banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: La tournante infernale [Stephen Connor]  (Lu 10056 fois)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
Fiche
« le: Janvier 29, 2016, 07:03:47 »

Voilà des semaines que me revenais en mémoire ma rencontre avec Adramelech et cette bague qu'il m'avait laisser avant de disparaitre, non sans avant de me dire qu'une fois que je serais prête à rallier ces rangs, je n'aurais qu'a passer la bague sur un de mes doigts pour qu'il entende mon appel.
Aujourd'hui ça fait un ans jour pour jour que nous nous sommes rencontrer et qu'il m'a faite passer une soirée des plus étrange et ce vendredi soir je compte retourner à sa rencontre pour qu'il constate tout les efforts que j'ai fait pour m'améliorer en magie.

Rentrant du lycée, je file sous la douche pour me laver, une fois fait je me parfume, me coiffe, me maquille et enfile un petit string rouge en dentelle avant de passer une robe  que je ne porte jamais, d'un noir mat elle est très courte puisqu'elle ne couvre qu'une parti de ma poitrine me faisant un large décolleter, les lanières de celle-ci sont directement relier à un collier du même noir qui fait partie de la robe et celle-ci ne me couvre que jusqu'à la naissance de mes fesses, décorer de deux nœud rouge de la même couleur que mon string un au niveau de ma poitrine et l'autre juste en dessous, je ne met pas de soutient gorge, je fini en enfilant des talons haut noir qui accentue la cambrure de les reins et qui me rend un peut plus grande.

Enfin prête, je vais chercher cette fameuse bague que j'ai bien planquer pour que personne ne la trouve, je vais ensuite dans le salon avec, ne sachant pas comment marche cette bague, j'avais prévue que mes parents ne rentrerais que le lundi, me laissant tout le weekend pour vaguer à mes occupations, j'étais prête à l’accueillir, je prend une longue inspiration avant de passer la bague à mon petit doigts.

quand la bague est sur mon petit doigt, l'anneau se resserre, puis le décors autour de moi change complètement, des briques rouge apparaissent autour de moi et en quelques secondes je me retrouve dans une grande pièce, mais ce n'est pas tout, la température c'est grandement réchauffé et cette odeur forte qui envahie mes narines, une odeur forte de sexe embaume la pièce, je regarde autour de moi et je suis pétrifier sur place quelques seconde, des râles et gémissement me parviennent de toute par, pour cause des créatures tout droit sortie des enfers sont tous en train de baiser dans cette pièce, des femmes se font prendre par un ou plusieurs de ces créatures à la fois, celles-ci semble humaine enfin je crois, je n'arrive pas trop à les distinguer, mais ce que je distingue se sont les créatures mâle monstrueusement musclé, tous à l’allure humanoïde  certain ont la peau rouge et des cornes noir sur le front, mais se rapproche de l'humain, mais certaines son vraiment horrible comme ceux ci avec leurs têtes de bouc, leurs pelage parcellé sur leurs corps avec des jambes difforme finissant en sabot, l'un d'eux à même une tête de lion, et oh ceux la je viens de les voir, plus grand et plus large de carrure que les autres avec leurs têtes de buffle et leurs grande corne, ils ressemblent à des minotaures.
Tout semble si surréaliste, mais j'ai l'impression de ma venue n'est pas passer inaperçu puisqu'il me regarde tous avec la lueur de leurs yeux de différente couleur braqué sur moi, je leurs sourie avant de les saluer.

Bon... Bonsoir... je viens voir le grand Adramelech... Vous seriez ou je peux le trouver?

Je ne sais même pas si il me comprenne après tout se sont des animaux, et les animaux ne parle pas, mais je ne pensais pas du tout à me retrouver au milieu d'une orgie en passant cette bague au doigt,
« Dernière édition: Janvier 29, 2016, 08:33:23 par Lili Ivanes » Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2751



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Janvier 29, 2016, 09:34:16 »

L'ennui était le plus grand problème du Palais Infernal. Les intrigues de cour étaient nombreuses, mais leur distraction avait tendance à bien vite s'éteindre, dès lors que Lucifer s'en mêlait. Alors, les nobles et nobliaux trouvaient-ils le moyen de le plus universel de passer un bon moment : de brutales orgies. Quel meilleur défouloir que l'intimité étroite d'une petite succube assoiffée de sexe? Quel meilleur moyen de s'oublier, que dans une montagne de corps entremêlés?

Même les plus insatiables incubes des Enfers trouvaient leur satisfaction dans les orgies du Président Buer. Le Léonin avait l'habitude de ces petites fêtes, et savait sélectionner les plus séduisantes diablesses, pour les démons les plus tordus qui peuplaient les enfers. Aujourd'hui était une autre réussite, dans une énorme salle aménagée à cet effet. Helel n'était pas de ceux qui rejoignent fréquemment les orgies, mais aujourd'hui, il avait accepté, lassé et sans rien à faire.

Pourtant, dans ce ballet parfait, le beau diable ne trouvait pas son compte. Le goût des humaines lui manquait, et aucune succube n'aurait pu combler ce désir. Aucune succube ne savait jouer comme le faisaient les humaines. Helel aimait trop voir la terreur se mêler au plaisir, sur le visage de ses conquêtes. Il adorait les entendre couiner, un court instant de peur, avant qu'elles ne succombent totalement à lui, et le supplient de continuer, comme si leur vie dépendait de quelques gouttes de foutre chaud.

Nu, assis sur un épais fauteuil de cuir, le Grand-Duc se faisait pomper méticuleusement le chibre par deux magnifiques succubes affamées, aux courbes voluptueuses, à la peau rouge et aux cornes saillantes. Elles oeuvraient avec devoir, lançant de grand œillades adoratrices au maitre, soucieuse de lui plaire, de faire gicler sa précieuse semence dans leurs petites bouches. Helel, quant à lui, observait les deux salopes, l'air las, caressant la tête de celle qui avait son sexe en gorge, l'autre large paluche lui servant à reposer sa joue, et son visage.

"Plus profond, salope, ou je te..." Commença le Noble, interrompu par un bruit, puis le silence qui s’instaura.

Comme surgie de nulle part, une humaine venait d'apparaître, elle portait une tenue des plus évocatrices. Tous s'étaient arrêtés, observant Lili, curieux de connaître son identité. Ses salutations innocentes firent rire les invités présents, sauf Helel, qui se contenta d'un sourire. Adramelech.... Le nom lui disait quelque chose, mais le beau diable ne comptait pas aider cette intruses sans qu'elle ne prouve sa bonne volonté, en premier lieu. Se levant de son confort moelleux, le séduisant colosse écarta les deux putes qui s'occupaient de son sexe.

Et, pendant que la plupart des curieux retournaient à leur besogne, Helel s'approchait de la jeune femme, le pas lent, son sexe bien tendu entre ses cuisses, ne laissant aucun doute quant à ses intentions. Le démon n'accorda d'ailleurs pas le moindre salut à Lili, préférant lui agripper le cul dans son énorme main. Son corps se plaqua contre celui du nouveau jouet, alors qu'il l'empêchait de reculer. Sa main libre glissa contre le petit minois de l'humaine, le caressant du bout de ses grands doigts.

"Allons, allons. Je ne peux pas te mener à l'un des nôtres comme cela." Justifia le Maître, posant son front contre celui de l'infortunée. "J'aimerais que tu nous prouves ta bonne volonté."

A ces mots, les deux succubes qui avaient passé tant de temps à laper Helel, s'aventurèrent dans le dos de la jeune femme, l'empêchant de fuir, écrasant leurs poitrines moelleuses contre son dos. Il n'y avait pas de brutalité dans l'approche du démon et de ses esclaves, mais Lili aurait eu bien du mal à se dégager de cette étreinte chaude et sensuelle. Une succube s'était affairée à masser les jolis seins de l'humaine, lui caressant tout doucement l'entrejambe de l'autre main. Pendant ce temps, la seconde embrassait tendrement la nuque de Lili, en lui massant les épaules.
Journalisée

(´・ω・`)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Janvier 29, 2016, 11:29:46 »

Après ma simple question, toute l'assembler me rie au nez avant qu'ils reprennent tous leurs activités.
Je fait une moue boudeuse en regardant si vraiment personne ne daigne me répondre, mais comme seule réponse ce sont des râle et gémissement qui arrive à mes oreilles.
Je pousse un hoquet de surprise quand je sent une grande main caleuse venir sur l'une de mes petite fesses et très vite c'est un grand et large corps musculeux qui se colle contre moi.

HEY... Qu'est ce que... aaaaaaaah...

Je lâche un gémissement alors que je sent les doigts de ce géant venir caresser les grande lèvres de mon abricot par dessus mon string, il me tiens fermement contre lui à l'aide de cette main sur mes fesses qu'il malaxe sans gêne, je sent aussi une choses massive et très chaude contre mon bas ventre et qui remonte les long de mon ventre, ces doigts continue de titiller mon minois et étant depuis quelques temps maintenant une prêtresse de Luste, la sensibilité de tout mon corps et des autres sens était décuplé.
Amenant mes mains contre son torse, je tente vainement de le repousser de mes petit bras si frêle par rapport au siens.

"Allons, allons. Je ne peux pas te mener à l'un des nôtres comme cela."


Me dit la montagne de muscle alors qu'il viens plaquer son front contre le miens avant de rajouté.

"J'aimerais que tu nous prouves ta bonne volonté."

Quoi? Qu'elle bonne volonté? Je suis juste venue voir Adramelech. Vous savez ou il es?


pensant qu'il allait lâcher prise, je suis très vite rattraper par deux femmes à la peau rouge qui viennent se coller dans mon dos, me bloquant tout échappatoire, leurs corps venant se plaquer contre le miens, écrasant leurs poitrine dans mon dos et leurs bassins sur mes fesses.
J'ai l'impression d'étouffer, d'être prise au piège entre cette homme et ces deux femmes.

Non... mmmmmh... Laissez moi respirer...

Mais j'ai l'impression qu'ils n'ont que faire de mes supplications, je sent une fine main venir malaxer mes seins l'un après l'autre par dessus ma fine robe alors qu'une autre main viens en renfort au doigts de l'homme toujours par dessus mon sou-vêtement, en même temps je sent aussi deux mains masser mes épaules découverte et une langue lécher mon cou, ça me donne des frissons.
Toute ces caresses commence malgré la situation et malgré moi à excité mon petit corps, je sent mes tétons durcir et ma poitrine se réchauffé alors qu'un feu ardent commence lui aussi à crépité dans mon bas ventre.
Je tente vainement de repousser de mes mains le colosse et ces deux femmes, mais sa ressemble de plus en plus à des caresses qu'à un moyen de les repousser.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2751



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Janvier 30, 2016, 06:59:01 »

Celle-ci avait l'air docile, assez facile à exciter, également. Visiblement, elle n'était pas nouvelle dans le monde des démons, car nombre d'humaines se seraient simplement évanouies dans leur incompréhension et leur peur. Cela facilitait les projets du colosse, qui ne manqua pas une seconde pour s'approprier Lili. Lui et ses deux catins s'étaient immédiatement refermés sur la jeune femme, lui bloquant toute issue dans une étreinte charnelle torride.

On lui caressait déjà le corps de toutes parts, pinçant ses petits mamelons tendus, massant tendrement les muscles de son dos, lui caressant avec douceur l'entrejambe. Helel aimait d'ailleurs appuyer de ses gros doigts contre la partie moins tendue du tissu, feignant de s'introduire dans les entrailles de Lili. Personne n'aurait pu alors blamer la jeune femme pour son manque de force, lorsqu'elle tentait vainement de repousser ses trois assaillants. Ils la faisaient fondre sans le moindre mal.

"Mhhhh..." Ronronna le fauve en mordillant l'oreille de sa proie. "Contente-toi d'apprécier." Conseilla-t-il sur un ton qui relevait plus de l'ordre.

Ses lèvres charnues trouvèrent celles de la pauvre brebis égarée, les emprisonnant doucement dans une danse qui commençait par quelques petites caresses. A la pulpe de ses lèvres, le colosse agaçait la petite bouche de Lili, son souffle chaud ponctuant le bruit moite de ce semblant de baiser. Le beau diable la laissait s'affoler, grognant de plaisir, caressant encore son entrejambe et son petit cul, une érection puissante témoignant de sa satisfaction, posée contre le petit ventre de la jeune femme. La taille laissait deviner une expérience pas seulement agréable pour la frêle Lili, pour peu qu'elle ne soit pas habituée à ce genre de volume.

Mais les succubes avaient de plus en plus faim, déshabillant lentement la petite magicienne, découvrant toujours plus de son corps à pincer et lécher, comme la jolie cambrure de son dos, qu'elles lapèrent avec envie, à tour de rôle. Les tentatives de la jeune humaine pour se dégager n'étaient pas particulièrement efficaces, ne faisant que frissonner d'aise ceux qui étaient touchés par les mains délicates de Lili, dont les muscles semblait affaiblis par le massage que lui prodiguaient les trois infernaux. Malheureusement pour elle, le petit jeu n'avait fait que commencer.

Le baiser d'Helel se fit plus sauvage, alors que le Grand-Duc commençait enfin à emprisonner toute la petite bouche de Lili. Il lui caressait la langue à l'aide de la sienne, ayant remonté sa main sur ses fesses pour venir lui attraper doucement la mâchoire. Il l'empêchait de se dégager, l'obligeant à partager sa salive chaude avec lui, l'obligeant à goûter sa bouche, comme lui se régalait de la sienne. Helel soupirait de satisfaction, les yeux mi-clos, plissés dans une expression qui traduisait son plaisir. Quant aux deux diablesses, elles avaient tôt fait de déshabiller l'humaine, la laissant tout juste en string, alors qu'elles lui mordillaient les fesses et embrassaient l'arrière de ses cuisses, la vénérant presque dans leur ballet sensuel.

"Je ne sais pas où se trouve celui que tu cherches, mais..."
Helel ondula doucement du bassin. "Si tu m'aides à passer un bon moment, je pourrai certainement t'aider." Un sourire séducteur naquit sur ses lèvres, alors que le colosse posait ses deux mains sur les fesses de Lili, allant et venant contre elle, mimant une profonde et lente pénétration.

Privées des fesses de la jeune femme, car leur Maître s'était affairé à les agripper, les deux diablesses alternaient, attrapant le visage de Lili pour l'obliger à les embrasser une par une. Elles étaient gourmandes et avides de plaisir, laissant à chaque fois un mince filet de salive. Tandis que l'une embrassait la bouche, l'autre léchait le cou, se faisant passer la tâche en s'assurant de laisser assez de répit à Lili pour qu'elle ne perde pas d'air. Tout était diablement lent et sensuel, bien que les gestes d'Helel sous-entendaient toute sa force.

Les succubes adoraient sentir Lili se débattre, et cherchaient encore à ce qu'elle les caresse, frustrées dans le fond par le manque d'attention qu'on leur accordait. Elles prirent alors l’initiative de retourner la magicienne, ce à quoi leur Maître ne protesta pas. Son sexe s'était faufilé entre les cuisses de Lili, caressant le petit abricot humide en allant et venant. Quant aux diablesses, elles avaient enfin accès à la poitrine et à l'adorable petit ventre de leur proie, qu'elles embrassait et lapaient avec délices. Helel les accompagnait évidemment, massant la poitrine de Lili à l'aide de ses énormes mains rêches.
Journalisée

(´・ω・`)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Janvier 30, 2016, 01:19:53 »

Toutes ces caresses sur mon corps ce font plus insistantes, la mains de l'homme sur ma fesse la malaxe allègrement, la fine main sur mes seins les sort un à un de leurs enveloppe en détachant le collier qui sert de maintient au lanière de cette robe puis retroussant le haut de celle-ci, avant de venir s'amuser avec les anneaux qui les ornes s'amusant à les faire bouger et tirer un peut dessus me donnant des décharges de plaisir dans la poitrine, puis par la suite je sent cette main venir aussi directement s'occuper de mes tétons pour finir de les exciter en les pinçant, les tordant, les faire rouler entre ces doigts, les mains sur mes épaules descendre dans mon dos venant caresser ma fesses libre et descendre jusqu'à mes cuisses avant de remonter et retrousser le bas de ma robe vers le haut alors que ces lèvres et cette langue qui me lèche le cou descend quelque peut venant me mordiller doucement l'épaule, les nombreux doigts sur mon intimité son aussi plus insistant, sentant les gros doigts de cet homme chercher à rentrer un peut plus dans ma petite fente sans pour autant passer la barrière de mon string, toutes ces caresses ne cesse de m’attiser tout le corps de multitude d'ondes de plaisir qui me font peut à peut perdre la tête.

MMmmmh... N... Non... aaaaaah...

"Mhhhh..."

Je l'entend ronronner à mon oreille avant de sentir ces lèvres et ces dents me la mordiller, je lève mon bras pour le repousser de ma main délicatement, il me dit alors.

"Contente-toi d'apprécier."

Le ton de sa voie était un peut sec, mais je ne suis pas venue ici pour eux, n'y pour participer à leur fête, je suis venue voir Adramelech ce qui m'a amené dans cette pièce ou visiblement personne ne sait ou il est, lui qui se ventait d'être un grand seigneur des enfer.
Les caresses continuant de toute part, le visage de ce colosse viens à quelques centimètre du mien, je sent son souffle sur mon visage, ces yeux marron fixe les mien, puis je le vois s'approcher amenant ces lèvres effleurer les miennes alors que je gémis sous leurs caresses incessante, je fini par détourner le mien alors que les deux femme sans cesser de me caresser dézippe la fermeture éclaire de ma robe et la font glisser le long de mon corps, je tente de retenir celle-ci mais en vains.

Non pas ma robe... aaaannnmmmh...

Les deux succubes prennent le temps de s'accroupir caressant mes jambes et me faire lever un par un les pied pour retire ce morceau de tissu, elle caresses, pinces, lèches et mordille au passage mes mollets, mes cuisses, mes fesses, mon dos, mes épaules, mon cou, mes bras aucune parti de mon corps qui leurs est accessible n'en réchappe, mes mains venant les repousser pour qu'elle arrête, mais celle-ci ont juste l'air d'apprécier les mains qui les repousse.

La main caleuse sur ma fesses se retire et je sent celle-ci venir sur ma mâchoire pour le faire tourner la tête vers le colosse, il viens m'embrasser sauvagement, ces lèvres épaisse englobe les miennes, je ferme les yeux alors que les succubes me tiennent les bras et s'amuse à me faire caresser leurs corps, dans une de mes mains je sent un seins ferme et dans l'autre je sent une peau douce, celle d'un ventre ou d'un bas ventre.
La langue de l'homme s’insinue dans ma bouche pour venir caresser la mienne, dans un ballet nos langue se caresse mutuellement, notre salive se mélange, il enfonce profondément sa langue dans ma bouche à me rendre toute chaude, le souffle court et haletant j'apprécie se baiser alors que les deux fesses continue de monter et descendre pour caresser, lécher, mordiller, pincer tout mon corps elles arrivent à hauteur de mes fesses maintenant entièrement à disposition et elles me les mordilles avec envie, je sent leurs dents pointue, ça me donne des frissons dans tout le corps.
Le mâle dominant rompant son fougue baiser, j'ouvre les yeux alors qu'il me lance.

"Je ne sais pas où se trouve celui que tu cherches, mais..."

Je le sent onduler vulgairement du bassin avant de rajouter.

"Si tu m'aides à passer un bon moment, je pourrai certainement t'aider."

Le sourire au lèvres, je sent ces deux grande mains venir sur mes petite fesses et mimant l'acte obscène qu'il voudrais bien avoir avec moi, sentant au passage sa longue et épaisse colonne de chair brulante de désir caresser mon bas ventre et mon ventre, attisant d'avantage mon excitation.
Hésitante je lui répond.

Je... Je ne sais pas... vous être sur de... mmmmh... pouvoir m'aider?... Je ne voudrais pas... Me faire avoir... Encore...

Les deux succubes se sont relever et à peine ma phrase fini, que l'une d'elle viens attraper mon visage de ces douces mains pour le maintenir et venir m'embrasser dans un sulfureux baisé, nos langues se mélanges, de ma main je tente une unième fois de la repousser, mais ça m’excite de plus en plus et je ne peux rien faire pour résister, quand la première romps le baiser c'est sa copine qui prend le relais venant elle aussi posséder ma bouche dans un torride baisé, elles s'alternent à prendre ma bouche laissant de long filet de bave relier nos lèvres respectives, mais les deux succube ne semble pas en avoir assez, puisqu'elle me retourne assez brusquement, le colosse venant se coller à moi dans mon dos, je sent son long et gros braquemart passer entre mes cuisses caressant et irradiant de chaleur mon petit abricot qui dégouline de mouille et qui a entièrement tremper le string, je sent celui-ci se mouvoir faisant coulisser son colossale membre sur mon minou encore couvert, je ne l'avais pas vue jusqu’à là, mais maintenant je le vois dépasser entre mes jambes, je doit dire que la taille est impressionnante, alors que mes mains viennent cacher mes seins percer, une once pudique restant toujours en moi, les mains du colosse viens très vite remplacer les miennes alors que les succubes lèche mon ventre et remonte petit à petit, les main du colosse viennent prendre à pleine main mes seins et les malaxes fermement de ces mains rêches, jouant avec les anneaux qui les ornes, je gémis de plaisir alors que tout ces caresses me rende folle de désir, alors que la bouche des succubes arrives au niveau de mes seins le colosse les leurs présente et tout en continuant de les malaxer celle-ci s'affaire à les lécher, les mordiller, les aspirer, laissant de la bave dégouliner dessus.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2751



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Janvier 30, 2016, 11:51:00 »

Le petit coté farouche de Lili avait quelque chose de diablement séduisant. Le petit jeu auquel jouaient les trois infernaux, n'aurait pu trouver de meilleur cobaye que la frêle et délicate petite magicienne, qui avait l'air étonnamment bien habillée pour une jeune fille qui cherchait uniquement à rencontrer quelqu'un. Si la bague l'avait amenée ici, sans doute était-elle un présent pour la petite sauterie, et Helel comptait bien l'accepter comme telle.

Ses succubes l'aidaient alors à déballer le cadeau, joliment enrubanné et enveloppé. Elles s'y prenaient avec patience, avec douceur également. Bien qu'elles prennent un malin plaisir à pincer les petits mamelons délicats que Lili, et qu'elles adorent lui mordiller la peau de leurs dents un peu pointues. Mais comment leur en vouloir? La jeune femme était tout simplement adorable, du genre de celles que l'on aime à agacer tendrement, pour voir le plaisir naître sur leurs jolis minois. Helel aimait voir ses amantes dociles, alors seulement leur faisait-il découvrir une autre facette des plaisirs charnelle, une beaucoup plus brutale.

Mais le beau diable savait plonger ses partenaires les plus dociles dans une véritable transe. Les mouvements de ses mains étaient parfaits, caressant la peau, massant la chair avec un mélange de douceur et de fermeté. Son corps également, agissait comme une agréable source de chaleur, qui engourdissait aisément un corps de femme, qui les faisait soupirer et s'abandonner. Les deux succubes, quant à elles, jouaient un jeu moins sophistiqué, plus bestial et imprévisible. Leur faim les poussait à chercher un peu de cyprine ou de foutre, pour s'en régaler, et elles agissaient comme des animaux affamés, lapant et harcelant Lili, qu'elle leur accorde sa précieuse mouille.

"Ne joue pas aux innocentes avec moi, ma jolie." Murmura le fauve, ses intonations rauques vibrant dans les oreilles de la jeune femme. "Je sais que tu es une petite salope, dans le fond."

Contrastant avec ses paroles, le Maître déposa un petit baiser sur la joue de Lili, avant de descendre le long de son cou. La différence de taille rendait la tâche difficile, et il du s'arrêter beaucoup trop tôt à son goût, ce qui l'incita à enjoindre les deux diablesses, à finir son travail. Il suffit d'un regard pour que les succubes comprennent, et elles ne furent que trop heureuses de se voir accorder les mamelons de Lili, alors que le beau diable découvrait l'intégralité de sa poitrine, ses mains glissant vers son bas-ventre.

Tandis que les deux salopes infernales s'affairaient à étirer les tétons de la magicienne, entre leurs lèvres expertes, Helel faisait passer ses doigts sous le petit string de Lili. Il sentait la chaleur et la moiteur de son fruit défendu, avant même que ses doigts n'aient véritablement posé leur pulpe contre les lèvres intimes. Délicatement, le colosse vint chercher un peu de cette précieuse mouille, en enduisant ses gros doigts, qui glissaient contre l'intimité luisante et chaude. Son majeur et son annulaire, bien huilés, vinrent alors s'en prendre au petit clitoris de Lili, en devinant aisément la forme. Doucement, il entama un mouvement circulaire, sans trop forcer, gardant la caresse aussi légère que possible.

"Je pense que vous allez vous régaler." Affirma le démon, à l'attention des deux diablesses. "Attention." Dit-il à Lili, alors qu'il lui soulevait les jambes d'un seul coup.

Il l'avait attrapée à l'arrière des cuisses, repliant ses jambes en la remontant légèrement, de sorte à ce que son intimité soit encore en train de mouiller abondamment sur le chibre du colosse, mais que ses pieds ne touchent plus le sol. Pour ne pas tomber, elle pouvait uniquement s'accrocher aux avant-bras énormes du démon, ou à son cou, par l'arrière. Toujours était-il que la queue d'Helel reluisait de mouille, malgré le sous-vêtement de Lili.

Sous-vêtement qui finit bien vite déchiré par des mains impatientes. Ainsi les succubes pouvaient-elles se régaler, l'une de la queue, l'autre de l'intimité. Et elles alternaient, gourmandes et désireuses de goûter chaque plat proposé. Lili avait en vue les deux diablesses, qui l'observaient de leurs beaux yeux dorés, soucieuses de savoir si elles faisaient bien leur travail. Car même si l'humaine était une simple mortelle, elle était visiblement élue par le Maître, aussi valait-elle bien mieux qu'elles, pauvres salopes infernales sans valeur.

"Est-ce qu'elles font un bon travail?" Demanda le colosse, dont le sexe commençait à coulisser de plus en plus près du petit trou de Lili. "Tu peux les insulter si non, elles aiment ça." Affirma-t-il.
« Dernière édition: Janvier 31, 2016, 08:48:45 par Stephen Connor » Journalisée

(´・ω・`)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Janvier 31, 2016, 01:27:03 »

"Ne joue pas aux innocentes avec moi, ma jolie." "Je sais que tu es une petite salope, dans le fond."

Ces paroles rauques me donne des frissons dans tout le corps alors qu'il me traite de petite salope, je sent par la suite ces douces lèvres baisé ma joue et descendre dans mon cou, me donnant encore plus de frissons de plaisir, alors que je sent aussi les bouches des deux démones remonter le long de mon ventre et venir s'occuper de mes mamelons offert par le beau diable derrière moi.

Les deux succubes s'affaire à s'occuper chacune d'un de mes mamelons, léchant, aspirant, suçotant, mordillant ceux-ci de leurs chaude et douce lèvres et langues qu'elle manie comme des expertes, j'en tremble de plaisir rendant mon souffle court, les mains du colosse derrière moi délaisse mes seins mais celle-ci sont vite remplacer pour celles des deux démones qui on l'air de se régaler, sous le plaisir, je me mord la lèvre inférieur en envoyant ma tête en arrière contre le torse musclé le l'homme derrière moi.
Je sent ces grandes mains rapeuse caresser mon ventre avant de passer sous mon string, me faisant lâcher un hoquet de surprise alors que c'est doigts passe sur mon mont de venus imberbe, ces doigts viennent caresser mes grande lèvres et passe dans ma petite fente trempé, sous ces caresses je me cambres d'avantage venant m'appuyer contre le bassin du colosse et présenter un peut plus ma poitrine au deux démones.
Les doigts sur mon intimité continue leurs œuvres, alors que deux de ces doigts viennent trouver mon petit bouton d'amour et venir lui donner de douces caresses circulaire faisant au passage bouger mon anneau clitoridien, je languis de désir et d'excitation alors que mes main viennent s'accrocher au bras du colosse qui s'amuse avec mon intimité.

Ces douces caresses dure un moment, me rendant le souffle cours alors que mes gémissement se font plus audibles sous toutes ces attentions, mais tout à une fin, enfin je veux dire une suite, puisque les mains du colosse se retire de mon intimité, je l'entends dire.

"Je pense que vous allez vous régaler."

Je comprend qu'il parle au deux autres femmes, qui délaissent mes seins à leurs chaudes bouche, puis il me préviens sans que je ne le comprenne.

"Attention."

HHAAAPP...

Je lâche un hoquet de surprise alors que je sent ces mains passer sous mes cuisses et me soulever les jambes écarté comme si je ne pèse rien, m'amenant contre son torse musclé et chaud, j'amène mes petit bras enrouler son cou venant caresser sa chevelure sans m'en rendre compte.
Les deux diablesses reviennent à la charge et sans attendre, elles empoignent chacune d'entre elle un morceau du string avant de tirer chacune d'un coté pour le déchirer et le jeter au sol.
Je ré-ouvre les yeux et penche la tête vers les deux succubes qui me regarde de leurs yeux envieuses alors qu'elles hument mes effluves, avant qu'une d'elles viennent de façon gourmande et vorace contre mon petit abricot pour le dévorer, sentant sa langue passer dans ma petite fente, léché goulument mon clitoris et son anneau, alors que ces mains écartent mes grandes lèvres découvrant la couleur rosé de ma chatte et y enfoncer plus profondément sa langue chaude dans mon intimité bouillonnante, je sent aussi ces douces lèvres aspirer quand elle s'en occupe ma petite cerise pour la flatter de nombreux coups de langues qui me font vibrer de plaisir, j'en perd mes repaires tellement ces bon, je jette ma tête en arrière sur l'épaule du colosse alors que mon souffle deviens de plus en plus saccadé et mes gémissements plus aigus.
Mais les deux démone alterne alors que l'autre s'occupe du membre imposant du colosse, elle remonte sur mon antre alors que sa copine lui laisse la place, toute aussi agile de la langue et des lèvres que sa copine, elle s'occupe de mon antre, se délectant de ma cyprin, elles changes plusieurs fois de place m'amenant l'une et l'autre au bord de la jouissance sans pour autant me la donner, comme si elle le faisait exprès, c'est alors que la voie rauque vibra à mes oreilles.

"Est-ce qu'elles font un bon travail?"

mmmmh... aaaaaah... Oui... Mais... oooooooh... mmmmmh...

"Tu peux les insulter sinon, elles aiment ça."

Je suis tellement au bord de l'extase que je n'arrive même plus à formuler un phrase correctement, mais ce que viens de me dire le colosse qui me tiens contre lui va peux être me permettre de pouvoir jouir, si je peux les insultés, je peux peux être aussi les commander.
Retirant mes bras du cou du colosse, je viens caresser d'une main la chevelure de celle qui me torture la chatte avant de l'empoigner fermement de mes petit doigts pour la guider au bonne endroit sur ma moule, sa bouche englobant mon clitoris et un partie de ma fente, elle se laisse faire, alors que j'appelle l'autre succube.

mmmmh... Hey... aaaaaaah... HO!... Bouffeuse de queue!... ooooooooh... La succube qui s'occupe du membre du colosse s'arrête net et me regarde la bite à la bouche. Oui toi... mmmmmh... Viens par là... aaaaaah...

Elle délaisse la queue du colosse et remonte entre mes jambes voyant que je tiens sa copine d'une main, de ma main droite j'écarte ma fesses droite pour lui faire comprendre que je veux qu'elle s'occupe de mon anus, obéissante elle s'exécute venant se placer dessous écartant mes petite fesses de ces doigts pour atteindre mon petit trou alors que je viens placer ma main libre sur sa nuque pour la maintenir elle aussi avant de leurs ordonner.

Al...Allez y bande petite salope, lécher moi bien fort... AAAAAAAAAAH... MMMMMMH...

De suite après mon ordre les langues s'activent, alors que la langue sur mon clitoris s'affaire à faire ce qu'elle fait depuis le début, celle sur mon anus s'affaire à faire des cercles autour de celui-ci avant de doucement si enfoncer dans un pur plaisir je ne met pas longtemps à atteindre mon apogée alors que mon bassin ondule de lui même, la respiration saccadé, mes muscles se tendent jusqu'au moment fatidique ou tout le plaisir explose en moi parcourue de spasme incontrôlés, je hurle mon plaisir dans un long gémissement de plaisir.

GGNNNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah... aaaaaaaaah... mmmmmh...


Alors que je me cambre sous le plaisir, je lâche mon emprise sur le deux succube mais elle continue de faire ce que je leurs est ordonné malgré mes spasmes de plaisir prolongeant mon orgasme, ma tête revenant sur l'épaule du colosse alors que je reprend mon souffle le bassin et les jambes tremblantes, gémissant de bonheur à l'extase que je viens de ressentir.
 


Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2751



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Janvier 31, 2016, 09:22:58 »

Helel aimait les amantes soumises, mais il aimait encore plus celles qui savaient se montrer juste assez dominatrices et vicieuses pour renouveler un peu leur jeu. Aussi Lili surprit-elle agréablement le colosse, en injuriant les deux succubes, avant de leur donner des ordres plus que lubriques. Avec sa petite carrure et ses airs innocents, si l'on exceptait sa tenue de petite salope, la jeune magicienne avait l'air plus prude encore qu'une nonne. Pourtant, il n'en était rien, et c'était tout naturellement que les ordres et les paroles obscènes fusaient.

"Eh bien, tu n'as pas mis longtemps à dévoiler ta vraie nature." Commenta le beau diable, lapant goulument le cou de Lili. "Un peu dominatrice sur les bords, ma petite catin?" Demanda-t-il, amusé.

Les deux succubes étaient visiblement ravi de servir quiconque. Que ce soit Lili ou Helel, les deux diablesses ne vivaient que pour satisfaire un sexe chaud, en récolter le jus, comme si c'était le plus divin des nectars, la seule essence capable de leur faire connaître l'extase. Ce qui était vrai, pour les deux catins, qui avaient besoin de sexe comme un mortel avait besoin d'eau et d'air. Alors était-il très facile de diriger les attentions de ces créatures, surtout lorsqu'elles souhaitaient se rassasier à ces orgies, qui étaient pour elles de véritables buffets.

Et Lili semblait être un régal, si l'on en croyait les lapées bruyantes et impatientes des démones, qui se bousculaient avidement pour avoir un peu plus de chair moite à lécher et embrasser. Elles étaient dévouées dans leurs gestes, ne cherchant qu'à plaire à Lili, qui devait avoir l'impression d'être une véritable Déesse pour ces deux salopes sans valeur. Mais Helel comptait rappeler sa véritable place à son nouveau jouet. Qu'elle se souvienne malgré tout qu'Helel était le seul Maître à bord, et qu'elle lui devait l'obéissance : elle ne jouissait en ce moment même, que parce qu'il avait daigné la laisser jouir.

Son sexe massif demandait d'ailleurs de l'attention, tressautant contre les fesses de la jeune femme. Il n'était pas facile, dans cette position, de la pénétrer par devant, aussi le gland du démon pressait-il maintenant contre la petite rondelle de Lili, appuyant son trop de force, mais assez pour dépasser l'oeillet étroit, feignant de commencer à s'y enfoncer. Le fauve ronronnait en même temps, couvrant de baisers le visage et le cou de la magicienne. S'il aimait se montrer brutal, il savait également récompenser les femmes qui lui faisait ressentir ce rare désir.

"Et que dirais-tu... De jouer avec moi, maintenant?" Proposa le géant, enfonçant finalement la plus grosse partie de son gland entre les fesses de Lili, qui devait remercier le ciel que l'on ait passé de longues minutes à humidifier ce véritable pieu de chair, auparavant. "Qu'est-ce que tu préfères, salope? Continuer à jouer avec ces petites succubes, ou te faire défoncer de devant par un autre démon?" Il la taquinait, allant et venant alors qu'il n'était même pas véritablement entré de tout son long dans le cul de Lili, la faisant languir par la même occasion. 

Quant aux deux succubes, elles s'étaient chacune accordée un nouveau jouet. L'une léchait doucement les boules du colosse, tandis que l'autre lapait amoureusement l'entrejambe de Lili, dévorant son petit abricot avec passion, alors que ses doigts filaient à l'intérieur de son intimité, la raclant avec délicatesse. Helel n'allait pas bien vite dans ses mouvements, rendant la tâche aisée pour le moment. Il ménageait l'adorable petite humaine, incertain de sa résistance, ne pouvant se fier qu'à sa toute petite carrure. Cependant, il remarquait bien qu'il n'avait aucun mal à coulisser en elle, y allant bien fort malgré sa lenteur, écrasant ses couilles contre le petit minou de Lili, occupé par deux doigts intrusifs.

"Tu peux te laisser aller." Souffla le démon. "Rien de ce que nous ferons ne quittera cette pièce." Affirma-t-il, le ton aussi doux que le lui permettait sa voix rauque, tandis qu'il mordillait affectueusement l'oreille de la petite soumise.
Journalisée

(´・ω・`)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Janvier 31, 2016, 11:55:45 »

Reprennent mon souffle et mes esprits ma tête toujours sur l'épaule du colosse, je sent les lèvres et les langues des deux succubes continuer de me lécher avec gourmandise, quand celle qui lèche mon anus se retire, j'entends la voie rauque de l'homme muscler me dire.

 "Eh bien, tu n'as pas mis longtemps à dévoiler ta vraie nature."


Rouvrant les yeux à cette remarque, j'en ai les joues qui deviennent toute rouge, relevant la tête alors que les douce lèvre de cette homme me lèche tendrement le cou avant de répondre.

Heu... Non, ce n'est pas ce que...

Il ne valait mieux rien rajouter au risque de s'enfoncer d'avantage, j'ai pu jouir et avoir du plaisir, surtout dans l'endroit ou je me trouve c'est déjà ça, tiens d'ailleurs je suis ou?
Je regard autour de moi pour voir d'autres monstres rentrer dans cette grande pièce, alors que d'autres copules toujours, certain d'entre eux me regard avec insistances, mais aucune inscription au mur, rien qui m'indique ou je peux me trouver.
La voie rauque retentis encore un fois me faisant vibrer de l'intérieur.

"Un peu dominatrice sur les bords, ma petite catin?"

Mes joues rougisse une nouvelle fois quelque peut gêner qu'il me traite de catin, je ne préfère ne pas répondre, pour ce qui est de la domination je ne suis pas encore prête, tout ce que je voulait tout à l'heure c'était pouvoir jouir, mais est ce qu'il pouvais le comprendre? Certainement.
La succube qui s'occupe de ma fente attise à nouveau le désir en moi, ne s'étant pas arrêté depuis que je lui ai demandé, elle lèche à grand cou de langue rapide mon petit bouton des plaisirs gorgé de sang, diffusant en moi des ondes plaisantes qui ravive mon désir, je baisse mon regard pour voir son regard dans la mien, je lui sourie de satisfaction avant de lâcher de petit gémissement de plaisir quand elle insère deux doigts dans ma vulve, s'y enfonçant sans difficulté, elle fait de lent en ample aller et venue de ces doigts en les faisant tourner caressant mes douces membranes velouté.

Mais bien vite alors que mon excitation reviens à la charge, je sent quelque chose de chaud et imposant venir entre mes petites fesses, tapotant celle-ci avant de venir s'appuyer contre mon anneau rectal, cette chose je sais ce que c'est puisque je l'ai vue il y a quelques minutes entre mes jambes, c'est le long et imposant membre veineux du colosse qui me tiens et vue la taille monstrueuse, je ne suis pas du tout préparer à le prendre par derrière.
Sentant ça je commence quelque peut à panique alors qu'il deviens de plus en plus insistant sur mon anus au point de distendre de plus en plus mon anneau rectal, une légère douleur commençant à se faire sentir.
Je regarde l'assembler dans la salle, la succube qui me lèche, tourne la tête vers le colosse derrière moi avec un regard quelque peut inquiet alors que je sent l'insistance de se gland sur ma rondelle qui ne cesse de pousser, je lance alors au colosse.

Qu... Qu'est ce que l'ont fait maintenant, parce qu'Adramelech doit m'attendre...

C'est toujours de la même voie rauque qu'il me répond.

"Et que dirais-tu... De jouer avec moi, maintenant?"

Juste après ces dires, j'ai le souffle couper pendant de longues secondes, les yeux écarquiller, mes poings se serre, la bouche grande ouverte cherchant à crier la fulgurante douleur qui me déchire l'anus alors qu'il s'enfonce avec force d'une pousser puissante faisant d'abord passer la corole de son énorme gland imposant avant de pousser une bonne partie de son chibre veiné dans mon anus qui se contracte fortement sous la douleur, il doit se sentir à l'étroit le salop.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH... AAAAAAAAAAAAAAAH...

Hurlant ma douleur dans un cri déchirant, toute l'assembler doit s'être retourner sur moi, alors que des larmes envahissent mes yeux et dégouline sur mes joues, je suis terrasser par la douleur m'étant ma tête à nouveau sur l'épaule du colosse, je gémit de douleur alors que je le sent aller et venir doucement en moi, sentant son épaisseur dilater de force mes douce membranes cannelées et étroites, le souffle cours j’essaie de me détendre mais voilà qu'il s'amuse à me demander.

"Qu'est-ce que tu préfères, salope? Continuer à jouer avec ces petites succubes, ou te faire défoncer de devant par un autre démon?"

Il m'encule par surprise et en plus il voudrais faire participer l'un des monstres de l'assembler, mais ça va pas, je veux qu'il se retire de mon cul surtout, mais ça ne semble pas dans ces projets, rassemblant les quelques force que j'ai pour parler je lui répond.

GNNnnn... AAAAAAAH... Sss... Sortez là... Elle est... OOoouufff... trop... GGgnnmmmh... grosse...

Mes supplications ne serve à rien puisqu'il continue d'aller et venir en moi lentement mes surement en forçant inexorablement à chaque introduction pour toujours  faire entrer un peut plus de sa monstrueuse queue, la douleur commence à s'estomper peut à peut, alors que je passe mes mains dans mon dos et viens caresser le bas ventre du colosse de mes doigts fin pour le freiner un peut dans son avancer, choses qui ne sert à rien alors que je sent son bas ventre venir s'écraser contre mes petites fesses, forcer de constater qu'il à réussi à tout rentrer, il continue ces lent mouvement de pénétration me faisant sortir des gémissement plaintif, mais bientôt la douleur s'estompera encore un peut plus laissant peut être place au plaisir, plaisir qui est tout de même là puisque la succube continue son œuvre à léché mon clitoris avec gourmandise.

"Tu peux te laisser aller. Rien de ce que nous ferons ne quittera cette pièce."

Me dit le démon derrière moi de sa voie rauque, en me léchant tendrement l'oreille se qui me donne des frisson, c'est se que s'essaie de faire avec ton gros braquemart dans les fesses mais ce n'est pas facile, tout de même mon souffle deviens plus régulier plus lent, alors qu'il y a quelques pique de douleurs quand il se meut en moi ça reste supportable alors que je sent toute les aspérités de sa queue, son gland allant profondément, ces veines, ces palpitations, je ressent tout.
J'arrive en fin de compte à apprécier son épaisseur après plusieurs minutes de lentes pénétrations.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2751



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #9 le: Février 05, 2016, 02:22:23 »

Un cri, et presque toute la foule se tut, observant Lili d'un air étonné. Sa douleur avait quelque chose de magnifique, et ses larmes ne faisaient qu'attiser l'envie, le désir de cette armée de monstres bestiaux, qui semblait copuler moins pour le plaisir de la chair que pour le plaisir de malmener leurs amantes. Helel faisait partie de ces gens qui tiraient une plus grande satisfaction de l'impression de pouvoir, que des cannelures moites d'une intimité bien serrée. Même s'il restait un grand amateur de petits trous étroits.

Lili laissait enfin entrevoir un peu de véritable réluctance, cette fois-ci. Il semblait que tout lui convenait, tant qu'on la léchait la caressait, mais au moment d'enfin se faire proprement empaler sur un pieu de chair, la jeune fille perdait tout courage, suppliant son amant de ne pas s'immiscer plus profondément encore en elle. Bien évidemment, ces suppliques étaient totalement ignorées par le colosse, qui grognait d'aise en se mordillant la lèvre inférieure, les yeux plissés en signe de plaisir.

Il utilisait la petite salope comme une véritable poupée de chair, la levant et montant sur sa queue comme si elle n'était rien d'autre qu'un vulgaire sextoy. Ce qui n'était pas loin de la réalité, à peu de choses près qu'Helel en prenait soin, veillant à ne pas trop l'abimer. Il ne voulait pas la briser, après tout, car le petit cul de la salope était incroyablement chaud et étroit! Helel se retenait de commencer à marteler ce cul délicieux, son bassin tremblant de sa retenue herculéenne pour ne pas défoncer ces fesses serrées.

"Hmf... C'est ton petit cul qui est trop serré." Taquina le démon, mordant doucement la nuque de Lili. "Ne t'en fais pas, je vais bien te l'élargir, tu as encore pas mal de queues à satisfaire."

Il y eut un ricanement général, et certains monstres finirent même par s'approcher pour observer la scène, se moquant ouvertement de la pauvre petite humaine, qui tentait de résister à un démon. Tous savaient ce qui arrivait aux mortelles qui s'échouaient dans ce genre de sauteries : celles qui survivaient à leur traitement finissaient esclaves dans un harem de Noble Infernal. Alors, les plus basses raclures invitées à l'orgie comptaient bien se faire plaisir, tant que la jolie petite humaine était encore accessible à leurs griffes crochues.

"Allons, mes chers amis, faites-vous plaisir." Invita le colosse, présentant l'intimité de Lili et désignant ses deux succubes.

Tout le monde ne s'était pas arrêté, heureusement pour Lili. De plus, la plupart des curieux avaient décidé de se rabattre sur les succubes. Helel était loin d'être le seul à apprécier les humaines, mais l'on n'osait pas trop s'approcher d'un Noble aussi irascible, pour partager son repas. Un intrépide incube à la peau bleue se dévoua cependant. Le pas confiant, il se mit face à la petite magicienne, posant la pointe gonflée de son sexe contre les lèvres intimes de Lili. Son sexe caressa longuement l'abricot, tandis que le séduisant diable jouait avec les lèvres de l'intruse.

Helel, quant à lui, accélérait le rythme, profitant du plaisir qu'offrait l'incube à Lili pour mieux faire passer la pilule. Si tant est que le chibre inhumain du colosse puisse-t-être comparé à une simple pilule. Pour l'heure, c'était plutôt un tronc d'arbre que le sadique cherchait à faire coulisser dans le petit cul de la pauvre Lili. Heureusement d'ailleurs pour l'humaine que ses petits couinements de douleurs étaient adorables, car Helel était par conséquent satisfait de son oeuvre, et ne cherchait pas à défoncer brutalement les fesses de sa proie.

"Allez petite salope, dis-moi à quel point c'est bon." Ronronna le fauve en martelant un peu plus fort sa proie. "Je sais reconnaître les petites salopes qui adorent se faire baiser par plusieurs personnes à la fois. Et ça se lit sur ton petit visage." Dit-il en déposant un doux baiser contre la nuque de Lili. "Tu devrais me remercier de réaliser ton fantasme."

Finalement, l'incube invité décida de s'immiscer profondément dans la petite chatte mouillée de l'humaine, grognant de plaisir en découvrant le velours délicat de ses entrailles moites. Elle était absolument divine, et le jeune démon s'arrêta un instant pour savourer cet écrin de chair, au confort sans pareil. Il avait les mains libres, et en profita alors pour venir imposer sa poigne sur la poitrine de Lili, la pinçant et la massant avec désir. Il était bien moins gros que le colosse, tant de la tête au pied que du gland à la base, mais l'incube se défendait vaillamment, son sexe se faisant bien plus délicat et sensuel que celui du Maître, qui martelait encore Lili comme un vulgaire sextoy.

"Ce n'est que le début, ma belle. Garde des forces." Ricana doucement le beau diable.
Journalisée

(´・ω・`)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Février 07, 2016, 04:44:51 »

Suite à mes gémissements et paroles plaintives que son énorme queue est trop grosse pour mon petit trou, alors que je le sent pousser pour s'enfoncer lentement mais surement dans mes chaires étroites, il pousse lui aussi un grognement avant de me répondre.

"Hmf... C'est ton petit cul qui est trop serré."

Je sent ces douces lèvres venir se poser de nouveau dans mon cou et sa langue me lécher tendrement, alors qu'en même temps il me le mordille gentiment, me donnant d’agréable frissons qui parcours mon corps.
Mes main toujours dans mon dos viennes à la rencontre du bas ventre du colosse à chaque fois qu'il me fait redescendre sur sa longue et large queue veinées, je sent sous mes doigts des poils ras, des viennes saillante et celui-ci trembler alors qu'il viens écraser mes petites fesses sous mon propre poids.
J'entends à nouveau celui-ci ouvrir la bouche de sa voie grave.

"Ne t'en fais pas, je vais bien te l'élargir, tu as encore pas mal de queues à satisfaire."

Sur ces mots alors que toute l'assembler se met à rigoler à ce qu'il viens de dire, j'ai un petit spasme d'effrois, enserrant fortement mes muscles autour de cette flute de chair chaude et palpitante, me donnant une légère douleur alors qu'il n'arrête pas de me monter et descendre pour m'empaler sur son braquemarts.
C'est qu'il compte passer encore un moment à me ramoner pour que je m’habitue à son monstre, mais tout à l'heure il avais juste dit que je devais le satisfaire lui, alors pourquoi est ce que je vois d'autres monstres se rapprocher de nous, de moi avec leurs regard lubriques et malsains?
Entrecoupé de gémissements je répond au colosse.

MMMmmmh... Mais Monsieur... Je... AAaaaaaah... Je pensais que... OOooooh... Je devais vous... Oooouufffh... Vous aidez à... AAaaaah... Vous divertir vous... AAaaammmmh... Pas les autres... Aaaaah... Si?...

Il ne prend même pas la peine de me répondre, continuant de m'empaler doucement sur sa grosse bite jusqu'à la garde, il invite les autres monstruosités à se rapprocher.

"Allons, mes chers amis, faites-vous plaisir."

La succube qui mange mon bouton d'amour me délaisse et se retourne pour faire face à ces nouveaux monstres qui se sont rapprochés, je vois les deux succubes se faire emmener plus loin derrière moi par six autres monstres, je ne les vois plus, mais il reste de nombreux monstres devant moi qui nous observe toujours avec le même regard envieux, pleins de lubricités, et alors que la place de mon petit abricot c'est libéré qu'un des monstres s'approche de moi, en y regardant de plus près celui-ci n'était pas laid du tout, loin de là c'est juste le fait qu'il est la peau bleu qui peux être déstabilisant, sinon les trait de son visage sont fin, il a un corps musclé, pas autant que le colosse derrière moi mais ça reste raisonnable et plaisant pour les yeux et au toucher même si je n'y ai pas encore toucher.
Cette incube à la peau bleuté viens se coller à moi, amenant son bassin contre le miens, venant caler son membre bander moins imposant en longueur comme en largeur que celui du colosse qui me sodomise, mais tout de même de taille très respectable contre ma douce intimité dégoulinante de mouille et de bave, il profite que le colosse me face monté et descendre pour frotter sa queue à se même rythme, sa lance de chair coulissant sur ma petite fente et contre mon clitoris en érection, celui-ci me donnant beaucoup de plaisir malgré mon appréhension de me faire prendre en sandwich par ces deux hommes, si on peux les appeler comme tel, des moments plus intense de plaisir me font contracter plus fortement mes muscles internes enserrant fortement le monstre veineux du colosse dans mon petit puis étroit, je l'entends même râler de plaisir sous mes contractions, alors qu'il me lèche encore et toujours le cou, le démon bleu quand à lui viens s’emparer de mes douces lèvres, venant coller son torse musclé contre mon buste, écrasant ma poitrine, il investi mes lèvres de sa douce langue, je ne résiste pas et le laisse entrée allant par a suite investir ma bouche et venir titiller ma langue de la sienne dans un langoureux baiser, étouffant mes gémissements plaintifs alors que je sent le colosse accélérer non plus mes montées et descente mais ces coups de reins qui se font amples mais persistant pour rentrer son barreau de chair veinées jusqu'à la garde, venant percuter mes petites fesses de son aine musclé.
Une de mes mains reste dans mon dos essayant comme je peux d'amortir les pousser intrusives du bélier de chair du colosse dans mon petit trou serré alors que mon autre main viens sur le torse de l'incube bleuté caresser ces pectoraux et ces muscles abdominales alors que je sent ces mains caresser mes cuisses et mes fesses pour mon plus grand plaisir.
Le colosse qui me travaille le cul délaisse mon cou un instant pour prendre la parole de sa voie grave et rauque.

"Allez petite salope, dis-moi à quel point c'est bon."

Je le sens accélérer encore d'avantage ces allées et venues dans mon petit trou étroit, alors qu'une très légère onde de douleur persiste encore, mais aussi et surtout beaucoup de plaisir envahir tout mon corps alors que je sent son bas ventre et ces bourses pleines et lourdes venir claquer plus violemment mes petites fesses à chaque introduction jusqu'à la base de son gros pieux de chair.
Une fois lancer sur le rythme de croisière qu'il m'impose, il reprend la parole toujours aussi rabaissant.

"Je sais reconnaître les petites salopes qui adorent se faire baiser par plusieurs personnes à la fois. Et ça se lit sur ton petit visage."
"Tu devrais me remercier de réaliser ton fantasme."


Mes gémissements se font plus sonore encore alors que je romps le baiser interminable de l'incube, un filet de bave reliant ma lèvre inférieur à la sienne avant de me cambrer et venir poser ma tête sur l'épaule du colosse et lui répondre d'une voie haletante.

AAAAAaaaaaah... GGggmmmmnnnh... Ou... Oui... C'est... OOooooh... Bon... Mais je ne... MMmmmmmh... Suis pas une... GNNNnnaaaaah... Salope et comment... AAaaaah... Vous savez que... MMmmnnnaaah... C'est un de mes... OOoouuuuffh... phantasmes?
S'il vous plais... MMMMmmoooaaah... Ne le dite pas trop fort... MMMAAaaaaah... Ça pourrais en attirer... MMmmmh... D'autres... MMMMAAAAAAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaah...


Je lâche un long gémissement de surprise et de plaisir, relevant la tête de l'épaule du colosse, mon regard descendant vers le bas ventre de l'incube alors que celui-ci c'est mis dans l'idée de pénétré ma petite fente, écartant mes grandes et petites lèvres de son gland il s'enfonce doucement dans une pousser intrusive mais constantes, alors que je le sent s'enfoncer dans mes douces chairs humides et veloutées, je l'entends et sent le souffle chaud sur mon visage de ces grognement de plaisir.
Ma tête retombe en arrière sur l'épaule du colosse alors qu'il continue sa pousser interminable, écartant sur son passage mes douces membranes internes qui se contracte par le plaisir mais je sent qu'il lui manque de la place, parce que le colosse dans mon derrière continue son ramonage intensif et il doit le sentir à travers la fine membrane qui sépare leurs deux sexe.
Quand son bas ventre viens s'écraser contre le mien, il reste bien enfoncer sans bouger, voulant peux être que je m'habitue à sa queue, mais il ne reste pas inactif puisqu'il viens s'occuper de ma poitrine, ces deux mains sur chacun de mes seins, il commence par me les malaxer avant de s'attaquer à mes mamelons et aux anneaux qui si trouve, il viens les étirer, les pincer, les rouler entre ces doigts.
Alors que le colosse me pistonne toujours le derrière assez rudement maintenant depuis un moment, je me sent si bien remplis, que je ne tarde pas à avoir un autre orgasme exploser en moi alors que mes muscles se contractent fortement, mes membranes interne enserrant fortement leurs bites, je me cambres d'avantage alors que je pousse un gémissement libérateur avant que des milliers de fourmis s'éparpillent partout sous ma peau dans une douce chaleur apaisante, finissant de me remettre de ce nouvelle orgasme, le souffle haletant et gémissant de plaisir la voie rauque du colosse se fait encore entendre.

"Ce n'est que le début, ma belle. Garde des forces."
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2751



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #11 le: Février 10, 2016, 06:58:29 »

La bande de sadiques se moquait bien que Lili soit épuisée ou non, et encore plus qu'elle jouisse ou non. Tout ce que souhaitait cet attroupement de démons et monstres, c'était tester tous les trous de la petite salope, l'entendre couiner encore et encore tandis qu'ils la martelaient comme des brutes. C'était un peu mieux que d'être traitée comme du bétail, mais pas vraiment ce que la jeune humaine était venue chercher. Quoique, habillée comme elle l'était, sans doute Lili attendait-elle bel et bien de se faire défoncer par une armée de brutes.

Pour l'heure, la petite pute n'avait pas encore à subir les assauts des monstres les plus féroces des enfers. Aussi était-il bon qu'elle apprécie de sentir le pieu d'Helel la préparer, et qu'elle profite de la douceur qui caractérise les incubes, car ce n'était là que la mise en bouche. Les deux démons s'amusaient des manières de Lili, qui semblait vouloir les repousser autant qu'elle semblait vouloir hurler aux deux mâles de la détruire plus fort encore. Bien sûr, ils se moquaient éperdument de ce qu'elle pensait ou voulait, ils n'étaient là que pour se faire plaisir.

"J'adore ta façon de gémir." Murmura le beau diable en laissant le crâne de Lili reposer contre son épaule. "Tu m'excites." Grogna-t-il en donnant un puissant coup de butoir dans les fesses de la salope.

Pendant ce temps, l'incube s'était décidé à pénétrer la fragile petite salope, avec autant de douceur que lui permettait son gros chibre qui tressautait d'impatience. La moiteur de cette petite pute était incomparable, bien plus délicate que l'intimité de n'importe quelle succube. Le petit abricot était absolument parfait, et son écrin de velours arracha un gémissement d'aise au démon bleu, qui félicita Lili en lui massant tendrement les seins, dans ses mains attentionnées et douces. Pourtant, cette douceur ne se retrouvait pas dans ses coups de bassin, beaucoup plus passionnés et fougueux.

Les deux diables pistonnaient alors, encore et toujours, sans s'accorder sur leur rythme, laissant une constante vague de plaisir s'emparer de Lili, alors qu'il caressaient ses chairs de leurs queues veineuses, frappant son entrejambe et ses fesses de leurs bassins, qui claquaient contre elle et la faisaient couiner. Elle n'avait pas d'échappatoire, et se devait de subir totalement, soumise à un rythme erratique, qui se faisait de plus en plus violent à mesure que l'orgasme approchait pour les démons. Elle? Elle n'avait qu'à jouir, encore et encore sur leurs queues furieuses, qui découvraient son corps et n'avaient de cesse d'en redemander, s'enfonçant dans ses entrailles jusqu'à la garde. On lui giflait doucement la poitrine et le cul, aussi sadique que tendres et attentionnés.

Elle était belle, dans la jouissance, son petit minois magnifiquement déformé par l'expression de l'extase. L'incube lui lapa doucement la gorge pour l'encourager à s'époumoner plus fort encore, et Helel se mit à la marteler encore plus vite et fort, pour qu'elle se noie dans l'océan de cet orgasme. Oh, il n'en avait pas fini avec elle, et probablement n'oublierait-elle jamais la puissance des orgasmes qui la terrasseraient aujourd'hui, alors qu'elle serait humiliée et traitée comme une pauvre chienne. Elle était si douce, si parfaitement adorable, que le monstre n'avait qu'une envie : faire de cette salope une véritable masochiste assoiffée de sexe.

Helel allait jouir, et son comparse aussi. Leurs paires de mains se crispèrent contre la taille, le cul et la poitrine de Lili, alors qu'ils déversaient le flot brulant de leur foutre dans les entrailles ravagées de la jeune femme, tressautant en elle, crachant tellement de semence qu'elle en était presque remplie. Bien sur, la sensation devait être tout aussi orgasmique qu'étrange, d'autant que les corps musculeux des démons se pressaient contre Lili, l'empêchant de bien respirer, l'étouffant dans un étau sensuel et attentionné, mais diablement brutal.

"Aaaaah... Tiens..." Soupira Helel, vidant les dernières gouttes de son foutre, comme s'il faisait là un présent des plus précieux à Lili. "Ne t'évanouis pas, ma jolie." Ordonna le colosse, d'un ton doux, cependant.

Mais cela était plus vite dit que fait. Entre la fatigue physique et l'orgasme, l'humaine devait plus que tout souhaiter avoir une petite pause. Exceptionnellement, on la lui accorda. Les deux monstres quittèrent ses entrailles moites, et Helel la déposa au sol, délicatement. Il regagna le confort de son fauteuil, et enjoint Lili à venir s'asseoir sur ses genoux. Elle était toute frêle par rapport à lui, tenant aisément sur une seule des cuisses du Maître.

"Prends un peu de repos, l'orgie n'est pas finie, et je pense que tous te voudront comme plat principal." Murmura le colosse, caressant tendrement la chevelure de Lili. "Si tu es bien sage avec moi, j'empêcherai les plus barbares d'entre eux de te traiter... Comme on traite habituellement les intrus."
Journalisée

(´・ω・`)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Février 13, 2016, 06:41:34 »

Malgré mon récent orgasme et les fortes contractions de mes membranes internes sur ces queues en moi, le colosse n'a pas ralentie le rythme loin de là, même s'il avait plus de mal à se mouvoir en moi, il a forcé le passage rallongeant mon orgasme de plusieurs secondes et les sensations fut d'une telle intensité que je n'avais jamais ressentie un telle plaisir jusqu'à aujourd'hui.
Essayant comme je peux de reprendre mon souffle sous les coups de reins infernal du colosse dans mon petit cul, je sent le braquemarts de l'incube se mètre lui aussi en mouvement dans mon petit abricot, alors qu'il est profondément figé en moi, il se retire lentement avant de revenir brutalement et profondément dans ma petite fente, son bas ventre venant percuter le mien dans un bruit de chair s'entrechoquant, je gémis de plus belle alors qu'il part dans des vas et viens amples et soutenue venant profondément investir mon antre jusqu'à la garde.
Mes sensations son maintenant multiples et décuplées, alors que chacun se met à son rythme dans l'orifice qu'il investie jusqu'à la garde, les percutions de leurs bassins, parfois l'un après l'autre, parfois simultanément ou presque me donne un plaisir fou, ne laissant pas le temps à mon excitation de redescendre, alors que je viens de jouir il y a de ça quelques secondes à peine, je gémis et les entends râler de plaisir sous leurs coups de queues.
Ma tête toujours reposer sur l'épaule du colosse, je l'entends me murmurer à l'oreille.

"J'adore ta façon de gémir."

En même temps, la douleur et le plaisir est tellement intense que je ne pourrais pas ne pas gémir même si je voulais.
Je l'entends ensuite me grogner de sa voie grave.

"Tu m'excites."

GGAAAAAAAAAAAAaaaaaaah... AAAaaaaaah...

Alors qu'il viens de me dire ça, je pousse un long gémissement plaintif et de plaisir, la cause étant qu'il est pratiquement ressortie de mon petit trou étroit, seule son gland massif étant au chaud, avant de revenir bien plus violemment et brutalement m'embrocher de sa poutre de chair veiné, me faisant me cambrer encore d'avantage, et je suis sur, juste pour m'entendre encore plus gémir de plaisir.
Je délaisse de ma main le bas ventre du colosse et viens plutôt écarter une de mes fesses alors que mon autre mains monte sur l'épaule de l'incube qui viens me lécher tendrement le cou de sa douce langue alors qu'une de ces mains viens s'occuper de mes seins passant de l'un à l'autre pour les malaxer, jouer avec mes mamelons et les anneaux qui y sont, les pinçant, les tordant, les étirant et même les giflant gardant le feu ardent qui irradie ma poitrine de plaisir.
Son autre main viens sur ma fesses libre, celle que je n'écarte pas, il viens la malaxer elle aussi d'une main caleuse et y asséné quelques violentes fessées de temps en temps qui me font gémir un peut plus alors que je sent la brulure de celle-ci se répandre dans mes hanches et faire contracter mes muscles internes enserrant fortement leurs membres dans mes petits orifices étroit et chaud.

Ils sont chacun à leurs rythme, n'essayant aucunement de s'accorder avec l'autre prenant chacun leurs plaisir comme ils le veulent, je sent le gros chibre du colosse accélérer encore le ramonage intensif de mon petit derrière, claquant à une vitesse folle mes petite fesses de son bas ventre, l'incube est à un rythme moins rapide mais tout aussi brutal et soutenue.
Par moment alors qu'ils s'enfoncent dans mes chair simultanément ou presque dans mes douces chair étroite, je sent leurs lourds braquemarts s'entrechoquer en moi, écartelant sans douceur mes tendres membranes de force pour que chacun y trouve sa place en profondeurs, je me sent si pleine si remplis que j'en est parfois le souffle couper alors que mon bassin est écraser entre le leurs.
Ils me prennent comme des animaux sauvages pendant de longue minutes, sous l'effort d'encaisser leurs grosse queues, mon corps se recouvre d'une fine couche de transpiration, quelques goutes perle sur mon corps, j'ai tellement chaud sous le mélange de plaisir et douleurs que me procure ces deux démons, mon souffle haletant, mes gémissements fusent toujours, quand dans un dernier élan de brutalité ils viennent l'un et l'autre violemment m'écraser entre leurs deux corps musclés enfonçant leurs grosses virilités profondément dans mes chairs chaudes, leurs mains empoignant les anches ma fesse et un de mes seins, entre ces deux gaillards qui se pressent contre mon petit corps frêle j'ai du mal à respirer, je les entends alors râler et grogniez de plaisir, je comprend qu'il jouissent quand je sent au fond de moi leurs membres tressauter et une douce chaleur irradier mon bassin.
J'ai l'impression de sentir leurs foutre chaud me remplir alors qu'il reste un moment en moi à se déverser entendant au passage le colosse me lance.

"Aaaaah... Tiens..."

Sa queue toujours profondément figé en moi avant d'enchainer d'une voie fier et douce.

"Ne t'évanouis pas, ma jolie."

Le souffle cours, ils finissent tout de même par se retirer de mes orifices malmener, je sent comme un grand vide, du moins c'est la sensation que j'ai, même si au début je leurs demandais de se retirer, maintenant je leurs demanderais plus de revenir combler la sensation de vide que je ressent entre mes jambes, alors que le colosse me repose doucement au sol, mes jambes flageolantes me lâche, je chute sur le coté, reprenant mes esprits et mon souffle, je sent mon anus et ma petite fente distendus, j'amène un main sur mon anus pour le masser avec mes doigts, effectivement il est quelques peut ouvert et un flot de substance chaude et gluante en dégorge, le foutre du colosse sans doute, celui-ci est hypersensible à mes caresses se contractant sous celle-ci pour se refermer peut à peut jusqu'à la fermeture total.
Mon souffle redevenue normal, je regarde autour de moi, d'autres monstres me regardent toujours avec insistance et lubricité , jusqu'à voir le visage du colosse assis sur une chaise me faisant un signe de la main de venir jusqu'à lui.

Mes jambes encore tremblante, je sais que je ne pourrais pas me tenir debout, pour ne pas rester seule entourer de monstres au milieu de cette salle, je me relève pour être à quatre pattes et me déplace ainsi comme un animal non sans entendre quelques rires de la part des monstres de la salle, alors que je sent du foutre encore chaud dégouliner de ma chatte et de mon cul puis le long de mes cuisses, une fois à ces pieds, je m'aide de ces cuisses comme points d'appuis pour me hisser et m'asseoir sur une de ces cuisses, les jambes pendantes, je me colle à son torse musclé, ma tête contre son pectoraux.
La fatigue est là je le sent alors que je sent un de ces mains passer dans ma chevelure il me dit d'une voie grave et douce.

"Prends un peu de repos, l'orgie n'est pas finie, et je pense que tous te voudront comme plat principal."

"Si tu es bien sage avec moi, j'empêcherai les plus barbares d'entre eux de te traiter... Comme on traite habituellement les intrus."

Relevant la tête, je lui répond mon regard montrant mon inquiétude.

Quoi?... Mais je ne veux pas participer à cette orgie. Je vous ai montrer ma bonne volonté comme vous me l'avez demander, et je devais vous aidez à passer un bon moment à vous, pas à tout ces monstres.
Il... Il me semble que vous en avez bien profité, en me sod... En me prenant par derrière, alors je vous demande s'il vous plais de me dire ou je peux trouver le seigneur Adramelech, ou de lui annoncer que je suis ici...


Il me semble d'avoir été assez patiente et de bonne compagnie pour qu'il me dise ou je peux trouver celui que je cherche.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2751



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #13 le: Mars 12, 2016, 12:05:13 »

La pauvre petite Lili n'était pas au bout de sa peine, malgré l'apparente accalmie qui s'était imposée. Helel ne pouvait décemment pas priver ses hommes d'une petite sauterie dans les règles de l'art, avec leur invitée comme plat principal. Fort heureusement pour l'humaine, Helel ne comptait pas non plus la garder comme esclave. Non, dès qu'elle aurait lustré les queues des plus impatients, et qu'elle aurait eu sa dose de plaisir ainsi que de douleur, Lili serait libre de partir, simplement.

Pour l'heure, il la laissait se reposer, contre son énorme torse. Il lui caressait tendrement les cheveux et le visage, lui offrant ses pectoraux sculptés pour que la mignonne petite esclave y pose sa tête. L'adorable petite humaine paraissait d'autant plus minuscule, assise sur les genoux du colosse. Et si la plupart des invités se trouvaient déjà occupés dans leur coin, il y avait pas mal de démons, certains hideux et d'autres magnifiques, qui n'avaient d'yeux que pour la jolie magicienne. Helel allait donc la leur offrir en sacrifice, afin qu'ils la ravagent comme des brutes.

"Ne t'en fais pas, ma belle, ne t'en fais pas." Murmura le beau diable, tenant à rassurer son petit jouet. "Tu vas adorer ça... Comme toutes les petites salopes qui sont passées ici avant toi." Il lui embrassa tendrement la joue, puis le cou.

Mais évidemment, la tendresse du beau diable n'avait rien d'altruiste. Si Lili tentait de s'échapper, elle ferait bien vite face à un coté beaucoup moins tendre du démon. Et, même si elle décidait de se montrer docile, la petite magicienne devrait faire face à l'appétit dévorant d'une bande de monstres dont la faim ne faisait que croître, encore et encore. Personne ici ne faisait preuve de tendresse envers les succubes. Elles se faisaient souiller par le foutre et la pisse, certaines se faisant brutalement enculer à même le sol, le visage appuyé sur le carrelage par les pieds de leurs bourreaux.

La vision était tout aussi érotique qu'effrayante. Les cris étaient plus ceux du plaisir orgasmique que de la douleur, et un parfum étrangement enivrant flottait dans la pièce, totalement différent de l'habituelle odeur écœurante du stupre. Devant ce magnifique spectacle, le démon ne put s'empêcher de laisser ses mains courir sur le petit corps de son amante. Elle était frêle, et lui immense, alors les mains du colosse paraissaient-elles démesurées par rapport aux délicates courbes de Lili, et rendaient évident le fait qu'elle ne pouvait pas s'échapper.

Helel pinçait la chair de la poitrine que lui offrait son esclave, entre ses gros doigts rugueux, et lui giflait parfois un sein avant de revenir à son petit ventre, de le caresser doucement, de glisser jusqu'à ses cuisses moelleuses pour les griffer légèrement. Lili était comme sous la langue d'un tigre : soumise à un contact aussi doux et rassurant que dangereux, avec la sensation que le fauve pouvait sortir les griffes à tout moment, sans la moindre raison.

"Quelle petite salope tu fais." Remarqua le beau diable, perfide et coquin, alors qu'il mordillait l'oreille de son esclave. "Ne fais pas comme si tu n'en mourrais pas d'envie, tu seras notre esclave que tu le veuilles ou non." Il serra doucement le cou de Lili entre ses doigts. "Maintenant, tu vas t'agenouiller devant moi, et nettoyer mon sexe pour que je puisse t'engrosser comme la petite pute que tu es." Il sourit, attrapant le visage de Lili et l'obligeant à le regarder droit dans les yeux. "Est-ce que tu as compris?"
Journalisée

(´・ω・`)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Mars 28, 2016, 01:16:07 »

Reposant à nouveau ma tête sur son pectoraux, je me remet encore de cette baise bestial, amenant une de mes petites mains caresser l'autre pectoraux avant de descendre caresser ces abdominaux sculpter et saillant.
La différente de taille est flagrante, mon petit corps semble si fragile et frêle par rapport au corps de cette homme imposant, puissant et musclé, rien que la taille de ces mains m'impressionnent, je profite de ces douces caresses même si ces mains ne sont pas aussi douce que celle d'une femme, j'en apprécie les attentions, douces et tendres, caressant ma chevelure et mon visage, je ferme les yeux et me concentre sur ces caresses qui me détende me faisant oublier pendant un moment l'endroit ou je me trouve, même sa voie pourtant rauque et profonde arrive à me rassurer.

"Ne t'en fais pas, ma belle, ne t'en fais pas."

Je pousse de doux gémissement alors que je sent son autre main caresser ma hanche, je me sent rassurer jusqu'au moment ou je l'entends me dire.

"Tu vas adorer ça... Comme toutes les petites salopes qui sont passées ici avant toi."

J'ouvre à nouveau les yeux et redresse la tête, mon regard allant vers le siens, je vois qu'il à la sourire au lèvres, moi je fait une moue désappointé avant de lui répondre.

Je... Je ne suis pas une salope, je vous l'ai déjà dit... Tout à l'heure. Je me suis juste laisser submergé par toutes vos caresses à vous et vos succubes... D'habitude je ne suis pas ce genre de fille...

Je remet ma tête sur son torse et ferme à nouveau les yeux alors que je sent sa main descendre de ma chevelure à ma poitrine, la caressant doucement, jouant avec les anneaux de mes mamelons, excitant mes petites pointe de chair pour les érigées, pétrissant de sa grande main un seins puis l'autre, allant même jusqu'à les giflés ce qui me donne de douce décharge électrique dans la poitrine, alors que son autre main caresse ma hanche et mes petite fesses, je respire profondément continuant à lâcher de doux gémissement alors que mon excitation reviens parcourue de frissons, de chair de poule et de fourmillement, je sent la main sur mes seins descendre sur mon ventre plat caressant celui-ci de douce caresse circulaire, réchauffant mon bas ventre d'une douce chaleur.
Ma main continue de caresser son torse puissant, celui-ci est comme sculpter dans la pierre, dur et tendre à la fois, alors que ces mains descende encore plus bas pour arriver à mes cuisses, il en caresse l'intérieur comme l'extérieur me faisant soupirer de plaisir alors qu'en même temps je sent ces lèvres et ces dents mordiller mon oreille avant de me dire.

"Quelle petite salope tu fais."

Je ne relève pas cette remarque mais celle-ci me donne un frissons qui parcours toute ma colonne vertébrale, j'ai l'impression qu'il le fait exprès pour m'énerver, il remonte sa main sur mon cou et je le sent me le serrer de sa poigne puissante sans pour autant y aller trop fort mais assez pour que j'ouvre la bouche et que je sente l'air siffler dans ma gorge avant de rajouter.

"Ne fais pas comme si tu n'en mourrais pas d'envie, tu seras notre esclave que tu le veuilles ou non."

Ouvrant en grand les yeux je commence vraiment à flipper, moi qui pensais qu'il était tendre et attentionné, je constate qu'il n'est pas tout à fait se qu'il semble être, il m'ordonne ensuite.

"Maintenant, tu vas t'agenouiller devant moi, et nettoyer mon sexe pour que je puisse t'engrosser comme la petite pute que tu es."

Il relâche l'emprise sur mon cou et remonte sa main, ces doigts prenant mes joues et m'obligeant à le regarder dans les yeux avant de rajouter.

"Est-ce que tu as compris?"

Mes yeux dans les siens, je comprend qu'il ne plaisante pas et je sent au fond de moi que je n'ai pas intérêt à lui désobéir, c'est sans doute mon instinct qui me le dit, je détourne rapidement le regard ne supportant pas le sien insistant et déstabilisant faisant un moue inquiète, je lui répond d'une petite voie.

D'ac... D'accord monsieur... J'a... J'ai compris...

Il relâche l’étau de ces doigts sur mes joues, je baisse la tête et me décide à obéir, aillant assez récupéré, je descend de sa cuisse et me met à genoux entre ces cuisses puissante déjà écarté, son sexe au repos est de belle taille, je caresse l'intérieur de ces cuisses de mes mains avant d'approcher mon visage de son entre jambe, je ne suis pas sereine mais ce n'est pas la première fois, je vois qu'il y a encore des traces de sperme sur sa verge et ces bourses, je décide de commencer par nettoyer ces bourses, venant de ma main gauche soulever sa queue encore mole, je viens tout d'abord laper de ma douce langue une bourse puis l'autre accentuant mes coups de langue pour en parcourir le plus possible, ceux-ci se font de plus en plus appuyer, je fini par les délaisser un moment pour les soupeser de ma mains droite, elle sont chaude, lourde et semble pleine, l'odeur qui se dégage de se membre est forte presque animal tellement elle est, mais je n'ai pas le choix, puis pour terminer de les nettoyer, je décide d'en prendre une en bouche, aspirant celle-ci, je la gobe et la fait rouler avec ma langue dans ma chaude et douce bouche avant de la relâcher d'un coup pour ensuite passer à l'autre et lui faire subir le même traitement, nettoyant et avalant les sécrétions qu'il y avait dessus, quand je passe à la deuxième bourse je sent dans ma main gauche la queue commencer s'exciter et à prendre du volume.

Une fois fait, toujours avec ma langue, je part de la base de ces testicules et remonte jusqu'à son gland, récoltant les résidus de sperme sur cette queue qui ne cesse de grandir et de grossir à vue d’œil, je fait de même sur les cotés et le dessus laissant une fine pellicule de bave dessus, passant une deuxième fois de ma douce langue sur le pourtour de cette énorme queue qui n'en fini pas de grandir et de grossir j'ai l'impression.
Mais alors que je terminer de nettoyer son énorme gland, j'ai bien l'impression qu'il à atteint sa taille maximal et j'en est du mal à déglutir, quand je pense que j'avais cette choses dans mon derrière, je me demande comment c'est rentrer sans plus de dégât, cette queue fait la taille de mon avant bras en longueur et son gland est aussi épais que mon poing fermé ou presque, heureusement que je suis une déesse de lust à mon avis sinon je serais déjà dans le comas après avoir pris ça dans les fesses.

Malgré le fait de l'avoir nettoyer, ce gros braquemart sent toujours autant le mâle, d'un coté c'est dérangeant mais de l'autre il y a quelques choses d'excitant que je ne m'explique pas, j'amène ma main gauche sur la base de cette queue et ma main droite sur la moitié, mes doigts n'en font pas le tour tellement elle est épaisse, je la guide pour amener ce gros gland à mes lèvres, j’humecte mes lèvres, ouvre grand la bouche et commence à le prendre en bouche, la collerette de son gland doit forcer mes lèvres pour entrer déformant celle-ci, une fois dedans je fait tournoyer ma langue sur celui-ci alors que j'aspire et creuse les joues effectuant de petit aller et retour avec ma tête, je doit vraiment m'appliquer pour ne pas que mes dents ne le touche, au bout de quelques minutes les vas et viens de ma tête se font plus ample accentuant la profondeur, le cœur battent plus rapidement, le souffle de plus en plus court, je viens jusqu'à faire buter son gland contre ma glotte, mais je vois qu'il reste encore une bonne partie à l'extérieur, mais je doute fortement que je puisse le prendre en gorge, alors que je suis déjà en âge rien qu'à le prendre seulement en bouche, une fine pellicule de transpiration rendant mon corps luisant, j'espère au moins qu'il est satisfait.

 
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox