banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Il faut venir voter maintenant !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Bride of Tekhos [Valimenstrué... ée... é...et puis merde !]  (Lu 1695 fois)
Hegeria Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« le: Février 26, 2016, 01:21:52 »

IDENTITÉ



   
♠ Nom & Prénom : Hegeria Moriarty
   ♠ Sexe : Masculin. Si si.
   ♠ Race & Âge : Humaine naturalisée tekhane, 256 ans.
   ♠ Métier : Prétendument oisive | Mécène
   ♠ Orientation sexuelle : Homosexuelle.
   ♠ Expérience sexuelle : Immense.


PHYSIQUE



- Vous allez encore être en retard, maîtresse Hegeria.

Debout à côté du lit monumental qui ornait la chambre, Amalia gardait sa main droite derrière le dos. La gauche, elle, tenait un plateau d'argent sur lequel reposait une flûte d'un excellent champagne dont les bulles pétillaient paresseusement. En bonne gouvernante, la rouquine se tenait prête à aider l'une des maîtresses de maison qui pour le moment ravageait les étagères de son dressing-room en se plaignant soit des association de couleurs soit de ne pas avoir les chaussures qui accompagneraient parfaitement la tenue qu'elle avait choisi avant de se raviser. Ce petit manège, quasi-systématique lorsque Hegeria devait sortir dans d'importantes soirées afin d'y accompagner Jenny (ou parfois simplement la représenter quand les activités du sénat ne lui laissaient pas le loisir d'avoir du temps libre), amusait beaucoup la jolie Amalia. Cela lui permettait toujours de détailler à loisir le corps sculptural de sa maîtresse, qui sortait d'ailleurs tout à fait nue de la pièce où s'entassaient ses montagnes de vêtements. Lady Moriarty vint attraper la flûte, libérant ainsi la bonne de sa tâche et tandis qu'Hegeria buvait en pestant, sa gouvernante l'admirait en silence en se mordillant la lèvre, regrettant de ne pas avoir elle aussi un grand cru sur les papilles pour accompagner le spectacle.

Un mètre soixante-dix de luxure sous forme humaine. De loin, la silhouette de la compagne de la grande sénatrice de Tekhos donnait le ton et attirait immanquablement les regards. Amalia avait du mal à dire ce qu'on embrassait en premier lieu : étaient-ce ces seins opulents et fermes dont le galbe charnel défiait âge et gravité lors des oscillations, des mouvements de buste ? On pensait à de la chirurgie -on y pensait toujours. Et pourtant, celles qui avaient la chance de mettre la main sur ces chairs tendues et moelleuses découvraient un toucher tout à fait naturel, qui expliquait les mouvements des deux beaux fruits dans les hauts un peu larges ou encore l'écrasement dans les paumes qui parvenaient à obtenir le luxe de se poser là. Amalia adorait surtout les tétons de sa maîtresse, qui se dressaient au moindre prétexte sur ses jolies aréoles brunâtres.

Les yeux se posaient aussi sur les hanches d'Hegeria avec délice. Larges, accueillantes. Parfaites lorsqu'elles roulaient au fil des pas félins et provocateurs qui avaient sculptés cette chute de reins démoniaque. Ce cul bombé et arrogant, qui trouvait tout son intérêt à être souligné par un string, Hegeria en était fière et savait parfaitement le mettre en valeur. Dans ses vêtements bien sûr mais également dans ses attitudes et autres perpétuelles provocations sensuelles. Une putain aux lignes insolentes, au ventre plat dont les abdominaux étaient délicieusement soulignés par un trait issu des efforts quotidien d'Hegeria pour plaire à sa précieuse Jenny, qui n'aimait les ventres sans relief.
Celui d'Hegeria annonçait étonnamment autre chose qu'un sexe, qu'il fut féminin ou masculin : en effet, elle ne possédait là qu'une sorte de tatouage qu'Amalia ne s'expliquait pas mais qui pour autant ne l'enlaidissait pas. Et qui devait avoir son intérêt, si on considérait les hurlements de plaisir et les gémissements de Jenny... Quelle chance avait la Grande Sénatrice, décidément !

- La robe noire.

Amalia revint à la réalité et s'aperçut que son regard était planté sur les cuisses fuselées d'Hegeria. Elle releva rapidement la tête et découvrit d'abord l'éternel sourire insolent de sa maîtresse qui avait étiré doucement ses lèvres pulpeuses serties d'un léger gloss, puis les émeraudes à l'éclat scintillant qui lui servait d'yeux. Si Hegeria était belle ? Absolument. Des traits fins et délicats associés à un regard de braise, un visage charmant au nez juste un peu relevé... Le tout cerné par les mèches volages de sa chevelure courte. A tomber !
La gouvernante bafouilla un mot d'excuse et fila dans la garde-robe afin d'en ramener le vêtement demandé.
Sa maîtresse variait les styles (du tout au tout parfois, ce qui avait de quoi surprendre) mais appréciait de temps à autre les choses simples comme la robe d'un noir de jais qu'elle l'aidait à enfiler et fermer. Fendue des deux côtés, elle dévoilait les jambes d'Hegeria s'ouvrait profondément sur sa poitrine... Cela plairait à Jenny, bien qu'il s'agissait là de tissu simple. Hegeria ne détestait pas le vinyl et le latex, qui composaient pour beaucoup ses vêtements comme c'était le cas pour sa femme, mais elle appréciait contraster avec cette dernière et la surprendre. Et la paire de talons aiguilles qu'elle se choisit dans la foulée, qui la perchait de quelques centimètres de plus et qui allait accentuer le balancement sulfureux de sa croupe, saurait l'excuser de la présence du tissu. Une provocation en soi, qu'il faudrait punir.

Hegeria sourit pour elle-même à cette pensée, jetant un boa blanc sur ses épaules. Il lui tardait de retrouver la femme qu'elle aimait, lâchée sans elle dans l'arène aux fauves qu'était une soirée mondaine tekhane de haute volée.
Quelques minutes plus tard, la belle avait déposé son délicieux cul dans la limousine noire qui quittait la demeure conjuguale pour s'enfoncer vers le coeur de Tekhos.


PERSONNALITÉ


Ce soir encore, il allait falloir montrer à Tekhos tout entier combien Jenny était bien entourée ; expliquer sans dire un mot pourquoi la femme la plus puissante de Tekhos avait choisi de s'unir à celle qui était une parfaite inconnue aux yeux du monde plutôt qu'à une femme "de son standing". Les premières fois avaient été les plus délectables, les plus jouissives. Quand la Grande Sénatrice l'avait introduite dans son monde social, Hegeria savait qu'on l'attendrait au tournant pour la bouffer tout cru. Les hautes sphères sociales comptaient leur lot de vipères, de prédatrices impitoyables. Souriantes à l'endroit, elles n'attendaient que le premier faux-pas de Jenny Moriarty pour la lapider, la déchirer. Alors bien sûr, on avait rapidement pensé que sa compagne serait une faille à exploiter et on s'était jeté sur elle comme des vautours sur une carcasse délaissée par les lions.
Et Hegeria s'était beaucoup amusée.

Elle avait longuement discuté avec Jenny avant tout ça, réduisant son discours final à une seule phrase qu'elle lui avait même envoyé en texto le soir de leur première sortie officielle : "Laisse les venir et fais moi confiance". Et Jenny l'avait écoutée, parce que Jenny savait que sa femme avait un esprit riche et particulièrement aiguisé. Un verbe plus aiguisé qu'un scalpel, une volonté qu'on ne pouvait pas plier, une langue superbement agile (et pour ça, la belle Sénatrice en savait quelque chose !) et une réactivité orale diabolique. Hegeria Moriarty n'avait rien d'un gibier mais se plaçait sans mal au niveau des prédateurs les plus vicieux, semblable à un reptile pernicieux et efficace. Comme un cobra, la belle hypnotisait, endormait et frappait violemment. Elle enfonçait ses crochets gorgés de venin et se délectait de l'agonie. Mauvaise ? Non. Pas systématiquement, loin de là. Simplement peu déterminée à se laisser marcher dessus, quitte à être implacable dès les premières secondes. Hegeria était une dominante plus qu'assumée, à la ville comme dans les draps. Il fallait que ça se sache.

Se résumait-elle simplement à cela ? Jenny entre tous savait bien que non. Sa femme était une personne aimable et charmante lorsqu'elle s'en donnait la peine, ce qui contrastait souvent avec son air affiché de salope sophistiqué et matérialiste. Attentive et patiente, Hegeria savait parfaitement écouter et s'adapter tant à ses interlocuteurs qu'aux situations rencontrées. La clé du succès résidait d'après elle en une certaine flexibilité qui lui avait valu de lier quelques relations lui permettant de soutenir Jenny.
L'un de ses buts principaux était bien celui-là : servir la cause de sa femme, la porter haut et s'assurer qu'elle ne chute pas, qu'on ne la poignarde pas dans le dos. Pour beaucoup, Hegeria n'était qu'une bourgeoise dépensière aux manières lubriques et ostentatoires (c'était surtout sur cet aspect qu'on l'attaquait) mais cette image biaisée lui permettait d'attaquer à son tour, à surprendre. Jenny comptait sur elle et Hegeria le savait parfaitement. Elle se devait d'être forte pour elle et le temps avait fait de la sulfureuse brune un roc inébranlable qui ne s'écroulerait pas de si tôt.

Rien ne comptait plus que Jenny pour Hegeria. Ses passions sexuelles, ses vices et ses envies, elle les lui dédiait souvent bien que le couple ne cachait aucunement ses amours libertines. Parfois, l'une d'elle rentrait et découvrait l'autre en bonne compagnie... Ce qui ne procurait qu'un frisson d'excitation supplémentaire dans l'affaire. L'amour qui les liait était sincère, d'une certaine façon pur. Elles consituaient un couple solide, pouvant faire face à tout.
Et pourtant, Hegeria lui cachait des choses. Certaines activités dédiées à la gloire de Jenny, à aider son travail. Dans l'ombre, les mains dans le sang si il le fallait. Elle s'était constitué un petit réseau qu'elle manipulait avec des précautions infinies pour qu'on ne remonte pas jusqu'à elle, usant pour ceci de sa redoutable intelligence et des ressources parallèles qu'elle avait constitué avec patience au fil du temps. Tekhos savait sa Grande Sénatrice bien appuyée et protégée mais ignorait -comme elle- que la vérité était encore plus redoutable... Et qu'Hegeria la conserverait longtemps dans le secret le plus absolu.


HISTOIRE

Tout cela avait débuté loin de Tekhos et bien des années avant la naissance de Jenny. Elle connaissait l'histoire, bien qu'elle n'y avait que difficilement cru les premiers temps. Repenser à ses questions dubitatives amusait Hegeria encore aujourd'hui quand ces souvenirs lui revenaient à l'esprit pour une raison quelconque. Parfois, elle se replongeait dans toute l'histoire et remontait le cours de sa vie. Et celle-çi n'avait rien de très ordinaire...

♠ Chapitre I - Le garçon

Lucian Mercurius III vit le jour quelque part dans un petit comté administré par Ashnard quelques 156 années avant notre ère. Second dans l'ordre de succession, ce garçon au caractère froid et tranché se révéla bien vite avoir des crocs prêts à déchirer le monde. Dès qu'il fut en mesure de saisir même vaguement les premiers intérêts politiques à devenir seul héritier de son père, Lucian mit tout en oeuvre pour se débarasser de son frère aîné. Les lois impériales ne l'en empêchaient nullement et les parents des garçonnets, pensant qu'il s'agissait là d'une saine rivalité qui forgerait les caractères de leurs enfants, les encouragèrent en les faisant former de façon tout à fait différente. Si Richard (l'aîné, donc) reçu un entraînement particulièrement complet à l'épée, à Lucian revint la fastidieuse étude des arts magiques dans laquelle il se plongea avec application. Physiquement plus faible que son frère, il ne pouvait espérer le défaire dans une lutte armée et estimait qu'un sort ou deux suffirait bien à lui faire son affaire une fois le temps venu.

Ainsi se passa l'enfance de Lucian. Le plus clair de son temps enfermé dans la tour du château familial qui lui était dédiée, il sortait peu et apprenait beaucoup. Ses seuls compagnons étaient les mages et sorciers qui lui servaient de précepteurs, qui complétaient les connaissances des ouvrages magiques que sa mère lui obtenait parfois à grands frais. Avant qu'il ne s'en rende compte, Lucian avait développé une faim dévorante pour l'étude des sujets approchant de près ou de loin la magie. Chaque point le passionnait, chaque arcane trouvait chez lui une attention particulière. Il se penchait sur les runes, les transmissions orales, les variations autour du combat, l'élaboration de potions et autres enchantements...

Sans jamais s'arrêter, Lucian se coupa du monde peu à peu. Sa peau, ne prenant jamais le soleil, prit une teinte d'albâtre. Sa chevelure se décolora en réponse à l'air saturé d'effluves gonflées magiquement qui hantaient sa tour depuis son laboratoire. Le jeune homme s'amaigrit drastiquement et la beauté qu'il aurait pu développer à l'arrivée de la puberté en vint à s'évanouir peu-à-peu à tel point qu'il en effraya sa mère, seule personne qui l'avait jusque là supporté.

Cruelle, elle en vint à le railler durement après avoir fichu en l'air une bonne partie de sa bibliothèque. Elle ne comptait plus reconnaître cet être presque spectral et inconnu comme son fils, s'apprêtant à mettre en avant le beau Richard.
Ce qu'elle ignorait, c'était qu'elle représentait pour Lucian une sorte d'idéal féminin. Et le sorcier ne comptait assurément pas laisser passer l'humiliation qui venait de lui brûler le coeur...

♠ Chapitre II - Un festin pour les corbeaux

Avec les années d'isolement, les gens avaient presque oublié l'existence de Lucian. Sa mère ne l'approvisionnait plus en grimoires et parchemins, ayant même fini par arrêter de payer des précepteurs du jour au lendemain. En tant qu'Ashnardienne de souche, elle estimait que cette petite torture était bien méritée. Après tout, son cadet avait perdu tout cachet et intérêt à ses yeux, d'autant que la mère incestueuse avait jeté son dévolu sur Richard depuis un moment. Le laideron malingre ne pouvait que la révulser, sans compter que la compétition fraternelle n'avait plus cours : elle avait choisi de mettre en avant l'un de ses fils et avait poussé son mari à en faire autant. Ainsi, Richard assurait d'ors et déjà officiellement la succession du comté, visant même l'intégration à la cour impériale. Un joli programme que Lucian allait mettre en péril en revenant.

Ce qu'il fit sans prévenir. Usant de sorts et de potions, il recouvra une forme éclatante et un aspect convenable mais décida de conserver la couleur particulière de ses cheveux et du grain de sa peau comme une sorte de carte de visite. Enfui de sa tour (le terme étant bien relatif, il n'y résidait que parce qu'il le voulait bien et pouvait de toute façon la quitter avec aisance en lançant une téléportation), Lucian avait prit le temps de se refaire une garde-robe et de découvrir la chaleur des cuisses d'une femme avant de revenir au château lors d'une soirée bien précise : celle du banquet qui devait introniser Richard comte à la place de son père, personnage vieillisant et de toute façon empoisonné à petit feu par sa femme qui s'amusait à hâter la succession de son fils adoré.
Lucian avait longuement médité son plan et l'oubli dans lequel il avait été plongé lui avait permit de mettre tout à exécution sans accroc.

Autant dire qu'il fit sensation, ce soir là en rentrant dans la salle où se déroulait la cérémonie. Nombre de notables étaient présents au moment où Richard s'apprêtait à signer les documents lui faisant remplacer son père. Au passage de Lucian, les portes de la grande salle s'ouvrirent à la volée et laissèrent passer sa silhouette désormais empreinte de majesté. Elégant et séduisant, le magicien avança dans la rangée centrale en conquérant, reconnu à rebours par sa mère qui semblait ne pas croire la transformation. Son second fils était si agréable à l'oeil, si puissant, si... excitant... Richard paraissait même faire pâle figure. Instantanément sur la défensive, il dégaina son épée et en menaçant Lucian, qu'il reconnu publiquement. Ce que le sorcier attendait !

Sur un ordre de Richard, les gardes se jetèrent sur Lucian pour l'abattre. Ils ne firent pas le poids face à ses pouvoirs, se retrouvant écrasés contre les murs de pierre ou sur le sol pour y finir en une flaque carmin. Ces morts brutales secouèrent l'assemblée présente qui tenta bien de s'enfuir, rapidement coupée dans son élan par les talents de Lucian qui verrouilla toutes les issues d'un mouvement de main. L'aîné, sûr de ses talents de bretteur, saisit ce flottement pour charger son frère... Qui le tua en faisant s'animer les épées des gardes tués précédemment. Epinglé par l'acier des gens sensés le défendre, Richard laissa la voie libre à Lucian qui put s'emparer de la succession légitime comme de sa mère, qu'il viola sans vergogne sur le cadavre de son propre fils après qu'elle eut tranché la gorge du père pour montrer à Lucian son allégeance.

Une scène digne d'Ashnard, sans point douter ! La mère incestueuse montée de force par l'enfant qu'elle avait délaissé, le tout sur le corps encore chaud du second fils tué par son frère avant que le père ne meurt à son tour... Sous les yeux d'une assistance médusée, qui n'avait pu quitter la salle. Sous la menace d'un Lucian flamboyant de puissance, les invités de la soirée furent contraints de se livrer à la plus débridées des orgies pendant que le nouveau comte Mercurius ordonnait aux gardes restants du château de couper la tête de Richard et de leur père pour les empaler sur les murailles en guise d'avertissement. Leurs corps furent livrés aux corbeaux dans la cour même. En récompense de leur diligence, les gardes reçurent lady Mercurius elle-même, la noble dame livrée à la soldatesque comme la plus négligeable des putains afin d'y être souillée sans relâche.

Cela ne cessa pas pour autant. La nuit terrible continua conformément au plan de Lucian qui, aidé des gardes, sacrifia les convives lors d'un rituel particulièrement sanglant de magie noire. Lui qui avait vécu reclus avait eu le temps d'étudier nombres d'arts magiques et ce dans tous les domaines, aussi convoquer un démon fut presque une formalité. Ivre de pouvoir et de gloire, le vainqueur de la joute familiale parvint à faire jaillir de l'Enfer une entité sensée lui conférer davantage de puissance. Sûr de son fait, Lucian tenta de contraindre la diablesse ainsi apparue à l'obéissance.
Ce fut là l'erreur la plus sérieuse qu'il ne commit jamais.

♠ Chapitre III - Sinful bitch

La diablesse joua un moment le jeu, faisant croire à Lucian qu'il la dominait totalement par la puissance de ses sorts. L'homme s'en gaussa et entreprit une profonde refonte de la région dont il avait prit le contrôle grâce à son crime fratricide. Exposant la démone comme un trophée servile, il se livra aux pires exactions sur les villageois, paysans et nobles de moindre importance que lui tout en humiliant la fille des enfers qu'il croyait tenir fermement en laisse. Le manège dura près de deux ans, jusqu'à que ce que la prétendue captive ne décide de changer les règles du jeu.

Se libérant sans mal des liens magiques que Lucian avait tissé en pensant qu'ils étaient les meilleurs possibles, elle se retourna contre lui et ils livrèrent une terrible bataille magique qui ravagea une partie de la région, l'homme se dévoilant à la démone comme un sorcier plus puissant qu'elle ne l'avait elle-même estimé. Elle remporta néanmoins le combat et mit à genoux Lucian, qu'elle condamna à un sort terrible. Le transformant en une femme au corps destiné à attiser toutes les envies de luxure et de vice, la diablesse l'humilia avant de l'entraîner vers les plus profonds cercles infernaux pour le punir d'une façon étonnante.

Lucian, qui perdit alors son identité au profit du seul sobriquet d'"Hellwhore", avait défié la mauvaise entité et accumulé les erreurs sans le savoir, comme elle le lui expliqua. Plusieurs familles dévastées par les manigances de l'héritier des Mercurius étaient liées à des démons supérieurs qui ne pouvaient laisser passer l'outrage. De plus, la propre mère de Lucian était à moitié démoniaque (certes, ça n'en faisait qu'un déchet dans les Enfers, mais tous les prétextes étaient alors bon à prendre) et cela avait été faire affront aux démons dans leur ensemble que de lui réserver le sort qui avait été le sien. Insulte ultime, Lucian avait cherché à se placer plus haut qu'il ne l'aurait mérité en domptant une démonde de haut-rang sans en avoir les compétences réelles. Tout s'était donc retourné contre lui jusqu'à cette terrible issue, son châtiment ne lui étant dévoilé qu'une fois à la bordure du premier des cercles infernaux.

"Tu n'as qu'une chose à accomplir, petite pute. Rejoins moi au centre des Enfers après en avoir traversé tous les cercles. Si tu parviens jusqu'à moi, je te renverrai sur Terra."

Il était évident que la chose ne serait pas aisée, mais Lucian n'avait pas encore idée d'à quel point il était en fait à côté de la plaque. Alors que la diablesse fit apparaitre à son cou un collier, elle lui expliqua que cela lui permettrait de survivre à tout ce qui pourrait lui arriver dans le Très-Bas. Et aussi que ce collier le -enfin la, dorénavant- désignait comme une Hellwhore, une putain infernale qui allait attirer absolument tout ce qui était capable de la baiser tout en lui ôtant ses pouvoirs magiques. La traversée des Enfers, lui promit la diablesse, ne serait en fait qu'un viol perpétuel... Et elle disparu là-dessus dans un claquement sec et un dégagement de fumée, laissant planer dans l'air la fin d'un rire sardonique qui résonna longtemps dans les oreilles de l'Hellwhore.

Lucian ne se laissa pas abattre, pas au début du moins. Résolu à sortir des Enfers, il se mit en branle tout en découvrant son nouveau corps de femme et entreprit la traversée des territoires de soufre, s'aperçevant bien vite du pouvoir d'attraction que le collier possédait en tombant dans les pattes d'une armée de gobelins maléfiques qui lui firent découvrir les horreurs du viol. De là, la vie d'Hellwhore devint un calvaire perpétuel. Humiliations, sexe forcé, pratiques immorales dont on ne pouvait parfois même pas imaginer qu'elles existaient seulement.
Celle qui était autrefois un fier et puissant sorcier humain se retrouva traîné plus bas que terre, tiré dans une spirale poisseuse de violences et de tortures qui ne lui apportaient jamais le plaisir. La belle détermination du début laissa vite place à une dépression qui poussa nombre de fois l'Hellwhore au suicide. Pendaison, empoisonnement, chutes de hauteurs folles, plongeon dans des lacs de magma bouillonnant et autres éventrements... L'immortalité conférée par le collier la ramena systématiquement à la vie, ce qui fut d'ailleurs un atout pour certains de ses tortionnaires qui lui infligeaient les plus odieux sévices pour aller jusqu'à la tuer et souiller son cadavre avant qu'elle ne revienne et qu'ils puissent recommencer.

L'histoire aurait pu s'arrêter là, laissant l'Hellwhore finir comme une souillon infernale à disposition des choses les plus diverses et perverses qui croisaient sa route. La conclusion était bien partie pour ressembler à cela en vérité, jusqu'à ce que Lucian sorte de son état d'esprit défaitiste par la colère. La diablesse devait payer, et payer cher ! Personne ne lui ferait régler l'addition à sa place et elle ne pourrait lui rendre la monnaie de sa pièce qu'en retournant sur Terra après avoir récupérer ses pouvoirs. Bien sûr, la traversée serait encore longue. Il lui restait deux cercles à franchir, mais l'Hellwhore était habitée par une résolution nouvelle et flamboyante, sans compter que depuis ses premiers pas en Enfer, il n'y avait pas un sévice qu'elle n'eut pas déjà enduré. Préparée, elle l'était. Habituée, aussi. Ses bourreaux avaient parfois été des démons supérieurs qu'elle avait écouté patiemment parler, observé agir entre deux saillies brutales. Les armes pour achever sa quête, l'Hellwhore les avait en main. En plus d'une éducation ashnardienne, la pire de toute.

Résolue et prête à toute, l'Hellwhore se mit non plus à subir mais à proposer. A séduire, jouer, échouer au début et apprendre toujours. Accumulant de l'expérience à vitesse grand V, la plus honteuse des souillons présente en Enfer redressa la tête et se forgea un caractère plus trempé que celui de "Lucian", affinant ses jeux de mensonge et de manipulation, faisant de son corps sa meilleure arme pour parvenir à ses fins. Elle se mit à agir en femme pour acquérir plus d'impact, apprit à serrer les dents pour passer les pires périodes afin de faire croire que rien ne l'atteignait plus, joua sur les vices déjà endurés pour affûter ses capacités de réponse lors des ébats, prenant même parfois le contrôle. Au fur et à mesure d'efforts acharnés qui modelèrent son caractère et sa moralité pour lui donner de nouvelles armes, l'Hellwhore acquit une sorte de respect de la part de ceux-là même qui la rabaissaient perpétuellement. Les démons les plus bas de l'échelle hésitaient à s'approcher d'elle de peur de s'attirer les foudres des diables supérieurs dont on disait qu'ils la considéraient comme leur préférée. Certains diablotins se mirent sous ses ordres pour plaire à d'autres entités, d'autres lui enseignèrent les formules pour les convoquer et les soumettre totalement.
Dès lors, parvenir à son but ressembla presque à une promenade de santé.

La Diablesse qui l'avait condamnée à l'errance fut surprise de la revoir, mais plus encore de découvrir que son assurance était sans commune mesure avec celle de l'époque où l'Hellwhore était un homme qui avait osé pensé pouvoir la dominer elle. Forte de son expérience maintes fois affûtée, "Lucian" s'était présentée à elle comme une personne nouvelle. Son arrogance d'antan avait été transformée en sagesse, son esprit malade avait donné naissance à une intelligence raffinée, son expérience des sévices l'avait rendue méfiante et prudente, ses multiples et improbables rencontres lui avaient apprit les faux-semblants et la parole acérée, la manipulation mielleuse. Et l'expérience sexuelle engrangée, sans commune mesure après plus d'une centaine d'année passée à souffrir de libidos ardentes et déviantes, firent jouir plus violemment que jamais la démone entre les cuisses de l'Hellwhore. A tel point qu'après une série d'orgasmes, elle accepta de lui rendre sa liberté et lui promit de la prendre sous son aile.

L'Hellwhore fut libérée de son collier et retrouva ses pouvoirs magiques, mais pas son corps d'origine. Lucian, considérait-elle, était de toute façon mort depuis longtemps. Ce fut la Diablesse qui lui donna un nouveau prénom, en lui faisant "don" de celui qu'elle prenait elle-même lorsqu'elle se mêlait au monde des hommes. Et ainsi naquit Hegeria, unique Hellwhore à parvenir à s'extirper des Enfers en allant au bout de son châtiment.
Comme une sorte de récompense, la Diablesse fit cadeau à Hegeria d'un sexe masculin parfaitement fonctionnel et nourri par magie, qui se symbolisa par le tatouage runique qui se présentait en lieu et place du sexe féminin dont elle avait été dotée jusque là. Ni tout à fait homme ni tout à fait femme, Hegeria fut renvoyée sur Terra forte d'une expérience que peu pouvaient dorénavant lui disputer et ce dans d'innombrables domaines.

♠ Chapitre IV - Liberté, liberté chérie

Le monde avait changé, pour Hegeria. Le comté de sa famille avait été depuis des lustres récupéré par une lignée rivale et profondément réformé, les Mercurius enterrés depuis longtemps. Ashnard ne l'intéressait pas plus que ces vieilles histoires : les terres impériales n'étaient jamais qu'un avant-goût des Enfers qui brûlaient sous ses fondations et après plus de 200 ans passés à respirer du soufre, la belle avait envie d'autre chose. Nexus lui paru presque comme une option acceptable, tout en considérant qu'elle s'y ennuierait peut-être.

La vérité, c'était qu'Hegeria ne savait pas quoi faire de sa liberté si chèrement gagnée. Elle n'avait pas d'envie particulière, de famille à retrouver ou de lignée à restaurer, d'ennemis à combattre. Oh, bien sûr, elle aurait pu vouloir conquérir un territoire. "Lucian" méritait bien de récupérer un domaine à lui, pour le principe. Cela manquait simplement d'intérêt. Après avoir oeuvré au coeur des Enfers même, affronté et manipulé diables et démons, que pouvait vous offrir le monde des humains ? Ne sachant pas quoi faire d'autre, Hegeria parti à l'aventure à travers Terra jusqu'à découvrir Tekhos et ce monde si différent de ce qu'elle connaissait. Comme une enfant, elle fut émerveillée de ces gigantesques tours de verre, de ces prouesses technologiques qu'elle ne comprenait absolument pas et qui remisaient la magie au rang d'antiquité amusante. Au final et étrangement, ce monde lui fit peur. Elle ne se sentait pas encore capable de s'y insérer pour s'y faire une nouvelle identité et fit marche arrière, s'installant dans une petite région sans histoire qui bordait la frontière avec le territoire tekhan. Là, Hegeria entreprit de revoir les bases de sa magie. Il fallait bien qu'elle trouve de quoi s'occuper, après tout... Et ses dons lui manquaient.

L'étude magique lui donna envie de redevenir seigneur terrien, de faire briller à nouveau un nom. Se mettre finalement à la recherche de son éphémère gloire d'antant semblait à Hegeria être une occupation acceptable, mais elle n'en eu pas vraiment le temps. Non pas qu'on l'arrêta dans l'oeuf ou qu'on intrigua contre elle, non... Simplement, un matin, on frappa à sa porte.
Les jeunes femmes se présentèrent comme étant des recruteuses pour la Faith Academy de Tekhos, un organisme à la recherche de talents particuliers qui l'avait repérée et voulait lui proposer d'intégrer cette étrange école. Hegeria considéra la question. Pourquoi pas, après tout ? C'était une bonne façon de mettre un pied en Tekhos, apprenant sur ce singulier matriarcat ce qu'il y avait à savoir. Disparaître, se dit-elle, elle pourrait toujours le faire après coup. Elle accepta donc et on lui signifia une formalité d'usage, soit un entretien particulier avec la directrice de la Faith Academy qui mettait un point d'honneur à recevoir chaque aspirant.
Hegeria, qui n'avait certainement rien à craindre d'une femme quelconque, accepta sans hésiter.

Et si invoquer la Diablesse avait été la plus grosse des erreurs de sa vie, elle ignorait que ce premier rendez-vous resterait plus tard dans son esprit comme la plus belle chose qui pouvait alors lui arriver.

♠ Chapitre V - Jenny

L'entretien fut anodin, formel. Un détail pensait Hegeria que ce rendez-vous d'admission, bien qu'il la plaça face à une femme qu'elle ne pouvait que trouver délicieuse. La première depuis sa sortie des Enfers à retenir son attention de par son physique et ses manières, par sa présence et le charme qu'elle dégageait. Amusée, la sorcière se laissa porter par la discussion et passa un moment réellement agréable qui avait dérivé un peu malgré elles deux sur davantage que les simples discours et questions habituelles quant à l'intégration au sein de la Faith Academy. Les deux femmes en vinrent à plaisanter ensemble, à nouer rapidement connaissance. Jenny Moriarty plu à Hegeria avant même que celle-çi ne le réalise vraiment, emportée par cette rencontre tranquille et aimable qui changeait peu-à-peu sa vie.

Ayant sympathisé, il s'avéra rapidement que les deux femmes trouvaient toujours un prétexte pour se voir. Cela fut d'abord mit sur le compte de l'intégration à l'académie, avant que cela ne serve plus à rien. Hegeria finissait toujours par retrouver Jenny pour échanger autour d'un café, Jenny lui proposait une sortie anodine pour discuter, les deux convenaient de se retrouver hors académie pour passer du temps ensemble... les mois passèrent ainsi, rapprochant les femmes jusqu'à ce qu'elles se retrouvent à être tout bonnement inséparables, Hegeria finissant même par confier à Jenny son histoire rocambolesque après leur première nuit passée ensemble, qui scella pour de bon les fondations très solides de la relation qu'elles faisaient croître à force d'intérêt mutuel, de confessions et de sexe fiévreux.
Quand Hegeria réalisa que Jenny était devenue tout simplement indispensable à sa vie, que sa présence constituait un manque qu'elle ne surmontait que grâce à l'idée qu'elle la retrouverait vite, elle comprit qu'elle était tombée amoureuse. L'idée l'effraya d'abord un peu, avant qu'elle n'apprenne de Jenny que le sentiment était partagé.

Dès lors, Hegeria et Jenny formèrent un couple terrible. Plus solide que le meilleur acier, les amoureuses en finirent par s'unir dans le mariage après une merveilleuse déclaration de Jenny, qui mit les petits plats dans les grands lorsqu'elle lui fit sa demande. Hegeria fondit en larmes (ce qu'elle interdisait formellement à sa compagne de répéter à quiconque) et accepta sans hésiter. L'avenir, dorénavant, se déciderait à deux. Et si celui de la sorcière n'était pas encore défini, celui que sa femme s'était choisi allait l'occuper un long moment.
Hegeria Moriarty allait faire en sorte que sa compagne puisse s'appuyer pleinement sur elle pour accéder au poste de Grande Sénatrice et y rester longtemps, mettant ses aptitudes les plus variées au service de l'ascension de celle qui constituait le coeur précieux de l'ensemble de sa vie.

♠ Chapitre V - A game of thrones

Elle ne fit jamais que se contenter de conseils et de soutien. Hegeria accompagna Jenny sur tous les fronts, mettant son expérience infernale en jeu afin de contrer les manœuvres des adversaires politiques de sa femme qui se retrouvèrent à affronter forte partie. Par ses mots et les attraits de son corps, la sorcière acheva de convaincre les plus sceptiques des sénatrices ou renforça des liens déjà établis avec Jenny. Elle manipula depuis l'ombre, menaça et en vint à agir quand cela fut nécessaire. Pour les ambitions de sa femme, Hegeria se montra prête à tout et surtout dotée d'une facilité à jouer avec les codes et les mœurs qui fit des ravages -mais jamais en plein jour, ses calculs mettant à l'abri la délicieuse borgne de dommages collatéraux, si bien que son image ne fut jamais entachée et qu'elle-même ne semblait pas soupçonner la queue d'un doute.

Il ne fallait pour autant pas tricher. Jenny voulait acquérir ce poste à la sueur de son front et Hegeria respectait cette volonté farouche qui lui plaisait tant, ne faisant finalement qu'aider sa femme plus que de tronquer son jeu en faussant les cartes qu'elle constituait avec peine mais sans jamais baisser les bras. Pour Jenny, Hegeria s'assura d'être le plus infaillible des soutiens, brillant en société comme dans l'intimité. Les alliances de poids qu'en vint à conclure la sénatrice furent encouragée par sa femme et parfois même étayées par elle, pour le plaisir comme pour l'assurance de la victoire finale.

Hegeria savait bien qu'il fallait voir plus loin. Jenny réussirait -de ça, elle n'avait jamais douté- mais s'exposerait à la haine et à l'adversité, qui à Tekhos risqueraient de prendre des proportions folles. Publiquement, la sorcière ne pouvait risquer de dévoiler ses pouvoirs en protégeant sa femme. Et officieusement, c'était tout aussi compliqué.  A qui faire confiance pour la protection de son aimée ? Comment recruter la perle rare si elle venait tout de même à la découvrir et comment l'entretenir ? Les fonds à disposition d'Hegeria, bien qu'importants, étaient contrôlés par Jenny qui finirait par trouver suspects des mouvements trop injustifiés, même en considérant qu'Hegeria avait parfois des fièvres dépensières. Alors, dans l'ombre toujours, la sorcière en vint à conclure ses propres alliances en se tournant vers une femme d'influence et de moyens, acquise à la cause Moriarty... la redoutable mais délicieuse Miranda Forge, un requin aussi dangereux qu'elle pouvait l'être elle-même.

L'accord entre elles fut conclu dans le secret le plus absolu. Forge récupérait un allié de poids (personne n'ignorait plus qu'avoir le soutien d'Hégéria, c'était avoir l'intérêt de la personnalité devenue entre-temps la femme la plus puissante de Tekhos et que cela ouvrait des portes inimaginables) tandis qu'Hegeria avait dès à présent accès à de nouvelles ressources fournies de façon ultra confidentielles par Miranda.
Au jeu du qui-baise-qui, les deux femmes s'étaient toujours répondues du tac-au-tac, qui ce faisait apprécier Miranda à Hegeria. Là, ça ne changeait pas tant... Mais les implications étaient plus étendues et les fauves qu'elles étaient risqueraient de finir par s'entre-déchirer au moindre faux pas de l'autre. Toutefois, cela pimentait également l'affaire. Et rien n'était plus délicieuse que cette épice là...

De l'entente entre la sorcière et la femme d'affaire naquit le projet d'Hegeria, qu'elle ne gérerait jamais ouvertement. Tout un commando d'élite, formé et équipé de façon à assurer la défense de la Grande Sénatrice contre toute forme de danger sans qu'elle n'en ai jamais connaissance. Rien, dès lors, ne menacerait plus Jenny Moriarty. Hegeria, pour elle, était prête à mettre en danger leur mariage en entretenant son secret et son alliance, comme à mettre Tekhos à feu et à sang pour s'assurer de son bonheur et de sa survie dans l'adversité.
Telle était la ferveur de son amour pour sa compagne.

Spoiler  
♠ Chapitre bonus - Hellwhore Squadron

L'Hellwhore Squadron n'est autre que le commando mit sur pied par Hegeria grâce au soutien de Miranda Forge et de GeoWeapon qui fournit l'équipement. Entraînées pour faire face à toutes sortes de situation de crises, allant des actes terroristes à l'invasion formienne, l'HS est dédié à la protection exclusive de la Grande Sénatrice Moriarty. Unité de l'ombre dirigée par d'habiles truchements habités par la sorcellerie d'Hegeria afin qu'on ne puisse remonter jusqu'à elle, l'Hellwhore ne peut également pas aller contre les intérêts de GeoCorp.
Si quelques membres ont été implantés dans l'entourage de Jenny, la plupart se trouvent dispersés dans tout Tekhos pour pouvoir réagir rapidement sur la plupart des fronts.

Certaines des filles sont des ESPer, d'autres encore ont été renforcées par nanotechnologie. Mais une petite partie estimée comme étant de confiance à été formée par Hegeria à la magie et à la sorcellerie. Pour l'ensemble de l'Escadron Hellwhore, la tête est assurée par la mystérieuse Madame, identité distante et impersonnelle qu'Hegeria s'est constituée pour l'occasion.

  • Sheila :: En charge de la coordination de l'escadron, elle est essentiellement non-combattante. Considérée comme la tête des Hellwhores, son renforcement par nanotechnologie lui permettent d'accéder à n'importe quel réseau de transmission d'informations. Elle est capable de faire apparaître des écrans depuis le vide par déploiement de nanites. Placée dans l'entourage de Jenny, c'est l'une de ses secrétaires. Comme toutes les filles et malgré son rôle essentiellement hors-terrain, Sheila est capable de se battre à mains nues, à l'arme à feu comme à l'arme blanche.

  • Amalia :: A la ville, c'est la gouvernante préférée du couple Moriarty, ce qui lui permet de les suivre dans l'intimité même en voyage. Combattante émérite issue des forces spéciales Novaquienne, Amalia sait se servir de n'importe quelle arme avec une facilité étonnante et pour d'excellents résultats. ESPer de son état, elle possède un facteur d'auto-guérison rapide mais limité dans le temps d'usage. Bien qu'elle fréquente Hegeria au quotidien, elle ignore qu'elle est Madame, la tête des Hellwhores.

  • Samantha :: Militaire encore en activité, Sam' est principalement placée sur les fronts concernant les formiens. Très bien informée et souvent en première ligne, c'est une combattante redoutable qui sert surtout à informer de la situation des escouades qui combattent sur le front et ce en dépit de la rétention d'informations sciemment effectuées par certaines générales qui ne veulent pas alerter le Sénat. Elle n'est appelée en ville qu'en cas de force majeure, mais accompagne systématiquement Jenny lors de ses visites sur les installations concernant les fronts dédiés aux formiens, de près ou de loin. Sa peau plus dure que l'acier est son principal atout.

  • Trish :: A la différence de ses camarades, Trish est elle une garde du corps affichée de Jenny. Toujours en lien avec l'Escadron au cas où elle nécessiterait un appui quelconque, c'est aussi une personne de confiance qui a déjà prouvé qu'elle était prête à se mettre en danger pour sa patronne dont elle est à titre personnel une fervente partisane. Femme d'action, son corps musculeux à été renforcé par la nano-technologie et ses coups peuvent défoncer du béton. Son endurance n'est plus à prouver, également... dans tous les domaines, évidemment.

  • Cottonmouth :: Un gynoïde directement issu des usines de GeoWeapon, programmé essentiellement pour la guérilla urbaine. Son corps synthétique est modulable, dissimulant nombre d'armes pouvant lui permettre de faire virtuellement face à n'importe quelle situation. Elle est généralement plongée dans les foules qui peuvent s'agglutiner lors des événements officiels et même parfois dans les soirées mondaines. Sans personnalité réellement propre, elle possède surtout un programme dédié aux interactions sociales. Fait amusant, son nom lui vient de sa plus étonnante particularité : sa bouche est en fait façonnée pour ressembler à l'intérieur d'un vagin, même synthétique.

  • Rouge :: Tournée vers le corps à corps, c'est une combattante capable d'incroyables prouesses une fois l'épée à la main. Elle couple sa lame à des sorts magiques assez simples, pour créer des coups dévastateurs. A la ville, elle prend le nom de Scarlett Hood, garde du corps habituelle d'Hegeria lors de ses sorties. C'est une jeune femme qui parle très peu, semblant froide et distante.

  • Oboro :: Sous ce nom de code se cache un assassin expérimenté et redoutable qui combat exclusivement avec des armes ninja. Capable d'effacer totalement sa présence lors qu'elle le veut, Oboro est aussi une sadique qui prend plaisir à torturer et tuer. Elle n'est canalisée que par "Madame" qui sait la punir et l'utiliser à ses fins. Bien que la protection de Jenny soit évidemment l'une des obligations d'Oboro, il arrive qu'Hegeria face usage d'elle quand certains travaux nécéssitent de se salir les mains. Oboro a subi depuis le début un lavage de cerveau patient, qui en a fait un pion particulièrement docile et fiable, soumis à Hegeria. Quand elle ne porte pas son masque, elle est la masseuse du couple, Neeva... et un jouet très amusant.  

 

(Il est possible que cette liste voit s'ajouter de nouveaux éléments par la suite.)


AUTRES

• Hegeria est donc une puissante sorcière aux pouvoirs très étendus et aux connaissances l'étant encore plus. Capable de verser dans à peu près tous les arts connus avec plus ou moins de bonheur pour certains, elle peut être redoutable et déchaîner des forces destructrices avec une relative facilité.

• De par son passé, elle est liée à divers démons. Pour certains, elle peut les invoquer et les contrôler sans mal. Des démons peuvent la connaître, puisqu'elle a passé presque 200 ans à errer dans les Enfers en tant que putain.

• Son réseau d'influence au sein de Tekhos est assez étendu, la belle ayant réussi à nouer et entretenir les bonnes connexions.
« Dernière édition: Février 26, 2016, 03:19:47 par Lucrezia.H.Nietzsche » Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Février 26, 2016, 01:48:59 »

Re-Bienvenue !

Très sympathique, ce petit couple Grimaçant
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Hegeria Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Février 26, 2016, 01:50:13 »

Et encore, Dear, tu n'as rien vu  Cool
Journalisée
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Février 26, 2016, 01:55:05 »

Ma petite femme, tu me rend encore plus fière de notre mariage ! Tu es trop badass !

Re-bienvenue ! ^^
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Hegeria Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Février 26, 2016, 01:56:49 »

Je ne fais que me mettre à niveau, my love   ♥_♥
Journalisée
Cassidy Green
Avatar
-

Messages: 2880


Une femme, un homme ? Ou bien les deux ?


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Février 26, 2016, 02:05:38 »

re bienvenue Grimaçant
Journalisée

Voici mon topic pour découvrir mes autres comptes. Veuillez aussi me contacter sous ce compte pour mes autres personnages, vu que je suis plus souvent connecter avec Cassidy Green qu'avec les autre Grimaçant
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Février 26, 2016, 02:06:51 »

Oh, tu l'as largement dépassé ... Et dire que tout cela, c'est rien que pour moi ... Un vrai petit amour que tu es, my lady ♥
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Février 26, 2016, 02:18:39 »

Super sympa ! Souriant
Re-bienvenue ^^
Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~
Hegeria Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Février 26, 2016, 03:10:10 »

Merci à toutes !  Sourire
Sortez vos agendas, car aujourd'hui que le couple est réuni, Tekhos devient un rouleau compresseur 8D
Journalisée
Lucrezia.H.Nietzsche
Dé-biteuse de tampax usagés.
Humain(e)
-

Messages: 1276


Psycho'pouff


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Février 26, 2016, 03:18:50 »

Re-bienvenue <3

Bon alors. *enfile ses gants en latex en les faisant claquer bien fort*

La taille... C'est grand, c'est long, ça déborderais presque, moi ça me vas <3

Les fautes... Nickel, ça sent pas trop la vieille culotte moisie donc c'est ok pour moi <3

Donc... *Se racle la gorge*

Par les ancestraux pouvoirs de grandiloquence modesque et par la toute puiiiiissssance des petites poubelles des toilettes publiques pour nanas qu'il ne faut SURTOUT pas ouvrir...
TU ES...

valimenstruée !

Aller... file fourrer des tekhannes et élargir les fesses de ta colombe en latex <3

PS : Il y Sharlie elle me dit à l'instant qu'elle te pète la rondelle quand tu veux.  Cool
Journalisée


Hegeria Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Février 26, 2016, 03:53:24 »

Sharlie serait bien inspirée de laisser la place à ma petite flaque de pétrole si elle veut espérer pouvoir un jour faire un tour dans mon boule èé

Merci, biatch *sucotte le tampon* ♥
Journalisée
James Bowmore
Humain(e)
-

Messages: 134



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Février 26, 2016, 03:58:45 »

Bienvenue / Re Bienvenue n_n
Journalisée
Hegeria Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Février 26, 2016, 11:03:48 »

Merci merci !
Journalisée
Jessica Skyangel
Humain(e)
-

Messages: 11



Voir le profil
Fiche
Description
Habituellement vêtue d'un tee-shirt à manche longue moulant, et une mini-jupe en jean. Des sous-vêtements fins (quand il y en a) en borderie de luxe. Des talons en cuir noirs.
« Répondre #13 le: Février 26, 2016, 11:23:55 »

Bienvenue !!

Punaise j'adore tellement ta prez ! Et ton vava ! Et ton perso ! C'est magnifique !! I like it !!! Souriant
Journalisée

"Tenue la plus courante"  
Hegeria Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 27



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Février 27, 2016, 12:33:40 »

Ohw. Je ne déteste pas ton personnage non plus Clin d'oeil
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox