banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Shooting! [PV]  (Lu 913 fois)
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« le: Janvier 06, 2016, 02:37:04 »

Grace Morgan était une photographe de talent, ayant brillamment réussie son début de carrière, à 25 ans. Ayant finit des études d’arts dans son pays natal, les Etats-Unis, elle décida d’emménage au Japon, et plus précisément à Seikusu, préférant un cadre de vie plus calme et serein. Mais, ce n’était pas pour autant qu’elle abandonnait tout ce dont elle avait bataillé pour avoir. Grace était une photographe de mode, tout le temps sollicité par diverses marques de luxe, que ça soit dans la cosmétique, les vêtements, la parfumerie, et tout ce domaine. En somme, elle était une femme réussie, et épanouie dans sa vie qui était très bien remplie.

Installée depuis quelques années à Seikusu, la photographe n’a jamais cessé de travailler. Elle avait la chance d’avoir fait de sa passion son travail. Grande passionnée d’art, elle se rendait souvent dans les multiples expositions et showroom privés, organisés à Seikusu. Que ce soit par des artistes méconnus du grand public, ou bien par des grandes firmes de luxe. Elle avait une sorte de passe-droit pour ces dernières, on pouvait le dire. Toutefois, ce fut lors d’une exposition public, organisée par une galerie d’art multinationale, qu’elle fit une connaissance. Une connaissance qui, sans qu’elle pouvait s’en douter à l’époque, bouleversa bien des choses. Grace fit la rencontre d’une jeune femme, adolescente, qui semblait s’intéresser aux œuvres exposées.

Les deux femmes discutèrent pendant l’exposition, Grace s’étant volontairement approchée de cette jeune fille, aimant faire de nouvelles connaissances. Cela la surprenait de voir une jeune comme elle s’intéresser à l’art, et c’était bien ça qui avait piqué sa curiosité à vif. Néanmoins, après tout un après-midi à discuter, faire connaissance, et toute ces joyeusetés, Grace ne pouvait pas nier le fait que cette fille … Avait un beau corps. D’un point de vue artistique, elle l’intéressait. Grace avait le don de sentir une flamme, un don. Et elle décelait en cette adolescente un potentiel, qu’elle lui proposa, en toute transparence, de mettre à l’essai. La photographe lui laissa ses coordonnées et sa carte, et lui dit alors que si cela l’intéressait, elle pouvait passer pour discuter encore, et faire un shooting essai, si ce domaine l’intéressait.

Ce fut ainsi de cette manière que Grace, et cette fille, répondant au nom de Lolita Cooper, firent connaissance. Le temps fit son affaire et les deux femmes se lièrent d’amitié et de complicité. Lolita revint périodiquement, Grace ayant toujours des idées de shooting à lui faire passer. Elle proposa le jeune talent à plusieurs maisons, plus modeste, qui furent séduites par le charme et la spontanéité de l’adolescente. Vraisemblablement, Grace estimait que sa nouvelle ‘’protégée’’ avait tous ses chances dans le mannequinat, si elle le désirait. Ce fut ainsi qu’un jour, alors qu’elles s’étaient à nouveau donner rendez-vous pour un shooting, que Grace allait lui faire une belle offre …


Grace avait toujours pour habitude de faire ses shootings le matin. Sa sensibilité de photographe lui avait toujours conduit à prendre ses photos à cette période de la journée, trouvant la luminosité plus douce et suave. Bien que dans son studio, aménagé dans son appartement, elle possédait tout un tas de lumière artificielle. C’était là une partie de son don ; elle était capable de prendre des photos studios avec la lumière naturelle du soleil. Ce jour-ci, elle attendait impatiemment la venue de Lolita, sa protégée, en quelque sortes. Elle était une fille en qui elle plaçait certains espoirs, car elle l’avait vu au fil des séances ; Lolita était faite pour ce métier, à son gout du moins. Aujourd’hui, une énième séance allait avoir lieu, et elle était toute impatiente de lui dévoiler ce qu’elle avait à lui dire. Mais, elle lui réservait ça pour la fin.

Ainsi, quand elle entendit la sonnette retentir, elle accourra auprès de la porte, ouvrant grand à Lolita. Grace était une femme pétillante, très souriante et extravertie. Elle était aussi très tactile, et ce fut pour cette raison qu’elle écarta grand les bras pour serrer Lolita contre elle, quand celle-ci pénétra à peine le seuil de la porte. « Voilà ma championne ! C’est toujours un plaisir de te voir Lolita. » Lui dit-elle, en lui faisant la bise. Elle la laissa pénétrer dans l’appartement, en refermant donc la porte. Lolita et Grace étaient devenues d’excellentes amies malgré la différence d’âge. Les séances photos étaient devenues, au fil du temps, de moins en moins officielle et l’ambiance était devenue très conviviale et détendue.

C’était pour cette raison que Grace rappela, encore une fois, qu’elle devait faire comme chez elle. Grace aimait prendre son temps avant de commencer le shooting, notamment en prenant des nouvelles de Lolita, en parlant un peu. C’était son amie, après tout ! Ainsi, elle laissa son invitée reprendre ses marques, puisque avec toutes les fois où elle était venue à son appartement, elle devait le connaitre comme si c’était le sien. Finalement, Grace s’installa sur le canapé, avec son appareil photo posé sur la table basse. Elle regarda Lolita, puis lui sourit avant de parler. « Alors, comme à chaque fois … Tu vas m’en dire à propos de toi. Comment ça va depuis la dernière fois ? » Lui demanda-t-elle, avec un chaleureux sourire aux lèvres.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #1 le: Janvier 06, 2016, 05:05:45 »

Les shootings avec Lolita n’étaient pas seulement des moments agréables à passer, où rires, bonne humeur et sourires se mêlaient. C’était aussi l’occasion pour Grace d’expérimenter ses talents, tout en permettant à Lolita de s’ouvrir de plus en plus sur ce monde, qu’était le mannequinat en général. En effet la photographe avait fini par la convaincre, à chaque fois, de lui permettre d’essayer plusieurs types de photos et de poses. Lolita, en tant que modèle, avait donc accepté de poser habillée, nue, maquillée, richement habillée, etc. C’était pour la bonne cause, puisque ces photographies étaient d’excellentes qualités et faisaient sensation auprès des contacts professionnels de Grace ! Elle n’en avait rien dit à Lolita car elle voulait lui faire la surprise, avec une annonce qui pouvait lui faire plaisir.

Souriante, Grace acquiesça face à la réponse de son amie, et leva un sourcil curieux quand elle lui parla de choses bizarres. Notamment concernant son médaillon que sa grand-mère lui avait légué. La curiosité de la photographe avait été piquée à vif, mais elle n’eut pas le temps d’en savoir plus que Lolita se ravisa, et changea de sujet. Elle ne dit rien, ne voulant alors pas forcer les choses. Lolita n’était peut-être pas prête à lui parler de ce sujet, ce qu’elle comprenait aisément. Son petit sourire ne la quitta guère, et quand son modèle se mit à se mettre en sous-vêtements, elle se saisit de son appareil. « Alors aujourd’hui on va s’essayer à un style qui me fascine beaucoup artistiquement ; le pin-up ! Ça fait très vintage, années 50/60, et c’est un style qui mets beaucoup en valeur, tout en gardant ce petit côté élégant et classe, que tu possèdes indéniablement. » Dit-elle dans un premier temps en se levant.

« On ne va pas utiliser le studio, on fera les photos ici, dans le salon. Si t’es partante, on fera des prises habillées, et dénudées mais dans certaines poses. Je te guiderai, ne t’inquiètes pas. Quant au maquillage … Eh bien j’ai tout ce qu’il faut, et d’ailleurs c’est la première chose qu’on va faire ! » Rajouta-t-elle, montrant la coiffeuse contre le mur. Lolita avait à présent l’habitude de l’utiliser, puisque dans les shootings nécessitant un maquillage spéciale, Grace se faisait un plaisir de la pomponner comme il se devait. Quand la jeune modèle prit place, Grace en fit de même. Toute une panoplie de produits était présente, et commença dès lors la petite séance maquillage. Le pin-up nécessitait un traitement spécial, un certain style qu’on utilisait que dans les années 50 et 60. Surtout aux Etats-Unis, d’où provient ce style.

Ainsi, pendant que Grace s’amusait à maquiller Lolita, elle ne se priva pas pour parler. C’était un petit moment entre elle, et c’était toujours très amusant pour Grace qui avait l’impression de pomponner une petite poupée rien qu’à elle, tellement Lolita se prêtait bien au jeu. « Je vais faire toi un modèle dont tous ces messieurs auraient eu envie, dans les années soixante. Et pour faire plus moderne, toutes ces dames aussi, pourquoi pas ? » Lui dit-elle, en riant doucement. Cette petite boutade n’était pas étonnant, venant de Grace, qui avait fini par se confier à Lolita au sujet d’elle-même, et de son homosexualité. Ça lui avait fait du bien d’avoir quelqu’un qui ne la refusait pas, ou qui la jugeait pas pour cela. Même si, elle était très discrète sur ce point.

La séance maquillage se poursuivait, Grace effectuant un travail de précision, transformant ainsi son amie et sa protégée en une magnifique femme au style pin-up. Pour la coiffure, cela viendrait après mais cela n’allait pas nécessiter quelque chose de grandiose. Grace n’était pas styliste après tout. Mais elle touchait un peu à tout et ses connaissances en la matière lui permettait de se passer de maquilleuses professionnelles pour ce genre de shooting privé. Profitant ainsi du moment, elle décida de revenir sur ces trucs bizarres dont lui avait parlé Lolita précédemment. « Alors, vas-tu enfin me dire ce que sont ces trucs bizarres qui te sont arrivés ? Il nous arrive tout le temps des trucs bizarres, tu sais, et je ne vais pas te manger ! Aller, dis-moi tout trésor ! » Lui déclara-t-elle, en lui souriant au travers le miroir de la coiffeuse.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #2 le: Janvier 07, 2016, 02:46:02 »

Même si Lolita n’était même pas un modèle professionnel, elle agissait tout comme, ce qui ne pouvait que réchauffer le cœur de Grace. Elle n’avait pas tort en disant qu’elle était le modèle ici, et que c’était donc à la photographe de mener la dance. Même si, dans le fond, les shootings que faisaient les deux femmes n’avaient pas un caractère foncièrement professionnel. Comme dit, c’était toujours de belles occasions pour papoter, passer du bon temps, et bien entendu, faire des photos de qualités. Pour le moment, Grace s’amusait comme une petite folle à maquiller Lolita, prenant tout son temps pour faire un travail d’une précision quasi chirurgicale. Il fallait qu’elle soit parfaite pour effectuer les photos. Le style pin-up était très particulier en soi, et rien ne devait être mis de côté.

Néanmoins, alors qu’elle avait voulu insister pour parler des petits tracas que Lolita, celle-ci céda et s’ouvrit. Elle expliqua alors tout ce qui s’était passé durant ce dernier mois, affirmant qu’à ses yeux, ça avait été terriblement long. Grace lui avait assuré juste avant qu’elle ne la jugerait guère, et qu’elle serait à son entière écoute, peu importe ce qu’elle lui disait. Mais en effet, elle ne fut guère déçue par le récit. Tout commença par un démon, qui aurait … Eh bien, abusé de Lolita. Tout en sachant que celle-ci avait apprécié ça ? Non, elle ne pouvait pas apprécier une pareille chose … Ce n’était pas possible. Grace ne disait rien, elle l’écoutait tant par ses oreilles que par son cœur. Peu importe comment ses histoires étaient tordues, elle l’écoutait, car elle avait besoin de parler, c’était clair et net.

Après, Grace n’était pas une experte en paranormale, ou en psychologie. La suite de son récit fut un peu plus rationnelle, mais toujours autant surprenant. Les Yakuzas, la pègre régnant en maitre à Seikusu, aurait directement menacé ses parents. Aussi surprenant que c’était, cela n’étonna guère Grace qui ne put qu’être désuète face à cela. Lolita était une belle femme, très jeune, innocente en un sens. Sa beauté et son caractère doux faisait d’elle une convoitise pour les corrompus et les pourris de cette ville, qui paraissait, en extérieur, un petit havre de paix. La mafia était puissante à Seikusu, mais aussi invisible que l’air. Néanmoins, Lolita affirma par la suite qu’elle avait une preuve de son récit, et expliqua alors que tout venait de son médaillon.

Grace porta son regard dessus, et en toute honnêteté … Avait un peu de mal à croire que cette chose était magique. Bien qu’elle était ouverte d’esprit, elle ne semblait pas sûre des dires de Lolita, concernant le fait que cette babiole lui revenait tout le temps au cou, quoiqu’il arrive. La jeune fille le lui donna et la mit au défi de le planquer quelque part, pour voir qu’il disparaissait bel et bien. À ce moment-là, Grace sourit, puis le posa sur la coiffeuse. « Je n’ai pas besoin de ça pour te croire, Lolita. Si tu dis que tout ceci t’es arrivée depuis que ce médaillon est à ton cou … Je ne peux pas te contredire. Peut-être est-ce lié à la mort de ta grand-mère ? Je ne sais quoi te dire, Lolita mais … As-tu déjà essayé de le détruire, au lieu de l’égarer ? » Lui dit-elle, finissant le contour de ses paupières au crayon. Elle savait qu’elle avait déjà essayé le feu, mais ce n’était pas vraiment ce à quoi pensait Grace. Le détruire physiquement, c’est-à-dire le briser, l’écraser, etc.

Lolita avait besoin d’aide, c’était indéniable. Peut-être qu’elle était en train de faire une dépression à cause de la mort de sa grand-mère, du stress, ou peut-être même, de la vie à Seikusu tout court. Peut-être avait-elle besoin de changer d’air, de vacances ? Cette idée fit sourire Grace car elle savait ce qu’elle avait à lui proposer tout à la fin. « Mais si ça te rend service, je le cacherai alors. Quoiqu’il en soit, ça ne peut pas durer … Tu ne vas pas vivre éternellement avec ça ? » Dit-elle, prenant un ton interloqué.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #3 le: Janvier 09, 2016, 05:28:25 »

Grace ne pouvait que sourire malgré elle. Elle comprenait les inquiétudes et l’angoisse de son amie, mais la voir autant affolée pour ce médaillon, ça ne pouvait que faire sourire. En soi … Croire au paranormal ne posait pas vraiment de problème à la photographe. Depuis qu’elle avait emménagé à Seikusu elle ne pouvait nier le fait qu’elle en avait vu, des choses bizarres. Qui frôlaient le paranormal ! Du coup, la croire n’était pas un problème. Mais il était vrai que tant qu’elle n’avait pas vu de ses propres yeux le médaillon revenir à Lolita, c’était un peu des paroles en l’air. Hochant de la tête, Grace acquiesça et affirma alors qu’elle fera tout pour le dissimuler, ou le détruire. Grace n’avait aucun outil ici, et elle pensait donc plus à le cacher dans son coffre-fort qu’autre chose. Au moins là-bas, il allait avoir du mal à en sortir !

Néanmoins, ce que dit Lolita à propos du fait qu’elle pourrait poser jusqu’à la fin de ses jours arracha un rire cristallin à Grace. « Hum, tu serais réellement prête à ça ? C’est tentant, très tentant … Tu sais, je suis sûre qu’on ferait fortune toute les deux ! » Lui répondit-elle, terminant alors son maquillage. La photographe se releva, puis se plaça derrière elle, commençant alors à coiffer ses cheveux. « Ne pense plus à ça, tu as raison. Je ne peux rien te promettre, mais je vais essayer de le faire disparaitre, ce médaillon. En attendant, détends-toi et profites de la séance. » Dit Grace, en coiffant son amie. Concentrée et appliquée, elle était en train de lui faire un chignon au style négligée. N’étant pas une coiffeuse, elle n’avait pas beaucoup de doigté, et se contentait alors de choses simples, mais qui évoquait le style qu’elle recherchait.

Il ne fallut pas longtemps pour que Lolita soit enfin prête, toute pomponnée et coiffée. Grace lui fit un large sourire au travers le miroir, et ne put s’empêcher de la complimenter. « Ma parole, tout te va … Tu devrais sérieusement songer à une carrière de modèle ! » Lui dit-elle. Elle s’écarta, l’invita alors à se lever, et à quitter la coiffeuse. Grace reposa ses accessoires, puis se dirigea vers une armoire, où elle stockait toutes les tenues pour les shootings. Elle l’ouvrit puis tendit le bras à Lolita. « Voilà, fais-toi plaisir ! Tu as ici plusieurs tenues, que j’ai sélectionné pour rentrer dans le style pin-up. Corselets, bas, gants, il a tout ce qu’il faut … Fais-moi signe quand tu auras fini de t’habiller, je vais paramétrer mon appareil en attendant. Ça marche ? » Dit-elle, en lui souriant à pleine dents.

Elle laissa ainsi son amie, après qu’elle lui ai répondu. Grace partit s’asseoir sur le canapé et saisit son appareil photo, qu’elle activa et se mit à trafiquer. Elle attacha l’objectif adéquat, changeant quelques paramètres, tout ceci en attente que Lolita choisisse sa tenue. Quand ce fut le cas, Grace leva sa tête et son visage s’illumina. Il n’y avait pas à dire ; Lolita était une magnifique femme. Tout lui allait, que ce soit en terme de maquillage, vêtement, ou tout autre ! Pourquoi n’a-t-elle jamais songé à faire carrière … Peut-être que cela, en fin de compte, ne l’intéressait guère ? Il pouvait y avoir plein de raisons, mais Grace comptait bien la convaincre.

« On est prête ! » Déclara Grace, en invitant Lolita à prendre place sur le canapé. La photographe se leva, puis chercha le bon angle, avant de donner quelques instructions à Lolita. « Je pense que je n’ai pas à te décrire le pin-up, mais quand même ; les magazines pin-up représentaient des modèles plantureux, sexy, se mettant en valeur dans des poses osées, mais … Pas trop non plus. C’était classe et le chic, couplé à ce côté sulfureux. Pour la pose donc, essaies … De croiser tes jambes, et bien regarder l’objectif, en plongeon. Hm … Relèves un peu ta poitrine aussi, tout en retirant légèrement tes épaules. Là, comme ceci … Voilà, c’est parfait ! » Dit-elle, donnant ses instructions en même temps que Lolita faisait.

La séance pouvait donc démarrer dès à présent, au moment où Grace plaça son appareil devant son œil, en fermant l’autre.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 1052

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #4 le: Janvier 14, 2016, 08:48:12 »

Grace prenait son métier à cœur. Être photographe professionnelle était pour elle une passion, un métier et une chance, tout ça à la fois. Rare étaient les personnes étant parvenues à faire de leur passion leur métier. La jeune femme y était parvenue, et elle savourait pleinement. Sa vie était bien remplie, entre shootings, catalogues, panoplies, etc. Sans compter tous les voyages qu’elle devait faire pour se rendre à tel ou tel studio. C’était la vie dont elle avait toujours rêvé, et dont elle a bataillé pour l’avoir. Aujourd’hui, elle en profitait, tout simplement, avec le sourire.

Elle bombarda Lolita de flash. Ou plutôt, de temps à autre ; car l’objectif était pour, Grace, d’utiliser le moins de lumière artificielle. Lolita était déjà sublime sans cela, alors pourquoi se donner la peine d’utiliser d’autres artifices ? Grace prenait plusieurs photos à chaque pose, alternant les angles et l’inclinaison. Lolita de son côté changeait périodiquement de pose, faisant bien sourire Grace qui ne pouvait que constater qu’elle savait bien jouer la comédie. Car poser, c’était aussi savoir être comédien. Lolita se débrouillait comme une chef, et cela ne fit que conforter Grace dans l’idée qu’elle avait.

Cependant, bien qu’elle était concentrée corps et âme sur son appareil et sur le sujet, la jeune photographe ne pouvait s’empêcher de trouver Lolita des plus gourmandes dans son attirail. En réalité, elle la jugeait d’un œil artistique, principalement, même si cela avait tendance à déborder sur un point de vue plus personnel, plus … Sentimental. Grace ne pouvait qu’admirer la beauté de son amie, qui était très bien mise en valeur dans la tenue qu’elle s’était composée. Que ce soit ce soutien-gorge, ces délicats bas ou ce porte-jarretelles, Lolita était … Sexy, aux yeux de Grace. Sexy et classe, avec cette touche d’innocence et de grâce, qu’émanait naturellement de son être. La photographe ne la sous-estimait pas ; Lolita avait réellement un énorme potentiel en elle. Elle espérait tant qu’elle accepterait d’embrasser cette voie, qu’est le mannequinat.

Pas le mannequinat classique, où l’on poussait des pauvres femmes à se torturer et à rester aussi maigre que des planches de bois. Elle parlait du mannequinat hors-défilé et haute couture. Ou du moins, uniquement dans des sessions spéciales. Grace était profondément convaincue qu’une grande carrière attendrait Lolita si elle acceptait, mais … Il n’en tenait qu’à l’adolescente de décider. Grace se ferait une joie de tout lui expliquer à la fin de la séance, mais pour le moment, elle était concentrée à prendre des multiples photos d’elle. Sa bonne humeur, son air pétillant et ses rires enfantins donnaient le large sourire à Grace. L’ambiance était détendue, calme, bonne enfant. Voilà ce que c’était, les sessions shootings ! Après une première vague de photos, Grace s’arrêta pour faire une revue de toute les prises. Lolita lui déclara que ça lui faisait un bien fou de la revoir, et bien entendu, ce bien fou était réciproque.

« Tu n’imagines pas non plus à quel point ça me réchauffe le cœur de te voir aussi radieuse ! Et je vais d’ailleurs t’en donner encore, du sourire ; je vais te montrer les photos … » Dit Grace, en venant sautiller vers le canapé, prenant assise à côté de son amie. Elle tendit légèrement l’appareil, tout en le gardant en main, faisant défiler à allure lente les différentes photos prises. Elle laissa le temps à Lolita de les juger, d’émettre son avis sur chacune d’entre elle. Bien sûr, elle ne se priva pas de donner le sien aussi. « Je te l’ai déjà dit des milliers de fois Lolita mais … Tu es belle. Et photogénique ! J’ai rarement vu des modèles étant aussi bien réceptif à la photographie. » Lui déclara-t-elle, de sa voix chaleureuse et douce.

C’était un tout ; Lolita, son accoutrement, ses mimiques, ses expressions. Peut-être ne le faisait-elle pas consciemment, mais elle savait doser chacun pour créer des poses uniques et délicieuses, ravivant la photo et la prise. Un talent certain, que Grace ne pouvait qu’admirer. Plus elle regardait son amie s’épanouir au travers ses photos, plus son cœur se réchauffait vis-à-vis d’elle. Lolita était un peu comme … Sa protégée. La voir souriante, et aussi réussite dans ses photos, ne pouvait que lui faire plaisir. « Je ne sais pas comment tu t’es débrouillée mais … Fichtre, tu as composé une tenue qui te mets diablement en valeur ! Je suis presque jalouse de ne pas avoir d’aussi bon gout en la matière que toi ... » Lui dit-elle, en la taquinant un peu. Elle disait peut-être cela pour complimenter Lolita (Car elle le méritait mille fois), mais inconsciemment … Grace, en la voyant ainsi, avait commencé à éprouver du désir pour elle.

Du désir comme on pouvait l’entendre. Et plus les minutes passaient, plus ce désir grandissait, tout doucement, petit à petit. Grace espérait simplement que Lolita ne finirait par prendre mal tous ses compliments. Elle était de nature à gâter celles et ceux qu’elle aimait, et cela passait par les mots. Peut-être qu’après, cela passerait … Par les gestes ?
« Dernière édition: Janvier 14, 2016, 09:08:05 par Vanessa White » Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox