banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Petit conflit d'intérêt (Pv)  (Lu 757 fois)
Le Scorpion
Humain(e)
-

Messages: 20


Déserteur & Assassin solitaire


Voir le profil
Fiche
« le: Février 12, 2016, 02:05:49 »



Il était tard cette nuit-là. Les lumières de la ville s'étaient éteintes depuis quelques heures déjà et tout le beau monde était endormit, paisiblement installés dans les bras de Morphée. Tout était incroyablement calme et les lieux semblaient complètement déserts hormis quelques animaux errants fouillant les détritus sur la place où s'était tenu le marché.
La lune formait un croissant luminescent, haut dans le ciel piqueté d'étoiles, parfois masquée par quelques nuages rebelles. Il faisait bon et une légère brise s'était levée, berçant doucement les arbres alentours. Et justement, sur l'un d'eux, accroupit en équilibre sur une branche solide, une ombre se tenait là, immobile, silencieuse, comme un aigle s'apprêtant à fondre sur sa proie.

Voilà plus de trois jours que le Scorpion traquait un type du nom de Brad Perkins. Une ordure qui sévissait depuis longtemps dans la région. Esclavagisme, trafic d'enfants, d'armes, de drogues, de fausses œuvres d'art, il collectionnait les délits, allant même jusqu'à se payer une équipe de mercenaires pour éliminer les types gênants. Sans compter que ce gars devait un paquet de fric à bon nombre de ses fréquentations et avait utilisé des moyens peu conventionnels pour arriver à ses fins, comme de la magie noire ou des pactes démoniaques. Bref, beaucoup voulaient sa peau. Mais celui qui lui donnait le plus de fil à retordre ces derniers temps, c'était bien Mézias. Il avait beau lui avoir échappé plusieurs fois jusqu'à maintenant, son petit jeu n'allait pas durer. Ce soir, l'assassin était bien décidé à lui faire la peau et à lui faire regretter de lui avoir filé entre les doigts.

Le Scorpion savait où il se planquait. Il avait mit la main sur l'un de ses hommes et l'avait... disons un peu bousculé pour obtenir les coordonnées de l'endroit où s'était réfugié son maître. Et il était là, dans cette ville tranquille non loin de Nexus, confortablement installé au dernier étage d'un bâtiment chaleureux. Un bordel. Mézias n'aimait pas trop mettre la vie d'innocents en danger, mais là, il n'avait pas le choix. C'était maintenant ou jamais.

Tout à coup, l'ombre bondit et atterrit agilement sur le toit d'une maison. Longeant celui-ci, se frayant un chemin parmi les nombreuses toitures avec une discrétion hors norme, il se rapprocha petit à petit du bâtiment, l'un des rares encore éclairé. Une fois arrivé au plus près, Scorpion étudia les différentes options qui s'offraient à lui. Les fenêtres étaient toutes fermées et s'il voulait rester discret, mieux valait ne pas tenter de les briser. Il y avait le toit, mais le chemin serait plus long pour arriver jusqu'à Perkins qui avait réservé la suite la plus spacieuse du bordel rien qu'à lui. Et justement, un peu plus haut, se trouvait la terrasse menant à cette fameuse suite. Mézias fit jouer ses doigts dans le vide, comme les pour les préparer à l'effort, puis bondit en l'air, refermant ses extrémités de justesse à la prise improvisée que constituait une simple interstice dans la brique. Il commença alors son ascension, silencieux et agile comme une araignée sur sa toile, concentré, attentif au moindre bruit et au moindre mouvement suspect.

Il escalada ainsi la façade sur quelques mètres jusqu'à parvenir à la terrasse sur laquelle il se glissa. Le buste baissé, il approcha des baies vitrées à pas de loup. L'intérieur était masqué par d'épais rideaux, mais en observant plus attentivement, il trouva une faille entre deux pans de tissu opaque. La suite était grande, mais heureusement, la terrasse donnait directement sur la grande chambre. L'homme était là, ronflant copieusement entre les corps nus de trois superbe créatures. L'assassin aurait préféré qu'il soit seul, évidemment, mais on avait pas toujours ce qu'on voulait.
Prenant soin de ne pas faire trop de bruit, la jeune homme commença à crocheter la serrure de la double porte menant à l'intérieur. Ce ne fut pas chose aisée, car le mécanisme était complexe. Mais à force d'efforts et de patience, un cliquetis familier retentit.

L'ombre se glissa, inquiétante et dangereuse jusqu'à la couche. D'une main assurée, Mézias sortit un poignard de sous sa cape et continua à avancer. Il n'y avait pas plus de trois mètres les séparant. Encore un pas, un autre...
Il y était.
Le Scorpion leva alors son arme aiguisée, prêt à entamer sa descente mortelle vers le cœur de Brad Perkins. 
Journalisée

Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1003

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #1 le: Février 14, 2016, 10:37:49 »

Anthea Keren était autrefois une femme des plus ordinaire. Du moins aux yeux de tout le monde, car elle menait une double-vie ; tenancière dans une auberge respectable de la capitale le jour, assassin la nuit. Oui, la demoiselle était une tueuse à gage redoutable, faisant payer ses services aux plus offrants. Meurtres, vol, agression, Anthea était sur plein de marché à la fois. Le genre de demoiselle qu’on n’aimait pas vraiment fréquenter une fois que l’on connaissait son vrai visage. Elle était pourtant de nature assez souriante et avenante, du moins dans la peau de la tenancière. Personne ne se doutait de qui était vraiment Anthea, et les quelques personnes ayant mis à nu son identité se sont étrangement retrouvés sauvagement assassiné le lendemain, généralement avec une entaille béante au cou.

Pourquoi parler de cette femme en particulier ? Car son destin connut un tournant qui la changea à jamais. En effet, Anthea n’était pas seulement une tueuse à gage, c’était aussi, à ses heures perdues, une chasseuse de trésor, si l’on pouvait le dire. Bien que son terrain de chasse en question, c’était les musées et les maisons des riches notables de Nexus. Ainsi que les remises secrètes et les coffres forts. Ce petit plaisir n’était uniquement dû qu’à son coté matérialiste et avide de possession. Au plus elle s’enrichissait, au plus elle était heureuse. Mais malgré sa petite fortune, Anthea continuait à endosser le rôle de la tenancière, afin de garder un bel alibi. Le tournant dans sa vie intervint alors le jour, ou plutôt la nuit où elle décida d’aller dérober un étrange objet magique, appartenant à un antiquaire de Nexus. Un riche antiquaire, réputé pour posséder nombre d’artefact ancien, et forcément, très valeureux.

Ce n’était pas tant le potentiel magique qui l’intéressait, mais plus le potentiel financier que cet artefact précis valait. Ainsi donc, comme à son habitude, elle se mit en tête de le dérober et organisa donc le cambriolage la nuit. Pénétrer chez l’antiquaire ne fut pas bien difficile, et trouver l’objet encore moins. Cependant, ce fut alors à ce moment que tout bascula. Posant ses mains sur l’artefact, le contemplant assez brièvement, ses yeux se posèrent par mégarde sur les arabesques dorées entourant l’objet. Ces arabesques semblaient former une écriture, qu’elle tenta de lire malgré elle … Ce fut ici qu’elle signa son arrêt de mort. Car ce qu’elle ne savait pas, était la nature exacte de cet artefact. Ce dernier était en réalité une prison, enfermant un ancien et dangereux esprit démoniaque. Cet esprit n’était autre que Desmona, ancienne démone corruptrice, dont le but était de corrompre les mortels jusqu’à la moelle, pour les changer en démon à leur tour. Accessoirement, son rôle était aussi de vivre dans ce royaume, parmi lesdits mortels.

Quoique de mieux que cette femme pour revenir à la vie ? Une énorme fumée noir ténébreuse s’échappa de l’artefact et vint ainsi s’infiltrer dans le corps d’Anthea, qui depuis lors, mourut. La démone avait tué cette femme, en transformant, corrompant son âme pour la métamorphoser, de manière à ce qu’elle corresponde non plus à l’âme d’Anthea, mais à la sienne, à la l’âme de Desmona. Un processus complexe et dangereux, qu’elle avait pourtant mené à bien. Cela lui permit ainsi de s’accaparer corps et âme d’Anthea, s’appropriant ainsi tout ce qu’elle était, et tout ce qu’elle avait. Depuis ce jour … Elle a poursuivi sa mission de corruption et de vice, s’écartant un peu de Nexus pour ne pas éveiller l’attention. Toutefois, vint un jour où son chemin croisa celui d’une autre personne. Ce dont elle ne se doutait pas, était que cette rencontre allait être bien plus particulière que celle dont elle avait l’habitude jusqu’à présent …


- - -

Anthea était sur un coup, un gros coup. Brad Perkins était sa cible sur ce contrat, et elle comptait bien mener à bien cette mission. Elle savait que d’autre assassins et tueurs à gage devaient être aussi sur le coup ; vu comment Brad était détesté et recherché, on ne pouvait que s’en douter. Il avait pourtant commis l’erreur de poser ses valises dans une petite ville, en bordure de Nexus. S’il avait tout fait pour être discret jusqu’à présent, il n’avait néanmoins pas fait assez d’efforts pour écarter tous les dangers. En effet, la jeune femme avait réussi à obtenir l’information. Elle avait même réussi à dénicher le lieu de sa halte. Il ne lui restait plus qu’à attendre le bon moment pour passer à l’action. Toutefois, elle décida de ne pas opérer de la même manière que les autres fois.

Si d’ordinaire Anthea aimait s’infiltrer en douce et faire son affaire en silence, elle décida de jouer la carte de l’anticipation. On avait donné à Brad l’une des plus grandes suites du bordel dans lequel il s’était logé. Un bordel oui, après tout, où est-ce qu’un type comme lui pouvait aller, si ce n’était dans ce genre d’endroit ? Anthea se fraya donc un chemin, et décida alors d’attendre sagement sa proie à l’intérieur même de sa suite. Championne en matière de planque et de discrétion, elle se débrouilla pour rester cacher le plus longtemps que possible dans une cache de la suite. Elle avait usé de sa magie démoniaque pour brouiller quelque peu l’attention de Brad, afin qu’il n’ai pas l’idée d’ouvrir ladite cache. Cela avait donc plutôt bien fonctionné, et il ne restait à présent plus qu’à attendre …

Mais ce fut là qu’un imprévu survint. Alors qu’Anthea pensait être la seule à avoir pu dénicher la planque de ce cher Brad, voilà qu’elle entendit un léger bruissement, provenant de la terrasse de la suite. Elle ne sortit donc pas de suite de sa planque, et observa d’un œil discret de quoi s’agissait-il. Et elle constata avec effroi qu’il s’agissait d’un homme, et en vue de son accoutrement, d’un assassin. La situation lui échappait, et il était hors de question qu’on lui vole cette affaire. Son œil regarda la silhouette qui finit par faire irruption dans la suite, avant de se diriger à pas feutré vers le lit où dormait Brad, et deux filles de joies. L’alarme fut directement donnée quand il sortit une lame, et commença alors à se pencher vers sa proie, pour lui ôter définitivement la vie.

Anthea fut contrainte de sortir de sa planque, et en tout silence, arriva de justesse à hauteur de l’inconnu pour plaquer son avant-bras en-dessous du sien, l’empêchant ainsi au dernier moment d’abattre sa lame. Son regard se braqua vers lui, alors que le sien en fit de même. D’une voix basse, mais assez audible pour l’oreille du tueur, elle s’adressa donc à lui. « Cette affaire n’est pas pour vous, je le crains … » Lui dit-elle, empoignant sa main dans l’ultime tentative de le désarmer. Cela allait-il fonctionner ?
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Le Scorpion
Humain(e)
-

Messages: 20


Déserteur & Assassin solitaire


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Février 16, 2016, 11:00:09 »

L'Assassin touchait enfin au but. Décidé, sûr de lui, il n'avait plus qu'à planter sa lame dans le corps de sa victime. Mézias n'avait jamais ressentit de plaisir particulier à tuer, mais c'était tout ce qu'il savait faire. Et puis de toute manière, ses cibles ne méritaient pas de vivre en général et leur mort n'apportait que du bon. Ce n'était pas l'argent qui le motivait, mais un sentiment de justice. Cependant,il fallait bien survivre et pour ça, il n'y avait que l'argent. Pour se nourrir, mais aussi pour obtenir des armes et des équipement dignes de ce nom. Il n'était pas un voleur, il achetait tout son attirail parfaitement légalement. Du coup, il demandait souvent à être payé, mais jamais excessivement. Mézias était un homme d'honneur et de confiance et ses clients n'avaient jusque là jamais été déçus. Malheureusement, un petit imprévu risquait de changer la donne.

En effet, alors qu'il s’apprêtait à abattre son poignard sur le corps endormit de Perkins, un bras étranger s'imposa sous le sien, bloquant son geste. Autant dire qu'il fut surpris. Plus encore lorsqu'il tourna son regard vers l'indésirable dont la voix féminine présumait que cette affaire n'était pas pour lui. Mézias fronça les sourcils et lorsqu'elle empoigna sa main, il agit immédiatement, agrippant le bras de la femme de sa main libre pour lui tordre dans le dos et la plaqua dos contre lui, glissant alors son poignard sur la gorge de l'inconnue. Ça s'était passé assez vite et assez discrètement pour qu'elle ne puisse réagir et que sa cible ne se réveille pas. Il se pencha alors doucement vers l'oreille de l'inconnue et murmura :

- T'es qui, toi ? De quel droit tu viens faire capoter ma mission, hein ?

Il resserra davantage sa prise, lui tordant un peu plus le bras. Elle avait beau être un femme, il ne comptait pas la ménager pour autant. Il savait parfaitement de quoi pouvait être capable une femme bien entraînée.

L'inconnue semblait être également un assassin étant donné sa tenue discrète. Elle devait certainement se trouver déjà dans la pièce à son arrivée. Une petite maligne qui a   vait su se glisser pour attendre sagement sa proie. Dommage, elle n'avait pas attaqué à temps et se retrouvait finalement face à un rival de taille. Si elle n'abandonnait pas, ils allaient certainement être obligé de se battre. Et Mézias préférait éviter que sa cible ne se réveille et ne parvienne à s'échapper... ou que la femme soit plus rapide que lui.

Il jeta d'ailleurs un petit coup d’œil vers sa proie, qui dormait toujours et ronflait de temps en temps. Les prostituées aussi dormaient paisiblement. L'une d'elle bougea tout de même, dans une position plus confortable. L'assassin se crispa, mais fort heureusement, elle n'ouvrit pas les yeux. Il allait falloir qu'il traîne cette gênante adversaire plus loin. Histoire de... discuter, de découvrir d'où elle venait et pour qui elle travaillait. Il avait sérieusement besoin d'argent en ce moment et ne pouvait pas se permettre d'échouer ce soir.

Forçant un peu, il piqua doucement la peau sensible de la femme de la pointe de son poignard et l'incita à bouger en direction de la porte. Il était très tard et à cette heure il n'y aurait personne dans les couloirs et avec de la chance, la chambre la plus proche serait vide.

- Sois docile. Ni toi ni moi n'avons envie que ce type se barre, alors ne fait pas de bruit et laisse toi faire. Faut qu'on cause tous les deux.

Et elle allait regretter de s'être mêlé de cette histoire. Bon, il essaierait de ne pas se montrer violent si elle restait sage. Et si elle répondait à ses questions. Il espérait que son client n'ait pas eu la stupide idée de faire appel à deux assassins différents. Auquel cas il se chargerait de lui tirer les oreilles. Bien sûr c'était une image. Ce serait certainement moins doux que ça. Mézias détestait qu'on se foute de lui.
Journalisée

Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1003

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #3 le: Février 27, 2016, 05:11:45 »

À peine Anthea avait eu le temps de bloquer le coup de poignard de l’assassin, que celui-ci réagit. Visiblement, il était assez expérimenté et agile, vu son temps de réaction et la manière dont il effectua son mouvement pour neutraliser la jeune femme. Mais elle ne dit rien, tenant alors de se débattre … Mais elle ne pouvait pas non plus faire ce qu’elle désirait, puisqu’il ne fallait pas réveiller la cible. L’homme finit par lui demander des comptes, et son identité, affirmant qu’elle n’avait pas le droit de faire capoter sa mission. Sa mission ? Ce garçon était fort bien présomptueux, de statuer sur le fait qu’il avait l’exclusivité du contrat. Son employeur n’était pas le seul sur le coup, et apparemment, il ne l’apprenait que maintenant. Néanmoins, Anthea n’avait pas le choix si ce n’était de le suivre et de rester le bras tordu, plaqué contre son dos. La lame effleura la peau de son cou, la forçant à ne pas bouger de la tête. (Attends un peu que l’on soit seuls …) Pensa-t-elle, se faisant emmenée en dehors de la chambre.

Par chance, les couloirs étaient vides à cette heure-ci. L’assassin semblait vouloir l’emmener dans une pièce vide, où il pourrait régler ses comptes avec. Soit ! Anthea était sûre d’elle et, dans un endroit si calme, elle pourrait mieux agir et se défendre. Elle se laissa donc pousser jusqu’à ladite pièce, puis quand la porte se referma, elle gesticula violemment pour s’extirper de l’emprise de son bourreau. Ce ne fut pas sans effort, puisque l’homme avait tenté de la retenir, mais dû au fait qu’il avait dû refermer la porte, et la tenir en même temps, elle avait profité de ça pour s’extirper, et lui faire face. « On ne vous a jamais appris les bonnes manières envers les femmes, vous. » Lui dit-elle, en frottant son bras quelque peu endoloris. « Ce type, c’est ma proie. Y’en a beaucoup qui veulent sa peau, donc il vaut de l’or. Mais je suppose que ça, tu le sais déjà … Et visiblement tu dois sacrément en avoir besoin, vu le soin que t’as pris pour me dégager de là sans faire un bruit. » Déclara-t-elle, tâchant de garder une petite distance de sécurité entre elle, et l’assassin.

Elle écarta légèrement les bras en haussant les épaules, comme pour signifier qu’elle attendait une réponse de sa part. Une réponse, ou bien des explications. Qui était-il, par exemple ? Pourquoi tenait-il autant à tuer Brad lui-même ? Sachant que, au fond, que ce soit lui ou Anthea qui abatte la lame, la cible serait morte, et personne ne saurait si c’était lui ou elle qui l’a tué. Donc au fond, ils gagneraient tous les deux. Anthea ne comprit pas pourquoi cet homme n’y avait pas songé … Après tout, il n’y avait aucun témoin pour dire si c’était lui ou elle l’auteur du meurtre. « Alors, on t’a coupé la langue ? » S’exclama-t-elle à voix basse, tachant de ne pas parler trop fort non plus. Le bruit tranchait assez brutalement avec le silence et le calme régnant dans le couloir. Un effet récurrent la nuit, quand tout le monde dormait. Le bruit s’intensifiait, les voix étaient plus fortes. Anthea le savait et c’était pour cette raison qu’elle parlait donc à voix feutrée.

En n’attendait que ce qu’avait à dire cet homme. « Et t’es qui, au fait ? » Demanda-t-elle en plus, détestant ne pas savoir à qui avait-elle à faire.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Le Scorpion
Humain(e)
-

Messages: 20


Déserteur & Assassin solitaire


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Février 28, 2016, 05:39:43 »

La jeune femme ne tenta heureusement pas de lui échapper des mains. Si Mézias était quelqu'un capable de tuer évidemment, il préférait tout de même éviter d'égorger des individus qui ne faisaient pas partie de son contrat. Ça n'avait rien avoir avec le fait qu'elle était une femme, notre assassin ne faisait pas de distinction. Il savait par expérience qu'une femme pouvait parfaitement avoir le dessus sur un homme, le sexe n'entrait pas en ligne de compte. Raison pour laquelle il prenait ses précautions et n'hésitait pas à la menacer de son arme.

Il entraîna l'inconnue jusqu'à une chambre voisine heureusement vide histoire de pouvoir s'expliquer et se rendre des comptes sans risquer de réveiller leur cible. Alors qu'il était occupé à fermer la porte, son antagoniste parvint à se libérer de sa poigne. Avec un air blasé, il ne chercha pas à lui remettre la main dessus ou à la forcer. Elle était enfermée avec lui à présent, personne ne traînait dans les couloirs, ils allaient pouvoir causer. 

La femme prit alors la parole, l'air furibonde, prétendant qu'on ne devait pas lui avoir apprit les bonnes manières avec les femmes et que Perkins était sa proie à elle. Une proie précieuse pour tous les deux ça ne faisait pas de doute. Mézias soupira dans un grognement tout en la fixant d'un air froid. Mais enfin d'où est-ce qu'elle sortait au juste ?! Pourquoi avait-il fallut qu'elle intervienne ? A cette heure-ci il devait déjà être en train de rejoindre son client pour empocher son fric, mais voilà qu'il était coincé dans la chambre d'un bordel avec une femme ayant reçu les mêmes instructions.
Elle semblait assez pressée également de savoir qui il était.

L'assassin croisa les bras sur sa poitrine, les sourcils froncés, la fixant un instant avant de répondre :

- Bon, visiblement on est là pour la même chose, hein ? Faut voir le bon côté... si ton boulot avait été d'assurer sa sécurité tu serais morte à l'heure qu'il est. Nos clients veulent tous les deux la même chose, mais je t'avoue que j'aime pas trop la compétition. Ça fait trois jours que je cours après ce mec et franchement ça me fiche les nerfs que tu te sois interposée !

Il rangea cependant son arme dans sa ceinture. Il fallait éviter le conflit sinon ils risquaient de faire un boucan d'enfer et de laisser filer ce type. Mézias réfléchit quelques secondes avant de lancer :

- Tu sais quoi ? J'ai une idée ! On va retourner dans la chambre et planter tous les deux notre couteau dans ce gros bout de viande. Comme ça tout le monde sera comptant, ça te va ?

La tensions allait peut-être redescendre. Il valait mieux d'ailleurs. L'homme réalisa tout de même qu'il ne s'était pas encore présenté. Bien entendu, pas question de donner sa véritable identité. C'était exclu depuis des lustres, ça. Il tendit sa main à la jeune femme pour la lui serrer et ajouta :

- Tu peux m'appeler Scorpion. Et toi qui es-tu ?

Elle était tout aussi bien masquée que lui. On ne pouvait pas apercevoir grand chose d'elle à part son regard. Mais il devinait quand même qu'ils devaient avoir à peu près le même âge. Et qu'elle avait de jolis yeux. Son regard était troublant, certes, mais il n'était pas vraiment temps de copiner, si ?
En réalité la solitude pesait sur tout le monde et notre assassin ne faisait pas exception. Mais sa condition lui interdisait formellement de se lier à quiconque ou de dévoiler son visage.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox