banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Voyage d'affaires [Jenny Moriarty]  (Lu 2761 fois)
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Mai 01, 2016, 02:30:08 »

En venant à Novac, Jenny était aussi dans l’optique de fêter ses retrouvailles avec cette ancienne amie. Milwen et elle ont toujours été des bonnes partenaires commerciales, et ce depuis que Jenny, à l’époque, avait été convaincu des capacités de cette scientifique. Elle était l’une des rares personnalités à avoir accorder autant de confiance à la Baronne à ce moment-là, du moins suffisamment pour l’aider dans son projet. Forcément, une telle confiance créait des liens et c’était ainsi que les deux femmes étaient devenues amies. Pour autant, le temps et la distance avait un peu érodé cette relation, mais la Grande Sénatrice tenait plus que tout à son carnet, et à entretenir de bonnes relations avec chaque membre. Milwen était un cas particulier puisque Jenny éprouvait une affection très singulière pour elle. Une affection sincère, fluide, qui s’était matérialisée autrefois par son soutien sans faille durant sa maladie.

Aujourd’hui, elle renouait avec plaisir avec cette femme qui rayonnait. Belle, jeune, elle avait retrouvé le gout de la vie et des bonnes choses, et en faisait bien profiter Jenny. Notamment en lui offrant des retrouvailles de la manière la plus Tekhane qu’il soit. Ainsi, la politicienne se laissa tendrement faire plaquer au mur après avoir été rappelée à l’ordre, et captura-t-elle aussi hargneusement les lèvres de son amante. Elle savait comment faire avec elle, c’était comme si elle la connaissait par cœur. Elle soupira délicieusement contre elle, savourant tout autant le miellé des lèvres de la Baronne. La saveur unique et fruité de sa bouche … Saveur dont elle en raffolait toujours autant. Les baisers de Milwen étaient toujours très forts, très passionnés. Et c’était ça qui plaisait à Jenny ; cette énergie, cette passion ! Elle posa à son tour ses mains sur ses généreuses et douces hanches, finissant de savourer toute la douceur et le fruitée de ses lèvres, avant de se faire mordiller.

Finalement, la Baronne caressa ses cheveux et son nez se lova doucement contre le sien. Jenny adorait la douceur, quand c’était fait d’une certaine manière, avec certaine personne. Et là force était de constater qu’elle aimait beaucoup ces petites attentions. Son visage pratiquement collé au sien, elle déposa un petit baiser sur le bout de son nez. Puis à nouveau, elle plaqua tendrement ses lèvres contre les siennes, emportant Jenny dans un nouveau baiser qui la fit grimper toujours plus dans l’échelle du plaisir. C’était indéniable ; elle adorait l’embrasser. Jenny adorait énormément les baisers de Milwen, à un tel point qu’ils n’étaient pas très loin de concurrencer ceux de sa propre épouse ! Mais, il restait encore un peu de chemin. Elle ronronna, savourant corps et âme ces lèvres se pressant contre les siennes, et cette langue se fourrant hargneusement dans sa bouche. Elle joua avec elle, entortillant sa propre langue avec la sienne, échangeant dans de saveur et de salive avec. « Hmm … » Soupira Jenny, de pur plaisir.

Le baiser finit par se rompre toutefois, laissant une Jenny rêveuse, et souriante. Elle posa ses mains ses sur hanches et écouta ce qu’elle avait à lui dire. « Moi, je t’adore tout court Milwen. » Lui répondit Jenny, avec un petit clin d’œil. La Baronne sourit et s’écarta, tirant un peu son amante par la main pour l’extirper du mur. Mais elle la quitta complètement pour rejoindre le lit, et finit assez vite à quatre pattes au bord de celui-ci. Elle avait une vue imprenable sur sa croupe, sur sa généreuse et saillante croupe qui lui faisait terriblement envie. Elle s’en mordilla une lèvre, tout en s’approchant lentement, faisant résonner ses talons au sol. « Le sport t’as bien réussi ma chérie … Tu as un de ces séants … » Dit-elle en s’approchant de près, finissant par poser délicatement ses mains sur chacune de ses fesses. Jenny se mit à les peloter fermement, les malaxant avec une certaine poigne. « Très tendre en effet … » Dit-elle, avant de se pencher pour y déposer un grand et révérencieux baiser dessus. Elle se releva et asséna une petite claque légère, presque gentille.

Etant habillée complètement, Jenny allait vite se retrouver gêner si elle restait ainsi. Donc, avant de rejoindre sa belle amante dans son lit, elle décida de se dévêtir. Elle en profita alors pour offrir à Milwen un mini strip-tease, se déshabillant avec lenteur, et sensualité. Elle faisait glisser ses vêtements de cuir contre sa peau, le faisant crisser à chaque passage. Lentement, Jenny se retrouva nue, complètement, avec juste ses bottes à talons. Souriant malicieusement, elle vint à s’asseoir sur le rebord puis leva avec grâce sa première jambe, pliant la cheville, pour dézipper puis retirer sa botte. Elle en fit de même pour l’autre puis … « Me voilà toute prête pour toi trésor. » Lui dit-elle, une fois qu’elle fut entièrement nue.

Avec un petit sourire espiègle, Jenny posa une main sur son dos, le caressant d’un geste très délicat et attentionné, avant de lui faire signe de s’asseoir, sur le rebord du lit. Quand tout fut en place, la Grande Sénatrice vint à se placer à califourchon, posant son généreux popotin sur les cuisses de son amante, puis posa aussi ses mains sur ses épaules. « Montres-moi que tu sais toujours comment déguster une belle poitrine … » Lui avoua-t-elle, les joues un peu rouges, en lui offrant sa belle et harmonieuse poitrine sous son nez.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Mai 02, 2016, 08:54:06 »

Jenny et Milwën étaient ensemble, dans l’une des plus agréables chambres du Bâtiment MERCATEL. Rien de surprenant là-dedans, il s’agissait de Jenny, après tout. La Grande Sénatrice de Tekhos méritait bien quelques éloges, quelques considérations très particulières. Milwën était donc prête à lui offrir son corps, et le faisait, certes en considération de son statut, mais aussi en vertu de bien d’autres choses : sa beauté, son charisme, le fait qu’elle ait toujours choisi de la soutenir, leur amitié rampante et forte... Milwën ne se considérait pas comme une femme d’affaires cynique, raisonnant uniquement en fonction de ses propres intérêts. Avant toute autre chose, elle était une scientifique, et avait, en ce sens, des rêves typiquement scientifiques. La Baronne rêvait d’un monde meilleur, un monde plus juste, et croyait fermement en cette doctrine de l’élévation des consciences par la science. La science, pour elle, était le moteur de la civilisation humaine, et elle ne comprenait pas tous ces sceptiques, tous ces gens qui, en se réfugiant derrière leur foi ou leurs idéaux passéistes, critiquaient ça. Ces mêmes gens qui fustigeaient les nanomachines étaient les premiers à admettre que, en permettant de soigner les gens de maladies ou de blessures graves, les nanomachines étaient l’avenir. Ils invoquaient des choses contrenatures, des atteintes à la voie naturelle des choses, mais, si la science était possible, c’était bien parce que la Nature le permettait. Milwën ne faisait qu’exploiter les possibilités infinies offertes par le corps humain, les nanomachines ne faisaient que donner un petit boost. Non, la science ne travestissait pas la nature, elle l’utilisait pour l’améliorer. Refuser ce postulat de base était absurde, et c’était pour ça que Milwën appréciait, par-dessus toute autre chose, Jenny. La Grande Sénatrice partageait cette vision, cette vision d’une science absolue, où le rôle du politique n’était pas de vouloir limiter la science, mais de la soutenir.

Milwën était une scientifique, et, à ce titre, elle était particulièrement enjouée de voir le succès de ses inventions. La science lui avait rendu sa beauté, avait fait refleurir son corps, et la douce et belle fleur qu’était Milwën offrait maintenant ses pétales aux mains solides et curieuses de Jenny. La Grande Sénatrice alla ainsi palper son fessier, faisant soupirer la jeune femme, qui s’en mordilla doucement les lèvres, fermant les yeux, en laissant plusieurs soupirs s’échapper de ses tendres lèvres.

« Hmmm... Haaa, Jenny... »

Oh, qu’il était agréable de sentir des mains curieuses venir jouer sur vos fesses ! Les mains de la Novaquienne se crispèrent contre le lit, et elle continua à sentir les assauts digitaux de la femme sur sa croupe, glissant et appuyant dessus. Jenny était visiblement une superbe amante, et, à vrai dire, on n’en attendait pas moins de celle dont le but était de diriger, politiquement, une nation remplie de femmes perverses. Jenny palpa son fessier pendant de multiples secondes, avant de finir par s’écarter, et, sous les yeux de Milwën, s’empressa de se déshabiller... Du moins, « s’empressa », car, en réalité, elle opta pour faire quelques déhanchés sexy en tirant sur ses délicieux vêtements en cuir, les retirant avec une lenteur savamment calculée, destinée à exciter la belle Novaquienne.

« Oh, tu es vraiment belle, ma chérie... »

Ce compliment n’était nullement destiné à la pure flatterie. Jenny avait encore sa carrure de militaire, donnant ainsi à son corps, outre des courbes élégantes, quelques muscles qui la mettaient davantage en valeur. C’était une femme bien charpentée, qui devait très certainement être solide au lit... De quoi émoustiller la belle scientifique, qui la vit se déshabiller intégralement, jusqu’à retirer ses bottes en allant sur leur grand lit.

Se laissant docilement faire, et étrangement excitée par ce moment, Milwën se retrouva couchée sur le lit, avec la Grande Sénatrice assise à califourchon sur elle, lui offrant sa généreuse poitrine.

« Hum... »

Elle sourit donc, et se redressa alors, posant ses mains sur le haut du dos de la femme, s’en servant pour se hisser... Et alla sucer l’un de ses généreux seins, mordillant rapidement le téton, tirant dessus, avant d’aller y déposer quelques baisers supplémentaires, en guise de doucereuses offrandes.

« Ouii... Tu as une poitrine magnifique, Jenny... »

Milwën allait adorer la parcourir avec ses lèvres...

Ce qu’elle se mit d’ailleurs à faire !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Juin 06, 2016, 03:26:48 »

Jenny adorait tout simplement faire l’amour à Milwen. Pour autant, les deux femmes n’avaient pas beaucoup eu l’occasion de le faire. Sans doute que chacune avait des occupations des plus préoccupantes. Toutes les deux dirigeaient un pays, cela avait de quoi les retenir. Mais, quand elles se retrouvaient, c’était toujours de bonnes retrouvailles. Comme exactement à ce moment-là, où naturellement à Tekhos, elles fêtaient cela de la plus commune des manières. Ce qui expliquait pourquoi Jenny se retrouvait ainsi, assise sur les douces cuisses de Milwen en train de se faire flatter la poitrine par celle-ci. Milwen donnait de savoureux coups de langue dessus, et ponctuait son traitement de délicieux mordillements.

« Haa … Régales-toi ma chérie … » Lui souffla Jenny de sa voix sensuelle, penchant son regard vers son amie. Elle se délectait de sa poitrine, et plus elle s’en occupait, plus Jenny durcissait. Ses petites pointes toute rose se durcissaient à vue d’œil, et chaque coup de langue, ou morsure dessus, procurait un bien fou à la Sénatrice qui pencha sa tête en arrière, en se mordillant la lèvre. Elle adorait qu’on s’occupe ainsi de ses seins. Une telle dextérité et savoir-faire, il n’y avait que Milwen et Hegeria qui le possédait ! Et Jenny en savourait tout le gout. Se laissant ainsi faire, elle passa ses mains dans la belle chevelure de son amante, crispant ses doigts dedans. Elle pressa doucement sa tête contre elle, l’incitant à lui dévorer la poitrine pour encore un petit bout de temps.

Mais, à mesure que le plaisir montait, Jenny désirait à son tour gouter au corps de son amie. Ce fut pour cette raison qu’à un moment, une fois que sa poitrine était toute luisante par la salive de Milwen, elle posa ses mains sur ses épaules puis la poussa doucement, l’allongeant sur le lit. Jenny l’accompagna dans sa descente, finissant à califourchon sur elle. « Honte à moi, j’avais oublié à quel point tu étais … Belle, Milwen. » Lui déclara-t-elle en souriant. Jenny posa délicatement ses mains sur la généreuse poitrine de la femme, se mettant à les masser lentement. Ses petits doigts allèrent pincer ses pointes, en un mouvement des plus taquins. Regardant intensément sa partenaire, Jenny finit par prendre appui et se pencha, venant approcher son visage du sien. Ce fut une fois que son visage était presque collé au sien, que son souffle se mélangeait au sien, qu’elle fit les derniers centimètres, scellant ses lèvres aux siennes dans un baiser doux et très lent …

« Hmmm … » Gémit-elle alors, plongeant sensuellement sa langue entre ses lèvres, désirant visiblement inviter celle de Milwen à faire un petit tango.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Juin 07, 2016, 09:31:55 »

Jenny et Milwën allaient faire l’amour, dans la plus pure tradition tekhane. Deux beautés, deux femmes, puissantes et fortes, qui allaient joyeusement s’unir, l’une contre l’autre. La Baronne savait qu’elle jurait avec sa tenue. Sous bien des aspects, son armure légère ressemblait plus à une tenue ashnardienne qu’à une tenue tekhane, mais elle avait pour effet de marquer sa singularité, et, surtout, de magnifier sa beauté et ses formes. Très belle, la jeune femme embrassait et suçait les gros seins de Jenny, sa poitrine douce et agréable. Elle était chaude et moelleuse, et les tétons durcissaient quand la Baronne venait les mordiller, tirant dessus, les malaxant. Elle satisfaisait ainsi la Grande Sénatrice, jusqu’à ce que cette dernière vienne inverser les rôles.

Milwën se retrouva ainsi sur son grand lit, avec la femme au-dessus d’elle, de multiples frissons résonnant dans son corps.

« Haaa... Jenny... »

En soupirant lentement, elle sentit la femme passer à l’assaut, malaxant à son tour ses seins, écartant les quelques pièces d’armure dans des cliquètements métalliques pour pouvoir y accéder. Milwën avait une poitrine très agréable, et, là, sous l’effet de l’excitation, ses seins étaient bien durs, les tétons pointant fièrement devant elle. Se mordillant les lèvres, elle remuait lentement sur le lit, faisant doucement craquer ce dernier, tout en soupirant et en gémissant de plaisir.

« Hmmmm... Jenny, hmmmm... »

Les mains fermes de Jenny illustraient sa carrure d’ancienne militaire. Elles massaient fermement et solidement ses doux seins, la faisant joyeusement soupirer, faisant frémir tout son organisme. Clignant des yeux à plusieurs reprises, elle vit alors le visage de la Grande Sénatrice s’approcher du sien. Elle était belle et forte, et, au-delà du plaisir du moment, il fallait bien admettre que coucher avec la plus puissante femme de Tekhos était grisant, particulièrement excitant. Certes, elle ne pensait vraiment pas que Jenny avait l’expérience sexuelle d’une nonne, mais c’était tout de même agréable de faire l’amour avec une femme qui soit à la fois belle et puissante.

Elles s’embrassèrent donc, et, pendant ce temps, Milwën posa une main sur la nuque de la femme, s’y appuyant, et posa l’autre sur la courbe de ses fesses, crispant ses doigts dessus. Elles s’embrassèrent ainsi, la langue de Milwën venant jouer avec celle de la femme, et, pendant de nombreuses secondes, les femmes ne firent rien de plus que s’embrasser, ensemble, tendrement, avec un désir mutuel.

« Hmmmm... »

Le baiser se poursuivait, s’étalant délicieusement dans la durée, les doigts de Milwën se crispant sur la nuque de la femme. Yeux clos, elle savourait les magnifiques lèvres de la femme.

« Ce que tes lèvres sont bonnes... Hmmm... »

Milwën lui sourit à nouveau, son cœur bondissant joyeusement dans sa poitrine, plein d’envie et d’excitation.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Juillet 20, 2016, 05:51:54 »

Le baiser entre les deux femmes s’éternisa. En même temps, pour deux femmes extrêmement puissantes, qui faisaient la pluie et le beau temps en ces contrées, elles pouvaient se permettre de prendre le temps qu’elles désiraient. Ainsi donc elles s’embrassèrent langoureusement, les langues se faisant littéralement l’amour entre elles. Milwën, la fougueuse scientifique et baronne de Novac posa une main sur sa nuque, et une main dans son dos, qui alla se glisser jusqu’à la frontière de ses belles fesses. Quant à Jenny, elle n’en démordait guère et continua à peloter la douce et généreuse poitrine de son amante, alors qu’elle continuait de soutenir le baiser avec elle. C’était que ses lèvres étaient si délicieuses, si agréables, c’était presque impossible de s’en séparer. Elles étaient douces et délicieuses, exactement comme Jenny les aimait.

Toutefois, il finit par se rompre à un moment donné, et les visages des deux femmes restèrent très proches l’un de l’autre, alors que les deux femmes se sourirent. « Les tiennes aussi je dois l’avouer. » Répondit Jenny, passant très sensuellement son index sur le bout des lèvres de Milwën. Elle la caressait tout simplement, avant de venir déplacer sa main sur sa joue. « Et il faudra absolument que tu me donnes ton secret pour en avoir de si douces … » Ajouta Jenny d’un air curieux, désirant flatter son amie mais, aussi, connaitre son secret. Jenny restait une femme aimant prendre soin d’elle, surtout depuis qu’elle était une sénatrice, encore plus depuis qu’elle était la grande sénatrice. Les apparences comptaient pour beaucoup, et Jenny s’y était adaptée très rapidement, devenant soignée voire même coquette.

Le baiser terminé, Jenny se redressa un peu tout en sentant les mains de son amante se conserver sur sa croupe. Ses propres mains continuèrent à masser la tendre poitrine de Milwën, alors qu’elle la dévorait d’un regard des plus désireux. Elle avait bien des idées qui lui traversait l’esprit à ce moment-là. Elle voulait faire tant de choses à cette femme. Mais, chaque chose avait son temps. La grande sénatrice se régala en pelotant sa poitrine durant un moment, mais finit par s’abattre de nouveau, approchant son visage de ces ceux merveilleux monts. Ses lèvres s’apposèrent tendrement sur l’un d’entre eux, embrassant l’extrême douceur de celui-ci. « Hmm … » Ronronna-t-elle, alors que sa bouche apposa plusieurs baisers, doux et sensuels. Sa langue donnait de petits coups pour la lécher, et son autre main continuait de pétrir sa sœur jumelle. Cette mamelle était d’une douceur et d’un délice auquel Jenny avait rarement goûté. Elle savait que Milwën était une femme unique, mais à ce point … Ca en devenait troublant.

Mais il en fallait plus pour la déstabiliser. L’ancienne militaire continua son labeur et embrassa puis lécha encore. Ses lèvres finirent toutefois par s’éprendre d’affection pour ce téton érigé et dur, qu’elle taquina de multiples coups de langues, avant de tout simplement se mettre à le sucer, avec délicatesse. Finalement, elle déplaça sa main libre le long de son langoureux corps, venant tout doucement glisser vers le bas. Elle se débrouilla pour la faufiler par-dessous la pièce métallique Ashnardienne que portait son amie, et se mit alors à gentiment la taquiner par ici … Ses petits doigts malins se mettant à papillonner à l’orée de sa féminité. Une chose était sûre ; Jenny adorait toujours autant faire l’amour à Milwën.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Juillet 22, 2016, 01:21:28 »

Ensemble, les deux puissantes femmes continuaient à doucement s’unir. Allongée sous Jenny, Milwën avait l’immense honneur de coucher avec elle. C’était un honneur, oui, autant qu’un très grand plaisir, car cette femme était assurément une créature d’exception. Elle sentit ainsi les mains de Jenny venir palper ses seins, les caressant, les empoignant, non sans une certaine fermeté, et venant y apposer ses lèvres. Tout en elle, dans son attitude sexuelle, trahissait l’ancienne militaire, et c’était vraiment avec la plus grande des satisfactions que Milwën s’amusait à caresser les hanches, le dos, et les fesses de cette femme, sentant sa force, sa fermeté, sa musculature, le tout nacré dans une forte douceur. Oui, cette femme avait vraiment tout pour plaire, et, tout en jouant avec ses seins, elle ne tarda pas à approcher l’une de ses mains de son bassin, glissant ses doigts sous sa ceinture métallique.

« Haaaa... »

Milwën avait toujours été empreinte d’une beauté ashnardienne, une beauté militaire, un peu sauvage, sensuelle, et très érotique. Une beauté qui s’éloignait des canons de beauté tekhan, pour qui le corps devait se marier dans des combinaisons moulantes, brillantes ou vives. À sa manière, elle était donc, elle aussi, une beauté militaire, comme Jenny, femme qui, avec son œil cybernétique, était vraiment superbe. L’une des mains de la Baronne remonta pour caresser les cheveux de la femme, et, tandis qu’elle sentait les doigts de Jenny se glisser dans son antre, elle alla l’embrasser sur les lèvres, pressant son corps contre le sien.

Leurs jambes se caressèrent, et, soudain, Milwën donna des coups de reins, et renversa la Sénatrice. Elle se redressa alors, et, à califourchon, lui sourit, une lueur de désir brûlant dans le firmament de ses yeux. Oh oui, ce qu’elle pouvait aimer ça ! On disait souvent que les scientifiques, à force de ne faire que réfléchir, en oubliaient les plaisirs simples du corps... Mais, pour Milwën, qui avait passé de nombreuses années avec un corps endommagé, elle revivait une seconde jeunesse, et le sexe était, pour elle, le meilleur moyen d’honorer son nouveau corps. Avec un sourire ravi, elle retira donc les ultimes éléments d’armure sur son corps, les jetant sur le sol.

« Je crois que nous n’avons plus besoins de nos vêtements, Jenny... Et je veux sentir ta peau contre la mienne, je veux sentir nos corps claquer ensemble... »

Une autre conséquence de ses années de chimiothérapie. Sa peau s’était flétrie, craquelée, comme celle d’une vieille fleur en train de pourrir. Alors, quand les Gen avaient réparé son organisme, elle avait à nouveau pu se caresser sans honte... Et, en réalité, elle adorait qu’on caresse son corps, qu’on palpe sa peau, qu’on l’embrasse, qu’elle soit douce, chaude, et accueillante... C’était une manière d’honorer sa renaissance, de la rendre fière et heureuse de ce que la technologie avait pu faire d’elle. Alors, par conséquent, s’emmurer dans des tenues moulantes, ce n’était franchement pas pour elle.

Elle se pencha donc à nouveau vers Jenny, et l’embrassa, fourrant sa langue dans sa bouche, et, ensuite, ce fut à son tour de s’attaquer aux seins de la femme. Sa bouche s’apposa sur l’un de ses seins, suçotant le téton, et, avec son autre main, elle alla le pincer, tirant délicatement dessus, tout en se frottant contre elle, son attitude trahissant le désir intense qu’elle ressentait en ce moment.

« Hmmm... Jenny, haaaa... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox