banniere
 
  Nouvelles:
La modération de LGJ accueille deux nouveaux membres dans son équipe !

A voir ICI même.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Bad Project 1 : Problèmes aux vieux labos [PV Elise Grantierre] [TERMINE]  (Lu 2458 fois)
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« le: Février 29, 2016, 01:35:15 »

Il est pas loin de dix-neuf heures quand Belphy voit enfin les formes des ruines se dessiner au loin. Cela faisait désormais plusieurs longues et insupportables heures qu'elle était aux commandes du buggy, et pour être tout à fait honnête elle aurait bien espérer qu'Elise conduise un peu plus durant l'aller, même si elle savait qu'au moins elle n'aurait pas à le faire sur le retour. Si encore elle avait put se permettre d'avoir quelques distractions sur le chemin, tel que quelques arbres, un rocher plus gros que d'autres, ou alors encore meilleur, un léger changement de décor au loin, mais non rien de tout cela. La zone qu'elles traversaient était particulièrement désertique, dans le sens où c'était absolument vide de la moindre présence, et non qu'il s'agissait d'une gigantesque bande de sable, bien sur, et si elle n'avait pas eut l'occasion d'être grassement payée pour le boulot qu'elle avait entreprit avec sa camarade, elle n'aurait surement jamais accepté de rouler des heures dans un tel endroit. Tout cela faisant, sans parler que les seuls être avec qui elle avait put discuter durant les chemin étaient ses deux copines railleuses sur le siège passager, il fallait bien considérer que de voir au loin se profiler la forme des anciens labos était un peu, du point de vue de la jeune femme, une sorte de libération, de félicité qui ne manquait pas de lui donner enfin envie de finir son voyage, et de rapidement sortir du buggy, de manière à se dégourdir ses jambes un peu lourde désormais, à force de ne rien faire d'autres que d'appuyer sur les pédales.

Mais bon il restait encore une heure de trajet, et tant qu'elle y était, elle préférait se concentrer sur la route que sur quoi que ce soit d'autre, la zone restant relativement embêtante à pratiquer étant donner les creux et autres rochers sur le chemins qui ne manquaient pas de faire tressauter le véhicule. A se demander comment Elise avait put se reposer durant les longues heures de voyages, mais dans le fond il fallait se rendre à l'évidence, sa camarade Tekhane dormait comme un loir à l'arrière, profitant apparemment d'une sieste des plus régénératrice alors que pourtant, K'leir et Ter'er braillait pour se faire entendre par dessus la chaos produit par le 4x4. Il allait d'ailleurs falloir la réveiller, et Belphy doutait de la réussite de cette mission plus que de la réussite de leur "chasse", étant donné qu'Elise semblait proprement incapable de connaitre la moindre gêne à sa sieste, alors que trouver quelques simples documents dans la base de donné principale des vieux laboratoires Tekhans devrait normalement se faire aisément, surtout que quasiment toutes les infrastructures scientifiques de Tekhos se ressemblaient, architecturalement parlant. En tout cas la route s'éclaircissait à mesure qu'elles approchaient des ruines, et rien que pour cela, Belphy aurait put être de meilleure humeur... si ses armes arrêtait de jacasser :

-  Pouf enfin arrivée, je dois avouer que cela me devenait insupportable, j'en ai plein les jambes !
 -  Oh voyons ma consoeur, que dites vous là ? Vous n'avez pas de jambes pour marcher.
 -  Mais quel nonsens que cela ma consoeur, nous sommes dans un véhicule à moteur, pas besoin de jambes pour marcher !
 -  Mais je vous en prie, camarade, vos phrases n'ont aucuns sens !
 -  Pas plus que les votres camarades, et pourtant...
 -  Mais vos gueules ! VOS PUT-AINS DE GUEULES !


La pauvre Belphy venait de cramer ses dernières résistances en termes de patience envers ses deux armes, et venait de frapper frénétiquement le klaxon du buggy tout en découpant les syllabes qu'elle souhaitait faire entendre aux deux armes un peu trop causante, si bien qu'elle ne fit que rajouter un peu plus de bruits à la cacophonie du buggy, oubliant toute notion de discrétion pour l'instant, se considérant encore bien hors de portée du moindre danger qui aurait put élire domicile dans les ruines qu'elle allait visiter. C'était assez incroyable à voir, d'ailleurs, de la part de la jeune femme, mais il n'y avait bien que les deux armes pour la mettre dans un état pareil, elle qui normalement se trouve être bien calme et méthodique, des plus professionnelles aussi, et pourtant il fallait bien se rendre à l'évidence, mais elle pouvait être d'une gaminerie sans nom une fois que ses deux tronçonneuses parlantes lui courrait sur le système, chose qui malheureusement arrivait bien trop souvent à son goût. Enfin, autre miracle dans le fond, mais son élan de colère envers les deux camarades qui avaient eut le don de la pousser à bout semblait avoir produit assez de bruit pour que la chasseuse de prime entende à l'arrière quelque légers froissements de tissus, lui laissant comprendre que sa camarade venait de se réveiller, et donc allait être en pleine forme pour se préparer à la suite des opérations.

-  Oh Elise tu es réveillée ? Tant mieux on approche des ruines, prépares toi, je penses que dans une bonne demi-heur on quitte le buggy et on commence notre mission. Sinon tu as bien dormie ? J'espère ne pas t'avoir réveillée en sursaut, mais comprends moi, ces deux casses-pieds on fait du voyage un enfer...
 -  Même pas vrai, nous sommes innocentes comme tout, c'est juste Belphy qui est perpétuellement en colère.
 -  Oui nous somes des armes martyrisées, nous aurions bien besoin d'un peu d'aide pour nous sortir de ce trauma perpétuel...
 -  Comme par exemple... Quelques douces caresses entre une poitrine voluptueuses, hum ...?
 -  Je vous jure que je vais vous jeter par la fenêtre !


Toujours à faire leurs numéros, K'leir et Ter'er continuaient donc leurs propos comme si de rien n'était pendant ce qui fut pour Belphy l'une des plus longues demi-heure de son existence, mais finalement, avec un bonheur incroyable et indicible, elle put enfin voir arriver les portes cadenassées et grillagées qui servaient autrefois à conserver bien fermé l'entrée du labo. Gloire et joie, elle ne put s'empêcher d'accélérer un peu avant de lentement ralentir aux abords des clôtures de sécurités du lieux, jusqu'à enfin faire cesser le moteur et sortir d'un bonds pour observer les alentours. Le lieu était austère, froid, et délabré. Quelques tours d'un style typiquement Tekhan s'étaient déjà brisées pour finir au sol, en morceaux disparates de bétons et autres matériaux, tandis que certains murs semblaient avoir été détruits de l'intérieur pour laisser une gerbes de restes sur le sol lisse et gris du parking avoisinant l'infrastructure. Observer ce vieux labo en ruine était presque triste, et laissait comprendre que les expériences menées ici avaient dut bien mal se finir, si bien qu'il allait leur falloir être prudente, sacrément prudente. Enfin, faisant le tour du buggy, elle alla ouvrir l'arrière du véhicule et y monta d'un bond, retrouvant Elise, et le matériel qu'elles avaient apportées pour l'occasion.

 -  Bon bon bon ... Prête mon amie ?
« Dernière édition: Décembre 05, 2016, 11:15:32 par Belphy Mueller » Journalisée

Elise Grantierre
Humain(e)
-

Messages: 60


Cyber body


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Mars 03, 2016, 01:20:28 »

Installé aussi confortablement que possible à l’arrière d'un buggy, Elise faisait une petite sieste avant d'arrivé sur les lieux de la mission, un ancien laboratoire de Tekhos abandonné suite à d'obscure événement top secret mais qu'il fallait fouillé à le recherche de document soit disant important. La récompense pour l'extraction de ces données était assez bonne et avait convaincu Belphy de ce lancer à l'aventure au milieu de cette zone désertique et par conséquent son équipière l'avait suivie. La Tekhane n'était pas spécialement motivé par l'argent mais par l'envie de s'améliorer en compagnie de sa coéquipière et amie. Ce n'étaient pas leur première mission ensemble et elle espérait que ce n'était pas non plus la dernière, elles connaissaient les habitudes et les aptitudes de chacune et arrivaient à se compléter sur le terrain.

La jeune femme se reposait, malgré les secousses, pendant que son amie conduisait le véhicule tout terrain en essayant de garder son calme. Si Elise dormait c'est parce qu'elle avait passé une partie de la soirée de la veille à ce préparer jusqu'à ce que quelques unes de ses amies lui rendirent visite à l'improviste pour passer une partie de la nuit à discuter. Elle avait dut les chasser à un moment d'ailleurs sinon elle n'aurais pas pu fermer l’œil avant de rejoindre Belphy pour le contrat, mais heureusement qu'il y avait de la route pour compenser son manque de sommeil même si ce n'était pas spécialement confortable et même s'il fallait que sa coéquipier ce tape tout le chemin toute seule. Son sommeil prit fin quand des coups de klaxons résonnèrent dans l'étendue désolée, apparemment ce serais sa camarade qui aurait perdue son sang froid. Les yeux mi clos Elise regarda le plafond de l'engin en ce demandant bien où elle pouvait être en somnolant, il lui fallu quelques secondes pour se souvenir d'où elle se trouvait et ce qu'elle faisait ici. La chasseuse de prime se redressa et tenta de ce glisser vers l'avant du buggy en écoutant son amie lui parler.

- Hum. J'ai réussit à me reposer un peu.

Les armes de Belphy l'avait encore une fois mis en colère et ne semblait pas être partie pour lui faire changer d'humeur en réclamant des caresses. Elise attrapa l'une des deux enquiquineuses pour satisfaire son désir de câlin en la plaçant entre ses deux seins et en glissant lentement ses doigts fins le long de celle-ci en évitant de ce blesser si possible.

- J'espère que celui soulagera un peu votre traumatisme.

La jeune femme savait se montrer sexy et coquine quand elle le voulait mais dans le cas présent elle cherchait surtout à embêter sa coéquipière en ce "rangeant" du côté des armes. Après avoir embrasser le manche de la tronçonneuse, laissant une légère trace de rouge à lèvres, elle la reposa à côté de sa consœur puis se réinstalla à l’arrière pour se préparer à l'arrivé prochaine en réajustant sa tenue moulante et en vérifiant son fusil. Elle en profita pour jeter un coup d’œil aux drones qui étaient en mode veille pour voir si de la poussière ne c'était pas infiltré dans les circuits et tout griller. À peine le temps de faire le tour de son matériel que les deux femmes étaient déjà arrivé devant la grille du laboratoire. Belphy ce précipita pour descendre, elle devait en avoir plein les jambes et voulait ce dégourdir un peu, et ouvrit le coffre pour rejoindre Elise à l'arrière. Si elles n'étaient pas en mission la Tekhane aurait attraper sa partenaire et l'aurait entrainé vers elle pour lui faire sauvagement l'amour mais malheureusement il fallait récupérer les dossiers, et si possible avant la nuit, donc le plaisir attendra un peu.

- Je suis prête copine.

Répondit la jeune femme en souriant à son amie en récupérant tout le matériel dont elles avaient besoin puis descendit du buggy d'un bond pour s’étirer car mine de rien elle avait des crampes à dormir dans une position assez inconfortable et dans un véhicule qui n’arrêtait pas de secouer. Les drones de la demoiselle s’envolèrent en direction des bâtiments pour analyser un peu la zone et repérer toutes activités suspecte dans le secteur. Étant relier à ses machines volantes via des implants cérébrale, Elise pouvait recevoir en temps réel les informations retransmises par les appareils volants. Pour le moment il n'y avait pas de menace apparente mais vu la prime relativement élevé pour ce genre de mission il fallait sans doute s'attendre à de drôles de surprise.

- Le coin est safe. Mais je ne sais pas ce qui nous attend à l'intérieur. On entre?


Entre elles et le bâtiment il n'y avait qu'un simple grillage à moitié effondré qu'un simple coup de pied ferait tomber au sol, ce n'était plus un obstacle depuis des lustres et on pouvais même voir par ci par là des trous dans celui-ci. Cet endroit était abandonner depuis bien des années mais personnes ne savaient ce qu'il renfermait, enfin personne qui n'a relevé ses informations aux deux jeunes femmes. 

Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Mars 22, 2016, 06:38:26 »

Elle n'allait pas faire de commentaires envers sa camarade, mais le fait est qu'elle ne lui simplifiait pas la vie, même si sa présence lui était des plus profitable, et qu'elle appréciait son caractère un peu joueur et libéré, qui lui changeait bien souvent de sa propre vision des choses, étriquées et rigides par de nombreux moments. Dans le fond elles étaient assez différentes l'une de l'autre, elle qui était le résultat d'une observation scientifique forcée et désastreuse, et Elise qui était au contraire une jeune femme des plus normal mais qui cherchait toujours les nouveautés scientifiques pour en subir les effets tel le plus docile des cobayes. Pareil pour ce qui était des relations humaines, Belphy avait bien du mal sur ce point, et avait tendance à rester particulièrement solitaire, alors que sa camarade semblait bien plus ouverte aux autres, et surtout capable d'aller chercher auprès d'autrui tout ce qu'elle désirait, qu'il s'agisse d'une discussion ou de bien plus. Et bien sur, elle était extrêmement moins coincée sur les sujets sexuels, contrairement à Belphégor, ce qui pouvait être très utiles pour certaines choses, notamment pour la poussée dans ses retranchements afin qu'elle avoue quand sa camarade l'intéressait, mais qui dans d'autres cas devenait bien plus gênant, notamment quand elle excitait et émoustillait ses deux insupportables armes...

Qu'elle se dut d'ignorer durant tout le reste du voyage. Oui, elle et Belphy étaient pour de nombreuses raisons bien différentes, mais c'était bien pour cela qu'elles s'entendaient si bien et qu'elles arrivaient à faire du si bon travail. L'une prenait soin de l'autre, et veillait à ce que le comportement de l'autre ne finisse pas par mettre en danger celle-ci. Elles voyaient leur propre limites, et même si parfois cela leur était arrivé de connaitre quelques soucis durant leurs missons, ce n'était pas pour autant qu'elle ne rentrait pas victorieuse, ce qui ne faisait que les conforter dans leur duo, malgré le fait qu'elles soient aussi éloignées l'une de l'autre, et donc par la même, qu'elles soient autant sûres d'elles-même une fois réunient. Enfin, supportant quelques instants encore les gémissements plaintifs de ses armes qui étaient enflammées suite au "câlin-nichon" que leur avait offert Elise, elle gara le buggy relativement prêt de la zone, et sortit en claquant la porte pour ne plus avoir à entendre les deux tronçonneuses, avant de rejoindre Elise à l'arrière du véhicule. Elle semblait avoir vérifiée son équipement, et franchement Belphy aurait trouvé cela merveilleux si elle n'avait pas capté pendant un instant le regard si particulier d'Elise quand elle a une mauvaise idée en tête :

 -  Je suis prête copine. 
 -  Tu m'en vois ravie Elise, mais s'il-te-plait, la prochaine fois, ne me regarde pas comme une friandise sur laquelle tu pourrais sauter à tout instant, je te jure que ça m'en colle des frissons...

Elle ne fit que lui offrir un doux sourire qui ne manqua pas de faire rougir Belphy. Dans le fond il y avait bien d'autres raisons qui les amenaient à rester ensemble, même dans les missions : Belphy adorait Elise, elle était belle comme un coeur, charmante comme aucune des femmes qu'elle n'avait eut l'occasion de rencontrer à Tekhos, et elle voyait en elle tout ce qu'elle pouvait détester par pudeur, mais aduler dans la nature d'une femme assumée. L'observant récupérer son matériel, puis sauter pour se délier les jambes, elle ne pouvait s'empêcher de la étailler sous toutes les coutures, et comme à chaque fois de se dire que si elle avait un peu plus d'audace, elle pourrait surement faire sienne cette camarade à la beauté aussi froide que provocatrice, tout en se rappelant qu'elle n'arrivait jamais à exprimer le fond de sa pensée. La suivant dés lors, elle attendit qu'Elise commence à chercher des informations haut dans le ciel, par le biais de ses drônes, pour finalement la laisser un peu en paix et repartir vers l'avant du buggy pour récupérer ses deux armes, et commencer à respirer longuement et calmement pour reconcentrer son esprit sur le but de leur mission. Pas de considération personnelles durant le travail, c'était le plus important et il fallait absolument qu'elle le garde en tête. Se tournant vers Elise, alors qu'elle pouvait voir ses drônes stabiliser leurs mouvements, elle attendit le verdict de sa camarade pour agir, ce qui arriva d'ailleurs bien vite :

 -  Le coin est safe. Mais je ne sais pas ce qui nous attend à l'intérieur. On entre? 
 -  Vu la récompense, on peut déjà avoir une idée de ce qu'il y a à l'intérieur : rien de bon. Mais bon je te fais confiance pour nous tenir au courant de l'évolution des choses, et je m'occupe de tout problèmes qui peut s'éliminer au corps à corps. Allez ...

Entre elles et le complexe se trouvait un haut grillage en bien mauvais état, et de ce qu'elles avaient put obtenir commes informations au début de leur travail, c'est que les systèmes de défense du lieu semblaient encore opérationnel, donc bien sur il était parfaitement logique que le grillage soit parcourue d'un courant à haute tension pour éviter les intrus. Conclusion, même en mauvais état elles n'allaient surmeent pas tenter le diable en escaladant hâtivement cette pauvre protection détruite par l'ouvrage du temps, et c'est en pesant le pour et le contre sur le meilleur moyen d'entre que Belphégor eut finalement le don de soupirer doucement, et d'étirer son bras avant d'intimer à K'leir de s'activer, l'armes produisant dés lors un bruit surprenant avant de se mettre en marche, quelque chose de comparable à un cri de joie métallique face à la possibilité d'enfin pouvoir être utilisée. Deux mouvements suffirent dés lors à la chasseuse de prime pour ouvrir un large trou dans le grillage, au milieu duquel elle passa pour enfin arriver sur le béton du complexe scientifique, puis se décala rapidement vers les premiers bâtiments, le plus discrètement possible, avant de faire signe à son alliée de la rejoindre.

 -  Elise, peux-tu me dire où se trouve l'entrée principale du complexe, à partir d'ici ? Et si il n'y a pas eut de mouvement suite au découpage du grillage ?

Honnêtement, Belphy avait tout simplement une sainte horreur de laisser quoi que ce soit au hasard durant une mission, elle ne pouvait le supporter. Quand les choses sont inévitables, il faut bien l'accepter comme un coup du sort et se débrouiller comme l'on peut, mais si il est possible de se protéger de la moindre surprise, ou de la moindre attaque avec seulement un peu de précautions, elle ne voudrait pas que ce soit son manque de vigilance qui la plonge droit dans les problèmes. Attentive à la réponse d'Elise, elle souffla doucement et reprit donc ça marche en direction de l'entrée principale des lieux, reprenant en tête le cheminement qu'on leur avait octrôyé lors du commencement de cette mission : Lors de leur entrée, elles allaient devoir passer dans l'aile droite, parmi les bureaux de recherches, et de là, trouver l'escalier qui permettait de descendre jusqu'aux zones d'expérimentations, puis fouiller pour retrouver un document portant l'intitulé programme 13- Arria et considérations d'évolutions métamorphiques. Bien sur, elle espérait que cet intitulé soit rester du domaine de l'idée, et non de la mise en action, car affronter un être capable de changer de forme n'était jamais bien aisé. En tout cas elle arrivèrent à l'entrée, et se placèrent en bordure de portes, avant que Belphy ne murmure à sa camarade.

 -  Bon j'y vais en première, tu me couvres pour l'entrée, et on fonce vers l'aile droite, d'accord ?

Elle attendit l'accord de son amie, puis fit un pas de côté et s'engagea à l'intérieur du domaine.
Journalisée

Elise Grantierre
Humain(e)
-

Messages: 60


Cyber body


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Avril 24, 2016, 07:51:54 »

Les drones d'Elise quadrillaient le secteur pour analyser d'éventuelle menace pour les deux jeunes femmes mais pour le moment ils ne remarquèrent rien. Les caméras de surveillance extérieur du complexe étaient soit trop abimer pour fonctionner soit elles semblaient déconnectées donc on pouvait supposer qu'elles ne seraient pas attendues une fois à l'intérieur, du moins en apparence. Belphy, d'un simple mouvement de ses armes, découpa le grillage pour créer un passage et s'approcher du bâtiment suivie de près par sa comparse et un de ses appareils d'espionnage volant, l'autre restait dans le secteur pour surveiller les alentours du laboratoire. La tactique était simple, Miss Mueller allait au corps à corps et Miss Grantierre restait en retrait pour la couvrir, c'était généralement la technique qu'elles utilisaient le plus souvent car la Tekhane était moins à l'aise au contact que son amie chasseuse prime aux cheveux rouges, enfin tout dépendait de quel genre de "contact" il s'agissait.

- Okay. Je te couvre comme d'habitude. Je surveillerais ton jolie petit cul en même temps.


Dit elle en rigolant doucement proche d'un murmure afin de ne pas dévoiler leur position à d'éventuel menace. Belphy lui avait bien indiqué son envie de ne pas être considéré comme une simple "friandise sur laquelle elle pourrait sauter à tout instant, pour reprendre ses mots, mais Elise n'en faisait qu'à sa tête et avait complétement ignoré le commentaire de sa partenaire. C'était son truc à elle d'ignorer quelque chose quand ça ne lui plaisait pas, tant que ce n'était pas trop sérieux ni important. Elle aimait la taquiner et ne s'en privait pas même si sa camarade n'appréciait pas toujours ça, mais pour la Tekhane ce n'était pas un problème tant qu'elle restait suffisamment professionnelle pour mener à bien leur mission.

Les deux femmes pénétrèrent dans le complexe en passant par le trou dans la grille fait par la chasseuse de prime et s'approchèrent discrètement du bâtiment puis vinrent ce coller au mur en le rasant. Belphy cherchait l'entrée principale du laboratoire et même si Elise n'avait pas les plan en temps, elle savait que les bâtiments d'étude de Tekhos étaient bâtit un peu tous de la même façon afin de réduire les coups d’architecture même s'il y avait toujours quelques menue différence.

- Tout droit sur 100 mètres environ. Puis on tourne à gauche en longeant le mur et on devrais tomber dessus directement. Et toujours rien à signaler pour le moment, nous sommes seuls.

Et en suivant les indications de la demoiselle, elles arrivèrent devant l'entrée principale du complexe, une porte métallique avec un système d'ouverture à verrou et un lecteur de carte à côté pour l'ouvrir. Heureusement les jeunes femmes n'avaient pas besoin de pirater le terminal ou de trouver une de ses fameuses cartes pour entrer car elles n'étaient pas venu les mains vide et on leur avaient confié un passe pour pénétrer dans le bâtiment avant de partir. Ni une ni deux, Elise ouvrit le haut de sa tenue moulante, tel un décolleté, exposant une partie de sa poitrine pour récupérer le passe caché entre ses deux orbes de chair. Elle aurait très bien put la mettre ailleurs, dans une poche par exemple, mais elle avait envie de taquiner à nouveau Belphy. C'est pour ça qu'elle c'était placé devant son amie pour chercher le sésame. Après ce petit moment de taquinage coquin, elles purent ouvrir la porte sécurisée et entrer dans le bâtiment.

- Hum. Comme d'hab. Tu passes en premier et je te couvre avec mon petit bijou.

Le petit bijou en question était le fusil laser de la demoiselle passé en mode blaster collé entre ses seins toujours à moitié dévêtue. La tenue n'avait pas besoin d'être fermé complément pour fonctionner à 100% donc si Elise restait comme ça, ça ne posait pas de problème. La Chasseuse de prime s'avança à l'intérieur du complexe couvert par sa camarade avec son fusil. L'entrée ressemblait à un grand hall d’accueil avec banc, écran censé diffuser des pubs sur les produits du laboratoire, comptoir d’accueil avec normalement une hôtesse et des plantes en pots ayant un peu trop grandis. Rien ne semblait présenté le moindres danger et pour s'en assurer, un des drones, en mode camouflage, faisait le tour de l'endroit. Mais pour le moment rien de suspect ou de potentiellement dangereux, l’accueil était drôlement bien conservé malgré les années d'abandon.
 
- C'est calme. Je n'ai pas l'impression que le système de sécurité soit encore actif. Je ne crois pas que le coin a été abandonner à cause d'une attaque de Formiens... Peut être qu'un groupe de pillard c'est installer dans le coin.

Elise cherchait à analyser les potentiels risques car dans le contrat de mission il n'était nullement mention de la menace qui fait que la récompense de la mission soit si importante.
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Avril 26, 2016, 05:51:28 »

Pour être tout à fait honnête, Belphy n'avait pas vraiment l'habitude des taquineries sexuelles, pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait généralement que peu de personne avec qui échanger sur le sujet, la majorité de ses connaissances provenant des contacts scientifiques de sa mère, des camarades de labos qui avaient bien plus souvent l'envie d'échanger sur leurs recherches plutôt que sur leur dernière conquête. Et vu que normalement elle ne bossait pas en compagnie d'autres personnes que ses tronçonneuses, qu'elle n'écoutait que d'une oreille pour ne pas réagir plus honnêtement à leurs propos, il n'y avait personne parmi les mercenaires et les chasseurs de primes qui avaient eut l'occasion de lui faire de telles avances, ce qui pour le coup plaçait miss Grantierre dans une position particulièrement privilégiée pour plusieurs raisons. La première était que Belphy travaillait en sa compagnie, et qu'en plus elle n'avait proprement rien à redire sur le comportement de son alliée sur le champ de bataille, la trouvant des plus efficace. La deuxième, un peu plus honteuse à son goût, était que la jeune femme était capable de la faire rougir, de l'ébranlée dans sa nature tranquille sans faire le moindre effort, et en plus sans risquer de s'attirer le courroux de la jeune femme.

En tout cas elle n'allait pas faire un fromage de ce qu'elle voyait dans les paroles et les comportements d'Elise, même si celle-ci usait clairement de ses charmes pour provoquer la jeune femme, notamment en ayant rangée la grande majorité de ses affaires sous sa combinaison, au milieu de sa charmante poitrine. D'ailleurs, quand Belphy put en avoir une vision, elle en vint à rougir, mais pas pour les meilleurs des raisons, car dans le fond ce n'était pas le fait d'avoir un aperçu de la poitrine de son alliée qui la gênait, loin de là. Non au contraire, d'avoir une telle vision n'était clairement pas pour lui déplaire, elle aimait contempler les seins à la forme si gracile de sa camarade de mission, et c'était de constater qu'elle en tirait une telle satisfaction qui lui arracha quelques rougeurs, le temps que la demoiselle en finisse avec son petit jeu, et sorte le pass magnétique qui leur avait été confié, déverouillant les portes du complexe dans un silence pesant, qui obligea Belphégor à se reprendre, et à observer rapidement l'ouverture avant de se préparer à y entrer, tandis que son amie venait lui confier quelques mots dans un soupir prudent. Encore une preuve de son professionnalisme d'ailleurs.

 -  Hum. Comme d'hab. Tu passes en premier et je te couvre avec mon petit bijou. 
 -  D'accord, mais un jour il faudra m'expliquer pourquoi tu le conserves toujours à cet ...endroit.

Elle n'allait pas en faire un foin, mais c'est vrai qu'être gardée par une femme qui usait de son arme par le biais de sa poitrine n'était pas vraiment la chose la plus rassurante à connaître. Elise faisait ainsi, et n'avait pour l'instant jamais connue une seule balle manquée, si bien que Belphy ne voyait pas en quel honneur elle aurait le droit de se plaindre, mais elle aurait préférée quelqu'un avec un comportement un peu plus normal en terme de tenue d'arme à feu... Enfin rien d'important, resserant  sa prise sur son arme, elle avança dans la structure lentement, avec une grande prudence, et observa les alentours avec un air des plus concentré, cherchant la moindre chose qui aurait le don de se révéler étrange, ou portant des traces qui lui permettrait de savoir dans quoi elles s'avancent. Pour autant rien ne semblait particulièrement gênant, les murs étaient nickel, ne portaient pas la moindre trace de dégradation, les moniteurs du lieu étaient éteints, le comptoir portait encore les biens vieux documents d'entrée et autres cartes de visites de la compagnie qui s'occupait autrefois du laboratoire, non sans parler des différents bancs installés en bordures de salle pour faire patienter les potentiels visiteurs. Tout ce qui pouvait encore malmené la jeune femme dans son moral était l'épaisse couche de poussière couvrant l'intégralité de la pièce, et le léger vrombissement de l'éclaireur d'Elise, celui-ci patrouillant sous couverture pour repérer quoi que ce soit d'imperceptible à l'oeil Tekhan.

 -  C'est calme. Je n'ai pas l'impression que le système de sécurité soit encore actif. Je ne crois pas que le coin a été abandonner à cause d'une attaque de Formiens... Peut être qu'un groupe de pillard c'est installer dans le coin.
 -  Non plus... La poussière est uniforme, quelque soit l'endroit, et il n'y a pas la moindre trace de lutte dans une des pièce principales. Non c'est presque comme... Comme si l'endroit avait juste été abandonné du jour au lendemain... Et ça ne me dit rien qui vaille, si tu veux connaitre mon avis, dépêchons nous.

Belphy n'était pas craintive, elle avait tendance à avancer face au danger avec prudence et méthodicité, mais pour le coup elle avait bien du mal à ne pas se sentir un peu anxieuse face à ce spectacle, ne comprenant pas pourquoi Tekhos, ou la compagnie s'occupant de ce poste de recherche, avait put ainsi fuir de ces murs sans raisons apparentes. Bifurquant, s'avançant droit vers la porte de l'aile droite tout en laissant de claires traces de pas dans la poussière, elle s'approcha de la porte avant de faire un simple signe à l'adresse de sa charmante alliée pour qu'elle lui file le pass, qui d'ailleurs ne tarda pas à venir jusqu'à sa main pour qu'elle le fasse glisser devant l'écran de reconnaissance éléctronique, ouvrant rapidement le volet d'acier pour qu'elle se faufile discrètement dans les longs couloirs qui constituaient l'étage supérieur de la structure. Pas un bruit, pas le moindre signe de vie, et les bureaux à côté desquels elles passaient étant exempt du moindre préjudice porté, malgré les années d'abandons, Belphy était désormais convaincue d'une chose : Elles étaient les première à revenir en ce lieux depuis son abandon, c'était clair et net. Et cela n'était pas du tout rassurant, si bien qu'elle pressa le pas, arrivant enfin en vue de ce qu'elles devaient atteindre, à savoir la cage d'escalier qui permettait d'atteindre les sous-sols, et donc par là, le coeur des laboratoires.

 -  Parfait. Elise, je compte sur toi à partir d'ici, vérifie bien les lieux, il y a des chances que les lumières ne marchent plus en bas, et même avec un équipement pour la vision thermique, il n'est pas certain que je puisse voir le danger arriver, si danger il y a. Tout dépendra de tes machines pour moi, et de ta capacité à me tenir au courant...

Elle ouvrit la porte menant vers les profondeurs de la structure avec le pass, puis observa rapidement le lieu dans lequel elles allaient s'enfoncer, ne percevant rien dans cette infinie noirceur. Ouais, pas le choix, elles allaient devoir continuer avec la vision thermique, et espérer que rien ne vienne les attaquer qui puisse se protéger de telles détections. Avançant en première, lentement, elle plaça les lunettes devant ses yeux et commença lentement à descendre les longs escaliers qui s'étendaient à perte de vue vers le bas, comprenant qu'au rythme auquel elles avançaient, elles allaient avoir tout le temps d'échanger un peu à propos de tout et de rien, un bon moyen d'ailleurs de calmer un peu le stress montant de la combattante, qui n'aimait pas du tout l'évolution de la situation. Ainsi, alors que toute deux progressaient en silence dans ces ténèbres troublantes, la demoiselle cherchait un moyen d'échanger avec sa camarade, qui elle semblait relativement concentrée sur la manipulation de ses drones. Normalement elle ne l'aurait pas déranger en un tel moment, mais pour le coup, elle avait besoin d'un peu de conversation, si bien qu'elle finit par se décider à avouer quelque chose qu'elle souhaitait exprimer depuis longtemps, sans encore avoir osée en parler.

 -  Dis Elise, je voulais te demander... ça fait maintenant une bonne année que nous travaillons ensemble et je... n'ai jamais penser à te proposer de fêter cela. Ce n'est peut-être pas le moment, mais si ça te dis, après cette mission, est-ce que cela te plairais que l'on... Eh bien, que l'on passe une journée ensemble, hors de toutes missions, rien que pour discuter et profiter de la présence de l'autre ? Enfin pas dans le sens de ... Enfin tu vois ...

Oui elle devait bien surement voir, étant donné qu'elle savait que Belphy n'était pas du tout portée sur le sujet sexuel, mais presque instinctivement elle s'était sentie obligée de le ré-affirmer, prouvant par la même qu'elle n'avait pas vraiment l'esprit tranquille à propos de sa camarade. Mais bon ce n'était pas le plus important, pour le coup Belphy avait enfin réussi à lui proposer de faire cette sortie ensemble, et rien que pour cela elle s'en félicitait, elle qui avait eut tant de mal les dernières semaine sà lui en parler, perdue qu'elle était dans son envie de se retrouvée seule à seule avec Elise sans que cela soit pour une mission X ou Y. D'ailleurs, peut-être par un quelconque coup du sort, mais elles venaient d'atteindre les dernières marches alors que Belphy attendait la réponse de son amie, et n'osant la presser à répondre elle se permit un dernier commentaire, empli de gêne.

 - Oh bien sur tu as tout le temps d'y réfléchir je ... ne demande pas une réponse immédiate bien sur. Re-regarde, on arrive en bas. J'ouvre la porte et tu envois un drône pour observer rapidement les lieux d'accord ?

Oh bon dieu elle entendait dans sa voix qu'elle ne faisait pas assurée, quelle honte.
Journalisée

Elise Grantierre
Humain(e)
-

Messages: 60


Cyber body


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mai 09, 2016, 07:23:50 »

Avant d'entrer dans le complexe, Belphy eût une question à Elise à propos de la tenue de son arme, elle ne comprenait pas pourquoi la jeune femme plaquait son fusil contre sa poitrine de temps en temps, voir assez souvent. Elle était en droit de poser ce genre de question vue qu'il s'agissait d'une drôle d'habitude de sa camarade et elle devait s'attendre à une réponse un peu frivole ou coquine mais ce que lui répondit la Tékhane fut sérieux, malgré son ton amusée, limite riant.

- C'est un prototype de Novella, je le met comme ça pour vérifier qu'il ne vibre pas trop ou qu'il surchauffe pas sinon je serais obliger de le jeter avant qu'il n'explose.... Et il n'y a pas meilleur thermomètre que ma poitrine.

Bien entendu elle aurais put répondre n'importe quoi d'autre, Belphy ne cherchait surement pas une réponse sérieuse, mais Elise voulait montrer à sa camarade qu'elle était capable de sérieux dans son travail, même si elle avait déjà put le prouver lors de précédente mission. Le fusil qu'elle portait était un prototype de la cousine de la Tékhane et par conséquent elle ne pouvait pas faire confiance à 100% à son arme, même si elle faisait confiance à la scientifique l'ayant conçu, mais des problèmes peuvent toujours survenir du coup les vérifications étaient courante bien que saugrenue de prime abord.

Elles entrèrent dans le complexe, traversèrent le hall d'entrée couvert de poussière, et parcoururent les bureaux qui avait un peu près la même allure que l’accueil: aucune trace de lutte, de la poussière et des documents laissé à l'abandon. La chasseuse de prime rouge semblait avoir raison, le site avait été laisser à l'abandon pour une quelconque raison mais peut être était ce seulement à cause de licenciement économique car rien ne prouvait l'existence d'une menace si ce n'est la prime drôlement élevé pour l'exploration de ruines Tékhanes. Personne n'était venu piller l'endroit avant elles pourtant les lieux abandonner sont rapidement la proie des pillards ou de squatteur, là rien. Aucun signe de vie ou de présence avant leurs arrivés. Il y avait quelque chose qu'elles ignoraient certainement.

Belphy finit par trouver la porte qui donnait sur les escaliers qui menaient au sous sol, là où ce trouvaient, techniquement, les laboratoires. Elle proposa un plan auquel Elise répondit de son consentement puis elle commença à descendre les marches, surplomber par le drone de la chasseuse de prime qui fermait la marche. Le second drone restait à l'extérieur pour patrouiller autour du complexe au cas ou, et il pourrais servir de renfort une nouvelle fois au cas ou. La jeune femme se concentrait sur l'appareil survolant sa camarade et surveillait les arrières de celle-ci, si bien que le renfort à l'extérieur était un peu laisser à l'abandon mais savait très bien s'autogéré. Le silence, qui était un peu perturber par les bruit de pas des deux femmes, fut finalement rompu quand Belphy s'adressa à sa coéquipière. Au départ, Elise pensait qu'elle lui dirait de faire attention à quelques chose ou allait établir un plan de bataille mais c'était un autre type de plan que la rouge avait en tête. D'abord surprise, la tékhane ne s'attendait pas à ce que son amie lui propose de sortir ensemble pour fêter leur année de travail ensemble, puis un peu honteuse que ce soit elle qui propose ça en premier, puis au final heureuse bien qu'encore un peu décontenancé par la proposition.

- Bien sûr que je veux. J'ai pas besoin de réfléchir pour ça voyons. Hoooooouuuuu ça va être super je le sent.

Elise s'imaginait déjà faire les magasins avec sa copine, allez dans un bar, un karaoké, voir un parc d’attraction enfin ce genre de chose qu'on fait avec ses amies. Et peut être même qu'elle tenterais sa chance au lit, mais il ne fallait pas brûler les étapes, d'abord il fallait finir cette mission et après fêter ça. Malgré son impatience, la jeune femme se contenait pour ne pas foirer la mission et faire de celle-ci une catastrophe qui irait ruiner leur sortir, ou pire encore, leur amitié. Comme demandé par Belphy, la femme au cheveux mauve fit entrer le drone quand celle-ci ouvrit la porte, il s'agissait d'une sorte de sas avant d'entrer dans le laboratoire. La caméra de l'appareil fit le tour de la pièce mais rien à par l'imposante porte menant au centre de recherche principale.

- RAS. On peut entrer.

La pièce blanche accueillit les deux femmes sans qu'il y a ai le moindre chose caché dans la pénombre et qui pourrait leur sauter à la figure. Non rien. À part la poussière archi-présente dans le complexe.

- C'est un sas munie d'un scanner pour vérifier qui peut entrer ou non. Essaie le pass, il semble y avoir du courant. Mais il rien de ne pas nous ouvrir s'il nous identifie pas, suffira de découper la porte.

Une fois le pass installé, dans le boitier, une lumière bleu envahit la pièce et balaya les deux demoiselles pour les analyser. Ceci fait, il ne se passa rien pendant un court instant puis la porte s'ouvrit enfin sur le laboratoire. Même s'il était abandonner depuis des lustres, tout fonctionnait encore. Les ordinateurs étaient toujours en plein calcul. De quoi? Impossible de le savoir. Des bras robotiques manipulait des fioles et d'autres bec benzène vide avec automatisme, comme s'ils étaient bloqué dans le temps, incapable de ce rendre compte qu'ils ne sont entrain de rien faire. Au fond de la pièce dormait différent robot de maintenance devenu obsolète et vétuste avec le temps. Et bien sûr, au centre il y avait une grande cuve d'une matière verte créant des bulles même s'il n'y avait rien dedans.

- Hum. Je pense qu'on va vite trouver ce qu'on cherchait. Je vais analyser les ordinateurs pour voir.

Puis Elise s’exécuta en allant trifouiller les claviers. Si la mission pouvait s’arrêter maintenant ce serait bien, elle avait une sortie à faire et réfléchissait déjà à ce qu'elle allait porter.
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Mai 11, 2016, 11:24:58 »

La mercenaire ne se sentait pas très bien ... et il ne s'agissait là que d'un euphémisme, le simple fait d'avoir proposée à Elise de l'accompagnée lors d'une sortie rien qu'entre elles ayant été assez pour lui donner envie de fuir rapidement les lieux de gêne, et d'aller se terrer sans autres mot sous les roues du buggy en attendant que son amie démarre et l'écrase. Elle n'était normalement pas si facile à troublée, mais dans le fond elle était actuellement seule responsable de cette situation, et c'était bien pour cela qu'elle avait autant de mal à assumer ses propos, se demandant en quel honneur sa camarade allait bien pouvoir accepter une telle chose alors même qu'elle venait de prouver, au beau milieu d'une importante mission, qu'elle n'avait pas les idées claires vis-à-vis de sa camarade d'action. C'était finit, elle venait de faire l'erreur de sa vie, peut-être même qu'Elise n'allait plus jamais vouloir tenter une mission en sa compagnie au risque de se retrouver à nouveau avec de telles indécentes avances en son encontre, et rien que l'idée de reprendre les contrats en solo faisait se serrer le coeur de la jeune Tekhane, n'imaginant pas retourner à sa première solitude, lorsque les seuls êtres à qui elle pouvait adresser quelques mots n'étaient que deux tronçonneuses animées, au comportement bien rustre et masculin.

 -  Bien sûr que je veux. J'ai pas besoin de réfléchir pour ça voyons. Hoooooouuuuu ça va être super je le sent.

Voilà elle le savait, son amie la détes... Hein ? Elle avait acceptée ? Miracle, joie, bonheur, félicité, elle avait acceptée ? C'était un rêve sûrement, elle allait se réveiller sous peu n'est-ce pas ? Et pourtant le fait qu'elle faillit manquer une marche et partir en avant pour faire une longue descente des escaliers la tête la première fut suffisament clair pour la ramener à la réalité de l'instant, lui permettant de comprendre sans trop de soucis quenon, elle n'était pas en train d'imaginer la réponse d'Elise, et que celle-ci avait effectivement agréée, avec joie d'ailleurs, de l'accompagner pour une sortie en duo une fois de retour à Tekhos. C'était merveilleux, une joie sans limite l'envahissait, et même si elle ne répondit pas à cet accord de la part de sa chère camarade, l'allégresse envahit son petit coeur de demoiselle en plein fantasme, Belphy se déconcentrant un peu de son objectif sur l'instant pour laisser son imagination idéaliser leur futur rendez-vous, voyant déjà les doux moments qu'elles allaient partagées. Enfin tout cela se déroula du moins jusqu'à ce qu'elles arrivent près de la porte du bas, auquel cas elle reprit rapidement ses esprits, et alla s'installer vivement aux abords de celle-ci, avant de dérouler le plan d'action à sa camarade. Elle ouvrirent la porte, et rapidement son alliée s'exprima :

 -  RAS. On peut entrer. 
 -  Nickel, c'est cool que tout se déroule sans accrocs pour l'instant...

Elles entrèrent alors dans un sas d'une blancheur éclatante, toujours aussi sombre que les escaliers toutefois, et Belphy ne manqua pas de se prendre un mur si elle n'avait pas sentit la main de son alliée qui la retint rapidement. Décidément, le manque de vision lui était clairement peu appréciable, elle avait bien les lunettes technologique pour palier un peu à cela, mais elles manquaient de toutes façons de lumière pour qu'il y ait au moins un minimum d'appréciation des distances, et si miss Grantierre avait été grandement améliorée en termes de bio-amélioration Tekhane, ce n'était pas le cas de Belphy, dont le regard avait gardé sa nature toute humaine. Si encore humaine était le mot étant donné son passé, mais ça, elle ne pouvait pas non plus se permettre de le crier à haute voix. En tout cas la jeune femme avait bien plus de mal que sa consoeur pour se déplacer dans une zone sans le moindre petit filtre lumineux, et elle ne pouvait se fier qu'à la capacité d'Elise à scanner les environs et à observer les pénombres pour s'assurer qu'il n'y ait pas le moindre danger ambiant, d'ici à ce qu'elles soient obligés d'allumer leurs lampes, par exemple dans le cas d'une attaque frontale ennemie. Avant tout la discretion, puis le cas échéant, l'action, voilà bien un moyen qui évitait la casse généralement.

 -  C'est un sas munie d'un scanner pour vérifier qui peut entrer ou non. Essaie le pass, il semble y avoir du courant. Mais il risque de ne pas nous ouvrir s'il nous identifie pas, suffira de découper la porte.
 -  Tu commence à comprendre que rien ne me résiste hein ? K'leir, Ter'er, tenez vous prêtes au cas où...
 -  On peut enfin parler ? Parce que je dois avouer que je suis un peu jalouse de l'armement d'Elise.
 -  C'est vrai ça, pourquoi nous on a pas le droit à un support "nichon" ?
 -  Tout compte fait, rendormez vous et fermez là.
 -  Ce que tu peux être froide décidément.

Ne réagissant pas plus, la mercenaire s'approcha tu petit tableau en bordure de salle, se guidant grâce à la faible, mais alors très faible lumière bleutée qu'elle semblait affichée grâce à une petite led en haut du plateau de reconnaissance, et sortit le pass qui leur avait été attribué par le commanditaire, espérant que celui-ci suffise à déclencher l'ouverture du sas. Elle le plaça sur la cadran prévu à cette effet, croisant un peu les doigts, puis remarqua que deux larges faisceaux, horizontal et vertical respectivement, partirent de l'entrée de la pièce jusqu'à la sortie espérée par les deux demoiselles, leur offrant un beau petit scannage en règle avant de finalement disparaître totalement, les laissant dans l'expectative, seule dans la noirceur de la pièce. Les secondes passèrent, sans réaction, si bien que de nervosité, Belphy venait placer ses paumes le lng de la garde de ses armes, prêtes à les sortir pour se défendre au cas où elle allaient devoir faire face à un système de sécurité plus ou moins élaboré. Mais finalement rien de cela, alors que la mercenaire se préparait déjà à sauter sur le premier ennemi éléctronique pour le séparer en trois d'un mouvement maîtrisé, elle put entendre la décompression de la fermeture du sas se produire, et les portes en face s'ouvrirent lentement, ne manquant pas de les éblouir au vu de la clair différence de luminosité entre les deux environnements. Elle mit un temps avant de réussir à adapter ses yeux à l'environnement, et elle put contempler un spectacle ... pour le moins douteux :

 -  Oh putain... Je suis heureuse que maman ne soit pas là, elle aurait piquée une crise en voyant cela !

En effet, les lieux étaient encore en pleine activité, les machines se déplaçant en tout sens pour continuer elle ne savait quelle expérience loufoque, au delà du réel. Pour le coup, la jeune femme était presque déçue de ne pas avoir suivie la même voie que sa mère, ce qui lui aurait permise de comprendre un peu ce qu'il se déroulait dans ce labo rien qu'en observant les ustensiles utilisés, mais elle avait vite eut une certaine phobie des centres de recherches avec les événements qui s'étaient déroulés durant son enfance. Cela faisant, elle appréciait énormément sa mère, mais beaucoup moins son travail, et elle avait tout fait pour éviter la moindre approche scientifique des choses, l'amener chez le médecin sans qu'elle ne tente de fuir tenant déjà du miracle, et essayer de l'amener dans les quartiers de recherches des récents locaux Mueller étant une tentative suicidaire de la part de quiconque oserait l'essayer, un intervenant en biologie y ayant presque perdu un bras, qui fut recoller à la hâte. En tout cas, en dehors de ces réflexions plus ou moins importantes, la chasseuse de prime entra dans la pièce en compagnie d'Elise, qui elle ne tarda pas à foncer vers les ordinateurs pour commencer à chercher quelques informations, ainsi que les données sur les recherches produites en ces lieux, qu'elle devras sûrement sauvegarder sur un élément externe d'une quelconque manière. De son coté, Belphy faisait le tour des lieux, observant les environs, notamment captivée par cette cuve au liquide singulier.

 -  Ça me rappelle le sérum qu'ils avaient utiliser dans l'autre institut pour tenter d'adapter ton sang à une solution médicale
 -  Dis pas des horreurs pareilles, et puis tout les échantillons ont été détruits, Maman m'en avait parlée.
 -  Ouais, ça reste vachement dégueu n'empêche...

Pendant ce temps là, Elise pouvait voir défiler les informations sur le moniteur, et lire donc plusieurs des projets qui étaient menés en ces lieux. Parmi ceux-ci, la création d'une arme métamorphique particulière, basée sur les recherches autours de la surpuissance d'un projet ancien, et sur les capacités évolutives formiennes, de manière à produire une sorte de chair à canon monstrueusement puissante, et capable d'être envoyée au combat sans ressource ni matériel, et pourtant de faire face aux hordes de l'Overmind sans pour autant risquer de perdre de nouvelles soldates, et par la même, d'offrir les couveuses nécessaires à l'ennemi. D'ailleurs, en continuant son observation des données elle peut remarquer que les recherches ont été poursuivies jusqu'à aujourd'hui, même si de manière ralenties étant donné le manque d'énergie électrique allouée à cette pièce, et que le prototype à été placé comme... Comme système de défense du lieu ! Et pendant qu'elle observe ces lignes, qu'elle peut lire de plus en plus le manque d'éthique de ces recherches, Belphy continue son observation des lieux en faisant le tour de la cuve pour aller voir les machines du fond de la pièce, avant de ressentir un frisson lui parcourir l'échine, son instinct la prévenant d'un danger... Elle n'a pourtant pas le temps de réagir, alors qu'un coup puissant l'atteint derrière la tête, et qu'elle d'effondre mollement, étourdie...
Journalisée

Elise Grantierre
Humain(e)
-

Messages: 60


Cyber body


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Mai 21, 2016, 04:11:18 »

Peut être qu'un mini short en jean et un t shirt en mode décontracté conviendrait bien, quoique une robe blanche plutôt simple ferais ressortir le côté un peu enfantine d'Elise, peut être trop même. Les doigts de la chasseuse de prime pianotait sur le clavier de l'ordinateur du labo quand ce genre de réflexions lui accaparait la majeur partie de ses capacités cérébrales. Oui elle avait un peu de mal à ce concentrer alors que son amie venait à peine de lui proposer une sortie entre filles à leur retour de mission. Et même si Belphy avait tenter de dire qu'il ne se passerait rien d'osé entre elles, la Tekhane espérait quand même qu'il se passe quelque chose parce que les dires de son amie ne l'avait pas vraiment convaincue. Jamais de la vie elle ne forcerait sa camarade pour ce genre de chose, mais quelques petites blague coquine et quelques petit lapsus à son intention seront surement de la partie. Peut être même qu'elle l’amènerais devant un sex shop pour voir sa réaction ainsi que son visage écarlate et, qui sais, lui donner quelques idées. Grâce à ses capacités cérébrale, dût à ses implants, la jeune femme organisait déjà tout le rendez vous dans sa tête : le parcours, les activités, les éventuels imprévue, etc... Malgré ses airs un peu désinvolte Elise était une fille assez organisé et même si elle arrivait à gérer l'improvisation, elle préférait que les choses soit en ordre.

À l'aide de ses implants cérébrale, la mercenaire arrivait à se perdre dans ses pensée et à inspecté l'ordinateur du laboratoire. Le fusil laser posé sur la table à côté et prêt à être dégainer, Elise fouillait les données pour trouver ce qu'elles étaient venue chercher, le programme 13-Arria et quitter cette endroit. Mais il y avait un tas d'expérience mené ici et trouver le fichier prenait du temps. À un moment elle tomba sur une sorte de journal appartenant à une des chercheuses du laboratoire qui manifestait du sexisme envers ses collègues masculins.

Citation

Entrée 141:
Je n'arrive pas à croire que la cheffe nous oblige à travaillez avec des hommes. Je sais que ça fait partie d'un programme d'une association quelconque qui veux moins de différences de traitement entre les hommes et les femmes mais je trouve ça con. Qu'est ce qu'elles viennent nous faire chier ces assos' à la noix? Elles feraient mieux de gérer des vraies problème comme les formiens par exemple. C'est un labo ici, un endroit sérieux, pas un coin où on peu lâcher des animaux domestique. 

Entrée 142:
J'ai reçu un blâme de la cheffe pour mes propos envers un de nos "assistant mâle". J'arrive pas à le croire ça. Il y a clairement du favoritisme et ça me saoul. C'est bien son genre de prendre la défense de ses mâles. Si ça se trouve elle couche même avec l'un d'eux. Est ce qu'on peut considérer ça comme de la zoophilie?

[...]

Entrée 146:
Bon là je suis sur le cul. Encore plus que le jour où Sally à décider de me quitter pour cette pute de Stella. Qu'elles aillent aux diables ces deux pétasses. Bref, un de nos assistants à réussit à résoudre une formule sur laquelle je bloquait depuis des lustres. C'était tout con mais j'arrivais pas. Et lui il arrive d'un coup et me débloque tout ça. J'en serait presque en rogne s'il ne m'avait pas laisser tout les honneurs en disant que c'est moi qui est trouver la solution. Il m'épate un peu. Je vais tacher d'être plus souple avec lui... Et essayer de retenir son nom ce serait bien.

[...]

Entrée 151:
La projet avance bien. Je laisse nos assistants masculin faire des trucs plus complexe et avec plus d'autonomie, même si je vérifie tout derrière. Mais là on est bloquer sur autre chose. Les deux matériel génétique ont du mal à ce stabiliser naturellement et on arrive pas à changer la situation. Les stimuli électrique ne suffisent pas et ça ne donne qu'une masse grouillante de chair sans âme bon pour l'incinérateur. Bref faut trouver une solution sinon le projet va mourir. Peut être que je pourrais demander à Ewan qui a trouver des solutions plutôt simple mais ça marche à chaque fois. Oui j'ai retenue son prénom.

Entrée 152:
On a réussit. C'est la fête au labo. Je ne saurait expliquer ça clairement, surtout que ce journal ne sert pas à ça, mais en gros pour stabiliser le tout nous avons inculquer une pensée aux deux composants pour stabiliser le tout. Une envie. Une simple impulsion électrique à suffit pour rendre le projet théoriquement viable. Il faut encore quelques modifications et des ajouts mais on tiens une bonne base pour les expériences. Je pense qu'on devrais avoir un prototype dans les prochaines semaines.

Entrée 153:
Fichier corrompu.

Entrée 154:
BeusOin secXe ReporDuir Anvi

Ce genre de journal était toujours intéressant pour savoir comment à évolué un projet en laboratoire mais dans ce genre de ruine on savait très bien comment tout ça finirait. C'était un peu un cliché mais on ne pouvais rien y faire. Elise avait lu le journal avec curiosité et s'attendait à des informations salaces ou croustillante sur les chercheuses de l'époque mais elle fut relativement déçue par le résultat. Bien sûr la fin l'a fait un peu tiquer mais pas suffisamment pour appeler son amie qui était surement occupé à surveiller le laboratoire et à la protéger en cas d'attaque. En fouillant un peu plus, la jeune Tekhane finit par trouver les données du programme 13-Arria et commençait à le télécharger sur un dispositif de stockage qu'elle avait coller sur le coin d'un écran de l'ordinateur. Bien entendu elle jeta un coup d’œil. Elle vit que le projet avait pour but de créer une arme biologique capable de combattre les formiens à l'aide de pouvoir de métamorphose. Les chercheuses avait utiliser le matériel génétique des formiens et d'une Tekhane puis lui avait injecté une "envie" pour stabiliser tout ça. Comme ce que le journal expliquait à l'instant. Sauf que le fichier allait plus loin en révélant ce qui a déraper. L'envie généré à pousser la "chose" à avoir besoin de se reproduire en permanence comme le ferait des formiens.

Tout ça donnait froid dans le dos à Elise mais un nom dans le fichier la fit sursauter. L'un des matériel génétique venait d'une Tekhane prénomme Belphy Mueller. Il devait y avoir une erreur. Pourquoi on utiliserait l'ADN de sa camarade de mission. Après avoir lu ça, la mercenaire quitta l'écran des yeux et chercha son amie.

- Belphy? Tu peux venir voir ça?..... Hey ho? C'est pas le moment de ce cacher je suis sérieuse là.

La chasseuse de prime prit son arme et commença à fouiller le laboratoire à la recherche de sa partenaire. Et pendant ce temps, dehors, une pluie commençait à s'abattre sur le complexe et obligeant Elise a faire mettre à l'abri le drone resté dehors dans le buggy. Ce n'est pas comme s'il craignait l'eau, mais actuellement présent la mercenaire préférait ce concentré sur la recherche de Belphy avec le drone resté à ses côtés.
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Mai 25, 2016, 11:52:50 »

Tandis que la camarade de travail de Belphy s'occupait de déchiffrer, et de récupérer les nombreux fichiers présent dans l'ordinateur, ceux-ci semblant toujours plus conséquents à mesure que le temps passait, le labo était tombé dans un silence plus ou moins inquiétant, les machines continuant leurs mouvements mécaniques et rodés avec une discrétion presque religieuse, alors que les pas de la mercenaire s'étaient tus sans que son alliée ne le remarque. Au final, le lieu semblait entièrement dépourvu de vie à nouveau, Elise étant concentrée sur son accumulation de données avec une application remarquable, et les équipements du laboratoire étant parfaitement retournés à leurs cycles monotones, si bien que quiconque rentrant désormais dans la pièce pourrait croire que les choses sont actuellement comme elle se devait d'être il y a de cela plusieurs années. Pour autant, si il y avait bien une chose qui aurait put permettre à la femme aux cheveux mauve de se douter du changement de situation, cela aurait été la quantité de liquide vert contenu dans l'énorme cuve centrale, celle-ci ayant passablement diminuée depuis leur entrée, sans raisons. Mais malheureusement pour elle, trop concentrée sur l'écran face à elle suite à la découverte des dernières informations à propos des expérimentations menées dans le laboratoire, ce détail lui échappa, pour qu'elle vienne finalement appelée une Belphégor manquante, apparemment disparue.

 -  Belphy? Tu peux venir voir ça?..... Hey ho? C'est pas le moment de ce cacher je suis sérieuse là.

Oh comme elle aurait aimée pouvoir répondre, mais ayant été assommée bien malgré elle, elle ne pouvait en aucuns cas répondre à sa partenaire, ni même lui renvoyer une remarque cinglante suite à son second commentaire, qui pouvait laisser entendre que la chasseuse de prime avait la mauvaise manie de préférer son amusement à son travail, chose qu'il ne fallait bien sur jamais lui dire, au risque de se retrouver avec deux partie de corps séparées. Non à la place, ce fut un silence complet, pesant, qui répondit à la femme alors qu'elle récupérait son matériel avec prudence pour commencer à chercher sa camarade, et le laboratoire semblait en plus parfaitement désert, chose qui aurait été bien étonnant de découvrir étant donné que les deux femmes avaient largement tendance à rester dans le champ de vision l'une de l'autre afin d'éviter les mauvaises surprises. Dans le fond, seul l'écho des pas d'Elise se faisait entendre à l'intérieur du large laboratoire, et pour beaucoup de gens, une telle quiétude saurait être des plus inquiétant, encore plus alors que l'on sait être rentrer en ces lieux en compagnie d'une consoeur normalement capable de produire un véritable capharnaüm pour le simple plaisir de faire un peu de bruit par caprice. Non décidément quelque chose n'allait pas du tout, mais alors là, vraiment pas, et finalement, alors qu'Elise se décalait le long de la cuve centrale, elle put enfin voir ce qui rendait la situation si glauque sans qu'elle n'ai put encore mettre le doigt dessus.

Une fois la cuve dépassée, et alors même qu'elle pouvait enfin revoir le faciès de sa charmante compagne, lui fut offert la vision d'une forme étrange, tout particulièrement pour elle, étant donné qu'elle pouvait remarquer en face de Belphégor une jeune femme aux cheveux violacés, dans une tenue moulante couvrant l'intégralité de son corps, soulignant des formes fines et élégantes. Devant le corps inconscient de sa collègue de travail se trouvait une reproduction parfaite d'elle, avec une précision tellement chirurgicale qu'elle aurait put faire honte aux meilleures machine de clonage Tekhane, même si un détail toutefois restait relativement étrange pour une copie conforme : à la place du drône qu'Elise manipulait avec adresse, sa reproduction semblait avoir une forme de gelée verte volante en perpétuel mouvement, forme d'ailleurs qui semblait voleter autour de la clone pour la protéger d'une potentielle attaque. Pas besoin d'être une génie pour comprendre ce qu'il se passe, Elise aura toute la capacité de s'imaginer ce qu'il vient de se dérouler, à savoir qu'apparemment le slime métamorphe contenu dans la cuve avait eut l'occasion de la scanner, et de la reproduire de manière à attaquer sa collègue, qui depuis gisait au sol, inconsciente, alors même que la clone s'approchait d'elle lentement, avec sûrement quelques envies bien particulières étant donnée les résultats d'expériences dont elle avait précédemment fait la connaissance.

Et bien sur les choses n'allaient pas non plus être simple pour elle, étant donné qu'en bon sujet d'expérience militaire, la forme de "vie" multi-fonctions produite par les scientifiques Tekhans avait eut le don de prévoir quelque chose pour s'assurer la victoire, afin que la femme aux capacités augmentées ne puisse pas sauver sa camarade par une simple attaque surprise. Depuis le haut de la cuve, une forme se déplaça lentement, sans un bruit, en se rapprochant d'Elise sans qu'elle n'ai la moindre occasion de l'apercevoir, même si elle venait à tout hasard lever la tête pour vérifier quoi que ce soit, et une fois en position, attendit le meilleur moment pour agir. Sa cible immédiate n'était d'ailleurs pas vraiment la Tekhane, mais plutôt son drône de combat, et au moment même où celui-ci s'éleva assez haut pour avoir une certaine restriction de mouvement en cas d'attaque, la forme fondit sur lui, avant qu'un bruit vrombissant se fasse entendre, et qu'une lame semblable à celle de Belphégor vienne trancher d'un mouvement sec l'outil mécanique, avant que son utilisateur arrive au sol d'un pas agile. Devant Elise, en plus de sa propre reproduction qui ne semblait même pas avoir réagit au boucan qui venait se dérouler, bien trop occupée par le corps évanoui de miss Mueller, se trouvant en plus une copie parfait de Belphy, à un détail prêt capable de coller des frissons : Une bosse d'une taille incroyable sur son bas-ventre, gonflant le simili-sous-vêtements de pseudo-Belphy, qui elle semblait observer la manipulatrice de drônes avec un air des plus intéressés.

Oh et... en parlant d'ailleurs de la situation qui se déroulait en arrière plan, tandis que la pseudo Belphy s'apprêtait à fondre sur Elise dépourvu de son moyen de défense principal, la copie de la seule femme encore consciente dans la pièce venait d'attendre la forme évanouie de Belphy, et semblait ne pas vraiment chercher à attendre que celle-ci se réveille pour lui faire la discussion. S'agenouillant, ses mouvements étant dans le fond un peu "robotisés", comme si le slime n'avait pas eut l'occasion de pratiquer son mimétisme depuis de longues années, ce qui n'était pas une surprise, la main de la copie vint attraper la tenue de la mercenaire aux tronçonneuses, et se mit à les lui arracher sans aucunes vergognes, jetant dans la pièces de multiples lambeaux de tissus normalement à toutes épreuves, et libérant le corps de Belphégor à la vue de tous. Ses formes délicates mais rebondies apparurent aux yeux de tous, puis ce fut au tour de son intimité, qui fut rapidement libérée de sa protection bien légère pour se dévoilée, quasiment dépourvue de signe d'utilisation, parfaitement rasée, ne laissant finalement à la rousse que ses gants, ses bas, et ses bottines, le restes n'étant désormais plus qu'un souvenir éparpillé sur le sol, et ses armes étant tombées un peu plus loin d'elle, tout juste hors de portée.

Et c'est alors que la copie d'Elise déchira sa propre tenue entre ses jambes, libérant par là un sexe d'une forme aussi étrange qu'épaisse, que la copie de Belphégor attaqua l'originale, les yeux emplis d'une étrange folie...
Journalisée

Elise Grantierre
Humain(e)
-

Messages: 60


Cyber body


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Juin 18, 2016, 05:01:23 »

L'absence de réponse de la part de Belphy inquiétait la jeune Tekhane car elle n'était pas du genre ignorer sa partenaire quand celle-ci l’appelait ou à faire des farces en ne répondant pas. Cherchant sa camarade, elle fouillait le laboratoire en faisant attention à ce qu'il l'entourait car il y avait anguille sous roche. Inspectant derrière chaque bureau et machine jusqu'à atteindre l’immense cuve du centre de la pièce. Elise se sentait coupable de ne pas avoir fait plus attention à sa partenaire pendant qu'elle effectuait des recherches sur l'ordinateur mais elle avait pris l'habitude de fouillé les données pendant que la rousse surveillait le secteur. Là elles c'étaient laissées avoir pendant un moment d'égarement de leur part et ça n'arrivait pas souvent, la perceptive de ce rendez vous d'après mission les avaient travailler autant l'une que l'autre. Ce n'était pas rare qu'Elise parte dans ses pensées mais pour Belphy c'était tout de même plus rare.

De l'autre côté de la cuve de matière organique, la jeune mercenaire put apercevoir un spectacle assez déroutant, sa camarade inconsciente avec une autre femme en face d'elle. Mais le soucis c'était que cette autre femme ressemblait comme deux goûtes d'eau à Elise, ce qui était techniquement impossible puisqu'elle ne possédait pas de sœur jumelle, qu'elle n'avait pas activer son hologramme, elle avait vérifier son implant qui gérait cette application, et qu'elle se tenait à plusieurs mètres de la scène. La créature était accompagné d'une sorte de reproduction en slime des des drones de la tekhane, ce qui laisse sous entendre que cette chose devait provenir de la cuve et qu'elle avait pris la forme de la jeune femme au cheveux violet, comme le  mentionnait les données. Cette chose était le résultat des expériences de ce labo et les deux jeunes femmes l'avaient réveiller en pénétrant dans son territoire. Ses capacités de métamorphose était bien au delà de ce qu'avait imaginer la chasseuse de prime, c'était comme regarder dans un miroir.

Malgré que ce tas de gelée menaçait sa camarade, Elise eu un temps de réflexion avant de braquer son arme sur elle car il s'agissait d'une copie d'elle même et c'était assez perturbant d'imaginer devoir ce tuer. Le doigt sur la gâchette, elle s’apprêtait à tirer en plein dans le tête de la chose sans préavis parce qu'elle n'imaginait pas qu'elle puisse communiquer, mais une sorte de douleur viens lui traverser la colonne vertébral et lui donné un mal de crâne à lui arracher un hurlement. C'était le résultat de la destruction d'un de ses drones, puisqu'ils étaient directement lié à la Tekhane par des implants qui émettaient des ondes semblables aux ondes cérébrales, briser un de ses drones était aussi douloureux que lui arracher un membre. La vision brouillé par la douleur, la mercenaire remarqua en fasse d'elle un autre Belphy et durant une seconde elle cru qu'il s'agissait de la vraie, mais la vraie ne ferait jamais de mal à Elise et aussi parce que cette femme là disposait d'un énorme membre moulé dans sa tenue. Jamais de la vie la chasseuse de prime n'a été surpris comme ça par un adversaire, cette créature polymorphe était sans doute sortie de la cuve, avait pris cette forme et avait fondue sur elle suffisamment rapidement pour que la jeune femme soit prise par surprise.

La situation échappait complément à son contrôle et ce qui devait être une banal mission de récupération se transformait en massacre, mais là où la Tekhanne s'attendait à un meurtre sans pitié de la part de sa clone sur sa camarade, la créature en question préférait arracher les habits de la Belphy. Cette chose avait été conçu pour le combat donc pourquoi voulait elle dénudé sa victime? C'est là que les dernières données extraites reviens dans l'esprit de la mercenaire: cette chose avait été créée à partir d'une envie insuffler à cette gelée verte, cette envie c'était le besoin de ce reproduire. Comprenant cela, malgré son esprit brouillé par la perte d'une partie d'elle, Elise était déterminée à sauver son amie malgré les risques. Ses réflexes étaient un peu diminuer mais elle put tirer sur la fausse Belphy qui lui fonçait dessus avec son blaster et créer un trou en dessous de l'épaule. Mais le trou ce referma rapidement, ses capacités métamorphe devait lui donner des pouvoirs de régénération accélérer. D'un geste de la main, le clone désarma la jeune femme en envoyant son fusil plus loin dans la pièce, puis lui agrippa les bras avant de la plaquer au sol. La créature qui avait pris l'apparence de sa camarade ce trouvait sur elle et la maintenait fermement au sol, malgré sa force supérieur à la moyenne des autres femmes, Elise restait cloué au sol par le clone.

Ne pouvant rien faire, la jeune femme était à la merci de cette chose que la science avait engendrée, la camouflage d'optique serait inefficace et elle n'avait pas pensée à prendre ses câbles cybernétique. La fausse Belphy arracha le haut de la tenue moulante pour dévoiler la délicate poitrine de la Tekhane qui maudissait la chose par de vulgaire parole mais qui au fond d'elle commençait à être excité. C'était un de ses fantasmes qui allait se jouer devant elle et en plus avec une copie de la camarade qui la faisait baver. Oui elle se sentait un peu honteuse mais Elise ne pouvait pas s'en empêcher. Du coup, même si elle avait la capacité de réagir, elle hésiterait un instant avant de le faire ou non. La créature attrapa la Tekhane pour la soulever et la plaquer contre la cuve en la maintenant de manière à avoir les jambes écartées. Le sexe de la chose passa à travers l'imitation d'habit de la fausse Belphy, comme si le vêtement devait le membre, et le pointa dans la direction de la jeune femme. La chose cola son pénis au niveau de l'entrejambe d'Elise, sur la tenue moulante, et força un peu pour la pénétrer en déchirant la tenue par la même occasion. Cette violente pénétration arracha un cri de douleur et de plaisir à la jeune Tekhane qui voyait là son fantasme ce réaliser: ce faire violer en mission avec sa partenaire. Elle jeta d'ailleurs un regard dans la direction de son amie inconsciente au prise avec une réplique d'elle même tandis que la créature commençait à faire des va et viens dans son intimité.
Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Octobre 06, 2016, 06:27:15 »

Belphy ? Vaincue, encore inconsciente après le choc soudain qu'elle avait reçue lors de l'assaut d'Elise-bêta, ses vêtements complètement déchiré et réduits en miettes devant la prédatrice en face d'elle qui ne manquait pas d'avoir plus d'une mauvaise idée, si l'on pouvait encore considéré qu'un tel être ait un système cognitif. Elise ? Bloquée contre la cuve, alors que le mandrin si particulier de ces êtres fait d'une gelée expérimentale était rentré en elle, et commençait à faire de vifs vas-et-vient en elle tout en produisant un son des plus étrange. La situation paraissait proprement désespéré, et c'était le cas, les deux femmes en pleine mission étant désormais complètement soumise à leur adversaire, qui, elles, n'avaient tout simplement qu'un seul instinct, celui de se reproduire, celui de s'amuser encore et encore avec les deux formes de vies qui les avaient tirés de leur léthargie pour se satisfaire de leurs corps et de leurs sensations. Et à ce degré là, il était quasiment certain que ces expériences avaient de quoi pleinement satisfaire les deux femmes, en dehors du fait qu'elle se faisaient violer sans autres formes de procès, et la première à le découvrir, Elise, ne pouvait que mieux comprendre comment les scientifiques du labo avait put ainsi perdre la tête face à l'échec que représentait ce projet.

Le membre qu'elles possédaient était épais, large, d'une longueur à faire pâlir les plus entraînées, pourtant quand la copie de Belphy s'était mise à tambouriner l'intérieur d'Elise, il était proprement impossible que la femme ait put ressentir la moindre douleur. Le sexe s'adaptait, conservait son épaisseur certes, mais gonflait, ou s'amenuisait à mesure qu'elle avançait et se reculait, si bien qu'il occupait absolument tout l'espace possible de l'intimité de la jeune Tekhane sans pour autant venir lui provoquer la moindre peine, ne concentrant finalement que la forme la plus absolu du plaisir qu'Elise pouvait ressentir. Pire encore, à chaque fois que pseudo-Belphy faisait un mouvement de rein pour rentrer en la manipulatrice de droïde, une partie du sexe s'éliminait naturellement pour faciliter l'entrée, et cette partie s'écrasait sur la bassin de la victime pour venir stimuler ses lèvres intimes, ainsi que son clitoris, glissant dessus, le frottant parfois, rendant sûrement la situation d'autant plus appréciable, au grand damne de la raison de celle qui supportait pareil assaut. Le rythme imposé était vif, et il était clair que cette gelée ne devait absolument pas connaitre le principe de la fatigue, ce qui laissait entendre que sans aide extérieur, les deux femmes allaient subir cette humiliation pendant un bon moment, un très long instant de jouissance et de plaisir honteux. Bien sur, Elise avait encore un drône, mais combien de temps allait-il mettre pour les rejoindre ?

« Te... Tu... Tu Ah,e, i, o... Tu kiffes ça hein ? Les Tekhanes adoöoôeuhre se fairent violer ! C'est votre seconde natuÜre. Avoues que tu adores sentir ma bite; braquemard; mandrin; membre; morceau de chair au fond de ton petit con ! »

Et tandis que pseudo Belphy venait de faire découvrir à Elise que la gelée était même capable d'avoir un certain système de communication, la vrai se retrouvait dans une situation de plus en plus compliquée, car désormais tout à fait dévêtue, hormis ses gants, ses bottines, et ses bas, elle venait d'être mise en place par pseudo-Elise, qui se fit la joie extrême de venir passer une langue gluante le long de sa fine intimité. Buste contre le sol, joue aussi, et le bassin relevé par les soins de la forme expérimentale aux idées des plus dépravées, la chasseuse de prime ne put rien faire alors que la copie de son alliée approcha le même sexe difforme et monstrueux de son entrée presque intouchée, avant de venir s'y frotter avec une forme étrange d'extase. Etait-il possible que ces gelées aient une forme de conscience ? Peu probable, pourtant, la copie d'Elise semblait jubiler à l'idée de pouvoir s'occuper de la forme délicate de Belphy, et c'est sans trop prévenir qu'elle agrippa sans plus tarder la jeune femme, avant de s'enfoncer aussi soudainement que brutalement en elle, ce qui aurait normalement le don de faire cracher un cri de douleur à quiconque subirait pareille entrée en matière... Mais ce que poussa la jeune mercenaire en cet instant, alors qu'elle se réveillait bien soudainement de sa torpeur forcée, fut un cri de pure extase, alors que complètement perdue, elle tentait tant bien que mal de comprendre ce qu'il se déroulait malgré les sensations !

« AAAaaaaAAAAAAH... Aaaah Elise ... Elise ? Que ... Que fais-tu .... AAaahn arrêtes !... Hhmmm aaah... Arrêtes non que ... Qu'est-ce qu'il se .... HNnnnnn. »

Si Elise avait eut le temps de se préparer, parce qu'elle avait bien vu la copie de Belphy aller vers elle avec le désir de la prendre sans détours, ce n'était pas le cas de Belphy, qui bien malheureusement se réveillait avec en elle ce membre incongru qui produisait en elle un tel effet de bonheur que son esprit ne pouvait même pas tiré le vrai du faux de l'histoire. Comment Elise avait elle eut un membre masculin, comment elle avait put s'attaquer à elle, ou comment elle avait fait pour la prendre par surprise dans son sommeil sans que son instinct ne la réveille et ne la fasse cesser ses enfantillages ? Elle n'en savait rien, tout ce qu'elle savait c'était cette queue qui rebondissait au fond de son intimité, et qui la faisait gémir sans aucune raison aucune, sans qu'elle ne puisse s'en empêcher, à tel point qu'elle gardait en permanence la bouche ouverte en laissant s'écouler un léger filet de bave au sol. Quelle déchéance, elle n'arrivait même pas à reprendre le dessus, à ce rythme ça allait en être vite finit d'elle, et comme pour répondre à cette pensée obscène, la chose derrière elle qui ressemblait à son estimée camarade ne fit qu'accélérer, Belphy sentant le carrelage froid frotter contre sa douce poitrine, contre ses tétons durcis par l'excitation, contre sa langue légèrement tirée, tandis que ses mains cherchaient comme elle le pouvait un lieu où se rattacher, sans succès. Si Elise n'était pas dans la meilleure des situations, son alliée était déjà au bord de l'extase. Et les mots de la copie de la mercenaire au tronçonneuses étaient là pour aider l'autre demoiselle à finir dans le même état :

« Oh regarde donc comme elle est heureuse ! Sacrée chienne hein ? Perdre ainsi le contrôle juste parce que tu..te..toi..tu es en train de la violer. Pourquoi ne pas être une chienne aussi ? Allez regarde là, regarde là et abandonne;surrend;drapeau blanc;reddition;oublies tout et laisses toi baiser  ! »
« Dernière édition: Octobre 06, 2016, 11:02:38 par Belphy Mueller » Journalisée

Elise Grantierre
Humain(e)
-

Messages: 60


Cyber body


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Octobre 30, 2016, 04:01:51 »

L'esprit encore embrouillé par le choc de la destruction de son robot, la tekhanne souffrait encore de ce manque soudain et brutale, même si la douleur s'amenuisait petit à petit au profit d'un plaisir intense provoqué par la copie de Belphy. Difficile de savoir comment, mais malgré les coups de rein violent de l'être expérimentale, Elise ne ressentait aucun douleur provenant de ce coïte forcé car la chose avait la capacité de modifier son physique à loisir et en profitait pour changer la forme de son membre afin qu'il épouse la forme de l'intimité de la mercenaire. Ce genre de sensation ne faisant que renforcer son excitation et diminuait son envie de riposter, elle préférait que ce viol continue à tout jamais. Cet idée dépravée qui lui traversait l'esprit était de plus en plus difficile à chasser car après tout son fantasme était entrain de ce réaliser. La fille au cheveux violet perdait de plus en plus la tête à mesure que le plaisir l'envahissait, ses cris d'extase proche de la folie résonnait dans tout le laboratoire et encourageait la créature à continuer son traitement. Son intimité s'humidifiait de cyprine et coulait de long de ses cuisses, même si grâce - ou à cause- du membre de la copie les parois de son utérus n'avaient pas besoin d'être lubrifiées. Les choses allaient de plus en plus mal pour Elise qui était sur le point de s'abandonner à la dépravation.

Mais Belphy n'était pas mieux lotie. La seconde moitié de la créature, la pseudo Elise, la prenait en levrette avec autant d'ardeur que la fausse rousse. Elle avait été prise par surprise mais même elle, qui était plus "violente" que sa comparse, avait du mal à résister aux assauts du clone dans son intimité. La vue de ce spectacle, de cette guerrière habile et sérieuse qui ne s'amusait jamais durant le travail, de cette jeune femme qu'elle désirait tant prendre ainsi du bon temps malgré le côté forcé de la chose, cela provoqua chez la manieuse de drone deux pensée paradoxe: D'un côté la honte d'apprécier son viol s'amenuisait puisque Belphy semblait dans le même état d'esprit mais de l'autre côté elle grandissait de ne serais ce que pensée abandonner en laissant son amie dans une tel situation. Le mélange du plaisir infligé par la créature, la destruction précédente de son drone et les pensées contraire qui s'opposait dans sa tête lui donnait un violent mal aux crânes et avait encore plus de mal à réfléchir et du coup sa migraine grandissait. Le serpent qui se mordait la queue, un cercle vicieux qui lui faisait perdre du temps. Et de la chose profita de chaque seconde perdu par la tekhanne en la tambourinant de plus en plus vite et fort.

L'expérience était d'ailleurs doté de parole et ne s'en privait pas pour rabaisser la chasseuse de prime et assoir sa domination sur elle. Ses paroles étaient assez brouillonnes et sa voix gutturale ne ressemblait en rien à celle d'un être humain. Il semblait prendre un malin plaisir à soumettre la jeune femme, ce qui était la preuve d'une certaine intelligence, pas forcement digne d'un prix Nobel mais bien assez pour satisfaire ses pulsions en mélangeant habilement la ruse à ses capacités d'adaptations. Ce qui le rendait particulièrement dangereux. Mais peut être était il possible d'utiliser ce début d'intelligence pour lui.

- Oubliez? ... Oubliez quoi? J'ai connu des ... ha... futa sans expérience... me faire plus plaisir... ha...


La demoiselle avait eu un mal fou à parler sans pousser un cris de plaisir intense, elle voulait lui prouver qu'elle pouvait résister et ainsi le bléser dans son ego pour le pousser à la faute. Pour ça elle devais être un minimum crédible malgré les quelques cris poussé auparavant. Mais c'était une stratégie à double tranchant car il risquait d'être plus violent encore. Mais heureusement, la créature tomba tout droit dans le piège et déplaça la tekhanne pour la coller violemment contre une des table du labo, face à lui, et la prendre dessus.

- Je... Vais toi... te... tu.. te faire crier sale cquataïn! Tu.. tu vas supplier que je te remplisse de fhouütre!

En effet le clone avait été blessé dans son égo et maltraitait le vagin de la jeune femme encore plus violemment mais il l'avait changer de place et maintenant elle avait du matériel à porter de main. Rien de très dangereux mais surtout des objets pouvant servir d'arme contondante. Il fallait résiste encore à l'extase qui l'envahissait, ce qui n'était pas chose facile car elle devait réprimer ses plus bas instincts et ses plus vils fantasmes pour sauver son amie. Rapidement, Elise mit la main sur quelque chose, un microscope, un appareil pour mélanger les produits ou encore un ordinateur, elle ne le savait pas mais d'un côté ce n'était pas important tant que ça pouvait provoquer des dégâts. Elle se saisie donc de l'objet et alla le fracasser avec violence sur la pseudo Belphy ce qui la repoussa et l'étourdit. Grâce à cette ouverture, la tekhanne put s'échapper de son emprise, non sans un léger regret et s'empressait de rejoindre sa camarade.

Cet élan de liberté fut réprimer très rapidement quand la chasseuse de prime arriva à quelques mètres de son amie, par un des drones en gelée de la fausse Elise. C'était un détail que la vraie avait oublié de prendre en compte. La gelée flottante attrapa la femme par la jambe pour la faire tomber à terre et la seconde arriva par la suite pour maintenir leur victime au sol. Si proche du but et pourtant si loin. Le clone de sa camarade qui reprit ses esprits s'approcha de la fille à terre. Mais avant de la punir pour cette rébellion, une partie de la matière contenue dans la cuve s'en échappa et glissa sur le carrelage jusqu'à rejoindre la fausse Belphy afin de se faire adsorber par elle. Chose qui semblait être anodin de prime abord, cette gelée supplémentaire offrit à la créature une autre paire de bras et un deuxième sexe tout aussi immense que le premier. Et sans plus de procès, la chose utilisa ses mains bonus pour arracher ce qu'il restait de la combinaison moulante.

- Tu... te... toi... tu vas regretter ça!

Les deux drones libérèrent la Tekhanne pour que le clone puisse la prendre à nouveau. Les deux pénis entrèrent dans l'intimité et l'anus de la jeune femme qui poussa un nouveau cri de plaisir. Puis la pseudo Belphy s'attrapa par les poignées et les genoux afin de la soulever et coller le dos de se victime contre sa poitrine. Incapable de bouger la chasseuse de prime ne put que subir de nouveaux les assauts du clone de sa camarade, mais cette fois-ci c'était bien plus dur de résister à l'envie de crier. Du côté de la vraie Belphy, la chose avait continuer de la prendre comme si rien ne c'était passé mais après que les drones soit retrouver à ses côtés, ceux-ci attrapaient les poignées de la rousse et la tiraient afin qu'elle se redresse, puis la pseudo Elise lui tirait les cheveux pour redresser sa tête et lui montrer sa vraie camarade ce faire violer par une réplique d'elle. La punition de la mercenaire pour avoir tenter de s'enfuir était de ce faire regarder entrain de ce faire violer par la fille qu'elle aimait et d'aimer ça par dessus le marché.

Des larmes coulaient sur les joues de la fille aux cheveux mauves en regardant sa camarade dans une tel position. Elle n'avait pas réussit à la sauver et en plus de ça elle avait totalement abandonné l'idée de ce battre à cause du plaisir immense que lui procurait les va et viens dans son fondement et son intimité.

- Je..... HAAnnnn.... suis désolé Bel.. Hyuuummm.... J'ai vraiment essayer..... Haaannnn. Va... Vas y.... En... encore. Haaammmm...


La chose ricanait tandis qu'Elise perdait complétement le contrôle de son corps et de ses envies. Elle ne pouvait plus ce battre, elle ne le voulait plus. La tekhanne subissait les pulsions reproductrice de l'expérience et elle aimait ça. Son esprit était complétement perdu, corrompu, brouillé. Elle ne pensait plus qu'à une chose maintenant: Le sexe. Et peut importe ce que devenait Belphy, elle espérait quand même qu'elle puisse apprécié le traitement que lui avait réservé son double. Elle n'en pouvait plus, elle était faible. Elle avait résisté aussi longtemps que son esprit pervers le pouvait.

Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Novembre 03, 2016, 11:47:39 »

Belphy ne savait pas dans le fond ce qu'il était en train de se dérouler du coté de son amie... Tout simplement parce qu'elle était tout simplement incapable de se concentrer sur autre chose que ce qui lui arrivait, et que le fait d'avoir le visage coller au sol ne l'aidait tout simplement aucunement à s'encquérir des informations alentours. Tout cela, cumulé avec le fait qu'elle était toujours dans le doute, incapable de se remettre les idées en place après le violent coup qu'elle avait subit, et ce réveil provoqué par le dur et puissant plaisir de ce sexe informe qui s'était infiltré en elle sans la prévenir, était largement suffisant pour que malgré toutes les bonnes intentions qu'elle pourrait vouloit mettre en avant en cet instant, elle ne puisse retrouver l'esprit. Elle bavait juste au sol, se faisant tambourinée bien cruellement alors que n'ayant plus ses armes en mains, ses forces étaient passablement réduite, la laissant subir comme une femme dépourvue du moindre moyen de défenses, gémissant sans pouvoir se rendre compte à quel point elle le faisait fort. Elle aurait bien voulue au moins se remettre assez en état pour avoir un minimum de vivacité d'esprit, mais apparemment elle n'y avait pas le droit, elle ne se devait que subir, et la chose qui était actuellement en train de la prendre le lui faisait bien comprendre, vu que ses coups de butoirs étaient si fort, si puissants, qu'ils la collait contre le carrelage froid, et l'obligeait d'user du reste de force en ces bras pour ne pas glisser vers l'avant, et s'écraser pleinement contre terre, comme une chienne.

Son oreille parfois tiquait quand même un peu, lui faisait entendre que quelque chose en cette pièce n'allait pas, que ce soit ce bruit étrange entre ses cuisses, qui lui laissait presque se demander ce que pouvait bien être la chose horrible qui était en train de lui bourriner son intimité, mais aussi les gémissements dans la pièce, certaines ne provenant pas de sa gorge, elle en était certaine. Mais à quoi bon chercher, vu qu'elle avait le nez devant un bureau, qu'elle était tout simplement incapable d'avoir la moindre pensée salvatrice, comme celle d'oser bouger un peu son visage pour pouvoir regarder autour d'elle, et comprendre ce qu'il était en train de se dérouler dans les environs... Non tout simplement, elle sentait cette caresse immonde sur son bas-ventre, cette impression étrange qui venait stimuler son corps alors qu'elle sentait le membre étrange lui écarter les chairs sans la moindre douleur, et l'accumulation de l'intégralité de ces plaisirs était trop pour son esprit à peine réveillé, bien trop pour qu'elle puisse se permettre d'avoir la moindre pensée structurée. Page blanche, elle n'arrivait finalement qu'à se concentrer sur la progression de cette queue en elle, la sentant avancer avec tout le délice que cela pouvait provoquer, elle imaginait même la vision que cela pouvait être, de voir sa fente complètement dilatée par le passage de cette forme étrange qui l'empêchait de réfléchir, et tel un cercle vicieux, elle ne finissait même que par en vouloir plus, à la limite d'abandonner toute conscience pour simplement se livrer corps et âmes à la chose qui la violait si durement...

Ce qui la ramena enfin à la réalité, alors qu'elle était à la limite de se laisser complètzmznt faire par son agresseur inconnu, fut le soudain bruit venant de sa gauche, les bruit d'une rixe, d'un instant étrange d'affrontement alors que son esprit n'enregistrait, depuis quelques temps, que le plaisir et la volupté de cet instant, sans jamais le remettre en question. Pourquoi des gens se battaient-ils ? Elle avait compris qu'elle n'était pas seule un peu avant, mais pour autant, elle n'avait jamais présupposées que qui que ce soit ici pouvait chercher à s'affronter, voir à produire un tel brouhaha alors qu'elle était là, le cul fièrement dressé pour se faire prendre. Il y avait quelque chose d'étranges dans tout cela, quelque chose qui eut le bienheureux résultat de la tirée lentement de cette espèce de torpeur qui l'avait étreinte, de ce manque claire de réflexion, cette paresse d'esprit qui l'avait lentement menée à abandonner toute résistance face à un plaisir dément et incompréhensible. Elle essayait de se rappelée, qu'est-ce qu'elle faisait là ? Elle avait beau chercher, elle ne retrouvait pas le moindre souvenir de ce qu'il s'était passé avant qu'elle ne se soit réveillée, mais quand elle posa à nouveaux les yeux sur le carrelage, la lumière vint enfin se faire, et avec elle la consternante situation dans laquelle elle se trouvait... Elle et Elise était venue ici pour enquêter, et récupérer d'important dossier sur les expériences qui étaient menées en ces lieux autrefois, mais pourquoi ... Est-ce qu'elles avaient été prise de court par l'une des expériences du labo ? Dans ce cas ce bruit de lutte c'était...

 -  Elise ? Elise tu es là ?

Elle n'eut pas de réponses, le calme s'était fait à nouveau, et Belphy ne percevait plus la moindre paroles entre les deux personnes qui tout à l'heure luttait pour une raison qu'elle était incapable de deviner. Pourtant, alors qu'elle était encore en train de subir les divins coups de butoirs entre ses jambes, elle se retint d'abandonner, refusa de laisser de nouveau son corps se mettre à gouverner son esprit, et chercha un moyen au moins temporaaire de pouvoir observer ce qu'il était en train de se passer dans la pièce. Elle n'eut dans le fond même pas besoin de demander pour obtenir ce privilège, car elle vit deux longues formes gélatineuse commencer à venir enserrer ses poignets, pour d'abord lui retirer toute attaches au sol, laissant son corps osciller à mesure des coups de hanches qui lui étaient infligés, puis lentement soulever son buste, la plaçant alors de plus en plus droite, alors que quelque chose d'inconnu continuait malgré tout de lui offrir ce qui était sûrement la sensation la plus proche du plaisir à l'état pur. Pourtant elle essayait de résister, encore et toujours, elle venait tout juste de récupérer un brin de lucidité, ce n'était pas pour le perdre alors même qu'elle  le retrouvait à peine, mais alors qu'elle était désormais dans cette position précaire, cambrée en arrière pour continuer de se faire baiser volontairement, incapable de se privée, sentant d'ailleurs sa légère poitrine rebondir à chaque assaut, elle fut lentement tournée en direction de la gauche, et put enfin remarquer ce qu'il se déroulait, avec un mélange d'horreur et de perversité :

 -  Je..... HAAnnnn.... suis désolé Bel.. Hyuuummm.... J'ai vraiment essayer..... Haaannnn. Va... Vas y.... En... encore. Haaammmm...

Elise, les joues couvertes de larmes dont la nature était imprécise, plaisir ou culpabilité, était là, juste devant elle, dans une position tout aussi précaire qu'elle, mais elle n'était pas seule. Derrière elle se trouvait littéralement une copie d'elle, une fausse Belphy, qui contrairement au corps d'origine, possédait une paire de bras supplémentaires qui lui permettait de manipuler sa camarade tekhane avec une aisance qui rendrait bien des mâle jaloux. C'était un véritable choc pour la mercenaire, car il n'y a sûrement rien de plus troublant que de se voir soi-même, dans une version alternative et tronquée, clairement malveillante, et l'idée que ce soit ce genre de choses qui les aient vaincues toute les deux laissait un arrière goût amer à la femme au cheveux de sang, franchement mal à l'aise à l'idée d'avoir été dupée et mise à terre par une vulgaire reproduction. Mais pire que tout cela, une fois cette situation dépassée, Belphy eut le terrible droit de constater ce qu'il se déroulait plus bas, entre les jambes de sa collègue, remarquant le liquide vert et épais qui, avec une force incroyable, avait complètement ouvert la fente de son alliée, et s'y déplaçait dés lors joyeusement, poussant la demoiselle à l'extase alors qu'elle avouait toute la culpabilité qu'elle ressentait à se retrouver ainsi humiliée, et surtout à apprécier cela de cette manière. Cette fière femme, taquine certe, mais désormais pleurant de plaisir, son corps dénudé couvert de restes de tenues arrachées, et son sexe complètement dilaté laissant son jus de plaisir coulé à flot... C'était trop pour Belphy.

Le prochain mouvement que produit la copie d'Elise eut le maheur d'aller plus loin, de ne pas en rester qu'à la limite de son vagin, il vint jusqu'à s'infiltrer dans son utérus, venant taper si loin en elle que Belphy en eut les yeux révulsés, alors qu'elle se mit à gémir sans pouvoir se retenir. La Chose dans son dos avait sûrement remarquer son changement d'attitude, et avait décidée de régler ce problème d'une manière expéditive, d'une manière qui ne pouvait laisse la jeune femme indifférente, surtout avec tout le plaisir qu'elle avait ressentie jusqu'ici. Sur l'instant, Belphy eut l'impression de se sentir remplie, entièrement, et elle hoqueta de bonheur alors qu'elle se mit à jouir sans se retenir, la langue tirée légèrement hors de ses lèvres. C'était foutu... Elise avait abandonnée, elle avait elle aussi perdut tout espoir, et ce coup de butoir qui n'en annonçait que d'autre manqua presque de la faire tomber dans les pommes tant la sensation était inégalée. Elle tremblait, sentait la chose qui ne bougeait plus, mais gémissait longuement, l'intégralité de son être ne demandant qu'une chose, une seule petit chose, que le clone derrière elle, qui qu'elle puisse représenter, reprenne à nouveau ses mouvements, et vienne la faire tomber de fatigue jusqu'à ce que son âme accepte sa position de salope tekhane ayant acceptée d'être remplie... Mais ce n'était pas assez non, elle voulait,... elle voulait observer son amie, elle voulait la voir dans le même état qu'elle, elle voulait la contempler alors qu'elle jouissait, qu'elle perdait la tête ... Alors qu'elle-même n'avait déjà plus vraiment toute la sienne :

 -  Je ... Je suis en ... aaaaAH... en train de ...hnnn... de te baiser... Aaah Aaaaaah.... hmmm T'aimes ça ...hMMM... non ? ...aaaaah ....innnnyyyiiiiiiiaaah.... Ma Elise ?

Elle ne savait pas que les choses parlait, elle les avait même plutôt oubliée ... mais elle savait qu'elle se faisait défoncée comme jamais, et elle adorait ça, en voulait toujours plus ... Pour elle, et Sa Elise, juste devant elle, qui semblait au comble du bonheur.
Journalisée

Elise Grantierre
Humain(e)
-

Messages: 60


Cyber body


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Novembre 10, 2016, 04:13:52 »

La situation était désespérée, et la mission était très fortement compromise. La mercenaire n'avait pas l'habitude d'échouer les missions, ça ne lui ai jamais arrivé d'ailleurs jusqu'à présent. Elle avait la réputation de réussir toujours ses objectifs, même les plus difficiles, et avec le sourire. Mais là ça risquait bien d'être son premier échec... Et peut être le dernier vu la situation dans laquelle les deux filles étaient. Maintenues et violées par des choses n'ayant que faire du concept de fatigue. Ces créatures allaient sans doute faire ça jusqu'à l’épuisement totale et létale des deux demoiselles, mais mon dieu que c'était bon. Elise, complétement perdue dans son esprit brouillé et pervers, ne pouvais que supporter la "torture" en admirant une copie d'elle même infligé le même traitement à sa camarade. Elle regrettait un peu que Belphy se retrouve dans une telle situation avec elle, mais au final ça ne pouvait que les rapprocher encore plus.... Normalement. Les deux sexes gélatineux et incongrus n’arrêtaient pas de lui pilonner le fondement et l'intimité avec toujours plus de sauvagerie et de rapidité. C'était difficilement supportable pour son mental et pour son corps, pas à cause de la douleur, qui était d'ailleurs absente, mais à cause du plaisir dépravé et de cet extase vicié qui l'envahissaient à chaque coup en elle.

Les gémissement de la tekhanne résonnaient dans le laboratoire mêlé au bruit que faisait le bassin de la créature contre ses fesses quand elle la soulevait puis la redescendait le long de ses membres. Sa sueur perlait le long de son corps à moitié dénudée et sa poitrine excitée rebondissait, faisait voler en éclats les goûtes de transpiration qui avait le malheur de ce promener à ce niveau là. Ce devait être un spectacle alléchant pour sa camarade qui se tenait un peu plus loin devant elle et qui venait de pousser un gémissement qui ne trompait pas; elle venait de jouir. C'était un peu étonnant de la voir ainsi réagir et même si elles étaient dans une situation grave, Elise ne pouvait s’empêcher de se sentir fière. Oui fière, car même si ce n'était pas elle la responsable de ça, il s'agissait quand même d'un clone d'elle même et inconsciemment, elle imaginait que Belphy venait d'atteindre l'orgasme que parce qu'elle se faisait prendre par une chose ressemblant à son amie, sans pensé qu'elle n'en avait sans doute aucune idée. Entendre la fille au cheveux rouge gémir avait rendu la chasseuse de prime dans tout ses états, au bord de l'explosion, mais ce fut la chose qu'elle dit après ça qui finit de l'achever. Miss Mueller venait de dire "MA Elise" c'était sans donc une des plus belle chose qu'elle avait entendu aujourd'hui. Et se simple déterminants possessifs suffisait à faire perdre les derniers brides de résistance de la jeune femme et celle-ci ce mit à crier d'extase en atteignant l'orgasme.

Épuisée et haletante, la jeune femme sentant la créature ralentir et ses fluides sexuels s’écouler hors de son intimité le long du membre factice qui, chose étrange, semblait l'absorber. Elle n'avait pas jouis comme ça depuis.... bah depuis aussi longtemps que ses souvenirs pouvaient remonter. C'était une expérience sans précédent pour elle et malgré ses expériences à droite et à gauche, rien de semblable ne lui était arrivée jusque là. Son fantasme se réalisait en plus de ça c'était en présence de sa meilleure copine et avec des monstres capables de modifier leurs corps pour offrir le plus de sensation possible. Après quelques instants de couinement et de gémissement, Elise put reprendre une partie de ses esprits pour répondre à Bel.

- Wo... woui... Mon han... orgasme à dût répondre à ma place.. humm... Et toi?....... Tu aimes te faire ... ham.... prendre par moi? ....


Le clone d'Elise s'attaquait à l'entrejambe de Belphy. Le clone de Belphy s'attaquait à l'intimité et à l'anus d'Elise. Ainsi ce passait les choses. Est-ce que les créatures avait choisi leurs apparences en fonction de leurs victimes où était-ce un hasard? Est-ce qu'ils voulaient que les deux femmes fassent faussement l'amour l'une envers l'autre dans une sorte de scénario malsain et pervers? Ou alors peut-être que la fausse femme au cheveux violet aurait put attaquer l'originale? Difficile à savoir. L'esprit de ses choses étaient sans doute suffisamment évoluer pour mettre au point un scénario à base de couple qui se faisait violer, mais sans doute était-ce juste sa façon d'embusquer ses victimes.

L'expérience qui s'en prenait à la tekhanne se dit qu'il était temps de varier un peu les plaisirs et retira ses deux longs sexe des deux orifices. Dans un soupire de soulagement, et un brin de déception, Elise trouva finalement suffisamment de raison pour mettre son second drone en mode pilote automatique et de lui ordonner de venir. C'était une expérience sexuel remarquable, mais il ne fallait pas finir ses jours ici à ce faire violer par ses machins. Les filles devaient sortir ensemble dans les prochains jours et elle attendait ça avec impatience. Mais alors que la demoiselle délirait un peu sur les activités qu'elles pourraient faire ensemble l'or de cette sortie, elle finit par remarquer que la chose la manipulait pour lui mettre la tête en bas, pile devant les deux immenses membres. Le clone avait retourner la fille avait une grande aisance grâce à ses deux paires de bras, et se retrouvait le visage entre les cuisses de sa victime écartées par ses soins. Avec une de ses mains restante, la créature força la jeune femme à mettre les deux sexe dans sa bouche, ce qu'elle fit au final car ne pouvant résisté à la force qui la maintenait. Elise se forçait à avaler les deux long tube de gelée qui prenait à nouveau une forme pour convenir à ses plaisirs sans asphyxier la jeune femme. Pendant ce temps, la langue de la chose pénétra être les lèvres intimes pour venir titiller les parois internes avant de ressortir s'attaquer au clitoris de la belle retournée puis de rerentrer sa langue et ainsi de suite. Cette position, cette sensation, et cette fellation forcée faisait pleurer la jeune femme.

De son côté, Belphy subissait de nouveau les assauts du clone de sa camarade mais celui-ci, pour corser un peu les choses, retourna la belle pour se retrouver face à face sans que son membre ne quitte l'intimité de toute l'opération. La pseudo-Elise lui faisait face en souriant, la plaquant contre le sol en pilonnant de plus belle son entrejambe. Elle regardait la fille à la crinière de feu en plein extase et se léchait les lèvres en attardant son regard sur sa poitrine. Se penchant en avant pour venir chuchoter à l'oreille de sa victime en continuant ses mouvements en elle, ses faux seins venant ce frotter à ceux de Bel.

- Tu... Toi.. te.. tu aimes quand je te baise, Bel?... Je... t'aime! Faisons l'amour jusqu'à la fiiin des temps.


Le clone essayait de jouer sur les sentiments de Belphy en imitant grossièrement Elise. Le but était de la troubler pour que celle-ci ne riposte pas trop, même si au final elle n'avait rien à craindre vu sa domination sur celle-ci. Mais était-ce aussi pour s'amuser avec sa pauvre victime? Lui embrouiller l'esprit pour ne plus qu'elle distingue le vraie du faux. Pour la torturer mentalement tout en la violant. Ces choses semblait apprendre et évoluer, ils étaient dangereux. La pseudo-Elise l'embrassa langoureusement en enserrant ses mains dans les seins et lui lui faisait l'amour avec plus d'intensité et de passion. Peut être voulait il expérimenter la douceur avec Belphy et la violence avec Elise.

Journalisée
Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Novembre 13, 2016, 01:30:09 »

Il n'y en avait pas une pour rattraper l'autre, et franchement, n'importe quelle personne qui subirait pareil contact aurait autant de mal que les deux chasseuses de primes pour pouvoir reprendre le dessus, ces deux incroyables êtres ayant prit leurs formes ayant tout les avantages nécessaire pour faire perdre la tête à quelconque personnes tombant entre leurs griffes. Difficile donc de leur jeter la pierre, quand l'une comme l'autre se mirent finalement à perdre tout à fait le contrôle de la situation en s'admettant le droit de jouir, produisant des cris qui auraient sûrement eut le don d'éveiller n'importe quel voisin un peu grincheux, et de s'afficher publiquement comme des femmes de peu de pudeur, quittes à s'octroyer une bien mauvaise réputation envers leurs rencontres de tout les jours. Bon, bien évidemment, il n'y avait rien ni personne ici capables d'entendre l'écho de leur jouissance, ce qui dans le fond pouvait être un grand avantage, si elle n'était pas dans le fond en train d'être coplètement assujetient par les deux formes tronquées d'elle-même, qui elles, en revanche, avaient non seulement toute compétence à comprendre que leurs deux victimes venaient de s'avouer vaincues, mais surtout, qu'elles étaient désormais tout à fait disposée au traitement qu'elles subissaient. Non, les événements parlaient d'eux-mêmes, non seulement les mercenaires avaient été écrasées par leurs adversaires, mais surtout, dans d'autres conditions, cela fairait longtemps que leur vie ne vaudraient plus grand-chose, étant donné qu'elle n'avaient même plus l'occasion de présenter le plus petit signe de résistance.

Mais peut-être pire encore que cela, l'une comme l'autre semblaient avoir changée de manière de voir les choses. L'excitation du moment n'avait pas manquée de rendre Belphy complètement ivre de cette sensation, complètement dépendante à l'heure actuelle de la queue qui était en train de la pilonner, alors même qu'elle n'avait quasiment jamais connue de rapports, quel qu'il soit, et cela avait produit en son for intérieur une reddition quasiment complète, comme si elle avait acceptée, plus que le fait de se faire prendre par la forme expérimentale d'Elise, de se laisser prendre ainsi jusqu'à l'épuisement, et même après, lorsqu'elle se réveillera. Pour être tout à fait honnête, e fait même que ce soit une chose, un être, ou quoi que ce soit, mais qui avait l'apparence de sa chère et dédiée camarade était aussi une composante du procédé, tellement importante que cela devait avoir jouer une part particulièrement importante dans le phénomène de son abandon. Peut-être était-ce un peu dur à voir, mais elle écartait volontairement les jamabes dans cette position précaire, plus d'instinct qu'autre chose, parce qu'elle ne voulait pas cesser de sentir cette chose la pilonner, elle ne voulait pas qu'Elise cesse de la prendre, de la soumettre, de lui faire connaître les plus vils et répréhensibles des sensations, mais d'ainsi lui offrir les plus divines des "caresses". Et cela avait été tellement volontaire, tellement désireux, qu'elle s'était emportée, provoquant sa chère Elise en face d'elle, l'amenant elle même à jouir suite à ses propos, l'observant, ruisselante de sueur, l'accompagnée dans son plaisir béat, et inconsidéré au vu de leur situation :

 -  Wo... woui... Mon han... orgasme à dût répondre à ma place.. humm... Et toi?....... Tu aimes te faire ... ham.... prendre par moi? .... 
 -  Elise, ma Elise ... Je veux ... je veux te sentir éternellement en moi... Je veux que tu me défonces sans ... Haaaaaaan.... haaaa... hhaa... sans jamais arrêter !... Maaaaaaah

Elle levait les yeux au ciel, la langue pendue, la chose en elle n'arrêtant toujours pas, même s elle avait joui, même si elle était encore et toujours au bord de l'extase, elle ne pouvait s'empêcher d'afficher ce visage de dépravée, de femme dont l'esprit vaincue se perdait dans des idées de plus en plus sordides, de plus en plus ... sales. Elle en voulait plus bien sur, elle ne pouvait qu'en vouloir plus, elle voulait que cette chose qui était en train de la rendre folle cesse de faire dans la demi-mesure, cesse de s'amuser, et vienne de manière bien volontaire lui faire comprendre toute la sauvagerie dont elle était capable, et cette envie déviante, impure, la rendait tellement honteuse que son corps ne faisait que répondre, de manière paradoxale, rendant les sensations toujours meilleurs, toujours plus forte. Elle comprit finalement ce qui lui plaisait tant : elle était en train de se faire humilier. Pire encore, elle était en train de se faire humilier devant la personne qu'elle cherchait absolument à impressionner, mais le fait qu'elle puisse voir son corps dans cet état, qu'elle puisse contempler les formes de son corps sans la moindre protection, qu'elle puisse admirer son visage où l'extase se lisait sur le moindre de ses traits, qu'elle puisses constater, grace au léger manque d'opacité du membre, l'intérieur de son intimité désormais complètement ouverte aux "bienfaits" de la créature gélatineuse qui la baisait sans vergogne, c'était tout simplement merveilleux. Elle adorait ça, elle n'avait plus à faire semblant, elle n'avait plus à cacher ses besoins, ses envies, elle était là, devant sa Elise, et se faisait violée sans résistance de sa part, adorant cela.

Mais elle voulait ses lèvres, elle voulait son contact, et le fait que l'objet de son pur désir ne soit pas à porter de ses bras, de son corps, était un véritable supplice dont la frustration n'aidait en rien. Pire encore, alors même qu'elle ressentait au plus profond d'elle ce besoin de contact, ce besoin d'étreinte, elle vit soudainement son double relâcher la jeune femme en face d'elle, la laisser tomber au sol avec le plus évident des dédains, ne lui laissant pas d'autre choix dans son état que de venir choir lourdement sur le carrelage glacé, tandis qu'elle se déplaça sans que Belphy ne puisse y comprendre quoi que ce soit. Mais elles étaient encore trop éloignées, et malheureusement, même si la chasseuse de prime avait eut la possibilité de tendre les mains vers elle, elle n'aurait même pas put l'effleurer, obligée finalement de contempler son double revenir vers le corps épuisée de celle qu'elle désirait plus que tout, pour finalement la retourner, tête à l'envers, et commencer à lui prendre la bouche sans qu'elle n'ait le droit à la moindre résistance. Ce n'était pas juste, non pas le moins du monde ... Cette chose avait peut-être le droit de lui ressembler, mais pas de lui prendre SA Elise, elle n'avait tout simplement aucun droit même de se l'accaparer, même si c'était pour la faire se sentir aussi bien, aussi heureuse, la femme aux courts cheveux violets était SA partenaire, et nul être en ce monde n'avait le droit de l'absenter à son étreinte des plus désireuses. La flamme de jalousie était en train de naître en son coeur, la confusion n'aidant peut-être pas à ce qu'elle calme ses envies, mais ne l'aidant pas non plus à maîtriser ses émotions les plus sombres, et les plus vils.

Sauf que ce détail ne sembla aucunement échapper à la copie d'Elise qui s'occupait d'elle, et comme pour prévenir le moindre problème de se produire, elle vint soudainement quitter son mouvement cadencé pour finalement détacher le regard de la jeune femme de sa camarade de plusieurs mois pour finalement la tourner vers elle, l'observant avec un air un des plus attendrissants. Belphy ne comprit pas de suite ce qu'il venait de se dérouler, mais même malgré cela l'inconfort naissant dans sa poitrine ne manqua pas de continuer de la torturer, un peu comme si quelque chose de crucial lui manquait, quelque chose de tellement important que même si elle ne le voyait plus, elle ne pouvait que ressentir cette solitude vive. Pendant un instant, cet élément fut tronqué par le fait qu'elle fut mise dos au sol soudainement, avec une certaine brutalité qui ne manqua pas de provoquer en elle un long frisson d'extase, avant qu'elle ne vienne complètement ouvrir ses hanches quand finalement la choses se mit à la prendre avec une bestialité des plus incompréhensible, lui défonçant son intimité avec une force qui ne la laissait même plus penser, juste réagir à chaud. Elle entendait, malgré elle, les gémissements d'inconforts de celle auquel elle tenait, elle sentit lentement le feu dans sa poitrine continuer de gonfler, la rage remontant lentement pour faire face à son besoin de plaisir toujours plus intense, toujours plus fort... Elle avait besoin de sa Elise, elle en avait besoin plus que tout, qu'elle lui fasse connaître des sensations toujours plus forte, toujours plus vive, qu'elle soit celle qui vienne lui parler, la toucher, lui offrir le moindre de ses frissons, elle ne pouvait juste pas...

 -  Tu... Toi.. te.. tu aimes quand je te baise, Bel?... Je... t'aime! Faisons l'amour jusqu'à la fiiin des temps. 

Juste pas rester avec cette fausse Elise... Ce n'était pas elle, pas son Elise, pas celle avec qui elle voulait ressentir tout cela ! Les caresses, les douceurs, les coups de pilons endiablés entre ses cuisses, et cette sensation divine d'être remplie à chaque fois, ce n'était plus suffisant, pas assez, ces choses aussi proches et délicieuses qu'elles étaient, aussi humiliantes pour elle que pour sa si chère camarade, elle ne voulait plus qu'elles les touchent. Elise était à elle bon sang, à elle et elle seule. Alors qu'elle entendait encore le manque total de contrôle de sa belle et douce demoiselle, ses gémissements plaintifs alors que sa copie était en train de la maltraîtée, la rage vint pour une fois aller au delà de son plaisir actuel, et c'est avec une force soudaine, renouvellée, incompréhensible, que la main de Belphy se referma sur l'un des longs tentacules gélatineux du faux droîde, et qu'elle l'attira au sol avant... de l'écraser avec fracas, venant l'exploser au sol en une gerbes de petits morceaux gélatineux. La chose en face d'elle s'arrêta un instant, sûrement pour comprendre ce qu'il venait de se produire, mais c'est avec une rage rédoublée que la femme vint à soudainement la repoussée en arrière, l'obligeant à quitter son antre sensible en voltigeant dans la pièce, avant de s'écraser mollement contre le mur, avec un bruit tout simplement immonde de vieux contenu de pot de confiture se répandant contre le sol. Jamais, personne d'autre qu'elle n'allait profiter encore de SA Elise, et se déplaçant un peu, malhabile malgré tout elle vint à attraper K'leir, et fit un mouvement rapide vers son autre adversaire, tandis que la voix de la tronçonneuse résonna dans la pièce :

 -  Ah enfin, j'ai cru que tu t'en remettrais jamais !

Le coup qu'elle produit est d'une brutalité improbable, K'leir s'abattant sur sa reproduction gélatineuse avec le fracas du tonnerre, venant réduire en une multitudes de petits morceaux sa copie, pour finalement les faire voler dans toute la pièce, libérant enfin Elise qui, malheureusement, dut connaître une nouvelle fois la sensation désagréable de s'écraser au sol sans pouvoir se rattraper. Au moins elle avait chût sur le dos, pas tête la première, et tandis que Belphy expirait difficilement, cherchant finalement le calme dans le feu monstrueux qui dévorait son coeur, qui calcinait sa poitrine, cette jalousie monstrueuse qui l'avait rendu soudainement si forte, si prompt à la rébellion, elle ne put qu'observer le visage de sa belle et chère, aussi épuisée qu'elle, au sol. Elle était si belle. Derrière elle, la pseudo-Elise qui avait finit écrasée contre le mur commençait lentement à se reformée, et sûrement pas avec les meilleures intentions qui soit, mais alors que seul K'leir fut en capacité de le remarquer, il eut le droit à l'un des dédains les plus insultant du monde, car Belphy le jeta au loin sans le laisser proférer la moindre parole, le laissant tomber avec fracas auprès de son autre arme, Ter'er. Et sans même prévenir Elise, elle se jeta sur elle. Elle colla son corps contre le sien, se moquant que la gelée étrange couvrait encore leurs formes, se moquant que la sueur recouvrait leurs formes respectives, elle se jeta sur elle avec un désir qu'elle était incapable de maîtrisée, une de ses jambes venant frotter contre l'intimité d'Elise, et ses seins venant s'écraser contre les siens. Et tandis que son visage se trouvait juste au dessus de celui de cette merveilleuse femme aux cheveux violets, elle l'embrassa à pleine bouche, sans lui laisser le temps de prendre la moindre respiration. Elle prit ses lèvres, et sa langue, et ne chercha même pas à dissimuler tout ce qu'elle ressentait en cet instant, lui offrant un baiser aussi enfiévré qu'amoureux, ne faisant même plus attention à ces choses qui reprenaient lentement leur apparence, prête à se venger.
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox