une cinquantaines d'hommes, « elle »… Il ne pouvait pas la tuer. Derrière lui, des bruits de coups de feu vinrent une fois à ce faire entendre, suivit du bruit des chair qui ce font trancher et des hurlement.

« q'quand bien m-même tu peut nous tuer… Elle… Elle elle vas te briser… éhéhéh ! »

L'Homme attrapa alors une barre de fer au passage, barre qu'il vint à frapper contre des tuyant en beuglant comme un ahuri dans tout les couloir, avant d'enfin sortir de l'atelier de désossage.

« ESCLAVE HORS CONTRÔLE !!! DONNAIT  L'ALERTE !!!! »
« quoi ? »
« Qu'est ce qu'il raconte celui là ? »
« HEY ! TAS DE BILE ! QU'EST QUI L'Y A !? T'AS PEUR D'UN PAUVRE ESCLAVE, AAAAAHHAHA ! »


l'homme faisait fit de ce que lui disait ses « camarades », ce contentant simplement de courir vers le post d'alarme, qui avertirait alors toutes la ville, mais aussi tout les environs, les généraux et… La Momma en personne qui, qui plus est, serait troublée en plein « amusement », ce qui fera grandir en elle sa hargne et sa rage.
« Dernière édition: Avril 22, 2016, 09:55:18 par la Hyène » Journalisée

Old Man Logan
Créature
-

Messages: 66

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Avril 22, 2016, 11:27:25 »

Plusieurs hommes se ruèrent vers l’atelier médical en hurlant, emmenant avec eux une batte de base-ball avec des clous qui en sortaient, et des armes à feu.

« Le v’là ! »

Une détonation résonna.

« Putain, mais meurs !
 -  Crève, ordure !
 -  HAAAAAAAAAAA... !!
 -  Non, haaaa... Arrête de bouger, sale... HAAAAAAAAAAAA... HHAAAAAAA-MA-M-M-MAIN-PUTAIN-HAAAAAAA... !
 -  PUTAIN !!
 -  N-N-N-Noooon... !!
 -  Oh, toi, veux-tu... »

Depuis la porte d’entrée de l’atelier, une épaisse flaque de sang était en train de lentement s’épaissir sur le carrelage. On vit alors un homme ramper vers la sortie, avant qu’une force ne l’attrape par les jambes, le ramenant en arrière.

« N-N-NOOOOOOOOONNN... HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !!|/i] »

Du sang fusa contre le mur, puis des bruits de pas se firent entendre, tandis qu’une curieuse odeur de poudre et de sang mélangés se faisaient entendre en sortant de la pièce. Pieds nus, le corps à moitié recouvert de sang, avec un œil dissimulé derrière un bandeau improvisé, et une peau en train de se reconstruire à hauteur de la moitié du visage, Logan sortit alors, ses griffes déployées. Il y avait du sang dessus, et il s’arrêta en constatant quelques veines, qui s’étaient entortillées autour des griffes, et les rejeta en grognant.

L’alarme se mit alors à résonner, forte, stridente. Logan releva la tête, et vit des lueurs rouges s’allumer, éclairant son corps ensanglanté. Il respirait lourdement, soulevant et abaissant sa poitrine. Par-delà l’alarme, il entendait les hurlements, les cris, les bruits qui tapaient contre les murs.

La bête se réveillait, lentement, sa carcasse se redressant. Il revit cette femme aux cheveux roux, emmenée par cette autre nan au visage scarifié. Impossible de savoir où elle était, ni où il était. Quelle était la superficie de cet endroit ? Ces cinglés avaient clairement indiqué qu’ils ne comptaient pas lui parler. Ashley était-elle là ? Autant de questions que Logan allait devoir se tailler avec ses griffes.

Il rouvrit ensuite les yeux en voyant des Warboys se rapprocher.

*FUIS !*

Logan commença à marcher, puis...

*MEURTRIER !* lui hurla Kitty Pryde.

Il s’arrêta, secoué par cette vision, et une barre à mine frappa son visage, l’envoyant s’écraser sur le sol. Ce ne fut néanmoins pas le Warboy qu’il vit, mais le visage accusateur de Scott.

*ASSASSIN ! ASSASSIN !*

Le Warboy leva une matraque électrifiée quand les griffes jaillirent, lui tranchant les chevilles. Logan roula alors sur le côté, évitant la détonation d’un fusil à canon scié, puis bondit sur l’ennemi, et lui trancha un poignet avec ses griffes, puis le transperça à hauteur du thorax, hurlant en le balançant contre le mur. Un autre tueur se rua ensuite sur lui, et il courut, plantant ses lames en lui, le coupant en deux.

Il se mettait à courir, vit une porte s’ouvrir, et bondit sur le tueur, enfonçant ses griffes depuis son crâne, les faisant ressortir par son menton. L’homme appuya sur la gâchette de son fusil d’assaut, aspergeant un couloir, puis, le relâchant, Logan, se remit à courir, filant rapidement, sentant la folie derrière lui.

Il ouvrit une porte l’amenant dans une sorte de pièce sombre avec une forge rutilante, qui brûlait comme une cheminée infernale. Un homme le regarda et le frappa au torse avec une longue tige ayant, à son bout, une marque au fer rouge bouillonnante.

« Huuuuuuuuuuuuuuuuu... !! »

Logan grogna, et décapita l’homme de deux coups de griffes, puis frappa son gros ventre du pied. Dans son dos, un homme lui balança alors un seau d’huile bouillante dans le dos, faisant fumer sa peau. Logan hurla, et son ennemi, profitant de son avantage, bondit vers lui en sortant un couteau. Il le planta dans l’épaule de Logan, le renversant, mais, en retour, les griffes du monstre s’enfoncèrent dans l’estomac de l’homme, ressortant de l’autre côté, amenant ce dernier à lui vomir du sang en pleine figure.

Le mutant repoussa le cadavre sur le côté en se relevant, et eut à peine le temps de se retourner. Un autre Warboy, lancé sur ses talons, venait de bondir avec une hachette, et, du coude, Logan bloqua le coup à hauteur du poignet, et, hurlant devant son ennemi, enfonça ses griffes dans ses globes oculaires, crevant ses yeux, défonçant sa boîte crânienne, et ouvrant son cerveau en deux. Il les retira ensuite, puis courut vers la première porte s’ouvrant à lui, atteignant des escaliers...

Et Jubilee, du sang s’écoulant derrière ses lunettes violettes, un doigt accusateur brandi vers lui.

*MONSTRE !*

Décontenancé, Logan perdit l’équilibre, loupa une marche, et tomba le long de l’escalier, un escalier étroit filant en colimaçon. Un raider, qui remontait par cet escalier, fut heurté par l’homme, et les deux tombèrent en contrebas, où d’autres tueurs s’approchèrent. Logan, tenta de se relever, mais une botte le frappa en plein visage, fendant sa lèvre, faisant sauter une dent, et il tomba sur le sol, avant de sentir des mains s’emparer de ses poignets, tandis qu’un homme s’approchait avec une scie à diamants.

« Ses griffes, putain !
 -  Coupez ses putains de griffes ! »

*MEURTRIER ! TU NOUS AS TUÉS, LOGAN !*

« Allez, mais coupez-les ! »

La scie flamboyait comme un feu d’artifice, et heurta les lames, provoquant des étincelles qui frappèrent le visage de Logan, enflammant son bandeau.

*TUÉS ! MASSACRÉS COMME DU BÉTAIL !! MEURTRIER ! MEURTRIER !!*

« Merde, ça veut pas... !! »

Le moteur de la scie était en train de fumer.

« Mais merde... !!
 -  RRRRRHHHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !!
 -  COUPE SON POIGNET !! »

*ZZZIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNGGGGGGGG... !!!*

Le hurlement était plus proche de la bête que de l’homme, et la scie frappa soudain la chair, tranchant les tendons, la peau, faisant jaillir le sang... Sur sa main droite. Sur la gauche, on tentait alors de couper ses griffes, et, soudain, Logan replia ses griffes. Ce faisant, la deuxième scie rippa, frappant le sol, surprenant l’homme, qui glissa... Puis les mains de Logan se redressèrent, et les griffes ressortirent. Sur la droite, elles s’enfoncèrent dans le ventre de l’homme, ouvrant ce dernier pour lui faire vomir ses intestins.

« RRRRRHHHHHHHHHHHHHHHHHHAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRGHHHHH... !!!
 -  BORDEL DE MERDE... ! »

Sur la droite, elles s’enfoncèrent dans le casque de l’homme, perçant ses lunettes, faisant couler ensuite une sorte de pus blanchâtre et rouge, correspondant à ses yeux et à son sang. Logan leva alors les jambes, et frappa un homme, puis se redressa alors, et frappa dans le vif. Un phallus s’envola, des jambes furent sectionnées, deux têtes s’envolèrent, un tomahawk alla se planter dans les omoplates de Logan, qui se retourna en hurlant, et fondit sur l’adversaire, faisant preuve d’une vivacité insoupçonnable. Les griffes s’enfoncèrent dans le ventre de son adversaire, et il le releva, le soulevant au-dessus du sol en hurlant, puis le déchira en deux en ramenant ses lames.

Une porte s’ouvrit alors sur d’autres raiders, dont un équipé d’un lance-grenades.

« Rien ne l’arrête !
 -  Si... Ça. Ça arrêterait n’importe quoi. »

Le lance-grenades fusa, et une grenade frappa sur le torse de Logan, provoquant une violente explosion qui souffla ce dernier par une fenêtre, l’envoyant tomber en contrebas, dans un immense atelier...

Où il termina sa course contre une série de caisses de bois, atterrissant au milieu de cadavres découpés baignant dans leur sang.
Journalisée



DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
la Hyène
Autres
-

Messages: 40



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Avril 24, 2016, 05:37:54 »

La violence amène à la violence… Et la guerre… La guerre ne meurt jamais.

«Pourquoi »… C'était sûrement l'un des mots que Derbie avait le plus entendu dans toute son existence. Pourtant… Elle n'y avait jamais réellement répondue. Pour elle, les réponse était à la fois complexe et… Tellement simple.

Mais pour l'heure, la seule question que ce posait Derbie, c'était à quelle sauce elle allait dévorer cette belle rousse… Elle sentait bon, malgré les jours passé en cage… Sa peau était douce, délicate et, lentement, le nez de la hyène vint à effleurer  le cou et le visage de hope, humant son parfum… sa chevelure... ce délectant de chacun des ses gémissement. Derbie n'avait pas toujours était cannibale, mais… A force de traîner dans les décombres de ce monde, elle a due ce résigner à manger la chair des cadavre… Puis, plus elle le faisait, plus le goût de la chair devenait présent dans sa tête. Mais au fond, que manger d'autres ? De l'écorcheur?Du radscorpions ? Du formiens !? OooH… Derbie en avait déjà mangée mais… Avec le recul, rien n’égale le goût de la chair humaine… Tendre… juteuse… à mille lieux de la viande de bramhine qui elle est dure, revêche, élastique… Les gens la traite de monstre, mais au fond, ici bas, tout être est un animal et derbie n'a fait que ce hisser au dessus de la chaîne alimentaire, tout simplement.

Toujours aussi calmement, Derbie vint alors à lécher l'oreille de Hope, avant de la prendre en bouche puis…

« SCRATCH »
« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH »

D'un coup d'un seul, La hyène venait d'arracher à pleine dent l'oreille gauche de hope, hope qu'elle envoya ensuite violemment s'affaler sur le sol, en machonnant le morceau de chair avec un regard toujours aussi vide d'émotion, du sang dégoulinant de sa bouche. Hope, elle, était sur le sol, tremblante, recroquevillée sur elle même avec une main sur l'oreille.

«Guuuuuuuuuh... »
« Tu sais… Dans les landes désolées… On doit faire des choix et… quand on à plus rien à manger, autre que les cadavres de ses adversaires… Et bah… On fait avec mais, l'histoire m'a appris à aimer ça… tu sais, la chair humaine est sûrement la chose la plus savoureuse qu'il existe dans ses terres de morts et de désolations. »

Cet alors qu'au loins, l'alarmes vint à ce faire entendre, interpellant ainsi la hyène qui, peut de temps après vit sa fille arriver à toute allure dans son antre, visiblement affolée.

« Momma ! L-le globular ! il.. IL... »
« Il ? »
« Il fout grave la merde là-bas !!! »
« Et ? »
« Et… Et aucun hommes ne semble pouvoir l'arrêter ! »
« Tu es sur de ça ? »
« Je...Je... »

Malaria reprit alors son calme, avant de regarder sa mère dans les yeux.

« c'est ce qui ce dit… C'est une vrai boucherie là-bas, dans le bas ventre. »

Le regard de Derbie se tourna ensuite vers Hope, toujours sur le sol, entrain de sangloter.

« Il veut l'esclave. »
« Sûrement… Il semblait bien l'aimer cette poulette. »

Derbie sourit alors légèrement, avant de se remettre à regarder Malaria dans les yeux.

« Malaria…  Reste là… Avec l'esclave. »
« Mais… C'est qu'un globuleur, je peut m'en charger ! »
« Malaria… Approche toi... »

A ces mots, la jeune fille vint à légèrement trembler sur place, avant de platement s'approcher de sa mère, mère qui sortit de derrière son dos une large machette, donnant ensuite un violent coup de cette dernière à sa fille, en plein sur sa bouche, envoyant malaria s'écraser sur le sol, au cotés de Hope.

« Combien de fois devrait-je te défigurer pour te comprenne qu'ici, c'est moi qui décide. »
« D-désolé momma… »

Puis, toujours aussi calmement, Derbie s'en alla… Ses pas foulant le sol avec une lenteur et un calme des plus sinistre et au fond, pourquoi s'en ferait elle ? Quand bien même cet homme était spécial… Personne ici bas ne pouvait la tuer… Personne.



L'homme n'était pas tombé dans un atelier… L'homme était tombé dans une cage.

« Ahah ! Tes mort pauvre con ! »
« La fosse ! Il est tombé dans la fosse !!! »

Cet alors que plusieurs grognement vinrent à ce faire entendre… Puis des pas lourds…
derrière lui, dans l'ombre, quatre énormes masse sombres tournaient en ronds telle des requins.
Là où logan venait de tomber, c'était dans l'un des chenil à écorcheurs de breakbones sanctuary mais… Fort heureusement pour lui, les quatre bestiaux qu'il allait pas tarder à rencontrer était encore « jeunes », cependant ils étaient de bonnes tailles, faisant chacun 2 mètres de haut (sachant qu'un adulte peut faire dans les trois mètres, qu'un mâle alpha fait 4 mètres (comme les femelles alpha)
Derbie avait réussie à dominer ses gros monstres pour en faire des chiens de gardes et breakbones sanctuary regorgeait de ses bestioles à présent.


« Krrrggrrmmm... »

Plus les secondes filaient, plus les monstres se rapprochaient… Exhibant leurs corps massif et écailleux puis… L'un deux vint à foncer vers Logan, chargeant violement ce dernier avant de l'envoyer contre les barreaux des cages où la, l'un de ses « collègue" ce chargea de l'attraper à pleine dent en le secouant dans tout les sens, plantant ses crocs dans sa chair pour ensuite l'éclater contre le sol avec violence.

« AHAH ! ILS JOUENT ! REGARDAIT COMME ILS JOUENT AVEC LUI !!! »
Journalisée

Old Man Logan
Créature
-

Messages: 66

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Avril 24, 2016, 10:53:00 »

*« On approche, Scott...
 -  Vrai, ‘Pa ? »

Logan hocha lentement la tête, tout en éperonnant à nouveau leur cheval. Dans son dos, Scott était impatient. Il n’était jamais allé aussi loin du village, et, bien sûr, il était en compagnie de son père, mais, de toute manière, Scott n’aurait pas envisagé sortir tout seul. Ils avait combien le Wasteland était dangereux. Certes, il y avait peu de troupeaux de dinosaures par ici, mais il fallait toujours se méfier des Taupoïdes, ces monstres redoutables qui vivaient dans les profondeurs du monde, et en sortaient parfois pour vous attaquer. Le pire qui pouvait arriver, c’était de tomber dans l’une des innombrables crevasses et failles qui avaient éclaté depuis le tremblement de terre de San Andréas. Un tremblement de terre qui avait symbolisé définitivement la fin d’une époque, quand tout s’était écroulé. L’ouverture de profondes failles sismiques avait permis à l’Homme-Taupe et à ses légions de jaillir des profondeurs du monde, et de se répandre dans les États-Unis.

Leur cheval gravissait une colline, puis s’arrêta en hauteur, et Scott, par-dessus l’épaule de son père, put alors admirer l’incroyable spectacle qui avait lieu devant eux.

« On y est, Scott... »

Devant eux, le Butcher’s Market se dressait. Une ville construite le long d’un de ces anciens vaisseaux qui avaient disparu avec l’Ancien Monde. Un Hélicarrier. La vue de ce sinistre spectacle avait longtemps rappelé à Logan une époque passée, révolue... Maintenant, le Marché du Boucher était le refuge d’un redoutable malfrat, le « Boucher ». Un homme qui versait dans quantité de trafics : la prostitution, l’esclavage, les armes, la contrebande, mais aussi les stupéfiants se reposant sur les radiations Gamma, très fortes dans les régions d’Hulkland. Le Boucher était un ancien baron du Caïd, qui avait reçu la tâche de négocier avec Maestro et le Hulkgang.

Le Hulkgang le tolérait, et une ville s’était développée aux pieds de l’Hélicarrier, filant ensuite dans cet immense vaisseau. Des ferrailleurs s’affairaient à y récupérer tout ce qui se trouvait dedans, et, dans la région, le Boucher était connu pour vendre des composants électroniques qu’on ne trouvait nulle part ailleurs.

Le cheval de Logan se rapprocha, rejoignant le camp qui entourait le Marché, une série d’étals, de miradors, et de gardes, jetant sur eux un regard mauvais.

« On est juste là pour trouver un moteur, Scott, et rien d’autre. Il en faut un pour notre tracteur. »

Les hommes le connaissaient. Logan sauta du cheval en approchant, et maintint fermement Scott à côté de lui, tout en s’approchant d’une sorte d’estrade où un vieil homme l’attendait. Torse nu, avec une multitude de tatouages sur le corps et des lunettes de soleil, il tenait à la main une machette, et plusieurs esclaves à la peau d’ébène étaient reliées à son autre main par des chaînes partant de colliers serrés à leurs cous.

« Logaaaan ! Quel plaisir de te revoir, vieux fermier ! »

Le Boucher se releva, relâchant les femmes, et descendit les marches de son trône poussiéreux, s’approchant du duo. Scott écarquillait les yeux en voyant les esclaves, et, de la main, Logan le ramena derrière son long manteau.

« On dit que tu vends des marteaux, Snoyd. C’est ce que je viens chercher !
 -  Oui, oui, je suis habitué... Vous, les bouseux du coin, vous tenez à vos fermes, hein ? C’est admirable, une telle dévotion !
 -  J’suis pas là pour causer, Snoyd. J’ai de quoi payer.
 -  Oui, oui, j’ai vu ton petit bout... Tu sais que les enfants sont de plus en plus rares, ici ? Et, pourtant, ils sont très pratiques ! Il y a des conduits si petits dans cette carcasse ! Je suis installé ici depuis quinze ans, et on arrive encore à trouver des compartiments secrets ! C’est fou, non, ce que les Anciens étaient capables de faire ?
 -  Mmmmm... »

Logan resta silencieux pendant quelques secondes, avant de rajouter :

« Mon fils est pas à vendre, Snoyd. J’ai amené des kilos de viande dans la besace du cheval, ça vaut largement un moteur neuf. »

Un sourire vicieux étira les lèvres du Boucher.

« On dit des choses sur toi, à Salt Lake City, Logan... Des choses... Amusantes. On dit que c’est là-bas que tu as rencontré ta femme, mais que tu viens de bien loin. On dit même que tu étais là, quand ces engins volaient dans le ciel. Serais-tu donc aussi vieux, Logan ? »

Ce dernier ne dit, à nouveau rien.

« J’suis pas venu pour causer, je te l’ai déjà dit, Snoyd, je...
 -  On dit que tu étais fort jadis ! Rien à voir avec ce loqueteux de paysan qui se tient face à moi ! Que tu avais des griffes en métal qui te sortaient du corps ! Des griffes, ouais, ma gueule ! Des putains de griffe ! T’étais même une putain de machine à tuer ! Et là, t’es là, à ramper pour un moteur à la con ? Qu’est-ce qu’on en a à foutre, de ton moteur, de tes vaches de merde ? Tu crois que ça empêchera Maestro de buter ta femme quand il se fera chier ? »

Le Boucher lui cracha alors à la figure. Logan serra le poing en tournant la tête... Le temps sembla se suspendre à son mouvement, puis il décrispa lentement le poing.

« Je viens pour le marteau, Snoyd, pas pour des contes de vieille femme. Tu le sais comme moi, le Temps des Héros est mort, aussi mort que ce gros rafiot plein de rouilles sur lequel tu as bâti ton empire. »

Le Boucher l’observa silencieusement, puis sembla hocher la tête, avant de se retourner vers ses esclaves.

« Filez-lui son putain de moteur, qu’il dégage sa sale gueule d’ici ! »

Lorsqu’ils ressortirent du Marché, Scott, resté silencieux, finit par poser une question :

« Pourquoi tu n’as pas réagi, Papa ? »

Il n’y eut aucune réponse sur le coup, Logan se contentant de crisper ses doigts sur les rênes de son cheval.

« Hein ? Pourquoi, ‘Pa ?! »

Pourquoi ?!




Ses yeux se rouvrirent rapidement et il se redressa, avant de cracher du sang, tout en entendant des hurlements et des rires moqueurs venant d’en haut. Logan se redressa lentement, revoyant, dans des flaques d’eau, le visage de son fils, puis, en relevant la tête, vit, par-delà le plafond, un trou au entre de ce dernier. La lumière du jour l’aveugla un peu, et il vit des silhouettes sombres depuis le toit, lui hurlant dessus, d’autres se tenant à l’intérieur de cet immense entrepôt, sur des plateformes en hauteur.

Logan titubait un peu, avant d’entendre des bruits de pas. Il entendit alors ces derniers se précipiter, et eut à peine le temps de tourner la tête.

« Mais que... ?! »

Une sorte d’immense créature noirâtre le chargea violemment, l’envoyant valdinguer contre les barreaux de la cage dans laquelle il était tombé. Il eut à peine le temps d’atterrir sur le sol qu’une autre bestiole vint planter ses crocs dans son flanc.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! »

La douleur explosa dans le corps de Wolverine, qui fut ensuite balancé au sol, laissant d’épaisses traînées de sang. L’Écorcheur s’arqua ensuite sur ses pattes, et bondit en avant, cherchant à planter ses griffes dans le ventre de Logan... Qui roula sur le sol,é vitant l’impact. Il se redressa ensuite, et, quand la gueule du monstre fusa vers lui, eut le temps de relever sa main, ses griffes venant heurter la chair du monstre. Il sentit la force impressionnante de la bête, mais l’adamantium trancha ses écailles, faisant couler le sang du monstre dans un hurlement.

Cependant, Logan eut à peine le temps de reprendre son souffle que la longue queue caudale du monstre le frappa, le décollant du sol. Il roula sur plusieurs mètres, se releva rapidement, et bondit sur le côté, évitant la charge d’un autre Écorcheur, et le frappa dans le dos, faisant couler son sang. La bête hurla de douleur, mais, au même moment, une autre bondit sur Logan, et le heurta dans le dos, faisant rebondir ce dernier sur le sol.

« Haaaa... Putain... !! »

Rapides et puissantes, ces saloperies ne lui laissaient aucune minute de repos !

Logan se retrouva acculé contre la cage... Et sentit soudain des bâtons électriques le frapper dans le dos. De l’autre côté, des Warboys le repoussaient dans la cage.

« Allez, le Globulard, bats-toi !
 -  Les jeunes ont besoin de se faire les dents sur toi, le costaud ! »

Du sang fusait des lèvres de Wolverine, qui voyait les Écorcheurs se tenir face à lui. Quatre bêtes puissantes et redoutables.

« Hmmm... Ah ouais ?! »

Logan se retourna alors vers la cage, et frappa les barreaux, venant les sectionner, sous le regard paniqué des Warboys.

« Et bien... Laissons-leur se faire les dents ! »

Le vieux bondit alors en avant, et sortit de la cage, tranchant le torse d’un Warboy, tandis que les Écorcheurs, profitant de cette ouverture bondirent à leur tour. Sortant de la cage, Wolverine courut le long du couloir, filant vers une porte. Depuis des plateformes en hauteur, les autres hommes lui tirèrent dessus, et, alors qu’il ouvrait avec l’épaule la double porte menant dehors, une balle l’atteignit à l’épaule, l’envoyant se renverser sur le sol, pendant que, à l’intérieur de la pièce, les Écorcheurs s’en prenaient à ses adversaires.

Logan, lui, roula dans le sable d’une rue, le temps de se relever ensuite.
Journalisée



DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox